Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Danger immédiat [Léonard / Shi]

AuteurMessage
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Danger immédiat [Léonard / Shi]   Dim 27 Nov - 18:43

Danger immédiat
Léonard & Shi
Globalement, le Dragon Slayer représentait tout ce que Shi détestait. De par les idéaux qu’il chérissait, tout d’abord, car le mercenaire ne pouvait pas respecter un homme qui avait dédié sa vie au vol et à la traîtrise, un fourbe qui assouvissait ses plus sombres desseins par la manipulation et le mensonge. Il en avait fait l’expérience, comme très certainement beaucoup d’autres avant lui. Mais même si une partie de lui comprenait les motivations qui poussaient un homme à agir ainsi, il n’arrivait pas à accepter le fait qu’une magie séculaire aussi puissante que celle dont le jeune homme avait hérité soit utilisé avec tant de paresse. Car c’était bien cela qui dérangeait le plus Shi chez l’homme après qui il en avait : malgré un potentiel et des compétences largement hors du commun, il n’avait jamais cherché à les améliorer outre mesure, préférant toujours la voie de la facilité à celle de la gloire. A cette simple pensée, le mercenaire était envahi d’un sentiment de frustration. S’il voulait être un voleur, un bandit, qu’il soit au moins le meilleur d’entre tous ! Il se demandait combien de temps il faudrait au jeune homme avant de se rendre compte qu’il progresserait à un rythme bien moindre avec cette mentalité que s’il se donnait corps et âme à son occupation, si illégale fut-elle.
Toutes ces pensées fusaient les unes après les autres dans la tête du mercenaire, alors que sa haine à l’égard de cet être exécrable croissait drastiquement. Son honneur bafoué et la vengeance qu’il attendait étaient les causes d’un sentiment peu commun chez lui : Shi faisait une fixation sur le White Dragon Slayer. Et pour cela, il devait le retrouver. C’était un sentiment aussi étrange qu’inhabituel pour le guerrier, qui ne se laissait habituellement pas submerger par les émotions, et savait rester professionnel en toutes circonstances, mais cette fois-ci, il tenait à tout prix à étaler les boyaux de ce gamin plein de toupet sur le sol carrelé de la ville, ou du moins à envoyer croupir cet insolent et ironique sourire derrière les barreaux de la prison du conseil.

Pour le retrouver, il avait dû épuiser son réseau d’informateurs. Peu savaient combien Shi pouvait se montrer effrayant quand il était déterminé. A force de chantage, de menaces et de pots de vin, il avait finalement trouvé une piste tangible : Onibas. Une information qu’il s’était échiné à obtenir, et qu’il n’allait pas laisser passer, si hypothétique soit elle. Alors qu’un de ses amis l'avait assuré de l’importance de l’évènement durant lequel il avait ses chances de croiser le Dragon Slayer, certains de ses contacts dans la pègre lui avaient confirmé que ce dernier semblait s’être intéressé de près à la ville ferroviaire, dernièrement.
De ce qui se disait, un convoi spécial transportant plusieurs tableaux allait arriver dans un futur proche, et ce afin de préparer la biennale d’Onibas. L’exposition, axée cette fois-ci autour de l’automne, proposait d’accueillir un nombre colossal d’œuvres de valeur de tous types. Ainsi, la voie ferrée avait été monopolisée, alors que la garde était sensiblement plus présente dans les rues.

Bien qu’il n’ait aucun moyen d’être entièrement sûr, Shi voulait s’accrocher à chaque piste potentielle. Chaque indice, chaque information était bonne à prendre dans sa quête pour retrouver le bandit qui avait souillé sa fierté. Pour l’instant, il faisait le guet, patiemment. Il s’était installé en terrasse d’un café qui faisait l’angle, offrant un point de vue idéal sur les quais de la gare. Les bruits de la foule, les talons qui claquaient sur les pavés rougeâtres et les discussions des clients créaient un brouhaha agaçant, qui, tel des acouphènes, empêchaient le jeune mercenaire de se concentrer. Plus il attendait, plus il avait envie de hurler. Mais il se retenait bien, à demi dissimulé sous son fedora en feutre noir, de se faire remarquer outre mesure. Il scrutait la foule, observant chaque visage, chaque personne. Le voleur pouvait s’être teint les cheveux après leur précédente rencontre, mais il n’avait pas pu dissimuler son tatouage bleu caractéristique, que Shi visualisait parfaitement.



_________________



Dernière édition par Shi Tami le Jeu 1 Déc - 6:29, édité 1 fois
Léonard Raziel Albae
Mage de Silent NightMage de Silent Night

avatar

Messages : 92
Date d'inscription : 08/08/2016
Âge : 23
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer (1er G)

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.850
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Danger immédiat [Léonard / Shi]   Jeu 1 Déc - 0:29
Il existe des histoires qui commencent sur un ton dur où l'ensemble des sentiments sont mélangés par manque de compréhension. Ces histoires où des personnes inconnues créer des liens qu'ils ne souhaitaient pas et qui étaient animés par la haine ou l'indifférence. Ces contes où l'ennemi du présent ne le serait plus dans l'avenir, sans trop savoir comment le définir.

C'est une de ces fables qui seraient écrite ici. Mais avant de débuter, il est bon ton de comprendre la naissance d'une relation entre un mercenaire et un voleur. C'était il y a quelques mois, une histoire somme toute banale, puisque j'avais rencontré le combattant par hasard alors que je cherchais à dérober des documents pour mon propre plaisir. J'avais dû me jouer de lui et l'utiliser pour atteindre mon but, même si le résultat fut plutôt inattendu. Je n'avais pas gardé une impression marquante de la part de Shi. Ce n'était pas par manque de charisme de la part de l'homme, mais plutôt de mon tempérament qui m'empêchait de garder une attention trop importante sur les personnes qui m'entouraient. Il était pour beaucoup de monde, un être qui se démarquait, car sa force dépassait largement ce que le commun des mortels pouvait atteindre. Mais pour un pourfendeur de dragon, il était une force de la nature de plus, qui plierait un jour où l'autre devant plus fort que lui.

C'était mon sentiment lors de notre première rencontre. Ce que je ne savais pas encore, c'était que le mercenaire avait décidé de porter son dévolu sur moi et que sa traque ne faisait que commencer.

Comme souvent, ma motivation provenait du challenge que pouvait m'apporter un larcin bien ficelé. Ce qui est pratique dans ce domaine, c'est que les plus grosses prises étaient souvent très médiatisées. Ce fut le cas pour une exposition particulière, mais régulière dans la ville d'Onibas. Je vais vous passer les détails déjà explicité, mais le plus important est de comprendre comment il fallait résonner. En effet, pour ce genre d'exposition, l'acheminement des oeuvres est souvent gardé secret au niveau de la date et de l'heure. Par ailleurs, il y a normalement une sécurité beaucoup plus importante, mais surtout, que pour assurer une protection optimale, il fallait simuler plusieurs fois la dite arrivée en gare des tableaux.

J'étais donc arrivé plusieurs semaines en avance pour plusieurs raisons. D'une part pour me familiariser avec la ville, même si petite soit-elle. D'autre part, pour me fondre dans le décor d'une population habituée à rencontrer des saisonniers pour les périodes de grandes influences. Et enfin, il me fallait comprendre et connaître les répétions de la pièce qui avait pour nom « livrons les tableaux sans encombres » avant la première.

J'avais réussi à me faire engager comme serveur dans un bistrot qui faisait l'angle d'une rue. Cette zone me donnait pleinement le temps de visualiser les lieux. D'ici, je pouvais voir la gare et le grand théâtre de la ville où allait être exposé les toiles. C'était un point de vue de choix, car j'avais pu contempler la première répétition quelques jours auparavant. Le système était simple, mais efficace. Le train acheminait plusieurs caisses dans plusieurs wagons qui allaient être escorté par pas moins de dix gardes à distance raisonnable. Ainsi, il y avait moins de risques si un incident arrivait, puisque les tableaux n'étaient pas tous réunis et de plus, les salves de garde restaient proches les uns des autres pour agir rapidement. Sans oublier les issues des quelques petites artères de la ville qui restaient, elles aussi, bien surveillées.

Voyant ce manège, je devais agir à l'intérieur du théâtre. Mais avant, je devais déterminer le jour où la livraison devait avoir lieu. Et ce jour était arrivé, puisque les milices des artères étaient plus importantes. Mais je devais encore jouer mon rôle d'homme de café. Travail pénible, rébarbatif et où il fallait faire semblant d'être aimable. Je m'étais donc éxecuté toute la journée auprès d'un nombre impressionant d'inconnu, dont un homme à chapeau...

- Un autre café monsieur ?

Danger immédiat [Léonard / Shi]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Onibas
-