Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]

AuteurMessage
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 23
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Mer 27 Mai - 16:32






La journée avait été monotone, entraînements, missions, je n'avais d'yeux que pour la soirée que s'annonçait à tel point que j'étais perdue dans les nuages à rêvasser. Étant une passionnée de musique, j'allais régulièrement regarder des concerts dans des bars ou à l'Opéra. J'avais eu grâce à un contact deux places pour l'Opéra de Carmina. Deux places pour aller voir l'Orchestre Aede accompagné exceptionnellement de la célèbre violoniste Sylvia Euterpe une jeune prodige de la musique à seulement dix-sept. J'étais une grande fan de cette violoniste. Le seul problème c'était la deuxième place, à qui la remettre ? J'avais bien une petite idée en tête, mais on venait à peine de se retrouver avec Kenta, je  ne voulais pas précipiter les choses. En plus jamais au grand jamais j'aurais pu l'inviter, rien que l'idée d'y penser donnait à mon visage une couleur rouge tomate. La journée avait été affreusement longue, histoire de me faire attendre encore plus longtemps. Plus j'espérais la soirée plus le temps semblait ralentir.
Ma mission d'escorte s'était plutôt bien passé, quelques voleurs qui avaient essayé de dérober les biens du marchand sous ma protection. Ils s'étaient enfuis comme des pleutres dès qu'ils m'ont vue me transformer en démon. Les voleurs de grands chemins ne valaient plus grand chose de nos jours. J'avais réussi à arrêter trois voleurs sur une dizaine en les assommant d'abord et ensuite en les menottant. Après avoir arrêté ces bandits mon équipe et moi-même sommes arrivés à Carmina avec toute la marchandise. Une fois la mission finit nous avions quartier libre. J'en profitai pour gagner mes appartements afin de me préparer à la soirée à l'Opéra. Je pris une douche, coiffa soigneusement mes cheveux blonds vénitiens. J'étais toute propre, mais il me fallait choisir à présent ma tenue. J'ouvris ma penderie. Je n'avais que quelques robes. Je les sortais une après une pour voir laquelle pourrait convenir. J'hésitais entre deux d'entre elles, ma robe étoilée et ma robe verte. Finalement, après une minute de réflexion je mis ma robe verte.

Robe verte:
 

Bien j'étais prête, la soirée allait commencer dans trente minutes il me fallait me dépêcher si je ne voulais pas arriver en retard. Je sortis de chez moi ainsi que de la caserne. Le fait de sortir comme ça ne me dérangeais pas, c'était quand on me regardait que ma timidité prenait le dessus que je rougissais et que cela me gênait. Je me dirigeais donc vers l'Opéra. Je n'avais toujours pas trouvé d'idée pour la deuxième place. Un peu avant que ce soit mon tour de me faire contrôler pour entrer je vis un jeune homme plutôt petit se faire refuser l'entrée et jeter dehors par la sécurité. C'était dommage que ce jeune homme ne pouvait pas entrer ce concert allait être exceptionnelle. Je regardais mon deuxième billet d'entrée et regardais ensuite le jeune homme par terre. Il ne fallait pas gâcher ce billet pour n'importe quel voyou, mais uniquement pour une personne voulant assister et admirer les chefs d'œuvres musicaux que la violoniste nous montrera. J'estimais que ce jeune homme avait le droit d'entrer. Pourquoi il ne pourrait pas ? S'il appréciait la musique et que je pouvais l'aider alors je le ferais. Ayant décidé de l'aider, je m'avançais vers lui pour se relever en essayant de ne pas salir ma robe. Une fois debout je le forçais à rester à côté de moi. Arriver mon tour pour entrer, je tendais les deux billets. Les gardes de la sécurité posèrent les yeux sur le jeune homme et le gratifièrent d'un regard noir. Je remarquais cela et ajouta d'une voix douce.

« Ce jeune homme est venu avec moi, il était tellement pressé d'entrer qu'il avait oublié son billet. »
Les gardes bien que méfiant vis-à-vis du jeune homme prirent les billets et les tamponna pour marquer qu'ils étaient contrôlés. J'avançais un peu avec le jeune homme et une fois hors de vue des gardes je me séparais de lui avant même qu'il me remercie. Je voulais bien l'aider, mais de là à rester à côté d'un homme tout le long de la soirée non merci. Je pris une place au cinquième rang avant la scène et m'assis sur un siège au centre de ce rang.

Le rideau se levait, les musiciens étaient là. L'orchestre formait un U, la violoniste, au centre tenait son instrument ainsi que son archet dans ses mains, était prête à commencer.
Et là l'orchestre commença. La violoniste entama peu après nous offrant un spectacle impressionnant. Les variations des notes, la qualité, la clarté, toute la musique que faisait la prodige était émouvante et me donnais la chair de poule. On aurait pu croire qu'elle nous envoyait dans un autre monde. Elle me faisait penser au bonheur que j'avais vécu dans ma vie, les images défilaient dans ma tête. Je ne pus retenir une larme de joie couler sur ma joue.La musique avait eu un effet enivrant sur moi ce qui fait que je ne vis pas passer comme les autres les trois merveilleuses heures du spectacle.

Tous ceux ayant assisté au spectacle étaient conviés à une fête. Tous les invités présents étaient sur leur trente-et-un et un grand banquet étaient ouverts à tous. Une cascade de champagne s'imposait au centre de la pièce. Les différents convives s'étaient déjà rassemblés en groupe. Après avoir félicité la jeune Sylvia Euterpe de sa prestation, je m'éloignai afin que d'autres viennent à leur tour la féliciter.
Résultat, j'étais toute seule. Même si je suis mal à l'aise avec les hommes, il y avait des dames ici, mais aucune d'entre elle ne venait vers moi. Il était hors de question de que je vienne à m'immiscer dans un groupe. Cela ne se faisait pas. Alors, j'étais là à guetter que quelqu'un m'aborde.

_________________

Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Mar 2 Juin - 23:35
Je m'accordais finalement un peu de repos sur le pont de la guilde. Ces derniers jours, je n'avait pas arrêté d'enchaîner les missions et autres requêtes afin d'être prêt. Prêt à quoi ? Et bien, j'avais finalement réalisé une chose au sujet des familiers. Ils étaient des êtres vivants capables de juger les gens. Ce n'est pas que je suis un être sans-cœur ! C'est juste que dans ma tête, une fois que je serais face à la créature que je voudrais en tant que familier, le scénario était des plus simples : je la vois, je lui dis d'être mon familier et voilà. Alors que la réalité se révélait être des plus compliquées. Ken-nii et Shina-nee avaient réussis à nouer un lien avec Kiri parce qu'ils l'avaient sauvé d'un prédateur. Ainsi, ils avaient pu gagner sa confiance et entre-temps, leur lien s'est renforcé pour devenir celui qu'il était actuellement. Quant à Ren-nii, je ne connaissais pas tous les détails mais je savais qu'il s'était confronté avec Heion lors de leur rencontre et que ce dernier avait reconnu sa force. Aussi, leur lien a démarré sur un respect mutuel entre le fils de dragon et le canidé. En bref, tous les trois avaient montré qui ils étaient vraiment, leur force de caractère et étaient parvenu par un moyen ou un autre de gagner le respect de leur partenaire humain.

Aussi, si je voulais moi aussi gagner un compagnon de voyage, je devrais tout d'abord lui montrer qui je suis réellement et lui prouver ma valeur. Et pour cela, je devais devenir meilleur, plus fort que je ne le suis actuellement. Ainsi, il me reconnaîtrait et l'on pourrait voyager à travers Fiore tous les deux. Mais cette réflexion m'en avait amené une autre : En étais-je seulement capable ? La plupart des gens me décrivent comme étant quelqu'un de gentil, d'attentionné mais aussi comme abruti, hyperactif et quelque peu maladroit. Et si ces défauts occultaient mes quelques qualités ? Et si au lieu de nouer un lien d'amitié, de respect mutuelle et d'entente, celui que je voyais comme mon familier ne me voyait que comme une menace, un adversaire, un danger qu'il fallait éliminer ? Cette pensée m'avait effleurée un moment mais me rappelant le récit du début de la rencontre entre Ren-nii et Heion et je me dis que tout était possible. Il suffisait d'un simple facteur extérieur ou d'une simple étincelle qui me venait en tête pour que l'ennemi d'aujourd'hui devienne le compagnon de demain. Et cette étincelle je comptais bien la provoquer que le destin le veuille ou non ! Même si j'aimerais ne pas en avoir besoin et c'est la raison pour laquelle je mettais toutes mes chances de mon côté. En enchaînant les missions, gagnant ainsi en expérience, par exemple.

Mais bon, la pause avait beau terminée pour aujourd'hui, je décida tout de même de prendre une petite mission. Je n'étais pas dans mon état optimale aussi je préférais ne pas risquer de faire foirer une mission difficile et ainsi souiller la réputation de Quatro Cerberus. La mission était d'ailleurs assez simple mais urgente : fournir à une jeune violoniste un nouvel archet qu'elle avait commandé à Val pour son prochain concert qui était imminent. Une simple livraison sans détour en somme puisque le QG de la guilde se trouvait à Val ! Une fois la commande réceptionnée, grâce à l'intitulé de la mission j'avais pu prouver mes intentions, je pris mes jambes à mon cou pour pouvoir chopper le moyen de transport le plus rapide possible vers Carmina. Heureusement, je fus arrivé à temps au sein de la ville connue pour son opéra aux mélodies superbes. J'y suis déjà passé mais il y passait tellement de genres différents qu'à chaque passage, on avait l'impression de redécouvrir l'endroit. Mais c'est une fois arrivé à l'entrée de l'opéra que le premier soucis se présenta. Le concert était à accès limité et il était impossible d'y accéder si l'on avait pas un billet. J'avais beau leur expliquer que je venais livrer un objet cruciale pour le déroulement du spectacle, ils ne voulaient pas me laisser passer. C'est alors que je me rappelais de l'intitulé de la quête dans ma poche. Enfin qui y était car je me suis souvenu l'avoir jeté après réception de l'archet. Et me revoilà lancé dans une nouvelle discussion afin de pouvoir rentrer.

C'est alors qu'apparu ma sauveuse dans une robe émeraude. Cette dernière est venue à mon secours sans que je ne lui demande quoique ce soit et présenta deux billets. Elle prétexta ensuite qu'elle était venue avec moi mais que j'étais trop impatient. Je doutais que ça marche compte tenu des dernier instants mais contre toute attente cela fonctionna. Pourquoi ne suis-je pas né femme dans une robe verte ? La vire aurait été d'autant plus simple... Quoique, c'est plus amusant de pouvoir faire pipi debout. Ma sauveuse ne resta pas longtemps à mes côtés, à peine quelques mètres plus loin elle me quitta pour prendre une autre direction sans que j'ai pu la remercier. Serait-elle en réalité tomber amoureuse de moi mais elle n'oserait pas l'avouer vu qu'elle serait en réalité une grande timide ? Qu'importe, il était presque temps du commencement du spectacle et je n'avais toujours pas livré l'archet. Histoire d'éviter la même histoire avec les vigiles de dehors, j'usais de ma petite taille et de mon agilité afin d'esquiver tout le monde et arriver incognito dans la loge de la musicienne afin de lui livrer l'objet. Elle fut au départ surprise de me voir arriver ainsi mais une fois qu'elle eut accusée réception, elle se confondit en excuses. Elle me donna la récompense et me fit en même temps l'honneur d'assister au concert entier depuis les coulisses.

Depuis cet emplacement de choix, je n'a rien manqué du début du concert. Je n'ai pu assister à la suite puisqu'on m'a clairement fait comprendre que je gênais aussi, suis-je parti trouver un endroit où je ne serais une gêne pour personne. Sauf que je me suis perdu en chemin raison pour laquelle je suis actuellement en train d'explorer la pièce des costumes vide de toute personne. J'avais la musique en fond sonore tandis que je regardais s'il y avait des costumes à ma taille. Alors que j'en essayais un, une porte s'ouvrit et ne désirant pas me faire expulser dehors à coup de pied dans le derrière, j'optais pour l'option « Fuite discrète ». Sauf qu'une fois rendu dans le hall, je m'étais rendu compte que j'avais laissé mes vêtements d'origine dans la salle des costumes et que j'avais oublié le chemin menant à là-dite salle. Pas le choix, je devais donc me débrouiller pour sortir de cet endroit le plus rapidement possible sans me faire remarquer. Pourvu que les deux gorilles de l'entrée soient partis aussi ! Malgré ma perruque et mes nouveaux vêtements, je craignais que ces derniers puissent me reconnaître. Si jamais c'était le cas, je ne donnerais pas cher de ma peau...

Alors que je commençais ma traversée du hall, j'apercevais tout de même quelques regards glisser sur moi, il fallait dire que j'étais habillé d'une manière plutôt différente quand on compare mes vêtements aux leurs. C'est alors que toute envie d'évasion, toute attention dirigée vers lui était négligée quand j’aperçus le Saint-Graal lui-même. Trônant en retrait dans un simple coin du buffet, trônait... Une bouteille de tabasco ! Avec moins de temps qu'il m'en faut pour énerver Ren-nii, je traversais la salle pour la saisir de la main gauche tandis que la droite remplissant une assiette vide de mets en tout genre. Qu'importe la garniture, c'était le tabasco le plus important et rien ne pouvait changer cette règle universelle. Malheureusement, il n'y avait qu'une bouteille, c'est à dire à peine assez pour mon assiette actuelle. Ce qui signifie que dès que je l'aurais fini je me retrouverais à plat... Hors de question ! Refusant cette mauvaise nouvelle, je pris à parti un pauvre serveur afin de lui demander, ordonner plutôt, de ramener toutes les bouteilles de tabasco qu'il avait à disposition. Je le lâchais une fois qu'il eu vivement hoché la tête d'un air craintif et vit avec satisfaction qu'il ignora les gens l'interpellant pour se diriger, je l'espérais pour lui, vers les cuisines.

Je dégustais donc ma délicieuse assiette remplie de sauce piquante avec lenteur histoire de ne pas me retrouver trop vite à sec quand je vis une connaissance. Ma sauveuse en robe verte était à quelques mètres de moi. Elle était cependant isolée mais ne cherchait pas pour autant à discuter avec du monde. J'en profitais donc pour m'avancer vers elle.

- Salut merci pour tout à l'heure au fait ? T'as bien aimé le concert ? J'ai adoré perso mais je n'ai pu voir que le début, j'me suis perdu par la suite mais j'ai quand même pu entendre jusqu'à la fin. Heureusement que j'ai pu livrer l'archet à temps ! T'imagines ce qu'on aurait loupé autrement?

Je pris un toast copieusement arrosé entre chaque parole prononcée ce qui fait qu'au final, j'avais déjà fini mon assiette moi qui voulait la faire durer. J'avais plus qu'à espérer qu'elle se montre plus bavard que tout à l'heure sinon l'attente du tabasco supplémentaire risquerait d'être longue, très longue...

la tenue de Soren =D:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Sam 6 Juin - 20:13



Première fois …

Ce soir, je raconte l'histoire d'une première fois. Certaines sont sucrées, d'autres sont amers, âcres, dans tous les cas, elles ont un peu commun. À chaque fois, elles sont "le numéro un", elles sont uniques. Elles nous emmènent sur des sentiers inconnus. Ah, l'appel de l'inconnu, il fascine, il obnubile, il tille, il captive, autant qu'il fait peur, questionne, installe le doute, fait fuir. Tout à chacun oscille entre les deux avant de savoir, de connaître ce qui est. Évidemment, si le goût n'y est pas, il est fort probable que l'on ne s'aventura plus sur le chemin. Pourtant, certaines fois, nous y retournons quand même, nous passons autre la déception, l'horreur, l'amertume, le dégout de la première fois. Pourquoi ? C'est simple, nous sommes des hommes forts, faibles, courageux, lâche, peureux, courageux, aventureux, casaniers, tentés, chastes. Oui, l'espoir nous fait dire que cela sera mieux la prochaine fois. C'est pour ces raisons que j'aime les premières fois, les suivantes aussi. C'est pour cela que ce soir, je conte ma première fois à l'opéra.

Depuis que j'ai commencé à partager mes goûters avec Mme Dootfire, qu'elle m'a raconté sa vie, ses opéras, qu'elle m'a ensorcelé avec eux et ses histoires, depuis qu'elle a débridé mon esprit, je rêve d'assister à un opéra. Je rêve d'être un homme du monde qui regarde la performance des acteurs. Ces femmes et ses hommes dont la voix nous transporte. Des chanteurs qui nous transpercent avec leurs partitions. J'ambitionne le temps d'une soirée d'être l'un des grands dirigeants notre monde, se détendant devant une mise en scène, des costumes et des maquillages époustouflants. Je songe le temps d'un spectacle à quitter le monde des mortels pour rejoindre celui des dieux, porté par des notes divines. Ces mêmes dieux qui regardent notre comédie humaine, tantôt dramatique, tantôt tragique, tantôt burlesque, tantôt savoureuse, tantôt infecte. C'est à peine un dixième de ce que ma vieille amie a insufflé en moins plus jeune. Ce minuscule dixième donne le ton, la note, le « la » qui m'accompagne ce soir.

Je vais tenter de décrire la tension qui parcourt le moindre millimètre cube qui remplit mon magnifique corps alors que je me fais belle pour la soirée. Oui, encore une fois, je prends les traits d'une femme. Pourquoi ? C'est élémentaire. L'un des spectateurs est un des outils dont j'ai besoin pour réussir une mission sur Carmina. L'homme en question est âgé d'une soixante d'année, il apprécie particulièrement la compagnie des femmes n'ayant pas encore l'atteint l'âge fatidique des vingt-cinq ans. Fatidique ? C'est évident, c'est parce que si une fille n'est pas mariée à cet âge, elle se voit devenir une catherinette. Si cette dernière le vit bien, mon client de la soirée, moins. Il n'est socialement pas acceptable de s'afficher avec une femme divorcée ou mariée. Par contre, la chair fraiche, est un faire-valoir aussi vieux que le monde et socialement recommandé dans certains milieux. Avec tout ça, j'ai oublié de dire que je suis tellement excité, que j'ai suffisamment d'énergie pour donner naissance à un millier de soleils.

Ce n'est pas pour autant, que je vais foirer mon travestissement. D'ailleurs, récemment, j'ai appris quelques notions en magie des muscles. Si j'ai choisi cette magie et pas celle de transformation, c'est parce que je l'ai trouvé plus drôle que la seconde. Bref, on se fiche de mes motivations à choisir des notions dans une magie x ou y. Ce qui intéresse, c'est de savoir comment utiliser les deux ou trois bases à son sujet. Dans mon cas, c'est simple, je modifie simplement ma masse musculaire pour qu'elle corresponde à celle d'une fille. Ce petit bonus optimise mon transformisme. Au final, ce soir, je me nomme Kim Darkashian. Une nana brune, avec la peau plutôt mate, des formes là où il faut. C'est le genre préféré de mon client de la soirée. Comme à mon habitude, je n’ai omis aucun détail dans le visuel pour que le trompe l’œil soit parfait.

De plus, en modifiant ma masse musculaire comme il faut, j'ai reçu à modifier mes cordes vocales, à avoir une voix de femme. Il m'a fallu des heures de travail pour obtenir ce résultat, j'en suis assez content. Enfin, avec tout ça, j'ai oublié de vous raconter mon voyage au septième ciel durant le spectacle. Du coup, je me retrouve à siroter, déguster, savourer un verre de champagne en attendant mon client, tout en souriant, le bijou parfait pour mettre en valeur un vieux. Là, une impression de déjà-vu attire mon œil. Je ne sais plus où, ni quand, ni qui, mais cette jeune fille en tenue d'écolière me rappelle quelque chose. Autant aller lui parler, d'autant que la jeune demoiselle qui l'accompagne est sublime. En attendant mon sexagénaire, je vais aller faire copine-copine avec les deux. Tel une fille dont la seule préoccupation de la journée, pardon de la vie, c'est d'être une vénus, à la pointe de la tendance, de se faire remarquer pour sa grâce, sa plastique, sa gestuelle, j'avance vers vous.

Je chope au vol, quelques mots, c'est parfait, pour me glisser dans la conversation. C’est avec une voix chaude, sensuelle féminine, envoutante, chantante que je te remercie.

Nous ne pouvons que vous remercier jeune fille. Nous sommes votre débitrice pour la soirée.

Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 23
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Mer 10 Juin - 21:54






    La soirée commençait à être ennuyeuse, personne ne venait vers moi donc je n'avais personne à qui parler. J'avais pensé que la soirée aurait été plus amusante. J'étais en train de boire ma coupe de champagne. Quand tout d'un coup une jeune fille l'accosta. Elle me remercia pour tout à l'heure, or je n'avais été personne aujourd'hui mise à part le petit homme avec qui j'avais berné la sécurité. Donc je n'avais pas compris pourquoi elle me remerciait. J'avais beau chercher je ne trouvais pas. Ce qui était surprenant chez cette mademoiselle c'était sa voix. Elle ne collait pas avec la charmante demoiselle. Ce n'était pas grave au moins cela me faisait de la compagnie. Je mis de côté ce problème.
    Elle me demanda si j'avais apprécié le concert.

    « Ce concert était vraiment magnifique, c'est dommage que vous ayez manqué une partie. Vous avez manqué quelque chose, chaque partie était sublime.
    C'est vous qui avez livré l'archet à Sylvia! Merci grâce à vous nous avons pu écouter un spectacle grandiose. »

    Oui, je tutoyais mademoiselle Euterpe, tout simplement parce que l'on s'était lié d'amitié quand j'étais plus jeune. Lorsqu'elle avait commencé à apprendre à jouer d'un violon, volonté de sa famille, son talent s'était dévoilé. Sa famille avait insisté pour lui acheter son premier violon. C'était donc dans notre boutique que la jeune Sylvia était venue. Pendant qu'elle avait attendu que les adultes règlent leurs affaires, elle m'avait vue dans l'arrière boutique à aider bien malgré moi ma mère. Elle était venue pour voir ce que je faisais et en voyant que j'étais en train de jouer du violon, même si je préférais la lyre, elle m'avait interrompu. Bien qu'il y ait cinq années de différence d'âge qui nous séparait, nous construisîmes une amitié solide. C'était ainsi qu'elle avait débuté. Sylvia avait insisté pour prendre des cours de musique avec moi et comme ma mère était ravie d'accueillir une virtuose, ma mère ne lui fit pas payer les cours comptant plus sur la publicité que la famille Euterpe pouvait lui apporter. Son premier violon était principalement en bois d'épicéa et était l'un des plus grands chefs d'œuvre de ma mère. D'ailleurs je me demandais si elle s'en servait toujours. Fort heureusement pour moi elle n'avait pas pu se présenter au concours musical, car elle était au conservatoire à ce moment-là. C'était elle mon contact pour avoir des billets de spectacle.

    « Nous ne pouvons que vous remerciez jeune fille. Nous sommes votre débitrice pour la soirée. » 
    Je fus surpris par une jeune femme qui venait d'apparaître à notre côté. Cette femme était belle, brune, le teint mat. Elle ferait envier n'importe qui. Je confirmais mon accord avec ce qu'elle avait dit en hochant la tête.
    « Les spectacles de Sylvia sont toujours magnifiques peu importe le nombre de fois que j'y assiste. Ils sont toujours grandioses. »

    D'ailleurs la jeune fille avait mentionné un archet et méfiante je redoutais sa provenance.
    « Excusez-moi mademoiselle, vous venez de dire que vous avez apporté l'archet à Sylvia, mais d'où venait-il ? Était-ce par hasard dans une boutique de fabrication d'instrument de la ville ? Si oui, venait-il d'une factrice âgé d'une cinquantaine d'années aux cheveux blonds ? »




_________________

Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Sam 20 Juin - 23:04
J'étais dorénavant dans l'attente de la réponse de ma demoiselle tireuse d'ennuis en tout genre. J'espérais vraiment qu'elle ne me mettes pas un de ces vents... Ce n'est pas qu'ensuite je n'aurais pas où me mettre, vu la taille de la salle, mais j'espérais que cela était une nouvelle occasion de me faire une nouvelle amie. Surtout de savoir si oui ou non, elle avait des sentiments pour moi. Le problème étant que si, comme je me le disais auparavant, elle se révélait être une grande timide, je n'aurais pas confirmation très vite. Je devrais jouer dans la subtilité et selon la majorité des gens, ce n'était pas mon point fort. Il fallait dire que j'étais plutôt franc. Ou que je ne savais pas résister à la pression. Il suffit qu'une personne me fixe quelques instants pour que je me mettes à tout déballer. Famille, antécédents divers et variés, tout y passe ! Ce qui a souvent tendance à énerver la personne car elle qui ne désire que je dise juste une chose, se retrouve en réalité face à un débit de paroles plus qu'important. Dans ces moments-là, il est arrivé qu'on compare ce dernier à une cascade. Un bruit qui nous casse les oreilles au bout d'un moment. Bien qu'il semblerait que je sois supérieur à la cascade sur ce point-là...

Heureusement, la grande blonde, presque tout le monde est grand pour moi, consentit à me répondre. Elle a eu un avant cela un moment de doute, trahi par un léger froncement de sourcil, pour je ne sais quelle raison, mais, elle l'a soit ignoré soit résolu puisqu'elle a daigné m'accorder une réponse. Si c'était une peste n'aimant pas la compagnie, ce qui expliquerait sa solitude, cela ne se voyait pas étant donné que sa réponse était amicale et quelque peu compatissante. C'est vrai que ça m'embêtait un peu de ne pas avoir pu écouter le concert dans son entièreté mais valait mieux que ça soit moi qu'une véritable fan comme elle ! Après tout, qui d'autre qu'une fan inconsidérée pouvait appeler une artiste aussi familièrement !? Ce qui était d'autant plus remarquable pour cette dernière étant donné qu'elle m'avait semblé très jeune. Cela signifiait-il donc qu'elle avait beaucoup de talents ? Sans doute si l'on observe bien le nombre de personnes présentes dans ce hall. À moins que certains soient là par pur amateurisme et goût général de la musique. Ce qui n'était pas mon cas, la musique je trouvais ça joli mais je ne saurais m'étaler davantage sur ce sujet aussi, avais-je l'impression de faire tâche parmi tous ces gens.

C'est alors qu'une troisième personne se joignit à notre duo, venons-nous alors de créer un groupe ? Si c'est le cas, il risque d'y avoir toujours plus de personnes se joignant à nous. Ce qui veut dire plus de difficultés à quitter cet endroit le plus discrètement possible. Cela ne m'empêcha toutefois pas de détailler l'arrivante. Car oui, il s'agissait d'une femme et un détail à son sujet me faisait travailler les méninges. Enfin plutôt deux car, en voyant son visage, j'avais déjà l'impression d'avoir vu cette personne quelque part... Boarf, ça devait juste un visage que j'ai déjà croisé lors de ma précédente venue à Carmina. Surtout que je pouvais difficilement oublier une telle personne... Elle avait de ces poids au niveau de sa poitrine... Comment ils pouvaient tenir ? Cela ne lui faisait pas trop mal au dos de se tenir droite comme ceci ? Garder son équilibre ne lui coûtait pas trop d'efforts au quotidien ? C'est alors que j'eus ma réponse. Il se trouvait que pour équilibrer le tout, elle détenait une autre paire de poids entre le bas de son dos et le haut de ses jambes. Ces deux masses devaient lui fournir un équilibre à nul autre pareil ! Je suis prié à parié toutes les économies des membres de Quatro Cerberus, hormis les miennes, qu'elle est la dernière à tomber lors de violentes secousses !

Cette dernière avait fait son entrée en me remerciant pour l'aide que j'avais apporté. Du moins, c'est que j'ai compris de sa palabre. La réponse de ma sauveuse me conforta dans l'idée qu'elle n'était qu'une simple fan de la musicienne qui était au centre de la prestation de ce soir. Elle enchaîna en me demandant d'où provenait l'archet. Pour une raison que j'ignore, elle semblait croire qu'il a été acheté ici et que le fabricant était une dame aux cheveux blonds assez âgée. Je ne sais pas pourquoi elle l'a pensé étant donné qu'il venait de Val et que le vendeur qui me l'a remis avait beau être vieux, il était un homme aux cheveux blancs. D'ailleurs, il n'avait même plus de cheveux sur le haut du crâne ! Mais un détail, me turlupine... Où est donc rendu mon tabasco ? Cela faisait tout de même un bon moment que j'avais demandé au serveur de m'en apporter et nulle trace de sa part. Pourvu qu'il ne soit pas allé alerter la sécurité ! Si c'était le cas, je devais me la jouer discret. Heureusement, j’étais de petite taille et déguisé. Malgré tout, je ne devais prendre aucun risque aussi, je devais continuer cette conversation à tout prix !

- Je sais pas du tout pourquoi tu demande ça mais... L'archet vient de Val où je vis ce qui fais que je n'ai pas du tout fait de détour pour venir ici ! Le vendeur n'était pas une vieille dame mais un vieil homme sans cheveux sur le sommet de son crâne. Histoire de ne pas exclure l'arrivante de la conversation, je décidais de passer ensuite à une question plus sérieuse. Au fait, comment était exactement le reste du spectacle ? C'est quand votre moment préféré?

Rahlala, des fois mon génie m'étonnait moi-même...
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Sam 25 Juil - 21:56

Opportuniste, non jamais !

Ce concert était vraiment magnifique, c'est dommage que vous ayez manqué une partie. Vous avez manqué quelque chose, chaque partie était sublime. C'est vous qui avez livré l'archet à Sylvia ! Merci grâce à vous nous avons pu écouter un spectacle grandiose.


Sylvia ? J'active le mode recherche de mon agenda sur les dix dernières années en me focalisant sur les nanas, les trans (genres) et les trans (tout court), je n'ai qu'un seul résultat : que dalle, que tchi, nada. Bref, c'est du pareil au même rien du tout. Sérieusement, je n'ai jamais tâté quelqu'un qui portait ce nom ? Voilà un objectif intéressant pour l'année sept cent quatre-vingt-onze, voire douze. Oui, je sais, dit comme ça, cela manque d'ambition, mais c'est tout le contraire. C'est un infime grain de sable dans ma découverte du monde. Vaste de contrée, dont certains endroits méritent d'être fouillés, foulés, retournés, traversés, nettoyés de fond en comble. Je sais, mon perfectionnisme, c'est comme ma gentillesse, un jour, il coûtera ma perte. En attendant, il me rapporte bien, alors je ne vais pas me priver. C'est décidé, ce soir, en même temps que laver l'antre de mon vieux, je lui collerai un cacheton au fond pour qu'il tombe de sommeil. Je pourrais rejoindre Sylvia et découvrir toutes les cordes de son instrument. Si la chance s'y met, elle ne sera pas seule, comme le dit le proverbe, plus on est de fous, plus on rit.
Les spectacles de Sylvia sont toujours magnifiques peu importe le nombre de fois que j'y assiste. Ils sont toujours grandioses.

Comme je le disais, enfin le pensais, juste avant, il n'y a pas que le spectacle qui est magnifique. Elle et toi, vous valez le détour. Je me demande à combien vous estimez la soirée ? Quoique vous ne semblez pas être de ce genre. C'est bien dommage parce que les filles qui apportent la joie dans notre monde sont des joyaux qu'il faut lustrer, nettoyer, protéger, mettre en valeur. Pour celles qui ont passé la date de péremption, je propose tout simplement de les policher, simoniser. Un jour, il faudra que je m'y essaie... Euh quoique non, on va laisser à des professionnels de la magie cellulaire. J'ai manqué de me donner un vieux et sale frisson. Heureusement que je sais rester dans mon rôle en toute situation. D'ailleurs en parlant de rôle, ma petite soubrette, je connais l'amie d'une amie d'un ami d'un ami qui recrute des gens de ton genre sur Val. Je devrais peut-être glisser à son oreille ta candidature, je suis certain que tu ne serais pas contre. Elle n'est pas regardante sur l'âge de ses employées. Personnellement, je suis contre le personnel mineur, je préfère celui qui a la majorité, voire absolue. Oui, je n'ai pas envie d'avoir des emmerdes avec les parents, les tuteurs et autres...
C'est une première en ce qui me concerne. Vous connaissez Sylvia depuis longtemps ? Si c'est le cas, je serais plus qu'honorer de la rencontrer.

Bref, je pense que je vais récupérer une ou deux photos de toi auprès des nombreux photographes de la soirée et voir si tu peux l'intéresser. Je sais, ma gentillesse me perdra, mais je n'y peux rien, c'est dans ma nature. En attendant, elle me le rend bien, c'est pour cette raison que je souhaite en faire profiter tout le monde.
Excusez-moi mademoiselle, vous venez de dire que vous avez apporté l'archet à Sylvia, mais d'où venait-il ? Était-ce par hasard dans une boutique de fabrication d'instrument de la ville ? Si oui, venait-il d'une factrice âgé d'une cinquantaine d'années aux cheveux blonds ?

T'es sérieuse. Tu sais quoi ? Non, ben en fait, je t'adore. Tu lui poses la question avant que je lui pose. Je ne pouvais pas rêver mieux. Tu sembles être naturellement équipée pour ce genre de questions et d'autres. Je compte sur toi pour m'aider durant notre bavardage. Je ne suis pas certain que notre servante soit dotée d'une telle capacité au regard de ce que j'ai entendu et perçu. Il est vrai, qu'on ne demande pas ce genre d'aptitude au personnel. La curiosité dans certains corps professionnels est cause de chômage, voire de reconversion ou pire encore. J'avoue qu'il est difficile de trouver ce qu'on veut faire, mais si on se regarde avec objectivité, on peut éviter certaines erreurs. Enfin, si on est doué d'une capacité d'observation, d'analyse et qu'on les a cultivées comme il se doit.
Je sais pas du tout pourquoi tu demande ça mais... L'archet vient de Val où je vis ce qui fais que je n'ai pas du tout fait de détour pour venir ici ! Le vendeur n'était pas une vieille dame mais un vieil homme sans cheveux sur le sommet de son crâne. Au fait, comment était exactement le reste du spectacle ? C'est quand votre moment préféré ?

Oh, sérieusement, tu viens de ce trou paumé ? Ce soir, j'ai le cul bordé de nouille ! Euh, non, on va changer d'expression. Celle-là est vraiment trop laide. Franchement, c'est moche un fessier entouré de pates, surtout si il est royal comme le mien. On va dire que je suis chateux. Hum, je pense que chatteuse, conviendra mieux à ma forme actuelle.
Vous travaillez pour la famille de l'artiste ? Êtes-vous son personnel attitré ? Val, je ne connais pas. Je dois avouer que je n'ai jamais eu l'occasion de m'y rendre. La seule chose que je connais à son sujet, est qu'elle abriterait une guilde de mage à l'esprit sauvage, animal. Des hommes et des femmes qui dégageraient une puissance écrasante et envoutante.

Hum, d'ailleurs, je vais me permettre de...
Garçon, pourriez-vous m'apporter un Bloody Ceasar. J'aime cette pointe de tabasco qui excite mes papilles à chaque gorgée. Voulez-vous goûter ?
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 23
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Dim 26 Juil - 15:29






    La conversation était lancée. Bien que méfiante et mal à l'aise au début, même si je l'étais encore un peu, je trouvais un peu plus d'assurance en moi. En effet, j'espérais que cette fois-ci mes interlocuteurs et moi-même n'échangerais pas les éternelles et monotones : « Bonjour, vous allez bien ? Moi bien,.... vous aussi. » quelle surprise c'est de demander à quelqu'un s'il va bien alors que cela se voie si c'est le cas ou pas ; quelqu'un n'ayant pas bien ne regarde pas les gens dans les yeux pour éviter que l'on voit dans ses yeux la blessure, après tous les yeux sont les reflets de l'âme donc qu'importe le masque que les gens portent, seuls les yeux sont sincères. Cela est vrai sauf pour les acteurs qui ont le don de faire passer dans leurs expressions les sentiments qu'ils veulent transmettre.
    La femme brune bien que discrète s'intéressa à mon amie violoniste.
    C'est une première en ce qui me concerne. Vous connaissez Sylvia depuis longtemps ? Si c'est le cas, je serais plus qu'honorer de la rencontrer.

    Je réfléchis quelques instants en comptant sur mes doigts le temps qui s'était écoulé depuis j'avais fait la connaissance de mademoiselle Euterpe.
    « mmmhh...je connais Sylvia depuis un peu moins de dix ans maintenant. Grand dieu!! Cela fait une éternité quand j'y pense. Je ne m'étais pas aperçue que cela faisait si longtemps. Faut dire pendant quelques années je ne l'ai pas vu donc c'est normal que je n'aie pas vu le temps passer. »
    Et voilà, j'en disais encore plus que je devrais.
    « j'espère que cela vous a plu ? » je lui disais cela avec le sourire mais l'aura que je dégageais laissait clairement comprendre que la question n'était que rhétorique et que ce point de vue devait être partagé, on ne devait pas critiquer mes amis.
    « Je pense que je pourrais. Je regardai du coin de l'œil la violoniste pour voir si elle était libre. Il y avait encore pas mal de monde autour d'elle. Attendons encore un peu que les invités qui l'entourent s'éloignent un peu sinon elle va se sentir écraser. »
    La jeune fille me répondit
    Je sais pas du tout pourquoi tu demandes ça mais... L'archet vient de Val où je vis ce qui fais que je n'ai pas du tout fait de détour pour venir ici ! Le vendeur n'était pas une vieille dame, mais un vieil homme sans cheveux sur le sommet de son crâne.  Au fait, comment était exactement le reste du spectacle ? C'est quand votre moment préféré?

    Quel soulagement pour moi, cela voulait dire que quand je parlerais avec Sylvia, elle ne parlerait pas du sujet tabou ; mes parents. Par réflexe, mes épaules se détendirent.
    « Pour rien, pour rien ... » disais-je en secouant la main d'avant en arrière comme pour chasser une mouche. Puis, je mis ma main sur mon menton pendant que je réfléchissais ;.
    « Mon moment préféré ? Mmmmh... je pense que c'est quand Sylvia et l'orchestre évoluaient d'abord chacun différemment puis se mettent sur la même longueur, je trouve cela magique. Un peu comme si du chaos naissait petit à petit l'harmonie. »
    la femme brune interrogea la petite jeune femme
    Vous travaillez pour la famille de l'artiste ? Êtes-vous son personnel attitré ? Val, je ne connais pas. Je dois avouer que je n'ai jamais eu l'occasion de m'y rendre. La seule chose que je connais à son sujet, est qu'elle abriterait une guilde de mage à l'esprit sauvage, animal. Des hommes et des femmes qui dégageraient une puissance écrasante et envoûtante
    « moi non plus je n'y suis jamais allé mais j'ai entendu parlé de cette guilde, certains de mes confrères en sont contents d'autre non, l'avis est assez mitigé en général, personnellement je ne sais pas je n'ai pas rencontré l'un de ses membres pour pouvoir juger moi-même. »
    Garçon, pourriez-vous m'apporter un Bloody Ceasar. J'aime cette pointe de tabasco qui excite mes papilles à chaque gorgée. Voulez-vous goûter ?
    « Avec plaisir, garçon, deux s'il vous plaît. Je n'ai pas l'occasion de boire quand je suis en service. J'ai hâte de goûter ce cocktail. »

    Avais-je déjà dit que je disais plus que ce qu'il faudrait et que j'avais lâché les mots « en service » alors que je ne voulais pas qu'on sache que je sois dans l'armée. Non, moi tout ce que je voulais c'était passé une soirée ordinaire avec ces deux charmantes demoiselles.

    La femme brune m'avait demandé si je pouvais lui présenter Sylvia, alors régulièrement je jetais un coup d'œil vers la violoniste pour voir si elle était libre. Je vis une ouverture quand il ne resta que deux ou trois personnes autour de la prodige. Je me tournai vers mes convives et leur déclarai
    « Mesdemoiselles, veuillez me suivre s'il vous plaît. »
    Je guidais mes camarades de soirée vers mademoiselle Euterpe.
    « Re bonsoir Sylvia »
    Elle se tourna vers moi et m'afficha un grand sourire et me prit dans ses bras.
    « Anésidora, ça faisait longtemps que tu n'étais pas venu me voir. Excuse moi pour tout à l'heure de ne pas t'avoir remercié comme il faut, mais il y avait tellement de gens »
    Un léger tic de mon sourcil droit indiquait que je commençais à m'irriter
    « Tu sais bien que je n'aime pas que l'on m'appelle par mon prénom !! »
    « Excuse moi Amandil, ça fait longtemps j'avais oublié. Alors, comment ça se passe à la caserne ? »
    « Bien, très bien même j'ai été gradé écuyère il y a pas longtemps donc tout cet entraînement n'était pas pour rien. »

    elle remarqua mes camarades de soirée derrière moi
    « Qui sont-elles ? »
    Ce fut à ce moment que je me suis sentie vraiment mal à l'aise parce que je ne connaissais pas les noms de mes camarades.
    « Euh...je viens à peine de les rencontrer et quand elles ont su que je te connaissais elles ont voulu te voir comme elles ont apprécié ton spectacle, d'ailleurs tu connais peut-être cette demoiselle qui prétend qu'elle t'a livré l'archet avec lequel tu as joué ce soir ?
    Je tendis la main vers la petite jeune fille pour l'inviter à s'avancer.



_________________

Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 309
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 23
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   Sam 11 Fév - 4:53
Soirée à l'Opéra
John Doe/Amandil/Soren Cornick


Alors que j'étais en pleine présentation de mes nouvelles amies avec Sylvia, celle-ci s'enfuyait, peut-être avait-elle peur de mes nouvelles camarades de soirées, je n'en savais rien, je ne les connaissais pas ou tout du moins pas vraiment.

Puisque Sylvia était partie, mes nouvelles camarades de soirée se désintéressèrent de moi et partirent chacune dans des directions opposées. Ne sachant qui rattraper en première, je laissais tomber. Finalement, je n'aurais pas dû venir à cette soirée. À la base, je devais y aller avec Kenta, mais celui-ci était pris ou occupé, bref, il n'était pas disponible le soir de la Saint Valentin. Cruel homme que de laisser une dame amoureuse de lui seule à cette journée pour toutes personnes ayant eux le cœur transpercé par Eros.

Je sortais de lieu, déçue et triste. J'avais encore en main une flûte de champagne. Un homme vint vers moi pour essayer de gagner mes faveurs et me ramener vers la fête. C'était un bel homme, mais je ne le regardais même pas tellement j'étais déprimée d'amour. Au lieu de quoi, je lui jetais le contenu de mon verre, c'est-à-dire du champagne, à la tête, pour lui faire comprendre qu'il ne m'intéressait pas et que je n'étais pas d'humeur, la deuxième affirmation était plus vraie que la première.
Triste cœur. Triste soirée. Je ne boirais plus jamais de champagne ! AU moins, une bonne résolution de prise ! À la place, je me mettrais au whisky pur feu ! Ça, ce n'était pas du coton et au moins, cela me fera oublier momentanément ma peine de cœur.


_________________

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]   

Soiré à l'Opéra [Pv John Doe, Soren]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-