Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez

 Pris au piège [Rin & John]

AuteurMessage
Invité
Invité


MessageSujet: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 14 Mar - 16:49



Pris au piège
ft. Rin & John


"Mais c'est pas possible ! J'suis sûr d'être passé ici y a même pas dix minutes ! Pourtant, je suis pas passé par le même chemin, comment ça se fait... ?"

Des arbres, des arbres et encore des arbres. Comment pouvait-il y en avoir autant en plein cœur de Crocus ? C'était comme s'il était tombé dans une embuscade tendue par la végétation du palais. Ikki n'en pouvait plus, au point de commencer à parler tout seul. Ces jardins le rendaient fou ! C'était le début de l'après-midi, et il était enfermé ici depuis au moins deux heures ! Il avait extrêmement faim, et s'il n'arrivait pas à retrouver son chemin avant la nuit tombée, il serait jugé comme un criminel qui se serait introduit dans le palais en dehors des heures de visite. C'est sans nul doute la chose la pire qui pourrait lui arriver, à près tout, il tient à sa vie. Il était venu ici uniquement pour se promener, pas pour se retrouver dans un espèce de labyrinthe géant dont il ne trouvait pas la sortie. À l'heure qu'il est, il aurait déjà quitté Crocus pour aller retourner travailler. Il s'était offert deux jours de vacances bien mérités dans la capitale, après avoir enchaîné les missions pendant quelque temps. Seulement, il n'avait pas récolté assez d'argent pour se permettre de rester plus longtemps que prévu à la capitale. Il fallait qu'il sorte d'ici.

À la limite, si le paysage pouvait faire l'effort de varier de temps en temps, ce serait plus agréable de rester coincer ici, parce que là ça fait trop longtemps qu'il se trouve dans un sentier entouré d'arbres beaucoup trop haut pour qu'il puisse voir au-dessus, ça lui donnait mal au cœur. À tous les coups, il s'agissait d'une blague de mages du château qui s'amusait à piéger les visiteurs innocents, mais là s'en était trop, comme on dit, les blagues les plus courtes sont les plus drôles. Et pour accompagner le tout, il n'arrêtait pas de se prendre les pieds dans des racines qui sortent du sol et était déjà tombé à de nombreuses reprises. S'il n'y a pas de récompense à la clef, il est certain qu'Ikki deviendra fou. Le pire dans tout ça, c'est que depuis ce matin, il n'avait pas croisé la moindre personne ! Personne avec qui se plaindre, personne pour l'aider à trouver une solution. Enfin, vous l'aurez aisément compris, le mercenaire passait une très mauvaise journée. Des vacances qui se terminaient en beauté...

Si le blond pouvait avoir la personne qui avait créé ce labyrinthe de malheur en face de lui, aucun doute qu'elle passerait un mauvais quart d'heure. Il s'arrêta réfléchir un instant, et l'idée que ce labyrinthe avait été créé pour les touristes normaux le déprima encore plus. Lui, mercenaire, était incapable de déjouer un piège créé pour les simples habitants de la ville. Après avoir tourné une énième fois à droite, Ikki cru enfin apercevoir la sortie de cet enfer. Il vit une jeune fille assise sur un banc en train de lire. Malheureusement, il y eut un coup de vent qui emporta des papiers qu'il y avait dans son livre vers le mercenaire. La jeune fille blonde courut ramasser ses petits papiers. En se rapprochant d'Ikki, elle entra à son tour dans le labyrinthe qui se referma derrière elle. Le solitaire venait de voir ses chances de s'en sortir réduites à néant en une seconde, à cause de vulgaires papiers. Fou de rage, il se mit à crier.

"Hé, mais t'es complètement taré ! Ça fait des heures que j'tourne en rond dans ce maudit labyrinthe, et au moment où je vois la sortie, tu la fait disparaître ! Tout ça pour des petits papier, t'es malade ma pauvre. D'ailleurs, voyons voir ce qu'il peut y avoir de si important dans ces papiers." dit-il assez brutalement, avant de courir vers ces fameuses feuilles qui lui avaient volé sa porte de sortie.
© nemoe sur epicode




HRP:
 


Dernière édition par Ikki Thompson le Jeu 19 Mar - 22:24, édité 2 fois
Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 14 Mar - 20:28
Rin sortit enfin de la boutique, un sourire ravi peint sur le visage. Au bout d'une heure, elle avait fini par trouver son bonheur : un bon gros roman écrit par un certain Tobias Grant, romancier des temps modernes. Le précieux article rangé dans sa sacoche, elle regarda une dernière fois la petite enseigne. Une librairie. Elle aussi rêvait d'un jour pouvoir tenir son propre commerce. Une petite boutique accueillante, remplie de livres de tous genres. Elle y accueillerait les clients avec un grand sourire, les conseillant sur les dernières nouveautés du royaume et discutant avec eux des quelques potins concernant les mages célèbres. Plus aucune trace de timidité, juste un bonheur immense d'être plongée au milieu des livres. Mais bon, ce n'était pas pour tout de suite...

Initialement, Rin s'était rendue à la capitale dans le but de participer à un combat du Domus Flau, bien décidée à tester ses capacités et à les améliorer. Bien sûr, l'arrivée en ville avait été compliqué pour notre blondinette, si bien qu'elle avait fini par s'y rendre accompagnée d'une autre demoiselle avec qui elle avait sympathisé sous peu. Yuna, une fille en or. Les deux jeunes femmes avaient promis de se revoir, avant de chacune continuer leur chemin au travers de cette grande ville. Mais, le Domus pouvait bien attendre une journée supplémentaire... Le temps était radieux et s'enfermer dans une arène en prenant le risque d'être passée à tabac n'était pas la meilleure solution pour profiter de ce soleil de plomb.

Elle retira ses sandales de cuir, les portant à la main et se mit à déambuler dans les rues. La propriétaire du magasin lui avait indiqué où se trouvaient les jardins. Ainsi, la jeune femme pourrait tranquillement commencer sa lecture. Ses pieds nus foulaient doucement le sol, et la bonne humeur se lisait sur son visage entouré de mèches blondes. Elle était vêtue simplement, un short en jean et un petit débardeur blanc laissant entrevoir son tatouage de guilde, sans oublier son éternel couvre-chef d'aviateur. Se dirigeant vers le palais, Rin arriva enfin devant les fameux jardins. Ils avaient l'air immenses ! Grimaçant légèrement, elle prit la sage décision de ne pas s'y aventurer. Après tout, elle avait conscience que l'orientation n'était pas son fort, et mieux valait éviter de se perdre une nouvelle fois en errant là-dedans.

S'asseyant sur un banc, elle posa son bagage près d'elle et sortit son récent achat. Elle brûlait d'envie de le commencer mais pourtant, elle prenait un malin plaisir à se faire languir. Caressant la couverture, la pulpe de ses doigts frôlant le grain des pages... Un genre de rituel, si on veut. Avec un soupir d'aise, elle commença sa lecture, se coupant entièrement du monde. Seules les petites lignes captaient son attention, la transportant au gré des aventures du héros. Emportée par le récit, elle sortit quelques feuilles et commença à noter quelques indications au fil des pages, pressée de connaître la suite. Ses écrits représentaient à eux seuls ses projets, ses idées, ses envies... D'ordinaire, elle en faisait de petits carnets, reliant les feuilles entre elles.

Toujours aussi captivée par sa lecture et ses prises de notes, une grande bourrasque la fit sursauter, emportant avec elle tous ses écrits. Effarée, la jeune mage se releva d'un bon, regardant tout son travail s'envoler et s'enfoncer dans le labyrinthe naturel:

- Non, non, non !

Remettant ses sandales à la va vite, elle s'empara de son sac et, le livre serré contre sa poitrine, elle se précipita à la rescousse de ses écrits. Elle avait bien fait de prendre ses effets personnels car, à peine quelques secondes après avoir pénétré dans les jardins, un mur de runes lui ferma la sortie : elle était piégée. Cependant, elle ne s'en préoccupa pas vraiment et bondit, rattrapant quelques-uns des précieux papiers. Une voix masculine l'interpella. Dans son ton, on pouvait sentir que ce garçon était passablement irrité :

- Hé, mais t'es complètement tarée ! Ça fait des heures que j'tourne en rond dans ce maudit labyrinthe, et au moment où je vois la sortie, tu la fais disparaître ! Tout ça pour des petits papiers, t'es malade ma pauvre.

Elle se retourna brusquement vers lui, surprise. Ses yeux ors écarquillés laissèrent bientôt place à un froncement de sourcils. Tarée ? Elle lui lança avec un petit air qui se voulait narquois :

- A la fois, faut vraiment être débile pour se perdre là-dedans !

Elle n'était probablement pas la mieux placée pour lui faire ce genre de réflexion mais ce garçon s'était montré agressif, et elle détestait cela. Soudain, elle capta le regard qu'il lança auxdits papiers et fonça vers lui tandis qu'il lâcha :

- D'ailleurs, voyons voir ce qu'il peut y avoir de si important dans ces papiers.

Une de ses dagues fusa, fonçant droit vers le jeune homme, avant de finalement se planter aux pieds de celui-ci. Elle avait volontairement dévié son coup, ne cherchant pas précisément à le blesser. Non mais pour qui il se prenait !? N'avait-il donc aucune notion de ce qu'était la discrétion!? Ces papiers étaient à elle, ils ne le concernaient sous aucun prétexte ! Elle aussi était contrariée. Cet idiot venait de gâcher sa belle journée... :

- Rends moi ça, voleur ! Ça ne te regarde pas !


Dernière édition par Rin Katsuya le Mar 17 Mar - 18:12, édité 1 fois
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyDim 15 Mar - 17:21


Pour aller du fond du terrier aux jardins royaux, il suffit de pousser la porte.

Crocus est synonyme du retour du fils prodige pour la cité elle-même, du fils prodigue pour tes parents. La capitale qui t'a vu grandir a placé de grands espoirs en toi, ceux de l'homme libre, ceux des grands hommes, ceux des gens qui vont de l'avant, ceux qui arpentent les chemins de la révolution. À chaque fois que tu retournes dans ta cité, tu sens sa bienveillance, sa force, sa douceur, sa vie, sa lumière, son ombre, sa mort, sa violence, sa faiblesse t'envahir, te soutenir, te réconforter, te soutenir, te ressourcer. Plus d'une fois la belle, la splendide, la magnifique t'a proposé le gîte et le couvert ailleurs qu'au-dessus de ce magasin situé au carrefour de ces rues. À chaque fois, tu as décliné l'offre. Pourquoi ? Pour la bonne et simple raison, que tu aimes ces gens. Ces gens, tes parents qui t'aiment, autant qu'ils sont désespérés que tu sois cet enfant qui a refusé le chemin tracé, qui a pris la direction opposée. Oui, tu assumes d'être un prodige prodigue. Pourtant, si tu es venu à Crocus, ce n'est pas pour dire "bonjour", ni te ressourcer, mais pour le travail. Après, tu t'arranges pour toujours joindre l'utile à l'agréable.

La silencieuse t'a missionné pour récolter des informations sur certains membres de la garde royale. La muette à ouïe dire que certains pouvaient être corruptibles, elle t'a demandé de t'en assurer. C'est pour cette raison que la ville et tes parents hébergent John Doe et Mad Hatter. Pour jouer au transformiste hors pair, tu fais appel une nouvelle fois aux accessoires et aux talents de la Castafiore. Cette vieille amie de longue date, est aujourd'hui une vieille dame des plus exemplaires, des plus réputés dans le quartier dont tu es originaire. Elle est aussi un travesti célèbre de son époque, elle est celle qui t'a enseigné l'art de se déguiser. C'est pour cette raison qu'il te faut à peine deux heures pour passer de l'un à l'autre. Pour certains, c'est rapide, peur d'autres, c'est long, pour toi, c'est pas mal. L'important n'est pas de changer de forme rapidement, mais de le faire au moment opportun. Tout est toujours une question de tempo, de rythme. Pour devenir un chef d'orchestre qui embrase l'esprit de tous par son talent et son anonymat, tu dois travailler encore et encore. Tu en as conscience, c'est la voie que tu as choisie, qu'elle soit douce ou piquante, chaleureuse ou glaciale, abondante ou désertique.

Pourquoi ce personnage ? C'est élémentaire. La folie est quelque chose qui captive, passionne, effraie, interpelle. Les gens ne savant pas comment la prendre. Depuis une petite semaine, Mad squatte les jardins royaux, c'est là que les corruptibles prennent leurs pauses. C'est là que tous les jours à quinze, il prend son thé avec une peluche ressemblant à un loir et une autre à un à lièvre. Si les deux premiers jours, cela n'a pas été simple, le troisième après une tension extrême a validé ta présence dans les lieux en tant que tel. Si tu n'avais pas préparé avant la biographie du personnage, des liens solides, des rapports médicaux, des preuves et autres, le Chapelier Fou que tu es, aurait terminé en prison. Il est vrai que ce personnage est suffisamment intense, haut en couleur pour épuiser, imiter, galvaniser les gens passants comme les gardes. Pourquoi ? C'est simple. Le chapelier ne dissimule pas ses sentiments, on peut lire facilement son humeur changeante sur son visage et dans sa tenue. L’enquête sur lui a révélé qu’il était vraiment un chapelier, un fabriquant de chapeau devenu fou à cause de son travail.

Aujourd'hui, il vagabonde de ville en ville, il recherche, Alice. Les bienpensants et sains d'esprits pensent qu'elle n'a jamais existé. Elle est l'expression de sa folie. Pour lui, elle est autre chose. Il attend impatiemment le retour d'Alice. Il est sans doute son meilleur ami, car il a foi en elle envers et contre tous. Courageux, il fera tout pour protéger la jeune fille, jusqu'à risquer sa propre vie. Avant d'attendre Alice, il était le chapelier de la Dame Blanche, une bourgeoise aisée des alentours de Pyrée. Il exerçait son métier avec fierté, mais il a souffert d'une intoxication au mercure, un redoutable effet secondaire du procédé de fabrication des chapeaux. Depuis, il n'est plus tout à fait lui-même. C'est grâce à cette histoire bien ficelée, bien pensée, à tes contacts et au fait que Mad n'est pas bien méchant que le soir du troisième jour, l'un des chefs des gardes royaux a autorisé ta présence en tant que Chapelier Fou. Il est bientôt quinze heures, il va être l'heure du thé. Tu prépares la scène pour une dernière fois, ce soir Mad change de ville. John peut reprendre sa place, il a obtenu toutes les informations qu'il désirait.
C’est alors que le vent te murmure aux oreilles…

Non, non, non !


Hé, mais t'es complètement tarée ! Ça fait des heures que j'tourne en rond dans ce maudit labyrinthe, et au moment où je vois la sortie, tu la fait disparaître ! Tout ça pour des petits papiers, t'es malade ma pauvre.


A la fois, faut vraiment être débile pour se perdre là-dedans !


D'ailleurs, voyons voir ce qu'il peut y avoir de si important dans ces papiers.


Rends moi ça, voleur ! Ça ne te regarde pas !


Tu ne sais pas à quoi, ils ressemblent. Tout ce que tu sais, ce que les gardes savent, c'est qu'ils viennent d'allumer l'étincelle fait partir le Chapelier. Les gardes proches de la scène se préparent à une partie de rire énorme, même s'ils n'ont pas le droit de rire. Cela leur fera une histoire pour plus tard. Tu déboules en gambadant comme une biche au milieu des deux jeunes gens. Tu cries, pardon, tu chantes presque avec ton accent... Comment le dire ? Une voix baryton excitée, mais avec une retenue que noblesse oblige. Tu parles, chantes vite, surprends, épuises ton auditoire, tenté si bien que tu l'amuses. Certains gardes ont même pensé que tu étais un bourgeois gentilhomme devenu taré. Ils n'avaient pas totalement tort.

Un fou qu’on lui coupe la tête !


Tu t'arrêtes en plein milieu d'eux et tu enchaînes.

Avant toutes choses, une tasse de thé mes amis.

Sur ces mots, tu t'inclines, tu leur montres la sortie. Tu leur indiques une porte dans ce labyrinthe végétal qui conduit droit vers ton domaine. Un joli coin de paradis où tu as dressé au sol, une nappe jaune sur laquelle sont posées tes peluches et ce magnifique ensemble à thé, au combien classique, datant au moins de ton arrière-grand-mère.

Codage By MoiSadike de Never Utopia


Ce à quoi Doe ressemble :
 

Invité
Invité


MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyJeu 19 Mar - 22:44



Pris au piège
ft. Rin & John


Il y avait moins d'une minute, le jeune homme était tout heureux, face à une porte de sortie qu'il attendait depuis si longtemps. En quelques secondes, son humeur avait complètement changé, il était maintenant mélangé entre de la dépression, de la haine et beaucoup de colère. Il courut donc vers les papiers qui étaient la cause de son chagrin en espérant pouvoir en attraper quelques-uns. Sa course fut brièvement interrompue par une dague qui se planta à quelques centimètres des pieds d'Ikki. Il fut surpris par l'habilité avec laquelle ce petit brin de femme avait lancé cette arme. Elle semblait expérimentée, mais il était trop tard pour reculer. Si le blond tenait à rester crédible, il fallait qu'il aille jusqu'au bout et vole ce papier. Il parvint finalement à s'emparer d'une des feuilles avant de repartir immédiatement en arrière. "Rends-moi ça, voleur ! Ça ne te regarde pas !" Ça devait être important si cette fille tenait tant que ça à ce qu'il ne touche pas à ses papiers. Au moment où il baissa la tête pour regarder les détails de ce qu'il avait entre les mains, il fut interrompu par une voix plutôt atypique.

"Un fou qu'on lui coupe la tête ! Avant toutes choses, une tasse de thé mes amis."

Quel gars étrange. Un type habillé comme un fou venait d'arriver et de faire une entrée plutôt remarquée, tant par la tenue qu'il portait que par l'absurdité de ses propos. Ikki était en colère, et voilà qu'un garçon avec un énorme chapeau vert posé sur une coupe de cheveux rousse pour le moins spéciale venait renforcer cette sensation d'énervement. Rien que pour l'apparence relativement dégoûtante que possédait cet homme, le jeune mercenaire ressentait déjà une certaine haine vis-à-vis de lui. La moindres des choses quand on traîne en ville, c'est d'être toujours un minimum présentable. Pour rajouter à cela, il avait parlé avec une telle insolence qui mettait le blond hors de lui. Déjà qu'il passait une très mauvaise journée dans ce labyrinthe, il eut fallu que deux individus viennent le déranger encore plus, augmentant les risques pour cette rencontre de se terminer très mal. Il est quelqu'un de pacifique dans l'âme, mais il y a des limites à tout. Ikki respira un grand coup comme pour maîtriser son irrésistible envie de se défouler sur lui, avant de parler d'un ton clair, même si on pouvait bien sentir son énervement dans sa voix.

"Mais c'est quoi ça ? Un festival ? D'abord, la gamine idiote, et maintenant un véritable psychopathe fringué n'importe comment ? Ça doit être un cauchemar... En plus devoir rester coincé ici, avec ces... gens, beurk, ça m'dégoûte."

D'accord, peut-être qu'il aurait pu éviter de prononcer la fin de son discours, ou au moins avoir la politesse de le dire à voix basse, mais il était tellement de mauvaise humeur qu'il avait tout simplement envie d'être désagréable avec ces gens, voir méchant. Ikki sortit à son tour sa dague et fléchit ses jambes pour montrer aux étrangers qu'il était prêt à en découdre s'il le fallait. Pour sortir d'ici, ils allaient sûrement devoir s'entraider, mais c'était mal parti, et le mercenaire n'en avait absolument aucune envie. À la moindre occasion, il les détrousserait ou il leur ferait n'importe quelle crasse, bien que ce ne soit pas vraiment dans sa nature. Il reluqua une nouvelle fois l'énergumène qui se trouvait en face de lui, et ne put s'empêcher de faire une grimace. Il préféra alors se tourner vers la jeune fille, qui était, malgré ses actions passées, nettement plus agréable à regarder que l'autre. Pour briser le silence, il insista une dernière fois. "J'mérite mieux qu'eux quand même... À choisir, je préfère encore être perdu tout seul dans ce foutu labyrinthe". Il dit ceci pour avoir une réaction, même s'il n'avait aucune intention de partir. Ça ne lui plaisait pas, il devait bien admettre que s'ils étaient trois, ils retrouveraient la sortie beaucoup plus facilement.
© nemoe sur epicode




HRP:
 
Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyVen 27 Mar - 19:24
- Un fou qu’on lui coupe la tête ! Avant toutes choses, une tasse de thé mes amis.

La jeune fille se retourna vivement, surprise. Un homme, étrangement vêtu, se tenait là, lui faisant désormais face. Rin ne put retenir un léger hoquet de stupeur. Ce nouveau venu avait un look pour le moins... remarquable. Avec son pantalon rapiécé, son chapeau trop grand et ses cheveux roux crépus, bon nombre de gens devaient se retourner sur son passage. La blonde était si confuse qu'elle en oublia presque la présence de l'autre andouille, jusqu'à ce que celui-ci coupe court au monologue de cet étonnant personnage :

- Mais c'est quoi ça ? Un festival ? D'abord, la gamine idiote, et maintenant un véritable psychopathe fringué n'importe comment ?

" Quelle méchanceté ! " se prit-elle à penser. Intérieurement, elle rageait contre cet odieux garçon. Mais, mieux valait afficher un air neutre. Elle s'inclina poliment vers celui qui leur offrait le thé :

- Je suis navrée mais ce sera sans moi, monsieur.

Rin s'efforça de sourire malgré l'ambiance oppressante:

- Merci quand même. En revanche, si vous pouviez m'indiquer la sortie, je vous en serai fort reconnaissante.

Elle jeta un rapide coup d’œil à son " compagnon d'infortune" qui semblait au bord de la crise de nerfs. Elle souffla entre ses dents, plus pour elle même que pour les autres :

- Du calme...

En revanche, le jeune homme lui, commençait sérieusement à être à bout, et la réplique venimeuse qu'il leur lança à Rin et à l'autre fit mouche :

- Ça doit être un cauchemar... En plus devoir rester coincé ici, avec ces... gens, beurk, ça m'dégoûte. J'mérite mieux qu'eux quand même... À choisir, je préfère encore être perdu tout seul dans ce foutu labyrinthe.

La demoiselle se raidit et regarda vers le fou, qui semblait ne pas broncher. Elle, bouillait de l'intérieur. Mais, cela aurait trop fait plaisir au jeune blond de la voir craquer. Aussi, elle se maîtrisa et garda son expression blasée, même si la tension était palpable. Pas d'affrontement par pitié; elle n'en voyait pas la réelle nécessité... Et puis, notre blondinette ne tenait pas à passer sa nuit dans les geôles de ce château, aussi beau soit-il !

" Il ne va tout de même pas attaquer ce vagabond ? " s'inquiéta-t-elle intérieurement. D'un ton froid, elle s'adressa au garçon qui s'était déjà mis en garde :

- Et il en va de même pour moi. Si ma présence t'insupporte tant que cela voleur, eh bien soit !

S'adressant maintenant au fou :

- Si vous voulez bien m'excuser, j'ai mes notes et mon chemin à retrouver.

Et c'est la tête haute et regrettant amèrement sa décision qu'elle commença à fouiller chaque bosquet qui tapissait les bordures de l'allée, cherchant désespérément ses morceaux de papier envolés. Au fond, elle espérait sincèrement qu'un des deux hommes aurait pitié d'elle car seule, elle n'avait aucune chance de trouver cette satanée sortie...


Dernière édition par Rin Katsuya le Mar 5 Mai - 22:22, édité 1 fois
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 28 Mar - 15:22


Loi de l’effet

Ah la folie, un mot chantant, un doux murmure qui se repend dans l'air. Tantôt, elle est trouble de l'esprit, dérèglement mental, divagation. Une autre fois, elle est ce manque de jugement, absurdité. La sournoise, la silencieuse, la chaleureuse, la gourmande est comme toi. Elle sait se travestir, se manifester différemment. Elle aime s'appeler aberration, aliénation, bêtise, délire, démence, déséquilibre, égarement, errance, extravagance, inconscience, maladie, fantaisie, psychose, mégalomanie, vision. Le visage qu'elle porte dépend de qui décide de l'épouser. Tout dépend de la passion qui anime cet heureux voyage. Pour Mad, elle est tout. Pour les égarés, elle n'a pas le même visage.

Le blondinet commence à s'exciter comme une pucelle. Euh, juste une petite seconde pour ce petit laïus. Chapelier, tu ne te serais pas invité dans une réunion de blondes ? Non, tu ne fais pas tache et ne feras pas de tâche. Cela risquerait de nuire à ta santé. Le thé est tellement meilleur quand tu ne fais rien, sauf le boire. De roux à blond, il n'y a qu'une nuance. De sain d'esprit à fou, c'est la même chose. De plus, c'est mal poli de faire attendre Monsieur Loire et Monsieur Lièvre. Après, ils seront d'une humeur massacrante, pire que Blondy.
Mais c'est quoi ça ? Un festival ? D'abord, la gamine idiote, et maintenant un véritable psychopathe fringué n'importe comment ? Ça doit être un cauchemar... En plus devoir rester coincé ici, avec ces... gens, beurk, ça m'dégoûte.

Alors que ces mots fusent, mitraillent la zone, tu changes d'expression. Ton visage se fige. Tu grimaces. Il n'y a rien de beau dans tes yeux exorbités, gonflés de sang. Tes lèvres remontées parce que choquées par l'horreur de la scène ne t'enjolive pas non plus. Pas une seule de ses balles perdues ne t'a atteint, si ton visage prend l'expression d'un molosse enragé et muselé, c'est tout simplement parce que tu es horrifié par la destruction de la scène. Les magnifiques jardins du palais sont devenus en quelques secondes une cité ravagée par la guerre. Devant toi, le coupable se tient comme si de rien était, comme s'il était innocent, comme s'il venait de naître. Si nul n'est sensé ignoré la loi, nul n'est sensé ignoré la beauté et la poésie. Ton unique réponse est clamée avec la vigueur d'un révolutionnaire, d'un libérateur, d'un protecteur du peuple.
Garde, qu’on lui coupe la tête !

Et il en va de même pour moi. Si ma présence t'insupporte tant que cela voleur, eh bien soit !... Si vous voulez bien m'excuser, j'ai mes notes et mon chemin à retrouver.

Alice ! Est-ce Alice ? Est-ce sa douce mélodie qui vient te sortir de cette terreur. Son chant doux, froid et juste vient-il de libérer le chapelier ? Alors, ton visage s'illumine comme Crocus au lever du soleil, comme un nouveau-né dont le soleil vient de caresser le visage alors qu'une douce brise l'accompagne au pays des merveilles, celui des rêves. Un monde où les limites ne sont plus celles que l'on connaît, un monde où Mad est un héros qui se bat contre la tyrannie des autres. Un monde où le fou est roi. Un monde où les échecs ne sont plus. C'est avec une voix douce, chantante, polie, joueuse que tu libères ces mots.
Alice ? Es-tu Alice ? Si c’est la sortie que tu cherches alors il suffit de suivre le chemin.

J'mérite mieux qu'eux quand même... À choisir, je préfère encore être perdu tout seul dans ce foutu labyrinthe.

Mérite ? C'est ce qui rend quelque chose ou quelqu'un digne d'estime, voire classe. Le mérite est une qualité estimable que l'on donne à autrui ou à soi. Cette vertu est courue par beaucoup, mais elle est exigeante, elle n'hésite pas à se séparer des plus faibles. Elle ne connaît pas la culpabilité. Beaucoup courent après la grandeur, l'honneur, la gloire, le talent. La presque totalité tombe misérablement, pitoyablement, lamentablement avant d'avoir franchi la ligne de départ ... Est-ce la folie que Blondy a choisie ? Alors, Mad change encore une nouvelle fois de visage. Tu prends les traits d'un professeur strict, d'un professeur déçu et navré du niveau de ces élèves, d'un professeur qui pour combler leurs lacunes presque irréversibles à supprimer deux mois de vacances avec un plaisir extatique. C'est sur tendance, cette note que tes mots dansent dans les flots.
Qu’as-tu fait de méritant ?

À peine, tu finis de parler que tu gambades autour des jeunes, que tu libères un torrent de papier blanc. Il y a peu de magie dedans. Suffisamment pour qu'ils réfléchissent la lumière du soleil, le visage de chacun. La quantité idéale pour que tes petits papiers donnent l'impression d'être des fruits. Il y a juste assez de magie pour faire rêver un enfant et ne pas se faire remarquer par les gardes. Tu continues alors ta danse de la folie. Tu pars par là. Tu reviens par ailleurs. Il y a ce qu’il faut pour mettre le feu ou l’éteindre. Tout dépend de la folie de chacun. Si ce n’est pas suffisant, tu passeras à la vitesse supérieure.
Codage By MoiSadike de Never Utopia

Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyMar 5 Mai - 23:25
HRP / Info:
 

- Alice ? Es-tu Alice ? Si c’est la sortie que tu cherches alors il suffit de suivre le chemin.

Ce type était vraiment atteint. Du moins c'est ce que la blonde se prit à penser. Elle avait beau avoir essayé de communiquer ; (ce qui était déjà un exploit pour elle !) elle était incapable de comprendre son délire. Suivre le chemin ? Si seulement ça pouvait être aussi simple ! Elle se contenta donc de répondre à cet étonnant discours par un sourire, avant de s'éloigner de la scène. Son carnet l'attendait.

La jeune femme avait beau fouiller, ses notes avaient dû filer aux quatre vents. Dépitée, elle se releva et fit de nouveau face à l'étrange bonhomme et au paquet de nerfs. D'ailleurs, ce dernier sembla soudainement à bout de patience lorsque le fou se mit à lui tourner autour en clamant «  Qu’as-tu fait de méritant ? ». Rin haussa un sourcil. À qui s'adressait-il ? Au voleur ou à elle ? Mystère…

Mais dans tous les cas, le blond réagit violemment, rengainant brutalement son arme et s'enfonçant de nouveau dans le labyrinthe naturel. Bien sûr, il n'omit pas de donner un coup d'épaule à « la sale gamine idiote ». Cela eut pour effet de faire grimacer la mage ; qui finit par atterrir sur les fesses tant la bousculade fut rude. Grand et costaud, le garçon ! Rin réagit au quart de tour :

- Hé ! Espèce de sale…

La mage de vent poussa un long soupir, se calmant peu à peu. Cela ne servait à rien de s'énerver contre lui. De toute façon, il était parti. Au plus profond d'elle-même, elle souhaitait que ce petit prétentieux se perde au plus profond de ce labyrinthe. C'était certes méchant mais après tout, il l'aurait bien mérité !

Elle se releva et se frotta avec empressement dans l'espoir de faire tomber la poussière qui maculait désormais sa tenue. Un rapide coup d’œil vers l'autre personnage lui indiqua que celui-ci l'observait. Sans pouvoir se l'expliquer, elle s'en sentit gênée. Son regard était pesant. Probablement parce qu'il était tout bonnement impossible de savoir ce qui se passait derrière ces étranges pupilles vertes…

Rin soupira une nouvelle fois. Tout ceci était si frustrant ! Elle tourna la tête vers la première allée et marmonna

- Bon… de toute façon j'ai pas besoin de lui.


Déterminée, elle ramassa sa sacoche et la serra contre elle. De nouveau, elle regarda le phénomène et hésita un court instant avant de demander :

- Je… Excusez-moi mais.. Pourriez-vous m'aider à retrouver mes papiers ? Je veux dire, ils sont importants pour moi, vous comprenez ? Et puis, j'ai cru comprendre que vous saviez où la sortie se trouvait alors…

Elle se sentit ridicule. « Vous comprenez ? » Bien sûr que non ! Ce pauvre homme semblait coincé dans son délire et elle ne put qu'en ressentir de la compassion. Même si elle ne pouvait rien faire, ce genre de « maladie » était incurable ; pour ne pas dire fatale. Au comble du désespoir, elle ajouta :

- Oh et puis laissez tomber, j'vais me débrouiller… Merci quand même.


Ceci étant dit, elle se plongea de nouveau dans ses recherches, fouillant sans répit dans les fourrés.
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyMer 6 Mai - 22:50


Attention au départ...

Oh, le Blondinet prend la mouche. Plusieurs explications fusent dans ta tête. La première est qu'il a une susceptibilité à fleur de peau. Visuellement, tu ne peux pas confirmer cette thèse. Oui, tu ne vois aucune fleur sur sa peau. Ce n'est peut-être pas la saison pour lui. Tu n'en sais rien, mais tu te vois bien l'arroser, le placer au soleil et voir si cela pousse. Hum, Chapelier, tu devrais écouter tes autres voix. Une de tes autres idées, considère le jeune homme tout simplement comme fou. Soudainement, une crise de folie s'empare de lui. Se sentant perdre la raison, il décide de partir rejoindre sa chambre à l'asile pour éviter de vous affliger un spectacle pitoyable. Décidément, Mad, tu as une imagination fertile, débordante et sans limite. La preuve en est. Tu viens de sauter sur une autre piste. Tu viens d'arriver au moment où un blond déclare à une blonde ses sentiments. Cette dernière l'aurait envoyé bouler. Du coup, il part en trompe.
Hé ! Espèce de sale…

Espèce de sale ... Il n'en faut pas plus pour libérer le maître des mots qui est en toi. Celui qui va se faire emporter par sa folie. Espèce de sale buveur de café ! Honte du genre humain, toi qui as délaissé le nectar des dieux, le thé. Espèce de sale, tu ne t'es pas lavé depuis combien de siècles ? Tu peux même voir les fleurs se faner sur son passage, l'herbe jaunir, et les arbres perdre leurs feuilles. Espèce de sale mangeur de hamburger... Hum, Maddy, retiens-toi, tu ne vas pas passer les vingt espèces de sale qui te sont venues à la tête !
Bon… de toute façon j'ai pas besoin de lui.

Une minute, enfin beaucoup moins, John souhaite prendre le contrôle quelques instants et faire un commentaire sur cette dernière phrase. Pour toi, le besoin se définit comme l'exigence née d'un sentiment de manque, voire de privation, ou comme une nécessité nécessaire à l'existence. C'est une source de motivation pouvant prend la forme de désir, d'affinité, d'un souhait, d'une envie, d'une pulsion, d'une recherche ou de l'attente. Cela revient à dire que les besoins humains sont illimités. Autrement dit, actuellement jeune fille, tu n'as aucun besoin, tu n'as que des limites. Enfin, tu penses « ça », tu penses « rien ». Du besoin à l'utilité, il n'y a qu'un pas. Il ne faut pas rejeter totalement une chose, elle peut toujours utile, répondre à une nécessité, ouvrir les portes de l'infini. C'est bon, Mad, tu peux reprendre les commandes.
Je… Excusez-moi mais... Pourriez-vous m'aider à retrouver mes papiers ? Je veux dire, ils sont importants pour moi, vous comprenez ? Et puis, j'ai cru comprendre que vous saviez où la sortie se trouvait alors…

Hum, c'est une question difficile pour le Chapelier, aider ou ne pas aider ? Ce n'est pas parce que tu viens de proposer de les aider, que présentement, tu as envie de le faire. Tout ce que tu veux, c'est prendre une tasse de thé avec Alice. Certes, mais si elle est Alice, tu ne vas pas laisser dans le besoin. Tu ne vas pas la laisser se perdre dans ce jardin. Elle pourrait croiser, ce dealer. Celui que tu as gentiment nommé la Chenille. Il fournit tout le monde dans le coin, même les gardes. Comme quoi, personne n'est à l'abri d'être homme, d'être faillible. Dans tous les cas, tu as apprécié à leur juste valeur certains de ces produits, mais tu vas te taire, tu n'as pas envie de commettre une action illégale. Tu n'as pas envie de passer du côté obscur... Alors que tu tords les ménages dans tous les sens, ton visage prendre une autre expression. Ta bouche s’ouvre aussi vite que les portes d’une écluse. On voit largement des grandes dents blanches, ta grosse langue. Tes yeux sortent de leur orbite autant qu’ils peuvent. Tes doigts et tes mains se crispent.
Oh et puis laissez tomber, j'vais me débrouiller… Merci quand même.

Ton visage se ferme. Ton corps se fige. Tu deviens cet homme habillé de rouge qui garde le palais royal sans bouger de la journée, sans sourciller d’un cil qu’il fasse chaud, qu’il pleuve, qu’il neige, qu’il gèle. Oui, Maddy, tu n’aimes pas du tout qu’on décide pour toi. Tu aimes faire ton difficile, tu aimes te faire désirer… Alice ou pas, tu vas répondre, ou pas à ses attentes…
Kami no Kensetsu

Silencieusement, sournoisement, discrètement, tu libères un torrent de papier gris alors que la jeunette t’a tourné le dos. Très vite, ils prennent la forme d’un escalier donnant l’impression de mener à une tour. Il se glisse en deux-deux sous les pieds de la blonde pour l’élever dans les airs. Toi, le Chapelier, tu marches lentement, sûrement doucement et tu lâches suffisamment fortement…Le tout sans une once d'émotion.
Pour sortir, pour chercher, pour se perdre, pour prendre le thé, il faut prendre de la hauteur. N’est-ce pas Alice ?

Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyJeu 7 Mai - 19:55
Rin eut l'impression d'avoir dit une bêtise. Quelle était cette horrible expression qu'affichait l'homme ? Rien qu'à sa vue elle en frissonna. Mieux valait ne pas le contredire. Alors, elle se remit à fouiller les allées. Du moins jusqu'à ce qu'un murmure se fasse entendre :

- Kami no Kensetsu

Le vent porte les mots, c'est un fait. Et mage de cet élément, la blonde l’entendit. Magie, enchantement, sortilège. Elle en était certaine. Elle se retourna brusquement, faisant désormais face à un large escalier gris, ainsi qu'au marginal qui le gravissait. Étrange… Et pas si fou que cela apparemment. La voix lasse parvint aux oreilles sensibles :


- Pour sortir, pour chercher, pour se perdre, pour prendre le thé, il faut prendre de la hauteur. N’est-ce pas Alice ?


Prendre de la hauteur… C'était la deuxième fois qu'on lui faisait cette réflexion. Or, tout s'était enchaîné si vite dans les jardins qu'elle n'avait pas eu l'occasion de le faire. Allait-il l'aider ? Nul ne le savait. Mais le savait-il lui-même, après tout ? Telle était la question.

Puisqu'il ne se montrait pas aussi démuni qu'il ne le paraissait, Rin redevint méfiante, affichant ce visage fermé qui durcissait ses traits lorsqu'elle était en proie au doute. Elle ne savait rien de lui comme il ne savait rien d'elle. C'était équitable et largement suffisant, songea cependant la jeune fille. D'un pas lent, elle entrepris elle aussi de monter silencieusement les marches, cherchant à savoir en quelle matière il était conçu. Peut-être en devinerait-elle ainsi la magie d'origine ?

Du coin de l’œil, elle suivait son guide, faisant mine d'être captivée par les plantes au-dessous. D'ici, elle distinguait clairement les feuillets blancs qui s'étaient envolés. Elle aurait probablement usé de sa magie si le fou ne s'était pas brusquement arrêté. Horriblement imprévisible, pesta intérieurement la jeune fille. Elle détestait ne pas savoir comment réagir. Avec ce drôle de type, elle pouvait s'attendre à tout. C'en était frustrant. Mais, Rin ne se laisserait pas démonter ainsi. Après tout, elle aussi en avait, des atouts.

Elle manqua de s'écraser entre ses omoplates, s'arrêtant juste à temps :

- Que se passe-t-il ?

Demanda-t-elle simplement. Après tout, même si elle était davantage méfiante, rien ne l'empêchait de rester naturelle. Même si ce bonhomme était étrangement farfelu. Quelque chose lui revint. Alice ? Pas vraiment, non. Mais alors, de qui parlait-il ? Son amie, sa sœur, sa maîtresse, sa mère ? Car même dans ses vêtements usés, cet homme n'était pas vieux. Cela se voyait à sa manière de se mouver, de respirer et d'observer. Un homme âgé ne porterait pas le même regard que lui… Mais dans tous les cas, elle préférait éviter d'aborder le sujet Alice pour le moment. Qui sait ce qu'il aurait pu répondre ? Il pourrait très bien se mettre en colère comme prendre un air navré, éclater de rire comme laisser couler des larmes amères… Mais laquelle de ces suppositions serait la bonne ? Rin l'ignorait. Et elle préférait ne pas tenter le diable.
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyDim 10 Mai - 18:15


Que se passe-t-il ?...

Ah, Mad est la poésie. Qui est plus fou que le fou ? Le poète de toute évidence. Il est celui qui possède, maitrise, manier l'art de combiner les mots, les sonorités, les rythmes pour évoquer, suggérer, intimer, glisse, des images, des sensations, des émotions dans l'esprit de l'autre. Il est le père des pairs du voleur, le créateur, le parent du bonimenteur. Une minute, le Chapelier devient le père de Doe. Tout prend et perd son sens. Le monde est fou. Ceci explique pourquoi, toi l'homme au magnifique chapeau, tu viens de stopper net, en plein milieu de ton ascension. Tu viens d'être sublimé par le paysage, autant que tu le magnifies. Les goûts et les couleurs des gens ne se discutent pas. On aime ou pas, mais on fait avec dans tous les cas. Enfin, toi, tu te fous des gens, la seule qui t'intéresse, c'est Alice. Le reste peut bien brûler dans des flammes éternelles, être continuellement englouti par la terre, cela ne te ferait ni chaud, ni froid.

Quoique, le poète fou, voire le fou poète serait attristé, ravagé, mais inspiré par l'anéantissement perpétuel des jardins et du palais. Alors, ta poésie est prose. La prose est ta poésie. Ta syntaxe relâchée avec ses enjambements, rejets et contre-rejets épouse tes mots plus bruts, vifs et colorés. Le tout pour décrire une scène mythique et magique. Le voleur, lui, il serait en train de pleurer... John serait vert de voir les lieux déstructurés, détruits par les éléments sans avoir eu le temps avant de pénétrer discrètement la demeure. Au-delà, du fait qu'elle doit abriter quelques trésors inexploités, le voleur souhaite revisiter la candeur des couloirs, l'innocence des habitants et la vertu de la royauté. De John, tu t'en fous pour le moment. Toi, le créateur de chapeau, tu es figé à la vue aérienne du labyrinthe végétale. Tu es tellement aspiré que tu n'as pas senti ton amie de l'occasion de percuter les omoplates, comme elle aurait percuté une porte. Porte, qu'elle n'aurait pas vue.

Que se passe-t-il ?...


Les jeunes d’aujourd’hui n’ont vraiment plus aucun respect. Ils ne font même pas attention à leurs aînés. Où va ce monde complétement fou ? Tu te retournes vers elle reculant d’un pas pour ne pas être impoli, quand bien même tu es taré, tu restes courtois. Ton visage prend les traits d’un crocus qui éclot sous les caresses de l’astre diurne. C’est avec une bouille pleine d’envie, de plaisir, de lumière, de joie que tu lui réponds. Tu accompagnes ton faciès avec une voix qui laisse briller le soleil, des gestes amples et doux pour montrer le pays des rêves.

Ici, c'est le palais de la Dame de Cœur. Attention, ne t'en approche pas. Il n'y a qu'un cœur, il est dans son nom. Ailleurs, il ne reste plus qu'une pierre froide et sans vie.


Hum, tu vas parti loin… Très loin… Enfin, tu as fait attention à ton démarrage. La Blondinette a-t-elle fait de même ?

Alice s’en souvient encore. Là, tu vois, ce sont les gardes. Il y a ceux sous l’autorité du valet de Cœur. Il n’est pas très net, ce mec. Les radins obéissent au valet de Carreau. Les chanceux sont sous la coupe du valet de Trèfle. Enfin, chanceux, je ne sais pas vu les pratiques de ce dernier. Les plus ardents, les plus combatifs, les plus piquants sont gérés par le valet de Pique.


Une envie te prend, te démange…

Le plus dur, c’est pas la chute, mais atterrissage.


Sous tes mots, l'escalier de papiers disparaît. Vous tombez dans le vide. Toi, tu ris. Un rire gras, in rire fou, un rire d'enfant, tu t'amuses... Le voleur sans courir le frisson du vertige dans son entre-jambe.

Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptyMer 13 Mai - 22:28
Alice, Alice, Alice. Alice ? Ce nom ne cessait de tourner dans l'esprit de la jeune blonde, la tourmentant, l'entraînant dans l'étrange folie de l'autre.

- Ici, c'est le palais de la Dame de Cœur. Attention, ne t'en approche pas. Il n'y a qu'un cœur, il est dans son nom. Ailleurs, il ne reste plus qu'une pierre froide et sans vie.

Léger froncement de sourcil. Crocus ne rimait pas avec Dame de Cœur. Pourtant, cela lui évoquait quelque chose… Mais quoi ? Il fallait vraiment qu'elle le sache. Elle le devait, elle le sentait. La frustration se faisait ressentir. Pourtant, elle ne laissait rien paraître de son conflit intérieur. D'abord cet homme et ses divagations, puis l'escalier mystère. Tout devenait de plus en plus étrange pour elle. Mais c'était si… captivant et rageant à la fois ! Avec ce qui ressemblait à une infinie sagesse, le fou reprit la parole :

- Alice s’en souvient encore. Là, tu vois, ce sont les gardes. Il y a ceux sous l’autorité du valet de Cœur. Il n’est pas très net, ce mec. Les radins obéissent au valet de Carreau. Les chanceux sont sous la coupe du valet de Trèfle. Enfin, chanceux, je ne sais pas vu les pratiques de ce dernier. Les plus ardents, les plus combatifs, les plus piquants sont gérés par le valet de Pique.


Cœur, Carreau, Trèfle, Pique. Pique, Trèfle, Carreau, Cœur. De quoi se faire des nœuds au cerveau. Rin mit quelques secondes à assimiler chaque information, s'assurant de saisir les doubles sens que pourraient cacher ces phrases. Ainsi, l'escalier menait au palais. Qu'allait bien pouvoir inventer ce marginal ?

Alice ? Alice ! Enfin ! Elle venait de remettre le doigt dessus ! Alice ! Ce n'était autre que ce conte populaire ! Elle s'en voulait de ne pas avoir tilté plus tôt. Le Lapin, la Chenille, le Chapelier Fou… Mais bien sûr ! Alice in Wonderland ! Évidemment que la Miss connaissait ce classique ! Cette enfant suivant le retardataire et rencontrant tous les personnages insolites de l'Univers. Dans son délire, cet homme avait finit par attribuer un rôle à chacun. Pour sa part, Alice était Rin ; tout comme Rin était Alice. Pour le moment du moins. Le Chapelier quant à lui, jouait son rôle à la perfection. Pourquoi ne pas en faire de même, se demanda la mage.

Mais, à son plus grand désespoir, elle n'eut pas le temps de savourer sa victoire : déjà, l'autre se remettait brusquement en mouvement :

- Le plus dur, c’est pas la chute, mais l'atterrissage.

Aucun sens. Et puis soudain, plus rien. Un cri de surprise étouffé, une sensation de liberté, une chute. L'escalier, aussi grand fut-il, n'était plus. L'instinct et les réflexes, quels sauveurs… :

- Flight !


Encore et toujours, c'est à ce sort que Rin dut son salut. Rapide et efficace. Mais le Chapelier ne s'en sortirait pas ainsi. Aussi fou soit-il, elle ne pouvait se résigner à le laisser. C'est sans hésiter qu'elle envoya une large bourrasque sous les fesses de l'énergumène. Il fallait qu'elle se pose, elle ne tiendrait pas longtemps. Les dégâts auraient pu être terribles, pour ne pas dire irréparables. Un rapide coup d’œil vers le bas lui fit prendre conscience de cette réalité.

Les pieds de nouveau sur le sol, c'est un soupir de soulagement qui s'échappa de sa bouche, ainsi qu'un regard sévère qui se posa sur l'homme. Des traits si juvéniles tranchaient avec la gravité de son expression. Sans vraiment s'en rendre compte, les mots franchirent les lèvres :

- Auriez-vous encore plus perdu la tête ? Chapelier, prenez garde, la vôtre ne tient qu'à un fil. La vie a un prix, souciez-vous en ! Qu'auriez-vous fait si ce miracle ne s'était pas produit !?


Le ton redescendit aussi vite qu'il était monté et de nouveau, les yeux fixèrent les pavés. Pas folle, elle avait préféré remettre ce petit sauvetage sur le compte d'une quelconque manifestation divine. Après tout, Alice durant ses aventures n'avait-elle pas elle-même été témoin de faits prodigieux ?

Finalement, les prunelles or se plantèrent dans les magnifiques vertes de l'interlocuteur. C'était un regard qui ne trahissait aucun sentiment, seule cette étrange pureté demeurait. Illusoire ou réaliste ?


HRP:
 
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 16 Mai - 13:53


L’art et la manière de donner naissance à un miracle, suivons la guide.

Ce que le fou et le voleur partagent à l'instant, c'est cette sensation enivrante et pénétrante, celle d'un homme qui tombe dans le vide. Pour accompagner le tout, pour rendre la chute encore plus extatique, tu adoptes au même moment, le lâcher prise. Pour le fou et le voleur, c'est une échappatoire. Tu n'es pas perdu dans tes pensées, mais bien là, présent pour vivre et ressentir ce qui se passe. Tu es éveillé, tu es dans un état de pleine conscience, celui où tu as pleinement conscience de chaque instant pour le vivre pleinement.

Ainsi, tu profites, le temps s'arrête même pour que tu savoures, que tu délectes. Ton corps se détend instantanément. Tes muscles se relâchent, oubliant tes soixante-douze kilogrammes, tes vêtements et la gravité. Tes yeux regardent le ciel s'éloigner. Au fond de chacun, on pourrait presque voir une étoile naître, mieux encore, on voit cette lumière créatrice qui donne naissance à un nouveau monde. Ton visage rit comment l'astre diurne à son zénith. Ton système nerveux scintille comme la voie lactée. Aux croisements, on pourrait deviner des aurores boréales. Tout ton être physique est près pour l'ascension qu'offre cette chute.

Hum, comment comptes-tu atterrir ?

Flight !


C'est ce qu'on appelle la chance du voleur. Après tout, dans certaines légendes, quelques contes, plusieurs histoires enfantines, secrètes ou pas, il existe un dieu des commerçants et des voleurs. Selon elles, il serait aussi une divinité de la fortune, du hasard. Le voleur que tu es, a toujours pensé que c'était pertinent d'attribuer à une seule unique divinité ces attributs. La chance sourit aux chanceux. Les chanceux sont ceux qui sourient à la chance. Ils sont ces gens qui courent après les évènements, les situations, les relations qui favorisent leurs évolutions. Ils n'attendent pas que les choses viennent toutes seules vers eux. Ils créent les ponts, les routes, les fleuves, les liens qui vont amener l'heureux déroulement jusqu'à eux. Finalement, cette divinité serait ni plus, ni moins qu'un messager, qu'un serrurier qui ouvre les portes entre chaque monde.

Celle d'aujourd'hui, t'emmène à la rencontre d'une jeune mage du vent. Pour toi, il existe deux proverbes intéressants antagonistes qui répondent souvent à la question ; pourquoi et comment se sont liées ces personnes, peu importe le lien, qu'il soit négatif ou positif. Il existe. Naturellement, celui qui correspond à la situation présente est : qui se ressemble, s'assemble. Tu t'amuses avec cette main invisible, tu l'empoignes, autant qu'elle s'amuse avec toi et qu'elle te caresse. Dans le dos de tous, cette malicieuse bosse à faire se rencontrer chacun. Elle a ce malin plaisir à réunir les mages entre eux, les aventuriers du monde magique de Fiore, peut-être d'ailleurs. Pourquoi ne pas exploiter son labeur dans un sens ou dans l'autre tout en y prenant du plaisir ? C'est une question que le voleur ne posera jamais, le fou peut-être. Néanmoins, l'un étant l'autre, le dilemme ne se pose pas.

Tu te relèves. Tu tapotes ici et là. Tu regardes que tout est en place. Tu repositionnes correctement ton chapeau. Tu lèves la tête et…

Auriez-vous encore plus perdu la tête ? Chapelier, prenez garde, la vôtre ne tient qu'à un fil. La vie a un prix, souciez-vous en ! Qu'auriez-vous fait si ce miracle ne s'était pas produit !?


Le voleur est totalement partisan de l’habilité de la jeune fille à rentrer dans le jeu du faiseur de chapeau. Le chapelier apprécie qu’il soit reconnu comme fou. Après tout, ce n’est pas comme si la Dame de Cœur avait rêvé de lui prendre la tête, il y a longtemps. La seule solution qu’il avait, était de la perdre avant qu’on lui prenne. C’est ce qui lui a sauvé la vie. C’est pour cette raison que la réponse coule dans ta veine, avant de jaillir de ta bouche, comme un fleuve puissant, sans commencement, sans fin qui se jette dans l’océan.

Miracle ? Tu viens parler de miracle Alice, tu viens d’en vivre un. Tu viens de donner naissance à l’un deux.


Pause brève, presque imperceptible avant le lâché d’eau.

Le miracle, ce n'est pas quelque chose qui surgit d'on ne sait où. Ce n'est pas une chose qui vit d'elle-même. C'est un phénomène qui naît des actions de chacun. Il la réponse à nos choix, à nos décisions, à nos interactions. Il est l'expression de notre force. Puisque, tu es Alice. Puisque, tu es forte. Puisque, tu es celle qui va nous libérer. Puisque, je fais des chapeaux. Puisque, je prends le thé avec un lièvre et un loir. À cause de cela, le miracle et né.


Alors que les flots se déversent tranquillement dans la mer de l’infini, que vos yeux se parlent, tu te tournes. Tu te baisses. Tu ramasses un papier esseulé. Tu le donnes à Alice.

Deuxième miracle. Une tasse de thé pour s’en remettre ?

Rin Katsuya
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

Rin Katsuya

Messages : 160
Date d'inscription : 03/01/2015
Âge : 19
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Kaze Mahô / Magie du Vent

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.775
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 23 Mai - 13:53
Toujours avec ce regard, Rin ou Alice, Alice ou Rin, fixa le Chapelier. Cette attention ne se voulait certainement pas insultante uniquement... analyste. De toute manière, les réactions de cet homme étaient imprévisibles; comme la jeune blonde avait fini par le comprendre à ses dépents. Ses phrases ahurissantes, son excentricité, l'escalier miracle... Tout ceci avait bien dû germer quelque part. Or, la seule réponse plausible aurait été de dire que cela ne venait que de l'énergumène. Ce qui en soit, n'était pas faux. Qui était à l'origine de ce jeu de rôles improvisé ? Le Chapelier. Qui avait clamé bon nombre de répliques sans queue ni tête ? Le Chapelier. Qui donc avait bien pu créer ce chemin vers le monde de la Folie ? Encore et toujours le Chapelier.
Soudain; et pour toute réponse, ce dernier déclara avec son habituel sourire énigmatique :

- Miracle ? Tu viens parler de miracle Alice, tu viens d’en vivre un. Tu viens de donner naissance à l’un d'eux. Le miracle, ce n'est pas quelque chose qui surgit d'on ne sait où. Ce n'est pas une chose qui vit d'elle-même. C'est un phénomène qui naît des actions de chacun. Il la réponse à nos choix, à nos décisions, à nos interactions. Il est l'expression de notre force. Puisque, tu es Alice. Puisque, tu es forte. Puisque, tu es celle qui va nous libérer. Puisque, je fais des chapeaux. Puisque, je prends le thé avec un lièvre et un loir. À cause de cela, le miracle et né.

De nouveau, les mots se mélangèrent, formant cet étrange charabia que seul l'énonciateur semblait comprendre. Quant à Rin, elle ne cherchait plus vraiment à saisir le sens de ces racontars. L'homme continua, cette fois-ci bien plus explicite :

- Deuxième miracle. Une tasse de thé pour s’en remettre ?

Elle regarda vaguement le papier qu'il lui avait remis. Elle avait été si distraite qu'elle n'avait pas vraiment remarqué qu'un morceau de ses écrits s'était glissé entre ses doigts. Miracle en effet...

Alors, changeant encore d'un extrême à l'autre, c'est avec un large sourire que la demoiselle répondit, se prenant peu à peu au jeu :

- Bien volontiers, Messire le Fou.

Et sur ces mots, elle inclina la tête vers son interlocuteur. Après tout, les papiers pouvaient bien encore patienter le temps d'une tasse de thé...


HRP:
 
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

John Doe

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 39
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] EmptySam 6 Juin - 15:13


Douce folie, où m’emmènes-tu ?

Si le fou loue les louanges d'Alice, le voleur que tu es, apprécie la chance vécue, ce n'est pas la seule chose qu'il fait. Tu viens de rencontrer un nouveau mage élémentaire, c'est une occasion qu'il te faudra valoriser demain. L'élément vent ne t'est pas inconnu. Enfin, ce n'est pas l'élément que tu connais, mais le dieu du vent. Enfin, lui, tu ne le connais pas encore. Il est vrai que tu n'as pas encore l'occasion de manger avec lui, de faire la fête avec lui, voire plus. Par contre, ton professeur de magie le connaissait. Il était capable de créer des papiers bleus et de leur donner la forme de moyen de transport plutôt écologique dans leur conception, surf, planche à voile... À l'époque, tu avais trouvé l'application carrément géniale. Aujourd'hui, il en est de même. Tout comme durant ton apprentissage, tu n'es toujours pas capable de déployer une telle magie.

Cela ne te gêne pas pour autant. Tu as mis neuf mois pour fouler notre monde, tu peux bien prendre le même temps, voire beaucoup plus pour développer ton art magique. En attendant que cette heure vienne, tu te rappelles de la potentialité de la magie du vent. C'est l'une des quatre magies élémentaires de base. Elle autorise au magicien qui l'emploi de techniques au potentiel énorme. Dans l'absolu, il peut créer des lames tranchantes comme l'acier le plus solide du monde. Il peut créer un bouclier aussi solide qu'une montagne. Il peut propulser ou attirer à lui une pléiade d'objets plus ou moins lourds. Le plus classe pour toi, c'est le fait de léviter dans les airs, voire de « marcher » sur les nuages... Tien, ton invitée semble sortir de son monde. Est-elle folle ? Bloquée dans ce dernier ?

Bien volontiers, Messire le Fou.


Sauf qu'un fou est changeant. Sauf qu'un fou n'est pas fiable comme on l'entend. Sauf qu'un amateur de thé sait que pour savourer ce divin liquide, il faut que l'aiguille soit au bon endroit sur le cadrant. Oui, l'heure est essentielle pour se délecter de ce nectar divin. C'est pourquoi le fou que tu regardes sa vieille montre usée. C'est pour toutes ces raisons, que l'allumé de la tête répond guidé par la partition d’un poème épique.

Silence, la reine arrive. Il faut fuir vite. Sinon ta tête va rouler. Sinon elle jouera au bowling avec celle-ci. J’entends déjà son rire glauque, sombre, macabre alors que les quilles tombent de peur et d’horreur.


Sur ces mots, le fou et le voleur prennent tous les deux la poudre d'escampette. Oui, le voleur s'est assez amusé de la situation. Le fou n'a que trop duré, sa liberté d'action durement acquise risque de fondre comme neige au soleil. Il sera dommage que tu grilles l'une de tes couvertures parce que tu te laisses emporter par la folie de l'un d'elle. Cette folie t'a servi avec une intelligence, avec respect, avec dévotion et soumission jusqu'à présent. Il serait dommageable qu'elle t'emporte, qu'elle se rebelle, qu'elle t'emmène dans un tourbillon de vent de folie, qu'elle ravage ta vie, comme Katrina avait fait à l'aube de tes dix-huit ans. Aujourd'hui, tu en rigoles, mais à l'époque, tu avais eu des sueurs froides. La belle avait développé un amour absolu et total pour toi. À chaque fois que vous vous rencontriez, le résultat était le même. Cette jeune voleuse ravagée tout sur son passage.

Elle faisait mieux que les tornades, voire les ouragans. Elle avait cette capacité à soulever les éléments, à créer des tsunamis, faire dérober des rivières seulement avec sa présence... Bref, elle te faisait peur. Elle était obsessionnelle, jalouse comme cent mille personnes dévorées par ce sentiment. Ce n'est pas comme si le concept de fidélité était totalement inconcevable, inconnu, inexistant pour toi. L'effarouchée usée s'était mise en tête de fonder une famille avec toi. En quelques jours, elle avait mis ta vie en vrac. Heureusement pour toi, elle ne connaissait pas le concept de durer. Alors que tu sentais la lame de la guillotine caresser ta jolie nuque, elle disparut aussi soudainement qu'elle était arrivée. Elle avait jeté son dévolu sur une spectatrice de la scène, une passante innocente. Tu en avais profité pour te tirer sans demander ton reste.

Présentement, tu vas faire de même. Enfin, presque, tu vas le faire à la manière d'un chapelier. Tu repars comme tu es venu, mais tu garderas son visage en mémoire, qui sait un mage de vent pourrait t'être utile demain. L'étriqué d'esprit rencontré initialement pourrait t'amuser dans l'avenir si tu le rencontres à nouveau. Si tu ne sais pas de quoi demain est fait, tu peux toujours planter des graines pour lui.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Pris au piège [Rin & John]   Pris au piège [Rin & John] Empty

Pris au piège [Rin & John]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Crocus :: Palais Mercurius
-