Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]

AuteurMessage
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Lun 29 Mai - 13:22





Je n'étais pas le genre de personne qui pouvait rester enfermé entre quatre murs à brasser du vent. J'étais de ceux qui avaient besoin d'aventure, d'air frais, et de bouger, encore et toujours, et de ne jamais rester au même endroit. J'avais besoin de vivre. C'était d'ailleurs pour cela qu'il m'arrivait souvent de quitter la ville pour aller en vadrouille, parfois pour quelques jours, sinon pour plusieurs semaines sans revenir. Ainsi, je m'étais peut-être fait un nom dans ce bâtiment, mais je ne connaissais malheureusement pas encore assez de monde. Résultat ? En rentrant, il m'arrivait souvent de m'ennuyer. Je me retrouvais alors souvent dehors, ou sur le toit de la guilde, à m'amuser avec mon fidèle compagnon, mon phœnix, Alba, ou encore à m'entraîner. J'étais littéralement une pile électrique, ce qui correspondait bien à ma magie, et je ne pouvais que très rarement rester en place. L'évasion était très certainement le meilleur moyen pour moi de me sentir libre et heureux. 

À vrai dire, c'était même peut-être pour cela que je finissais toujours à faire la cour aux demoiselles, quitte à de temps en temps faire mon pervers en toute discrétion (mais il ne fallait pas le dire!), ou même au bar de la guilde. Et c'était même ici que je m'étais retrouvé, à siroter mon verre en plein midi. À côté de moi se trouvaient quelques camarades de guilde avec qui je pus discuter. Faute de mieux, puisque Sayu n'était même pas de service aujourd'hui au bar. À ce niveau-là, elle devait sûrement être partie dans un coin pour rouler des pelles à Vincent, ou pour se faire peloter, on ne pouvait pas lui en vouloir à la petite, il fallait bien qu'elle grandisse un jour ! Mais la discussion ne s'avérait pas passionnante, comme pouvait en témoigner les étincelles qui virevoltaient dans ma main : c'était le seul moyen que j'avais trouvé pour me divertir. Aller mater sous les vestiaires de la guilde ou dans les douches des chambres ? Il était vrai qu'aucune porte ne résistait à ma notion de magie, mais m'amuser de la sorte restait tout à fait inutile à cette heure de la journée. Pour le coup, j'allais devoir mettre mes idées lubriques de côté !

Et puis, quitte à faire quelque chose de divertissant, autant reprendre la route tout de suite. Et une mission tient... Les factures, les fins de mois, tout ça. Même quand on était aussi fabuleux et génial que moi, même quand l'on avait ma classe et mon charisme, on était soumis à ces petits aléas de la vie. Bref, il fallait que je remplisse mon portemonnaie, sinon je n'allais pas pouvoir débourser en alcool et en costume tous plus classieux les uns que les autres. À croire que le cliché des membres de Blue Pegasus avait fini par déteindre sur moi, alors que j'avais pourtant refusé à adopter ces styles vestimentaires lorsque j'étais arrivé ici. Mais devenir un véritable dandy ne nécessitait pas un passage par quatre chemins différents... Et puis, si je voulais décrocher la lune, il fallait quand même que je me donne au moins les moyens pour l'atteindre. Me relevant en vidant d'une traite ce qu'il restait dans mon verre, je me dirigeais vers le tableau de mission. Ce dernier, mon sauveur, allait enfin donner un sens à ma vie !

Mon sauveur avais-je dit ? Pour une fois, j'avais été trop lent. Il ne me restait plus qu'une seule mission sur le tableau, et certainement pas la meilleure ! Une mission où il fallait jouer les gardes du corps... Ou plutôt les nounous à ce stade-là. Qu'est-ce que cette affiche faisait là, sérieusement ? Nous n'étions ni mercenaires, ni membres de Quatro Cerberus... Se tapait la garde d'une famille riche ? Très peu pour moi. Enfin... À vrai dire, je n'avais pas tellement le choix, c'était ça, ou rester sur la paille... Mais venait un second problème. En plus du calvaire de devenir un garde du corps, je n'allais certainement pas me taper cette mission seul. Pas moyen ! Il n'y avait rien de plus capricieux que ces familles riches vivantes encore dans leur tour d'ivoire, et je n'étais pas certain d'être encore assez calme et patient. Il fallait que je trouve quelqu'un ! Sans attendre, je montais en haut des escaliers pour prendre de la hauteur et avoir une vue sur toute la grande salle de la guilde. Alors que je m'apprêtais à prendre la parole haut et fort pour directement proposer à qui voulait bien m'entendre une chance de partir en mission avec moi, et ce sans gêne, je vis Aliénore de dos, qui se démarquait totalement des autres de part sa tenue assez particulière. Sans attendre, je sautais la rambarde, pour ensuite utiliser ma magie pour éviter de m'écraser au sol, et me déplacer rapidement dans les airs pour arriver tel un chat dans son dos.

« Bouh ! Ça te dit une mission avec moi ? Landes Paisibles, famille riches, opération garde du corps, la joie, le bonheur, tout ça ? » Lui avais-je lancé comme si de rien n'était... « Un mot, un seul mot de ta part, et dans les 15 minutes mes affaires sont prêtes, j'appelle Alba, et on est dans les airs pour notre destination ! Sauve-moi de l'ennui ! »



_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 30 Mai - 17:23
Il y avait des jours où, en tant que mage, il était une priorité de marcher sans retards vers l’action. Il y avait des jours en tant qu’alchimiste où il fallait savoir prendre son temps pour étudier, lire et s’enrichir pour devenir meilleur, pour comprendre les méandres physiques et chimiques de ce monde et faire ce qu’un alchimiste se doit de faire avant de mourir : écrire son propre essaie sur un sujet qu’il aura traité toute sa vie.

Pour Mademoiselle Delle Battaglia, cette journée devait être une de celle-ci. En tant qu’alchimiste avec une majeure prononcée pour les éléments terrestres, elle ne serait pas la première à faire un essai dans ce domaine général. Toutefois, faire un essai sur les matières explosives la placerait quelque peu dans l’unicité. Après tout, l’Alchimie était vue comme une magie de soutient mais aussi une magie principalement faites pour modifier l’état des éléments, les renforcer ou les affaiblir. Insister sur une des caractéristiques de l’Alchimie qui était d’extraire de la matière et la changer en une autre pour produire des explosifs, cela pouvait s’avérer intéressant, notamment pour l’armée du Roi. C’est ce qui motivait grandement la jeune femme dans ses recherches et pour poursuivre ses écrits. A vrai dire, c’est uniquement pour cela qu’elle les poursuivait. En tant que Mage et selon les principes de sa famille, elle aurait dû mettre tout cela de côté pour s’investir pleinement dans sa guilde. Toutefois, elle disposait d’assez de temps pour cumuler les deux.

Enfin cumuler les deux, c’était bien vite dit. L’Alchimiste n’était certainement pas la plus intégrée des mages de Blue Pegasus. Elle avait certes le standing en matière d’apparat quand elle le voulait. Elle avait certes la capacité d’égaler ses compagnons quand il s’agissait de l’étiquette. Mais diable, rester toute une journée dans une tenue élégante et féminine qui la restreignait dans ses mouvements l’exaspérait. Passer sa journée à discuter avec tout le monde de choses et d’autres pouvait être amusant avant d’en être insupportable. Supporter ces messieurs en quête de compagnie pouvait être amusant une journée ou deux avant de devenir insupportable tant les demandes se multipliaient et les artifices qui les accompagnaient étaient de plus en plus exubérants. Oh oui Aliénore ne passait pas son temps à dire non. Elle aussi pouvait bien s’amuser un peu. Toutefois, trop c’était trop.

Or, actuellement, après trois jours à ne rien faire à la guilde et avoir tenter une énième fois de s’intégrer auprès des autres membres, l’Alchimiste finit par craquer. Elle pouvait faire dans l’apparat, mais pas éternellement. De fait, elle vint aujourd’hui au quartier général de Blue Pegasus dans son uniforme rouge, un paquet de documents et ses calepins dans ses sacoches et la ferme intention de poursuivre l’écriture de son essai. Elle passa prendre un verre de rhum vieux au bar puis, en évitant les plus lourds dragueurs, se posa à une table, seule. Il ne lui fallut pas beaucoup de temps pour se concentrer au point que les paroles membres autour d’elle devinrent des bruits de fonds. Quelques audacieux ayant voulu montrer leur talent en matière de flirt durent avoir la mauvaise surprise de se confronter au silence d’Aliénore. Elle ne les remarqua cependant pas. Tout comme elle ne remarqua pas le changement soudain d’activité autour d’elle. L’Alchimiste était trop concentré sur son écrit pour percevoir cela.

Ce qu’elle perçu par contre, ce fut le « Bouh ! » derrière elle. Aliénore arrêta d’écrire et se retourna pour voir de qui il s’agissait. Avec une telle introduction, il ne pouvait s’agir que de Roy, le moins pegasien de Blue Pegasus, et son intuition fut bonne.


« Une mission… fait moi voir. »

Aliénore prit l’annonce et se mit face à Roy en la lisant tout en l’écoutant. Il semblait vraiment vouloir la faire, plus pour avoir de l’action que par envie. Cela pouvait se comprendre, escorter une famille riche lors de l’un de ses caprices n’était pas de tout repos. Les riches étaient pour le moins compliqué à canaliser, surtout lorsque c’était eux qui payaient. Cependant, émanant elle-même d’une famille fortunée, elle pouvait être utile. Et puis, peut-être qu’elle aussi voulait sauter sur l’occasion pour s’évader. Roy était certainement celui avec qui elle s’entendait le mieux ; surement parce qu’elle ne vivait pas au QG et n’avait pas encore été victime de ses penchants voyeuristes ; et s’éloigner de la guilde le temps d’une mission lui redonnerait assez de courage pour retenter une approche auprès des autres membres à leur retour.

« Et moi qui voulait continuer à écrire mon essai… Bon c’est d’accord. Je dépose ça chez moi et j’y prends mes affaires. Tu n’auras qu’à me retrouver là-bas avec Alba. A tout de suite ! »

Aliénore prit tout ce qu’elle avait amené, fit ce qui s’apparentait à un début de sourire à Roy avant de retourner rapidement chez elle. Là, elle rangea ses écrits dans son armoire, fit son sac avec des vêtements de rechanges et des vêtements chauds pour la nuit. Elle troqua son uniforme rouge pour son uniforme bleu, plus adapté à des opérations d’escorte. Une fois ses deux sacoches et son épée en place, elle prit son sac et sortit dans la rue, devant son immeuble pour attendre Roy.

Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Dim 4 Juin - 10:53
Après un voyage plus ou moins long à dos de piaf, vous survoliez enfin les Landes Paisibles. Trouver vos commanditaires ne sera guère difficile, étant donné qu'ils voyagent non seulement en famille, mais aussi et surtout avec l'équipement qu'aurait été nécessaire pour dix autres. En les cherchant, vous remarquez qu'un autre campement, apparemment pacifique, est établi à un kilomètre de votre point de rendez-vous, mais ne correspondant pas aux caractéristiques de vos commanditaires. Enfin, lorsque vous trouvez ceux-ci au lieu prévu, ils sont en train de monter le camp, au sommet d'une colline. Trois tentes sur quatre ont déjà été montées. La première personne à vous parler est un homme un peu nerveux d'une cinquantaine d'année, seul au milieu du campement.

Alors, c'est vous qui êtes venus ? Bien, bien ! Non, n'avancez pas trop, je vous en prie ! Nous, euh, n'avons pas besoin de votre aide pour monter, euh... Le camp !

Un jeune homme, probablement son fils, fait passer sa tête en dehors d'une tente, puis il blêmit avant de faire demi-tour dans la tente.


==============

Intervention GM:
Vous arrivez au campement, où on vous donne aucune explication, bien qu'il semblerait que des choses étranges se soient passées avant votre arrivée.
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Lun 5 Juin - 9:14





J'avais une capacité de persuasion étonnante ! Alors même qu'Aliénore avait, semble-t-il, d'autres choses à faire, comme écrire son essai, elle n'avait opposé aucune résistance et avait accepté d'emblée. Je n'allais pas me taper cette escorte seul, et, encore mieux, j'allais avoir en ma compagnie quelqu'un aux antipodes de ma personnalité : patiente, et qui ne risquait pas de s'emporter. Devant l'action, j'étais l'homme de la situation, devant l'ennui, il s'agissait de tout autre chose. Avec un peu de chance, cette famille allait être bourrée de problèmes une fois aux Landes Paisibles, que je puisse m'occuper de tout le foutoir et m'amuser un peu ! Souhaiter le malheur des autres n'était jamais bien, mais il fallait bien me comprendre : une mission aux premiers abords ennuyante, dans une destination qui l'était tout autant, il fallait au moins un peu d'action pour animer la journée. J'étais un mage après tout, pas un baby-sitter.

Aussitôt dit, aussitôt fait. Je laissais un peu de temps à Aliénore pour se préparer, et je montais dans ma chambre pour en faire de même. En dehors de la guilde, je n'étais plus le même. J'enfilai ainsi mon éternel manteau, et j'accrochai mes deux sabres à ma taille par l'intermédiaire d'un harnais. Ce qui était drôle quand je reprenais la route, était que je n'avais plus du tout l'air d'un dandy de Blue Pegasus. Plus un samouraï vagabond, à la limite. Mais à quoi bon s'enticher avec les plus belles sapes, si elles m'empêchaient de combattre correctement ? À choisir entre l'élégance et l'efficacité au combat, je préférais l'efficacité... Pour mieux pouvoir déchiqueter mes adversaires avec mes katanas quoi ! Et après avoir préparé mon sac, je ne perdis pas de temps pour monter sur le toit de la guilde. Il s'agissait du meilleur moyen de retrouver mon phœnix, et, évidemment, il n'était pas là. Je n'eus qu'à siffler et faire exploser un boulet de foudre dans les cieux pour qu'il sache qu'il devait me retrouver... Elle ne s'éloignait jamais trop de la guilde en journée, ce qui m'arrangeait. 

Comme une flèche, nous décollions pour retrouver Aliénore, pour ensuite nous diriger vers l'Est de Fiore. Elle avait bien de la chance qu'Alba l'appréciait, auquel cas, elle aurait probablement dû faire le trajet à pied ! Et solide comme ce beau phœnix pouvait être, elle pouvait sans problème porter deux personnes, même si je la libérais de ce fardeau de temps en temps en volant avec ma propre magie. Le voyage fut assez long, mais pas pour autant désagréable. Très vite, les Landes Paisibles et son immense étendue d'herbe finirent par nous apparaître. À partir de là, il n'était plus si difficile de les retrouver. Après tout, il s'agissait quasiment essentiellement de vastes pâturages, à part s'ils étaient parti se perdre dans les bois, il était facile de les retrouver avec l'altitude que nous avions. À vrai dire, c'est même à ce moment que j'avais sauté du dos d'Alba pour m'élever seul dans les airs. Généralement, nous faisions tous les deux la course, mais cette fois-ci, avec Aliénore sur son dos, il était plus difficile pour aile de voler avec l'aisance naturelle qui la caractérisait... Ce n'était pas comme si après un seul looping, Aliénore risquait de tomber pour s'écraser comme une crêpe au sol. 

Un premier campement nous apparut, bien qu'il fût assez éloigné du point de rendez-vous. Je préférais tout de même m'y arrêter très rapidement en laissant Alba et Aliénore continuer vers l'endroit où nous devions nous retrouver. Je pus constater qu'il ne s'agissait pas de nos commanditaires, je rejoignis alors rapidement la demoiselle et sa monture. En vérité, la famille qui nous avait engagés s'était installée au sommet d'une colline, et n'avait rien à voir avec l'autre bivouac tant ils avaient d'équipement. À quoi leur servirait ce surplus ? Nous atterrîmes et je ne perdis pas de temps pour m'approcher du seul homme présent, du moins hors des tentes. 

« Bonjour, je me nomme Roy, voici ma camarade Aliénore et mon phœnix Alba. Nous avons été envoyés par Blue Pegasus pour la mission que vous avez commanditée. »

Ce mec avait l'air étrange. Alors que je m'étais avancé pour lui serrer la main, il nous avait dit de ne pas trop avancer, qu'il n'avait pas besoin de notre aide pour monter leur camp. Non mais pour qui il se prenait celui-là ? Il croyait vraiment qu'on allait l'aider pour monter son camp ? On n'était pas là pour faire les assistants, mais en tant que garde du corps. Même s'il ne nous avait rien dit, nous n'aurions certainement pas aidé. La courtoisie avait quand même des limites, surtout en mission ! Et puis, son hésitation et sa réaction étaient carrément louches. Il s'était passé quelque chose ici, ou du moins, cet homme ne nous disait pas tout. Et cette impression fut corroborée par ce jeune homme, qui glissa sa tête hors de sa tante, avant de blêmir en nous voyant. Plusieurs hypothèses... Soit ce jeune garçon était en train de faire de cochoncetés dans sa tente et dans le dos de son père, et que ce dernier s'en était rendu compte et était gêné... Soit ces personnes nous cachaient des choses. Ce qui était sûr, c'était que je n'allais pas hésiter à jouer cartes sur table. S'ils commençaient à nous cacher des choses alors qu'ils nous avaient eux-mêmes engagé, nous n'allions pas nous entendre et ils allaient clairement devoir assurer leurs protections seuls. 

« On peut me dire ce qui se passe ici ? C'est moi où vous agissez bizarrement ? On a été engagés comme garde du corps, donc si vous commencez à vouloir nous faire tourner en bourrique à peine arrivés, vous allez devoir assurer votre protection seul. Si on est ici, c'est parce que vous risquez de vous faire attaquer, donc si vous voulez qu'on vous défende correctement, faites aussi votre part du travail et ne vous avisez pas de nous cacher des choses. »



_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 6 Juin - 22:21
Monsieur Hibana semblait le plus enthousiaste des hommes à l’idée de pouvoir partir en mission. Bien que Mademoiselle Delle Battaglia ne sente pas que l’origine de cet enthousiasme soudain vienne de la nature de la mission mais plus du fait que le Pégase jouisse des grands espaces, elle était assez contente de pouvoir elle aussi sortir. Mieux encore, elle était contente de pouvoir faire une mission avec quelqu’un qu’elle pouvait apprécier dans la guilde. Enfin, c’était toujours plus facile d’apprécier quelqu’un, surtout quand celui-ci était l’un des seuls essayant de lui parler sans vouloir la mettre dans son lit ou bien qui avait tout simplement envie de parler avec un glaçon, avec qui on parle souvent et plus qu’avec une autre personne. Enfin, qu’importait, là Aliénore devait se concentrer pour la mission à venir. Et au vu des commanditaires et de son camarade du jour, elle allait devoir redoubler d’effort pour correspondre aux standards liés à son nom.

L’Alchimiste n’attendit pas très longtemps monsieur Hibana. Elle s’était toutefois surprise à chantonner une vieille balade quand Alba se posa devant elle. Elle devait vraiment avoir envie de partir en mission pour laisser sa « joie » et son excitation s’exprimer de la sorte à défaut de se laisser voir sur les traits de son visage. Ce n’est qu’après l’invitation de monsieur Hibana et l’apparente autorisation d’Alba qu’Aliénore accepta de monter sur le dos du Phoenix. Mis à part le fait que l’oiseau était assez gros et qu’il pouvait facilement lui trancher un bras et qu’il s’agissait de la première fois qu’elle montait sur un phoenix, elle allait surtout quitter pour un moment le plancher des vaches. Or, pour un alchimiste, la terre et la mer sont des éléments très intéressants à l’inverse des airs qui sont à la fois compliqués à maîtriser, mais aussi très éloigné des deux premiers éléments.

Il n’était donc pas si difficile que cela de voir qu’Aliénore n’était pas vraiment à l’aise sur le dos d’Alba. Elle n’osait pas vraiment se cramponner aux plumes de son dos par peur de lui faire mal, elle évitait de regarder en bas ; les rares fois où elle le fit, son visage froid devint suffisamment pâle pour croire qu’il avait gelé ; et dès que Roy voulait soulager son familier de son poids, la jeune femme prétextait tout et n’importe quoi pour qu’il reste un peu plus longtemps. Malgré cela, elle se refuse encore et toujours à admettre qu’elle a le vertige au-delà de dix mètres d’altitude. Le manège continua jusqu’à l’arrivée au-dessus d’un premier camp que Mademoiselle Delle Battaglia ne remarqua qu’au moment où Roy décida de l’inspecter tout en la laissant elle et son familier rejoindre le point de rendez-vous. Le bougre ! En plus de la laisser seule sur le volatile, sa remarque la força à regarder en bas ce qui la fit blêmir encore plus qu’à n’importe quel moment pendant le voyage.

Fort heureusement, la colline sur laquelle s’était installée la famille dont l’Alchimiste et Roy devaient être l’escorte n’était pas très loin à vol d’oiseau. La jeune femme et le Phoenix arrivèrent avant monsieur Hibana ce qui laissa le temps à Aliénore de récupérer de ce voyage un peu trop chargé en émotions. Elle ne prit même pas le temps de descendre convenablement du volatile et se laissa tout simplement tomber sur l’herbe à côté. Elle avait les jambes qui tremblaient et le vent avait mis ses longs cheveux en bataille.


« Et dire que je vais devoir aussi faire ça au retour… Pourquoi il n’y a pas de ligne de chemin de fer dans cette région… »

Aliénore disait ça en regardant le phoenix alors que Roy faisait les présentations. C’était une excellente façon de débuter une mission avec des riches. Enfin, c’était bien moins pire que la façon dont Roy souligna l’attitude pour le moins suspecte des occupants du camp. Il avait bien raison de la souligner. Après tout, alors que nous devions les escorter, il semblait régner une atmosphère de secret assez pesante sur le camp. En plus de cela, l’approvisionnement en équipement était trop important pour un si petit groupe. Sans parler du camp non loin. Toutefois, à agir de la sorte, Roy allait surtout les faire congédier. Il valait mieux instaurer la confiance ou bien que deux cherchent de leur côté.

Mademoiselle Delle Battaglia se redressa alors rapidement et s’épousseta en marcha vers l’homme auquel parlait Roy. Elle embraya d’ailleurs avant que celui-ci ne puisse répondre à l’impétuosité du Pégase.


« Excusez mon camarade. Le voyage a été long et lorsqu’il a peu mangé, ses questions sont bien moins diplomates qu’elles ne devraient l’être.

Toutefois, ce qu’il voulait certainement dire, c’est qu’il est dans votre intérêt que nous, qui devons assurer votre protection le temps de votre séjour ici, ayons les informations suffisantes pour nous permettre de réagir correctement en cas d’incidents.

Par exemple, des informations quant aux personnes qui vous ont déjà menacés avant de venir ici, aux raisons de ces menaces, à la teneur de celles-ci. Evidemment loin de nous l’idée de nous mêler de vos affaires, si tant est qu’elles ne compromettent ni la sécurité du groupe initial, ni la nôtre. »


Aliénore allait devoir attendre que leur employeur, ou du moins s’il s’agissait bien de lui, réponde pour qu’elle discute plus amplement avec Roy. Notamment à propos de ce camp non loin.
Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Dim 11 Juin - 15:23
Roy et Aliénore étaient donc arrivés au camp, avec un accueil plutôt glacial de leur commanditaire. Ce dernier avait fait trois pas en arrière mal assuré afin que le Pégase ne le touche pas.

« Qui peut me dire si vous êtes vraiment ce que vous prétendez être ? Vous pourriez être des voleurs, des bandits, des assassins, des mages noirs ou que sais-je encore pour nous tromper ! Alors veuillez rester à bonne distance ! Je ne veux en aucun cas qu'un de vous deux ne me touchent, ni moi, ni mon fils. Si vous êtes vraiment là pour la mission de garde du corps, vous sécurisez le périmètre et vous faîte en sorte de nous protéger moi et mon fils. Quant aux ennemis de ma famille, ils sont nombreux. Autant lister le nombre d'humains dans le Royaume et vous ne serez pas loin du nombre. Le pourquoi ? Nous sommes riches. Cela suffit à attiser la jalousie et la cupidité de certain. C'est tout ce que vous devez savoir. Mais tant que vous ne m'avez pas confirmé votre identité, restez loin de moi !»

Le commanditaire n'étant pas vraiment homme à vouloir plaisanter ou à être désobéi, il serait préférable pour nos deux mages officiels de lui obéir. Cependant, quelque chose dans sa voix ressemblait à de la peur, un tremblement manifesté dans ses mains. Comme s'il craignait vraiment qu'il ne soit pas ce qu'il prétendait ou peut-être est-ce autre chose ?
Le commanditaire est un homme petit, des souliers et un costume carminien sur-mesure rayé avec deux tons de bleus. Un cigare dans la bouche le fait ressembler à un haut homme d'affaires qu'il ne vaut mieux pas déranger. Malgré sa petite taille, l'homme dégage une aura d'intimidation, mais légèrement nerveuse.
Le fils, lui, ayant vu les étrangers, s'était aussitôt replié dans la tente, bien trop grande pour une ou deux personnes. Peut-être était-il asocial ?
La tente bougea frénétiquement, puis un bruit d'ouverture se fit entendre, sans pour autant que quelqu'un sorte de la tente. Un œil était visible.

Le commanditaire reprit.
« Vous deux, je ne sais pas à quelles foutues familles, vous appartenez, mais ma famille est bien plus puissante, il ne vaut mieux pas nous contrarier. »


Intervention GM : loin de vous faciliter la tâche, il exige une preuve de votre identité, reste confus dans leur explication. Ils deviennent même menaçants.
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Lun 12 Juin - 21:56





Voilà pourquoi j'avais eu raison de choisir Aliénore pour m'accompagner. Elle avait le sens de la diplomatie, ce qui était relativement normal pour une demoiselle issue d'une grande famille. Cette diplomatie qui m'échappait encore trop souvent, mais qui pourtant restait essentiel pour succéder à Hawk-san. Au fond peut-être que cette mission me serait bien plus utile qu'elle n'en avait l'air d'un premier abord, elle pouvait m'apprendre à faire un travail sur moi, si toutefois le commanditaire persistait dans cette attitude plus que douteuse. Et d'ailleurs, il s'enfonçait... Il s'enfonçait même de manière à atteindre le point de non-retour, ce que je ne souhaitais franchement pas pour lui. Ainsi, alors qu'Aliénore était venu à mon secours pour rattraper mon comportement fougueux avec toute la diplomatie dont elle pouvait faire preuve, lui s'était montré encore plus méfiant. Alors que je m'étais avancé, lui s'était reculé, comme si j'étais un véritable danger pour lui. Alors que j'étais là pour assurer sa protection... Il se mit ensuite à remettre en doute notre identité, puis à nous donner des ordres comme à de vulgaires chiens, puis à être hautain... J'allais m'amuser moi, je le sentais. Un sourire nerveux commença même à se dessiner sur mon visage, je n'aimais clairement pas les paranos, mais j'aimais m'amuser avec eux.

D'ailleurs, il était peut-être riche, mais il était certainement idiot. S'il était emprunt d'un minimum de savoir vivre et de politesse, lorsque je lui avais tendu ma main pour la serrer, il aurait pu voir la marque de guilde qui y était logée. Mais la richesse excusait vraisemblablement tout. Et puis, je n'allais certainement lui obéir sans faire mes frasques habituelles, pas tant qu'il nous parlait d'une telle manière. D'une manière presqu'aussi hautaine que lui, j'étais venu dressé ma main devant moi, lui présentant clairement la marque de la guilde. Je n'y manquais d'ailleurs pas pour lâcher un « Ca vous suffit ça ? Suffisait juste d'être un peu poli. » À vrai dire, je n'allais pas m'arrêter là, quitte à jouer au plus malin. Avec un regard de défi clairement planté dans ses yeux, j'avais ensuite fermé cette même main pour joindre mes doigts et le faire claquer. Aussitôt, un dôme de foudre apparut pour entourer tout le bivouac : j'allais m'amuser à le faire stresser. Il voulait que je sécurise la zone, c'était fait. Néanmoins, ils ne pouvaient non plus en sortir, ce qui serait dommage si jamais nous étions les méchants de l'histoire. Sans échappatoire, il serait, pour ainsi dire, difficile d'échapper au potentiel massacre que j'aurais pu faire. Mais j'étais du côté des gentils, ça tombait bien !

« Et voilà, plus personne ne peut traverser le zone. De l'extérieur, mais aussi de l'extérieur... Ce qui fait que vous seriez piégé si nous étions vraiment les méchaaaants assassins de l'histoire. Imaginez la rapidité à laquelle des mages comme nous pourrions vous faire mordre la poussière... Ca tombe bien que nous soyons des mages officiels pour assurer votre protection, hein ? »

Évidemment, ma prise de parole était accompagnée de cet éternel sourire narquois. Il pouvait être aussi menaçant qu'il le voulait, ce n'était pas lui qui était en position de force ici. J'avais d'ailleurs pu remarquer un tremblement dans sa voix, et au niveau de ses mains. Avait-il peur de quelque chose ? Je n'allais pas hésiter à jouer dessus. S'il y avait bien une chose que je n'aimais pas, c'était quand on ne me respectait pas, quand on ne respectait pas ma guilde, et qu'on ne respecte pas les personnes que l'on avait engagées. Ce n'était pas parce qu'il était habillé d'un costard au million, d'un cigare dans la bouche, qu'il pouvait se permettre de nous prendre de haut. Et je n'allais pas hésiter à le lui faire comprendre. Le dôme ne perdura pas, il finit par s'estomper, lui montrant clairement ma bonne foi, preuve que nous étions de son côté. À côté de moi, la tante gigota, mais personne n'en sortit. Cette atmosphère de secret commençait déjà à m'agacer. Il allait devoir par finir par coopérer et tout nous dire, s'il voulait vraiment qu'on assure sa sécurité. Pour l'instant, il n'y avait personne d'autre que nous pour assurer sa sécurité, et si nous l'abandonnions ici, autant qu'il allait être dans de beaux draps s'il avait vraiment autant d'ennemis.

Et à cette liste d'ennemis allait bientôt s'ajouter une nouvelle personne... Moi. Il pouvait encore se permettre de faire beaucoup de choses, comme nous prendre de haut, mais il y avait tout de même une ligne à ne pas franchir... Et cette ligne, il venait clairement de la passer. Il venait clairement de nous menacer. Pour qui se prenait-il ? L'argent offrait le pouvoir, mais pas la puissance. Il croyait vraiment que sa famille était plus puissante ? Notre guilde était l'une des plus puissantes du Royaume, en son sein se côtoyaient des centaines de mages. Personne n'ignorait le nom de Blue Pegasus. Beaucoup d'entre nous était des stars du Sorcerer Mag, mais sur le champ de bataille, il n'était plus question de faire le beau, et nous avions tous conscience de cela. Il avait une famille ? Nous avions tout un bataillon. Croyait-il vraiment faire le poids ? Que comptait-il faire à part nous lancer des pièces à la figure ? Je n'allais certainement pas laisser passer ça. Soudainement, la foudre claqua autour de moi pour aussitôt m'envelopper. L'instant d'après je me retrouvais derrière le commanditaire, la voix et l'air un brin plus menaçant. S'il voulait jouer à cela, il allait être servi.

« Si vous nous menacez, je pars du principe que vous avez de quoi vous défendre, vous ne me blesserez pas avec vos billets. Ma foudre, elle, peut être bien plus rapide, et bien plus dangereuse. Votre argent vous donne peut-être du pouvoir, mais certainement pas de la puissance. Vous êtes vraiment sûr, vous et votre famille, et vouloir défier l'une des plus puissantes guildes officielles du Royaume ? N'oubliez-pas que vous avez engagé Blue Pegasus. Serez-vous au moins sûr d'assumer votre menace ? »

Après lui avoir rendu sa menace alors que j'étais à peine à un mètre derrière lui, je sifflai. Aussitôt, Alba me regarda, avant de prendre de l'altitude. Grâce à elle, nous n'aurions pas à faire d'effort pour sécuriser la zone, puisqu'elle pouvait voir quiconque arriverait dans un très large rayon. À partir de là, nous n'avions plus à faire grand chose si ce n'était attendre.

« Mon phoenix peut couvrir toute la zone avec l'altitude et sa vision, ma camarade peut modeler les éléments, et ma vitesse de réaction me permet de palier à toute éventualité comme vous venez de le voir. Si vous voulez, je peux piéger les alentours direct du bivouac, mais à part ça, vous êtes en totale sécurité.


_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Ven 16 Juin - 21:37
Diable que Roy pouvait être imprévisible. N’avait-il vraiment pas conscience que son comportement pouvait à la fois les faire congédier et surtout, si leur employeur décidait de ne pas écourter leurs relation contractuelle, de rendre leur relation encore plus froide et tendue.

Il était plus qu’évident que cet homme avait véritablement peur de quelque chose et que celle-ci avait frappé très récemment, beaucoup trop récemment au goût de l’Alchimiste. Beaucoup trop récemment pour que ce chef de famille vienne dans un endroit aussi reculer que les landes paisibles pour passer quelques jours de repos. Beaucoup trop récente pour qu’il soit venu avec ce qui semble être un membre de sa famille et en plus de ça autant de matériel. Tandis qu’à la demande de leur employeur, Aliénore allait faire en sorte de prouver son identité et son appartenance à la guilde, Roy remit une couche.

Et bien évidemment, il n’y alla pas avec le dos de la cuillère. Non, il fallait qu’il fasse des tonnes. Mieux encore, qu’il fasse un spectacle son et lumière pour agrémenter son évident énervement à l’égard de leur employeur. Ou par tous les dieux avait-il appris les bonnes manières ? Où bon sang avait-il entendu que l’on pouvait traiter de la sorte un inconnu, qui plus est quand celui-ci était son employeur. Seul un homme nullement rompu aux coutumes de la bourgeoisie de ce royaume pouvait agir aussi primitivement. Comme si une démonstration de force sa part allait pouvoir faire changer le comportement d’un homme qui est soit né dans des draps en soie, soit qui a trimé toute sa vie pour y dormir tous les soirs et par conséquent attend le respect dû à sa nouvelle condition. Biensûr, la condition ne justifie pas le comportement. Mais dans un pays où la morale se perd, l’argent sert souvent de substitue à cette morale. Les membres de la Haute Bourgeoisie de Fiore le savent et beaucoup de famille ont mis de côté leurs principes pour mieux se fondre dans la masse. Les Delle Battaglia faisaient partie de ce noyau d’industriel aux principes forts.

C’était peut-être ce qui retenait Aliénore de réprimander Roy pour ses excès. Non, elle le laissait faire, le laissait jouer avec sa foudre qui cerna un instant le campement de leur employeur. Elle le laissa hausser le ton, elle le laissa jeter regards et sourires narquois à cet homme dont les gestes révélaient de plus en plus son état de nervosité. Il n’était pas à l’aise et le comportement de ce qui était son fils montrait que lui aussi. La question en suspend était l’étaient-ils déjà avant leur arrivé ou bien l’étaient-ils parce qu’ils étaient arrivés.

Pendant ce temps, Aliénore retirait sans précipitation son harnais tenant ses sacoches et son épée, puis ses gants avant de poursuivre avec sa veste. Sa gestuelle et sa façon de se tenir donnait l’impression qu’elle ne prêtait pas vraiment attention à ce que Roy faisait. Il faut dire qu’initialement oui, elle n’y prêtait pas attention. Le coup de pression de Roy, bien que des plus inconvenants autant pour leurs employeurs que pour un mage de Blue Pegasus, pouvait révéler quelque chose sur cet individu suspect. Toutefois, la menace proférée par l’employeur la fit s’immobiliser. Elle jeta un regard noir à Roy avant de jeter un regard glacial à leur employeur. Ceci aurait pu s’arrêter là. Les deux hommes auraient pu se calmer. Toutefois ils semblaient plus mus par leur besoin de montrer leur virilité que par la nécessité évidente de coopérer ce qui exaspéra Mademoiselle Delle Battaglia.


« ROY TAIS-TOI !!! »

La jeune femme défit son chemisier, la laissant simplement avec son pantalon bleu et son débardeur noir, laissa le vêtement avec son harnais et sa veste correctement plié sur l’herbe et s’avança vers leur employeur. Sa démarche était encore plus rigide que d’habitude montrant que l’attitude de Roy l’avait plus qu’énervée. Toutefois son visage était toujours aussi froid et seuls ses yeux dorés révélaient l’état d’énervement dans lequel elle se trouvait. Une fois en face de leur employeur, Aliénore se retourna, mit un genou à terre pour que sa nuque soit bien visible et plia son bras gauche. Là, de là où il était, le petit-homme pouvait facilement contempler à la fois la marque pourpre de Blue Pegasus qui ornait la main gauche et l’Alchimiste, mais aussi les deux tatouages familiaux, d’un noir profond et d’une précision parfaite. L’un toujours sur le bras gauche avec les noms, prénoms et date de naissance d’Aliénore et l’autre trônant au pied de son cou avec les armes des Delle Battaglia.

« Laissez-moi faire les présentations complètes monsieur, je suis Aliénore Emmanuelle Delle Battaglia, Alchimiste de son état, membre de Blue Pegasus et surtout, deuxième héritière de Vittorio Delle Battaglia, chevalier du Roi et directeur des Industries Sidérurgiques Delle Battaglia. Bien que je désapprouve les méthodes de mon camarade, je tiens à être très claire avec vous. Je ne vais pas m’opposer à votre manière de vivre, ni à vos caprices. Mais n’essayez plus jamais de menacer mes familles ou ma personne. Car quel que soit vos moyens d’actions, je puis vous assurer que nous tirons davantage de fils que vous dans ce Royaume et ce à tous les niveaux. Quant à votre sécurité, elle sera assurée et je suis certaine qu’un homme de votre importance saura finalement voir en nous l’aide dont il a besoin. »

Aliénore se redressa quand l’homme eut finit de vérifier par lui-même son identité avant de marcher pour prendre ses affaires. Elle fit un léger détour pour choper Roy par le cou et le traîner à sa pile de vêtements pour lui parler. Elle lui jetait un regard meurtrier, à la limite du sauvage ce qui contrastait avec la froideur de son visage. Si elle pouvait tuer avec les yeux, elle le ferait.

« Qu’est ce qui te prend ? Tu veux nous faire jeter en prison ? Je ne connais pas cet homme et il pourrait très bien avoir des amis bien mieux placés que ceux de ma famille ! Je veux bien que son comportement t’excède et sa menace soit inacceptable mais pour l’amour de dieu contrôle-toi ! Ce n’est pas à un petit richard qui veut entrer à Blue Pegasus que tu parles. C’est à la fois à ton employeur et à quelqu’un dont tu ne connais rien ! Alors maintenant réfléchis avant de faire quelque chose de stupide ! Il se pourrait très bien que cet homme ne soit pas tout blanc ce qui explique sa nervosité. »

Le regard d’Aliénore à l’attention de Roy était le même et elle ne bougeait pas d’un pouce. La laissant donc immobile, devant Roy, son débardeur moulant révélant sa taille affinée par son corset et son décolleté le potentiel qu’il retenait.
Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 27 Juin - 12:51
Impressionné, passablement apeuré, assurément énervé. Cela pouvait sans aucun doute résumer l’état émotionnel de votre commanditaire. Heureusement, Delle Battaglia avait réussit à calmer la situation – et même réprimander son camarade. La preuve de son intelligence et de son professionnalisme aurait été nettement plus efficace pour rassurer le bonhomme que mille autres Roy imprudents. Sur ce coup, le futur master avait sans aucun doute raté une occasion de se taire.

Si j’avais quelques années de moins, je vous aurais sans doute fait la cour, mademoiselle Delle Battaglia.

Dit délicatement le personnage, avant de repenser à sa position – et à sa famille à quelques bons pas derrière lui. Il enchaîna, bien que toute politesse en ait disparu.

Vous ferez vos tours de garde comme bon vous semblera, mais il vous est interdit de circuler entre les tentes. Si jamais vous mettez un pied à l’intérieur de l’une d’entre elle, croyez-moi sur parole, je ne laisserais pas ma famille s’occuper de vous, je m’en chargerais bien personnellement. Ne tentez pas quoi que ce soit de stupide.

La dernière phrase, exprimée en regardant Roy droit dans les yeux, ne laissait aucun doute sur la personne visée. Visiblement, quelqu’un a irrité quelqu’un d’autre... Puis, son regard se porta au loin dans les landes tandis que son visage exprimait de nouveau toute son anxiété.

J’ai un mauvais pressentiment, les amis... Ma poule mouillée de fils... Ma tendre femme... Mes trésors... Il faut les protéger. J’espère que vous serez à la hauteur...

Un soupir, puis il fit demi-tour.

Le temps s’écoula. Le soleil se coucha alors qu’un léger vent se levait. Le silence n’était brisé par rien d’autre que ce vent couchant l’herbe et faisant parfois claquer la toile mal tendue d’une tente. Même dans la nuit bien entamée, l’herbe faisait toujours du bruit, tout autour du campement. De quoi agacer les gardes du corps. Si le vent n’avait pas cessé de souffler depuis quelques instants.



Intervention GM :

Roy s’attire les défaveurs du commanditaire tandis qu’Aliénore aurait presque reçu un clin d’œil. L’homme exprime un peu sa peur, mais n’est visiblement pas prêt d’en dire davantage. Puis, dans la nuit, vous entendez du bruit autour et dans le campement. Il s’agit de silhouettes encapuchonnées et visiblement armés, bien qu’avec des armes peu ordinaires : clef à molette, tournevis, livres, massues, parchemins, haches et ciseaux... Un nombre indéterminé de personnages apparait (2.000 PM chacun).
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Lun 3 Juil - 12:22





J'avais raté ma vocation. Je n'étais pas fait pour être mage, j'aurais mieux fait d'être technicien dans les spectacles sons et lumières. Après tout, je pouvais faire l'équivalent d'un feu d'artifice à ma manière ! Et ce qui était bien, c'est que ces spectacles pouvaient même être menaçants ! Son visage avait fait un bon tour d'émotion, mais je pouvais au moins être content de l'avoir apeuré, et énervé. On ne me menaçait pas, on ne menaçait pas ma guilde, et on ne menaçait personne de ma guilde. Résultat ? J'étais peut-être allé un peu trop loin. À trop taper dans le fabulous, je finissais par me perdre... Et ce fut à ce moment précis que je pus me dire que choisir Aliénore pour m'accompagner n'était visiblement pas une mauvaise idée. Je détestais les riches qui en faisaient trop et qui se donnaient des airs, et j'avais trop tendance à m'emporter. Aliénore, quant à elle, avait pour le coup su faire preuve de beaucoup plus de tact, déjà en me sommant de but en blanc de la fermer. Sa réaction m'étonna presque, et je me figeai, à rester là à la dévisager. Depuis quand elle pouvait s'énerver comme ça elle ? Ce n'était pas censé être mon rôle ça ? Bon, au moins, c'était efficace, puisqu'elle venait visiblement de me couper dans mon élan. 

Et dans mon silence presque étonnant pour la grande gueule que j'avais été depuis le début, je me contentais de la regarder se déshabiller, avant de s'avancer. Bon, dit comme ça, ça sonnait étrange. Et surtout, je n'aurais certainement pas réagi de cette manière si elle avait commencé à se mettre à poil. Malgré tout, même en pantalon et en débardeur, elle n'était pas si mal foutue... Pourquoi diantre n'y avais-je jamais fait plus attention ? Bon, elle était visiblement en pétard contre moi. Mais après tout, ne disait-on pas que c'était là qu'elles étaient le plus sexy ? Dommage qu'elle n'avait fait ça que pour montrer à l'autre bourge ses tatouages de guildes ainsi que ses armoiries familiales... C'était tout de même classe un tatouage familial et un autre avec son identité... Avec mon nom, prénom, et date de naissance, je ne risquais pas d'oublier mon identité lors de mes soirées de beuverie où je finissais totalement torché à Carmina ou à Magnolia. Les autres pouvaient même le deviner ! Pour les armoiries familiales, c'était autre chose, il fallait bien dire que mon nom n'était connu que par la notoriété que je m'étais faite, autrement, il s'assimilait plus à un nom de paysan qu'autre chose. Enfin bon, avoir un tel nom comme celui d'Aliénore restait utile : alors que pour ma part, j'avais simplement utilisé la splendeur de Blue Pegasus pour lui montrer qu'il n'avait pas à nous prendre pour de la merde, Aliénore avait quant à elle fait presque la même chose en se servant de la noblesse de sa famille. Comme quoi, elle critiquait mes méthodes, mais au moins, elle ne se dégonflait pas non plus et ne laissait pas les menaces de ce bourge pour lettre morte. 

Mais au moins, nos deux méthodes combinées avaient pu porter leurs fruits, même si m'attribuer une partie des mérites n'avait strictement aucun sens. Outre le fait qu'elle avait apparemment tapé dans l'œil du commanditaire, ce dernier s'était enfin décidé à donner ses instructions. On se débrouille, tant qu'on ne passe pas entre les tentes... Et si on rentre dans l'une d'entre elles, il s'occupe lui-même de nous. La vieille blague. Quoi qu'un petit duel ne me déplairait pas. Mais je n'étais pas venu ici pour fouiller tout ce bordel, si jamais il lui arrivait quelque chose, il ne pouvait s'en prendre qu'à lui-même pour nous avoir caché des éléments. À la limite, sa famille serait en sécurité, mais lui, je ne garantissais plus de rien... Mais au moins, Aliénore elle, m'avait oublié ! Enfin, c'était ce que j'avais cru l'espace d'un instant après que le commanditaire ait terminé de parler. Mais Aliénore était bel et bien une femme, et une femme n'oubliait pas, elle n'oubliait jamais. Elle passa ainsi à côté de moi, et m'attrapa par le cou, pour rejoindre ses affaires... Et vu le regard meurtrier qu'elle me jeta, à en faire pâlir les Chevaliers du Purgatoire de Grimoir Heart eux-mêmes, j'allais en prendre pour mon grade... Je ne pus m'empêcher d'ailleurs de déglutir. Je ne connaissais pas cet aspect d'Aliénore, et, à vrai dire, j'aurais voulu ne pas le connaître. Je n'avais pas quand même fait autant de conneries non ? Visiblement, ma connerie était encore plus grosse que ce que j'imaginais, comme Aliénore avait utilisé son nom, sans vraiment connaître le potentiel de la famille du commanditaire. Autrement dit, elle avait pris un risque. Mais c'était bien les risques, non ? Ça rythmait une vie !

  « Mais-euh... Ça va, c'était qu'un peu de son et de la lumière, rien de plus ! C'était classe d'ailleurs non ? Faut que je travaille ma mise en scène ! »

Ce n'était pas de la provocation... Pas vraiment. Juste une sorte de fuite en avant, ou comment tempérer une situation déjà désastreuse... Aliénore allait vraiment finir par me détester. Mais le pire n'était pas le savon qu'elle me passait. Le pire était que je devais soutenir son regard trucidaire, et ne pas laisser mes yeux aller plus bas. Elle avait un débardeur moulant, qui arrivait juste au niveau de mes yeux. Il fallait que je me contrôle... Inspiration, expiration, concentration. Quand bien même un guerrier, habitué des champs de bataille, aurait le meilleur  mental qui soit, il ne pouvait résister à une telle paire. La huitième et la neuvième merveille du monde, une perfection, encore mieux qu'Anyanka lors de notre combat... J'avais beau résisté, comme un aimant, mes yeux étaient attiré, et je luttais pour ne pas baisser la tête. Que j'aimais ma guilde, pour de telles splendeurs ! Comme quoi, il suffisait de peu pour me calmer. Mais il fallait tout de même faire attention, j'étais déjà dans de beaux draps, et au moindre faux mouvement, c'en était fini de moi. Je n'avais jamais fait spécialement attention à la silhouette d'Aliénore, néanmoins, il était certain qu'elle était l'une de celle qui avait le plus de « potentiel » dans cette guilde. À noter dans le petit carnet des potentielles futures proies. Puis je me rendis compte que j'étais resté fixé trop longtemps, j'avais même déjà commencé à perdre le contrôle de mes mains de quelques centimètres, mais, étonnemment, aucune goutte de sang ne s'était échappée de mes narines !

« Ton débardeur est bien, mais je trouve qu'il manque juste un décolleté... »

C'était fait, j'étais définitivement mort. Je ne pouvais lutter contre ma plus profonde nature... Et puis, c'était ça ou les mains baladeuse et la giclée de sang par le nez ! Ni une, ni deux, je tentais la manœuvre d'évitement, car il était certain qu'elle ne se contenterait maintenant plus d'un regard de psychopathe, mais y joindrait maintenant quelque baffe. Et ce délire n'était clairement pas le mien, je n'étais pas masochiste. Je concentrais ainsi assez de magie dans mes jambes pour faire un grand bond en arrière. La question qui subsistait, était si j'étais suicidaire ou non, ou plutôt, si avec mon comportement, j'allais terminer la journée sans me faire tuer par Aliénore.

Et contre toute attente, la journée passa sans que je ne finisse évisceré... J'avais réussi à survivre. Le soleil s'était couché que je me tenais encore sur mes pieds ! Et le soir fut bien moins animé que la journée. À part le bruit du vent dans l'herbe, ou contre les tentes. Au fil de la nuit, ce vent avait fini par me taper sur le système, ainsi pour tenter de m'apaiser, je m'étais contenté de nettoyer mes lames. Au moins, comme ça, je me retrouvais avec quelque chose à faire. Et la nuit passa, les tours de garde s'enchaînèrent, jusqu'à ce que le vent s'arrête de souffler et que des bruits plus étranges n'attirent mon attention. Aussitôt je fus aux aguets, d'autant plus lorsque je vis Alba se relever. D'un geste, je lui sommais de prendre de la hauteur : si jamais quelque chose se passait, elle resterait plus efficace dans les airs. Des silhouettes étranges finirent par apparaître et je ne manquais pas de prévenir ma comparse en sifflant. Attaquer de nuit, et en groupe... Pas con, même si pour le coup, ça manquait d'originalité. Et lorsque je vis qu'ils étaient armés, je ne manquai pas de sortir mes sabres pour me mettre en position. Ils étaient équipés de manière tout à fait louche, avec des tournevis, des parchemis, des livres... Mais ils l'étaient tout de même, ainsi, ils devaient être arrêtés.

« Alba, un peu de lumière s'il te plaît. »

Le phoenix se mit alors à briller comme un soleil, perçant la nuit et éclairant les individus qui commençaient à nous entourer. Pour le coup, j'allais éviter tout excès de fougue, et je n'allais pas attaquer avant de savoir ce qu'ils nous voulaient vraiment, même si leurs intentions ne faisaient pas de doutes.

« Je vous conseille de vous arrêter, mon phoenix et moi manquons d'exercice, ce serait dommage de nous défouler sur vous... » Lançais-je, alors que ma main brillait déjà avec la magie.




_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Lun 10 Juil - 23:53
Voilà qui était pour le mieux. Bien que des avances de la part d’un employeur déplaisent à Mademoiselle Delle Battaglia, elles lui assuraient au moins de bonnes relations pour l’avenir de la mission et, surtout, une certaine sécurité pour son imprudent camarade. Maintenant qu’elle avait son employeur dans la poche, elle pourrait très certainement plus facilement, quand bien même cela la dégoute, user de cette situation pour en savoir plus. En attendant, elle n’avait qu’à pas rentrer dans le cercle des tentes et surtout faire en sorte que monsieur Hibana ne soit pas assez stupide pour y aller !

Pour ce qui était de l’imprudent camarade en question, il semblait assez surpris par la réaction de l’Alchimiste tout au long de sa démonstration de force à la méthode des sangs bleus. Mais aussi, et certainement, à cause de son énervement. Enervement qui n’avait pas changé lorsqu’elle avait fini par ramener devant elle un monsieur Hibana toujours surpris. Un énervement qui commençait même à grimper davantage face au jeune homme dont les yeux avaient plus tendance à fuir son regard qu’autre chose. Or, ce comportement fuyard excédait la Pégase, surtout quand il venait d’un homme. Un énervement qui atteignait son quasi-paroxysme face à la pire des réponse qu’il pouvait donner dans un tel moment.


« Je rêve ? Rassure moi Roy Shinku Hibana, je suis bien en train de rêver ? Je viens de me faire quasiment draguer par une vieille peau pour faire en sorte que tu ne salisses ni ton nom, ni ta petite gloire personnelle, ni le nom de notre guilde avec tes pirouettes et toi tu me sors que c’était classe ? Alors oui, à Crocus tu ferais des merveilles. Mais ici, la seule chose que tu aurais eu c’est ZERO jewels et une réputation fichue en l’air pour longtemps ! Par la barbe de Merlin, ne me refait plus jamais ça ! »

N’avait-t-il donc aucune conscience de ce qu’il venait de faire ? De ce qu’elle avait dû faire pour tenter de sauver les meubles ? N’avait-il pas une seule seconde l’intention de s’excuser pour l’avoir forcer à supporter les avances mal cachées d’un homme petit, gros, vieux, marié et capricieux ? Non, certainement pas, il préférait indéniablement regarder autre part plutôt que soutenir son regard de plus en plus noir et dont le doré intensifiait la froideur d’une femme prête à tuer son camarade de guilde à la moindre réponse déplacée. Non, il préférait se perdre dans ses pensées plutôt que faire ce que tout gentleman de Blue Pegasus ferait ! Il était où maintenant le chevalier servant de ces dames hein ? Certainement pas là où faut ! Et peut-être que le chevalier avait pris avec lui la virilité de monsieur Hibana pour qu’il refuse à ce point de la regarder dans les yeux. Ah ça regarder en bas il savait faire. La regarder droit dans les yeux, c’était autre chose !

Si le visage d’Aliénore ne changeait pas tant que ça, on pouvait tout de même remarquer la tension dans sa mâchoire et au niveau de son cou. Sans parler d’un de ses poings plus que serré pour l’empêcher que sa colère ne transparaisse sur son visage. Dieu qu’elle était en colère et elle attendait impatiemment la réponse de monsieur Hibana pour pouvoir la déverser sur lui en ayant une bonne excuse. Elle fixait tellement le regard fuyant de Roy qu’elle n’avait même pas remarqué la cible de ce dernier ou encore les mains du mage qui bougeaient. Non, elle était trop dans l’attente, dans l’envie de l’entendre dire quelque chose qui puisse soit la calmer, soit lui faire passer le calme du simple avertissement oculaire.

Toutefois, ce ne fut ni l’un, ni l’autre. Non, ce fut une réponse qui n’était ni stupide, ni intelligente. Ce n’était en fait pas une réponse. C’était une affirmation sans origine, sans raison évidente d’apparaître dans cette « discussion » musclée. C’était le genre de chose à laquelle on ne peut pas répondre ni par un « je t’excuse », ni par une magistrale gifle de la part d’une main en granit. Ce n’était rien, rien à part un élan de la part d’un homme qui révélait le pourquoi de son regard fuyant depuis le début des remontrances de Mademoiselle Delle Battaglia. La jeune femme eut un instant d’incompréhension de deux longues secondes le temps de comprendre ce qu’elle venait d’entendre. Le temps qu’elle analyse ce que monsieur Hibana venait de lui dire et l’instant où elle finit par comprendre se vit clairement sur son visage qui certainement pour la première fois depuis qu’elle était à Blue Pegasus affichait un cocktail d’émotions difficile à soupçonner pour ce bloc de glace.

Son regard assassin s’évanouie d’un coup et s’arma d’une surprise complète et sa prise de position fut aussi celle de ses sourcils. Sa bouche commença à s’ouvrir mais elle fut incapable d’articuler quoi que ce soit. Elle n’arrivait même pas à balbutier une réponse intelligible ce qui accentuait son teint de plus en plus rouge. Et rouge, elle ne l’avait jamais autant été depuis des années c’est pour dire. Elle resta comme ça un instant encore et ce quand bien même monsieur Hibana prennait la fuite juste devant elle. Ce fut la réception du mage électrique qui lui fit reprendre un peu de contenance. Enfin, si on pouvait parler de contenance de la part d’un glaçon qui était aussi rouge que son uniforme normal et qui articulait à peine.


« J… J… Je se… je serai d… de… de l’au… JE SERAI DE L’AUTRE CÔTÉ DU CAMPEMENT !!! »

Mademoiselle Delle Battaglia prit d’un coup toutes ses affaires et, tout en prenant soin de ne pas traverser le camp, rejoint l’autre côté de celui-ci, histoire d’être loin de monsieur Hibana. Pas question qu’elle reste à côté de cet homme qui venait de l’interpeler sur sa poitrine comme si ses seins étaient des bout de viandes qui gagneraient à être mieux exposés dans la vitrine d’un boucher. Elle se posa lourdement dans l’herbe et laissa ses affaires à côté d’elle. La réflexion de Roy restait dans sa tête et elle n’arrivait pas à la sortir de sa tête. C’était particulièrement horrible car elle restait dans sa tête au point qu’elle n’arrivait pas à se concentrer sur autre chose. Aliénore avait horreur des surprises ou des choses plus qu’imprévues et ça, c’était indéniablement de l’imprévu ! Ce qui l’était encore plus, c’est qu’elle n’avait pas envie de frapper monsieur Hibana !

Elle finit d’ailleurs par regarder son décolleter et en usant d’un peu d’Alchimie, l’agrandie un peu pour voir. Trouvant le résultat partiellement concluant, elle le laissa avant de remettre sans les boutonner son chemisier et sa veste. Il fallait bien qu’elle voit en mouvement ce que ça donne. Elle attacha son harnais puis commença à inspecter les alentours, regarder les dénivelés autour du camp en vue de préparer la nuit.

Cette dernière arriva bien vite. Elle recouvra de son manteau noir toute la plaine et la Pegase rejoint alors le campement, enfin remise de ses émotions. Elle n’avait rien trouvé de particulier en matière de matériaux utiles pour la mission mais revenait avec la certitude qu’il y avait peu de chance que monsieur Hibana et elle ne voit pas des intrus s’ils attaquaient cette nuit. Au début de celle-ci, ils ne semblaient pas motivés à la différence du vent qui balayait la plaine avec une certaine force. De fait, il suffisait à Aliénore d’enchainer les tours de garde. Même si elle aurait préféré rester loin de monsieur Hibana, elle se décida à dormir pas trop loin de lui au cas où. Ce avec sa veste d’uniforme plus que correctement fermée et une main sur son épée courte. Comme ça, que ce soit d’éventuelles mains baladeuses ou un ennemi, elle pourrait répliquer immédiatement.

C’est dans cette position qu’elle fut réveillée par un puissant sifflement suivi d’un puissant coup de projecteur en provenance d’au-dessus du campement. L’aveuglement dû à la soudaine lumière passé, Aliénore vit en plein mouvement autour du camp des personnes armées de façon hétéroclite. La jeune femme bondit sur ses jambes et tout en courant à l’opposé du camps en évitant au possible de le traverser, hurla à Roy :


« S’ils sont hostiles, ne les grilles pas trop ! Il faut qu’ils puissent parler ! »

De l’autre côté, elle se mit en position et concentra sa magie pour être prête à transmuter tout ce qui pouvait lui passer par la tête.

Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 11 Juil - 20:05
Les hommes furent très étonnés de voir deux jeunes gens garder le campement. En outre, sous les menaces de l'un et des paroles de l'autre, déjà quelques-uns d'entre eux avaient détaler le plus loin possible. Certains furent paralysés, de peur d'être découverts et de mourir, tandis que d'autres se cachaient derrière un caillou ou étaient simplement tombés à plat ventre. Les plus téméraires, quant à eux, réussirent à chuchoter assez fort pour se faire entendre, même à quelques mètres les uns des autres.

Chuuuuuut. On vient juste jeter un coup d'oeil, vous savez. On est une association humanitaire, vous savez ! On veut juste visiter une tente ou deux, vous savez... On a entendu des choses vraiment bizarres, vous savez ! On vous en supplie, vous savez !

Le tout, l'index à la verticale devant les lèvres et en hochant légèrement la tête. Visiblement, ils n'avaient pas compris qu'ils n'étaient pas ceux qui donnaient les ordres.


==============
Intervention GM :

Des individus s'en vont en courant, d'autres se cachent ou parlent.
Pour ne pas perdre un tour sur une réaction, sachez que si vous les attaquez, ils vous attaqueront en retour. Ils sont trois sur chacun d'entre vous (sans compter les inactifs/absents).
En revanche, si vous les laissez tranquilles, ils vous remercieront (mais vous savez ! xD).
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 18 Juil - 12:46





Cette mission n'était finalement pas si ennuyante. Et ce, simplement parce que j'avais découvert une facette que je ne connaissais pas d'Aliénore : celle où elle était gênée. Je n'étais tout de même pas dupe, ma réflexion quant à son décolleté l'avait clairement prise de court, et elle ne sut plus où se mettre. Elle rougit d'une manière dont j'avais déjà rarement eu le loisir d'apercevoir, avant de me répondre avec beaucoup de difficulté, balbutiant et bégayant. Elle prit finalement la poudre d'escampette pour effectivement rejoindre l'autre côté du camp. Je m'attendais tellement à prendre une bonne mandale que j'avais à la place découvert une de ses faiblesses ! Oui, une femme si droite, si stoïque, avait des faiblesses, et je gardais précieusement cette information. Après tout, l'information était le nerf de la guerre. C'était une première victoire pour moi ! Puis, dans la soirée, il y eut ces malfrats, qui vinrent enfin donner un sens à notre mission. J'avais besoin d'une seconde victoire ! Bon, certes, la belle au décolleté m'avait demandé de ne pas les griller, mais il ne devrait pas y avoir de problème s'ils pouvaient au moins parler !

[/b]« Je vais essayer de leur laisser ce privilège, pour Alba, je garantis rien. »[/b]

Et cette dernière resplendissait tel un phare dans la nuit, prêt à ravager les landes de son torrent de flammes. Elle avait au moins un avantage : rayonner de la sorte aurait tôt fait de réveiller la petite famille qui dormait tranquillement, les faisant alors comprendre qu'un danger guettait. Et ce danger perdit très vite en crédibilité dès lors qu'il ne s'agissait en réalité pour la plupart que de couards. Mes menaces, les paroles d'Aliénore, et la lumière d'Alba firent fuir une bonne plupart. Ils s'échappèrent alors, détalant comme de vulgaires lapins, sans jamais se retourner. D'autres se cacha, ou se mirent à plat ventre, d'autres encore ne bougèrent simplement pas. N'avaient-ils pas compris qu'avec Alba, nous pouvions tout voir ? Ils n'avaient tout de même pas beaucoup de chance d'être tombé sur le plus excité des mages de Blue Pegasus. Oh, certes, Aliénore avait la poigne et l'autorité suffisante pour contenir mon caractère, et c'était bien pour cela qu'elle m'accompagnait. Mais cela n'avait d'effet que devant le commanditaire et sa famille. Elle allait très clairement avoir du mal à m'arrêter si l'envie me prenait de me défouler sur eux ! Mais elle avait raison. Il fallait qu'ils puissent parler, il fallait qu'ils puissent nous dire ce qu'ils faisaient là. 

Malheureusement, leur réponse ne fut pas assez convaincante. Une association humanitaire ? Et Aliénore était la reine de Fiore, tout à fait. Ils ne feraient rien de tout ça, ils ne s'approcheraient pas des tentes. Je jetai alors un regard vers ma camarade. Nous allions aujourd'hui inverser les rôles. Aujourd'hui, j'étais prêt à gérer les pourparlers. Mais sans jouer sur une certaine émotion, évidemment. En fuyant de la sorte, ou se cachant, ou quoi que ce soit d'autre, ils nous avaient montré deux choses : ils ne s'attendaient pas à nous voir ici, et ils étaient effrayés. Et la peur était un très bon moteur. Je claquai alors des doigts, et un cercle électrique se traça sur l'herbe pour entourer les tentes. Lorsque le cercle disparut, il laissa derrière lui une trace cramoisie au sol, l'herbe avait grillé, laissant alors une marque indélébile et fumante. Je fis alors claquer ma magie autour de moi, pour m'entourer de mon éternelle robe de foudre, qui me porta dans tranquillement dans les airs. Je m'élevai alors au-dessus d'eux, pour qu'ils puissent tous m'apercevoir, et surtout se rendre compte de mon attitude des plus menaçante. Je comptais peut-être gérer les discussions, mais ce n'était pas pour autant que j'allais les épargner s'ils tentaient quoi que ce soit. Ma main elle-même était déjà posée sur l'une de mes lames, pour être prêt à agir, et ce le plus rapidement possible. On allait pouvoir tester si Aliénore et moi faisions une bonne équipe. 

« Que ce soit clair. Le premier qui traverse cette trace au sol, finira grillé, foudroyé, et brûlé. Vous ne pouvez jeter un coup d'œil, ni visiter les tentes. Il n'y a rien ici, à part des personnes qui campent, et dont vous venez déranger la quiétude. Et comme une association humanitaire n'est pas armée de la sorte, nous vous conseillons vivement de faire demi-tour. Pour votre bien. Et votre sécurité. »

J'analysai alors la situation. Ils étaient nombreux, armés, mais pas menaçant, du moins pas pour l'instant. Ainsi, il y en avait facilement trois sur chacun d'entre nous, sans compter les quelques-uns qui se cachaient, et les autres qui avaient fuis et qui pouvaient tout aussi bien revenir, alors pris de courage. Nous ne connaissions pas leur niveau. Attaquer avec des œillères s'avérait donc dangereux, même si j'étais justement de ceux qui ne s'enquérissaient pas du nombre et qui se jetaient plutôt corps et âme dans la bataille. Il ne fallait tout de même pas oublier que j'étais ici pour accomplir une mission, et pas simplement envoyé par le Conseil comme chaire à paté comme nous l'avions été à Gehenna. Enfin, même si à bien y réfléchir, mes attaques de zone, couplées à celles d'Alba, pourraient faire de gros dégâts et nettoyer au moins en partie les lieux de cette vermine. En réalité, tout dépendrait d'Aliénore. Si elle décidait d'attaquer, alors je la soutiendrai depuis les airs. Si toutefois elle voudrait les épargner, et plutôt favoriser la diplomatie, comme elle en avait la spécialité, alors, dans ce cas, je calmerais mes ardeurs et je me contenterai de suivre son exemple. 




_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 25 Juil - 16:29
« Je me fiche complétement de ce soit toi ou elle qui les grille ! Tant qu’aucun de vous ne le fait ça m’ira ! »

Ce que monsieur Hibana pouvait être insupportable par moment. Enfin, là n’était pas le problème. Celui-ci était plutôt les nouveaux camarades des deux pégases. Et voilà qui était des plus intéressants. Dès que Mademoiselle Delle Battaglia et monsieur Hibana s’étaient mis en position pour répondre à la menace, celle-ci eut des réactions étant à l’image de l’hétérogénéité de leur armement. Certains restèrent, d’autre se défilèrent et les derniers se cachèrent derrière le plus proche objet leur permettant d’échapper à notre vue. Même si pour certains, l’objet en question était l’herbe se trouvant à seulement quelques mètres des pieds d’Aliénore. La jeune femme leva un sourcil en voyant cela sans pour autant perdre sa garde. Même si de toute évidence il ne s’agissait pas d’un groupe organisé et outrancièrement hostile, leur nombre pouvait devenir en cas de combat un véritable problème.

D’autant que leurs intentions pouvaient laisser supposer que tout ceci allait finir en bataille rangée. Eux voulaient simplement visiter une ou deux tentes sans déranger tandis que Mademoiselle Delle Battaglia et monsieur Hibana n’avaient pas l’intention de laisser ne serait-ce qu’un seul d’entre eux s’approcher de ce campement. La jeune femme jeta un regard rapide à monsieur Hibana pour voir s’ils étaient sur la même longueur d’onde. Constatant que c’était le cas, elle prit sa posture martiale et jeta un regard meurtrier aux nuisibles les plus proches. Elle ne disait rien et la courte lumière en provenance du sol du fait du petit tour de passe de monsieur Hibana ne la fit même pas bouger d’un millimètre. Au contraire, elle lui donna des airs infernaux tellement son regard noir et la froideur de ses traits reflétait ses intentions quant à la moindre actions stupides de ces dépositaires d’une soit disante association humanitaire.

Mademoiselle Delle Battaglia était concentrée sur toutes les potentielles menaces et sur les répliques alchimiques à toute offensive. De toute évidence, ils étaient bien assez nombreux pour, peut-être, les surpasser en puissance et surtout passer outre la vigilance leur et ainsi accéder aux tentes tandis que les Pégases étaient retenus sur le front. Il était donc évident qu’il faudrait limiter l’accès aux tentes ce qu’Aliénore s’empressa de transmuter une floppée de pilums autour du camp et juste en arrière de la ligne d’herbe brûlée faîte par Roy. Encore sous terre et disposés aléatoirement, un nuisible mal avisé et qu’Aliénore remarquerait se ferait bien vite planter par un de ces pics dérobés. Pour ce qui était de la partie du camp surveillé par Roy, elle savait le mage de foudre en mesure de s’en occuper. Toutefois, son dispositif lui permettait de lui porter assistance.


Enfin, elle faisait peu, voir pas, attention aux circonvolutions dramatiques de monsieur Hibana. Il voulait prendre la main pour la négociation, grand bien lui fasse. Elle n’avait pas eu l’intention de discuter, la position de la demoiselle étant fixée : ils ne passeront pas ! Il n’y avait donc aucune diplomatie à mettre en œuvre ou quoi que ce soit d’autre. S’ils voulaient à ce point voir ces tentes, ils devraient s’assurer qu’elle ne soit plus une menace. Or, Aliénore avait tout sauf l’intention de ne pas être une menace pour eux.


« Messieurs, mesdames, la situation est la suivante : soit vous partez, soit on vous fait partir…. Mais n’abusez pas de notre patience, mon camarade de guilde en a très peu. »


Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mar 25 Juil - 20:20
Les deux pégases avaient pris leur décision : défendre coûte que coûte le campement. Ne pas laisser entrer l’envahisseur, quel qu’il soit. Voilà une façon tout à fait cohérente d’agir. Personne ne pouvait décemment dire que faire confiance aux premiers venus était une bonne idée. Néanmoins, le groupe d’envahisseurs ne s’était pas attendu à avoir de la résistance, ils ne s’étaient pas vraiment préparés en conséquence. Sinon, un autre aurait sans doute pris la parole. Lui, il était pas diplomate. Il était bien des choses, mais parler aux gens, c’était pas sa tasse de thé. Pourtant, il n’a pas l’air très épais. Non, il est surtout mal à l’aise.

Ecoutez... On ne veut pas faire de grabuge, vous savez... Juste visiter ces tentes, vous savez... Nous connaissons quelqu’un qui est en relation directe avec quelqu’un qui a entendu dire de quelqu’un qui connait quelqu’un qui a appris que quelque chose tournait pas rond ici, vous savez...

Il n’était pas très convaincant. Et même lui, il le savait. Alors, puisque personne ne venait à son secours, il fut pris de panique. Il hurla.

IL VOUS MANIPULE, VOUS SAVEZ !

Non, vraiment. N’importe qui aurait mieux fait son job. Mais bon, entre les trouillards et les fuyards, il ne restait que lui. Pour son propre malheur.

Oups. Maintenant, il va vouloir me tuer, je le sais...

Alors que l’homme se mettait en position fœtale dans l’herbe, ressemblant à un tas difforme avec son large manteau sombre, le bruit amena un autre personnage à rejoindre les festivités. Quelqu’un qui n’était visiblement pas content que la situation n’ait pas été réglée plus vite. L’ire de votre commanditaire, toujours à l'intérieur, était sans limite.

Pourquoi c’est pas encore fini ?! Madoshiiii ?! S’il y a une menace, exterminez-la ! Vous êtes payés pour nous protéger, mon trésor et moi, d’accord ?!


===============
Intervention GM :
Un « bénévole » de « l’association humanitaire » hurle un peu trop fort et réveille votre commanditaire. Le premier est en position fœtale, littéralement, le second est parfaitement réveillé. Et très en colère.
Roy Shinku Hibana
Modo / Lighting FalconModo / Lighting Falcon

avatar

Messages : 498
Date d'inscription : 19/05/2012
Âge : 19
Guilde : Blue Pegasus
Magie / Malédiction / CS : Kaminari no Mahô / Magie de la Foudre

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.485
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Sam 29 Juil - 18:54





Malgré toute ma mise en scène, Aliénore avait réussi très simplement à résumer la situation. Ils n'avaient que deux options, partir ou rôtir. D'ailleurs, elle aurait même dû utiliser cette formulation. À quoi bon faire du théâtral quand elle gâchait tout de manière aussi simple !? Tout membre de Blue Pegasus devait savoir être et rester FA-BU-LOUS ! Elle aurait pu me suivre un peu plus dans la mise en scène... Une simple rangée de pièges et une menace dérobée grâce à ma fabuleuse personne n'étaient pas suffisantes. J'allais devoir lui donner tout un cours de théâtre moi. Je me plaignais, mais en réalité, ce n'était pas pour mon déplaisir... Le théâtre rapprochait les gens ! Et avec un décolleté comme celui-ci, je ne refusais pas à me rapprocher ! Trêve de pensées lubriques, l'heure n'était pas à ces réflexions ! Je devais rester concentrer sur la menace, et sur mon spectacle. Au fond, même si elle ne m'avait pas suivi dans mon délire. Je n'avais pas de patience, et bien que j'avais montré le contraire, je n'allais pas tenir encore longtemps. Cette envie de noyer les landes sous le tonnerre et la colère des cieux me démangeait, juste pour montrer à ces individus qu'ils étaient venus défier les mauvaises personnes. Alba, elle-même, trépignait probablement à l'idée d'embraser l'herbe grasse. Au fond, son attitude complétait presque la mienne. Il ne suffisait que d'un pas de travers, pour transformer ces lieux en Enfer. 

Je m'étais attendu à une réaction violente, un affront, à ce qu'il défende avec véhémence leurs intérêts. Mais en réalité, il n'en fut rien. Ils restèrent toujours aussi couards, incapables d'achever ce pour quoi ils étaient venus. Seul un eut le courage de nous tenir tête. Enfin... Tenir tête était un bien grand mot. Il n'était même pas capable d'être convaincant... À tel point qu'ils purent voir ma réaction, toujours en lévitation à plusieurs mètres au-dessus du sol. J'arquai simplement un sourcil, avant d'exploser de rire, preuve que je les respectais à peine. Que n'avaient-ils pas compris ? Ils ne passeraient pas. Et s'ils voulaient franchir cette ligne que j'avais tracée au sol, ce serait par la force. Tout tournait rond ici, et si quelque chose ne l'était pas, c'était à nous de nous en occuper. J'avais été catégorique, Aliénore avait été catégorique. Personne parmi ses camarades n'était venue aider venu soutenir le pauvre homme qui avait pris la peine d'essayer de nous convaincre, et il finit par hurler, comme si cela était vraiment utile. Mais c'était quoi ces guignols, sérieusement ? Entre ceux les lâches et les peureux, on le retrouvait lui, qui avait fini par se mettre en position latérale de sécurité au sol, comme si sa hausse de ton m'avait mise en colère.

« Bon, on va faire simple. Ceci est ma dernière sommation. Cassez-vous, ou je vais vraiment avoir envie de vous tuer. On a déjà été trop gentils avec vous. »

Et pour allier les gestes à la parole, je m'étais mis à briller encore plus dans le noir, augmenter le flux de magie qui m'entourait. Dans une minute chrono, ce lieu allait devenir un champ de bataille s'ils ne se barraient pas. Mon attention fut alors détournée : le commanditaire avait été réveillé. Celui-ci aussi était définitivement idiot... Il était en danger, et avait tout de même l'intelligence de sortir sa tête. Comme quoi, on pouvait avoir le monopole de l'argent, mais pas celui de la vivacité d'esprit. Il était en colère, et avait eu la bonne idée de nous ordonner de les exterminer. Il avait néanmoins oublié deux choses : l'extermination de la menace n'était pas prévue dans le contrat, et nous n'étions pas des tueurs... Du moins pas encore. Et s'il voulait rajouter une clause au contrat, et il allait devoir augmenter la prime finale de la mission. C'était comme ça que marchait les affaires ! 

« Si vous voulez qu'on extermine quelqu'un, augmentez la prime finale de la mission, et rajoutez une clause à notre contrat, puisque c'est pas prévu de base. Et puis, nous ne sommes pas des tueurs au cas où vous ne l'auriez pas encore compris. Retournez dans votre tente et laissez nous faire notre travail, comment voulez-vous que l'on vous protège correctement si vous vous montrez devant la menace ? »

J'interpellais alors Aliénore qui était restée en bas, et je lui adressais un simple sourire, avec un hochement de tête. Il ne s'agissait pas de grand chose, aucun mot, mais mon sourire et mon regard pouvait tout exprimer. Ce n'était pas un sourire amical. Il s'agissait presque d'un sourire sadique, comme pour lui indiquer d'être vive : les hostilités allaient commencer. Mon aura de foudre avait augmenté autour de moi, créant des vagues d'énergies électriques qui faisaient claquer l'air. J'illuminais dans les cieux, avec cette puissante aura doré autour de moi, faisant même flotter mes cheveux. Mes bras étaient ouvert de part et d'autre autour de moi, et Alba n'eut besoin d'aucun signal, elle comprit de suite. Elle libéra un cri strident, digne des plus dangereux rapaces, et prit trois mètres de hauteur en plus, surplombant ce qui allait bientôt devenir un véritable champ de bataille. Des étincelles éparses dans le ciel apparurent avant de prendre forme de boulets de foudre, en lévitation dans les cieux. Mon Lightning Mine's Field était certainement l'une de mes techniques les plus efficace... Je n'allais tout de même pas sortir un Raging Bolt d'entrée de jeu ! Cette association humanitaire allait connaître ce qu'était la colère des cieux. 

« Que le Tonnerre gronde, et que le Ciel hurle. Alba, illumine-moi ces cieux, offre moi un torrent de flammes, et transformons ces Landes en Enfer. Vous avez trente secondes pour fuir, ou rôtir. »

J'avais confiance en Aliénore pour qu'elle puisse s'abriter correctement. De toute façon, toute la zone du campement serait épargnée, et elle pouvait tout aussi bien permuter le sol pour se protéger. Quant aux autres, je n'allais pas les épargner, il en resterait forcément quelques-uns pour parler. Mes mains se retournèrent alors vers le sol, et les orbes tombèrent, comme si elles étaient soudainement devenues sensibles à la gravité. Elles étaient destinées à exploser au moindre contact, mais Alba et moi allions augmenter leur potentiel destructeur. Le phœnix ouvrit alors grand ses ailes, et s'embrasa comme un volcan. La température s'éleva, s'ajoutant alors à l'atmosphère électrique. En battant des ailes, des gerbes de feu jaillirent, et une pluie de feu allait rencontrer la pluie de foudre pour en augmenter le potentiel, en y mêlant du feu, mais aussi en augmentant la puissance des explosions. C'était le moment pour ces individus de fuir, ou du moins l'était-ce enfin pour une véritable raison. 



_________________






L’Étincelle ne fait qu'apparaitre, tandis que la légende, elle, ne fait que naître...



Merci à Anna pour cette merveilleuse sign *-*
Aliénore Delle Battaglia
Mage de Blue PegasusMage de Blue Pegasus

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 30/11/2015
Âge : 22
Magie / Malédiction / CS : Rankinjutsu - Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.900
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   Mer 13 Sep - 1:07
Mademoiselle Delle Battaglia ne put s’empêcher de lâcher un profond soupir en voyant et en entendant monsieur Hibana. Toujours dans l’excès le plus complet. Certes cela pouvait faire le charme du jeune homme. Mais diable que cela pouvait être surfait. Il manquait beaucoup trop de naturel dans sa manifestation et devant un public avertit, il aurait fait un demi-échec. Demi car le jeu de son et lumière ne pouvait qu’emballer les spectateurs, exception faites d’Aliénore qui se concentrait davantage sur les membres de cette association humanitaire. Il n’empêche qu’une fois tout ceci terminé, une petite discussion s’imposerait pour que monsieur Hibana puisse entrer entièrement dans son personnage, pour qu’il le transcende, l’intègre et le fasse vivre au-delà de son propre soit.

Cependant trêve de bavardage. La leçon pouvait attendre, la mission non. Et au vu de l’insistance de ce bénévole, il était évident qu’elle ne pouvait pas du tout attendre. Il était irritant à absolument vouloir regarder avec ses comparses le contenu des tentes. Ses explications, son manque d’assurance et sa couardise ne pouvaient qu’irriter davantage la Pégase qui gardait un regard froid. Elle redirigea le au fur et à mesure vers le dernier vestige de ce qui aurait dû être une « intervention humanitaire ». Un vestige à l’origine de sa propre érosion. Son discours n’avait rien de convaincant et son comportement le décrédibilisait. Sans compter sa soudaine crise de panique qui, en plus de montrer pour de bon qu’il n’avait pas l’étoffe d’un homme digne de ce nom, enfoncé un porte ouverte.

Il était plus qu’évident que l’employeur de mademoiselle Delle Battaglia et monsieur Hibana avait quelque chose à cacher. Le fils du riche homme aussi d’ailleurs. Toutefois, il n’était pas du ressort de l’Alchimiste et de la boule tesla de mener une enquête. Leur travail consistait à protéger ces gens. Ainsi, Aliénore était catégorique sur deux points : d’abord personne n’entrerait dans ce campement, ensuite ni elle ni monsieur Hibana n’y entreraient sans y être invités. Elle confirmait donc sans rien dire la dernière sommation de monsieur Hibana.

Cette position n’empêchait pas la jeune femme de penser à ce qui pouvait susciter tant de mystère chez cet homme d’affaire, pensée alimenter par l’intervention plus qu’inopportune de leur employeur.
En plus d’intervenir dans un moment quelque peu tendu, bien que faire peur à un froussard, si tant est qu’il s’agisse d’un froussard, ne soit pas très difficile et ne requiert pas une concentration hors norme, la teneur macabre de l’intervention ne pouvait qu’apporter de l’eau au moulin de pensée de l’Alchimiste. En entendant leur employeur, elle se tourna vers lui sans rien dire. Son trésor ? Voilà qui devenait intéressant. Toutefois, elle devait, cette fois-ci tout sauf à contre cœur, temporiser la rusticité des propos de son camarade. Le riche homme semblait aussi susceptible que stupide et il serait capable de les congédier au beau milieu de cette situation. Or, être congdié signifiait ne pas être payé et surtout ne pas pouvoir connaître le fin mot de cette histoire.


« Cher monsieur, quelle agréable surprise de vous voir en dehors de votre tente à une heure aussi tardive. Nous sommes vraiment désolés que cela prenne du temps mais vous comprendrez qu’il ne nous est pas vraiment possible d’exterminer ces personnes. Par contre, nous pouvons faire en sorte de leur passer le goût de revenir ou même d’envisager de vous approcher de nouveau. Toutefois… »

Aliénore capta du coin de l’œil le sourire de monsieur Hibana et il ne lui en fallut pas plus pour comprendre que le jeune homme allait carboniser tout ce qui se trouvait dans la zone. Autrement dit, qu’il allait se donner outrancièrement en spectacle. La jeune femme s’approcha donc de la limite du camps en face de l’employeur.

« Toutefois donc au vu des moyens que mon camarade va déployer, je vous conseille, humblement, de retourner dans votre tente et avertir votre famille qu’il risque d’y avoir un peu de bruit. Si cela peut vous rassurer davantage, ce serait un plaisir de vous raccompagner. »

Diable que devoir jouer autant la comédie avec ce porc pouvait l’énerver. Mais c’était pour le bien commun alors bon.

Ne souhaitant pas vraiment être transformée paratonnerre, Mademoiselle Delle Battaglia transmuta une muraille derrière elle à l’instant où le premier éclaire jaillit. Ainsi, elle serait protégée tout comme leur employeur des vague de vents chauds et de quelques éclairs taquins.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]   

Camping ou décamper ? [Mission | PV Aliénore]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Landes Paisibles
-