Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Drôles de Dames [Arric & Aliénore]

AuteurMessage
Kalindra Flashman
Lady DollLady Doll

avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 23/11/2012
Âge : 23
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Ningyo no Mahô / Magie des Pantins

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.325
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Ven 19 Fév - 12:05
Drôles de Dames

L'achat de l'extrême



Je m’étais levée tôt ce vendredi. Après une longue période sous la douche et un petit déjeuner copieux, j’étais déjà en chemin avec mon casque audio sur la tête pour atteindre Carmina en après-midi. Je n’avais jamais visité cette ville que l’on disait aussi éblouissante qu’harmonieuse. Non, je n’y allais pas pour mon travail, mais bien pour retrouver quelqu’un avec qui nous nous étions entendues pour nous revoir. En effet, je parlais d’Arric Jasmina… Arric Germainu… Arric. Deux semaines s’étaient écoulées depuis cette horrible et courte défaite au Domus Flau. En effet, il s’agissait plus d’un abandon précoce qu’une véritable défaite puisque j’avais simplement levé le drapeau blanc au moment où j’ai vu qu’Akira n’était plus en état de se battre. Je n’étais pas en colère après elle et encore moins contre notre adversaire, mais j’étais dégoûtée par ma propre lâcheté. Voir ma coéquipière et amie par terre inconsciente m’avait totalement enlevé le goût de me battre, ce qui avait fortement fait huer le publique, mais cela importait trop peu pour moi.

Finalement, j’avais reçu une lettre la veille venant de cette mystérieuse Arric. Elle me proposa de prendre rendez-vous à Carmina au coin d’un parc dont j’avais déjà oublié le nom. Une fois arrivée à la ville en question, je regardais l’heure sur la cloche de l’Église et me rendis compte que j’étais un peu trop en avance sur l’heure. Tant pis, tuons le temps par le biais du MAGASINAGE ! De toute façon j’avais déjà prévu faire des commissions précises avant même de recevoir cette lettre. J’allais donc faire d’une pierre deux coups. L’heure passa rapidement et il était maintenant trois heures de l’après-midi. Encore une trentaine de minutes et Arric sera là. Installée au parc avec mes achats, je ne possédais pas une dizaine de sacs comme l’ont pourrait le penser. Pourquoi donc ? Simplement parce que j’avais acheté l’objet que toutes les femmes de mon âge convoitaient. Un Kangoobag. J’avais même réussi à me dénicher la version Coquette Mauve qui était trop belle pour ne pas être achetée. Cette sacoche fashion pouvait transporter une quantité infinie de stock en elle. J’allais devoir tester avec un piano bientôt. Ainsi donc confortablement installée sur une balançoire, je commençais par sortir ici et là les items que je venais de me procurer.

La première chose à sortir fut cette étrange tablette dont le vendeur n’arrêtait pas d'en venter les mérites. Une couleur magique ? Quel nom pourri si vous vouliez mon avis ! En manipulant délicatement le petit écran rond sur la tablette, je me rendis compte que mes vêtements commençaient à changer de couleur, comme par magie ! Oh, mais il disait donc la vérité ? Mais c’était fabuleux ! Je passais au moins une bonne dizaine de minutes à tester les différents combinaisons pour trouver une couleur qui m’irait bien pour la journée. Ainsi donc, mes vêtements n’étaient plus mauves aux motifs blancs, mais bien oranges avec des motifs rouge foncés. Pour ce qui était de mes fleurs sur la tête, elles étaient d’un joli blanc immaculé. J’étais magnifique ! Cet objet allait devenir le truc le plus utile dans ma vie ! Je le rangeais donc dans mon sac histoire de ne pas trop en abuser. J’allais peut-être finir droguée après tout !

En observant les enfants jouer dans le sable, je me remémorais encore une fois cet injuste duel à Crocus. On ne pouvait même pas appeler ça un combat rendu à ce stade, mais plus à une correction. Peut-être aurais-je été apte à m’occuper d’elle toute seule, mais je n’avais pas du tout envie de le savoir. Durant cette rencontre, j’aurai peut-être des réponses à mes questions et je serai, je l’espère, capable de passer à autre chose. Peut-être même que nous deviendrons amies, qui sait ? Je n’avais pas revu Akira depuis ce jour et je m’en inquiétais. Était-elle en colère après moi ? Après tout, je n’ai pas été capable de la protéger de l’offensive de cette démone. Je me sentais mal, terriblement mal… Non Kalindra, il fallait passer à autre chose ! Je tentais de me vider la tête en sortant un livre que j’avais acheté au magasin ainsi qu’une fabuleuse paire de lunettes magiques ! En quoi étaient-elles magiques ? Simplement par le fait qu’elles me permettaient de lire trente-deux fois plus vite ! Vous avez bien compris ! Trente-deux fois ! Moi qui adorais lire, je ne pouvais pas croire que je ne connaissais pas encore ce magnifique gadget. Bien entendu j’ai acheté les versions mauves, sinon ce n’est pas drôle ! C'est ainsi donc que je commençais à lire, tout cela avec mon casque audio dans les oreilles à écouter cette fabuleuse musique !

Après quinze minutes, j’étais déjà rendue à la moitié de mon troisième livre. C'était tellement passionnant comme histoire ! Ça parlait d'une princesse aveugle qui se faisait kidnapper puis sauver par un paysan pauvre et laid qui se faisait passer pour un preux chevalier. Allait-elle le rejeter lorsqu'elle découvrira la vérité ? Ou au contraire allait-elle se moquer de ces détails et l'embrasser tendrement ? Pour ça il fallait continuer de lire ! Le récit était si palpitant que je ne remarquais même pas que l'heure du rendez-vous avait sonné. Oh mon Dieu, elle l'a giflé !


Dernière édition par Kalindra Flashman le Ven 1 Avr - 4:49, édité 1 fois
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Ven 18 Mar - 22:12

LA PLACE ROUGE.



Pourquoi Carmina ? Pourquoi ce nom ?


Était-ce lié à la peinture ? À la barbaque ? À un évènement tragique ayant laissé du sang sur certaines mains ? À une idéologie ? Cette dernière pensée fit naître en Arric de drôles apparitions : un homme moustachu, une faucille, un marteau… Bref, il fallait laisser ces fantaisies de côté et bien s’orienter. Car la ville était assez grande pour égarer les nouveaux venus étrangers à l’agglomération. De plus, Arric s’orientait au pif, sans carte ni plan, et il lui faudrait du temps à localiser ce Parc aux Nénufars, dont le mot n’était même pas bien écrit correctement ! De quoi s’inquiéter pour une ville réputée culturellement importante, aux innovations artistiques éblouissantes et aux productions d’instruments musicaux raffinés, une des marques à succès de cette cité festive, dont les animations chamboulaient les touristes inaccoutumés à ces spectacles grandioses. Arric se sentait comme une plouc au milieu de toute cette élégance, bien que cela ne la gênait d’aucune sorte. C’était juste un constat authentifié : une fille presque nue se remarquait plutôt facilement au milieu de gens en costumes et d’artistes aux tenues splendides. Mais une autre demoiselle serait facilement reconnaissable au parc, si tant est qu’elle y fut, et s’il n’y avait pas beaucoup de monde s’y promenant.

Arric se souvenait de la lettre, écrite et envoyée de sa main, à la destinataire signalée en haut de page, une probable future amie en devenir.

_________________________________________________________________
« Chère Kalindra,

J’ai un petit papier à disposition, alors je tâcherais d’être brève. Je vous propose un rendez-vous à Carmina, au Parc des Nénufars (il s’appelle bien ainsi, ce n’est pas une faute d’orthographe), afin de mieux faire plus ample connaissance, suite à notre dernière rencontre. J’ai conscience que nous nous sommes quittées en des termes plus ou moins mitigés, mais sachez que je regrette mon geste et que, si vous pensez encore au combat, nous pourrons en parler à têtes reposées sur place. Je ne désire pas qu’un souvenir de ce genre n’empoisonne notre relation, et ne l’envenime au lieu de s’améliorer. Vous aurez toute ma sympathie et mon soutien afin de passer un agréable moment. Je vous reverrais vendredi, en après-midi.

Cordialement.

Arric Jesmetine. »

_________________________________________________________________

Et voilà, retour à la case départ ! Grrr, repenser à ce courrier avait accaparé l’esprit d’Arric, la faisant tourner en rond sur la Place Rouge. Un nom qui mettait mal à l’aise, sachant que la Mage l’était déjà à cause de la réminiscence au Domus Flau. Une attaque brutale et un forfait humiliant… Elle n’avait pas voulu tout ça. Sauf qu’il était trop tard pour changer cet état de fait. Et Arric n’en tirait absolument aucune fierté depuis lors. D’où la proposition d’un rencard, qui la conduisit à Carmina, grande commune faite d’un bel esthétisme, avec pour objectif de s’excuser, de s’amuser, et de se lier d’amitié avec Kalindra, en espérant pouvoir dissiper de son esprit cette victoire amèrement obtenue. Et du sien, par la même occasion.

En obtenant des informations de la part d’individus suffisamment aimables pour répondre, Arric parvint à atteindre le Parc des Nénufars. Et à y trouver Kalindra. Mais dans une tenue de couleurs différentes, ainsi qu’avec une fleur blanche au lieu de rose. Étrange. Seul sa peau au teint hâlé la trahissait, désignant cette fille comme étant celle que la Ice Makeuse cherchait. Assise sur une balançoire, la receveuse de missive lisait un livre, parée d’une étrange paire de lunettes et de son casque audio sur les oreilles, n’entendant ni ne voyant sûrement pas Arric. L’épéiste en profita pour s’approcher par le flanc gauche, s’installant sur la balançoire libre juste à côté de Kalindra, trop occupé à vouloir connaître la suite du récit de son bouquin. La bretteuse décida finalement d’attirer l’attention de la lectrice en inscrivant, grâce à quelques simples gestes de doigts, les mots « ICI ICI ICI » en lettres de glace, devant les yeux de Kalindra, accompagnés d’une flèche pointant vers la gauche. La répétition en trois exemplaires était délibérée, vu que c’était un tic récurrent de Kalindra dont Arric s’aperçut après le duel d’arène en discutant avec elle. Cela n’avait rien de méchant, c’était juste à titre symbolique. En attendant d’être remarquée, Arric regarda le sac de la Fleuriste. La jeune femme s’était faite plaisir avec un peu d‘emplettes avant de se pointer à l’entretien, supposait la Mage des Glaces.


Arric se posa une question intérieurement : est-ce que le shopping, c’est cool ?


HRP :
Spoiler:
 


Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:44, édité 1 fois
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Jeu 24 Mar - 15:06
Mademoiselle Delle Battaglia était une femme qui aimait expérimenter. En tant qu’Alchimiste, la curiosité était une chose normale. Il faut tout tester, tout expérimenter, aller à la limite du connu et de l’imaginable pour faire avancer la discipline. Car l’Alchimie, en plus d’être une magie, est une discipline. Cette discipline au confluent entre chimie, physique, géologie… autant de matières qui peuvent permettre des choses extraordinaires, des choses mêmes impensables, comme le suggéraient ces notes que la jeune femme avait trouvées dans les affaires de son oncle, et qu’elle prenait soin de garder en sécurité.
Mais en dehors de ça, si ce jour Mademoiselle Delle Battaglia était allé à Carmina, s’était donc dans un but précis.

Elle était passée à plusieurs reprises dans la ville de culture de Carmina. Ô certes cela remontait à l’époque où elle devait apprendre à être une femme en respectable en société. C’était donc il y a longtemps qu’elle avait posé les pieds sur la scène que constituaient les pavés des rues, les parquets des magasins.

Elle avait déjà vu des représentations sur les grandes planches de la ville, pu observer, avec cette distance propre aux nobles, les festivals de la ville. Mais très peu de fois.

La ville n’avait pas changé, la seconde héritière de Vittorio Delle Battaglia l’avait fait quant à elle, comme la musique évolue. A l’instar d’une variation, le temps et l’éducation stricte qu’elle avait reçu avaient ajouté les voluptés de l’expérience et la fierté d’appartenir à une guilde aussi prestigieuse que Blue Pegasus à sa structure initiale. Elle n’avait plus ce regard d’enfant, mais celui d’une adulte, ce regard qui enlève la magie de certaines choses.

Ce sont ces ajouts l’avait poussée à remettre les pieds à Carmina.
Naturellement, pour ce qu’elle venait y faire, elle se serait tournée vers une bibliothèque. Mais en tant qu’Alchimiste, il était aussi bien de se renseigner à la fois dans les livres et auprès des praticiens, plus à même d’expliquer en termes humains ce que les auteurs s’évertuent à rendre compliqué sans grande utilité. Cependant, Aliénore n’allait pas les blâmer, elle faisait la même chose dans ses notes d’Alchimie.

Sa venue était due à une interrogation quant à la réaction des matériaux face aux sons. Des magies pouvant impacter sur la matière par les sons existaient. Comprendre comment les matériaux les plus importants pouvaient réagir face à ces sortilèges permettrait à la fois de développer de bonnes contre-attaques, de bonnes défenses et éventuellement suffisamment de matière pour permettre à la jeune femme d’écrire un nouveau chapitre dans son ouvrage d’Alchimie. Il faut dire qu’elle avait remplis de nombreux cahiers avec ses recherches personnelles, ses recherches dans les livres et celles de son oncle. Mais l’effet des sons sur la matière était quelque chose qu’elle n’avait pas étudié. D’où sa présence.

Cependant, qui aurait pensé que les luthiers et les forgerons d’instruments de musique puissent être aussi réticents à donner des informations sur leur art, et même simplement sur leur façon de penser les effets des sons sur leurs créations.
C’est donc quelque peu, frustrée, que Mademoiselle Delle Battaglia avait quitté le quartier des forges et revint vers le centre-ville, notant dans un carnet le peu d’informations qu’elle avait pu glaner auprès de forgerons qui ne voyaient pas en elle une menace pour leur commerce. Elle griffonnait de plus en plus de choses sur les pages du carnet, des formules, des descriptions, des schémas. Tout ce qu’elle écrivait avait un sens et était organisé.

Aliénore fut tirée de ses écrits en sentant son ventre manifester son besoin d’une balade culinaire. Elle quitta des yeux son carnet et se rendit compte qu’elle venait d’arriver dans la Parc des Nénuphars. Mademoiselle Delle Battaglia regarda rapidement avant de trouver un marchand ambulant vendant quelques friandises qui la calerait assez le temps qu’elle ne trouve un restaurant.


Hors RP:
 

Kalindra Flashman
Lady DollLady Doll

avatar

Messages : 586
Date d'inscription : 23/11/2012
Âge : 23
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Ningyo no Mahô / Magie des Pantins

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.325
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Lun 11 Avr - 13:43
Drôles de Dames

Ballon Surprise



Cette grosse garce de princesse avait donc décidé de gifler le pauvre héro car il lui avait menti depuis le tout début ! Par contre, ce qui semblait très étrange est que l’homme en question ne semblait pas lui en vouloir. Comme c’était romantique ! Il était simplement heureux de voir la jeune dame en bonne santé et acceptait cette dure réalité qu’était la solitude. Notre monde devrait connaître plus d’hommes dans son genre et moins d’imbéciles de première qualité qui qui n’œuvraient que pour la destruction de ce pays. Peut-être qu’un jour moi aussi je trouverai l’homme de ma vie, mais pour l’instant j’étais beaucoup trop occupée dans mon emploi pour goûter à l’amour. Bref, c’était une fatalité que j’avais acceptée depuis bien longtemps maintenant. À quoi bon se plaindre pour quelque chose qu’on n’a pas alors qu’on peut se contenter de ce qu’on a dans le tiroir ?

Soudainement, des particules de magie se formèrent entre moi et mon bouquin et des lettres de glace apparurent. Une simple série du mot *Ici* suivit d’une flèche tirant vers la gauche. Par réflexe, je tournais les yeux vers cette direction et quelle ne fut pas ma surprise lorsque je posais le regard sur Arric, celle que je devais justement rencontrer sur ce parc mal orthographié ! Je n’avais même pas vu l’heure venir ! Rapidement et tout en rangeant mon livre, mes lunettes ainsi que mon casque audio dans mon sac, je m’excusais auprès de la demoiselle : Pardon, j’étais trop trop trop absorbée par l’histoire que racontait ce livre ! Comment allez-vous ? Ce qui était étrange, c’est qu’à la simple vue d’Arric, le souvenir de cette cuisante défaite refit immédiatement surface. Des flashbacks d’Akira se faisant laminer revinrent en moi, mais je secouais la tête et souris de nouveau à la personne qui se trouvait à mes côtés. Je m’apprêtais à lui adresser de nouveau la parole quand quelqu’un de très mal poli me dérangea.

- C’est qui elle déjà ? Celle qui t’a battu ?

Je poussais un cri strident en tombant de ma balançoire par derrière et me relevais pour me rendre compte que Boumba flottait derrière moi depuis le début. J’avais totalement oublié qu’il était là lui. Après tout, il était tellement silencieux tout le long du trajet pour arriver à Carmina, sans parler du moment shopping durant lequel il fit simplement semblant qu’il n’était qu’un simple ballon inactif. On devrait lui accrocher une cloche à celui-là. Maintenant que le mal était fait, il ne me restait plus qu’à le présenter quoi, sinon je passais pour une malpolie. Tout en m'asseyant, je fis les présentations nécessaires.

- Arric, je te présente Boumba, mon ami ami ami.
- Et aussi garde du corps !
- À d’autres…
- Kalindra, j’ai envie de manger…
- T’es un ballon, les ballons ne mangent pas pas pas !
- Je sais mais j’aime regarder la nourriture, ça m’apaise.
- Rhololo, regarde là-bas, il y a un stand avec des friandises, va faire faire faire du lèche vitrine et reviens vite !
- Youpi !

Le ballon violet partit sans demander son reste, me laissant seule avec Arric. Tout d’un coup, une boule de stresse s’installa dans mon estomac. Certes, nous nous étions données rendez-vous ici pour faire plus ample connaissance et mettre fin à cet embarras causé dans cette arène, mais maintenant que nous étions toutes les deux face à face, de quoi allions-nous parler ? C’était plutôt délicat comme situation, car nous ne nous connaissions aucunement et peut-être même qu’elle était une abjecte connasse, un peu comme cette princesse dans mon livre ! Il fallait cependant que je reste confiante et positive ! Peut-être que nous allions devenir bonnes copines et même faire les boutiques à la fin de la soirée ! Je décidais de mettre fin à ce petit silence en cassant la glace et tenter une approche furtive (haha. glace...).

- Oui donc hum… Je crois que nous sommes parties parties parties du mauvais pied, alors j’ai l’impression que nous pouvons arranger ça toutes les deux, tu ne crois pas ?

C’était plutôt maladroit comme première approche, mais c’était digne de moi après tout. L’essentiel était dit, alors il ne me restait plus qu’à voir ce que notre petit rendez-vous allait donner. De toute façon, Arric et moi étions toutes les deux des mages et même si je ne sais aucunement si Arric faisait partie d’une guilde ou non, peut-être que nous pourrions collaborer d’une quelconque façon et même, sait-on jamais, développer une certaine affinité professionnelle ? Comme ma mère me le disait plus jeune, nous n’avons jamais trop d’amis, surtout ceux qui peuvent nous être utiles. Peut-être qu’elle parlait de brosses à cheveux, je ne me souvenais plus très bien…

Advienne que pourra !
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 206
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Mar 1 Nov - 0:11

FAIRE UN (RE)BOND EN AVANT !



Dur de choisir entre le mot "mignonne" et "adorable" pour désigner Kalindra.


Le terme de "mignonne" suggérerait une apparence physique plaisante à contempler, constituée de traits à faire pâlir un prince. Et cela n’était pas du tout faux dans le cas de cette demoiselle. Avec ce rencard, tranquillement organisé et se déroulant sans accroc dès le départ, Arric visualisait plus précisément, et avec davantage d’appréciation, les contours de la femme au teint hâlé. Sa peau foncée apportait de l’exotisme à l’ensemble, faisant généralement hérisser les poils d’une excitation difficilement contenue sur le plan de la curiosité des témoins, et Arric n’échappait pas à la règle. Ses yeux bleus vibraient d’une intense gentillesse, ce qui arracha un sourire involontaire à la bretteuse, presque happée dans un monde peuplé de bisounours. Les fleurs, bien que grandes, encadraient les côtés de son visage, et semblaient pleines de vie, "nourries" par l’authentique sincérité de la jeune femme. Sa chevelure, courte et brune, s’hérissait en tous sens à la manière d’un porc-épic. Elle méritait plus qu’amplement de gagner l’admiration des gens autour d’elle, fussent-ils connus ou non.

Le qualificatif de "adorable", quant à lui, ferait dévier l’analyse vers le caractère et la présence de l’individu. Sans avoir besoin de dégager un certain degré de beauté, une personne jugée "adorable" l’était via son comportement, ses gestes, ses paroles, et d’autres critères à la clé. Kalindra s’avérait "adorable" par son air tout gêné quelquefois en regardant Arric, et avec sa timide réserve. Il paraissait aussi y avoir une pointe de tristesse, ou d’amertume passagère, dans les regards lancés vers la Ice Makeuse. Peut-être en rapport avec le duel passé dans l’arène ? Arric n’en savait rien. Sauf que cela ne troublait pas la vision actuelle d’Arric sur la gente féminine située à côté d’elle. Kalindra restait adorable même lorsqu’elle due présenter son familier, Boumba le Ballon rond garde du corps. Un type de compagnon inhabituel, mais intéressant d’un point de vue strictement subjectif. Neutre et sans a priori, Silvermoon souriait durant la brève conversation entre la maîtresse et son protecteur, avant que ce dernier ne parte en quête de mets à observer, étant dans l’incapacité d’en consommer.

En bref, Arric sauterait sur Kalindra, fille à la fois mignonne et adorable, si elle ne se contenait pas.

Faisant disparaître cette envie, et les pensées qui vont avec, de se jeter sur l’interlocutrice d’en face, Arric préféra plutôt offrir un contact plus doux et serein en venant délicatement prendre une des mains de Kalindra et l’envelopper avec les siennes. Ne lâchant pas du regard la Fille aux Fleurs, fixant longuement ses yeux, Arric finissait par sortir quelques mots de sa bouche, rompant le silence ayant suivi la dernière question de son invitée.


- Tout d’abord, saches que je vais très bien Kalindra, et que tu peux me tutoyer. Ensuite, j’espère que toi aussi tu te portes bien, ainsi que ta camarade du Domus Flau. Et enfin, je pense qu’il n’y a rien à arranger, tu sais pourquoi ? Car je n’ai aucune rancune, ni haine ou colère envers toi et elle depuis le début, et certes je n’ai pas oublié, car je ne compte pas oublier, mais à mes yeux, ce moment ne fut pas une honte ou une humiliation, vu que j’étais en face d’adversaires qui ont acceptées de relever un défi que je m’étais imposé, et qui m’ont permis, par la force du destin, d’en arriver ici, en cet endroit. Avec toi. Et cette amitié future que nous comptons essayer de bâtir, et d’intensifier à l’avenir, j’y crois dur comme fer, et je suis prête à fournir tous les efforts nécessaires à sa conception et à sa consolidation. Mais tu dois d’abord te détacher de ces regrets auxquels tu t’accroches peut-être, si tu en as encore. N’ai ni honte ni peur du passé, Kalindra. Il aide à forger l’avenir, et on ne doit pas s’y attarder s’il est question de moments douloureux. Pour moi, il n’y a aucun mauvais pied. Pour moi, il y a un rendez-vous en un bel endroit, avec une jolie fille que je serais prête à dévorer sexuellement sur place si j’étais une bête animée de pulsions charnelles, et avec qui je vais passer, j’en suis sûre, une très agréable journée, car elle m’aura révélée des nouveautés, apprise des choses, et se sera détendue en ma compagnie, tout en ayant fait plus ample connaissance avec moi, une Mage de Glace lambda mais qui, malgré sa magie, reste humaine à l’intérieur, avec un cœur sensible qui bat…

Se rendant finalement compte d’avoir autant monologué, éventuellement pour elle seule sans que Kalindra ait pu, ou voulu, suivre cette déclaration (mais pas d’amour, calmez-vous chers lecteurs…), la détentrice d’yeux violets se mit à rougir en regardant légèrement ailleurs, les yeux virevoltants.

- Pardon… je ne voulais pas paraître aussi… longue et familière… Je suis navrée, désolée…

Après s’être confondue en excuse, elle enleva, sans aucune vivacité, ses propres mains de celle à Kalindra qu’elle couvait, et reposa sa vision sur le visage de "Balloon Mistress", avant de sourire, mais timidement cette fois. Les rôles avaient supposément changé, Arric passant de celle qui recevait les craintes à celle qui en émettait d’autres : les craintes d’avoir été plus gonflante et incompréhensible qu’autre chose. Une réminiscence de son entrée à la Guilde, où Ashton avait exigé qu’elle "abrège".

- Mes excuses aussi pour ça, même si ça va paraître plus simple à comprendre, mais plus osé aussi…

Sur ces mots, Toison d’Argent encadra le visage de Kalindra avec ses mains et embrassa son front. Ce geste était censé montrer sa bienveillance à l’égard d’une femme qui avait bien voulu la revoir, malgré un événement fâcheux qui, souhaitait-elle, n’empêcherait pas de nouer des liens forts.

- Tu as tout mon soutien pour surmonter des peurs, relever des défis et bien s’amuser. Ensemble ~

Elle retira ses mains, ne voulant pas passer pour une fille qui colle les personnes.

- Et je te sollicite, toi, aujourd’hui, pour une leçon spéciale : m’apprendre l’art du… shopping ! ~


Arric avait besoin de s'entraîner dans ce domaine !

Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 84
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   Dim 29 Jan - 0:50
Mademoiselle Delle Battaglia était assez surprise de se trouver contente d’acheter une simple gaufre à ce marchand ambulant. Rare était, pour elle, les occasions, avant qu’elle ne soit obligée de quitter le domicile et l’encadrement familial, de pouvoir trouver en ces personnes un certain réconfort. Enfin, il fallait replacer les choses dans son contexte : acheter cette gaufre était surtout un réconfort pour l’estomac de l’Alchimiste qui criait famine et qui était désormais content de pouvoir reprendre un fonctionnement normal.

Il n’empêche que la jeune femme, au visage aussi froid que le métal précieux qui donnait sa couleur à ses yeux, esquissait un à peine perceptible début de sourire après la première bouchée. Le chocolat qui nappait la gaufre lui dessina une fine moustache qu’elle essuya et alors qu’elle allait prendre une seconde bouchée, son regard fut attiré par un reflet étrange dans la vitre séparant les gâteaux du marchand de ses clients. Mais ce client-là n’était pas comme les autres. Ô loin de là.

Rond, léger et flottant dans l’air avec une aisance incompréhensible si on ne se laissait pas convaincre de l’évident : l’Alchimiste avait juste à côté d’elle un ballon qui faisait du lèche vitrine. Quel était donc cette sorcellerie ? Coquasse comme réflexion de la part d’un mage n’est-ce pas ? Pas tant que ça lorsque le mage en question est alchimiste et par conséquent est à la croisée des chemins entre la science et la magie. Mais cela n’enlevait rien au problème. Comment diable un ballon pouvait il s’être déplacé jusque-là et avoir les propriétés faciales d’un être humain. Il ne manquerait plus que ce ballon puisse parler.

Ne pouvant que se plier à sa naturelle curiosité d’Alchimiste, la Pégase demanda d’abord au marchand s’il avait vu quelqu’un amener ce ballon ici. Le marchand fut d’abord surprit par la question et constatant collé à la vitrine de sa boutique ambulante l’origine de celle-ci, il avoua ne l’avoir même pas remarqué et par conséquent ne pouvait aider la jeune femme.

Quelle tristesse donc… Aliénore avait donc juste à côté d’elle la chose la plus intéressante qu’elle ait croisé depuis le début de la journée et elle ne saurait surement jamais qui en était le propriétaire. A moins que… La jeune femme se tourna vers le marchand, lui prit une friandise que le ballon dévorait des yeux et une fois qu’elle l’avait en main, se baissa vers le ballon et la lui tendit.


« Tient, tu les regardes depuis tout à l’heure. Je sais que ça va paraître bizarre, mais dis-moi, es-tu vraiment un ballon ? Ce qui remet en cause ta capacité à manger ça enfin… Et puis tu ne dois pas être tout seul. Tu as bien un propriétaire ? »

L’opération : découvrir de quoi il en retournait avec ce ballon venait de commencer.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Drôles de Dames [Arric & Aliénore]   

Drôles de Dames [Arric & Aliénore]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-