Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]

Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 30 Mar - 11:43
Soren s'ennuyait ferme sur le pont du navire servant de QG à la redoutable guilde répondant au nom de Quatro Cerberus. La plupart de ses camarades de guilde étaient partis en mission ou étaient en voyage pour des raisons aussi diverses que variées et il se retrouvait donc en partie seul. Il laissai donc ses pensées dérivées comme une bouée laissé à l'abandon dans une mer tumultueuse. Se retournant afin de faire passer dix secondes de son temps il observa les autres groupes de mages présents. La plupart des personnes présentes étaient d'âge mûres et même si elles aimaient bien le jeune homme et ses farces elle préféraient avoir des discutions sérieuses entre eux. En se rendant au bar de la guilde où il trouverait un stock de tabasco qui lui ferait oublier momentanément sa solitude et son ennuis il capta par inadvertance des brides de conversation. Celle-ci avait pour principal sujet les familiers. Immédiatement, dans l'esprit du garnement apparu une image de Kiri, le Lycaon Misty, de Shina et Ken, des mages jumeaux appartenant aussi à la guilde du cerbère. Ils l'emmenait partout avec eux et il avait entendu dire que les pouvoirs du canidés pouvaient influencer et augmenter celui des deux illusionnistes. Les familiers seraient donc des partenaires à part entière prenant aussi part au combat mais ils étaient sous la responsabilité de leur maître. Il incombait donc à celui-ci de s'en occuper et de veiller à leur bien-être et donc à surveiller que dans le feu de l'action d'un combat ils ne se fassent pas blesser par inadvertance.

Une pensée se forma alors dans l'esprit du mage, celle d'avoir lui aussi un compagnon animal avec lequel il pourrait faire plusieurs missions et pourquoi pas partager un bon verre de tabasco. De plus, la présence d'un être avec lequel on partageait un lien fort chasserait la solitude, chose haïe par Soren. Il se résolut donc à aller chercher diverses informations aux sujets des familiers mais il ne savait pas par où commencer. Il y avait bien entendu le Cerbère qui veillait sur la guilde qui était le familier du Maître mais ce dernier était en voyage quelque part sur le continent de Fiore alors il était un peu difficile d'aller lui poser des questions. Se rappelant qu'il y avait une boutique de familier dans la ville portuaire Soren décida de s'y diriger. Après avoir arpenté quantité de rues et avoir harcelé les autres passants de nombreuses questions il trouva enfin l’établissement qu'il voulait. Malheureusement celui-ci était bondé, une des maîtresse de l'école de la ville avait eut l'excellent idée de montrer aux bambins de huit ans le travail qu'il y avait dans une animalerie et avait demandé au vendeur s'il pouvait accorder une partie de son précieux temps. Néanmoins rien ne se passait comme prévu et à la place d'écouter les explications du maître de l'établissement, les jeunes élèves étaient fascinés par la quantité de créatures se trouvant dans la boutique ce qui exaspérait le commerçant. Le membre de la guilde local regardait aussi les créatures présentes qui soit étaient exaspérés par tout ce bruit soit ignoraient totalement la foule grouillante qui voulait les toucher mais aucune d'entre elles ne lui avait tapés dans l’œil et il désespérait de pouvoir poser ses questions. Une idée lui vint quand il remarqua que la maîtresse d'école criait pour essayer de rétablit un peu d'ordre dans la boutique, il décidé d'utiliser son Solid Script Sound afin de les faire taire il dosa néanmoins la puissance de son sort afin de ne pas leur faire de mal.

Le résultat ne se fit pas attendre. Après le bruit suraigu qu'avait déclenché le mage, tous les créatures sans exception se mirent à vociférer sur lui. Le vendeur ne se fit pas prier pour le balancer dans la rue et lui dire de ne pas revenir avant d'avoir un peu mûri. Se massant le postérieur tout en se relevant, le petit brun se demanda où il pourrait trouver des informations sur les familiers. Il réfléchit quelques secondes avant d'avoir une « illumination ». Il avait vu une fois Kiri former de la brume alors si tous les Lycaons Misty pouvaient faire ça, il y avait de grandes chances d'en trouver dans un lieu où il y avait toujours une quantité importante de brume ! Et il ne connaissait qu'un lieu comme ça : La Mer d'Iridia. Néanmoins, il fallait trouver un bateau qui accepterait de le conduire sur une île de cette étendue aquatique qui avait plutôt mauvaise réputation. Il décida quand même de se mettre en route car qui ne tente rien n'a rien.

Le voyage ne fut pas des plus longs car Soren ne prit pas attention au temps qui filait. Il était occupé à se rappeler toutes les histoires de fantôme et de bêtes féroces qu'il avait entendu. Par exemple, celle d'un marin qui adorait faire le clown. Un jour, lors d'une de ses pitreries un autre membre de l'équipage avait un peu trop bu et dans l'état où il se trouvait il n'appréciait pas du tout l'humour de son camarade. Il le balança alors à l'eau puis, prenant conscience de son acte il se jeta lui aussi à l'eau. Depuis, on dit que si l'on s'amuse à trop faire le pitre sur le pont d'un navire se trouvant sur un certain endroit de la mer d'Iridia, une main invisible nous entraînait sous l'eau. Il y avait aussi cette histoire avec une bête à long cou qui poussait un long gémissement à fendre l'âme à certains moments de la journée. Seul son long cou se terminant avec une tête triangulaire et son dos arrondi se voyait au loin. Malheureusement la brume rendait cette silhouette entièrement floue et quand on s'en approchait elle disparaissait dans les flots avec un énième gémissement triste. Néanmoins, cette dernière histoire intriguait grandement Soren et il se demandait s'il la verrait un jour.

Une fois arrivé à Pyrée, des souvenirs concernant une soirée mouvementée revinrent à l'esprit de Soren. Il les chassa cependant vite de son esprit car s'il était venu ce n'était pas pour ça. Il passa sa journée à chercher un navire en partance pour une des îles qui accepterait de le prendre à son bord. Il trouva enfin son bonheur le soir quand le capitaine remarqua sa marque de guilde. Avoir à son bord un mage de guilde officielle d'aussi grande renommée que Quatro Cerberus était un gage de sûreté. Le capitaine du bâtiment expliqua au jeune homme qui lui et ses hommes étaient non seulement marchands mais qu'ils étaient aussi des aventuriers amoureux de mystères et ils voulaient eux aussi apercevoir l'étrange bête. Ils partirent la nuit tombée car ils estimaient que ça faisait plus « aventure périlleuse mais ultra chouette » ! La navigation nocturne était une pratique peu conseillée et c'était pourquoi Soren était quelque peu inquiété par la suite des événements mais il fut rassuré en voyant que les marins savaient se diriger dans le noir et il admira leur savoir-faire. Cela faisait plusieurs instants qu'ils naviguaient dans la brume mais aucun signe d'une quelconque créature marine. Une soudaine explosion d'écume à bâbord vint briser la tranquillité nocturne et elle fut suivie d'autres explosion écumeuse et cela ne semblait pas vouloir s'arrêter. Grâce aux cris que le capitaine lançait à son équipage, le mage apprit qu'ils se trouvaient en pleine milieu d'une chaîne de volcans sous-marins et qu'il fallait partir de là au plus vite. C'était plus facile à dire qu'à faire car les seuls signes préventifs de la prochaine éruption sous-marine était un tas de bulles et quand on l'apercevait c'était généralement une paire de secondes plus tard que la giclée bouillante faisait son apparition.

Une d'entre elle percuta la coque du navire où ils se trouvaient et Soren qui était alors en chemin pour s'abriter dans les cabines selon les directives du capitaine se retrouva projeté par dessus bord. Il perdit connaissance alors qu'il plongeait dans les flots agités. Quand il revint à lui, il avait la tête qui tournait et un léger mal de crâne. Quand il regarda autour de lui, la seule chose qui capta son attention fut une gigantesque bâtisse se trouvant en plein milieu de l'endroit où il se trouvait. Il se rappela alors avoir entendu des histoire sur une bâtisse fantôme quasi-impossible à trouver et on disait qu'un Dragon s'y trouvait et qu'il protégeait cet endroit des intrus. L'excitation s'empara de lui quand il s'imagina raconter sa rencontre avec un véritable dragon aux autres membres de Quatro Cerberus. La fatigue chassée par cette dose d'énergie, il fonça en courant droit vers la bâtisse et c'est une fois proche d'elle qu'il remarqua combien elle était étrange avec ses sortes de flèches sortant des murs. Cela ne l'empêcha pas de toquer avec force sur la porte.

- Monsieur le dragon !! Je peux entrer !? Eh oh !! Y a quelqu'un !? EH OH!!!!!

Il cria encore et encore mais il n'avait pas de réponse en provenance de ce manoir extrêmement bizarre. Il patienta quelques instants mais n'ayant toujours pas eu de réponse, il ouvrit la porte et rentra dans ce lieu centre de nombreuses rumeurs.

Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 6 Avr - 1:36
Une fois de plus je me retrouvais dans le port du Pyrée, attendant les instructions de notre nouveau Master. Le bâton sénile dont j'avais la charge avait décrété qu'un autre que moi ferait mieux l'affaire pour ce poste en ce moment. Je ne savais pas ce que j'éprouvais le plus, si c'était de la haine, de la jalousie, ou peut-être même un peu de colère envers moi même. Je devais être encore trop faible pour l'alliance Baram et c'est pourquoi j'avais accepté cette nouvelle mission, collecter seul l'impôt dû par les guildes noires pirates voguant en mer d'Iridia. J'avais notamment l'une d'entre elles en tête, un ramassis de crétins tous bons à rien mis à part le fait de piller et couler d'autres bateaux.
Le vieillard que j'essayais de corrompre sur le port ne semblait pourtant pas vouloir m'amener en mer dans la journée. L'envie de le saigner sur place me titillait légèrement mais je parvins à garder mon calme avant de continuer à déambuler sur les docks.
Et oui, non content d'être minables, ces pourritures de rats des mers ne venaient pas accoster d'eux-même pour me remettre leur butin, je devais trouver un moyen de les atteindre. Rien que pour ce désagrément, sans doute tuerai-je l'un d'entre eux, pour l'exemple...


Je finis ma petite promenade devant un navire prêt à prendre le large, les dernières caisses de provisions étant mises en cale. A bien regarder, la figure de proue ressemblait à un calamar muni d'un sabre, un peu comme celui que je pensais être son capitaine. M'avançant vers ce personnage, je tentai de négocier mon voyage avec lui et obtint enfin un accord : 3 jours en mer pour 15 000 jewels... Ce type était déjà sur ma liste de meurtres à commettre avant de rentrer. Je le vis cracher dans sa main avant de me la tendre pour conclure le marché. Avec un dégoût que je n'essayais même pas de cacher, je finis par enterrer notre accord avec cette poignée de main crasseuse...


Des hurlements retentissaient autour de moi, sans doute autant de peur que de haine. A l'aube du deuxième jour de navigation, nous avions enfin trouvé le navire de la guilde noire que je recherchais. Les deux bateaux s'étant abordés, je sautais sur le pont de la guilde qui m'était soumise, sous les yeux injectés de sang de ces misérables raclures. Ouvrant ma paume et la mettant bien en évidence pour leur rappeler qui est le maître à bord désormais, je vis arriver le capitaine pirate devant moi. Un homme avec une petite moustache en crocs, de ma taille environ, portant un tricorne usé par le temps et un long manteau gris, l’œil vicieux et malin. Lui expliquant la raison de ma visite, il fit un signe de la main, envoyant deux matelots que j'aurais pu confondre avec des singes tant leur laideur était repoussante. Un coffre à peine plus grand qu'une marmite fut déposé à mes pieds avec un ricanement de l'assemblée des pirates réunie autour de moi. Dans un soupir, je ramassais mon maigre butin avant de me tourner vers le maître du vaisseau.


- Tu es sûr que c'est tout ce que tu veux me donner ?

- Gamin, ici tu es sur mon navire au sein de Ma guilde alors maintenant, tu dégages avant que je te donne à bouffer aux poissons.

Dans un nouveau soupir, je tournais les talons pour retourner sur le bateau qui m'avait amené en pleine mer. Posant le coffre sur le pont, je vis les cordes et grappins se décrocher avant que le bateau pirate ne commence à s'écarter lentement de notre coque.
Levant la main, je visais le mât du navire qui s'en allait et commençait à me concentrer. Un premier craquement se fit entendre, puis une fissure apparut avant que la poutre de bois ne s'arrache de l'ossature du vaisseau, causant d'importants dégâts en arrachant tous les cordages. Laissant le mât retomber, celui-ci s'encastra à la verticale sur le pont, traversant la cale et brisant la coque à la base. D'après les cris qui me parvenaient, le bateau coulerait certainement d'ici une dizaine de minutes.
Je n'aimais décidément pas ces nouvelles guildes noires qui croyaient pouvoir se rebeller contre les six généraux.

Les heures passaient alors que nous faisions route vers la côte et je contemplais les nuages qui s'amassaient toujours plus rapidement et plus sombrement dans le ciel. Une tempête devait sans doute se préparer et nous risquions de naviguer en plein dedans. Les premiers remous commençaient à secouer le bateau et le vent se levait petit à petit alors que la nuit se préparait à tomber.
Vingt minutes plus tard, nous voguions au cœur d'un enfer maritime, des vagues hautes de plus de cinq mètres s'abattant régulièrement sur le pont. Tout l'équipage s'affairait à maintenir le bon cap sans que le navire ne chavire. Le capitaine hurlait des ordres sans arrêt, tentant de maîtriser le gouvernail. J'avais presque envie de vomir tellement le monde tanguait sous mes pieds.
Des cris attirèrent mon attention à l'arrière du bateau. Un matelot avait complètement pété les plombs et hurlait qu'Elle allait venir nous chercher et tous nous prendre. Un coutelas en main,il entreprenait de tailler les cordages pour que les voiles retombent et que nous soyons happés pour de bon par la tempête. Le regard fou, il se tourna soudain vers moi, brandissant son arme en me dévisageant de ses yeux écarquillés.


- Elle est venue pour toi et Elle nous emportera tous ! Viens à nous, Ô grande Vague !

Je l'observais lever les bras comme s'il priait pour qu'elle apparaisse avant de comprendre qu'il était plutôt en train de les écarter comme pour recevoir quelque chose. D'un bond, je fis volte-face juste à temps pour voir une vague haute comme la cathédrale de Magnolia nous dominer avant d'entamer sa chute pour nous emporter par le fond.

Tout était sombre autour de moi quand je repris enfin mes esprits. Un bruit de porte se refermant me tira de ma torpeur. Crachant l'eau restée dans mes poumons alors que je m'asseyais, je pu jeter un œil aux alentours avant de remarquer que je ne connaissais absolument pas cet endroit. Je me trouvais sur un semblant de plage glacée devant un manoir dont l'architecte qui l'avait conçu devait rentrer d'une soirée bien arrosée à Hosenka. Ce qui me gênait le plus n'était pas tant le fait que des flèches sortent de part et d'autre de cette bâtisse mais plutôt le calme morbide qui régnait autour de moi. Une brume épaisse entourait la plage, me dévoilant uniquement ce manoir.
Désormais debout et sans autre choix que me diriger vers l'habitation, je décidais de m'aventurer prudemment sur cette plage en direction de ce petit château. Arrivé devant une porte d'une grandeur colossale, j'approchais la main pour toquer mais celle-ci s'ouvrit toute seule, m'invitant ainsi à entrer pour me jeter dans le plus parfait inconnu...
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 8 Avr - 20:14
Vous ouvrez la porte et pénétrez dans une salle. Salle qui, rapidement, se révèle être une terre désolée ou des éclairs s'abattent à intervalle régulier. Le temps semble exécrable, le ciel sombre comme la nuit et des tonnerres se brisent contre le sol et font souvent voler en éclat la pierre. Et, au loin, vous pouvez apercevoir des créatures blanches, par groupe de cinq ou de dix, en train de courir en cercle pour des raisons inconnues. Tenant des ventouses par dessus leurs têtes, ils hurlent et crient sans raisons. Deux d'entre eux glisse sur une pierre et s'étale par terre. Malheureusement pour eux, un éclair tombe à ce moment là et les font se désintégrer, ne laissant plus que leurs deux ventouses. Les autres, effrayés, s'enfuient. Mais Dieu sait qu'ils ne tarderont pas à revenir, en courant sans raisons dans tous les sens.

Intervention GM : Vous ouvrez la porte et vous arrivez dans une zone similaire à Angara Island.


Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Dim 14 Avr - 22:00
Soren était victime d'un frisson alors qu'il ouvrait la porte de l'immense bâtisse. Non pas d'un frisson de peur mais un de ceux produits par l'excitation. Cette émotion provenait du fait que le jeune homme qui en était victime était tout excité à découvrir ce qui se cachait derrière cette grande porte. Dans sa tête apparurent divers décors donc la quasi totalités relevaient des souvenirs qu'il avait des illustrations de livres parlant d'habitation de grande taille. Aussi, la vision d'un gigantesque hall blanc avec quantité de verreries faites de cristal côtoyait celle d'une salle carrée avec des escaliers allant en tout sens et qui conduisaient sur de simples portes qui elles conduisaient sur des lieux comptant parmi les plus étranges. Aussi elle fut importante la déception du jeune homme qui fit face à une terre qui semblait à première vu désolé alors que l'image qu'il avait en ce moment en tête était celle d'une luxurieuse jungle qui abritait des conifères de tailles phénoménales. Il resta stoïque un moment et songea même à partir chercher un moyen de rentrer quand un éclair s'abattit juste devant lui. Il prit instantanément peur et lui qui était, dans la seconde précédente, une véritable statue fut soudainement la proie de quantité de tremblements. Son faciès n'exprimait plus que de la peur et l'on pouvait noter la présence de quelques larmes d'effroi qui commençait à couler sur ses joues. La seule envie qu'il avait à présent était celle de prendre la fuite mais son corps ,victime lui aussi de la peur, ne lui obéissait plus et refusait d’esquisser le moindre mouvement. Hormis les tremblements.

C'est alors qu'il nota la présence de drôles de silhouettes blanches au loin. Il fut étonné de trouver des sources de vies dans cet endroit où le danger tombait de manière imprévisible et impitoyable, les morceaux de rochers dût aux impact en témoignaient, du ciel. Plus grande fus sa surprise quand il s'aperçut que ces êtres étaient en groupes. Certes, en groupe de cinq ou dix individus tout en plus, mais en groupe quand même ce qui témoignait d'un semblant de conscience collective chez ses drôles de trucs blancs. Soren pénétra lentement dans la pièce dans le but d'établir un quelconque contact avec les créatures. Il avait la tête levée afin de voir si un éclair naissait au-dessus de lui mais le claquement soudain de la porte qui se fermait, obstruant ainsi la seule sortie visible pour l'instant, le fit sursauter. Dans sa panique, il glissa sur le rebord d'un caillou et s'étala de tout son long. Gêné, il observa les habitants de la pièce qui tournaient en rond afin de savoir s'il les avaient dérangés d'une quelconque manière mais ils continuèrent indifféremment leur drôle de danse comme si le mage n'existait pas pour eux. L'individu en question se releva en époussetant ses vêtements déjà mis à mal à cause de naufrage mais quand il releva la tête, il vit l'horreur. Deux éclairs s'abattirent sur une paire de pauvre créature blanchâtre ne laissant derrière eux que de simples tas de cendres fumants avec des objets à côté. Soren couru à toute vitesse de manière instinctive vers les lieux de la tragédie afin de voir si quelque chose là-bas pouvait lui fournir un moyen de venir en aide à ces victimes de la colère du ciel.

Celui-ci continuait de gronder indifférent à la tragédie qu'il venait de causer, comme s'il était normal de réduire des...trucs blancs en cendre. Si ça se trouve, ils avaient une famille et celle-ci les pleureraient. C'est alors qu'il remarqua que les objets se trouvant proches des tas de cendres étaient des ventouses. Les empoignant toutes les deux, il les les examina afin de savoir à quoi elle pourraient servir en ce lieu. Il se souvint alors que les ventouses avaient un bout en caoutchouc et que puisque le caoutchouc ne conduisait pas l'électricité cet ustensile servant principalement à récurer les toilettes fournissait une certaine protection face au déferlement électrique propre à ce lieu. Dans le but d'établir un contact avec les compagnons des deux tas de cendres, Soren se leva et ne les trouvant pas du regard, se demanda comment ils pourraient les attirer ici. De loin, il les avaient vu danser bizarrement alors peut-être qu'en exécutant la même chose, ils viendraient près de lui. Ne pouvant faire le même genre de danse qu'eux, car ils étaient plusieurs quand ils la faisaient, le mage de Quatro Cerberus décida d'avoir recours à une de ces propres danses. Danse qu'il avait élabora avec des amis alors qu'ils étudiaient la magie à Crocus. Il se souvint alors de toutes ses séances passées à trouver une chorégraphie digne de ce nom, de trouver des paroles entraînantes. Tant d'heures où la sueur avaient coulées afin que lors du spectacle de fin d'année ils purent être synchrones devant leurs familles et le reste de l'école le jour de remise des diplômes. Des larmes coulèrent une nouvelle fois sur ses joues mais cette fois-ci ce n'était pas des larmes de peur mais de fierté.

- Les amis *snif* je suis fier de *snif* présenter au monde entier, notre danse *snif* le fruit de notre travail acharné !!

S'essuyant les yeux, il se mit debout et tandis que ses yeux s'emplissaient de détermination, il se mit en position. Il prit les ventouses et les tint fermement avec ses pouces tandis qu'avec le reste de ses doigts il imiterait les oreilles d'un lapin. Puis durant tout le long, il se dandinerait de droite à gauche en exagérant au niveau de son bassin. Puis il chantera de toute ses forces : Oh oh oh ah wa !!! Oh oh oh ah wa ah !!! Oh oh oh ah wa !!! Oh oh oh ah wa ha !!!



Il se déchaîna littéralement comme si sa vie était en jeu ! Comme s'il était sur une scène devant des milliers de personnes et que s'il ne faisait pas une bonne prestation il se ferait lyncher afin d'être lynché par une foule enragée qui l'écartelait tout en lui faisant avaler des cornichons enduits de sauce tartare.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 20 Avr - 0:52
Aucune dalle en marbre, pas la moindre verrerie ni le moindre tapis, aucun escalier ou lustre si gros qu'il pourrait tuer un vulcain en se décrochant du plafond. Pas la moindre marque de richesse n'émanait de l'endroit que je venais de découvrir en ouvrant la porte puisque je me retrouvais ainsi dans... un désert sombre dont le ciel était peuplé de nuages noirs vomissant des éclairs en permanence.
Le ciel ? Dans un manoir ? Mais c'était impossible, comment pouvait-on voit le ciel à l'intérieur d'un manoir ? Quelque chose clochait dans cette pièce et cette impression se confirma lorsque la porte se referma brutalement dans mon dos, m'obligeant à m'insérer pleinement dans ce lieu peu accueillant. Le grondement du tonnerre ne me laissait pas indifférent, surtout quand je notais que les éclairs apparaissaient très souvent et peu loin de l'entrée de la pièce.
Tournant la tête pour tenter de rouvrir la porte, je fus stupéfait de constater qu'elle n'était plus là et qu'il n'y avait même pas de mur dans mon dos, juste ce terrain désolé s'étendant à perte de vue.
Pourtant, je devais bien venir de quelque part, je n'avais ressenti aucun effet de téléportation..

Décidant de partir en exploration afin de trouver des réponses et une sortie notamment, je pus observer plusieurs groupes de créatures blanches courir dans tous les sens au loin. Trait pour le moins étonnant, ces demi-portions poilues brandissaient des ventouses pour déboucher les sanitaires, comme si ces objets étaient des reliques pour leur peuple.
Alors que deux de ces créatures trébuchèrent et lâchèrent leur ventouse, elles furent transpercées de part en part par un large éclair, ne laissant qu'un petit tas de cendres s'éparpillant immédiatement au gré des vents.
Je vis alors un jeune garçon s'approcher et prendre les deux ventouses avant de se lancer dans une danse assez déroutante.
Surtout, je ne pouvais même pas imaginer la probabilité de rencontrer quelqu'un ici, et encore moins quelqu'un décidant de danser dans ce chaos électrique.

M'avançant vers lui pour lui demander ce qu'il faisait et si je pouvais avoir des renseignements sur le lieu dans lequel nous étions enfermés, je pris la peine de me mettre sur la défensive, prêt à bondir et me battre en cas de souci avec ce type.
La danse qu'effectuait le garçon devant moi ressemblait à celle des créatures ayant fui quelques instants plus tôt. Décidant de l'interpeller, vu qu'il semblait savoir quoi faire, j'élevais ainsi la voix :


- Hey ! Tu connais un moyen de sortir d'ici ? Je crois que je me suis perdu... Et qu'est-ce que tu fais à danser avec ces ventouses ? Tu peux m'en passer une pour que je me joigne à toi ?

J'avais vraiment dit ça... J'allais danser avec une ventouse à la main et un gamin à côté pour me protéger des éclairs et tenter de repartir de cet endroit étrange. Heureusement que le ridicule était moins mortel qu'un éclair...
Devant le manque de réaction du garçon qui ne semblait pas m'avoir entendu, je levais la main et avec une petite pression magique, je lui arrachais une ventouse des mains pour en posséder une aussi, comme chacune de ces créatures immunisées, sauf celles qui ont fait tomber leur ventouse, contre les éclairs de cette région ou pièce du manoir. De toute évidence, j'avais ainsi attiré l'attention du garçon qui me regardait étrangement. Tendant de détendre l'atmosphère et m'en faire un allié, au moins le temps que je sorte de cet endroit qui ne m'inspirait guère confiance, je lui exposais ainsi mon plan :


- Si tu penses qu'il faut danser comme ces créatures pour ne pas finir électrocutés, je veux bien me joindre à toi, j'ai bien observé ta chorégraphie. Pour ce qui est de sortir d'ici, tu as une idée ?

C'était vraiment bizarre, je n'avais jamais entendu parler de manoir de cette sorte, dont les pièces pouvaient nous emmener dans des lieux aussi étranges et hostiles. De plus, j'avais l'étrange sensation d'être épié. Levant la tête puis tournant rapidement sur moi-même, je pus pourtant constater que personne n'était présent dans les alentours, à part le garçon et moi.

- Pour la présentation, je m'appelle Rei, ça sera plus facile de coopérer si on sait au moins comment s'appeler.

Levant la ventouse, j'entrepris tant bien que mal de reproduire la chorégraphie du garçon, tremblant parfois lorsqu'une décharge électrique fendait l'air trop près à mon goût. Cette journée risquait d'être très longue...

Spoiler:
 
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mer 24 Avr - 21:41
Les lapins, comme ils en avaient l’habitude, couraient à gauche et à droite en hurlant à va-tout, sans se soucier ce qui se passait. Les deux pauvres créatures qui avaient été foudroyés et transformés en tas de cendres ? Pas graves. Quand deux d’entre eux disparaissaient, vingt autres réapparaissaient. Un jeune homme fit finalement son apparition et tous les regards des « monstres » se retournèrent vers lui. Ils étaient naturellement curieux et croiser un garçon ici, chose qui n’était plus arrivé depuis des années – le dernier en date, dans leurs souvenirs, était un jeune blond qui se mit à les haïr, pour des raisons qu’ils ne comprenaient pas car ils étaient bien trop bêtes pour cela -. Alors du coup, ils fixaient le jeune homme sans sourciller, sans bouger, sans parler, de loin. Et ils étaient plus curieux que jamais lorsque celui-ci se mit à pleurer sans raisons.

Puis soudain, Soren se mit à danser. Il fut rapidement rejoint par un autre homme qui semblait être au moins aussi perdu que le premier. Ces derniers s’échangèrent quelques mots, avant que les lapins, silencieux comme jamais, se mirent à rire, puis hurler de rire avant d’accourir vers les deux mages : « BWHAHAHHAHGHAHWHHAHAA » criaient les bonhommes, arrivant rapidement au niveau de Soren et de Rei. Et, sans attendre quoi que ce soit, ils se mirent à danser et à se pavaner comme l’idiot qui se trouvait devant eux.
C’est au moment où tout le monde était en feu qu’un nouvel éclair fendit le ciel et foudroya deux ou trois pauvres bestioles. Les survivants bondirent en arrière, les yeux grands ouverts et à moitié surpris, puis fixèrent les nouveaux tas de cendres. Ils se retournèrent ensuite vers les visiteurs, l’air pas très content.

« BWHAHAHAHAYAAAAAAA » hurlèrent les bestioles comme une seule voix, avant de sauter vers les sorciers.



Vingt Mad Rabbit avec 200 de PM, ainsi qu’un Bad Mad Rabbit (le chef de la bande) d’une PM de 1500 sautent sur vous.

Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Dim 28 Avr - 16:18
Soren était à fond dans sa chorographie, il y mettait toute son âme et les éclairs qui tombaient à ses pieds ne le dérangeait nullement. Au contraire, afin de vaincre sa peur de se faire foudroyer il pensait très fort qu'ils servaient d'éclairage et qu'il était sur une scène. C'était pourquoi il se pavanait avec tant de panache, il se croyait la star d'un show et s'imaginait que si le spectacle ne plaisait pas aux spectateurs,inexistants, ils allaient se déchaîner. Ils iraient jusqu'à balancer quelques tomates moisies et autres produits alimentaires néfastes sur le pauvre danseur. De plus, ils considéreraient les inventeurs de cette « œuvre d'art » comme des êtres inférieurs et la honte seraient pour toujours sur eux et cela il ne le permettrait pas. Il serait le seul sur la scène !? Soit ! Il ferait de son mieux ! Il serait le représentant du futur de lui et de ses amis !? Soit ! Il accomplirait sa tâche et apporterait la gloire et l'honneur sur eux tous ! Jamais il ne laisserait ces précieux moments de partage, de bonne humeur, de camaraderie et de travail sombrer. Il allait fièrement danser le Caramelldansen ! L'origine de ce nom ? Elle était toute simple.

*Flashback On*

C'était une après-midi calme où il n'y avait pas cours car la plupart des professeurs étant mage, ils étaient souvent occupés et vu que le groupe était essentiellement composé de camarades demeurant dans la même classe cela rendait les choses plus faciles. Ils étaient donc dans la salle de classe qu'ils avaient réservés pour leurs répétitions quand la question du choix du nom de leur projet et un joyeux bordel auditif se déclara. Ils faillirent bien par se battre entre eux quand la tête calme et pensante de leur équipe fit claquer son fouet afin de rétablir le calme dans la salle. Vu qu'elle était crainte autant que respectée, ce ne fut pas dur. S'en suivit une discutions dans le calme, dans la menace d'un coup de fouet, que les jeunes gens discutèrent calmement, sous la crainte de se faire fouetter.

- Je sais on l’appellera Chocolat-Vanille-Fraise-Menthe-Tabasco!!
- Soren, c'est complètement stupide comme nom et pourquoi des parfums de glace ? Attends...ça existe depuis quand la glace au tabasco!?
- Parce que c'est bon pardi!
- C'est ça et pourquoi pas Caramel?
– Oh ouais Caramel, ça sonne bien!
– C'est ça et pourquoi pas rajouter Danse dedans vu que c'en est une?

La majorité de l'attroupement regarda fixement leur ami qui venait d'avoir, à leurs yeux, une grande idée et s'en suivit un vote sur les différentes combinaison et ce fut le nom de Caramelldansen qui fut gardé. Le jour de la représentation, tout le monde crut à une blague surtout quand les vedettes étaient venues déguisées en morceaux de caramel mais cela connut quand même un franc succès.

*Flashback Off*

Ce souvenir agréable aux yeux du jeune mage officiel avait quelque chose de sacré à ses yeux car ce moment a été une des preuves de leurs unité et de la cohésion et de l'amitié qui régnaient entre eux. C'est alors qu'il se demanda ce qu'ils étaient devenus. Il savait que quelques uns d'entre eux avaient rejoint une autre guilde officielle, il était d'ailleurs déçu d'être le seul de sa promotion à être aller à Quatro Cerberus car quasiment tout le monde en était au courant à force de se le faire faire rabâcher sans cesse. Quant aux autres il avait très peu d'informations sur eux mais il savait au moins qu'un d'entre eux ai rejoint les rangs de l'armée runique et cette personnes était considérée comme une sorte de génie dans leur groupe en matière de magie. C'était aussi lui qui avait mit tout le monde sur la voie du nom de la danse et Soren se demandait maintenant si l'armée runique pratiquait celle-ci lors de ses représentations ou de ses spectacles. C'était à cause de cette immersion dans ses souvenirs qu'il n'avait pas remarqué cet homme roux qui s'était approché de lui. C'était cependant la faute de cet éclair tombé juste à côté de lui qu'il ne l'avait pas entendu et s'il n'avait pas eu peur de cet impact situé à à peine vingt centimètres de lui c'était cette fois-ci encore la faute à son immersion psychologique.

Il sentit cependant soudain une sorte de traction au niveau de sa main gauche et celle-ci lui arracha une de ses précieuses ventouses lui servant dans son déguisement de lapin. Se tournant afin de connaître la source de ce petit assaut, il découvrit proche de lui l'homme aux cheveux roux. Surpris par cette soudaine apparition il cria d'une manière un peu trop aiguë pour un jeune homme de son âge et recula d'un pas manquant ainsi de se faire réduire en cendre par un énième éclair. Il décida néanmoins de ne pas fuir, qui sait, cette personne était sans doute aussi perdue que lui à mois qu'elle ne soit un habitant de la plaine. Ou de cet étrange manoir, vu que les deux lieux semblait être liés tous les deux cela pouvait sans doute aboutir au même. Bref, il le fixa afin de déceler sur son visage si cette personne étrangère abordant une chevelure couleur carotte. Néanmoins, il ne semblait pas lui vouloir le moindre mal et au contraire semblait même vouloir apporter son aide. Aide qui serait la bienvenue dans ce lieu vide de présence, hormis eux deux et la horde de rongeures qui avait regardé le jeune homme danser.

- Ok Poil-de-Carotte je veux bien te faire l'infini honneur de danser le très célèbre Caramelldansen à la condition que tu répandes son nom et son style à travers Fiore ! T'es d'accord ? Super !

C'est alors qu'il reçut dans sa tête l'analyse de son cerveau des dernières paroles de cet inconnu. Il eut un petit instant d'absence puis tape avec sa main dans la paume de l'autre avec sa bouche faisant un 0 comme si l'idée de sortir ne lui avait même pas traversé la tête. En effet, il avait plutôt dans l'idée de parler avec les lapins ventouseurs et nul doute qu'après il comptait improviser.

| Bah en fait, si on arrive à parler avec les lapins ils devraient nous renseigner non mais pour ça il faudrait qu'ils viennent et pour ça il faut les attirer avec la Caramelldansen ! Et au pire, on a qu'à trouver une autre porte non ? Si on est entré par une d'entre elle on devrait bien sortir par une autre porte non?

Sur cet entre-fait, Poil-de-Carotte regarda le ciel puis autour de lui comme s'il pouvait voire quelque chose. Il n'y avait de toute façon rien sur cet endroit continuellement frappé par la foudre et pour lui, la présence omniprésente était tout simplement celle des lapins qui continuaient de les fixer au loin. Regardant lui aussi les alentours, il se retourna afin de fixer le rouquin qui se présentait. Ainsi il s'appelait Rei... Ce nom et cette tignasse orange faisait penser quelque chose à Soren mais il oublia vite cette impression en décidant qu'elle venait sans doute d'une marque de carotte qui se nommait Rei. Il eut ainsi l'impression que le hasard faisait de drôle de tour aux gens.

- Moi c'est Soren, Soren Cornick mage ultra-célèbre de Quatro Cerberus Au fait, ça fait quoi d'avoir un nom de marque de carotte et avoir des cheveux comme une carotte qui vient d'exploser ? T'es triste ? Tu veux en parler ? Très bien mais après la danse!!

C'est alors que les voilà tous les deux en train de danser, l'homme roux qui tentait de copier les mouvements du jeux homme qui lui se déhanchait comme un forcené. Ce dernier conseilla d'ailleurs son partenaire en lui disant par exemple de ramener plus les fesses en arrière et de mieux utiliser ses hanches. S'il avait connu sa nature exacte il lui aurait plutôt dit de ramener ses fesses à l'armée pour se rendre et de mieux utiliser sa magie mais passons, pour l'instant il l'instruisait de son mieux afin qu'il fasse honneur au Caramelldansen. Il était entièrement dans son rôle de professeur tellement qu'il était heureux de voir quelqu'un d'autre de converti à cette chose merveilleuse. C'est à ce moment que débarquèrent les lapins blancs. Ceux-ci débarquèrent en rigolant comme s'ils se moquaient d'eux avant de les imiter. Plutôt mal vu qu'ils bougeaient de manière insouciante et bien de trop énergique, il n'y avait aucun rythme à présent et le Caramelldansen en était sali. Les larmes de tristesse qui était nées des yeux de Soren à cause des moqueries dans rongeurs étaient devenues des larmes de joies à la vue de tous ces nouveaux adeptes. Et alors qu'il fermait les yeux transi de joie, un éclair plus violent que les autres s'abattit sur la foule dansante et emporta deux ou trois des danseurs à poils blanc. Tandis que les lapins avaient fait un bon en arrière, le mage lui s'était figé et cette fois-ci c'était des larmes de chagrin qui commencèrent à poindre. Il fixa ensuite les lapins restants avec une bouille de bébé su le point de fondre en larmes quand ceux-ci aussi se retournèrent. Nulle tristesse mais une seule et même envie de se venger du décès de leurs compagnons se ressentit sur eux.

De peur, Soren se réfugia derrière l'autre personne afin que celle-ci la protège, après tout c'était un adulte et les adultes devaient toujours protéger les jeunes enfants des assauts de lapins enragés comme ceux qui leur faisait face. Soudain, il se rappela qu'il n'était pas un simple enfant mais, aussi un,adolescent, mage de Quatro Cerberus et en tant que tel il devait montrer qu'on pouvait conter sur lui. Il se mit donc en position de combat prêt à en découdre.

- Je suis désolé pour vos amis mais nous ne sommes pas responsables alors s'il vous plaît calmez-vous ! Rappelez-vous ce court moment d'harmonie de tout à l'heure ! Nos voix et nos corps étaient en totale désordre c'est vrai mais la forme importe peu, c'est le contenu qui compte et on n'y a tous mit de tout notre cœur non?

Il ne voulait pas les blesser et c'est pour cela que s'ils oseraient faire le moindre geste menaçant envers eux, il leur enverrait à la figure le Solid Script Wind qu'il était en train de préparer. Il serait suffisamment fort pour tenter de décourager ses anciens amis car il ne voulait pas les blesser et aussi il espérait que le dénommé Rei en fasse de même.

Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Ven 3 Mai - 0:47
Poil de carotte... Un sentiment de déception mêlé presque à de la tristesse vint m'envahir à l'ouïe de ce surnom. Et confondre mon prénom avec une marque de carotte, ça devenait de pire en pire. Il fallait dire que j'étais tombé sur Soren Cornick, un des mages de Quatro Cerberus. Bon, au mois savais-je, d'après sa renommée « ultra connue », qu'il était d'un niveau bien plus faible que le mien, puisqu'il ne figurait même pas dans la base de donnée de notre guilde comme menace potentielle pour l'alliance Baram. Mais je me gardais de lui livrer cette information sur un ton suffisamment acide pour lui couper sa bonne humeur. Il semblait vouloir continuer de danser la Caramelldansen pour attirer les lapins qui nous fixaient depuis un moment et je ne pouvais que tenter de lui offrir mon aide afin de trouver une sortie.
Peut-être que ce gamin étrange savait parler le lapin. Pourtant, à voir sa façon de se comporter, ça semblait plus à une vaste farce qu'à une vraie méthode permettant de leur parler.
Pendant qu'il débitait des idées toutes plus délirantes les unes que les autres, il ne réfléchissait pas à mon identité et ne posait pas plus de questions. Je préférais tout de même avoir un compagnon quand j'étais perdu de la sorte, histoire d'avoir toujours quelqu'un à sacrifier en cas de besoin extrême. Et puis il fallait avouer que ce jeune respirait la joie de vivre, quelque chose que je ne voyais que très peu ces derniers temps. Il me rappelait un peu Kalindra, la même énergie et la même simplicité pour regarder ce monde...

Je continuais donc d'accompagner mon nouvel allié dans cette danse... originale pendant que ces animaux munis de ventouses se rapprochaient toujours plus de nous. Je pouvais désormais distinguer leurs regards idiots qui nous dévisageaient et commençaient à se moquer de nous. L'envie d'en tuer un pour que les autres nous craignent et déguerpissent me titillait mais je ne pouvais pas perdre notre seule chance d'avoir des renseignements sur ce lieu et le fonctionnement de ce manoir. Ils affluaient toujours plus, s'agglutinant pour nous observer danser.
Un silence pesant tomba sur notre spectacle improvisé puis dans une série de rires, les lapins déchaînés se pavanèrent de la même manière que Soren et je perdis foi de trouver une sortie devant la crétinerie sans limite de l'initiateur de cette danse combinée à celle de ces bestioles.

Au moins avait-il établi une relation de confiance. Confiance qui se consuma de la même manière que quelques lapins lorsqu'un éclair vint frapper la troupe aux grandes oreilles. D'un bond en arrière, je me mis hors de portée de ce groupe, Soren étant toujours à mes côtés.
D'abord abasourdis, les bêtes aux dents acérées hurlèrent de rage, nous prenant sans doute pour les auteurs de ce meurtre, et nous foncèrent dessus.
Instinct de survie oblige, le jeune mage de Quatro Cerberus se réfugia derrière moi...


- C'est sûr que là, tu fais vraiment mage ultra-célèbre de Quatro Cerberus... Tu es célèbre pour ta couardise ?

Je ne savais pas s'il m'avait attendu mais toujours est-il qu'il revint à mes côtés, prêt à combattre cette petite horde animale.

- Je suis désolé pour vos amis mais nous ne sommes pas responsables alors s'il vous plaît calmez-vous ! 

- Je veux pas te mettre la pression mais je crois que tu leur parles aussi bien que moi je danse. Il va falloir autre chose pour les refroidir.

Visiblement, Soren savait utiliser la magie du Solid Script. Je le vis dessiner le mot WIND, préparant ainsi une attaque ayant pour seul but de repousser nos assaillants sans pour autant les blesser.
Vu leur nombre, j'avais plutôt imaginé en tuer quelques uns pour décourager les autres mais si mon équipier décidait d'adopter une stratégie pour ce début de combat, autant coopérer.
Me plaçant sur mes appuis, les deux bras tendus vers le groupe qui nous fonçait dessus, je concentrais ma magie dans mes mains, prêt à relâcher un flot de télékinésie dans un but uniquement défensif... pour le moment.


- On va se donner un peu d'espace avant de voir comment ça va évoluer. Nenriki no takanami !

Une vague quasi-transparente s'échappa alors de mes paumes pour se diriger à la rencontre des lapins hurlants. Combinée à l'attaque de Soren, notre offensive pourrait suffisamment les repousser pour mettre quelques foulées entre les deux camps et peut-être calmer ces bestioles enragées. Dans le cas contraire, inutile de faire plus de diplomatie, ces lapins finiront en civet avant d'avoir le temps de dire BWAAAAAAH. L'image de Celya en tête, que je m'étais juré de revoir, je ne pouvais certainement pas me faire battre par une bande de lapins portant des ventouses pour toilettes !

Spoiler:
 
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Ven 10 Mai - 12:30
(Gros désolé pour le retard !)

Angara Island était connue pour être l'île aux milles lapins, peuplée par des créatures blanches aux longues oreilles idiotes comme pas deux. Rei et Soren allaient peut-être, dès ce soir ou demain, faire parti des rares élus pouvant se vanter d'avoir atteint cette île et s'en être sortie sans devenir fou. Pour cela, encore fallait-il qu'ils survivent à la frénésie des mad rabbit et de la créature mythique qui dormait quelque part ici.

Pour des raisons incompréhensibles, les lapins s'étaient mis en rogne et avaient tous foncés têtes baissées vers les deux mages, sans avoir pris le temps de constater la différence de puissance flagrante entre les deux groupes. Le résultat ? Une jolie fessée, la plupart des sous-fifres s'envolant après l'attaque combinée des deux utilisateurs de sorts. Seul le plus grand d'entre eux, celui qui semblait être le chef, restait debout. Et après avoir longuement fixé le gars aux piercings, s'avança vers lui et s'accroupit, avant de commencer à se prosterner devant le roux.

"BOUAHHAHWHAAAAA" murmurait le Lapin dans un beuglement bizarrement solennel. Et il fut rapidement suivit par les autres qui s'étaient relevés. Puis après quelques minutes de rituel, ils se mirent en rang.

Note du GM : Une bande de Mad Rabbit se sont prosternés devant vous et vont vous suivre jusqu'à ce que vous quittiez cet endroit.
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 25 Mai - 22:59
Il espérait vraiment ne leur avoir causé aucune blessure, qu'elle soit grave et légère. Ces lapins étaient après tout de simples créatures simples d'esprit à la petite vie tranquille rythmée par la foudre s’abattant sans répit. Il doutait même qu'un quelconque être humain ai pu vivre ici, dans cet enfer électrique au ciel couleur d'ébène. Pour en venir aux lapins, certains furent propulser par la légère bourrasque qu'il avait provoqué, à croire qu'ils n'avaient aucune résistance à la magie. Néanmoins un léger doute lui survint en voyant à quel point l'attaque lui avait parut puissante, en jetant un œil à son camarade à ses côtés il put comprendre qu'il en était l'origine. En effet, ses mains tendues et son air démontrait bel et bien qu'il était à l'origine de la force qui avait boostée son attaque envoyant ainsi valsé la plupart des rongeurs blancs présents. Seul le plus grand d'entre eux avait résisté à l'assaut des deux mages à croire qu'il était lui-même assez fort. Une chose sans doute normale quand on note qu'il a réussit à survivre dans cet environnement hostile et à diriger une bande de ses congénères.

Soren regarda ensuite le rouquin de côté, le dévisageant de manière plutôt impolie. Il lui semblait drôlement fort. Il avait réussi, même s'il avait apporté son aide, à repousser la quasi-totalité des habitants velus de ce lieu à lui tout seul et cela, il en était convaincu, en n'usant pas de la totalité de sa force comme il le lui avait demandé. Il s'interrogea alors des raisons qui avait put l'amener à s'échouer aussi dans cet endroit désolé. Sans doute avait-il lui aussi fait naufrage en voulant tester la véracité d'une quelconque légende et il avait sans doute aussi ouvert la porte menant à ce drôle d'endroit. C'est alors qu'il se passa quelque chose plutôt d'étrange avec les lapins. Ceux qui avaient été envoyés à quelques mètres étaient revenus tandis que ceux qui étaient simplement à terre se relevèrent et tous imitèrent leur chef qui s'était agenouillé devant le mage au long vêtement. Soren n'en revenait pas. Lui aussi avait contribué à l'attaque magique et pourtant nul intérêt n'émanait des bestioles envers lui tellement elles étaient centrées sur son compagnon. Il tourna vers celui-ci un visage désolé où les larmes abondaient.

- Rei-chin *snif* comment as-tu pu ? *snif* Je nous croyais camarade et voilà que tu as convertis ces pauvres décérébrés à poil blancs pour ton seul profit ! Tu es cruel et sans-cœur On aurait put croire qu'il pleurait le sort des lapins mais la réalité en était toute autre. T'aurais pu au moins partager!!!

Il éclata de colère à sa dernière réplique et tourna ensuite le dos à son interlocuteur comme le ferait un gamin au caractère boudeur. Il décida néanmoins qu'il serait utile de se servir de la fidélité affichée librement par les rongeurs pour trouver une autre porte qui cette fois-ci devrait les conduire dans un autre lieu à peu près normal. C'est alors qu'il eut une idée de génie en lien avec une promesse faite. Il farfouilla ses poches et en sortit un crayon classique et une feuille à peu près sèche grâce à la chaleur ambiante provoquée par les fréquentes chutes d'éclairs. Il griffonna ensuite à toute vitesse le papier d'une manière empêchant les autres de voir ce qu'il pouvait bien y faire. Puis soudainement, il se retourna et montra sa feuille à la troupe de lapins et Rei pour qu'ils puissent contempler ce qu'il venait d'y dessiner. Il y figurait une grossière esquisse d'un animal à quatre pattes pourvu d'une paire d'ailes et d'une gueule garnie de dents. Il s'agissait d'un dessin de dragon. En effet, Soren pensait que dans ce lieu mystérieux où le mystère était entier et difficile d'accès pouvait se trouver Grandine, le dragon mystérieusement disparu qu'un de ses amis, qu'il considérait comme un frère, cherchait désespérément.

- Dites les dents carrées, vous avez vu un truc qui ressemble à ça dans les environs ? Vous pouvez m'aider à le cherchez ? C'est un dragon et le trouvez est très important pour un ami et si en même temps vous pouvez nous conduire à une porte ça serait génial!

Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 3 Juin - 1:04
A voir tous ces lapins s'envoler de la sorte, je n'imaginais certainement pas faire autant de dégâts, même si notre attaque avait été un minimum synchronisée. Cul par dessus tête, la majorité des rongeurs s'envolèrent sous la pression du vent et de la télékinésie, retombant mollement les uns à côté des autres. Un seul d'entre eux pourtant était resté et nous fixait d'une manière qui ne m'inspirait pourtant rien de bon. Je sentais le regard de Soren qui s'était attardé sur moi et j'espérais seulement qu'il ne me reconnaisse pas et se mette ensuite en travers de mon chemin. Tout ce qu'il m'importait en ce moment, c'était sortir de cet endroit étrange, avec ou sans l'aide de ce mage. Cependant, vu l'effet occasionné par notre attaque, je devais bien avouer qu'il disposait d'un pouvoir pouvant m'être plutôt utile dans ce manoir.
Les éclairs faisaient toujours rage autour de nous mais ce petit duel de regards ne semblait toujours pas terminé entre le chef des grandes dents et moi. Ce dernier fit un pas dans ma direction, puis un autre et encore un autre, commençant à avancer dans ma direction. Restant impassible mais toutefois prêt à lui en remettre une dose, et bien plus corsée cette fois, j'attendais de voir comment aller réagir cette bête. Au bout de quelques secondes, le chef des Mad Rabbit s'agenouilla puis commença à se prosterner devant moi. De la même manière qu'un chef de meute se soumet lorsqu'un nouveau membre lui inflige une défaite, ce lapin semblait désormais vouloir me servir. Étrange, surtout lorsqu'on comptait Soren à côté de moi qui avait également participé à cette offensive. L'ensemble de la troupe vint rejoindre son chef et se prosterna également devant moi alors que je sentais que quelque chose n'allait pas avec mon coéquipier. Lorsque je me retournai vers lui, je le vis fondre en larme en me regardant.


- Hey, t'as marché dans une... ?

- Rei-chin *snif* comment as-tu pu ? *snif* Je nous croyais camarades et voilà que tu as converti ces pauvres décérébrés à poils blancs pour ton seul profit ! Tu es cruel et sans-cœur !

Je ne le croyais pas... On venait sans doute de se sortir d'une mort quasi-certaine, ou du moins d'une torture que je n'aurais même pas voulu imaginer, et voilà qu'il pleurait parce que je les avait un peu envoyé mordre la poussière...

- T'aurais pu au moins partager !!! cria-t-il enfin avant de se retourner pour bouder.

Alors ça, c'était la meilleure. Je n'avais même pas demandé à ce lapin de se soumettre et voilà que ce gamin me faisait toute une scène parce qu'un lapin crétin m'avait choisi pour maître... Pourtant, l'autre mage ne semblait pas faire que bouder mais semblait griffonner quelque chose d'une manière enthousiaste. Je décidais alors de le laisser faire pour contempler mon petit bataillon. Ils étaient tous plus hideux et idiots les uns que les autres, armés de leurs ventouses. D'un mouvement de la main, je les incitais à se redresser, les voir à quatre pattes me gênait au plus haut point et ce n'était certainement pas dans cette position qu'ils pourraient m'aider. Cependant, ils ne parlaient pas un mot de notre langue et je ne savais pas comment expliquer avec des gestes qu'il me fallait trouver une sortie ou un moyen de retourner sur le continent.
Soren fit alors volte-face en nous dévoilant son croquis, affichant une fierté incroyable pour le piètre dessin qu'il venait d'effectuer. Il me la présenta ainsi qu'aux lapins avant de demander :


- Dites les dents carrées, vous avez vu un truc qui ressemble à ça dans les environs ? Vous pouvez m'aider à le chercher ? C'est un dragon et le trouver est très important pour un ami et si en même temps vous pouvez nous conduire à une porte, ça serait génial !

Plutôt pas mal comme idée, avec un dessin suffisamment clair, la petite meute pourrait sans doute comprendre ce que nous recherchions et nous amènerait sûrement vers une sortie. Sauf que quelque chose me tracassait encore...

- On dirait un rat ailé difforme sur ton dessin. Tu crois vraiment qu'ils vont comprendre quoi que ce soit ? Ils ont un air légèrement idiot quand même... Et s'il n'y avait pas de sortie ?

* Et si nous tombons sur le dragon vivant ici selon toi, que fera-t-on ?* Cette question, je l'avais gardée pour moi mais nul doute que sa réponse constituait ma plus grande crainte en ce moment...
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mar 2 Juil - 20:53
Sur cette île peuplée quasi exclusivement de lapins plus bêtes les uns que les autres il y avait fort à parier qu'ils n'avaient jamais vu autre chose que leur congénère en dehors des pauvres bougres qui se perdent de temps à autres sur leur île. Alors, face au dessin du jeune Cornick, le chef des mad rabbit fit une mine encore plus dubitative que celle qu'il affichait continuellement. La pauvre bête essayait de réfléchir a ce que pouvait bien être cette chose, mais cela lui demandait un effort si intense qu'il fini par s'endormir. Evidemment, comme c'était lui le chef, il fut immédiatement imité par ses pairs et les deux mages ne pouvait donc plus rien tirer d'eux avant leur réveil.
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 5 Aoû - 16:10
Soren n'était pas peu fier de son dessin. Évidemment, à l'école, on avait souvent critiqué la qualité de ses dessins qui, selon les enseignements, n'étaient pas très représentatifs de ce qu'ils voulaient montrer. Quand ils n'étaient tout simplement pas à leur place, sur les bureaux lors des autres cours par exemple. Ce n'est donc guère surprenant que Rei ai en quelque sorte insulté son œuvre représentant un dragon en disant qu'il y figurait plutôt un rat ailé difforme. Ce ne fut pas non plus sans surprise que le jeune homme décida d'afficher une moue contrariée avant de lui jeter un regard noir pour ensuite se détourner de lui et concentrer son attention sur les lapins. On disait que la mémoire aidait souvent à la reconnaissance, qu'elle soit visuelle ou auditive. Si un individu voyait une partie de dessin qui peut sembler ne rien représenter, un autre, qui lui aurait vu l'image complète saurait à peu près quelle partie du dessin en question cela représentait. Il se pouvait donc que les rongeurs, s'ils avaient vu cette légendaire entité écailleuse et volante qu'est le dragon, reconnu l'esquisse qui leur était représenté. Le léger intérêt qu'ils semblaient afficher parmi leur faciès qui exprimait sinon une stupidité sans précédent représentait un espoir important pour Soren. Non seulement, il aurait obtenu une piste pour retrouver la mère de Ren mais en plus, s'il croisait et dialoguait avec un dragon, il pourrait sans doute réaliser un de ces plus grands rêves. Rêve commun à la majorité des Hommes, voler.

Voler, repousser encore plus ses limites et franchir des frontières auparavant établies par l'obligation de se déplacer auparavant par voie terrestre ou maritime. Le jeune homme était tellement perdu dans ses espoirs qu'il avait la tête légèrement penchée vers le côté. Elle affichait aussi un sourire béat où l'on pouvait apercevoir un léger bout de bave qui était quelque peu agité par les brefs éclats de rire provenant, par moment, de sa gorge. Un spectateur externe aurait même pu penser qu'il y avait un léger air de famille entre le mage de Quatro Cerberus et la tribu de rongeur située pas très loin de lui. L'hypothèse d'un quelconque partage intellectuel pouvait aussi être posée. Reprenant ses esprits en secouant sa tête de droite à gauche, chassant ainsi ses rêves d'envol et de doigts vengeurs désignés aux poissons carnivores, Soren reprit contact avec la réalité. Réalité qui était plus décevante que le monde onirique. Là-bas, les nuages étaient d'un blanc laiteux, ici d'un noir semblable à l'ébène de plus, l'atmosphère y était lourde à cause du climat tandis que lorsqu'il divaguait entre deux mondes, il avait presque senti la douce caresse d'un vent printanier. Reprenant complètement contact avec le présent, il repense au pessimisme du roux. C'était vrai que les lapins n'avaient pas l'air de grands intellects mais après tout qui ne tente rien n'a rien non ? Si ça se trouve, cette tribu indigène pouvait leur réserver des surprises et puis il y a la possibilité que depuis le début ils fassent semblant d'être idiots ! Après tout, cela pouvait être une sorte de test afin de voir comment se comporteraient les inconnus qui osaient franchir les portes et ce afin de voir s'ils étaient méritants. Mais méritant pour quoi ? Prenant la position d'un individu en pleine réflexion, ou en pleine tentative d'échappatoire de constipation, Soren se mit à y penser. Il se peut qu'en fait... Les lapins... Soient les gardiens d'un trésor !! Ça expliquerait pourquoi ils feraient passer un test aux arrivants.

Fier de lui pour avoir trouvé la "solution d'une énigme", Soren se mit à hocher la tête avec une aura de suffisance qui l'enveloppait. On pouvait même dire que son égo était fait de lumière vu qu'il rayonnait de fierté envers lui-même. Fierté qui s'évanouit bien vite quand il remarqua que les prétendus gardiens étaient plongés dans un profond sommeil dont ils semblaient loin d'en sortir. La lumière de fierté s'évanouit et la mâchoire inférieure de Soren connue une chute vertigineuse. Il resta ainsi figé pendant quelques secondes avant de se tourner comme un pantin mécanique vers son camarade d'infortune et bégaya quelque chose d'incompréhensible au vu de sa situation actuelle. Remarquant finalement que son interlocuteur ne risquait pas de comprendre quelque chose, il remit sa mâchoire en place d'un mouvement sec puis, après avoir fait craquer quelques-unes de ses articulations, il reprit la parole d'un ton quelque peu accusateur.

- Hey Carotte-chin, t'as fais quoi pour qu'ils s'endorment comme ça ? Arrête de nier, je sais que c'est de ta faute ! J'ai bien vu qu'ils t'obéissaient au doigt et à l’œil alors fais pas l'innocent ! Il s'arrêta de parler quelques instants pour reprendre son souffle pour ensuite reparler, cette fois d'un ton un peu plus calme. Bon, à cause de tes bêtises je vois pas d'autres solutions que de chercher nous-même une porte, je fais un max de bruit quand j'en aurais trouvé une quant à toi, si t'en trouves une bah... Tu me préviens je sais pas comment mais tu me préviens OK !?

Il se détourna et murmura d'un ton vengeur que Rei pouvait sans doute entendre quelques menaces qu'il mettrait à exécution s'il ne faisait pas ce qu'il lui avait dit. Puis, il se dirigea vers le sommet d'une colline en marchant d'un pas rapide tout en regardant à droite et à gauche afin de le pas louper le moindre signe d'une quelconque porte. Il faisait bien attention aussi à brandir comme il le fallait sa ventouse para-tonnerre qui le sauva deux-trois fois de la mort alors qu'il venait à peine d'arriver au sommet de sa destination. De là où il était, il avait une assez bonne vue sur tous les environs. Scrutant avec attention le paysage avec ses mains placées en forme de jumelles, il espérait bien être celui qui trouverait en premier la fameuse porte. Comme ça même s'il n'avait pas une tribu de rongeurs albinos à ses bottes, il aurait au moins le mérite d'avoir trouvé l'issue. Mérite qu'il ne manquerait pas de raconter à bord du bateau soit-dit en passant. Il avait hâte de rentrer afin de raconter ce qu'il avait vécu mais d'un autre côté, il avait envie de rester. Non pas par envie suicidaire ou autre mais par goût de l'aventure et par soif de vivre de nouvelles sensations. Mine de rien, même s'il n'aimait pas vraiment le danger omniprésent que représentait les chutes incessantes d'éclairs, il appréciait le frisson parcourant sa peau et le picotement que leur chute provoquait. à moins que ça ne soit juste un des effets de l'adrénaline.

Déçu de ne finalement rien trouver, il se prépara alors à descendre par le versant opposé d'où il était arrivé afin d'aller pousser plus loin son exploration. Qui c'est, si ça se trouve, il trouvera en bas quelque chose qui lui a échappé en haut. Soudainement, alors qu'il faisait alors bien attention à là où il posait ses pieds, un éclair s'abattit dans son dos le faisant sursauter et par la même occasion perdre l'équilibre. Il finit donc sa descente par un magnifique roulé-boulé qui l'envoya s'écraser en bas. Se remettant difficilement debout tellement les courbatures étaient présentes, il mit un certain temps avant de remarquer quelle sorte de structure était caché sous, ce qui ressemblait d'en haut, un éboulis. Les rochers formaient en fait une sorte de dôme cachant une porte pour ceux qui venaient de la direction de la colline. Se rappelant soudain de ce qu'il devait faire, Soren utilisa un Solid Script Sound afin d'avertir Rei de sa découverte. Malheureusement, cela fit perdre son équilibre à l'un des rochers qui se trouvait au-dessus de cette dernière. Il s'écrasa donc juste devant la porte bloquant ainsi le passage. Ce n'était pas un très gros rocher mais malgré toutes les tentatives de Soren pour le faire bouger il ne s'était pas éloigné d'un pouce du passage. N'osant pas utiliser le Solid Script de peur de provoquer encore plus de dégâts, son seul espoir de sortie résidait maintenant dans Rei qui, il l'espérait, n'allait pas tarder à arriver.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Jeu 8 Aoû - 0:02
Je tirais finalement de ma remarque sur son dessin un magnifique regard noir. Exactement ce que j'espérais, il fallait bien que je le titille un petit peu pour qu'il devienne un minimum sérieux. Pourtant, il semblait toujours aussi fier de son chef d'oeuvre et ne se lassait pas de le montrer à ces stupides rongeurs. Chose d'autant plus étonnante, ces imbéciles sur pattes étaient fascinés par le gribouillis de mon camarade, notamment celui qu'on pouvait considérer comme leur chef. A voir son expression ahurie, je doutais fort qu'il comprenne quoi que ce soit ou qu'il ait déjà vu ce que le piètre dessinateur lui tendait. Quelque chose changeait petit à petit dans son regard cependant, une lueur que nous n'avions pas vu jusqu'à présent et qui grandissait de plus en plus jusqu'à... s'éteindre ?
Je n'y croyais pas ! Le lapin venait de tomber de sommeil devant nous et il arrivait à dormir avec tous ces éclairs qui frappaient autour de nous et cette atmosphère pesante ! Après tout, il vivait ici, c'était sans doute logique que le climat ne le gêne pas plus que ça. Mais quand même...

Évidemment, comme une mauvaise nouvelle n'arrivait jamais seule, l'ensemble de son bataillon le rejoint au pays des rêves. Tous mes espoirs de sortir rapidement d'ici venaient de s'envoler, un peu comme les milliers de grains de roche soulevés par les éclairs naissant de part et d'autre de l'aire de repos des lapins. L'expression de l'utilisateur de Solid Script me fit sourire et je n'eus pas le temps d'effacer ce sourire lorsqu'il tourna sa mâchoire décrochée vers moi. Sans doute était-ce pour cette raison qu'il me prit pour le responsable de cette farce.


- Arrête de gémir continuellement, tu vois bien qu'ils sont inutiles et totalement idiots.

J'écoutais le plan qu'il proposait, idée qui n'avait rien de bien surprenant maintenant que nous étions de nouveau livrés à nous même. Chacun partirait donc de son côté pour trouver une sortie et devrait prévenir l'autre. Facile pour lui qui pouvait faire à peu près n'importe quoi de visible avec sa magie mais pour moi, ça risquait d'être compliqué. Je n'avais plus qu'à espérer qu'il trouve cette porte le premier et je le rejoindrai ensuite. Lâchant un ''ouais ouais, c'est ça.'' dénué de toute motivation, je partis dans la direction opposée, gardant fermement ma ventouse dans la main pour ne pas finir comme les deux lapins croisés plus tôt. Soren maugréa quelques menaces à mon égard que j'aurais adoré relever, ne serait-ce que pour le voir se défiler ensuite mais je pensais avant tout à sortir de cet endroit.

Je marchais donc sans grand espoir dans la direction choisie, jetant quelques coups d'oeil au hasard autour de moi, admirant ce paysage chaotique où rien ne vivait à part le ballet foudroyant dansé par les éclairs frappant toujours plus vite et toujours plus violemment le sol de la plaine dans laquelle je me trouvais. Il ne manquait que la pluie pour faire de ce climat une copie conforme de celui de ma ville natale. Parfois, cette pluie me manquait. J'avais toujours rêvé de quitter cet endroit pour ne jamais y revenir mais il était des choses auxquelles nous nous habituions et que nous ne pouvions oublier. Quel habitant d'un désert pourrait oublier le soleil de plomb sous lequel il a grandi ? Qui pourrait oublier le son de la gare de son village ou le chant des oiseaux qui le berçait chaque soir depuis sa plus tendre enfance ?
Je n'avais rien oublié d'Hydralia, de mon berceau. Je ne pouvais effacer la chaleur des hauts fourneaux, le contact glacé du sol d'acier sous mes pieds nus, la raideur des couchettes dans les dortoirs et la nourriture atroce que nous ingurgitions jour après jour. J'entendais encore le grincement des roues mal huilées des chariots transportant les dernières fabrications de l'atelier. J'entendais toujours...

Un grincement affreux ? Le son me tira de mes pensées et m'obligea à me boucher les oreilles tout en faisant attention à ne pas lâcher la ventouse. J'eus à peine le temps de me retourner pour voir un ''SOUND'' disparaître dans le ciel en même temps que la note horrible qui venait me scier les tympans. Il devait avoir trouvé une issue !
Sans plus réfléchir, je me mis à courir vers la source du Solid Script et commençais à gravir la colline qui masquait mon coéquipier d'infortune. Seulement, arrivé en haut, tout ce que je vis fut Soren contemplant un amas de rochers. Je descendis alors en trainant les pieds, désespéré par ce garçon. Plus je m'approchais et plus je constatais que l'auteur du bruit immonde était dans un sale état, peut-être à cause d'une chute. C'était ça... Il s'était tapé la tête et m'avait appelé pour rien. Ça ne m'aurait pas étonné plus que ça mais cette fois cependant, je devais avouer que j'étais totalement à côté de la plaque. Sous un des rochers que j'avais aperçu d'en haut se dessinait une porte. A l'expression qu'arborait le jeune garçon, je n'eus pas besoin d'un de ses magnifiques dessins pour comprendre qu'il avait besoin de moi pour déplacer cet obstacle. Je m'apprêtais donc à lever les deux mains pour dégager vite fait ce gros caillou quand je sentis le manche commencer à me glisser entre les doigts. Refermant les deux mains dessus de justesse avant qu'il ne m'échappe, je vis un éclair s'abattre une trentaine de mètres plus loin, me rappelant le sort qui m'attendait si je me séparais de cet objet. A deux mains, ça n'aurait pas été un souci mais à une main, ça risquait de poser un sacré problème. En tournant la tête vers Soren, je me dépêchais de le mettre en garde avant que je ne fasse un blessé.


- Fais attention et recule un peu, je ne suis pas sûr de contrôler le mouvement du rocher, j'aurais préféré pouvoir me servir de mes deux mains.

Le manche dans la main gauche, la main droite bien ouverte face à l'objet de mon attention, je me concentrais ardemment pour déplacer cette chose, ne serait-ce que d'un mètre, juste de quoi ouvrir la porte et sortir d'ici. Je sentais la magie affluer le long de mon bras pour s'amasser dans ma paume mais les grondements et claquements répétitifs autour de moi me troublaient sans cesse. Fermant les yeux, je pris une inspiration, sentant l'adrénaline monter alors que je m'énervais devant mon premier échec. Je n'allais quand même pas me laisser piéger ici par un foutu caillou !
Lorsque je rouvris les yeux, contemplant ma cible d'un regard meurtrier, ma paume était devenue totalement noire. Je libérais alors silencieusement mon attraction céleste pour attirer le rocher vers nous et nous permettre d'accéder à la porte. Des vibrations parcoururent l'objet l'obstacle visé et j'espérais alors que Soren avait bien écouté mon conseil, si un éclair traversait ce truc alors que j'essayais de le rapprocher de nous, ça risquait de nous exploser plutôt violemment à la figure !
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 21 Sep - 12:07
Ce caillou était un sacré obstacle et pour le jeune homme, il lui semblait qu'il se faisait narguer. Enfin, il avait trouvé une issue pour s'échapper de cet enfer électrique et voilà qu'un amas de minéral lui bloquait l'issue. Il en était légèrement frustré. Il avait donc dévalé cette pente tel un boulapik pour un rien ? Il avait donc endurer l'omniprésente et mortelle foudre pour rien sinon finir en tas de cendre ? Ne pouvant le croire, il se mit à le bombarder à l'aide de cailloux qu'il avait trouvé à ses pieds. La frustration se faisait entendre lors qu'il criait en lançant les projectiles. Il les enchaîna durant un certain laps de temps mais du bien arrêter quand un projectile rebondit et manqua son œil gauche de quelques centimètres et s'écrasa sur son nez. Il fut donc bien obligé de prendre une pause en jetant quelques milliers de regard noir au rocher. Il eu aussi une petite pensée pour son camarade roux. Quand est-ce qu'il allait arriver ? N'avait-il pas entendu le signal ? Avait-il été attaqué par d'autres lapins qui l'auraient pris pour une carotte géante ? Ou par une quelconque autre créature machiavélique hantant cette plaine foudroyée ? Ses pensées s'éteignirent en même temps qu'apparu le concerné, dévalant lui aussi la pente mais sur ses deux jambes. Il avait semblé avoir compris la situation d'un rapide coup d’œil mais Soren ne pouvait s'empêcher de préciser ce qu'il attendait de lui.

-Fe voilà enfin, f'ai fallit t'affendre ! Allez, boufe ce roffer qu'on puisse fartir d'ifi !

Ces paroles ne figurent pas parmi les plus claires qu'il prononça à cause de sa dégringolade et du caillou dans le nez qu'il l'obligeait à serrer ce dernier pour éviter qu'il se transforme en cascade sanguinolente. Ça aurait néanmoins pu faire un duo originale : Bloody Nose et CarrotMan ! Les deux super-mages sauvant les opprimés et rétablissant l'ordre à coup de tabasco et de carottes ! Et gare à leur super technique : Hyper Mega Super Giga Spicy Ginger Carrot ! Sortant de ses pensées à cause des paroles de CarrotMan, il le vit lever une de ses mains vers le gros caillou tandis que l'autre tenait, d'une poigne de fer, leur seul moyen de protection face aux éclairs. N'ayant pas entendu les avertissements, il se rapprocha du mage afin d'observer sa magie à l’œuvre et s'étonna de voir sa main tendu devenir noire. Puis, en se retournant à cause d'un bruit sourd, il vit le déplaisant rocher s'élever dans les airs avant de s'éloigner de la porte qui les conduiraient à la liberté tant attendue ! Néanmoins, les mouvements du rocher semblait confus et voyant l'air concentré de Rei, le jeune mage de Quatro Cerberus décida de l'aider. Raison pour laquelle il envoya un Solid Script Wind de travers afin d'envoyer le caillou surélevé vers le côté. Là où il ne gênerait personne. Content de sa prouesse, il leva le pouce vers son camarade et lui adressa un sourire. Ce faisant il laissa le sang lui couler du nez recouvrant ainsi sa bouche et son menton.

- T'as fu comme fe fuis balèfe moi auffi ?

Il se détourna ensuite de lui pour se diriger vers la porte qu'il commença à ouvrir se demandant dans quel lieu ils aillent à présent débarquer.

Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mer 25 Sep - 0:26
Alors que je maîtrisais plus ou moins le rocher qui était en train de léviter, un courant d'air vint le pousser peu à peu sur le côté, le faisant dévier de la trajectoire que je lui avais imposé. Ce devait sans doute être l'oeuvre de mon partenaire d'infortune mais il m'était impossible de quitter ce gros cailloux des yeux pour vérifier. Lentement, sûrement, le bloc se mouvait vers un espace plus propice à son atterrissage, ce dernier se faisant dans un grand fracas. Et bien oui, garder une telle masse en l'air avec autant de précaution consommait pas mal de magie mine de rien, alors le poser avec le plus grand soin du monde n'était pas à l'ordre du jour. On n'allait pas traîner ici toute une semaine non plus, une porte se trouvait juste devant nous.
Assez fier de mon petit tour de passe-passe, je jetais un coup d’œil à Soren qui m'adressa un grand sourire, presque niais, en levant le pouce en signe de victoire. Un flot de sang assez conséquent s'écoula de ses narines, arrosant ainsi le bas de sa figure et commençant à couler le long de sa gorge. Quel idiot, comment avait-il pu se blesser de la sorte ? C'était un vrai bras-cassé que j'avais récupéré ici...


- Souffle un bon coup pour faire partir le caillot que t'as dans le nez, j'ai pas tellement envie de traîner un inconscient jusqu'à ce que je sorte d'ici.

Il ne m'écoutait même pas, sa bonne humeur emportant sur sa blessure. Un gars étonnant quand même, un peu tête en l'air mais qui gardait son objectif en tête. S'il n'était pas aussi immature, il aurait sans doute un bon potentiel. Soren avait déjà entrepris d'examiner la porte. Pas un merci, pas une remarque gratifiante pour mon coup de main, rien du tout... Ce gamin venait seulement d'ajouter la touche finale à mon entreprise et il s'attribuait la réussite de cette action. Quel culotté, il pouvait être sûr qu'au prochain pépin, j'allais le laisser avec ses problèmes, le laissant me supplier de l'aider avant de remuer le petit doigt. Non je n'étais pas rancunier, mais là tout de même, il y avait un minimum de politesse et de savoir-vivre qu'il avait oublié avant d'entrer ici ou quoi ? J'allais lui envoyer une réplique des plus cinglantes au visage, le genre de pique qui ferait même pâlir Alowin derrière son masque, pour peu qu'elle ne soit pas déjà aussi blanche que les fesses d'un nouveau-né. Toutefois, après de nombreuses observations, il serra la poignée dans sa main et la tourna.

Je m'attendais à un piège comme une décharge électrique, une explosion derrière la porte, une bête qui allait sortir, n'importe quoi qui aurait pu être drôle, du moins si ça arrivait à Soren et non à moi. Une immense déception m'accabla donc lorsque la porte fut grand ouverte, ne laissant rien d'autre apparaître que notre prochaine destination. A vrai dire, la vision était floue, les couleurs se mélangeaient et les formes s'entremêlaient. Nous devions certainement nous trouver en présence d'un nouveau relais, du même type que celui qui nous avait emmené de l'entrée du manoir à ce lieu étrange.


- Bon, mon gaillard, vu que t'as l'air vachement balèze et plein d'énergie, je te laisse passer devant, je compte sur toi pour ouvrir la voie.

Sans plus attendre, le voyant regarder cette ouverture sans s'y engouffrer, je m'avançais et le poussais d'un coup vers cette sortie plus que bizarre. Une fois mon coéquipier disparu, je m'empressais de franchir cette porte, des fois que cet accès magique ait l'idée saugrenue de s'interrompre brusquement. Ma ventouse toujours en main, je me retrouvai ainsi de l'autre côté de la porte, ne sachant aucunement où je pouvais désormais me trouver avec ce petit turbulent qui m'accompagnait dans cette épopée sans queue ni tête.
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mer 23 Oct - 18:00
(désolé du retard)

Vous ouvrez la porte et. Vous vous trouvez au beau milieu d'une tempête de neige, les pieds dans de la poudreuse, un vent et un froid à vous glacer l'échine. Quelques minutes à scruter les environs et vous vous rendez compte que vous avez été téléportés presque au sommet d'une montagne. Au détour d'un petit pic rocheux vous croisez au loin des petits floconnets avec maman Zours qui les accompagnent, mais sans réel danger pour votre sécurité. L'ennui est que sous peine de vous retrouver aussi congelé qu'un glaçon, vous devez rapidement trouver la porte de sortie. Par miracle au loin vous l'appercevez, mais entre vous et votre ticket de sortie, un crevasse aussi profonde que large. Impossible de sauter, et faire le tour risque de prendre du temps. C'est alors qu'au moment de vous décider vous entendez tout proche de vous des cris, un combat entre une Wyverne blessée et une bande de vulcains aussi bêtes que nombreux.


Intervention GM : Vous ouvrez la porte et vous arrivez dans une zone similaire au mont Hakobe.
(6 Vulcains de 1.000 PM / 1 Wyverne de 2.000 PM)

-----
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 9 Nov - 15:41
La première chose que se demandait Soren quand il franchit, d'une manière quelque peu brutale à cause d'un certain coup de pied, la porte trouvée était ce qu'il allait bien pouvoir rencontrer comme nouvelles créatures de l'autre côté du palier. Évidemment, son plus grand espoir était de trouver un dragon mais s'il pouvait trouver des êtres tout aussi fascinant et intéressant, il ne serait pas contre. Il avait bien aimé la compagnie des lapins même s'ils semblaient avoir eu une légère préférence pour le rouquin. Mais, cette fois-ci il rattraperait le coup et ça serait lui qui aurait un groupe de rongeur stupide sous ses ordres et il en profiterait pour les faire ronger la chevelure de son camarade. Après tout, il avait les cheveux orange et il se trouve que les lapins aiment les carottes qui sont elles aussi oranges ! Ce furent les principales pensées de Soren avant qu'il ne tombe le premier le nez dans la neige pour ensuite mourir d'hypothermie...

Du moins, c'est ce qu'une personne absolument charmante aurait imaginé mais il n'en était rien. Le brusque contact contre cette eau sous forme solide le fit se ressaisir tout de suite avec un léger cri des plus virils. Il se frictionna ensuite les bras, laissant ainsi tomber sa ventouse qui semblait dorénavant obsolète dans ce milieu enneigé. En se retournant vers Rei qui venait lui aussi de déboucher dans ce lieu des plus froids, Soren connu un violent éternuement qui projeta le caillou de sang hors de sa narine droit vers la joue de l'autre mage. Marmonnant un "Désolé" tout en claquant des dents, il se détourna pour continuer à observer le paysage la tête rentrée dans les épaules . Les étendues neigeuses et la très basse température très basse lui disaient quelque chose mais il n'arrivait pas à y mettre le doigt dessus. Sans doute en explorant un peu, sa mémoire se rafraîchirait autant que le sang qui s'était gelé sur son nez l'empêchant ainsi de couler abondamment. Il ressemblait maintenant à un clown ce qui concorde parfaitement à son mental ainsi qu'à sa nature niaise. Nature niaise et intrépide qui lui fit partir arpenter la lande enneigée sans savoir s'il serait effectivement suivi par Rei.

C'est alors qu'après avoir marché quelques minutes et contourné un pic rocheux, Soren vit une Zours se promener au loin avec ses petits. Il avait d'ailleurs trouvé toujours ça étrange que de telles minuscules boules de poils pouvaient grandir jusqu'à devenir de puissants mammifères aux capacités à ne pas sous-esti... Ça y est ! La mémoire de Soren s'est enfin rafraichie ! Si cet endroit lui était familier c'était parcequ'il a déjà été dans un endroit similaire. Le Mont Hakobe pour être plus précis. Il y était lors de sa rencontre avec le groupe de mages provenant de Quatro Ceberus il y a plusieurs années de cela alors qu'il était encore plus petit que maintenant. En tant que jeune né à Crocus, il avait adoré comme la plupart la guilde de Sabertooth avec sa réputation d'invincibilité et sa légendaire renommée. L'on disait d'elle et de la guilde de Fairy Tail qu'il s'agissait des guildes les plus puissantes et c'était alors qu'il rêvait de pouvoir un jour appartenir à cette guilde que les hommes de Quatro Cerberus étaient arrivés dans sa vie. Ceux-ci avaient eu tout de suite une apparence de héros pour le jeune homme par le fait qu'ils allaient explorer un lieu qu'il savait, et eux aussi, dangereux. C'est d'ailleurs pourquoi il avait preuve d'un fichu caractère pour pouvoir les accompagner.

Au cours du voyage il les avait bombardé de questions au sujet de leur guilde et puis il en apprenait plus il avait envie de les rejoindre. Cette idéologie de toujours protéger les autres à son détriment lui plaisait et il avait plus qu'envie de voir ce fameux cerbère qui habitait le navire. De plus, ils lui parlaient le soir autour d'un feu des différents membres faisant partie de leur guilde à tel point qu'il avait l'impression de les connaître lui-même. C'était au cours de l'une de ces soirées qu'il avait pu voir à quel point ce groupe de mages était puissant et cela laissait imaginer la puissance des autres. Alors qu'ils bavardaient tranquillement avec un Soren agité, une bande de Vulcains avait décidé de les attaquer afin de pouvoir profiter de leur nourriture. Avec un simple ordre, la groupe s'était mis en position pour défendre Soren et les provisions tout ayant un air assez intimidant afin de décourager leurs adversaires. Le combat n'avait pas duré longtemps, deux-trois échanges avec les mages avait permit aux créatures de voir la différence de niveau et une fois celle-ci apprise, elles détalèrent encore plus vite que lors de leur apparition. Quand ils se retournèrent afin de voir si leur jeune protégé était sain et sauf, ils le virent les yeux remplis d'étoiles. Figé quelques instants par l'émerveillement, il se mit ensuite à rattraper le retard et à harceler de plus belles les mages sur leur guildes. Puis, à chaque fois qu'il y avait rencontre avec un animal féroce, il les encourageait d'une manière suffisamment forte qu'une avalanche se déclenchait. Au bout de la troisième fois, ils en eurent assez et décidèrent de prendre un chemin plus sûr et plus long sans pour autant moins apprécier le jeune homme. Puis, une fois l'objectif atteint, ils retournèrent à Crocus pour ramener Soren qui leur fit à ce moment-là la promesse de devenir un mage et d'intégrer un jour Quatro Cerberus.

Aujourd'hui, il avait remplit cette promesse et avec son voyage intérieur avec ses souvenirs, il était maintenant gelé jusqu'au os et sans l'intervention de Rei qui repoussa toute la neige qui s'était accumulé sur lui il y serait sans doute resté. Car dans son souvenir, il s'était souvenu d'un conseil disant qu'il valait mieux rester éloignée d'une Zours accompagnée de ses petits car elle pouvait se révéler . Inconsciemment, suite à ce rappel de sa mémoire Soren s'était donc allongé à plat ventre dans la neige. C'est alors qu'il fit divers exercices et qu'il couru vers Rei pour le rattraper que Soren songea à peut-être lui laisser un ou deux fidèles en remerciement si jamais il en trouvait... Mais ce n'était pas le plus urgent, ce qu'il fallait avant tout trouver n'était pas un peuple à rendre esclave et à enfermer dans sa cave mais une sortie pour enfin quitter ce fichu manoir qui était de plus en plus étrange. De plus, que Soren avait cette impression difficile à supporter d'être observé. Chose étrange puisqu'il n'y avait pas de lapins qui ont passé la porte à moins que Rei en ai apporté sans qu'il puisse les voir jusqu'à présent. Si c'était le cas, il n'avait nullement besoin d'esclave polaire !

C'était alors qu'il arrivait à cette conclusion qu'ils virent enfin la porte après la longue marche dans la neige. Ayant perdu cet objectif pourtant important de vue, on pouvait penser sans se tromper que le froid ayant limité les facultés intellectuelles de Soren, il ne pouvait plus se concentrer que sur une seule chose à la fois. Le projet d'asservissement de la population indigène locale passa donc aux oubliettes à la vision de cette sortie. Sortie malheureusement inaccessible puisqu'un immense gouffre faisait obstacle. Il était si grand qu'il était impossible de sauter et Rei ne pourrait pas les soulever tous les deux jusqu'à l'autre bout. Il y avait de grands doutes aussi à porter ne serait-ce qu'une seule personne à l'autre bout. Décidant finalement de descendre la parois en escaladant la paroi pour ensuite la remonter, Soren se rapprocha du bord mais fut brutalement interrompu par un rugissement. La surprise manqua de le faire tomber mais il se ressaisit tant bien que mal et se dirigea en compagnie de Rei vers la source du bruit. Il s'agissait en fait d'un combat opposant une Wyverne, que Soren confondit avec un dragon, à une tribu de six macaques. Ne réfléchissant pas un tiers de seconde à la dangerosité et à l'intensité du combat, Soren se précipita vers le groupe de bipède en hurlant comme un dément.

BANDE DE LÂÂÂÂÂÂÂÂCHES !!!!

En effet, pour lui, un combat aussi déséquilibré que celui-ci ne pouvait être l’œuvre que de lâches et il comptait bien apporter son aide à la Wyverne, enfin Dragon pour Soren, pour renverser la donne. Mais il y avait surtout une autre raison derrière son soutien. En effet, son rêve le plus fou serait de voler ne serait-ce qu'une fois à dos de dragon et s'il arrivait à gagner, la créature ailée lui serait redevable. C'est pourquoi, il s'était élancé dans le but de donner un coup de pied au Vulcain le plus proche afin de l'éloigner de la bête qui semblait plutôt blessée. Qu'importe qu'il réussisse son coup ou non, il s'était ensuite mis devant sa nouvelle alliée comme pour la protéger.

Écoutez-moi bien les singes débiles, je suis le grand et illustre Soren Cornick mage de Quatro Cerberus et je défendrais ce dragon au prix de ma vie. J'ai déjà affronté plusieurs d'entre vous et je compte bien continuer si vous insistez !

Il n'en avait pas vraiment affronté mais qu'importe, il était prêt à tout pour défendre le ptérodactyle tout en espérant que le combat commence bientôt. C'était pas qu'il avait froid mais s'il restait trop longtemps immobile il risquait de finir en glaçon.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Dim 10 Nov - 1:15
L'endroit dans lequel nous venions de pénétrer était radicalement différent du précédent. Ici, la neige recouvrait tout ce qui s'étendait à perte de vue, et la vue ne portait pas bien loin en raison des flocons qui tombaient en permanence autour de nous. Je venais juste de franchir la porte et déjà Soren était étalé par terre. A croire qu'il ne tenait pas sur ces jambes celui-là. Il se releva alors, mouillé par cette pluie glacée et se frotta le corps pour tenter de se réchauffer. J'allais lâcher une petite remarque acide quant à ce que je pensais de son agilité mais un éternuement suivi d'un projectile ensanglanté finissant sa course sur ma joue me retint. Du revers de la main, j'enlevai le caillot qu'il venait d'expulser avant de lui jeter un regard plus noir encore que mon manteau. Une sérieuse envie de lui cogner la tête par terre pour lui remettre les idées en place me titillait mais je me retins en pensant qu'il serait sans doute utile pour sortir d'ici. Lâchant ma ventouse également, je poussais un soupir désespéré. De tous les habitants de Fiore, étais-je tombé sur le plus dérangé ?

Après avoir présenté ses excuses, le jeune mage de Quatro Cerberus se remit en route, des gouttes de sang gelées pendant à son nez. Cet endroit ne me disait rien, je n'avais pas pour habitude de m'aventurer dans les déserts ou les contrées enneigées si aucune mission ne me l'imposait. Afin de ne pas rester seul, j’emboîtais le pas à l'utilisateur du Solid script qui filait déjà à bonne allure. Il se stoppa finalement en regardant quelque chose devant lui avant de plonger subitement en avant pour se camoufler. Tout d'abord étonné par sa réaction, je compris ensuite son geste en apercevant une maman Zours accompagnée d'une portée de petits floconets. Immobile, retenant mon souffle, je n'osais pas faire le moindre geste pour éviter d'attirer l'attention et ne pas lui faire croire que sa progéniture était menacée. Heureusement pour nous, le petit cortège continua sa marche pour disparaître plus loin, dissimulés par la neige tombant toujours en continu.

D'une main ferme, je saisis le col du garçon qui m'accompagnait pour le tirer de cette neige qui le recouvrait petit à petit et le remettre sur pied. Une fois cela fait, et après quelques tapes sur ses vêtements pour l'aider à faire tomber toute la neige accumulée, je rompis le silence qui s'était imposé par le passage de la maman Zours.


- T'as pas l'impression que je suis en train de faire ta nounou ? Je te préviens, je change pas les couches alors fais un peu plus attention, ça serait dommage que tu finisses cryogénisé dans cet endroit.

J'espérais au moins qu'il allait regarder où il mettait ses pieds, ça serait toujours un bon début. Le voyant se remuer pour se réchauffer et se débarrasser des restes de matière blanche qu'il portait encore, je me remis en marche, pensant qu'il me rattraperait de toute façon. Mes yeux avaient beau scruter tout le paysage m'entourant, je ne distinguais absolument rien d'autres que des étendues enneigées de tout côté. Mon pied ne rencontra alors aucune résistance terrestre alors qu'il aurait dû se poser sur de la glace ou de la poudreuse. Restant un petit instant en situation de déséquilibre, je baissai aussitôt les yeux pour m'apercevoir que je me trouvais au bord d'une crevasse aussi large que profonde. Je devais sans doute avoir une chance terrible pour ne pas avoir basculé là-dedans. J'allais me retourner pour avec Soren mais il s'était lui aussi arrêté, observant quelque chose de l'autre côté. Mon regard suivit le sien et la porte nous permettant de sortir fut enfin en vue. Le seul problème se trouvait être cet espace que nous ne pouvions franchir entre nous et elle. L'idée de léviter pour me rendre de l'autre côté me vint mais je n'aurais sans doute pas assez de force ni de concentration pour y transporter l'autre mage avec moi. Et même tout seul, je doutais de réussir vu les conditions météorologiques. Il ne me fallait pas tenter le diable de la sorte, ma chance ne durait souvent qu'un court instant. J'eus le sentiment que quelqu'un d'autre que Soren m'observait à cet instant précis, s'amusant sans doute de nous voir progresser avec difficulté dans ce manoir enchanté.

Un rugissement effroyable retentit alors dans cette immensité gelée. Le garçon a mes côtés manqua de tomber dans le ravin en sursautant mais parvint à rester sur la terre ferme. Après lui avoir jeté un regard qui exprimait beaucoup de choses, dont la possibilité d'aller voir de quoi il s'agissait avant de nous concentrer de nouveau sur la porte, nous nous mîmes en route pour savoir d'où venait ce cri. Tout en courant, nous vîmes une forme ailée combattre un groupe au sol. En se rapprochant, je compris qu'il s'agissait d'une Wyverne qui se défendait contre six Vulcains. La nature était cruelle, une pauvre bête était toujours attaquée par une tribu de créatures débiles et dans le cas présent, c'était des singes attardés qui assaillaient une réplique miniature de dragon. L'action qui suivit ne pouvait plus m'étonner maintenant, vu le personnage qui m'accompagnait. Mon compagnon hurla tel un dément avant de se lancer à l'assaut des six vulcains, donnant un grand coup de pied à l'un d'entre eux pour l'écarter de la forme ailée et se placer entre les prédateurs et leur proie.
La seule qui me venait à l'esprit à l'instant présent était qu'il devait certainement être fou. Foncer seul face à six vulcains était déjà peu raisonnable mais tourner le dos à une bête qui pouvait le déchiqueter en un coup de patte relevait de la démence.

Je décidais tout de même de lui apporter mon soutien alors qu'il se présentait de nouveau comme un grand mage, identité bien trop surestimée d'après moi mais cet avis changerait peut-être à l'issue de cette confrontation. Contournant le groupe pour me placer dans le dos des primates afin de rester momentanément caché, j'attendis que Soren capte entièrement leur attention avant de sortir mon pieu de ma manche et de le faire léviter immédiatement avant que l'acier ne se colle à ma peau. Une fois le petit discours du mage de Quatro Cerberus terminé, je fis accélérer le pieu en direction de nos nouveaux adversaires, pointe en avant pour qu'elle transperce le cuir de celui que j'estimais le plus dangereux vu sa corpulence et situé au centre du groupe. Il dépassait légèrement les autres et semblait le plus farouche vu sa position. Mon arme filant droit dans le dos du singe géant, j'espérais sincèrement en finir rapidement avec lui afin d'effrayer la troupe et sauver ainsi la Wyverne.
Toutefois, on était en train de jouer à pile ou face. Soit la créature ailée pourrait nous aider à traverser, soit elle tenterait d'en finir avec nous par la suite pour que nous devenions son nouveau repas. Seul l'avenir pourrait nous le dire mais pour l'heure, nous en étions à nous battre avec des bipèdes carnivores à la réputation perverse.
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 23 Déc - 23:45
Déstabilisés par l'arrivée impromptue de ce visiteur aussi petit que bruyant, les Vulcains se mirent à réagir de la manière la plus spontanée et naturelle qui soit, à savoir, se payer une bonne tranche de rire en voyant Soren défendre leur quatre heure. L'un d'eux attrapa même le pied du jeune mage de Quatro Cerberus pour le pendre tête en bas et le regarder l'air assez niais. Poussant des petits cris de macaques satisfait, beuglant que les enfants n'étaient pas appétissants, il secoua le mage chétif comme un vulgaire morceau de ficelle. Sauf que ce dernier fut vite surpris de trouver cette faible proie en compagnie d'un mage d'un plus gros potentiel. Le pieu de metal noir transperça la dure peau de l'avant-bras du Vulcain tenant le petit mage pour le laisser tomber dans un cri de douleur strident.

Cependant la plus grosse menace ne résidait pas forcément dans le groupe de primates mais également dans la terrifiante créature ailée dont l'une des pattes saignait abondamment. Déployant ses ailes de toute son envergure, la Wyverne poussa un puissant rugissement en direction du corps du mage tombé devant lui. Ne sachant pas s'il s'agissait d'une menace de plus ou d'un allier, la créature s'en tenait à son instinct de survie à savoir l'intimidation avant l'attaque. Sauf que le rugissement eut un impact plus que conséquent sur la zone. Sa puissance était telle qu'il en fit trembler la montagne, créant des éboulements de neiges dans votre direction, puis à la suite du tremblement une véritable avalanche fonçant sur tout le monde.

Qu'allez-vous faire ? Allez-vous sauver votre vie ? La porte de sortie ? Ou une créature blessée condamnée ?

===========

Intervention GM : Suite à la réaction de la Wyverne, une avalanche se profile dans votre direction. Deux choix s'offrent à vous : vider vos dernières réserves pour vous en préserver ou fuir vers la porte en vous économisant mais condamnant la créature.

Le Game Master se manifestera à la fin du tour.
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 28 Déc - 18:37
Soren venait d'ajouter les macaques plus grands que lui à sa liste des créatures qu'il haïssait. La raison ? Et bien, un d'entre eux l'avait empoigné par l'une de ses jambes et secoué sous les rires de ses compagnons. Ah, que l'envie de tous les brûler et les regarder fuir l'habitait en ce moment ! Mais il ne pouvait actuellement esquisser le moindre geste tant il est ballotté. Heureusement que le rouquin l'avait suivi dans sa folle entreprise de combattre ces humanoïdes et défendre le reptile ailé. Son intervention ne se résuma qu'à un simple lancer de pieux. Mais un simple lancer qui réussit à transpercer le bras de l'un de ses singes. Celui qui tenait le pauvre garçon d'ailleurs. Celui-ci atterrit d'ailleurs en plein dans la neige. Mais toute trace de colère disparut de son visage alors qu'il découvrait que l'endroit où il se situait était pourvu d'une neige dotée d'une couleur pas très ordinaire. En effet, au lieu d'être blanche, elle abordait une couleur oscillant entre le rose et le rouge. Suivant du regard la propagation de cette drôle de couleur, il arriva à la patte de la Wyverne. C'était sa blessure qui était à l'origine de ce sang qui était lui-même à l'origine de cette coloration.

Soren resta quelques instants à contempler la créature qui ne tarda pas à faire entendre son mécontentement via la participation abusive de ses cordes vocales. Ce rugissement fit reculer précipitamment le jeune jusqu'à que son dos buta contre l'une des jambes de son camarade. Se relevant tout en s'excusant, il chercha un moyen d'apaiser les choses quand un grondement à la fois lointain et imposant se fit entendre. Il baissa son regard et fixa son ventre en y posant ses mains semblant ainsi croire que c'était lui qui se trouvait être la source de ce bruit. Mais, relevant la tête, légèrement écarlate par la gêne, vers Rei, il s'aperçut que la neige avait un drôle de mouvement derrière lui. En effet, au lieu de tomber de manière légère et continue, il semblait qu'à un endroit elle tombait en masse compact et beaucoup plus vite que d'habitude. Le garnement fit le lien avec les avalanches qu'il connaissait mais n'eu aucune réaction durant quelques secondes. Ce n'est que quand il prit conscience de la dangerosité de la chose blanche qui se dirigeai à toute allure vers eux qu'il eut un hurlement de panique remuant les bras comme un taré. Il tenta de prendre son compagnon par le col mais ne réussit à saisir son manteau qu'au niveau de sa poitrine. Être petit n'aidait pas à secouer les gens.

- COMMENT ON VA FAIRE Y A UNE AVALANCHE QUI NOUS FONCE DESSUS ?! IL FAUT AUSSI SAUVER LA WYVERNE ET LES STUPIDES MACAQUES !!!

Avoir déjà fait face à cette manifestation terrible de la nature ne l'aidait nullement à garder son sang-froid. S'il lâchait enfin son camarade, ce n'était que pour s'accroupir dans la neige pour se frictionner les cheveux, quitte à se les arracher, comme si cela pouvait l'aider. Il ne voyait pas du tout comment faire. Les seules fois où il ai déjà fait face à une avalanche, il était accompagné par des mages plutôt expérimentés et ils avaient les réflexes et les capacités plus que nécessaires pour les sortir de ce genre de pétrin. Hors là, tout ce qu'ils avaient sous la main étaient : un mage plus balèze qui pouvait pousser ou faire bouger les choses, une bonne de macaques stupides avec un des leurs à terre, un reptile ailé qui pouvait leur trancher la jugulaire s'il le voulait et un mage qui ne savait pas où se mettre ni quoi faire. C'était du moins le récapitulatif que se faisait Soren de la situation. Il essaya de se détendre, ce qui n'était pas totalement réussi la menace se faisant de plus en plus proche, et se posa la question : Que ferait les autres membres de la guilde à la place ? Ils suivraient le credo de Quatro Cerberus bien sûr ! Protéger les autres aux périls de sa vie. Assurer la survie des autres avant la sienne. Telle était la volonté des cerbères de Fiore. Une fois cette idée bien ancrée dans sa petite tête, une autre suivi et il en était temps, l'avalanche toquait presque aux portes... Se mettant entre la vague de neige et le groupe d'être vivants que tous composèrent, il parla à Rei tout en lui tournant le dos et en fixant la marée blanche.

- Carotte, désolé de t'embêter ainsi mais j'ai besoin de ta force, peux-tu venir avec moi ? Quant à vous autres, regroupez-vous immédiatement derrière-nous.

Il avait parlé d'un ton calme mais, le léger mouvement de tête qu'il avait esquissé montrait qu'il ne plaisantait pas. Fixant de nouveau sa cible du moment, il ne fit pas attention à la présence ou pas de Rei quand il commença à parler.

- Je pense qu'il est inutile d'essayer de stopper tout ça à nous deux pas vrai ? Même si t'es suffisamment fort, il est juste nécessaire de protéger l'endroit où l'on se trouve. Je vais essayer de faire mon possible pour ralentir toute cette neige puis t'aider à la repousser d'accord ?

Il avait commencé à bouger avant de finir sa phrase mais, ce n'était qu'une fois les explications terminées qu'il commença à agir. L'avalanche étant toute proche, ils manquaient de temps aussi, Soren commença directement avec un Solid Script Hole qui devrait pouvoir, au moins, diminuer le volume de neige de devant. Puis, ce fut un Solid Script Fire qui fut envoyé afin de faire fondre cette dernière.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 30 Déc - 23:39
Alors que je pensais atteindre ma première cible dans le dos, le vulcain visé se saisit de Soren pour le soulever par les pieds et faire rire sa horde. C'était certainement le point que j'avais oublié. Mon attaque aurait très bien pu atteindre ce petit mage si la créature débile qui le tenait s'était écartée. Mais bon, plus de peur que de mal, pour notre camp en tout cas, étant donné que mon pieu se ficha directement dans le bras du bipède pervers. Le hurlement de douleur de l'autochtone suffit sans doute pour faire reculer les autres vulcains de mon piètre allié. Avec un nouveau sort, je fis ressortir le pieu de sa blessure pour le récupérer et me positionnais près de Soren qui commençait à se relever. Restant de profil, de manière à garder un œil sur la wyverne également, j'attendais une quelconque réaction du groupe de macaques. Ce fut notre amie ailée qui se fit entendre la première. Un rugissement assourdissant fut poussé dans notre direction, la bête déployant ses ailes dans une espèce de parade intimidante. L'effet était plutôt réussi. Vu la taille de cette chose et la longueur de ses dents, je doutais fortement qu'une personne saine d'esprit puisse admirer ce spectacle sans reculer.

Mon coéquipier se jeta en arrière sous l'effet de la surprise et de la peur, se heurtant à mes jambes. Dans un profond soupir, je le saisis par le col pour l'aider à se relever alors qu'il ne cessait de s'excuser. Pourtant, malgré les éclats de sa voix, un autre bruit nous parvenait, quelque chose de plus sourd et de plus inquiétant que le simple rugissement de ce faux dragon. Je tournai la tête en direction de ce grondement lorsque je vis la neige dégringoler à une vitesse ahurissante, la vague nous fonçant dessus étant trop imposante pour que nous en sortions indemnes sans réagir.
Alors qu'il me saisissait par le torse, Soren me hurlait tout un tas de choses que je ne pris pas la peine d'écouter. Ce devait être sans doute quelque chose d'incompréhensible, comme la moitié des choses sortant de sa bouche depuis que j'avais échoué devant ce foutu manoir. Toutefois, son timbre de voix changea lorsqu'il se positionna face à l'avalanche.

Aussi improbable que cela puisse paraître, le jeune mage de Quatro Cerberus se mit à donner des autres aux créatures sur un ton posé et demanda mon aide. Il avait en tête de réduire la quantité de neige nous fonçant dessus mais pas forcément de stopper l'avalanche. C'était une idée, critiquable certes, mais une idée quand même. J'en avais une tout autre en tête : attendre que l'avalanche soit suffisamment proche pour qu'il n'ait plus le temps de réagir et léviter suffisamment haut pour me tirer tout seul de cette situation. Le hic résidait cependant dans la suite des évènements. Si j'arrivais à survivre seul, le temps que j'atteigne l'autre porte, je serais sans doute mort de froid.
Ma conscience, aussi minuscule soit-elle, finit par me rattraper et m'incita à apporter mon aide à ce garçon. J'ignorais si c'était de la débilité ou du courage mais il s'était mis en tête de sauver toutes ces créatures.

Jetant un regard à la wyverne et aux vulcains, j'espérais qu'ils n'aient pas la mauvaise idée d'interrompre le plan de notre petit rigolo sinon je n'hésiterais pas à balancer la plus stupide des créatures en notre présence directement dans la déferlante blanche. Je m'adressai alors à ce petit groupe bestial avant de me diriger vers mon camarade.


- Si l'un d'entre vous a l'idée absurde de tenter quoi que ce soit, qu'il courre ou vole vite parce que cette avalanche ne sera rien à côté de ce que je lui réserve.

Alors que je me préparais près de Soren, je le vis créer deux mots. Le premier créa un trou dans lequel pourrait se déverser une partie de la neige qui nous fonçait dessus tandis que le deuxième visait à la faire fondre pour réduire la masse susceptible de nous happer. De mon côté, plusieurs idées défilaient dans ma tête et je finis par choisir celle que j'estimais la moins pire de toutes sans aucun doute. Inutile d'envoyer la sauce dans ce tas de neige, le principal était de résister. Levant les deux bras en direction de l'avalanche, je me concentrais pour visualiser une barrière télékinésique assez large pour couvrir notre groupe et assez haute pour que la neige ne nous recouvre pas mais déborde sur les côtés. Lorsque j'eus enfin l'image désirée en tête, je concentrai ma magie pour qu'elle s'écoule jusqu'au bout de mes bras et finisse par se matérialiser.

- TOOMEI SHOOHEKI !

Ma barrière transparente prit enfin forme, prête à recevoir la masse de neige qui progressait toujours plus vite dans notre direction. Les appuis solidement ancrés dans le sol, j'étais fin prêt pour subir le choc qui s'annonçait terrible. Je ne me préoccupai absolument pas de mes réserves de magie, mettant la puissance maximale pour faire tenir ce rempart invisible et essayer de sortir vivant de cette catastrophe neigeuse.
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 10 Fév - 23:26
Votre louable intention de protéger le groupe entier n'a malheureusement pas trouvé écho chez tout le monde. La bande de Vuclain se dispersa dans tous les sens, frappant leur torses avec leur poings histoire de se donner du courage, mais toute cette agitation les exposes à un danger imminent. En revanche pour vous, votre réactivité et votre coordination eurent raison de la partie frontale de l'avalanche vous fonçant dessus. La grande masse de neige fut chauffée et déviée tout autour de vous et de la Wyverne surprise de vous voir la sauver. Cependant pour vous il y a forcément un revers de la médaille. Bien que vous avez été épargné par cette force de la nature, vous voilà tout deux vidés de votre réserve de magie. La nature contre l'homme, cette fois-ci c'est l'homme qui a eu raison. Pour les vulcains cela dit, c'est une autre affaire. Ci et là vous voyez des paires de pieds poils remuer et sortir de la neige. Ils sont vivants ! Mais amochés.

Dans votre dos vous pouvez sentir très très près de vous le souffle chaud de la Wyverne qui vient donner des petits coups avec sa tête sur Soren. Cette marque d'attention est à la fois une sorte de remerciement et une demande d'aide pour lui enlever l'énorme pieux de bois planté dans sa patte par les Vulcains, l'empêchant de se mouvoir correctement. Allez-y franchement et aidez-là a aller mieux ! Car une fois cela fait, vous vous rendez compte que le chemin jusqu'à le porte est recouvert de neige. Une solution incongrue s'offre à vous, la Wyverne qui peut maintenant se mouvoir décide de vous porter jusqu'à la porte, vous permettant ainsi de réaliser surement un rêve d'enfant qu'est de voler à dos de Wyverne. Une fois à la porte grâce à ce mode de transport redoutablement efficace, la créature ailé s'en retourne dans son antre, vous laissant seuls face à votre destin.

Car lorsque vous franchissez une nouvelle fois la porte, vous vous retrouvez aveuglés par un puissant Flash lumineux qui vous brouille la vue. Et lorsque que vous ré-ouvrez les yeux, vous vous retrouvez face à un plus gros problème encore que tout ce que vous avez pu affronter depuis le début de ce voyage. Vous voilà dans un gigantesque entrepôt et fabrique de... DE PORTES ! Des centaines et des centaines de portes devant vous, toutes différentes et pourtant si ressemblantes. Saurez-vous retrouver la même porte qui vous a menés ici ?

[BONUS MODE ACTIVÉ] Suite au puissant flash Lumineux, vous voilà tout deux sous l'effet d'un puissant sortilège : vous avez échangés de corps ! Sauf que voilà, vous avez une demie heure pour trouver la porte avant que les effets ne soient définitifs !

(Indices : Tout droit devant vous se trouve sur une caisse deux enveloppes avec vos noms sur chacune d'entres elles. Une bleue pour Rei et une rouge pour Soren. La première contient une clef, la seconde une poignée fine. Une fois de plus, seule la coopération pourra vous sortir de ce lieu)

=================

Intervention GM : Activation d'une close bonus. Soren échange de corps avec Rei et Rei avec le corps de Soren. Privés de magie tout deux vu vos réserves. Enjoy o/
Le Game Master se manifesteras dans 2 tours.
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Lun 17 Fév - 2:22
L'impact fut bien pire que ce à quoi je pouvais m'attendre. Mes pieds s'enfoncèrent dans le sol et je commençais à reculer alors que la neige se déversait en continu contre ma barrière magique. L'initiative de Soren avait permis de réduire considérablement la masse blanche qui nous fonçait dessus mais la quantité restante était suffisamment importante pour nous balayer. Ce fut d'ailleurs le cas des Vulcains qui n'avaient sans doute pas intégré le fait que nous pouvions les défendre de ce phénomène. Je les vis sortir de notre protection pour se faire happer par la vague de poudreuse qui filait à grande vitesse. Serrant les dents, je maintenai la pression sur ma barrière pour éviter qu'elle ne cède alors que je perdais toujours du terrain sous l'effet de cette déferlante.
A mes côtés, Soren maintenant un sortilège de feu pour faire fondre le plus de neige possible et réduire l'impact contre notre défense. A voir les gouttes de sueur qui perlaient sur son front, il devait mettre la même intensité que moi. Sans doute pour la wyverne, pour notre groupe mais aussi pour se prouver qu'il avait de réelles capacités. Un brin de folie mais beaucoup de courage quand même. Ce jeune garçon serait sans doute très prometteur s'il n'avait pas autant la tête dans les nuages...

Le plus gros de l'avalanche venait de passer, il ne restait que les dernières coulées qui descendaient dans notre direction. Dans un cri de rage poussé tout autant pour me motiver que pour puiser dans mes dernières réserves de magie, je repoussai l'amas se trouvant devant nous avant de tomber à genou et me faire recouvrir partiellement par la fin de l'avalanche. Haletant, je m'extirpais douloureusement de la neige avant de m'allonger quelques secondes pour reprendre mon souffle.


- On est vivants...

Je ne savais pas si je disais ça pour me rassurer ou pour m'en convaincre. Vivants pour combien de temps encore ? Je n'avais plus aucun brin de magie dans mon corps. Il m'était désormais impossible de penser soulever le moindre flocon de neige avec ma magie. Je me tournai alors pour observer Soren avant de commencer à paniquer. Il n'était pas en vue. Dans un effort surhumain, je me remis debout avant de regarder autour de moi. Plusieurs pieds velus dépassaient du manteau de neige ainsi qu'une chaussure. Je me précipitai alors vers ce pied humain avant de le saisir et de le tirer pour remonter mon compagnon à la surface et lui donner une belle claque pour lui faire reprendre connaissance.

- Hey, t'as bien bossé mais c'est pas le moment de laisser tomber. Ton amie ailée a encore besoin de toi je crois.

En effet, nous avions beau être sains et saufs, la wyverne ne pouvait pas en dire autant. Pour nous le rappeler, elle donna d'ailleurs quelques petits coups de tête pour remuer Soren. Un énorme pieu de bois était planté dans sa patte et l'empêchait de se déplacer à son aise. J'aidais Soren à marcher jusqu'à la patte meurtrie le temps qu'il puisse reprendre ses esprits. Il fallait dire qu'être vidé de sa magie donnait des sensations assez désagréables. Pour ma part, les jambes en coton et l'envie de vomir qui me prenait, ajoutées à la fatigue, faisaient un sacré combo qui pouvait me laissait choir à tout moment. Attrapant le pieu en même temps que Soren, nous nous regardâmes avant de compter ensemble et tirer d'un coup sec. Fermant les yeux de peur que la Wyverne ne décide de nous massacrer sous le coup de la douleur, j'attendis un redoutable coup de patte de sa part qui ne se présenta jamais. Dans un rugissement terrible, celle-ci se recula avant de nous regarder tous les deux comme si elle réfléchissait à quelque chose. Écartant ses ailes d'un air majestueux, offrant une posture incroyablement imposante, elle nous invita à grimper sur son dos en inclinant son cou vers le sol. Inutile de connaître le détenteur du Solid Script pour deviner que malgré toute cette fatigue, des étoiles brillaient intensément dans ses yeux.

- Allé, après toi, ça se voit que tu as du mal à te retenir de courir.

Je montais à la suite du blondinet sur le dos de la Wyverne, grimaçant de douleur en raison de la fatigue et des blessures qu'avait engendré cet épisode neigeux. Le temps de chercher à quoi je pouvais m'accrocher, la bête ailée prit une impulsion terriblement puissante, l'ensemble des muscles de son corps se raidissant pour bondir le plus haut possible. Ses ailes battirent l'air dans un froissement assourdissant et nous prîmes de l'altitude avant que le simili-dragon ne nous emmène vers la seule issue de ce froid polaire. Le froid mordant piquait les yeux et le nez tandis que mes oreilles semblaient avoir décidé de se détacher de ma tête. La neige avait cessé de tomber alors que nous filions à une vitesse décoiffante. Le spectacle me laissait sans voix. Je pouvais monter à une certaine altitude en lévitant mais me déplacer aussi vite et avec une aisance pareille m'était tout bonnement impossible.

Le sol sous nos pieds filait à une vitesse ahurissante et il fallut moins d'une minute pour que nous nous posions à quelques mètres de cette nouvelle porte. Glissant le long du cou de la bête, je fus tout de même heureux de retrouver la terre ferme sous mes pieds. Je m'écartai un peu de la Wyverne avant de la saluer, certain que cette créature avait une intelligence supérieure aux autres peuplant Fiore. Avec le même décollage ainsi qu'un nuage de neige soulevé par l'appel d'air, le monstre ailé fila dans un puissant rugissement. La silhouette de la Wyverne s'estompa rapidement dans ce paysage blanchâtre, nous laissant de nouveau tous les deux face à une nouvelle porte qui nous mènerait sans doute dans un lieu improbable.
Cette fois, pas de coup de pied, pas de bousculade pour la franchir, juste une légère poussée contre le bois après avoir tourné la poignée. Toutefois, alors que nous nous engouffrions dans l'encadrement de la porte pour changer de lieu, une lumière éblouissante vint m'aveugler totalement, un flash blanc m'attaquant directement les yeux. L'instant suivant, des tâches sombres me brouillèrent la vue et je ne savais absolument pas où nous nous trouvions. Je sentais Soren à côté de moi et je me frottai ardemment les yeux pour tenter de recouvrer la vue. La puissance du flash m'avait bien laissée une vingtaine de secondes sans qu'il me soit possible de distinguer quoi que ce soit.

Lorsque les formes et les couleurs se manifestèrent de nouveau clairement, je pus remarquer que nous avions atterri cette fois dans un entrepôt gigantesque. Pas de surprise du côté du climat en tout cas et la température était bien plus clémente que dans la ''salle'' précédente. Chose frappante cependant, des centaines de portes se dressaient devant nous, toutes différentes mais toutes s'ouvrant potentiellement sur un lieu de Fiore. L'une d'elles était certainement notre porte de sortie !
Devant Soren et moi se trouvait une caisse sur laquelle semblait reposer deux enveloppes de couleur différente. Je jetai alors un œil à Soren pour voir s'il allait bien et ce qu'il pensait de cette situation.

Soren avait disparu et se tenait à la place un homme de très grande taille, portant un manteau à nuage rouge comme le mien. Levant les yeux pour regarder son visage, je vis qu'il était aussi roux et portait également des piercings au visage. A moins que... La panique me gagna instantanément alors que j'avançai mes bras pour regarder mes habits avant de me toucher le visage et les cheveux. Oh non... Ne me dites pas que nous avions échangé de corps pendant ce flash lumineux !


- KUSO ! Je commence à en avoir marre de ce foutu manoir et du crétin de propriétaire qui joue avec nous !

Je ne savais pas vraiment si c'était le fait d'être dans le corps de Soren qui faisait que je m'étais lâché ou si j'étais au bout du rouleau mais ça faisait du bien... Exprimer ma colère de la sorte n'arrangeait pas les choses mais ça faisait tout de même un bien fou.
Donc c'était à ça que je ressemblais vu par une autre personne ? Eh ben... je devais avouer que je n'aimerais pas me croiser tout seul dans une ruelle, ça se voyait assez vite que je n'avais pas une tête à aider les vieux à faire leurs courses. Bon encore ça allait, je n'étais pas hideux ni difforme. Après tout, la seule chose qui comptait était le fait que je puisse plaire à Celya. Le reste n'était qu'accessoire.
Par contre, habiter le corps de Soren ne serait pas une partie de plaisir. Il était plus petit, plus maigre et plus fatigué que moi. J'avais envie de lui ordonner de prendre soin de mon corps mais je savais que si je le faisais, inconsciemment il arriverait à faire une boulette. Je me dirigeai donc vers la caisse contenant les enveloppes avant de remarquer que la bleue m'était adressée et la rouge était pour Soren. Quelqu'un jouait donc avec nous. L'impression que j'avais depuis mon entrée dans le manoir venait de se confirmer, quelqu'un nous observait et se jouait de nous. C'était encore plus rageant étant donné que nous étions désormais impuissants, sans le moindre brin de magie pour nous aider.


- Je prends quand même celle à mon nom ! Ah ben tiens, voilà qui va nous être d'une aide précieuse ! Une clef...

Le ton sarcastique que j'avais pris ne laissait aucun doute sur mon agacement. Comment une clef pourrait m'aider à sortir d'ici ? J'avais des centaines de portes à essayer, si tant était qu'elle corresponde effectivement à une des serrures de cet entrepôt.
Soren, ou plutôt Rei, sortit de son enveloppe une poignée fine. Le voilà aussi avancé que moi... Maugréant avec ma voix d'enfant, je commençai à faire le tour des serrures des portes entreposées, sans grande conviction puisqu'il serait sans doute trop facile de tenter d'ouvrir toutes les portes. Bien évidemment, les dizaines de serrures que je tentais de pénétrer ne voulaient pas laisser passer la clef. Après plusieurs minutes d'acharnement sur des dizaines d'autres portes, je revins m'asseoir sur la caisse, posant la clef à côté de moi et me prenant la tête entre les mains pour réfléchir.
Non, décidément, cette position ne me convenait pas, même si elle était inscrite dans mes réflexes. Je me dirigeai donc rapidement vers... moi-même pour saisir la manche droite et glisser ma main à l'intérieur, faisant tomber mon arme dans ma main avant de la retirer de la manche de... euh... Soren. Quel bazar... Je ne savais même plus comment nous appeler... Je retournai finalement m'asseoir, jouant avec mon arme tout en réfléchissant à la solution de l'énigme qui nous était posée. J'observais patiemment tout ce qui se trouvait autour de nous pour faire un rapide inventaire des lieux : des planches, des portes, des serrures, des outils... Nous nous trouvions certainement dans la fabrique des portes magiques du manoir. Une idée me traversa alors la tête alors que celui qui habitait mon corps tentait de monter la poignée fine sur les portes qui en étaient dépourvues.


- Dis-moi Soren, tu sais bricoler un peu ?

Spoiler:
 
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Jeu 20 Fév - 22:44
Faire face à cette avalanche était sans doute l'une des choses les plus effrayantes que je n'ai jamais dû faire. Quoique... Je préférais, et de loin, affronter une vague de neige qui risquait de m'engloutir comme moi j'engloutissais du tabasco que de voir de nouveau ce terrible masque blanc. Enfin, ce n'est pas tellement le masque le plus dangereux mais, ce qui se cache derrière. Dès qu'une main féminine se mettait à le soulever, je me retrouvais face à des yeux qui étaient tantôt de la même couleur d'un rubis sanglant alors que l'instant d'après, ils se retrouvaient dotés de cette couleur verte faisant penser aux égouts et au mucus. Beurk en somme. Mais ces yeux n'étaient que des messagers. Porteurs de visions horribles qui semblaient avoir pour but de vous détruire de l'intérieur sans vous laissez la moindre chance de vous redresser et de faire face à l'adversité. Du moins, c'était la première pensée qui devait traverser chaque personne qui y faisait face. Première pensée ensuite renversée par d'autres pensées qui elles, étaient d'espoir et de volonté. J'ai déjà réussi à les surmonter et ai même aidé quelqu'un à réaliser le même exploit alors je me dis que ce n'est pas une simple avalanche qui va avoir raison de ma légendaire, et stupide selon certains, volonté ! Wild Four ! Pour moi, cette phrase signifie qu'un membre de Quatro Cerberus doit être capable de montrer les crocs dès que nécessaire et surtout, il ne doit jamais accepter de se faire installer une laisse autour du cou. Demeurer sauvage en toutes circonstances et toujours protéger ses amis, c'était devenu mon credo et je comptais bien le suivre ici-même !

C'était grâce à cette volonté que j'arrivais à maintenir mon attaque enflammée. Malheureusement, je sentais ma magie se vider au fur et à mesure et je craignais bien que je ne réussirais pas à faire fondre toute cette neige pour nous sauver. Tiens... Je l'avais oublié en fait ce nous. J'avais oublié qu'il y avait la puissante carotte avec nous. En plus d'être terriblement puissant, il semblerait aussi qu'il ai une endurance bien plus élevée que la mienne. Je le vis se concentrer et je sentis qu'il était sur le point d'utiliser encore une fois de l'une de ses techniques dont j'envie la force. Ayant décidé de tout donner durant ce dernier instant, dans le but de littéralement couper l'avalanche avec mes flammes, je n'avais aucun appuis, raison pour laquelle l'attaque magique de mon camarade roux me fit quelque peu voler dans le décor. Étant sonné par le contact brutal avec l'environnement et le restant de l'avalanche, qui était plus importante sur le côté, je perdis momentanément contact avec la réalité. Je ne le repris que lorsque Rei-carotte me sortit de mon sarcophage cryogénique. La reprise se fit quand même longue et je dus enlever toute la neige qui était rentrée dans mes oreilles entre-temps. Aussi, j’eus à peine le temps de me rassurer sur le sort des stupides Vulcains en remarquant leurs pieds velus gigoter.

J'entendis Rei me parler de mon amie ailée et si au début je fus perdu, je me rappela à la fin de quoi il parlait. Tout simplement de la Wyverne. Wyverne qui se faisait agresser à une distance suffisante pour qu'on entende ses cris de détresse. Puis, j'avais foncé droit vers les singes pour les empêcher de faire plus de mal au reptile. Cette action avait néanmoins causé de l'effroi chez l'animal solitaire qui avait poussé un cri assez fort pour provoquer l'avalanche qu'on venait de limiter. De là où j'étais, je vis à peine qu'elle avait suivi mes consignes et était restée derrière nous. Elle était donc saine et sauve mais je laissais tout de même Rei m'aider à marcher, mes membres encore un peu engourdis, jusqu'à elle. Finalement, ce ne fut qu'à ses côtés que je vis de quelle aide elle avait besoin. Il se trouvait en vérité que son pied était transpercé par une branche et la plaie avait un aspect assez sévère. Je doutais de pouvoir arriver seul à l'arracher de son hôte mais heureusement, Rei me présenta son aide. Je suis sûr que c'est un chic type ce rouquin. D'un accord commun plus visuel qu'autre chose, nous tirâmes en même temps sur le bout de bois afin de le séparer de la créature écailleuse. Ce n'était pas tâche aisée quand on était vidé de toute sa magie et de sa force. Puis, me laissant tomber à genoux, je rassembla un peu de neige par terre pour ensuite la tasser sur la plaie. C'était ceux de Quatro Cerberus qui m'avaient appris ça. Le froid permet de ralentir le flux sanguin permettant ainsi à la blessure de ne pas s'avérer trop grave. Je n'avais strictement rien compris mais l'essentiel était que ça lui fasse du bien.

- Désolé si je t'ai fais peur tout à l'heure. Tu vas mieux maintenant ?

Le fait qu'elle m'avait auparavant donné quelques légers coups de tête prouvait bien qu'elle avait confiance en nous désormais et j'espère ne pas lui avoir fait trop mal en retirant ce bout de bois. Mais puisqu'il n'y avait aucun geste brusque à notre encontre j'en conclus rapidement qu'on était toujours en de bons termes. Raison pour laquelle je m’apprêtais à la quitter pour aller rejoindre la porte sauf que... Le chemin était maintenant recouvert de neige, impossible d'y aller. C'est alors que j'entendis comme un bruit de corps imposant qui se mouvait. Me retournant, je vis la Wyverne abaissée, les pattes arrières quelque peu écartées et la queue déployée pour garder un certain équilibre. Mais les détails qui marquèrent le plus mon attention furent les ailes dont le bout touchaient presque le sol et le long regard insistant qu'elle me lançait. Lorsqu'il rencontra le mien, mes doutes s'envolèrent, mon intuition se confirma : Elle me donnait ouvertement le droit de monter sur son dos ! Ce fut un véritable rêve qui se réalisait et l'émotion était telle que je restais momentanément cloué au sol incapable de bouger, les étoiles pleins les mirettes. Aussi, montais-je rapidement en croupe sur l'espace se situait entre le base du cou et le dos de la créature. On aurait-dit un espace fait exprès pour un ou plusieurs cavaliers. Heureusement qu'il y avait assez de place pour deux personnes car, je ne pensais pas que la Wyverne aurait la force de faire deux voyages en transportant une personne. Surtout que Carotte est plus lourd que moi.

Le vol fut des plus génial. Dès le décollage, je me sentais immédiatement envahis par de nouvelles sensations. Sentir son corps s'élever alors qu'on était entouré de deux puissantes ailes qui émettaient un son puissant. J'aurais sans doute dû avoir peur mais ce fut tout l'inverse. M'affalant sur la créature, je sentis le sang parcourir les innombrables veines parcourant le mastodonte. J'entendais à la fois le son des battements d'ailes mais aussi celui de son immense cœur occupé à irriguer la totalité de cet être doté de crocs, de griffes et d'écailles. Mais ce n'était que le prémices. Le décollage n'était rien comparé au vol. Je sentais le sang accélérer dans le corps de la créature afin de lui fournir l'énergie nécessaire au trajet mais je décidais de relever tout de même la tête afin de profiter au mieux du voyage. Je ne fus pas déçu. Les seuls désagréments que je devrais pointer du doigt serait le froid extrême qui n'était pas seulement occasionné par la température naturelle du lieu mais aussi par la vitesse du reptile volant ainsi que la courte durée du vol. Cependant, il y avait une chose de merveilleuse qui éclipsait cela. C'était la sensation de littéralement dévorer les distances, savoir qu'un seul battement d'aile nous transportait à un point où il nous aurait fallu marcher bien plus longtemps suffisait à me transporter d'allégresse. À tel point que je levais haut les bras manquant ainsi de perdre l'équilibre. Heureusement que Caroutte était là, quoique, pas sûr qu'il ai apprécié que mon dos le frappe sans le lui demander...

Après un trajet d'environ une minute, trop court à mes yeux, la Wyverne nous déposa avec douceur à proximité de la porte et attendit que nous nous étions un peu éloignés avant de décoller. Je ne savais pas où elle allait, sans doute chez elle récupérer, mais je lui fis quand même un signe d'au revoir et le rugissement qu'elle poussa me fit penser qu'il se pourrait qu'on se rencontre à nouveau un de ces jours. Peut-être retournerais-je un jour au Mont Hakobe, seul cette fois afin de voir si la magie m'avait vraiment aidé à devenir plus fort. Elle et diverses rencontres m'avaient offertes un but dans mon existence et puis, en même temps ce voyage pourrait peut-être me dire si j'avais oui ou non la force nécessaire pour réaliser mon projet. Créer un monde où tous seraient heureux et où il n'existerait ni crime ni violence. Tiens, si ça se trouve, derrière cette porte se trouvait peut-être un endroit de ce genre ? C'était cette pensée, couplée avec celle que l'on rentrerait enfin chez nous, que je suivis Roucmoute qui avait déjà traversé la porte.

Passage bien plus tranquille que le précédent. Ici nul rocher à déplacer, juste une poignée à tourner. Néanmoins, dès mes premières secondes dans ce nouvel endroit remplit de portes. Rei avait tout simplement disparu ! Nul trace de lui que ça soit à droite ou à gauche. Puis, baissant les yeux, je pu voir une présence humaine de dos qui était en train d'ouvrir une enveloppe. Je la voyais de dos mais je ne savais pas quoi mais il y avait un petit je ne sais quoi de particulier chez lui. Un je ne sais quoi qui me laissait penser que je connaissais cette personne. M'avançant pour aller voir à cet endroit, je vis qu'une enveloppe portait mon nom et semblait être impatiente qu'on l'ouvre. Tendant ma main pour la saisir, je pris compte d'une certaine chose. J'avais le bras long, les ongles couverts de vernis noir et j'étais vêtu d'un habit à manches noires doté de nuages rouges. Cela m'était aussi familier mais j'estimais que ça devait être une autre des bizarreries de l'endroit. Je me décida enfin à ouvrir l'enveloppe et y trouva une sorte de poignée de porte. Je n'avais aucune idée de l'utilité exacte qu'elle pouvait avoir aussi, je me tournais vers l'individu familier pour quémander mon avis.

Ce que je vis me statufia instantanément. J'avais en face de moi une exacte réplique de moi !!! C'était impossible puisque j'étais le seul à pouvoir être moi et avoir la même tête que moi ! Il n'y avait pas d'autre moi que moi ! C'était inconcevable, étrange et impossible ! Cela se révéla être un tel choc pour moi que mon corps refusait désormais de se mouvoir, seuls mes yeux parvenaient à se déplacer. Ils étaient cependant toujours cantonnés dans leurs orbites. Aussi, quand le type, qui était mon exacte copie, était dans mon champ de vision, je ne le lâchais pas du regard dans une quête désespérée de trouver un détail qui me prouverait qu'il n'était pas moi. Je ne trouvais cependant rien et au fur et à mesure que le temps passait la panique commençait à me gagner. S'il était moi, qui étais-je ? Était-il déjà exactement comme moi ? Possédait-il les mêmes aptitudes ? Possédait-il ma suprême intelligence ? Planifiait-il de prendre ma place et ainsi faire des tas de bêtises en mon nom ? C'est que j'avais une réputation à tenir moi ! C'est alors que mon corps, gagné par l'envie de vite partir d'ici récupéra ses fonctions motrices. Profitant de cette liberté de mouvement qui était plus que la bienvenue, je me hâtais d'insérer ma poignée dans toutes les portes qui n'en avaient pas afin de sortir d'ici le plus vite possible. J'étais trop fatigué pour utiliser ma magie et puis, si ça se trouve l'autre moi risquait de prendre ça comme un geste hostile et ainsi débuterai un combat dont l'issue était inconnue. Aussi, tandis que nous arpentions tous les deux la pièce, je ne le lâchais pas du regard et lorsqu'il retourna à la caisse, je retournais m'occuper des portes proches de lui afin de guetter sa réaction future mais ce qu'il dit me choqua.

- Attends ! Comment connais-tu mon nom alors que je ne te l'ai jamais dis !? Et si je suis Soren, toi t'es qui ? Soren-bis ? Soren2 ? Soren² ? Sauf si tu veux prendre ma place ! C'était sans doute pour ça que tu m'as pris ce drôle de truc noir ressemblant à l'arme de Carotte ! Ton bricolage consisterait-il à me planter ce truc !? Je te préviens, je tiens à ma place de vrai Soren et je me défendrais si le besoin s'en faisait sentir!
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   

Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]

Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Mer d'Iridia :: Manoir Oblivion
-