Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Comment illuminer une nuit ...

AuteurMessage
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Comment illuminer une nuit ...   Mer 2 Jan - 19:12

Comment illuminer une nuit...


Vacances. Ce mot sonnait si bien à mes oreilles... Pourtant, je n'avais pas l'habitude d'en prendre. J'aimais tellement bouger... Mais il me fallait bien du repos... Il en fallait toujours à un moment. Je m'étais forcé de prendre une journée de détente. J'aurai aimé la prendre à la guilde. Mais je voulais aussi me détacher. J'avais bien voulu le faire à Oak Town. Mais à chaque fois que j'y mettais pied, un flot de souvenir remontait à tel point que cela finissait souvent à ne plus être supportable... Surtout du côté du fleuve en aval de la colline. Mon frère que j'avais perdu. Même plus, c'est ici que j'avais tout laissé, que j'avais tout arrêté. D'un sens, c'était aussi là-bas que j'avais tout commencé. C'était trop dur, dans le sens où mes souvenirs d'enfance remontaient toujours soudainement. Perdre tous ses êtres chers, ce n'est jamais simple, vous savez... Non, pas tous, il me reste la guilde maintenant... Ma famille. Je pouvais dire ce que je voulais, Blue Pegasus était maintenant ma maison. Je considérais même certain membre comme ma propre vraie famille...

Mais chassons donc ces idées noires, nous sommes à Carmina voyons ! Car oui, c'était là ma destination. La ville aux mille mélodies. La ville des arts. Si j'étais bluffé par la beauté de ville telle qu'Hesperia, alors j'étais carrément émerveillé par Carmina. J'aimais l'art. J'aimais la musique et il n'y avait pas mieux pour décompresser. Un endroit parfait. Parfait pour deux jours de repos du moins. J'aimais varier et aujourd'hui j'avais bien choisi ma destination... La prochaine fois j'opterai bien pour la plage tiens, ça me changerait un peu. Et pourquoi pas avec d'autre de la guilde ? Comme Sayu, Vincent, maintenant que j'avais appris à bien le connaître ou encore Capu' ! Enfin, il faudrait voir... D'un sens, j'avais droit à un appartement digne de ceux d'un bel hôtel avec les dortoirs de la guilde. Il ne manquait vraiment que la plage. Mais revenons au temps présent, ne pensons pas à l'avenir, bâtissons-nous sur le passé ! La ville était teintée d'orange, virant sur un léger rouge. Le soleil continuait sa chute indéniable et le crépuscule laissait un ciel magnifiquement coloré. Quant à moi, j'étais là, sur le port, dans une partie où il n'y avait pas vraiment d'activité. Et j'admirais. Avec un fond sonore très agréable me parvenant à l'oreille, se mélangeant au bruit des vagues. C'était reposant. Digne de vacances...

Le Soleil se couchait maintenant. L'orangé du ciel commençait par laisser la place au voile sombre de la nuit. Derrière moi, des points colorés commençaient à illuminer la ville. S'opposant aux étoiles et à la Lune. Comme d'éternels rivaux... En voyant la ville briller de cette manière, je ne peux m'empêcher d'en faire une comparaison avec Hesperia. Une autre ville qu'on pouvait qualifier de formidable la nuit. Éclairée de toutes parts grâce à ses lacrymas... Même si bien sûr de Hesperia à Carmina, rien n'était comparable, peut être la magnificence que prenait les villes à la nuit. Mais juste. Si la première m'émerveillait dans sa généralité, la seconde, elle, c'était son immense opéra qui attirait mon oeil. Enfin, à vrai dire, il était très difficile de le raté, même à l'extérieur de la ville. Mais ce n'était pas là ce que je voulais dire. Non, c'était plutôt dans le sens où ce bâtiment était exceptionnel et que c'était lui qui faisait la splendeur de la ville aux mille mélodies. Il faut bien l'avouer, c'était un immense bâtiment à l'architecture originale, cela faisait son charme, et sa beauté. Je restais bien cinq minutes à dévisager, examiner et observer l'imposante mairie (car oui, j'avais entendu dire qu'au-delà de son titre d'Opéra, c'était aussi la mairie de la ville, étonnant n'est-il pas ?). Quand, voyant qu'il faisait maintenant assez sombre, je décidais de ne pas m'attarder plus.

Je cherchais donc à me diriger maintenant vers un petit restaurant, de quoi se remplir le ventre pour pas cher (je suis très économe, je l'avoue !). Il faut dire que je n'avais pas spécialement envie de me faire quelque chose à manger ce soir... Car oui ! Je sais aussi faire cuire de quoi manger ! Bien sûr, pas de quoi faire de grands mets, mais de quoi caler une faim. Mais c'est que vous en apprenez des choses sur moi ce soir ! Mais bref, passons cela, revenons donc à cette nuit. Je quittais les docks pour me diriger vers des parties plus animées de la ville, pour me sustenter, quand je fis une certaine rencontre. Rencontre non conventionnelle, je l'avoue... Je marchais, mais je n'étais pas concentré sur mes pas, je rêvais... Mon corps était là, mais mon esprit ne le suivait pas totalement... Quand un certain choc me fit sortir de ma torpeur. Je reculais de quelques pas, pris par la surprise. Je revenais à moi pour remarquer que j'avais heurté une demoiselle et que je l'avais fait tomber à terre. Bien malgré moi je m'en excuse. Sans réfléchir, mon esprit galant refaisant surface, je me portais déjà à son aide, pour surtout voir si je ne lui avais fait quelques dégâts. Auquel cas je m'en voudrais un long moment... Faire du mal à une dame serait impensable pour moi. De quelque manière que ce soit, ne serait-ce qu'une égratignure.

« Excusez-moi mademoiselle. Je ne regardais pas mon chemin, je suis confus. Pardonnez-moi encore. Vous ai-je fais quelconque mal ? »

Je l'aidais déjà à se relever. Tout en l'observant un peu, sans pour autant la dévisager. Elle était belle. Il n'y avait pas à dire et il ne fallait pas le cacher. Elle avait de longs cheveux châtain tombant en cascade, avec des mèches retombant sur sa figure. Un ruban cernait son front et se terminait en nœud derrière sa tête. Éclairer par la lune, je remarquais aussi qu'elle arborait une tenue traditionnelle de Ken Do. Je la reconnaissais bien, étant moi-même adepte de cet art martial, il m'était déjà arrivé d'enfiler de pareil tenues quand j'étais plus jeune. Je l'aidais à se relever sans plus attendre. Arrêtant de l'examiner, ne retenant seulement qu'elle était très belle à mon regard.

« J'espère ne pas vous avoir fait mal. Comment pourrais-je donc me faire pardonner ? J'y tiens, j'aurai dû faire plus attention à là où se portaient mes pas, de ce fait je ne vous aurai pas mis à terre... Encore vraiment pardon, je me répète, mais j'y tiens. »



_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Mer 2 Jan - 20:33




















Comment illuminer une nuit...

Tartaros. C'était ma guilde depuis maintenant 11 ans. Cependant, je trouvais qu'on ne me respectait pas assez, j'attirais encore quelques regards noirs et du mépris mais cela, je m'en fichais. Je savais que dans un sens, je leur étais utile et donc qu'on ne se débarrasserait pas de moi. J'étais en pleine séance d'entraînement comme à mon habitude dans le but d'atteindre le niveau du mage que j'avais rencontré ou tout du moins de ne plus jamais trembler quand je le rencontrerais à nouveau. C'est alors que notre master me fit appeler. Il avait une mission pour moi, la routine, un simple assassinat. J'ai donc enfilé ma tenue et me suis dirigée vers Oak Town où je devais l'accomplir. Après deux jours de marche, j'y suis arrivée. Il m'a d'ailleurs fallu bien moins de temps pour accomplir ma "tâche" ce qui m'exaspéra car je trouvais que ce genre de basses besognes étaient réservées aux mages de bas étages et de plus me gênaient dans mon entraînement.


Pff, ce n'est pas comme ça que j'attendrais son niveau. C'est une perte de temps


Cependant, j'avais à présent du temps libre et puis, je manquais de diversité dans mes sous-vêtements. Je pensais donc faire les boutiques. Certes, il y en avait à Oak Town mais j'avais toujours eu envie de voir Carmina et puis, les produits vendus sont bien plus beaux là-bas, je me mis donc en route vers Carmina.
Je devais mettre trois jours pour arriver dans cette magnifique cité. Sur le trajet, je vis de somptueux paysages que je n'avais pas vus auparavant. Cependant, ne sachant vraiment pourquoi, je ne parvenais pas à apprécier réellement toute leur splendeur. Était-ce à cause de ce que j'aillais dire une fois rentrée, à cause de Weisslogia qui n'arrêtait pas de me revenir en rêve ces derniers temps ou à cause de ce mage que je voulais à tout prix rencontrer? Je ne le savais pas non plus, cela dit, mon esprit était embrouillé et je n'arrivais pas à réfléchir correctement. Malgré tout, je ne devais pas me déconcentrer, un malheur était si vite arrivé et je tenais plus que tout à cette nouvelle garde-robe. De plus, il fallait que je me change. Je n'en pouvais plus de ce fichu kimono, il ne mettait pas du tout mon corps en valeur et en plus me tenait chaud. J'ai donc continué mon chemin en essayant au mieux d'apprécier le paysage. Je finis par arriver à Carmina. C'était une cité magnifique. Encore plus que ce que l'on m'avait dit dessus. Il y avait des musiciens et des artistes partout c'était merveilleux. Bien que je sois généralement renfermée, je ne pus que m'émerveiller devant un tel spectacle d'une rare beauté. Il se faisait déjà tard, le soleil s'était entièrement couché, laissant la ville sous un magnifique fond bleu qui mettait en avant ses lumières. J'étais assez fatigué et me dirigeais donc vers un coin à l'écart où je pouvais passer la nuit. Cependant, la fatigue était plus forte que ce que je ne croyais et ma vue baissait légèrement. Je me suis donc ressaisie et j'ai continué à avancer. J'avais une petite idée de l'endroit où j'allais me rendre, le port de la ville, il n'y avait pas grand monde de présent là-bas à une heure aussi tardive. Malheureusement, avant de pouvoir y arriver, je fus heurtée par une autre personne inconnue et je suis tombée par terre car je n'avais vraiment plus d'énergie.

J'étais à présent au sol et à peine j'avais eu le temps de me lever la tête pour voir celui qui m'était rentré dedans que j'entendais une voix douce mais forte, celle d'un homme.

« Excusez-moi mademoiselle. Je ne regardais pas mon chemin, je suis confus. Pardonnez-moi encore. Vous ai-je fais quelconque mal ? »

Je m’apprêtais à lui dire le fond de ma pensée mais je n'eus même pas le temps de prononcer une parole qu'il m'aida à me relever et continuais de parler.

« J'espère ne pas vous avoir fait mal. Comment pourrais-je donc me faire pardonner ? J'y tiens, j'aurai dû faire plus attention à là où se portaient mes pas, de ce fait je ne vous aurai pas mis à terre... Encore vraiment pardon, je me répète, mais j'y tiens. »

Ses manières étaient celle d'un gentleman. Je ne pouvais donc pas réellement lui en vouloir et puis en plus j'étais très fatiguée et je n'avais donc plus la force, non pas de le corriger, mais de me coltiner les gardes qui allaient débarquer à cause du bruit. Je me contentais donc de lui répondre simplement.


Merci...


Il était assez grand, assez musclé et bien bâti. Il avait les cheveux longs et blonds avec deux mèches descendant sur les bords de son visage. Je n'aimais pas les hommes aux cheveux longs mais ses manières faisaient de lui une exception. Il portait un t-shirt blanc surmonté d'un manteau crème dont les manches flottaient. Son t-shirt aussi était à longues manches. Il portait un jean attaché par une ceinture tombante. J'avais remarqué, quand il m'avait aidé à me relever, qu'il faisait partie de la guilde Blue Pegasus. Poser sa marque de guilde sur une zone constamment exposée, je ne trouvais pas cela malin mais passons, je n'avais pas envie de faire des histoires.


Je vais bien ne vous en faites pas. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je m'en allais.


Je me suis donc remise en route vers le port.



Dernière édition par Elena Frost le Dim 7 Avr - 20:32, édité 1 fois
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Sam 5 Jan - 22:24

Serait-ce possible une telle beauté ?


« Je vais bien ne vous en faites pas. Maintenant si vous voulez bien m'excuser, je m'en allais. »

Dieu merci elle n'avait rien et je ne lui avais fait quelques mal ou blessure. Déjà, la culpabilité s'éloignait de moi. Toujours est-il que, bien malgré moi, je ne pouvais la laisser partir sans m'avoir fait pardonner. Comprenez-moi, tout gentleman que je suis, et membre à part entière de la guilde de Blue Pegasus qui plus est, je ne pouvais m'en aller après avoir seulement dit un simple « pardon ». Cela en allait à salir mon statut si je ne le faisais pas. Car attention, ce n'était pas parce j'arborais l'étique de Samuraï que je ne pouvais être un gentleman. L'un était une façon de vivre au-delà d'un statut, l'autre était une façon de se comporter. Coupler à une façon de penser propre, la symbiose était au rendez-vous. Non, je me décidais donc d'insister pour me faire pardonner. Je ne pouvais tourner le dos et m'en allait comme rien n'était passé... Surtout que c'était là une dame. Le poids se faisait donc d'autant plus conséquent. Là regardant se diriger plus loin vers le port, je me décidais de recouvrir les trois à quatre mêtres qui nous séparaient pour enfin rompre le silence de la nuit.

« Excusez-moi mademoiselle. Je n'aimerai pas me faire insistant, mais... Comment dire, cela me gêne un peu de m'en aller en sens inverse après vous avoir renversé. Surtout que je juge que c'était entièrement de ma faute. Une énième fois pardon pour ce petit incident. N'y aurait-il vraiment rien pour que je puisse me faire pardonner ? »

J'étais maintenant à son niveau et j'attendais une simple réponse. Espérant ne pas l'avoir froissé... Car en effet, dieu seul savait à quel point les dames pouvaient être très facilement irritables... J'en avais même fait les frais une fois... Mais bref, ne me rappelez pas ce cruel souvenir. Ce que je voulais au fond, au-delà de la drague pour une bien rare fois, c'était me faire pardonné. J'étais là, et j'attendais une réponse. Quand je me risquais à la détailler sans la dévisager, je ne voulais vraiment pas paraître malpoli, car c'était le contraire que je voulais lui exposer. Elle était très belle, d'une beauté sans pareil je dirais même. Plus belle que beaucoup de demoiselle de la guilde je me risquerais à dire. Enfin, les demoiselles de la guilde qui méritait leur beauté et qui n'en utilisait pas pour se faire remarquer... J'étais vraiment gâté d'un sens cette nuit : d'une part, il y avait ville, dans sa splendeur magique (si je puis me permettre), illuminée de toutes part ; de l'autre part, il y avait la Mer de Desespérance, reflétant les petites lampes de la voute céleste ; en haut, il y avait le ciel, parsemé d'étoile, la lune dominant le tout ; et devant moi, il y avait cette magnifique dame... Quant à moi, je ne pouvais détacher mes yeux de son fin minois. Je ne savais pourquoi, mais mes pupilles se tournait irrémédiablement vers elle, à chaque fois que je tentais de détourner le regard. Son faciès semblait quelques peu fatigué, mais ce n'en était pas pour autant que cela lui enlevait de son charme. Tentant le tout pour le tout et brisant une nouvelle fois le silence, je me risquais un râteau épique, comme un très bon commencement de soirée.

Suicidaire d'un point de vue moral ? Non pas vraiment. Je partais juste dans un délire me dictant qu'un bon dragueur, était un dragueur collectionnant les rateaux. Car d'un sens, se prendre un rateau signifiait qu'on était passé par un challenge. Certes ce challenge n'était pas réussi mais d'un autre sens cela pouvait aussi signifier que s'il était réussi il aurait pu être simple, auquel cas si rateau était de mise le challenge aurait pu être difficile, certes non réussi, mais difficile. Ce qui fait qu'au final, le dragueur aurait bravé l'adversité... L'adversité aurait gagné le combat, même si cela pourrait être sujet à une profonde dépression, mais du coup, le dragueur pouvait être fier d'avoir tenu tête à l'impossible. Même si l'Impossible en lui-même n'existe pas, tout comme le parfait. Ce sont des mots que le cerveau humain conçoit pour se donner un but à atteindre un jour, car comme l'impossible étant impossible et que le parfait étant parfait, pas définition, nous ne pouvons rendre possible l'impossible ou faire plus parfait que le parfait. Cela reviendrait à donner le plus-que-parfait qui ne donnerait rien étant donné que le niveau supérieur au parfait est le parfait lui-même. Bref, toute cette théorie métaphysique pour vous montrer par A+B=C ma manière de penser... Celle-ci étant que ce sont les râteaux qui font le dragueur... Me décidant enfin, je tentais une réplique qui, certes, me permettait une ouverture de drague, mais aussi et surtout une manière de me faire pardonner.

« Peut-être pourrais-je vous inviter quelque part ? Loin de moi l'idée de vous importuner. Je me dirigeais justement vers la partie supérieure de la ville, comme le voile sombre de la nuit commence à prendre de l'ampleur sur le ciel azuré de la journée, je comptais me diriger vers un restaurant, ou autre chose, de quoi seulement vaincre cette faim qui commence à naitre. Je pourrais peut-être en profiter pour tenter de me faire pardonner ? Je comprendrais si vous viendriez à refuser. Après tout je ne suis qu'une personne lambda, de passage dans ce coin de Carmina pour observer un soleil couchant déjà coucher. »

Je restais donc maintenant là, devant cette magnifique demoiselle en tenue de Ken Do, attendant une réponse. Réponse que, bien malgré moi, j'espérais positive, même si au fond, je savais bien qu'elle serait belle et bien négative... Mais après avoir rencontré une si sublime personne, je ne pouvais ne pas le faire... Oh, mais attendez, qu'est-ce que je raconte là... Je voulais juste tenter me faire pardonner moi, à l'origine... Pas me lancer dans de la drague ! Oh et puis, autant tout faire d'un jet... Je perds rien à me prendre un râteau justement... Surtout qu'elle était vraiment très belle, si bien que mes yeux ne se détachaient toujours pas de cette sirène hors de ses flots...







_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*


Dernière édition par Roy Shinku Hibana le Jeu 17 Jan - 21:41, édité 4 fois
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Mer 9 Jan - 22:28





















Pas moyen d’être tranquille

Après avoir pris congé de cet homme après une rencontre que je ne souhaitais vraiment pas, je pensais que j’étais tranquille pour la soirée. J’allais enfin pouvoir aller dormir tranquillement. Il faut dire qu’après ce long voyage, j’étais vraiment fatiguée, d’autant plus que je venais de finir une mission, certes facile mais une mission quand même. Il me tardait d’arriver au port pour pouvoir profiter de la vue qui d’après les rumeurs étaient magnifiques. De plus, il semblerait que le bruit des vagues était apaisant et surtout relaxant à souhait. C’était l’idéal pour moi. Donc il était simplement question de me rendre au port et de profiter d’un sommeil bien mérité mais bien sur, cela ne s’est pas passé comme je le voulais. En effet, le mage de Blue Pegasus dont j’avais il y a peu fait la rencontre était bien plus tenace que je ne le pensais. En effet, à peine j’avais fait quelques mètres qu’il me rattrapa afin de me parler à nouveau. Était-ce qu’il se sentait vraiment coupable ? Était-ce car il voulait tirer profit de moi ? Ou encore car il avait vraiment eu un coup de cœur ? Les deux dernières hypothèses étaient les plus courantes d’autant plus qu’il me regardait toujours avec précision. Toutefois, son caractère gentleman le poussait à relever les yeux, ce que je trouvais mignon. Toujours est-il qu’encore une fois, il m’empêchait d’avoir accès à un sommeil que je convoitais. Il vint donc m’aborder en disant:

« Excusez-moi mademoiselle. Je n'aimerai pas me faire insistant, mais... Comment dire, cela me gêne un peu de m'en aller en sens inverse après vous avoir renversé. Surtout que je juge que c'était entièrement de ma faute. Une énième fois pardon pour ce petit incident. N'y aurait-il vraiment rien pour que je puisse me faire pardonner ? »

Il essayait au maximum d'être sur de lui bien que quelques détails de sa voix trahissaient sa gêne et son hésitation. C’était particulier, il n’avait rien des dragueurs habituels, en fait, il n’avait rien d’un dragueur ou alors, il le faisait très bien. Je n’avais rencontré qu’une seule fois un homme tel que lui. Charmant, attentionné, délicat, parfait gentleman, mais très poli. Malheureusement, il s’était avéré qu’il ne ressentait rien pour moi et de plus, jouait le jeu pour en apprendre plus sur mon passé. J’avais dû mettre un terme à notre relation de façon assez brutale. Toutefois, cet homme avait un petit je ne sais quoi de différent, quelque chose en lui qui le distinguait du précédent. Ce qui était le plus mignon chez ce mage décidément, c’est le fait qu’il ne pouvait s’empêcher de diriger inexorablement son regard vers moi bien qu’essayant continuellement de le détourner. C’était vraiment risible pour certains, vachement pathétique pour d’autres, mais je trouvais cela charmant. Cela montrait le meilleur côté des hommes, que peu malheureusement ont le courage de mettre à nu. La plupart ont un agissement macho et vulgaire, ressortant soi-disant leur virilité. C’était une barrière qu’ils érigent devant eux pour fuir la réalité. Beaucoup ne la baisse vraiment qu’une fois la confiance installée profondément entre celle qu’il désirait. Je respecte profondément ceux qui ont le courage dès le départ de s’ouvrir. Certes, je n’étais pas à ce point pointilleuse et accordais leurs chances à tous mes prétendants mais il est bien vrai qu’un homme possédant la faculté de s’ouvrir partait avec un sérieux avantage. Il avait son côté gentleman et comme tous les hommes essayait de passer le plus sur de lui possible. Il n’y arrivait cependant pas vraiment, ce qui, en temps normal, lui aurait automatiquement valu un rendez-vous mais ce n’était malheureusement pas son jour de chance. Je m’apprêtais donc à refuser sa demande mais avec bien évidemment un certain tact qu’il méritait bien. C’est alors qu’avant même d’avoir pu dire quoi que ce soit, il prit de nouveau la parole pour ajouter un plus à sa demande.

« Peut-être pourrais-je vous inviter quelque part ? Loin de moi l'idée de vous importuner. Je me dirigeais justement vers la partie supérieure de la ville, comme le voile sombre de la nuit commence à prendre de l'ampleur sur le ciel azuré de la journée, je comptais me diriger vers un restaurant, ou autre chose, de quoi seulement vaincre cette faim qui commence à naitre. Je pourrais peut-être en profiter pour tenter de me faire pardonner ? Je comprendrais si vous viendriez à refuser. Après tout je ne suis qu'une personne lambda, de passage dans ce coin de Carmina pour observer un soleil couchant déjà couché. »

Il venait à l’instant de me proposer un dîner. Je restais perplexe, que voulait-il exactement ? M’inviter à dîner pour se faire pardonner d’un simple accrochage dont je ressortais indemne ? Je me posais bien des questions. Était-ce sincère ou de la pure comédie ? Voulait-il profiter de cette maigre bousculade pour m’aborder ou voulait-il réellement se faire pardonner ? Je restais quiète un moment. Dans mon esprit, beaucoup de choses se bousculaient. Étrangement, je revis un moment passé avec celui qui jadis avait su gagner mon cœur. Il m'avait lui aussi invité dans un restaurant la nuit, mais à Hespéria. C'était cependant un jour à la fois merveilleux et fatidique car j'avais passé des instants magiques en sa présence. Il m’avait permis de ressentir une réelle joie que je n’avais plus ressentie après la disparition de mon père. Ce jour fut gâché car c’était celui où je découvris sa véritable nature et ses réelles intentions, un jour merveilleux, couronné par un magnifique dîner aux chandelles, assombri à un clin d’œil et ravivant la flamme de la tristesse et du désespoir qui commençait petit à petit à s’éteindre. Je ne m’y retrouvais dès lors plus. Devais-je user de cette mauvaise expérience et refuser l’offre ou ne devais-je tenir compte que du bon côté de ce souvenir et accepter la demande. Tout s’embrouillait, à tel point que la fatigue s’estompa, ou, du moins, fit mine de s’estomper. Mon cœur fut vidé puis remplit pas deux sentiments, la joie et la tristesse. Chacune de ses parties me faisait trouver des arguments validant l’acceptation ou le refus. Je n’avais rien à me mettre, je n’étais pas maquillée, je devais saisir ma chance pour renouer avec le bonheur. C’est alors que je me ressaisis et fis le vide, aucune des décisions que j’avais prises confuse n’avait eu de bons résultats.

J’étais perdue dans mes pensées, à tel point que j’en oubliais presque la présence du mage, toujours en l’attente d’une réponse de ma part. On pouvait lire dans ses yeux qu’il voulait une chance, qu’il était sincère. J’avais prévu de prime à bord de lui dire non, mais sa détermination me fit changer d’avis.


C’est d’accord.

Alors que je venais d’accepter sa proposition, je dus faire face à un nouveau problème, ma tenue. Je ne pouvais pas me résoudre à manger habillée de la sorte. C’était plus une question de principes qu’autre chose. En effet, c’était une tenue traditionnelle que je réservais exclusivement pour les missions, je ne pouvais décemment pas la porter pour autre chose mais je n’allais quand même pas aller diner en petite tenue. Cette tenue était sacrée pour moi à tel point que j’évitais de la souiller de sang. Comment allais-je pouvoir me débrouiller ? Je ne connaissais pas Carmina et je ne savais pas où me rendre pour en acheter, de plus, je n’avais ni fils ni tissus pour me confectionner quoique ce soit de décent. J’étais dans une impasse et je ne pouvais plus revenir sur ma parole, il fallait trouver une solution. Devais-je chercher un prétexte pour reporter ce rendez-vous quoique la tenue en elle-même soit un prétexte ou devais-je lui parler clairement et attendre une réponse. Je me suis prise à tergiverser, comme si j’avais un compte à rendre ou une dette envers ce mage. Après tout, c’était lui qui s’excusait, c’était à lui qu’incombait la faute, je ne devais pas me plier à quoi que ce soit, c’était lui qui devait assumer et accepter mes choix. Après tout, il est en tort et même si ce n’était pas le cas, en son attitude de gentleman, il devrait quand même se plier à mon choix. Je n’avais donc pas à me soucier de sa réaction. Malgré tout, je ne pouvais m’en empêcher, comme si je me sentirais mal de lui faire de la peine. Je ne ressentais cependant rien de spécial pour lui, il était comme tous les autres hommes que j’ai rencontrés, son attitude de gentleman n’allait pas faire de lui un cas si exceptionnel. C’était vraiment inexplicable.

J’ai donc décidé de rejeter la faute sur la fatigue, le plus important, c’était de lui parler. Je n’irais pas manger dans cette tenue, c’est un fait ! Il en est hors de question. J’ai donc décide de me retirer simplement lorsqu’il aurait le dos tourné. C’est alors qu’un sentiment de culpabilité me traversa l’esprit. Il était certes vrai que je suis un mage noir et que je ne suis censée éprouver aucune pitié mais là c’était différent. Je n’étais pas Elena Frost la mage noire mais Elena Frost la fille. Je ne devais pas revêtir le même comportement en tant que mage noire et que fille. Et puis, foncièrement, je ne pense pas être mauvaise, j’ai juste un désir incontrôlable de me battre pour progresser et j’ai certes tué des gens mais comme je l’ai dit, c’est en tant que mage. Là, je pouvais être moi-même mais qui étais-je ? Toutes ces années passées à tuer me l’ont fait oublier. Étais-je Elena la mage noire ou Elena la fille ? Quoi qu’il en soit, ce n’était pas le moment de me laisser distraire par ces pensées vaines et puis, je le découvrirais bien au cours de ce dîner. Je devais prévenir celui qui m’avait invitée.



Il y a cependant un petit problème.

Je me suis tue un moment. En effet, après ma première phrase, il avait esquissé un sourire qui perdurait de même que la lueur qui jaillit dans ses yeux. Mais à peine avais-je prononcé ces quelques mots qu’il renferma ce sourire.


Oh trois fois rien rassurez-vous. C’est juste que je ne peux me permettre de dîner dans cette tenue. Elle est très précieuse à mes yeux et je m’en voudrais de la tâcher. Je comptais faire des emplettes demain mais la situation a quelques peu changé/size]

Je pris un léger temps d’arrêt pour reprendre mon souffle puis, je continuai.


[size=16]C’est la première fois que je me rends à Carmina et je ne connais vraiment aucun lieu ici. Donc si vous pouviez m’indiquer une boutique encore ouverte à une heure aussi tardive de telle sorte que je puisse prendre une tenue appropriée, je vous en serais reconnaissante. J’espère que vous comprenez.

Voilà, je lui avais transmis le fond de ma pensée. Restait plus qu’à attendre ce qu’il allait décider. En tout cas, je n’irais pas manger dans ma tenue actuelle, c’était un fait et il devra l’accepter. Je ne pouvais cependant pas m’arrêter de penser à mon précédent coup de cœur. J’espère que ce ne se passera pas comme ça cette fois. En tout cas, je n’étais pas tombée amoureuse, c’était déjà ça. C’est alors qu’une idée me vint à l’esprit. Peut-être que si tout se passe bien, je pourrais piquer quelques informations venant des guildes officielles. Moi qui pensais juste faire des emplettes et que l’arrivée de ce mage gâchait tout mon programme, il se peut que je fasse d’une pierre deux coups. Je me demande si cela pourra justifier mon absence. Notre master était très cheval sur les règles. Mais bon, si je réussis mon coup, je n’aurais sans aucun doute aucun réel souci à me faire. Au fond, j’étais peut-être mauvaise... Je ne saurais le dire. J’attendais donc à présent là, stoïque en face de mon prétendant, en l’attente de sa réponse. Je dois avouer que j’espérais qu’il puisse trouver une solution car sa proposition pouvait m’ouvrir des voies.






Dernière édition par Elena Frost le Dim 7 Avr - 20:44, édité 1 fois
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Jeu 17 Jan - 21:08

Serait-ce possible une telle beauté ?


J'étais là, maintenant devant elle, impatient de sa réponse. Certes, je faisais cela pour me faire pardonner, j'étais sincère en ce geste. La drague passait vraiment en second plan cette fois-ci. Devant une femme aussi belle, je ne pouvais que tout faire pour me faire pardonner, c'était indéniable. Je l'avais renversé et devait maintenant trouver un moyen pour m'inculper de cela. Et je lui avais proposé le restaurant. Osé pour un « excusez-moi » non ? Oui, je vous l'accorde. Mais d'un certain sens, c'était une chance à ne pas rater ! Je restais là, avec une petite lueur d'espoir dans l'oeil. Dans une attente qui me parut interminable, mais qui, en fait, ne dura que deux petites minutes. Et la réponse tomba. Heureusement que je savais me contrôler, car au cas contraire, je me serai envolé comme un enfant devant ses cadeaux de Noël. Car oui, elle avait accepté ma proposition pour le moins osée... Qui l'eut cru ? Pas moi en tout cas ! Je pensais que c'était déjà peine perdue... Et pourtant... Elle avait bel et bien dit oui... Réponse qui aurait pu ravir plus d'un en ce monde. À l'entente de son « c'est d'accord », j'essayais de cacher un petit sourire, ne pouvant le faire totalement, celui-ci débordait un peu. Même si à vrai dire, c'était la surprise au-delà de la joie qui m'avait gagné en premier lieu... Par acquis, je savais que les plus belles femmes n'acceptaient jamais facilement, mais là... Non, c'était en fait un point que je ne comprenais pas vraiment ! Reprenant un peu de « consistance » et surtout d'assurance pour ne pas balbutier (même ne serait-ce qu'un peu), je me dressais, puis lui attrapais sa main. Pour y venir faire un baise-main.

« Vous m'en voyez honorer mademoiselle. »

Quand je vous parlais de facilité. Ces mots étaient trop vite dit. Il a toujours un « mais », c'était pourtant connu. « Mais » qui vint quelques peu cassé mon élan. Elle semblait réfléchir, quand son « mais » tomba.

Il y a cependant un petit problème.

Mon sourire retombait.

Oh trois fois rien rassurez-vous. C’est juste que je ne peux me permettre de dîner dans cette tenue. Elle est très précieuse à mes yeux et je m’en voudrais de la tâcher. Je comptas faire des emplettes demain mais la situation a quelques peu changer.

Oh, si ce n'était que cela, c'est vrai que cette tenue était belle... Et lui allait à ravir en effet. Quand j'y pense, cela me replongeait quelques années plutôt, quand je m'entraînais au Kenjutsu avec mon maître. Que de souvenirs en effet. Mais ce n'était pas là le sujet. C'était plutôt cette belle demoiselle avec laquelle j'avais pu décrocher une place. Part de chance, pour part de malchance tiens. Malchance... Ce mot était bien vite dit en fait. Je la comprenais tout à fait quoi qu'il en soit. Il serait sacrilège d'abimer une tenue de pratique Kenjutsu traditionnelle, je la comprenais parfaitement. Mais du coup, quel en serait l'issue ? Si elle ne pouvait se rendre dîner, alors qu'elle n'avait aucun bagage ? Avant de chercher cela, je me décidais de ne pas laisser sombrer sa voix dans le silence. Je lui répondis.


« Il est vrai qu'abîmer une si belle tenue serait plus que domage. Pour tout vrai pratiquant de quelconque Kenjutsu, les tenues traditionnelles de la sorte sont sacrée, je vous comprends donc. Il y aurait-il alors une autre alternative ? »

La conversation était engagée, et elle continuait en ce sens.

C’est la première fois que je me rends à Carmina et je ne connais vraiment aucun lieu ici. Donc si vous pouviez m’indiquer une boutique encore ouverte à une heure aussi tardive de tel sorte que je puisse prendre une tenue appropriée, je vous en serais reconnaissante. J’espère que vous comprenez.

La chose n'était pas si mal après tout. Une petite balade en ville, au clair de lune, pour accompagner la demoiselle vers un commerce ? Pourquoi pas ! Le problème était que j'étais moi-même touriste ici, je ne connaissais pas très bien la ville. Mais heureusement que j'en connaissais le schéma global. Sachant que nous étions sur les docks, et que les quartiers résidentiels étaient proches du quartier commerçant. La route serait simple : passer par les commerces, tenter de trouver une boutique ouverte et tracer tout droit, pour en arriver à trouver un petit restaurant simple et sympa, de quoi pas crever le porte-monnaie. Stratégie, faite, cible, Lock, on prend les armes, et on y va !

« Et bien... Je suis moi aussi touriste en cette ville, mais le plan global étant assez simple, il faudrait se diriger vers le nord à la sortie des docks. De là, il ne manquerait plus qu'a trouvé un commerce étant encore ouvert. »

Suite à cela, je lui fis signe de passer devant, galanterie oblige, et si la dame était bien d'accord, je lui accompagnerai sur place.

« Si vous voudriez bien me laisser l'honneur de vous y conduire, il suffirait juste pour l'instant de continuer le chemin ! »






HRP:
 


_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Mar 22 Jan - 19:49





















Et c'est parti pour une longue soirée.

La demande était faite et la condition posée. Libre à lui de l'accepter ou non, personne ne l'y obligeait et surement pas moi. Cependant, en connaissant mon histoire avec cette tenue, il était facile de me comprendre. En plus de son caractère solennel, je l'avais vêtue durant chacun de mes entraînements intensifs qui m'ont rendue plus forte et elle portait les marques de sueur et de sang qui caractérisent l'intensité de mon travail durant ma recherche du pouvoir. Je vous l'accorde, vu de l'extérieur et d'un œil non avisé, c'était vachement ridicule et vide de sens. S'attacher à un vieux vêtement couvert de sueur, quelle futilité et surtout quelle horreur dirons les pointilleux. Mais non, ce n'était pas ridicule pour les adeptes des arts martiaux et surtout pour les samouraïs. D'ailleurs ce mage de Blue Pegasus avait apparemment compris et accepté mon initiative.

« Et bien... Je suis moi aussi touriste en cette ville, mais le plan global étant assez simple, il faudrait se diriger vers le nord à la sortie des docks. De là, il ne manquerait plus qu'à trouver un commerce étant encore ouvert. »

Cela m'aurait vraiment arrangé qu'il refuse ou qu'il reporte le rendez-vous au pire, ce qui m'aurait permis de lui faire faux bond, j'avais une de ces envies de dormir, comme rarement auparavant. Mais non, il était en parfait accord avec ma manière de penser. Malheureusement, lui aussi était touriste. C'était là le comble, non seulement il venait d'accepter sans broncher ma demande mais en plus il n'était pas de la ville. Soit il avait un problème sérieux, soit il culpabilisait au plus haut point, soit il était tombé sous mon charme. En un sens, les trois hypothèses n'étaient pas contradictoires, elles étaient même complémentaires en fait. Enfin bon, je n'avais pas le choix, j'avais déjà accepté. Je m'apprêtais donc à me rendre vers le lieu qu'il m'avait indiqué pour faire des emplettes. Il y avait un point positif dans tout ça, à la levée du jour, je pourrais directement rentrer à la guilde, avec mes fournitures et des informations sur les guildes officielles que je comptais bien extorquer à ce jeune naïf. Comme si ça ne suffisait pas, il a tenu à m'accompagner.

« Si vous voudriez bien me laisser l'honneur de vous y conduire, il suffirait juste pour l'instant de continuer le chemin ! »

Pourquoi pas après tout, demandé si poliment. De plus, il semblait connaître mieux que moi la ville bien que lui-même étranger. J'allais profiter pour en savoir plus sur lui, histoire de savoir à qui j'avais à faire. Il était bien étrange il faut l'avouer, il me faisait doucement rire. On aurait pu assimiler son comportement à celui des acteurs, privilégiant un langage courtois et soutenu. C'était bien le deuxième homme que je prenais à parler de la sorte. Je me demandais les raisons pour lesquelles il adoptait cette attitude. Était-ce par principe? Par envie? Par obligation? Je ne le savais point et je tenais à le savoir. Toujours est-il que ce n'était pas particulièrement dérangeant, voire même plaisant. Après tout, il suivait des principes louables qui m'ont été inculqués étant plus jeune par mon père. Il avait décidé de marcher devant moi, surement par galanterie et attendait mon accord ou un quelconque signe de ma part lui faisant part de mon accord pour qu'il m'accompagne jusqu'au dit lieu. C'est ce que je fis.


Eh bien, c'est d'accord.

Nous nous sommes donc mis en route, avançant tout droit comme il l'avait dit. Je me posais des centaines de questions, notamment des questions sur les raisons qui me poussaient à me conduire de la sorte. Après tout, c'était vrai, je ne le connaissais pas, je n'avais aucune raison d'accepter de l'accompagner, il ne représentait rien pour moi. Je ne me comprenais pas moi-même en plein combat, je faisais totalement fit de mes émotions, même en face de mon meilleur ami mais il semblerait qu'en milieu urbain, je suis capable de ressentir des émotions. Toutefois, il est vrai que j'ai également accepté son offre pour avoir des renseignements sur les guildes officielles, aussi minces soient-ils. Il m'incombait donc d'engager avec lui la conversation.


Excusez-moi, mon cher mais je ne sais toujours pas qui vous êtes. Et puis, j'aimerais vous demander, êtes-vous toujours aussi courtois?

Je venais à l'instant d'engager, de la manière la plus banale qui soit une conversation avec ce jeune mage. Conversation qui je le sentais, allait durer un long moment, j'allais devoir lutter pleinement contre le sommeil pour ne pas m'endormir en pleine conversation, ce qui serait l'occasion pour lui, non pas d'en profiter au vu de son caractère, mais d'en apprendre plus sur moi, ne serait-ce que par ma marque de guilde, quoiqu'il soit vrai qu'elle était bien couverte. J'ai donc, avant qu'il n'ait pu répondre, continué la discussion en l'emmenant dans le sens que je souhaitais, évitant ainsi qu'il détourne trop la conversation et m'empêche de savoir avec exactitude ce pourquoi j'avais accepté son invitation.



Je n'ai pu m'empêcher de remarquer votre marque symbole de la célèbre guilde Blue Pegasus. Vous êtes donc un mage, comme c'est intéressant. Avez-vous déjà accompli beaucoup de missions? Avez-vous déjà affronté des mages noires?

J'allais m'arrêter là, pas la peine de poser davantage de questions surtout qu'avec ces dernières, je pouvais paraître assez suspecte. J'ai donc continué à le suivre calmement, en attente de sa réponse.



HRP:
 


Dernière édition par Elena Frost le Dim 7 Avr - 20:51, édité 1 fois
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Dim 27 Jan - 19:23

Serait-ce possible une telle beauté ?


J'avais vraiment de la veine. Voilà qu'une petite balade vers le quartier commerçant. Marcher en compagnie d'une si belle créature, ce n'était pas tous les jours ! Je peux bien dire que mon esprit de membre de Blue Pegasus était ravi ! Deux en un, c'était parfait. En bon gentleman, je l'avais convié pour me faire pardonner, certes, mais je n'y manquerai pas pour le petit coup de drague habituel... Un tout petit peu quoi ! Bon gentleman... C'est étrange. Cette fois-ci, en repensant à ce terme, quelque chose clochait... Oh... Mais... Je ne l'avais toujours pas donné mon identité ! Malheur à moi ! Ça par contre, c'était pas galant du tout... Comme quoi sa beauté faisait effet ! C'était une bonne excuse ça ? Hm, je ne le sais pas trop. D'un sens oui, je marchais à ses côtés, sous la clarté resplendissante de la Lune, et mes yeux restaient river sur elle. Je faisais de mon mieux pour ne paraître gênant ou impolis, mais ce n'était pas bien simple. Mais il ne fallait surtout pas pour moi perdre mon assurance... Je décidais d'enlever ce point d'interrogation planant sur mon identité, tout en décidant de rompre le silence, mais la belle fut plus rapide que moi, pour le même sujet.

Excusez-moi, mon cher mais je ne sais toujours pas qui vous êtes. Et puis, j'aimerais vous demander, êtes-vous toujours aussi courtois?

Raah, c'est là qu'on se sent con... J'aurai dû me présenter à la minute où nous avions engagé la conversation ! De plus, ma manière de m'exprimer semblait la gêner. Enfin... gêner... Je ne pouvais pas vraiment en avoir la certitude. Toujours est-il que si elle le souhaitait, je pouvais modifier mon registre de langage, parler d'une manière courante ou plutôt d'une manière « normale ». Quoi que la normalité est une chose bien relative, en effet, pour une personne comme moi, venant de Blue Pegasus, c'était une manière courante de parler. Et j'avais fait de cette manière mon habitude de parler à la gents opposée. Si de m'exprimait de la sorte, c'était par totale galanterie. En effet, jamais je ne pourrais paraître insultant, ou parler d'une manière grossière ou trop crue envers une femme. Jamais ô grand jamais je ne pourrais envisager cela ! Je prenais un sourire chaleureux, et me décidais de répondre. Je me décidais, oui, car encore une fois, elle fut plus rapide que moi, et avait que je ne réussissais à lui répondre elle me posait déjà une autre question.

« A mon grand désarrois, je m'en pardonne. Il est vrai que je ne me suis présenté. Malheur à moi encore une fois. » Je me retournais vers elle, et je lui attrapais la main, pour venir y déposer un léger baisé, oui, un baise main ! « Pardonnez-moi mademoiselle, c'est que votre beauté ne me laisse pas indifférent ! J'en oublie même le plus important... Et bien, Shinku Hibana Roy, pour vous servir ! Et pour vous répondre, si je suis courtois, c'est pour me hisser à la hauteur de la gents féminine, il en va de sois. Après tous, n'est-ce pas vous les femmes qui êtes là pour nous mettre au monde, nous les hommes ? Il faut bien de la reconnaissance en ce bas monde ! De plus, il faut dire que là où je vis, les maîtres mots sont « galanterie », « courtoisie » et « gentlemanisme » ! Mais si cela vous gêne, je peux bien adopter une manière courante de m'exprimer ? Mais quand j'y pense, pourrais-je moi aussi mettre un nom sur ce visage terriblement beau ?»

J'adoptais une voix ainsi qu'un faciès des plus chaleureux possible, pour paraître naturel. Ce que j'étais, en quelques sortes. J'espérais bien ne pas l'avoir troublé avec ma manière de communiquer ! Il ne faudrait pas partir avec de mauvaise base... Toujours est-il que la conversation était lancée. Ce qui ne fut pas pour mon déplaisir. Se promener (si néanmoins nous pouvions appeler cela une promenade) avec une si belle demoiselle sans pour autant dire mot serait assez gênant. Mais cette fois-ci, c'était elle qui menait la discussion. Elle semblait assez bavarde. Là au moins je m'y plairais !

Je n'ai pu m'empêcher de remarquer votre marque symbole de la célèbre guilde Blue Pegasus. Vous êtes donc un mage, comme c'est intéressant. Avez-vous déjà accompli beaucoup de missions? Avez-vous déjà affronter des mages noires?

Je sortais ma main de ma poche, car oui, il y reposait. Et j'observais cette marque que l'on m'avait apposée sur ma paume à mon arrivée à ce que je nommais la « Maison ». Un tatouage bleu, représentant un cheval, avec des ailes. Le Pégase, cette créature légendaire. On la disait être né d'un dieu. Animal divin d'une pureté sans égale, Cheval galopant sur la voûte céleste. Elle avait l'oeil. J'avais dû exposer ce symbole au moment où je l'avais percuté. Je n'avais pas été prudent. Exposer le signe pourrait m'être fatal... Mais cette dame ne me paraissait pas être du mauvais côté de la Force. Si j'étais tombé sur un mage noir, malgré la présence de soldats dans la ville, il avait une grande probabilité qu'il soit plus puissant que moi. Mais oui, j'étais un mage de Blue Pegasus, j'en étais fier. Mage noir... Oui, je me souviens bien de ce Ox Mist que j'avais réussi à battre à la forêt d'Iria, malgré le fait que j'en étais sorti méchamment amoché...

« Et bien oui, je suis effectivement l'un de ces mages de chez la guilde de Blue Pegasus ! Etant mage, bien évidemment j'ai déjà accompli des missions... Quant au nombre, je ne sais pas trop s'il faut compter celles que j'ai faite lors de mon apprentissage avec mon maître ou non. Toujours est-il que c'est là le moyen de gagner ma vie, je dois bien en faire ! Outre cela, j'ai déjà effectivement affronté un mage noir. Ce dernier était de Tartaros, d'après la marque qu'il m'avait stupidement dévoilé. Il tentait de s'en prendre à une dame âgée et sans défense. Malgré le fait que j'ai réussi à le mettre en déroute, ce n'est pas spécialement le genre de souvenir que je me plais à me remémorer... »

Nous continuions à papoter jusqu'au moment où le quartier marchand se présentait à nous. Je n'aurais jamais cru qu'il serait autant actif, malgré cette heure. Le souhait de la belle pourra enfin être exaucé... Quant au mien, il suivrait après !
Nous voici enfin au quartier marchant. Il ne nous manque maintenant que de trouver le fruit de vos désirs...









_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Mer 30 Jan - 22:52





















Une promenade pleine de mots

Je venais d'aborder la conversation avec un mage officiel. Je devais être vraiment fatiguée car je n'ai pas pour habitude de parler même pour obtenir ce que je voulais. Cependant, cela serait intéressant de voir si j'étais capable d'obtenir des informations autrement que par la force, en usant de tact. C'était aussi en même temps un entraînement à la récolte d'informations bien que je doive avouer qu'une part de moi cherchait vraiment à connaître ce mage, à comprendre chacune des facettes de sa personnalité, à le cerner et peut-être même à nouer une relation amicale avec lui. Je ne saurais réellement dire si c'est son côté gentleman ou la part d'humanité en moi ou encore les deux qui me faisaient ressentir cela pour lui. J'allais bien le savoir. J'avais entamé la discussion en lui demandant de se présenter à moi sans même penser que je devrais sans aucun doute devoir me présenter moi aussi. C'était la première bourde que je venais de commettre, mais je ne pouvais plus reculer j'allais devoir l'assumer et au besoin il m'était toujours possible de lui donner un faux nom pour éviter de quelconques ennuis bien que je ne voie pas vraiment comment il aurait pu m'en causer du moins aisément. Je savais me défendre après tout, je n'avais pas survécu à l'entraînement draconien que m'a imposé Weisslogia pour rien. J'avais souffert, j'avais supporté les peines pour devenir plus forte bien que je ne pus parfaire cet entraînement. Enfin bon, ce n'était pas le sujet actuel et je ne devais pas me perdre dans mes souvenirs mais bien prêter la plus grande attention à chacune des paroles qu'il allait dire. Comme je m'y attendais, son caractère galant prit le dessus et il répondit à mes questions. Il commença par s'excuser puis se retourna avant de se présenter à moi. Avant de parler, il me fit un baisemain, ce qui était peu conventionnel et je ne m'y attendais pas vraiment ni n'y était pas habituée. Il se nommait donc Roy, Shinku Hibana Roy. Peu courant aussi comme nom mais cela allait de pair avec son comportement. Apparemment, j'avais visé juste quant à la raison qui le motivait à m'inviter au restaurant pour se faire pardonner. Je ne l'avais pas laissé indifférent ce qu'il ne manqua pas de souligner. Il ajouta par ailleurs que la raison pour laquelle il était si courtois était celle de pouvoir se hisser à la hauteur de la gent féminine sans qui selon ses dires assez vrais, il ne serait pas là de même que tous les hommes. De plus, il ajoutait que le milieu dans lequel il vivait a pour mots d'ordre « galanterie », « courtoisie » et « gentlemanisme ». Le dernier mot me fit quelque peu rire bien que je saisissse parfaitement le sens de ce dernier. Il me demanda si cette façon de s'exprimer me gênait et, comme je le suspectais de me présenter bien que ce fût d'une manière bien courtoise comme à son habitude. Bon lui ayant posé une question, il était normal qu'il en pose une à son tour et je me devais d'y répondre.


Oh, rassurez-vous, votre langage ne me gêne aucunement et je dois bien avouer que je l'apprécie énormément. Et s'il vous tient tant à cœur de le savoir, je me nomme Elena Frost.

Après que ma deuxième question ait été posée, il sortit sa main de la poche où elle reposait pour observer son tatouage. Avais-je fait une bourde? Il est vrai qu'il est difficile pour quelqu'un de normal d'apercevoir une marque située sur une main après avoir été renversé, en étant fatiguée et qui plus est la nuit. Pourtant, à ma phrase, il était facile de constater que je l'avais bel et bien remarquée cette marque. J'avais toutefois un atout dans ma manche, plusieurs mêmes. En effet, j'avais la faculté de pouvoir dissimuler pleinement mes intentions meurtrières quand je ne combattais pas et donc on ne pouvait pas penser que je sois une mage noire en me voyant sans me connaître. De plus, il avait craqué quelque peu sur moi ce qui allait bien me faciliter la tâche dans la suite des opérations. J'étais machiavélique, je le savais mais je n'en avais pas honte, loin de là. Malgré tout, la part de moi cherchant vraiment à le connaître éprouvait quelques scrupules à faire cela. C'était ridicule, je n'avais pas de raison d'en avoir, je ne lui devais rien et je ne le connaissais pas donc rien ne pouvait me pousser à me sentir mal. Encore un des mystères de la vie que je ne comprendrais peut-être jamais ou peut-être un jour, qui sait? Il faisait clairement partie de la guilde Blue Pegasus et à ses dires depuis pas mal de temps vu le nombre de missions qu'il avait apparemment accompli sans compter celle faites avec son maître. De qui parlait-il du maître de la guilde ou d'une tout autre personne? Je tenais à le savoir. Mais je n'étais pas au bout de mes surprises, la fin de sa phrase me laissa de marbre. Il avait eu à affronter un mage de Tartaros, la guilde à laquelle j'appartenais et, encore plus surprenant, il était sorti victorieux. D'après ses dires, il s'en prenait à une vieille dame sans défense ce qui voulait surement dire que ce n'était pas réellement un mage important au sein de la guilde. Toutefois, une fois rentrée, j'allais me charger personnellement de son cas car l'honneur de Tartaros venait d'être bafoué par un vermisseau, il allait le payer très cher. Quant à Roy, il venait de me confirmer que lui non plus n'était pas doté d'un si extraordinaire pouvoir. En effet, s'il n'était pas plaisant pour lui de se remémorer ce souvenir, cela signifiait sans aucun doute qu'il n'avait pas pu le faire facilement ou au contraire que ce fut trop facile, si facile que ce n'était pas la peine de s'en rappeler. Malgré tout, j'avais décidé de pencher sur la première option au vu de sa négligence malgré le fait que je souhaitais intérieurement que ce fût la seconde. Toujours est-il que dans les deux cas, je commençais à me demander si je n'allais pas lui montrer la véritable valeur de Tartaros.


Vous devez être fort! Battre un mage noir de Tartaros c'est surprenant.

Cette phrase était placée juste dans le but d'entretenir la conversation et toujours d'en garder le contrôle pour pouvoir aller progressivement vers le sujet que je cherchais à aborder. Je n'allais pas me laisser draguer ni jouer la petite innocente pour rien. De plus, si je voulais m'éviter les fureurs du maître, j'avais intérêt à avoir une excuse qui tienne la route à mon retour à la guilde ou je pouvais m'attendre au pire. Ce mage allait parler et me dire ce que je voulais, j'en avais l'intime conviction, je le sentais. La discussion nous avait tous deux captivés si bien que je ne vis pas le temps passer et que nous avons fini par arriver dans le quartier marchand. Étonnamment, il n'était pas du tout fermé mais bel et bien actif et j'allais pouvoir trouver une tenue convenable pour diner sans prendre le risque de tâcher ce kimono qui était si précieux à mes yeux. Encore une fois, il prit la parole pour me confirmer que nous étions bel et bien là où je souhaitais me rendre. Maintenant, il ne restait plus qu'à trouver la boutique de vêtements, ce qui était bien plus facile à dire qu'à faire dans cette cité bondée. J'avais toutefois une intuition car il suffisait de suivre le chemin qu'arpentaient les femmes habillées chiquement et portant à leur bras plusieurs sacs de courses. Après tout, chaque femme qui se respecte se doit d'arborer le meilleur look possible et est irrémédiablement attirée vers les vêtements, les chaussures et autres accessoires. J'allais pouvoir trouver ce que je cherchais. Par contre, le point négatif était la foule car je n'avais aucune envie, dans l'état où je me trouvais actuellement de patienter trop longtemps ou de devoir m'aligner dans une file d'attente interminable avant de pouvoir être servie. Je devais me dépêcher et ne pas perdre une seule minute. J'ai donc essayé de repérer une boutique d'où sortiraient des femmes portant de nouveaux vêtements ou une arborant une marque de vêtement à son enseigne. J'avais une bonne vue et cela ne tarda donc pas. Une fois la boutique repérée, je pris la main de Roy et le traînai rapidement vers la boutique sans qu'il n'ait le temps de comprendre ce qui se passait. Son air étonné était amusant à voir et j'étais curieux de voir comment il allait réagir dans la boutique à l'intérieur de laquelle ne se trouvaient que des femmes à l'heure actuelle.


J'ai trouvé une boutique, vous pourrez m'aider à choisir ma tenue

J'affichais toujours un grand sourire tout en pénétrant dans la boutique toujours en traînant le mage de Blue Pegasus avec moi. Une fois à l'intérieur, la gérante nous accueillit en nous saluant, je fis de même ainsi que le gentleman qui m'accompagnait. J'allais pouvoir commencer ma recherche de la tenue que j'allais arborer pour notre dîner. Ça promettait d'être amusant.




Dernière édition par Elena Frost le Dim 7 Avr - 21:58, édité 1 fois
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Dim 3 Fév - 19:46

En route pour le shopping !


Au final, il semblait bien qu'il n'y avait rien de gênant pour elle. Ma manière de parler ne l'embêtait pas. Autant pour moi. Il serait vraiment regrettable de partir sur de mauvaises bases. Surtout que j'avais réussi à lui tirer un rire ! Si là ce n'était pas bien parti... ! J'avais vraiment de la chance en fait. Mais malgré cela, avant que nous n'entrions dans l'espace commerce de la ville, sa réaction à ma réponse au sujet des mages noirs fit quelques peu changer mon attitude. À rien, ne vous en inquiétez donc pas ! Juste que je n'étais pas fort. Et se battre, quel qu'en soit la raison, à mon regard, n'était pas une bonne chose. Je parlais ici des vrais combats. Donc bien sûr, je ne comptais pas les entraînements, ou bien même les tournois. Je méprisais juste la violence pure. Surtout qu'à l'origine, ce combat contre ce mage de Tartaros partait de ce Ox violentant cette vieille dame... Certes, ma cause à moi était tout à fait noble... Mais pour son cas, c'était vraiment autre chose. Vous l'aurez compris, les paroles de cette très belle Elena, car oui, c'était là son prénom (qui par ailleurs, était très beau), auraient pu me flatter, mais il n'en était rien. La franchise envers moi-même, un beau crédo n'est-il pas ? Je n'étais pas fort. J'en étais loin. Je le savais. J'aurai pu lui dire le contraire. Mais la vantardise m'aurait servi à quoi ici ? En avait-on vraiment besoin pour discuter tranquillement avec une Lady ? Aussi magnifique soit-elle ? « Honneur ». C'était là l'un des sept grands principes du Bushido. Et j'étais tenu de le respecter. Je décidais donc de ne pas de me voiler la face. Et de respecter ce principe, tel qu'il m'était venu. Je levais les yeux vers les cieux et je lui répondais.

« Fort ? Non, pas du tout. Je vous l'avoue, je ne cache rien. Je ne suis pas du tout fort. Loin de là. Mais ce n'est pas la force que je recherche... Plutôt la recherche d'une meilleure maîtrise dirait-on... Oui, c'est exactement cela. La recherche de la force ne m'intéresse pas. Je suis franc, honnête et j'en suis fier. La Voie dont je suis le chemin m'empêche de mentir. Une Voie tout à fait noble n'est-il pas ? Il s'agît du Bushido, la Voie que tout être se disant Samurai se doit de suivre... C'est mon cas. De plus, se battre n'est jamais impressionnant. Quel qu'en soit la cause de la bataille. Elle est rarement bonne. Si s'oppose à nous comme seule solution celle de se battre, c'est que le choix est faussé. Certes, je suis moi-même adepte du Kenjutsu, pourtant ses mots sortent de ma bouche. Mais pour moi, un sabre n'est pas fait pour verser le sang... Bref, c'est en vous exposant ma philosophie et la Voie que je prends que je vous réponds. J'espère ne pas vous déranger avec ces futilités... Au final, vous savez de moi plus que mon nom et ma guilde tiens !»

Joli le monologue... Mais dans une situation comme celle-ci, je ne pouvais m'empêcher de sortir une tirade, ainsi que ma philosophie de Samurai. Je ne pouvais m'en empêcher. Toujours est-il qu'après cela et après quelques autres paroles échangées, nous nous étions un peu plus avancé dans la zone commerciale. Elena semblait observer les pavés. Comme cherchant une boutique pouvant satisfaire ses désirs. Quand elle sembla tomber sur ce qu'elle voulait. Et soudain, elle m'attrapa la main. J'avais à peine le temps de comprendre que nos mains se rencontraient que je me faisais déjà tirer, limite si ce n'était pas traîné , vers un magasin, avec une belle wtf-face sur le visage, faisant preuve de ma non-compréhension à la situation. C'est que j'avais pas l'habitude de me faire trimbaler vers des boutiques moi ! Limite, j'avais pas l'habitude de faire du shopping en fait. J'étais quelqu'un de simpliste. Et je trouvais le shopping futile. Pourquoi s'armer d'une garde robe de princesse ? Alors que la plupart des demoiselles ne sortaient rarement plusieurs fois leurs vêtements tellement elles en avaient ? Certes, je me devais de « ressembler à quelque chose », de part la guilde. Mais je ne me faisais pas violence et mettant à ma disposition nombre de vêtements !

J'ai trouvé une boutique, vous pourrez m'aider à choisir ma tenue.

Et nous entrions à l'intérieur de la fameuse boutique. Moi, me faisant toujours traîner. Elle, me traînant toujours. À notre entrée, la gérante nous saluait. Quant à nous, nous faisons de même. C'était même à mon tour d'esquisser un sourire à la vue de son faciès étonné. Raah, en fait non, j'aimais pas ça. À quoi je pouvais ressembler moi en me faisant traîner de la sorte ?... Même si, je dois bien l'avouer, cela m'amusait quand même. Quand enfin, elle cessa me trimbaler. C'était maintenant que le shopping commençait... Je n'en avais jamais vraiment fait avant de la rencontrer tiens. Espérons juste que cela ne soit pas terrorisant... Il fallait juste que je me dise qu'il y avait un dîner à la clé par derrière. Et elle commençait déjà sa recherche. Je la suivais. Le plus dur ici serait sûrement que mon rôle serait de la conseiller. Et en bonne personne, je devais bien le faire... Amusant ? Terrorisant ? Non  Je ne le savais vraiment pas. Mais la réponse ne serait tardé. Toujours est-il que quel que sois le mot adéquat, cette soirée risquerait de rester dans les mémoires...










_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Dim 10 Fév - 13:03





















Soirée Shopping

Je venais de le traîner dans le magasin de vêtements que j'avais repéré avec une telle vitesse qu'il eut à peine le temps de se rendre compte de ce que se passait que nous étions déjà dans le magasin. Peu avant que je ne commence à le traîner, il avait prononcé un long monologue dans lequel il expliquait quel était son véritable but. Il avait bien insisté sur le fait qu'il n'était pas fort mais qu'il recherchait plutôt une meilleure maîtrise. Était-il sincère? Il était vraiment faible ou bien avait atteint un haut degré de modestie. Si la première solution était la bonne, cela m'expliquerait plus facilement comment il avait réussi à battre un membre du Tartare. Si par contre, la seconde option était la bonne, je me demandais qui il était vraiment. Quelle était la nature de sa magie et surtout si je serais capable de le battre en combat singulier. Pour être honnête, je voulais que cette option soit la bonne. Après tout, quel intérêt de combattre un mage s'il n'y avait aucun challenge? Si la victoire m'était déjà acquise. Il avait mentionné le fait qu'il était franc et honnête ce qui faisait d'ailleurs sa fierté. Était-ce à nouveau une marque de modestie mal placée qui visait à camoufler sa puissance? Il me donnait de plus en plus envie de le découvrir. C'est alors qu'il sortit quelque chose qui m'étonna. Il dit qu'il avait opté pour une voie dans laquelle le combat n'avait pas sa place et était inutile. Pour moi, quelqu'un de fort, à moins d'être vraiment pacifique ressent au moins une fois dans sa vie l'envie de se battre, ne serait-ce que pour mesurer leurs compétences. J'en conclus donc que les chances que la seconde option soit véridique devenaient bien maigres mais était toujours présentes. Il acheva sa prise de parole en me faisant remarquer que j'en savais pas mal sur lui. En effet, il venait de me présenter en détail sa personnalité ce qui, bien qu'ayant créé en moi un doute, me suffisait parfaitement pour me faire une idée complète de la personne que j'avais en face de moi. Un gentleman bien modeste et très serviable, tenant toujours à faire pardonner ses fautes. Tout ce qui me manquait pour établir un profil complet c'était sa magie et je pourrais avec exactitude dresser son portrait. Toutefois, ce n'était pas le moment idéal pour parler de ça. J'aurais, après tout, la liberté de lui poser toutes les questions que je voulais durant le charmant dîner qu'il avait prévu. La priorité était de trouver une robe et il me tardait de voir si ce mage ferait un bon conseiller. Il m'avait déjà bien fait rire avec la tête qu'il avait affichée durant le trajet. J'avais hâte de voir la suite.


Allez, que le shopping commence!


Ça y est, la recherche d'une tenue pour le dîner de tout à l'heure venait de commencer et tandis que je me suis empressée de courir vers le rayon des robes, celui qui m'accompagnait a trouvé un endroit pour s'asseoir. Il faut dire qu'il n'avait rien d'autre à faire ou plutôt ne pouvait rien faire. En effet, le magasin dans lequel nous venions d'entrer vendait exclusivement des articles féminins avec très peu de rayons consacrés aux hommes. De plus il semblerait, au vu de son comportement que c'était la première fois qu'il en faisait, du shopping. Après tout, c'était assez compréhensible. Je connaissais peu d'hommes qui s'intéressaient au shopping et encore moins qui le pratiquaient. Au vu de tout ceci, il était tout à fait normal que mon cavalier du soir ne soit pas à l'aise dans ce genre de situation. Toutefois, il restait dans la salle de façon à m'aider comme je le lui avais demandé. Il me faisait de plus en plus penser à Kenzo, le seul à avoir jamais éveillé en moi le sentiment de l'amour. Enfin, c'était du passé et je n'étais pas vraiment du genre à vivre dans le passé. Je me replongeais donc dans mes recherches afin de trouver une jolie robe car bien que ce dîner n'ait aucune signification particulière, ce n'étais pas une raison qui me pousserait à ne pas me faire belle. Tandis que je cherchais activement la robe qui correspondrait bien à la soirée, Roy lui attendait patiemment en me regardant. J'aurais bien aimé savoir ce qu'il était en train de penser à cet instant précis. Malheureusement, je ne le pouvais pas et au moment où nos regards se sont entrecroisés, je lui ai souri avant de reprendre ma quête. Au même moment, sont entrées trois jolies jeunes filles probablement âgées entre vingt et vingt-deux ans. Elles venaient probablement faire leurs courses quoique le premier endroit où elles se sont dirigées était en direction de Roy. Peut-être bien que leur intention première était de faire du shopping mais qu'elles ont été "subjuguées" par le charme du mage de Blue Pegasus ou alors il était leur objectif de départ. Une chose est sûre, il se retrouvait à présent en bien fâcheuse posture. J'étais à présent curieuse de voir comment ce gentleman comptait se débrouiller face à d'aussi charmantes créatures. Pendant que cachée derrière les vêtements je l'observais en essayant au mieux d'étouffer mon rire, je le regardais avoir du mal avec ces demoiselles. J'allais à présent le laisser pour mieux me concentrer sur mon objectif, trouver une robe.

Étrangement, ma fatigue venait de s'envoler. Je me sentais merveilleusement bien et j'étais on ne peut plus guillerette. J'avais envie de me laisser bercer par l'ambiance du moment. L'air transmettait la joie à travers la pièce et je la recevais en inspirant à pleins poumons. Ma recherche de la robe que je portais continuait et une chanson me trottait dans la tête. J'ai donc commencé à la siffloter. On aurait pu se demander ce qui me rendait si joyeuse mais même moi je ne le savais pas vraiment et je ne voulais pas le savoir. J'étais heureuse, ça me suffisait et il était rare que je sois aussi heureuse. D'ailleurs, cet état d'esprit m'a semblerait-il aidé à trouver ce que je cherchais. Ainsi du coin de l’œil, j'ai repéré une magnifique robe noire au design étonnant. Elle était longue et arborait une grande fente sur le côté gauche. Elle m'avait vraiment tapé dans l’œil. Au toucher, on s'apercevait que le tissu la composant était souple et fin. Cette robe était sans l'ombre d'un doute d'excellente qualité. De plus, elle laissait le corps respirer à son aise mais peut-être était-elle trop ouverte. Quelques instants plus tard, une seconde attira également mon attention. Il s'agissait cette fois d'une robe rouge en dentelle avec de somptueuses décorations à ses bords ainsi qu'une belle fleur brodée au niveau de la poitrine. Elle était vraiment magnifique. Une fois que je m'en suis saisie, je m'apprêtais à me rendre à la cabine d'essayage quand une dernière m'interpella. Il s'agissait cette fois d'une tenue traditionnelle. Les bouts des manches du haut de la tenue étaient parsemés de dessin de fleur et leur bordure étaient roses comme le bas de la tenue. J'ai pris les trois tenues et fis signe à Roy de venir. Pendant qu'il s'approchait toujours suivi par les demoiselles dont le visage affichait la colère, je suis entrée dans la cabine pour me changer. A chacune de mes sorties, j'avais une tenue différente et je laissais le temps à mon conseiller du jour de bien regarder les tenues. Une fois les trois enfilées, je vins le voir pour entendre le verdict. Les femmes derrière lui essayaient tant bien que mal de me tourner en ridicule mais je n'en avais rien à faire et lui non plus à ma grande joie. Je m'apprêtais donc à entendre ce qu'il avait à dire.

tenues:
 


Alors, laquelle préférez vous?

Après qu'il m'eut indiqué la robe qu'il avait préférée, je suis partie ranger mes affaires gardant la robe qu'il avait choisie, remettre les deux autres à leur place et payer mon achat. Une fois ce dernier effectué, je suis partie prendre ce jeune mage qui venait de se débarrasser de ces harpies qui le harcelaient peut-être grâce à mon aide ou pas. Je me demandais s'il avait été giflé connaissant bien assez le caractère de ce genre de personne pour savoir qu'elles n'hésiteraient pas à le faire en cas de contrariété. Nous avions fini les achats. Il était maintenant temps que nous allions au restaurant. Ainsi une fois à l'extérieur, je lui fis signe qu'il avait le champ libre pour me mener dans le lieu qu'il avait choisi. C'était maintenant que j'allais lui extirper les informations que je voulais. Je verrais bien. Maintenant, il fallait le suivre.




Dernière édition par Elena Frost le Dim 7 Avr - 22:23, édité 1 fois
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Sam 16 Fév - 21:21

En route pour le restaurant !


Allez, que le shopping commence!

Le signal de la torture. Exactement, torture, c'était comme ça que je voyais la chose. Une course au vêtement... De la torture. Ce n'était pas nécessairement mon genre de traîner dans ce genre de magasin. J'étais, dirait-on, un membre de Blue Pegasus spécial. En effet, je ne faisais pas de mon apparence mon principe. Je n'étais pas l'une de ses personnes ne pensant qu'à l'apparence, jusque ne plus avoir de vie, ne vivre que pour être beau... A vrai dire, je me contentais de paraître présentable, même si certes je faisais une certaine correspondance entre moi et ma guilde. Sois, je faisais attention de comment l'on me voyait, mais sans plus. C'était pour cela que je mettais rarement pied en une boutique de lingerie. Mais pourtant, j'y avais posé pied, grâce à Elena... C'était pour dire. J'avais une chance, je ne la lâcherai pas ! Euh... oups, je m'égare là...

Toujours est-il qu'elle était maintenant vers les rayons qui l'intéressaient, sois ceux où l'on pouvait trouver des robes. Enfin, d'après ce que je pouvais apercevoir, il n'y avait vraiment que des robes. Apercevoir, en effet, car je ne l'avais pas vraiment suivi. Nous étions dans là dans un commerce exclusivement réservé à une clientèle féminine. Je m'étais donc assis, attendant que celle que je risquais à nommer une « compagnon » pour le moment m'interpelle, que je puisse la conseiller, ou remarquer son choix. Je ne pouvais pas vraiment faire autre chose... Un rayon de lingerie fine, un autre de vêtement de ville, encore un de robe de soirée, que pouvais-je vraiment y faire ? Hormis bien sûr observer. Ce que je faisais, soit-dit en passant. Un mal pour un bien, il faut bien le dire : ennuie, attente et shopping, pour, en récompense, un dîner avec une magnifique jeune femme. Je ne plaignais donc pas. Et puis, pourquoi me plaindrais-je ? En bon gentleman, je ne pouvais permettre de me plaindre à l'égard d'une jeune demoiselle, surtout si je m'étais porté garant pour lui accompagner vers cet endroit ! J'avais dit oui ; je prenais sur moi. Et justement, mon regard, dans le pivotement de ma tête, c'était croisé, cela me fit replonger dans mes pensées. Une chance incomparable d'être tombé sur elle au hasard d'un virage, sur des docks. Mais quand j'y pense, que pouvait-elle bien y être venue faire ? C'est que ce n'est pas courant de voir une gentes dame à la nuit fraîchement tombée sur un port. Était-elle venue se reposer au gré de la berceuse des vagues, profitant que le voile de Morphée prenne place pour obtenir tranquillité, tout comme moi ? Était-elle venue observer l'arrivée des étoiles, profitant maintenant que le port n'était pas aussi éclairé que la ville ? Je n'en savais vraiment rien. Je m'étais même pas posé la question sur le coup, tellement hypnotisé par sa personne... La chose la plus importante ici n'était pas le fait d'avoir pu avoir un dîner avec cette dame, mais belle et bien de l'avoir rencontrée. Car j'avais pu avoir comme cavalière du soir une demoiselle non seulement très belle, mais aussi une personne avec laquelle il était plaisant de discuter. Une personne que je voyais merveilleuse, autant sur un plan physique que mental. Même si je n'en savais pas énormément sur elle. Naïf que j'étais... Tiens, un nouveau bon point : j'en profiterai pour mieux se connaître, même si j'avais déjà dit beaucoup de chose à mon sujet. Après tout, pourquoi pas ?

C'était justement pendant que ma réflexion se penchait sur elle que nos regards se croisèrent. Elle me laissa un sourire, je fis de même, puis elle s'en retourna vers ses recherches. Je me contentais de suivre sa décadence du regard... Oh wait... de suivre son déplacement plutôt... Oula... Et je me replongeais dans mes pensées, attendant un quelconque signal m'incitant à la rejoindre. Je ne voulais, pour l'instant, en aucun cas être gênant pour elle. Mais mes pensées retombaient toujours sur la demoiselle... Quand quelque chose vînt une nouvelle fois me sortir de ma torpeur. Mais ce n'était pas ma cavalière. Non, c'était en fait juste trois paires de jambes. Allez savoir ce qu'elles venaient faire là. Comme insistante... Wait, wait, wait ? C'est vrai ça, pourquoi elles empiétaient dans ma vision périphérique ?! Mauvaise question... Évident n'empêche. Je manquais de logique aujourd'hui, allez savoir pourquoi. Je relevais donc la tête, devinant ce qu'il y avait plus haut. Et devant moi se dressaient trois femmes. Aussitôt, je cassais ma position, je redressais mon dos alors courbé. Non, en fait je me mettais carrément debout, de pas avoir l'air d'une loque devant elles. Et, en bon gentleman, je me risquais à leur demander si je pouvais faire quelque chose pour elles. Une rapide conversation commença. Et n'étant pas dupe, je remarquais bien vite qu'elles étaient là pour la séduction, ou une chose du genre. Zut alors, j'étais pas venu seul. Me malmenant pour leur expliquer un « non » posé avec diplomatie et finissant par un « je suis accompagné, navré » salvateur, je pus m'éloigner d'une certaine étreinte pour le moins assez étouffante. Ou pas. Tenace quoi, un non, c'est non, trop difficile ? Euh... c'est moi qui dis ça là ? Y'a clairement un problème... Ah oui, j'étais accompagné et une direction pour un dîner, bien entendu ! J'avais du mal sur ce coup. Faut dire, je voulais vraiment m'en débarrasser de ces trois pots de colle... Ouais bon, la galanterie à ses limites quand même. À en être trop tenace, on en devient lourd... Quand je vis Elena me faire un signe pour que je la rejoigne. Je m'en donnais à coeur joie. Elle ne pouvait pas imaginer à quel point elle m'aidait... Et je la rejoignais, quoi qu'avec une veine apparente qui ressortait de mon front, remarquant que les trois me suivaient toujours. Mais cette fois-ci avec un faciès exprimant clairement la colère. Ainsi soit-il... L'ignorance est par moment la meilleure d'entre toutes les armes !

Maintenant venait la partie Essayage de la soirée, toujours avec les trois harpies derrière... Trois tenues, il faut le dire, elles étaient toutes belles, mais c'est à moi de trancher maintenant. Il y en avait une assez simple à ma vue, ce qui lui donnait son charme. Une robe longue, avec une large fente sur le côté gauche. La seconde était une robe déjà plus travaillée, d'une couleur rouge, faite avec des dentelle et arborant une belle fleur brodée de la même couleur en sa poitrine. La dernière fut une tenue traditionnelle, avec des manches amples et recouvrant tout le bras. Les choix qui attirèrent surtout mon oeil furent la première robe et la dernière. La première car je trouvais que sa simplicité était son charme, la dernière parce que j'avais un faible pour le traditionnel. Dur choix. Mais au final, le verdict tombait sur la première. Pourquoi jouer dans le compliquer, le merveilleux à la limite de l'excessif quand on pouvait faire dans le simple et magnifique à la fois ?

« J'ai une préférence pour la première. Même, certes, la dernière me ferait dire le contraire. Simple, et pourtant très belle. Oui, je serai donc tenté de choisir la numéro une ! »

Suite à quoi elle s'en alla déposer les robes de trop et passer à la caisse. Quant à moi, je me débrouillais pour enfin que ces trois dames me lâchent. Mais c'est qu'elles commençaient même à devenir violente ! J'ai même failli m'en prendre une... Pourquoi, par contre, ça j'en sais rien... Mais elle n'était plus à mes trousses, c'était là le plus important. Nous (Elena et moi) étions maintenant en dehors du magasin. Et c'était à moi de montrer le chemin, une nouvelle fois. J'avais eu le temps de chercher où aller. C'était même à cela que je pensais, entre autre... Nous en étions justement pas bien loin, c'était là l'avantage. De quoi bien se restaurer, pour ne pas nécessairement être dans le luxueux. J'ouvrais donc la marche, la guidant vers le lieu dont il était question. En fait, pour les rares fois où j'ai été de passage ici, j'avais mis pied dans le restaurant dont il était question. Si je m'étais pas trompé, il suffisait juste de traverser la rue...

« Pour les quelques rares fois où j'ai mis pied en cette ville, j'ai eu le privilège d'entrer dans un certain restaurant, ce dernier m'ayant de suite plus. Comme je ne connais pas chaque recoins de cette ville, je vous propose donc d'y aller. Si toutefois je ne me suis pas trompé, il suffirait juste de traverser cette rue ! »

Mon dieu, faites que je n'étais vraiment pas trompé ! C'est que ça remonte la dernière fois où je suis venu ici... J'avais confiance en moi quant à l'emplacement, mais un doute subsistait. Je n'en fis pas plus attention et je guidais ma cavalière d'une nuit vers l'endroit. Comme prévu, la marche ne fut pas longue et, à mon grand soulagement, au détour de la rue que nous venions de traverser, s'offrait à nous le fameux lieu de restauration. Dans un quartier illuminé de toutes parts, avec l'opéra en arrière plan. Magnifique vue sur un magnifique bâtiment. Et je laissais la belle Elena passer devant moi, pour passer le porche du lieu avant moi, dans toute la galanterie dont je pouvais faire preuve.

« Nous y voilà enfin. J'espère avoir fait le bon choix ! Si vous le voulez bien mademoiselle Frost ? Après vous ! »










_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Lun 11 Mar - 22:48





















Un somptueux repas.

Nous voilà à présent sortis de la boutique où je venais de choisir ma tenue. Il avait opté pour la robe noire à la fente sur le côté gauche et je dois avouer que je penchais aussi sur cette dernière. J'aimais les habits noirs. Le noir et le blanc, c'était véritablement pour moi les couleurs que j'aimais le plus. Aussi dans cette somptueuse robe, je marchais à présent en le suivant, vers le lieu où nous étions supposés nous restaurer. Je repensais encore à l'incident du magasin. C'était fort amusant de le voir ainsi troublé par de jolies jeunes femmes. Il semblait vraiment tiraillé entre le fait de les courtiser et le fait de résister pour passer la soirée avec moi. Il m'avait choisi et bien évidemment, il avait marqué pas mal de points. Il me faisait de plus penser à l'homme dont j'étais tombée amoureuse. Étais... Inutile pour moi de me mentir, je suis toujours éprise de lui mais après ce qu'il a fait, je ne pouvais décemment plus rester avec lui. Pourtant, je pense assez souvent à lui et le fait de me trouver en présence de Roy faisait ressurgir plusieurs souvenirs à la fois agréables et douloureux. Il était à présent temps de chasser toutes ses pensées obscures de mon esprit. Je devais oublier le passé et me concentrer sur le présent. Et présentement, je me trouvais en compagnie d'un bien charmant jeune homme, poli, galant et surtout très amusant. Amusant en effet. Lui qui était supposé mener la marche me dit qu'il n'était pas vraiment sur de la route. Je laissais à nouveau échapper un léger rire. Je me sentais bien, si bien que même si nous n'avions pas trouvé de restaurants, j'aurais passé la soirée avec lui. Il semblait si sérieux. Il prenait vraiment au sérieux le fait de se faire pardonner sans même se douter que je ne lui en voulais déjà plus. A vrai dire, je n'avais plus la moindre envie de lui extirper de quelconques informations sur les guildes officielles. Je voulais juste passer du bon temps et si je devais en subir les représailles du master, je ferais avec.

Pour parler franchement, je dirais que j'essaie peut-être d'oublier. Oublier le fait qu'à cause de Tartaros, j'ai ôté la vie à un homme. J'essaie d'oublier le visage de Théodore Gunnar, le mage que j'ai envoyé vers un repos éternel. Il était le premier que je tuais et déjà je le regrettais. Moi qui avais fait le maximum pour éviter d'abréger une vie humaine quitte à m'exposer aux foudres de Louis s'il venait à le découvrir, j'avais finalement fait ce que je redoutais le plus. C'en est assez. Je m'empressais de chasser toutes ces pensées de mon esprit car ce n'était pas le moment d'y repenser. Je continuais à suivre le mage de Blue Pegasus, le visage toujours souriant, à travers la ruelle qui devait nous conduire au lieu où nous aurions pu diner. On pouvait voir sur son visage une expression de soulagement au détour de la rue. Il avait bon. C'était une splendide vue que nous avions là. Un quartier illuminé de toutes parts et un opéra dans le fond. J'aimais cette ambiance, j'aimais la lumière. Si je le pouvais, je passerais tout mon temps dans la lumière. Elle représente la pureté, elle éloigne les ténèbres et on se sent comme libre, pur. Je m'arrêtais un instant, fermant les yeux et levant la tête. Peu après, je repris ma position habituelle et me dirigeais vers le bâtiment de restauration. Encore une fois, sa galanterie se faisait sentir, il me laissa passer devant et surtout m'appela mademoiselle. Je n'avais pas entendu quelqu'un m'appeler mademoiselle depuis pas mal de temps. Trois ans si je me souviens bien. Toutefois, les souvenirs de mon passé refaisaient à nouveau surface. Pourquoi? Pourquoi maintenant? J'en avais fini avec ce temps-là alors pourquoi? Je pus à nouveau reprendre mes esprits mais j'espérais que cela ne se reproduirait plus. Il était à présent temps de manger. Le serveur vint nous voir pour prendre notre commande.

« Puis-je prendre votre commande? »


Ce sera une salade et quelques crevettes pour moi s'il vous plaît.

« Et pour vous monsieur? »

Roy passa à son tour sa commande avec toujours autant de courtoisie. Il tenait à faire bonne impression j'imagine. Il avait l'air quelque peu tendu, j'ignore pourquoi.

« Vous prendrez bien quelque chose à boire? »


De l'eau plate pour moi je vous remercie.

A nouveau Roy fit de même et choisit une boisson. Il me laissait toujours passer la première la commande. C'était très galant de sa part. Le serveur prit donc notre commande et s'en alla sur quelques mots.

« J'apporte votre commande sous peu. Si je puis me permettre, vous êtes très en beauté ce soir madame. Monsieur en a de la chance. »

Je me contentais de le remercier tandis que je vis le visage de mon compagnon du soir se couvrir légèrement de rouge avant de redevenir normal. Encore une fois un léger rire sortit de ma bouche. Je me contentais de dire à Roy qu'il ne devait pas être si nerveux et qu'il devrait se laisser aller et se détendre. Nous étions ici entre amis après tout. Le serveur nous apporta d'abord nos boissons suivies de nos plats. Nous pouvions commencer le dîner.



HRP:
 
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Mar 26 Mar - 20:28

Un dîner auprès d'un ange...



Une soirée merveilleuse, comme je ne m'y attendais pas. C'était la soirée que je vivais à ce moment même. Comme quoi, on pouvait tout faire par un coup du hasard. J'avais heurté une jeune femme... Et cela se terminait en dîner. Une manière pour moi de me pardonner... Si ce n'était que cela, moi-même je ne comprenais pas vraiment. Toujours est-il que j'étais accompagné d'une demoiselle merveilleusement belle, pour un dîner... Après une séance de shopping. Que demander de mieux ? Tout ce passait bien, je n'avais donc rien à en dire. Enfin « tout »... Ce n'est pas vraiment le mot quand on était censé diriger une jeune dame pour un dîner, alors qu'on n'était pas vraiment sûr de la route à prendre. Ou comment perdre toute sa crédibilité. Après les trois Harpies dans ce magasin, il y avait ça... Mais qu'avais-je donc fait ? Pourquoi tant d'épreuve alors que je ne voulais que passer une bonne soirée ? Mais apparemment, cela ne la gênait pas, non, je dirais plutôt que la situation l'amusait, par rapport au petit rire qu'elle avait lâchée. Ce fut à mon tour d'être gêné... Pour enfin me décontracter et laisser échapper un sourire. Ne soyons donc pas gêné, restons décontracter, la soirée ne s'en passera que mieux.

Puis, nous étions enfin arrivés devant le fameux restaurant. À mon grand soulagement ! Nous ne nous étions pas perdu par ma faute... La rue était splendide... Cela devait faire quatre ans que je n'avais revu cette rue... Bizarrement, voir ce lieu me ramenait irrémédiablement vers celui qui m'avait appris à user de ma magie. Ce dragueur foireux... Qui en plus était obligé de traîner son élève pour « chasser ». Je me demandais bien ce qu'il devenait maintenant... Et puis, on s'en fiche du vieux, ce soir, s'il y avait bien une personne à qui penser... C'était bien à la nymphe qui me faisait l'immense honneur de l'accompagner. Je l'avais justement laissé passer la première, pour suivre ensuite. Ce n'était pas l'un de ses restaurants chics avec des hôtes à l'entrée, où nous ne pouvions entrer que sur rendez-vous, nous prenions donc la direction d'une table. Je déplaçais sa chaise pour qu'elle puisse s'asseoir (quand on est lancé, on garde sa vitesse !) et je prenais ensuite place. Et la discussion fut vite engagée. Toutefois, ce qui me captivait le plus n'était pas les mots... Mais la personne en elle-même. Une nymphe, tout simplement... peut-être même plus. Je ne m'en étonnerai pas si c'était là l'une des plus grosses chance qu'aurait pu m'offrir la vie. C'était une demoiselle à la fois magnifique et merveilleuse... Et ce n'était pas l'une de ses cruches. C'était là l'un des meilleurs aspects. Il était très plaisant de discuter avec elle... Comme de l'observer... Euh pardon, je m'égare là. Mais bizarrement, quand je la regardais ou échangeait des mots avec elle, il y avait un certain qui venait avec... Mais à mon grand désarroi... Je n'arrivais pas à y mettre une définition, c'était quelque chose de... spécial ? Toujours est-il qu'une intervention vint me ramener à la réalité. Ce n'était pas Elena. Non, c'était plutôt le serveur qui faisait son entrée en scène. Il n'avait pas pris de temps pour arriver à notre table... Tiens, c'est rare ça.

« Puis-je prendre votre commande? »

Je ne répondais pas tout de suite, je laissais bien évidemment le soin à Elena de passer sa commande, avant moi.

Ce sera une salade et quelques crevettes pour moi s'il vous plaît.

« Et pour vous monsieur? »

Bon choix... Mais les crevettes, ce n'était pas pour moi... La viande, il y a que ça de vrai. La viande, la salade et le riz... Parfait combo... Avec du Sake... Ou du vin tiens... Oui, j'aime le vin, oui, j'aime me distinguer par ce que je bois... OUI, je suis de Blue Pegasus !!!

« Et bien, si cela est possible, je prendrais bien un steak, cuit à point, avec riz et salade s'il vous plaît. »

Je brûlais beaucoup de calories par jour, étant donné que la marche était l'un de mes sports favoris. De plus, mon art de prédilection était le Kenjutsu... J'avais besoin de beaucoup de protéines en effet... Et la viande intervenait ! Bon après, je vous l'accorde, l'alcool n'est pas bon pour la santé. Mais... Mais... Mais là je n'ai pas d'arguments non. Je vous laisse donc le point ! Suite à cela, le serveur continua son travail, mais cette fois-ci, nous demanda ce que nous voulions boire. Elena prit de l'eau plate, quant à moi... Bah... Dure réflexion. Pas de bière, pas à un dîner avec une dame. Et puis, je doutais qu'un restaurant tel que celui-là en offre. Du saké peut-être ? Oui, c'était sûrement là la meilleure option... Le Saké est toujours la meilleure option. Ou du vin... Non, je n'ai pas envie de me la jouer comme le mec distingué... Chose que je n'étais pas vraiment. Restons naturel... Va pour le Saké donc ! Je passais cette commande, quand le serveur fit une intervention à laquelle je ne m'y attendais pas du tout, avant de tirer sa révérence.

« J'apporte votre commande sous peu. Si je puis me permettre, vous êtes très en beauté ce soir madame. Monsieur en a de la chance. »

Le truc de trop... Alors que ma « compagne » (si j'ose dire) le remerciait, moi, je me sentais déjà rougir à un stade pour le moins assez rare. Je me frottais la tête, alors que le rire angélique de mademoiselle Frost me mettait encore plus mal à l'aise. Mais à quoi je devais avoir l'air à ce moment-là... Mon dieu ! Je tentais tant bien que mal de reprendre le contrôle de moi-même. Alors que la séraphine m'accompagnant me disait que je ne devais pas être si nerveux, que je devais me détendre et me laisser aller. Et que nous étions entres amis. Je reprenais mon teint de peau initial, pour tout d'abord répondre au serveur, mais je remarquais que celui-ci n'était déjà plus là... J'avais l'air encore plus con tiens. Et c'est toujours en me frottant la tête que je me risquais à répondre à cette belle.

« Et bien, pourtant, je ne peux que réagir de cette manière, à mon grand désarroi d'ailleurs. Vous êtes en effet d'une beauté resplendissante dans cette robe... Il faut bien l'avouer, c'est un honneur pour moi d'accompagner cette si belle femme que vous êtes ! C'est en effet une chance que jamais je n'aurai cru avoir ! Mais vous avez raison, il me faudrait me détendre. Je ne voudrais surtout pas vous importuner de cela ! »

Nous discutions et échangions nos mots, quand une question en vint à me tarauder l'esprit. Le problème était qu'elle n'avait vraiment à rien à faire dans un dîner comme celui-ci. J'hésitais donc longuement avant d'en venir au fait. Cette question portait vraisemblablement sur la magie. En effet, elle en était déjà venue un peu avant ce repas à me demander si j'étais mage. Mais était-ce aussi son cas ? Aussi, dans un certain sens, c'était là une bonne occasion d'en apprendre un peu plus sur l'un et l'autre. Il faut bien faire connaissance non ?

« Quand j'y pense... Vous avez abordé un peu plus tôt les questions portant sur le fait que je suis un mage ? En êtes-vous aussi une ? Car ce serait un bien heureux hasard de tomber sur une mage, au détour de docks  et à la tombée de la nuit ! Bien qu'il est vrai qu'il n'y a pas de réelle différence entre mage et séraphine... »











_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Dim 7 Avr - 22:56





















Dinons!

« Et bien, pourtant, je ne peux que réagir de cette manière, à mon grand désarroi d'ailleurs. Vous êtes en effet d'une beauté resplendissante dans cette robe... Il faut bien l'avouer, c'est un honneur pour moi d'accompagner cette si belle femme que vous êtes ! C'est en effet une chance que jamais je n'aurai cru avoir ! Mais vous avez raison, il me faudrait me détendre. Je ne voudrais surtout pas vous importuner de cela ! »

Telle était sa réponse au petit conseil que je lui avais donné. Il était vraiment très galant et surtout très courtois. Ces traits de caractère, malgré le fait que je les appréciais fortement faisaient remonter des souvenirs assez désagréables en moi. Il me rappelait de plus en plus mon premier amour et j'espérais que cela ne serait que passager. Toutefois, tout en lui me le rappelait et plus on restait ensemble, plus j'avais l'impression de me trouver en face de lui. Jusqu'à présent, il ne s'était différencié de Kenzo que par le fait de ne pas avoir courtisé les femmes qui l'avaient abordées à la boutique. S'il l'avait fait, je ne sais pas si je serais en ces lieux à cet instant précis. Ces lieux pourtant si magnifiques par ses somptueuses lumières ne me permettaient pas de chasser ces horribles pensées de mon esprit et cela se voyait puisque je semblais tourmentée et perdue dans mes pensées. Ce n'est d'ailleurs que lorsque le serveur vint avec nos commandes que je repris mes esprits. De l'eau plate, de la salade et des crevettes pour moi et pour ce cher gentleman du saké, de la salade, du riz et de la viande. Tiens il mangeait de la viande mais après tout qui ne mange pas de viande et surtout quel homme? Nous entamions dès lors le repas et la discussion. Nous étions en train de parler de tout et de rien et je constatais que sa tenue à table était tout aussi élégante que son comportement au quotidien mais quoi de plus normal. J'étais moins déprimée et avais le sourire mais je restais quand même assez songeuse. J'étais vraiment étrange, je pars d'un sentiment de fatigue vers un sentiment de joie et de quiétude pour à présent être tourmentée. Roy mit fin à mes songes en me posant une question qui s'avère être légitime. Il me demanda si moi aussi j'étais un mage mais dans sa phrase autre chose me fit légèrement rougir. Il me présenta comme une Séraphine. Il y a plusieurs définitions au mot séraphin mais dans ce contexte précis j'imagine qu'il me comparait à ces merveilleux anges symbole de pureté. Dans le cas contraire ce serait à un vil serpent mais je doute que ce soit le cas, bien que par mes actes je sois plus proche de la seconde définition, et ce à cause de mes nombreux mensonges. Enfin, je me mettais de nouveau à réfléchir alors qu'il me suffisait de prendre simplement les choses comme elle venait.


C'est très flatteur mais je ne mérite pas un tel compliment. Je suis en effet un mage.

Je ne savais pas si cette nouvelle le surprendrait ou pas mais après avoir prononcé cette phrase et sans que je ne sache pourquoi, je me sentis vidée. Tout était flou autour de moi et je lâchai mes couverts avant de me lever de ma chaise


Excusez-moi, je ne me sens pas très bien.

Je suis partie sur le balcon un moment sur la face opposée aux lumières pour essayer de me calmer. Je voyais des images de sang, des souvenirs du jour où nous avions attaqué un village. Ce jour où pendant que j'essayais de simplement mettre hors d'état de nuire les assaillants, mes compagnons de guilde les tuaient sans scrupules. Du sang, du sang, encore du sang, toujours du sang. Pourquoi ces images me revenaient à l'esprit? Pourquoi ici? Pourquoi maintenant? Et pourquoi je me sentais si mal? Ce n'était pas la première fois et je n'avais rien à me reprocher puisque je n'avais tué personne mais pourquoi je me sentais si mal? Mon cœur battait de plus en plus et ma vue se troublait toujours plus. J'espérais ne pas perdre la raison, je devais me calmer. Pour ce faire, je me mis à respirer me laissant bercer par les vents qui soufflaient dans ma direction. Une fois que j'aurais pleinement retrouvé mon calme, j'allais repartir auprès de celui qui m'avait accompagné jusque-là en espérant qu'il ne soit pas déjà parti. Une chose me parut claire, je devais à tout prix éviter de trop réfléchir ce soir si je ne voulais pas être encore plus embêtée.





HRP:
 
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Lun 15 Avr - 20:20

Ou comment tout foirer.



La soirée avait bien commencée et elle continuait dans ses termes. En effet, je ne pouvais pas m'en plaindre, loin de là, même ! Nous discutions, nous mangions, nous rigolions. Bref, nous dînions. Comme deux jeunes gens tout à fait normaux. Mais quels que soient ses actes, je remarquais qu'elle était toujours autant de resplendissante. C'était bel et bien une Séraphine qui se tenait devant moi, comme je l'avais dit. Un ange m'étant tombé dessus au détour d'une rue... Et justement, mes paroles avaient eu l'effet escompté. Après avoir fait la comparaison entre un Ange et Elena, à vive voix, j'avais réussi à la faire rougir. Bien que légèrement, cela se remarquait assez. En précisant que mes compliments étaient flatteurs et qu'elle ne les méritait pas, elle m'affirma son appartenance à la Caste Magique. Étonnant ou non ? Je ne savais pas vraiment. Bien que les mages ne composaient qu'une infime partie de la population (chose étonnante au vu des guildes et de leurs effectifs), Fiore était un royaume dit « magique ». Cela n'étonnait pas vraiment... Ou du moins dépendant le point de vue. Je suis un mage, je vis à la guilde, la magie est donc partie intégrante de ma vie. Si j'étais un civil, une personne comme tant d'autre, il en va de soi que je serais bien surpris ! Toujours est-il que j'avais réussi à la faire rougir, donc, de ce fait, à la flatter. Je ne pouvais que me sentir fier de mon coup, tout gentleman dragueur que j'étais ! Et je ne comptais pas m'arrêter là... Bah oui quoi, autant faire les choses bien ! Mais quand bien même je savais qu'elle était une mage, je décidais de ne pas poser d'autres questions quant à savoir plus sur sa magie. Je ne voulais pas me faire plus inquisiteur. Pour ne pas laisser le silence planer à notre table, je mettais une autre couche de flatterie, espérant que les compliments fassent une nouvelle fois effet.

« Bien que je ne vous connaisse pas en détail, je peux affirmer que vous le mériter ! D'autant plus que si vous êtes mage, ce titre d'ange vous va encore mieux ! »

Il faut aussi savoir qu'un moment n'est jamais parfait et ne le paraît jamais totalement. Il y a toujours un chamboulement. Un élément qui n'est pas voulu. Un élément qui vient gêner l'ordre installé. En effet, ici, quelque chose vînt embêter notre repas. Elena s'était levée brusquement de sa chaise, venant interrompre la quiétude s'étant installée sur mon visage. Suite à quoi, elle s'éloigna pour rejoindre le balcon prenant sur l'autre côté de l'avenue. Sans que je ne comprenne ce qu'il se passait. Je restais à peu près cinq minutes encore assis, pour enfin me lever et aller voir si elle se sentait mieux. Ses paroles avant d'aller sur la terrasse m'inquiétaient. Même si ce n'était pas grand-chose. Quelques instants auparavant, elle avait l'air de se sentir on ne peut mieux. Mais en quelques minutes, tout cela avait changé. Une chose était sûre : j'espérais que cela n'était pas du à la nourriture de ce restaurant. S'ils avaient mis ma compagne de cette soirée dans un mauvais état, je n'hésiterais pas à m'en plaindre ! Même si je n'avais pas l'habitude de pareilles choses !

Je me levais donc de ma chaise, lorsque je la voyais revenir. L'expression de son faciès s'était un peu amélioré, même si l'on pouvait remarquer un certain mal à l'aise. Je ne laissais pas le temps d'arriver à la table que je la rejoignais, alors qu'elle ne faisait que regagner l'intérieur de l'établissement. Je me pressais de vérifier si elle se sentait à nouveaux bien. Et ce, grâce à véritable interrogatoire. Il faut dire que son teint légèrement plus pâle m'inquiétait un peu. Chose étrange, généralement, je ne laissais pas emporter pour des situations comme celle-ci, moi qui pouvais garder mon calme lors d'une situation de combat, ou autre... Je savais garder un calme apparent. Sauf que là, c'était bien tout le contraire. Certes, je ne m'affolais pas pour autant. Il faut aussi avouer qu'elle avait agi assez bizarrement. J'aurai pu le remarquer si elle se sentait mal avant cela. Mais, comme une hache qui tombe, son mal était apparu d'un seul coup. Le tout pouvant agrémenter mon inquiétude. De plus, un vrai gentleman se devait de vérifier si tout allait bien !

« J'espère que la situation s'est rétablie ? Tout va bien ? Voudriez-vous peut être que nous sortions d'ici ? N'hésitez pas s'il à le dire si le problème persiste ! »

Quand je parle trop, voilà le résultat... Surtout quand je ne fais que poser des questions inutiles... Mais bien sûr qu'elle s'est rétablie maintenant, il ne fallait que regarder son teint pâle ! Mais bien sûr que tout allait bien, il ne fallait que voir la situation ! Malgré cela, je la raccompagnais à notre table, attendant des possibles réponses... Non mais franchement, pourquoi il y avait toujours un élément venant gâcher les meilleurs moments ? Sérieux, on ne peut jamais être tranquille là...












_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Jeu 9 Mai - 14:38





















Fin de soirée étrange.

Et voilà, j’étais ce qu’on pouvait qualifier du parfait exemple d’une folle. Qui de normal se lève soudainement pendant un dîner pour aller prendre l’air alors que ladite personne n’a montré aucun signe de maladie durant tout le début de la soirée ? Soit j’étais folle, soit j’étais enceinte et la seconde hypothèse me paraît peu probable à moins que le père ne soit vraiment mais alors là vraiment très doué parce que ce genre de chose, je pense que ça se remarque. Enfin, je m’égare et pas qu’un peu. Je me sentais d’autant plus mal car j’avais laissé en plant un jeune homme charmant qui venait de me faire un compliment qu’on ne m’avait rarement voire jamais fait. Ce n’est pas des plus distingués pour une jeune femme. Je me devais donc de le rejoindre au plus vite afin de ne pas le faire patienter plus que je ne l’ai déjà fait. Reprenant, mes esprits, je repartais vers mon compagnon avec un visage à moitié souriant. N’attendant, pas que je sois arrivée, Roy se levait déjà pour m’aider, s’inquiétant de mon état de santé. Je me sentais encore plus mal sur ce que je lui faisais, lui qui avait fait preuve de gentillesse et d’émotions sincères durant ce diner. Je me devais au moins d’apporter des réponses à ses questions, ce serait la moindre des choses après la scène que je venais de faire.


Veuillez m’excuser de vous avoir inquiété. Je vais bien mieux maintenant, rassurez-vous. Je peux vous promettre que cela ne se reproduira plus.

Je ne pouvais pas vraiment affirmer ma dernière phrase puisque je n’avais aucune idée de ce qui allait passer dans ma tête. C’était en vérité ça le plus inquiétant, surtout pour lui, espérons donc qu’il n’y ait plus de malaises. Enfin, ce n’était pas vraiment le moment de penser à cela, le diner pouvait continuer en toute tranquillité et je comptais bien en profiter. Ainsi, nous avons repris notre discussion, nous amusions bien, nous rigolions, mangions et buvions. Le reste de la soirée se passait merveilleusement bien et elle n’était pas près de s’arrêter, en particulier avec le serveur qui vient nous demander ce que nous allions prendre en dessert. Je pris un petit gâteau à la crème et après que mon compagnon ait choisi lui aussi, nous reprîmes la conversation.


Décidément, tu es impayable Kenz…..

Ce que je craignais venait à l’instant de se produire. J’avais presque prononcé le nom de mon ancien partenaire et c’est lui que j’avais vu en face de moi l’espace d’un instant. Le silence venait de s’installer entre nous pendant que le serveur vint poser nos desserts. Mon visage affichait la tristesse la plus complète et surtout une profonde culpabilité. Je devais mettre un terme à cette soirée pour éviter de lui causer plus de peine. Ce ne serait pas juste pour lui après tout ce qu’il avait fait pour moi et surtout vraiment cruel.


Veuillez m’excuser. Je regrette ce que je viens de faire


Je mis de côté nos plats avant de me rapprocher avec ma chaise de lui. M’avançant, délicatement, j’ai apposé mes lèvres sur les siennes. Il s’agissait là d’un baiser de remerciement. J’appréciais vraiment ce qu’il avait fait pour moi et trouvait son attitude charmante même s’il me rappelait beaucoup trop mon précédent petit copain. C’est d’ailleurs ce qui me faisait partir.


Je tenais à vous remercier pour ce charmant dîner mon cher Roy. J’ai vraiment été ravie. Malheureusement, je dois m’en aller et ce malgré moi.

Je me levai à présent de table et m’inclinai pour de nouveau le remercier avant de me relever, le regard plein de remords.


Je tiens cependant à vous rassurer, il ne s’agit pas de vous. Votre attitude ce soir est digne d’un parfait gentleman. C’est en fait pourquoi je dois m’en aller. Vous me rappelez vraiment trop une personne qui m’a brisé le cœur. N’y voyez pas une quelconque remarque négative. C’est juste… En plus, je ne suis pas une fille pour vous et vous méritez bien mieux. Encore navrée de mon comportement. Au revoir, ou plutôt, adieu M.Shinku Hibana. J’ai sincèrement été ravie.

Parfois, il m’arrive de me demander ce que je faisais en ce monde. Avais-je vraiment ma place ici ? J’avais été abandonnée par mon père, rejetée par la société et je serais probablement haïe par tous ceux que je croise s’ils savaient que je faisais partie d’une guilde noire. A l’instant, je venais de faire de la peine à quelqu’un qui ne le méritait pas et à qui je n’en voudrais pas de me haïr. A présent, je me dépêchai de m’en aller, le visage trahissant mon malaise. Je devais m’en aller et vite, et ne plus repenser à cet instant où j’ai profité d’un jeune homme charmant, qui ne le méritait aucunement.



HRP:
 
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   Lun 3 Juin - 18:27



La soirée avait changé du tout au tout. Nous dînions tranquillement lorsque l'attitude d'Elena avait basculé. Elle s'était levée, comme soudainement prise d'un étrange mal. Elle était ensuite partie prendre l'air au balcon. Quant à moi, j'étais resté assis ici, incrédule, ne comprenant pas tout à la situation. J'avais attendu, ne désirant pas vraiment pas la déranger. Mais j'avais fini par me décider à aller prendre de ses nouvelles, en bon gentleman. Ainsi, je m'étais levé à mon tour pour aller la retrouver. Dans mon inquiétude, j'avais même dévoilé mon moi bavard. Quand bien même j'avais posé trop de questions d'un coup, la magnifique demoiselle que j'accompagnais m'avait répondu. Selon ses dires, elle se sentait mieux et je n'avais plus à m'inquiéter. Mais malgré tout, je n'étais pas convaincu... Après tout, elle n'avait pas fait preuve de quelconques maux, pourtant, d'un coup, elle s'était sentie mal. Je comprenais qu'elle ne veuille pas que je sois plus inquiet, mais le seul fait qu'elle le dise, alors que le problème persistait peut-être me troublait ! Toujours est-il que nous finîmes par reprendre le dîner dans la joie et la bonne humeur. Comme si rien ne s'était passé. Et c'est ainsi que nous repartions sur de bonne base, en rigolant, en mangeant et en buvant. Bref, nous ne faisions plus attention à cet ancien problème. À vrai dire, je ne m'inquiétais maintenant plus : elle semblait bel et bien rétablie. La soirée continuait et je n'aurai rêvé meilleur dîner lorsque le serveur vînt prendre la commande pour nos desserts. La Belle prit un gâteau à la crème, quant à moi, je me contentais d'une tarte à la fraise. Quand, pour une nouvelle fois, quelque chose vint faire basculer la situation.

Décidément, tu es impayable Kenz…..

« Kenz... » ? Qui était ce Kenz ? Elle devait s'être trompée sur la personne. Ou du moins, sur le nom de cette personne... C'était clairement là une attitude étrange. Elle m'avait appelé par mon prénom pendant toute la soirée et là, une nouvelle appellation subvenait. Et cette fameuse appellation n'était sûrement pas pour moi. Suite à ces mots, un silence pesant s'était installé. Je remarquais même à peine la présence du serveur. Apparemment, Elena, elle-même, semblait paraître prise au dépourvu. Sans que je ne comprenne pourquoi, son visage exprimait une certaine tristesse. Mais aussi quelque chose d'autre, que je n'arrivais pas à définir. Elle venait aussi s'excuser de cela, en précisant qu'elle regrettait ce qu'elle avait fait là. S'excuser pour quoi ? Parce qu'elle s'était trompée de nom ? Je n'en savais pas la raison mais elle n'avait clairement pas à s'excuser pour cela ! Ou peut être était-ce de ma faute... Cela ne tombait pas sous le sens, mais après tout, peut-être étais-je l'élément perturbateur dans son comportement ?

Les surprises continuait à se montrer et celle qui arriva n'était pas pour me déplaire. Enfin pas vraiment... Mais... Oh et puis, rien ! En effet, elle avait approché sa chaise de moi. Et, sans que je ne m'y attende, elle s'approcha de moi, pour venir poser un délicat baiser sur mes lèvres. À ce moment-là, j'étais tout simplement pris à revers. Elle m'avait embrassé... Doux jésus, finalement, quand je ne passe pas à côté de la mort, c'est pas plus mal. Coeur qui bat à tout rompre, cerveau qui disjoncte et qui crame une durite, yeux qui voient le Paradis. C'est quoi le délire ? Non, la question qui subvenait était plutôt : « Pourquoi ce baiser ? ». J'ai beau être un membre de Blue Pegasus, ce n'est pas pour autant que j'ai l'habitude de ça ! Je venais vite comprendre qu'en vérité, ce magnifique baiser était là pour conclure un dîner tout aussi magnifique. Et elle venait justement me remercier pour ce repas. Même si ce devrait être à moi de lui remercier... Elle venait aussi me dire qu'elle avait été ravie, mais qu'elle devait s'en aller... Qu'elle en était obligée. Suite à quoi, elle se levait, pour s'incliner. Manière de remercier, non pas par les mots, mais par les gestes. Je la regardais, restant toujours bouche bée. Ce qui m'arrivait ? Je n'en avais aucune idée !

Je tiens cependant à vous rassurer, il ne s’agit pas de vous. Votre attitude ce soir est digne d’un parfait gentleman. C’est en fait pourquoi je dois m’en aller. Vous me rappelez vraiment trop une personne qui m’a brisé le cœur. N’y voyez pas une quelconque remarque négative. C’est juste… En plus, je ne suis pas une fille pour vous et vous méritez bien mieux. Encore navrée de mon comportement. Au revoir, ou plutôt, adieu M.Shinku Hibana. J’ai sincèrement été ravie.

J'écoutais ses paroles, long à la détente. Elle s'en allait parce que j'avais respecté mon étique de gentleman ? Cela n'avait pas de sens ! Encore que je lui rappelais une personne qu'elle avait aimée, oui. Mais le fait de bien me comporter pouvait-il vraiment me faire du tort ? De plus, c'était une merveilleuse demoiselle, pourquoi se dénigrer ainsi ?! Néanmoins, ce fut le « adieu » qui me fit le plus de peine. Ce mot ne voulait rien dire. Il n'y avait d'adieux ! Au fond de moi, j'aurai aimé l'empêcher de partir, du moins, l'empêcher de le faire de suite. Mais je ne pouvais décemment pas la retenir contre son gré... C'est pour cela qu'après qu'elle ait terminé sa phrase, je la regardais s'en aller. Toujours aussi incrédule. Elle m'avait offert un merveilleux dîner, je ne pouvais donc pas l'empêcher de s'en aller. Mais dans un dernier élan, je rattrapais la distance s'étant faite entre nous pour, moi aussi, lui dire adieu. Même si j'aurai aimé la revoir un jour. « Adieu ». Je n'aimais pas ce mot. Derrière-lui résonnait comme une signification dramatique qui ne me plaisait guère. Qu'était vraiment un adieu ? Une raison pour tourner le dos à une personne pour ensuite parfaire son chemin, sans se retourner et sans chercher à retrouver cette personne ? Le Royaume de Fiore était petit après tout. Peut-être nous reverrions-nous un beau jour ? Toujours est-il qu'une fois arrivé à son niveau, je l'arrêtais et me plaçait devant elle. Je n'avais aucune raison de ne pas la remercier et lui faire, à mon tour, des adieux... Ou plutôt des au revoir, dans mon cas.

« Je n'ai pas connaissance de la raison qui te p... qui vous pousse à vous en aller, et j'estime ne pas avoir à le savoir. Je ne vous retiendrai pas plus, mais je tiens moi aussi à te... à vous remercier de ce merveilleux repart, ainsi que de votre merveilleuse présence. Ce n'est pas à vous d'être reconnaissante... C'est à moi de l'être. J'ai tout aussi été ravi que vous, de plus, j’espère que ce ne sont pas là de vrais adieu. Je n'aime pas ce mot, je préfère vous dire au revoir. » J'attrapais ensuite sa main, pour venir y déposer un baise-main, dans un dernier élan de romantisme, avant de mettre aussi mes dernières paroles. « Soit, au revoir Mademoiselle Frost. J'aimerai espérer que nous nous recroiserons un jour. Merci infiniment pour cette merveilleuse soirée et surtout, prenez soin de vous... »

Après quoi, je m'écartais de sa route et je la suivais du regard, pendant qu'elle s'en allait, quoi qu'avec une pointe de tristesse dans le regard. Ce fut une formidable soirée et j'aurai aimé la connaître plus que cela. Mademoiselle Elena Frost. Voilà un nom que je prendrai du temps à oublier, tout comme la soirée que j'avais passé en sa compagnie...

~J'ose espérer vous revoir un jour...~



_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Comment illuminer une nuit ...   

Comment illuminer une nuit ...

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-