Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]

AuteurMessage
Arepkusu Shebari

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/01/2014
Âge : 19
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Spinning Magic/Magie de la rotation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.100
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Jeu 23 Jan - 3:24
De l'eau. En regardant droit devant, on ne voyait que des étendues d'eau, s'étendant partout à l'horizon. Le petit vent qui soufflait ce jour là poussait de petites vaguelettes vers la côte et ses nombreux rochers se voyaient fouettés inlassablement par la mer. Ce jour là, à Hargeon, le même vent qui animait tranquillement la vaste étendue d'eau venait doucement caresser le visage des passants se promenant dans les environs du port. Sur les quais, un homme portant un pull rouge dont la fermeture éclair était complètement ouverte sur son torse gribouillait quelques lignes dans un vieux carnet à la couverture abîmée. Natif de Fiore nord, le jeune homme aux cheveux bruns supportait assez bien les températures froides et la brise ne semblait pas le déranger le moins du monde. Assis sur le bord du quai, il agitait les pieds en sifflant, appréciant la sensation des gouttes d'eau provenant du choc des vaguelettes et des rochers sur ses jambes. La journée ensoleillé était parfaite pour passer un peu de temps en extérieur et Arepkusu comptait bien profiter de la température clémente pour puiser l'inspiration dans l'étendue aquatique devant lui. C'était la première fois qu'il passait autant de temps à Hargeon. Bien qu'il y avait été une ou deux fois pendant les années précédentes, il n'avait pas passé plus d'une nuit à la taverne avant de déguerpir en vitesse la journée suivante. Mais cette fois, il avait décidé de passer plusieurs semaines à la tranquille ville portuaire, qu'il avait voulu explorer plus en profondeur. Sans oublier que toutes les grandes étendues, que ce soit des océans, des déserts ou des plaines l'inspiraient au plus haut point pour l'écriture de ses livres. Quand il eut passé trois bonnes heures assis sur un sol de bois, il finit par ressentir une certaine douleur au fessier et décida donc de prendre une pause dans son écriture et d'aller se promener un peu dans la ville, histoire de visiter les différents magasins. Peut-être aussi réussirait-il à se trouver un repas convenable pour le soir.

Shebari entreprit donc de ranger son stylo à encre et son carnet dans son sac, puis il remonta la fermeture de son pull aux trois-quarts et se leva. Il s'étira longuement et bâilla, comme si il venait à peine de se réveiller. Puis, tout en continuant de siffler, le jeune mage se dirigea vers le quartier marchand de la ville, situé au nord. Les vingt-cinq minutes de marches qu'il fit pour s'y rendre lui firent grand bien, surtout après avoir passé autant de temps immobile. La marche se déroula très bien, étant donné que les rues n'étaient pas excessivement bondés de gens comme dans certaines grandes villes. Aussi, Arep' avait constaté qu'il n'y avait pas beaucoup de criminalité dans cette ville, donc même la nuit les rues étaient peu dangereuses, bien que risqués comme partout dans le monde. Tout ça pour dire, en bref, que se promener seul dans cette ville n'était pas la chose la plus dangereuse au monde. Une fois arrivé au marché, Arepkusu vagabonda un peu partout, cherchant des boutiques ou échoppes qui pourraient un tant sois peu l'intéresser. Comme il s'y attendait, il ne trouva rien de plus que d'habitude. Il décida donc d'acheter le minimum nécessaire pour un repas nutritif pour la soirée et, transportant le sac contenant son futur dîner, il commença à se diriger vers la taverne où il séjournait quand il aperçut une grande affiche de bois qu'il n'avait jamais remarqué auparavant. Une boutique de magie. Intéressé par la perspective d'en apprendre plus sur le domaine fascinant des arcanes magiques, il poussa la porte en bois du magasin et entra. Le commerce était composé d'une grande pièce assez propre, le plancher de bois semblait ne pas trop souffrir des multiples saletés déposés par les chaussures des passants. Sur les murs, quelques dizaines de crochets et étagères supportaient le poids de différents objets magiques de moindre importance et qui, au vue du bas prix, ne devaient pas avoir un grand pouvoir. Ignorant la partie du mur où les babioles étaient posés, il dirigea plutôt ses yeux vers les vieilles étagères supportant quelques dizaines de livres.

Avec les yeux de convoitises d'un enfant venant de voir la section des sucreries, Shebari se dirigea avec empressement vers les livres. Il inspecta alors le tout, les regardant un après l'autre, écartant ceux qu'il connaissait déjà et ceux qui n'évoquaient pas de sujets bien importants dans ses études. Puis, il sépara les bouquins restants en deux piles distinctes : les anciens et les neufs. Il avait alors au moins vingt-quatre livres posés devant lui. Si il avait pu, il les auraient bien tous achetés, mais le prix devait être bien trop élevé pour sa bourse maigre de voyageur. Il en fit donc le tri, feuilletant quelques pages ici là et fini par en choisir trois en particulier. Sauf que quand il releva la tête des livres, il constata qu'il n'était plus l'unique client dans la place. Une jeune femme venait d'entrer dans la boutique.
Crystal Owl

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 05/01/2014
Âge : 20
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Oerba / Magie des Orbes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 700
Statut: Mage de Rang E
Renommée : Inconnu(e)
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Jeu 23 Jan - 22:15
L'atmosphère ténébreuse et mesquine du marché noir commençait à peser sur les frêles épaules de Crystal. Bien que désormais habituée au lieu, elle commençait à vouloir voir du pays sans oublier pour autant ses fonctions mais elle estimait que son "apprentissage" était désormais terminé et qu'il était temps qu'elle bouge un peu. Cette illumination n'était pas dû à l’intervention du Saint Esprit, non, elle avait pris conscience de sa soif d’aventure grâce ou à cause de ce fameux bouton qui lui était poussé sur le nez. Pour elle, il n’y avait aucun doute, c’était bien là le fruit de l’enfermement qui avait poussé sur le plus beau des arbres. Mais tout de même, un bouton ! Malgré tous les produits qu’elle utilisait chaque jour, non non, il lui fallait prendre l’air et peut-être alors il se dégonflerait ! Prise dans son élan purificateur, elle sortit du dédale du marché noir qu’elle connaissait maintenant comme sa poche et redécouvrit enfin l’air libre. Cependant, elle le savait, il lui faudrait être discrète si elle ne voulait pas s’attirer des ennuis aussi bien au niveau des guildes officielles qu’au niveau de sa propre guilde. Les erreurs se payait chères et elle en avait malheureusement fait plusieurs fois l’amère expérience. Et pourtant, sa guilde, elle l’aimait, elle était sa représentation à une beaucoup plus grande échelle.

La voilà finalement partie. Elle parcourut d’innombrables chemins plus ou moins fatigants, elle usait en effet de ses charmes pour trouver des moyens de transports plus rapides. Les paysans étant très friands des citadines, ils acceptaient avec plaisir de les faire monter dans leur charrette avec les poireaux. Le voyage ne fut pas du luxe mais elle arriva finalement dans la grande ville nommée Hargeon. Non, ce n’était pas de la voyance, juste un panneau affiché lorsqu’elle arriva. Elle remercia le producteur de pomme qui l’avait emmené jusqu’ici puis sortit de la charrette en en dérobant une bien rouge. Elle regarda autour d’elle tout en croquant avidement dans son bien. Hargeon était une belle ville, portuaire qui plus est. La présence de l’eau et de ses doux bruits était toujours un atout pour n’importe quelle ville, n’importe quel endroit. Il ne semblait onc pas y avoir de problème aux alentours. Crystal qui ne voulait pas se faire remarquer était en revanche mal parti, son teint blanchâtre témoignant l’absence de lumière quotidienne se voyait à des kilomètres, il était de plus accentué par le rouge sang de sa robe. Elle revêtit donc son châle blanc pour ne pas être trop fixée. Il lui fallait désormais aller dérober quelques vêtements pour ne pas trop paraître excentrique. Elle commença par attacher ses cheveux bleus en l’air puis pris la route des commerces indiqués par quelques passants. Puis ce n’était pas bien compliqué de trouver l’endroit, les moches revenaient de la pêche sur leur barque tandis que les personnes avec une certaine classe sortait quant à elles des magasins.

Crystal arriva finalement devant un magasin de robes qui paraissaient plutôt sobres, sans fioritures, un bon moyen de se fondre dans la masse. Elle entra donc. Au fond du magasin se trouvait la caisse avec derrière elle une vieille dame qui salua la jeune femme mais restait plantée là comme une cloche. Elle surveillait… Les vieux alors, il ne faut jamais leur voler quoi que ce soit ! Mais quels égoïstes franchement, ils ne pourraient pas tourner le dos cinq secondes ? Faire confiance un tantinet soit peu aux étrangers ? Crystal fit alors mine de fouiller dans les vêtements, jusqu’à tomber sur ce qu’elle souhaitait !

« Excusez-moi madame, cette robe n’a pas ma taille, ne l’auriez-vous pas en S ? »
« Hum .. hum .. hum, je vais tout de suite vérifier cela n’est-ce pas. »

La vieille dame partit alors dans une pièce derrière qui était très certainement la réserve. La jeune mage noire déroba alors une belle et longue robe blanche agrémentée de liserets bleu turquoise, de quoi faire oublier un peu sa pâleur. Elle l’a glissa sous son châle puis regarda revenir la vielle qui lui annonça.

« Ah oui oui, je l’ai bien, vous la prenez ? »
« Oh, vous savez, je crois que j’ai changé d’avis, les robes et moi, ça fait deux ! »

Crystal lui sourit avant de repartir. Elle trouva ensuite un coin isolé à l’abri des regards puis enfila sa robe. Une fois fait, elle gambada dans les rues, profita de son apparente liberté. Les missions, on en attribuait peu à des mages de son niveau et celles qu’elle pouvait choisir ne l’intéressait pas vraiment, peut-être valait-il mieux qu’elle se renforce encore un peu avant ? Enfin, ce pacifisme n’allait pas plaire longtemps à la guilde, et une fois rentrée, elle avait intérêt à se mettre au travail. C’est alors qu’elle tomba nez à nez avec une boutique de magie. Pris de curiosité, elle entra, elle pourrait peut-être voler quelques objets magiques. A l’intérieur, une multitude d’objets ou de livres et un homme, un mage ou un curieux. Il portait des lunettes et un pull rouge et semblait la regarder… Crystal avait surement dû rougir, être fixée commençait à être une habitude ici. Elle fit cependant mine d’ignorer attendant le moment opportun pour prendre les quelques objets intéressants. Cela allait s’annoncer compliquer, puisqu’une nouvelle personne entra dans la boutique, et avec elle,deux yeux en plus !
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Jeu 30 Jan - 4:13

Arepkusu + Crystal


« Oh mais quel joli soleil ! Pourquoi t'irais pas t'baigner ? »
Et me foutre la paix par la même occasion. Depuis plus d'une quinzaine de minutes, je me coltinais un petit garçon qui avait réellement besoin de revoir ses manières. Il crachait par terre à toutes les minutes, il baladait ses mains partout et en plus il avait le culot de demander à toucher mes cheveux ! Comme si j'allais permettre un tel acte d'irrespect et de malpropreté envers ma sublime chevelure ! C'était mal me connaître que de me soumettre pareil désir en ayant la conviction que ma réponse serait positive. Il avait même tendu les doigts pour se saisir d'une de mes mèches rouges, sauf que malheureusement un pot de fleurs lui était tombé sur la tête. Enfin, j'aurais voulu qu'il lui tombe sur la tête, mais il s'est cassé un peu trop vers la gauche. Je ne m'étais pas encore habitué à utiliser des objets du quotidien pour en faire de véritables armes destructrices de cerveaux ; j'avais un peu de mal à viser. Tout cela pour dire que ce pot-de-colle me suivait toujours, prétextant devoir prendre le même chemin que moi pour se rendre chez lui. Ses yeux globuleux ne cessaient de me fixer et je percevais son visage jonflu chaque fois que j'avais le malheur de regarder derrière moi. Ce petit allait vraiment finir en décomposition sous un quai de la ville s'il continuait à me harceler de la sorte. D'ailleurs, pourquoi n'était-il pas encore mort ? Tout simplement car la vengeance est un plat qui se mange froid.

J'attendais le moment opportun, celui que le voleur ne cesse de zieuter avant de plonger la main dans le sac d'un autre, celui pour lequel le constipé se ronge les doigts avant d'aller au toilette évacuer tous ses déchets organiques, celui que je devais saisir pour décocher un crochet du droit à ce petit insolent. Pas de témoins, une place où cacher le corps, voilà ce que j'attendais. Et lui qui me pétait la grosse convers' sur les derniers poissons en vogue cette semaine. C'était un fils de pêcheur, il était venu acheter des outils pour réparer le bateau de son oncle, n'avait-il donc rien de mieux à faire que de me suivre partout ? Moi, en tout cas, j'avais des choses à faire, des courses à régler. Je m'étais rendue jusqu'à la ville portuaire d'Hargeon dans le but précis de voler, voir d'acheter, des informations dont j'avais besoin pour la petite visite que moi et Rei allions faire aux rats de la Bibliothèque Magique. Je ne pouvais laisser un étranger interférer dans mes plans.

Cela faisait dix minutes que je déambulais dans les rues, tournant les coins d'intersection très rudement dans l'espoir vain de me débarrasser de ma sangsue personnelle. Peine perdue, il semblait connaître les moindres recoins de la place et bientôt il verrait que je ne faisais que tourner en rond. J'effleurais du bout des doigts mes adorables aiguilles lorsque l'occasion parfaite se présenta : quelqu'un interpella le petit bonhomme et ce dernier tourna la tête deux secondes. Ce fut suffisant pour que je me jette dans la première boutique à ma portée, me cachant au creux d'un mur qui semblait appartenir à un petit marchand de babioles en tout genre. Deux autres personnes semblaient également avoir vu cette boutique comme une bouée de sauvetage. Pendant que je jetais un coup d'oeil par la vitrine, je ne fis pas attention aux paires de yeux qui paraissaient me fixer étrangement. Je ne pus que soupirer lorsque je vis le pot-de-colle en herbe s'éloigner, les épaules affaissées. Foi d'Athéna, ce garçon serait six pieds sous terre avant la fin de la nuit ! Hargeon était une petite ville à la sécurité très basse, il me serait facile de le retrouver et de lui faire la peau ; tout en douceur et en silence.

Me redressant, j'accueillis d'un beau sourire les regards qui m'étaient destinés. Il y avait un jeune homme à lunettes portant un vêtement qui lui seyait bien mal à mon avis, et une jeune fille aux longs cheveux bleus remontés en une majestueux queue-de-cheval. Elle, elle avait du style. Je l'aimais bien. La robe qu'elle portait la rendait d'autant plus charmante. Prise de curiosité, je m'approchai d'elle et effleurai son vêtement avec délicatesse.

« Hey dis, où t'as volé c'te robe ? Elle t'vas magnifiquement bien. Hein qu'elle lui va super bien ? »
Ma dernière question s'adressait au jeune homme qui tenait trois volumes dans ses bras. Il allait sûrement les acheter pour remplir une énième bibliothèque privée ou pour s'instruire avant de les vendre à plus haut prix. J'aurais détourné mon attention de sa petite personne s'il n'y avait pas eu ce reflet doré sur la couverture de l'un de ses livres. Quelque chose me disait que j'aurais bien plus d'informations sur la Bibliothèque Magique en parlant à ce jeune homme plutôt qu'à l'apothicaire de la ville. Tout en guettant une quelconque réponse des deux jeunes gens, je replaçai les bandages qui entouraient mes jambes et mes bras. Doux souvenirs d'une rencontre avec un mage maîtrisant la magie du Take Over...

Spoiler:
 

Arepkusu Shebari

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/01/2014
Âge : 19
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Spinning Magic/Magie de la rotation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.100
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Sam 1 Fév - 21:06
« Hum... On... On peut dire que ça l...lui va bien, effectivement.

Suivant la jeune femme à la robe blanche vint une autre femme, qui ne devait pas être très vieille non plus. Contrairement à la première qui rougit sous un simple regard d'Arepkusu, la deuxième semblait être relativement à l'aise et très volubile. Son entrée bien remarquée dans la boutique attira l'attention de Shebari, qui tenait toujours ses trois livres bien choisi qui allaient bientôt rejoindre sa collection. Après avoir gratifiée les deux «clients» du magasin d'un sourire, elle s'approcha de celle portant une robe blanche et, après avoir touché le dit vêtement, fit un commentaire dessus. Arep' se serait détournée de cette conversation bien typique des femmes si il n'y avait pas eu, de un, une allusion que la robe avait été volé et, de deux, une question posé à Arepkusu. Peu habitué de communiquer avec les gens en général, surtout que les fois où il communiquait, il était le premier à prendre la parole, ce dernier ne put s'empêcher de bégayer. Il ne s'attendait pas du tout à se faire adresser la parole, surtout pour devoir commenter la beauté d'un vêtement sur une individu quelconque. Ce fut seulement après avoir donné sa réponse qu'il trouve que quelque chose était louche. Effectivement, les rats de bibliothèques et tous les autres individus s'investissant corps et âme dans l'étude de manuscrits avaient rarement de l'attention des autres personnes. Les rares occasions où il se voyait adresser la parole, c'était souvent quand on lui posait des questions sur ces livres ou pour lui demander de quitter tel endroit. Mais jamais, au grand jamais, on ne venait lui poser de questions concernant un vêtement qui n'avait rien à faire avec lui. Vous me direz que Shebari est paranoïaque, qu'il voit de l'anormalité où il n'y en a pas, que cette femme était simplement volubile et aimait demander des conseils aux inconnus, mais Arep' ne pensait pas la même chose. Il se trouvait dans une boutique de magie et tenait des livres très intéressant dans ces bras. Deux femmes inconnues entraient alors dans la boutique, une ayant apparemment volé, avec un grand v, une robe et une autre qui, pour une raison ou une autre, le savait déjà et sympathisait immédiatement avec le mage de la rotation. Ces femmes n'étaient pas là par pur hasard et elles voulaient lui voler ces livres!

Enfin, c'était ce qu'Arepkusu pensait, bien qu'il y avait un peu de faux dans son raisonnement. Sachant que paniquer dans ce genre de situation ne l'aiderait point, il décida après une brève réflexion qu'il vaudrait mieux pour lui, et pour ses livres adorées, qu'il garde son calme et qu'il fasse comme si il n'était pas conscient que ces femmes étaient là pour dérober ces précieux grimoires. Au contraire, il était préférable qu'il tente de sympathiser avec les deux femmes pour tenter d'obtenir le plus d'informations sur elles possible. Ainsi, il pourrait mieux éviter le vol de ces livres traitant de magie. Il se passa la main dans ses cheveux, tentant en vain de leur donner une forme. Il adressa alors un léger sourire aux deux femmes et se retourna vers l'homme d'une trentaine d'année qui s'occupait de la boutique. Il déposa les livres qu'il désirait et paya ces derniers. Puis, une fois que les livres furent bien en sécurité dans son sac, il se retourna de nouveau vers les deux femmes qui devaient se sentir complètement ignoré. Il leur sourit et se rapprocha d'elles avant de se courber légèrement pour se présenter.

« Excusez mon impolitesse, j'avais simplement envie de payer ces livres une bonne fois pour toutes. Mais passons, je ne me suis toujours pas présenté. Je me nomme Arepkusu Shebari. Je suis un simple mage qui voyage à travers le pays. Pourrais-je en savoir plus sur vous?

Évidemment, Arepkusu était loin de se douter que ces interlocutrices étaient des mages noirs, une d'une des guildes les plus dangereuses, Oracion Seis, tandis que l'autre devait tremper dans à peu près tous ce qui se relatait au commerce illégale. Une mage de Silent Night. Si la première révélait son nom, Shebari comprendrait tout de suite à qui il avait à faire et qui sait quelle serait sa réaction. Mais Arep' était loin de se douter de ça.

Spoiler:
 
Crystal Owl

avatar

Messages : 16
Date d'inscription : 05/01/2014
Âge : 20
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Oerba / Magie des Orbes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 700
Statut: Mage de Rang E
Renommée : Inconnu(e)
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Mer 5 Fév - 14:25
De magnifiques cheveux rouges remontés en un chignon explosif, des yeux sangs qui ne pouvaient échapper à personne et une peau très pâle. Il n’y avait presque aucun doute, au sein de la guilde Silent Night, on n’avait pas cessé de rabâcher que nous étions sous le contrôle et sous les ordres de la « majestueuse » guilde Oracion Séis. On nous avait alors appris pendant des heures et des heures les grands noms de la guilde qu’il ne fallait surtout pas offenser, on nous avait décrit ces personnes. L’une d’entre semblait être la copie conforme de la femme qui se tenait devant lui : Athéna. Le nom exact ? Crystal ne s’en souvenait plus mais le plus important n’était pas là, deux choix s’ouvraient maintenant à la jeune femme aux cheveux bleus : soit elle ne disait rien et repartait tranquillement comme s’il ne s’était rien passé, soit elle révélait discrètement son identité. La mage de la guilde maître était rentrée en trombe dans la boutique, peut-être qu’elle était poursuivie par un monstre… Or si Crystal parvenait à révéler son identité et à l’aider à vaincre la bête, elle serait surement grassement récompensée. Les joues rosées de la femme aux orbes disparurent au même moment que son assurance revenait. Athéna lui posa alors une question qui la surpris par sa justesse, mais c’était certainement une coïncidence, à moins que l’on envoyait quelqu’un pour surveiller Crystal… Non, impossible, elle était bien trop peu importante. Elle se mit donc simplement à rire avec son élégance naturelle.

« Il serait certainement mal vu pour une femme de mon rang de voler quoi que ce soit, mais je vous remercie du compliment. »

Oui, Crystal adorait s’inventer des personnalités et des vies, alors que l’homme qui se tenait devant le vendeur venait de leur poser une question lui permettant de se faire plaisir ! Il fallait dans ses prochaines paroles faire comprendre à « Athéna » qu’elle était sous ses ordres sans alarmer Arepkusu dont elle connaissait désormais le nom. Et comme disait un grand écrivain, la connaissance, c’est le pouvoir ! Lequel ? Aucune idée. Mais en parlant d’écrivain, l’homme semblait venir d’acheter d’intéressants livres, livres qui pourraient peut-être se revendre à un bon prix au marché noir, il y a toujours des crétins qui achètent n’importe quoi. Elle allait peut-être plus s’intéresser aux livres si aucun monstre ne se trouvait à l’extérieur. Enfin, Crystal se présenta plus ou moins.

« Enchanté, je suis Crystal Owl, riche fille du grand Ferom Owl. Mon père s’occupe de gérer une entreprise de poupées, les poupées Owl. Vous voulez savoir comment mon père les a imaginés ? Et bien il faisait nuit, il régnait un incroyable silence et… Oh non, ça ne doit pas vous intéresser en fait. Je m’intéresse à la magie depuis peu, j’essaie tant bien que mal de trouver la magie que j’ai au fond de moi… Mais ce n’est pas facile… »

C’était le moment de voir si la mage d’Oracion Séis était intelligente, ou du moins aussi tordue que Crystal qui avait fait en sorte de glisser les mots « Silence » et « Nuit » assez proches dans son discours et avait fait une petite courbette qui signifiait « salutations » pour l’homme et « soumission » pour la femme. Non, elle n’est pas folle, elle est imaginative. Elle fixa donc Melodia pour voir si elle semblait avoir compris.
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Dim 9 Fév - 4:32

Arepkusu + Crystal

C'est qu'il était timide le petit ! Sa réponse avait bien valu les trois respirations qu'il avait prises entre ses propres mots, car il avait au moins eu la délicatesse d'avouer que la robe de la jeune fille lui allait à ravir avant de nous ignorer complètement. Ce que la jeunesse pouvait être insolente parfois. Quel gentleman tournerait le dos à deux jeunes femmes dans la fleur de l'âge ? Pendant que je renvoyais un regard outré au dos de l'insolent, j'écoutai le remerciement quelque peu élégant de la jeune fille à ma droite. Elle avait un langage soutenu pour une personne à qui j'aurais évalué l'âge d'un maximum de dix-sept ans. Je découvris rapidement la sonorité de son joli prénom. Crystal, exactement comme l'on nommait les pierres précieuses d'apparence translucide. Elle était très charmante, du moins c'est ce que je pensais jusqu'à ce qu'elle ne débite des propos incohérents qui ne m'intéressaient nullement. Néanmoins, mon cerveau paranoïaque tiqua sur le mot « poupée ».

« Oh, c'génial ça ! Ton père fait quel type de poupée ? »
Ce sujet m'intéressait un peu plus, bien qu'un détail me frappa de plein fouet en voyant Crystal effectuer une courbette. Je venais de remarquer que quelque chose dans sa voix d'innocente jeune fille était faux, sans compter le regard lourd de sous-entendus qu'elle jetait envers ma personne. J'aurais juré que ses pupilles bleutées connaissaient d'or et déjà mon identité avant même que je ne la dévoile. Mes yeux, intrigués par toute cette mise en scène, passèrent de la jeune fille au mage solitaire plusieurs fois avant que je ne me décide à me présenter. L'interlocuteur qui s'était excusé pour son impolitesse, avait enfin rejoint notre groupe sous le nom d'Arepkusu Shebari. Ce nom ne me disait rien, mais son porteur ne semblait pas être de grande importance. Pourtant, je comptais toujours sur lui pour me prodiguer des informations sur la Bibliothèque Magique.

« Oh, pardon. Moi c'est Melodia ! Je maîtrise la magie des poupées, alors s'tu veux Crystal, j'pourrai t'aider dans l'apprentissage d'la magie. »
Cette remarque cachait un message subtile : « je veux avoir une discussion privée au plus vite avec toi, on a des choses à régler ma fille ! ». Je comptais bien prendre un rendez-vous avec la fille de Ferom Owl et la faire parler, quand bien même je me retrouvais avec un potentiel vendeur de poupées à dos. Le sourire qui étirait mes lèvres à ce moment n'avait rien de bienveillant, du moins pour ceux qui savaient reconnaître une actrice en herbe. Soudain, une démangeaison se fit sentir au niveau de mon cuir chevelure et j'y glissai le doigt pour le faire disparaître. Je découvris qu'un peu de sang tachait ma chevelure, car je venais d'arracher une gale qui s'était formée sur mon crâne. Préférant orienter l'attention sur autrui pour éviter tout questionnement sur ma pitoyable condition physique du moment, je revins à la charge sur ce pauvre homme à lunettes.

« Pis toi, Arepkusu. On t'a vu avec des livres... t'aimes bien la lecture alors ? »
En espérant que cela fonctionne et qu'ils ne fassent aucune remarque sur les nombreux bandages qui couvraient mes membres. Je n'avais guère envie de leur raconter qu'un démon m'avait pris en chasse à cause de mon statut de mage noire. J'avais omis mon nom de famille dans le but précis de ne pas attirer de soupçons sur ma liaison avec les portraits qui traînaient partout dans le royaume, à savoir ceux qui représentaient une mage noire de la guilde Oracion Séis. J'espérais que cela serait suffisant pour éviter tout débordement, car je ne me sentais pas prête à affronter les autorités, même si elles étaient plutôt faibles en ce lieu. C'était la triste tranquillité que récoltaient les villes de pêcheurs...

Arepkusu Shebari

avatar

Messages : 18
Date d'inscription : 11/01/2014
Âge : 19
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Spinning Magic/Magie de la rotation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.100
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Jeu 13 Fév - 4:31
Il y avait quelque chose de louche dans cette situation. Arepkusu, par peur de perdre ces précieux manuscrits, sentait une profonde paranoïa l'envahir, emplissant son cerveau de centaines de situations, toutes plus ou moins horribles où ils voyaient les mystérieuses femmes lui subtilisés ses nouvelles possessions. Mais parlons d'abord de pourquoi Shebari avait vu sa paranoïa, déjà suffisamment grande quand il n'avait que des suppositions, augmenté en flèche. Tout d'abord, la prétendue voleuse de robe nia assez élégamment le fait qu'elle avait commis un crime, avant de se présenter comme étant l'enfant d'un riche à la tête d'une entreprise de poupées. Suivant cette déclaration, elle tenta de parler de l'origine de la dite entreprise, tentative qui ne sembla pas intéresser la deuxième femme pour le moins du monde. Elle sembla s'en rendre compte et termina sa phrase en mentionnant le fait qu'elle était une future mage. Sans posséder de sixième sens, ni d'une intuition surhumaine, Arep' avait tendance à voir le mal où il n'y était pas quand il se croyait menacé, conséquence de ses longues années de garde de caravane où il devait se préparer à sonner l'alerte au moindre bruit. Enfin, revenons en à la jeune riche, Crystal qu'elle s'appelait. Oh, sa présentation ne manquait pour rien au monde de crédibilité, mais la partie de cette dite présentation qui semblait incompréhensible pour la deuxième femme sembla sonner comme une trompe d'alarme aux oreilles d'Arepkusu. Lui qui soupçonnait déjà les deux femmes d'être des voleuses, il crût rapidement que c'était simplement une phrase codé ayant un sens x pour les hypothétiques "voleuses". Il cligna quelque fois des yeux en signe de nervosité, mais tenta toutefois de ne rien laisser paraître de plus aux deux femmes. Le regard soutenu que Crystal envoya à sa prétendue complice après son petit monologue renforça encore plus l'impression de danger de Shebari.

Puis vint le tour à la deuxième femme de se présenter. Semblant d'abord s'intéresser aux poupées de l'entreprise de la famille de Crystal, la femme joviale mit un certain temps avant de finalement se présenter aux deux autres. Melodia, qu'elle s'appelait. Elle était, comme par hasard, elle aussi une mage et, encore une merveilleuse coïncidence, exerçait la magie des poupées. Après avoir dévoilé cette précieuse information, elle informa Crystal de son désir de lui en apprendre plus sur la magie. Peut-être que Melodia voulait simplement informer la jeune riche de son désir de converser en privé avec elle plus tard, mais Arep' n'en savait rien et cette soudaine offre d'aide de la part de deux femmes qu'il croyait être des voleuses lui parut très suspect et ne fit que renforcer ses suppositions. Et il ne faut pas oublier non plus le sourire, bien que magnifique, que Melodia lança à Crystal quand elle eut fini de parler. Il avait quelque chose de louche, bien qu'Arepkusu n'aurait su dire quoi. Finalement, le jeune mage décida de ne pas y prêter attention et il allait tenter de continuer la conversation quand il fut devancé par celle qui se disait pratiquante de la magie des poupées. Il en était maintenant certain : Crystal et Melodia voulaient gagner sa confiance pour voler ces précieux livres! Mais il ne le leur permettrait pas. Il devait contrer leur odieuse méthodes en volant leur tactique : Il gagnerait leur confiance et ne baisserait sa garde à aucun moment. Ainsi, il en apprendrait plus sur les deux voleuses et pourraient mieux leur échapper par la suite. Il décida donc de commencer son "plan parfait" en répondant à Melodia.

« Effectivement, on peut me considérer comme un adepte de la lecture. Je suis aussi écrivain, mais je ne crois pas que ça vous intéresse. D'ailleurs, étant donné que vous êtes toutes les deux passionnés de magie, que diriez-vous d'aller faire plus ample connaissance dans un endroit plus confortable qu'un commerce? »

Vous me direz qu'Arepkusu avait perdu la tête pour avoir ce genre d'idée saugrenue. Que courir le risque de se faire durement traîné dans une ruelle pour ensuite être détroussée de tous ses biens comme une simple carcasse d'animal était idiot. Mais Arep' avait un plan. Il n'aurait jamais mis toutes ses écritures en danger si il n'avait pas réfléchi au préalable. Il attendit donc la réponse des deux mages noirs, un léger sourire aux lèvres et avec un air des plus aimables possible. Sachant que Shebari était plutôt du genre renfermé, il devait faire un énorme effort pour être aussi ouvert. Quelle serait donc la réponse de ces jeunes femmes?
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   Sam 5 Avr - 0:58

Arepkusu + Crystal

Rêvais-je ? Ce jeune homme venait de nous inviter à prendre un p'tit verre ? Du moins était-ce l'impression que j'en avais eu, car on ne cherchait pas à « faire connaissance » avec une fille ou deux dans un salon de coiffure. Même si l'idée ne m'aurait pas déplu. Ma chevelure aurait bien mérité un petit traitement de douceur après tout ce par quoi elle était passée ces derniers temps. Depuis mon intégration au sein de la guilde Oracion Séis, l'entretien de mon corps était passé au second plan, à mon plus grand malheur. Juste m'imaginer me reposer, tranquille, dans les sources chaudes d'Hosenka me berçait d'un agréable sentiment de bien-être. Les frissons qui parcoururent mes bras ne furent point déclenchés par l'invitation d'Arepkusu, non. Je lui souris néanmoins afin de prouver ma bonne foi.

« Quelle bonne idée ! Si on va grignoter un p'tit quek chose, tu p'rras nous en dire plus sur ta passion d'l'écriture et sur l'métier d'écrivain. Ça m'intéresse, contrairement à c'que tu penses ! »
Voilà qui était l'occasion rêvée pour lui soutirer de l'information à propos de la Bibliothèque magique. Cela n'allait pas être facile, car je sentais une certaine réticence de la part du jeune homme à s'ouvrir aux autres et à montrer les oeuvres qu'il avait achetées ; néanmoins, j'étais confiante en ce qu'à la fin de la conversation ou de la journée, il me dirait tout ce que je voudrais savoir. Il suffisait d'être patient avec ce type de personne. À un moment ou à un autre, ils vous accordaient leur confiance et vous laissaient jeter un oeil à leur collection. J'attendrais ce moment en compagnie de la fille aux cheveux bleus. Celle-là même qui ne semblait plus piper mot depuis que je lui avais proposé de lui apprendre la magie. Elle paraissait relativement timide à mon égard, fuyant mon regard qui ne cessait de la zieuter. J'aimais analyser les gens qui m'entouraient, alors il en valait de mon plaisir que je me fasse une meilleure idée de cette Crystal Owl en observant ses réactions et son apparence physique. Elle m'apparaissait être une jeune femme humble, respectueuse et sombre. Il se dégageait de son air angélique une impression de sauvagerie, de liberté. Elle devait être libre de ses choix et de ses actions, en plus de ne pas se poser mille et une questions à chaque heure du jour et de la nuit. J'aurais bien donné toute ma richesse, et plus encore, pour avoir cette légèreté d'esprit. Enfin.

« Dites... partez sans moi, j'vous r'trouverai plus tard. J'dois juste régler quek chose. »
Mon oeil de tigre venait de tomber sur le symbole noir qui était peinturé derrière le commis du magasin. D'un air encourageant, je fis un petit signe de la main aux deux jeunes gens et me dirigeai vers le comptoir, tenu par un homme d'une trentaine d'années. J'engageai la conversation et patientai un petit moment pour permettre à Arepkusu et à Crystal de quitter le magasin. Dès que la clochette au haut de la porte cessa de bouger et que l'endroit redevint presque silencieux, je retins mon interlocuteur par le col. Le reste de mon interrogatoire ne concerne que moi et mon frère. D'ailleurs, si je mets la main dessus, je le déchiquète en morceaux. C'est ce que j'ai fait pour ce pauvre commis qui n'a pas voulu m'en dire plus. Et au moment où j'espère sortir les mains propres, je remarque une bouille enfantine pleine d'admiration dont les yeux globuleux me fixent à travers la vitrine. Si j'ai pris mes jambes à mon cou ? Haha. Vous ne le saurez jamais.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]   

Quand l'achat de livre finit par la rencontre de deux mages noirs...[Crystal Owl et Melodia Shūhebi]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Hargeon
-