Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]

AuteurMessage
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   Lun 19 Sep - 2:57

Hmm… Où est-ce que j’étais déjà ? Aie… Ah oui, je m’en souvenais maintenant. Ha ! Quelle ironie, je me trouvais actuellement dans la forêt de Mogwall. Comment était-elle décrite déjà ? « Située au cœur d’une des rares forêts sans danger de Fiore, Mogwall… » Bref, d’après cette description, tout portait à croire que j’étais sain et sauf dans cette forêt, non ? Et pourtant – Aie ! – j’étais loin d’être sain, et encore moins sauf. J’avais mal. Oh oui, j’avais mal. Où ça ? Partout ! Où ça précisément ? Euh… Il me serait sans doute largement plus simple de dire où je n’avais pas mal, ou plutôt où je n’étais pas blessé. Pff… Blessé ? Le mot était faible ! Au vu de mon rythme respiratoire, du fait que j’étais incapable de bouger le petit doigt, et de la quantité de sang que j’avais perdu depuis le début de cette histoire… Yep, tout portait à croire que j’étais mourant. Hmm… C’était quoi ce bruit ? Et pourquoi il faisait noir ici ? Une voix ? Est-ce que quelqu’un était en train de m’appeler ? Qu’est-ce qu’on me voulait encore ? C’était que je connaissais cette voix en plus… Hermès ? Ah la la… Je l’entendais à peine en plus. Pour le coup, ce n’étais pas du tout un bon signe. Après tout, je me souvenais vaguement l’avoir reposé sur ma tête juste après avoir libéré les otages. Hein ? Les otages ? Mais dans quel pétrin je m’étais encore fourré moi ? Bon, allez, un petit effort pour écouter ce qu’essayait de me dire Hermès. Ouvrir les yeux ? Pourquoi me disait-il cela alors que je voyais parfaitement bien ? Ce n’était quand même pas de ma faute s’il faisait noir, si ? Ah.. Bah si en fait, j’avais bien les paupières fermées. Gros effort pour les ouvrir, ou plutôt les entrouvrir. Wow… Le sol était vachement éloigné ! Bon d’accord, j’avais quelques notions en télékinésie mais, jamais ô grand jamais, je n’avais été capable de me léviter aussi haut, et surtout avec un pied d’ores et déjà dans la tombe. Qu’est-ce qu’il m’était arrivé déjà ?

« Tobias ! Hey Tobias ! Ouvre les yeux ! Dépêche-toi ! Hey ! Debout ! Ouvre les yeux ! Tu m’entends ? Tu vas te réveiller à la fin !! »
« Chhhhhhhhhut… Ici Tob-..Tobias. Je su-… Yeux… Ouverts… Pas la…pei-..peine…Crier… »
« Enfin ! Allez, dépêche-toi de te libérer de ces chaînes et botte les fesses de cette sadique ! »

Chaines ? Sadique ? Hmm…Ça me revenait maintenant. Dekaï Island. Tanya. Les gamins. L’attaque. L’éclair. Trou noir. Mogwall. L’abruti. La flèche. Les flèches. Douleur. Douleur. Douleur. Trou noir. Et le réveil là quelques secondes plus tôt. C’était qu’il s’en était passé des choses depuis cet épisode avec Rei et Selena. Pourtant, il ne s’était pas écoulé tant de temps que ça depuis ce moment. Quelques jours seulement. Enfin bref, là n’était pas le plus important. Comme l’avait si bien dit Hermès, je devais me libérer pour botter la sadique. Je me souvenais de tout maintenant. Le problème, c’était qu’avec tous ces souvenirs en tête, j’en étais arrivé à une conclusion qui n’avait rien d’une bonne chose. Et pourtant, je ne paniquais pas. Étrangement, j’étais calme, serein. Résigné ? Non, ce n’était pas le mot que j’utiliserais. Apaisé serait plus juste. J’avais accepté la situation. Je savais que non seulement elle ne changerait pas, mais aussi que je n’avais – dans tous les cas – plus aucune influence sur celle-ci. C’était comme ça, et c’était tout. Ce fut donc avec une voix parfaitement calme que j’annonçais à Hermès ce simple fait :

« Je…ne peux pas… me libérer. »
« Arrête de mentir, depuis le temps que tu joues au chat et à la souris avec elle, je sais que tu as récupéré suffisamment de magie pour te transformer et la vaincre ! »
« Tu as…oublié…un para-..paramètre important... Peu importe…mes réserves…magiques. Je ne suis…pas en état…de les…utiliser. »

Certes, je racontais beaucoup de bêtises. J’en balançais même encore plus pour bluffer et tromper mes adversaires. Jouer la comédie, mentir, feinter, et ainsi de suite, c’était ma façon de faire. J’adorais ça et je ne m’en étais jamais lassé ! Le truc, c’était que, là, je ne mentais pas. Je ne bluffais pas. Je ne jouais pas la comédie. Je ne cherchais pas à tromper un ami pour mieux piéger celle que j’étais supposé affronter. Loin de là, j’étais juste honnête avec Hermès – mon fameux béret – qui m’accompagnait depuis un bon bout de temps maintenant. Il survivrait probablement. Après tout, ce n’était pas lui qui s’était amusé à ruiner le plan de cette sorcière qui jouait avec moi comme un prédateur jouerait avec sa proie une fois celle-ci dos au mur. D’un autre côté, le connaissant, il y avait moyen qu’il soit parvenu à l’énerver suffisamment – durant leur bref temps passé ensemble – pour qu’elle veuille éradiquer son existence à lui aussi. Après avoir retrouvé la mémoire sur ce tout ce qu’il s’était passé au cours de ces deux derniers jours, mais surtout au cours de ces dernières heures, j’étais forcé de constater qu’il s’agissait du bout du chemin pour moi. Je n’irais pas plus loin. D’ailleurs, quand bien même, cette ex-membre de l’Armée runique déciderait de ne pas m’achever, mes blessures devraient suffire à m’achever si je ne recevais pas un minimum de soin et très vite. Mon corps était recouvert de blessures. Je ne ressemblais franchement plus à rien. Si on cherchait à dresser l’inventaire zone par zone, on aurait très vite l’impression que je m’étais retrouvé confronté à une armée de mages disposant tous d’une magie différente. Or, seule une personne était parvenue à me mettre dans cet état, et il s’agissait d’une mercenaire en plus.

J’étais en grande partie recouvert d’entailles et de blessures ouvertes. De tailles diverses et variées, elles expliquaient la quantité de sang que j’avais perdu et une partie de ma faiblesse actuelle. Pour le reste, il y avait aussi quelques hématomes bien larges, mais aussi des brûlures par endroit, ainsi que des engelures et des traces évidentes démontrant que j’avais été électrocuté à plusieurs reprises. Sans doute pour ça que j’avais sombré un petit moment dans l’inconscience… Du sang s’écoulait également de l’une de mes oreilles. Je n’entendais plus rien avec celle-ci d’ailleurs, d’où mes problèmes pour entendre distinctement Hermès à mon réveil. En ce qui concernait ma blessure la plus grave ? Oh pas grand-chose, juste un trou au niveau de la ceinture abdominale. Celui-ci aurait d’ailleurs été bien plus large si je n’avais pas été sous ma forme de Magoa au moment de l’encaisser. J’avais été légèrement chanceux sur ce coup-là. Enfin, j’étais trempé d’eau de la tête aux pieds. Oui, ça n’avait rien à voir avec mes blessures, mais ça restait un détail important sur mon état actuel ! Sinon, pour en revenir à cette histoire de chaînes. Voilà, pour faire simple, j’étais enchaîné. Chacun de mes membres était lié par trois chaînes elles-mêmes reliées à deux arbres. Les bras écartés en l’air et les jambes écartées également, je ressemblais littéralement à un « X », soit la cible parfaite pour jouer les snipers, ou – dans ce cas précis – travailler sa précision en temps qu’archère.

« Fini de jouer. Tu auras bien résisté jusque-là, ce qui est un bon point pour toi. Le problème, vois-tu, c’est que tu n’es pas ma seule cible et tu m’as fait perdre suffisamment de temps comme ça… »
« Dit-elle alors qu’elle s’est amusée à t’électrocuter encore et encore jusqu’à ce que tu perdes connaissance… »
« Je dois admettre que je suis un peu déçu quand même… De la part de quelqu’un qui a survécu aux Regalias et à un véritable Dragon, je ne m’attendais pas à m’en sortir sans la moindre égratignure… Et pourtant… »
« Elle…parle…beaucoup… »
« Tu l’aurais entendue pendant que t’étais out, elle faisait carrément la conversation en imitant ta voix… Très mauvaise imitation. Elle adore sa propre voix et a pris la grosse tête... Y’a moyen qu’elle veuille faire empailler ta tête pour la garder en souvenir… »

Non mais quelle horreur ! Faire empailler ma tête pour en faire un trophée ? Fallait carrément être malade pour ne serait-ce que penser à un truc pareil ! Le pire restait quand même sa voix. Je ne saurais même pas la décrire, mais le simple fait que sa voix porte suffisamment pour m’atteindre malgré le fait qu’elle se trouve à quelques dizaines de mètres de moi me permettait d’en déduire qu’elle utilisait un objet magique pour amplifier le son de ses paroles. C’était malin, mais ça prouvait une chose : malgré mon état, elle avait toujours peur de moi. Blessés comme jamais, immobilisés par ses chaînes, sur le point de sombrer de nouveau dans l’inconscience pour ne plus me réveiller, et pourtant, malgré ses propos donnant l’impression que je ne lui arrivais pas à la cheville, elle préférait quand même garder ses distances. Ou alors, elle préférait simplement m’achever de loin. Le moment approchait, je le sentais. D’ici quelques instants, elle décocherait une dernière flèche pour en finir une bonne fois pour toute avec moi.

« Ne t’en fais pas, je raconterai à tout le monde que tu t’es battu vaillamment et jusqu’au bout… »
« C’est la…fin…Hermès… Tu salueras…Arya et…Tanya…pour moi… »
« … Message reçu. »
« Je leur chanterai tes louanges en expliquant en détails que tu as donné tout ce que tu avais, te battant tel un forcené ! Ils sauront que jusqu’à ton dernier souffle, tu méritais ton surnom. Malheureusement pour toi, en ce jour, tu es tombée sur moi. Aujourd’hui, je t’ai vaincu El Diablo ! »

L’instant d’après, elle décocha sa flèche.



Dernière édition par Tobias Grant le Ven 16 Déc - 23:31, édité 1 fois
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   Mer 21 Sep - 7:20

~~ 48 heures plus tôt ~~

Esquive… Esquive…Parade…Oups…Frappe ? Non pas maintenant ! Parade ! Parade ! Esquive rotative ! Bond en arrière et hop, voilà que je détalais de nouveau pour mettre le plus de distance entre nous avant qu’elle ne se remette à me taper dessus gratuitement ! D’un autre côté, si jamais elle me rattrapait après m’avoir vu fuir délibérément, la sanction serait encore pire ! Ça se voyait à son regard en plus. Yep, elle n’attendait qu’une chose : c’était de pouvoir s’autoriser à utiliser le reste de son arsenal magique sur moi. Pourtant, on s’était bien mis d’accord dès le départ : pas de magie. Le but n’était pas de ravager les environs, et encore moins à cette heure-ci ! Non mais franchement, pourquoi faire preuve de temps d’enthousiasme à l’idée de pouvoir me taper dessus ? Que pouvait-il y avoir de si gratifiant au point de la faire pratiquement saliver d’impatience ? Honnêtement, n’étais-je pas le parfait exemple de la personne avec qui on pouvait toujours s’entendre et qui ne posait jamais de problème ? On était bien d’accords, elle abusait ! A croire qu’un truc avait cloché dans son éducation à Mogwall. Quand je regardais les autres qu’elle avait trimballés avec elle, ils n’étaient pas du tout comme ça. Bien au contraire même, ils prônaient tous la paix, la sérénité, la discrétion et la non-violence. Bon, côté discrétion, tout allait bien, voire même un peu trop bien vu que je n’entendais jamais parler d’elle et qu’elle était toujours celle qui me contactait. Personnellement, j’aurais plus de chance de l’atteindre en balançant un caillou de toutes mes forces dans une direction au hasard. Elle, par contre, elle avait un don pour toujours savoir où je me trouvais. Ainsi, dès qu’elle cherchait à me voir pour me parler ou me taper dessus, elle m’envoyait une lettre avec la date et le lieu du rendez-vous. Après, j’avais tout intérêt à y être si je ne voulais pas la voir surgir de nulle part au pire moment possible…

De qui je parlais ? Bah, de Tanya bien sûr. Ah oui, forcément, vous n’étiez pas vraiment au courant de son existence ou même du fait que je connaissais quelqu’un avec ce nom-là. Donc, Tanya était…une fille, ou plutôt une jeune femme de mon âge – à peu près – que je connaissais depuis mes débuts à Lamia Scale, donc plus d’une décennie. Nope, je ne l’avais pas rencontrée à la guilde. Elle n’avait jamais eu aucun lien avec Lamia Scale, si ce n’était à travers moi. Elle n’était pas une mage, mais une mercenaire. Adepte de la lance, elle avait – au fil des années – complété petit à petit son arsenal magique de sorte à compléter au maximum son style de combat de base qui impliquait le maniement de cette arme. D’ailleurs, en ce moment même, elle était plus ou moins en train de m’entraîner afin que je m’améliore dans l’utilisation de cette même arme. C’était d’ailleurs la raison pour laquelle je m’étais acheté une lance rétractable. Non seulement, cela me servait à modifier mon style de combat pour être moins reconnaissable avec mon manteau d’anonymat, mais en plus, je connaissais une personne experte dans le domaine pour m’apprendre au mieux à m’en servir. Pourquoi je disais qu’elle était plus ou moins en train de me rendre service ? Tout simplement parce qu’elle avait une façon bien à elle de le faire. En gros, elle m’attaquait sans relâche et j’avais tout intérêt à me défendre au mieux si je ne voulais pas me faire massacrer !! Bien entendu, elle se retenait un minimum. Autrement, je n’aurais même pas le temps de la voir bouger ou même effectuer des mouvements avec son arme tant elle était efficace – voire carrément létale – avec celle-ci. Quelque part, j’avais très vite compris que ce ne serait pas en quelques leçons et quelques mois d’expériences que j’atteindrais le niveau qu’elle avait acquis en plus d’une quinzaine d’années. J’étais raisonnable. Cependant, en m’habituant à voir ce que donnait une pro dans ce domaine, je serais plus à même de les combattre à ma façon, c’était-à-dire, en couplant ma lance à mon style de combat rapproché histoire de développer ma propre signature.

Le soleil étant tout juste en train de se lever, j’avais volontairement cherché à gagner du temps pour profiter de ce moment durant notre petit entraînement. Au passage, on était sur Dekaï Island actuellement. Quelques jours plus tôt, j’avais croisé Rei et Selena ici. La raison de ma présence provenait justement du fait que j’attendais Tanya en tentant de faire profil bas. A cause d’Hermès – qui était d’ailleurs puni – ça n’avait pas duré très longtemps. Néanmoins, le fait que je sois toujours en vie en disait suffisamment sur ce qu’il s’était passé lors de cette triple rencontre. Le soleil commençant donc à pointer le bout de son nez, j’avais fait en sorte de me placer dos à celui-ci afin de le cacher un minimum à ma partenaire de combat. Celle-ci – comme à son habitude durant nos entraînements – était à fond dedans et me bondissait littéralement dessus avec sa lance à la main. M’arrêtant net de fuir, je fis tournoyer ma lance au-dessus de ma tête afin d’attirer son attention en haut. Dans le même temps, je tapai du pied directement dans le sable afin de lui en envoyer dans les yeux pour l’aveugler et en profiter. Naturellement, elle l’avait vu venir – elle me connaissait bien depuis le temps – et s’était protégée avec son bras libre. Malheureusement pour elle, le coup du sable n’était qu’une feinte. En effet, au moment où elle abaissa son bras, je me baissai à mon tour afin qu’elle se retrouve avec la lumière du soleil directement dans les yeux pour – encore une fois – l’aveugler. Et oui, mes plans n’étaient jamais simples. Ici, il y avait eu trois phases. La première consistait à prendre de la distance et attendre le lever du soleil. La seconde consistait à lui faire croire que je cherchais depuis le départ à utiliser le sable pour l’aveugler. Et la dernière consistait à la prendre complètement au dépourvu avec la lumière du soleil qui venait tout juste de se lever ! Armé de ma lance, j’abattis violemment celle-ci en direction d’une Tanya aveuglée par le soleil pour en finir avec cet entraînement et gagner cette manche !

« Idiot… »
« Hein !? »

Mon coup fut stoppé net par sa propre lance. L’instant d’après, elle faisait tournoyer celle-ci pour me balayer les jambes, avant de m’immobiliser un bras avec son pied pour venir planter la pointe de sa lance au niveau de mon cou !! Cette manche, elle l’avait encore remportée ! Levant mon regard vers elle, je fus ébahi en voyant qu’elle avait les yeux fermés. Venait-elle vraiment de me botter les fesses sans même me voir ?

« Depuis le temps, tu penses vraiment que je suis assez naïve pour me faire avoir par tes plans vicieux ? En plus, il me suffit d’écouter le son que produit ta lance pour savoir où et comment tu vas frapper. Tu apprendras, cher apprenti, que je n’ai pas du tout besoin de te voir pour te botter les fesses. »

Alors là, je ne m’y étais pas du tout attendu à celle-là. Certes, ce qu’elle disait était plus que logique. Mais bon, c’était une chose de comprendre, et c’en était une autre d’accepter qu’une personne soit capable – sans regarder – de vous mettre au tapis. Bon, c’était quand même rassurant d’avoir une telle personne disponible pour me donner quelques leçons et m’aider à progresser. Clairement, si je l’avais vaincue aussi tôt, il aurait fallu que je me trouve un autre professeur pour m’améliorer. Dans le pire des cas, j’aurais pris la grosse tête et me serais dit que puisque je l’avais vaincue elle avec quelques magouilles, je pourrais faire de même avec toute personne spécialisée dans un domaine bien précis. Éclatant de rire suite à ma défaite cuisante, je me permis une petite remarque en lui tirant la langue :

« Si tu étais si douée que ça, les gens auraient entendu parler de toi. »
« Pff… Tu sais très bien pourquoi ce n’est pas le cas… »

C’était un sujet sur lequel elle n’aimait pas trop rigoler. De mon côté, avec le don que j’avais pour jouer avec le feu, il m’arrivait assez régulièrement de balancer des petites remarques à ce sujet pour voir si elle était toujours aussi motivée ou si elle changerait de voie un de ces jours. En effet, comme je le disais plus tôt, niveau discrétion, il n’y avait rien à redire sur elle. Elle n’était connue nulle part – si ce n’était par Mogwall, son village natal – et pour tout vous dire, je ne connaissais toujours pas son nom de famille ! Et pourtant, je l’avais rencontrée pour la première fois lorsque j’avais 14 ans. Fraîchement débarqué, je devais jouer les baby-sitters pour ce couple qui avait décidé de s’offrir un petit frisson en allant dîner à Oak Town. Entre nous, le gars cherchait simplement à impressionner sa copine en jouant les sans-peurs, tandis qu’il avait secrètement publié cet ordre de mission pour être protégé pendant son rencard. L’avantage, c’était qu’il s’agissait d’une mission toute simple que moi – sans magie à l’époque – étais largement capable de remplir en solo. Les seuls dangers potentiels provenant des ivrognes qui pourraient – avec beaucoup de mal chance – s’en prendre à eux, ou des voleurs après leur argent. Au final, le seul danger provint d’une personne que j’avais remarquée plus tôt dans la soirée. Celle-ci nous avait suivi du début à la fin et je n’avais pas compris pourquoi. Ainsi, sur le chemin du retour, alors que nous quittions la zone dangereuse, j’étais passé à l’attaque. Ni une, ni deux, je m’étais retrouvé au tapis avec une lance pointée sur mon cou. Techniquement parlant, ma mission avait été un succès. Personnellement, j’avais très mal pris ma défaite ainsi que le fait que la personne m’ayant latté s’était barrée sans dire un mot : cette personne, c’était Tanya. Je n’appris que des années plus tard que celle-ci s’était auto attribuée le rôle de protéger la copine dans l’histoire.

Oui, j’avais bien parlé d’auto-attribution. La vérité, c’était que Tanya jouait les héros. Depuis toute petite – d’après ce qu’elle m’avait dit – elle cherchait à aider son prochain et à faire de Fiore un Royaume moins dangereux. C’était la raison pour laquelle elle s’était acharnée à ce point durant ses entraînements quotidiens, mais aussi la raison pour laquelle elle n’existait pas vraiment, autrement que dans son village natal. Elle jouait les héros qui restaient dans l’ombre. Elle aidait sans qu’on la voit, sans rien demander en retour et risquait constamment sa vie pour sauver telle ou telle personne de telle ou telle situation ! Au fil des années, elle était quand même parvenue à se constituer tout un groupe partageant le même désir et les mêmes valeurs qu’elle. Ensemble, ils œuvraient discrètement dans tout le Royaume afin de protéger les innocents. Donc, quelque part, ce n’était pas parce qu’elle manquait de talent qu’elle était méconnue à l’échelle du Royaume, mais c’était bel et bien parce qu’elle était tellement douée dans ce qu’elle faisait que personne ne se rendait compte de ses actions ! Elle faisait preuve d’une telle discrétion et d’une telle précision que les gens s’estimaient simplement chanceux, ou malchanceux selon son humeur. Forcément, là où il y avait du très bon chez ceux qui jouaient les héros de l’ombre, ce n’était pas vraiment facile à vivre tous les jours. Chaque fois qu’elle se retrouvait confrontée à une situation, elle devait se dépêcher de choisir entre sauver et/ou protéger la victime et neutraliser et/ou éliminer la menace. Sachant de quoi elle était capable, il m’arrivait de reconnaître son empreinte – sa signature – en lisant entre les lignes d’un article ou en écoutant des gens parler dans les rues. Le truc, c’était que ça ne dépassait pas le murmure. Et jusqu’à maintenant, sachant qu’il s’agissait de bonnes actions, personne ne cherchait vraiment à enquêter. Ce serait le meilleur moyen de gâcher tout leur travail.

« Debout ! Le solei est levé, donc fin du cours. »
«… Ô joie ! C’est reparti pour du baby-sitting… »

Tanya n’était pas venue seul, loin de là même. Elle avait ramené avec elle une douzaine de Mogwalliens – des enfants et adolescents – pour leur faire visiter l’extérieur de leur village. Grosso modo, elle était chargée de jouer les guides pour qu’ils puissent découvrir un peu ce que le Royaume avait à leur offrir niveau paysage, etc… mais aussi de les protéger de toute source de danger. Provenant d’un village indétectable pour toute personne étrangère, il n’était pas difficile d’imaginer ce qu’une personne cherchant à profiter d’une telle cachette serait prête à faire en apprenant pour cette petite visite extérieure. Mine de rien, si elle avait choisi ce moment-là pour décider de notre meeting, ce n’était pas juste parce que je lui manquais. Avec autant de personnes à surveiller, un atout supplémentaire dans sa manche ne serait pas de trop. Avec Arya, Hermès et moi, elle avait largement assez d’aide pour gérer une douzaine de mineurs. La première était particulièrement appréciée par la gente féminine qui la traitait comme si elle était de sang royale et Arya adorait ça. Le second n’arrêtait pas de se plaindre parce qu’il n’y avait que des enfants – et adolescents – et donc personne à mater. Dans un univers parallèle, il aurait pu y avoir Tanya. Malheureusement pour lui, elle avait très vite cerné le personnage et mis les choses au clair avec l’un des effets magiques de sa lance. Résultat, le pauvre était traumatisé à vie et était donc incapable de la regarder ou de tourner son regard dans sa direction. Ajouté à cela, puisqu’il m’avait attiré des problèmes avec Rei et Selena, j’avais révélé le fait que mon béret parlait à tous les touristes Mogwalliens. Ceux-ci s’étaient aussitôt mis à jouer avec lui en s’en servant comme d’un frisbee sur la plage de Dekaï Island. En ce qui me concernait, je n’étais pas vraiment enthousiasmé par ce baby-sitting. Je n’avais pas quitté Lamia Scale pour m’occuper de touristes. Je préférerais grandement continuer l’entraînement ou – mieux encore – entamer directement mon projet.

Le hic, c’était que j’avais besoin d’atouts de mon côté aussi. J’aidais donc Tanya avec les membres de son village dans l’espoir qu’elle m’apporte un coup de main à sa façon. L’avantage de travailler dans l’ombre, c’était qu’on était soit très informé soi-même à force de glaner des informations à gauche et à droite, soit on était doté de tout un réseau capable justement de récolter ces informations pour soi. Cette mercenaire disposait des deux. De plus, elle connaissait mon projet – dont je lui avais parlé durant notre petit combat – et se doutait que j’aurais besoin d’elle. Je n’avais donc plus qu’à prendre sur moi et attendre patiemment qu’elle daigne me donner quelque chose. Tandis qu’on se rapprochait du campement de ses compagnons de route, elle finit par me tendre une perche que je n’avais pas du tout prévu :


« Au fait, le Rei dont tu m’as parlé… Je suis sûr qu’il pourrait t’aider dans ton projet. Dommage pour toi, il vient de se faire capturer. »
« Quoi ?! Comment ça m’aider ? Et qui a bien pu l’arrêter ? »
« D’après ce qu’on m’a dit, il s’agit d’une constellationniste qui a rejoint l’Armée cette année… Elle s’appelle... »
« Oh non, ne me dit pas que… »
«…Myrcella Heaven. Tu la connais ? »

Comment répondre à cette question ?



Tanya:
 
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   Dim 9 Oct - 1:59

Ainsi, Rei s’était fait capturer. Cette simple nouvelle m’avait pris au dépourvu. Je ne n’étais clairement pas attendu à ce que quelqu’un de son calibre se fasse avoir comme ça sans que je n’en entende parler. D’un autre côté, j’étais plutôt isolé ici sur Dekaï Island, et puisque je cherchais à me faire discret, j’avais fait en sorte d’éviter les zones trop peuplées en attendant l’arrivée de Tanya. Résultat, je n’avais pas pris le temps de consulter les news dans le Sorcerer Magazine. Ma réaction était donc on ne peut plus honnête compte-tenu de la bombe qu’elle venait de me balancer. Pire encore, elle avait commencé à me dire qu’il s’était fait arrêter par une constellationniste qui avait rejoint l’Armée il y avait moins d’un an. En clair, non seulement il s’agissait d’une pseudo-nouvelle recrue, mais en plus, il s’agissait de quelqu’un que j’avais rencontré juste avant qu’elle ne rejoigne justement cette Armée : Myrcella Heaven. Alors là, si je m’attendais à ça… Je ne comprenais plus rien pour le coup. J’étais scotché. Comment avait-elle fait ? Comment s’y était-elle prise ? La réponse me parvint très vite quand Tanya m’appris que l’arrestation avait eu lieu à la Bibliothèque de la magie, et Rei s’était rendu après s’être retrouvé blessé et encerclé au moment où il parvenait à sortir de cette fameuse bibliothèque. Wow ! C’était qu’elle était vachement bien renseignée ! Bon, au moins, j’avais ma réponse maintenant. En ce qui concernait ma professeure de combat à la lance, elle attendait toujours la sienne par contre. Au vu du regard noir qu’elle me lançait, je compris qu’il valait mieux que je lui réponde en vitesse. De plus, nous nous approchions de plus en plus du campement de la troupe qu’on devait baby-sitter, donc mieux valait terminer les sujets sensibles en vitesse.

« Plus ou moins. Hermès et moi l’avons rencontrée juste avant qu’elle ne rejoigne l’Armée… »
« Hermès et toi… Je te souhaite bonne chance lors de votre prochaine rencontre alors… Quelque chose me dit qu’elle n’appréciera pas trop tes projets… »
« Ne m’en parle pas, devoir éviter tout contact avec mon ancienne vie ne sera pas une partie de plaisir ! »

C’était le seul inconvénient que me posaient réellement mes plans. Toute interaction avec une personne qui me connaissait en tant que mage officiel de Lamia Scale pourrait potentiellement être accusée de complicité si elle ne me dénonçait pas. Bien entendu, cela ne serait le cas qu’une fois que mes activités secrètes seraient révélées au grand jour. Pour l’instant, je n’avais commis aucun crime, j’étais donc libre de traîner en public avec qui je voulais. Cependant, je me faisais quand même discret puisque les professionnels de l’investigation chercheraient probablement à retracer mon parcours dès lors qu’ils entameraient une enquête. Il ne serait alors pas compliqué de comprendre que tout avait commencé juste après mon départ de Lamia Scale. A partir de ce moment-là, les moindres de mes faits et gestes en tant que Tobias Grant et le mystérieux homme au visage obscurci seraient passés au crible. Techniquement, le fait de savoir que je me trouvais actuellement sur cette île n’était pas très important. Après tout, je m’entraînais au maniement de la lance durant la nuit, donc personne ne me voyait. Et la journée, j’étais avec Tanya et les Mogwalliens – qui passaient pour de simples touristes – donc rien de suspect là-dessus. Yep, je ne rigolais pas du tout avec ça. J’étais parfaitement au courant de la voie que je m’apprêtais à emprunter, et c’était mon rôle que de faire en sorte que personne – mis à part moi – ne tombe dans le cas où j’échouerais dans ma tâche et me ferais prendre. D’un autre côté, la demoiselle à la chevelure pourpre – soit Tanya – n’avait pas tort : un peu d’aide ne me ferait pas de mal. Après, avait-elle aussi raison en mentionnant le fait que Rei pourrait m’aider ? Là, pour le moment, je demandais à être convaincu, ou plutôt, il me faudrait y réfléchir sérieusement pour comprendre son raisonnement.

Les enfants réveillés, nous cessâmes aussitôt de parler de sujets sensibles et nous mîmes au travail pour nous occuper d’eux. Certes, il n’y avait pas que des gosses dans le lot : il y avait aussi des adolescents. Le problème, c’était que j’avais passé l’âge où j’étais capable de les supporter. Bon d’accord, j’étais un peu jeune pour en être déjà à ce stade. Cependant, j’avais pour habitude de traîner avec un tout autre type d’adolescent : les mages. Oui, exactement. Les adolescents capables d’utiliser la magie et qui se croyaient toujours plus malins que les autres parce qu’ils étaient capables de mieux se défendre que les non-mages du même âge. Après, il y avait ceux qui se croyaient invincibles. Forcément, lorsqu’ils étaient à l’école ou à leur cours de violon ou autre activité en groupe du même genre, c’était eux qui jouaient les gros bras – aussi nommés les racailles des bacs à sable – pour terroriser leurs camarades et tenter d’imposer leur loi aux autres. Oh oui, ça existait. Certains étaient d’ailleurs envoyés vers les guildes par leurs propres parents afin de leur réapprendre les bonnes manières. Il n’y avait rien de tel qu’une guilde remplie de mages en tout genre pour refoutre un peu de plomb dans la tête d’adolescents qui avaient justement pris la grosse tête. Enfin bref, tout ça pour dire que j’avais beaucoup de mal avec les enfants lorsqu’ils atteignaient cette phase où ils pensaient avoir raison et être suffisamment grands pour décider par eux-mêmes comment ils allaient vivre leur vie. Dans ce cas précis, il s’agissait d’habitants de Mogwall, donc plus ou moins cachés et surprotégés en permanence. Compte-tenu du fait qu’ils devaient constamment garder la localisation de leur village secrète, il ne devait pas être facile pour eux d’aller et venir comme ils le désiraient. Ainsi, le simple fait de devoir être baby-sitté était un problème pour certains d’entre eux. Les plus jeunes s’en fichaient complètement, par contre, ils n’étaient là que pour profiter de la plage, du soleil et des Dauphins Dekaï ! A l’inverse, les plus âgés passaient leur temps à essayer de disparaître pour s’amuser dans leur coin, prétextant être suffisamment grands pour pouvoir s’occuper d’eux-mêmes sans surveillance… Ah la la, le plus amusant dans cette histoire était qu’aucun d’entre eux n’était capable d’utiliser la magie ou de se battre comme le ferait un mercenaire. Yep, parmi ce groupe que Tanya avait ramené, ils étaient tous inoffensifs.

Posé sur la plage, nonchalamment allongé sur un transat, j’effectuais mon travail de baby-sitter comme un pro en sirotant un cocktail bien frais. J’avais le groupe dont j’étais chargé juste devant moi. Certains jouaient toujours au frisbee avec Hermès qui n’arrêtait pas de hurler parce qu’il avait soi-disant la nausée. Allez savoir comment un béret pouvait avoir la tête qui tourne… Et puis, dans tous les cas, ce n’était pas comme s’il pouvait vomir ou autre, donc bon, je pouvais simplement le laisser souffrir un peu, je lui devais bien ça après toutes les galères qu’il m’avait apporté. Mis à part ceux-là, il y avait toujours le petit groupe de groupies qui traînaient autour d’Arya qui arborait à présent un collier à fleurs sur chacune de ses têtes. Autant dire qu’elle était limite en train de défiler sur le sable devant son fanclub pour leur montrer à quel point elle était jolie avec ce qu’on lui avait gentiment confectionné. Enfin, il y avait ceux qui pataugeaient dans l’eau. Ceux-ci se trouvaient pile dans ma ligne de mire et je leur accordais une attention toute particulière puisqu’Arya et Hermès pouvaient largement s’occuper des autres. En ce qui concernait Tanya, elle jouait actuellement les guides pour trois Mogwalliens qui s’intéressaient à la forêt. Ceux-ci avaient insisté pour observer attentivement la flore de l’île. Résultat, je me retrouvais coincé sur la plage à bronzer pendant qu’elle leur offrait une visite guidée. Pouvais-je me plaindre ? Pas vraiment, mais bon, c’était toujours amusant de râler avec elle juste pour la provoquer un peu. Enfin bref, le plus important, c’était que les gamins passent un bon moment. De plus, ce n’était pas comme si je me fatiguais énormément. Je profitais du soleil, de ma boisson et du fait que je pouvais me reposer un maximum avant de démarrer mon investigation.

Malheureusement, mon repos ne tarda pas à prendre fin. En effet, mon groupe se rassembla d’un coup autour de moi. Que me voulaient-ils ? Simple, ils voulaient rejoindre les autres et visiter la forêt eux aussi. Après, ils désiraient également faire un tour du côté de la montagne. Hmm… Bon, hop, il ne me restait plus qu’à remettre ma chemise à fleurs et à les guider jusqu’au fin fond de cette forêt je supposais. Je pris tout mon temps durant le trajet, marchant d’un pas lent afin qu’ils puissent profiter au maximum du paysage, mais aussi pour qu’ils puissent poser les questions qu’ils désiraient poser. Je fus ainsi bombardé de questions sur ma vie. Mon enfance, mon adolescence, mon entrée à Lamia Scale, mes premières missions, mes assimilations démoniaques, et ainsi de suite. Au bout d’un moment, les groupies commencèrent à me poser des questions sur Tanya et notre relation. Hermès se fit aussitôt entendre car lui aussi était curieux de savoir ce qu’il se passait réellement entre elle et moi. Bizarrement, je fus tout de suite de mon en moins loquace, un peu comme si j’avais perdu la capacité de m’exprimer vocalement. Étrange, non ? Ne leur répondant donc pas, je préférais attirer leur attention sur la flore de l’île, ainsi que sur le fait qu’on se rapprochait de la montagne.

« Courrez !! Retrouvez Tobias et restez avec lui jusqu’à mon retour !! Dépêchez-vous !! »
« Sérieusement…? »
« Soucis…Soucis… »

Aucun d’entre nous ne l’avait vue ni même aperçue. Néanmoins, on l’avait tous entendue hurler ses directives aux trois Mogwalliens dont elle s’était occupée jusque-là. La seconde d’après, ceux-ci surgirent d’entre les arbres qui se trouvaient juste devant nous ! Si on m’avait dit que des humains ordinaires – n’ayant reçu aucun entraînement pour devenir mage ou mercenaire – étaient capables de courir aussi vite, je n’y aurais jamais cru. Et pourtant, ces trois-là cavalaient à toute vitesse droit vers nous, ou plutôt vers moi, pour fuir quelque chose ou quelqu’un qui avait inquiété Tanya. Quelque part, écouter ses directives était toujours une sage décision. Là, en l’occurrence, je n’avais aucune idée de ce qu’il se passait. Tout ce que je savais, c’était que la priorité n’était pas de le découvrir, mais d’éloigner tous les visiteurs de cette forêt. Levant donc une main en l’air, je demandai aux trois qui courraient vers nous de ralentir et de rester avec nous. Puis, j’annonçai à tout le groupe de marcher devant moi mais derrière Arya. Celle-ci se chargeait donc de protéger nos avants, pendant que je me chargeais de l’arrière dans le cas où le problème passerait Tanya pour nous atteindre. Tandis que nous marchions vers la plage pour éviter toute attaque surprise, j’interrogeai les trois curieux pour tenter d’en savoir un peu plus sur ce qui retenait leur guide. D’après eux, un gars armé de deux épées était sorti de nulle part. Avec quelques questions supplémentaires, je parvins à comprendre que le gars en question utilisait la magie de téléportation ou disposait d’un objet lui permettant de se téléporter. En gros, cela voulait dire que cette personne pouvait littéralement se débarrasser de Tanya en se retrouvant devant nous en une seconde s’il le désirait. Or, il ne l’avait pas encore fait jusqu’à maintenant. Pouvais-je en déduire qu’il n’agissait pas seul et savait qu’il serait plus utile en la distrayant pendant que son ou ses allié(s) nous prenai(en)t en chasse ? Je ne pouvais en être sûr, mais mieux valait que je parte de ce principe afin de ne pas me faire avoir bêtement.

Prudent, sur mes gardes, je tâchai de garder un œil sur chaque personne dont j’avais la charge à présent tout en essayant de me tenir prêt en cas d’attaque surprise. Je ne savais pas du tout qui était là, ni combien était là, je ne savais pas non plus de quoi ils étaient capables et encore moins pourquoi ils avaient attaqué. Que voulait-il ? Un compte à régler personnellement avec Tanya ? Impossible, à moins que cette personne ne soit de Mogwall, il ne devrait même pas être au courant de son existence vu qu’elle agissait toujours dans le plus grand secret. Il ne restait donc plus que les enfants… Était-ce une simple tentative de kidnapping ? Si tel était le cas, pourquoi se casser la tête à agir dans la forêt ? Surtout s’il était capable de se téléporter… Ça n’avait pas de sens. A sa place, je me serais téléporté avec chaque enfant séparément, et le plus simple aurait été d’agir la nuit. Là, la personne était directement apparue avec une arme dans chaque main, prêt à se battre. C’était vraiment bizarre. On aurait presque dit qu’il cherchait la confrontation, mais pourquoi ? Pourquoi se prendre la tête à combattre les éventuels gardes du corps au lieu de simplement les éviter si on le pouvait ? Personnellement, je ne voyais qu’une seule explication : il cherchait à prouver quelque chose. Montrer qu’il était suffisamment puissant pour botter les barrières et prendre ce qu’il recherchait après. D’une certaine façon, ça lui permettrait d’être reconnu comme une plus grande menace que s’il agissait en plein milieu de la nuit. Soudain, alors que nous arrivions enfin à la plage – donc sortis de la forêt – plusieurs choses se déroulèrent au même moment. Premièrement, je repérai un bateau, avec plusieurs occupants à leur bord, immobilisé non loin de la plage. Deuxièmement, une ombre géante nous recouvrait tous et les enfants, ainsi qu’Arya se mirent à paniquer. Troisièmement, je sentis une main se refermer sur ma cheville.

« Baissez-vous, restez groupés et surtout…restez calmes. »

Ils m’écoutèrent et se baissèrent. Le seul hic, réellement, fut la dernière partie. Yep, il était plutôt dur de rester calme quand la personne censée vous protéger se retrouvait d’un coup tiré par le pied et propulsé de nouveau à l’intérieur de la forêt ! La main qui m’avait attrapé ne s’était clairement pas gênée pour me tirer vers l’arrière sur plusieurs mètres ! Vous l’aurez compris, il s’agissait d’une main appartenant à un gars utilisant la magie du gigantisme. Il avait ainsi allongé son bras pour m'attraper discrètement et profiter de l’effet de surprise pour tenter de me neutraliser en un coup. Tiré en arrière par le pied, je perdis aussitôt l’équilibre et me retrouvai avec la tête dans le sable pendant un instant avant d’être traîné à toute vitesse puis balancé vers un arbre ! Je frappai celui-ci de plein fouet et me retrouvai avec le souffle coupé. Je m’étais fait avoir en pleine côtes et mon assaillant n’avait pas choisi le plus petit tronc. Grognant de douleur, je me retrouvai de nouveau tiré vers un autre arbre. Seule différence ? Ce fut la tête qui mangea sévèrement cette fois. Aie ! Non mais qu’est-ce que j’avais fait pour mériter ça !? Pourquoi m’attaquer s’ils cherchaient simplement à kidnapper les gosses ? Entre nous, j’étais certain de n’avoir rien fait pour mériter tant de maltraitance. Quoiqu’il en soit, celui qui me forçait à rencontrer des arbres de très près ne semblait pas penser la même chose. De plus, avec tous ces coups subis à la tête, j’étais bien trop étourdi pour pouvoir canaliser ma magie et me transformer. Le tout était donc d’attendre qu’il s’arrête, puis faire le mort le temps de retrouver mes esprits pour pouvoir contre-attaquer. Bien entendu, ça ne marcherait que s’il cessait de me traiter comme un vulgaire yo-yo !!

Le gars – ou plutôt l’ennemi – finit par me lâcher la cheville, me laissant m’exploser sur la plage et rouler jusqu’à ce que je finisse dans l’eau, flottant à la surface, cherchant à retrouver mes esprits. Le plan que j’avais prévu à la base fut abandonné à la seconde où j’entendis des cris un peu plus loin. Je sortis donc la tête de l’eau et me relevai tant bien que mal. Le visage ensanglanté et les côtes bleues, je pus voir que le bateau était en train d’être chargé d’enfants par un géant. Traduction ? Celui qui s’était amusé avec moi avait utilisé sa magie pour prendre la forme d’un géant afin d’attraper les Mogwalliens – que j’étais censé surveiller et protéger – et les déposer sur le bateau. Hmm… Je ne m’étais donc pas trompé : il s’agissait bel et bien d’un kidnapping. Ça n’expliquait toujours pas si j’avais raison pour l’autre question mais bon, là maintenant, j’avais d’autres chats à fouetter. Titubant vers le bateau, j’étais ralenti à la fois par l’eau et par le sable. De même, j’arrivais à peine à marcher droit tant j’avais mal à la tête. Bizarrement, j’avais comme l’impression d’avoir oublié quelque chose. Me rapprochant du bateau tel un véritable zombie, je tendis ma main vers celui-ci et commençai à relâcher ma magie :

« Stop ! Relâchez-les et rentrez chez vous. Je ne le répéterai pas. »
« Tobias Grant dit El Diablo, n’est-ce pas ? Tu n’es pas vraiment en état de proférer des menaces… On s’en va. »

L’horreur ! Qu’est-ce que c’était que cette voix horrible ? Et surtout, qui était-elle ? Celle qui commandait, probablement. Cependant, là n’était pas le plus important. Yep, je venais de me rappeler de ce que j’avais oublié. La patronne du groupe avait sifflé juste après avoir fait savoir à son équipage qu’il était temps pour eux de partir vu qu’ils avaient atteint leur objectif : tous les enfants se trouvaient sur leur bateau. En ce qui concernait le truc que j’avais oublié, il s’agissait de l’ombre géante qui nous avait recouvert les enfants et moi juste avant que je me fasse maltraiter comme un yo-yo. Cette ombre se trouvait de nouveau au-dessus de moi, elle avait été appelée par le sifflement de la commandante du bateau. La main toujours tendue vers le bateau, la canalisation de ma magie fut interrompue par le fait que je venais de lever la tête pour voir ce qui se trouvait au-dessus de moi. Un grognement de la part de l’ombre. Un soupir d’exaspération de ma part. Puis un craquement sourd. Trempé de la tête aux pieds, ces derniers toujours dans l’eau jusqu’à mes genoux, je fus incapable de réagir lorsque l’éclair vînt frapper l’eau ! Dans l’état dans lequel je me trouvais, et sous ma forme humaine, je fus tout juste capable de lâcher un hurlement de douleur pendant que je me faisais griller sur place. Au final, la dernière chose que je vis en sombrant dans l’inconscience fut le bateau qui s’éloignait de la plage, avec tout le groupe de Mogwallien à son bord. J’avais échoué.



HRP:
 
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   Ven 16 Déc - 23:30

Hmm… Aie… Qu’est-ce qu’il m’était arrivé déjà ? Ah oui, je m’étais méchamment fait latter sans avoir rien pu faire. On m’avait littéralement traité comme un vulgaire fouet, me balançant contre des arbres côtes les premières puis tête la première. Bon, ça expliquait les douleurs ressenties à ces endroits-là au moins. Ce que je ne comprenais pas, c’était ces petits coups que j’avais l’impression de continuer de recevoir alors que les kidnappeurs étaient censés s’être échappés. Après, il était possible qu’ils m’aient pris aussi et s’amusent à me torturer pendant que j’étais inconscient. C’était une possibilité. Serait-ce malin de leur part ? Absolument pas. Non seulement, je ne sentais aucune restriction sur mes mains, mes pieds ou ailleurs sur mon corps, mais en plus, je sentais que mis à part ces douleurs ressenties, j’étais en parfait possession de mes moyens. Il serait donc complètement stupide de leur part de m’emporter avec eux sans même chercher à m’immobiliser ou à limiter mes possibilités d’une façon ou d’une autre. A moins qu’ils ne soient sûrs d’eux à ce point-là bien sûr… Là encore, je n’avais aucun moyen de le savoir. Leur façon de faire avait été louche. Entre ce téléporteur qui avait choisi de se battre contre Tanya plutôt que d’attendre la nuit pour enlever chaque gosse, et la commandante qui m’avait ouvertement mis au défi de la stopper… J’avais comme l’impression que ce groupe – qui avait forcément entendu parler de moi – avait une très haute opinion d’eux-mêmes.

« Tu comptes te réveiller bientôt ou je dois continuer à te taper sur la tête ? »

Tanya ? C’était donc elle qui faisait de la batterie avec mon crâne… Tant mieux, je supposais. C’était toujours mieux que d’être enlevé et torturé par des ennemis potentiels. Ou pas. Yep, maintenant que j’y pensais, j’avais échoué. Elle avait spécifiquement dit aux enfants de me retrouver afin que je les protège. Elle m’avait également donné rendez-vous sur cette île pour que je l’aide à les surveiller pendant qu’ils visitaient l’île. Or, je n’avais rien pu faire. Je n’avais servi à rien mis à part retarder l’échéance de quelques secondes. Au lieu de me transformer à l’instant même où la situation était devenue dangereuse, j’avais patienté. Il fallait croire que je n’étais toujours pas dans l’optique de recourir à la magie directement. Dans le même temps, je m’entraînais justement à la lance pour ne pas avoir à le faire. Le hic, c’était que ce n’était pas suffisant. J’étais un mage à 200%, et non pas un mercenaire. Ce que ça voulait dire ? Tout simplement que je ne parviendrais jamais à atteindre le niveau d’un soldat de l’Armée, d’un mage Kansô ou même d’un mercenaire en terme de maniement de l’arme. Je pourrais probablement me débrouiller contre des faiblards – sans recourir à ma magie – mais plus l’ennemi serait puissant, plus j’aurais du mal à m’en sortir. Comment faire donc ? Comment me protéger ou protéger efficacement ceux autour de moi si je n’utilisais pas le Satan Soul ? A l’heure actuelle, je n’avais pas de réponse. A côté de ça, ce n’était pas la priorité. Ouvrant les yeux, je constatai que je n’étais plus dans l’eau, mais sur le sable.

« Où est Arya ? »
« Au-dessus des nuages, elle les suit à la trace. »

Elle servait à quelque chose elle au moins. Me redressant, je constatai qu’il faisait déjà nuit. J’avais été inconscient pendant quelques heures. Lamentable. Jetant un coup d’œil autour de moi, je remarquai que Tanya était intacte. En ce qui concernait son adversaire, il n’était pas très loin et inconscient. Malheureusement pour lui, la mercenaire était loin d’être aussi lente que moi. Dès lors qu’une menace se présentait, elle y allait à fond directement. Résultat, il ne ressemblait plus à grand-chose. Je ne savais pas trop combien de temps il lui faudrait pour récupérer mais, à vue de nez, ça lui prendrait plusieurs mois s’il ne tombait pas sur un bon soigneur. De la rééducation lui serait également nécessaire à en juger par la façon dont ses jambes étaient pliées au niveau des genoux… Yep, elle avait probablement empiré son état après avoir découvert que les enfants de Mogwall – qu’elles connaissaient tous personnellement – avaient disparu et que j’étais inconscient à la surface de l’eau. N’osant pas croiser son regard, je lui demandai un compte-rendu de la situation. Elle m’expliqua alors qu’elle avait récupéré un lacryma de communication dans les poches du téléporteur. Avec celui-ci, elle était parvenue à en apprendre plus sur leur plan. Ceux-ci cherchaient apparemment à installer leur base d’opération dans le village de Mogwall. Compte-tenu du fait que ce village était impossible à trouver par hasard ou même en le cherchant, le seul moyen de s’y rendre était par le biais d’un villageois. Avec une telle base, ils seraient libres de commettre les crimes qu’ils désiraient par la suite puisqu’ils pourraient tranquillement rentrer se cacher dans un village introuvable. C’était malin de leur part.

Bien, on savait maintenant où ils se trouvaient. La question maintenant, c’était pourquoi ne s’y était-elle pas encore rendue pour les secourir ? Lui poser la question ne fut pas ma meilleure idée. En effet, admettre le fait qu’elle n’était pas capable de les aider seule et, pire encore, qu’elle avait besoin de mon aide n’était pas quelque chose qu’elle appréciait. Elle était fière, très fière, et avait pour habitude de me botter les fesses. Donc pour elle, me demander mon aide était un peu comme se rabaisser. Elle pouvait le faire indirectement – ce qu’elle avait fait en me donnant rendez-vous sur cette île sans me parler de la partie baby-sitting – mais pas directement. Or, ma question était directe. En guise de réponse, j’eus donc le droit à un nouveau coup sur l’arrière du crâne. Traduction ? Cela voulait dire que j’avais plutôt intérêt à ne plus poser de question aussi stupide. Cette escapade étant quelque chose de personnelle, elle n’en avait pas parlé aux alliés qu’elle s’était faits au fil des années, et ne comptait pas non plus le faire. Encore une fois, c’était une question de fierté. Enfin bref, le message était reçu. Il lui manquait bien trop de variables, comme le nombre d’ennemis et leurs capacités, pour qu’elle puisse se dire qu’elle était largement capable de s’en occuper en solo. De plus, il n’était pas dans ses habitudes d’agir au jour le jour. Son truc, c’était les actions dans l’ombre. Elle ne pouvait se permettre d’être remarquée ou identifiée, tout comme elle se devait de cacher ce dont elle était réellement capable. Moi-même ne connaissais pas tout son arsenal. Résultat, elle avait besoin de moi pour jouer les paratonnerres, attirant ainsi toute leur attention pendant qu’elle m’assisterait discrètement.

Avec quelques heures de retard sur eux, on se mit en route vers Mogwall avec un bateau quittant l’île de nuit. Les trajets de nuit étaient plus chers, car plus dangereux. Cependant, cela nous permettrait d’atteindre la côte de Fiore sans nous faire remarquer. Sachant que les autres s’étaient aussi déplacés en bateau, la distance nous séparant ne changerait pas tellement. La bonne nouvelle, c’était qu’à moins que la météo ne nous pose de gros problèmes, le fait qu’on soit bien moins nombreux – et donc lourds – sur notre navire voulait dire qu’on n’avait aucune chance de prendre encore plus de retard. Dans tous les cas, le trajet nous prendrait toute la nuit, ce qui me permettrait de récupérer complètement. En ce qui concernait le téléporteur qui s’était fait massacrer, je l’avais remis à la sécurité de Dekaï Island que l’on venait de quitter. Avec Tanya, on avait fini par comprendre qu’il ne servait à rien de préparer un plan. Avec toutes ces variables manquantes, notre avantage reposerait sur le fait qu’ils ne savaient pas non plus de quoi nous étions réellement capables. Quand bien même leur mage avait perdu – il n’était jamais revenu vers eux après tout – cela ne voulait pas pour autant dire qu’ils savaient à quel point Tanya était efficace, ou autre. Idem pour moi. Malgré le fait que j’étais un mage reconnu à l’échelle du Royaume, ma défaite cuisante face à eux les amènerait sûrement à me sous-estimer maintenant. Certes, je n’avais pas eu recours au Satan Soul avant de tomber. Néanmoins, je m’étais fait latter sans offrir la moindre résistance. Niveau confiance, ils devaient être au top. Personnellement, c’était l’inverse.

« Ça fait un moment que je me pose la question… Tu as fait quoi d’Hermès ? »
« Ah ? Il est avec les enfants évidemment… »
« … T’es en train de me dire qu’en plus de laisser les enfants se faire kidnapper sous ton nez, tu les as laissés avec Hermès qui est incapable de se taire ?!! »
« T’en fais pas, il n’est pas bête au point d’empirer la situation. Je suis sûr qu’il se tiendra à carreaux… Qui sait, il est sûrement en train de les rassurer à l’heure actuelle. »

On était d’accords, c’était impossible. Je cherchais simplement à éviter de prendre des coups supplémentaires. Le trajet sur ce bateau était déjà suffisamment long comme ça. Et avec l’avance qu’ils avaient déjà, Hermès avait largement le temps de s’attirer les foudres de tout le groupe de kidnappeur, tout particulièrement celles de la commandante qui – par je ne savais quelle malchance – était une femme. Je n’avais aucune idée de la façon dont les choses se passaient de son côté. Tout ce que je pouvais faire, c’était espérer qu’il soit un peu moins lui-même et un peu plus raisonnable. Je n’étais pas là pour le retenir, et s’il posait des problèmes, ce serait probablement les enfants qui paieraient. Hermès avait beau aimé se faire entendre et m’attirer des ennuis, je le voyais mal trop en faire si ces ennuis ne m’étaient pas destinés. Âme artificielle ou pas, il n’était dénué ni d’émotions ni d’intelligence : il était parfaitement capable d’imaginer les conséquences de ses paroles. Vous l’aurez compris, dans un sens, je lui faisais parfaitement confiance.

Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   Lun 19 Déc - 2:00

~~ Du côté d’Hermès ~~

Dire qu’il n’était pas content serait un euphémisme. En effet, Hermès avait carrément l’impression d’être en enfer. Tout d’abord, il y avait eu cette fameuse amie de Tobias qui l’avait suffisamment traumatisé pour qu’il ne cherche plus à la mater comme il le désirait à la base. Après, il y avait ses gosses qui s’étaient servis de lui comme d’un vulgaire frisbee sans que le mage ne fasse quoi que ce soit pour les en empêcher. Certes, il l’avait un peu cherché, et était capable de le reconnaître. C’était lui qui avait royalement ignoré le fait que Tobias cherchait à se faire discret sur Dekaï Island en attirant l’attention de la Main Noire – Rei Tendô – en personne. Résultat, l’ex-mage de Lamia Scale était parvenu à survivre à l’entrevue forcée sans encombre. Cependant, il n’avait pas oublié que c’était de la faute du béret s’il y avait eu entrevue au premier abord. Ainsi, puisqu’il ne pouvait s’en prendre directement à son béret qu’il chérissait, il avait choisi de ne pas agir quand celui-ci se faisait maltraiter par des gamins qui jouaient avec sur la plage. A côté de ça, il avait trouvé le moyen de se retrouver victime d’un kidnapping parce qu’il avait eu le malheur de se trouver sur la tête d’un gosse de Mogwall et non sur celle de Tobias. Pour le coup, il s’était littéralement retrouvé au mauvais endroit au mauvais moment. Enfin, la dernière raison pour laquelle il s’estimait en enfer provenait du fait qu’au lieu d’avoir été kidnappé avec des adultes calmes et raisonnables, il se trouvait emprisonné avec des enfants et adolescents effrayés et hystériques.

Plusieurs heures s’étaient déjà écoulées depuis qu’il avait vu Tobias se faire foudroyer par ce Wyvern géant puis sombrer dans l’inconscience. Malgré ses encouragements intérieurs, l’ex-mage de Lamia Scale ne s’était jamais relevé. Hermès l’avait donc vu flotter à la surface de l’eau, complètement immobile, tandis que le bateau sur lequel les enfants de Mogwall et lui avaient été transportés s’éloignait lentement mais sûrement de l’île de Dekaï. Tobias avait perdu. Était-ce la première fois qu’il le voyait perdre ? Oui et non. Jusque-là, quand le mage utilisant le Take Over se retrouvait en infériorité face à son ou ses adversaires, il trouvait quand même le moyen de s’en sortir ou de fuir. De plus, quand bien même il perdrait, il ne se retrouvait pas à la merci de ses ennemis. Ici, il aurait très bien pu être achevé ou même dévoré par le Wyvern Fulguris qui l’avait vaincu. Il pouvait s’estimer heureux que les kidnappeurs ne l’aient absolument pas considéré comme une menace après qu’il se soit fait massacrer sans opposer la moindre résistance. A contrario, pour Hermès, le fait qu’il perde là devant lui était bien plus grave qu’une simple défaite. Oui, il n’y avait pas que sa vie à lui – Tobias – qu’il avait mis en péril en osant tomber : il y avait celle de tous ces enfants en panique autour de lui. Rien que pour ça, Hermès avait bien l’intention de punir Tobias à sa façon dans le futur.

En parlant des enfants, les plus jeunes d’entre eux n’avaient eu de cesse de pleurer durant tout le voyage, ce qui l’ennuya profondément. Le fait qu’il soit le seul que ça rende fou le surprit beaucoup, si bien qu’il finit par en chercher la raison. Des runes. Des runes avaient été dessinées tout autour de la pièce dans laquelle ils étaient retenus. Ayant vu Tobias en étudier et même en dessiner à de nombreuses reprises pour s’entraîner, il reconnut certains caractères lui permettant d’émettre des hypothèses sur leurs effets. Pour commencer, ils ne pouvaient sortir de cette pièce. Après, les sons émis à l’intérieur de cette pièce ne pouvaient être entendus à l’extérieur. Ainsi, quand bien même un navire de l’Armée passerait à côté, les hurlements des gosses ne pourraient être entendus par celui-ci. En ce qui concernait le reste, il n’y comprenait rien et ne voyait pas l’intérêt de s’y intéresser. Ce qu’il aimerait ? Sortir de cet enfer ou trouver le moyen de les faire taire. D’un côté, il pouvait essayer de se mettre à leur place et comprendre pourquoi ils paniquaient. Aussi jeunes qu’ils soient, ils avaient très bien compris qu’ils étaient en danger, et qu’ils risquaient de mourir ou d’être utilisés comme otages. Ni l’un ni l’autre n’était rassurant, et leurs cris et pleurs de désespoir étaient parfaitement légitimes. D’un autre côté, il n’en pouvait plus !

« Hey les gamins ! On se calme et surtout, on se tait ! Hey ! Me forcez pas à le répéter et taisez-vous ! – il eût beau hausser le ton, il parvint à obtenir le silence uniquement qu’il les avait surpris. Il tenta donc quelque chose qu’il n’aurait pas fait en temps normal – Aussi étrange que ça puisse vous paraître, je peux vous assurer que notre situation n’a rien de dramatique. Avec Tobias, on s’est retrouvés dans bien pire et on s’en est sortis à chaque fois. Oui, nous avons été kidnappés. Oui, Tobias s’est fait griller. Oui, on ne sait pas ce qui est arrivé à Tanya. Cependant, ce n’est pas le moment de céder à la panique. Croyez-moi, quand l’heure sera venue de hurler à la mort, je vous le ferai savoir. En attendant, restez calme, soyez patients et ayez confiance. Il nous sortira de là d’une façon ou d’une autre, je peux vous l’assurer. »

Yep, lui-même avait bien envie d’aller se cacher après un speech aussi mielleux et dégoulinant d’espoir. Il avait beau savoir qu’il croyait complètement en ce qu’il venait de dire aux enfants, ça n’empêchait pas le fait qu’il aurait préféré ne jamais avoir à le dire à voix haute. Y’avait plutôt intérêt à ce que son petit discours ridicule ne parvienne jamais aux oreilles de Tobias d’ailleurs ! Il ne manquerait plus que ça ! Le tout maintenant, pour Hermès, c’était de trouver le moyen de convaincre cette bande de Mogwalliens de ne pas aller raconter dans les moindres détails tout ce qu’il s’était passé pendant qu’ils avaient été prisonniers. Malheureusement pour lui. Au vu de leur âge, il doutait de parvenir à les convaincre de ne pas mentionner ce speech exceptionnel qu’il venait de leur adresser. Bon, s’ils promettaient de ne plus l’utiliser comme frisbee et, au contraire, de le considérer comme un mentor, voire un héros, il pourrait sans doute faire un petit effort. En attendant, il se demandait quand même ce qu’il allait se passer une fois qu’ils descendraient du bateau. Si le but était simplement de tuer les enfants, ils auraient pu le faire au beau milieu de la mer. Pour Hermès, il était évident qu’ils avaient besoin de ces gamins pour une raison bien précise. Mais laquelle ? De tout ce que Tobias lui avait dit sur Mogwall – bien que ça ne l’intéressait pas du tout – il avait juste retenu qu’il s’agissait d’un village introuvable. En regardant tous ces enfants qui y étaient nés et y avaient grandi, il n’eût pas trop de mal à comprendre ce qu’il se passait.

« Faut croire qu’ils ont sacrément bien préparé leur coup… »

D’après lui, à moins d’avoir surveillé les alentours de Mogwall pendant des semaines, ils n’auraient jamais pu anticiper la présence de nombre d’entre eux sur Dekaï Island. Ils les avaient forcément suivis – de très loin – à la trace pour ensuite réfléchir au meilleur moyen de les attraper. Cela voulait aussi dire qu’ils avaient été en mesure de suivre Tanya sans que celle-ci ne se rende compte de leur présence et ce, pendant tout le trajet. Comment s’y étaient-ils pris ? Et surtout, comment se faisait-il qu’elle n’avait pas remarqué qu’elle était suivie ? Trouvant cela louche compte-tenu de la façon dont Tobias l’avait décrite, il décida d’interroger tous les témoins qu’il avait à disposition. Traduction ? Il demanda aux Mogwalliens comment s’était comportée Tanya avant et pendant leur trajet. Très rapidement, il parvint à une conclusion à la fois logique et insensée pour lui : elle avait été distraite. Sa distraction était probablement due au fait qu’elle avait contacté l’ex-mage de Lamia Scale. D’après les plus âgés, parmi les Mogwalliens, elle s’était montrée extrêmement impatiente avec eux, et avait fait preuve d’une nervosité à laquelle ils n’étaient pas habitués. Suite à ce mini-interrogatoire, Hermès faillit péter les plombs une nouvelle fois en les voyants débattre sur les probabilités d’une relation entre Tobias et Tanya. Les plus jeunes s’imaginaient d’ores et déjà invités au mariage, tandis que les plus âgés supposaient – avec raison – qu’il n’y avait aucune certitude. Toutefois, ils prirent quand même les paris. Le fait que ce débat insignifiant leur permette de rester calmer et de ne plus pleurer convainquit le béret de ne pas les faire taire. Au contraire, il s’invita aussi dans le pari en annonçant que Tobias les paierait s’il se trompait.

« Écoutez-moi bien les jeunes. Je traîne sur la tête de Tobias depuis pratiquement 1an maintenant et, si une chose est sûre, c’est qu’il n’y a pas moyen qu’il soit capable d’attirer une guerrière de son calibre. C’est impossible. »

Yep, c’était son seul et unique argument. Il préférait s’imaginer que Tanya avait été distraite pour d’autres raisons que le fait d’avoir donné un énième rendez-vous secret à son compagnon de route. Ajouté à cela, il ne voulait même pas imaginer que Tobias soit capable de roucouler en paix sans même qu’il ne s’en rende compte. D’un autre côté, il se rendait compte qu’il avait – étrangement – passé très peu de temps sur la tête de celui-ci depuis que les Mogwalliens étaient arrivés. En fait, il n’avait pratiquement pas passé de temps sur sa tête… A croire que celui-ci s’était débarrassé de lui à la seconde où la mercenaire était arrivée… Coïncidence ? Beurk ! Tout compte fait, il préférait ne plus y penser. Pile à ce moment-là, la porte s’ouvrit :

« Bien le bonjour les enfants. Nous n’allons pas tarder à accoster, je vous demanderai donc de rester bien calmes et de faire tout ce que je vous dirai, on est d’accords ? »
« Non. Par contre, si tu pouvais cesser de parler, ça nous arrangerait beaucoup. Une voix aussi horrible devrait être illégal… »
« Qui a osé dire ça ?! »
« Karma. Écoute-le plus souvent et libère-nous avant qu’il ne soit trop tard. »
« Trop tard ? Montre-toi au lieu de proférer des menaces ! Montre-toi sale gosse ! »
« Je t’aurai prévenue… M’enfin, vu ta tête, faire preuve d’intelligence ne doit pas être ton truc »

La commandante de cette opération avait cherché à intimider tout le groupe tout en se faisant passer pour une gentille. Or, il s’agissait de quelque chose que le béret n’avait pas du tout apprécié. Avec la façon dont elle avait formulé sa première phrase, il semblait évident qu’elle voulait responsabiliser ces enfants et ainsi ne pas être blâmée si l’un d’entre eux était blessé par la suite. Après tout, s’ils ne l’écoutaient pas, c’était de leur faute, non ? Ainsi, avec une simple critique, voire insulte de la part d’Hermès, le véritable visage de la commandante leur avait été révélé : elle était très facilement irritable. Agressive, frustrée par le moindre obstacle, et sans aucun doute obsédée par l’ordre et l’autorité. Jusqu’à maintenant, elle avait tout préparé dans les moindres détails après avoir bien observé ses cibles et ceux qui les protégeaient. Elle s’était même renseignée sur Tobias avant de frapper. Bien entendu, elle n’avait pas anticipé le fait qu’il serait lent à la détente : elle avait eu de la chance sur ce coup-là. Quoiqu’il en soit, elle avait quand même envoyé le mage utilisant le gigantisme pour se charger de lui, supposant qu’il serait capable de s’en occuper. Était-il si efficace que ça ou sous-estimait-elle Tobias ? Cette question aurait très certainement une réponse dans les heures qui suivraient. Suite à aux propos d’Hermès, la commandante était parvenue de justesse à se calmer avant de repartir en plaquant la porte !

Forcément, elle perdrait toute crédibilité en tant que preneuse d’otage si elle pétait les plombs devant ceux-ci. Le bateau finit par accoster. Les runes furent effacées et les enfants – avec Hermès sur l’une des têtes – transportés par une bonne trentaine de personnes jusque dans la forêt de Mogwall. Hermès remarqua que le soleil était déjà levé, et toujours pas de signe de Tobias… Ce n’était pas rassurant du tout. Au bout d’un moment, ils furent arrêtés dans leur avancée et forcés de se rassembler autour d’un arbre. Là, de nouvelles runes furent dessinées tout autour d’eux, mais uniquement pour les empêcher d’en sortir. Fort heureusement pour eux, la commandante décida d’attendre quelque chose ou quelqu’un avant de passer à l’action. Pendant ce temps, elle tenta d’interroger les enfants pour qu’ils révèlent où se trouvait le village. Suivant les directives d’Hermès et croyant en son speech sur le fait que Tobias et Tanya voleraient à leur rescousse, ils ne dirent pas un mot. Le béret, quant à lui, se fit plaisir :

« C’est quand même étrange qu’il ne soit pas revenu… Il peut se téléporter pourtant, non ? »
« Pas sur d’aussi longues distances… Il est forcé de prendre le bateau. Et la ferme ! Continue de parler et je t’écrase ! »
« Tss… Quel amateur ! D’un autre côté, sachant qu’un simple béret parvient à te rendre folle, je suppose que ça n’a rien de surprenant. Qui se ressemble s’assemble… »

Et oui, jusque-là, elle avait cru que c’était un enfant qui se montrait impertinent avec elle. Là maintenant, elle venait de le repérer. Il était posé sur la tête d’un garçon. Les âmes artificielles étant toujours aussi rares, cela expliquait pourquoi elle n’avait pas de suite cherché une source vocale autre que l’un des enfants. Le problème, cependant, restait le même : s’en prendre physiquement à lui la ferait perdre en autorité. Le truc qu’elle n’avait pas compris, c’était qu’il n’y avait que les membres de son groupe qui l’écoutaient, personne d’autre. Et si ceux-ci l’écoutaient, c’était parce qu’elle tuait tous ceux qui ne le faisaient pas. Allez savoir comment, dans son esprit, elle était persuadée que les enfants finiraient par parler. De plus, elle n’était pas plus pressée que ça. Elle estimait que son plan était parfait et se déroulerait sans accroche. Tobias était out et elle l’avait considéré comme étant la plus grosse menace. Quand bien même il reviendrait, elle avait bien vu qu’il était beaucoup trop faible pour opposer la moindre résistance. Ajouté à cela, pour elle, il n’avait aucune chance de trouver l’endroit où elle était. Comment pourrait-il deviner qu’elle avait kidnappé des enfants de Mogwall uniquement pour accéder au village de Mogwall ? Non seulement elle le sous-estimait, mais en plus elle le prenait pour le roi des idiots. L’avantage, c’était qu’elle était tellement persuadée d’avoir tout sous contrôle qu’elle était incapable d’imaginer que le téléporteur ne reviendrait jamais. Résultat, plusieurs heures s’écoulèrent sans qu’il ne se passe rien. La commandante et ses hommes attendaient bien sagement que le téléporteur revienne ou, au minimum, les contacte. Les enfants, quant à eux, s’écroulèrent. Ils avaient été incapables de dormir dans le bateau, mais dans cette forêt, ils se sentaient un peu plus à l’aise : ils furent donc capables de dormir un peu.

Quelques heures plus tard, la commandante se mit à douter. Elle ordonna donc à ses hommes de se mettre au travail et à son Wyvern Fulguris de surveiller les cieux, chose qu’elle aurait largement dû faire dès le départ mais bon. Étant trop sûre d’elle et de l’équipe qu’elle avait mise au point, elle s’était montrée imprudente. Quelque part, elle était un peu l’exact opposé de Tobias dans le sens où celui-ci s’attendait toujours à ce que le pire arrive, ce qui lui permettait de ne pas paniquer quand le pire survenait. Hermès n’avait eu de cesse de la prévenir pourtant. Il lui avait dit de les libérer avant qu’il ne soit trop tard. Il lui avait aussi fait remarquer qu’elle ne faisait pas suffisamment preuve d’intelligence. Enfin, il avait même tenté de lui faire comprendre que l’absence de son téléporteur était quelque chose auquel elle devrait prêter attention. Malheureusement, il semblerait que son égo soit son propre ennemi. Soudain, un flash lumineux émergea dans le ciel ! De là où il était, Hermès put tout juste l’apercevoir entre les arbres. Cependant, le grognement du Wyvern Fulguris qu’il entendit juste après lui suffit à comprendre ce qu’il se passait : Arya avait frappé, et Tobias était enfin arrivé !



Acteurs présents:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]   

Die Hard: El Diablo's Rebirth [Solo]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Mogwall
-