Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]

AuteurMessage
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 4 Fév - 23:40
Il y avait deux types de combattants. Ceux qui étaient naturellement doués et ceux qui devaient travailler dur pour progresser. Le monde était peut-être injuste, mais personne ne pouvait y faire quoi que ce soit. Pour ma part, je me situais dans la seconde catégorie, comme la majorité des individus. J'avais déjà atteint une certaine puissance, certes, mais rien de comparable à quelqu'un de la trempe de Ryuunosuke ou de Nightray, les plus puissants mages du Conseil de la Magie. Pour quelqu'un qui avait comme objectif d'être parmi eux, je me devais de progresser encore et encore afin d'être remarqué. Nightray avait beau être plus jeune que moi, il me surpassait dans tous les domaines. Pire encore, il avait la capacité d'annihiler ma magie grâce à la pyrokinésie... Si un jour je devais être face à lui, il serait mon maître, malgré moi et mon honneur. Je devais tout faire pour être à la hauteur de ce genre de mages. Non seulement pour être leur égal au sein du Conseil, mais aussi pour être au moins aussi efficace qu'eux contre les mages noirs.

Ainsi, j'allais redoubler d'efforts pour mon entraînement. En ayant beaucoup plus de temps qu'auparavant, comme je n'avais plus besoin de chercher mes souvenirs perdus, je ne le perdais pas pour autant afin de me renforcer. Cependant, l'entraînement avec les mercenaires de Mac Anu avait ses limites. Je pouvais toujours continuer d'améliorer ma technique et ma magie, je devais aussi améliorer ma condition physique. Pour cela, il y avait plusieurs alternatives... La plus dure étant la survie en milieu hostile. Pour un mage de feu, il n'y avait donc pas plus efficace que l'entraînement dans un désert. Parmi ceux existant, je choisis d'aller au désert Burana, car je voulais être seul, c'est-à-dire m'éloigner de Mac Anu et ne pas avoir besoin de guide ; j'avais donc exclu le désert Nérobi et Dissidia.

Dans mon sac, je n'avais pris que le strict nécessaire. Une tente une place, quelques litres d'eau - qui auraient tenu une semaine en temps normal, soit quelques jours tout au plus dans ce désert - et de la nourriture salée. Je ne pris ni ma cape de chevalier ni ma cape rouge habituelle, mais mon manteau d'anonymat Hidden, le plus puissant que l'on pouvait trouver sur le marché. Il allait me permettre de voyager sans être remarqué mais, en plus, sa couleur taupe m'offrirait un certain camouflage contre les créatures autochtones lorsque je serais au désert. Je pris également des vêtements qui conservaient la chaleur : au delà de quarante degrés dans un désert, ce qui n'était pas rare, il était préférable d'être bien vêtu, car notre température corporelle ne dépassait pas les trente-huit degrés. Ça allait être chaud, dans tous les sens du terme. Quant au reste de mon équipement, c'est-à-dire épée et armure, je n'y pensa pas une seule seconde. De toutes façons, une branche, à condition d'en trouver une, et mes vêtements remplaçaient très bien cet équipement grâce à ma magie. Récemment, j'avais lu un livre où le peuple d'une planète désertique utilisait une tenue spéciale qui lui permettait de recycler toute l'eau émise par le corps, la distille devait être bien pratique... Dommage qu'il n'en existait pas dans notre monde.

Lorsque j'arrivais au désert, que le sable commençait à être de plus en plus fréquent sous mes pieds, je commençai à me vêtir. En effet, je sentais bien que le température montait de plus en plus. Je n'osais pas encore imaginer quelle température il ferait en arrivant dans le coeur de l'étendue de sable... Le Soleil et ses rayons me chauffait bien suffisamment. J'avais l'impression d'entrer dans un four qui chauffait de plus en plus. Bien que j'avais entendu dire que la nuit était froide, voire glaciale, je me demandais encore comment cela était-il possible. Néanmoins, je me doutais bien que vouloir y parvenir rapidement serait une idée que je pourrais regretter. À se demander si, ici, je n'allais pas plutôt me battre contre le rhume !

Enfin, la soirée tomba. La température chuta jusqu'à devenir relativement bonne : assez pour me dévêtir partiellement et profiter des quelques instants de fraîcheur qui allaient suivre. J'avais une heure, tout au plus.

Vivement demain soir !

_________________


Merci Myrcella :3
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Sam 6 Fév - 18:06
S'il y a en a pour un, il y en a pour trois


Comment distinguer un idiot habile d'un idiot malhabile ? Aucun d'eux ne réfléchissait, mais l'un des deux se sortait de toutes les situations par la force, alors que l'autre n'y parvenait pas. Si on avait dit à Emil que le nord-ouest de Fiore cachait les environnements les plus isolés et dangereux du continent, il se serait peut-être mieux préparé avant de s'y rendre. Maintenant que le sable s'étendait à perte de vue, sans qu'il y ait la moindre chance de pouvoir sortir de ce désert à moins de marcher pendant des heures, on allait certainement voir si le gamin avait l'étoffe d'un idiot habile, ou se contenterait de mourir en idiot malhabile. Des manières d'en finir bien pires devaient exister : le désert Burana, en dépit de l'effort surhumain nécessaire à sa traversée, offrait un spectacle sublime, particulièrement la nuit lorsque les étoiles brillaient dans le ciel avec un éclat sans pareil, formant les unes et les autres des dessins incroyables. Quitte à laisser son squelette quelque part, autant le faire dans un bel endroit ! Enfin, même si cette idée avait traversée l'esprit du Lamia, ça ne révélait pas ses intentions actuelles.

Après avoir traversé tout Fiore centre suite à son départ de Lamia Scale, Emil ne comptait pas en rester là. Son premier long voyage en solitaire depuis longtemps avait réveillé en lui ses instincts les plus solides, à commencer par celui de survie. Hors de question de succomber à la chaleur ou au froid, aux bêtes sauvages, ou encore moins d'un manque d'endurance ! De toute manière, cela ne pouvait que le renforcer, ce qui convenait à son instinct second de guerrier. La veste qui le recouvrait habituellement du cou jusqu'aux pieds, avec un sac pour protéger son crâne des rayons ravageurs du soleil, lui suffisaient donc amplement. Tout du moins la première journée, avant que la soif ne se fasse sentir... Décidément ! Ce bonhomme n'en loupait pas une. Ne pas prendre d'habits plus costauds passait encore, mais ne pas prendre plus qu'une gourde d'eau, il était évident que ça ne partait pas d'une bonne idée. Qu'importe, il avait déjà prévu de quoi se justifier : « oh j'ai traversé le désert avec une simple gourde pour mon entraînement, et j'en suis sorti vivant ». Son entraînement ?! Même lui ne se convaincrait pas avec une excuse de ce genre. Surtout que pour le moment, le gamin ne pouvait pas dire s'il en sortirait vivant ou non, à son grand dam. Ah... La poisse.

Ou pas. Ce n'était pas de la malchance. Simplement de l'étourderie. En revanche, la horde de gomas qui l'entoura pendant qu'il réfléchissait à tel ou tel discours de retour, cela relevait sûrement de la malchance. Heureusement qu'elles n'étaient pas grandes... Il soupira et déposa son sac à terre, dégainant simultanément. Des petites cibles de ce genre, rien de mieux pour s'entraîner. Une danse d'acier de droite à gauche, dans la chair d'un prédateur, dans l’œil d'un de ses compères, vibrant sur les pattes d'un autre. La faible troupe ne ferait pas le poids. Étant donné la chaleur et l'environnement, elle se donnait malgré cela comme un défi agréable. Surtout considérant l'essence-même du Crash... Comment désassembler quoique ce soit dans un désert, qui est déjà un ensemble complet de particules minuscules où rien ne pousse ni ne vit ? Contre ces bestioles, le sabre représentait presque une meilleure option que la magie en terme de puissance. A moins que...

Un plus gros spécimen se montre. De type très grand. Le sac de provisions gisait au pied dudit monstre comme un caillou au pied d'une montagne. Maintenant, la fuite paraissait comme la meilleure des options ! Le gamin rengaina et se mit à courir en laissant ses affaires. Il n'y avait pas une chance sur mille qu'il s'en sorte dans le désert contre ces choses. Plusieurs centaines de mètres plus tard, un échappatoire lui vint à l'esprit. Le souffle haletant, le guerrier n'avait guère d'autres choix que de suivre son instinct... Il se retourna et percuta le sable violemment en projetant le Crash en profondeur. En provoquant de grandes vibrations dans le sable, et en désassemblant les roches dures souterraines, on pourrait certainement créer... un trou ! Plutôt géant et engloutissant puisque le sable servirait de catalyseur à un tel effet d'absorption. D'ailleurs, ce qu'on voyait là-bas, derrière les gomas qui chutaient, n'était-ce pas une personne ? Rha, Emil ne pouvait pas deviner qu'il y aurait quelqu'un sur la trajectoire ! Il ne l'avait même pas vu. Un petit avertissement servirait à s'excuser.

« Eh toi, éloigne-toi d'ici! »


Le sable se déroba rapidement, emportant avec lui les gomas les moins agiles, puis les plus agiles ensuite. Elles n'auraient d'ordinaire aucun mal à voyager dans cet élément, mais le petit coup de boost du Lamia l'avait semble-t-il déchaîné. Il courut dans la direction opposée au centre du phénomène, mettant aussi de la distance entre lui et la personne qu'il venait de déranger, mais il n'y pouvait pas grand-chose ! Tiens, d'ailleurs, il y avait aussi quelqu'un devant lui. Décidément. Enfin l'individu se trouvait sûrement suffisamment loin pour être à l'abri des coulées. Tout en poursuivant sa course, le petit homme fit un geste de main dans sa direction en ajoutant en plein effort :
« Hey salut ! »

Quelle belle salutation au crépuscule, entre le destinataire, une coulée de sable manifestement dangereuse, et un inconnu, ou une inconnue, dont on ne savait pas trop ce qu'il restait.

©odé par Ren
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Dim 7 Fév - 1:38
Mademoiselle Delle Battaglia, bien que maintenant officiellement mage de Blue Pegasus, n’avait pas l’intention de laisser sa vie d’Alchimiste être menée par des considérations telles que : « faire des missions sans cesse ». Ô certe faire les missions avaient l’avantage de donner de l’expérience supplémentaire en combat et en réflexion rapide. Mais pour un Alchimiste, les missions n’étaient pas une véritable source d’amélioration de son Art en tant que tel. En effet, il ne pouvait pas reprendre ses expériences, les tester à plusieurs reprises. En mission, soit l’idée passait, soit elle échouait, ce qui pouvait mettre en péril toute la suite des opérations.
L’éventualité qu’une idée puisse échouer était un spectre que Mademoiselle Delle Battaglia ne souhaitait pas rencontrer. Il serait en effet regrettable pour la jeune femme de porter atteinte à l’honneur de tous les Alchimistes et indirectement à ses deux familles à cause d’une erreur.

C’est pour cela qu’elle avait pris la direction du Désert de Burana. Le choix de ce lieu n’était pas anodin : il offrait l’espace suffisant pour se livrer aux expériences parfois les plus sources de dégâts. En d’autre terme, Aliénore n’avait jamais eu le luxe d’avoir des espaces immenses comme le désert. Elle pourrait tester les formes encore plus puissante de sa transmutation la plus offensive :
Artiglieria Di Materia. Elle avait pu la tester avec les plus petits calibres possibles, entre du 47mm et du 90mm. Mais elle n’avait certainement pas l’espace pour mettre en œuvre la puissance d’un canon de l’ordre du 203mm, ou du 330mm, comme le suggérait la pièce d’artillerie qu'elle avait imaginée. Son objectif était d’atteindre les 510mm. Mais elle s’en savait encore incapable.

L’absence de tous composants pouvant donner des explosifs dans le désert ne lui permettait pas de s’adonner à la transmutation de ceux-ci afin de maximiser l’impact des obus de la pièce d’artillerie qu’elle envisageait de transmuter. De fait, et en sachant cela, elle n’avait quitté son appartement qu’avec des ouvrages traitant des déserts et des matières s’y trouvant. Mais ne partir qu’avec des livres aurait été une bien grave erreur pour Mademoiselle Delle Battaglia.
Elle avait l’intention de ne rester que quatre jours tout au plus dans ces étendues de sable. C'est pourquoi elle avait amené avec elle une tente, pas très grande, mais ayant assez d’extensions pour lui offrir une pseudo-terrasse pour y mettre une petite table basse pliable. Naturellement, la majorité du poids de son paquetage était celui l’eau embarquée en quantité suffisante pour tenir toute la durée de son séjour. Tout ceci s’ajoutait à ses traditionnelles cartes, jumelles, à son épée courte, les quelques échantillons de matériaux et de son médaillon.
Son uniforme rouge, elle l’avait emmené. Mais en journée, elle le troquait pour un uniforme semblable en tout point, mais de couleur blanche et nettement moins épais que l’autre afin de ne pas souffrir de façon outrancière de la chaleur. Ainsi lorsque qu’elle finit par laisser le sol rocheux du début du désert pour ne poser le pied que sur le sable chaud et fin, elle enfila son uniforme blanc, et mis sur sa tête un chapeau blanc semblable à ceux des explorateurs.

Lors de son premier jour dans le désert, elle avait trouvé une dune plutôt haute pour positionner la dalle devant recevoir la pièce d’artillerie. Elle transmuta les deux le jour même, ainsi que les obus qui allaient avec. Enfin des obus, cela était beaucoup dire. Car ils étaient faits de simples boulets en roche. Mais Mademoiselle Delle Battaglia connaissant la mécanique des fluides, elle leurs avait donné une forme d’ogive pour favoriser leur pénétration dans l’air.
L’affut de la pièce d’artillerie était de la même roche que les obus : du grès. Cette roche constitue la majorité des fondations rocheuses des déserts. La trouver et l’exploiter n’étaient donc pas très compliqués. De fait, même si elle ne savait pas exactement à quelle profondeur cette roche se trouvait initialement, entre ,
Prima Transmutationemlui permettait de faire remonter en surface les quantités de grès suffisantes, et ce par contact immédiat entre la silice du sable et la roche.
L’avantage que comportait le grès était qu’elle était une roche très résistante utilisée depuis très longtemps en architecture, non-gélive, caractéristique sans grand intérêt dans un désert, et qui pouvait être facilement travaillée. Quoi de mieux pour l’Alchimiste.

Si le premier jour fut consacré à la mise en œuvre de sa pièce d’artillerie, des obus et de la dalle sur laquelle reposait le tout, pour des raisons de sécurité, Aliénore n’osa pas entamer les tests de sa création avant d’avoir récupéré une grande partie de sa puissance magique, pompé en partie par le réassemblage du grès en haut de la dune. C’est pourquoi elle décida de prendre le temps qu’il lui fallait pour être fraîche.
L’attente n’en fut pas moins studieuse. Bien qu’elle ne quitta sa tente que pour vérifier que rien ne rôde autour de celle-ci, pour effectuer des modifications mineures sur la pièce d’artillerie et pour se dégourdir les jambes, cela n’empêcha pas Mademoiselle Delle Battaglia de s’adonner à son passe-temps préféré : lire des ouvrages d’Alchimie. De fait le temps passa plutôt vite pour la jeune femme.

Cependant, sa monotonie fut perturbée le lendemain après-midi.
En effet, alors qu’elle effectuait des changements sur l’âme de la pièce d’artillerie en y transmutant une âme rayée, afin d'accroître la précision du tir, un bruit lointain attira son attention. Aliénore ne put pas mettre la main sur l’origine exacte du bruit. Car après avoir sorti ses jumelles, elle vit se déplacer une immense masse de poussière à une certaine distance d’elle, sans pouvoir ce qui en était la source. La trajectoire de ladite masse avait plutôt tendance à ne pas se rapprocher de sa position. Mais par précaution, elle garda un œil dessus et scruta les alentours, par peur de se faire encercler par on ne sait quelle composante de la faune hostile du désert de Burana.
Le vent et le bruit issu de la masse de poussière ne lui permettait de ne rien entendre de là où elle se trouvait. Cependant, elle sentit très bien la puissante vibration qui venait d’ébranler le sol et de son origine naturelle. Surtout au vu de la faille qui se formait dans le sable et ce dans sa direction et qui traduisait une rupture du lit rocheux du désert.

*Qu'est ce que... Mais c'est une attaque!*

La faille s’approchait dangereusement de la dune. Or si l’Alchimiste ne réagissait pas rapidement, elle allait se faire aspirer par le sable qui ne supportait pas des pentes supérieures à 30°. Elle donna un coup de talon dans le sol sabloneux et grâce à
Prima Transmutationem transmuta le lit rocheux de telle sorte qu'il soit renforcé dans la zone en aval de la faille. Autrement dit, elle chercha à stopper la faille dans sa progression. Ce ne fut pas sans mal, mais l’Alchimiste finit par y parvenir après plusieurs ruptures de la masse rocheuse qu’elle transmutait. Fort heureusement, la faille s’était arrêtée assez loin pour ne pas trop endommager la dune où Mademoiselle Delle Battaglia se tenait.
Cette dernière chercha sans attendre l’origine de cette attaque à l’aide de ses jumelles. La nuit qui allait tomber n’arrangeait rien à la situation. Cependant, le fait de voir un individu courir en dans le sens opposé de la faille la convainc suffisamment pour orienter la pièce d’artillerie vers lui et tirer ses obus de roche à trois reprises.


« Maintenant nous allons voir si tu vas courir très longtemps… lâche… »

Ça n’est qu’après avoir tiré et que la poussière issue du recul du canon soit en partie retombée qu’elle se rendit compte que le fuyard n’était pas seul. Mais les trois obus qui s'abattaient au moment de sa constatation, soulevant de larges gerbes de sable, ne lui laissèrent par le temps de l'observer…
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Mer 10 Fév - 23:36
Alors que, enfin, l'instant commençait à être agréable, il fallait que l'on me dérange. Dans un désert, quelles étaient mes chances pour rencontrer quelqu'un ? Pire encore, rencontrer quelqu'un avec trop de problèmes pour lui seul ! Il s'agissait d'une petite pause, il fallait en profiter. Dans quelques dizaines de minutes, il ferait un froid glacial... La dernière chose dont j'avais besoin, c'était que l'on m'apporte des ennuis. Et honnêtement, c'était aussi la dernière chose à laquelle je m'attendais. Les probabilités étaient contre, c'est ce qu'on pouvait appeler un mauvais hasard. Peut-être bien que je devais nommer ainsi celui qui était venu, accompagné de monstres.

En effet, des bestioles, dont une plutôt énorme, courait après un garçon qui semblait peu plus jeune que moi. En fait, les monstres ne constituaient pas le réel problème, car même moi je pouvais y venir à bout rapidement. Le véritable souci, c'était la façon dont leur proie tenta de se défendre ou, du moins, de fuir. Il avait réussi, je ne sais comment, à ouvrir le sol et y projeter tous ses adversaires. Enfin, pas seulement ses adversaires : le trou qu'il avait crée s'était mis à s'allonger, venant directement vers moi. Je n'avais sans doute pas le temps de projeter mon Renforcement sur toute la zone qui m'entourait, je devais donc fuir, moi aussi. Derrière le vacarme que produisait l'ouverture de la roche, je crus entendre quelques mots, mais sans comprendre leur sens. S'il s'éloignant sans plus de politesses, il aurait à faire à moi.

Je me propulsai hors de la ligne que faisait la faille, prenant mon sac au passage. Je regardai d'oeil derrière moi : le sable s'écoulait déjà au fond de la crevasse, je ne devais pas rester ici. Je courus alors vers la personne qui m'avait importunée et, soit dit en passant, failli me tuer. J'avais qu'une envie, c'était de le mettre en pièce... Je ne pouvais pas croire qu'une telle désinvolture puisse exister dans un corps assez puissant pour faire de tels dommages à un désert. Quoique, je pouvais très bien l'imaginer pour les membres Fairy Tail. Oh non. Pas eux. Pitié. Je pars de leur région, c'est pas pour en entendre parler ici, au milieu de nulle part !

Soudainement, j'entendis un gros boum, puis mes oreilles sifflèrent jusqu'à me faire mal. C'était quoi ça encore ? Qu'est-ce qu'avait fait mon malheureux hasard, cette fois-ci ?! Ah, mais ce n'était même pas, au temps pour moi : une silhouette accompagnée de ce qu'il semblait être un canon venait de tirer sur ma cible. Je ne savais si je devais remercier ou haïr cette personne, alors ce ne fut ni l'un ni l'autre. En revanche, une grande gerbe de sable se mit à retomber sur moi, ce qui ne me permettait pas d'apprécier davantage le tireur. Ah, ce n'était pas terminé, mais cette fois l'impact était plus proche. Ça ne suffisait donc pas ? On essayait de me tuer ou quoi ? Je ne cherchai pas plus loin, je rentrai en mode combat. Si les tirs se voulaient létaux, je me devais de répliquer.

Renforcement.

Mon sort s'étendit à l'ensemble de ma tenue. Mes vêtements perdaient donc en souplesse, mais gagnaient beaucoup en résistance, agissant soudainement comme une armure. Maintenant que ma défense était placée, je pouvais me concentrer sur mes deux adversaires. Mon premier réflexe fut de regarder le ciel, afin de voir si une nouvelle attaque ne venait pas, quitte à perdre de vue un instant l'autre individu. J'eus raison, car un obus descendait droit sur moi ! Je lançai une boule de feu dans sa direction : l'obus ne semblait pas contrôlé par le tireur, il n'y avait donc aucune raison pour que les attaques ne s'annihilent pas : l'explosion retentit et des debris retombèrent, avec le reste du sable.

Je ne sais pas qui vous êtes, mais vous vous êtes trompé de cible, de toute évidence. Je vais vous capturer ici et maintenant.

Ce n'était que mon premier jour d'entraînement, mais on me le gâchait déjà. J'étais pas content ! Je pouvais essayer de les capturer, puis les emmener à Laliveron, la ville la plus proche possédant une force armée. On verra ce qu'ils pensent des gens qui mettent en péril le peu de personnes qui passent dans le désert... Il s'agissait de criminels, ni plus ni moins. Il devait donc y avoir un protocole, n'est-ce pas ? Devait-on toujours le respecter lorsque notre vie a été mise en danger à plusieurs reprises ? Je pouvais toujours essayer...

Rend-toi, ça vaudra mieux pour tout le monde. J'irais ensuite voir notre ami de la dune.


Sur ces mots, je créai mon cercle magique, prêt à lancer ma Déflagration si qui que ce soit faisait un pas dans ma direction.

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 12 Mai - 23:54
Mademoiselle Delle Battaglia suivait avec ses jumelles l’impact de ses obus de pierre dans le sol sablonneux de la dune où se trouvaient celui devant être à l’origine de la faille qui la perturba dans son exercice, mais aussi cet individu qui disparut dans le nuage de sable soulevé par le premier impact de ses projectiles.

Les deux premiers impacts ne furent pas une grande surprise pour la jeune Alchimiste.
Aucune riposte des deux individus, aucune marque que l’un des obus ait pu toucher sa cible en raison de la poussière en suspension et de la proximité de l’impact des deux premiers obus, rien qui puisse l’aider si ce n’est un large voile de sable qui montait puis redescendait à cause de l’attraction terrestre et qui empêcherait ces eux individus de la voir.
Intérieurement, Mademoiselle Delle Battaglia était satisfaite. Normalement, la proximité entre les deux premiers obus devait avoir suffisamment perturbé les individus et ils devenaient une cible plus facile pour la suite. Du moins, cela aurait été le cas et la jeune femme se serait confortée dans cette idée si elle n’avait pas vu le troisième obus se faire exploser en plein vol.

Elle n’avait pas pu voir ce qui l’avait transformé en vulgaire morceaux de pierre noircie, volant nonchalamment dans diverses directions. Seules la fumée et la couleur carbonique des morceaux pouvaient lui laisser entendre que la source de cette explosion pouvait être du feu. Or, pour venir à bout d’une pierre aussi solide, il fallait que la variation de température soit suffisante pour provoquer une immense choque thermique, ou encore, que ce « feu » soit suffisamment concentré. Ceci était donc une première assurance. Mais la seconde qui découlait de cette destruction aérienne, était que la personne à l’origine avait suffisamment de puissance et surtout de maîtrise pour localiser le projectile, malgré sa vitesse, en haut de la cloche de sa trajectoire et définir là où serait l'impact et en venir à bout alors que l'obus avait une vitesse initiale dépassant celle du son.

Le lien dans la tête de la jeune femme se fit suffisamment rapidement pour qu’elle prenne la précaution de charger un obus supplémentaire dans la culasse du canon qui se tenait à ses côtés : si l’obus avait été détruit en plein vol, c’est que l’un des deux individus n’avaient pas perdu le nord et par conséquent, allait répliquer. Il fallait donc, dès que le nuage de poussière fut dissipé, analyser l’ennemi et ouvrir de nouveau le feu.
Si le fuyard était encore debout, il valait ne pas prendre la précaution d’analyser la situation et ouvrir le feu sans prévenir. S’il s’agissait de cet autre individu qu’elle n’avait pu qu’entre voir, alors Mademoiselle Delle Battaglia devrait arbitrer entre prendre son temps pour analyser cette personne et assurer sa sécurité en ouvrant le feu.

Après une bonne trentaine de secondes largement nécessaire pour que la poussière retombe, le vent étant absent pour aider à cela, l’artilleuse pouvait prendre conscience de ce qui lui faisait face. Tout d’abord, le fuyard se résumait à une masse de tissu blanche à moitié ensevelie sous le sable soulevé par les impacts d’obus. D’ailleurs, son corps immobile se trouvait à cheval entre l’intérieur d’un cratère d’obus, qui s’effaçait peu à peu en raison de la fluidité du sable et l’ancienne pente de la dune, révélant qu’il avait pris de plein fouet une des deux premiers projectiles.
Mais le regard de la jeune femme, prolongé par ses jumelles, fut rapidement attiré par l’individu debout dans le sable remué par le tumulte des obus. Il avait une position qui ne donnait pas beaucoup d’indication sur ses intentions, et ses vêtements n’aidaient pas avec leur uniforme couleur taupe.


Un manteau d’anonymat… dans un désert… il n’y a pas de grande utilité à en porter, si ce n’est cacher pour une identité bien trop problématique.

Mademoiselle Delle Battaglia regarda l’individu debout, cherchant à deviner qui il pouvait-être à sa posture, ce qu’il pouvait-être également. Autrement dit, si un point de détail chez cette personne pouvait lui donner des indications sur sa maîtrise éventuelle d’une magie, sur une appartenance à une guilde, sur un équipement particulier.
Chaque point de détail a son importance quand il faut faire face à une personne inconnue et l’Alchimiste le savait que trop bien pour faire l’erreur d’ouvrir le feu sans se donner la peine d’inspecter du regard la personne.

Cependant, l’absence de réplique immédiate de la part de cette personne l’inquiétait et l’arrangeait. D’abord, l’inquiétait car elle pouvait également profiter de ce lapse de temps pour préparer une attaque contre elle. Ensuite, l’arrangeait car elle-même cela lui laissait le temps d’ajuster l’angle et la direction du canon pour que le projectile touche sa cible.

Mademoiselle Delle Battaglia finit par baisser ses jumelles et quitter la proximité du canon pour mieux observer l’individu qu’elle finit par interpeler, espérant qu’il apporte une réponse claire à ses attentes.[/i]

Eh vous là-bas ! Baissez votre garde, ou je serais dans l’obligation de faire feu !cria distinctement la jeune femme, nettement visible sur le haut de la crête de la dune servant de socle à sa pièce d’artillerie.
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Dim 15 Mai - 0:41
Aussi étrange que cela put paraître, l'homme fut plutôt étonné d'entendre mes paroles. Certes, je parlais de capture, mais pourquoi étaient-ils ici ? Ils mettaient en danger n'importe qui dans ce désert Or, dans n'importe qui, il y avait moi ! Peut-être était-ce ce que je cherchais en venant ici, mais je demandais surtout un climat rigoureux, pas des adversaires immatures ou sadiques (puisque je ne pouvais encore définir s'il s'agissait de l'un ou de l'autre...) ! Néanmoins, à la vue de mon cercle magique, l'homme en blanc se calma immédiatement tout en recourant à toutes sortes d'excuses, afin de ne pas finir carbonisé. Aussi, il se présenta comme Emil Ryuki, mage de Lamia Scale. C'était donc un mage officiel, il n'était donc pas un véritable problème, c'était plutôt son inconscience qui en était un...

Restait la personne qui nous avait tirés dessus, donc. Apparemment, ce n'était pas une connaissance d'Emil, donc les probabilités pour qu'il s'agisse d'un allié s'amincissaient. Mais quel genre d'ennemi vient vous traquer jusqu'au plus profond d'un désert ?! Quoiqu'il en soit, c'était une situation délicate : que faire de cette personne ? Elle était trop bien placée pour que je puisse m'approcher et l'appréhender sans me mettre aussitôt à découvert de ses tirs. Je pouvais toujours lancer des sorts, mais rien ne m'assurait de ne pas la faire fuir. Or, si elle fuyait sans que nous sachions ce qu'elle faisait là, nous ne pourrions plus dormir sur nos deux oreilles tant que nous étions dans ce désert... Puis la solution vint d'elle-même. L'artilleur nous lança de déposer les armes, sans quoi il ferait feu.

Oh... Vraiment ? Serait-il en train de menacer un chevalier runique et un mage officiel l'accompagnant ?

Avais-je murmuré à l'intention de moi-même, bien que cela pouvait être entendu par Emil, de sorte à ce qu'il sache que nous étions bel et bien dans le même camp, puisque je faisais parti de l'armée. Et bien que mes paroles trahissaient un certain étonnement pour une telle menace, mes gestes quant à eux trahir ma volonté de rétablir mon honneur : comment peut-on espérer menacer quelqu'un de lui tirer dessus sans en payer les conséquences ? D'autant plus que ce quelqu'un, c'était Emil et moi (bien que tirer sur Emil n'était pas une si mauvaise idée, en soit).

Et pour qui te prends-tu, pour menacer des gens de la sorte ?! Car je ne reçois pas d'ordres tels que celui de baisser ma garde de la part de quelqu'un qui vient de me tirer dessus !

J'avais répondu en criant. C'était ou un piège ou une erreur de sa part, mais je n'allais pas laisser le temps me donner une réponse, j'allais agir avant d'être dans une situation trop délicate.

Emil, recule un peu et protège-toi. Je ne doute pas de tes capacités de combats, mais nous ne savons pas encore à qui nous avons affaire. Et maintenant... Boule de feu !

Je me mis aussitôt à courir le long de la faille, me dirigeant vers la dangereuse dune. La boule de feu exploserait en touchant sa cible, donc si le canon était trop fragile, je serais au moins sauf de ce côté-là. Malheureusement, je n'y comptais pas trop, cette boule de feu allait surtout servir de diversion le temps que je gravisse la dune. Et dès que j'en aurais fini avec celle-ci, je pourrais lui dire à quel point se mettre à dos un chevalier runique est une mauvaise idée !

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 19 Mai - 23:18
La réponse de la personne qui lui faisait face, sur la dune encore marqué des impacts des obus, lui fit intérieurement soulever un sourcil. Intérieurement, car Mademoiselle Delle Battaglia avait gardé son visage neutre habituel. Etait-il innoncent ? N’avait-il aucun lien avec ce bougre d’âne qui avait provoqué l’ouverture de la faille qui aurait pu la tuer ?

*Une telle assurance dans sa voix… une voix masculine qui plus est… Hm… il doit se dire qu’il est suffisamment fort pour me faire face… Qu’est-ce que…*

L’Alchimiste se mit à froncer des sourcils en voyant l’individu vêtu du manteau d’anonymat parler avec celui portant des vêtements blancs. L’une des suppositions de la jeune femme venait donc à se confirmer. Ils se connaissaient, ils étaient donc du même camp. La réaction de l’inconnu devenait tout à fait légitime dans ce cas : ils cherchaient une victime et ils n’ont pas l’intention de lâcher le bout de viande qu’ils ont commencé à lécher. Cependant, Aliénore n’était pas le genre de bout de viande à être facilement comestible. Bien qu’ils soient deux, cela ne changeait rien à la chose, il suffisait de gagner du temps, les ralentir le plus possible qu’ils s’épuisent, et qu’elle-même s’épuise le plus lentement possible pour prendre à terme l’avantage, si elle ne l’avait pas déjà. Mais une telle affirmation serait stupide : ils sont deux, naturellement, la probabilité qu’ils soient plus forts était plus élevée.

Alors qu’elle marchait à reculons, doucement pour ne pas chuter, elle fut prise de court par une puissant « Boule de Feu » venant de l’autre dune. Elle se jeta violemment à plats ventre contre le sable chaud du désert, qui s’empressa de prendre place dans chacun des plis de ses vêtements, puis sentit la chaleur de ladite boule passer au-dessus d’elle. Le fracas court qui suivi ne lui laissait deviner contre quoi la boule de feu venait de frapper : la pièce d’artillerie. Fort heureusement, la roche utilisée pour la transmutation de ce canon avait une température de fusion et surtout une résistance suffisante pour ne pas, normalement, s’endommager à cause d’une simple boule de feu.
Aliénore se mit sur le dos pour constater les éventuels dégâts. A première vu, rien. L’affut du canon et le mécanisme de mise à feu ne semblait pas endommagé. Elle se leva rapidement pour voir si l’individu en manteau d’anonymat avait bougé, et qu’elle fut son énervement intérieur en voyant qu’il était en train de courir le long de la faille.

L’Alchimiste donna un coup de talon dans le sable et par cela força la pièce d’artillerie à pivoter. Cependant, elle se rendit rapidement compte que la vitesse de pivot de l’énorme pièce d’artillerie n’allait pas pouvoir anticiper l’individu. Il lui fallait une autre solution, au moins pour le ralentir et ainsi pouvoir le viser correctement.

Il avançait inexorablement, réduisant à mesure qu’il s’approchait de sa dune, les possibilités de réplique de la jeune femme. Les yeux d’Aliénore regardait cet menace s’approcher d’elle tandis que son cerveau oeuvrait à trouver une solution. Cette dernière, ce fut l’image d’une bestiole embourbée dans le sable de la faille qui la lui donna : il suffisait de relancer l’écoulement de la faille !

L’artillerie s’immobilisa d’un coup, son affut se baissa un peu, quelques degrés avant qu’Aliénore ne vérifie puis :


« FEU !!!! »

L’obus quitta l’affut du canon et vint, sans décrire une quelconque cloche comme trajectoire, se planter et exploser à l’impact dans le creux de la faille soulevant alors une quantité immense de sable, comme les trois précédents obus. Dès lors, le sable du désert se mit à agir comme le sable d’une plage avec le trou que l’on pourrait y faire : le sable autour y tombait à mesure que du sable qui se trouvait à l’intérieur retombait autour, le tout catalysé par les deux pentes naturelles des dunes.

Ceci devrait pouvoir le ralentir suffisamment pour que Mademoiselle Delle Battaglia puisse, dans la foulé du tir, s’armer d’une hallebarde grâce à
Alabarda Di Materia faîte à partir de la roche de la pièce d’artillerie, de nouveau chargée. Cette dernière n’aurait plus d’utilisé à bout portant, sauf s’il advenait que ce que venait de faire Mademoiselle Delle Battaglia apporte un malheureux dysfonctionnement…
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Mar 28 Juin - 23:23
Imaginer qu'escalader une dune serait plus facile qu'un affrontement à distance semblait avoir été mauvais. Alors que la distance s'amenuisait, l'antagoniste se mit à tirer et je n'eus même pas à bouger pour esquiver. Qu'est-ce qu'elle comptait faire ? Tirer sur Emil ? Voilà une bien sombre nouvelle pour elle. Non seulement elle visait mal car ça ne le toucherait pas, mais en plus elle me mettait encore davantage en colère. Emmener quelqu'un dans sa tombe est bien, mais pas si cette personne est innocente et désarmée ! Je superviserais moi-même son jugement !

Toutefois, l'effet que ce tir eut fut également inattendu. La brèche s'était rouverte et le sable y glissait. En haut, elle pouvait toujours s'esquiver au glissement, mais moi, il n'y avait aucune chance que j'esquive cela, je ne savais pas voler ! D'ailleurs, renforcer le sable ne servirait toujours à rien, à part gaspiller mon énergie. Si la faille était suffisamment profonde, la dune disparaîtra, donc ce n'était pas non plus la peine de me retenir à l'aide de mon épée. Donc, il ne me restait plus beaucoup de solutions... Courir dans le sens du courant, prendre de la vitesse et sauter, en espérant ne pas tomber dans le trou !

Et comme je n'avais pas vraiment le temps de chercher d'autres solution, je me mis à courir. Le sable glissait, je risquais de me rétaper à chaque instant, mais je finis par arriver en bas, sans doute par miracle. Puis, je sautais sur le côté pour fini réceptionné par Emil. Comme quoi, il servait à quelque chose d'autre que rendre le terrain dangereux ! Néanmoins, l'autre mage était toujours en course. Je devais la rattraper !

Je suis Kenta Hoshi, Chevalier Runique de Mac Anu. Rendez-vous ou fuyez, mais ce sera à vos risques et périls !


Avais-je crié dans mes mains, pour amplifié le son qui, de toutes façons, était amplifié par écho sur les dunes. Je brandissais la croix de l'Ordre Runique, pour prouver mes dires. Je n'espérais pas qu'elle se rende, même si ça simplifierait bien les choses, car je voulais qu'elle se rende compte de son erreur. En donnant mon titre de Chevalier, je venais dans tous les cas d'indiquer ma puissance comme bien supérieure à celle d'un soldat lambda. Nous verrons bien ce qu'elle en dira... Quoiqu'elle puisse dire ou faire, ce serait néfaste pour elle, désormais. On ne met pas en péril la vie d'un chevalier impuniment !

Afin de rendre mes propos plus vraisemblables, j'arrêtai l'écoulement du sable en mettant mes mains au sol. Suite à un grondement important qui aurait pu aggraver la situation, le sable s'immobilisa. Je venais de jeter une grande partie de ma magie pour lancer un Geyser de feu sur la brèche, qui, en augmentant sans cesse de température, finit par transformer la silice du sable en verre et ainsi stopper l'écoulement. Il n'y avait aucun doute sur le fait qu'elle ait pu sentir la magie oeuvrer. Ainsi, à moins d'être folle, elle se rendrait sans doute, bien que j'étais désormais excessivement fatigué... La température nécessaire était bien au delà de celle générée habituellement, seul ce sort dans ces circonstances aurait pu fonctionner...

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Mer 29 Juin - 3:28
Mademoiselle Delle Battaglia, qui prenait soin de ne pas se faire embarquer par le sable qu’elle avait remis en mouvement, regardait toujours avec son visage sévère l’individu.

Son tir d’artillerie avait fait office comme elle l’espérait et l’individu, déjà ralentit par le sable, s’était vu emporté dans le sens inverse de sa marche. L’Alchimiste avait un temps de répits et tout en conservant sa garde avec son hallebarde, s’assurait que l’écoulement emporte suffisamment loin d’elle l’individu.

Aliénore était certes une bonne escrimeuse et n’était pas mauvaise en lutte. Elle savait également utiliser sa magie à bout portant. Néanmoins, certaines transmutations nécessitaient du temps, surtout avec une puissance magique rationée et il valait mieux que ce gêneur reste loin pour qu’elle s’assure une bonne marge de manœuvre.

Le regard de la jeune femme fut attiré par un mouvement à côté d’elle alors qu’elle marchait à reculons juste pour rester sur la crête de la dune : sa pièce d’artillerie, hors d’usage à cause d’
Alabarda Di Materia, se faisait emporter par l’écoulement. L’Alchimiste fronça les sourcils à la vue de cela. La raison de sa venue dans ce désert venait de définitivement devenir inutilisable. Autant de puissance magique gaspillée à cause de deux individus. Bien que son visage ne le montre pas, Mademoiselle Delle Battaglia commençait à être à la fois agacée et énervée contre eux.

Il faut dire que transmuter une telle pièce d’artillerie avait consommé beaucoup de sa puissance magique, et bien qu’elle ait pris du repos, ses réserves ne s’étaient pas entièrement reconstituées ce qui la mettait dans une situation difficile à tenir sur le long terme. D’autant plus que la dernière transmutation en date vida davantage lesdites réserves, ce qui laissait de moins en moins de possibilités à la jeune femme. De fait, tout ce gaspillage lui montait à la tête.

Son regard fut arraché de la pièce d’artillerie par le saut de l’individu qui, auparavant cherchait à monter la dune où elle se trouvait, avait réussi à se poser dans un endroit où l’écoulement du sable était moins important.


*Ah, il semble plus malin qu’il ne le laisse paraître. Mais ça ne l’aidera pas. J’ai beau ne plus avoir mon artillerie, j’ai encore mon hallebarde et je compte bien m’en servir comme il se doit…Hein ?!*

Tandis qu’elle pensait, l’individu déclina son identité ainsi que son titre avant, de de nouveau menacer la jeune femme. Il était adorable avec son insigne de l’Ordre des Chevaliers Runiques se disait la jeune femme. En plus donc d’avoir dérangé Aliénore, il venait d’augmenter l’énervement de cette dernière par son appartenance à ce « groupe para-militaire » qu’est, selon elle, l’ordre des chevaliers runiques.

Mademoiselle Delle Battaglia resta sans rien dire le temps qu’il finisse son court discours et l’agrémente des effets magiques associés. Des effets tels que le sable de toute la zone finis par arrêter de s’écouler, comme si le simple contact entre les mains de ce Kenta et le sol sablonneux avait été suffisant pour durcir toute la croute rocheuse du désert. Le dégagement magique était important, mais aller vérifier si l’action du chevalier avait modifié la nature du lit rocheux du désert, ou bien celle du sable, aurait demandé une quantité de puissance magique importante, et l’Alchimiste n’en avait pas autant sous la main.

Dans tous les cas, pour Aliénore deux nouvelles choses étaient à prendre en compte : d’abord l’individu possédait une grande capacité magique qu’il venait en parti de dépenser, mais certainement pas assez pour les mettre sur un pied d’égalité, donnant l’avantage à ce Kenta ; ensuite, il était indéniable que la situation était dû à un mal entendu, et quand bien même elle ne pouvait supporter l’idée de rendre des comptes à un membre d’une organisation para-militaire, l’Alchimiste savait que pousser encore plus loin serait la mettre dans une situation délicate pour tout le monde.

Mademoiselle Delle Battaglia planta le manche de son hallebarde dans le sable de la crête de la dune, prit une posture martiale, retira son gant gauche avec les dents et mit à découvert la marque pourpre de Blue Pegasus ornant le dos de sa main découverte. A l’instar de son opposant quelques instant plus tôt, elle tendit la marque vers lui et lui répliqua, après avoir laissé tomber le gant d’entre ses dents, avec un ton assuré et presque autoritaire typique de celui des militaires le fond de sa pensée:


« Chevalier dites-vous ? Et bien messire, si l’on peut appeler les membres d’une milice comme la vôtre « messire », sachez que je n’ai l’intention ni de fuir, ni de me rendre. Car à défaut d’avoir en face de vous un malfrat, vous êtes à la fois devant un mage officiel de Blue Pegasus, et devant la seconde héritière de Vittorio Delle Battaglia, chevalier de Sa Majesté le Roy de Fiore, Aliénore Emmanuelle Delle Battaglia ! Dès lors, si ce n’est pour légitime défense, pour quelles raisons m’arrêteriez-vous, monsieur le milicien ? »

La jeune femme resta droite sur le haut de la dune, et regarda avec des yeux sévères le jeune homme à l'insigne de Chevalier Runique, faisant abstraction de l’autre individu.
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Mer 29 Juin - 15:44
Pour une surprise, c'en était une. L'individu mystérieux retira son gant afin de montrer son appartenance à une guilde officielle : elle était une magicienne de Blue Pegasus. A quel moment aurais-je pu imaginer qu'un mage officiel en viendrait à se battre contre des inconnus ? A quel point était-elle réellement folle ?! Elle voulait peut-être aggraver son cas en ajoutant "traître" à son dossier... Un accident ? Si cela avait été le cas, elle aurait peut-être essayé de résoudre le problème plus rapidement, au lieu de nous attaquer ainsi. Mais non, nous avions été bombardés ! Et pourtant, je connaissais suffisamment cette guilde pour savoir peu probable que ce genre de situations arrivent. Quelle folie l'avait-elle piquée ?

Elle finit par prendre la parole, en insultant l'Ordre Runique de "milice", tout en m'appelant messire à cause de mon rang de chevalier. Que l'on m'appelle par un titre de noble pour m'offenser, soit, je m'en fichais pas mal. Que l'on parle de milice à propos de l'armée du Conseil, j'en riais. Cette milice comportait plusieurs dizaines de milliers de soldats et constituais la seconde puissance de Fiore, si ce n'était pas la première en considérant le canon satellite Aetherion... Tant de naïveté, c'était amusant. Et encore, ce n'était pas fini ! Voilà qu'elle annonçait son ascendance noble. Si jusqu'ici je me contentais de regarder et d'écouter, je ne pus me retenir de sourire. Et elle finit par m'appeler milicien. Ah, qu'est-ce que je donnerais pas pour mettre ce genre d'individus aux oubliettes ! J'en riais, mais ce n'était pas plus faux.

Eh bien, eh bien ! Je prie alors la cadette d'un chevalier du roi de descendre de sa montagne de sable ! Je vous signale également que le milicien n'est pas en service et qu'il ne pense pas comme ses supérieurs, aussi, je vous déconseillerais de faire quelque chose de malavisé, car la sentence ne vous plairait sans doute encore moins...


Je préférais encore éviter un monologue inutile et ennuyant sur ce qu'elle représentait réellement à mes yeux, mais mon regard soutenait le sien et il en expliquait très certainement suffisamment. Je détestais les nobles qui se donnaient ce genre d'airs, à toujours se croire plus valeureux ou puissants que les autres grâce à leur sang qu'ils ne méritaient même pas. Jusqu'ici, elle n'avait fait qu'enchaîner les attaques à l'encontre d'Emil et moi : le fait qu'elle soit noble, je m'en fichais pas mal, la loi s'appliquait de la même façon pour tout le monde. Elle devrait même être encore plus sévère pour ce genre d'individus !

Vous ne méritez même pas que je me charge de vous. Vous êtes tellement ridicule... Je passerais donc l'éponge à plusieurs conditions. Premièrement, vous escorterez ce jeune mage à Lamia Scale sans causer davantage de dégâts. Deuxièmement, lorsque vous serez à Blue Pegasus, poser vous certaines questions, notamment ce qui vous donne le droit à un nom aussi long. Un indice : rien de ce que j'ai pu remarquer. Troisièmement, vous partez immédiatement.

Il n'était pas dans mes habitudes de faire ce genre de choses, mais je ne voulais pas perdre plus de temps. Je devais me reposer et continuer mon entraînement, désormais. Il ferait bientôt nuit, je devais dormir avant que le froid ne m'en empêche. De plus, si je me chargeais d'elle, je ne serais pas impartial, pas après ce qu'elle avait dit. Or, je préférais remettre ce cas à d'autres, afin d'être totalement impartial. Mais ce n'était pas pour autant que je voulais quitter ce désert, puisque je comptais bien y rester pour m'entraîner. Autrement dit, je devais la laisser partir. Et puis, de toutes façons, si j'entendais parler d'elle à nouveau, ce serait à moi qu'elle aurait affaire ! Je l'avais déjà prévenue qu'ici, j'avais tous les droits et que ma parole comptait plus que la sienne, donc elle pouvait bien parler, voire me menacer, ce n'était pas moi qui dormirait mal.

Qu'attendez-vous ? Emil, si elle pose un souci, n'hésite pas à envoyer une lettre à Mac Anu.

Une dernière menace, afin que l'on me laisse définitivement la paix ! Concrètement, j'en serais ravi, s'il pouvait se passer quelque chose. Je pourrais en quelque sorte reporter le problème actuel à plus tard. Mais pas aujourd'hui !

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 30 Juin - 2:06
Mademoiselle Delle Battaglia regardait toujours avec le même regard sévère ce Kenta Hoshi qui riait en réponse à sa présentation.

*Je ne savais que j’étais si drôle… oh, biensûr, j’aurais dû m’en douter…*

Il ne lui semblait pas avoir été hautaine. Elle ne supportait pas cela, et son frère l’étant particulièrement, elle pouvait en dire quelque chose.
Cependant, il semblerait, au vu du fait que le regard du milicien était à la hauteur du sien en termes d’intensité et au vu des propos de celui-ci, que l’opposition entre les deux jeunes gens ait pris une tournure allant au-delà du simple malentendu causé par le combat qui précédait. Ce qui était regrettable, mais courant et prévisible. Comment un milicien pouvait aimer la noblesse ? Oh la jeune femme savait que dans cette milice il ne devait pas y avoir que des membres du Tiers-Etat, mais ceux-ci pouvaient avoir de nombreuses rancœurs contre le corps aristocratique de Fiore. Elle espérait cependant que mentionner son nom de famille lui aurait épargnée ces critiques, qui fort heureusement ne vinrent pas polluer ses oreilles, autours de la noblesse d’épée de Fiore, de sa mollesse, de son inutilité.

Les Delle Battaglia n’avaient aucune raison de se faire ranger du côté de cette noblesse d’épée qui comptait sur la gloire passée pour jouir du présent. La famille de l’Alchimiste n’avait jamais cessé d’œuvrer pour le Roy et pour le royaume. Alors entendre dans les propos du milicien cette animosité en raison de son rang ne pouvait que l’énerver davantage, et bien sûr, c’était sans compter les menaces successives qu’il se plaisait à formuler à la fin de chacune de ses interventions.

Mademoiselle Delle Battaglia le laisser finir chacune d’entre elles sans jamais répondre. A quoi bon se disait-elle, il était si convaincu de sa supériorité magique et « administrative » qu’essayer de lui faire entendre raison entre deux partis de son discours ne pouvait qu’accélérer les choses, et malheureusement à court terme, ce serait mauvais pour Aliénore. A long terme, il était possible de retourner la situation sans même faire appel à un défenseur qualifié tant ce représentant de la loi accumulait les fautes rendant une quelconque procédure contre la jeune femme nulle et non-avenue.

Elle le laissait parler, et l’écoutait avec le respect que l’on se doit d’avoir non pas envers un membre de l’Ordre de Chevaliers Runiques, mais simplement envers un interlocuteur. Nul besoin de presser les choses, il suffisait de prendre consciencieusement note de toutes les doléances du jeune homme pour être certain de répondre correctement et s’assurer qu’il ne l’embête pas d’avantage.
D’abord descendre de la dune, surement pour se rapprocher de lui, sans essayer de le duper sinon la jeune femme risquait de ne pas l’apprécier. Aliénore notait la propension de ce Kenta Hoshi à la menacer à tout va, comme si cela aller donner plus de poids à son discours. Ensuite, en faisant fi des commentaires inutiles, escorter un Lamias à sa tanière et une fois rentrée à Blue Pegasus réfléchir aux raisons pour lesquelles la jeune femme était en droit de porter le nom, trop long de toute évidence, qui était le sien. Enfin, quitter les lieux qu’elle occupait depuis deux jours maintenant sans en demander son reste.

Alors qu’elle rassemblait tout cela dans sa tête, le milicien l’enjoint de se presser dans l’exécution de ses doléances. Mademoiselle Delle Battaglia, toujours dans la même position, reprit son hallebarde au niveau du manche et laissa tomber la partie tranchante dans le sable avant de répondre avec le ton autoritaire et froid qui lui était propre.


« Monsieur Hoshi, il me semblait m’être clairement exprimée : je n’ai pas l’intention de me rendre. Et ceci pour une raison qui est des plus simple, mais comme vous agissez à chaud vous mettez de côté certaines réalités. Je n’ai aucune raison de répondre favorablement à une seule de vos doléances.

D’abord, vous n’êtes pas en service. De fait si vous agissez au nom du Conseil de la Magie sans autorisation, avec menaces à répétition, et sans preuves, je ne crains que la procédure visant à me faire comparaître devant un tribunal n’avorte dès la première lecture pour vice de procédure. »


Elle n’allait pas laisser le temps au milicien de lui répondre et elle ne l’accepterait pas. Aliénore avait eu la décence de le laisser présenter l’ensemble de ses volontés avant de répondre. En personnes civilisées, ce dont elle ne doutait pas avoir affaire au vu du rang de ce Kenta Hoshi dans la milice, elle en attendait tout autant donc de lui. Mais ne préférant pas tenter le diable, le silence ne dura qu’une longue seconde, juste assez pour laisser bien pénétrer dans le cerveau du jeune homme qu’il avait beau avoir tous les pouvoir ici et maintenant, il n’était pas au-dessus des lois.

Ensuite, à moins que le Conseil de la Magie ait décidé d’étendre sa prise d’otage à la monarchie en s’en prenant aux héritiers des rares nobles qui en assurent encore la sécurité en les assassinant en plein désert grâce à une faille de pas moins 35m de long, je pense que vous avez oublié ce léger détail. Je suis ici depuis deux jours au bout desquels une faille magiquement formée menace de m’engloutir. Qui je trouve de l’autre côté après avoir bloqué l’écoulement, vous dans un manteau d’anonymat et votre camarade que vous voulez que j’escorte en train de courir dans le sens opposé. Je devais naturellement penser que vous étiez la police et une sirène des sables ?

Là encore, le silence fut court, mais suffisant pour laisser à l’Alchimiste le temps de formuler avec exactitude la suite de son intervention.

Non… La seule chose à laquelle je devais penser était de me défendre face à deux individus suspects qui se trouvaient de l’autre côté de cette faille. De fait j’ai ouvert le feu. Maintenant, et ce quand bien même vous ne puissiez entendre raison à cause de mon rang social, si le Conseil n’a pas donné d’ordre en vue de m’abattre, vu que vous vous posez en victime, vous feriez mieux de vous inquiéter de ceux que vous protégez…

Mademoiselle Delle Battaglia retira la hallebarde du sable et se laissa glisser vers ce qui restait d’apparent de la pièce d’artillerie, espérant au moins pouvoir prendre des notes des effets des tirs successifs sur la roche. Une fois sur place, sans même regarder le milicien, elle conclut.

Ah et aussi, nullement besoin pour moi d’aller à Blue Pegasus pour connaître la raison qui m’autorise à porter ce nom. J’ai suffisamment eu de blessures par le passé pour le savoir. Mais vous, quelques heures dans la bibliothèque de Mac Anu ferait le plus grand bien à votre esprit et vos a priori sur toutes les familles de l’aristocratie de ce pays, vous seriez surpris…
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 30 Juin - 16:43
J'avais bon espoir. Même moi je serais parti, ne serait-ce que pour éviter tout problème. Et pourtant, elle voulait définitivement gâcher mon entraînement ! Elle avait décidé de rester. J'étais étonné, mais ce qui me fit ouvrir grand les yeux, c'est qu'elle continuait de parler comme si elle n'avait rien à craindre, comme si je ne représentais rien, comme si je ne pouvais rien faire. Puis, elle continua en expliquant que puisque je n'étais pas en service, elle n'avait rien à craindre d'une quelconque procédure. J'en concluais donc qu'elle n'avait strictement rien compris. C'était justement parce que je n'étais pas en service aujourd'hui qu'il valait mieux pour elle de s'en aller immédiatement, avant de le regretter.

Elle expliqua ensuite qu'elle ne faisait que se défendre alors qu'elle était là la première. Tout cela serait la faute d'un malentendu. Puis elle sembla me dire de m'occuper de mes affaires et de la laisser en paix, avant de me tourner le dos pour regarder son canon. Enfin, toujours dans la même position, elle me provoqua en me demandant de revoir mes notions d'aristocratie, car elle avait subie de nombreuses blessures...

Emil. Va-t'en, tu es libre. Maîtrise ta magie, avant de l'utiliser en pleine nature, la prochaine fois. Et bouche-toi les oreilles en partant.

Par cette dernière phrase, je lui faisais comprendre que ça risquait de chauffer. Beaucoup. Mais je ne savais pas si la suite des événements pouvait être vue ou entendue par quelqu'un d'autre. J'avais besoin d'être seul face à celle qui faisait tout pour me pourrir ma journée. Quand Emil fut suffisamment éloigné, je repris la parole, m'adressant à la dernière personne restante.

Vous n'avez pas compris, donc. Vous me gênez. Je n'ai que faire de votre nom et de celui de tous les nobles, seule une poignée parvient à rester digne. Du peu que je vois, vous n'en faîtes pas parti. Aussi, vous ne devriez pas avoir peur du soldat que je suis, comme vous le supposez, mais plutôt de l'homme qui n'en est plus à un crime près. Que nous soyons bien clairs : ici, tout comme nous l'avons tous deux souligné, je ne suis pas en service, je ne représente donc pas le Conseil, mais uniquement moi-même.


Si la manière douce ne fonctionnait pas, si les paroles et les menaces ne suffisaient pas... Alors, il fallait peut-être les mettre à exécution. J'étais trop fier pour accepter qu'il s'agisse d'un malentendu, ce qui était d'ailleurs trop invraisemblable : qu'est-ce qui prouvait son appartenance à la noblesse ? A part l'utilisation à tout va de son nom, bien entendu... Je ne pouvais définitivement pas la supporter.

PARTEZ !

Et en criant, je lançais une nouvelle boule de feu sur le canon. Si elle ne bougeait pas, elle risquait de recevoir une légère brûlure, mais rien de grave, du moins pas au point d'avoir besoin de soins. Je l'avais suffisamment prévenue, de toutes façons. Je n'avais pas peur des conséquences : je n'avais rien à perdre. Je voulais qu'on me laisse tranquille, on refusait, je sévissais. Il n'y avait rien de plus simple. Bien qu'elle apparaisse comme la méchante, je me contenterais d'un sort de base, répété s'il le faut, jusqu'à ce qu'elle plie valise. Elle avait cherché à m'énerver. Elle avait réussi !

Peut-être le soleil me tape un peu trop sur la tête, mais si un conflit peut être résolu par l'épée, je ne dirais jamais non. Si vous teniez à rester indemne, vous seriez partie dès mon premier avertissement, même si vous pouvez toujours fuir. Et je suis conscient des conséquences, mais ce sera votre parole contre la mienne. A ce jeu-là, je vous déconseillerais d'agir imprudemment.

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Jeu 30 Juin - 21:18
*Par tous les dieux, il a enfin compris. Moi qui pensais que j’allais devoir le supporter encore longtemps… Tss elle est irrécupérable à cause de ce milicien. Enfin, le bon point, c’est que je vais enfin être tranquille, maintenant que le Lamias est parti et que ce Kenta n’a plus de raison de rester…*

Mademoiselle Delle Battaglia aurait aimé pouvoir rester sur cette pensée et ne pas entendre beugler de rage le Hoshi qui se tenait derrière elle.

Pour la première fois depuis le début de ce dialogue de sourds, son visage laissait transparaître un léger air dépité issu de l’acharnement de milicien à vouloir lui rendre invivable cette fin de journée. Tout ce que voulait Aliénore, c’était qu’il la laisse tranquille. Elle ne voulait pas d’excuses, pas d’explications quant aux raisons de sa venue, de ses
a priori sur la noblesse. Des erreurs tout le monde en fait, et elle-même aurait dû prendre la précaution de vérifier les intentions de ses cibles au lieu d’ouvrir le feu à chaud, juste par réflexe de survie.

Mademoiselle Delle Battaglia aurait aimé que le silence qui suivit le départ du Lamias dur, ainsi que la douce musique du vent sur la crête des dunes.

Cependant, il fallait que son ouïe endure à la place la voix de ce Kenta Hoshi. Il valait mieux donc qu’elle se concentre sur sa pièce d’artillerie. Mais même ça c’était trop compliqué tant le milicien la mettait hors d’elle. L’Alchimiste était obligée de supporter encore le milicien et ses déboires, ses considérations de la noblesse, ses envies de meurtres, qui semblaient avoir déjà été mises à exécutions, et surtout, sa capacité à encore la menacer.


*Bon dieu, ce qu’il peut radoter et être oppressant… ne remarque-t-il pas que j’en ai finis avec lui ? Bon, puisqu’il insiste autant le laisser faire… avec un minimum de sécurité…*

Mademoiselle Delle Battaglia n’accordait aucune importance à ce Kenta Hoshi, mais de toute évidence, lui oui. Il avait clairement annoncé ses intentions. Il devenait donc pressant pour l’Alchimiste de se mettre en condition afin d’éviter toute surprise, surtout que la nuit commençait à tomber.

La jeune femme, qui donnait toujours son dos à l’individu, retira la veste blanche de son uniforme qu’elle laissa tomber sur le sol avec son chemisier, ne la laissant qu’avec un débardeur près du corps, noir, son pantalon de cavalerie, noir, et ses bottes, également noires. Comme il faisait de plus en plus sombre, ses habits blancs devenaient un problème alors qu’ils étaient un avantage en termes de camouflage lorsque le soleil était haut. Là, seuls ses cheveux blonds cendrés pourraient la trahir une fois la nuit tombée.

Alors qu’elle tendait son bras droit pour prendre son hallebarde, préalablement plantée par la partie tranchante dans le sable, le hurlement du milicien la fit jeter, pour la première fois depuis le début de leur « joute verbale », un coup d’œil en arrière. Il était déjà trop tard : une boule de feu, de petite taille, mais tout de même une boule de feu, fondait en sa direction. L’Alchimiste n’eut le temps que de plonger plat ventre pour éviter les effets les plus important de l’impact.

La boule de feu explosant sur la pièce d’artillerie et la chaleur qui suivit lui saisit le dos. Cependant, il n’y avait rien de grave. Aliénore portant un corset, son dos était prévenu de toute brûlure.

Tandis que le milicien reprenait son monologue, Aliénore se releva, donnant toujours le dos à son assaillant et secoua sa longue tresse pour en retirer le maximum de sable. Ceci mettait bien en évidence le tatouage, aux formes précise des armes de la famille de la pégase, à la base de son cou. Un acte involontaire puisque l’esprit de l’Alchimiste était concentré sur la stratégie à avoir pour la suite.

Quand le milicien eut finis sa tirade, elle le laissa se complaire dans le silence qu’il laissait tout en empoignant son hallebarde, toujours dressée, mais un peu noircie par les projections de la boule de feu après son impact sur la culasse du canon. Ça n’est qu’après cela qu’elle se retourna, le visage froid et sévère, et qu’elle plongea ses yeux emplis de noirceur dans ceux de Kenta.


« Si tu veux régler ça à l’ancienne, viens. Si tu veux régler ça entre mage, je t’attends. Dans tous les cas, fait le correctement et surtout rapidement. Je n’ai nullement l’intention de perdre davantage de temps avec quelqu’un comme toi qui préfère se placer en premier et écraser les autres selon ses humeurs, qui n'a aucune doctrine de conduite, qui n'est qu'un molosse qui devient un loup une fois sans laisse. »

Mademoiselle Delle Battaglia venait de dire clairement ses intentions envers le jeune homme sur le même ton qu’auparavant. Un ton froid et autoritaire qui allait de moins ne moins de concert avec sa position, typique des piquiers. S’il voulait la voir partir, il allait falloir lui montrer avec la manière forte, quitte à ce qu’elle arrive à certaine extrémité qui ne l’effrayait certainement pas.
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 410
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Lun 4 Juil - 12:27
Apparemment, la mage de Blue Pegasus tenait à mourir. Certes, elle avait esquivé la boule de feu et son explosion, mais elle avait décidé de se battre contre moi. Quelle naïveté, elle n'avait aucune chance de l'emporter... Son acte, peut-être le pensait-elle plein de bravoure, mais il en était dénué. Elle voulait mourir ? Soit, qu'elle meurt. Mais pas de ma main. La nature s'en chargerait dans la nuit, si elle n'était pas préparée. Qu'est-ce que je pouvais y faire, si elle tenait vraiment à mourir ? Je ne tuais pas de mages officiels, bien évidemment... Mes paroles concernaient les mages noirs que j'avais tués depuis Gehenna. Mais moi, quoi qu'il en soit, mon campement était à une centaine de mètres, avec ce qu'il me fallait pour passer la nuit. Le Soleil se couchait, avec le peu de chaleur qui restait. Moi, je n'en avais pas peur : dans le pire des cas, je pouvais utiliser la magie pour me réchauffer. Néanmoins, son sort m'importait peu, tant qu'il puisse lui être au moins aussi désagréable qu'elle.

Effectivement, je ne connaissais personne de plus désagréable qu'elle. Et pourtant, j'avais déjà rencontré Kalindra Flashman ou Jet Hyle. A croire que les Lamias étaient vraiment des êtres bizarres... Je venais de laisser partir Emil. Bah, j'espérais juste ne jamais avoir à aller à leur guilde, pour quelle que raison que ce soit, étant connu par beaucoup trop de monde là-bas... Mais pour en revenir à la femme qui s'opposait à moi, je ne savais dire si c'était son égocentrisme, sa surestime ou sa façon de parler, la haine qu'elle avait pour le reste du monde, qui m'en écœurait.

Tu es incroyablement désespérante. Adieu.


Moi ? Partir ? Abandonner ? Jamais de la vie. Mais qu'est-ce que je ferais pas pour avoir la paix ?Et puis, si je voulais survivre à cette nuit, il fallait que je m'y prépare. Demain, je n'aurais plus qu'à la retrouver pour incendier toutes ses affaires et partir plus loin, histoire d'être sûr de ne plus la croiser d'ici à ce que je termine mon entraînement. Non, je n'étais pas sadique, je faisais ça pour elle. Après tout, si on se battait, elle était sûre de mourir, que ce soit à cause de moi ou à cause de l'environnement. On se reverrait sans doute, de toutes façons. Et cette fois-ci, je ne la laisserais rien en travers de mon chemin. Elle paiera ses affronts. Je lui promettait d'avoir ma revanche, un jour. Et ce ne sera sans doute pas dans un désert où le temps nous est comptés. D'ailleurs, je serais sans doute bien plus fort qu'aujourd'hui, si je suivais l'entraînement qui devait me permettre, un jour, de devenir Mage du Conseil.

HRP:
 

_________________


Merci Myrcella :3
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 78
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   Sam 27 Aoû - 21:37
*Moi ? Désespérante ? Si ça n’est pas culotté comme réponse ! Il avoue être en tort, me menace, m’agresse et en plus de ça c’est moi qui suit désespérante ?! Rahhh !!!!!*

Mademoiselle Delle Battaglia ne supportait plus de voir, d’entendre, de subir la simple présence d’un individu aussi « désespérant », si l’on souhaite rendre à son véritable propriétaire cet adjectif. Il parlait dans le vide, agressait sans raison et surement pour répondre à une soif intérieure de violence combinée à un égo suffisamment imposant pour ne pas assumer ses erreurs.

Devait-elle envisager d’elle-même assumer sa méprise ?
En temps normal, si ce milicien avait consentie à reconnaître son erreur, ou bien avait eu plus de civilité lorsqu’il avait constaté l’appartenance de l’Alchimiste à Blue Pegasus, s’il ne l’avait pas menacé dans chacun de ses propos alors que tous deux avaient constaté leurs méprises, alors oui, la jeune femme aurait accepté sans détours de s’excuser pour sa réaction initiale et aurait cherché à trouver un compromis avec le membre de la force para-militaire. Et ce quand bien même elle n’en supporterait pas l’idée et l’exécution de celle-ci. Néanmoins, entre mages officiels, et non entre membres de différentes formations, il était normal d’assurer un vivre ensemble minimal.

Un vivre ensemble minimal qui n’était de toute évidence pas du goût de cette chose qui trônait à la tête de sa dune après l’attaque sans nulle doute la plus héroïque de toute sa carrière. La pégase ferma les yeux, soupira avant de se redresser et s’appuya sur la culasse noircie du canon. Elle continuait à tenir son hallebarde fermement pour anticiper toute action malheureuse de l’imbécile qui lui faisait face et qu’elle fixait avec son regard autoritaire.

Mademoiselle delle Battaglia n’allait pas quitter ce lieu en premier. Son campement se trouvait de l’autre côté de la dune derrière elle, tout son matériel y était en place, elle avait donc tout son temps. Si cet imbécile voulait rester planter sur son monticule de sable, ne lui en déplaise. Tant qu’il conserver le silence, tout irait pour le mieux. S’il partait, alors elle n’espérait qu’une chose : ne plus jamais le recroiser car la seconde fois, elle ne serait certainement pas aussi calme et réfléchis. De fait, s’il disparaissait soudainement dans le désert, et elle n’en serait pas la cause, cela ne pourrait que la soulager.


Adieu, voilà bien le premier propos intelligent qu’il aura dit dans toute cette conversation… fit elle avec sa voix normale, sans forcée, en tournant la tête vers le soleil couchant.


Hors RP:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]   

Quid Pro Quo [pv Emil & Aliénore]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Désert Burana
-