Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]

AuteurMessage
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Jeu 14 Mai - 1:52
Ce n'était vraiment pas une bonne journée, mais vraiment pas. L'entraînement matinal s'était fait sous la pluie, outre le fait de courir à travers la pluie qui mouille les cheveux et les font coller aux visages, compter le fait de voir à peine devant soi grâce à cette fine et agaçante pluie, ajouter à cela que j'ai trébuché et que je suis tombée comme un sac à patates qu'on jette par terre et dans quoi je vous le demande, dans la boue. Cela me faisait un sacré portrait : trempée jusqu'au os, les cheveux collés contre mon visage, ruisselante de boue, tout cela dans un uniforme militaire, une vraie aventurière en herbe digne de ce nom. Après avoir fini ma demi-heure à courir, tout ce que je voulais c'était d'une agréable douche, chose que je m'offris dès que j'entrai dans mes appartements. Une chance que j'eus réussi à obtenir ma promotion, des appartements de fonction à la caserne comme écuyer runique. Mais bon, se reposer sur ces lauriers n'aient pas une bonne chose ; il pourrait me rétrograder si je ne m'en montre plus digne. Pas que je remette en doute le Conseil, je le suis loyal qu'importe les circonstances, mais cela pourrait tout de même arriver si je ne continuais pas mes efforts.
Pendant ma douche qui me permettait de chasser petit à petit cette fichue boue, je pensais au rendez-vous que j'avais programmé avec mon frère Épiméthée et qu'il avait gentiment accepté en m'envoyant un courrier que j'avais reçu ce matin avant d'aller courir, heureusement que mes supérieurs m'avaient laissé mon après-midi. Tout ce que j'espérais c'est que mon vieux rancunier de père ne serait pas là, il suffisait qu'il soit là pour que mon poil se hérisse. C'était donc confiante que je m'étais rendu à une des forges de la ville, celle que la famille avait ouverte il y a presque dix-sept ans de cela, heureusement le soleil s'était de nouveau montré entre deux nuages. Sur le chemin, je pensais à mon frère à ce qu'il était devenu. Le pauvre avait dû satisfaire les désirs de nos parents, surtout ceux de notre père. Il était devenu forgeron comme le souhaitait notre très cher paternel. Ce qui n'avait fait que renforcer l'amertume et la rancœur qu'il me portait à chaque fois que je les voyais, « ton frère lui est devenue forgeron, lui, pas comme toi sale chien de l'armée ! » voilà l'amour que me portait mes parents depuis que j'étais partie par leur faute.
J'étais à deux pas de la forge, c'est-à-dire à deux pas de l'animalerie du M. Chen, j'y passerais après pour me remonter le moral.
Une fois arrivée sur les lieux, j'eus le très grand regret de voir un homme âgé travailler sur une enclume de la forge. Je m'arrêtai net et poussai un très, mais très grand soupir en mettant ma main droite sur mon visage pour essayer de cacher la réalité, je devais être dans un rêve, un cauchemar que dis-je. J 'enleva ma main de mon champ de vision et j'aperçus malheureusement que l'homme en question s'était également arrêté. Misère de misère, j'étais juste venue voir mon frère, mais il avait fallu tomber sur mon vieux, il ne pouvait pas ne pas travailler ! Surtout un dimanche ! J'espérais qu'il ne m'avait pas reconnu, mais bon je ne me faisais pas d'illusions, une jeune femme vêtue d'une robe enveloppée d'un manteau militaire, il ne devait pas en connaître cent mille. Mon frère apparut pile à ce moment-là, au moment où l'air était le plus électrique et les regards remplis d'étincelles. Il me dit rapidement que notre rendez-vous serait décalé et qu'on se verrait une autre fois. Super, moi qui me faisais une joie de passer un après-midi avec mon frère la voilà gâcher, encore une fois, à cause de mon père. Je misais toute ma journée sur ma rencontre avec M. Chen à présent. Je me dirigeais avec énergie vers l'animalerie. J'apercevais l'enseigne en question alors un sourire naquit sur mes lèvres. Hélas, je vis vite qu'il y avait des grilles au magasin et mon sourire mourut. Bien sûr que j'étais bête on était dimanche, les boutiques sont fermées ce jour-là, en y repensant c'était peut-être pour ça que j'avais eu mon après-midi. Je rentrais à la caserne furieuse, de plus la pluie était revenue. Ce qui n'arrangea pas mon humeur. Une fois à la caserne, je saluais brièvement les gardes à l'entrée qui après mon passage allèrent s'abriter dans le poste de gardes.

Je rentrais dans mes quartiers, pris ma lyre, d'ailleurs le seul objet venant de ma mère que j'avais gardée, puis je jouais un morceau de musique apaisante qui me rendit mon calme tandis que la musique se propageait lentement mais sûrement d'abord dans la pièce puis on l'entendit un peu au dehors. Quand j'eus fini de jouer après une dizaine de minute, je rangeais ma lyre dans mon sac-à-main. Cela m'avait fait du bien de jouer, j'étais détendue tellement que j'en baillais à m'en décrocher la mâchoire. Il fallait que je bouge sinon je risquais de m'endormir, pas que ça ne me ferait pas de mal loin de là, mais comme j'avais du mal a trouvé le sommeil le soir en me couchant avec une bonne petite fatigue pendant la journée et pouf je m'endormirais comme un loir. C'est donc dans cette idée de ne pas dormir que je sortais de mes quartiers en oubliant de fermer ma porte à tour, personne de sensé ne viendrait me déranger dans mes appartements sauf les supérieurs, mais comme j'avais eu mon après midi je ne risquais rien et les personnes de la caserne me connaissaient assez pour éviter toutes imbécillités à mon égard, je suis très rancunière, en plus maintenant que j'étais un écuyer runique ils m'embêteraient encore moins. Bref, je me dirigeais vers le terrain d'entraînement mon épée à mon côté et commença à m'échauffer avec un soldat, le truc c'est qu'en robe, même ouverte au niveau des jambes ce n'était pas l'idéal. Je promis à mon adversaire mille tortures s'il avait l'audace d'abîmer ma robe ce qu'il ne fit heureusement pas.
robe en question:
 

Pendant que j'étais en train de ferrailler et de mettre une raclée à mon adversaire, j'aperçus du coin de l’œil une personne que je ne connaissais pas et qui me regardait. C'était étrange j'étais pourtant certaine de connaître tous les soldats au moins de vue, peut-être qu'il venait d'une autre caserne autrement je ne vois pas pourquoi les gardes l'auraient laissé rentrer.
Je commençais à m'ennuyer avec mon opposant je décidai alors de mettre fin à ce combat en lui faisant voler son arme en l'air et mettant mon épée en direction de son torse. Je me tournis ensuite vers l'inconnu aux cheveux bleus.
« Bonjour monsieur, dites-moi voulez-vous vous entraînez avec moi ? »
D'habitude je n'aurais pas adressé la parole à un homme, mais celui-ci était soldat. Je n'appliquais pas la même règle avec les soldats, heureusement sinon j'aurais été dans de beaux draps durant toutes ces années.
Je fis un salut avec mon épée en me présentant. Combat ne voulait pas forcément pas dire force brute sans aucune manière, non cela devait être une forme de respect où chacun se présente pour savoir qui était son adversaire, où l'on s'engageait à se battre du mieux que l'on pouvait.
« Je me présente, je m'appelle Anésidora Amandil, écuyère runique de cette caserne. Et vous cher monsieur l'inconnu ? »
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Jeu 14 Mai - 23:36
Il y avait un bon moment que je n'avais pas voyagé pour retrouver mes origines. Mon choix se porta sur Carmina. Étant la capitale culturelle de Fiore, si je n'y trouvais pas mon bonheur, c'est que je venais de très loin... Certes, je l'avais déjà visitée avec mon père adoptif, mais nous avions trouvé une mission et n'étions pas restés plus d'heure, malheureusement. Carmina, c'était aussi une ville d'artistes, surtout musicaux, alors je ne pouvais que m'y plaire. Si j'avais un peu de temps, je penserais peut-être à dessiner sur mon cahier pour pouvoir peindre les lieux plus tard. Mon sac à dos n'était pas excessivement chargé, je ne comptais rester qu'une journée. Le dimanche, parce qu'en général, c'est plus calme, le dimanche.

Je marchais dans les rues, à la recherche de n'importe quoi dont j'aurais pu me souvenir, sans succès. En revanche, ce qui m'intrigua fut une jeune femme blonde. Certes, ce n'était pas un phénomère rare dans mon cas, mais c'était une autre forme d'attirance. Et puis... Une image me parvint, un flash habituel sur mon ancienne vie. Instantanément, comme je m'étais entraîné à la faire, je dessinai ce que j'avais vu. Une petite fille, d'à peine quelques années. Elle pleurait. Pourquoi ? Je n'en avais plus la certitude, mais je crois qu'on la tenait par le bras. Elle partait quelque part ? Aucun moyen d'être sûr... À part le demander. Les deux personnes se ressemblaient trop pour qu'il y ait une coïncidence, même si celle de Carmina avait vingt ans de plus, à présent.

Elle était mal en point, mais d'après ses vêtements, c'était une membre du même ordre que moi : la chevalerie runique. J'allais lui proposer mon aide lorsqu'elle entra dans la caserne de Carmina. Elle était plus petite que celle de Mac Anu... Beaucoup plus petite, même. Elle ne devait pas compter beaucoup plus d'une centaine de soldats. C'était un bon point, j'allais pouvoir trouver des informations sur elle rapidement. Ainsi, je me présentai à l'entrée. J'étais dans un vêtement bleu et ma cape était celle de mon père, rouge. En d'autres termes, je ne ressemblais pas vraiment à un agent du Conseil. C'était vrai qu'en venant ici, je n'avais pas prévu de passer par la caserne. Ceci dit, les gardes me laissèrent passer. Je respirais un peu trop l'innocence, peut-être ?

Je cherchai la blonde, sans y parvenir. Alors, je demandais aux passants s'ils avaient quelque chose à me dire sur elle. On m'apprit d'abord un fait très intéressant : elle manipulait la magie des âmes de démons. Je n'avais jamais croisé un mage qui usait de cette magie ! Malheureusement, la suite me fit moins plaisir. C'était une fille timide envers les hommes la plupart du temps et qui était assez réservée. Est-ce que j'aurais l'occasion de pouvoir lui parler ? J'espérais, car elle était la première personne que je croisais que j'avais connue avec mon amnésie ! Ça faisait dix ans que j'attendais ce moment, j'allais pas la laisser filer. Pourtant, je ne la trouvais nulle part à la caserne, elle était passée chez elle puis était repartie. Enfin, au bout d'un long moment, qui me paru être des heures, on m'indiqua le terrain d'entraînement.

Lorsque j'y arrivai, elle était là, en robe, à s'entraîner contre un pauvre soldat qui ne faisait pas le poids. J'observais en machouillant un brin d'herbe, que j'avais ceuilli un instant auparavant. J'avais appris son récent statut d'écuyère, alors je n'étais pas impressionné par qu'elle se batte correctement. En revanche, je me demandais comment c'était possible dans cette tenue. Apparemment, elle m'avait remarqué, puisqu'elle arrêta son combat pour venir vers moi. C'était presque trop facile...

Bonjour monsieur, dites-moi voulez-vous vous entraînez avec moi ?

Là, je savais pas quoi dire. Je m'étais attendu à plein de chose, mais pas à ça. Mon père m'avait dit qu'on ne devait rien refuser à une dame, surtout si elle était belle. Certes, mon père n'était pad la référence, dans ce genre de situation, mais tout de même. Je voulais d'abord discuter. Au pire, on pouvait faire les deux en même temps... Par contre, je craignais pour sa robe. Le grade d'écuyer runique, je l'avais depuis un peu plus longtemps quand même. Je m'imaginais même plus proche du grade de chevalier que de celui d'écuyer.

Je me présente, je m'appelle Anésidora Amandil, écuyère runique de cette caserne. Et vous cher monsieur l'inconnu ?


Je préfèrais nettement ça ! Par contre, son nom ne me disait rien. C'était normal, mais j'avais espéré que son évocation m'aurait ramené d'autres souvenirs.

Bonjour, mademoiselle. Kenta Hoshi, écuyer runique de Mac Anu, pour vous servir. Quant à votre invitation, c'est d'accord. Par contre, à votre place, je changerais de tenue. Parce que... Le feu, c'est mon élément et j'aurai peur d'abîmer votre robe.

Afin d'illustrer mes paroles, je retirai le brin d'herbe de ma bouche et l'embrasai. Un instant plus tard, il n'en restait que des cendres. Me battre contre un démon était intéressant, mais bien moins que de discuter avec Amandil. Si je pouvais savoir d'où je venais, j'aurais réussi ma quête. L'objectif que je m'étais fixé... Et elle pouvait sûrement me répondre !

Au fait. J'aimerais savoir, d'où êtes-vous originaire ?

J'allais droit au but. Mais j'étais pressé. Ça faisait dix ans que je cherchais des informations en vain ! Et pour une fois, j'avais peut-être une chance de trouver mes origines ! Un sourire d'espoir se dessinais sur mes lèvres, tandis que mes yeux trahissaient mon inquiétude. J'avais tellement peur que tout cet espoir ne soit qu'un mirage...
Jack Frost
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2015
Âge : 29
Magie / Malédiction / CS : Ice Make / Magie de Glace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Ven 15 Mai - 23:44
Alors... C'est ça Carmina ? La première chose qui vient à l'esprit de Jack quand il la voit à distance, C'est que c'est bruyant... Dans le bon sens du terme. L'immense bâtiment qu'il repère au loin devant certainement être l'opéra, mais ce qui attire le plus son attention, c'est bel et bien la musique qu'il entend résonner ça et là, même sous la pluie battante. Se renfrognant un peu plus sous sa capuche et resserrant son long manteau contre lui, il continue à marcher, se dirigeant lentement vers la ville, se demandant une fois de plus pour quelle raison il est là... Avant de finalement s'en rappeler : par simple curiosité... Et pour essayer de retrouver la piste de ce monstre. Cela dit, la première raison est en fait toute simple : C'est la capitale de l'art après tout... Et même si son art à lui est plus basé sur la sculpture, qui y a t-il de mal à regarder les autres ? Cette idée lui arrache un léger sourire et il presse un peu le pas tout en resserrant un peu plus son manteau autours de son corps. Non pas qu'il ait froid : après tout, la glace est son élément, mais juste... Qu'il n'aime pas vraiment être mouillé. Cependant, il n'a pas besoin de s’inquiéter plus que ça : à peine arrivé dans la ville que la pluie commence à ralentir, cessant finalement au bout de quelques minutes, la coïncidence lui arrachant un léger haussement de sourcil. Cependant, il oublie vite et se contente de regarder autour de lui, notant divers commerces, en particulier une forge et un magasin de magie... Ce qui lui fait immédiatement ressentir une légère sensation de chaleur, son cœur battant un peu plus vite : est ce qu'il y aurait quelque chose d'intéressant à apprendre ? Il amorce un pas dans cette direction, mais presque immédiatement, les conseils de maître Isaac lui reviennent en mémoire, ce qui le fait légèrement grimacer : bien sur... C'est mieux d'apprendre seul... Les sages paroles du vieil homme lui reviennent peu à peu en tête et il se contente de soupirer, se souvenant de l'une d'elle en particulier :

****Celui qui dépend trop des autres finit par s'handicaper, pas vrai maître ?****

Une idée pas vraiment intéressante, à plus forte raison qu'il n'a pas quitté ses parents pour rien après tout... Non seulement Zaléra lui a volé sa sœur, mais en plus, d'une certaine manière, il lui a aussi volé une partie de lui-même... Et c'est principalement pour ça que ce monstre doit mourir. Cependant, il n'a pas le temps d'y penser d'avantage : une jeune femme vêtue d'une robe noire et d'un manteau de la chevalerie runique sort de la forge en claquant pratiquement la porte ce qui le fait sursauter et il la regarde s'éloigner, notant vaguement les longs cheveux _tombant jusqu'en bas du dos_ blonds vénitiens tirant vaguement sur le roux... Ou est juste un effet de lumière ? Et la peau laiteuse. Assez grande et élancée, il a à peine le temps de voir une légère colère sur son visage aux traits fins avant qu'elle ne disparaisse ce qui le fait légèrement grimacer : qu'est ce que... Le forgeron a bien pu faire pour offenser un membre de la chevalerie ? Certes, ses connaissances sur l'Ordre dont fait partie son père sont assez limitées, mais Jack sait au moins une chose : offenser un chevalier d'une manière ou d'une autre n'est en général pas DU TOUT une bonne idée ! Un bref instant, il sent une forte curiosité grogner en lui, mais très rapidement, il se souvient qu'il est censé éviter de se faire remarquer et encore plus par les collègues de son géniteur. Il a certes changé depuis son départ, mais il suffirait d'un sérieux coup de malchance... Du coup, il se contente de hausser les épaules, poursuivant sa route en direction de l'opéra avant de remarquer quelqu'un d'autre, à quelques mètres sur sa gauche. Des longs cheveux blancs, une tenue noire et... Une peau pâle. Son cœur s’accélère brutalement, semblant presque essayer de sortir de sa poitrine tandis que ses jambes se mettent à bouger seules, portant lentement son corps vers la cible... Juste à temps pour que cette dernière disparaisse entre deux autres personnes, le laissant complètement pétrifié. Est ce que c'était vraiment lui ? Ou est ce que c'était quelqu'un d'autre ? Il n'est ramené à la réalité que par un choc à l'épaule, une personne le bousculant involontairement ce qui lui permet de se rendre compte qu'il avait oublié de respirer... Et doit avoir l'air particulièrement pâle à en juger par l’inquiétude qu'il peut d'un coup repérer dans les yeux noirs de l'homme, ce dernier le maintenant pour l'empêcher de tomber. Son corps tremble légèrement, mais il se contente de fermer les yeux un bref moment, inspirant profondément puis de sourire gentiment à l'homme aux cheveux noirs, vêtu d'une veste rouge et d'un pantalon blanc avant de murmurer :

"Ce... Ce n'est rien. J'ai juste été un peu... Surpris."

Apparemment, l'homme n'est pas entièrement convaincu, mais lâche son épaule tout en lui indiquant gentiment de faire plus attention ce qui lui arrache une légère sensation de chaleur dans les joues et il se dépêche d'acquiescer d'un signe de tête, puis de repartir en direction de l'opéra, même s'il sent encore quelques petits tremblements ça et là : est ce que c'était vraiment lui ? Ou est ce que le manque de sommeil commence à être un peu fort ? Ce n'est pas la première fois qu'il voit quelqu'un ressemblant à cet homme... Mais c'est bien la première fois qu'il sent une telle panique. C'est pour cette raison qu'il finit par changer de route, préférant se rendre à la caserne des chevaliers en dépit du risque d'être reconnu.

****Il faut que je sache... Il faut que je sache s'il est dans les parages ou pas. Un criminel de haut rang... Les chevaliers l'auraient forcément repéré s'il était là !****

Tout en se rendant vers la caserne, il passe sa main droite sous sa capuche, détachant ses cheveux et les laissant tomber librement sur ses épaules, rejetant ensuite le capuchon pour libérer son visage. Après tout... Les chevaliers recherchent peut être un garçon... Et même s'il peut sentir ses joues brûler à cause de la gêne que cette idée provoque, il sait parfaitement qu'il ressemble à une fille, à plus forte raison lorsqu'il laisse ses cheveux libres. Il reprend rapidement son souffle, chassant partiellement le rougissement de ses joues et se dirige vers les deux gardes à l'entré, prenant l'air le plus innocent possible avant de demander timidement :

"Ex... Excusez-moi ? Je... Je dois faire un... Un exposé à l'école sur... Sur les criminels passés mais... J-je manque d'informations. Est ce que... Est ce que je peux consulter les... L-les archives s'il vous plait ?"

A en juger par les regards d'un coup posés sur lui, sa petite mise en scène fonctionne un peu trop bien, même s'il n'a pas à feindre son bégaiement tellement il craint d'être reconnu. Cependant, les deux hommes ne semblent pas du tout le reconnaître et se contentent de lui faire signe de rentrer non sans lui conseiller d'éviter la cour, précisant juste que certain risquent de s'entraîner et qu'il ne faudrait pas qu'il soit "prise" dans un sort, ce qui le fait légèrement rougir. Remerciant les deux hommes, il se contente de marcher lentement dans les couloirs, suivant leurs directions, mais alors qu'il passe devant la cour d'entraînement sans pour autant chercher à y entrer, il s'immobilise, apercevant la jeune femme vue plus tôt entrain de discuter avec un jeune homme, vêtu d'une manière assez... Flamboyante : une tunique bleue et une cape rouge. Avec ses cheveux cobalt, sa carrure assez forte et son mètre quatre vingt cinq, l'homme semble être un guerrier assez dangereux, bien que ne dégageant aucune agressivité. La femme en revanche semble moins en colère qu'avant, ses yeux rouges, désormais clairement visibles ne montrant pas vraiment d'émotions, quoi qu'il soit un peu loin pour s'en rendre compte. Apparemment, elle vient de proposer à l'homme de s'entraîner avec elle, ce dernier acceptant, mais lui proposant également de se changer. Cela dit, Jack se rend compte que s'il reste là trop longtemps, il risque de se faire remarquer et il commence à se déplacer, retournant à sa tâche... Du moins jusqu'à ce que des pas retentissant derrière lui ne le fasse s'arrêter et il reste un instant pétrifié, son rythme cardiaque augmentant désagréablement.

****Faut que je continue... Si je m'arrête... Ils vont croire que je mijote quelque chose !****

Il se remet alors à marcher, espérant que la personne derrière lui n'a rien remarqué, tout en se demandant s'il va arriver à retrouver la trace de son ennemi... Ou à défaut, s'assurer que ce n'était pas lui toute à l'heure, son sang se glaçant à cette idée, bien qu'il ait l'étrange impression que les pas dans son dos s’accélèrent un peu trop...
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Lun 18 Mai - 14:57
Pourquoi je l'avais abordé, honnêtement il m'intriguait. Non cela ne pouvait pas être que ça, je l'aurai envoyé sur les roses si ce n'était que ça. Non ce qui était le plus bizarre c'est que je me sentais étrangement à l'aise avec lui. Comme si j'avais une affinité avec lui, mais que je ne comprenais pas d'où elle venait. Je n'avais pas été comme ça depuis.... bien trop longtemps à vrai dire, du temps où j'habitais Lémuria, avant mon accident c'est dire si ça datait.
L'inconnu se présenta en tant que écuyer runique de Mac Anu. Ainsi il était écuyer, qui plus est de l'une des plus connues. Il devait être fort. Il s'appelait Kenta Hoshi, ça me disait quelque chose. Je fis une tête bizarre, ma tête quand je réfléchissais, une tête normale, mais en plus drôle c'était une sorte de tic que j'avais. J'essayais de rassembler les morceaux ; Kenta Hoshi, cheveux bleus, connaissances. Et soudain ce fut le déclic. Je connaissais cette personne. Ça datait de loin, mais je m'en rappelais. Je laissais sortir de ma bouche malgré moi un mot.
« Hoshigaki ?!  »
Regardant autour, les visages des soldats étaient rivés sur moi d'un air surpris. J'étais moi-même surprise d'avoir laissé échapper ce mot qui me ramena en enfance.

Flashback
L'école maternelle, un endroit rempli d'enfants, mais surtout de rires, de pleurs et de chahut qui occupent ainsi la cour de récréation. Dans tout cela une petite fille pleurait parce qu'on lui avait pris sa poupée. Une grosse brute qui régnait sur la cour de récréation tel un caïd de quartier avait dans sa main une poupée, celle d'Anésidora. Quand soudain un garçon aux cheveux bleus fit son apparition. Il cria auprès du caïd de rendre ce qui n'était pas à lui. S'en suivi une bagarre entre les deux gamins où coups de poings, morsures, arrachage de cheveux se perdait dans une lutte catégorie poids super plume. Finalement, une maîtresse arriva et les sépara tout en les grondant. Après cette lutte titanesque, elle les entraîna à la cantine. Anésidora se mit à côté de son sauveur, ils se présentèrent et devinrent amis. Cependant, une bagarre ça donne faim et le jeune garçon mangea si vite que la maîtresse qui passait par là le traita de « Gaki », ça voulait dire gamins, garnements, mais surtout démon affamé. Ajouter cela à son nom; Hoshi, il fut surnommer Hoshigaki et cela le suivi comme une étiquette. Les autres l'utilisaient surtout comme quolibet et raillerie. Mais la jeune fille l'utilisait pour le taquiner, elle était la seule qui pouvait l'utiliser sans que cela l'énerve.
***
Sur le quai du port, la famille Amandil disait au revoir à leurs amis, une quinzaine de personnes dont Kenta et sa mère était là. La jeune fille pleurait, elle devait quitter son ami.
« On va plus se voir?  »
« Je n'espère pas. On va se revoir. »
« Tu me le promet?  »
« Promis, je ferais tous pour te revoir »
« Amis pour la vie?  »
« Amis pour la vie. »

ils se dirent ces mots en mettant leurs petits doigts de leur main droite croisé l'un dans l'autre. C'est les larmes aux yeux qu'elle quittait son ami pendant que la mère d'Anésidora lui prenait la main et l'entraîna vers le bateau.

Fin du Flashback

J'avais totalement oublié ce passage de sa vie, d'ailleurs tout mon passé qui était avant l'accident je voulais complètement le railler de ma vie, comme quand on enlève une tâche sur une feuille.
Je m'étais perdue dans mes pensées. Je rougis de m'être rappelé la dernière scène. Je regardais de nouveau Kenta dans les yeux et mes joues piquèrent un fard malgré moi. Finalement, il ne devait pas trop avoir changé de caractère puisqu'il était entré dans l'armée ensuite le pourquoi je l'ignorais, mais le côté noble chevalier lui allait à la perfection. Je retournai à la réalité, heureusement je ne m'étais absentée que quelques secondes. Je compris qu'il acceptait le combat. Bien cela serait un très bon entraînement et cela me ferai progresser puisque apparemment il était de mon niveau sinon plus.
Kenta s'inquiéta ensuite de ma tenue et dévoila sa magie, la magie du feu, je lui dis alors d'un ton faussement froid, mais un tantinet arrogant :
« Ne vous inquiétez pas pour moi, ma robe ne subira pas de dégâts »
Il démontra ses pouvoirs en brûlant un brin d'herbe. Bon c'était déjà un bon début moi je connaissais sa magie, l'inverse était le cas ? À vérifier . Pendant que je me demandais comment faire face à sa magie, il posa une question.

« Au fait. J'aimerais savoir, d'où êtes-vous originaire ? »

Étrange qu'il ne se rappelait pas, il était né lui aussi à Lémuria alors pourquoi poser la question. il fallait que je mette ça de côté pour l'instant, Kenta pourrait toujours avoir ses réponses après le combat Une idée me vint alors, une idée qui allait pouvoir me permettre de savoir à quel point il était déterminé à savoir et qui me permettait en même temps de voir l'étendue de sa force. Le fait qu'il ne sache pas me travaillait toujours. Pourquoi il pose cette question? Est-ce que c'était un idiot fini qui ne rappelait même pas d'où il venait? Avait-il eu un traumatisme? Avait-il perdu la mémoire? Je le saurais après le combat.
« Faisons un pari, si tu...vous gagnez je réponds à ta... votre question, si vous perdez, je n'ai pas encore d'idées, mais ne t'... vous inquiétez pas je trouverais bien quelque chose. Et puis ce n'est pas comme si vous aviez le choix. »
J'étais vraiment trop cruelle avec lui, mais il avait mis dix-sept ans pour tenir sa promesse !! Certes j'avais aussi oublié, mais mettre autant de tant c'était un peu abusé.
Le plus difficile pour moi cela avait été de le vouvoyer, j'avais eu tellement de mal que malgré tout je l'avais tutoyer, cela prouvait que je le connaissais, or je ne voulais pas que les soldats aux alentours soient au courant de notre relation et se mêlent de ma vie privée. Il manquerait plus que ça !! D'ailleurs, il y avait plus de soldat qu'il y a quelques instants, la rumeur devait s'être répandu que deux écuyers allaient s'affronter. Ce n'était certes pas courant.
Je fermais les yeux, histoire d'effacer mes émotions en moi pour qu'elles ne viennent pas perturber mon combat, particulièrement la colère je n'arrivais jamais à me contrôler quand j'étais hors de moi ou même l'interrogation du pourquoi de la question. Je me rappelais également des paroles de mon maître d'armes, le chevalier Asmodeus : « Peu importe qui est devant toi, qu'il soit un proche, un ennemi, un saint ou le pire criminel du monde si c'est un combat pas de pitié ne te focalise que sur lui. »  Bien décidé de combattre je rouvris les yeux.
« Allons-y commençons, les dames d'abord il me semble. »
C'est en disant ces paroles que je m'imaginais mon propre corps se teinter d'une couleur plus noire que la pénombre puis je mis l'image de mon démon Sabnock dans mon moi imaginaire. Pendant ma transformation je me jetais sur l'écuyer l'épée à la main. Arriver à son contact ma transformation était finie, je ne ressemblais plus du tout à la belle et jolie jeune femme d'il y a quelques secondes, mais à un être mi-femme mi-bête. Je tentai un coup d'estoc au niveau du torse diriger vers son cœur puis je ramena la lame vers moi afin de donner plus d'élan pour lui donner un coup de travers diriger vers sa jambe droite. Ces coups étaient pour tuer et handicaper sérieusement, pas de baguettes à prendre, il était soldat aussi. Je ne doutais pas qu'il puisse arriver à les esquiver s'il avait dit vrai sur son rang alors je le blesserais que légèrement sinon et bien c'était la cour martiale. M'attendant à une contre-attaque je reculais de quelques mètres le temps pour moi de me mettre plus ou moins à l'abri en tout cas d'un endroit où je pourrais voir ses attaques arriver .

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mer 20 Mai - 0:07
Hoshigaki ?!

Là, je suis impressionné. Qu'on m'insulte, ça arrivait souvent. Quand on fait un boulot comme le mien, faut pas s'attendre à ce que les "méchants" se laissent faire. Et même quand ils sont maîtrisés, ils ont encore accès à l'organe le plus énervant qui soit : les cordes vocales. Alors, ce n'était pas le fait de m'insulter qui me choquait, ni même que cela venait d'un camarade de l'armée. Non, c'était sa façon de le dire. Elle l'avait dit sur un ton qui n'avait aucune méchanceté, que de la joie, fortement empreinte de nostalgie. Je la connaissais et, elle aussi, elle me connaissait. J'en étais persuadé. Et j'en souriais car, pour la première fois depuis dix ans, j'avais une piste tangible. J'avais qu'une envie : savoir.

Ne vous inquiétez pas pour moi, ma robe ne subira pas de dégâts.

Si elle le disait... Je ne faisais que la prévenir. Puis je me rappellai qu'elle pouvait se transformer en démon : les vêtements changaient aussi ? Sûrement, donc elle n'avait pas à s'en faire pour sa robe. Je ne l'imaginais pas se battre correctement avec tel désavantage. Ou, plus précisèment, je ne me voyais pas me battre correctement devant elle. Elle était plutôt jolie... Comme à peu près toutes les filles que je croisais, certes, mais quand même. Au fait, je me demandais de quelle façon exactement j'avais pu la connaître. Apparemment, on s'était connu assez étroitement durant notre enfance, vu mon flash et sa réaction. Mais rien n'était moins sûr...

Faisons un pari, si tu...vous gagnez je réponds à ta... votre question, si vous perdez, je n'ai pas encore d'idées, mais ne t'... vous inquiétez pas je trouverais bien quelque chose. Et puis ce n'est pas comme si vous aviez le choix.

Soit.


Du chantage ? J'avais dû être un foutu enfoiré pour que, plus de dix ans après mon départ - et peut-être même plus, qui sait ?-, elle soit sadique à ce point. Et pourtant, elle essayais de me vouvoyer. Elle n'y arrivait même pas... C'était qui, bordel... ? J'hésitais entre refuser catégoriquement, histoire d'avoir ma réponse plus vite, ou engager le combat. Évidemment, ce fut la seconde option. Qui pouvait ne pas revenir sur ses paroles si moi-même je ne le faisais pas ? Alors, j'accepta. Avais-je une autre solution ? Si c'était le cas, je n'en voyais pas. Elle-même l'avais dit. D'ailleurs, son ton était trop arrogant. Je n'aimais pas ça. J'avais peur de la personne que j'avais pu être. Si j'avais été méchant envers elle, je ne me le pardonnerais peut-être pas. Notre combat allait lui permettre de se défouler.

Allons-y commençons, les dames d'abord il me semble.

Ce n'est pas moi qui dirait le contraire, mais là, elle tentait de frapper de façon létale alors que je n'étais même pas préparé. J'avais dû être sacrément méchant ! Ses attaques étaient précises et puissantes. Et c'était normal, elle s'était transformée en démon. Je ne le connaissais pas, je n'en connaissais pas beaucoup, en fait, mais celui-ci sembait être un adepte de l'escrime. Avais-je dit que j'avais été formé dans une caserne de mercenaires ? J'étais loin d'être parmi les meilleurs, mais je me défendais dans ce domaine. Ainsi, je para le premier coup du plat de la lame en la sortant de son fourreau, puis dévia les suivants pour qu'ils ne trouvent pas leur cible.

Je soupirai. C'était chaud. Les entraînements ont pas cette intensité-là d'habitude. C'était peut-être pour ça que des soldats s'étaient rassemblés autour du terrain d'entraînement. Elle se battait à domicile. C'était pas un vrai porblème, j'avais l'habitude de me battre en terrain inconnu grâce aux missions, mais le souci était au niveau de l'honneur. Je n'avais pas d'autres choix que de gagner et, elle, devait gagner. Ou alors, je pouvais me demander comment je m'étais attaché à elle, car se faire battre par un nouveau venu, c'est généralement pas bon. L'écuyère recula. Elle semblait en avoir fini pour l'instant, j'allais pouvoir contre-attaquer. Je fis ce que je n'avais pas eu le temps de faire avant, c'est-à-dire retirer ma cape pour ne pas l'abîmer et enflammer mon épée à deux mains. L'heure de la riposte était arrivée.

J'avançai lentement vers elle, arme dans la main droite. Je levai mon bras gauche, ouvrit la peaume et répétai les mots que j'avais prononcé une telle quantité de fois qu'elle était incalculable.

Boule de feu !

Trois boules de feu jaillirent simultanément, se dirigeant vers la droite et la gauche de mon adversaire, mais aussi sur elle. Cette technique, je l'utilisais régulièrement et, pour cause, elle était efficace. Elle mettait la cible dans ses retranchements et l'obligeait à montrer sa défense, à moins d'être dotée de réflèxes et d'une agilité hors norme. Sans chercher à savoir si mes flammes feraient mouche ou non, je commençai à prendre de l'élan pour reprendre le combat au corps à corps. Elle avait beau avoir pris la forme d'un démon bretteur, je semblais tout de même avoir un certain avantage.
Jack Frost
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2015
Âge : 29
Magie / Malédiction / CS : Ice Make / Magie de Glace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Dim 31 Mai - 21:40
Hors rpg : désolé pour le retard... Un gros virus a foutu une pagaille monstre sur l'ordi T.T

La première chose qui lui vient en tête lorsqu'il entre dans la salle des archives, c'est que ça va prendre un temps fou pour trouver ce dont il a besoin. Alors que ses yeux dardent sur les étagères qui l'entourent, Jack ne peut pas s'empêcher de se demander combien d'hommes et de femmes comme Zalera ont bien pu exister au fil des années pour qu'il y ait autant de dossiers. Cette idée en tête, il se contente de soupirer avant de s'assoir sur l'un des fauteuils de la salle, sa main droite partant en direction d'une étagère proche, portant la note "criminels récents". Quelques instants lui suffisent pour se rendre compte que le nom qu'il cherchait n'est pas dedans, ce qui lui arrache un autre soupir tandis qu'il repose le texte à sa place, en prenant un autre. Même sans être là... Ce monstre détruit sa vie. Alors que les minutes défilent en même temps que les dossiers, ses mains tremblent légèrement, sa précédente rencontre, quelques temps plus tôt avec quelqu'un ressemblant à sa cible lui revenant en tête. Zalera est une ombre... Une ombre malsaine et dévorante qui essaye de le submerger en permanence. Peu importe si ce monstre est là ou pas : pour lui, il est TOUJOURS là, d'une manière ou d'une autre. Une forte chaleur envahit sa poitrine à cette idée, ses dents grinçant légèrement. Il le hait... Il le hait tellement ! Mais très vite, il se contente d'inspirer profondément, reprenant son calme en se rappelant des leçons d'Isaac. Ne pas combattre par haine... S'il laisse sa haine parler, il va faire quelque chose de stupide. Comme par exemple aller à l'assaut de ce monstre tout en sachant pertinemment qu'il n'a aucune chance de le battre. Cette idée en tête, il repose le dossier qu'il vient de lire, en reprenant un autre, contemplant de près l'idée de passer sa colère sur quelque chose plus tard.

****Gagnes la guerre... Protèges la paix... Ne recules devant aucun sacrifice.****

Cette simple pensé finit de le calmer. Après tout, ce n'est qu'une question de temps et d'entraînement. Tôt ou tard, Zalera mourra. Pas par haine... Par par trahison ou par vengeance. Cet homme a commis trop de crimes. La justice le rattrapera un jour ou l'autre et le châtiment sera violent. Si c'est lui qui porte le coup, tant mieux. S'il est juste là pour le voir, ce sera parfait également. Aussi longtemps qu'il a une preuve de la mort de ce monstre, il sera heureux et sa soeur reposera en paix... Mais même avec cette idée, il ne peut pas s'empêcher de sentir une très légère pointe de colère, sa main gauche se contractant légèrement. Finalement, il finit par trouver ce qu'il cherchait... Et soupire de nouveau en se rendant compte que Zalera n'a pas été vu dans les parages depuis environ deux ans. Cependant, ce n'est pas ça qui attire son attention : un portrait... Juste en dessous. Représentant un homme aux longs cheveux blancs tombant sous les épaules en filaments fins. Un visage très pâle. Pâle comme la mort aux traits tirés et dont la seule couleur vient des deux orbes rouges comme la sang étincelantes. Son corps tout entier se met à trembler, un froid glacial l'envahissant. Il ne sait pas ce qui est le plus effrayant entre ça, l'armure noire incrustée de deux pierres écarlates au niveau de la poitrine ou l'étrange épée noire comme la nuit ornées de diverses runes également rouges qui fort heureusement, n'apparaît pas sur l'image. Une épée dont le seul souvenir provoque une douleur cuisante d'un seul coup au niveau sa poitrine et de son ventre, sa main gauche se crispant à cet endroit précis. Avoir peur de la mort est une chose que son maître lui a indiquée comme étant parfaitement normale... Mais le souvenir de ce... MONSTRE lui glace le sang, à tel point qu'il peut presque le revoir, se penchant sur lui avec son épée en main, à quelques secondes de l'achever juste avant que ses parents n'interviennent. La mort a un visage... Et cet homme EST la mort. Pas seulement pour son apparence cadavérique. Mais à cause de ses pouvoirs !

****Est ce que... Tous les albinos sont comme lui ? Cadavériques, glacials et... Inexpressifs ? Ce type... On aurait dit qu'il n'avait...****

Autant il ne veut pas y repenser, autant il ne peut pas s'en empêcher : aucune cruauté. Aucune joie ou même agressivité. Il se rappelle de ce moment où le corps de sa soeur fut lacéré par les pouvoirs de ce monstre, puis où la lame d'obsidienne ornée tranchait son torse sur pratiquement toute la largeur, laissant une cicatrice qui ne disparaîtrait jamais. Il n'y avait rien. Les yeux de cette créature restaient complètement vides et son visage aussi cireux que celui d'une statue. Un démon sans âme. Voilà à quoi ce criminel ressemblait. Et presque immédiatement, Jack sent son souffle se geler dans sa gorge tandis qu'il se dépêche de refermer le dossier, la salle semblant presque rétrécir autour de lui.

****Air... Je... J'ai besoin d'air !****

A peine l'action accomplie, il sort presque au pas de course, se moquant pas mal d'être découvert tellement l'air semble devenu oppressant. Finalement, il parvient de nouveau dans la cour sans même savoir comment il y est arrivé, les tremblements presque convulsifs de son corps commençant à diminuer et il inspire profondément, essayant de reprendre son calme. Cependant, il est vite sortit de ses idées noires par un bruit sourd et il se retourne juste à temps pour voir un attroupement de chevaliers derrière lui, tous regardant quelque chose... Un combat ? Surement à en juger par le bruit, si bien qu'il s'approche, renonçant ensuite en se rendant compte qu'il va obligatoirement se faire remarquer, ses yeux accrochant ensuite une sorte de préau juste derrière lui.

****Peut être que... Hn, personne ne me regarde...****

Il se rapproche dès lors du préau avec un minuscule sourire, planquant son poing gauche contre la paume de sa main droite ouverte vers le haut, concentrant ensuite sa magie avant de murmurer froidement :

"Ice make... Grapple hook"

Puis il projette l'une de ses mains en direction du toit, un crocher de glace quittant immédiatement sa paume pour aller se ficher en haut. Escaladant rapidement, il s'assied ensuite au bord, observant ce qui se passe en dessous... Ce qui lui permet de voir le jeune homme qu'il avait vu plus tôt : les cheveux couleur cobalt étant le signe le plus visible. Cependant, ce qui attire le plus son attention n'est autre que la créature qu'il affronte : une sorte de... Loup bleu ? Il se frotte d'un coup les yeux, essayant de mieux apercevoir cette chose. Un loup bleu bipède, armé d'une épée. Qu'est ce que... C'est que cette chose ? Presque immédiatement, il reconnaît une forme de magie : un take over, mais c'est la toute première fois qu'il voit une créature de ce genre ! Cela dit, la première chose qu'il voit ensuite, c'est l'agilité de la créature, cette dernière se déplaçant avec une agilité qui le laisse un moment pétrifié : d'accord, lui-même est agile... Et peut être rapide, mais pas à ce point !

****Je... Je savais que ce type de magie donnait des capacités surhumaines mais... Pas à ce point là !****
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Lun 1 Juin - 12:27






    C'était vraiment frustrant ! J'avais commencé à pleine puissance et j'avais essayé de le tuer malgré tout monsieur avait réussi à parer! Je l'avais prévu ça qu'il allait parer, je ne voulais quand même pas le tuer même si chacun de mes coups voulaient le faire. Non, le plus frustrant, c'est la manière dont il m'avait paré seulement avec un peu de difficultés sans qu'il soit vraiment sérieux. Et pourtant je m'étais jetée sur lui sans qu'il soit prêt. Avec tous ces éléments en ma faveur j'aurais dû au moins le blesser, mais non monsieur était indemne, rien, zéro dommage ! Ensuite, je m'étais reculée pour prendre de la distance et souffler un peu.

    J'entendis d'une oreille distraite les soldats qui commençaient à parier sur la victoire de l'un de nous. Apparemment ma côte était de cinq contre un. J'eus un moment de fierté rapidement remplacé par de l'irritation, ces mecs étaient aveugles ou quoi ! Ils ne voyaient pas la différence de force entre Kenta et moi rien qu'avec ce premier échange de coups.
    Kenta avait embrasé son épée. Quelle joie pour moi ! ironisais-je intérieurement. Non seulement ce mec était plus fort que moi, mais en plus il se donnait un avantage conséquent niveau corps-à-corps. Je fus distrait par les cloches de la ville qui sonnaient une nouvelle heure et je levais par habitude mon regard sur le cadran de la caserne qui indiquait l'heure. Et qu'est-ce que j''ai vu ? Mise à part l'heure en question. Une gamine sur le toit de la caserne. Non cela ne pouvait pas être possible, mon esprit devait me jouer des tours.
    Erreur, mais quelle erreur j'avais faite de détourner les yeux de mon adversaire,je n'étais plus une débutante pourtant! Cela me fit perdre de précieuses secondes. Alors que j'aurais pu lancer un sort pour atténuer ses attaques, l'écuyer de Mac Anu m'avait pris de vitesse et je vis trois boules de feu foncer vers moi. Non pas exactement vers moi, Hoshigaki avait fait en sorte que je ne puisse pas esquiver en lançant sur chacun de mes côtés une boule de feu tandis que la dernière se dirigeait droit sur moi. Je me devais de mettre de côté l'enfant qui était sur le toit et me remettre dans mon combat. Pourquoi une enfant irait sur la toit d'une caserne militaire et comment diable aurait-elle pu y accéder ? L'enfant devait être une illusion voilà tout.
    Mes options n'étaient pas nombreuses, je pouvais essayer d'esquiver et me prendre une boule de feu de plein fouet ou rester sur place et m'en prendre quand même une. Dernière option je pouvais la jouer samouraï et trancher la boule en question. Aucune option me plaisait, la dernière encore moins. Je ne pouvais pas non plus me défendre puisque je n'avais aucun sort pour me protéger.
    Alors que je cherchais une solution, je me pris la boule de feu qui fusait vers moi et celle-ci explosa à mon contact. Pour limiter les dégâts je me mis instinctivement sur le côté droit, étant gauchère cela pouvait s'avérer crucial. La brûlure faisait mal, mon bras droit était touché. Bonne nouvelle, j'arrivais quand même à le bouger légèrement même s'il me faisait mal. Je refusais de laisser tomber. Il n'en était pas question ! Je ne pouvais pas abandonner, c'était moi qui avais lancé ce stupide pari. Je me devais de le gagner.

    À travers la fumée je vis la silhouette de mon adversaire qui s'approchait de moi. Je n'eus pas le temps le lancer mon sort Limite sur lui que Hoshigaki était déjà à distance de lame. Malgré tout, je ferraillais comme une diablesse avec mon bras gauche. Le souci s'était les flammes sur l'épée de Kenta qui me gênait pendant dans notre ballet d'épées, c'est simple visualiser l'enfer et vous y serez pas loin. Je pensais donc à une banquise polaire et son étendue froide pour tromper mes sens sur la chaleur éprouvante de l'épée de mon adversaire. Je fis une pirouette et appuyais un coup d'épée avec tout mon poids dessus. Avec l'élan et le poids que j'avais mis dedans, mon coup devrait faire reculer l'écuyer afin que je puisse lancer une Confusion sur Kenta. J'essayais de faire le moins de bruit possible en reculant pour me mettre à distance de son épée. Je prenais une bonne inspiration avant de revenir dans la bataille.
    Pendant que Kenta était confus ce qui ne durerait pas longtemps, je me précipitais vers lui supportant la douleur de mon bras, je lui infligeais quelques blessures et tentais de le toucher avec ma main droite son bras armé et une de ses jambes en lançant Engourdissement . Ce que j'avais mal à mon bras, il ne m'avait pas raté. Je tournais ensuite autour de lui afin qu'il ne repère pas ma position. Pendant ces quelques minutes je continuais à le blesser petit à petit tout en tournant toujours autour.

    Je reculais une troisième fois tandis que je me trouvais dans son dos, histoire de souffler un peu.



_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Ven 5 Juin - 23:58
Ou bien elle ne voulait pas dévoiler son jeu dans l'immédiat, ou bien je l'avais légérement sur-estimée. Pourquoi avoir encaisser l'attaque aussi sévèremment ? Certes, ce n'était pas grand-chose et encaisser une attaque est parfois signe de courage. N'empêche que, là, ça allait l'handicaper plus qu'autre chose. N'avait-elle pas d'autres démons que ce bretteur ? J'avais pourtant entendu dire qu'elle était ecuyère, signe d'un certain niveau... Enfin, j'étais heureux de rester sur ma faim : ça me rapprochait de ma réponse. Ma quête s'achèverait peut-être plus tôt que je ne l'avais imaginé !

J'avançai au contact de la chevalière pour faire continuer le dialogue entre nos lames, ce qui avait l'air de déplaire à l'une d'entre elles. Peut-être que la lame de mon adversaire n'était pas faite pour supporter les flammes ? La mienne avait été forgée pour résister à à peu près tout. En terme d'arsenal, j'avais un avantage indéniable ! En plus de faire souffrir l'arme, qui menaçait de plus en plus de se briser, je devais repousser son porteur. Tout le monde n'est pas habitué aux flammes. Dans mon cas, me battre avec une épée recouverte de feu ne me dérangeait pas vraiment. J'avais déjà vu pire en terme de chaleur... Dans tous les cas, Amandil ne se laissa pas faire. Elle effectua un mouvement acrobatique pour abattre sa lame contre la mienne. À ma plus grande surprise, sa lame ne brisa pas. En revanche, la force qu'elle avait mis dans son coup me fait reculer d'un pas. Un pas de trop, très certainement. Le soleil diminua en intensité, ou bien délirais-je ? Je délirais. La lumière s'éteint.

[Flashback]
La mer, à perte de vue. Tous les navires mouillaient au port. Où étais-je ? Mon corps avait rétréci très nettement. J'étais un gamin. Je devais avoir le même âge que lorsque j'avais échoué à Pyrée, après mon amnésie. Je montai dans une barque avec une canne à pêche et un repas dans un baluchon. Je ne savais pas ce que je faisais là, probablement pêcher... Jusque-là rien ne se passa. Puis, comme dans les rêves, je fis un bond dans le futur. J'étais sur ma barque, au milieu de l'océan. Les nuages noirs d'orages s'amoncelaient autour de moi. Je commençais à paniquer. Je ramais vers le rivage, mais, aussitôt, la houle se leva et me fis perdre tout espoir. Peu de temps après, je me noyai.

Je rouvrai les yeux et, devant moi, se trouvait une silhouette bien familière. Nobu. Tout autour de moi, c'était une plage de coquillages et, au loin, Pyrée. J'essayais de me souvenir. Rien. Je donnais le nom qui était sur pa gourmette, sans même savoir à qui était le bijou. Je ne savais plus rien de mon identité. Mais maintenant que j'en rêvais, je le savais. J'avais vécu sur une île, puis avec sombré dans une tempête. Les vagues avaient dû soulever la barque et je m'étais cogné, ce qui avait eu pour effet de me faire perdre la mémoire. Ceci dit, je regrettai de ne pas avoir plus observé autour de moi lorsque j'étais au port. Avec un peu de chance, j'aurais une idée de quelle île chercher. Cela pouvait être n'importe quelle île faisait partie d'une mer du nord.
[Fin flashback]

Réveil. Douleur. Mes sens se réveillent un à un et les douleurs avec eux. Que s'était-il passé pendant mon absence ? Amandil en avait profité pour m'infliger de nombreuses contusions. C'était sacrément lâche pour une chevalière. Je m'étais attendu à un meilleur comportement. J'avais du mal à me déplacer, mais ce problème-là aussi se résolu en même temps. Il était l'heure de la contre-attaque, non ? Je veux dire... Il était presque certain que c'était elle, qui p'avait plongé dans ces souvenirs. Actuellement, je ne pouvais rien faire d'autre que de remporter le combat et ça me frustrait. Mais tant qu'à faire, effectivement, j'allais mené le prochain assaut.

La blonde s'était placée derrière moi, comme si cela rajoutait de la distance entre nous. Elle avait fait erreur sur la personne, maintenant que j'étais de retour, pas question de me faire avoir de nouveau dans le labyrinthe de mes souvenirs. Les flammes de mon épée s'était éteinte d'elle-même. Je ne lui donnais plus de magie, c'était normal, mais je m'étais tout de même posé la question. Combien de temps avais-je été absent ? Le soleil n'avait pratiquement pas bougé. Tant mieux.

Je reculai également d'un pas. Elle haletait. Elle n'avait pas esquivé mes boules de feu. Alors ou bien elle n'avait pas joué la carte de la défense, ou bien elle n'allait pas pouvoir encaisser ma prochaine attaque. Je ne m'y étais pas mis à fond, mais mes blessures me déconcentraient. Autrement dit, j'avais frappé avec des flammes probablement moins dangereuses que d'habitude.

Déflagration


Le cône de flamme s'étend vers Amandil. Derrière, il n'y avait qu'un mur. J'avais bien fait de vérifier l'environnement. La dernière fois, à Era, lorsque j'avais affronté Akira Genji, une ice-makeuse, je n'avais pas pu vraiment me battre à cause des bâtiments alentours. Pas question de faire un incendie dans le coin.
Jack Frost
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2015
Âge : 29
Magie / Malédiction / CS : Ice Make / Magie de Glace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mar 9 Juin - 22:35
Apparemment, il a été repéré. C'est la première chose qui lui vient en tête lorsque le "démon" regarde d'un coup dans sa direction, distraction qui lui coûte cher peu de temps après lorsque le jeune homme en profite pour lui décocher trois boules de feu en même temps, deux de chaque côté et une dernière directement sur elle. Stratégie assez ravageuse d'ailleurs : prendre l'adversaire en tenaille et frapper directement, de telle sorte que l'esquive est complètement impossible : Esquiver une seule des boules est faisable, mais au moins l'une des deux autres frappera. Et c'est ce qui arrive quand le démon n'essaye même pas d'esquiver le projectile lui fonçant dessus, se contentant de se décaler légèrement ce qui lui fait encaisser l'assaut directement au bras droit. Pendant un bref instant, Jack se demande s'il ne devrait pas en profiter pour rapidement quitter la caserne : après tout, il a été déjà vu... Et quoi que le Mage Take-over n'ait pas encore trahi sa présence, il se doute que ça arrivera bientôt, surtout après ça. Certes, il ne fait rien de mal... Enfin, à part peut être observer ce qui est clairement un entraînement entre deux chevalier runiques... Et surtout, traîner dans la cour après que les gardes lui aient clairement ordonnés de rester à distance, mais il ne peut pas s'en empêcher : ça fait longtemps qu'il n'a plus vu ses parents... Et le souvenir des capacités de son père lui revient rapidement en mémoire, pour le peur qu'il en a vu par le passé en tous cas. Cette idée lui arrache un léger frisson : lui qui pensait s'être débarrassé de ses doutes... Voilà maintenant qu'il a le mal du pays ! Cela dit, il écrase immédiatement cette pensé en se souvenant des raisons pour lesquelles il se bat : il ne peut pas rentrer... Peu importe ses désirs : il n'a ni l'envie, ni le courage d'affronter les regards de ses parents. En tous cas, pas tant que Zaléra sera là... Cette idée en tête, il ferme un bref instant les yeux , calmant les tremblements de son corps en inspirant profondément, puis retourne à son observation, juste à temps pour assister à la contre-attaque du Take-over... Un coup d'épée suffisamment puissant pour faire reculer le garçon aux cheveux bleus de plusieurs pas, ce qui lui fait hausser un sourcil : quelle... Force !

****Leurs armes doivent être sacrément résistantes pour avoir survécus à ce coup ! Vue la violence, deux épées normales auraient explosées dès l'impact !****

Certes, les chevaliers ont accès à des armes de bien meilleure qualité que celles utilisées par les civils, mais à ce point là ! Sa dernière rencontre avec une épée lui revient d'un coup en mémoire et il ne peut pas s'empêcher de frisonner, sentant de nouveau une légère douleur fantôme à l'endroit marqué de son torse, plaçant inconsciemment sa main gauche au niveau de sa poitrine. Cette épée... "Lamentation"... Un nom qui lui va plutôt bien d'ailleurs : combien de lamentations elle a bien pu amener entre les mains de ce monstre ?! Il n'en a aucune idée, mais il est presque sur qu'il doit y avoir des tas. Après tout, sa mère a connu Zaléra, bien des années plus tôt. Et d'après elle, cet homme adorait tuer. Peu importe qui ou pourquoi. C'est d'ailleurs pour cette raison qu'elle l'a trahit, lui et sa guilde. Mais peu importe... Son attention est de nouveau attirée par le combat, ce qui lui permet de voir un étrange spectacle : le jeune homme aux cheveux bleus ne bouge pas, semblant fixer un point invisible devant lui et pendant ce temps... Le démon s'acharne littéralement sur lui ?! Cette vision lui provoque une rude sensation de chatouilles dans la poitrine, même s'il parvient à retenir un rire. Cependant, il a également envie de se taper le front d'une main : mais qu'est ce qui se passe ? D'accord, c'est de sa faute si plus tôt, le take-over a été distrait et a littéralement offert une attaque gratuite à son adversaire, mais là... ça en devient ridicule ! Cela dit, le jeune homme finit par se "réveiller" et après avoir reculé de quelques pas...

****Euh... ça devient sérieux là !****

Il n'a pas entendu le nom du sort, mais vu la taille du cône de feu qui part d'un coup du jeune homme et se dirige vers le Take-over, c'est quelque chose qui risque de faire mal ! La seule petite consolation vient du fait que ça risque pas de provoquer un incendie dans la mesure où mise à part l'adversaire du jeune homme, la seule chose dans le champ d'action du coup est un mur solide et épais, mais quand même !

****Je devrais peut être y aller avant de me prendre un sort perdu... C'est entrain de mal tourner là.****
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mer 10 Juin - 23:13






    J'étais clairement en train de perdre, c'était sur et certain. Je respirais bruyamment, je commençais à avoir des crampes et je sentais mes forces qui me quittaient peu à peu. Mon sort de confusion avait magnifiquement marché, comme à son habitude et heureusement pour moi que j'avais bloqué ses mouvements pendant sa léthargie. Il m'était déjà arrivé une fois qu'une personne ait des visions et m'avais confondu avec un gros monstre. Cette personne m'avait donné du fil à retordre, rien n'est moins dangereux qu'un animal acculé ou quelqu'un de particulièrement fou tout dépendait. Revenons au présent. J'avais réussi à lui faire plusieurs coupures un peu partout sur son corps. Bien, j'avais quand même réussi à ce que l'on est tous les deux des dégâts. Moi un bras bien abîmé, lui plein de blessures. Seulement voilà, je ne l'avais pas assez affaibli à mon goût. Je savais qu'il était plus fort que moi. Je voulus reculer davantage seulement un mur de pierre se trouvait derrière moi. Je ne pouvais aller que de l'avant cependant Hoshigaki retrouvait ses esprits.
    Quand je vis sa paume dans ma direction, je pressentis une attaque. Levant mon bras qui me faisait affreusement mal vers Kenta , je criais Impact Réduit tandis que les flammes déferlaient déjà dans ma direction. Le résultat fut que le cône de feu diminua de diamètre, ça s'était la bonne nouvelle. La mauvaise s'était que le feu arrivait sur moi et la portée de l'attaque était restée bien trop grande pour moi, bien trop large pour que je puisse esquiver.

    D'ordinaire il me suffisait de me changer en démon, d'affaiblir mes ennemis, de jouer de l'épée et d'utiliser mon agilité pour esquiver. Mais là l'écuyer avait fait en sorte que chaque attaques magiques puissent me toucher et chacune d'entre elles réussiraient. La preuve je ne pouvais esquiver ce torrent de flammes qui étaient maintenant trop proches de moi.
    Ces flammes devant mes yeux me rappelaient l'escapade que j'avais faite quand j'étais petite. J'étais allée jusqu'au cratère d'un des volcans de mon île natale et j'avais regardé la lave en fusion pendant plusieurs minutes, ce qui avait été magnifique.

    Juste avant que les flammes me touchent, je mis mes bras en croix devant mon visage pour protéger celui-ci. Les flammes me percutèrent et le souffle était tellement puissant qu'il me fit projeter vers l'arrière, c'est-à-dire vers le mur. Le choc, violent, me coupa la respiration, celle-ci qui entretenait la résistance face aux flammes. Une fois la mer de flamme passée, l'on pouvait voir que ma transformation se dissipait. Normal j'étais épuisée, ma magie était à sec.
    Non, je ne pouvais pas perdre ! Non, je ne devais pas perdre ! Non, je ne voulais pas perdre ! Pas devant tous les soldats de ma caserne. Je me devais de gagner ce stupide défi que j'avais lancé ! Mes yeux étaient en larmes. L'eau qui coulait, sur mes joues, n'était pas de la tristesse. Non, ce n'était que de la frustration. Le fait de ne pas pouvoir battre la personne devant moi . L'on pouvait voir dans mon regard rouge, à cause d'avoir pleuré, la lueur farouche de volonté de continuer le combat.
    J'étais souffrante de partout. Je ramassais mon épée par terre par réflexe. Je me mis debout tant bien que mal appuyer contre le mur. M'avança un peu. Je regardais mon épée, la lame avait été brisée. Elle avait dû recevoir des dommages colossaux avec l'épée enflammée de Kenta, ma pirouette acrobatique avait dû l'affaiblir encore plus et la force de l'attaque de feu de l'écuyer avait dû l'envoyer contre le mur, c'était à ce moment qu'elle avait dû se casser.


    « Je n'ai....plus....d'épée...pour...combattre. J'ai perdu le......match. » Ma voix était saccadée, ma respiration bruyante j'avais du mal à parler.
    Je levais mon épée dans la direction de mon adversaire, malgré mon corps tremblant, en signe de défi.

    « La prochaine....fois.... je ne....perdrais pas. » juste après cela je lâchai mon épée.
    « Je tiendrais... ma promesse...de te parler... cependant...pas tout...de suite » ce fut à ce moment-là que je m'écroulais, inconsciente.

    On m'amena à l'infirmerie pour me soigner. Je dormis trois longues heures et j'avais des bandages un peu partout, surtout sur le bras droit. Je me réveillais, j'étais allongée, la douleur avait été atténuée mais n'avait pas disparu pour autant. J'essayais de me relever un peu trop brutalement pour mon corps.

    « Aïe, aïe, aïe ! »

    Cependant, quelque chose me fit d'abord sourire puis rire aux éclats. Oui, maintenant que j'y pensais moi je ressemblais à une momie, mais ma robe n'avait eu aucun dégât. Elle s'était juste un peu salie quand j'étais tombée par terre, mais sinon rien, pas de déchirure, pas de brûlure.


    Je sentis un regard sur moi et je réalisai tout d'un coup que je n'étais pas seule. Il y avait quelqu'un à mon chevet. Kenta qui me regardait bizarrement suite à ma crise de rire.
    Je baissais la tête en faisant un sourire. Oui, le jeune homme ressemblait vraiment à un chevalier. Rectification, il était un chevalier et en avait toujours été un pour moi. Mes joues rougirent un peu. Puis levant la tête dans sa direction je lui dis gentiment d'un air taquin.

    « Alors, monsieur le pyromane qui aime brûler les gens, on attaque une belle et innocente demoiselle?» lui dis-je en faisant un clin d'oeil espiègle.
    « Tu voulais savoir quelque chose, il me semble.  Avec tout ce qui s'est passé je ne me rappelle pas exactement de quoi il s'agissait.
    Mais avant que tu ne me poses tes questions, je voudrais t'en poser une. »

    Je baissais ma tête qui vira au rouge vif.
    « Je voudrais te poser cette question parce que tu n'avais pas l'air de me reconnaître tout à l'heure et je ne voulais pas que les autres viennent s'immiscer dans ma vie privée. »
    Je relevais la tête vers lui pour le regarder droit dans les yeux.
    « Tu ne te souviens vraiment pas de moi Hoshigaki ? »
    Ma voix était remplie de nostalgie et d'amour, pas celui qu'un ami donnerait. Non, un ton d'amour pour celui avec qui j'avais partagé mes secrets, mes remords, mes peines, mes angoisses, mes joies, mes désirs, un ton réservé uniquement à mon meilleur ami, non, mon confident.




_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mar 30 Juin - 0:32
Mes flammes s'étiraient vers leur cible. Seulement, quelque chose clochait, elles étaient moins dynamiques. Un peu comme si elles étaient molles, en manque d'énergie. J'avais peut-être pas été bon, mais de là à avoir un résultat aussi bizarre... Peut-être quelqu'un avait agi pour qu'elle évite de se faire cuite à point ? Bah, c'était elle qui avait commencé avec ses coups d'épées ! Ça fait gamin, certes, mais c'était rendu coup pour coup. D'un autre point de vue, on apprend rarement quoi que ce soit d'un mort... Quand le déluge de feu s'estompa, le démon avait disparu et mon adversaire avait repris sa place. Ceci dit, elle ne semblait pas avoir perdu pour autant : elle s'était relevé, tant bien que mal, puis avait saisi son épée pour m'affronter encore, avant de faire l'affreux constat.

Je n'ai... Plus... D'épée... Pour... Combattre. J'ai perdu le... Match. La prochaine... Fois... Je ne... Perdrais pas. Je tiendrais... Ma promesse... De te parler... Cependant... Pas tout... De suite.

Sa lame avait été brisée dans notre affrontement. Point positif : j'allais avoir ce que j'étais venu chercher. Point négatif : j'allais avoir devant moi les minutes, ou les heures, les plus longues de toute ma vie. Effectivement, elle s'était effondrée, épuisée. Se transformer en démon, puis utiliser la magie de celui-ci... Ça me faisait froid dans le dos. Il fallait en avoir entre les jambes ! Certes, dans le cas d'une fille, c'est un peu étrange... Toujours est-il que son état physique devait être aussi pitoyable que ses réserves de magie.

Je courus vers elle, la pris dans mes bras avec mes précautions. Sa tête était contre mon épaule et j'avais un bras sous ses genoux et un autre dans son dos. Personne n'osa me demander de l'aide, j'avais apparemment la carrure pour porter la princesse blessée. On m'indiqua juste l'infirmerie. Je l'allongeai sur un des lits, puis laissai le médecin s'occuper de ses brûlures. Je les connaissais bien, ces brûlures, mais je préférais encore que ce soit un médecin qui se charge d'Amandil.

Je m'assis contre le mur, à côté de son lit, puis tâcha de dormir un peu aussi, pour récupérer du combat. Mes blessures étant principalement superficielles, j'avais juste appliquer une pommade et des pansements sur les égratinures plus graves. Je n'eu pas le temps de rêver, que je me réveillais déjà, sans raison. Je fis le tour de la pièce du regard, avant de remarquer une présence, cachée dans un coin en position foetale. Quand quelqu'un est dans ce genre de cas, il faut toujours s'inquiéter. Encore davantage s'il s'agit d'un enfant. Je me levai, puis l'interpellai, tout en marchant vers lui :

Hey ! Tu vas bien ?

Je voulais également lui demander s'il avait besoin de quelque chose, ce qu'il faisait là et où était la personne qui se chargeait de lui, mais je ne voulais pas non plus l'effrayer avec trop de questions. Quand je fus assez proche de lui, je remarquai qu'il dormait. Je le secouai légérement par l'épaule, tout en l'appelant. S'il avait peur, c'était pas la peine qu'il choppe une crise cardiaque en se réveillant brutalement.

Aïe, aïe, aïe !


Les cris de douleurs venait du lit d'Amandil. Je tournai les yeux, elle se réveillait. Dilemne : qui aider en premier ? Zut... J'appellai le médecin, puis lui chuchotai de demander à l'enfant de voir ce qu'il avait puis que je m'en occuperais s'il y avait besoin. Ensuite, je retournai auprès de la blonde, toujours inquiet pour l'enfant. En plus, elle avait commencé à rire. De quoi me faire regretter de ne pas être resté avec l'autre sujet de mes préoccupations.

Alors, monsieur le pyromane qui aime brûler les gens, on attaque une belle et innocente demoiselle?

Mais nan ! C'était elle qui avait attaqué la première ! C'est vraiment trop injuste ! En plus, je suis pas pyromane, juste pyromancien ! Pardon ? C'est quoi la différence ? Euh... Vous me posez une colle...

Tu voulais savoir quelque chose, il me semble. Avec tout ce qui s'est passé je ne me rappelle pas exactement de quoi il s'agissait. Mais avant que tu ne me poses tes questions, je voudrais t'en poser une. Je voudrais te poser cette question parce que tu n'avais pas l'air de me reconnaître tout à l'heure et je ne voulais pas que les autres viennent s'immiscer dans ma vie privée. Tu ne te souviens vraiment pas de moi Hoshigaki ?

Il se trouve que non, malgré que l'inverse soit flagrant. Elle se souvenait très bien de moi et, malgré les larmes qu'elle avait versé sur le terrain d'entraînement, j'avais apparemment été meilleur que ce que je pensais avec elle. Ça me rassurait beaucoup, mine de rien. Sauf que je ne savais pas comment lui répondre que j'étais amnésique. C'est facile à dire à un inconnu, mais allez dire ça à une personne avec laquelle vous partagiez mille et un secrets et que tout s'est envolé. Je n'étais pas du tout à l'aise...

Je suis désolé mademoiselle, mais je ne vous connais pas. Je ne sais pas du tout d'où vous venez. En revenche, j'ai une certitude, nous nous connaissions avant... Avant que je ne devienne amnésique. C'est pourquoi je vous le demande à nouveau : d'où êtes-vous originaire ? Cela fait dix ans que je cherche la réponse... S'il vous plait... Par pitié... !

Je m'effondrais en larmes, le visage crispé dans la douleur par l'émotion, caché dans mes mains, elles-mêmes sur le lit. Entre chaque sanglot, je redemandais pitié. Oui, je souffrais. Qui était-je ? Ce que j'étais depuis dix ans, peut-être ? Pas seulement. Alors je n'étais qu'une partie de moi-même. J'étais comme un arbre qui ne connaissait pas ses racines. Je ne savais pas qui j'étais tout-à-fait : j'avais donc redéfini une vie. Un nouveau sens. Mon objectif, mon rêve, était devenu de faire régner la justice, car celui de me retrouver n'avait plus de sens, cela faisait tellement longtemps que j'avais attendu. Mais j'étais aussi vivant avant mon amnésie. Quelqu'un avec des émotions et des amis. Je ne pouvais pas me laisser tomber. Car me laisser tomber, c'était aussi laisser tomber les autres. Et, ça, c'était inadmissible. Je pensais à Nobu, mon père adoptif, avec qui j'avais tellement cherché mon passé. Il aurait aimé que je retrouve mes origines, mais vrais parents... Et mes amis. Ceux comme Amandil. Elle, je ne la connaissais pas, effectivement. Mais j'allais rattraper le temps perdu.

hrp:
 
Jack Frost
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2015
Âge : 29
Magie / Malédiction / CS : Ice Make / Magie de Glace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mar 30 Juin - 15:03
Apparemment, le combat touche à sa fin, le démon disparaissant dans un déluge de feu, lequel se disperse en laissant apparaître une jeune femme en robe... Une jeune femme qu'il reconnaît immédiatement comme étant celle qui est sortie comme une furie de chez le forgeron plus tôt. Cela dit, il ne bronche pas, même s'il grimace légèrement en se rendant compte de la puissance que l'élément de sa soeur peut avoir... Idée qui lui vrille le coeur : Freyja... Est ce qu'elle avait seulement une idée ? N'importe quelle idée à propos de la puissance de son pouvoir ? De jusqu'où elle aurait pu aller si ce monstre lui en avait laissé le temps ? La réponse lui arrive amèrement : bien sur que non... Lui-même été formé pendant quatre ans par un maître du Ice-make, mais l'homme ne lui a jamais rien montré de vraiment puissant ou dangereux, le vieil homme se contentant de lui apprendre les bases, puis de le laisser forger sa propre voie et sa propre magie par lui-même, n'intervenant qu'en cas de besoin ou pour lui souffler quelques idées afin de rendre ses sorts un peu plus rapides ou plus résistants. Cela dit... L'ice-make est une magie de création... Ce qui veut dire qu'elle n'est au final limitée que par deux choses : la quantité de magie dans le corps de l'utilisateur et l'imagination de ce dernier. Cette idée en tête, il saute du toit, atterrissant accroupis par terre, sa main droite amortissant le choc, puis il se relève vivement, commençant à se diriger vers la port de la caserne en reprenant son air le plus innocent possible... Du moins jusqu'à ce qu'il s'arrête immédiatement, son corps semblable se pétrifier sur place tandis que son souffle meurt dans sa poitrine. Une ombre... Juste devant lui... Une ombre sortant d'un coin, dos tourné au couloir dans lequel il se préparait à s'enfoncer. Un pan de tissu noir flotte d'un coup dans un courant d'air, suivit de près par une fine mèche de cheveux blancs. Chaque molécule de son corps semble brutalement se geler de la même manière que son élément alors que l'univers entier autour de lui disparait, se rétrécissant juste qu'à ne laisser cette vue. De longs cheveux blancs fins et un manteau noir... Alors que son cerveau lui hurle que c'est complètement impossible, que Zaléra n'a pas été vu à Carmina ou même dans Fiore Nord depuis plus de sept ans. Qu'un criminel de rang S ne se tiendrait certainement pas immobile en sifflotant au beau milieu d'une caserne des Chevaliers Runiques, son coeur se met à battre fortement dans sa poitrine comme cherchant à en jaillir, une seule chose lui venant en tête :

****Courir... Je... Je ne d-dois pas rester là ! Je... Je ne peut pas le battre ! P-pas encore !****

Alors que son coeur bat de plus en plus vite et qu'il sent déjà un fort vertige l'envahir, il repère d'un coup une porte sur sa droite. Peu lui importe le fait qu'un enfant n'est pas censé être là. Peu lui importe qu'il risque d'être repéré par les chevaliers et les ennuis monstrueux que ça risque de lui apporter. Et inutile de dire qu'il s'en moque totalement à cet instant précis que ses parents ne le retrouvent : la seule et unique chose à laquelle il pense alors que son esprit commence déjà à s'écrouler sur lui-même, la terreur gelant chaque millimètre carré de son corps, c'est qu'il se cacher tout de suite avant que ce monstre ne se retourne et le voit ! Il peut survivre à la colère des Chevaliers. Au pire du pire, ils le renverront à ses parents et ça, il peut sans difficulté s’échapper de nouveau ensuite ! Mais si jamais ce démon le voit, la mort n'est PAS quelque chose dont on s'échappe si facilement ! Du coup, il ouvre la porte à la volée, la refermant presque aussi brutalement derrière lui et vole presque littéralement à travers la pièce, sautant par dessus le lit et atterrissant de tout son long sur le sol de l'autre côté, son bras droit craquant de manière sinistre lorsqu'il se reçoit mal dessus, mais la peur est telle qu'il ne ressent même pas un léger pincement. Il s'appuie contre le mur autant qu'il le peut, ramenant ses genoux contre lui, son bras blessé se remettant pratiquement en place seul lorsqu'il force un mouvement dessus pour encercler ses jambes avec ses deux bras. Quelque part dans sa tête, une petite voix lui souffle qu'il est censé poursuive cet homme et le tuer... Ou en tous cas, le châtier pour la mort de Freyja mais... Il sait qu'il n'est pas de taille... Pas pour le moment... C'est la dernière chose qui lui vient en tête lorsqu'il voit la poignée de la porte bouger, la peur devenant trop forte et finissant par lui faire perdre connaissance, son champ de vision virant brutalement au noir.

****Pas comme ça...****

Une main qui se pose sur son épaule, le secouant gentiment tandis qu'une voix retentit au loin, lui demandant s'il va bien, avant que de disparaître, une autre main se posant ensuite sur son front, contact bouillant qui le ramène brutalement à la réalité, ses yeux s'ouvrant instantanément quoi que dans l'immédiat, sa vue soit tellement trouble qu'il ne voit même pas le visage de l'homme qui est face à lui. Même sa voix est complètement déformée comme si elle lui parvenait depuis un mur, mais peu à peu, son esprit se remet en marche et il se rappelle : le combat... La Caserne et... Zaléra... Ce souvenir le fait sursauter et il tente de se relever, mais la main quitte immédiatement son front pour se poser sur sa poitrine, l'immobilisant gentiment, mais fermement avant de lui ordonner de sa calmer et de laisser son corps se remettre tout en lui précisant qu'il n'a rien à craindre... Chose qui lui revient en tête tandis qu'il laisse son corps tout entier se détendre : bien sur... Maintenant qu'il n'a plus le manteau et les cheveux blancs sous les yeux, il ne peut pas s'empêcher de se traiter d'idiot : Zaléra ? Criminel de rang S ? Se tenir complètement immobile en plein milieu d'une caserne et en plus, en sifflant un air à la mode ? Sa vue finit par se remettre complètement en place et il aperçoit un lit à moins de deux mètres de lui sur lequel est couchée une jeune femme aux cheveux châtain, discutant avec un jeune homme aux cheveux bleu cobalt... Et il ne peut pas s'empêcher de grimacer en comprenant que la chambre dans laquelle il est n'est autre que celle de la Take-over qui même si elle a perdu le combat contre son camarade est loin d'être faible. Lorsque l'homme à côté de lui, qu'il reconnaît comme étant un médecin lui demande qui il est, il hésite un bref instant, son coeur se contractant dans sa poitrine, avant qu'il ne réponde timidement :

"J-Jack... Jack F-frost"

A en juger par la stupeur qu'il voit sur les traits burinés du médecin, ce dernier ne s'attendait pas à sa réponse. Quant à savoir pourquoi... C'est alors qu'une de ses mèches de cheveux tombe son nez, le chatouillant légèrement et il se souvient que ses cheveux sont détachés... Le faisant énormément ressembler à une fille, ce qui lui provoque une forte sensation de chaleur dans les joues, le rendant presque sur qu'elles sont complètement rouges. Il repousse la mèche immédiatement, puis baisse la tête, grimaçant ensuite lorsque le médecin lui demande ce qu'il fait là, si bien qu'il répond, évitant de mentir, mais sans pour autant dire toute la vérité :

"Je... Je s-suis venu pour étudier les... Archives sur les a-anciens criminels. Je c-commençai à repartir quand j'ai vu le... Le combat dans la cour p-puis... Quand il s'est arrêté, j'ai c-cru... J'ai cru v-voir l'un des c-criminels dans le couloir. Avec... Avec le recul, je s-sais que c'était s-stupide mais... Il lui ressemblait tellement que... J'ai eu p-peur et je me suis caché dans la première pièce venue. Dé... Désolé."

Apparemment, l'homme semble avoir été convaincu dans la mesure où il se contente de lui sourire, lui indiquant juste de rester là où il est avant de se rapprocher des deux autres chevaliers présents dans la pièce. La première chose qui vient alors à l'esprit de Jack, c'est que le jeune homme aux cheveux bleus a l'air presque désespéré et semble attendre une réponse de la jeune femme sur le lit ce qui lui apprend qu'il a certainement raté quelque chose, trop occupé à répondre au docteur pour écouter... Quoi que presque immédiatement, il se traite d'idiot, se rappelant que ce ne sont pas ses affaires. Il se contente alors d'inspirer profondément, essayant de se calmer, les exercices de son maître lui revenant en tête.

****Il faut que je fasse quelque chose... Je ne... Je ne peut pas continuer comme ça ! A chaque fois que je vois quelqu'un, albinos ou pas avec des longs cheveux blancs, je deviens incapable de faire quoi que ce soit ! Si je veux vraiment punir ce monstre, il faut que je trouve un moyen de ne plus être si facilement effrayé par son simple souvenir !****
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mar 30 Juin - 17:49






    Je lui avais posé cette question, maintenant je le regrettais. J'avais tant espéré qu'il se souvienne de moi. Il m'avoua mal à l'aise qu'il ne me reconnaissait pas. Pourquoi ? Quelle raison avait-il pour avoir oublié trois ans de son enfance. ?
    Puis Kenta m'avoua qu'il était amnésique. Amnésique ! Ça veut dire qu'il ne se souvenait pas du tout de moi. De tous les moments que nous avions passés ensemble. Je ne pus retenir une larme de couler de mon œil droit. Oui, j'étais triste que mon ami le plus précieux de mon enfance ne se souvenait pas de moi. Je me souvenais des fois où on jouait au chevalier dragon qui venait délivrer la princesse d'un méchant titanium. De toutes les fois où il m'avait protégé de pseudo brutes. Des lectures que nous faisaient la maîtresse d'école et qui nous faisaient réver, surtout sur notre sujet préféré, les dragons. Je me souviens du talent que Hoshigaki avait manifesté pour le dessin, bien que maladroit du fait qu'il était enfant, ces dessins étaient assez réaliste et je me rappelais des dessins qu'il m'avait faits et qui me représentait, je crois d'ailleurs me souvenir que je les avais quelque part dans mes affaires.
    C'est là qu'il m'implora, non, me supplia de lui dire d'où il venait. Kenta était en larmes, apparemment cela faisant dix ans qu'il recherchait son identité véritable. Son mal m'atteignit comme un virus se propage, je ne pus retenir un peu d'eau lacrymale couler de mon œil gauche. Je compatissais de son malheur et je voyais bien qu'il souffre de ce manque d'information. Il avait enfin trouvé quelqu'un qui le connaissait en dix ans, moi. Pendant que je ressentais son chagrin et que j'essayais de trouver un moyen de l'apaiser, il continuait de me requérir une réponse à sa question principale. D'où venait-il ?


    Je me sentais mal pour lui, c'est alors que je me souvenais encore du moment où nous étions sur le quai et où nous nous avions sommes promis de rester amis pour toujours, pour la vie. Il ne s'en souvenait peut-être pas, mais moi si.
    Avec des gestes tendres et affectueux, je lui fis relever la tête doucement pour qu'il me regarde dans les yeux, je lui pris d'abord son bras droit avec le mien (bien qu'il me fasse toujours mal), chercha sa main, attrapa son petit doigt avec le mien. Le même geste que naguère. Le même qu'autrefois où l'on était enfant.
    « Tu ne te souviens peut-être pas, mais quand je suis partie de notre île natale, nous nous sommes promis de rester amis pour la vie. Et en tant qu'amie, je peux pas rester à te voir pleurer sans rien faire.
    Pour répondre à ta question, tu es né en l'an 768 sur l'île de Lémuria.»

    Puis je lui dis avec toute la tendresse que je pouvais avoir.
    « Je ne peux pas savoir ce que tu ressens, j'essaye de le comprendre, cependant tant que quelqu'un se rappellera de qui tu étais, tu ne disparaîtras jamais, car tu auras laissé un peu de toi dans tous les gens que tu as rencontrés quand tu étais jeune. Tu ne te rappelles peut-être pas de ce que tu étais, mais grâce à des gens qui comme moi te connaisse, tu pourras retrouver ce que tu as perdu. J'en suis convaincue.
    Je te répondrais sur tous les sujets que tu veux de ta vie d'avant quand je t'ai connu, cependant on ne s'est connu que trois années. Mais je ferais tout pour t'aider »



    Puis je vis dans un coin de la pièce, une enfant. Pardon ! Je venais de saisir l'identité de l'enfant pour découvrir qu'il s'agissait d'un garçon. Étrange, sa tête me faisait penser à quelqu'un. Je l'avais déjà vu ça j'en étais certaine. Je cherchais pendant quelques secondes. Ça y est, je la reconnaissais. C'est la gamine que j'avais vue sur le toit de la caserne. Je remettais en question le fait que c'était une illusion tout à l'heure.
    Je le regardais méfiante et en même temps surprise en le pointant de l'index.
    « Toi ! Je t'ai vu sur le toit de la caserne pendant notre combat, juste avant que je me prenne la boule de feu! Je n'avais pas rêvé finalement !  »



_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Jeu 2 Juil - 13:42
Elle releva ma tête. Mes yeux humides me donnaient une vision floue. Sans comprendre pourquoi, mon petit doigt s'était accroché à celui d'Amandil. Sa voix, douce, me fit éclater en sanglots. Elle me révélait si peu et tellement en même temps ! En rappellant une promesse que j'avais oubliée, Amandil me révéla mon année de naissance, puis le lieu où j'étais né : Lémuria... Une île, évidemment. Je n'allais plus perdre une seconde dt, dès que je serais sorti de la caserne, ma destination serait Lémuria. J'allais peut-être retrouver ma famille... Ma famille ! Des gens comme Nobu, qui m'aimaient comme lui ? J'avais hâte de les voir. Mais plus encore, je devais remercier Amandil. Elle était sensée être mon amie. Et, aujourd'hui, je la considérais comme telle. Je n'imaginais même pas qu'elle puisse mentir, je l'avais vue dans mes flashs. J'avais donc mit un terme à ma quête. Je savais d'où je venais !

Elle essaya de me rassurer quant à mon existence, celle dont je ne me souvenais pas. Comme elle le disait, tant qu'il y aurait des personnes qui se souvenaient de moi, j'existerais encore un peu. Et je pourrais me souvenir. Ensuite, elle voulut répondre à toutes les questions que j'aurais. Mais, le fait est que je ne voulais pas le lui en demander plus. En effet, elle en avait beaucoup dit et c'était un choc suffisant pour moi. Le reste... Je voulais le découvrir seul, même si elle me promettait de m'aider. Je me levai. Je l'aurais bien enlacée, lui dire combien j'appréciais ses paroles, mais elle était momifiée... À cause de moi, d'ailleurs. Je lui promis juste de revenir la voir régulièrement et que je ne l'oublierai plus jamais, tout en soulevant nos mains liées.

Merci, vraiment. P-plus jamais je ne t'oublierais et... Je reviendrais. Le plus souvent possible.

Puis, elle me surprit en s'exclamant qu'elle connaissait l'enfant qui semblait complètement perdu. Finalement, elle ne le connaissait pas vraiment, mais l'avait juste vu, sur le toit, pendant notre combat. Lorsque j'avais attaqué avec mes boules de feu. Je n'avais pas vraiment prêté attention au reste de la caserne pendant notre combat, j'vais voulu me concentrer pour gagner et avoir les informations que je possédais désormais. Ceci dit, j'aurais dû faire plus attention, qui sait ce qui pourrait m'arriver un jour si je ne faisais pas attention à l'environnement pendant un duel ? En bref, l'inconnu n'avait rien à faire là, apparemment. Un coup d'oeil au médecin me conforta dans cette idée, car il n'avait pas l'air inquiet pour le jeune. Je marchai en direction de celui-ci, lorsque je lui parlai.

Si tu vas mieux, je vais t'accompagner à l'extérieur. Et ne t'inquiète pas, tu es en sécurité avec moi.

Enfin... Normalement. Je n'avais aucune idée de ce qu'il fuyait... Je marquai une pause, me retournai en direction d'Amandil, bloquée dans son lit. Elle n'allait pas pouvoir m'accompagner... Normalement, une journée de plus ou de moins n'aurait pas été grand-chose après dix ans de recherche, mais le fait est que je ne pouvais plus attendre. Je devais aller à Lémuria.

Je rentre chez moi !
Jack Frost
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 12
Date d'inscription : 26/03/2015
Âge : 29
Magie / Malédiction / CS : Ice Make / Magie de Glace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Ven 17 Juil - 17:34
Alors qu'il se remet lentement de ses émotions, Jack grimace légèrement lorsqu'il entend la femme sur le lit lui indiquer qu'elle l'a vu sur le toit juste avant de se prendre la boule de feu, le souvenir lui faisant ressentir une forte sensation de chaleur dans les joues. Il n'en est pas du tout fier... En fait, il en est presque autant fier que d'avoir cru voir Zaléra au beau milieu d'un endroit sécurisé. Du coup, il se contente de baisser la tête, essayant de ne pas trop montrer son trouble, avant de répondre doucement :

"Je... J-je suis désolé p-pour ça, madame. J'ai juste... Enfin, j'ai vu le combat et... Vu que j'aime bien la magie, j'ai p-pas pu résister à... A la tentation de regarder. Je croyais pas que ma p-présence allait distraire quelqu'un..."

C'est le cas de le dire... Habituellement, les gens passent à côté de lui, mais ne regardent que très rarement à deux fois. Être une ombre est facile en fait, beaucoup plus que les différents assassins, espions et autres personnes du même acabit voudraient le faire croire. Porter une tenue neutre, avoir l'air le plus timide, innocent ou effacé possible et en général, garder la tête baissée fonctionne toujours à merveille, surtout sur ceux qui ignorent que même les enfants peuvent parfois cacher de sacrés secrets. Après, cela dépend beaucoup de la zone... Donc, éventuellement, c'est sur qu'un enfant traînant sur le toit d'une caserne des chevaliers runiques et regardant un entrainement ne doit pas courir les rues. Cette idée augmente légèrement la température de ses joues et il commence à tapoter nerveusement les pointes de ses index l'une contre l'autre, se dépêchant de détourner le regard lorsque les deux chevaliers se remettent à parler... Quelque chose lui disant que c'est une conversation privée, si bien qu'il se dépêche de se concentrer sur autre chose, à savoir...

****Zaléra... Je me demande si j'arriverai à le vaincre un jour ? Il a... Presque quarante ans d'avance sur moi. L'expérience et la puissance qui vont avec... Et la cruauté pour s'en servir. Je suis effrayé par son seul souvenir au point de perdre complètement mes moyens dès que je vois quelqu'un lui ressemblant de près ou de loin et en plus, il est aussi dangereux avec que sans magie...****

Ce souvenir le fait frisonner. Se rappeler de l'effet du sort sur sa grande soeur ne le met plus dans une rage folle comme avant, mais il ressent toujours cette impression de vide et de culpabilité. Quant à l'épée d'obsidienne ornée de diverses runes rouges... La cicatrice qu'elle lui a laissé est peut être actuellement cachée sous deux épaisseurs de vêtements, mais il sent d'un coup chauffer désagréablement, ses mains se crispant légèrement. Il ne peut pas douter, pas maintenant. C'est beaucoup trop tard pour reculer. Cette idée en tête, il inspire légèrement pour essayer de se reprendre et rouvre les yeux, sursautant lorsqu'il se rend compte que l'homme aux cheveux bleus s'est rapproché de lui et lui indique qu'il peut le raccompagner à l'extérieur s'il va mieux et qu'il n'a rien à craindre avec lui, ce qui ne manque pas d'arracher un léger sourire à Jack. Vraiment ? Cet homme est fort, oui, mais... Il ne peut pas s'en empêcher : alors qu'il se lève pour suivre le chevalier, il demande innocemment, essayant surtout d'oublier sa légère peur restante :

"O-oh ? Vous... Vous devez être fort si vous... V-vous pouvez vaincre un criminel de ce niveau. J'ai... J'ai entendu dire que Zaléra n'était pas... N'était pas un adversaire facile."

Presque aussitôt, il regrette d'avoir ouvert la bouche et surtout, d'avoir prononcé le nom. Certes, son père est à Fiore Est d'après ce qu'il a entendu dire, mais à part lui, il n'y a que très peu de personnes que ce monstre pourrait rechercher. Si jamais le jeune homme a entendu parler de son prénom d'origine : Miraak... Ça risque de mal tourner. Mais c'est un peu tard pour les regrets et du coup, il continue doucement, essayant de ne pas montrer sa gêne :

"Enfin, les chevaliers doivent être forts, p-pas vrai ? Donc, peut être..."

Finalement, il soupire, préférant se taire avant de regarder la jeune femme sur le lit, se préparant à suivre l'homme aux cheveux bleus. Il sourit timidement avant de murmurer :

"Encore dé... Désolé. J'espère que vous... V-vous remettrez vite..."

Spoiler:
 
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Sam 18 Juil - 18:35








    Je le voyais hésiter à me prendre dans ses bras, l'idée qu'il le fasse rendait mon visage rouge tellement j'étais gênée cependant comme j'étais momifiée, je pense que cela a dû le freiner. Malgré tout j'étais très heureuse. Après mon discours sincère pour lui remonter le moral, Kenta m'avait promis qu'il ne m'oublierait pas à nouveau. Rien que pour ça j'étais contente, se sentir aimer par quelqu'un que j'aimais beaucoup. Même mieux il m'avait dit qu'il viendrait le plus souvent possible me voir. J'affichais un sourire radieux à mon interlocuteur.
    Le gamin s'excusa auprès de moi pour m'avoir distrait. Je lui ébouriffai ses cheveux tout en lui répondant.
    « Ce n'est pas ta faute gamin, j'aurai dû rester concentrer sur mon combat. Ne t'inquiète pas. »
    Je vis Kenta se lever et me regarder étrangement, puis il déclara qu'il rentra chez lui. Non, j'avais promis de l'aider, il n'allait pas me laisser là, toute seule, alors que je voulais l'aider. Le souvenir de l'île me rappelais justement que s'en était une, deviner ce qu'on doit traverser pour y aller ? La mer, j'en avais une sainte horreur, le simple fait d'y penser me fis légèrement trembler de peur. J'étais partagée entre ma promesse d'aider mon ami et une de mes peurs
    Penser à Lémuria raviva des souvenirs comme le fait que je n'avais jamais vu le père de Hoshigaki, à l'époque je pensais que c'était parce qu'il travaillait beaucoup, mais maintenant en y repensant je pense finalement que celui-ci ne se préoccupait pas de son fils. Le père de Kenta avait-il changé avec le temps ? Dur à deviner.
    Je le retins avec mon bras blessé ce qui m'arracha une petite plainte.
    « Fais attention à toi, certaines personnes n'ont pas eu la meilleure des relations avec toi. Ne soit pas déçu si tu rencontres des gens comme cela, qui que ce soit. »
    Finalement, je n'avais pas eu le courage de lui dire que ces gens étaient peut-être comme son père que je suspectais.
    Je lâchai la main de l'écuyer sachant pertinemment que je n'allais pas l'accompagner. Ce qui me rendait un peu triste, mais je le comprenais il voulait résoudre son problème seul.

    Je n'écoutais pas ce que disait le dénommé Jack Frost , juste entendu le mot Zaléra. Bizarrement ce nom me disait quelque chose sans pour autant trouver l'origine du souvenir.
    Le garçon s'excusa encore une fois et me souhaita que je guérisse vite.
    « Il ne faut pas que tu t'inquiètes mon petit bonhomme, un jour ou deux et je suis sur mes deux pieds. »
    Je levais mon pouce vers le haut pour dire que j'allais mieux.




    [/color]



_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 428
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 19
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   Mar 28 Juil - 0:09
O-oh ? Vous... Vous devez être fort si vous... V-vous pouvez vaincre un criminel de ce niveau. J'ai... J'ai entendu dire que Zaléra n'était pas... N'était pas un adversaire facile. Enfin, les chevaliers doivent être forts, p-pas vrai ? Donc, peut être...


Zaléra ? Inconnu au bataillon. Il était peut-être fort, plus fort que moi, mais ça ne m'empêcherait pas de le combattre s'il devait faire du mal à un gosse. Et puis... Non, chevalier ne rime pas avec force. Chevalier rime avec valeurs. C'est pour cela que nous sommes opposés aux criminels, le plus souvent. L'honneur est la première des vertus, mais il y a aussi le courage et la bonté. Je ne dis pas que les criminels en sont dénués, mais leur coeur est rarement plus pur qu'un chevalier. Il existait bien des chevaliers parmi les mages noirs, après tout. Et puis, de toute façon, ce n'était pas faux : les vertus chevaleresques sont une force. Quoique ce n'était certainement pas elles qui nous permettaient de vaincre les fourbes. En revanche, c'étaient en elles qu'on puisait l'énergie qui nous permettait de nous battre contre le mal.

Encore dé... Désolé. J'espère que vous... V-vous remettrez vite...


Les mots étaient adressés à ma nouvelle amie. J'espérais aussi qu'elle s'en remette vite. J'allais partir sans elle, il fallait bien qu'elle puisse me rejoindre rapidement ! Mais bon, je ne me faisais pas trop d'illusions non plus, on allait probablement devoir faire un autre voyage avant qu'elle ne vienne avec moi, parce que je ne pourrais pas rester là-bas indéfiniment. J'avais encore des responsabilités à Mac Anu.

Fais attention à toi, certaines personnes n'ont pas eu la meilleure des relations avec toi. Ne soit pas déçu si tu rencontres des gens comme cela, qui que ce soit.


Me cachait-elle quelque chose en me parlant ? Ça m'avait tout l'air d'un avertissement dissimulé. J'allais devoir me méfier de quelqu'un ? Bah, ça changerait pas de mes habitudes ! Comme si retrouver mon passé lointain effaçait mes expériences proches ! Ceci dit, je me sentais de plus en plus coupable de ne pas emmener Amandil avec moi, mais on aura probablement l'occasion de retourner sur Lémuria ensemble. Et le fait est qu'elle aurait aussi pu m'en dire plus sur cette mise en garde. Bon, J'avais déjà promis de revenir la voir régulièrement, il ne fallait pas que je m'en fasse trop, j'allais bientôt retrouver mon chez moi, celui qui avait fait l'objet de tous mes rêves depuis plus de dix ans !

Il ne faut pas que tu t'inquiètes mon petit bonhomme, un jour ou deux et je suis sur mes deux pieds.


Elle changeait de sujet ? Il était donc clos, parfait. Bon, par contre, c'était peut-être optimiste de dire un jour ou deux. C'était pas pour rien qu'elle avait été momifiée... Mais après tout, la médecine, j'y connaissais pas grand-chose. Ça se trouve, il existait des pommades anti-brûlures super efficaces ! Il me les faudrait, c'est clair...

Bon... A bientôt.

Je fis un demi-tour sur moi-même, m'assurai que l'enfant me suivait et parti, une larme au coin de l'oeil.

Lorsque je fus sorti de la caserne, le choc était passé et, désormais, je réfléchissais davantage. Qu'est-ce qui m'attendait là-bas ? Était-ce une bonne idée d'y retourner ? Pourquoi étais-je parti ? Amandil ne le savait pas, étant partie avant moi... Surtout que j'avais apparemment quelqu'un qui allait me decevoir. Mes amis ? Ma famille ? Les autres habitants de l'île ? Mais en fait, c'était pas ce genre de questions qui allaient me freiner. La curiosité l'emportait haut la main. À quoi ressemblaient mes parents ? Ma maison ? Avais-je encore une chambre ? Où étais-je allé à l'école ? Toutes ces questions, je n'avais qu'un moyen d'y répondre : me rendre sur place.

Je regardai Jack, à côté de moi, pour finir par remarquer, pour la première fois depuis que je le voyais, que j'avais à peu près son âge lorsque j'avais échoué sur les rives de Pyrée. Il avait du courage pour s'aventurer dans une caserne, qu'importait son objectif. Je n'aurais pas fait la même chose. Ceci dit, je n'aurais pas fait grand-chose non plus...

Bon courage pour la suite, Jack.


Nouvelle destination : Lémuria. C'était parti pour marcher, prendre la mer qui m'avait rejeté et, enfin, trouver les racines que je n'avais jamais vues.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]   

Rencontre à la caserne [Pv Kenta; Jack Frost]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-