Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]

AuteurMessage
Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 20
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   Dim 2 Sep - 23:13
Dans la grande Gare d'Oshibana, l'arrivée d'un train fut annoncé. Quelques minutes plus tard, ce dernier arriva dans un bruit assourdissant, et les portes s'ouvrir. En sortit alors beaucoup de personne, qui aboutissaient à la fin de leur voyage, tandis que d'autres restaient sur leur siège, attendant patiemment que l'engin continue sa route vers Clover Town. Un petit sac noir à la main, je me frayais un passage vers la sortie, parcourant de mes grands yeux turquoises les parois de cette gare que je connaissais si bien. J'avais vécu toute mon enfance ici, et je me remémorais encore les nombreuses fois où mes amis et moi courrions entre les passagers en riant, provoquant l'exclamation de certains. Je n'avais pris le train que quelques fois, quand mon père était encore là. Il nous amenait voyager, ma mère et moi, nous conduisant à la plage en été, et à la montagne l'hiver. Mais je ne l'avais plus pris depuis qu'il était parti, jusqu'à il y a une semaine. Ce jour-là, j'avais enfin décidé de réaliser mon rêve, qui était d'intégrer une guilde... Sur accord de ma mère, et non sans quelques regrets, j'étais partie vers la guilde de Cait Shelter. C'est là que j'avais rencontré Buster, mon premier ami et équipier. Mais il y avait quelques jours, j'avais reçue des nouvelles de ma mère par lettre qui annonçaient que cette dernière était malade... En vérité, ma mère avait toujours été de fragile constitution, même si cela n'avait jamais été trop grave jusque là. Seulement, même si ça ne semblait pas dramatique, je me sentais obligée de venir la voir...

Finalement, je réussis enfin à m'extirper de la foule et sortis aussitôt de la gare, respirant à plein poumons cette odeur qui m'était si familière. J'avais beau avoir quitté Oshibana depuis peu, je ressentais déjà de la nostalgie face à ce retour aux sources. Il me tardait de revoir ma mère. Connaissant le chemin sur le bout des doigts, je suivis la route menant jusqu'à chez moi, me sentant quelque peu bizarre. Si peu de temps hors de cette ville et pourtant, je me sentais comme étrangère... alors que j'y avais vécu toute ma vie. c'était fou, ce qu'une semaine hors de chez soi pouvait faire, quand on retournait au bercail. Je me souvenais, les fois où nous partions en vacances pour une semaine, cela m'avait fait la même impression au retour. L'impression que notre maison n'était plus vraiment à nous, et que nous n'avions pas vu la ville depuis des semaines. C'était étrange, et pourtant cela me le faisait à chaque fois, tout comme à mes parents, et je me doutais que la prochaine fois où je retournerais à Oshibana ne serait pas avant longtemps, et que cette impression serait alors dix fois pire...

Enfin, j'atteins mon foyer, toujours fidèle à lui-même. C'était une maison comme les autres, modeste sans être petite pour autant. Possédant deux étages, ce qui n'était vraiment pas mal, en y repensant, elle avait tout de l'habitat traditionnel de la ville. Ses murs blancs étaient bien entretenus, et une porte en bois surplombait trois petites marches d'escaliers en guise d'entrée. En haut, je pouvais distinguer deux fenêtres côtes-à-côtes, l'une appartenant à ma chambre, l'autre donnant sur celle de mes parents. Je pouvais d'ailleurs voir sur cette dernière qu'un pot de fleur avait été accroché, contenant de magnifique jonquilles. Avec un sourire, je gravis les petites marches, et frappait à la porte d'entrée. Je vis alors apparaître dans son embouchure ma mère, qui en me voyant écarquilla les yeux et me prit dans ses bras. Ah oui! J'avais oublié de préciser que je ne l'avais pas du tout prévenue de mon arrivée, et c'est avec un grand sourire que je la serrais dans mes bras à mon tour. Ensembles, nous entrâmes, tandis que je prenais des nouvelles de ma mère. D'après-elle, ce n'était pas bien grave, chose qui me soulagea instantanément. Heureuse, je pénétrais dans le salon, qui n'avais pas du tout changé (de toute façon, comment aurait-il pu changer en une semaine...). De taille moyenne, le même tapis gris reposait sur le sol de bois, et certains des tableau que ma mère adorait cachaient par endroits les murs blancs de la pièce. Le canapé noir était toujours là, lui aussi, et je m'y assis en poussant une grande inspiration, et entreprit de raconter ma semaine à ma mère. Je n'épargnais aucun détail, et tandis que je lui décrivais mon intégration, je la détaillais de la tête au pied. Elle non-plus, elle n'avait pas changé, bien qu'elle me paraissait plus pâle que d'habitude. Elle arborait toujours les mêmes anglaises vertes et soyeuses, et son visage, encore jeune, ressemblait énormément au mien. Du moins, c'est ce qu'on me disait...

Deux heures s'écoulèrent, où je mangeais avec ma mère, et discutais de tout et de rien. Je m'entendais vraiment bien avec elle, et prenais plaisir à discuter ainsi. Mais je vis que l'heure tournait, et je finis pas partir, à contre coeur. Si je voulais revenir à la guilde avant la nuit, il fallait que je me dépêche. Faisant signe à ma mère, je repartis en direction de la gare. Heureusement, il faisait beau, même si un petit vent frais parcourait la ville et que quelques nuages parsemaient le ciel. J'avais beau être pressée, je finis par être distraite, tantôt par une petite boutique, tantôt par une connaissance. Au final, je ralentis le pas, jusqu'à m'arrêter totalement devant un petit garçon qui portait un panier dans ses mains. Un panier rempli de fleur qu'il vendait pour seulement quelques jewels. Il avait de tout! Des roses, des jacinthes, des jonquilles, des marguerites, des géraniums, des violettes. Il avait même fait des bouquets! En souriant, je me penchais vers lui. J'allais surement lui en prendre, je ne pouvais pas résister!.


-Dit moi, petit bonhomme, c'est toi qui a cueilli toutes ces fleurs? lui demandais-je avec un sourire.

-Oui! Répondit-il, le visage rayonnant, j'adore en faire pousser dans le jardin de ma maman!

-Tu en as de la chance dites-donc! Je peux te prendre une rose?

Ma question sembla le rendre heureux, car il saisit une des fleurs, des étoiles dans les yeux, aux anges. Toute souriante, je pris mon petit porte-monnaie bleu et sortis la somme demandée. L'enfant prit l'argent au creux de ses mains, me gratifiant d'un sourire. Du coin de l'oeil, je vis un autre enfant approcher, mais n'y fis pas vraiment attention... jusqu'à ce que ce dernier s'empare du panier à fleur avant de s'enfuir en riant, ne me laissant pas le temps de comprendre ce qu'il se passait.

-Mes fleurs! cria le gamin, en se mettant à courir.

Sans attendre, je le suivis, l'arrêtai pour lui dire de m'attendre et courut le plus rapidement possible à la poursuite du voleur. En face de moi, le gamin riait aux éclats. Piquée au vif, je lui hurlais de s'arrêter, respirant bruyamment, mais soutenant le rythme de ma course. Mais celui que je poursuivais dû me remarquer, car il tourna alors, accélérant le pas. La mâchoire serrée, je continuais pourtant de courir, mais il fallait dire que je n'avais jamais été une grande athlète. En outre, ma tunique blanche, surmontant un leggin noire me ralentissait considérablement, et mes ballerines n'était pas vraiment pratique pour courir. Mais je continuais, accélérant comme je le pouvais, respirant bruyamment et ne lâchant pas le voleur des yeux. J'aurais pu m'arrêter là, rebrousser chemin et dire au petit garçon que son panier était perdu, mais je ne pouvais pas m'y résoudre. Ce sale mioche lui avait prit ses fleurs, et j'étais incapable de laisser passer ça! Finalement, il prit un tournant, et je le vis gravir un escalier extérieur qui menait aux toits. Sans réfléchir, je montai les marches quatre à quatre, dérapant plus d'une fois, mais me relevant sans attendre. Quand j'eus finit mon ascension, je constatais avec stupeur que j'étais sur un toit rouge et triangulaire, et que le voleur n'était pas loin. Prenant mon courage à deux mains, je couru, sentant le vent des hauteurs fouetter mes cheveux ainsi que ma veste noire. Seulement les tuiles étaient glissante, et je finis par perdre l'équilibre. Parvenant à stopper ma chute, je me redressais, avisant le garçon s'éloignant à grand pas. Serrant les dents, je me relevais et continuai de le suivre, ralentissant un peu, mais n'abandonnant pas. J'avais peur, et le vertige me tenait au ventre, mais je ne pouvais pas accepter qu'on vole ainsi ce petit garçon!
Layle Calderon**

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/08/2012
Âge : 29
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Télékinésiste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.000
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   Ven 7 Sep - 20:06
    Layle n'avait pas pu visiter les quelques endroits qu'il aurait voulu durant sa dernière venu dans la ville d'Oshibana en raison d'une rencontre quelque peu inattendu. Cela l'avait certes ennuyeux, mais en même temps cette rencontre ne l'avait pas tellement ennuyeux. Cette rencontre l'avait simplement fait mettre un peu de piment dans sa vie. Néanmoins, voulant à tout prix voir ces quelques endroits comme le parc central, l'animalerie ou bien un restaurant dont il avait entendu parler par l'une des clientes de sa mère dans sa boutique.

    Layle s'était donc levé assez tôt aujourd'hui afin de pouvoir visiter l'ensemble des lieux qu'il souhaitait visiter. Il se levait donc de son lit et s'habille en mettant ses habits habituels. C'est-à-dire un pantalon, un t-shirt jaune, sa veste avec des mailles sur les épaules, sa sacoche avec quelques petites affaires dedans ainsi que ses bottes et ses lunettes qu'il met au niveau de son cou.

    Après s'être habillé, Layle quitte la guilde pour se rendre à la gare de Magnolia en marchant plus ou moins rapidement en changeant parfois son rythme de marche. Il aurait très bien put utiliser sa magie pour passer par les toits et y être plus rapidement, mais Layle ne voulait pas épuisement inutilement sa magie pour une chose comme celle-ci, même si l'envie de le faire à certains moments le tentait assez. Cependant, il ne le faisait pas pour une raison simple, il utilserait sa magie une fois arrivée à destination lorsque l'envie s'en ferait sentir.

    Layle arriva à la gare et monta dans le train qui se dirigeait vers Clover et monte dans un des wagons se trouvant en queue pour ensuite s'assoir près d'une fenêtre. Pendant l'ensemble du trajet, Layle regardait le paysage d'effilé en jouant un peu de l'harmonica qu'il sortait de sa sacoche. Lorsqu'il voyait la gare d'Oshibana en vue, il se levait en rangeant son harmonica dans sa sacoche pour se mettre devant la porte de sortie. Une fois arrivée à la gare, Layle sortie et marchait tranquillement en se dirigeant tout d'abord au parc central où il restait pendant à peu près deux heures. L'endroit lui plaisait assez qu'il jouait un petit air d'harmonica s'en pour autant s'attarder dessus. Par la suite, il se rendait à l'animalerie où il ne restait pas longtemps, car l'endroit bien que plaisant ne lui disait rien pour la journée.

    En quittant l'animalerie, Layle chercha un endroit au calme où il pourra jouer de l'harmonica sans être dérangé ou qu'il y est quelqu'un venant le regarder, car il n'aimait pas trop cela. Néanmoins, il faudra qu'un jour il joue avec des gens autour pour qu'il s'habitue au critique s'il souhaite s'améliorer. Pourtant, pour le moment, il préférait jouer en étant seul. Il trouva d'ailleurs une rue assez étroite où personne ne venait et où il pourrait jouer de l'harmonica. Cependant, juste au moment où il allait jouer de l'harmonica, il aperçu une course poursuite sur les toits qui ne tournait pas en faveur de celle qui pourchassait le/la fuyard. Layle aimant assez courir sur les toits choisi d'aider à attraper le fuyard.

    Layle couru donc en sortant de la ruelle étroite afin de ne pas perdre de vue le fuyard qui semblait être un enfant. Il cherchait un endroit où il pourrait l'intercepter, mais il n'en trouvait pas pour le moment. Il aurait très bien put utiliser les rebords des toits mais il préférait courir encore un peu avant. Ayant un peu marre de courir, il utilise sa technique du Strick pour se utiliser sa télékinésie comme une liane, lui permettant ainsi de se déplacer plus rapidement. Dès lors, il chercha le meilleur endroit où atterrir et une fois trouver, il atterrit sur un toit en utilisant de suite Angen pour faire léviter le fuyard et le bloquer de toute manoeuvre.

    - Pourquoi fuis tu ?
Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 20
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   Sam 8 Sep - 18:24
Haletant, je ne m'accordais aucune pause, me contentant juste de courir assez rapidement pour ne pas le perdre de vue, mais prenant garde à ne pas glisser une seconde fois. En y repensant, ce petit garçon était fou de courir ainsi sur les toits! Une simple chute, et c'était la mort assurée. Pour lui comme pour elle. Pourtant, il ne tombait pas, et courait étonnement vite! Était-il habitué? Si c'était le cas, il avait un bien drôle de passe-temps. Tentant de combler l'écart qui nous séparait, sans pour autant y parvenir, je reconnus, en bas, l'animalerie d'Oshibana. Je ne m'étais même pas rendu compte à quel point nous avions couru! C'était fou, vue de haut, la ville me semblait inconnue... Enfin, je veux dire, encore plus inconnue que quand j'étais arrivée, ce matin. En même temps, je n'avais jamais courus sur les toits, et n'avais pas non plus eu l'occasion de voir la ville de haut. Alors il était normal que je ne la reconnaisse pas, ainsi perchée! Mais de toute façon, peut importe si j'arrivais à me repérer, l'important était de ne pas perdre de vu ce petit vandale. Revenant à la réalité, je continuais ma course, sentant mes poumons s'enflammer et un point de côté s'emparer de mon ventre. Mais pourquoi n'avais-je pas pris mes graines? Il aurait suffit que je lance un assaut de liane pour le capturer, et il m'aurait été alors beaucoup plus facile de le rattraper. Seulement voilà, j'avais omis de les prendre, et les avais laissées à la guilde. Que ça me serve de leçon. Tant que j'étais ainsi dépendante de ces graines, je me devais de les garder sur moi.

Je me traitais de tous les noms quand un étrange évènements coupa court à mes jurons: le garçon s'était arrêté. Non... il se débattait. Pourtant, personne ne l'entravait, mais il n'avançait plus, comme emprisonné par une force invisible. Mais enfin... qu'est-ce qui le mettait dans un état pareil? Je continuais de courir, en proie à la perplexité la plus totale, quand je découvrais avec stupeur que les pieds du gamin ne touchaient plus le sol! Intriguée, je m'arrêtais à quelques mètres du garçon, manquant de déraper au passage. Celui que je poursuivais semblait mécontent de sa situation, car il se démenait frénétiquement, tenant le grand panier dans ses bras, d'où s'échappaient d'ailleurs de nombreuses fleurs. Ce petit gars ne faisait vraiment pas attention! Indignée, je m'apprêtais à le réprimander et ,par la même occasion, à découvrir qu'elle était l'origine de cette force inconnue quand j'entendis une voix, venant de devant le garçon. C'était surement lui qui était la cause de sa situation inconfortable. Etant donné que j'étais à quelques mètres du gamin, je n'arrivais pas à le distinguer, malgré tout, je pus déterminer précisément ses paroles:

- Pourquoi fuis tu ?

Le petit garçon poussa un juron.

-T'es qui toi?! Lâche moi tout de suite! il se débâtit de plus belle, lâche-moi, ou elle va me rattraper!

Je ne savais pas vraiment pourquoi l'inconnu avait arrêté cet enfant, mais je l'en remerciais! Soulagée que le fuyard soit enfin à l’arrêt, je courais tranquillement vers lui, avant de me planter en face de lui, à bout de souffle.

-Je te tiens enfin, petit voleur! lui lançais-je, essoufflée.

Tentant tant bien que mal de calmer ma respiration, et mon rythme cardiaque par la même occasion, je me tournais vers celui qui m'avait aidée. Je ne l'avais jamais vu. Assez grand, du moins, comparé à ma petite taille, il ne semblait pas être beaucoup plus vieux que moi. Ses cheveux de blés volaient dans le vent, tout comme les miens d'ailleurs, et il portait une bien étrange veste... Je ne saurais dire en quelle matière elle était faite, mais une chose était sûre, c'était qu'on ne la trouvait pas dans tous les magasins de vêtements. Respirant bruyamment, j'entrepris de m'incliner, le remerciant et le saluant dans un même geste.


-Je vous remercie de l'avoir arrêté, je ne sais pas ce que j'aurais fait s'il n'avait pas été stoppé

J'aurais continué, bien sur. J'étais bien trop têtue pour laisser tomber. Généralement, quand j'avais une idée en tête, comme récupérer les fleurs d'un petit enfant, par exemple, je continuais jusqu'à ce que j'arrive à mon but. Il aurait fallu que je le perde de vue pour abandonner, et encore! Cela aurait été après avoir questionné tous les gens de la ville si oui ou non ils avaient vu un petit garçon passer avec un panier plein de fleurs dans les mains. Une chose était sûre, c'est que j'avais raté mon train... mais ce n'était pas vraiment mon problème pour le moment. J'étais plus préoccupée par ce petit voleur, et ses motivations. Après tout, pourquoi avait-il volé ce bouquet de fleur? S'il avait prit la bourse du petit, j'aurais au moins compris son but, mais là, je n'avais aucune idée de ce que pouvait être son motif. De toute façon, je n'avais qu'à lui demander, n'est-ce pas?

-Quant à toi, pourquoi as-tu volé ces fleurs?! fis-je en me retournant vivement, mains sur les hanches et la mine sévère.
Layle Calderon**

avatar

Messages : 26
Date d'inscription : 28/08/2012
Âge : 29
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Télékinésiste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.000
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   Jeu 13 Sep - 11:07
    Layle fut assez content de lui en ayant réussi à faire planer le fuyard. Il ne savait pas ce qu'il avait fait pour être poursuivi et peut-être qu'il avait tort de venir en aide à la personne qui le suivait. Cependant, l'envie de jouer de l'harmonica n'y était plus et l'envie jouer l'avait pour le moins... titiller. De plus, la situation dans laquelle il s'engageait semblait être assez intéressante, ce qui lui donnait plus envie encore de réussir. D'ailleurs, il avait réussi, car l'enfant se trouvait emprisonné sous sa magie de télékinésie qu'il avait utilisé afin d'arrêter sa cavalcade sur les toits des maisons. Pour réussir son tour, il avait dû se rendre dans un endroit un peu plus en hauteur afin d'être à portée.

    Maintenant, Layle ne le lâchait plus afin de voir jusqu'où il pouvait tenir avec sa magie. Néanmoins, il ne souhaitait pas l'épuiser pour autant. Layle garderait donc sa magie activée aussi longtemps que cela s'avérait être nécessaire. Il voyait alors la personne poursuivant le gamin arrivé. Une jeune femme, c'est ce qu'il aperçut lorsque la personne qui poursuivait le garçon était en vue. La jeune femme semblait se préoccuper du garçon, Layle, lui, gardait encore celui-ci sous sa télékinésie, mais cela commençait à devenir assez difficile. Soulever un être vivant était plus difficile que de soulever un objet sans vie, même si la personne vivante ou l'objet sans vie faisait le même poids. Le gamin n'était pas content et lui cria dessus, mais Layle était assez fier de lui. Il était assez fier en raison du fait qu'il avait réussi à rattraper son retard vis-à-vis de la jeune femme et du jeune garçon.

    Elle regardait alors dans sa direction après avoir parlé au jeune garçon, Layle n'avait pas très bien entendu ce qu'elle disait, hormis le mot "remercie " et " stopper". Ne voulant plus faire léviter le garçon, il le déposa au sol en relâchant la prise qu'il avait sur lui avec sa télékinésie. Layle le regardait partir en courant dans une ruelle adjacente par celle où il était venu. En le relâchant, il n'avait pas oublié de garder un petit souvenir du garçon, soit le panier qu'il avait soit disant volé. Layle n'en savait rien et avait donc pris avec sa télékinésie la corbeille de fleurs juste au moment où il l'avait relâché. Il pris donc dans sa main la corbeille en le regardant. Par la suite, Layle montait sur le toit et rejoignait la jeune femme en lui donnant le panier.

    - Ne le perd plus cette fois.
Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 310
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 20
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   Lun 17 Sep - 22:29
Le garçon n'eut pas le temps de me répondre qu'il descendait au sol. Mécontente, je sentis mon coeur rater quelques bonds à l'idée que celui que je poursuivais s'échappe une nouvelle fois, et m'apprêtais même à sauter, quitte à utiliser Holder Plant... Ah non, zut, je n'avais pas mes graines. Seulement je n'eus pas à faire quoi que ce soit, car je vis que le panier que je cherchais avec tant d'hardeurs était alors dans les mains de l'étranger. Aussitôt soulagée, je fus tout de même déçue de ne pas en savoir plus sur les motivations du garçon. Après tout, quel était l’intérêt à voler ainsi les fleurs d'un camarade? J'avais beau me creuser la cervelle, le réponse ne venait tout simplement pas. Enfin, de toute façon, c'était trop tard. Il s'était enfuis en quatrième vitesse, et j'avais vraiment peu de chance de le retrouver. Soupirant et sentant ma respiration définitivement calmée, je me tournais vers celui que je pouvais considérer comme mon sauveur, même s'il ne m'avais pas vraiment "sauvée". Calmement, il vint à moi et me tandis le petit panier.

- Ne le perd plus cette fois.

Même s'il se méprenait un peu sur la situation, je lui était reconnaissante. Plus que ça, j'étais curieuse! Après tout, ce type semblait pouvoir manipuler les objets à distance! Comment cela s'appelait déjà... à oui! De la télékinésie! Du moins... j'avais cru qu'il l'était, mais je n'étais pas sure, et c'était pour cela que je désirais en savoir un peu plus sur sa magie, et puis sur lui aussi. Après tout, je voulais connaître le nom de celui qui m'avait aidée, c'était la moindre des choses! Et oui, j'étais réputée pour être curieuse. Et il fallait avouer que je l'étais d'autant plus quand il s'agissait de magie. Il fallait dire que, quelle qu'elle soit, elle avait toujours été passionnante à mes yeux. D'où venait-elle? Quel était l'étendue de sa diversité? Est-ce que les légendes, comme on en racontait dans les comptes pour enfants, existaient? Est-ce que les dragons étaient autre chose qu'une chimère? Les dragon slayer respiraient-ils vraiment le même air que moi? Tant de question dénuées de réponses, que je me plaisais pourtant à poser. Tant d'interrogations dont l'incertitude me faisait rêver... J'avais beau chercher encore et encore, jamais rien ne m'avais autant attirée que la magie qui faisait tourner ce monde....
Consciente que je divaguais dangereusement, je me forçai à un retour à la réalité.


-Merci, déclarais-je en m'emparant du panier, dit moi, c'était bien toi qui faisait léviter ce garçon non? Tu es un mage toi aussi?

Bien sur, la réponse me semblait clair, mais on ne savait jamais... J'avais hâte que mes doutes soient confirmés, quand je pris soudain conscience de l'heure. Il était plus de cinq heure trente selon l'horloge de la gare, et mon train avait dû passer depuis longtemps! Découragée par cette triste réalité, je pensai aussi à ce petit garçon qui m'attendais. Il devait s'impatienter, et j’espérais qu'il n'était pas parti. Il fallait que je me dépêche de lui rendre ce qu'il lui était dû. Mais d'un autre côté, je voulais en savoir plus sur celui qui m'avait aidée. Bah... rien ne m'empêchait de faire les deux non? Tenant la hanse du panier dans mes mains frêles, je plongeais mon regard dans celui de l'inconnu, lui adressant un petit sourire.

-Excuse moi, mais ce panier ne m'appartiens pas... Il est à un petit garçon qui se l'ai fait voler, et j'ai promis de le lui rapporter...

Et sans attendre, je me dirigeai vers un escalier, et repris petit à petit les repères que j'avais perdu. C'était tellement plus facile de se repérer au sol! J'étais non loin de la gare, et je m'étais assez éloignée de l'endroit où j'avais rencontrer le petit vendeur de fleur. Je marchais donc, heureuse d'avoir pu récupérer ce petit panier. Décidément, je ne remercierais jamais assez ce type... tiens, comment s'appelait-il d'ailleurs? Mince! j'avais tellement été curieuse de connaître sa magie que j'en avais oublié de me présenter! Mais de toute façon c'était trop tard... N'est-ce pas? Enfin, je le rêverais surement. Ma mère disais souvent que le monde était plus petit qu'on ne le pensait. Finalement, je finis par retrouver le petit garçon, qui m'offrit une rose en guise de remerciement, puis je finis par partir, courant presque. Mon train était sur le point de partir...

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]   

Course poursuite sur les toits d'Oshibana [pv Layle]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Oshibana
-