Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Sam 30 Mar - 11:43
Rappel du premier message :

Soren s'ennuyait ferme sur le pont du navire servant de QG à la redoutable guilde répondant au nom de Quatro Cerberus. La plupart de ses camarades de guilde étaient partis en mission ou étaient en voyage pour des raisons aussi diverses que variées et il se retrouvait donc en partie seul. Il laissai donc ses pensées dérivées comme une bouée laissé à l'abandon dans une mer tumultueuse. Se retournant afin de faire passer dix secondes de son temps il observa les autres groupes de mages présents. La plupart des personnes présentes étaient d'âge mûres et même si elles aimaient bien le jeune homme et ses farces elle préféraient avoir des discutions sérieuses entre eux. En se rendant au bar de la guilde où il trouverait un stock de tabasco qui lui ferait oublier momentanément sa solitude et son ennuis il capta par inadvertance des brides de conversation. Celle-ci avait pour principal sujet les familiers. Immédiatement, dans l'esprit du garnement apparu une image de Kiri, le Lycaon Misty, de Shina et Ken, des mages jumeaux appartenant aussi à la guilde du cerbère. Ils l'emmenait partout avec eux et il avait entendu dire que les pouvoirs du canidés pouvaient influencer et augmenter celui des deux illusionnistes. Les familiers seraient donc des partenaires à part entière prenant aussi part au combat mais ils étaient sous la responsabilité de leur maître. Il incombait donc à celui-ci de s'en occuper et de veiller à leur bien-être et donc à surveiller que dans le feu de l'action d'un combat ils ne se fassent pas blesser par inadvertance.

Une pensée se forma alors dans l'esprit du mage, celle d'avoir lui aussi un compagnon animal avec lequel il pourrait faire plusieurs missions et pourquoi pas partager un bon verre de tabasco. De plus, la présence d'un être avec lequel on partageait un lien fort chasserait la solitude, chose haïe par Soren. Il se résolut donc à aller chercher diverses informations aux sujets des familiers mais il ne savait pas par où commencer. Il y avait bien entendu le Cerbère qui veillait sur la guilde qui était le familier du Maître mais ce dernier était en voyage quelque part sur le continent de Fiore alors il était un peu difficile d'aller lui poser des questions. Se rappelant qu'il y avait une boutique de familier dans la ville portuaire Soren décida de s'y diriger. Après avoir arpenté quantité de rues et avoir harcelé les autres passants de nombreuses questions il trouva enfin l’établissement qu'il voulait. Malheureusement celui-ci était bondé, une des maîtresse de l'école de la ville avait eut l'excellent idée de montrer aux bambins de huit ans le travail qu'il y avait dans une animalerie et avait demandé au vendeur s'il pouvait accorder une partie de son précieux temps. Néanmoins rien ne se passait comme prévu et à la place d'écouter les explications du maître de l'établissement, les jeunes élèves étaient fascinés par la quantité de créatures se trouvant dans la boutique ce qui exaspérait le commerçant. Le membre de la guilde local regardait aussi les créatures présentes qui soit étaient exaspérés par tout ce bruit soit ignoraient totalement la foule grouillante qui voulait les toucher mais aucune d'entre elles ne lui avait tapés dans l’œil et il désespérait de pouvoir poser ses questions. Une idée lui vint quand il remarqua que la maîtresse d'école criait pour essayer de rétablit un peu d'ordre dans la boutique, il décidé d'utiliser son Solid Script Sound afin de les faire taire il dosa néanmoins la puissance de son sort afin de ne pas leur faire de mal.

Le résultat ne se fit pas attendre. Après le bruit suraigu qu'avait déclenché le mage, tous les créatures sans exception se mirent à vociférer sur lui. Le vendeur ne se fit pas prier pour le balancer dans la rue et lui dire de ne pas revenir avant d'avoir un peu mûri. Se massant le postérieur tout en se relevant, le petit brun se demanda où il pourrait trouver des informations sur les familiers. Il réfléchit quelques secondes avant d'avoir une « illumination ». Il avait vu une fois Kiri former de la brume alors si tous les Lycaons Misty pouvaient faire ça, il y avait de grandes chances d'en trouver dans un lieu où il y avait toujours une quantité importante de brume ! Et il ne connaissait qu'un lieu comme ça : La Mer d'Iridia. Néanmoins, il fallait trouver un bateau qui accepterait de le conduire sur une île de cette étendue aquatique qui avait plutôt mauvaise réputation. Il décida quand même de se mettre en route car qui ne tente rien n'a rien.

Le voyage ne fut pas des plus longs car Soren ne prit pas attention au temps qui filait. Il était occupé à se rappeler toutes les histoires de fantôme et de bêtes féroces qu'il avait entendu. Par exemple, celle d'un marin qui adorait faire le clown. Un jour, lors d'une de ses pitreries un autre membre de l'équipage avait un peu trop bu et dans l'état où il se trouvait il n'appréciait pas du tout l'humour de son camarade. Il le balança alors à l'eau puis, prenant conscience de son acte il se jeta lui aussi à l'eau. Depuis, on dit que si l'on s'amuse à trop faire le pitre sur le pont d'un navire se trouvant sur un certain endroit de la mer d'Iridia, une main invisible nous entraînait sous l'eau. Il y avait aussi cette histoire avec une bête à long cou qui poussait un long gémissement à fendre l'âme à certains moments de la journée. Seul son long cou se terminant avec une tête triangulaire et son dos arrondi se voyait au loin. Malheureusement la brume rendait cette silhouette entièrement floue et quand on s'en approchait elle disparaissait dans les flots avec un énième gémissement triste. Néanmoins, cette dernière histoire intriguait grandement Soren et il se demandait s'il la verrait un jour.

Une fois arrivé à Pyrée, des souvenirs concernant une soirée mouvementée revinrent à l'esprit de Soren. Il les chassa cependant vite de son esprit car s'il était venu ce n'était pas pour ça. Il passa sa journée à chercher un navire en partance pour une des îles qui accepterait de le prendre à son bord. Il trouva enfin son bonheur le soir quand le capitaine remarqua sa marque de guilde. Avoir à son bord un mage de guilde officielle d'aussi grande renommée que Quatro Cerberus était un gage de sûreté. Le capitaine du bâtiment expliqua au jeune homme qui lui et ses hommes étaient non seulement marchands mais qu'ils étaient aussi des aventuriers amoureux de mystères et ils voulaient eux aussi apercevoir l'étrange bête. Ils partirent la nuit tombée car ils estimaient que ça faisait plus « aventure périlleuse mais ultra chouette » ! La navigation nocturne était une pratique peu conseillée et c'était pourquoi Soren était quelque peu inquiété par la suite des événements mais il fut rassuré en voyant que les marins savaient se diriger dans le noir et il admira leur savoir-faire. Cela faisait plusieurs instants qu'ils naviguaient dans la brume mais aucun signe d'une quelconque créature marine. Une soudaine explosion d'écume à bâbord vint briser la tranquillité nocturne et elle fut suivie d'autres explosion écumeuse et cela ne semblait pas vouloir s'arrêter. Grâce aux cris que le capitaine lançait à son équipage, le mage apprit qu'ils se trouvaient en pleine milieu d'une chaîne de volcans sous-marins et qu'il fallait partir de là au plus vite. C'était plus facile à dire qu'à faire car les seuls signes préventifs de la prochaine éruption sous-marine était un tas de bulles et quand on l'apercevait c'était généralement une paire de secondes plus tard que la giclée bouillante faisait son apparition.

Une d'entre elle percuta la coque du navire où ils se trouvaient et Soren qui était alors en chemin pour s'abriter dans les cabines selon les directives du capitaine se retrouva projeté par dessus bord. Il perdit connaissance alors qu'il plongeait dans les flots agités. Quand il revint à lui, il avait la tête qui tournait et un léger mal de crâne. Quand il regarda autour de lui, la seule chose qui capta son attention fut une gigantesque bâtisse se trouvant en plein milieu de l'endroit où il se trouvait. Il se rappela alors avoir entendu des histoire sur une bâtisse fantôme quasi-impossible à trouver et on disait qu'un Dragon s'y trouvait et qu'il protégeait cet endroit des intrus. L'excitation s'empara de lui quand il s'imagina raconter sa rencontre avec un véritable dragon aux autres membres de Quatro Cerberus. La fatigue chassée par cette dose d'énergie, il fonça en courant droit vers la bâtisse et c'est une fois proche d'elle qu'il remarqua combien elle était étrange avec ses sortes de flèches sortant des murs. Cela ne l'empêcha pas de toquer avec force sur la porte.

- Monsieur le dragon !! Je peux entrer !? Eh oh !! Y a quelqu'un !? EH OH!!!!!

Il cria encore et encore mais il n'avait pas de réponse en provenance de ce manoir extrêmement bizarre. Il patienta quelques instants mais n'ayant toujours pas eu de réponse, il ouvrit la porte et rentra dans ce lieu centre de nombreuses rumeurs.

Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg

AuteurMessage
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Dim 23 Fév - 23:15
Mon corps habité par la conscience de Soren déambulait dans l’entrepôt, tentant de monter la poignée qu'il tenait sur chaque porte incomplète. Je m'attendais naturellement à une réponse banale, un oui ou un non des plus bêtes. C'était sans compter sur la bêtise indéfinissable de mon coéquipier... Sa réponse me décrocha la mâchoire dans un ébahissement total. Ça devait certainement correspondre au répertoire des expressions faciales les plus étranges de Soren mais celle-ci avait le mérite de traduire parfaitement mon étonnement. Il était sérieux ou il était en train de se payer ma tête ? Après mûre réflexion, je déduisais des remarques précédentes qu'il devait être sérieux... J'oscillais encore entre choisir de lui répondre avec le ton le plus calme dont je disposais dans cette situation, c'est-à-dire bien énervé tout de même, ou si je lui sautais au coup pour l'étrangler et lui faire ravaler le tissu d'idioties qu'il était capable de produire. Mon choix se porta finalement sur la première solution, je n'avais pas tellement envie d'abîmer mon corps. Non, je n'étais pas narcissique mais je me disais que faire mal à mon enveloppe charnelle pour un gamin serait encore plus puéril.

- BAKA ! C'est MOI Carotte ! T'as pas l'impression que t'es en train de bouger dans mon corps et que moi je suis dans le tien depuis ce flash ? Comment je saurais sinon que mon arme était caché dans cet endroit de la manche ? Et si je connais ton prénom, c'est parce que ça fait je ne sais combien d'heures que je suis coincé dans cette pourriture de manoir avec toi ! Pourquoi tu voudrais que je prenne ta place ? Tout ce que j'attends, c'est de récupérer mon corps pour récupérer ma magie. Ne crois pas que je dénigre ton Solid Script mais je préfère de loin la télékinésie. Alors bouge-toi un peu pour m'aider à trouver un moyen de sortir de cet endroit !

Alors que je finissais de lui crier dessus avec la voix de Soren, ce qui décrédibilisait assez la situation, quelque chose me fit pâlir. Je venais de réaliser qu'il tenait la poignée dans sa main droite, là où se trouvait mon tatouage de guilde. Pourvu qu'il soit assez débile pour ne pas le reconnaître ou qu'il ne s'en souvienne pas... C'était sans doute ce détail qui me retenait de lui mettre une claque terrible...
Toussotant pour me redonner un peu de contenance, mais aussi pour avaler ma salive qui manquait de m'étouffer, je me remis debout, jetant mon arme en direction de Soren pour qu'il l'attrape et la range. C'était fou ce que le monde semblait différent avec une trentaine de centimètres en moins... Bon, maintenant que je semblais avoir retenu l'attention du faux Rei, il fallait encore que je lui explique mon plan dans les moindres détails mais de manière suffisamment simple pour qu'il percute assez rapidement. Prenant un ton posé et avec une élocution que je tentais de faire la plus claire possible, je commençais à formuler l'idée qui j'avais eu.


- Ouvre grand tes oreilles, je n'aime pas répéter les choses deux fois. Vu qu'on se trouve dans la fabrique des portes magiques de ce manoirs et qu'on ne trouvera certainement pas la porte qui correspond à ta poignée et à ma clef, je propose qu'on en bricole une et qu'on y applique nos accessoires. T'as compris ? On prend des planches, des clous, une serrure qu'on retape pour l'adapter à notre clef, on rajoute la poignée, on colle le tout contre un mur et on ouvre pour voir où on va tomber. Si t'as une meilleure idée, je suis preneur parce que là, je sèche un peu...

La fin de ma tirade avait été prononcée avec moins d'entrain car je n'étais pas du tout convaincu qu'il pourrait avoir ne serait-ce qu'une idée. Je pouvais cependant très bien me tromper, il avait imaginé un trou pour retenir l'avalanche avant de chauffer la neige pour la faire fondre.
De toute façon, qu'il ait compris ou non ne changerait pas grand chose. Je levais la main pour attirer des planches vers l'endroit où nous nous trouvions avant de me rendre compte que j'étais bien trop fatigué pour me servir de la magie. Et puis de toute façon, il ne s'agissait pas de mon corps, je ne pourrais rien maîtriser d'autre que le Solid Script, pour peu que je sois un prodige capable de maîtriser une nouvelle magie en cinq minutes, ce qui était quasiment impossible.

Je pris donc plusieurs planches avant de m'installer à un atelier pour former grossièrement une structure ressemblant à une porte. Le corps de Soren étant moins développé que le mien, son manque de condition physique accentuait la fatigue sous cet effort pourtant peu intense. Découpant, clouant, vissant, je réussissais peu à peu à donner une forme assez concluante à cette porte. Je donnais quelques ordres à Soren pour qu'il m'aide à déplacer le matériel requis ou m'apporte certains outils.

Une vingtaine de minutes plus tard, le résultat était grossier mais présent. Une nouvelle porte, plutôt tordue mais réussie tout de même, se présentait contre un mur face à nous, soutenue par des gonds grossièrement fixés. Il ne restait que deux choses à ajouter : la poignée fine et la clef. J'insérais donc ma clef pendant que mon coéquipier plaçait son accessoire également. Retenant mon souffle, j'hésitais encore à déverrouiller la porte, ne sachant ce qui pourrait se trouver derrière...


- Kuso... Après tout ce qu'on vient de voir, on va quand même pas se défiler devant une foutue porte non ?

Je disais ça pour me donner du courage mais mes jambes flageolantes me rappelaient que la peur que j'éprouvais était légitime. Qui pouvait deviner sur quoi nous allions tomber. Et si un monstre horrible nous attendait derrière cette porte ? Nous ne pourrions même pas nous défendre sans magie et cet entrepôt ne donnait quasiment aucune cachette.

La clef tourna, la poignée s'abaissa et la porte finit par s'ouvrir lentement...


Spoiler:
 
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Dim 9 Mar - 11:17
J'étais fier de moi, j'avais réussi à démasquer l'imposteur et à le révéler au grand jour. Mais maintenant, que va-t-il faire ? J'avais quelque oublié que mes réserves de magie étaient légèrement à sec et que mon endurance était au plus bas. En résumé, j'étais dans la mouise, incapable de me battre alors que j'étais seul avec cet imposteur qui voulait sans doute se débarrasser de moi. Tiens, il est passé où Carotte ? Il ne serait tout de même pas passer par l'une de ces portes quand même ? Il m'aurait abandonné ainsi à mon sort ? Sur le coup, la haine m'envahit. Après tout ce que l'on a vécu tous les deux, oser me plaquer comme ça... JE LE DETESTAIS ! Tiens, d'ailleurs, je me demande où conduisent toutes ces portes... Qui sait, peut-être l'imposteur le savait lui. Me tournant alors dans sa direction, afin de l'interroger, je remarquais qu'il abordait une grimace trahissant un étonnement des plus intenses. Ainsi, il était choqué que je l'ai démasqué aussi vite ? Après tout, il aurait dû réfléchir à deux fois avant d'oser s'en prendre à moi ! La fierté commençait à m'envahir quand Soren-bis commença à me hurler dessus en me traitant d'idiot. J'allais lui répondre quand la suite de sa tirade me cloua le bec. C'est... c'est... C'EST CAROTTE !!! Il ne m'avait pas abandonné !!! À cette nouvelle, je laissais couler quelques larmes de joie. Ainsi, je n'avais pas été abandonné. Je continuais tout de même à l'écouter.

Ce qu'il disait avait néanmoins du sens. Il connaissait l'emplacement de son arme parce que c'était lui qui l'avait caché ici... Il connaissait mon nom parce que ça faisait un bout de temps que l'on était seuls dans ce manoir... J'étais en train de réfléchir au pourquoi du comment. Dès que l'on était conscients d'être dans cette pièce, on avait déjà échangé de corps. Cela voulait dire deux choses. Premièrement, que la dernière porte qu'on a traversé nous a tout simplement fait échanger magiquement de corps. Mais c'était une solution trop simple donc c'était forcément la seconde ! À savoir qu'il y avait un boucher démoniaque dans cette pièce qui nous avait assommé à notre entrée dans cette pièce pour ensuite nous découper en petits bouts afin de nous reconstituer avec le corps de l'autre. Sitôt cette idée complètement formulée, pour moi, les visions se mirent toutes à être de potentielles ombres de monstres humanoïdes des plus laids. Ainsi, l'ombre d'une poignée de porte prenait celle d'un hachoir. Me recroquevillant alors à moitié sur moi-même, enfin sur le corps de Carotte, je me mis à trembloter de tout mon corps souhaitant pour que l'horrible personnage ne se montre pas. C'est alors que Carotte-Soren balança son arme à mes pieds. Avec le tintement résultant, je fus la proie d'une peur terrible qui me poussa à soudainement bondir en arrière, les bras tendus tout en poussant un véritable cri de fillette alors que ms yeux sortaient de leurs orbites.

Puis, regardant le type à l'origine de ma frayeur, je vis qu'il avait l'air assez désespéré à mon sujet mais qu'il était néanmoins assez sérieux quant à sa volonté de sortir d'ici. C'est vrai, il nous faut nous hâter de sortir d'ici avant que le boucher fou soit sur nous. Quelqu'un de l'extérieur doit bien pouvoir réparer ses magouilles. M'installant alors en tailleur, je me concentrais alors sur ce qu'il disait le laissant ainsi prendre la direction des opérations. Il avait une idée alors que moi non alors, autant la suivre jusqu'au bout. Cela vaut mieux que de ne rien faire pas vrai ? Écoutant alors son explication jusqu'au bout, je me dis que ce type en moi avait vraiment l'esprit aiguisé. Qui sait si dans sa guilde il n'était pas une sorte de haut-placé, un membre important. Regardant alors ma main tenant la poignée, je fixais de nouveau ce tatouage des plus singuliers. Il me disait quelque chose mais je ne sais plus quoi exactement. Le pire, c'est que j'avais l'impression qu'il était lié à quelque chose, ou quelqu'un, des plus dangereux. Boarf, ça devait être la pièce et le fait d'avoir échangé de corps grâce à l'action d'un boucher tordu qui devait produire ce sentiment. Qu'importe, je devais participer avec Carotte-Soren à la création de cette porte si on voulait véritablement sortir d'ici le plus vite. La répartition des tâches se fit de manière instantanée, lui fabriquait la porte et moi je me chargeais de le ravitailler en planches et en outils tout en surveillant les environs.

- Planches ? Planches. Marteau ? Oui tu l'es. Vis ? Tiens. Pas encore de boucher en vue, la zone est sûre.

Cet endroit était toutefois vachement impressionnant. Il me suffisait d'ouvrir quelques boîtes au hasard pour réussir à mettre la main sur l'objet que je désirais. Que se soit des planches, des outils ou ces petits bouts de métal vachement utiles dans l'élaboration d'une structure, tout y était. Je suppose que le boucher fou était celui à l'origine de toutes ces portes. Après tout, elles menaient à différents espaces et pour ainsi découper nos corps sans que l'on souffre, ou pire, il devait utiliser une magie bien particulière. Qu'importe, au bout d'un moment où le Moi-qui-n'était-pas-moi s'attelait à sa tâche de constructeur de porte tandis que je l'approvisionnais en matériel en tout genre tout en surveillant les autres portes, après tout d'autres créatures ou personnes pouvaient surgir de l'une d'entre elles, il ne restait plus qu'à y imposer une poignée ainsi qu'à tourner la clé à l'intérieur. Ma poignée et sa clé. Après que j’eus fini de placer ma pièce à l'endroit prévu pour, lui inséra sa clé dans le trou de ma poignée. Nous nous sommes mis à déglutir en même temps. Il était temps maintenant de voir si l'on avait réussi à créer une porte comme le boucher. Que feraient les autres membres de Quatro Cerberus dans cette situation ? Shina-nee et Ken-nii étudieraient la porte et les alentours encore un moment avant de se décider de la meilleure marche à suivre. Quant à Ren-nii, lui était puissant donc il ne devrait pas trop s'inquiéter. Raaah, ça ne servait à rien de réfléchir à ce que ferait les autres, j'étais moi et j'avais mon propre style pas vrai ? Je me remettais d'abord debout puis, me tournais vers mon camarade d'infortune avec un grand sourire aux lèvres.

- Hey Carotte, ça sert à rien de douter, dans ces moments-là... IL FAUT FONCER DANS LE TAS!

Le choppant par le col, je le calais dans le creux de mon bras droit avant de pousser la porte avant mon autre bras tout en fonçant droit vers l'ouverture. La lumière nous envahit alors. Que ce soit un monstre ou un autre lieu dangereux qui nous attendait, qu'importe, il faut bien s'envoler pour savoir où l'on atterrit non ?


Spoiler:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Game Master

avatar

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mer 12 Mar - 13:05
La clef tourna, la poignée s'abaissa et la porte finit par s'ouvrir lentement...
Un second flash Lumineux semblable au précédent vous aveugle alors, mais cette fois-ci bien plus fort et plus étourdissant. Lentement vous êtes pris de vertige et vous vous endormez en franchissant la porte.

Félicitation ! Vous avez survécu au Manoir Oblivion ! Votre idée de construire la porte avec toutes les informations laissées par le GM était excellente et la difficulté du jeu avec l'échange de corps était des plus amusante. Lors de votre réveil, vous avez récupéré votre corps et vous vous retrouvez sur un bateau vide au milieu de l'eau pour Rei, voiles levées et prêt à être manœuvré, arborant sur la voile un blason d'Oracion Seis. Ce manoir vous jouera des tours jusqu'au bout ! Quant à Soren il se réveil dans le lit d'un navire officiel, retrouvé par les gardes côtes sur une embarcation vide et repêché par ces braves hommes. A son réveil le capitaine et tout l'équipage sont au petit soins avec lui, le ramenant vers le port le plus proche pour qu'il puisse regagner Quatro Cerberus.

Une chose est certaine, ce voyage au cœur du manoir ne vous laissera pas indifférent. Le manoir Oblivion vous remercie de sa visite et s'est fortement amusé avec vous !


----------

Voilà pour moi ce RP s'achève et je dois dire que ce fut un réel plaisir d'avoir joué ce GM en votre compagnie ! En espérant que cette occasion se représente de nouveau après le mimi évent ! Enjoy !



=====================
Intervention Game Master
: Bonus stratégie sur l'utilisation des objets a votre disposition +10PM chacun
Fin du Topic pour le GM, je vous laisse clore chacun et poster en Récomp.

Have Fun ! o/
Rei Tendô
La Main NoireLa Main Noire

avatar

Messages : 763
Date d'inscription : 08/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Nenriki no Mahô / Télékinésie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.470
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Ven 14 Mar - 23:26
Le faux Rei semblait tout aussi effrayé que moi devant cette nouvelle porte magique. Le pire était peut-être à venir mais nous n'avions aucun moyen de le découvrir mis à part en décidant de la franchir. Pourtant, mon corps fatigué et endolori refusait de bouger, la peur entravant toute tentative de mouvement en direction de cette issue. Cet instant d'hésitation prit fin brusquement lorsque ma propre voix, utilisée par Soren, retentit en criant de foncer dans le tas. Une main m'attrapa au col avant de me caler contre mon propre corps et mon compagnon chargea la porte comme s'il pouvait nous protéger de tous les dangers en courant de la sorte. La porte finit de s'ouvrir lentement au moment où nous allions l'enfoncer, nous plongeant une nouvelle fois dans un voile de lumière aveuglant, l'agression visuelle étant bien pire que la précédente. Tout à coup, je ne sentis plus aucun contact avec mon allié, comme s'il venait tout simplement de disparaître, happé par cette lumière éblouissante. Tout commençait à tanguer autour de moi et je n'avais plus aucun repère dans l'espace. Je ne pouvais même plus dire si j'étais debout ou allongé et cette perte d'équilibre me donnait la nausée. Mes paupières devenaient de plus en plus lourdes avant que je ne comprenne enfin ce qui m'arrivait. Il s'agissait certainement d'un nouveau maléfice que nous devions subir. Après l'échange de corps, qu'allait-il nous arriver maintenant ? Nous allions rajeunir, devenir des filles ou être handicapés ?
Je n'arrivais plus à lutter contre cette terrible envie de dormir qui m'assaillait et je finis enfin par m'y abandonner, espérant profiter de ce léger repos pour récupérer quelques forces mais surtout mon propre corps.

Un bruit mouillé et répété me tira lentement du profond sommeil dans lequel j'étais plongé. Ce son m'était familier et je mis quelques secondes pour reconnaître le clapotis des vagues contre la coque en bois du navire. Un navire ? Je n'étais plus dans ce manoir démoniaque ?
Ouvrant brutalement les yeux, le soleil vint me brûler la rétine en m'éblouissant violemment. Je tentais de rouvrir lentement les paupières quelques secondes plus tard pour contempler ce ciel bleu et dégagé, les rayons du soleil chauffant doucement ma peau. Je me redressai alors pour m'asseoir et observer les alentours. Je me trouvais seul sur un bateau en pleine mer, étendu sur le pont comme si j'avais atterri ici par hasard. Hormis l'absence totale d'équipage sur ce navire, un détail attira particulièrement mon attention. La grand-voile était décorée par l’emblème d'Oracion Seis. J'étais pourtant certain que la guilde ne possédait pas un tel navire. Nous nous déplacions surtout sur le continent et louions des navires lorsque nous devions nous déplacer en mer. Étrange... Se pouvait-il que je sois encore prisonnier du manoir et que celui-ci joue avec mes nerfs ? Les autres paysages dans lesquels j'avais pu me retrouver semblaient tous aussi réels que celui qui m'entourait actuellement. Si ce casse-tête continuait de la sorte, j'allais sans doute devenir paranoïaque !

Voyant le symbole de ma guilde, quelque chose me revint instantanément à l'esprit. Mon cœur s'emballa alors que je tendais ma main pour l'observer. Paume vers le ciel, un soulagement indescriptible m'envahit lorsque je vis cette même marque au creux de ma main. Touchant alors mon visage pour sentir mes piercings, je devais reconnaître que j'étais heureux de tous les sentir car ils me signifiaient que j'avais enfin retrouvé mon corps. Par contre, je n'avais aucune idée de ce qu'il était advenu de Soren. Il n'était pas dans les parages et, après un rapide tour du bateau, il n'était pas en train de se noyer dans les alentours non plus. Tant pis, j'aurais aimé le remercier pour son aide, même s'il m'avait exaspéré assez souvent par sa débilité et ses enfantillages. Au final, il m'avait tout de même aidé à sortir de cet endroit... A moins que tout ceci ne soit qu'un rêve et que j'ai été en proie à des hallucinations ou des délires suite à une convalescence dont je n'ai gardé aucun souvenir...

N'ayant d'autre choix que d'aller tenir la barre, je mis en œuvre mes maigres notions de navigation pour tenter de rejoindre la côte sans faire chavirer ce navire. Ce n'était pas gagné mais j'avais tout de même réussi à arriver au port du Pyrée sain et sauf. Je ne pouvais pas en dire autant du navire dont la coque avait sérieusement percuté la jetée lorsque j'avais voulu arrêter mon bateau. De toute façon, je ne savais pas d'où sortait ce moyen de transport ni comment je l'avais rejoint. S'il coulait, je dirais certainement que mon équipage s'était rebellé et que j'avais maté leur insubordination. Après tout, personne ne saurait si j'avais navigué seul ou pas.
Posant enfin pied sur la terre ferme, je me dirigeai vers la première auberge afin de pouvoir me rassasier. Un garçon sur la jetée me tendit un exemplaire du Sorcerer Magazine que j'attrapai en lui jetant de la monnaie. Pendant que je lisais les titres, une donnée manqua de me faire cracher le verre d'eau que je buvais. Un jeune garçon avait été retrouvé en pleine mer par les gardes-côtes. Une photo de l'enfant avait été ajoutée pour illustrer l'article. Cette tête m'était évidemment familière, elle ressemblait trait pour trait à Soren... Alors toute cette histoire était vraie ?
Bon sang, et dire que j'ai dirigé une armée de Mad Rabbits avant de chevaucher une Wyvern... Personne ne me croira quand je raconterai ça aux autres généraux...


Spoiler:
 
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 22
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   Mar 18 Mar - 22:24
C'était reparti pour un tour ! C'était déjà la quatrième porte que j'ouvrais depuis depuis que j'étais perdu. La première avait été celle qui m'avait amené dans un lieu étrange où tombait la foudre. Des lapins blancs armés de ventouses habitaient ce drôle d'endroit que j'avais trouvé au lieu du hall auquel je m'attendais. En effet, qui aurait pu croire derrière une simple porte de manoir se cachait non pas une salle où l'on trouvait des majordomes mais une plaine s'étendant à perte de vue où l'on pouvait trouver une autre porte. C'était la deuxième porte que j'allais ouvrir. Je pensais que j'aurais pu atterrir dans un endroit difficilement pire que le premier. Et d'un certain point de vue ce fut le cas. En effet, le cadre m'était quelque peu familier. Je m'étais retrouvé au cœur d'une montagne enneigée plus connue sous le nom de Mont Hakobe. Je m'étais déjà aventuré dans cet endroit étant plus jeune mais c'était différent. J'étais accompagné de plusieurs mages expérimentés et là j'étais seulement accompagné d'un roux savant faire bouger les choses qu'il visait.

Ce n'était peut-être qu'un simple roux adorant se faire percer la peau, je l'ai déduit au nombre ahurissant de ses piercings bizarroïdes mais, je lui étais tout de même reconnaissant. C'était avant tout grâce à lui qu'on avait pu débloquer et traverser la porte menant au Mont Hakobe. De plus, sans son aide, je doutais fortement que j'aurais pu venir à bout de la bande de Vulcains ou de cette avalanche. On a ensuite partagé un moment fantastique à dos de Wyverne. C'était un véritable rêve qui se réalisait là que de pouvoir voler sur le dos d'un lézard de cette ampleur. Je pense pouvoir comprendre un peu mieux Ren-nii, et pourquoi pas les autres Dragon Slayers Première Génération si j'en croisais un de ces quatre. Après tout, je n'avais passé qu'un moment avec l'une de ces créatures que l'on estimait assez semblable avec les légendaires dragons alors, je n'osais imaginer la joie qu'ils devaient éprouver d'être auprès de ces créatures fantastiques qu'ils considéraient comme étant leur propre parent. Mais en même temps, je ne pouvais qu'imaginer la douleur qu'ils ont ressenti quand ils se sont vus arracher cette seule famille. Ils ont fait preuve d'un réel courage et d'une force incommensurable pour avoir surmonté ce moment de leur vie et avoir réussi à vivre comme ils le font aujourd'hui. J'aimerais bien les rencontrer. Mais, pour ça, il fallait tout d'abord voir où nous conduirait cette porte-ci que l'on avait construite de nos propres mains.

D'ailleurs, le trajet me semblait quelque peu différent des autres. Je ne me rappelais pas que le passage des portes était aussi lumineux ni aussi troublant. J'avais parfois l'impression de perdre l'équilibre, de ne plus savoir où se situaient la droite et la gauche. Je sentais le sommeil et la panique me submerger petit à petit. Que se passait-il ? On avait foiré un truc dans la fabrication de la porte ? L'angle de l’hypoténuse de la racine carrée du quatrième clou de l'octogonale droit n'était pas correctement positionné par rapport à une des planches ? Ou alors le boucher sanglant n'était pas très content qu'on le copie en créant de nous-même une porte pour s'enfuir ? Mais si c'était le cas, qui si ce qu'il allait nous faire subir ! Il allait sans doute nous découper encore une fois en morceaux mais cette fois en nous laissant ressentir la douleur !? Ou alors nous donner des bras et des oreilles de lapins comme ceux que l'on trouve dans la plaine foudroyée ? À cette idée, ma panique augmenta de plusieurs crans mais il semblerait que le sommeil aussi ce qui me fit perdre connaissance.

Après un laps de temps indéterminé à cause de ma perte de connaissance, je retrouvais peu à peu mes facultés. Parmi elles, l’ouïe. Des bruits de vagues résonnèrent alors dans mon crâne encore fragilisé. J'étais donc en pleine mer ? J'avais échappé à ce boucher fou ? Le cauchemar était-il enfin fini ? J'allais pouvoir retourner tranquillement à la guilde ? Et Carotte ? Il s'en était sorti ? Je n'ai pas fais attention au moment où l'on s'était séparé. Mais bon, de nous deux, c'était lui le plus puissant alors, si je m'en étais sorti lui aussi. Écoutant encore un peu tout en tentant de faire bouger mes membres engourdis, je captais différentes voix, des masculines et des féminines, que je ne connaissais pas. Qui étaient-ils ? Pourquoi quand l'un d'eux avait fait remarquer que je bougeais ils s'étaient tous tus ? Ils me tendaient un piège ? Étaient-ils des concurrents du boucher ? Des voleurs de proies ? Et bien, dans ce cas, j'allais leur montrer que je savais me défendre. Rassemblant alors mes forces dans mon bras gauche, je me préparais alors à frapper la supposée source de la voix que j'entendais sur ma gauche. Puis, le coup partit.

- SHINE!!!!

J'avais en même temps ouvert mes paupières afin que tous purent voir mon éclat farouche et je fus satisfais du son que j'entendis quand mon poing percuta une mâchoire ainsi que du hoquet de stupéfaction que j'entendais jaillir des gorges des autres personnes. Avoir un cerbère n'est pas si facile que ça héhé. J'allais leur montrer à ces chevalier runiques de quel bois je me ch... DES CHEVALIERS RUNIQUES !? Mais alors, je venais pas de frapper l'un d'entre eux ? Me relevant ensuite à l'aide de mes coudes, je pus voir celui que j'avais frappé vociférer tandis qu'un de ces camarades le maintenait tout en s'esclaffant. La troisième membre de l'équipe, qui abordait un air dépité, prit alors la peine de m'expliquer calmement la situation. J'avais disparu depuis un certain après que je sois passé par-dessus bord du navire qui m'avais auparavant transporté. L'équipage de ce dernier s'était aussi empressé d'appeler de l'aide afin de me retrouver. La personne dirigeant le navire sur lequel je me trouvais actuellement était d'ailleurs dirigé par le capitaine du précédent. Il avait insisté me disait-elle. Après quelques examens de routine et diverses questions, auxquelles je ne pus offrir que de vagues réponses à cause de mon crâne encore douloureux, nous continuâmes alors de réduire la distance qui nous séparait du port le plus proche. C'était une aventure bien étrange que j'avais vécu là mais bon, c'était plutôt marrant.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]   

Lost - Saison 100% fiorienne [PV Rei Tendô]

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Mer d'Iridia :: Manoir Oblivion
-