Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]

AuteurMessage
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Mer 13 Mar - 6:27


Carmina... Ah, quel doux nom, cette ville aux multiples charmes attirait profondément Higuen.
Aussi appelé la ville aux 1.000 mélodies, ce lieu merveilleux était LA ville pour les musiciens en tous genres, au encore pour les amateurs de théâtre. Mais ce qui attirait le mage de ténèbres, c'était les forges. Certes, ces forges la étaient utilisées pour construire des instruments de musique, et c'est justement ça qui attire le mage de Crime Sorcière, comment résister à un autre type d'art qu'est la forge. Étant un pacifiste de nature, l'idée de forger des objets non pas pour détruire mais pour rapprocher séduisait fortement le jeune homme. Évidemment, ce dernier savait que certains instruments étaient utilisés pour le combat mais qu'importe, la majorité des instruments servaient à produire des mélodies douces et apaisantes. Ainsi, même si la ville était gardée par une caserne avec plus de cent hommes prêts à combattre, l'utilisateur de la Yami no Maho se disait que le jeu en valait la chandelle, car comment résister au doux son d'un marteau frappant le fer à chaud ? Comment ne pas succomber en sentant l'odeur des minerais qui cuit doucement dans un four ? La chaleur étouffante et l'air enfumé ne posaient plus de problème au jeune mage et il prenait du plaisir à se balader des heures durant dans le quartier des forgerons, observant avec curiosité les ingénieurs et les artisans qui travaillaient. En résumé, Carmina était vraiment un lieu merveilleux pour Higuen.


Rentrant d'une mission de renseignement à Pyrée solder par un succès, le jeune mage avait décidé de passer par Carmina. Rentrer, oui c'était un terme étrange pour un mage qui n'avait pas de chez soi... Au final, pour lui, rentrer signifiait juste rejoindre son contact, celui à qui il devait remettre son rapport. Les deux hommes devaient se rencontrer dans les landes Fantasmagoriques, un lieu dangereux mais qui avait l'avantage d'être discret. Le rendez-vous du jeune mage était dans une semaine, ainsi, il avait du temps pour aller à Carmina afin de prendre un peu de bon temps, et pourquoi pas se détendre après une dure et longue mission ? Après tout, il l'avait mérité 

Arrivant dans la ville de la musique, Higuen ne put s'empêcher de sourire, le lieu était toujours aussi beau. De là où il était, le jeune mage pouvait contempler la mer de désespérance mais ce n'était évidemment pas ça qui intéressait le mage de Crime Sorcière, et ce n'était pas non plus l'Opéra, que le jeune homme voulait voir, non, le jeune mage, lui, souhaitait se rendre dans le quartier des forgerons. D'ailleurs, étant souvent venu dans ce quartier, le jeune mage connaissait désormais par cœur les différents chemins pour y aller, mais ce dernier connaissait également tous les moyens pour sortir du quartier, y compris les moins conventionnels ! Une fois sur place, l'utilisateur de la Yami no Maho prit donc un plaisir fou à écouter le son du marteau frappant contre une enclume, celui du fer chauffant doucement. Il profita également de ce petit voyage chez les forgerons pour encore une fois observer un artisan au travail, ce qui lui donna un petit coup de motivation pour s’entraîner à forger des armes d'une qualité toujours supérieure.

Cependant, comme à chaque fois, Higuen se faisait surprendre par la nuit, en effet lors de toutes ses visites dans la merveilleuse cité musicale, il s'était souvent fait avoir, que ce soit à cause d'un guitariste particulièrement doué ou alors d'une représentation urbaine de spectacle magique.
Mais après tout, n'était-ce pas là l'un des charmes de la ville ? L'animation ? En effet dans cette ville, il y avait toujours quelque chose à regarder, à écouter, à faire ! Évidemment, il y a toujours un petit bémol, par exemple une cité pareil attirait beaucoup de monde, et cela n'allait pas vraiment avec le caractère asocial et surtout agoraphobe du jeune homme, mais cela ne l’empêcha de profiter au maximum du lieu. Cette ville avait un autre défaut aux yeux d'Higuen, et pas des moindres car la ville était assez bien gardée. D'après ses informations, la caserne de soldats runiques de Carmina comptait plus de cent hommes ainsi, si le jeune homme commettait la moindre erreur, si, par hasard, quelqu'un découvrait son appartenance à la guilde de Crime Sorcière, et s'il le dénonçait aux autorités, le jeune mage finirait ses jours croupissant dans une cellule sombre et humide.

Cependant, ce cas de figure était peu probable, l'utilisateur de la Yami no Maho était plutôt discret, et puis, il s'était vite rendu compte que s'il devait se rendre invisible, il devait paraître innocent et sûr de lui. N'étant pas encore connu, il pouvait dévoiler son visage, car les chevaliers runiques n'avaient aucune trace de lui dans leurs archives, ainsi, le mage de Crime Sorcière avait choisi des vêtements assez simples, mais qui lui plaisait, à savoir, un jean noir, accompagné d'une veste en cuir, noire. En dessous de sa veste, le jeune mage portait une chemise bleue foncé, ouverte, comme sa veste.

Voyant que la lune régnait désormais en maître dans le ciel, Higuen décida de quitter les quartiers de la forge, qui commençaient à devenir un peu trop chargé au goût du jeune mage. En effet, le soir, tous les couples ou les groupes d'amis passaient par ce quartier pour se rendre à l'Opéra, et le jeune homme ne voulait pas être là au moment où des vagues de mondes allaient venir de tous les côtés.
Finalement, après quelques minutes de marche, le jeune homme arriva sur l'un des quais qui donnaient sur la mer de désespérance. N'ayant pas du tout faim, le mage de Crime Sorcière s'assit sur le bord du quai, et sortit de sa poche un couteau avant de le faire tourné dans sa main.
Il profita ensuite d'une légère brise qui caressa doucement son visage, ce qui lui permit de se relaxer et de lever les yeux vers le ciel et d'admirer les superbes étoiles qui brillaient de mille feux.




Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Lun 1 Avr - 3:38
Higuen
© Never-Utopia
Le reflet de la lune sur l'étendue d'eau paisible était magnifique.
Une sphère ronde, parfaite, d'une blancheur à vous coupez le souffle. Pourquoi la vie ne pouvait-elle pas être à l'image de cet astre ô combien rassurant ? Bien qu'il soit occasionnellement relié au cercle pernicieux du mal par des mythes tout à fait incongrus, ceux qui posaient le regard sur lui avaient cet étrange sentiment de sérénité. Respirer devenait plus aisé, les cris d'horreur des créatures de la Terre se transformaient en murmures lointains et les problèmes disparaissaient. Ce que je pouvais me plaire à observer ce ciel étoilé, si beau et si tranquille. Assise sur la branche d'un arbre, à laisser mes jambes se balancer dans le vide. La douce brise du soir venait caresser ma chevelure, faisant se mouvoir quelques mèches rouges sur mes épaules. Je portais mon habituel ensemble blanc et noir qui me donnait un style sombre voire gothique, mais que j'affectionnais particulièrement. Du reste, j'avais laissé ma cape fraîchement réparée à l'auberge que j'avais choisie pour la nuit, qui se trouvait à deux kilomètres d'ici. La raison pour laquelle j'ai marché ce long chemin un soir de pleine lune vient d'un besoin irrépressible d'oublier la réalité afin de ne pas exploser. Ce Shiro ne perdait rien pour attendre ! Il m'avait ridiculisée, blessée et prise pour une veille sorcière hideuse. Quant à la Raiden, je lui réservais un sort tout aussi tragique que celui que j'avais imaginé pour son compagnon. Un coeur brisé doit parfois offrir sa place à un corps affamé, ensanglanté, enlaidi, déchiré, déchiqueté, éventré, égorgé, suspendu par les pieds et j'en passe ! Seules les plus douces morts me viennent en tête et mieux vaut que je ne pousse pas l'imagination plus loin. Dois-je prévenir que ma rancune est éternelle ? Un peu comme à l'image de la lune, soit belle et entourée de l'obscurité la plus profonde. Dire que ce paradis est trop loin pour qu'une simple humaine telle que moi puisse seulement aspirer à l'y effleurer des doigts.

Préférant m'éloigner des pensées ronchonnes et nostalgiques qui me submergeaient à l'instant, je descendis de l'arbre et atterris silencieusement sur le sol. Je devais marcher, partir, me dégourdir les jambes ; mais surtout m'évader du monde. Cela faisait longtemps que je n'avais pas fredonné une chanson, aussi je laissai ma voix s'exprimer avec toute sa délicatesse d'autrefois. J'entrepris une longue promenade sur le bord de la mer de Désespérance, où je sautai de quai en quai pour m'amuser. Lorsque la distance entre deux plates-formes était trop grande, je passais sur les bateaux s'il y en avait ou je faisais le tour. La nuit était muette, j'entendais à peine les échos des musiques de la ville. Parce que oui, Melodia Shuhebi était de retour à Carmina ! Cela avait toujours été mon repaire, une sorte de maison à l'accueil chaleureux et une bouée à laquelle je pouvais m'accrocher en cas de chute. Les habitants pouvaient me détester au point de vouloir me brûler sur un bûcher, j'aimais bien leur façon d'être et les objets magiques qu'ils fabriquaient. D'autant plus que l'ambiance de cette ville était tout sauf monotone.

J'avançais donc à pas de loup à travers le rideau de ténèbres percé ici et là par des lampadaires carburant au lacryma. À un moment, je dus m'infiltrer sur la passerelle d'un vieux paquebot dont la coque semblait défoncé à plusieurs endroits. Le bois sur lequel je posai les pieds était mouillé, preuve que l'embarcation revenait d'une expédition en mer. Il n'y avait aucune lumière alors j'en déduis que les pêcheurs devaient dormir. Chantonnant toujours à haute voix, j'avançai en faisant craquer le plancher bien malgré moi. Ce bruit, peu inquiétant au départ, ne vint pas de mes pieds par la suite. J'étais sur le point de sauter sur le quai suivant lorsqu'une terrible odeur de poisson s'engouffra à l'intérieur de mes pauvres narines, me donnant un haut-le-coeur. Je sus dès lors que je n'étais pas seule lorsque je perçus la respiration de six hommes. Une grosse main poilue eut même le culot de m'empoigner le bras pour m'obliger à tourner les talons et faire face à une... femme ? Oui oui, une femme. Ses cheveux noirs et gras n'équivalaient en laideur que son accoutrement brunâtre qui semblait sale. Je n'aurais même pas supporté de la voir en portrait, alors avoir son haleine pestilentielle à quelques centimètres de mon nez, impossible. Je lui donnai un rapide coup de pied au ventre qui la fit s'éloigner en trébuchant jusqu'au côté opposé du petit bateau. Cette manoeuvre fit pencher ce dernier et j'échappai un cri de surprise en me retenant à l'accoudement.

« Quessé qu'tu vins faire icitte, ma zolie ? »
Dans la lumière de la lampe qu'ils allumèrent devant moi, je pus distinguer leurs mouvements. Ils se dirigeaient tous en ma direction, leurs regards malveillants se braquant sur moi comme si j'eusse été un démon en chocolat sorti tout droit des Enfers. Non mais ces gens-là ne devaient pas avoir le cerveau plus gros qu'un pois ! Croire qu'ils avaient une chance de me résister avec des couteaux que je percevais très mal aiguisés, franchement ! Des brigands de bas étage ceux-là. J'aurais bien aimé leur répondre à mon style, toutefois on ne m'en laissa pas le temps. Une ombre fut plus rapide que moi... nan mais qui osait venir jouer sur mon plateau ?!



Dernière édition par Melodia Shūhebi le Dim 28 Avr - 6:12, édité 1 fois
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Dim 28 Avr - 4:36






Profitant de l'air marin, Higuen réfléchissait à son avenir... Qu'allait-il devenir ? Ces derniers temps, le jeune homme avait énormément agi... Il était allé au tournoi de Fiore pour Crime Sorcière... Il avait chassé des mages noirs en compagnie de compagnon sa guilde. Il avait espionné, escroqué, pour des renseignements, parfois faux... Mais il avait surtout rencontré de nombreuses personnes... Il était surprenant de voir qu'il s'était lié avec plusieurs personnes, lui qui était d'habitude, évitait au maximum le contact avec les autres...
Ces derniers l'avaient fait réfléchir sur sa cause, sur sa mission, sur... Son fardeau... Bien que toujours décidé à combattre les guildes noires, le jeune mage hésitait sur les méthodes employées...
La force était-elle la meilleure manière d'en finir avec ce stupide conflit ? La haine n'engendrait que plus de haine... Mais... D'un autre côté, comment ne pas réagir lorsque l'on savait que des mages égorgeaient des innocents, attaquaient des familles ? Ils tuaient et pillaient sans remords... Pareil à des animaux sauvages sans scrupules, ils étaient dangereux et imprévisibles... Pourtant... Ils n'étaient pas tous pareil... En effet, Higuen se souvenait d'Élena... Il avait rencontré cette souriante jeune fille à Shirotsume...
Elle paraissait aimable et gentille. Ce n'est qu'après que le jeune homme sut qu'elle appartenait à Tartaros... Une infâme guilde noire... Pourtant, la jeune femme n'était pas « mauvaise », du moins de ce qu'il avait vu... Et puis, certains mages noirs ne l'étaient pas par choix... Nathanaël, son compagnon de Crime Sorcière avait porté la marque de Tartaros contre son gré... Enfin, il y avait même des mages noirs qui embrassaient la cause de Crime Sorcière... Cela prouvait que les mages noirs n'étaient pas tous mauvais... Et puis... lui... Était-il vraiment quelqu'un qui pouvait se permettre de juger les autres ? Certes, les agissements des mages noirs étaient scandaleux... Pourtant... En voulant les combattre, Higuen avait fait des choses terribles... Il avait provoqué des accidents, détruit des bâtiments... Des victimes innocentes avaient été blessés ou tués à cause de lui... Indirectement, certes, mais à cause de lui quand même. Était-il vraiment... mieux qu'eux ?

Plongé dans ses pensées, Higuen sursauta en entendant une douce voix chantonner un air qu'il ne connaissait pas. Le jeune homme leva les yeux et vit une silhouette frêle qui sautait sur un bateau. Hélas, la lueur de la lune et les quelques vieux lampadaires n'éclairaient pas suffisamment et le jeune mage ne put distinguer autre chose qu'une tignasse rouge. L'inconnue traversa le pont en continuant de chanter à tue-tête, ce qui attira six ombres qui sortirent de la cale. Malgré la distance de quelques mètres qui séparait le mage des ombres, Higuen vit immédiatement un éclat lumineux qui était sûrement dû à une lame de couteau... Le jeune homme n'hésita pas une seconde de plus. Il se releva et se dirigea furtivement vers le navire de pêcheur. Sur l'embarcation, la jeune femme venait de se rendre compte qu'elle n'était pas seule... L'idiote... Prendre des risques insensé dans un lieu presque désert... L'une des ombres empoigna alors la jeune femme, mais ce qui surprit Higuen, c'était que l'inconnue répliqua immédiatement avec un coup de pied qui repoussa l'assaillante, ce qui fit tanguer le bateau. Une aubaine pour le mage de Crime Sorcière qui put ainsi sauter sur le navire sans difficulté.


Sous la lumière, le jeune homme distingua finalement les ombres en question... Cinq hommes et une femme, mal habillés, mal rasés, mal coiffés, mal lavés... Leurs dents étaient sales, jaunâtres, leurs mains étaient crasseuses et ils exhibaient des couteaux minables. Un travail grossier qui dégoûta le mage de Crime Sorcière. Même s'il n'était pas encore un maître forgeron, il savait reconnaître de bonne ou mauvaise lame... Et ces couteaux... Ils n'étaient pas simplement usés... Ils étaient simplement mal travaillés de base... Les manches étaient tordus et lames menaçaient de se briser en un coup... Le combat allait être simple... Rapide... L'utilisateur de la magie des ténèbres n'attendit pas. Il passa devant la jeune femme et dégaina ses propres couteaux.

« J'vais vous montrer c'que c'est un vrai couteau moi, vous allez voir. »

À ces mots, il feinta la femme qui était devant elle. Il fit semblant de lancer une de ces lames et son adversaire tomba dans le panneau. Elle effectua une espèce de roulade disgracieuse et se retrouva à terre. Sans la moindre pitié, le jeune mage lui donna un violent coup de pied qui l'envoya en arrière.
Il fondit ensuite sur un des cinq hommes et lui donna un violent coup dans la mâchoire. Ses compagnons regardèrent la scène d'un air hébété. Ils étaient stupides... Et sûrement ivre. Leurs mouvements étaient lents, amples et prévisibles. L'un des hommes fondit alors sur Higuen et tenta de lui asséner un coup de couteau et comme il l'avait prévu la lame de son adversaire se brisa. En effet, lorsqu'il vit le couteau arriver vers lui, le mage de Crime Sorcière avait paré le coup en décrivant un mouvement descendant avec son bras, afin d'obtenir plus de force. Son couteau avait alors cassé en deux la lame du bandit. Un petit rictus cynique prit alors place sur le visage du jeune homme tandis qu'il voyait la peur s'insinuer dans les yeux de son adversaire.

« Bah alors ? On est moins confiant ? » Ajouta ce dernier d'un ton ironique.

Il savourait cet instant de puissance, ce moment... Ce laps de temps durant lequel il se savait plus fort... Personne ne pouvait nier qu'il était plus puissant qu'eux, plus rapide qu'eux. Il pouvait presque voir ses adversaires trembler... Il aimait ce simple fait d'effrayer ses ennemis... Eux qui voulaient agresser une jeune femme seule... Ils étaient maintenant devant un mage qui était définitivement plus puissant. Le jeune homme entendit alors la voix caverneuse de la femme qu'il venait d’expédier derrière lui.

« Eh gamin, ranze ton arme, sinon l'cou d'cette zeune d'moizelle s'ra taché d'rouze si tu vois s'que j'veux dire ! »

Le jeune homme sentit son cœur s'arrêter et il vit l'inconnue, un couteau à la gorge... Et même si la lame était mal aiguisée, il savait qu'elle trancherait la gorge de la jeune femme en quelques secondes. La jeune feùùe en question était habillée en noir et en blanc... Elle ne paraissait pas plus vieille qu'Higuen. Ses yeux étaient d'un rouge pénétrant. Son visage lui, ne portait aucune marque, aucune cicatrice, elle était légèrement pâle mais le jeune homme ne pouvait pas nier qu'elle avait un très beau faciès. Ce qui était étrange, c'était que son visage ne trahissait aucune émotion... Ses yeux transmettaient au mieux un petit peu de colère... Mais en aucun cas de la peur... Mais dans tous les cas, le mage de Crime Sorcière était obligé d'obéir. Il lâcha ses couteaux et leva les mains en l'air en signe de soumission en soupirant... Il était étrange de voir comment en quelques secondes, il était passé du dominateur au dominé... Du vainqueur au vaincu... Sa seule solution était d'attendre que les bandits baissent leurs gardes pour qu'il puisse lancer un sort... Sûrement un dark moment pour aveugler ses ennemis.




Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Dim 5 Mai - 7:28
Higuen
© Never-Utopia

Un jeune homme à l'allure sombre, qui ne me disait rien de bon.
D'où il se permettait d'apparaître tel un voleur pour me ravir les proies que j'espérais trancher en morceaux ? Une petite partie de boucherie semblait suffisante à évacuer la colère qui m'habitait depuis ma défaite à Crocus. J'avais eu la chance d'être recueillie par une pauvre famille des bidonvilles suite à l'affrontement avec Shiro Rainfire. Je n'y étais restée qu'une demi-journée, sachant bien que la bonté de Quatie Aeron n'effacerait point les traces de ma présence en cette ville qu'était la capitale de Fiore. Une fois la majeure partie de mes blessures traitées avec du matériel qui me dégoûtait, j'eus tôt fait de rejoindre les frontières du territoire pour le quitter définitivement. Bien que l'idée de fuite m'avait longtemps répugné, ne voulant pas montrer la faiblesse du statut de mage noir ni le détachement que l'on pouvait m'accorder envers mon collègue capturé, aucun autre choix ne s'était offert à moi. J'avais abandonné Nusty au même titre que l'image inquiétante habituellement laissée par la guilde Oracion Seis. Il fallait dire que j'étais peu fière d'un tel comportement et que le regret de ne pas avoir fracassé la tronche aux deux mages officiels se transformait doucement en furie. J'avais tenté d'analyser leurs styles de combat lors du Grand Tournoi à l'arène de Crocus, mais j'avais dû battre en retraite puisque mon visage était trop connu par le peuple sur le moment. Au final, je n'avais pu qu'entendre les spectateurs s'exclamer sur les prouesses des combattants, particulièrement ceux de Fairy Tail. Ce groupe de mages était les plus connus de tout le royaume et j'avais déjà eu affaire à certains de leurs membres par le passé ; autant directement qu'indirectement. Ils devenaient un peu trop populaires à mon avis, il faudrait s'atteler à leur cas au plus vite. Proposer un plan d'action aux assassins qu'étaient mes collègues ne devrait pas poser de problèmes, surtout si ce plan était bien préparé. Chacun de nous avait ses raisons de vouloir porter atteinte à la réputation des petites fées, et j'étais certaine qu'avec mon aide, nous pourrions arriver à un résultat satisfaisant.

Tout cela pour dire qu'au-delà du possible, j'avais laissé mes pensées m'emporter au loin. Je n'avais pas suivi l'altercation qui avait eu lieu sous mes yeux, aussi je fus surprise de remarquer que l'inconnu semblait être venu afin de me porter secours. Comme si j'avais besoin de protection ! Je savais me défendre contre des chiens saouls et aveuglés par l'espoir de trouver des richesses. Cependant, je restai immobile à contempler un point invisible, cela jusqu'à ce que je ne sente une lame froide se presser contre ma gorge. Ce fut à l'image des scènes idiotes que l'on retrouvait dans les romans d'aventure : la prise d'un otage, la menace et le héros qui obtempère. J'en aurais presque ri si ma gorge ne subissait pas l'attaque d'une arme en fer usée. À la lumière de la lampe que tenait toujours à bout de bras l'un des bandits, un sourire se dessina sur mes lèvres. Je croisai le regard du jeune homme venant de laisser tomber son couteau sur le plancher du bateau. Deux perles brunes illuminées d'un faible éclat d'anxiété me firent obstacle alors que je l'examinais de haut en bas. Au milieu de la pénombre, il paraissait plutôt grand et svelte. Son style vestimentaire n'avait rien d'extraordinaire, tout comme sa chevelure qui s'agençait avec les ténèbres de la nuit. Il ne m'apparut que très peu inquiété de la situation, bien qu'un peu nerveux face à ce qu'il devait considérer comme un piège. Je devinais qu'il devait être doté d'une certaine bonté, car aucun de ses adversaires n'étaient morts, seulement blessés. Ma vie semblait avoir une importance à ses yeux ; il obéissait aux directives de la vieille folle qui me tenait par la taille. Notre proximité eut tôt fait d'apporter l'odeur de poissons pourris jusqu'à mes narines, me réveillant par la même occasion. Qu'est-ce que je faisais à jouer l'innocente victime ? Être silencieuse et faire semblant de courir un danger quelconque, ce n'était pas moi ça. Mon sourire en était la preuve.

Profitant du fait que l'attention était tournée sur l'inconnu, je tournai lentement mon cou pour mordre la chair à ma portée tout en frappant d'un coup de pied le genou de ma geôlière. Celle-ci lâcha son arme, qui alla se perdre parmi le bois moisi du pont et les saletés qui traînaient un peu partout. Elle eut le réflexe de reculer suite au coup porté, geste que j'appuyai en lui offrant mon talon gauche en plein ventre. La femme perdit l'équilibre et tomba outre-mer, c'est-à-dire sur le quai qui se brisa sous le poids de l'impact. Une à l'eau, plus que cinq ! J'avais déjà la salive à la bouche en sachant que l'on m'octroyait le plaisir de tuer ces pauvres hommes. Qu'ils aillent en enfer, ils avaient été les premiers à chercher les ennuis alors que moi j'étais une simple passante venue libérer son humeur désagréable en chantant de jolies mélodies. J'avais eu le droit d'emprunter leur bateau pour y marcher, car de toute évidence il n'y avait rien de beau à voler. Que dirait le jeune homme si j'en tuais un ? Était-il un mage officiel ou pire, un Chevalier Runique hors de ses fonctions ? Je ne pouvais le savoir et c'était bien dommage que je dusse me retenir de ne pas tous les égorger. Quelques têtes de plus à ma collection m'aurait fait du bien. Toutefois, je profitai de la surprise générale pour sortir mes aiguilles de ma poche et dépouiller de toute vie le brigand qui tenait la lampe, lampe que je lui volai des mains pour assommer celui qui avait voulu m'agripper par derrière. Deux de plus étalés par terre. Qu'allait faire les trois derniers spectateurs ? Je n'en avais aucune idée, par contre je savais ce qu'ils allaient devenir : du pâté pour nekomatas.

À l'un, je donnai un coup de pied à un endroit précis qui le fit s'écrouler par terre en gémissant. À un autre, je décochai mon coude sur son nez avant de lui trancher la gorge pour éviter que ses plaintes n'amènent plus de problèmes. Au dernier, je décochai un regard malveillant qui le fit sûrement pisser dans ses culottes puisqu'il courut se jeter par-dessus bord. On n'entendit que l'éclaboussement de l'eau lorsque son corps pénétra la mer de Désespérance. Rien à faire, ces gars-là avaient plus de puces que de courage. Même la femme, qui semblait être le cerveau des opérations, ne réapparut point. Aucun d'eux n'irait rapporter ce petit fait aux autorités, sachant pertinemment que s'ils le feraient, ils devraient dévoiler au grand jour leur activité illégale de contre-bande. J'aurais pu en être heureuse, si ce n'avait été que de la seule paire de roubignoles que j'avais omise de cogner. Me tournant en direction de l'inconnu qui était arrivé au départ avec de bonnes intentions, je le jaugeai du regard pour déterminer son niveau de dangerosité. S'il se révélait peu enclin à supporter quelques morts inutiles, je devrais le tuer. Quant à savoir s'il était puissant, je percevais une faible énergie magique émanant de son être, contrairement à sa condition physique qui semblait plus développée que la mienne. D'un côté, même une larve aurait eu meilleure endurance ou vigueur musculaire que moi. Justement, une se tortillait toujours au sol ; il faudrait décider ce que l'on ferait de lui, mais je ne savais si tuer une troisième fois ne serait pas la goutte qui ferait déborder le vase. En somme, tout dépendait de la façon dont le jeune inconnu réagirait au massacre que je venais de perpétrer. Je choisis tout de même de lui accorder un petit sourire, question de principe.

« M'ci pour l'coup de main, mais j'pouvais m'débrouiller seule ! »

Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Lun 17 Juin - 3:16






Attentif aux moindres mouvements des bandits, Higuen respirait doucement. L'important, dans ce genre de situation, était de ne pas perdre son calme. D'analyser la situation de manière rationnelle. Et surtout, il ne fallait pas paniquer... Il restait encore six gredins mais ces derniers avaient un otage...
La priorité du jeune mage était de sauver la pauvre rouquine, accrochée à la vie grâce à un mince fil... Un mince fil qui pouvait être coupé en quelques secondes si la lame de la vieille femme tranchait la gorge de l'inconnue... Pourtant, le jeune homme était perplexe... La jeune femme qui était en face de lui ne montrait aucune émotion... Pas de peur... Pas de panique... Pas même une once d'anxiété... Pour une femme qui était prise en otage, elle faisait preuve d'un calme olympien...



Le jeune mage poussa un discret soupir... Il ne pouvait plus attendre, chaque seconde était importante... L'utilisateur de la Yami no Maho leva les yeux vers la vieille lorsque petite rouquine fit quelque chose de surprenant. Prise d'une envie apparemment sauvage, elle mordit violemment le cou du bandit tout en lui frappant le genou. Crise de folie ? Action irréfléchie ? Instinct de survie ? Il était dur de croire qu'une créature aussi chétive -d'apparence du moins- ai pu défendre sa peau d'une manière aussi sauvage, aussi primitive... Pourtant, au lieu de fuir à l'opposé, au lieu de tenter de quitter le navire, la jeune rouquine attaqua celle qui, quelques secondes plutôt, avait une emprise sur sa vie. D'un coup de pied violent, elle projeta cette dernière hors du bateau et quelques instants plus tard, un « plouf » sonore et disgracieux suivi d'un mugissement de douleur, semblable à un barrissement, se fit entendre... La jeune fille, elle, n'était apparemment pas rassasiée et sa soif de violence ne semblait avoir de limite. Ces yeux reflétaient une démence rare, terrifiante. Sans attendre, elle plongea vers les autres hommes. Le jeune homme ressenti un profond malaise, ce regard, cette flamme haineuse qui brillait dans les yeux de la rouquine... Elle allait causer un massacre... Elle allait en tuer un... Comment faire ? L’arrêter. Non, ce n'était que des suppositions... De toute façon, avant même qu'Higuen ai eu le temps de bouger, la jeune fille tua l'un des hommes en le transperçant de toute part avec ses aiguilles. Elle récupéra ensuite la lampe que le bandit tenait et s'en servit pour fracasser le crâne d'un autre bandit. Déjà deux autres victimes... Et apparemment, elle n'allait pas s'arrêter en si bon chemin. Avant même qu'Higuen est pu intervenir, un troisième bandit se retrouva à terre. Le plus chanceux sans doute, car il n'était pas mortellement blessé, bien que la rouquine ai visé un point vraiment sensible... Le suivant n'eut pas autant de chance, un violent coup de coude et le son assez désagréable d’un os cassé se fit entendre. Un craquement sourd et sec, qui indiquait que le nez du bandit était désormais brisé. Mais la jeune femme n’en avait pas fini avec sa victime. En effet, d’un coup sec, elle trancha la gorge du malfrat qui tomba à terre. Sans vie. La jeune femme lança finalement un regard au dernier mage qui s’enfuit par-dessus bord.

 

En quelques secondes, un lourd silence s’abattit… Qui était cette femme ? Comment pouvait-elle se permettre de perpétuer un tel carnage ? Une mage noire ? Une criminelle en tout cas… Oui. La jeune femme prit la parole pour le remercier… Étrange, d’un côté, la jeune femme avait raison, elle n’avait pas eu besoin d’aide… Mais si elle était réellement une mage noire… Pourquoi ne faisait-elle rien ? Le jeune homme avait été témoin de son crime… De ses crimes... Alors pourquoi ? N’avait-elle pas peur qu’il la dénonce, pourquoi cette attitude sereine, pourquoi ce sourire même ? Était-elle vraiment une mage noire ? Le jeune homme allait prendre la parole lorsqu’il entendit des pas précipités… Des gardes ? Mais comment ? Avant même qu’il ait pu réagir, il vit quelque chose briller dans la nuit. Une lame, qui allait directement vers la jeune rouquine. Par pur réflexe, le jeune homme poussa la jeune femme pour qu’elle ne se fasse pas toucher et serra des dents lorsque le couteau fila dans la nuit, ne manquant pas au passage de blesser délicatement la jambe du jeune mage.

 On était bien loin des épées rouillées des bandits… Higuen lança un regard froid et haineux envers la troupe de garde, mais il ne pouvait en aucun cas attaquer ces derniers. Combattre était bien trop dangereux, et chaque seconde les rapprochaient, la jeune femme et lui, d’une arrestation et d’une condamnation. L’utilisateur de la Yami No Maho étouffa un juron puis leva le bras. Il murmura


« Dark moment. »


A ces mots, une sphère obscure apparut et grandit, englobant tous les gardes qui commençèrent à hurler, paniqués et énervés.  Le jeune homme ne perdit pas son temps, il attrapa la rouquine et quitta le bateau. Heureusement, la jeune femme ne pesait pas lourd, et elle n’entravait pas ses mouvements. Il sauta de navire en navire puis quitta le port, préférant la sécurité des ruelles à l’exposition des grandes places portuaires. Lorsqu’il n’entendit plus que quelques musiques et non les hurlements des gardes, Higuen se détendit et posa à terre la jeune femme. Il était arrivé à une petite rue sombre, et calme. L’écho d’un chant particulièrement mélodieux se faisait ouïr, accompagné de quelques instruments à vent. Le jeune mage jeta un dernier coup d’œil autour de lui, la rue était vide. Il posa ensuite ses yeux sur la jeune femme. Sans lumière,  il n’arrivait toujours pas à distinguer correctement le visage de la jeune femme. Il prit alors la parole.


« Qui es-tu ? Es-tu une mage noire ? Tu as tué sans hésitation ses bandits… Ils l’avaient cherché, certes, mais tout de même… »



Le jeune homme soupira ensuite et émit un léger grognement en sentant sa blessure à la jambe. Il n’avait pas de quoi la soigner ici… Il allait donc devoir prendre son mal en patience. 



 


Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Lun 15 Juil - 3:56
Higuen
© Never-Utopia
Il n'avait pas eu peur. Ce jeune homme, qui venait d'assister à la mise à mort d'au moins trois brigands, ne semblait nullement terrifié à l'idée de confronter une tueuse de sang froid. D'un côté, les victimes s'étaient révélées être de pauvres et innocents humains contrôlés par un désir de richesse. Ils avaient dû voler et tuer dans leur passé, alors ils n'avaient que ce qu'ils méritaient : une mort minable. Le bateau puait l'odeur des jours passés en mer et mes papilles gustatives me firent remarquer ô combien la peau de ces crasseux était... crasseuse. Lorsque j'avais mordu la femme au niveau de l'avant-bras, le goût de poisson était passé inaperçu vis-à-vis celui du sang qui m'animait tout entière. Sauf qu'après coup, ma salive m'offre une texture à saveur de terre que je n'apprécie guère, ce pourquoi une grotesque grimace se forme sur mon visage une fois le remerciement déclaré. J'avais prévu de m'amuser un peu avec les deux personnes encore vivantes sur le bateau, mais mes priorités avaient changé ; je devais absolument me rincer la bouche.

Je ne protestai pas lorsque l'on me poussa brusquement, au contraire j'accueillis cette manoeuvre avec bonne humeur. Mes hanches frappèrent le bord de l'embarcation, mais le haut de mon corps bascula vers l'étendue d'eau où mes mains liées en prirent une petite quantité. Ce n'était pas un rince-bouche de haute qualité, mais il allait faire l'affaire ! Cependant, j'eus à peine le temps d'insérer le liquide à l'intérieur de ma cavité buccale qu'une paire de bras vint me soulever de terre. Alors que le jeune homme à l'allure sombre débutait une course, j'entendis des cris non loin derrière. Je n'avais pas relevé qu'il avait utilisé la magie pour nous sauver d'une arrestation par des agents runiques en patrouille jusqu'à ce que je ne jette un coup d'oeil derrière son dos. Parmi le faible éclairage du port, je crus distinguer une forme noire se dissiper doucement en libérant de petits hommes en armure. La scène m'échappa malgré tout, car au détour d'une ruelle le port disparut de ma vue. De l'eau sale menaçant toujours de m'envahir à la gorge, je ne criai ni ne me plaignis de tout le trajet, trouvant ce transport quelque peu confortable. Cet inconnu m'avait bien aidé à échapper aux gardes de Carmina, je pouvais bien lui faire confiance deux trois minutes. Le laisser m'emmener en un endroit sûr, lui cracher mon trésor au visage et l'égorger par la suite. Oui, c'était un plan tout à fait acceptable.

Je n'avais donc pas prévu que mon humeur s'améliorerait au point où j'omettrais de tuer mon porteur. Pour une raison que je n'arrive pas à m'expliquer, l'entente de pièces musicales me calme. Je deviens plus sereine et j'en oublie mes problèmes. Ce soir, une mélodie particulièrement jolie résonnait à mes oreilles et je ne pouvais m'empêcher de l'apprécier. L'accompagnement des instruments à vent était d'autant plus doux et rendait le tout poignant. Parce que oui, la musique venait me chercher, faisait vibrer mes entrailles et colorait mon âme d'une tout autre couleur. Je me sentais légère même si j'avais les deux pieds cloués au sol. Les bras imperceptiblement positionnés comme si j'allais m'envoler, je fermai les yeux en profitant d'une brise fraîche pour m'apaiser l'esprit. C'était un rêve. Carmina était un rêve ! Malheureusement, tout rêve a une fin. Le mien prit fin lorsque l'inconnu m'adressa ses premiers mots. La surprise de sa voix, d'être prise sur le fait, de ses questions... me fit recracher bruyamment l'eau sale que contenait toujours ma cavité buccale. Ce n'est qu'une fois plusieurs plaintes du même type que « beurk » et « c'dégoûtant » dites et quelques crachats jetés au pied de bâtiments, que je pus enfin tourner la tête en direction de mon interlocuteur.

Il était plutôt mignon, cela j'avais pu le constater lors de notre petite balade. N'ayant nul paysage à regarder, j'avais entrepris de l'analyser plus en détail. Il avait des yeux qui me rappelaient la couleur du miel, les rares fois où j'avais pu me permettre d'en déguster. Sa coiffure était simple, à savoir des cheveux ébouriffés, teintés en un noir profond et agrémentés de quelques mèches blanches et rouges ici et là. Il avait un corps assez musclé, de ce que j'avais perçu en m'accrochant d'une poigne ferme à ses épaules. Il devait avoir la marque de mes ongles incrustée dans sa peau, le pauvre. Je n'aimais pas tellement les déplacements que je ne contrôlais pas, surtout ceux venant d'un inconnu qui devait faire au moins deux têtes de plus que moi. Et s'il m'avait échappé, hein ? Je serais tombée d'une hauteur suffisante pour m'occasionner un mal de fessier ! Je n'aurais pas apprécié, il n'aurait pas apprécié mon coup de poing et les habitants autour n'auraient pas apprécié de m'entendre râler. Pour en revenir au sujet, le jeune homme avait un style vestimentaire relativement admirable de ce que j'en avais vu malgré la noirceur de la nuit. Par contre, pour ce qui était de s'adresser à une dame de ma trempe, c'était raté. La politesse, n'y avait-il que moi qui connaissais ? Je laissai échapper un petit rire avant de prendre la parole.

« Hm. D'habitude, les gens s'présentent avant de d'mander l'identité des autres ! Mais j'vais tout d'même t'la donner puisque t'sembles bien intéressé par les mages noirs... Dans l'métier, on m'appelle Athéna. Si ce surnom ne lui disait rien, tant pis pour lui. Il ne saurait rien de plus. Et toi ? T'sembles pas du genre à t'faire du soucis pour l'extermination d'quelques bandits d'bas niveau. T'es louche. »

En ce sens, il ne devait pas faire partie de l'organisation gouvernementale de Fiore. Encore heureux, sinon je serais en taule depuis belle lurette. Enfin, si lui n'était pas mort de mes mains avant. Il ne devait pas non plus être un mage officiel. Un mage noir ? Pourquoi pas. Il semblait sympathique à mon égard. Si c'était bien le cas, nous n'aurions pas que l'âge en commun ! Je ne l'avais jamais croisé sur le marché noir et il ne me rappelait aucun visage important des guildes noires principales. Peut-être que je pourrais m'en faire un allié et une source d'information supplémentaire pour Oracion Séis. Ce dont je ne pouvais pas douter, c'était que la séance de manipulation allait débuter dès maintenant ! À ce moment je n'avais pas remarqué le dessin sur son avant-bras droit ni la blessure à sa jambe. Tout ce qui comptait être retenu était son regard.

« Pour c'qui est des bandits, ils l'avaient mérité. Point final. Y'a pas d'autres questions à s'poser. »
Ils l'avaient bien mérité, oh ça oui ; ils avaient osé s'en prendre à moi. C'était une raison suffisante pour les tuer. Rien que d'y repenser me laissait un sourire mystérieux aux lèvres.



HRP:
 
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Sam 8 Mar - 22:36





Alors que son cœur battait encore à la chamade à cause de la course et du stress, Higuen réfléchissait déjà aux moyens d’éviter les gardes et autres indésirables qui croiseraient surement la route du jeune mage et de sa compagnonne d’infortune. Soudain, des bruits, du vacarme, des cris éloignés. La belle mélodie qui plaisait tant au mage de ténèbres fut rompu par une voix forte, qui demandait si personne n’avait vu deux individus louches trainer dans le coin. Par chance, les gens ici n’étaient pas intéressés par les problèmes des autres. Trop occupés par leurs propres histoires, personne, sur la place n’avait été témoin de la présence de personnes étranges. La musique reprit alors, tandis que les soldats se séparaient, un son de cliquetis d’armure se fit alors entendre. Trop concentré sur le moyen de les sortir de là, le mage de Crime Sorcière ne put saisir la première phrase de la jeune inconnue qu’il venait d’emporter avec lui. Ainsi, il cru comprendre un mot comme Athena. La jeune femme ajouta ensuite :
Et toi ? T'sembles pas du genre à t'faire du souci pour l'extermination d'quelques bandits d'bas niveau. T'es louche. »

Lui ? Louche ? Oui, c’était complètement le cas. Se faire du souci pour l’extermination de bandit ? Une partie de lui songeaient aux crimes qu’ils avaient pu commettre avant, tandis que l’autre se disait que la jeune femme n’aurait pas du être aussi extrême, mais qu’importait, ce qui était fait était fait… Pouvait-il dire de quelle guilde il venait ? Par réflexe, il baissa les manches de sa chemise et de sa veste, ainsi, aucune chance d’être découvert à cause de son tatouage. Pour le moment du moins. Avant qu’il ne puisse mentir pour répondre, la jeune femme ajouta :

« Pour c'qui est des bandits, ils l'avaient mérité. Point final. Y'a pas d'autres questions à s'poser. »

C’était une réflexion binaire assez…simpliste : ils m’ont fait du tord, je me suis vengé. Cela amusa légèrement le jeune mage, puisque lui-même agissait parfois comme ça.
D’ailleurs, il répondit :

« C’est vrai qu’ils étaient coupables d’avoir attaqués, et puis, Dieu seul sait quels crimes ils ont commit dans le passé… Mais la mort n’est pas toujours le meilleur des châtiments… Enfin… »

Alors qu’il parlait, un doute l’assaillait, toujours le même, la mort… Il donnait la mort, Crime Sorcière donnait la mort, était-elle mieux que les mages noires, un crime restait un crime, un assassiné restait une victime, ce que la personne était avant n’importait pas, le mort devenait forcement une victime, même si la seconde avant, elle était coupable… Soudain, une voix grave hurla :

« Retrouvez-les ! Ils ne sont pas très loin, cherchez du sang ! L’un d’eux est blessé ! »

Higuen étouffa un juron, ces foutus gardes ne lâchaient pas l’affaire ! Il devait agir, et vite. Plus le temps de réfléchir, il retira sa veste, puis sa chemise. Il arracha sa chemise et utilisa le tissu pour se faire un bandage de fortune puis il remit sa veste, simple histoire de pudeur et de discrétion. Il reprit ensuite la parole :

« Mademoiselle, si vous voulez vous en sortir, il va falloir me faire à nouveau confiance. »

Puis, sans même attendre de réponse, il attrapa la jeune femme et la mit sur son dos, de manière à pouvoir se déplacer avec plus de facilité. Il prit ensuite un couteau et entreprit d’escalader le mur. Malgré des années d’entrainement, il n’avait jamais escaladé un mur avec une blessure à la jambe et une inconnue sur le dos, ainsi, il eut un peu plus de mal que prévu. Un peu trop d’ailleurs, puisque plusieurs gardes arrivèrent dans la ruelle et virent les deux mages. Atteignant le toit de la maison, le jeune mage n’eut pas le choix, il concentra sa magie dans sa main et murmura :

Dark Delet.

Aussitôt, une unique sphère, assez petite se forma, et le mage de ténèbre l’envoya sur un gros tuyau qui grimpait sur le mur et qui aurait pu permettre aux gardes de monter à leur tour. Hélas, l’utilisateur de la Yami no Maho n’avait même pas le temps de souffler, il observa les alentours et tenta de se retrouver. Soudain, il vit un attroupement de maisonnette qui crachait doucement de la fumée. Les forges ! Sans même réfléchir, le jeune homme fonça, sautant de toit en toit, le vent ébouriffait ses cheveux, la lune l’illuminait tout entier et Higuen se sentit libre. Il avait beau être entrain de fuir une garde hostile, accompagnée d’une inconnue, le jeune homme se sentait bien, il était content, apaisé. Les cris étaient désormais loin. Les gardes n’avaient pas pu voir vers où se dirigeaient les fugitifs. Estimant qu’ils étaient assez loin, Higuen déposa en douceur la belle aux cheveux de feu, puis s’adossa la cheminé éteinte de la maison sur laquelle il s’était arrêté.

« Alors comme ça tu me trouves louche ? Je ne suis qu’un simple mage…errant. »

Il ferma alors les yeux, profitant des rayons salvateurs de la grande et belle lune.





 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Lun 14 Avr - 2:54
Higuen
©️ Never-Utopia
Lui faire confiance ? Pourquoi devrais-je lui faire confiance à nouveau ? La réponse ne tarda pas, car je sentis qu'on m'attrapait, non sans brutalité, pour me poster sur un dos bien musclé. La joue collée sur une veste en cuir, c'était un « tiens-toi bien ou tombe dans le vide ». Le jeune inconnu n'avait toujours pas daigné répondre à mes questions ni se présenter ; pourtant, il se permettait de me traîner comme un vulgaire torchon. Sous mes pieds, il n'y avait rien. Nous étions littéralement en train de grimper sur un mur, du moins le jeune homme auquel je m'accrochais comme si ma vie dépendait de sa performance, ce qui n'était pas loin de la vérité. Faire une chute de dix mètres à l'endroit où se trouvait des gardes de la ville, ça ne pouvait pas être bon pour le dos. Je me laissai donc traîner quelques minutes, tentant de mon mieux de ne pas être un fardeau.

On s'arrêta, enfin. Au pied d'une vieille maisonnette qui semblait fort chaleureuse. Une douce fumée grisâtre s'échappait de plusieurs cheminées du quartier et une agréable chaleur se répandait à travers les rues. D'après les bruits environnants, j'aurais parié que nous étions dans la région des forgerons. C'était plutôt tranquille si l'on oubliait les tintements incessants des pièces de métal et autre. Mon sauveur finit par me déposer avant de s'adosser sur une cheminée. Un silence semblait vouloir perdurer afin de laisser nos regards se croiser, se toiser. Mais il n'y en eut pas, car le ténébreux qui avait utilisé un sort relié à la Yami no Mahô pour se débarrasser des gardes répéta sous forme de question le fait que je le trouvais louche. Malgré ce deuxième sauvetage, mon opinion à son sujet n'avait point changé. Il était d'autant plus louche du fait qu'il discutait avec une mage noire reconnue... qu'il n'avait même pas reconnu. Sombre idiot ! Étais-je invisible à ce point ? La lueur de la lune aurait pourtant dû lui montrer les traits de mon visage, et mon surnom aurait dû sonner une petit cloche dans sa cabotine ! Enfin. Il paraissait calme. Épuisé, mais en paix. Je pouvais presque voir un sourire inexistant se former sur ses lèvres. Il avait fermé les yeux. Ç'aurait été le moment idéal pour le tuer et lui faire comprendre qu'on ne malmenait pas Athéna avec si peu de manières. Néanmoins, je n'avais pas envie de tuer. De le tuer.

« T'es fort sympathique comme p'tit gars. Espère qu'on va s'revoir un jour, que j't'apprennes comment transporter correctement une fille ! »
Je lui offris ces dernières paroles en guise d'au revoir. Si je n'allais pas le tuer ni le manipuler puisqu'il n'était qu'un mage errant, il était temps pour moi de partir. En silence, je filai entre les ombres de la ruelle. Mais avant de disparaître complètement, je me retournai, un petit sourire au visage. Cette fois, je n'oublierai pas cet inconnu. Je ferai même des recherches à son sujet, jusqu'à découvrir qu'il fait partie de la guilde Crime Sorciere. Et que son prénom est Higuen.



HRP:
 
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   Dim 20 Avr - 3:56





La nuit, le calme, la fraicheur, la douce lumière de la nuit, ces moments calmes et sereins qui ponctuaient la vie du mage de ténèbres le rendaient heureux. Certes, d’aucuns auraient pu dire que le mage se contentait de peu, mais au final, était-ce réellement peu ? Dans un monde où il était considéré comme criminel, profiter d’un instant de répit où le temps semblait figé, n’était-ce pas merveilleux ? N’était-ce pas une douce ironie que de pouvoir profiter de la lune ? Finalement, ce fut la jeune femme que le mage avait sauvé qu’il le sortit de sa rêverie utopique.

"T'es fort sympathique comme p'tit gars. Espère qu'on va s'revoir un jour, que j't'apprennes comment transporter correctement une fille ! "

Et avant même qu’il puisse dire ou faire quoi que ce soit, elle avait disparu. Nul doute qu’elle connaissait bien l’art et la manière de disparaitre dans l’ombre, même s’il l’avait rencontré alors qu’elle chantait à tue-tête de la manière la plus indiscrète qui soit… Qui était-elle ? D’où venait-elle ? Le mage aurait pu tenter de la suivre et de la retrouver, simplement pour s’assurer qu’elle n’aurait pas de soucis avec les gardes mais d’un autre côté, il savait qu’elle ne risquait rien. D’une part parce que le mage de ténèbres les avait éloignés des gardes et d’une autre part parce que… Il ne savait pas… Il avait l’intuition que ça allait aller. Il resta donc là, sur le toit, à contempler la lune… Pourtant, il ne pouvait pas rester, il devait quitter la ville pour ne pas avoir de soucis… Mais comme un enfant qui retarde l’heure du coucher, le mage voulait encore profiter de cette voûte étoilée. Cédant pour une fois aux caprices de son âme, il se releva doucement et se dirigea vers les forges de la ville, même blessé, il les contemplerait une dernière fois avant de retourner à la vie, terrible et difficile vie.



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]   

La nuit qui brise les préjugés. [Pv. Melodia Shūhebi]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-