Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]

AuteurMessage
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Ven 24 Aoû - 1:46
Et on est enfin partis! Ce ne fut pas chose facile, car entre le moment ou je me suis décidé et... eh bien maintenant, il s'est écoulé un bon moment. Chevauchant ma fidèle calèche et accompagné par le vertueux cocher qui mène la voie, je m'éloigne de Crocus d'instant en instant. Vers Crime Sorcière. Ce ne fut pourtant pas une partie de plaisir de les localiser: reniant les avantages indéniables que présente la location une taverne ou d'un quelconque bâtiment décent, les partisans de la guilde ont la fâcheuse tendance à être toujours en mouvement... Chose parfaitement compréhensible au final. Moi même, je suis parfaitement bien placé pour savoir que lorsqu'on à la loi aux trousses, le seul moyen de s'en sortir aussi jeune et fringuant que le moment où on à attiré ses foudres, c'est de courir plus vite qu'elle. Et à ce niveau là, on peut dire que Crime Sorcière sait protéger ses arrières... Sans ma magie, une sacré dose de chance et une quantité d'alcool... conséquente, gagner la confiance du contact que j'ai enfin pu trouver à Crocus m'aurait demandé des mois. La patience est une vertu noble, certes, mais il faut bien tenir notre réputation de jeunesse trop pressée, pas vrai?

Selon les sources les plus récentes, Crime Sorcière ferait route vers la forêt de Baal. Un lieu plus qu’intéressant à bien des points de vue, empli de mythes et de légendes qui pour le coup, ne sont pas forcément urbaines (notez le jeu de mot). Moi même, ayant lu quelques livre à son sujet y ai appris assez pour savoir que la plupart des notions qu'on lui prête s'avèrent exactes, et au risque de me montrer couard, il y a des chances pour que j'en reste... à une distance raisonnable. Bien entendu, les traqueurs de mages noirs sont supposés s'en arrêter à la lisière, à quoi pensiez vous? Il faut déjà un sacré culot pour s'approcher de cet endroit, n'allons tout de même pas tenter le diable à nous y perdre non plus! Cela dit, il s'agit effectivement d'un point stratégique, car là d'où ils sont, personne ne pensera à venir les y chercher. L'effet sur la population lambda est d'ailleurs assez spectaculaire, et j'assiste avec un certain amusement au privilège d'avoir un spécimen sur lequel examiner ça de près sous la main

Mon cocher le premier semble plein d’aprioris face à cette si "terrible forêt". Il ne s'agit sans doute pas du plus courageux de la profession, néanmoins il fut parmi les seuls que je suis parvenu à convaincre (en utilisant ma magie, mauvaise foi oblige) de transporter un voyageur voulant faire quelques folies et s'approcher de cet amas d’arbuste de malheur. Et très franchement, à la vue des multiples regards paniqués qu'il commence à lancer depuis que les premiers arbres sont en vue, notre petit marché ne risque pas de tenir bien longtemps. De toutes façons, je me doutais bien qu'il faudrait que je marche, ne serais-ce que pour ne pas risquer de compromettre la fameuse guilde clandestine. Ces derniers auraient sûrement fait une drôle de tête en apprenant leur couverture grillée par ce type plus que quelconque qui soit, j'imagine par contre que ça aurait été beaucoup moins drôle pour lui. Cela dit... ils vont également avoir une sacré surprise en me voyant moi, débarquer comme une fleur et demandant à ce qu'ils me fassent une place dans leur grande famille... Aaalalala... Des souvenirs mémorables en perspective...

Laissant notre ami conducteur en proie à sa paranoïa, je retourne dans le compartiment arrière de la calèche présentant le maximum de confort en un minimum de place possible. M'affalant sur la banquette, je saisis le livre le plus proche sur sa jumelle dans ma chute afin de tromper mon ennui par la lecture. Malheureusement, mon confort tant attendu est gâché par la désagréable sensation d'avoir quelque chose dans sa poche, ce qui à l'air d'être effectivement le cas. M'asseyant à contrecœur, je plonge une main rageuse dans ma poche afin d'en déloger l’intrus, jetant tout de même mécaniquement un coup d'oeil à l’importun en le dépliant au passage. Le coupable, ou plutôt la coupable me fixait avec un sourire narquois et un regard plein de défi, dessinée sur un papier froissé à force d'être promené en tous sens. Malgré qu'il ne s'agisse que d'un dessin magique, la ressemblance est frappante. Seul les chiffres sous le visage féminin viennent gâcher le tableau de l'artiste.

J'ai l'insigne honneur de vous présenter ma chère sœur: Melodia. A la vue de ce dessin, elle n'a pas changé d'un pouce... Et pourtant, oh que si. Je planifie tant mon arrivée que j'en avais oublié qu'au fond, c'est principalement pour elle que je me suis décidé et que j'ai organisé ce périple. Je ne peux pas dire que la retrouver ne m'ai pas empli de joie, mais j'aurais espéré (naïvement), que cela arrive en d'autres circonstances. Encore une fois, je regarde l'image à la dérobée, tâchant de la comparer à la bouille enfantine qui constitue les seuls souvenir que j'ai d'elle, dix ans plus tôt. C'est drôle pourtant, je n'ai pas particulièrement l'habitude de me montrer nostalgique...

Début du Flashback
Année X776


Carmina. Trouvez n'importe qui, n'importe où dans Fiore et posez lui cette simple question: "Qu'est ce que Carmina évoque pour vous?" Les réponses vous revenant tourneront invariablement autour des mots "musique", "art", voir pour les plus vénaux d'entre eux "hors de prix". Loin de nous attarder sur les prix scandaleux du logement dans la capitale culturelle de Fiore, il reste indéniable que ces stéréotypes restent parfaitement ancrés dans les esprits tout simplement à cause l'impact qui grave à jamais une clé de sol dans votre esprit la première fois que vous visitez cette ville. C'est à peu près ce que ressentait Jeremiah, âgé de dix ans et ne pouvant s'empêcher de multiplier les regards sur le trop plein d'agitation qui débordait dans cette ville. Tout dans cette cité dégageait une sonorité: chaque pâté de maison, quartier et coin de rue avait son thème, même l'organisation municipale tournait autour de l'art et de ses muses, le clouant le bec dès que ses yeux se sont portés au loin sur la ville, de par la taille et la forme caractéristique du fameux opéra de Carmina. Jusqu'à ce jour, il n'était jamais spécialement venu à l'esprit du jeune garçon qu'une ville pouvait être "belle".

Malheureusement, les raisons de sa venue était bien moins gracieuses. Il était difficile de s'imaginer que dans une ville pareille et semblant si idyllique puisse exister une raison qui attire une mage noire à s'y arrêter. Et pourtant... Jeremiah n'en savait encore rien, sa mère ne le renseignant qu'au moment nécessaire sur les raisons de leur venue, néanmoins ce dernier n'était pas dupe. Il avait appris que l'enchanteresse n'agissait jamais sans raison, ce fut le cas lors du choix de ses propres enfants, pourquoi en serait-il autrement maintenant? La belle femme menait la tête du petit groupe, précédé de peu par lui même et sa sœur à ses côtés. Suivant un schéma qui commençait à devenir une véritable routine pour les deux enfants, ils se dirigeaient vers une taverne dans laquelle ils pourraient se reposer et attendre jusqu'à la nuit, jusqu'à une heure plus propice aux activités de la mage noire.

Si la musique omniprésente et toutes les merveilles sur lesquelles accrocher son regard intriguaient Jeremiah à chaque coin de rue, Melodia, elle semblait aux anges. Elle paraissait fascinée par chaque groupe, chaque musicien ou type ayant trouvé une guitare dans leur grenier et en faisant profiter leur voisinage. Il était rare de voir le visage de sa sœur d'illuminer de la sorte, et Jeremiah eut un sourire faiblard mais chaleureux en voyant cela. Bien plus que lui, Melodia avait du mal à exprimer ses émotions, et la voir ainsi, vivante mettait du baume au cœur à son frère. A cette époque, elle était la seule capable d'assurer l'avenir de l'enchanteresse, Jeremiah lui même étant quasiment renié de sa mère, n'étant plus jugé d'aucune utilité par cette dernière depuis son incapacité à utiliser la magie de nouveau. Un énorme poids pesait sur les épaules de Mélodia dès lors, et leur mère tenait bien à ce qu'elle l'assume jusqu'au bout. Sautant sur l'occasion, de la tirer de son silence, il saisit le bras de sa sœur, lui désignant un groupe sorti tout droit de leur garage et ayant décidé de se montrer au grand air. Ca te plait ici Melodia? T'as l'air fascinée par la musique, c'est beau, hein? Juste pour voir... Il sembla se concentrer afin de lui-même être capable de répondre à sa propre question, Est-ce que t'arriverais à trouver le nom de tous leurs instruments?

Leur mère continua sur plusieurs mètres avant de s'arrêter devant une auberge, perplexe. Jettant un dernier coup d'oeil derrière elle et voyant ses enfants occupés à regarder le spectacle, elle les laissa au milieu de la foule, plongeant dans la taverne afin de, comme à son habitude, négocier les chambres avant quoi que ce soit. Prix et confort importaient peu, ce qu'il fallait qu'elle vérifie surtout, c'était la présence de gardes et la relative discrétion avec laquelle elle pourrait louer une chambre.

Peu après, sur la place sur laquelle ils étaient, un flutiste commença à s'installer. Poli, l'air sûr de lui et décontracté il attendait que les précédents musiciens finissent leur morceau avant d'entamer le sien à la flute de pan. On appelle ça "la politesse Carménienne", et c'est uniquement grâce à elle que l'on évite les cacophonies en tous genre dans la rue, permettant aux amoureux du quatrième art de ne pas souffrir d'une migraine monstrueuse. Peut-être allait-il leur offrir un beau spectacle?


Dernière édition par Jeremiah Shūhebi le Dim 26 Aoû - 2:53, édité 1 fois
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 26 Aoû - 1:48


Il était impossible d'échapper à la splendeur du lieu.
Tout paraissait resplendir d'une lumière aveugle, tant les habitants que les habitations. De chaque maisonnette qui se relayait une à une devant le regard ambré de la jeune fille transparaissait la joie, et les teintes pâles dont étaient colorés les bâtiments donnaient une impression de quiétude ; ce qui n'était pas loin de la vérité. La ville de Carmina avait toujours été prospère, autant au niveau économique qu'au niveau social. Un contraste étonnant avec les précédents endroits où la petite famille Shūhebi avait mis les pieds. Sombre, trouble et isolé étaient les trois mots susceptibles de décrire avec précision les emplacements qui avaient accueilli la jeune Melodia. Là où devait se trouver des personnages au profil sinistre, des gens jouaient des mélodies entraînantes grâce à des objets aux formes insolites. Là où le chaos régnait, l'équilibre et le partage prenaient place. Ces différences ne rendaient le tableau que plus éclatant aux yeux de la fillette, qui jetait des coups d'oeil rapides en direction des inconnus. Aucune figure ne lui était familière, pourtant tout le monde lui souriait. Quelques-uns ajoutaient même un petit bonjour avant de s'éloigner. L'atmosphère enjouée avait dû leur monter à la tête. Du moins, était-ce la seule explication possible qui pouvait justifier un comportement aussi inapproprié. Malgré tout, Melodia était curieuse envers l'état d'âme que semblait posséder chaque habitant de la ville. Elle qui n'avait jamais montré ses dents aux passants, elle se surprit à tenter de le faire. Un geste vain, car son sourire ressemblait plutôt à un rictus. Venant d'une fillette de sept ans, cela prenait des allures monstrueuses qui ne faisaient pas plaisir à sa mère. Alors elle arrêta et ne recommença plus.

Son visage figé en une expression lasse, elle traversait les rues avec nonchalance, suivant les pas de sa mère. À ses côtés, son frère lui tenait la main, sans doute pour ne pas la perdre parmi le flot de personnes qui grouillaient en tous sens. Gentil mais inutile. À ce moment, seul le contact chaud de leur peau les liait. Melodia faisait complètement abstraction à la présence du garçon, ne lui vouant aucune affection particulière. Elle n'avait jamais appris à l'aimer ni à ressentir quelconque sentiment envers lui. De toute façon, il ne pouvait plus utiliser la magie. C'était une erreur de la nature qui se devait de disparaître, si elle suivait le point de vue de leur mère. Toutefois, Melodia ne saisissait pas encore le poids de cette pensée, étant trop petite pour comprendre les sombres desseins de l'Enchanteresse. La mort ou la vie de son aîné, nommé Jeremiah, ne la captivait nullement. Tout ce qu'il lui importait était la présence de Melodia Shiroko, sa maman.

Évidemment, lorsque son frère s'adressa à elle, la fillette ne réagit pas. Ses propos semblèrent traverser les oreilles d'une sourde, alors qu'au contraire ils lui pénétrèrent profondément le tympan : cet être insignifiant avait réussi à discerner la curiosité qu'elle éprouvait face aux sons qui parvenaient jusqu'à elle. Ses pupilles qui fixaient ce que l'on appelait des instruments de musique, le minuscule éclat qui brillait en leur sein, sa démarche plus vivante, il avait tout vu. Même elle ne s'était pas rendu compte de son petit manège. Ainsi, interpellée par les mots prononcés à son encontre, Melodia se dirigea vers le groupe de musiciens. Dégageant son bras de la légère pression qu'effectuait Jeremiah sur ce dernier, elle s'approcha très près de l'ensemble musical. Trop près, peut-être. Une note aiguë se créa un chemin jusqu'à sa tête, la faisant vibrer d'un petit boum inhabituel. Bien que l'expérience fut désagréable, la fillette resta à proximité du groupe. Elle voulait écouter, car les sons orchestrés par ces hommes étaient intéressants. Si intéressants qu'à un certain point des frissons vinrent parcourir son dos. Pourtant, sur son visage il était impossible d'y recenser quelconque émotion. À croire qu'elle évaluait la performance des musiciens. Elle aurait fini par les terroriser s'ils n'avaient pas laisser leur place à un autre comparse, qui débuta une douce mélodie aux tonalités envoûtantes.


La vibration des notes, la puissance du son et l'irréfutable sentiment de sérénité qui se dégageait de l'interprétation, toutes ces choses réunies éveillèrent quelque chose en Melodia. Doucement, lentement, des larmes s'agglutinèrent aux coins de ses yeux. Elles ne coulèrent sur ses joues que lorsqu'elle ferma les paupières, laissant la musique s'introduire dans son corps et prendre possession de son âme. Elle en oublia sa mère, son frère et tout ce qui l'entourait. Seule la mélodie comptait, n'ayant jamais ressenti pareille sensation auparavant. Même si nul indice n'indiquait que la fillette était triste, à cet instant son coeur l'était. Et il criait vivement à l'intérieur du mur de glace dans lequel il était enfermé : il voulait se faire entendre et s'échapper, être libre à nouveau. Comme chaque proverbe a un commencement...

À tout cristaux, sa première fissure.


Dernière édition par Melodia Shūhebi le Mer 29 Aoû - 20:39, édité 1 fois
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 26 Aoû - 14:26
Bien entendu, sa sœur ne lui prêta pas attention, comme à son habitude. Dans l'absolu ce n'était pas très important: Melodia n'avait jamais appris à se soucier des autres, pas même de sa famille. Ou plutôt, elle avait apprit à ne pas le faire. L'enchanteresse avait fait un travail admirable: certes, elle avait "raté" son premier enfant, et l'avait rendu trop "humain" pour le manipuler à sa guise, en revanche, son éducation avait été parfaite sur le second. Dégageant son bras d'un petit geste, elle se détacha de son frère qui la laissa se rapprocher du groupe de musiciens. Bien qu'elle semblait à première vue indifférente, Jeremiah la connaissait trop bien pour savoir qu'elle était bel et bien intéressée. Curieuse, comme si elle découvrait soudain un insecte bizarre et qu'elle ne savait pas trop quoi en penser. Les musiciens tentaient d'ignorer la fillette qui commençait à les examiner sous tous les angles, essayant de ne pas laisser leur malaise perturber leur performance. Ils réussissaient avec plus ou moins de talent. Jeremiah qui n'avait pas spécialement l'oreille musicale, à l'époque du moins, écoutait la performance sans que cela le marque particulièrement mais il accueillait avec joie cette occasion de briser le sombre quotidien par un spectacle du genre

Il commençait à se résigner et à guetter sa mère qui ne devrait pas tarder à se montrer. La taverne semblait animée mais aucune trace de cette dernière pour le moment. Peut-être son contact l'y avait-il déjà rencontré? En tous cas il semblerait qu'elle prendrait encore du temps pour refaire surface. Son regard se porta de nouveau sur sa sœur proche du groupe. Elle ne bougeait presque plus et était soudainement immobile. Elle se balançait de droite à gauche imperceptiblement si on n'y faisait pas attention. Jeremiah la contourna pour la voir de profil, intrigué. Il n'en revint pas. Melodia n'avait pas pleuré depuis qu'elle était petite, et à son souvenir, il ne l'avait jamais vu verser une larme dès l'âge de ses trois ans. S'était-elle fait mal? Elle était malade? Ou bien, était-ce vraiment ce qu'il pensait? Un sourire revint éclairer son visage lorsque l'erreur ne fut plus possible. Intérieurement, il remerciait les musiciens d'être parvenus à fêler la coquille mentale de la petite fille. Mais ce n'était pas encore assez, Jeremiah savait qu'il ne pouvait pas s'arrêter là. Lorsque Melodia rouvrit de nouveau les yeux, Jeremiah avait disparu.

=====================================

L'échoppe se présentait en forme de L dans lesquelles étaient entreposées divers instruments en tous genre: certains libre à disposition, d'autres sous vitrine, sans doute bien plus précieux. On retrouvaient de grands classiques, bien entendu, mais toute l'attention de Jeremiah était accaparée par d'autres, de forme biscornue, étrange ou tout simplement absurde, à tel point qu'il commençait à confondre la décoration avec quelque chose censé produire un son. Le vendeur ayant l'habitude des curieux passant simplement pour admirer les instruments et se faire envie ne faisait pas vraiment attention à lui et se concentrait plus volontiers sur les clients à la bourse plus rebondie. Néanmoins, la tâche du jeune garçon n'en était pas moins aisé. Deux épreuves terribles et sans pitié se dressaient devant lui: la première serait de fuir de l'échoppe avec célérité et grâce tout en évitant de se faire repérer. C'était l'étape facile, car sans avoir suivi une formation de ninja, le peu d'attention qu'on lui accordait et le manque apparent de protection magique permettraient un vandalisme relativement discret. La grosse difficulté qui se présentait à lui était plutôt: comment contenter la princesse? Lequel choisir? Tel un enfant n'arrivant pas à se décider pour le choix de son jeu, il inspectait chaque instrument avant de se tourner en tout sens, demandant à l'univers de lui envoyer un coup de pouce. Ce dernier lui répondit dans l'instant

Le flutiste avait commencé son solo, tout d'abord des notes graves, puis une mélopée profonde. Le niveau sonore de la place avait clairement baissé, comme si chacun tentait plus ou moins d'écouter la performance de l'artiste. En tout cas le résultat était impressionnant et, il fallait le dire, d'une très grande qualité. Ainsi donc, c'était ça qu'il lui fallait. Tâchant de se remémorer la forme allongée de l'instrument du musicien, il fit l'inventaire de tout ce que le magasin proposait. Près de la sortie trônait sur un petit socle, en exposition une flute de pan similaire à celle en ce moment sur scène.

"Toutes mes excuses monsieur fit une voix provenant d'une tête atteignant à peine le comptoir, ce musicien à la flute est-il connu? Quelque peu désorienté, l'interpelé, une grande asperge à barbiche avec un chapeau improbable et ayant perdu sa forme, se ressaisit vite en reconnaissant le gamin curieux et en lui affichant un grand sourire empli de bonhomie. Pour sûr répondit-il, son nom de scène c'est Izuka, et il vient passe de temps en temps, toujours ici. Il détourna son regard pour contempler le flutiste à travers sa vitrine. On peut pas dire qu'il manque de talent, chaque fois qu'il passe, tout le monde se tait et écoute. Il parait qu'il ne vient pas de Fiore et... Mais la conversation se termina à ce stade, le gamin ayant disparu pendant qu'il avait le dos tourné. Le socle se présentait vite désormais.

Jeremiah attendait à une distance respectable de sa sœur, dissimulé par le public et observait le spectacle en silence. Le "spectacle" pour lui résidait en deux points: le musicien bien entendu, mais surtout, Melodia qui montrait enfin une once de sensibilité. Il la contourna en prenant ses précautions, et s’aperçut qu'elle avait fermé les yeux de nouveau. L'occasion rêvée en quelque sorte pour la surprise. Sortant de son anonymat au couvert de la foule, il s'avança jusqu'à elle, planté juste sous son nez. Lorsqu'elle ouvrit de nouveau les yeux, son frère lui présenta l'instrument d'une manière presque cérémonieuse, ses deux mains en offrande soutenait la longue flute de pan. Faisant fi de l'expression étonnée de la fillette à travers son couvert toujours neutre, il enchaina de suite: Il s'agit d'une flute de pan, la même que ce musicien. Je vois que le spectacle t'a plu, elle est tienne désormais. Un sourire encourageant accompagnait le don. Si il s'agissait du seul moyen qui ai pu tirer Melodia de son stoïcisme alors soit, il serait le premier à la soutenir dans cette voie. Quant à l'enchanteresse? Eh bien... à son humble avis, au mieux, elle s'en ficherait éperdument
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Jeu 30 Aoû - 4:41

En ouvrant les yeux à nouveau, c'est un tout autre monde que Melodia découvrit.
Laissant la lumière édifier une aura blanche autour de l'acteur principal, la jeune fille contempla la scène, figée en une posture droite et rigide. Bien que sa petite taille ne lui permettait pas une vue d'ensemble, elle arrivait à percevoir l'instrument, jonché à son propre niveau. Ce ramassis de plusieurs cylindres aux grosseurs diverses la subjuguait totalement. Elle était incapable de retirer son regard. Un passant l'aurait poussée, elle serait tombée inerte sans le moindre désir de se rattraper. Tant que l'objet envoûtant resterait à l'intérieur de son champ de vision, elle ne bougerait pas. Inutile de tenter quoi que ce soit, donc.

Mince silhouette parmi toutes ces ombres portées par la foule, Melodia semblait imperceptible, même face au musicien qui avait les yeux clos. Assis sur un petit tabouret en bois, il laissait libre cours à son talent de flûtiste. Ses doigts fins remuaient légèrement, battant un rythme qui guidait ses notes, alors que ses lèvres serrées s'accrochaient à chaque morceau de la flûte de pan. Vers la droite, un son grave qui mettait de la profondeur à l'interprétation. Vers la gauche, un son aiguë qui ajoutait une beauté phénoménale à la chanson. Au milieu, les notes moyennes qui créaient la mélodie. À voir l'homme se trémousser ainsi avec son instrument, son travail devait être difficile. Ou cette façon de jouer lui permettait d'insérer l'émotion espérée. Peu importe ce que cela signifiait, Melodia venait de trouver sa passion. La musique engendrait une réaction étrange chez la fillette, des palpitations et des frissons qu'elle n'avait jamais ressentis auparavant. Ce n'était point le flûtiste qui l'intéressait, mais simplement le bruit que son objet émettait. Sans le savoir, elle ferma une fois de plus les yeux. Des larmes humides toujours collées aux joues, elle attendit la fin du spectacle. Ensuite, et seulement ensuite, elle redeviendrait la fille de l'Enchanteresse.

Fuuuuu.

Une inspiration, une expiration ; la petite fille répéta le procédé un nombre incalculable de fois, cherchant à garder un contrôle sur son corps. Depuis le début, et bien que la sensation était supportable, son coeur cognait fort contre sa poitrine et ses pupilles faisaient couler de l'eau salée. Elle ne savait pas ce qu'il lui arrivait, n'ayant jamais maîtriser si peu son état physique. Habituellement, elle se recroquevillait dans son univers dès le matin et n'en sortait que la nuit, grâces aux rêves. Toute la journée, son coeur restait tranquille et ne s'amusait pas à bourdonner de la sorte. Ses yeux secs assistaient à l'oeuvre de sa mère, ses membres se déplaçaient selon les directives de sa mère, son esprit ne réagissait qu'aux paroles de sa mère. Sauf qu'à présent, l'existence de ces objets aux sonorités parfaites venait chambouler son quotidien, et peut-être sa vie également... parce qu'avec eux, Melodia pouvait entendre les sentiments. Et ils étaient magnifiques. Mais que dirait sa mère si elle voyait son héritière pleurer aussi pitoyablement devant un homme avec une flûte de pan dans les mains ? Bien sûr, elle rirait de sa faiblesse et ne lui accorderait plus d'attention. Au même titre que son frère, la fillette deviendrait une expérience ratée. Personne ne veut devenir une expérience ratée.

Lorsqu'une ombre vint obscurcir les ténèbres dans lesquels elle était déjà plongées, son regard ne fit qu'une brève apparition avant de retourner sous la protection des paupières. Lentement, deux mains émergèrent du flot d'images qu'elle entrevit entre deux cillements. Deux mains qui présentaient quelque chose d'étonnant : un machin fait de plusieurs rouleaux de chaumes rassemblés l'un sur l'autre, qui ressemblait étrangement à celui que le musicien possédait. En levant la tête, Melodia découvrit son frère, un sourire aux lèvres. Écoutant d'une oreille plus attentive les propos de Jeremiah, celui-ci lui apprit que l'objet en question était une flûte de pan. Enfin un mot pour qualifier ce divin mystère ! Toutefois, elle hésita un instant avant de le toucher. Avait-elle le droit, l'accord de sa maman, pour acquérir un tel cadeau ? Venant de la part de son frère, la dame n'aimerait sans doute pas. Jetant des coups d'oeil autour, comme s'il s'agissait d'une contrebande ou d'un artéfact précieux, la fillette s'assura que l'Enchanteresse n'était pas là. Si elle la voyait prendre l'instrument et s'enfuir avec, que penserait-elle ? Qu'elle l'avait volé...

Courant parmi les dédales de rues, évitant les passants, la jeune fille n'avait qu'une seule chose en tête : jouer avec son nouveau jouet, peu importe le prix à payer ensuite.
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Ven 31 Aoû - 22:36
Une semaine plus tard

Les progrès de Melodia furent rapide. Aussi rapide que son apprentissage de la magie d'ailleurs. Il semblait que l'enchanteresse comptait passer un peu plus de temps que prévu à Carmina, par pour sa musique ni toute les attractions que présentait la cité, mais pour des raisons disons plus professionnelles. Un de ses informateurs se trouvait effectivement dans cette taverne, néanmoins il annonçait de mauvaises nouvelles, puisque les raisons de leur venue, toujours cachées pour Jeremiah étaient visiblement en retard. Bouger semblait dangereux puisqu'elle ne savait pas quand ni comment, c'est pourquoi la décision fut un standby jusqu'à ce que les choses évoluent. Profitant de la relative tranquillité des lieux, les séances d'entrainement de Melodia redoublèrent, exerçant une pression constante sur la jeune fille, néanmoins, dès que Jeremiah, restant en retrait pouvait la voir lors des phases de repos, sa flute de pan l'accompagnait.

Le jeune garçon avait rapidement pallié au manque évident d'un élément qu'il avait oublié lors de son présent: des partitions. Dérobées plus ou moins de la même façon, plus facilement même. Ce dernier, incapable de jouer d'un instrument fit tout son possible de son côté pour obtenir conseils et autres astuces pour aider sa sœur à ce qui semblait être sa nouvelle passion. Le présent ultime serait de pouvoir rencontrer de nouveau Izuka, le flutiste de la dernière fois, mais rien ne semblait prévoir sa venue prochaine. Bien qu'il ai demandé où il aurait pu le trouver, personne ne connaissais "l'identité secrète" de ce dernier, qui s'évanouissait toujours dans la nature après ses spectacles. L'enchanteresse n'avait pour le moment rien découvert des activités de ses deux enfants, elle-même arpentant régulièrement les différents quartiers de la ville régulièrement, les laissant seuls à l'auberge.

Jeremiah était plongé dans sa lecture, un ouvrage traitant d'une possible magie en accord avec le son, livre qu'ils s'était procuré dans la ville qui semblait s'être définitivement consacré à cet aspect de l'art, tandis que sa sœur, elle travaillait l'aspect pratique de la chose. Le livre illustrait d'ailleurs les différents effets qui pouvaient être obtenus, et ce, dépendant de l'instrument, de la sonorité et de la maitrise magique qui était enfin utilisée afin d’enclencher la magie. La coordination des deux était primordiale et relevait de tant de paramètres... Jeremiah se triturait les méninges pour tacher d'en tirer un maximum d'informations, changeant se positions sans cesse sur le lit de la petite chambre, mais pourtant, le mystère conservait sa complexité. Des illustrations lui permettaient à l'occasion de lui montrer des exemples, montrant quels instruments étaient plus aptes à quel tâche... Pour manier les différentes techniques de cet art, il fallait à la fois se montrer magicien et magicien hors-paire.

Soudain, la mélopée toujours hésitante mais qui avait gagné force et assurance depuis la semaine dernière se stoppa, avec un petit couinement sec. Jeremiah plongé dans la lecture remarqua la variation sans non plus la noter, tentant de rester concentré sur son ouvrage, jusqu'à ce qu'un autre bruit lui parvint. Plus puissant, plus sourd, comme un sac que l'on faisait tomber sur le sol. Cette fois, il abaissa légèrement le livre et leva le regard vers l'autre bout de la pièce, pour remarquer que sa sœur avait disparu. Il se releva d'un bond, alerté pour remarquer qu'elle était en fait tombée à terre et gisait, tremblante sur le parquet de bois. Le jeune garçon lâcha son livre pour se rapprocher d'elle et s'agenouilla à ses côtés. Ça va Melodia? fit-il, sentant progressivement une pointe d’inquiétude le gagner, Tu te sens mal? Le soleil couchant donnait un air assez singulier à la scène, cependant le jeune garçon avait d'autre préoccupations à cet instant. Il porta la main sur le front de sa sœur pour réaliser qu'elle était tremblante de fièvre. Son air pâle le guidaient sur cette conclusion, néanmoins il était complètement désarmé, n'ayant jamais été vraiment confronté à ce genre de situations.

Néanmoins, il ne se laissa pas gagner par la panique. Si l'enchanteresse lui avait appris une chose fondamentale, c'était le self-contrôle, et au contraire, il commençait déjà à essayer de voir ce qu'il pourrait faire pour Melodia. Sa mère ne rentrerait pas avant qu'elle ne l'ai décidé, et de toutes façons, il n'avait aucune idée d'où elle pouvait être en ce moment même. Son regard balaya la pièce: armoire, étagère, lit, fenêtre, rue... et rien d'autre. Forcément, ils avaient pris la chambre la plus vétuste, rien ne l'aiderait ici. Quand bien même... il fallait déjà savoir ce qu'elle avait. Une sorte de crise la prenait sans qu'il sache en déterminer l'origine, cela dit, sa connaissance n'ayant jamais été attiré par la médecine en générale, il aurait bien été incapable d'identifier le moindre rhume. Il allait lui falloir les stéréotypes du comportement envers les malades pour la sortir de ce mauvais pas. Visiblement, Melodia ne pouvait pas marcher, c'était évident, néanmoins... Commencer une carrière de porteur n'était pas spécialement le bon moment pour le gringalet que faisais Jeremiah. Il dût prendre sur lui cependant, se décidant finalement: Je vais te porter jusqu'au lit, essaye de te soutenir au maximum, d'accord?

Il tenta de la soulever du mieux qu'il put, et, profitant tout de même de leur écart d'âge, il parvint à la porter jusqu'au lit. Je reviens... ne bouge pas finit-il mentalement. Forcément qu'elle n'allait pas bouger andouille. Il dévala l'escalier en colimaçon et le remonta moins rapidement dans l'autre sens une minute plus tard, un tissus trempé à la main qu'il avait dû négocier avec le patron de l'auberge. Il l'étendit sur le front de sa sœur, mais la question se posait toujours: ... Et ensuite? Je... Tu te sens mieux? Je sais pas quoi faire de plus pour te guérir...

Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Mar 4 Sep - 6:44

Flûte de pan...

Melodia répétait sans cesse le mot dans son esprit, toujours éberluée qu'un tel objet puisse exister. Depuis que son frère le lui avait offert, elle ne s'en était jamais séparé. Dans sa poche ou entre ses menottes, l'instrument l'accompagnait peu importe où elle allait. Au marché, à l'intérieur de la taverne, sur son lit dans la chambre de l'auberge, et même lors des promenades avec sa mère. Cette dernière n'avait d'ailleurs aucune connaissance de la petite acquisition qu'avait faite sa fille, le secret étant parfaitement dissimulé par Jeremiah autant que Melodia. Tous deux semblaient considérer qu'il était inutile de l'importuner sur un sujet n'ayant aucune importance réelle. Jouer de la musique était un simple passe-temps, cela n'encombrerait en rien l'apprentissage de l'héritière Shūhebi. Du moins, était-ce ce qu'ils croyaient.

Toutefois, s'amuser avec les limbes du coeur était chose dangereuse. De la même façon qu'un homme perdait la vision lorsque les ténèbres laissaient subitement place à la lumière, un coeur devenait fiévreux lorsque son mur de glace se brisait. Goutte par goutte, seconde par seconde, note par note, l'âme de Melodia se transformait. Grâce à sa nouvelle passion, elle laissait les sentiments l'atteindre. Un à la fois, ils se présentaient à elle sous les évènements du présent. La colère quand un passant la bousculait, la tristesse quand sa mère la laissait seule, la curiosité quand on lui souriait, mais surtout quand son propre frère lui offrait des cadeaux. Il se plaisait particulièrement à lui donner des feuilles à l'écriture étrange qu'elle était incapable de lire. Elle savait à peine déchiffrer les lettres de l'alphabet, alors les symboles qui se trouvaient sur les cinq lignes reproduites sur toute les pages, c'était impossible. Toutefois, Melodia avait préféré ne rien révéler au garçon, étant suffisamment douée pour interpréter des mélodies à l'oreille. En effet, la semaine qu'ils avaient passée à Carmina lui avait appris à développer son acuité auditive. Entendre sans relâche des sons aux tonalités relativement semblables octroyait, même à une fillette de sept ans, la capacité de réitérer ces sons. De plus, avec le temps libre accordé par l'Enchanteresse et la pratique instrumentale qui en découlait, Melodia commençait tranquillement à accroître sa maîtrise. La flûte de pan ne possédait plus un seul secret pour elle. Excepté celui qui stipulait que tout musicien devait intégrer la dimension émotionnelle à ses oeuvres...

Voilà la raison pour laquelle chaque pièce jouée par la jeune fille paraissait vide. Il n'y avait que la technique pour rendre le résultat un tant soit peu agréable. L'âme, l'humanité, était absente. La petite Athéna l'avait remarqué, et cette situation ne l'enchantait guère. Elle désirait que ses mélodies ressemblent à celles qu'elle écoutait en s'endormant le soir. Or, il manquait quelque chose, un détail, qui lui échappait toujours. Et cela la contrariait vivement, au point où en cette fin d'après-midi, elle soufflait atrocement fort à l'intérieur des tuyaux de chaume de sa flûte, debout au milieu de la pièce qui leur servait de chambre à coucher. Dame Shiroko était partie vérifier certains trucs, laissant sa princesse sous la surveillance de Jeremiah. Celui-ci était confortablement installé sur le lit, un livre ouvert aux mains et le regard épris par ce qui se cachait sur le papier. Il avait toujours été ainsi, enfermé dans son propre monde qu'était la lecture et la découverte. Insouciant du déshonneur qu'il avait osé faire envers l'Enchanteresse, leur propre mère... malgré tout, Melodia n'arrivait pas à le détester. Il était jeune, gentil et l'avait aidé à plusieurs reprises. Elle n'était au courant de rien concernant l'histoire de la relation entre lui et leur mère, ni du complot que tissait tranquillement celle-ci. Toute son enfance elle s'était détachée du monde et elle ne s'en rapprochait que maintenant. Avec l'apparition de musique dans sa vie, c'était une toute autre vision qui s'offrait à ses yeux flamboyants d'un éclat longtemps oublié. Une vision qui allait lui faire plus de mal que de bien...

Cela faisait un petit moment que la jeune flûtiste tentait de sortir un son vivant. À force de tentatives ratées, son front perlait de sueur et sa température corporelle augmentait graduellement. Son état était loin d'être normal, sa vue devenant floue et ses muscles se ramollissant peu à peu. Elle n'allait pas tarder à tomber, elle le savait et continuait encore de souffler à l'intérieur du plus petit cylindre beige. Essayant désespérément d'inculquer à sa musique cette chose qui s'évadait à chaque fois. Finalement, deux minutes suffirent à l'épuiser ; et à lui faire perdre l'équilibre. Frappant durement le sol de son frêle dos, Melodia ferma les paupières et ainsi débuta une série de convulsions. Faibles, mais inquiétantes. Autant pour elle que pour son frère, qui s'était levé pour venir la voir. À ses questions, elle ne put répondre. L'envie lui manquait, mais c'était principalement la peur qui lui nouait l'estomac au même titre que les chordes vocales. La jeune fille n'avait jamais éprouvé une souffrance de cette ampleur. Cela s'étendait sur l'ensemble de ses membres, allant des pieds jusqu'à la tête en passant par les poumons et le coeur. La respiration sifflante, elle sentit une force la soulever et la déposer délicatement sur le lit. Jeremiah. Comme toujours il était là lorsqu'elle avait besoin d'aide, contrairement à sa mère... où était-elle, d'ailleurs ? Melodia aurait apprécié le contact de ses yeux envoûtant et la douceur de ses mains. Même si sa condition était pitoyable, la fillette voulait une présence pour la rassurer. Le départ brusque de son frère lui fit donc l'effet d'une bombe. Pourquoi la laissait-il seule ? Levant son bras en une vaine tentative, elle le vit disparaître parmi les ténèbres de l'escalier. Il allait revenir. N'est-ce pas ?

Comme promis, il revint quelques minutes plus tard, une étoffe humide en plus. Sauf que la petite Athéna n'avait pu s'empêcher de verser quelques larmes salées, qui continuèrent à couler même avec l'arrivée de Jeremiah. Depuis le début de la semaine, elle était beaucoup plus réceptive aux autres et elle réagissait bizarrement aux spasmes qui faisaient vibrer son âme. Sur son visage, impossible de déceler quelconque émotion excepté la légère lueur d'inquiétude au fond de ses pupilles. Tout passait par ses yeux, qui avaient pris le rôle du miroir par lequel s'adressait son âme au monde extérieur. Contemplant les iris dorés de son aîné, la jeune fille ne put que le remercier d'un minuscule sourire à peine perceptible. Elle était prisonnière de son état, néanmoins elle réussit à articuler trois mots.

« Je ... veux ... musique ... »


HRP:
 
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 9 Sep - 21:34
« Je ... veux ... musique ... »


Jeremiah fut quelque peu surpris par la demande soudaine de la jeune fille. Enfin, en réalité pas tant que cela, car en quelques jours à peine, le quatrième art semblait être devenu sa raison même de vivre. N'était-il pas logique qu'au moment où ses forces la quittent, elle la réclame? Néanmoins il n'était pas le moins arrangé pour autant. Déjà, car, si l'on restait très terre-à-terre, écouter de la musique n'allait pas la faire se sentir mieux. Ensuite, car... Eh bien, il ne savait absolument pas se servir d'un instrument, quel qu'il soit. Il contempla sa sœur qui, à travers le tourment de sa maladie commençait à exprimer quelque chose. Absolument rien de construit, à peine discernable, mais ce qui était important, c'était la simple existence de ce quelque chose. Jeremiah savait que cette impression tremblante était tout sauf à négliger. Mais était-ce pour autant une "bonne idée"? Après tout, si Melodia et lui-même étaient ainsi, n'était-ce pas le souhait de l'enchanteresse? En tâchant d'exacerber la part de sensibilité de la fillette, n'était-ce pas comme, d'une certaine manière, s'opposer à sa propre mère?

Jeremiah avait encore des difficultés à se montrer plus ouvert au monde qui l'entourait. Malgré son éducation et son jeune âge, il n'était pas dupe. Il avait vu d'autres enfants jouer, il les avait vu s'amuser, pleurer et se comporter d'une façon que sa mère aurait jugé d'inacceptablement puérile. Il avait qu'il ne menait pas une existence normale. Il commençait de plus en plus à réfléchir sur sa semi "libération" du joug de sa mère. En effet, en comparaison, sa sœur était véritablement hypnotisée, et complètement dominée, et ce depuis le jour de sa naissance. Il en était arrivé à cette conclusion: c'était le manque d'expérience quant à l'éducation de sa mère qui lui avait permis de conserver une certaines sensibilité. Cette dernière broyée, et éradiquée à tout prix l'avait conduit à cet état d'isolement avancé, néanmoins, contrairement à Melodia, il avait développé une pensée radicalement différente, à l'égard de Shiroko. On pourrait presque rire de l'ironie, de savoir qu'il avait en quelque sorte servi à sa mère pour construire l'enfant de ses désirs, contre toute sa volonté. Et afin de briser ce funeste sort, Jeremiah était prêt à tenter le risque de se dresser contre elle

Le jeune garçon chercha des yeux la flute, tombée à l'endroit même où sa sœur avait chuté et il la ramassa, l'examinant comme si il la voyait pour la première fois, ou qu'il réalisait progressivement le pouvoir caché de l'objet. Il reporta son regard sur sa sœur toujours sur le lit. Il porta l'instrument à sa bouche, devinant plus ou moins où se trouvait l'emplacement pour sa bouche, néanmoins, il resta bloqué en position quelques secondes. Il reposa la flute de pan de manière infiniment respectueuse sur la table de chevet près de la fillette. Comme il l'avait pensé, il serait incapable de jouer un air, néanmoins il ne semblait pas abattu pour autant, car une idée avait germé dans son esprit. En effet, n'étaient-ils pas à Carmina? Pourquoi apprendre un art si long lorsqu'une cité entière l'avait fait à votre place? Je pense que je vais pouvoir arranger ça. Tu es prête pour une balade?

=========

Quelques instants plus tard, il sortait de la taverne, le regard décidé et sa sœur accrochée à son dos. Elle était tremblante et bouillante de fièvre, et Jeremiah tâchait d'ignorer l'état de Melodia qui ne semblait pas vouloir s'améliorer. Un croisement entre un homme et un morse sortit à sa suite, un torchon encore à la main et l'air quelque peu contrarié, presque coupable. Tu es sûr que ça ira gamin? La petite aurait besoin de pas bouger je pense... Le garçon se retourna en lui décochant un sourire encourageant: Oui, nous revenons tout de suite, juste pour faire un tour. Appeler un docteur sera suffisant pour le moment, merci encore de votre aide

Il se retourna, laissant l'imposant homme les regarder s'éloigner sans pour autant bouger de sa place, l'air soucieux et loin d'être sûr qu'il s'agissait d'une bonne idée. Et ce dernier avait raison sur tous les points, néanmoins la princesse avait formulé un souhait, et le futur dandy respectait déjà sa réputation, prêt à accomplir l'impossible pour l'exaucer. Heureusement, celui-ci se révèlerait sans doute loin d'être périlleux ou épique, mais qu'importe. Après avoir fait quelques pas sur la place bondée de monde qu'ils avaient arpentés de nombreuses fois ces derniers jours, il se stoppa et observa les environs. Les passants jetaient un regard attendri au petit couple, mais sans particulièrement faire attention à eux, après tout, des enfants qui jouaient dans la rue, ça n'avait rien d'extraordinaire, pas vrai? De nombreux groupes étaient en vue, et bien plus à portée d'oreille: on était l'après-midi, et si on égalait pas encore l'euphorie du crépuscule, la cité présentait comme à son habitude à toutes heures de quoi s'occuper. Il savait qu'à l'est se trouvait un quartier spécialisé la magie du son et tous ce qui s'y reliait, quartier qui avait constitué l’essentiel de ses destinations ces derniers jours. En suivant le son, il pourrait retrouver un spectacle qui avait lieu non-loin d'ici en pleine rue apparemment. Et enfin, tellement imposant qu'on y pensait en dernier: le gigantesque opéra de Carmina. Les destinations étaient nombreuses, néanmoins, Jeremiah se tordit le cou pour voir une partie du visage de sa sœur. Il se força à lui sourire et lui demanda d'une voix calme "Il y a un endroit qui te ferais plaisir en particulier?
Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Lun 24 Sep - 2:37

Elle avait espéré, elle avait tant espéré qu'il se mette à jouer de la flûte de pan. Le son si doux et si harmonieux de l'instrument l'aurait apaisée en quelques instants. Ses paupières se seraient lentement abaissées pendant que les bras de Morphée l'auraient emmenée vers un monde utopique, où les rêves lui auraient donné plein accès à ses désirs inconscients les plus fous. Sauf qu'aucune mélodie ne parvint aux oreilles de la malade, laissant la pièce baigner dans un silence pesant que seule une respiration sifflante venait briser. Plus les secondes s'accumulaient, plus la panique s'installait en la jeune fille. Tel un vieil homme sur son lit de mort, elle attendait en vain l'assouvissement de son dernier voeu. Voeu qui ne venait pas. Jeremiah dut percevoir la lueur d'inquiétude dans le regard de sa soeur, car il prit les grands moyens pour lui faire entendre ce qu'elle voulait : la musique de la ville.

À peine cinq minutes plus tard, deux enfants firent leur entrée au milieu de la rue. Une fillette maigre et tremblante, qui tentait de son mieux pour s'accrocher au cou d'un jeune garçon paraissant tout aussi frêle qu'elle. Cet ensemble pathétique, de nombreux passants le contournèrent en zieutant avec curiosité. La plupart semblaient touchés par la scène aux couleurs de solidarité, alors aucun d'entre eux ne leur proposa d'aide. Ce qu'ils auraient peut-être eu besoin... parce que Melodia exerçait un poids un peu lourd sur son frère. Étant fiévreuse, ses muscles étaient mous et sa conscience voltigeait entre les nuages et la terre. Elle n'avait donc pas protester lorsque Jeremiah s'était mis en tête de la soulever du lit pour la porter sur son dos ; chose qui s'était révélé très pénible à exécuter puisque la jeune fille était complètement flagada. Elle ne se souciait plus des objets ni des personnes qui se trouvaient près d'elle, et encore moins des bruits de foule qui lui tiraillaient les tympans. Sa seule envie sur le moment était de dormir. Le morse avec un torchon en main aurait eu raison : elle devait se reposer. Pourtant, une voix en son fort intérieur lui soufflait de combattre la fatigue et de laisser son frère balayer la peur qui s'était insérée en elle. Car être si près de lui, pour la première fois de sa vie, était étrangement réconfortant. Depuis qu'elle était haute comme trois pommes, jamais elle n'avait eu de réel contact physique avec Jermeiah. Ainsi, la chaleur qu'il dégageait et la poigne qu'il maintenait sur elle lui donnaient une impression de sécurité. Sans comprendre le but de leur expédition, Melodia suivait les mouvements de son aîné. Ce ne fut qu'une fois la question posée qu'elle entendit le son qu'elle cherchait, qu'elle voulait. Il provenait d'un artiste qui s'échauffait près de la petite estrade où un spectacle se préparait. Mettant le sourire de son frère en attente, la petite tourna la tête vers la droite. Une flûte de pan !

À l'intérieur de ses pupilles ardentes, la curiosité prit place. Il n'était pas difficile de deviner ses pensées, du moins si on la connaissait bien. Elle se voyait déjà bercée par le son envoûtant de l'instrument, assise au pied de l'estrade ou confortablement installé dans son lit. Par bonheur, son désir s'exauça et Melodia se retrouva à quelques mètres de l'estrade. Elle ne sut pas si Jeremiah s'était déplacé en suivant son regard ou si la foule l'en avait obligé, mais peu lui importait. Elle allait avoir son voeu !

S'agglutinant autour des musiciens qui prenaient place, la foule devait de plus en plus dense. Chapeaux colorés, foulards multicolores, cheveux bouclés, noirs, rouges, bleus, habits classes ou vêtements crasseux, bagues ou bonbons à la main, tous étaient présents pour écouter ce qui se préparait. Parmi les femmes et les hommes, les solitaires et les familles, les jeunes et les vieux, un petit garçon s'approcha du duo Shuhebi. Les mots qu'il prononça se faufilèrent jusqu'aux oreilles de Melodia, qui n'en saisit point le sens.

« Regarde papa ! Une guitare ! »
Papa ? Guitare ? Qu'est-ce que ça voulait dire ? Était-ce des objets, des accessoires ou de la nourriture ? Bien que l'état de la jeune fille ne lui permettait pas des réflexions très poussées, l'ignorance la titillait. Au point où ses sourcils fomentèrent une expression de mécontentement. Entre deux souffles, Melodia interrogea son frère :
« C'est quoi ... un papa ? »
Elle aurait bien demander la signification du deuxième mot aussi, mais elle ne se rappelait déjà plus de sa prononciation. De toute façon, au milieu des conversations animées, sa question sembla passer inaperçue. Les yeux fermés donc, elle attendait sagement une réponse. Ou le début du spectacle...


Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Mer 26 Sep - 1:07
Sans avoir eu besoin de lui répondre, Jeremiah avait clairement discerné les intentions de la fillette. Melodia s'était mise à gigoter avec une énergie nouvelle dans son dos dès qu'elle avait mis le doigt sur ce qu'elle cherchait, et le jeune garçon avait vite fait le lien entre sa réaction et les premières intonations d'un instrument à vent qu'il avait appris à bien reconnaitre depuis quelques temps. Une flute de pan. On peut vraiment dire que ça avait été le coup de foudre. Jeremiah se tâcha alors de se frayer un chemin à travers la foule, qui, compréhensive et avec un sourire attendri devant la situation leur créa spontanément un espace vital plus que nécessaire à la vie urbaine, lui permettant une circulation sans encombre. Mais à part cela, rien de plus. Peut-être ne voyaient-ils pas qu'elle n'était pas au mieux de sa forme? Sans avoir besoin de se retourner pour vérifier, l'image de sa sœur affichant un teint pâle et un visage fiévreux à peines quelques minutes auparavant s'imposa dans son esprit pour lui affirmer que non, ça se voyait. Beaucoup même.

Peut-être jugeaient-ils que ce n'était pas grave? Après tout, il en faisait peut-être un peu trop, allez savoir. Il avait appris à tuer et à tromper, pas à guérir et soigner. Si ça se trouvait, Melodia n'était peut-être qu'en prise à une fatigue passagère? Intérieurement, il tâchait de s'en convaincre, mais son esprit pragmatique déjà fermement ancré en lui l'empêchait de s'abandonner à cette certitude. Elle n'avait pas l'air bien, il agissait en conséquence. C'était encore le choix le plus sage à faire lorsqu'on est incapable de discerner un rhume d'une grippe. En attendant, elle avait l'air de tenir le choc. Et, même amoindrie, elle n'en pesait pas moins lourd: néanmoins, bien qu'il n'était pas non plus une bête de muscle implacable, Jeremiah profitait avantageusement de leur différence de taille et d'âge pour la porter sans se briser la colonne. La petite, après un moment de flottement à s'agripper simplement avait renforcé sa prise et se laissait bercer par le léger balancement. Comment l'interpréter? Ils avaient tous deux appris que chaque action était dictée par et pouvait engendrait un sentiment. Qu'est-ce qui motivait celui-ci? Aucune évidence ne lui vint à l'esprit. Ce n'était ni de la peur, ni de la colère. De la confiance? Si oui, il s'agissait d'une forme de démonstration bien étrange, même pour l'apprenti mage. Une seule certitude: Melodia avait l'air de se sentir mieux. C'est tout ce qui importait.

Ils parvinrent enfin à l'origine des essais hésitants qui leur étaient parvenu un peu plus loin, le musicien semblait attendre quelque chose. Du monde? Un partenaire? Il tentait de dissimuler un problème technique? Du haut de ses dix ans et bien qu'il ne soit pas dans la catégorie des nabots pour son âge, Jeremiah avait bien du mal à juger, sa vue en partie bouchée par le petit attroupement. Tous semblaient ne pas en prendre rigueur et prenaient leur temps pour le laisser se préparer. Après tout, pourquoi se presser? Si ils avaient quelque chose d'autre à faire que de flâner, ils ne resteraient pas ici, pas vrai? La musique en général fut à la suite de son petit voyage à Carmina un de ses sujets de recherches les plus vastes à explorer quant à la psychologie du genre humain, essentielle pour la kimochi no mahô. Rien de plus mystérieux que cette dernière... Tantôt triste, inspirante, furieuse ou festive... Elle semblait posséder une âme à elle seule et impactait les comportements d'une manière parfois radicale. En quoi une chansonnette sifflée pouvait donner du cœur à l'ouvrage? Pourquoi est-ce un requiem joué lors d'un enterrement et non pas une sérénade? Et le pire, c'est que les réactions sont différentes pour chaque individus! Bien qu'il comprenait, Jeremiah ne put jamais réellement saisir toute l'ampleur de la chose. Ce qui la rendait d'autant plus fascinante.

Il hésitait à poser Melodia. Si il comptait rester debout un moment, il vaudrait mieux se ménager pour le trajet du retour. Mais, dans son dos, une voix lui murmura: C'est quoi ... un papa ?
Son cœur se serra sensiblement. Une question absurde, non? Pas sous certaines conditions. Et bien qu'il n'en gardait aucun souvenir distinct, Jeremiah conservait une impression flou de son propre père. Ou du moins connaissait-il le principe de parenté. Il s'était vite fait à ce vide, qui au final ne changeait pas beaucoup la donne. Il ne savait pas pourquoi il les avaient quittés, et, comme il ne le saurait probablement jamais, il s'en fichait. Pourquoi se tracasser dans ce genre de situations? Intérieurement, en revanche, il ne pouvait s'empêcher d'imaginer sa vie autrement. Avec un père toujours à ses côtés, à l'image des enfants qu'ils croisaient rarement lors de leurs voyages. Un père reprit-il d'une voix qui ne laissait nullement transparaître son hésitation mais dont il n'était pas venu à se débarrasser d'une note terne, c'est comme une maman, mais avec les garçons. Normalement, tout le monde à une maman et un papa, mais... Je sais pas pourquoi, mais le notre est parti. Sommaire comme réponse, au moins elle avait le mérite d'avoir été claire.

Il fut ravi qu'après avoir débouché un détritus de taille assez impressionnante et d'aspect douteux de son instrument après visiblement de longues minutes d'efforts, un musicien portant un lourd cor en étain retrouvant sa tchatche commençait à entonner un petit air guilleret accompagnée d'une drôle de danse sur scène. Prenant ce soudain départ comme un signal de lancement, ses compagnons de scènes partirent avec lui avec l'habilité qui trahissaient des heures de répétitions. Et, parmi eux, le fameux flutiste qui avait la lourde tâche de tenir la gamme des aigus et auquel on accordait des solos de temps à autres. Sans être critique d'art, Jeremiah lui trouvait moins de talent que premier flutiste, celui rencontré il y avait une semaine de cela et dont il avait oublié le nom. Malgré tout, Melodia en semblait apaisée et son grand frère n'eut pas le cœur de la déposer à terre, faisant taire les protestations de ses muscles dorsaux à la seule force de sa volonté. Le guitariste s'employait également à faire travailler ses cordes vocales et poussait la chansonnette d'un air guilleret, le thème apparent du groupe étant la mise un genre expérimental nommé le "Rauque", et principalement composé d'un rythme rapide et effréné. Admirateurs (et admiratrices) étaient nombreux, et, si certains voyaient carrément d'un mauvais œil, nombreux s'étaient rapidement révélés fan du concept.

Et il fallait avouer que, adepte ou non, on se laissait rapidement entrainer dans la valse. En tous cas, Melodia dodelinais carrément de la tête. Toujours éveillée, Jeremiah savait qu'elle protesterait si ils partaient trop tôt. Alors il patienta. Jusqu'à ce qu'une main chaleureuse vienne se poser sur son épaule et qu'une voix douce l'interpela. Une voix et des accents travaillés et polis par l'expérience. Une voix pouvant tromper quiconque n'y prenait garde. Celle dont Jeremiah hérita plus tard. Les enfants? Ça va être l'heure de rentrer... Oh ma pauvre, tu as l'air épuisée! dit-elle en voyait Melodia. Intérieurement, Jeremiah se rétracta, mais resta impassible, à l'écoute de sa mère. Venez, on retourne à l'auberge. Et ainsi, accompagnés par le dernier morceau des Rolling Bones, ils quittèrent les devants de la foule pour repartir en chemin inverse, concluant la scène par un numéro de mère attentionnée tout aussi bien orchestré
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Lun 1 Oct - 2:53

Les oiseaux chantaient, Melodia pouvait les entendre.
Leur sonorité était bien différente de celle des humains, car ils ne se préoccupaient pas à prononcer des voyelles ou des consonnes qui ne mettaient que plus d'ambiguïté à la mélodie. Non, eux soufflaient de leurs petits becs des sons très aigus qui venaient chatouiller énergiquement les tympans de la jeune fille. Jeune fille qui n'eut d'autre choix que d'abandonner le monde des rêves pour celui de la réalité. Clignant des paupières afin d'habituer sa vue à la clarté de la chambre, elle s'aperçut qu'elle était seule. À sa droite et à sa gauche, le lit était vide. Et les couvertures étaient froides. L'absence de vie n'aurait pas dû l'affecter, et pourtant, la solitude lui glaçait le sang malgré qu'elle fût emmitouflée dans un épais édredon. Elle aurait voulu se lever et descendre le même escalier que Jeremiah avait emprunté hier, mais son corps ne lui obéissait plus. Ses muscles souhaitaient à peine se contracter sous l'impulsion nerveuse que lui envoyait son cerveau. Elle se sentait lourde, et fiévreuse. Son état ne s'était point amélioré depuis hier. Même le passage du docteur Gargantua n'avait pu y remédier...

Il était venu à la petite auberge qui accueillait les Shuhebi, répondant à l'appel du gérant de la taverne qui sévissait en-dessous. Peu après que les trois protagonistes étaient rentrés sagement dans leur chambre, le Monsieur au gros ventre, comme l'appelait Melodia, s'était présenté à leur porte. Il n'avait pas fait cas des protestations de l'adulte du groupe, sachant d'un simple coup d'oeil que la fillette nécessitait une aide médicale. Test après test, tâtonnement après tâtonnement, il avait enfin rendu un verdict : il n'y avait pas de diagnostic. Les symptômes dont souffraient la malade étaient relativement généraux, excepté son incapacité à bouger jusqu'à la petite orteil. Ce qui pouvait témoigner d'une maladie inconnue pouvait tout aussi bien relever d'un simple coup de fatigue. Pour le moment, le vieil homme ne se risquait pas à sauter sur une conclusion qui pouvait être fausse. Il avait donc conseillé à la famille de prendre soin de la petite en faisant attention à ce qu'elle ne manqua de rien. En quittant la pièce, il leur avait assuré qu'il repasserait demain afin de vérifier les signes vitaux et l'état physique de sa nouvelle patiente. Le claquement de la porte avait laissé un silence troublant entre Melodia, Jeremiah et leur mère. Quelque chose n'allait pas.

N'ayant plus eu l'énergie nécessaire pour faire fonctionner ses méninges, la plus jeune s'était rapidement endormie sur le confort du lit. Et elle venait à présent de se réveiller après une longue nuit de sommeil. Malgré cela, sa vitalité n'avait pas été retrouvée et elle gisait au milieu d'un lit trop large pour elle seule. Elle reniflait de temps en temps, laissant le liquide transparent couler de son nez à son maximum avant de l'ingurgiter à nouveau, comme un enfant le faisait toujours. Même si elle ne toussait pas, sa voix était faible et sa gorge la piquait un peu. Heureusement, il y avait le plafond. Son seul divertissement, lequel elle fixait intensément. À quoi pensait-elle ? À sa maman. Melodia ressentait bien l'atmosphère triste que dégageait en permanence sa génitrice. Après sept ans passés à ses côtés, à lui obéir au doigt et à l'oeil, elle connaissait sa mère. Peut-être que les histoires qu'on lui racontera dans le futur ne seront pas vraies, toutefois les sentiments transmis le seront. Et c'est ce qui fera sa force. Mais pour le moment, l'innocence était au rendez-vous et Melodia, en tentant de plaire à la sorcière qui se faisait appelée l'Enchanteresse, allait manigancer quelque chose pour aider cette dernière.

Les paroles de Jeremiah lui étaient revenue en tête, et le mot papa avait reprit alors toute son importance. Ce que la fillette planifiait de faire ? Elle allait...

« ... trouver un .. papa. »
Ainsi, dame Shiroko pourrait profiter d'un papa. Et elle aussi. Oui, c'était parfait. Son plan était parfait.


HRP:
 
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Ven 5 Oct - 22:30
Il faisait nuageux ce jour là à Carmina, ce qui pouvait expliquer le fait qu'il y avait de l'agitation dans les rues. Enfin, plus que d'habitude en tous cas. Tout ce beau monde commençait à remballer en quatrième vitesse pour éviter de finir sous une douche non désirée, et une promesse d'orage se faisait de plus en plus insistante à l'horizon, ce qui annonçait une chute du PIB journalier de la cité coupé d'au moins 50%. Mais ce n'était pas pour ça que Jeremiah courrait dans les rues. Toute la journée, et depuis quelque jours, il cherchais quelqu'un, n'importe qui qui pourrait soigner Mélodia. Shaman, musicien, chirurgien, sorcier-docteur... Peu important, si il était capable d'améliorer son état. Sur la version officielle, la maladie était totalement inconnue, et pouvait aussi bien s'orienter sur une grosse fatigue passagère que sur des complications à long-terme... voir à plus court terme. La magie de guérison est rare dans Fiore, presque un don du ciel. Paradoxalement, c'est probablement celle qui serait le plus utile à tous types de société, mais il semble que le concept de balancer des boules de feu ou de jouer avec les lois de la physique étaient plus attractifs que de soigner des blessures.

Mais, à l'époque, Jeremiah n'était ni spécialement disposé à l'ironie ni même à perdre du temps à ce sujet. Lorsqu'il sortit du énième cabinet lui ayant promis qu'ils verront ça dès que possible, les rues ne comptaient plus que quelques éternels badauds qui avaient tout de même choisis des abris stratégiques, protégés par la cime des arbres ou par les tentures des échoppes. ~C'est assez pour aujourd'hui... Je ne pense pas que j'arriverai à trouver quelqu'un mais... Je peux pas me permettre d'abandonner.~ D'autant que pour une fois, lui et l'enchanteresse travaillaient main dans la main. Pas littéralement bien entendu, mais ne souhaitant surtout pas perdre son petit prodige, Shuriko avait mis les bouches et doubles pour partir également à la recherche de connaissances qu'elle posséderait pour arranger l'état de sa fille... Tout en ne négligeant pas la raison qui l'avait attiré ici. Professionnalisme exemplaire. Le soucis, c'est que peu prenaient au sérieux un petit garçon qui leur annonçait que sa sœur était très malade, sans être capable d'annoncer clairement ce qu'elle avait. Les rares qui s'étaient succédé avaient une bonne âme mais toujours aucune idée d'un traitement appropriée pour Melodia.

D'un air aussi morde que le ciel, main dans les poches et l'esprit agité, Jeremiah rentrait à l'auberge, chemin facilité par la grand place dégagée. La musique s'était tue dans la ville, peu étaient ceux qui osaient défier la mélodie de la pluie. Arrivé près du bâtiment, il fut tout de même surpris de voir quelques oiseaux chanteurs toujours accrochés à leur arbre. Il tira un sourire faiblard mental, mais n'eut aucune idée ce si l'information avait été retransmise à ses lèvres également. Dès qu'il fut entré, les premières gouttes frappèrent le sol derrière lui et instinctivement Monsieur Alberty (qui insistait pour qu'on l'appelle Bert et non plus l'homme morse) tourna la tête avec un air interrogateur vers sa direction. Le jeune garçon secoua la tête en guise de négative et les épaules du barman s’affaissèrent. Celui-ci s'était pris d'affection pour la petite et suivait activement les avancées de son traitement... qui n'étaient malheureusement pas si nombreuses. Sans échanger d'autres mots, Jeremiah commença à se diriger, sous l'oeil des quelques clients vers les étages supérieurs lorsque Bert l'interpella: Hey, gamin... Il redressa la tête et se rapprocha du comptoir. Rapporte ça à la petite, pour qu'elle se sente un peu mieux.~ Il tendit un petit pack au garçon qui le ramassa et examina son contenu. Des sucreries, une part de gâteau au chocolat, et une petite note de l'aubergiste lui souhaitant bonne chance.

Pas sûr que le sucre soit vraiment conseillé pour son régime, mais c'était un luxe qu'ils ne pouvaient pas s'offrir d'habitude. Jeremiah ne connaissait pas la moitié de ces aliments, mais il avait rapidement deviné qu'à partir du moment où un aliment apparaissait dans des couleurs flashy, c'était probablement une friandise. Le garçon se força à gommer sa morosité, sourit, et remercia le barman avant de repartir sur sa route. C'est arrivé à la porte qu'il entendit les mots qu'il ne souhaitait pas entendre.

« ... trouver un .. papa. »


Jeremiah poussa la porte, dissimulant son malaise et continua sa bonne humeur forcée à l'égard de sa soeur. Melodia, est-ce que tu va mieux? Bert nous à donné des bonbons. Il réfléchit une seconde avant d'ajouter, histoire d'être sûr: ça se mange. Et d'autres trucs. Tu as faim?
Il s'assit à côté d'elle, sur le lit et déplia le petit emballage afin d'en montrer l'étalage à sa sœur. Il la considéra un instant. Aucune amélioration. Ni mieux, ni pire. Mais suffisamment grave pour la clouer au lit. Elle n'était clairement pas en état de discuter de quelque chose d'un tant soit peu sérieux avec lui mais... Il lui fallait être clair avec elle, avant qu'elle ne se fasse de fausses idées. Jeremiah décrispa son poing et se força à trouver les mots justes: Melodia, j'aurais juste aimé revenir sur papa. Le notre. Je ne pense pas que... Ce soit une bonne idée de continuer à y penser. Même si un papa est supposé être gentil, le notre est parti... Je ne connais pas la raison, mais, même si il y en a une, il nous à abandonné. Et ça ne sert à rien d'essayer de le retrouver.

Des mots crus et cruel, prononcé par un enfant désillusionné. On en aurait fait un super film, si ça n'avait pas été réel. Et malgré la violence de ces derniers, Jeremiah savait qu'il fallait crever l'abcès. Il ne méprisait pas son père, pas plus qu'il ne lui en voulait. Il avait simplement conscience qu'il était inutile de vivre dans la pseudo nostalgie de sa présence. Et, n'essayant même plus de le dissimuler, son visage était profondément marqué par le sérieux de ses paroles. Puis, il comprit. L'ambiguïté de ce qu'elle avait dit, sur le seuil de la porte. Attends... Tu voulais peut-être dire... Un autre... papa?
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Jeu 11 Oct - 4:45

La jeune fille était tellement plongée dans ses pensées qu'elle entendit à peine le grincement des marches de l'escalier. Si quelqu'un allait entrer et pousser la porte, il découvrirait une pièce vide. À première vue. Dissimulée sur le lit, une petite silhouette ferait soulever les couvertures qui l'enrobaient au rythme de sa respiration. Elle resterait silencieuse, les yeux fixés sur une tache invisible qui devrait traîner sur le plafond. Perdue au coeur de sa contemplation, elle ne remarquerait pas l'arrivée de son frère. Jusqu'à ce que la soit disante bonne humeur de celui-ci ne vienne troubler son calme.

Mieux ? Allait-elle vraiment mieux ? Le garçon pouvait le dire aussi bien qu'elle : son état n'avait pas changé. Inutile de lui donner de faux espoirs à espérer être guérie, la petite n'était pas dupe. Pour l'instant elle traversait une phase tranquille, mais le mal n'était pas parti, au contraire. Elle pouvait le sentir lui gruger tout l'intérieur, des muscles jusqu'aux organes en passant par les vaisseaux sanguins et la peau. Il était là et l'accompagnait à chaque heure du jour ou de la nuit. Comme une présence, un ennemi imaginaire qui patientait le moment opportun où il pourrait lui transpercer le coeur de sa lame métallique. Le cauchemar ne se limitait qu'à l'imagination de l'enfant. Et l'imagination de l'enfant ne se limitait, quant à elle, qu'à ce que l'enfant en question avait vu et entendu. Alors non, Melodia n'allait pas mieux. Jeremiah dut le comprendre à l'air impassible que la fillette lui accorda. Ainsi, il enchaîna sur un sujet qui semblait beaucoup intéresser la malade. Des choses à grignoter. Son ventre vide criait famine à l'instant précis où l'on mettait à sa disposition des aliments quelque peu... bizarres. Leur couleur et leur forme étrange ne rappelait rien à la jeune Shuhebi, qui se questionnait à savoir si c'était comestible. Sauf que le maître en renseignement avait parlé, donc ces bonbons, comme il les nommait, devaient pouvoir se manger. Se tortillant en dessous de son édredon, Melodia tenta de déloger ses bras afin d'être en mesure de gober toutes ces délicieuses friandises, dont l'odeur se révélait particulièrement alléchante. N'ayant pas eu le loisir de manger un repas la veille, elle avait faim. Peut-être trop faim.

Au prix de nombreux efforts et d'un coeur battant à la chamade, sa main droite arriva finalement à atteindre le plat de sucreries. Aucune manière ne la priverait de tout se fourrer dans la bouche, mastiquant à peine avant d'avaler. L'attaque vive portée à la nourriture dut surprendre Jeremiah, mais il était assez grand pour comprendre qu'il devait la laisser à son plaisir. Malgré sa condition, la fillette était toujours capable de se servir à manger toute seule. Ce ne fut qu'après la dernière bouchée que le garçon reprit la parole, amenant la discussion vers un tout autre sujet... les papa.

Melodia avait essayé de se concentrer pour écouter le discours de son grand-frère sur la disparition de leur papa. Dire qu'ils avaient le même papa ! Personne ne l'en avait informé. Elle traitait Jeremiah tel un frère parce que c'était ainsi que Shiroko lui avait appris à faire. Bien que de son point de vue, le frère était faible et inutile. Mais il était un frère tout de même. Au fond, peut-être que les membres d'une famille avaient un seul papa et une seule maman. Cela expliquait la présence de Jeremiah avec les deux femmes. Néanmoins, pouvait-on n'avoir qu'un papa attitré par famille ? Si le leur était parti en les abandonnant, il existait sûrement un moyen de le remplacer. Non ?

Ces réflexions poussées trop loin ne plurent pas au cerveau de la jeune fille, qui commença à bourdonner. Si elle avait gardé un contact visuel avec Jeremiah depuis le début du discours, maintenant elle venait de le rompre en fermant les paupières. Sans doute un surplus d'information avait enclenché un tremblement de ses cellules cervicales, parce que le mal ne s'arrêtait pas. Déjà que Melodia avait de la difficulté à réfléchir.

« Mais ... j'veux un papa. »
À ce stade, elle était pire qu'un enfant de quatre ans. Et les mots qu'on lui avait lâchée dessus n'aidaient en rien le désespoir qui saignait peu à peu son coeur. D'autres larmes, plus subtiles, s'agglutinèrent au coin de ses yeux. Elle allait porter sa main tremblante en direction de la chemise de Jeremiah quand elle l'entendit proposer quelque chose. Un autre... papa ? Son regard à nouveau visible, ses pupilles fixèrent intensément celui qui venait d'insinuer la chose. Son air triste devait lui signifier que oui, elle voulait un papa. Un nouveau papa. Pourquoi ? Elle n'en avait qu'une vague idée : plaire à l'Enchanteresse, probablement. À ce moment-ci il aurait été impensable qu'un sentiment instinctif l'ait poussé à désirer pareil prodige. Mais peu importait ce que l'on pouvait en penser, Melodia Shuhebi voulait trouver un père.

« C'est possible ? »
Dès la seconde qui suivit cette question, une forte douleur la saisit au niveau de l'estomac, l'obligeant à se replier sur elle-même. Des crampes semblaient la faire se balancer légèrement de l'avant à l'arrière, et un gémissement sortit de sa gorge en même temps qu'un liquide brunâtre. Elle était sur le point de vomir. Son repas sucré ne lui avait pas bien fait. Sentant le reste remonter rapidement le long de son oesophage, Melodia plaça une main devant sa bouche et lança un simple regard à Jeremiah. Que devait-elle faire ? Du plus loin qu'elle se souvienne, semblable situation ne lui était jamais arrivée.
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 14 Oct - 15:48
Un petit éclat brun venait de se briser sur le lit. Assez étrange pour attirer l'attention sans pour autant paraitre inquiétant. Le genre de signe annonciateur qu'on met un petit moment à interpréter, avant que soudain les sourcils de Jeremiah se lèvent bien haut. Une analyse rapide s'effectue alors, notant en un temps record l'annonciateur de l’apocalypse, le regard avec un fond d’inquiétude de sa sœur et son teint qui palissant à vue d'oeil. Pas besoin d'un doctorat en médecine pour deviner la suite. Il avait déjà eu à faire avec ce genre de situation, lorsque Melodia était encore bébé. Pas directement bien sûr, mais il savait que si on ne prenait pas des mesures aussi drastiques que rapides, on se retrouve rapidement en mauvaise posture. Par réflexe de sécurité, il se releva.

Il commençait à connaitre la pièce maintenant, et sans qu'il eut besoin de chercher longtemps, la solution au problème se révéla d'elle même. Un vase contenant quelques fleurs offertes par Bert pour lui souhaiter bonne guérison. Oh, rien d'exceptionnel, quelques tulipes rouges et jaunes, mais c'est l'intention qui compte. Lorsqu'il eut le temps d'y réfléchir plus en détail, il se pencha sur la grande bonté de cet homme qui pourtant ne payait pas de mine. A force d'y être entrainé, il savait que la gentillesse gratuite était possible, mais c'était toujours un phénomène qu'il avait du mal à saisir. Quoiqu'il en soit, il ouvrit la fenêtre d'un coup sec, balança les fleurs par dessus bord, ajoutant de l'eau à la pluie diluvienne, et revint porter le vase juste à temps pour éviter la catastrophe. Melodia déglutit péniblement, et le spectacle fut lancé. Son frère eut une répulsion naturelle mais il tint le coup.

Une fois la scène pénible passée, Melodia était encore en moins grande forme qu'avant. Peut-être se sentait-elle mieux, il parait qu'après ce genre d'expérience, cela arrive, mais comme d'habitude, aucune confirmation là dessus. Néanmoins, son esprit n'était plus du tout focalisé sur la question. Était-il possible d'avoir un autre papa? Une question qu'il ne s'était jamais posé, mais plus il y réfléchissait, plus la question se faisait floue. Mais, après tout, pourquoi pas? Y avait-il une règle quelque part qui spécifiait qu'on ne pouvait qu'avoir un seul père? Ses maigres cours sur la biologie humaine n'expliquant pas encore le concept de procréation, rien n'empêche une telle chose. Après tout, si il n'avait jamais eu la confirmation qu'une famille avait deux pères, il avait encore moins eu celle selon laquelle ils n'en avaient qu'un. Il attendit patiemment que la jeune fille puisse se remettre en position allongée et en état de parler avant de reprendre. Je ne suis pas sûr mais... C'est peut-être possible. Il voulut sourire pour encourager ses propos mais il était trop perplexe pour atteindre l'effet souhaité. La véritable question maintenant, c'est comment faire... Et surtout qui? Il se creusa la cervelle un long moment, jusqu'à ce que soudain, une révélation tombant comme une évidence éclaira son visage.

Bert! Bien sûr, c'était sans doute la personne la plus gentille qu'ils connaissaient. Et puis c'était un monsieur de sexe masculin. Il remplissait toute les qualifications pour le job. Je parie qu'il serait d'accord en plus. Il est gentil, rigolo... Il faut tenter notre chance! Lui même excité par l'idée, il s'était redressé et expliquait son plan avec de grand gestes, avant que son regard ne retombe sur Melodia. Il faut lui demander, je pense que si on est deux à le faire ce serait mieux. Est-ce que tu te sens prête à ce que je te porte en bas?

Une fois Melodia solidement accrochée, Jeremiah tâcha de descendre les escalier le plus stablement possible, ce qui vu l'ancienneté du bâtiment n'était pas forcément tâche facile. Au rez-de chaussé, trois personnes vaquaient à leurs occupations. Dans l'auberge, Bert, bien évidemment, mais ce que Jeremiah ne pouvait voir, c'était sa mère et le flutiste qu'il avait vu le jour de son arrivée, conversant vigueur, à quelques dizaines de mètres de la taverne. Parvenus en bas, l'homme-morse ainsi que les pilliers de bars qui connaissaient les deux enfants leur accordèrent un regard étonné, et Jeremiah secoua un peu sa sœur accrochée à dos. Demande-lui chuchota-il
Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Jeu 18 Oct - 4:55

Ç'avait vraiment été un moment pénible que de vider son estomac à l'intérieur d'un pot de fleurs. Déjà que l'ouverture qui permettait habituellement le passage des tiges était relativement petit, alors lorsque des spasmes venaient s'ajouter au lot, cela rendait le travail difficile au niveau de la précision. La jeune fille laissa d'ailleurs quelques petites éclaboussures brunes sur le couvre-lit, mais elle s'en fichait. Tout ce qu'elle voulait était de s'étendre sur le matelas douillet et d'y rester jusqu'à la fin de ses jours. Le corps mollement allongé en étoile, la respiration sifflante et la langue acerbe, Melodia se reposait. Elle devait récupérer l'énergie qu'il lui avait fallu déployer pour se tenir assise. Un malade n'avait rien sans souffrir ! Son cerveau allait donc lâcher prise sur la réalité, quand de nouvelles paroles lui firent ouvrir les yeux. Je ne suis pas sûr mais... c'est peut-être possible.

« Possible... »
Jeremiah était entrain d'élucubrer sur la possibilité d'avoir un papa. Le regard des deux enfants se croisa à l'instant même où l'aîné ébauchait l'esquisse d'un sourire sur ses lèvres. Il fallait se douter que l'attention du grand-frère était largement portée vers un tout autre sujet que le réconfort de Melodia. Et celle-ci, bien qu'un peu plus ouverte au monde depuis une semaine, accordait une importance, à son nouveau plan, qui aurait pu se confondre avec de l'espoir. Or, tout ce que la fillette désirait était de savoir si oui ou non il était possible de trouver un papa. Une question à laquelle Jeremiah semblait déjà avoir répondu en son fort intérieur, parce qu'il passait directement à la préparation du plan. Comment faire ? Qui choisir ? Les neurones à peine capables de fonctionner de la Shuhebi ne lui permettaient pas de s'avancer plus loin dans un questionnement. Silencieuse donc, elle tenta d'écouter le monologue du jeunot. Il paraissait réfléchir intensément. À tel point qu'il l'avait oubliée. Elle, l'héritière de l'Enchanteresse ! En laissant la fenêtre ouverte, il laissait un grand froid envahir chaque parcelle de sa peau blanchâtre. Ainsi que quelques gouttes d'eau couler sur le bord du mur de la chambre. Dame Shiroko ne serait pas contente... et elle le serait encore moins de savoir ce que ses deux enfants préparaient.

La victime ? Jeremiah avait décidé que ce serait Bert'. Un monsieur gentil, toujours à l'écoute des jeunes et autoritaire envers ses employés et les clients trop dévoués. Melodia n'avait jamais pu converser avec lui pour la simple raison qu'elle n'avait rien à lui dire. Déjà, son vocabulaire était restreint et ses proches avaient de la difficulté à entendre le son de sa voix deux fois par jour, alors tenir une discussion avec un inconnu, autant dire que c'était un rêve absurde. Il pouvait rêver en couleur, l'homme, elle ne lui dirait pas merci. Ni bonjour. Ni papa.

Tout de même, la volonté expressive de l'aîné de la famille semblait avoir résolue l'affaire. En moins de deux, la petite se retrouva une fois de plus accrochée au cou de Jeremiah, ce dernier bien déterminé à descendre l'escalier avec elle sur le dos sans s'y craquer quelconque os. Encore ce silence qui la caractérisait à la perfection venait jeter une aura triste au couple qu'elle formait avec le garçon. L'arrivée dans la taverne fut pénible pour tous deux. L'un devait maintenir en équilibre son poids et celui de la silhouette qu'il portait, et l'autre essayait de rester éveillée ; la seule chose obligeant ses yeux alertes était le désir de voir l'aboutissement de tout cela. Pour terminer l'aventure au fond d'un lit, bien emmitouflée parmi une pile de couvertures et accompagnée d'une douce mélodie.

À l'approche de l'homme qui devait devenir leur papa, un papillon manifesta sa présence au creux du ventre de Melodia. Sans qu'elle puisse savoir pourquoi, un trucmuche lui nouait l'intestin, l'empêchant de sortir ne serait-ce qu'un son de sa gorge. À voir l'air inquiet qu'arbora Bert' lorsqu'il repéra les deux enfants, on aurait effectivement pu croire qu'il s'agissait de leur père.

« Hey ! Les enfants ! Qu'est-ce qui se passe ? »
Il accourut presque en leur direction pour s'enquérir de l'état de la jeune fille. Pendant qu'il posait ses questions, un regard rougeoyant l'examina de part et d'autre. Cet homme était bon, il dégageait une énergie positive qui s'accrochait à tout ce qui s'en approchait. Impossible de l'imaginer chef d'une guilde noire, ou même membre trompeur du Conseil. Escroc, voleur, assassin, tous prenaient congé face au tableau rayonnant que présentait le patron de la taverne. À ce moment, Melodia eut un faible. Un petit, micro-rougissement lorsque son frère la pressa de s'adresser au bonhomme qui la regardait avec attention. Comment réagir face à une telle bouille ? Il avait un visage si agréable et si généreux qu'elle en était presque gênée de lui poser la question.

« Tu... serais... not' papa ? »

Il allait sûrement s'interroger, suite à la phrase très peu développée de la jeune Shuhebi. Il allait croire qu'une fillette de cinq ans n'avait plus toute sa tête pour lui faire une telle demande ; parce qu'il ne pouvait pas savoir qu'elle avait en fait deux ans de plus, son physique et son attitude ne permettant pas de le deviner aisément. Néanmoins, le barman allait sûrement répondre s'il n'avait pas été arrêté par un coup de tonnerre et une pluie battante. Qui avait amené deux personnages très importants pour le futur à venir s'abriter sous le toit de l'auberge. Melodia Shiroko et Izuka venaient d'entrer en scène. La première actrice, talentueuse à souhait, avait repéré ses deux rejetons, debout devant un pauvre figurant, et se dirigeait à présent vers eux. Le deuxième, quant à lui, ne faisait que suivre l'ombre de l'Enchanteresse. Quand bien même il l'aurait voulu, il ne faisait pas le poids contre le charisme de cette femme.

Sans s'en douter, Jeremiah et Melodia Shuhebi allaient être les spectateurs de l'acte final ; celui qui scellerait leur futur tout autant que leur liberté.


HRP:
 
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 21 Oct - 23:17
Bert à moitié choqué par la demande sursauta d'autant plus fort au tonnerre qui gronda puissamment, comme un signe presque sinistre. Instinctivement, tous avaient jeté un œil au ciel avant de se rappeler d'un plafond leur bouchait la vue, ce qui n'avait pas l'air de déranger la plupart. Pendant les cinq minutes qui suivirent, on entendit les "C'est pas passé loin" ou les "Quel temps d'm... -Ta gueule! y a des gosses!" habituels après un orage, qui occupèrent les esprits aussi efficacement qu'à chaque fois. Plus grand monde ne prêtait attentions aux "gosses" maintenant, seulement ceux qui avaient été assez prêt pour entendre le souffle de Mélodia et qui souriaient gaillardement en soupirant à quel point ils pouvaient être adorables. C'étaient les seuls à ne pas avoir tressailli au tonnerre, maitres de leur émotions, et ils fixaient toujours Bert, qui après un petit instant où soit il les avait oublié ou bien où il avait espéré esquiver la question:

Ah! Euh... Non, je ne crois... pas... Ah, si! Non! Je veux dire euh... Quoi?


Passant par tous les stades, le barman venait de subir une attaque mentale bien plus puissante que celle du plus grand mage manipulateur de l'esprit. Hésitation. Mal interprétation. Peur de mal interpréter. Peur de bien interpréter. Débousollement. La succession sur des émotions sur son visage le distordaient de façon presque comiques, et bien que la question ait pu paraitre étonnante, il semblait vraiment ne plus savoir où se mettre. Disons qu'à ce genre d'interventions soudaines se séparaient deux types de réactions: ceux qui en flattant la tête de la fillette lui auraient dit gentiment "Mais bien sûr!" sans en penser un mot pour jouer le jeu. Et les autres. Bert était un autre. La seule chose qui le maintenait sur la question (et le déstabilisait d'autant plus) c'était le regard doré de Jeremiah braqué sur lui, faute d'être accompagné par celui de sa sœur qui avait du mal à maintenir le sien. Neutre, mais intense. La puissante volonté de celui qui n'attend rien mais qui espère de tout son être. Le regard d'un enfant qu'il ne faut à tout prix décevoir. Ça n'eut pas vraiment l'air de beaucoup l'aider. Il se frotta nerveusement la nuque, cherchant ses mots qui échappaient à peine au filtre de sa moustache

Euh... C'est une demande? C'est ça? Jeremiah hocha la tête, stoïque. C'est que... C'est pas facile tu sais. Je veux dire, un papa c'est... Enfin, je suis qu'un barman, et tu as une mère, et...
Justement le coupa Jeremiah, c'est tout ce qu'il faut pour être notre père non? A cela, visiblement mal à l'aise, le barman cherchait avec tous ses sens à la fois ses mots et de l'aide, faisant pivoter son regard sur toute la salle avant se se poser sur le seuil de l'auberge.
Ah, dame Helena! (leur nom d'emprunt) Jeremiah soupira imperceptiblement. Non, définitivement, il avait eu tort d'espérer. Il ne se sentait pas déçu, juste creux. Bert n'avait cherché qu'à détourner la conversation depuis tout à l'heure, il ne voulait pas, c'était évident. Ou bien il ne trouvait pas ça naturelle. A quoi s'était-il attendu? Rien ne l'obligeait à accepter, d'autant que ce genre de demande devait être extrêmement rares. Sans en descendre non plus, Bert ne grimperait jamais beaucoup plus haut dans la hiérarchie encore chaotique de son estime. Et puis, après tout, un père était lié à une mère non? Bert aurait fait une sacrée drôle de tête en apprenant les agissement de sa compagne, qui rameutée par le tonnerre s'était réfugié tout comme eux.

Le jeune garçon détourna son regard pour l'observer un instant et, tranquillement, en remontant sa capuche trempée, la belle enchanteresse le lui rendit avec un sourire factice impeccable. Après un simple regard, Jeremiah devina à l'habitude que malgré son masque qui pouvait berner tout observateur même attentif, que quelque chose la tracassait, pire la contrariait. A ses côtés, un homme se dressait, imposant sur le seuil de bois que Jeremiah ne reconnut pas avant qu'il abaisse à son tour sa capuche. L'homme à la flute. Celui dont il avait oublié le nom mais dont il était sûr de l'avoir apprit. Izuka. murmura-il pour lui même. Oui, c'était ça. Il eut une pensée pour celle qu'il continuait de porter et qui, si la sensation de fardeau s'était envolée pendant ces cinq minutes lui rappelait qu'elle commençait à peser son poids. Si elle était plus en forme, elle resterait muette d'admiration devant le flutiste. Mais, à l'instant, le garçon ne savait même pas si sa sœur n'avait ne serais-ce que reconnu le visiteur, et encore moins si elle était tout simplement encore éveillée. Afin de couper court aux discussions, il fit volte-face, prêt à repartir dans les escaliers pour une ascension périlleuse lorsque le flux de la conversation le stoppa. Sans même faire volte-face, il s'immobilisa au bas des marches et tendit l'oreille.

- Oh, vous êtes parvenus à trouver un nouveau médecin Helena? commença Bert
- A mes heures perdues oui confessa le flutiste en se grattant la nuque comme si on l'avait flatté. Disons surtout que je joue un peu sur tous les tableaux...
- Izuka est un vieil ami, et je l'ai par bonheur retrouvé à Carmina! Je me suis dit que si un homme sur terre était capable de guérir ma Mélodia, c'était bien lui.

Jeremiah reconnut instantanément l'éclat imperceptible dans sa voix qui lui affirmait qu'elle mentait. Il tourna brusquement la tête et ses yeux dorés se braquèrent sur le médecin. Précisément comme il l'avait vu, Izuka connaissait l'enchanteresse, et à son air qu'il voulait garder neutre, il était clair qu'il n'était pas là par pure amitié. Payé grassement? Ça restait dangereux, et si il n'était pas médecin de base, c'était à écarter. Menacé? Probablement. Quoi qu'il en soit, faux médecin ou non, sa mère savait où elle mettait les pieds en le faisait venir. Il le fixa intensément encore quelques secondes, tâchant d'en arracher un peu plus, même un détail, mais Bert se chargea de détourner définitivement la conversation.
- Izuka! Je savais que cette tête me disait quelque chose, vous êtes le type qui joue ici au moins une fois par semaine! Et sur-ce, un déploiement de banalités encouragés par la célébrité du musicien incitant aussitôt la moitié de la taverne à li payer un verre emplit le bâtiment et il n'y avait plus rien à en tirer. De toutes façons, il le reverra bien tôt ou tard.

Jeremiah remit Melodia au lit avec le plus grand soin. Elle s'était endormie, quand, mystère, mais il avait prit l'habitude et commençait à avoir les bons réflexes. Il plongea un linge dans une bassine tiède comme on le lui avait demandé et l'appliqua sur le front de sa sœur. La chambre était silencieuse, mais en bas on savait s'occuper en jour de pluie. Rapidement, des accords de flute filtrèrent du plancher, signe qu'on l'avait finalement convaincu de sortir son instrument (ou qu'on lui en avait collé un dans la bouche). Une fois qu'il en eut terminé avec les soins pour Melodia, il saisit son livre et le parcourut sans pour autant parvenir à en saisir la moindre ligne. Tout son esprit était accaparé par une chose. Pas par le fait qu'il parviendrait ou non à guérir Mélodia. Là dessus, il entretenait un comportement de plus en plus pessimiste. Après tout, si plusieurs grands docteurs n'y étaient parvenus (dont plusieurs mages), qu'est ce qui pouvait lui faire espérer objectivement qu'un homme avec quelques talents de médecine pourrait faire quelque chose pour elle? Non, ce lui l’obsédait était bien plus simple. Rien qu'un détail. Les reflets dorés dans le regard d'Izuka.
Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 4 Nov - 6:56

~ ~ ~

La lune brillait d'un éclat terne au milieu des nuages : le jour avait fait place à la nuit, plongeant la ville de Carmina dans les ténèbres profonds. Très peu de lampes éclairaient les rues et la musique était relativement rare, car une fois passé de quelques heures le crépuscule, les fêtards allaient se coucher. Le silence emplissait chaque maison et chaque auberge qui accueillait les touristes, ne laissant que les bars vivre leur cacophonie. Ce qui se faisait davantage avec la boisson qui chauffait le corps des hommes qu'avec les mélodies des musiciens. Alors que la petite Melodia était confortablement emmitouflée dans ce qui semblait être un drap de coton, elle fut réveillée par les rires rauques de cinq buveurs. Ouvrant les yeux avec difficulté, elle remarqua que le paysage changeait à toutes les secondes. Et qu'elle venait de passer devant la taverne aux gros portillons jaunes qui semblait animée d'une vive conversation. La jeune fille ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait, sentant à peine le contact des deux bras qui la transportaient. Afin de rassasier sa curiosité et l'impression désagréable qui lui mordillait l'intérieur du ventre, elle tenta de tourner la tête vers la droite. Ce qu'elle réussit à voir au prix d'un pénible effort la laissa de marbre. Il s'agissait d'un visage qui comportait d'étranges traits de coïncidence avec ceux de Bert', alias l'homme-morse. Surtout qu'en tournant les yeux, elle avait aperçu la silhouette de sa mère.

La simple présence de cette femme suffisait à rassurer Melodia, qui referma doucement ses yeux en se laissant bercer par les mouvements de Bert'. Son innocence ne pouvait constater que la dame ne lui jetait aucun coup d'oeil et marchait d'un pas rapide, quitte à faire souffrir le porteur de son enfant. Bert' était loin de posséder une condition physique exemplaire et déplacer un poids de plus ne lui offrait qu'une respiration sifflante, des muscles douloureux et une sueur chaude. Pourquoi avait-il accepté de faire un boulot pareil ? Parce qu'il avait été convaincu, trop curieux de découvrir ce que la belle Helena planifiait. Il était au courant qu'elle avait pris contact avec le vieux flûtiste prénommé Izuka, mais quant à savoir ce qu'ils préparaient tous les deux... s'il n'avait pas déjà eu une femme et deux enfants, il en aurait été jaloux.

Deux ombres se faufilaient donc entre les dédales de rues, cherchant à s'éloigner du centre de la ville. Leur véritable destination se trouvait être l'extérieur de Carmina, là où il n'y avait plus de sécurité. Le parfait endroit pour les rituels et les combats. Sans en informer qui que ce soit, pas même ses enfants, Melodia Shiroko se préparait à confronter son ancien amant. Peu importait qu'il réussisse ou non à guérir son héritière, elle le réduirait au silence une bonne fois pour toute. Son lendemain ne verrait pas le jour, et ainsi elle pourrait agir librement. Sans entrave au coeur...

Après un trajet infernal pour Bert', le moment arriva où il put enfin se débarrasser du poids qu'il tentait de soutenir depuis le début de la marche nocturne. Sauf que se débarrasser de l'unique boulot qui le rendait utile aux yeux d'une méchante sorcière n'était pas une bonne nouvelle. Pour sa vie en particulier. Dès qu'il eut déposé la fillette au sol, une lame se posa sur sa gorge. En une fraction de seconde, sa jugulaire fut coupée et il s'écroula mollement sur place, lâchant son dernier soupir en direction du regard émeraude qui le contemplait. Ne perdant plus de temps, la dame prit sa fille par la main, la débarrassant du drap ensanglanté et la réveillant par la même occasion. L'heure du face-à-face était arrivée.

Disparaissant dans l'ombre d'un vieux bâtiment, elle rejoignit celui qui l'attendait depuis quelques années déjà. La rencontre se fit dans un silence cérémonieux. Le fils du joueur de flûte nommé Izuka se tenait devant sa femme, ou plutôt son ancienne femme, et sa petite fille.

« Melodia... »

Il n'avait pu retenir une note d'espoir à sa réplique, heureux de voir sa progéniture avoir grandie autant. Elle était magnifique, avec ses cheveux noirs, de la même couleur que les siens. Elle semblait fatiguée, par contre, ayant mainte misère à se tenir debout. Elle devait faire de grands efforts parce que sa mère était là. Shiroko. Il défia son regard quelques instants avant de poser la question qui lui brûlait les lèvres.

« - Où est Jeremiah ?
- Oh, il est resté à la maison. Il n'avait rien à voir avec toi. Toutefois, si tu veux savoir, je lui ai offert une petite boisson aux effets soporifiques. Et lorsqu'il se réveillera, je serai déjà loin. Cet enfant est une erreur, il est plus inutile que la saleté. Je n'en ai pas besoin. »

Cette révélation ne fit pas bonne impression chez l'homme, qui grinça des dents suite aux propos indécents de la mage noire.
« Mais passons, poursuivit-elle. Je suis là pour ma Melodia. »
Celle-ci n'avait esquissé aucun geste, se contentant de fixer l'étranger qui lui apparaissait de la faible lumière portée par la lune. Il était grand et mince, beaucoup plus jeune que le flûtiste qu'elle avait entendu joué dans la rue quelques jours plus tôt ; d'ailleurs, elle pouvait lier les deux personnages grâce aux éclats dorés qui vibraient dans leurs regards. Sans le savoir, elle venait de rencontrer son père. Et avait rencontré son grand-père par le passé. La musique se transmettait de père en fils, semblait-il.


Dernière édition par Melodia Shūhebi le Dim 11 Nov - 4:12, édité 1 fois
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Mer 7 Nov - 1:01
Jeremiah courrait aussi vite qu'il le pouvait, déjà à bout de souffle mais poussé par une très, très mauvaise intuition. Plus il progressait vers le sud, plus la musique s'éloignait et la lumière décroissait. Bientôt, son trajet n'était plus que ruelles sombres dans lesquelles il trouvait à l'occasion un ou deux traine-tard curieux de voir un petit gaillard aussi pressé. Où allait-il? Il ne savait pas exactement. Peut-être faisait-il cela pour rien? Il se forçait à ne pas penser à cela. Quoi qu'il en soit, il devait continuer, pour être sûr.

L'enchainement avait pris place dès l'apparition d'Izuka. Sa mère commença à agir étrangement dès lors. Un imperceptible raidissement d'épaule, un coup d'oeil en coin furtif, une impression d'être constamment affairée... L'entrainement qu'elle avait fait subir à Jeremiah avait eu un contrecoup: tous ceux ne pouvaient désormais plus se cacher grand chose. Le soir à la taverne en apportant un plateau-repas à l'étage, Jeremiah remarqua une seconde incohérence. Trois repas y étaient préparés. Ce qui faisait un de plus qu'à leur habitude. Il avait été décrété depuis un moment que l'ainé devrait se débrouiller seul pour se sustenter, pourquoi avoir brisé la règle pour lui apporter un repas sans que lui-même ai à faire la démarche, comme à son habitude? Sans se défaire de son visage de marbre qu'il conservait avec l'enchanteresse, il ne releva pas l'anomalie et se mit à la tablée silencieuse. Instinctivement, ses "cours" sur les poisons et leur effets lui revinrent en mémoire. ~Non, ça n'a pas de sens. Maman n'a pas d’intérêt à me tuer... et si elle voulait vraiment, elle n'aurait pas besoin du poison. Ça créerait trop de problème si je mourrais simplement dans l'auberge. ~

Sans parvenir à distinguer exactement le piège, c'est en mettant la main sur son verre d'eau qu'il repéra le regard de l'enchanteresse. Le temps se figea une fraction de seconde, et tous deux comprirent que l'autre l'avait vu. Il était bien plus proche de sa mère qu'en apparence au final. Il continua son geste, agrippa le verre... ~Elle à le regard détourné... Maintenant!~ Il s'aspergea le bas du corps, dissimulé sous la petite table puis porta instantanément le verre à tes lèvres sans ouvrir celles-ci pour finir l'illusion. ~Si ce n'est pas du poison, c'est autre chose... Un somnifère!~ C'est ce qui semblait le plus logique. Désormais, l'enchanteresse avait le regard quasiment braqué sur sa fille. Jeremiah attendit une vingtaine de secondes, puis lentement plaça ses bras en oreillers et s'endormit, sans bouger de sa position assise. Il devait jouer le jeu si il voulait savoir où celui-ci menait. Cinq longues interminables minutes passèrent, puis il entendit Shuriko s'activer. Il ne parvenait pas à distinguer clairement ce qu'elle faisait à travers le tintement d'une lame et le froissement d'un drap, mais son sang s'activa lorsqu'elle entendit un pas sur les marches de l'escalier. Il s'assura que la pièce était vide, puis il se redressa. Vide... Vide!

~Où est Mélodia?~ Le drap avait été défait et la petite fille n'était de toute évidence à l'extérieur. ~Elle l'a emporté? Mais... Pourquoi?~ Beaucoup d'hypothèses se profilaient dans la fièvre qui le submergea, et l'une d'elle, entêtante revenait sans cesse. ~Ils m'ont abandonnés~ C'est encore ce qu'il y avait de plus vraisemblable. Mais pourquoi laisser le témoin idéal en vie dès lors? Il y avait peut-être bien du poison au final dans ce verre? Plus important: qu'allait-elle faire de Melodia? Elle était encore si faible...
Ne parvenant à trouver une réponse à aucune de ces questions, une rage prit Jeremiah aux tripes, et avant qu'il ne s'en rende compte, il dévalait les escaliers en marche.

Où est Bert? Le pilier de bar observa le petit bonhomme avec un sourire gaillard qui s'effaça rapidement devant le visage sérieux du petit garçon. Il se sentit vaguement mal à l'aise, son regard doré le fixant avec insistance... Et par le fait qu'apparemment, il n'avait pas pu se retenir. Bert...? commença-t-il, avant de reprendre ses esprits, Ah, Bert! Euh, parti je crois, avec une joli femme d'ailleurs. Euh, dis, tu saurais pas où elle habite d'ailleurs?
Vous savez où ils sont allés? répondit dare-dare Jeremiah
- Euh, non. Il m'a juste montré les quartiers sud, comme ça fit-il, en reproduisant avec une marge d'erreur encore plus grande le geste vague désignant un côte de 45 degrés vers le point cardinal méridional.
- Ok. Il sembla sur le point de partir , réfléchissant deux secondes. Il n'aurait jamais cru qu'il pourrait dire ça un jour: Merci. Appelez les gardes, maman est dangereuse. Puis, laissant son interlocuteur la gueule béante, il se précipita dehors.


___________________________________

Un cri résonna à quelques rues d'ici. Un cri aigu de femme apeuré. Instinctivement, le jeune homme dévia sa trajectoires, et quelques embranchements plus tard, tomba nez à nez avec une femme terrorisée, à terre. Elle tremblait comme une feuille et se retourna d'un geste brusque lorsqu'elle entendit les pas de Jeremiah, risquant une nouvelle crise cardiaque. Elle avait les mains portées au visage pour couvrir sa bouche et ses larmes. C'est affreux... murmurait-elle, encore et encore. Le visage de Jeremiah pâlit au clair de lune. L'évidence pulvérisa la couverture de déni. Bert était mort. Oubliant la femme, il se précipita près du corps et remarqua après un instant un drap ensanglanté qui couvrait l'un de ses flancs. Le sang coulait encore du cadavre... Le meurtre avait dû être fait il y a une dizaine de minutes, au maximum...

~Ils sont passés par là... Bert n'a été qu'un pantin. Encore un.~
Pour la première fois, il ressentait une tristesse nouvelle. Celle d'avoir perdu un être auquel on tenait, quelqu'un à qui on attachait une certaine importance. L'impression était désagréable, alors il s'en débarrassa vite. Il reposa le drap tâché de sang sur le visage moustachu de l'homme égorgé. Merci Bert... murmura-t-il la gorge serrée. Il reprit sa route.
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 11 Nov - 5:38

Elle respirait. Enfin !
Un nouveau souffle de vie semblait s'être introduit à l'intérieur de tout son corps, lui permettant de se tenir debout avec la même facilité qu'auparavant. Plus de respiration superficielle, plus de fièvre, plus de regard vitreux, plus de fatigue ; la majorité des symptômes désagréables avaient disparu, et cela par les simples doigtés de l'homme qui l'avait examinée quelques minutes plus tôt. Melodia ne connaissait pas le moyen dont il avait usé pour la guérir et elle s'en fichait, cependant elle se s'était sentie merveilleusement bien dès les premières notes de la mélodie entamées. L'entente de cette suite de sons à la tonalité parfaite était pour elle une expérience comparable à celle de flotter sur un nuage. Un doux nuage. Blanc, douillet et lumineux. Blanc parce que cela représentait le vide et que son coeur était aussi léger qu'une plume. Douillet parce qu'elle imaginait son corps être confortable, au même titre qu'une belle grosse oreiller moelleuse. Lumineux parce qu'une intense chaleur brûlait jusqu'au tréfonds de son âme, la rendant ivre d'un sentiment de bien-être apparent. Sans qu'elle s'en aperçoive, la jeune fille affichait un sourire éclatant. Sûrement désirait-elle remercier le monsieur pour le précieux service qu'il lui avait rendu, ou pour le cadeau qu'il lui avait offert...

Malheureusement, toute atmosphère conviviale ayant pu se former entre le père et la fille disparut à l'instant où un cri strident vint s'accrocher à la structure du bâtiment. L'écho qui en résulta, emporta avec lui le sourire de la fillette lorsque tout redevint silencieux. Celle-ci se dirigea vers sa mère, qui se trouvait un peu plus loin, à l'ombre de la scène. De l'extérieur du bâtiment parvenait des bruits étranges et Shiroko ne pouvait qu'être plus ravie que son enfant l'ait rejointe. Les deux sorcières pouvaient partir, car le remue-méninges ne feraient que leur attirer des ennuis en plus d'une patrouille de Chevaliers Runiques prêts à défendre les citoyens. Quelqu'un devait avoir trouvé le corps du défunt barman malgré qu'elle ait pris soin de le faire s'étaler derrière des buissons. La femme allait sortir en traînant Melodia par la main, sauf qu'un flot de paroles lui en empêcha.

Les secondes suivantes, tout ce que la fillette put voir fut les horribles coups que s'échangèrent les adultes. La rage, la haine et l'amour qui découlait de chaque mouvement était perceptible, même pour la spectatrice, qui observait le duel en retenant son souffle. Ce qu'elle pensait à ce moment-ci ? À rien, excepté à la prière. Que sa génitrice ne meure pas, que son sang ne s'étale pas partout sur le plancher, comme cela arrivait si souvent aux victimes de ses boulots. Que cet homme ne la tue pas, qu'il s'en aille en ne quémandant que des pièces d'or pour son aide, qu'il disparaisse. À tout jamais.

Cette pensée dut être entendue, car la femme prit le dessus. D'un simple jeu de jambes, elle obligea son adversaire à s'agenouiller. Puis le silence. Pesant, incertain, empli d'émotions non dites que le regard des deux amants semblait se révéler l'un et à l'autre. Au coin de leurs yeux, de minuscules perles translucides apparaissaient, n'attendant que le moment fatidique pour sortir de leur prison. L'homme respirait difficilement, mais Melodia junior doutait qu'il s'agisse d'une conséquence à leur corps-à-corps enflammé. Sept ans qu'elle contemplait sa mère jouer ainsi avec ses cibles : au début, le combat s'orientait sur le physique, mais la magie des sentiments finissaient toujours par atteindre le coeur et le couler. Cette démarche, c'était l'Arcane de la Tristesse. Ô combien de fois l'Enchanteresse l'avait répété à son héritière afin qu'elle s'en souvienne et en grave chaque détail au creux de sa mémoire.

Dans ce cas-ci, la tristesse devait tirailler l'homme à tel point qu'il en avait des remords. Il était accablé, et ne paraissait pas vouloir bouger même le petit doigt. Simple victime du joug d'une femme trop vengeresse pour laisser l'amour la gagner. Un couteau souillé de gouttelettes rouges à la main, Shiroko levait le bras bien haut. L'intention était lisible : mort au faible, mort à Jennosuke Shuhebi.

Adieu papa.
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Jeu 22 Nov - 22:09
Jeremiah remarqua à peine qu'il quitta la ville: en fait, il ne s'en aperçu que quelques secondes plus tard, découvrant dans un sombre constat que la lumière chatoyante de Carmina n'éclairait plus ses pas. Il ralentit sa course progressivement, en regardant autour de lui le paysage plongé dans une nuit claire. Des silhouettes. Un son. N'importe quoi, Jeremiah était prêt à tout prendre comme piste. ~C'est trop tard... Si ils ont déjà quitté la ville, je n'arriverai jamais à les rattraper.~ Il s'effondra à genoux, bras ballants, vaguement conscient de ce qu'il faisait. Étrangement, il ne sentait pas triste. Ni en colère. Juste terriblement vide, et un peu inquiet. Un grand abysse s'était logé à l'endroit qu'occupait son estomac, et absorbait avec la conscience du travail bien fait les derniers espoirs qu'il nourrissait depuis ces dernières minutes. ~Melodia... Où elle t'a emmenée..?~ Une part de lui-même se moqua de lui, étrangement, elle possédait presque la même voix que l'enchanteresse. Il se préoccupait plus de sa sœur que de sa propre vie, qui maintenant qu'il était orphelin allait se révéler un combat de tous les jours? Si Shiroko était là, elle lui collerait une raclée, ne serait-ce que pour faire un tel flot d’inepties. Shiroko... sa voix le poursuivait partout... ~Attends... C'est pas moi, c'est bien elle!~

Le jeune garçon se releva précipitamment et s'avança vers l'endroit d'où il avait entendu les cris. Après quelques dizaines de mètres, se trouvait au sommet d'une pente raide, quelques mètres au dessus de trois silhouettes qui semblaient visiblement en pleine forme: il se dissimula sous le couvert d'un rocher qui s'aventurait sur la jetée, et se força à calmer sa respiration sifflante pour se rendre le plus discret possible. Les trois personnes en bas ne semblaient pas l'avoir remarqué cela dit, probablement par le fait que leur débat était... enflammé. Deux hurlaient. L'autre était muette. Jeremiah identifié rapidement les deux présences féminines, mais il dut sortir un peu de son couvert pour distinguer la troisième. Il fronça les sourcils un instant puis l'identifia. ~Izuka... Alors il a bel et bien un rapport avec maman... C'est un mage noir lui aussi?~ Intérieurement, il rejeta l'hypothèse. Il n'en avait pas vraiment l'air. Et puis...

Oui, Mélodia était guérie! Ou en tout cas, elle en avait l'air: se tenant un peu à l'écart des deux adultes, l'air toujours absente, comme complètement indifférente à cette querelle qui ne l’intéressait pas. Il fit immédiatement le rapport avec le musicien et une vague de gratitude et de soulagement le transporta à l'égard de ce mystérieux homme. ~Vous deviez être un homme bon... C'est dommage, que votre chemin ait croisé celui de maman...~ D'ailleurs, de quoi parlaient-ils? Qu'attendait Shiroko pour le tuer? Voulait-elle lui soutirer des informations auparavant? Jeremiah, se força à se concentrer sur leur discussion qu'il n'avait entendu que d'une oreille, submergé par la vague de "bonne nouvelles". Reprenant leur dispute au beau milieu, il ne comprenait pas chaque tenant et aboutissant. Visiblement, le couple semblait se connaitre, voir même avoir été très proche, il y a longtemps... Lui, lui demandait de relâcher les enfants. ~Quels enfants? Nous?~ Il la suppliait de cesser ses folies, qu'elle avait fait assez de mal ainsi. Elle... même son propre fils ne l'avait jamais vu aussi déchainée. Il ne s'agissait pas d'un affrontement au sang-froid dans lesquels elle excellait. Shiroko s'engageait à cœur ouvert dans une dispute!

Si les circonstances avaient été autres, Jeremiah aurait éclaté de rire. A l'inverse, il était terrorisé. Si l'enchanteresse savait conserver son calme en toute situations, toujours sous le couvert d'un masque, il y avait au moins une véritable bonne raison. Une nuit emplie du sang de ses ennemis était plus facile à supporter que la vue de son regard plongeant progressivement dans l'hystérie. Impuissant, il regardait, et tremblait. Les seules choses qu'il avait vraiment su faire dans sa vie. La situation s’envenima rapidement: l'enchanteresse n'écoutait même plus les arguments de son ancien amant et sans que Jeremiah ne comprenne vraiment le tour de passe-passe de sa mère, le musicien se tenait à genoux devant-elle, à sa merci totale. Il reconnut instantanément la technique qu'utilisait sa mère. Elle n'utilisait cette arcane que contre ses ennemis les plus puissants, ou ceux qu'elle désirait voir souffrir le plus. Une des plus atroces expérience d'agonie que l'on puisse vivre.

Les mains de Jeremiah se crispèrent sur la paroi. Melodia n'avait pas bougé d'un cil, et le temps semblait s'être figé. Il voyait sa mère lever lentement son couteau, inéluctable. Il constituait une preuve de salut pour sa victime, mais aussi sa mort. Il refusait d'accepter ce que ses yeux voyaient, le fait qu'Izuka aille rejoindre la montagne de cadavre qu'il avait laissé derrière lui. Le condamné releva soudain des yeux inondés de larmes. On y reconnaissait l’œil doré caractéristique des Shuhebi. Dis aux enfants... Que je suis désolé... Ne tenant plus, il s'effondra de nouveau, laissant place à des sanglots. L'enchanteresse leva un sourcil, son sens du sadisme aiguisé. -Oh, désolé pour quoi? Pour les avoir abandonnés? Pour avoir fuis? De tous temps, tu n'as mérité que la mort siffla-t-elle d'une voix froide comme un tombeau.

Un déclic. Comme une valve qui lâchait prise dans sa tête et qui laissait une puissance longtemps enfouie s'écouler. Il sentait le pouvoir et l'adrénaline affluer en lui pour la première fois depuis plus de deux ans. Cet homme... Ce n'était pas qu'un simple homme, justement. Les yeux, la voix, son petit tic... C'était son père -son véritable père, il en était singulièrement persuadé. Et il avait sauvé Mélodia, une raison suffisante pour lui pardonner son abandon, du moins pour l'instant. Car son père, qu'il venait de retrouver après des années d'éxil était en danger de mort. Jeremiah ne réfléchit pas une seconde de plus et ferma les yeux. Puis, il hurla.

Il se trouvait devant Jennosuke, qui releva soudain la tête, surprit de constater qu'elle était toujours en place. Devant lui, son fils faisait face à l'enchanteresse, bras écartés et une marque sanglante sur toute la longueur de son torse. Le fil de la lame finit sa course en heurtant le vide, et l'enchanteresse recula d'un pas, son poignard à la main. Les jambes de son fils furent prises de frémissement incontrôlables et il s'effondra à genoux serrant son torse, tâchant vainement de joindre les deux sections de peau qui avaient été tranchées. La douleur était au delà de toute expression, et il faisait de tout son possible pour retenir un cri perçant, se contentant à défaut d'un râle ensanglanté. L'enchanteresse recula encore et elle rit. Un rire complètement hystérique, comme sous l'effet d'une excellente blague. Après tout, celle-ci n'était pas mal du tout, si? Son fils dont elle comptait se débarrasser venait d'encaisser le coup qu'elle allait porter à son ancien amant, si ce n'est pas ce qu'on pouvait appeler de l'ironie. Maintenant, tous deux allaient mourir, ici, tout simplement. C'est ce qui aurait dû être fait depuis le début...

Un voile rouge troué par des explosions de constellation venait de remplacer la vision qu'avait Jeremiah. Son père, derrière lui avait tressailli, mais ne parvenait pas à bouger d'un muscle. Il savait qu'il n'en aurait pas pour longtemps, alors il fallait faire vite... Il saisit aussi fermement qu'il put la main de Jennosuke, et, faute de pouvoir se rapprocher, tendit l'autre à Melodia, à plusieurs mètres de lui. La scène ne dura pas plus de cinq secondes, mais il fit une demande silencieuse à Melodia. De quitter cette vie, de rejoindre leur père, de vivre... Non, pas de vivre heureux, de vivre tout court! Les rires de Shiroko redoublèrent en voyant cette scène pathétique... Mais Melodia ne bougeait pas. Fixe, bien ordonnée, comme la marionnette qu'elle avait toujours été. Jeremiah lâcha un hurlement étranglé et tous ses muscles se détendirent. ~Encore une fois. Juste une fois...~ Il ferma les yeux, et visualisa le premier endroit qui lui venait à l'esprit. La seconde suivante, le père et le fils disparurent de leur champs de vision. Seul un rire profondément malsain poursuivant Jeremiah dans les ténèbres

==================================

Melodia!


Mon cerveau fait plusieurs tours dans ma boite crânienne avant de se greffer à l'emplacement qui lui convient le mieux habituellement. Cela faisait un moment que je n'avais pas fait ce rêve... Je viens de me rappeler pourquoi. Mais une fois remit les yeux en face des trous, ce n'est plus le portrait d'une jeune fille au regard insolent qui me fixe mais celui autrement moins sexy de mon conducteur de charrette, qui visiblement à l'air anxieu pour mon état. Je me secoue un peu la tête pour dissiper les dernières nappes de brumes mentales et je suis de nouveau d'assaut:
-Euh... Ça va monsieur?

Soudain, je remarque le bout de papier que je tenais dans la main: l'avis de recherche. Ouh, la boulette. Crier le nom d'une criminelle à son réveil, ce n'est pas commode, même pour un chasseur de prime particulièrement vénal. Je veux remettre mon chapeau en place pour me donner bonne contenance avant de remarquer qu'il n'est plus à sa place. Je consacre alors momentanément énormément d'attention à sa recherche sous le siège pour esquiver le regard inquisiteur du cocher. Une fois remit en place, je lui décoche un grand sourire tout en n'hésitant pas à utiliser une dose de Shinrai pour aider à oublier l'incident.

-Oui, oui... J'ai dû m'assoupir j'imagine. Soudain, je remarque le bout de papier que je tenais dans la main: l'avis de recherche. Ouh, la boulette. Crier le nom d'une criminelle à son réveil, ce n'est pas commode, même pour un chasseur de prime particulièrement vénal. Je veux remettre mon chapeau en place pour me donner bonne contenance avant de remarquer qu'il n'est plus à sa place. Je consacre alors momentanément énormément d'attention à sa recherche sous le siège pour esquiver le regard inquisiteur du cocher. Une fois remit en place, je lui décoche un grand sourire tout en n'hésitant pas à utiliser une dose de Shinrai pour aider à oublier l'incident.
-Oh, nous sommes arrêtés? J'ai dû dormir un moment... Où en sommes-nous?
-On est à plusieurs kilomètres de Baal, mais comme prévu, je ne m'approcherai pas plus. Je ne me sens déjà pas très bien ici alors... Mais dites, qu'est ce que diable vous comptez foutre là-bas?
-Ahah! Secret de la maison. On serrait terriiiiblement fâché contre moi si j'invitais quelques personnes ne figurant pas sur la liste... Cela dit, vous êtes sûr de ne pas vouloir venir? Pas besoin de Kimochi no Mahô pour perturber mon cocher cette fois, et celui-ci, faute de pouvoir suivre la blague leve en l'air les deux mains en signe de refus express.
-Euh, non, non, ça ira! Merci... J'imagine...

Comme tout honnête citoyen, je lui remet une petite bourse coquette de jewels contenant précisément ce qu'il me fallait lui payer et descends d'un pas énergique de la charrette. Arrivé en bas, je mets ma main en visière et contemple la lisière qui me fait face, si l'on peut appeler une lisière des arbres déjà plus haut que le palais de Crocus. Mazette, j'espère que leur lieu de rendez-vous n'est pas trop bien planqué... N'oubliant les politesses les plus élémentaires, je fais un salut vague derrière moi en guise d'au revoir avant d'être intercepté par unAttends! du cocher. Intrigué, je me retourne tranquillement, pourtant sûr de ne pas l'avoir grugé au niveau pécuniaire cette fois...
-Tu cherches cette fille, c'est ça? Pour la prime? Je hoche la tête sans hésitation. Si elle est dans cette forêt, il est encore temps pour repartir, tu sais? Personne ne ressort d'ici vivant, et même le dernier des salaud de mage noir ne mérite pas qu'on s'y aventure... Mais sache juste que si tu l'attrapes... Merci.
Je hausse un sourcil d'étonnement en entendant ça. Mélo aurait-elle eu un différend avec une connaissance de cet homme, ou était-ce seulement un pur élan pour la justice? En guise de merci pour son encouragement, je ne lui lance qu'une seule phrase avant de me retourner et de continuer ma route. "Laissez toujours une chance aux condamnés. Vous pourriez être surpris du résultat..."

Spoiler:
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   Dim 2 Déc - 5:53

~ ~ ~


Elle avait assisté à toute la scène.
Ses yeux, les deux perles rouges qui avaient tant aguichés les regards du royaume de Fiore, avaient vu le combat se dérouler. Du début jusqu'à la fin. Jusqu'à ce que des rideaux d'un rouge écarlate ne s'abaissent pour marquer la fin d'un arc important du passé de la famille Shuhebi. Il était parti, lui et l'homme aux cheveux noirs bouclés. Il lui avait pourtant offert de l'accompagner, mais elle avait refusé de bouger. Pourquoi partir avec un inconnu et une personne pour laquelle elle n'avait jamais eu de réel respect ? Elle avait une belle vie, entourée d'attention et des charmes de sa mère. Rien n'aurait pu la convaincre de prendre la main que le garçon avait tendue pour elle. Rien. Vraiment rien ?

Il faut avouer que sur le moment, Melodia avait été tentée de suivre son frère. Une étrange sensation lui avait brûlée l'abdomen lorsqu'il était apparu, comme par magie, devant le couteau que lançait leur mère en direction du pauvre homme. La magie de téléportation qu'il avait utilisée pour s'enfuir tel un lâche, elle avait été intéressée à l'utiliser également. La semaine qu'ils venaient de passer ensemble avait permis un rapprochement, voir à une certaine complicité de se développer entre eux. Sauf que leur lien n'avait pas été suffisamment fort pour que la fillette abandonne sa mère. Elle avait donc contemplé l'éclat doré de son aîné disparaître au milieu d'un voile de poussière noire. Son corps n'avait pas bougé d'un seul centimètre, laissant comme dernière image à Jeremiah celle d'une fille obéissante et impassible. Une véritable poupée de cire...

Depuis, la poupée qu'elle était n'avait nullement changé. Elle était restée la même, excepté qu'elle s'était dotée d'une personnalité humaine. Plutôt que d'aborder les évènements avec un masque de glace, elle les abordait avec une arrogance et une immoralité hors du commun. Ayant acquis, au prix d'un long entraînement avec sa mère, une expertise en manipulation, elle avait semé la zizanie et le chaos parmi la population de Fiore. D'ailleurs, elle se souvenait des examens qu'elle devait passé régulièrement sous l'oeil critique de sa mère. L'un en particulier, et pour lequel elle avait travaillé assez durement, lui revenait en mémoire. Sa mission ? Laisser le désespoir rongé le coeur des gens d'un petit coin aux alentours de Crocus. Elle avait dû s'infiltrer parmi la communauté afin de dénicher le point sensible, et elle l'avait trouvé en la personne d'une adorable jeune fille de 15 ans. Celle-ci était le rayon de soleil qui faisait vibrer le coeur de tous les habitants du village. Son apparence physique pouvait se peinturer à la façon dont on s'imaginait les anges : doux et attachant, à la couleur de peau pastel et à la bouille joyeuse. Sa personnalité chaleureuse et aimante qui l'animait et l'entourait d'une aura charitable était la principale source de lumière du village. Tous l'appréciaient pour l'aide qu'elle apportait à chaque être dans le besoin. Elle était tellement aimée que Melodia aurait pu en être jalouse. C'était en ce sens qu'elle s'était rapprochée de la jeune fille pour développer une amitié. Une fausse amitié qui lui avait permise de la diriger vers les ténèbres, les remords et au final, la mort. La victime s'était jetée du haut d'un immeuble, s'écrasant au sol dans un craquement d'os et des éclaboussures de sang qui s'étalèrent jusqu'aux joues de ses parents. Puis Melodia Shuhebi avait disparu, ne laissant qu'une jolie rose rouge sur la pierre tombale de sa chère amie. Les habitants avaient eu beaucoup de mal à faire leur deuil et une certaine amertume s'était installée au creux de leur coeur. L'Enchanteresse avait perpétré à nouveau.

Voilà qui était l'histoire de toute une vie. D'une vie de mage noir. Par les actes peu gratifiants aux yeux de la majorité des gens du royaume de Fiore, elle s'était fait connaître par le surnom d'Athéna. La déesse aux cheveux flamboyants. Heureusement, parmi tous les regards qu'elle avait croisés, l'un avait su reconnaître le remarquable atout de son art. Et le possesseur de ce regard n'était autre qu'Akira Kain, maître des Oracion Seis. Connu par le pseudonyme de l'Ange du Chaos, il allait apporter un changement radical sur ce monde enseveli par la corruption. La dame ne pouvait qu'adhérer à de tels idéaux, étant elle-même ce qu'elle cherchait à accomplir. Même si son plan à elle était encore un poil plus sombre, elle ne pouvait que sourire d'avoir été admise au sein de cette guilde.

La volonté de sa mère était ainsi respectée. Quant à la sienne, la mage ne pouvait qu'être sceptique. En jouant avec la flûte de pan offerte par une personne qu'elle avait presque effacé de sa vie, elle repensait à la famille qui avait été la sienne plusieurs années auparavant. Aujourd'hui, elle s'en était trouvé une nouvelle qui comptait six membres. Bercée par les vagues qui faisaient avancer le bateau sur lequel elle reposait, Melodia arborait un visage souriant malgré les nausées qui lui prenaient au nez de temps à autre. Elle avait bien hâte de rencontrer les nouveaux membres de sa famille...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]   

Une mélodie du passé [Flashback de Jeremiah et de Melodia Shuhebi]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-