Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]

AuteurMessage
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Lun 27 Aoû - 22:01
Tout ne se déroulait pas vraiment comme dans mes plans. Lorsqu'on dit cette phrase en général, il ne s'agit que d'un euphémisme servant à exprimer avec politesse son désappointement face à une situation dont la tournure n'a pas pris celle que l'on souhaitait. Là, je parlais au sens littéral du terme, au sens où, cette fois si, je risquais fort de payer les conséquences de mes actes.

On peut dire en tous cas que le maire est quelqu'un d'intelligent. Très intelligent, pas que pour ses magouilles et de sa réussite dans la construction de Dalt Wisney, mais aussi pour une raison qui me concernais bien plus à l'instant T. Il avait prévu, voir même anticipé ma venue. Pire, il m'avait carrément appâté jusqu'à lui. L'archiviste, mon alter ego criminel venait de reprendre du service depuis peu, mais en théorie j'étais supposé m'être fait oublié depuis trois ans. Et voici que les rumeurs courent, et que de fil en aiguille, j'apprennais que le maire d'Hespéria posséderait un traité sur une lost magic retrouvée depuis peu et encore quasiment inconnue, même pas les plus grands mages noirs. L'infiltration fut une partie de plaisir, et autant de facilité aurait DÛ me mettre sur la piste, mais il semblerait que j'ai perdu la main depuis le temps...

Et me voici donc. Devant moi, le maire me regardait avec un sourire partagé entre le mépris et l’exaltation d'être sur le point d'accomplir quelque chose de grand. En tant que bon gentleman, je me fit un plaisir de le lui rendre. Et pourtant, la situation pour moi n'est pas vraiment une incitation à la joie. Je me trouvais dans le bureau du maire, en pleine nuit, et même si le terme de nuit est plus que relatif ici, l'ambiance qui régnait avait quelque chose appelant au secret, la pièce elle même quasi-silencieuse, étouffant les bruits et les cris du parc en contrebas. Je n'étais pas seul bien entendu: plusieurs chevaliers runiques étaient de la partie, et plusieurs m'encerclaient d'ailleurs. Ils étaient préparés, armés, et visiblement toutes les entrées étaient closes. Il ne s'agissait pas simplement d'une anticipation de ma venue, le doute n'était plus permis. J'étais pris dans un traquenard, un traquenard organisé avec soin visiblement.

Ainsi donc, le grand Archiviste en personne est venu me rendre visite. C'est un honneur que de vous accueillir.
Je n'irai pas jusqu'à dire que je suis renommé, mais j'ai une certaine connotation chez les collectionneurs. Connotation négative, j'en ai peur.
Je vous en prie, le plaisir est pour moi. Si je puis me permettre cependant, la sécurité reste à désirer. Je m'inclina en disant ces mots, malheureusement, le maire éprouva visiblement quelques difficultés à continuer la discussion avec humour à la vue du tic qu'il me rendit en guise de réponse. Bon, le jeu était terminé avant même qu'il puisse commencer. Seul contre la demi-douzaine de chevaliers entrainés, je n'avais aucune chance. Tant mieux, car je n'avais aucune envie de les affronter non plus, ce qui n'était malheureusement pas leur cas. Prévoyant une attaque organisée, ils sautèrent tous sur moi... pour atterrir sur du vide, probablement. Ou bien les uns sur les autres. Car l'instant d'après, celui où l'impact était prévu, je me trouvais en bas du bâtiment. Flattant mon propre égo, je m'avançais dans la ruelle qui longe la mairie pour m’apercevoir que... Eh bien on m'y attendait aussi

Surpris par l'attaque, j'eus à peine le réflexe d'esquiver la lance qui plonge en direction de mon torse. En revanche, son manieur savait faire parler les armes, et il rabattit immédiatement la lame sur la gauche en la retirant, me laissant une large entaille à l'épaule. Grimaçant de douleur, je fis un pas en arrière pour me dégager du corps à corps et analyser de nouveau la scène. Une embuscade plus ou moins préparée: deux chevalier se trouvaient devant moi et d'autres accourraient, alertés. Visiblement, et c'était logique, mon évasion par le blink était prévue ici aussi. Esquivant de nouveau une attaque en tâchant de ménager mon bras blessé, je me concentrai afin de visualiser mentalement un autre point de la ville où me téléporter. Une distorsion plus tard, une place bondée de monde et bordée par des casinos se dressait devant moi. Profitant de la tranquillité, je m'assis sur un des nombreux bancs décorés et sous la surveillance d'une des mascottes du parc afin de me rafistoler le bras en improvisant un bandage de fortune avec un bout de tissus que j'avais sur moi. Le travail était d'un amateurisme flagrant, mais il avait le mérite de faire ce qu'on lui demandait: arrêter l'hémoragie

L'histoire aurait pu se finir ici, pas vrai? Malheureusement, ils avaient forcément prévu le coup. Je restais attentif, tâchant de me mêler à la foule et j’eus bien raison de le faire, car à peine une minute plus tard, d'autres chevaliers sillonnaient la place, plus ou moins précisément vers ma direction. J'identifiais alors rapidement les causes possibles pour cela: un mage spécialisé dans la détection de la magie couplé à un télépathe. Probablement la même personne, et cette dernière renseignait les gardes à travers la ville sur mes positions. En clair: impossible de m'échapper simplement en me téléportant, on me repérerait trop facilement, il allait falloir que je me tire de cette situation pour le moins épineuse sans utiliser ma magie.

Je l'annonce tout de suite: ce fut un échec. Parfaitement organisés, et moi même n'étant pas un grand sportif, ils réussirent finalement à me rattraper dans une petite ruelle derrière le casino. Trois gros chevaliers me tombèrent dessus. Littéralement, du moins pour l'un d'eux, qui me plaqua directement au sol, me laissant complètement écrasé sous le poids de son armure. Me téléporter était alors compliqué, et restait toujours inutile, au contraire, j'avais de la "chance" qu'ils ne soient que trois. Il me fallait tenter le tout pour le tout. Un passant était visible au bout de la ruelle, et, écrasé face contre terre, je n'avais pas spécialement l'occasion de pouvoir le contempler à loisir. Néanmoins, ces gardes n'étaient parvenus à me priver de ma faculté la plus redoutable. Ma voix.

... aide. A l'aide! C'est de l'abus de pouvoir! Je n'ai pas triché, je vous l'assure, vous ne pouvez pas m'arrêter parce qu'un gros bonnet refuse de perdre, si?! Lâchez moi!


Profitant de la tête déconfite des trois gardes qui semblèrent hésiter un instant je balançai une vague de Shinrai, l'émotion de la confiance vers l'étranger. Sans me ménager, pleins gaz. Tout ce qu'il me fallait pour le moment, c'était du soutien, si je pouvais obtenir un effet boule de neige en m'attirant les faveurs de la foule, j'avais une chance pour créer assez de raffut pour m'en tirer


Dernière édition par Jeremiah Shūhebi le Ven 31 Aoû - 3:48, édité 1 fois
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mar 28 Aoû - 10:13
Encore une nuit brûlante et sèche, l'une de ces nuits poussant les gens à faire des trucs bien dégueulasse et au-dessus de toute morale. A croire que la noirceur de l'âme devient plus acceptable le soir. Moi de mon côté je reste bien sagement dans ma chambre à compter les moutons. Un, deux... dix et toujours pas moyen de trouver le sommeil, ça m'agace fortement. Je tourne dans mon lit encore et encore, impossible de dormir. Je me lève doucement et regarde vers l'extérieur. La lumière des lampadaires éclair tendrement cette petite chambre d'hôtel, d'ici la ville est calme. Calme pour la cité d'Hespéria ça ne veut pas dire grand-chose remarque. La débauche sous tous ses aspects étant présente à ma porte les jeux d'argent attirant la prostitution de luxe et l'alcool. Bon après y a bien une partie de cette ville consacrée plus à des jeux familiaux, mais dans ce cas-là il s'agit d'un déballage de richesse me dégouttant autant.

Je cligne des yeux pour essayer de bien me réveiller et tourne la tête vers l'horloge. Déjà vingt et une heure, une nouvelle journée passée a rien faire.

* Une semaine de plus et je pourrais envisager de partir...*

Triste réalité, mais pour le moment je n'étais qu'un pariât, un hors la loi, un soldat ayant quitté sa troupe lâchement. Heureusement que le royaume ne se soucie pas trop des déserteurs d'Hydralia, à croire que le totalitarisme installé là-bas est connu de tous.

- Tsss pas moyen de trouver le sommeil.

Suite à de multiple tentative je ne dors pas, je me lève totalement et passe ma main dans les cheveux pour les coiffer. Quelques minutes passent sans que je bouge jusqu'au moment où je fais craquer mon cou puis tous les muscles de mon corps. Une sorte de rituel dont je n'arrive pas à me défaire. Je m'approche alors de la fenêtre et l'ouvre pour observer la ville dans toute sa splendeur, une beauté superficielle. Mon ventre se met alors à grogner.

* Va falloir penser à sortir pour manger..*

Quelques vêtements après, je me retrouve à descendre les escaliers, et une fois au niveau du tenancier de cette auberge de nuit je lui adresse un sourire de politesse. En ouvrant la porte je m'en rends compte que dehors c'est un véritable bordel. Des gens passent dans tous les sens, les musiques sonnent de partout, certain diront que c'est un esprit de fête, mais je n'y crois pas. A chaque pas que je fais je découvre une nouvelle chose, un nouveau spectacle de rue, un nouveau manège, un restaurant... ça bouge de partout et je n'aime pas ça. J'ai l'impression d'être surveillé, mais c'est sans doute juste une crise de paranoïa.

- Des cris ?

Perçant le bruit environnant des cris font leur apparition. Il ne s'agit pas de cris de peur d'une foule terrifiée, non c'est plus les grognements de soldat chassant une proie. Mauvaise habitude d'Hydralia je commence déjà à penser que les fautifs sont les autorités. Et c'est tel un justicier que je me dirige vers les bruits. J'analyse les mouvements de foule pour comprendre où se situe exactement l'action et en quelques secondes je comprends qu'elle bouge. Faut que je la prenne à revers, je traverse les rues et puis soudainement je me retrouve face à un homme courant le plus loin possible de la place suivie pas trois autres, des soldats. Il ne faut que quelques mètres avant qu'ils ne le mettent à terre pour l'immobiliser totalement. J'ai envie d'intervenir, mais je me rends compte que ce n'est pas une dictature ici et qu'ils ont sans doute de bonne raison d'avoir un comportement aussi odieux. Puis, l'homme a terre se met alors à crier l'injustice, j'hésite en peu et je prends une décision. Dans ce genre de situation, la meilleure façon d'agir c'est d'employer la puissance des mots.

- Messieurs les soldats, en tant qu'honnête citoyen puis-je savoir ce qu'il se passe ?

A chaque mot énoncé je fais un pas de plus vers la scène, de façon à être le plus prêt possible d'eux pour éviter les débordements. Malheureusement c'est à ce moment-là que mon pouvoir s'active sans que je ne puisse le contrôler. A mes pieds le sol commence à se diviser et cette fissuration se dirige rapidement vers les soldats et leur prisonnier. A peine un dixième de seconde plus tard, le sol s'effondre totalement, par réflexe je tends ma main pour attraper le prisonnier et le tirer de ce pétrin. C'est à cet instant précis où d'autres soldats arrivent et commencent à crier à voix haute que nous sommes complice. Je me tourne alors vers l'homme.

- Je propose la fuite la maintenant, prenons les toits ça sera plus facile qu'à travers la foule !

D'un bond sur une fenêtre, je prends appui pour arriver sur le toit en face. Une longue course poursuite risque de commencer. Derrière nous une quarantaine de soldats bien décidés à nous attraper. Il faut trouver une solution, nous ne pouvons pas les tuer ou même les assommer tous...
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mar 28 Aoû - 14:30
Parfait! Une âme généreuse venait de me porter secours. Certes, pas de la façon à laquelle je m'attendais puisque non seulement il se débarrassa des chevaliers, mais avec eux d'une bonne partie du sol sous nos pieds. Quelque peu extrême, mais ça avait au moins le mérite de se montrer efficace Je serais d'ailleurs probablement avec eux plusieurs mètres plus bas si il ne m'avait pas rattrapé à temps. En tous cas, c'était quelqu'un d'intelligent, car il avait comprit qu'après son petit abus, la fuite était de rigueur.

Sur les toits? Je ne suis pas sûr que... ~j'arriverais à suivre...~ finis-je mentalement, voyant l'acrobate en herbe escalader sans vraiment de peine une fenêtre, direction le sommet du pâté de maison. Savoir escalader une paroi ou un bâtiment présente des avantages, je ne le nie pas... En revanche j'en suis incapable. Observant mon sauveur me précéder, avec son allure si particulière, je priais mentalement pour qu'il réponde à mon appel, mais trop tard: il était déjà parvenu à destination. Des bruits de pas se pressaient et leur tintement métallique ne pouvaient signifier que la venue du comité des gagnants du casino, ou bien des chevaliers. Tout dépendait de son propre degré de culpabilité, pour ma part, je préférais ne pas tenter ma chance. Jetant un coup d'oeil aux deux extrémités de la ruelle, je choisis alors l'option de facilité. Après tout, pourquoi me fatiguer à grimper quand je n'ai qu'à faire ça? fini-je en pensant à voix haute. J'étais maintenant aux côtés de l'homme, quelques mètres mètres plus haut. En théorie, il n'avait pas vu ma téléportation, mais je ne pouvais pas exclure l'hypothèse qu'il l'ai remarqué.

Mes réserves de magie diminuaient assez rapidement, il allait falloir me ménager car la nuit promettait de se montrer longue. La lumière blanche teintée de bleu nous éclairait par dessous, ce qui donnait un air assez unique à la scène, et il faut le dire, assez paisible, en contraste avec ce que nous même vivions. Je jetais un dernier coup d'oeil à la ruelle en dessous nous pour y découvrir que de un, le comité n'était effectivement pas de sortie ce soir, et que les chevaliers étaient plus doués à l'escalade qu'on pourrait le croire. Me retournant de nouveau vers l'homme, je commençais à courir en lui lançant derrière mon épaule

Mieux vaut ne pas nous reposer sur nos lauriers, plus on mettra de distance entre eux et nous et mieux on se portera. Il parait qu'ils ont un mage particulièrement doué pour traquer la magie avec eux, à ce qu'on dit la milice par ici est assez manipulée par le maire et ses contacts. Il ne faut pas leur en vouloir, ils ne font que "suivre les ordres", mais malheureusement pas les bons


Malheureusement, ma petite course se heurta à un obstacle que j'allais devoir rencontrer assez fréquemment pour la suite: un autre toit à quelques mètres de là, et entre moi et lui... du vide. Un vrai héros n'aurait pas hésité une seconde et aurait déjà franchi le pas, mais sans me mettre à chanter, je ne suis pas, un héros. En revanche, je ne pouvais pas me permettre de me téléporter à tout bout de champs, pas si je voulais les semer ni me retrouver avec assez de magie pour décamper au moment opportun. Je sautai... Et finalement, ça ne se passa pas si mal que ça, si ce n'est que je me ramassai lamentablement le bas du corps contre le mur, le haut étant la seule partie à avoir pu atteindre la partie couverte de tuile. En revanche, tirer sur mon bras me rappela rapidement ma blessure au bras, et il allait falloir que j'évite ce genre d'exercices à l'avenir.

La course poursuite continua un moment ainsi, plusieurs chevaliers, les plus agiles, étaient déjà parvenus sur les toits et nous talonnaient, sans pouvoir nous lancer de projectiles ou utiliser une magie à distance pour le moment semblait-il. Malheureusement, mon manque d'expertise dans ce genre de milieu se faisait ressentir, et rapidement, ralentissant mon justicier non-masqué, nous perdions indéniablement du terrain

Navré de nous ralentir, mais je me sentirais plus à l'aise dans un milieu... plat dis-je en souriant avec un air un peu coupable. Je me rapprochai alors d'un rebord afin d'analyser ce que je pourrais tirer de la situation. Quoi qu'il m'arrivais, de toute façons, je ne pouvais pas me permettre de lâcher mon sauveur, ou bien je risquais de retourner dans la même situation qu'avant, il fallait que nous restions ensembles. L'idée me vint alors, une idée qui pourrait se révéler intéressante en nous faisant gagner du temps. Nous nous trouvions dans un parc d’attraction après tout, pas vrai? Il aurait été dommage de ne pas en profiter.

Il se trouve que je maitrise moi même quelques arcanes qui nous permettront de nous sortir temporairement de ce faux pas. Je peux nous téléporter vers un endroit un peu plus sûr. Tout ce que je vous demanderais, c'est de me faire confiance. J'avais sorti mon sourire le plus ravageur pour cela, mais surtout une autre infusion de Shinrai afin d'optimiser mes chances. Je lui tendis la main, en attendant qu'il la saisisse, puis dès qu'il le fit, je nous téléportai tous les deux dans un wagon vide d'un manège. Lequel? Je n'avais pas fait spécialement attention, en revanche, il avait l'air plutôt tranquille. En effet, il avançait tout doucement, en pente certes, mais sans vraiment avoir l'air de se presser. Une atmosphère tendue se dégageait pourtant, néanmoins je ne laissais pas perturber.

J'en oublie mes bonnes manières, mais comprenez, l'heure était à l'urgence.
J’ôtais mon chapeau et saluais du plus gracieusement que je pouvais, coincé par les barrières qui venaient de se mettre en place, nous scotchant au siège. Je me nomme Jeremiah, et je ne suis qu'un humble parieur venu ici dans le rêve de faire fortune. Malheureusement, le destin n'en a pas décidé ainsi apparemment... Puis-je avoir le plaisir de connaitre votre nom?

Profitant du moment calme, j'analysais enfin l'homme d'un peu plus près. Il faisait décalé avec l'ambiance locale, ce qui me fit rapidement conclure qu'il n'était visiblement pas d'ici. De même, il s'agissait d'un mage, et même plutôt doué puisqu'il maitrisait la magie du crash, qui nécessite un certain talent pour être maniée. Intéressant donc... Il faisait le compagnon de fuite idéal. Quelques instants plus tard néanmoins, je compris que notre tranquillité serait rapidement troublée. En effet, je n'avais pas réalisé la hauteur que nous avions gagné petit à petit, et maintenant nous dominions largement le parc. Les rails prenaient une tournure bizarre... Elles... Descendaient? Intérieurement, je sentais assez mal la suite des choses
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mer 29 Aoû - 22:30
Ne sachant pas comment sortir de cette crise je commence à m'énerver. Mes mouvements manquent de précision et ma respiration s'accélère, mais ce n'est pas tout. Plus les secondes passent, plus j'ai du mal à raisonner correctement, j'entrevois seulement des issues impossible. J'ai du mal à réfléchir pour trouver une solution. La panique s'empare de moi et je ne m'en rends même pas compte, il faut absolument que je renverse la tendance. Heureusement ce n'est pas la première fois, je connais parfaitement la marche à suivre dans ce genre de cas. Sans faillir dans ma course, je ferme les yeux, je m'isole dans mon monde et met mon corps en monde automatique. Il sait parfaitement quoi faire, aller le plus possible des gardes le temps que je trouve une solution. Lentement je reprends mon calme, mes facultés cognitives reviennent. Mon souffle reprends son rythme normal et mes mouvements aussi. Je peux enfin trouver le moyen de sortir de ce pétrin.

* Bon Noa, maintenant que tu es calme réfléchit. Analyses la situation, tu viens d'aider un homme dont tu ignores absolument tout, et maintenant tu te retrouves à courir sur les toits pour échapper aux autorités d'Hespéria. Tu ignores pourquoi ils en voulaient à cet homme dont tu ne peux pas supposer qu'en courant un peu ils lâcheront prise, car ça n'en vaut pas la peine. De plus, tu ignores totalement où te rendre, car tu neconnais quasiment rien de cette ville... c'est totalement...*

- Burlesque... Dis-je à voix haute.

Force de constater que je suis dans une situation plus que ridicule je commence à avoir envie de rire. Mais ce n'est ni le moment ni l'endroit, alors je continue de courir. Bougeant avec plus de facilité que mon nouveau camarade, je remarque qu'il ne va plus tenir longtemps à ce rythme. Ses paroles ne font que conforter mon opinion jusqu'au moment où il parle de nous téléporter. Ignorant les limites de la magie dans ce monde je ne le prends pas pour un fou. Aussitôt dit, aussitôt fait. Mon esprit à du mal à comprendre pourquoi, mais je suis maintenant dans un manège. Je ne sais pas vraiment où, car je ne reconnais absolument pas les lieux.

- Comment ?

Il me faut encore quelques secondes pour vraiment comprendre ma nouvelle position, ce qui n'est pas le cas de mon compagnon. Apparemment il est habitué à ce genre de choses, car directement après notre arrivée il me donne son nom. Un nom bien étrange. Échange de politesse l'oblige je lui réponds.

- Moi c'est Noa juste un voyageur arrivée ici par la force du hasard... un peu comme de la façon dont je vous ai aidé...finisse-je en murmurant.

Avant qu'une réponse soit donnée, nous comprenons que nous sommes actuellement sur un manège à sensation forte. Face à nous une grande pente en rail et avant de souffler nous la dévalons sans pouvoir toucher au moindre frein. Plus que la peur c'est l'effet de surprise qui envahit mes cris. A peine deux secondes plus tard nous voilà en bas, le visage plein de transpiration. Malheureusement trop d'émotion en moi active une fois de plus mes pouvoirs sans prévenir. Sous nos pieds les rails commencent à se diviser en une multitude de part, ainsi que le fond du wagon. Plus rien ne nous retiens et c'est naturellement que nous commençons une nouvelle chute cette fois directement dans ce qui semble être une maison hanté. Du moins c'est ce que j'en déduis quand je vois un squelette nous saluer.

- Désolé... j'ai encore du mal à maîtriser ce pouvoir. Dis-je en étant embarrassé. Bon trouvons la sortie, maintenant...

N'ayant aucune idée de la direction à prendre pour sortir, j'avance jusqu'à une salle entièrement noire, quelles surprises allons-nous trouver maintenant ?
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Jeu 30 Aoû - 0:45
L'expérience fut... Horrible. Je veux dire, qui est le tordu assez fou pour inventer un manège qui ne vous propose rien d'autre que l'expérience de la mort?! Une fois lancé, le sentiment nous prend et bien qu'on le souhaite de toute nos forces, le retour est impossible et la seule trajectoire qui peut nous attendre, c'est tout en bas. Mon premier réflexe fut de penser à utiliser mes dernières réserves de magie pour me téléporter, mais l'angoisse, la panique et la curieuse obsession qu’eut mon corps de hurler à gorge déployée, là, à cet instant précis gomma toute autre pensée construite que j'aurais pu avoir. Et lorsque c'est fini? Il y en a encore! A peine le manège de malheur amorçait une pente dont l'arrière pensée perverse n'était autre que de nous renvoyer dans les flammes de l'enfer que je sentais l'envie pressente de vérifier ce que contenait mon dernier repas

Mon calvaire ne dura probablement qu'une poignée de seconde, mais une magie devait être en œuvre pour distordre le temps, et sa durée me sembla sans fin. Je ne dû mon salut qu'à un bruit sec et la sensation de perdre progressivement la stabilité (qui était tout ce qui me restait dans ce bas monde). Et puis soudain, je réalisai ce qui se passait. Le wagon avait cessé d'exister, ou plutôt, s'était divisé en dizaines de copies de ce dernier. En d'autre mot? Plus rien ne me soutenait moi et Noa et, respectant la loi de la gravité, nous furent propulsés dans notre chute vers un autre bâtiment où seul la toile du chapiteau la couvrant nous empêcha de nous projeter droit vers notre mort. La chute n'en fut pas moins dure pour autant

Lorsque tout s'arrêta enfin, je fut étonné de ne pas rendre l'âme. J'étais pâle... enfin, plus qu'à mon habitude du moins. Cela dit, les gardes n'avaient maintenant plus aucune chance de nous retrouver vu le vol plané que nous avions fait. Moi même... je n'avais pas la moindre traitre idée d'où nous étions une sorte de pièce plongée dans les ténèbres, et... un squelette qui se voulait effrayant nous souhaitant la bienvenue? En tous cas, personne dans les environs.

- Désolé... j'ai encore du mal à maîtriser ce pouvoir.
fit mon compagnon d'infortune à mes côtés. Je me relevai tout en me dépoussiérant en lui gratifiant d'un sourire malade. Tant que nous sommes en vie j'imagine que c'est l’essentiel. La magie du crash est compliquée selon les dires, je suis ravi de rencontrer l'un de ces adeptes. Remarquant que quelque chose clochait, je tentai de remettre en place mon couvre-chef avant de me rendre compte que ce dernier m'avait trahi pour aller rejoindre la voie des airs durant mon tour sur ce que, je l'appris plus tard, était l'attraction la plus populaire du parc. Tant pis pour lui, la question était maintenant de savoir comment mettre les voiles d'ici? L'entrée derrière nous se présentait sous la forme de deux lourdes et imposantes portes, ce qui nous barrait d'office tout retour par cette voie. Ne restait plus donc que... L'arche qui se présentait sous le squelette, nous invitant presque à entrer.

J'imagine que ce sympathique ami osseux tente de nous montrer la sortie, il serait impoli de ne pas suivre ses recommandations...
dis-je, réalisant que si je ne voulais pas me téléporter, il s'agissait de la seule issue. Comme prévu, et confirmé par l'araignée qui atterrit en plein sur le visage de mon partenaire, il s'agissait d'une maison hanté. J'en fis part à Noa, qui venant d'un autre pays, ne devait pas forcément connaitre le principe: Je crois avoir trouvé de quoi il s'agit, c'est le fameux "Appel de Uhluhtc", c'est une attraction dont le but est de nous faire peur. Enfin, c'est en général plus efficace sur des couples vivant un amour insouciant, mais il faut admettre que... fis-je en me scrutant le décor et en tâchant de deviner les prochains pièges qui nous guettaient ... la réalisation est impeccable.

Ainsi débuta notre périple sur un chemin sinueux, parfois ponctué de fantôme, squelette ou autre zombies venant nous saluer à l'occasion. Les effet de lumière avec les lacrymas étaient de rigueur, et parfois, un labyrinthe venait nous donner du fil à retordre pendant quelques secondes. Mais dans l'absolu, rien de terrifiant là dedans, au contraire, j'étais plus intéressé par la qualité du travail que par la peur elle-même. Je veux dire: l'expérience de la mort de tout à l'heure, ça c'est effrayant. Mais mon cœur ne bondit jamais à la vue d'une de ces surprises. Sans vous en faire l'étalage, disons que j'avais vu pire. Bien pire, et bien plus réel surtout. Cela dit, cette aventure constituait un excellent moyen de faire connaissance avec le fameux étranger.

Vous dites venir d'un autre pays? Fascinant! Où était-ce? Vous êtes ici en touriste si j'ai bien compris, il est vrai que Dalt Wisney constitue un endroit de choix à visiter...
Je tâchais ainsi d'en savoir plus sur Noa. Véritablement catapulté dans les événement, il était vrai qu'il était cruel de l'avoir embarqué avec moi, néanmoins... Aussi égoïste que ça puisse paraitre, j'en avais besoin. Nous arrivâmes dans une nouvelle chambre, qui, pendant un bon moment me fit penser à un espace ouvert. Une quelconque magie ou effet réussissait à reproduire un ciel parfait. La pièce était vaste, très vaste, à tel point qu'on avait placé des buissons, de sinistres arbres morts et sans feuilles, et surtout, au beau milieu, un carrousel nappé d'une brume redescendant couvrir nos pieds. Les différents animaux sur lesquels nous pouvions prendre place étaient tous abimés, faussement poussiéreux, et, il fallait le dire, une ambiance franchement malsaine régnait dans l'air. A peine nous fîmes quelques pas que le carrousel s'illumina d'une lumière blafarde et qu'une musique détraquée et profondément horripilante de manège fracassé se mit en route, faisant commencer à tourner à très faible allure les figurines de bois.

Je... crois qu'il faut monter dedans pour avancer. La pièce à l'air d'être un cul de sac, et c'est encore ce qui semble le plus évident.
Soudain, des cris derrière nous retentirent, d'abord indistincts mais des bruits de pas métalliques se firent entendre, se rapprochant au pas de course. Ici non plus... Vous êtes sûrs qu'ils seraient ici? Certain lui répondit une autre voix. Je veux dire, t'as vu le trou dans l'plafond? Des témoins l'ont bien vu, c'était forcément eux, les deux qui ont explosé les rails et qui ont atterrit ici. Des chevaliers. Bien plus effrayants que tout ce que nous pouvions trouver ici. Mais là, je n'avais pas de plan B... vu les bruits, ils devaient être quatre ou cinq. Le décor, constitué pour la plupart de grilles et de plantes mortes ne contenait rien qui pourrait nous cacher contre une inspection un poil sérieuse. Montrant le carrousel à mon compagnon de fortune, je lui dis: notre meilleur solution serait d'activer le manège et de trouver le moyen de sortir au plus vite, mais niveau discrétion on aura mieux fait... tiens toi prêt à faire face, car on risque de les croiser très vite.

Je sprintai alors vers le manège fantôme, en saisissant un lycaon de feu à moitié dépeint mais toujours en état apparemment. Ce dernier ne se lança pas néanmoins, j'imaginai alors qu'il faudrait que tous les participants prennent place. Mais alors, un autre événement plus fâcheux se produisit. Un des éclaireurs entra dans la pièce, alertant les autres qui nous rejoignirent avant que nous puissions dire ouf. Cela signifiait que pour activer l’engin hanté, il nous fallait convaincre les représentant de l'ordre de nous rejoindre sur l'attraction. Tâche qui allait se révéler compliquée...
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Sam 8 Sep - 13:02
- Un étranger...

Ses mots se mettent à résonner dans ma tête. Ce titre d'étranger qu'on m’attribue car mon histoire et ma couleur de peau ne sont pas les mêmes que les habitants des environs. Je n'ose rien dire de plus à mon compagnon d'infortune pendant plusieurs secondes. Pas que je n'ai pas de réponse à donner, non il s'agit plus d'une vague de nostalgie qui s'empare de mon esprit et surtout de ma raison. Toutes mes pensées sont tournées vers cette question... suis-je une étranger à ce monde ? Je réfute de la tête de manière visible, me donnant un air vraiment ridicule car je dis non alors qu'aucune question n'a été posé.

- Je crois qu'on peut me définir ainsi... après tout je n'ai vu que la cité de mon enfance. Une cité dissimulée dans les coins les plus sombre de Fiore. Un endroit sans droit à la liberté...

Chaque pensée sur mon passé ne fait qu'amplifier ce sentiment de nostalgie qui est mien depuis quelques minutes. Ma femme me manque... mon fils me manque... mes parents... toutes ma famille détruite par un totalitarisme impunie. Je me sens seul depuis trop longtemps et c'est sans doute pour ça que j'accepte sans poser trop de question de me confier à cet homme. Lui qui a les allures d'un fou. Mais cette folie purement humaine me met plus en confiance que la normalité que s'impose les autres personnes.

- Et toi ? D'où tu viens ?

Avant qu'une réponse ne me soit donnée, nous rentrons dans une nouvelle salle. Une atmosphère étrange l'entour, comme un mélange d'une chose agréable et mauvaise. Un semblant de ciel assez réaliste sert de plafond alors qu'un nuage de brume nous empêche de voir nos pieds. Je reste méfiant quand à savoir ce que cache cet endroit. Je scrute les quatre coins, qui sont par ailleurs assez éloigné les uns des autres. Au milieu un carrousel pour enfant avec plusieurs animaux assez étrange. Sans savoir vraiment quoi faire je m'en rapproche avec précaution, et brusquement il s'illumine accompagné par une douce musique sautant une fois sur deux. L'air de mauvais film qui règne dans cette salle me laisse de plus en plus perplexe.

- Que devons-nous faire maintenant... je ne vois pas de sorti. Retournons sur nos pas, l'issu est ailleurs...

Des cris se font alors entendre à l'autre bout du couloir par lequel nous venions d'entrer. Les gardes sont encore dernière nous, et ils se rapprochent de plus en plus. Je cours alors sur le manège voir si il n'y a pas une sortie ou quelques choses, mais rien à faire. Puis soudain, mon compagnon de fortune décide de monter sur l'une des pièces du manège. J'ignore si je dois le suivre dans sa folie une fois de plus ou alors me battre contre les autorités. Mon pouvoir est trop hasardeux, je ne peux pas prendre le risque de tuer des soldats, la vie de mage noir n'est pas vraiment l'idéal.

* Plus le temps de réfléchir ! *

Un garde pénètre dans la salle, et directement après nous avoir vu commence à faire rameter ses compagnons. Ils sont bien trop nombreux et organisés pour que j'envisage de me battre. La seule solution étant la fuite, heureusement je dispose d'un pouvoir assez puissant pour me créer des passages. Juste au pied du manège je pose la main sur le sol et commence à faire agir ma magie.

-Jeremiah accroche toi bien !

Aussitôt dit, j'enclenche la puissance maximum pour détruire le plancher et la plaque en béton en dessous de façon à faire un trou assez grand pour descendre un premier étage, cependant le poids du manège détruit un second, puis un troisième étage. Nous laissant dans un heureux hasard juste devant la porte de sortie que nous empruntons sans se poser de question. Une fois dehors une horde de spectateur nous regardaient les yeux ahuris.

- J'espère que tu as une idée maintenant... car moi je commence à sérieusement fatiguer niveau magie..


Dernière édition par Noa Shin le Mar 18 Sep - 23:02, édité 1 fois
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mar 18 Sep - 22:35
Le constat du concepteur du manège avait été hilarant. Ignorant tout des faits et qu'il s'agissait au final de deux hors la loi, il publia de nombreux rapports indiquant que l'accident n'était pas de sa faute. En effet, le manège était censé descendre en douceur à un étage inférieur, certes en tournant plus vite par ac-coups, mais toujours de manière régulée et parfaitement sûre. Je ne peux pas m'empêcher de l'imaginer, essayant de s'expliquer, prenant comme argument que les jeunes de nos jours sont trop impatients... Ce qu'on m'en avait rapporté était assez hilarant. En revanche, moi qui avait vécu la scène aux premières loges. En réalité, Noa fit de nouveau usage d'un don qu'il avait visiblement juché au rang d’œuvre d'art, j'ai nommé: passer en force. Accroché à mon fidèle destrier de bois, je l'ai regardé avec des yeux ronds et sans doute une lueur d'effroi en réalisant que nous chutions. Puis, l'espace de quelques secondes, le monde devint une continuelle succession de chute et de gravats, en perpétuelle expansion. Le plafond fut sérieusement secoué plus d'une fois, mais il tint bon, bien qu'il ai dévié de plusieurs degrés à la fin de la chute.

~... C'est enfin fini?~
me disais-je à moi même, yeux clos, voyant que le fracas s'était effondré. Noa était à côté de moi, visiblement moins perturbé par le choc que moi. Au risque de paraître ingrat, j'aurais préféré me passer de son aide parfois... Ma blessure au bras semblait s'être ravivée, et j'eu peur qu'elle n'inonde de nouveau le bandage de fortune de mon liquide vital. Ce dernier sembla conserver un minimum sa couleur, en revanche, une douleur aigüe me transpercerait la chaire pour un moment. Tout chancelant, je quittai ma fidèle monture dont le socle chancela pour finalement se ployer lentement maintenant que je n'étais plus là pour le soutenir. Encore un élément qui rendait la scène plus inquiétante... Quand je vous disais que ces manèges étaient bien conçus.

- J'espère que tu as une idée maintenant... car moi je commence à sérieusement fatiguer niveau magie..

J'examinais alors les environs afin de constater l'étendue des dégâts. Eh bien... Disons que si je devais sortir le porte-feuille pour rembourser, je devrais me charger de la plonge pour plusieurs années. Le véritable gouffre que nous avions forés nous avait amené droit vers la sortie... Enfin, une sortie improvisée, percée à travers du carton par l'impact du carrousel. Visiblement, nous étions à l'étage vu la trainée destructrice, et à l'extérieur, un petit cercle de curieux commençait à se former devant l'incident. Si on déguerpissait maintenant, comme des voleurs... Attendez, je suis l'archiviste, ce qui fait plus ou moins de moi un voleur, non? Alors je ne me privai pas, et fit signe à Noa de me suivre hors de l'attraction

Reposez vous un moment, je pense que nous les avons semés. Ce qu'il nous faut maintenant, c'est bêtement nous mêler à la foule. Prenez un air naturel, et marchez près de moi, couvert par des groupes de personnes. Même avec vos habits de l'étranger, personne ne fera la différence vu le nombre d'originaux qui se baladent dans le coin.


Au mépris de tous les regards tournés vers nous, partagés entre la stupeur, l'inquiétude et l'excitation de voir quelque chose d’intéressant se passer, je montrai la voie à Noa, marchant fièrement jusqu'au cercle des curieux comme si de rien ne s'était passé, m'époussetant à peine mon costume afin de paraître présentable. Mon chapeau me manquait déjà... Je ne fis pas usage de la magie cependant, ce qui aurait pu aider en une telle situation: après tout, nous avions enfin l'avantage de ne plus avoir à courir, pourquoi signaler notre position d'aussi sec? Néanmoins, ignorant les quelques questions dans le style "Ca va? Vous allez bien?" toutes naturelles, nous parvînmes au fur et à mesure que nous écartions de l'incident à détacher les regards de nous. Dans notre dos se formait tout naturellement un périmètre de sécurité composé des chevaliers arrivant sur les lieux tandis que tel des illusionnistes nous nous exclusion avec insolence dans la foule.

Très vite, je reprend terre avec ce que je connais. Je fais signe à Noa de m'imiter, prenant le pas tranquille mais pressé du touriste qui souhaite voir les attractions et me fondant dans les véritables courants qui agitaient la foule, me mêlant à un groupe d'inconnu et en sortant avec aisance pour en rejoindre un autre allant dans la direction que je souhaitait. Nous n'étions peut-être plus suivis à la trace, et les chances qu'on nous soyons repérés étaient extrêmement minces, mais néanmoins toujours présentes, c'est pourquoi j'optais pour un itinéraire qui nous éloignais le plus possible du parc, jusqu'aux bordures de la ville. Une fois l'agitation dissipée, je décidai d'entamer de nouveau le dialogue avec l'étranger. Ce dernier m'avait demandé, avant les événement d'où je venais... Question compréhensible, voir banale, mais, chacun à ses secrets, et les miens sont plus noirs que ceux des autres... Je partis donc du fait que j'avais oublié la question en enchainant sur complètement autre chose. Ca avait autrement plus de tact qu'un "Ca ne vous regarde pas".

Bon, il semblerait que nous soyons pour le moment hors de danger... Fiou...
fis-je en m'essuyant le front, autant pour la forme que pour dégager l'excédent de sueur. Encore navré de nous avoir entrainé dans cette affaire, vous devez sûrement avoir d'autres préoccupations, d'autant que vous n'êtes même pas d'ici... C'est ce qu'on peut appeler avoir un cœur d'or j'imagine, en tous cas, ça m'apprendra à parier aux mauvais endroits...

Où que nous allions, tout semblait animé, vivant et surtout bondé de monde, ce dont je n'irai sûrement pas me plaindre. Les attractions s'alternaient de nouveau avec des séries de boutiques multicolores, proposant diverses figurines des héros emblématiques du parc. Un brouhaha constant nous rendait paradoxalement inaudibles, et d'une certaine manière parfaitement en sécurité. Nous étions finalement parvenus près d'une falaise au bord de mer, affirmant toujours sa proximité du parc par un nombre conséquent de petit commerces de friandises et d'une petite place à spectacle, qui pour l'instant ne présentait rien d'autre qu'une troupe d'acteurs en trains de s'activer. Je me libérai alors de la foule et vint m'accouder à la rambarde, observant l'étendue indigo. Si je voulais rester purement professionnel, je ne serai sorti de la foule compact, mais j'estimais que le danger n'était plus qu'un lointain souvenir. D'autant que j'avais sérieusement d'un grand bol d'air frais avec la chaleur humaine qui se dégageait de cet endroit

Je fis une petite pause, le temps de bien l'analyser du regard. Peu important la façon dont on l'abordait, l'impression qui revenait toujours criante était "perdu". Un décalage qui saute aux yeux et les crève sans merci, son petit périple avec moi n'avait bien entendu pas arrangé les choses. Mais quoi qu'il en soit, je ne parvenait pas à le voir comme quelqu'un de mauvais. Au fond, il me ressemblait un peu. Je doute que nos passés aient beaucoup en commun, mais un sentiment de familiarité me poussait à le trouver sympathique.

Ne vous inquiétez pas cependant, Fiore est un pays magnifique. Je serai chauvin en disant qu'il est le meilleur de ce monde, mais en tous cas, il a su me plaire à bien des reprises. Quels sont vos projets dans le futur? Comptez vous rester? Ou rentrer au bercail?
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mar 18 Sep - 23:43
Un coup d’œil sur l'horizon me permet de comprendre vite fait que nous sommes dans une situation des plus délicates. Apparemment il semblerait que nous ayons échappés aux forces de l'ordre de manière temporaire, mais de part la discrétion de ma précédente technique un cercle d'admirateur vient d'arriver. Dans ma tête je me félicite, moi qui me prétend être un homme discret, je n'ai rien trouvé de mieux que de devenir un centre d'attraction dans un centre d'attraction. Jolie exploit dont je suis l'auteur. Heureusement mon nouvel ami trouve le moyen de nous sortir de ces regards. Profitant sans doute de l'amas de fumé nous entourant petit à petit, il décide de me traîner directement dans la foule pour s'assimiler à elle. Ingénieuse manière de disparaître bien plus efficace que nos précédentes courses. Sans trop de difficulté j'arrive à le suivre dans sa démarche, alors que nous étions les mauvais brigands saccageant le parc quelques minutes auparavant nous voilà maintenant juste des touristes peu orthodoxe. Cette longue escapade vers un lieu tranquille me fait alors penser aux leçons que me donnait mon père dans mon enfance. Un jour il m'avait expliqué une règle d'or pour survivre dans une situation où les forces de l'ordre est à notre poursuite. Courir ou les combattre ne sont pas des idées efficaces m'avait-il dit, car elles nous rendent encore plus visible, non la règle d'or est de se dissimuler dans la foule. Après avoir eu beaucoup de mal à comprendre le concept et encore plus à le mettre en application j'étais devenu assez doué à ce jeu. Du moins pour des personnes peu regardante.

* Je crois que je ne retrouverais plus le chemin de l'appartement... pourquoi j'ai pas pris mon portefeuille avant de partir... pfff va falloir que je travaille à cause de cet étranger... *

Je sais pas vraiment où je suis. La densité de la foule autours de nous ne diminue pas, je vois à peine le nom des magasins et attractions bordant la route. La seule solution que j'ai c'est de faire une confiance aveugle à mon nouveau compagnon. Suivre un homme que je ne connais pas, voilà encore un comportement qui ne me correspond pas. Pourtant je continue sans hésitation, cet homme possède une chose laissant penser qu'il n'est pas mauvais. Du moins à mes yeux, il n'est pas dangereux. Au fond de moi je sais pertinemment que c'est un tricheur, mais je sais aussi que tricher aux jeux n'est pas vraiment mal. Juste une forme d'intelligence peu reconnu. Et je vois bien qu'il est gêné de m'avoir entraîné dans son périple, ses excuses ayant l'air sincère.

- Ne t'inquiète pas pour ses détails. Je t'ai aidé, car.... enfin à vrai dire c'était plus le sort du hasard qu'autre chose... mon pouvoir est parti tout seul et …

Ma phrase ne trouve pas de fin. Jeremiah comprend ce que je veux dire, et il n'insiste pas. Nous continuons notre route, finalement un coin isolé des regards nous fait office de refuge. Une magnifique vu sur la mer, les reflets des étoiles sur cette étendue bleue ne rajoutent que plus de beauté à la scène. Autours de nous il n'y a pas grand monde juste quelques couples en recherchent de romantisme. Mes yeux s'habituant au peu de lumière, je remarque qu'il me scrute des yeux, ou plus exactement il me juge. Il fait ça de la même manière que moi. Quelques secondes passent et il me parle. Il veut savoir ce que je compte faire maintenant. Je réfléchis avant de répondre.

- Mes projets... J'hésite avant de continuer. Je pense continuer la visite de ce pays. Après tout je n'ai jamais rien vu d'autre que la cité de mon enfance. Contrairement à ce que vous semblez penser je ne suis pas un étranger au pays de Fiore, je ne l'ai jamais quitté, mais jamais visité non plus. Hydrolia a été ma prison...

Impossible de continuer. Je regarde la mer debout les mains dans la poche. Des images envahissent mon esprit, mon fils toujours là-bas, ma femme morte pour la bonne cause, le sourire de mon père en m'expliquant le concept de liberté. Mais je reprends ma tête, je prend une grande bouffée d'air avant de continuer.

- Une chose est sûr, je vais soigner le mal qui entoure la ville d'Hydrolia, je vais faire d'elle un endroit accueillant pour tous. Et vous, ou plutôt tu ? Car après l'épreuve que nous avons passé je pense qu'on peut se tutoyer. Tu as des projets ? Outre le fait de gagner de l'argent en jouant  Dis-je en riant.
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Mer 19 Sep - 21:23
Hydralia hein? Afin d'éviter toute diffamations, disons qu'il ne s'agissait clairement pas du coin où j'aurais aimé passer un week-end en amoureux. Un week-end tout court d'ailleurs. En fait, soyons même clairs: A moins d'éprouver une affection maladive à l'égard de l'élément aqueux, vous risquez de la trouver à la fois morne et sinistre. Je hochais la tête avec compréhension. Visiblement, il n'y a pas que moi qui en ai bavé... D'autant que Noa semblait y avoir passé un sacré bout de temps. Toute sa vie au final... J'ignorai qu'on appliquait un tel régime là bas cependant.

La mer nous projetais à intervalle régulier le fracas de son ressac qui était encore invaincu face à la ville, bien qu'à l'occasion un cri caractéristique d'une personne se faisant balancer dans plusieurs directions simultanément leur parvenait distinctement. Je me retournai, quittant l'étendue noire pour jeter regarder d'un œil nouveau la ville. Malgré le fait que nous ayons proprement démolis deux attractions (assez importante, d'autant plus), rien à l'horizon ne semblait perturber le schéma mouvant et pourtant immobile de la ville loin d'être endormie. Une ville ou chacun agissait de son côté et ignorait le reste, insouciante au possible... A plaindre ou à envier? Pas le temps de réfléchir que Noa me harponnait de nouveau là où ça fait mal

Et vous, ou plutôt tu ? Car après l'épreuve que nous avons passé je pense qu'on peut se tutoyer. Tu as des projets ? Outre le fait de gagner de l'argent en jouant


Je me souviens que je souris alors tout naturellement face à la question. J'ébouriffai mes cheveux dans une vaine tentative de leur faire perdre leur fâcheuse manie à rester impeccable quel que soit les événements. Ça m'a permit de gagner une ou deux secondes, amplement suffisant pour trouver les mots justes.

Un objectif noble, ton plan pour Hydralia. Probablement irréalisable, mais n'est-ce pas à cela qu'on reconnait les visionnaires? Je lui balançai alors un sourire encourageant pour ne pas le démotiver. Allez, ne fais pas cette tête, au moins, grâce à toi, j'ai appris quelque chose à propos de cette fameuse ville aujourd'hui. Quant à moi... Je baissais instinctivement les yeux de façon à les enrober par la pénombre. Disons que... Oui, j'en aurais. Peut-être même aussi ambitieux que les tiens, qui sait? En réalité, à mes yeux et même d'un point de vue objectif, la tâche était tout aussi colossale. Détruire toutes les guildes noires? Oui, c'est noté, ce sera tout? Je restai néanmoins tout aussi vague que lui, veillant à ne pas trop en dire. Après tout, nous n'étions que deux étrangers dans le même bateau, d'autant que si lui était presque un fugitif, moi j'étais carrément hors-la-loi. Bien que je n'allais pas non plus tout lui déballer, la sympathie qu'il m'inspirait était réelle. De même, cela avait fait un moment que je n'avais pas discuté franc-jeu avec quelqu'un, sans user de ma magie. Je n'irai pas m'attarder à être sentimental sur l'impression d’authenticité de la chose, mais c'était quelque chose d'agréable d'être en phase avec quelqu'un aussi facilement. Jouant à pile ou face avec ma conscience, je finis cependant par tomber du tranchant de la pièce pour m'engager complètement

Il serait néanmoins dommage que notre belle collaboration ne soit que l'histoire d'un soir non? Je pense que le secret est levé quant à nos potentiels: tous deux mages. Pas les plus puissants qui soient, mais pas non plus une raison pour se montrer défaitiste. Disons simplement que je pourrai t'aider à ton objectif... A ma manière, bien entendu. Cependant, il est fort possible que mon soutien seul ne suffise pas... Malgré son isolement, tu n'es pas sans savoir que les pratiquant des arts magiques de ce royaume sont organisés en grande majorité dans des guildes, pas vrai? Qui sait, l'une d'elle avec laquelle tu partage des idéaux pourrait peut-être t'aider à obtenir ce que tu recherche...


J'étais resté évasif, ni noms ni adresses, mais n'importe qui dépassant les deux de QI aurait pu deviner que je ne disais pas cela innocemment. Ce qui était le cas. J'aime progresser à tâtons, après tout, je n'allais pas lui proposer ouvertement une entrée gratis dans une quasi-guilde noire, si? Soyons un tantinet sérieux.
Spoiler:
 
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Sam 22 Sep - 17:09
Avec toute l'attention dont je suis capable j'écoute les paroles de mon nouvel ami. Sur de multiple plans, nous nous ressemblons. Chacun ayant ses rêves propres, des rêves placés au niveau de l'utopie, des rêves de visionnaires. Voulant tester son honnêteté je le laisse me percer à jour, donnant des informations sur mon passé qui ferait mieux de rester secrète. Sans le connaître j'ai confiance en lui. Lui aussi semble vouloir le bien d'autrui, nos origines sont peut-être différente, mais pas notre volonté. L'impossible est notre but, seule la manière change. Je le regarde, je l'écoute et j'essaye de le jauger. Ses réactions me laissent penser que cette conversation ne sera pas la dernière, il veut me faire passer un message. Il suffit de lire entre les lignes pour comprendre, mais je joue l'idiot.

- S'unir avec d'autres personnes. Je ne crois plus en l'union.

En finissant ma phrase je sens qu'un blanc s'instaure dans la conversation, mais le silence est régulièrement brisé par le bruit de la mer frappant la roche avec violence. Je me retourne vers les étoiles et décide d'emmener plus loin ma réponse.

- Je sais d'expérience que la force portée par un groupe est aussi le pire ennemi de celui-ci. En groupe l'individu est brisé par les autres, une dépendance naît alors. L'être humain est un solitaire, du moins c'est ce que je crois. Et puis, même si je trouvais une guilde s'accordant parfaitement avec moi, nous ne pourrions rien faire. Le conseil ne laisserait pas des mages s'attaquer à Hydralia, même si leurs intentions sont bonnes. Non depuis que je lutte seul j'ai fait d'énorme progrès, mes recherches m'ont permis de connaître parfaitement mon ennemi. Je connais sa force, mais surtout ses faiblesses. Il ne me reste plus qu'à avoir la force de les exploiter...

On lit la tristesse sur mon visage. J'essaye de lâcher un sourire malgré cela.

- Quant aux guildes noires, elles sont en dehors des règles et en profitent pour des actions immorales. Je me sens condamné à la solitude. Mes idéaux ne sont pas adaptés à ce monde.

Une vague de nostalgie s'installe alors dans mon esprit. Je revois mon passé dans ses moindre détails. C'est alors qu'un feu d'artifice explose au loin. La ville de la fête et du jeu semble encore faire des siennes. Elle nous a oublié, nous ne sommes que des parasites d'un soir dont elle ne se soucie plus.

- Une solution serait de créer une organisation en dehors de ce système. Une guilde qui ne serait pas limité par le conseil, mais dont la moralité l'empêcherait de commettre des crimes. Une sorte de guilde noire n'ayant pas un sentiment de rivalité avec les guildes officielles. A ma connaissance une telle guilde n'existe pas, c'est bien la preuve que les hommes ne sont capables que d'une chose, obéir ou désobéir. Dans les deux cas l'union n'est que superficielle, un code social destiné à prouver son appartenance.

Je ne vais pas plus loin dans mes explications. A mes yeux j'en ai déjà bien trop dit sur moi-même, après tout je connais à peine cet homme. Mon avis sur lui est plutôt positif, c'est rare que je puisse parler d'égal à égal avec un visionnaire de mon genre.

- Je parle beaucoup de moi, mais toi, tu restes discret. Tu prétends avoir des rêves aussi ambitieux que les miens, mais n'en évoque pas la nature. Je respecte ton choix, cependant tu n'as pas l'air de faire parti d'une guilde pour t'aider, enfin je ne vois pas sur toi un signe prouvant une quelconque appartenance. Pourtant tu sembles sous-entendre quelque chose, aurais-tu trouver des alliés pouvant t'aider dans ta quête ? Regroupés sous une bannière cachée au reste du monde ?
Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Sam 22 Sep - 23:02
A cet instant précis, je me relevais, me tenant droit. Effectivement, mon partenaire n'était pas un idiot, et on pouvait sentir qu'il avait déjà réfléchi à la question. En effet, Hydralia avait pu se montrer à certains égards plus que douteuse, même si je n'en savais encore rien, il était compliqué pour le conseil déjà empêtré dans des décisions et mesures inutiles de prendre des décisions drastiques pour régler la situation. Je respecte le conseil des mages, malgré mes démêlés naturels avec eux (après tout, il faut bien que quelqu'un s'occupe de réguler un royaume où une produire une explosion est aussi facile qu'un claquement de doigts), mais il faut bien avouer que niveau efficacité... C'est d'ailleurs pour cette raison que je ne me suis pas repenti entièrement. Ça et le fait qu'à l'âge de 10 ans, j'avais déjà un passé assez louche pour mériter de me faire enfermer jusqu'à ce que mon début de puberté devienne grisonnant. Si ce dernier ne pouvait en effet pas grand chose contre des agissement louches dans un coin aussi hostile, il était bien plus facile d'agir sans se limiter aux limites de la légalité... Même si très franchement, je n'avais aucune idée de comment faire à l’instant T

J'avais plus ou moins préparé mon ma réplique mentalement et celle-ci ressurgit avec un impact d'autant plus fort. Tournant mon visage vers lui, je lui sortit un sourire aussi éclatant que carnassier. Et si c'était le cas? A l'instant où j'avais prononcé ces mots, une nouvelle bombe explosa dans mon dos, inondant le ciel d'une cascade d'étincelles jaunes au plus grand bonheur de la foule qui avait instinctivement plus ou moins stoppé ses activités pour lever les yeux aux ciel. La musique du festival accompagnant le classique feu d'artifice retentissait au loin, ce qui faisaient contracter leur scène d'une manière encore plus étrange. Je décidai alors de ré-enchaîner après ce petit instant théâtral: Tu as tout à fait raison, dans la situation actuelle, même si les agissement d'Hydralia restent flous pour moi, il est difficile pour le conseil ou une guilde quelconque d'agir. Il va falloir s'engager en solitaire donc... Mais si je te disais qu'il existe effectivement une organisation regroupant de telles personnes?

Je pris une petite pause, me tournant cette fois à l'envers, dos à la rambarde tout en continuant d'exposer l'idée à Noa qui visiblement semblait intéressé par la révélation. Après tout, n'était-ce pas exactement ce qu'il recherchait? Je reconnais qu'on ne puisse pas vraiment parler d'une guilde "soudée", comme on en à l'image, avec Blue Pegasus ou Fairy Tail par exemple. Appelons plutôt ça... une organisation à profit mutuel? Je t'aide, tu m'aides, et on progresse tous deux sur le chemin de la réussite. Nous sommes libres d'agir à notre volonté, mais étant donné que l'union fait la force, on se serre les coudes. Je brandis un doigt comme pour émettre une condition Une seule règle: agir pour l’intérêt du bien commun. C'est bien souvent une destination de choix pour des criminels cherchant à se repentir d'une manière plus... efficace que de rester derrière des barreaux, ou bien qui poursuivent un idéal nécessitant des manières peu orthodoxes. Comme toi. Et, d'une certaine manière, comme moi. Je croisai de nouveau bras suite à mes déclarations. J'en avais dis beaucoup, mais rien de compromettant. Ni le nom, ni l'endroit, ni rien de vital à la sécurité de la guilde. Crime Sorcière, sans lever des foules n'était plus un secret pour peu qu'on s'y intéresse.

Et puis, même si ce genre d'invitation reste assez fermées, je n'avais franchement aucune raison de m'inquiéter pour son cas. Vu la manière dont nous nous étions rencontrés, il aurait pu difficilement s'agir d'un espion. De même, si il avait voulu me mentir, il aurait pu au moins choisir une histoire aussi énorme. Et, étant moi même un expert dans ce domaine, je sais reconnaitre un menteur quand j'en vois un. Aucun risque pour son cas.

Dalt Wisney nous faisait le privilège de nous offrir bouquet final dans son feu d'artifice, inondant les cieux de milliers d'étoiles éphémères. Je ne suis pas poète dans l'âme, mais il faut reconnaitre que c'est une belle invention. En revanche, ça faisait un boucan de tous les diables, si bien que personne ne nous avait entendu. Avantage à double tranchant, le bruit des explosions m'avait également dissimulé les ordres lancés par une petite escouade, toujours à nos trousses visiblement qui venait de nous reconnaitre au loin. Je pris une moue contrariée à cette vision. Décidément, ils étaient tenaces et avaient un flair aiguisé. Coup de chance ou autre stratagème? Comment savoir... Fort heureusement, la petite place élancée sur la mer, de par sa scène de spectacle qui avait repris de plus belle et proposant une vue imprenable pour assister à celui se déroulant dans le ciel représentait l'avantage (ou l'inconvénient bien souvent) d'être bondée de monde, et c'est en jouant des coudes et d'injures qu'ils se frayaient un chemin d'une manière certes imprégnée par l'habitude, mais toujours ralentie. Cul de sac, échec et mat et désolation, je dois admettre que j'avais pensé naïvement que nous étions enfin tranquilles.

Sans m'inquiéter pour autant, je montrai à Noa l'avancée des braveurs de foules, puis, le temps pressant, lui dit assez rapidement: Ce que je t'ai dis n'est pas une blague: nous agissons sous couverture ingrate, mais nos idéaux sont nobles. Sans pouvoir t'embrigader d'office, je pense qu'il peut s'agir de la voie que tu recherches. Je te préviens tout de suite néanmoins, ce ne sera pas de tout repos. Oublie toute idée que tu te fais d'une vie bien tranquille. Adhérer à la guilde, c'est se montrer hostile à la fois aux guildes noires mais également au conseil. Je dois avouer que nous n'avons pas le beau rôle dans l'affaire, à la fois traqueur et traqué, mettant chaque jour notre propre vie sur la balance. Mais... Je lui décochai un sourire complice, ça tu le savais déjà, non? Traçant un itinéraire imaginaire, de nombreux regards faisaient le rapprochement entre l'avancée des chevaliers et nous, nous fixant d'un œil soit curieux soit carrément mauvais. Les plus vindicatifs d'entre aux aideraient-ils les chevaliers si ils en trouvaient le courage ou la volonté? La question était intéressante, mais dans la mesure ou l'une de ses réponses ne m'arrangeait guère, je décidai de ne pas tenter l'expérience. Je présentais une main franche vers Noa pour une poignée de main nouant notre entente, tout en ajoutant d'une voix tranquille: Je conviens que ce n'est pas le genre de décisions à prendre à la légère, mais il faut également nous soucier du présent. Partenaires?
Spoiler:
 
Noa Shin

avatar

Messages : 55
Date d'inscription : 21/08/2012
Âge : 24
Guilde : Aucune
Magie / Malédiction / CS : Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.350
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Dim 23 Sep - 14:16
Outre le fait d'être un visionnaire rêveur, une espèce très rare d'être humain pouvant apporter le changement, cet homme se trouve aussi être un bon orateur. Le genre de personne pouvant te convaincre de rejoindre leur cause par la seule force des mots. Je ressens sa volonté, je sais qu'il se donne à fond juste en le regardant. Heureusement, je ne suis pas un simple d'esprit, ses discours seuls ne suffisent pas à me convaincre, même si j'en suis tenté. J'analyse sa proposition, j'essaye de comprendre comment l'organisation dont il me parle a pu passer en dehors de mes connaissances. Une guilde qui n'est ni noire, ni officielle et luttant pour les intérêts personnelles de ses membres. Le concept est trop beau pour être vrai, j'ai du mal à y croire pourtant je ne peux m'empêcher de me dire et si c'est vrai. Avant de lui donner une réponse, il faut que j'en sache plus. Cependant notre discutions arrive à son terme, cachée par les bruits du feu d'artifice, une escouade se rapproche de nous par la grande place. La foule ralenti sa progression, mais la fuite ne peut nous être accordée à moins de sauter dans la vide. N'ayant pas le choix, je me tourne vers mon camarade et lui tend la main.

- Ok. J'accepte ton invitation, mais attention si jamais tu m'as menti sur la nature de ta guilde, je risquerais de perdre le contrôle de mes pouvoirs.

Pas besoin d'en dire plus. Il connaît ma capacité et son potentiel destructeur. Je laisse toute fois un air grave sur mon visage pour lui faire comprendre qu'il ne s'agit pas d'une menace en l'air. Les secondes passent et les soldats se rapprochant de plus en plus je l'attrape alors par la main avec une sourire aux lèvres.

- Bon avant d'aller plus loin, il va falloir qu'on leur échappe partenaire. J'espère que tu sais nager !

Sans lui laisser le temps de réagir, je saute du haut de la falaise tout en l'entraînant dans ma chute. Je le sens surpris et légèrement apeuré. Après tout il n'est pas le seul fou dans ce bas monde, je le suis aussi.

- Surtout ne te téléporte pas, j'ai les choses en main !

Je ne sais même pas si il a entendu mon conseil ou si il n'a juste pas la force de se téléporter, mais lorsque nous pénétrons dans l'eau, j'active mon pouvoir comme une sorte de bulle protectrice autours de nous. Ainsi les roches pointues ne nous transpercent pas, elles sont simplement détruite. Je lâche alors sa main et lui indique de nager en direction de la falaise tout en restant sous l'eau.

* Maintenant il faut que je prépare une planque. Ici ça fera l'affaire. *

A bout de souffle je m'approche de la parois et avec ma main gauche créé une petite grotte à l'intérieur remontant sur quelques mètres en dehors de l'eau. Nous pénétrons à l'intérieur pour nous retrouver en dehors des lumières de surveillance, mais surtout en toute sécurité.

- Ils doivent nous penser mort maintenant. Mais nous ferions mieux de ne pas trop nous montrer dans cette ville.

Mes affaires sont trempées, et je commence presque à être malade. Je fais mine de rien et continue ma tirade.

- J'ai accepté de rejoindre ton groupe, mais je ne connais même pas son nom ? A vrai dire j'ai un tas de questions, mais nous n'avons pas le temps à l'instant...


Jeremiah Shūhebi

avatar

Messages : 44
Date d'inscription : 19/08/2012
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô
Magie / CS Secondaire : Téléportation

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.320
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   Dim 23 Sep - 17:40
J'encaisse la menace sans coup férir, affichant toujours un sourire charmeur. Après tout, cette dernière n'était valable que si je mentais? Hors cette fois-ci ce n'était pas le cas, alors où était le problème? Il accepta ma poignée de main, mais il perturba ma concentration en tirant sur cette dernière, m'emmenant près de la rambarde. Que comptait-il faire? Le petit repos que nous avions pris m'avait permis de reconstituer tout juste assez de réserves pour nous permettre de nous téléporter au loin sans finir sur les rotules à l'arrivée, pourquoi changer les plans?

- Bon avant d'aller plus loin, il va falloir qu'on leur échappe partenaire. J'espère que tu sais nager !

Si je sais nager? Haha, d'accord j'ai compris! On se jette de la falaise, tout en me téléportant au dernier moment, donnant l'illusion qu'on se noyait tout en se la coulant douce à des centaines de mètres de là. Loin d'être nécessaire, mais pour avoir avoir expérimenté cette prise de risques deux ou trois fois, je dois avouer que c'est non seulement grisant, mais qu'il était hilarant de s'imaginer la tête de nos poursuivants. Noa partageait-il mon sens du spectacle? Visiblement oui, parce que devant les yeux d'un public grandissant et perplexe, nous escaladions la petite barrière nous séparant du vide et de l'immensité aquatique. Je ne pu m'empêcher d'esquisser un salut d'adieu au capitaine de l'escouade, qui sans pour autant ralentir sa course me jeta le regard étonné et dépité de l'homme qui avait peur de comprendre. On peut dire tout ce qu'on veut, ce genre d'instant vaut de l'or. Mon partenaire ne me laissa pas le temps de le savourer néanmoins et m'embarqua de force dans une chute aussi vertigineuse que probablement mortelle, couvert par un concert de cris au dessus de nos têtes. En dessous de nous se mêlaient l'eau et la roche en des formes presque menaçantes dans la nuit nous enveloppant.

Je pourrais mentir en disant que je n'ai éprouvé aucune peur, osant même quelques saltos pendant notre descente vertigineuse, mais je pense que ce serait quelque chose de difficile à faire avaler. Le dilemme est que si je n'ai pas le vertige, je ne suis pas fan de la vitesse, or, celle-ci grandissante jusqu'à notre mort représentait un excellent rival aux montagnes russes expérimentées plus tôt dans la soirée. Mais, puisque ma vie était en jeu, je décidai de faire un effort de concentration pour nous tirer de ce mauvais pas. Visualiser ce lieu, celui où je compte nous téléporter, puis...

- Surtout ne te téléporte pas, j'ai les choses en main !


Ma concentration fut de nouveau brisée par Noa, mais cette fois je ne le pris pas aussi bien. Seul mon estomac et ma gorge noués m'empêchèrent de lui répliquer un cinglant "Bonne idée! Sur lequel tu t'empales toi?" Ça peut paraître étrange, mais en ce moment précis je l'ai haï plus que quiconque sur terre, avant de me rappeler qu'il devait savoir ce qu'il faisait. Non? Heureusement pour ma vie, si. L'impact avec l'eau fut brutal et je sombrais irrésistiblement vers le fond, luttant de tout mon possible pour m'arrêter sans succès. Je n'avais pas eu le temps de lui répondre, mais pourtant le détail pouvait avoir une certaine importance: Oui, je sais nager. A peu près aussi bien qu'un bloc de granit. Heureusement, Noa mettant son pouvoir au service de la bonne cause (à savoir, nous tenir en vie), les rochers perdirent leur consistance menaçantes pour se désintégrer, tout simplement.

Devinant qu'il fallait suivre Noa, je me démenais avec l'eau afin de parvenir à le suivre avec un succès plus que discutable. Sous l'eau, la visibilité est quasi-nulle, le sel marin torture mes globes oculaires et je subis le paradoxe du noyé, à savoir pas assez d'air et trop de mouvements. Poussé par l'instinct de survie, nous crevâmes finalement la surface et je vis Noa utiliser une nouvelle fois sa magie pour raser un pan entier du mur. Je m'y agrippai avec hystérie et tâchai de me remonter, battant bras et jambes pour me hisser sur le pan de roche. Je m'étalai alors à terre, tout grelottant, inspirant de l'air et expirant de l'eau, mes bras me soutenant aussi stable que de la gelée. Je trouvai assez de courage et d'oxygène pour articuler une seule phrase: Je te déteste...

Plusieurs minutes passe avant que je me remette du choc. Notre cachette de fortune nous protégeait des regards, en revanche, elle serai tôt ou tard submergée par l'eau. En revanche, là haut, aucun doute là dessus: à leurs yeux, nous étions morts. Ce qui ne nous empêchait pas de bientôt l'être avec la pneumonie que nous allions attraper. Je tendis une oreille noyés à Noa lorsqu'il poursuivit. Je n'avais néanmoins plus l'énergie pour fanfaronner, et je restai assez sobre dans ma réponse, articulant simplement:

Crime Sorcière. Peut-être pas la seule, mais une des plus importantes guildes indépendantes de Fiore. Au cas où tu te demanderai, aucun signe distinctif, ni recensement auprès du conseil ou des autorités... Le siège de la guilde est aussi nomade que ses membres, il nous faut sans cesse le rechercher. Mais effectivement, ce genre de détails peut attendre. Pour l'instant, il vaudrait mieux trouver un moyen de ne pas succomber à la pneumonie que nous allons nous ramasser


Je déboutonnai mon smoking, me laissant en simple chemise, paraissant encore plus rachitique trempé jusqu'aux os et essorait le vêtement du mieux que je pu. Rien de très flagrant pourtant, et ce n'était pas en pleine nuit-noire qu'il allait pouvoir sécher. Néanmoins, même en évacuant une quantité assez impressionnante d'eau du vêtement, cela ne justifiait pas le fait que celle-ci avait gagné du terrain dans la petite grotte. Pestant intérieurement, je me repris et dit: On dirait que l'océan souhaite reprendre notre petit abris, je propose que nous évacuions et qu'on aille se sécher quelque part. Je peux encore nous téléporter, de toutes façons, je ne me ressens pas l'âme d'un enfant de la mer... J'esquissais un geste pour montrer le plafond et ce qui se trouvait au dessus: Je pense qu'on nous crois mort, en tous cas, ils ont sûrement dû arrêter les recherches. Néanmoins, je ne doute que deux originaux trempés jusqu'aux os fassent sensation en pleine ville.

Je me concentrai alors sur une plage qui normalement devait se trouver assez proche. Une fois mentalement visualisée, je fermai les yeux, et saisis l'épaule de Noa. Lorsque je les rouvrit, la mer à laquelle nous faisions fasse semble ne pas avoir changée, en revanche le sentiment de claustrophobie s'est largement dissipé. Quelques irréductibles étoiles résistant à la pollution lumineuse de la ville nous permettaient de bel et bien nous affirmer que nous étions sortis, et, même si j'en respirai depuis plusieurs jours maintenant, l'air marin me fit du bien. Autour de nous se dressaient des dunes à pertes de vue qui rejoignaient tôt ou tard des traces de civilisations, formant une couronne autour de la mer. La présences d'arbres au loin sous forme de petits oasis herbeux tranchaient avec le côté sablonneux du paysage et représentaient un coin agréable faute de mieux. De toutes façons, hors de question de revenir en ville pour le moment, même dans un petit village à proximité. J'espère que tu n'as rien contre dormir à la belle étoile?
Spoiler:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]   

Bien mal acquis ne profite jamais [PV: Noa Shin]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Sud :: Hespéria
-