Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez

 Tout pour ce que l'on convoite (Allen)

AuteurMessage
Melodia Shūhebi

Melodia Shūhebi

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptySam 11 Jan - 3:10
Allen

Il faisait sombre, très sombre. La nuit était tombée depuis belle lurette, laissant dans son sillage une fraîcheur exceptionnellement vivifiante ; les chauves-souris pouvaient enfin respirer librement et grouiller comme elles en avaient envie ! D'ailleurs, l'heure était venue pour l'une d'entre elles de rentrer au repaire. Une petite silhouette encapuchonnée avançait au milieu du tumulte des individus constituants la foule. Le Marché noir était ouvert et les gens se précipitaient dans les magasins ! Enfin, ils marchaient tranquillement avec, pour la plupart, un masque ou une cape pour cacher leur identité. Les mages noirs, contrairement aux mages officiels, préféraient ne pas faire valoir leur réputation en affichant leur visage à la vue de tous. Bien que certains s'amusaient à sillonner les quartiers la tête bien mise en évidence, les mains dans les poches et le regard balayant tout ce qui se trouvait à proximité. Ceux-là, on les appelait voleurs. Ils attendaient les bonnes victimes, le bon moment et les bons objets. Évidemment, il fallait être bien téméraire pour oser voler un collègue du Mal, mais la plupart de ces malfrats pariaient de grosses sommes pour savoir qui rapporterait les meilleurs trucs. Quand j'étais jeune, je jouais avec eux. Le groupe se rassemblait souvent à la taverne du gros Benjamin. De la boisson naissaient les paris et ceux qui étaient futés profitaient de l'état des autres pour tricher et récupérer une grosse partie de l'argent mis en jeu. Moi, je gagnais toujours à l'amiable. Avec un peu de magie, certes.

Bref, tout cela pour dire que cette silhouette encapuchonnée semblait marcher vers une destination bien précise. En parfaite espionne, je la filai jusqu'à me rendre dans la section des entreprises de maçonnerie magique. En jetant un coup d'oeil aux vitrines, je me surpris à rêver d'une salle rien que pour moi où je pourrais afficher mes trophées sans passer pour une pure déjantée. Ce que ce serait bon que d'avoir un endroit que l'on pourrait appeler « chez soi ». Tout en soupirant, je m'arrêtai quelques secondes devant une affiche qui vantait les superbes rabais d'une entreprise qui m'était totalement inconnue. Installations de pièges sur tout votre domaine, même dans la cuisine et la salle à manger ; possibilité d'inclure les toilettes. Cela devait s'adresser aux maîtres de guilde ayant des problèmes de nourriture. Changez votre bâtiment en cimetière parsemé de labyrinthes, les visiteurs n'auront plus qu'à s'enterrer eux-mêmes ! Wow. La protection assurée. Ils ont vraiment des idées géniales, ces entrepreneurs ! Salle d'entraînement Nullify avec cibles vivantes, néanmoins tentez de ne pas trop les amocher, ils n'ont qu'une vie ! Haha, ils sont marrants. Comme si on avait besoin d'une pièce spéciale pour tester nos nouvelles techniques. Il suffit d'aller dans un quartier d'une ville où la sécurité est faible et toutes les cibles sont gratuites. Malheureusement, l'environnement naturel n'absorbe pas les attaques magiques et ne se reconstruit pas en l'espace d'une seconde. Les maisons des habitants de Fiore ne sont pas très résistantes. Si le Conseil de la Magie vendait au moins des lacrymas d'absorption aux gens qu'ils tentent de protéger, peut-être que cela ferait disparaître les méchants. En y pensant, une salle Nullify de cette ampleur pourrait se révéler très utile. Si seulement notre guilde possédait un édifice. Je veux bien me convaincre qu'il est préférable d'agir en électrons libres, pourtant je ne peux ordonner à mon imagination d'arrêter sa machination. Une main sur la vitre, le regard fixé sur cette affiche, je visualisai ce à quoi pourrait ressembler la maison d'Oracion Séis. Et je souris.

Un craquement sonore à ma gauche me fit cependant sursauter et perdre les images qui défilaient devant moi. Brusquement, j'ouvris les yeux et tournai ma tête pour me retrouver nez-à-nez avec un homme au teint noir. Très noir, trop noir. Mais pas comme notre Master, oh non. Celui-là avait une haleine de menthe alors que celle de Kite... je ne me souviens pas l'avoir sentie. Je crois même ne l'avoir jamais approché. Enfin, l'homme me fit un doux sourire en m'invitant à entrer dans son magasin. Je déclinai son offre en reculant de deux pas avant de continuer ma marche. Derrière moi, j'entendis la réplique qu'il me dédiait personnellement.

« J'espère que cette chère Athéna trouvera ce qu'elle cherche ailleurs. »
Plutôt que de l'ignorer, je retournai sur mes pas pour m'approcher de son oreille gauche tout en appuyant une aiguille sous sa gorge.

« Un seul mot sur ma v'nue ici et j'te trancherai la gorge. C'clair ? »
Il me répondit par un second sourire, plus crispé cette fois-ci. Je sus que le message était passé alors je choisis de poursuivre ma route. Je ne savais pas comment il m'avait reconnue, mais il l'avait fait. Ce qui signifiait que d'autres allaient ou l'avaient déjà remarqué. Discrètement, je replaçai la capuche de mon revêtement noir pour m'assurer que mon visage était invisible à tous. Était-ce ma façon de marcher ou mon parfum qui m'avait trahi ? D'après le nez qui s'était trouvé à deux centimètres de mon visage, je doutais que mon déhanchement devait être la cause de ce repérage. Je savais que j'aurais dû laisser tomber le parfum. Pour réparer mon erreur, il n'y avait qu'une solution : en finir au plus vite avec cette visite.

Toutefois, j'avais beau tenter de me souvenir du chemin à emprunter pour me rendre aux forges et à l'allée des marchands, mon cerveau se brouillait rien que de penser aux innombrables passages qu'il m'était possible de prendre. En plus, j'avais perdu de vue ma cible. Moi qui s'était fait un plaisir de préparer sa tombe... je devrai attendre une fois de plus avant de pouvoir le contempler dans un cercueil. Soudain, un jeune garçon me poussa, passant en coup de vent et ne me laissant même pas le temps de l'invectiver. Pour garder mon équilibre, je m'accrochai à la première chose qui me tomba sous la main, à savoir un tissu foncé. Appartenant à quelqu'un. Quelqu'un de si grand que je l'avais pris pour un morceau du décor. J'ai toujours dit que ce décor était trop ténébreux, qu'on y voyait pas grand chose. Au moins j'avais retrouvé mon équilibre en m'appuyant sur la chemise d'autrui. Je crois d'ailleurs l'avoir quelque peu déchirée, mais si l'étranger ne voyait pas son dos pas dans un miroir, tout devrait bien aller. J'allais m'incliner en signe d'excuse et repartir comme j'étais apparue, sauf qu'un détail me fit tiquer. La personne que je venais d'agresser portait sur l'un de ses gants la marque de Silent Night. Eh bien voilà, je venais de trouver la solution à mes problèmes ! Les membres de cette guilde devaient connaître les lieux par coeur.

« S'cusez mon geste. Dites, v'sauriez pas où s'trouvent les forges et l'allée des marchands par hasard ? »
À ce moment, je ne savais pas que mon capuchon était tombé et que mes cheveux, rassemblés en un chignon serré, étaient aussi éclatants que le soleil en plein jour.



Dernière édition par Melodia Shūhebi le Sam 15 Mar - 22:48, édité 1 fois
Allen Fawkes

Allen Fawkes

Messages : 78
Date d'inscription : 29/09/2013
Âge : 25
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Shunshin no Mahô
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.370
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptySam 18 Jan - 22:04
S'il y avait bien une chose qui n'était pas respectée dans un lieu tel que le marché noir, c'était bien le cycle jour-nuit. Cet endroit si décalé avec le monde d'en haut, enterré dans une vaste grotte où le soleil n'osait jamais briller mais qui, paradoxalement, était éclairé en permanence. Certes faiblement, mais il ne faisait jamais tout à fait noir même dans les coins les plus reculés... De plus, les mages aux antécédents peu recommandables qui parcouraient régulièrement le marché tenaient bien plus de la créature nocturne qu'autre chose. Ainsi, la petite ville s'était adaptée et atteignait bien souvent sa vitesse de croisière, au moment où le continent commençait seulement à s'endormir paisiblement sans se soucier le moins du monde de ce qui pouvait bien se tramer six pieds sous terre.

Alors que l'obscurité faisait roi en surface, c'était donc à peu de chose près le matin dans les tréfonds de Fiore. Comme à son habitude, il circulait tranquillement dans les rues du marché, mains dans les poches, afin de surveiller que tout se déroulait bien. En effet, un des rôles majeurs de la guilde était de veiller au bien être de la ville qui l’abritait. Évidemment, cela ne concernait pas les vols à la sauvette qui étaient monnaie courante en ce bas monde mais plutôt ceux qui foutaient le bordel. Certains croyaient qu’être mage noir impliquait forcément de zigouiller absolument tout ce qui avait le malheur de remuer ou de crier un tant soi peu devant eux. C'était leur rôle de faire comprendre à ces aimables personnes où étaient leur place. Ce matin là, c'était donc le tour d'Allen de jouer au mercenaire runique.

Il patrouilla durant une petite heure sans autre événement important qu'une petite vieille à l’œil lucide et la main agile. La pauvre n'avait pas vu sa marque de guilde et avait ainsi tenté de lui voler sa bourse. Bien qu'elle avait certainement bien plus d'expérience que lui dans l'art du vol, elle avait beaucoup perdu en acuité visuelle depuis le temps... Il ne pouvait s’empêcher d’être triste pour elle. Elle n'avait sans-doute pas de descendance à qui apprendre les ficelles du métier ou alors ses enfants s'étaient détournés du marché noir. Sans argent et ne voulant pas se rabaisser à la mendicité, elle ne pouvait que continuer ce qu'elle avait toujours su faire de mieux... monde cruel. Heureusement, de temps en temps, certains se laissaient voler quelques pièces pour lui permettre de vivre décemment pendants quelques temps. En conclusion, tout n'était pas aussi noir qu'on pouvait le prétendre.

Le deuxième événement marquant de la matinée survint alors qu'il s'était arrêté dans le coin d'un des plus grands grands carrefours de la ville, une des meilleurs places qu'il connaissait pour observer la populace sans trop se fatiguer. Le lieu avait le double avantage de proposer une vue imprenable sur deux des bars les plus populaires mais également de fournir un léger renfoncement dans un mur qui le mettait à l'abri des lacrymas. Il était donc en train de faire son job à l'abri des regards les plus indiscrets quand il sentit une pression sur son dos comme si quelqu'un venait de s'appuyer sur lui. Il crut même entendre le son caractéristique d'une veste hors de prix, cousu main par un tailleur véreux au talent qui n'était toutefois plus à démontrer, se déchirer dans un horrible cri de lamentation.... mais c'était sans-doute son imagination.

Il se retourna promptement pour faire face à l'inconnu ou plutôt l'inconnue qui avait pris son dos pour une portion de mur. Ce qu'il concevait plutôt bien au vu de la relative noirceur du lieu. Il tomba ainsi nez à nez avec une jeune femme, enfin, façon de parler. Vu la taille de cette dernière, il aurait du s'accroupir pour valider tel expression. Après la vue, l'odorat, il sentait maintenant un net parfum émanant d'elle. Il n'aurait su reconnaître les senteurs mais karen l'assura d'un hochement de tête mentale qu'elle avait du goût. Place maintenant à l’ouïe...

    S'cusez mon geste. Dites, v'sauriez pas où s'trouvent les forges et l'allée des marchands par hasard ? 


Franc parlé et accent... étonnant. Il aurait plutôt parié sur un langage plus, comment dire, gracieux. Retour maintenant à l'apparence, ses cheveux et ses yeux rouges lui rappelaient la description d'une personne qu'on lui avait fait peu de temps après son entrée à Silent Night. Et si il ne se trompait pas, il se ferait un plaisir de répondre à toutes ses demandes. Propres à ses habitudes, il se présenta en faisant une courbette légèrement exagérée, main droite sur le cœur.

    Bonjour ! Je m'appelle Allen Fawkes, pour vous servir. Je veux bien vous conduire à l'endroit de vos désires mais avant toutes choses, permettez moi de clarifier un léger détail...


Voyant son accoutrement, il conclut qu'elle ne souhaitait probablement pas que son identité soit découverte et il était bien placé pour savoir que les murs avaient des oreilles et ce vieux proverbe avait certainement été inventé au marché noir... Rapprochant rapidement sa tête de l'épaule de la jeune femme, il chuchota la dernière phrase afin d'éviter les oreilles indiscrètes.

    Pardonnez moi si je me trompe mais ne seriez-vous pas Melodia ? Si vous cherchez à être discrète, je vous conseille de remettre votre capuchon même s'il est un crime de cacher une si belle chevelure.

Il termina sa phrase sur un léger sourire tout en reprenant une distance raisonnable pour ne pas déranger son hypothétique supérieur hiérarchique.


Dernière édition par Allen Fawkes le Lun 27 Jan - 22:26, édité 1 fois
Melodia Shūhebi

Melodia Shūhebi

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptyDim 19 Jan - 16:51
Allen

J'avais soutenu un petit instant le regard du jeune homme avant d'abandonner pour fixer la cravate sombre qu'il portait, celle-ci étant plus à ma portée visuelle. Toutefois, notre échange m'avait semblé louche. Il m'avait observé avec un intérêt trop prononcé pour une personne dont le visage est caché. Sachant que mon parfum pouvait me trahir, j'allais m'éloigner, sauf que le son de sa voix coupa net mes réflexions. Il avait fait le bon choix en acceptant de m'aider, sinon il serait reparti avec la gorge trouée. Peu m'importait qu'il fusse parti d'une guilde qui servait la mienne, ce n'était pas Oracion Séis qui devait respect et obéissance, mais bien Silent Night. Cet homme avait néanmoins de très bonnes manières et je me félicitai d'être tombée sur lui. La petite courbette qu'il m'offrit en guise de bonjour m'arracha presque un sourire.

Il se nommait Allen Fawkes. Je me promis de faire un effort pour me souvenir de son nom, même si je ne le rencontrerais plus jamais. Il était déjà suffisamment dangereux d'accorder sa confiance à un compère adepte du côté obscur, alors autant ne le faire qu'une seule fois. J'aurais bien voulu le mettre en marche immédiatement, mais il semblait qu'un détail était à clarifier entre nous. Je le sentis se pencher vers moi et me chuchoter des mots auxquels je ne m'attendais pas du tout. Avant même qu'il n'ait terminé son petit discours, j'avais remis en place mon capuchon et je lui jetais un regard noir, regard qu'il ne pourrait malheureusement pas distinguer parmi la pénombre qui couvrait de nouveau mon visage.

Je ne le croyais pas. Je m'étais fait repérer deux fois en moins de cinq minutes, ce qui n'était pas pour complimenter la discrétion dont faisait habituellement preuve les membres d'Oracion Séis. Je n'avais pas besoin de lui fournir une confirmation sur mon identité, mes gestes parlaient d'eux-mêmes. Je me devais alors de clarifier quelque chose à mon tour.

« Enchantée, cher Allen... j'espère qu'z'avez la langue dans vot' poche, parce que s'non c'moi qui vous la y mettrai d'dans. »
J'espérais qu'il comprenne la menace et qu'il s'imagine bien le sourire qui déformait mes lèvres. Je ne pouvais pas me permettre qu'une information sur mon passage au marché noir ne trépasse les limites de ce lieu. Je n'avais rien contre ce jeune Fawkes, mais je devais bien assurer mes arrières. Chose faite, je repris la parole avec cette fois-ci un ton beaucoup plus amical.

« V'savez... les gens sont impolis. Rares sont ceux qu'y'osent commenter ma s'per coiffure. Juste pour l'avoir fait, j'vous autorise à m'appeler Melo-sama, ou Vôtre Grandeur, ou c'que vous voulez d'bien glorifique. Alors, par où on passe ? »
Et à moi de le tirer par la manche.

Allen Fawkes

Allen Fawkes

Messages : 78
Date d'inscription : 29/09/2013
Âge : 25
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Shunshin no Mahô
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.370
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptySam 1 Fév - 17:10
Allen était satisfait. Sa présentation avait fait mouche et il pensait même avoir aperçu un bref sourire chez Melodia mais difficile d'en être certain. En effet, le capuchon marchait bien mieux quand il était correctement placé. Il n'était ainsi plus capable de discerner son visage, ce qui le déconcertait beaucoup. Il était effectivement capable d'adapter ses paroles en interprétant les expressions de son interlocuteur, ce qui lui assurait un certain avantage dans une discussion. Dans ce cas précis, il ne pourrait se fier que sur l’intonation et la gestuelle de sa supérieure hiérarchique pour jauger son état d'esprit. Ce n'était pas vital mais il aurait plus de difficultés pour se faire bien voir dans les hautes sphères du mal.

S'il s'était jusque là laissé porter par les aléas de la vie sans chercher à atteindre un quelconque but en particulier, il avait, depuis sa récente rencontre avec quelques membres d'Oracion Seis, des idées de grandeur. Karen et lui pensaient de plus en plus à revoir leurs ambitions à la hausse. Leur nouvel objectif n'était pas encore tout à fait défini en fait. Ils ne voulaient pas forcément détruire le monde ni même s'attaquer aux mages officiels... juste acquérir de la puissance, de la renommée voir de la richesse. Pourquoi ? Simplement pour le plaisir de posséder toutes ces choses que peu de personnes ont pu obtenir dans leur vie, un peu à la manière d'un collectionneur qui amasse sans autre but que la contemplation de ses biens. Plus les jours passaient et plus ils étaient persuadés de leurs plans.... d'un autre coté, ils n'avaient encore que de vagues idées pour parvenir à leurs fins. Une chose leur était toutefois certaine, ils progresseraient bien plus vite en compagnie de la guilde mère qu'au sein de Silent Night. Ils avaient donc récemment entrepris de se rendre indispensable au près d'eux....

Il ne devrait pas oublier de rémunérer comme il se devait Boris. Cet homme aussi loyal à leur guilde qu'un chien à celui qui lui donne sa pattée. Il n'avait pas fait trois pas dans la rue que ce dernier lui avait sauté dessus pour lui raconter le passage de Mélodia. Il n'avait ensuite eut qu'à anticiper la trajectoire de la lady et attendre au carrefour le plus emprunté pour laisser encore une fois sa chance l'aider. Leurs généraux étaient peut être ridiculeusement puissants mais ils étaient fous de croire que quelque chose pouvait échapper aux yeux de la guilde des voleurs au sein même de sa ville.

    Ne vous inquiétez pas, Melo-Sama, nul mot sur votre présence au marché noir ce soir ne saurait sortir de cette bouche.

Et, pour une fois, il comptait bien respecter sa promesse. Il n'était pas question de raconter cette histoire à qui que se soit et surtout pas à un membre de la guilde. Quelle meilleur moyen pour se rapprocher de quelqu'un que de partager un secret ? Restait seulement à en découvrir l'importance...

    Je comprends fort bien, ce n'est pas vraiment monnaie courante dans les environs. Quoi qu'il en soit, suivez moi. Je connais un raccourci qui nous y mènera en à peine une dizaine de minutes. Je suppose que les ruelles sombres ne vous effraient pas ? Ajouta-t-il dans un dernier sourire.


C'est ainsi qu'il mena la jeune demoiselle à la crinière de feu à travers le dédale qu'était marché noir. Ils traversèrent ainsi de nombreuses rues sans qu'une seule ne se ressemble. En effet, la ville était si chaotique qu'on pouvait y trouver tout et n'importe quoi et surtout n'importe où. Par exemple, qui aurait pu imaginer que quelqu'un installerait un toiletteur pour nekomatas dans une rue si étroite qu'on ne pouvait y passer qu'une personne à la fois ?! Le pire dans l'histoire était certainement que ce commerce tournait très bien et avait même leur cercle de clients fidèles, adorateurs de félins. L'inconvénient était qu'ils durent rebrousser chemin pour laisser passer un client à cause de l'étroitesse du lieu.

Alors qu'ils étaient à la moitié du chemin dans une ruelle heureusement plus large que la précédente mais bien moins fréquentée, sa curiosité prit le pas sur ses ambitions nouvelles. Sans compter le silence insupportable qui s'était installer entre-eux, il voulait en savoir plus sur sa venue secrète.
Ralentissant la marche jusqu'à s’arrêter complètement pour ne pas la brusquer, il se retourna pour lui faire face. Toujours avec le plus grand respect qu'il pouvait avoir sans paraître complètement ridicule, il relança la discussion.

    Excusez moi, Melo-Sama, d'interrompre cette agréable marche en votre compagnie mais une question me taraude l'esprit depuis notre rencontre... Pourquoi tout ce secret sur votre visite ? J'ai déjà rencontré Rei-Sama et Griffith-Sama mais ils ne semblaient pas vraiment soucieux qu'on découvre leur identité. Pardonnez moi si je suis indiscret mais, hélas, j'ai bien peur que la curiosité fasse partie de mes défauts.


C'était l'instant de vérité, il était curieux de savoir comment elle réagirait. Un refus serait mauvais mais pas forcément dénué d'enseignements. Dans tous les cas, cela lui permettrait de mieux la comprendre et pouvoir anticiper ses actions à terme. Connaissant la réputation de la guilde, il se prépara à réagir en cas d'attaque. Après tout, il devait être capable de réagir à toutes les situations, même les pires.
Melodia Shūhebi

Melodia Shūhebi

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptySam 8 Fév - 4:15
Allen

Il me plaisait bien, ce petit monsieur ; il faisait preuve d'élégance autant dans ses gestes que dans ses paroles. Si j'avais pensé qu'un jour quelqu'un m'appellerait Melo-sama avec une telle solennité, je me serais étouffée à la suite de rires bien gras et bien nerveux. Je n'étais point habituée d'être traitée en tant que véritable général d'Oracion Séis. La plupart du temps, je préférais garder les gens dans l'ignorance, car il était ainsi plus facile de les manipuler sans m'attirer des ennuis avec les autorités. Cette fois le contraire semblait se produire et l'on me poussait devant le feu des projecteurs sans que je n'y sois préparée. La sensation de supériorité qui m'animait habituellement se fanait doucement pour laisser place à une rose plus délicate, plus timide. Alors qu'autrefois je me lançais de moi-même sur la scène et je bousculais les autres, maintenant je restais dans mon coin et je ne laissais qu'un malheureux silence s'échapper de mes lèvres.

La marche vers les forges me paraissait plus longue qu'elle n'aurait dû être. Tranquillement, presque à pas de loup, je suivais le mage de Silent Night dans le dédale de ruelles sombres qui caractérisaient si bien cette petite ville souterraine : tout en étroitesse et en discrétion. Je ne doutais pas que ce brave jeune homme allait m'emmener là où je voulais aller, parce que s'il ne le faisait pas il mourait. J'allais même me faire un plaisir de l'éjecter au fin fond des abysses de l'Enfer s'il s'arrêtait au milieu de la place sans m'en avertir à l'avance. J'avais voulu calquer mon pas sur le sien et le résultat avait été de me retrouver à ses côtés, immobile au centre d'une ruelle peu fréquentée. Mon regard se tourna vers lui.

« Est-ce qu'on est ar- »
Et c'est là que je le vis. Tout de noir vêtu, ses yeux me regardaient avec malveillance tandis que ses cheveux donnaient l'impression qu'un vent soufflait sur son visage pâle. Pantoise, voilà bien le mot qui me décrivait le mieux alors que je fixais une vieille affiche sur laquelle était dessiné le portrait du précédent maître d'Oracion Séis. Akira Kain. L'image du garçon fit remonter à la surface bien des souvenirs pourtant pas si creux. On aurait juré que cela faisait à peine quelques jours que j'avais quitté l'île de Gehenna en tant que général de l'un des trois piliers de l'Alliance Baram. La détermination qui m'avait fait survivre ce jour-là, j'avais l'horrible impression qu'elle avait complètement disparu. Que je me trouvais seule à nouveau dans cet océan où mille et un dangers régnaient. Hmm. Être déterminée et amoureuse, cela me manquait...

Reprenant peu à peu mes esprits, je ne saisis que la fin du petit discours d'Allen. Que disait-il ?

« Euh... ouais, z'avez bien raison. La curiosité c't'un vilain défaut. »
C'était tout ce que j'avais pu pondre comme réponse. Je n'avais pas entendu la première partie de son monologue, mais je ne croyais pas ses propos assez importants pour le lui faire répéter. J'étais loin de me douter qu'il m'avait posé une question et qu'en ne lui offrant pas de réponse, je lui faisais comprendre que j'avais été distraite, voir que je ne l'avais pas écouté du tout.

« On arrive bientôt ? J'voudrais pas passer toute ma nuit ici. »



HRP:
 
Allen Fawkes

Allen Fawkes

Messages : 78
Date d'inscription : 29/09/2013
Âge : 25
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Shunshin no Mahô
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.370
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptyMer 5 Mar - 16:01
Comme il l'avait redouté, il avait été trop loin mais cela avait eu le mérite de lui apprendre quelque chose. Son interlocutrice se sentait assez supérieure que pour ne l'écouter que d'une oreille distraite. Du moins, c'est ce qu'il avait pu comprendre de la désinvolture de sa voix et du fait que la capuche n'était pas autant dirigée vers lui qu'il ne l'aurait souhaité. Un coup d’œil au mur confirma ses pensées. En effet, une affiche trônait dans le champs de vision de la belle comme pour le narguer de sa vaine tentative. Il n'avait aucune idée de son contenu mais elle était, dans tous les cas, plus intéressante aux yeux de la jeune femme que son guide touristique. Il décida, toutefois, de pas se laisser démonter si facilement. Avec un léger rire et feignant l'étonnement, il enchaîna rapidement la discussion.

    Et bien... Nous ne sommes plus très loin. Suivez moi.

Il aurait pu lui faire remarquer qu'elle n'avait pas répondu à sa question mais cela n'aurait fait que l'embarrasser inutilement. La mettre en colère aurait été contre-productif. Il avait préféré laisser la question en suspend et reprendre leur chemin. Il espérait avoir l'occasion de lui reposer la question plus tard... ou de l'apprendre d'une façon ou d'une autre.

Poursuivant leur périple dans les rues de la ville, ils arrivèrent assez rapidement aux quartiers les plus riches du marché. Le détail le plus frappant était certainement la relative propreté du sol et des murs au fur et à mesure qu'ils se rapprochaient. Ici, nulle mousse ou autres champignons ne venaient décorer naturellement les surfaces. En effet, les marchands des environs avaient suffisamment d'argent pour se permettre cette fantaisie des profondeurs. Les moins fortunés devaient se contenter de faire régulièrement une petite cueillette champêtre dans leurs propriétés. Malheureusement, ils étaient loin de pouvoir constituer un bon repas... à moins d'avoir l'estomac solidement attaché bien entendu !

Ces fameux quartiers richement dotés n'étaient autres que ceux accueillant les forges les plus
prisées. Dans un monde où la loi du plus fort prévalait, il n'était même pas imaginable de ne posséder aucune arme ou garde du corps. Ce qui avait pour conséquence de rendre très lucratif la vente d'arme ainsi que tous ce qui touchait à l'art de tuer quelqu'un ou de s'en protéger. On retrouvait donc, dispatchés dans les différentes rues qui composaient le quartier, des boutiques d'objets forts pointus et tranchants, des armureries de tous poils, des bazars à babioles magiques de combat mais également des tavernes où séjournaient des chasseurs de tête aux regards de mort...
Le tout dans le chaos habituel du marché. Ce qui en faisait certainement un endroit des plus sympathique pour une charmante ballade en compagnie d'une demoiselle à la chevelure de flamme à fortes tendances meurtrières ... à n'en point douter !

Ne connaissant pas l'objet du désir de sa compagne d'un soir, il s’arrêta au beau milieu d'une petite place formée par le croisement des plus grosses artères de la ville. Regardant brièvement autour d'eux si une affiche ne viendrait pas perturber leur discours une nouvelle fois, il attaqua la chose sous un autre angle.

    Nous sommes arrivés à destination ! Enfin,... presque. La plupart des forges se trouvent, en fait, juste derrière moi mais tous ne se valent pas, loin de là. Chacune ont leurs petites spécialités et il est facile de se tromper de forgeron ou de magasin. Que cherchez-vous en particulier ? Je pourrais ainsi vous guider plus aisément et ne vous inquiétez pas ! Cette bouche sera cousue aussi sûrement qu'avec une aiguille et du fil de fer. Dit-il dans un dernier clin d’œil en direction du vide sous la capuche de Mélodia.

HRP:
 
Melodia Shūhebi

Melodia Shūhebi

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 24
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) EmptyLun 14 Avr - 2:53
Allen

Nous n'étions plus très loin. Enfin ! Je commençais à être quelque peu ennuyée de zigzaguer à travers les rues. Au moins celles-ci avaient le mérite de devenir plus propres au fil du temps ; je reconnaissais bien là le quartier fortuné du Marché noir. Depuis combien d'années n'y avais-je pas mis les pieds ? Je ne m'en souvenais plus. L'odeur de la menuiserie - parce que oui, la menuiserie avait une odeur - me rappelait de bons souvenirs. Il fut un temps où j'étais l'une des vendeuses de ces boutiques, petit poisson dans cet océan de malfaisance. Ici, la majeure partie du stock était trempée de magie noire. Les objets étaient fabriqués dans des buts malveillants comme préparer un meurtre, y participer et pire encore. De mon côté, j'avais toujours vendu mes propres créations. Bien qu'elles eussent toujours été de moins bonne qualité que celles des fabricants reconnus, mon style avait intéressé plus d'une personne qui cherchait de petits tours de magie à jouer à leur rival. Ouais. C'était le bon vieux temps pas si vieux que ça...

J'avais suivi en silence ce monsieur aux allures de majordome. Prise dans mes souvenirs, je ne m'étais pas rendu compte que nous nous étions arrêtés une fois de plus au milieu de deux des principales rues du Marché noir. Mon guide se tourna en ma direction, un air très chaleureux et très aimable peint sur son visage. Oui, c'en était sûr : il avait les manières et l'apparence physique d'un majordome. Il restait à savoir pour qui il travaillait... je n'eus pas le temps de l'interroger à ce sujet, car il me posait une question dont je n'appréciais guère le sens. Savait-il que j'avais passé une bonne partie de mon enfance ici ? Il m'était déjà insupportable de savoir que j'avais oublié le chemin menant aux forges et aux artisans, alors je refusais de croire que j'avais seulement égaré au fond de ma mémoire les détails des plus importants fabricants. Non, j'allais pouvoir m'en sortir seule à partir de maintenant. Je devais pouvoir le faire sans oeil curieux pour me surveiller et sans commentaires visant à diriger mes choix. Lentement, de façon aussi courtoise que lui m'adressait la parole, je lui répondis :

« Mon cher Allen, c'très aimable à vous d'vous proposer ainsi. C'pendant, j'connais déjà la personne qui pourra m'aider. J'vous remercie beaucoup pour vot' aide et il va d'soi qu'cette bouche restera cousue aussi longtemps qu'j'vivrai. Sinon, j'viendrai personnellement la coudre avec du fil de fer. Bonne fin d'journée ! »
Je me permis une petite courbette pour lui prouver ma gratitude et peut-être, lui faire voir à quel point j'étais mystérieuse et à quel point je voulais rester fidèle à ce mystère. Il ne pouvait pas discerner mon sourire derrière le noir de mon capuchon, mais il devait sûrement le deviner. À pas gracieux, dirai-je, je marchai avec confiance vers la direction que je pensais être la bonne. En espérant que ce vieux grincheux soit toujours vivant...



HRP:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tout pour ce que l'on convoite (Allen)   Tout pour ce que l'on convoite (Allen) Empty

Tout pour ce que l'on convoite (Allen)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Marché Noir
-