Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez

 La princesse et son chevalier [pv Myrcella]

AuteurMessage
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

Kenta Hoshi

Messages : 430
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 21
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.000
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyJeu 29 Oct - 1:07
Je ne tenais plus en place. La veille, la femme de mes rêves m'avait invité à danser au palais Mercurius. Oui, rien que ça ! Vous êtes jaloux, hein... Pour me préparer, je n'y étais pas allé de main morte. Rien n'était de trop beau pour elle. J'aurais fait n'importe quoi. Je mis mon costume : chemise, smoking, nœud-papillon. Seul point qui n'était pas tout-à-fait élégant : le tissu vert dans ma poche. Il s'agissait en fait de mon doudou. Bon, ok, dis comme ça, c'est clairement ridicule, mais ça le serait encore plus si je révélais que je le portais sur le front vingt-quatre heures sur vingt-quatre !

J'étais arrivé à Crocus à dix-huit heures, soit deux heures avant mon rendez-vous. Il n'était évidemment pas envisageable de me pointer sans fleurs. Maintenant, en bon gentleman, je connaissais à peu près les codes des fleurs : nombre et couleur. J'hésitais entre une ou vingt-quatre roses. Puis, étant donné les circonstances du bal, étant réalisé pour générer des fonds et aider les soldats morts, le contexte du coup de foudre était peut-être pas optimal. J'en prendrais donc vingt-quatre, pour la galanterie. Couleur rouge, car c'était toutefois ce qui me correspondait, l'amour. Et, honnêtement, je me demandais si j'avais déjà acheté des fleurs d'une autre couleur...

En attendant que l'heure du rendez-vous se rapproche, je fis un tour dans la ville. La capitale du pays, je la connaissais déjà un peu : j'étais allé plus d'une fois me battre au Domus Flau. Pourtant, la ville, je ne m'y étais jamais attardé. Quant au palais, je n'y étais jamais entré non plus. Il était haut. Il ressemblait un peu à une montagne de stalagmites dorées. Quand on est roi, on doit pouvoir faire ce qu'on veut, j'imagine... Au moins ce soir, je ne lui en voudrais pas de vivre dans autant de luxe, car il m'avait offert, bien qu'il ne le savait pas, une soirée avec la plus belle femme du pays. Et cette soirée, je comptais bien en profiter, car cette femme devait aussi me présenter son projet. Non, je ne l'avais pas oublié. Pas un seul mot qu'elle avait prononcé n'avait échappé à ma prodigieuse mémoire. Je toussai un coup. Bref, elle voulait me montrer le monde tel qu'elle le voyait. J'étais impatient.

Ainsi préparé, je me rendais au palais. Des bourgeois, des nobles, des personnalités influentes affluaient vers le palais. Parmi elles se trouvait ma princesse, dont j'ignorais encore le nom. Je cherchais partout du regard, pour trouver le visage de ma cavalière. J'avais encore beaucoup d'avance. En attendant, je devais supporter tous les autres couples... Une épreuve horrible. Quand je l'aperçus enfin, je crus voir une étoile. Elle était juste... Belle, rayonnante, sublime, parfaite. C'était difficile à croire que la personne qu'elle cherchait, c'était moi. Pourtant, c'était le cas. J'étais son cavalier : nous allions passer la soirée ensemble. Je m'approchai d'elle, avant de la saluer en me baissant.

Mademoiselle. Kenta Hoshi, Chevalier de Mac Anu, pour vous servir.

Je présentai les fleurs. J’espérais qu'elles lui plairont... Est-ce qu'elle s'attendait à autre chose ? Avais-je fait une erreur ? Peut-être aurais-je dû attendre ? Étais-je assez bien ? Mon nœud n'était pas de travers ? Trop de questions ! J'avais le trac. En même temps, c'est ce qui doit arriver quand on est avec la femme qu'on aime, sans lui avoir avoué nos sentiments, je suppose.

_________________

La princesse et son chevalier [pv Myrcella] 23.37
Merci Myrcella :3
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

Myrcella Heaven

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 23
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyMar 16 Fév - 21:24






Une chimérique créature captivait l'attention à peine eut-elle sorti le pied de son féerique carrosse. Une succube enveloppée dans une robe sulfureuse fit son entrée et attisa les passions d'un public en quête d'une bavure sexuelle inopinée dont l'actrice serait l'héroïne. Sa démarche féline et gracieuse était digne des plus grandes stars de cinéma. Le pourpre de ses lèvres se confondait à la splendeur de son regard, elle envoûtait son public comme une sirène séduisait les marins en pleine mer : elle était pour ainsi dire l'une de ces créatures mythiques qui, à défaut de se pourvoir d'une force colossale, utilisait leurs charmes subsidiaires pour percer le cœur de ces bêtes assoiffées des plaisirs de la vie. Son opulente chevelure descendait jusqu'au creux de sa poitrine alléchante, il suffisait de suivre le regard de ces gardes pour comprendre ce qui dressait leur sexualité indigente. Une certaine carence en partenaire féminine provoquait des remous immuables quand une créature du sexe opposée, qui plus est aussi magnifique que la déesse de l'amour, leur faisait face. Un seul regard inquisiteur aurait suffit à rompre cette intenable pulsion, hélas pour eux, la jeune femme était aujourd'hui conquérante et son numéro de charme perdait de son attrait si elle ne mettait pas la main sur l'élu de son cœur sans avoir pu jouir du ridicule de ces porcs avinés.

Une grâce de cygne, des pas minutieusement choisis et une opulente chevelure dorée qui épousait les formes de son corps dans leur inéluctable descente : rien n'avait été laissé au hasard. Son ombre se dessinait sur les pavés de pierre et exagérait à outrance sa silhouette généreuse, ne laissant présager qu'une muse aux malencontreux individus qui se perdaient dans le charme irrésistible de la jeune femme. Pire encore était prédestiné au malheureux chez qui reposaient tous ses désirs : elle avançait avec prestance, confiante et la tête haute jusqu'à ce que le regard de ce chérubin aux cheveux bleus ne se pose enfin sur elle. Une flamme rugissante s'était muée devant ses yeux ébahis et sa stupeur fut de mise : tel un phœnix renaissant de ses cendres. Ô turpide exécrable, il n'y avait rien de pire pour une femme que d'être dans la contrainte de tomber sous le charme d'un homme. Malheureusement, les circonstances ne jouaient pas en sa faveur et il fallait avouer que cette sortie était grandiose, concluant en apothéose sa représentation rocambolesque. Détournant la tête de son partenaire, trop fière pour laisser la flamme incandescente de l'amour la consumer, elle présenta son bras à son héros et anéantit tous les espoirs de ces spectateurs libidineux. Ce fut ainsi que dans une élégance qui lui était propre, elle demanda à son amant d'un soir de l'accompagner et de la protéger tout du long de cette soirée, comme l'exigeait la bienséance.


« Chevalier n'est peut-être plus le terme approprié, Conseiller Hoshi. Je ne vous tiendrai guère reproche de cette bavure linguistique, je ne peux être qu'honorée de danser dans les bras d'un conseiller ! Si vous voulez bien prendre mon bras et faire de moi la vôtre ce soir, nous pourrions enfin entrer. »

Alors que la jeune femme s'accrochait fermement à Kenta, son cœur battait la chamade. Cette douce chaleur qui émanait de son corps était si agréable, elle aurait aimé que ce moment dure éternellement, malheureusement toutes les bonnes choses avaient une fin. Dans un bal, certes les convives dansaient, mais c'était également l'occasion de tisser des relations et de se mettre dans les bonnes grâces de quelques haut-placés que ce soit. Ses jambes élancées descendirent une à une les marches qui permettaient de rejoindre la piste de danse et ce fut à l'annonce de leur dénomination et titre respectif que le spectacle commençait, les yeux rivés sur l’irrésistible succube et son éminent conseiller fraîchement nommé de partenaire.

_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

Kenta Hoshi

Messages : 430
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 21
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.000
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyLun 22 Fév - 18:47
C'était à la fois un immense soulagement et une anxiété redoublée. Ce n'était pas la première fois que je faisais la cour à une fille, mais bien la première que l'une d'entre elles me faisaient un tel effet. Plus que charmé, j'étais amoureux. Et peut-être aussi un peu fou d'espérer que ce sentiment soit partagé par la plus fabuleuse femme que j'ai vue de toute ma vie. J'aurais sans doute renoncé à tout ce que j'avais pour qu'elle soit mienne plus d'un soir.

Puis vint la remarque de mon erreur. Je n'étais pas chevalier : je m'étais présenté comme tel car c'est ainsi que je m'étais présenté la dernière fois. Or, mon statut avait changé depuis. J'étais un conseiller et elle me le fit remarqué. C'était ma faute, n'importe qui se tenant au courant des informations politiques pouvait savoir qu'un nouveau conseiller avait été élu. Or, ici, cela concernait beaucoup de monde... Heureusement pour moi, elle dit ne pas tenir compte de l'erreur que j'avais faite, car elle était honorée d'être avec moi ce soir. Pourtant, de mon point de vue, c'était elle qui m'honorait. J'étais peut-être un mage du Conseil, mais je n'avais encore rien fait au sein de celui-ci. D'un point de vue de l'armée, j'étais peut-être un officier, j'étais encore très loin des hauts-gradés. Je m'y étais propulsé grâce à beaucoup de chance.

Elle me demanda enfin de prendre son bras et de faire d'elle mienne le temps de cette soirée. Si seulement elle savait ce que j'aurais sacrifié pour que ce soit le temps d'une vie... Je pris son bras, qui s'attacha ainsi au mien. C'était notre second contact, le premier étant celui où elle avait inscrit sur mon bras une date et une adresse pour une représentation, mais il s'agissait toujours du même effet. Je frissonnai. Mon cœur s'emballait. Je jetai un regard dans la direction : elle souriait. Surentraîné, je savais garder une image en mémoire dans tous ses détails, à cause des flashs que j'avais lors de mon amnésie, que je dessinais instantanément. Cet instant resterait dans ma mémoire, j'en étais persuadé, mais je doutais pouvoir le peindre, car il n'y avait aucune chance que mes talents puissent peindre une telle splendeur.

Nous entrons finalement dans la grande salle. L'immensité et le luxe de la salle était à couper le souffle. Je devais m'y habituer en tant que conseiller : ce genre de choses risquait d'arriver régulièrement... Le chemin que nous empruntions menait directement à la piste. C'était mauvais. Je savais danser, évidemment, Nobu m'avait inculqué toutes ces connaissances, mais je doutais fortement que je sois à la hauteur des espérances de ma cavalière, dont le seul physique laissait imaginer qu'elle savait danser. Pire que tout : nos noms furent lancés pour ouvrir une danse. Ils étaient malades... Et moi j'étais fou. Fou de me laisser faire, fou d'accepter, fou de Myrcella. Oui, c'était son nom, comme je venais de l'apprendre. Myrcella Heaven, chevalière runique de la caserne d'Era.

Nous nous mîmes à danser lorsque la musique fut démarrée. Et en un instant, le monde entier disparut. Il n'y avait plus qu'elle et moi. Seule la musique me donnait un aperçu du temps qui passait. Il me semblait que je rêvais et, pourtant, tous mes sens m'indiquaient le contraire. Mes jambes et mes bras bougeaient sans moi. Ils suivaient les mouvements de ceux de ma cavalière. Je la regardais, comme si je ne l'avais encore jamais vue. Chaque trait était imprimé dans ma mémoire. Je ne vis même pas les autres convives commencer à danser autour de nous. Je ne voyais rien d'autre qu'elle. Telle une étoile, je ne voyais plus que Myrcella lorsque mon regard se posait sur elle. Or, je ne parvenais pas à détacher mes yeux des siens. Dans un effort titanesque pour me concentrer, j'utilisai la télépathie pour lui adresser la parole, secrètement. Et même par magie, je devais chercher mes mots.

Vous... Vous êtes tellement... Parfaite. Comment pouvez-vous m'assurer que je ne rêve pas ?

_________________

La princesse et son chevalier [pv Myrcella] 23.37
Merci Myrcella :3
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

Myrcella Heaven

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 23
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyMar 1 Mar - 12:21






Un, deux, trois. Un, deux, trois. Les pas se suivaient dans une méticuleuse procession rythmique. Rien ne perturbait la valse en trois temps des deux jeunes tourtereaux et ce moment aurait pu durer une éternité. Les mains viriles du conseiller sur les hanches de l'actrice la maintenaient fermement contre lui, l'invitant par ailleurs à venir se loger dans le creux de ses bras. Frileuse, elle se rapprocha du torse chevaleresque de son cavalier et logea sa tête contre son épaule, l'enlaçant avec une tendresse similaire à celle d'une mère portant son enfant. La chaleur qui émanait de son corps la rassurait et lui redonnait du courage. En plein cœur d'une arène où les lions paraissaient pour des enfants de chœur comparés à ces bêtes politiques, l'assurance n'était pas qu'accessoire.

Voluptueuse, Myrcella n'entendait plus rien d'autres que les battements saccadés du cœur de son bien-aimé. La musique même était devenue subsidiaire et s'était effacée au profit du rythme cardiaque d'un homme transi d'amour. Ensorcelée par le charme ébauché du militaire, les jupons de sa robe volaient allégrement et accompagnaient les pas sporadiques du conseiller, dissimulant les irrégularités chorégraphiques du garçon. Sous les feux des projecteurs, l'impossible n'existait pas et ils occupaient une large partie de l'attention : qui aurait cru que la jeune héritière des Heaven se retrouverait dans les bras chaloupés du tout fraîchement nommé Conseiller Hoshi. Empoignant avec fermeté le dos de ses vêtements, elle lui offrit une dernière embrassade avant de se dérober et regagner la froideur intestine de la noblesse lorsque les musiciens stoppèrent le récital. Tandis qu'il était de coutume d'échanger ses partenaires, la jeune femme se préparait psychologiquement à voir ce sourire nié et délicat s'adressait à une autre amante, mais féal à l'amour qui dressait sa fertile sexualité, il fit peu de cas des usages et saisit les mains de cette princesse qu'il ne voulait pas voir disparaître.

Un sourire rassuré aux lèvres, elle épousa les courbes de son corps pour ne faire qu'un avec son chevalier. Les secondes paraissaient des minutes et les minutes paraissaient des heures, le temps semblait même s'être arrêté le temps d'une soirée. Inquiet de la bienséance d'une telle soirée, son cavalier l'interrogea par télépathie et souleva chez elle quelques doutes. La perfection n'était qu'une façade et il suffisait de l'éroder pour qu'elle s'effondre. Les yeux dans les yeux, l'un contre l'autre, elle admirait la lueur étoilé de son regard et la vivacité du bleu de ses cheveux. Il avait les traits fins, un visage de chérubin et une bouche sèche qui n'attendait qu'un baiser. La jeune femme la regarda un instant et, prise d'une panique incommensurable, elle détourna la tête. Tenaillée par son manque de confiance, elle n'osa pas approcher ses lèvres des siennes et préféra fermer les yeux pour ne plus être intimidée par la prestance du conseiller. Hélas, par un concours de circonstance, une jeune fille heurta le dos de l'actrice dont les lèvres se posèrent par inadvertance sur celles de son cavalier. Ses pupilles écarquillées, elle fixait Kenta qui semblait tout aussi stupéfait et savoura cet instant. Sa langue avait le goût de la pomme et ses babines sèches étaient sucrées, avait-il mangé une Pom'pote avant de se rendre au château ?

Souriante, elle se déroba des bras du garçon après avoir goûté au fruit interdit et relâcha sa toison dorée. Quelques pas en arrière suffirent à appâter l'appétit langoureux de son cavalier et tandis qu'il ne la lâchait pas du regard, elle enflamma sa robe par un procédé mystérieux et gagna l'attention de toute la cour. Tournoyant sur elle-même, le tissu prenait feu et laisser des écailles d'un rouge vif le recouvrir, comme s'il ne s'agissait que d'une illusion. Effarante et surprenante, Myrcella monopolisait l'attention et troqua la conforme noirceur de sa robe contre un flamboyant vermillon. Ses cheveux descendaient en cascade le long de son dos dénudé et elle convia son prince charmant à l'accompagner pour une énième danse. Amoureuse, elle posa de nouveau sa tête sur l'épaule du chevalier et sentit son souffle s’appesantir sur le bas de sa nuque. Discrètement, elle reprit son souffle et lui chuchota quelques mots à l'oreille.




« Je ne sais pas si c'est un rêve, mais si tel est le cas, j'espère ne jamais me réveiller. »

Encensée par cet amour qui faisait battre son cœur à tout rompre, elle se laissa porter par les pas de son partenaire et le serrait fort contre elle. Leurs regards se croisèrent à nouveau et sans hésiter cette fois, elle lui arracha un baiser, jouant avec sa langue et partageant sa salive. L'accalmie de cette rencontre langoureuse la fit se sentir sur un petit nuage et elle ne se souciait plus que d'une chose : la longueur de ce baiser dont elle désirait l'éternité.

_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

Kenta Hoshi

Messages : 430
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 21
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.000
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyMer 2 Mar - 16:30
Alors que je posai ma question dans son esprit, la jeune femme, la cible de mon amour, détourna le regard. Avais-je fais une erreur ? Sans doute. J'ai dû aller trop loin, sans vraiment m'en rendre compte. Mes mots n'avaient pas été les bons... L'aurais-je blessée, dans mon incroyable bêtise ? Sans doute ne pourrais-je jamais me le pardonner... Si peu probable que cela le soit, mon optimisme habituel était totalement éclipsé par les conséquences sur mon coeur. Je me serais rapidement énervé contre moi-même, fait encore plus d'erreurs et perdu tout espoir, si l'incident n'avait pas eu lieu. Effectivement, ayant fait disparaître l'environnement de ma conscience, je ne vis pas une jeune fille, qui fut bousculée légèremment, à l'instar de ma cavalière. Heureusement, cette brève irruption fut sans effets néfastes, au contraire. Les lèvres de Myrcella étaient tombées sur les miennes.

L'erreur était involontaire ? Je ne le saurais sans doute jamais. Quoi qu'il en soit, j'étais agréablement surpris, bien qu'agréable soit peu de choses par rapport à ce que je ressentais réellement. Après tout, elle ne quittait pas le baiser : ressentait-elle donc la même chose que moi ? Y avait-il quelque chose qui rendait plus heureux que de savoir son amour partagé ? J'étais devenu en un instant l'homme le plus heureux du monde. Tous mes doutes s'évanouirent. Peut-être était-elle juste timide, lorsqu'elle avait fermé les yeux ? Je trouvais ça plutôt mignon ! Mais je compris quelques instants plus tard que je me trompais, elle était sans doute loin d'être timide. Après tout, je ne le savais pas encore, mais elle était actrice.

Ainsi, elle s'éloigna de quelques pas, sans que je sache encore ce qui se cachait derrière le sourire de ma bien-aimée. C'est alors que sa chevelure blonde tomba sur ses épaules et que, tournoyante, sa robe prit feu. Si dans un premier temps j'étais étonné et inquiet, je compris rapidement, sans doute plus vite que le reste de la salle de part mon affiliation à cet élément, que les flammes n'avaient rien d'offensif. Elles transformaient la robe, passant du noir de jais au rouge flamboyant. Comment dire que je trouvais cela fabuleux... Savait-elle que ma magie concernait le feu ? L'aurait-elle fait exprès ? J'aurais sans doute l'occasion de lui demander plus tard. Pour l'instant, elle rayonnait.

Lorsque Myrcella revint vers moi, je pris conscience de toute la chance que j'avais. La plus belle femme de Fiore était ma partenaire, ce soir. Nous repartîmes danser, encore une fois. Je tentais de prendre de l'assurance, mais il était difficile d'égaler ma cavalière, qui parvenait même à cacher mes maladresses. Sa tête se posant sur mon épaule, je pouvais sentir le parfum que dégageait sa nuque. Jamais je ne souhaiterais voir ce bal se terminer, car jamais je n'avais ressenti de tels sentiments pour quelqu'un. D'une douce voix, elle répondit à la question que je lui avais posée un temps auparavant : elle ne savait pas s'il s'agissait d'un rêve, mais elle aussi aurait souhaité ne jamais se réveiller, si tel était le cas. Je l'observai encore. Elle était si belle... À nouveau, bien que volontairement cette fois-ci, nos lèvres se rencontrèrent. Puis nos langues et notre salive. Quoi que je puisse dire, quoique que je puisse penser, quoique que je puisse faire, il n'y avait rien qui pouvait décrire une fraction de l'intense joie de mon âme.

Le temps passait, nous ne nous quittions pas. Quand, au bord de l'asphyxie, nous dûmes prendre un répit, nos fronts se collèrent l'un à l'autre. Me serait-il possible, au terme du bal, de quitter les bras de ma cavalière ? Mais après la surprise qu'elle m'avait faite avec sa robe, c'était à mon tour d'en sortir une d'une poche de mon costume. Il s'agissait d'une petite boîte rectangulaire en argent, assez longue, gravée de larges arabesques. La boîte en elle-même importait peu, son contenu avait davantage d'importance, surtout pour qui peut le maîtriser. À l'intérieur se trouvait un objet magique : une clef de constallation ; la constellation de la licorne. Après tout, n'étions-nous pas en train de rêver ? De plus, le marchand m'avait assuré que la magie de cet esprit était pure, étant des rares qui ont le pouvoir de soigner une blessure.

Je ne sais si cela vous conviendra, si même cela vous sera utile. Mais considérez-la comme un serment de ma part : je veux vous protéger de toutes mes capacités, jusqu'à mon dernier souffle.

Et puis, pourquoi une clef ? Honnêtement, je ne le savais pas bien moi-même. Je la savais magicienne, puisque je l'avais rencontré au siège du Conseil. J'ai par ailleurs appris plus récemment qu'elle était chevalière, en même temps que son nom. Myrcella devait avoir un bon niveau, très probablement meilleur que le mien. Elle saurait quoi faire de cet objet, dont j'avais trouvé la boutique par hasard, en marchant dans les rues d'Era. Mon instinct m'avait dicté de l'offrir à la femme que j'aimais, ce que je faisais actuellement.

--------------


Demande d'Achat


Articles souhaités : Clef de la Licorne
Utilisation de Bonus : 1 Réduction de 50%
Réduction liée à la renommée : ///

Total : 1.000.000 - 50% = 500.000 de Jewels en moins.
Restant de la bourse : 501.000 Jewels.

_________________

La princesse et son chevalier [pv Myrcella] 23.37
Merci Myrcella :3
Game Master

Game Master

Messages : 1587
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyMer 9 Mar - 20:16
Intervention GM : Achat validé ! Pense à mettre à jour ta FT et l'historique.

Petit conseil : pour une facilité HRP et plus de cohérence, car tu n'achètes pas la Clé au palais durant le bal, la prochaine fois, fait l'achat sur ta FT, et donne la en RP ensuite Wink
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

Myrcella Heaven

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 23
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptySam 3 Sep - 15:39






Boumm, boumm, boumm, boumm, boumm, boummm, tonnèrent les battements de son coeur, plus rapides qu’avant, subitement furieux et impatients. Myrcella entendait derrière elle des pipelettes débattre du conseiller et du présent qu’il fît à la jeune femme, tandis que son teint virait au pourpre. C’était la première fois qu’un homme lui faisait un tel cadeau, bien sûr on lui avait déjà offert des bouquets de fleurs, des bijoux, mais jamais personne n’avait eu l’audace de lui offrir un compagnon. Confuse, elle agrippa la main du chevalier et l’entraîna jusqu’à la terrasse la plus proche, sans jamais perdre de son sublime, stoppant sa marche après avoir jeté des regards soucieux à droite et à gauche. La magicienne se tourna.


« Il n’était pas nécessaire de m’offrir un tel bien ! C’est une clé rare et je ne sais que dire… C’est la plus belle chose qu’on ait faite pour moi. Merci.»

Le garçon avait fait perdre ses mots à la fougueuse aristocrate et celle là même qui voulait montrer l’influence qu’elle détenait au Conseil désirait désormais plus que tout s’enfuir dans les bras de son prince charmant. Et comme la capricieuse princesse qu’elle était obtenait toujours ce qu’elle souhaitait, elle fit usage de la clé offerte par le conseiller Hoshi et l’invoqua dans le monde des humains. Saillante et fantastique, l’équidé à la robe blanche toisa les deux tourtereaux avant de s’agenouiller face à sa maîtresse et ils prêtèrent serment afin d’officialiser le contrat. En scelle, la jeune femme tendit une main amicale au chevalier et l’invita par la même occasion à se tenir derrière elle. Chevauchant pour la première fois cette créature légendaire, Myrcella faisait preuve d’audace, mais montrait également une certaine confiance à l’encontre des esprits.

Ni une, ni deux, dès que le garçon enjamba la licorne, la cavalière tapa contre ses flancs et ils sautèrent par delà la palissade en pierre. La chevelure dorée de la jeune femme volait dans tous les sens, fouettant son partenaire d’une agréable odeur de rose et de lys qui ne le laissait guère pantois. Extravagante, elle pouvait l’être, mais charismatique aurait pu être un adjectif bien plus adéquate : elle avait appris que dans ce triste monde, il fallait savoir se montrer pour peser dans les décisions. Et, pour sûr, cette soirée risquait de faire la une de la plupart des magazines et mettrait la jouvencelle sur les devants de la scène, ce qui ne se refusait pas quand on candidatait pour entrer au Conseil.

Dans les jardins royaux, les deux jeunes gens descendirent de scelle et firent quelques pas jusqu’à un arbre millénaire. C’était encore une fois l’aristocrate qui avait pris les devants, guidant le jeune homme dans les allées jusqu’à l’endroit où elle adorait attendre son père lorsqu’elle l’accompagnait ici. Cela remontait à de nombreuses années et elle ne savait pas encore utiliser la magie, mais elle affectionnait particulièrement cet endroit. Sûrement parce que personne n’allait aussi loin et qu’elle pouvait respirer librement, c’était en quelque sorte un havre de paix au milieu de cette tempête politique. Une balançoire de fortune pendait sur la branche la plus robuste de l’arbre et Myrcella y prit place, tout en invitant le garçon à en faire de même afin d’admirer la lune qui brillait intensément dans ce ciel dégagé. Sans dire un mot de plus, elle laissa sa tête choir sur l’épaule du chevalier et resta ainsi, profitant de ce moment de répits pour se reposer et être celle qu’elle était réellement : une jeune fille rêveuse.


_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

Kenta Hoshi

Messages : 430
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 21
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.000
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyDim 4 Sep - 21:12




Mon cadeau avait suscité de nombreux sentiments, apparemment, mais je ne parvenais pas à déceler ceux de l’élue de mon cœur. Son visage parfait s’était certes teinté de rouge, je ne parvenais pas à en conclure quoi que ce soit. En revanche, dans la salle, nombreux avaient été ceux et celles qui s’étaient retournés, les uns après les autres en se demandant peut-être ce qui attirait l’attention. Cette attention, elle était pour le boîtier, ouvert entre nous deux. Peut-être certains se demandaient de quoi il pouvait s’agir, mais les plus proches se demandaient sans doute si je n’avais pas perdu la raison. Le cadeau valait bien davantage qu’un cadeau ordinaire, quelques uns comme celui-là pouvait valoir une maison... Néanmoins, si le prix intéressait les gens de la cour, le seul contenu et l’effet qu’il apportait sur la femme dont j’étais tombé amoureux m’intéressait. Et pour le moment, j’étais plus paniqué qu’autre chose...

Soudain, elle me prit par la main pour m’emmener à l’extérieur, sur une terrasse où nous aurons été presque seuls. Myrcella m’expliqua que c’était un cadeau original -mon cœur s’arrêta net- et pour cause, elle n’en avait jamais reçu de tel. Puis, elle me remercia. Les battements dans ma poitrine reprirent un rythme normal. Je remerciais le ciel pour ne pas m’avoir fait faire de bêtise : jamais je ne me le serais pardonné. Puis, avant que je ne lui demande pourquoi elle nous avait entraînés sur cette terrasse, elle me fit une nouvelle surprise. Si j’avais été étonné de voir sa robe prendre feu, comme si elle connaissait la nature de ma magie, il était d’autant plus étonnant de la voir invoquer la créature que je venais de lui offrir, comme si je connaissais la nature de sa magie. Les hasards font bien les choses, ou pouvions-nous sincèrement dire que nous étions vraiment faits l’un pour l’autre ?

Après avoir passé le contrat, la licorne nous laissa monter sur son dos. Myrcella, à cause de sa robe, se retrouvait en amazone. Elle savait monter à cheval de cette façon ? D’où venait-elle ? Je prenais conscience de ne rien savoir à son sujet... Puis elle ordonna à l’équidé de se lancer dans le jardin, sans me laisser davantage de temps pour songer à ce que je savais d’elle. La barrière franchie, nous nous retrouvions vraiment seuls. Bien que les cheveux de la cavalière se retrouvaient contre mon visage, ce n’était pas désagréable. Au contraire, je m’y étais même collé afin de ne pas tomber, mais aussi et surtout pour profiter de chaque instant. Elle était sublime.

Enfin, nous arrivâmes à un grand arbre, en dessous duquel s’étendaient de nombreuses allées d’arbustes et de fleurs dans toutes les directions. Le soleil s’était déjà couché, mais la lune éclairait de son éclat d’argent le jardin et le visage de Myrcella. Sous l’arbre, il fit presque nuit. Mais la jeune femme connaissait parfaitement l’endroit, elle y avait grandi. Alors, son passé se révélait un peu : elle avait été une fille d’aristocrate avant de devenir mage et actrice. Cela expliquait parfaitement son assurance dans un milieu tel que le palais, mais aussi comment avait-elle pu aussi et surtout y être invitée.

Se dirigeant à une vieille balançoire qui pendait vaillamment à une large branche, Myrcella m’invita à la suivre sur la planche. Le regard perdu dans les étoiles et la tête de la femme de ma vie se posant sur mon épaule, je ne pus m’empêcher de penser que ce devait être ça, le bonheur. Alors, je posai la mienne par-dessus la sienne et posai une main sur son épaule éloignée.

Merci à toi.


Nous restâmes le reste de la soirée ainsi, à observer les astres tournant autour de l’étoile polaire, l’un dans les bras de l’autre, dans la légère oscillation de la balançoire. Puis, quand il fut tard et que le sommeil vint, nous retournâmes au château pour trouver la sortie. Alors que les dernières personnes s’en allaient, nous apparaissions à travers le jardin. Et enfin, lorsque nous arrivâmes aux portes, je ne sus que faire. Je n’avais aucune idée d’où logeait la demoiselle, ni de comment elle retournerait chez elle. Je me devais de l’accompagner, c’était une évidence dont je ne me serais jamais privé, mais je ne savais pas comment m’y prendre. C’était sans doute plus compliqué que de ramener une fille lambda dans des quartiers moyens, car si Myrcella logeait dans un château ou un manoir, alors il serait un tantinet plus compliqué de l’amener jusqu’au palier. Je la laissai alors prendre l’initiative, ne sachant que faire de plus que la prendre par le bras.

_________________

La princesse et son chevalier [pv Myrcella] 23.37
Merci Myrcella :3
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

Myrcella Heaven

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 23
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyMar 13 Sep - 0:29






La cheminée fumait dans la fraîcheur du soir, quand les bras chevaleresques, Kenta Hoshi vint la déposer, belle et endormie, devant chez elle. A quelques pas derrière, auprès de la fontaine surmontée d’un ange en or massif, le carrosse de la jeune femme stationnait en attendant d’être rappelé dans son monde d’origine. A la lueur mouvante, orangée des lampadaires qui cernaient la massive porte en chêne, la pâleur de la lune faisait comme une mare de lait. Myrcella palpa la tendre enflure de sa joue. La sueur qui lui emperlait la peau dégoulinait, goutte à goutte, le long de son front. Elle sentait attaché sur elle le regard des domestiques qui, du fond de leurs appartements, dardaient de malicieuses prunelles, aussi brillantes que silex poli. Il ne fallait pas flancher, ne pas montrer d’effroi. Je suis la princesse du crépuscule, se dit-elle comme, fermant les yeux, signifiant à son chevalier qu’elle était réveillée et, « la princesse du crépuscule ! » embrassa de pleine bouche la chair tendre et élastique. La salive tiède lui emplit la bouche et ruissela sur son menton. Elle savourait cet instant, sous les yeux émerveillés de ses gens qui ne manqueraient pas d’ériger un conte de fée dès l’aube en l’honneur de leur maîtresse.

De par la compacité même de sa texture, les lèvres humaines se prêtait mal à la morsure comme à la section, il fallait s’acharner pour le dévorer du regard, puis chaque bouchée lui procurait une insatiable sensation comparable à un orgasme. Pour peu qu’elle se sentit près de défaillir, Myrcella, les yeux cramponnés sur lui, agrippés à lui, mordait, mastiquait et déglutissait. Si bien que, vers la fin du festin charnel, elle crût sentir une once de fierté dans le regard noir du conseiller. Le terme advint plus tôt qu’elle ne l’aurait souhaité, l’ultime bouchée se fraya passage, convulsivement. Alors seulement, la jeune femme reposa son regard vers ses gens de maison et s’éclipsa de nouveau dans la pénombre de la nuit. Elle rejoignit le mausolée de sa noble famille et y pria sous l’égide des rayons de la lune, l’emblème de la Maison Heaven. Comme la fumée s’élevait, peu à peu moururent les embruns laiteux et au loin, la jeune femme percevait la silhouette de son démon de minuit. Kenta lui posa la main sur le bras et à la seule crispation de ses doigts, en dépit de toute sa puissance, elle devina de quel effroi pouvait se trouver saisi un homme lorsqu'une femme l'embrassait.


« Mes ancêtres reposent ici, protégés par la bienveillance de l’astre lunaire. J’aime trouver du réconfort auprès de mes aïeux, afin de trouver le courage de prendre certaines décisions. Cette demeure m’appartient, tout comme la plupart des biens de ma noble famille, je ne recherche pas un riche homme d’affaire et encore moins un prince étranger avec lequel je vivrai recluse. Je t’ai trouvé toi et tes cheveux bleus, ta maladresse attachante et ton regard qui ne pétille que quand tu le poses sur moi. J’ai envie de t’aimer et de te confier ma vie, mais je veux que tu me promettes une chose. Je ne veux pas être la femme de Kenta Hoshi, en tout cas pas en public, je suis Myrcella Heaven et plus qu’un couple, j’aimerai que nous soyons un duo de choc, une équipe, deux partenaires qui luttons pour une cause commune. Oui, je t’aime, mais j’ai des objectifs à atteindre et maîtresse de maison à temps plein n’est pas une vocation pour moi. Si tu acceptes cela, regarde moi et dis moi que tu m’aimes, sinon, va t-en et ne reviens jamais. »

La princesse du crépuscule vrilla le conseiller d’un regard aigu. D’un geste instinctif, ses mains se portèrent sur son ventre et elle fit quelques pas en arrière pour se protéger, avant de laisser de fines gouttes d’eau salée perlaient sur ses pommettes. Elle en était encore toute étourdie lorsque, passant devant elle, Kenta fit sa première apparition dans sa vie. Elle n’avait depuis lors plus cessé de penser à lui, tout en ruminant l’idée qu’elle se faisait du mariage et qui plus est d’une restriction matrimoniale de liberté. Un instant trop suffoquée pour trouver ses mots, elle se détourna et finit par tourner le dos à l’amour de sa vie.


_________________

Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

Kenta Hoshi

Messages : 430
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 21
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.000
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] EmptyDim 2 Oct - 0:26






Nous prîmes son carosse. Apparemment, elle ne quittait jamais ses clefs, puisqu'elle invoqua l'esprit utilisé lors de ses déplacements. Je n'eus que plus de gratitude envers mon instinct de m'avoir fait offrir une clef magique à la jeune femme, aussi étonnant que fut le cadeau. Les rues étaient vides et le silence régnait dans la nuit, même au coeur du royaume. Alors que, par habitude du métier et par attirance, je regardais toujours défiler les passages et les maisons se découpant dans les lumières et les ombres, deux yeux opalins brillants d'un félin en ballade nocturne, les fontaines illuminées par l'astre nocturne, ainsi que tous les autres décors uniques offerts par la nuit seule, cette nuit, dans ce carosse, mon attention toute entière était portée par le visage endormi de ma belle.

Le carosse, sachant où aller, s'était arrêté de lui-même devant la demeure de son invocatrice. Un gigantesque manoir bâti au centre d'un jardin ayant les mêmes mesures. Moi qui n'avais même pas osé imaginer plus grande demeure que celle que le Conseil m'offrait, et bien que celle-ci fut déjà au delà de toutes mes espérances passées, je ne pouvais qu'être impressionné. Je pris la propriétaire du domaine dans mes bras et, afin de lui éviter le réveil, marchai avec elle jusqu'aux grandes portes du bâtiment. C'est à ce moment que Myrcella émergea de son sommeil et que je pus voir un bref instant son sourire. L'instant d'après, les lèvres le formant s'étaient approchées des miennes jusqu'à se rencontrer.

Sans doute plusieurs sentiments n'auraient pas suffit à décrire la totalité de ce que je ressentis lors de ce contact intime, mais celui de la passion y parvenait assez bien. Le baiser s'étendit aussi longtemps que nous le pûmes et jamais je n'avais ressentis autant dedésir et d'amour que lors de celui-ci. J'aurais sans doute passer ma vie ici à embrasser celle qui semblait être l'amour de cette même vie sans jamais avoir de regrets, si j'en avais eu le pouvoir. Hélas, ce n'était pas ce genre de pouvoir que je possédais. Nos bouches se séparèrent, à regret.

La demoiselle tourna alors, puis s'éloigna vers un ensemble ordonné de pierres dressées. Elle s'était mise à y prier. Sans doute voulait-elle des conseils de ses ancêtres. Je ne comprenais que trop bien cette sensation, que j'éprouvais régulièrement en songeant à la tombe de Nobu, près de Rochair. Je ne sus si elle eut les réponses qu'elle attendait, mais elle répondit aux miennes, car elle m'expliqua qu'elle ne cherchait pas les titres ou l'argent, bien qu'elle vienne de l'aristocratie, mais bel et bien quelqu'un qui l'aime sincèrement. Ce quelqu'un, c'était moi. Elle voulait m'aimer, me confier sa vie. Sans doute aucun homme n'aurait été plus joyeux sur terre que moi, mais l'expression anxieuse de ma bien-aimée me faisait attendre autre chose, qui vint juste ensuite. Car elle ne voulait pas de titres ou d'honneur, elle n'en attendait pas de moi. Son souhait était d'être davantage qu'une maîtresse de maison et que nous soyons encore davantage qu'un simple couple. Elle acheva ces paroles en m'exposant mes choix. Accepter d'aimer et d'être aimé, de vivre un couple exceptionnel avec la femme de mes rêves, d'être heureux jusqu'à la fin de mes jours, ou bien de refuser tout cela. L'hésitation comme la réflexion n'étaient pas permises.

Il existe une personne qui intervient un jour dans votre vie pour la chambouler toute entière. Cette personne, c'est à elle que vous pensez à votre réveil et lors de s'endormir. Cette personne, c'est elle qui vous fait sourire même lorsque tout va mal. Cette personne, vous la suivrez jusqu'au bout du monde afin de ne pas la laisser seule. Cette personne, vous ne pensez pas avoir de vie sans elle, vous ne pensez pas pouvoir passer à côté. Cette personne vous est unique. Pour moi, ce fut Myrcella Heaven.

Je ne sais comment fonctionne ta société. Et de ce fait, il n'a jamais été question que le futur puisse être autrement.


Commençais-je à répondre, en m'approchant d'elle. En effet, j'avais grandi sur une île, puis avais passé mon temps mon à voyager pour ne m'arrêter qu'à Mac Anu lors de mon entrée dans l'armée. Le milieu politique ou aristocratique m'était inconnu, tout comme ses pratiques m'étaients obscures. Elle avait peur de finir maîtresse de maison, avec un prince étranger qui ne l'aimait pas, car cela pouvait arriver dans ce milieu. Mais pour moi, c'était une chose inconcevable. Car, comme elle, je voulais que nous soyons un réel duo, luttant ensemble. Je ne pouvais qu'approuver toutes ses demandes, dans lesquelles nous avions une synergie totale. Mes mains glissèrent alors entre ses hanches et ses bras pour se rejoindre sur ses propres mains et ma tête se posa contre la sienne. Enfin, je sussurai à son oreille les mots tant attendus.

Je t'aime, Myrcella. Depuis le premier regard que nous nous sommes échanger, mon coeur bat pour toi.


Le rêve ne s'achevait pas, je ne voulais pas qu'il s'achève. Mais il était tard et l'aube arriverait bientôt. Nous allions devoir nous quitter, du moins temporairement. Et bien que ce fusse le dernier souhait que j'aurais fait, car je ne voulais pas quitter celle que mon corps, mon esprit et mon âme avaient choisie.

_________________

La princesse et son chevalier [pv Myrcella] 23.37
Merci Myrcella :3
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: La princesse et son chevalier [pv Myrcella]   La princesse et son chevalier [pv Myrcella] Empty

La princesse et son chevalier [pv Myrcella]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Crocus :: Palais Mercurius
-