Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]

AuteurMessage
Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 31 Aoû - 20:58
Crevé. Beaucoup de gens ont tendance à utiliser ces mots comme si c’était simple, que l’on pouvait juste être fatigué d’une journée exténuante. Beaucoup pensent qu’il suffit d’être au bout d’avoir passé une simple journée au bureau à remplir de la paperasse, répondre à des clients mécontents, et supporter les complaintes de son patron irritable pour estimer qu’on a le droit de se reposer en étant crevé. Eh bien, mes amis, ces personnes-là ne sont que des loques incapables de supporter une journée comme celle d’un mage appartenant à une guilde de timbrés comme la mienne. Vous ne pouvez pas savoir à quel point c’est difficile rien que de rester tranquille dans un coin, à ne se préoccuper de personne, juste pioncer dans un coin, avant qu’un abruti ne jette une chaise perdue dans votre crâne, et vous voyez contraint d’intervenir afin de remettre des pendules à l’heure. Mais nooooooon, transformer la zone de conflit en désert gelé n’était PAS une méthode acceptable, bien sûr, évidemment. Quand les autres apportent leurs solutions, ça marche pas, mais quand j’essaye de me rendre utile, forcément, ce n’est pas bon…

Enfin bref, je m’égare. Tout ça pour vous dire qu’en effet, je n’étais pas des plus en forme actuellement. Non pas que je sois tombé malade en chopant un rhume (ça serait absolument ridicule pour le dragon des glaces), ou que je sois en manque de sommeil, mais j’avais passé une journée des plus exécrables. Pour commencer, une rencontre avec mon Némésis, ma bête noire, le démon le plus redouté pour ceux comme moi : le train. Invention démoniaque d’un scientifique qui avait juré de me pourrir la vie (comment ça, ce n’est pas véridique ?), il m’avait vidé de mes forces (et de mon estomac) afin de m’emmener vers mon lieu de mission. Apparemment, je devais chasser un animal qui aurait « volé » un objet important à mon employeur, trainant dans les alentours de la forêt de Tornac.

Acceptant le boulot au final, voilà que je me retrouvai en plein milieu de la forêt à guetter quelle serait la fameuse créature voleuse. Le gars m’avait bien caché qu’il s’agissait d’un foutu Tigre Garou, et donc que la bestiole hésitait pas à me faire courir dans tous les sens. Déjà que la chaleur de l’environnement me faisait bien mal, mais en plus, devoir courser dans les moindres recoins de la forêt était des plus fatiguant. Et si ce n’était que ça ! Rajoutez à cela le fait que le lieu était bourré de moustiques en tous genre qui voulait me sucer le sang, d’autres voulant essayer de me bouffer, et bien sûr, les potes du Gros chat venus en renfort pour me botter le cul. Si ce n’était par l’apparition de ces espèces de gros mythes cracheurs de neige, j’aurais bien pu y passer.

La mission finie, j’étais retourné au lieu de rendez-vous, couvert de plusieurs blessures, feuillages, des rides sous les yeux et l’idée de me retenir d’étrangler mon payeur. Il fut semble-t-il content de retrouver son objet, si bien qu’il voulût m’emmener avec lui au lieu où il pourrait récupérer l’argent. Déjà que ma tension artérielle était pas mal élevée, l’idée de devoir refaire un voyage en train allait me mettre à bout de nerfs, mais il me fallait bien récupérer ma paye, sinon, je ne pourrais toujours pas rembourser les dégâts de la dernière mission (dieu merci que celle-ci se soit passée en forêt). Vous me direz « où est le problème alors, pourquoi serais-tu si crevé ? ». Déjà, la ferme. Ensuite, la destination de l’homme n’était rien d’autre qu’Hosenka… La ville des sources chaudes… Pour un Dragon des Glaces.

Et voilà, maintenant, vous comprenez la situation dans laquelle je me situe. Exténué d’une chasse intense, vidé de mes nutriments après non pas un, mais DEUX voyages en train en moins d’une journée, et en train de cuir à cause de la chaleur ambiante des lieux. C’est ÇA que j’appelle « être crevé ». Les gens pouvaient voir mon corps au bord d’une route en train de souffrir de la chaleur. Ma veste depuis bien longtemps perdue, mon bandeau tombé autour de mon cou, et mes yeux couverts de cernes, on aurait pu croire que j’étais atteint d’une maladie bien sale et contagieuse. Surtout en voyant les regards des passants qui me contournent. Vous me direz, au final, ce n’est pas plus mal. Je pense que si quelqu’un m’approchait, je serais en train de leur dire de dégager avant d’essayer de leur forcer un départ. J’avais faim, mais imaginer manger me rappelait le voyage. J’avais soif, mais les seules eaux dans le coin semblaient chaudes. J’avais envie de dormir, mais c’était de l’insolation que je risquai de passer. Franchement, je ne savais pas quoi faire, si ce n’est attendre que le gars qui tient les fils du destin ne décide encore de faire des siennes.

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 31 Aoû - 23:03

Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes


Quand on arrive en ville...




C’était la déprime. La vraie, celle qui sape le moral, celle qui accompagne inévitablement et avec fatalité le dernier jour des vacances. C’était cette déprime-là qui s’était abattu sur Shi lorsqu’il s’était levé le matin même. Pour clore cette semaine de congés plus que bien mérités, il avait décidé de faire un détour par une des plus belles villes dans les environs de Magnolia : Hosenka.

A une distance plus que raisonnable en train, c’était l’endroit idéal pour admirer de jolis jeux de lumière et se délasser en toute plénitude. La nuit tombait, et tout ce qu’on disait sur la ville était vrai : Shi était ébloui par le coucher de soleil, qui reflétait sa lueur orangée sur les longs canaux qui sillonnaient la ville.
Mais il gardait les pieds sur terre : la nuit tombait. Le froid nocturne arrivait, et sapé comme il était, mieux valait qu’il se trouve une chambre dans les plus brefs délais. Il entra donc dans une auberge. Accoudé à son comptoir, un gros hôtelier au crane à moitié dégarni sirotait une bière en griffonnant sur un calepin. Shi s’approcha de lui.

- Euh, vous voulez une chambre, je suppose.

Futé, le type. Cela surprit Shi, lui qui avait pourtant l’habitude de venir dans ce genre d’établissement pour acheter des raviolis et du sopalin.

- Ouais, je pense.

Du tac au tac, dans une répartie impressionnante, et toujours sans lever les yeux de ses immondes gribouillages, son charmant interlocuteur lui répondit.

- Euh, va falloir attendre un peu, revenez dans deux heures.

Sûrement le temps que les précédents locataires quittent les lieux. Pourquoi pas, après tout ? Hosenka de nuit devait être une charmante petite bourgade, et il avait bien mérité une bonne pièce de viande, avant de rentrer à Crocus.
Il se mit en route, la musique entraînante de nombreux groupes de rue lui parvenant aux oreilles. Au bout de quelques minutes, il se surprit à faire du lèche-vitrine devant une armurerie. Cette dernière proposait des armures qui semblaient pouvoir résister à n’importe quel coup d’épée. Mais bon, on restait à des années-lumière de son budget, surtout après les vacances qu’il s’était offertes. Mais il ne perdait pas espoir d’un jour, mettre la main sur la cotte de maille qui lui irait comme un gant, sur le plastron qui lui offrirait une liberté totale de mouvement. Il avait même entendu parler d’armures magiques qui s’adaptaient à leur porteur, en plus de leur conférer des pouvoirs magiques surpuissants.

Ravalant métaphoriquement le filet de bave qui avait commencé à perler au coin de sa bouche, il se remit en route. Il arriva devant un restaurant dont le seul fumet faisait vrombir son ventre. Il allait s’y engouffrer en hâte quand il remarqua une scène étrange : un tas de tissus informe, qu’on aurait pu de loin prendre pour un clochard, mais que les ses aiguisés de Shi identifiaient comme un mage, et pas des moindres.

Affalé contre un pan de mur, le jeune homme, dont les yeux étaient à peine visibles sous d’impressionnantes mèches bleues, semblait en avoir vu de toutes les couleurs. Shi s’approcha de ce dernier, avant de lui passer sa gourde, pleine à ras bord d’eau fraîche. Après coup, il lui tendit la main, pour l’aider à se relever.

Allez, viens, collègue. Tu dois en avoir de belles à raconter.

Et de préciser :

Je t’offre le repas.

C’était vrai que Shi était curieux, et puis, il voyait difficilement plus distrayant pour finir ses vacances que les élucubrations et les incroyables histoires –trop souvent exagérées outre mesure- que seul un vétéran de guerre savait conter.




_________________

Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 21
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Sam 3 Sep - 19:28

~En mission secrète!~





Pourquoi étais-je venue à Hosenka ? Désirais-je profiter de ses bains réputés ? Etais-je en mission pour ma guilde ? Avais-je rendez-vous ici ? Non. La raison de ma présence en ces lieux était toute autre, et hautement importante ! J’étais ici incognito, afin de protéger une amie. Mon travaille au sein de cette ville n’était ni celui d’une mage, ni celui d’une vacancière : c’était celui d’un agent secret !

Laissez-moi vous éclairer un peu.

Une semaine plus tôt, je reçus, à la guilde, une lettre de ma très chère amie : Rin. Ce ne fut pas réellement une surprise : La mage de Quatro Cerberus et moi-même échangions régulièrement par correspondance. Etant loin l’une de l’autre, mais ne désirant rien rater de nos vies respectives, nous avions pris l’habitude de nous raconter nos péripéties sur le papier. Rien de bien nouveau, donc. Seulement le contenu de ladite lettre, cette fois-ci, eut le don de me surprendre, pire : de me rendre hystérique. Vous vous rendez compte ? Moi ? Hystérique ! C’est à mourir de rire ! Ha ha ha …. …. … Pardon ? La lettre ? …. Ah oui ! Excusez-moi ! Hum hum. La lettre donc, de mon amie blonde, contenait une information hautement capitale ! Le plus important des renseignements !!! Mais un élément primordial manquait, et j’en saurai plus en allant à Hosenka le jour J ! Je décidai donc de m’y rendre sans aucune hésitation. Ma décision fut prise à une vitesse phénoménale. Pour tout vous dire, je prenais plus de temps à faire un simple calcul menta- … Bon, ce n’était pas un exemple très représentatif.

Bien sûre, une telle mission –non sponsorisée par le conseil- allait s’avérer onéreuse ! Mais j’étais prête à tout pour tarir ma curiosi… pour protéger ma Rin adorée ! Et puis, j’y voyais un double avantage : j’avais toujours rêvé d’aller tester les sources chaudes d’Hosenka, et pourrais sûrement en profiter pour voler un peu de temps à Rin ! Heureusement pour moi, j’avais économisé l’argent de ma dernière grosse mission. Je n’eus donc qu’à faire un autre petit travail afin de ne pas finir sur la paille à la fin du mois, et le tour fut joué ! Je pris mon billet de sorte à arriver avec un jour d’avance par rapport au jour J, avec une impatience qui m’était propre. Une chambre, d’un hôtel modeste, fut prise à mon nom. Il ne restait plus qu’à attendre, et je peux vous garantir que ce ne fut pas une mince affaire.

Arrivée sur place, je déposai d’abord mes affaires à l’hôtel. Celui-ci avait un petit côté miteux, qui justifiait d’ailleurs son prix. Mais je tentai de ne pas y faire trop attention. Après tout, si je voulais avoir le luxe de me payer de longues séances de détentes aux termes, il faudrait faire passer à la trappe les chambres au confort maximal et au service impeccable. Cela me faisait deuil. Je supportais mal l’inconfort, à plus fort titre quand cela concernait l’espace où je devais dormir. M’enfin, je m’en contenterai. Il le fallait bien. Pour Rin ! (Et pour les bains !)
La seconde étape fut de me repérer dans la ville d’Hosenka, et dieu savait que ce n’était pas facile pour une bille de l’orientation telle que moi. Mais à force de jeter des coups d’œil aux cartes, de traquer les panneaux de la ville et d’interroger les passants, je pus trouver les stations thermiques sans trop de problèmes. À moi, la détente !

Je dus rester deux heures dans l’eau chaude, tant et si bien que mes doigts finirent tous fripés. Mais peu m’importait. Mes muscles semblaient s’être transformés en guimauve, et jamais ma peau ne m’avait semblée aussi douce ! Une seule tenue correspondait à une telle situation : le kimono, doux, confortable et soyeux ! Avec un soupir de soulagement, j’enfilai le tissu turquoise, le nouant au niveau de la taille, mis des chaussures adéquates, et sorti, avec pour plan de visiter la ville. Mais problème survint. En effet, le soleil commençait tout juste à décliner, mais cognait tout de même. Or, il était hors de question pour moi de souiller ma peau toute propre par la moindre goutte de sueur ! Je m’achetai donc une ombrelle simple, ainsi qu’un joli petit éventail et profitai du paysage au maximum. Une sorte de béatitude s’empara de moi, et mon esprit vagabonda sur divers sujets. Ça, c’était de vraies vacances ! Quand le corps et l’esprit baignaient dans un sentiment de plénitude. J’aurais donné une fortune pour rester ainsi une semaine entière, mais je n’avais pas de fortune à débourser ! Il fallait donc profiter du mieux que je le pouvais, ce que je fis.

Je ne saurais dire combien de temps ma petite ballade dura, mais à son terme, le ciel s’était bel et bien assombri. C’est là que les ennuis commencèrent. Je me retrouvai au beau milieu d’une ruelle, et pris alors conscience que je ne savais plus du tout où je me trouvais. Sérieusement ?! Après un repos mental et physique, comme celui-là, j’allais ressentir du stress parce que je m’étais paumée connement ?! Non, non, Yuna, du calme. Tu allais demander à quelqu’un ton chemin, il te l’indiquerait, et tout rentrerait dans l’ordre. Pas de stress ! Pas de frustration ! J’allais retrouver mon hôtel, y manger et passer la meilleure nuit de sommeil de ma vie ! Il fallait juste trouver quelqu’un qui pourrait me répondre…
Quelqu’un comme cette dame en armure, de dos, avec de magnifiques cheveux longs et bruns ?

Pourquoi pas. Me forgeant un sourire étincelant, je rajustai mon ombrelle (qui ne me servait plus à grand-chose, mais ce détail ne me choqua pas particulièrement) et alla à la rencontre de l’inconnue. Je tapotais son épaule, qui me semblait bien haute. Décidément, c’était une bien grande dame ! Ça devait être une guerrière redoutable !


-Excusez-moi, madame ? Je cherche l’hôtel « Saguaro », vous ne sauriez pas où il se trouve ?

Qu’elle ne fut pas ma surprise de voir se retourner non pas une femme, mais un homme aux traits anguleux. Le sang vint automatiquement affluer sous mes paumettes. Baka. Une « Dame ». Et puis quoi encore ! Mais tes yeux te servaient à quoi ? Triple imbécile !


-Oh ! P-p-p-p-pardon ! J-j-j-je vous avais pris pour quelqu’un d’autre. Milles e-excuses… C’est qu’il fait s-s-sombre et…

À mesure que je bafouillais, je m’inclinais précipitamment de manière répétée et exagérée. Non mais franchement, quelle idiote ! Je continuais mes pitoyables excuses, ainsi que mes révérences caricaturales en signe de repentir, quand quelque chose attira mon regard, et m’interrompit. Derrière l’homme se trouvait une silhouette adossée au mur, courbée, comme vidée de son énergie vitale. Mon cerveau établi automatiquement un lien entre le visage dur de l’inconnu, que je venais de prendre pour une femme, et ce corps immobile. Mes yeux s’écarquillèrent. Je pointais fébrilement la masse sombre, commençant à trembler.

-Il… Il est mort ?




Spoiler:
 
©odé par Ren
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 7 Sep - 22:24





    J'étais venu à Hosenka pour deux choses. Premièrement, on m'avait demandé de vérifier le système de sécurité d'un riche local. Deuxièmement, il fallait que je parle à Jet Hyle.

    La première chose ne me prit pas trop de temps. Je devais juste vérifier la sécurité du manoir du riche. Ce fut assez distrayant. J'avais réussi à comptabiliser pas moins de vingt-neuf pièges à runes. Dont la moitié était dans le bureau dudit riche. Avait-il quelque chose à caché ? Sûrement, ce mec était un politicien et ceux-ci sont toujours louches. Mais on ne m'avait envoyé que pour vérifier la sécurité. Je ne devais pas désobéir aux ordres. Même si parfois...bon, j'avoue, la plupart du temps, j'essaye de rester dans la limite de la légalité.

    J'avais juste ajouté un enchantement afin que le Conseil puisse le surveiller. Une sorte de lacryma, mais plus discret, puisque les runes ne se révèlent uniquement si l'on s'en rend compte ou si les conditions imposées sont remplies. Mon petit enchantement était « Tout ce qu'il y a dans cette pièce sera sous surveillance tant qu'elle ne sera pas attaquée. ». Pas mal pensé, non ? Surveillance et protection. J'étais trop forte.

    Bref, le riche m'avait offert une journée gratuite dans son établissement de sources chaudes. Trop cool ! Non seulement, j'avais accompli ma mission pour le conseil, mais en plus, j'allais recevoir un bonus ! Trop bien !

    C'est ainsi que je passai un peu de temps dans les agréables et renommées sources chaudes d'Hosenka. Jet Hyle pouvait bien attendre quelque temps avant que je lui parle. En plus, je lui faisais une surprise de lui rendre visite. Je suis sûr qu'il allait apprécier...ou pas. Bref, pour l'instant, je m'en fiche, je compte bien profiter de chaque instant de cet endroit reposant. Après être sorti des bains, j'eus même droit à un massage de deux heures. Mmm.. ça faisait du bien ! Trop du bien ! J'adore les massages ! Mais celui-ci est fait par un pro. Je le sens ! Le masseur réussit à me combler de bonheur rien qu'avec ce petit massage.

    Je sortais du massage. J'étais aux anges ! Ironique, n'est-ce pas pour quelqu'un utilisant des créatures nommées démon ? Bref, en sortant de la salle de massage, je fus très certainement surpris par une troupe d'hommes en habit d'Adam. J'étais choquée ! Et ceux-ci sortaient tranquillement dehors , comme si cela n'allait pas gêner outre mesure, je puis voir certain d'entre eux porter des peignoirs et sortir dehors. Devais-je faire pareil ? À prêt tout, c'était peut-être le quotidien normal des gens d'Hosenka ? Qu'est-ce que j'en savais moi de leur mode ? Je n'étais jamais venue.

    Bon, puisque c'est ce que font les gens d'ici, je vais faire de même. Comme on dit, à Crocus, faire comme les Crociens. Je ne suis pas sûr que c'est comme ça que l'on appelle les gens de Crocus, mais qu'importe.

    Je suis sorti du spa, en peignoir, sans rien dessous. J'étais allé à l'auberge la plus proche pour boire un coup, voire deux ou plus. J'étais déjà à ma quinzième pinte lorsque je vis des gens devant les battants de l'auberge. Apparemment, quelqu'un n'allait pas bien. Par habitude, je me précipitai vers les lieux. Même si ma course ne fut pas très droite et que j’avais renversé deux-trois tables ainsi que quelques meubles, j'arrivais vers le souffrant. Deux personnes étaient à ses côtés.

    « Agent du conseil. Laissez-moi faire ! »

    Je m'agenouillais vers le malade, enfin, je pense qu'il était malade. Je mis ma main sur son front, il était brûlant. Lorsque je m'étais agenouillé pour prendre la température dudit malade, mon peignoir s'était détaché. Le malade avait donc une vue assez réjouissante pour un homme. Je sentis un courant d'air sur ma peau nue. Je baissais mon regard pour voir l'implacable vérité. Puis je regardais celui qui n'allait pas bien. Je ne sais pas s'il regardait mes formes, mais je ne pus m'empêcher de raisonner davantage sachant que je devais avoir trois grammes d'alcool dans le sang. Ce fut instinctif.

    « PERVERS ! »
    Je mis ma main sur la joue de l'homme malade, mais de manière très brutale, à vrai dire cela ressemblait plus à une énorme claque qu'autre chose.


    HRP:
     






_________________

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Lun 12 Sep - 20:06
Les scientifiques se demandaient souvent des questions farfelues sur l’existence en elle-même. L’une d’entre elles était à partir de quand pouvait-on déterminer que l’on était entre la vie et la mort, à la fois dans les deux états. Pour ma part, j’avais une petite idée à l’heure actuelle de la chose. Beaucoup diraient que j’étais en train de dramatiser, mais il fallait dire que là, autant j’avais l’impression d’être dans mon corps, de bien-être dans mon environnement, autant je n’avais aucune réponse des fonctionnalités dont été sensées être capable mon corps. Je n’étais qu’un esprit bloqué dans une enveloppe inutilisable, contemplant ainsi le moment où je passerais très certainement de l’autre côté. La mort qui me prendrait dans ses bras, afin de m’emmener vers les autres êtres dé-Attends, ça ne serait pas une gourde, là ?!

Tournant légèrement la tête, alors que je pensais ceci impossible, je répondais très faiblement, juste en montrant que j’avais remarqué la présence d’une autre personne, à la voix qui m’avait interpelé. Je n’avais pas encore la force pour lever la tête et voir qui serait le Messie de ma salvation, et puis j’étais plus concentré dans l’objet de sa main. Un conteneur de liquide rafraichissant et revigorant, source de vie (une gourde d’eau fraiche quoi). Rien que cette vision réussie à me redonner des capacités motrices, même légères, dans le corps. Ainsi, mon bras était en train de se lever, bien tremblotant, afin d’essayer de saisir l’objet. Centimètres par centimètres, je pouvais déjà sentir le bien que cela me ferait. Cependant, l’homme éloigna l’objet, alors qu’il se retourna pour voir ailleurs. Désespoir fit place, alors que ma main retomba au sol.

Si j’avais encore assez d’eau dans le corps pour pleurer, sans doute que cela serait fait à présent. Hélas, je n’avais même pas le luxe de me lamenter pour ceci. Je ne pouvais que contempler mon salut s’éloigner, le regardant partir… Mais non, il semblait rester immobile, la main tenant la gourde toujours basse. J’avais la chance pour un deuxième essai, une autre tentative de me désaltérer. Sautant ainsi sur l’occasion, je relevai cette fois-ci l’autre main, penchant légèrement mon corps en même temps pour attraper le divin breuvage, mais une fois encore, une nouvelle interférence intervint. Dans l’état des choses, ma tête était tellement dans le coltard que je percevais à peine les formes au-delà des couleurs. Cependant, je pus reconnaître la forme d’une longue chevelure blonde se pencher vers moi. Cela me mit en aise, me rappelant quelqu’un qui savait toujours comment me mettre de bonne humeur.

Un sourire rassuré se dessina sur mon visage, ma main toujours à la rechercher du trésor à l’aveuglette, mon visage toujours ensorcelé par l’or, alors que je sentis brusquement une frappe sur ma joue. Pour le coup, la violence du geste avait réussi à me réveiller sec. Pour le coup, je repris enfin le contrôle de mon corps, faiblement, alors que je séparai mon visage du sol, grognant et jurant à voix basse. Cependant, tout en me remontant debout, je portais mon attention sur ma main pleine, à savoir, celle qui avait réussi à attraper la fameuse gourde. Très vite, j’ouvris le bouchon, sans vérifier si j’avais cassé l’ouverture ou non, et l’apporta à mes lèvres pour prendre trois bonnes gorgées. Le bien fou que ça faisait dans mon organisme, alors que je sentis le liquide couler le long de mon œsophage. Sans attendre la moindre permission, j’enchaînai en plaçant le conteneur au-dessus de ma tête, et en vidant la flotte sur ma personne. La douche d’eau fraiche, y a que ça de vrai. Je sentais les éclaboussures glisser le long de mon corps, dessinant le contour de mes muscles, inondant la marque de guilde sur mon pectoral par la même occasion.


« - Ooooooooh, que c’est bon… »

Cependant, cette joie ne fut que passagère, puisque la flotte ne coula plus, me laissant certes satisfait, mais sur ma « faim ». Laissant la main tenant la gourde tomber, je ramenais l’autre au niveau de mes cheveux pour essayer de me dégager le front des mèches mouillées qui étaient tombées. L’esprit était revenu, le corps rafraîchi, j’étais de nouveau vivant ! Faisant légèrement craquer le cou (c’est que ça ne faisait pas du bien aux muscles de jouer les comateux), je me rendis compte de l’assemblée qui semblait m’observer étrangement, chacun avec sa propre expression. Ils semblaient avoir chacun un accoutrement différent, des formes de Kimono allant de tout à chacun. Cependant, celle qui était avec la chevelure blonde semblait essayer de fermer le sien, sans pour autant y arriver. Les joues rouges, et forçant mes yeux fermés, je détournai du regard en me mettant à répondre avec l’aisance qui me caractérisait.

« - Non mais ça va pas de se balader comme ça, le kimono ouvert ?! Vous êtes quoi, une exhibitionniste ?! »

Si l’on omettait le fait que les seuls habits qui me restaient de ma tenue usuelle étaient mon short et mon bandeau autour du cou (je n’avais même plus de sandales), ma remarque aurait été des plus valide. Mais passons, pour l’heure, je n’allais pas chercher à me défendre de quoi que ce soit. Constatant ainsi que la « flasheuse » avait enfin fait en sorte d’avoir une tenue plus descente, je me rappelai enfin de l’objet que j’avais en main. Regagnant ainsi un teint plus pâle (et donc habituel), je tendis la gourde en avant, avec un sourcil arquais et une expression plus calme.

« - Et sinon, c’est qui que je dois remercier pour ce sauvetage ? »

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Dim 18 Sep - 16:17

Sources chaudes





Faire simplement en sorte que l’inconnu s’hydrate avait été un véritable tour de force. Soit il buvait comme un trou, soit il en avait vu de toutes les couleurs ces derniers jours. Une jeune inconnue lui avait demandé la direction de son hôtel, prenant au passage le mercenaire pour une femme. Il devait faire sacrément sombre pour que ce genre de méprise ait lieu, vu sa carrure.

Sans cependant s’appesantir sur cet instant de gêne, la fille aux cheveux verts fixa d’un air quasi-terrorisé le baroudeur affalé dans un coin. Elle bégaya une conjoncture plutôt hâtive. Alors que Shi s’apprêtait à lui répondre, il fut une nouvelle fois interrompu par une importune. Des effluves de piquette émanaient d’une femme en peignoir, qui s’approchait au pas de course. Dégageant d’un geste de la main le badaud qu’il était, elle se mit à tenter d’ausculter le jeune homme.

Son peignoir glissa. Shi sentit la catastrophe arriver. Alors que le blessé détournait la tête d’un air gêné, la mage du conseil lui retourna une colossale beigne. Avec une moue crispée, Shi se demanda si elle ne venait pas d’achever le jeune homme.

Sans perdre de temps, Shi agrippa de poignet de la jeune femme, qui venait de réussir –non sans peine- à remettre son peignoir. Il la tira vers l’arrière alors que l’aventurier convalescent retrouvait toutes ses fonctions motrices.

Bon dieu, mais vous êtes folle ? Ils vous apprennent à frapper les blessés, au Conseil ?

Mais Cheveux bleus était solide, aussi se releva t’il rapidement. Cela surprit d’ailleurs le mercenaire, qui manqua de lâcher un sifflement admiratif. Il aurait fallu quatre jours, voire une semaine, à la plupart des gens, pour se remettre complètement sur pieds, et voilà que lui galopait comme un cabri. Sûrement encore un peu dans les vapes, il posa une question étrange. Qui devait-il remercier pour tout ça ?
Shi prit la parole, tout sourire.

Shi Tami, enchanté. Ce n’est pas la peine de nous remercier, j’espère simplement que quelqu’un fera la même chose quand j’en aurai besoin.

Sans tergiverser, il pointa du doigt l’entrée de l’auberge. Il se serait bien assis afin de manger un morceau, et puis il lui tardait de savoir comment Cheveux bleus avait atterri ici.

Que diriez-vous d’aller abuser un peu de l’hospitalité de cette ville ? Je meurs de faim, et il me semble qu’il nous faudrait éclaircir certains points. Oui, je parle de vous, mademoiselle du Conseil. Vous devez bien des excuses à monsieur ici présent.




_________________

Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 21
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mar 27 Sep - 18:39

Sauvetage (?) in extremis





Sous mes yeux écarquillés, le cadavre bougea. Je sursautai. Le-le-le-le-le-le… LE MORT !! Il venait de tendre la main. Je fus parcourue d’un frisson d’horreur, blême. Un… Un ZOMBIIIIIE ! Heureusement, une voix, pour ma part inconnue, retentit derrière nous. Ouf, le conseil. Nous étions sauvés ! Cette agent allait nous sauver de cette créature impie, et tout irait pour le mieux ! Aaaaah, dieu merci, il y avait les forces de l’ordre et les mages pour nous protéger, dans ce monde de brut.
Attendez… Moi aussi, j’étais une mage !

Hum, hum... Bref. La mage du conseil se pencha sur la créature, et sembla lui appliquer des soins. C'est alors que je compris beaucoup de choses. Je compris que le zombie était en fait un jeune homme mal en point, que les peignoirs, ça tenait mal, que les mages du conseil étaient violents et, enfin, que j'avais encore du chemin à faire en matière de seins...
Pour le coup, je me demandais si le jeune homme n'était pas vraiment mort. Mais un nouveau mouvement du garçon m’indiqua que ce n’était pas le cas. Fébrilement, il se saisit de la gourde que tenait le guerrier (tantôt pris pour une guerrière) avec un air triomphant. Il engloutit l'eau et sembla reprendre des couleurs à mesure que l'outre se vidait. Il enguirlanda au passage la demoiselle pour son impudeur, ce à quoi je ne pouvais qu’adhérer ! Dieu merci, cela ne se terminait pas si mal.
Le guerrier (tantôt pris pour une guerrière) éloigna la demoiselle qui me sembla bien rouge et gauche. Pour sûr, je comprenais absolument le réflexe de l'agent du conseil. Exposer ainsi son corps et ses énormes miches à la vue d'un mâle pouvait engendrer de terribles conséquences. (l'une d'entre elle fut l'éveil de ma jalousie à l'égard du bonnet de la demoiselle). Mais tout de même, un tel acte -je ne saurais dire si je parlais du déshabillage surprise ou de la gifle qui le suivit- ne manquait-il pas de professionnalisme? M'enfin, le mourrant respirait encore, et ne semblait pas s'être changé en une créature avide de cerveau humain. C'était le principal.



- Et sinon, c’est qui que je dois remercier pour ce sauvetage ?


L'air de rien, je montrai du doigt le guerrier (tantôt pris pour une guerrière). Au final, nous avions beau être trois sur le terrain, il avait été le seul à être d'une réelle utilité. Il faut dire que ce n'était pas en le prenant pour un mort- vivant, en s'exhibant devant lui et en lui ascenant une gifle qu'on soignait quelqu'un !

Comme si rien de tout cela ne s'était passé (et sûrement pour nous faire oublier ce pénible événement), le guerrier (tantôt pris pour une guerrière) nous proposa de manger un morceau ! A cela je répondais : volontiers ! Je comptais manger à l'hôtel, mais les repas n'étaient pas compris dans ma réservation, la qualité de la nourriture laissait autant à désirer que les compétences de la blonde en matière de premiers secours, et c'était plus sympas à plusieurs ! D'autant que j'étais curieuse de savoir comment ce garçon en était arrivé là ! Il devait avoir subi un combat des plus éreintants ou affronté une terrible créature pour se retrouver dans une situation pareil ! J'acquiessai donc avec entrain:



-J'en suis ! Vous devez tous avoir des histoires passionnantes à raconter !




Spoiler:
 
©odé par Ren
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Jeu 29 Sep - 16:05
Sources chaudes, sources d'emmerdes
Ao/Yuna/Shi/Amandil



J'avais frappé le malade, rectification, je l'avais giflé. Sur le coup, je n'y avais pas pensé, j'avais juste fait ce que toutes femmes, fait dans ces moments-là. Mon peignoir s'étant ouvert, mon geste pouvait être considéré comme légitime, aux yeux de certain. Ma gifle avait même eu un effet salvateur pour le malade puisqu'il se réveilla. Finalement, bien que cela eût été involontaire, cela a été bénéfique. Juste après ce mouvement le mec baraqué m'avait attrapé le poignet pour m'éloigner du malade. Celui-ci me réprimandait. Il me disait que j'étais folle et que le Conseil Magique nous apprenait à frapper les blessés. Il m'énervait celui-là de me prendre de haut comme ça.

« D'abord, je ne suis pas folle ! Ensuite, non, on n'apprend pas cela, mais au moins vous pouvez voir qui s'est réveillé grâce à moi ! Pour finir, à moins d'être un goujat, on ne dit pas à une dame qu'elle est folle lorsque l'on vient de la rencontrer ! » Disais-je avec le visage rouge de colère et un peu honteux, si ce mec me semblait hautain, je m'étais adressé à lui sur le même ton.
Le malade avait réussi a attrapé la gourde du mec baraqué qui était parmi les inquiets. Il but quelques gorgées, puis vida le reste sur sa tête, s'arrosant le corps d'eau. Il poussa même un gémissement de plaisir. Apparemment, cela lui faisait du bien. Pendant ce temps-là, j'essayais tant bien que mal à remettre mon peignoir correctement, pour éviter une nouvelle tragédie. C'est alors que j'ai entendu l'ex-malade rouspéter après moi ! Moi, une exhibitionniste ! Je répliquais fermement :

« Parlez pour vous ! Vous êtes aussi à moitié dénudé ! » Puis je murmurais en guise d'excuse que mon peignoir s'était ouverte, tout seul, et que je ne l'avais pas décidé.

L'ancien malade demanda ensuite qui est-ce qu'il devrait remercier pour lui avoir fourni la gourde. Pendant ce temps-là, moi, je marmonnais en grommelant que s'il s'était réveillé, c'était grâce à moi. Ce fut le baraqué qui répondit que c'était lui qui avait donné la gourde à cheveux bleus. Il se présenta sous le nom de Shi Tami. Puis, il ajouta :

« Que diriez-vous d’aller abuser un peu de l’hospitalité de cette ville ? Je meurs de faim, et il me semble qu’il nous faudrait éclaircir certains points. Oui, je parle de vous, mademoiselle du Conseil. Vous devez bien des excuses à monsieur ici présent. »

Bien que je fusse d'accord sur le fait d'avoir faim et qu'il fallait éclaircir certain point, il souleva le fait qu'il parlait de moi et non pas de cheveux bleus. En entendant ce discours, on pouvait voir que je fumais de colère contre ce présomptueux personnage. Ne voulant pas faire plus de vagues que cela, je fis un mouvement dédaigneux en tournant ma tête, un peu comme une gamine qui boude. Ce qui ne m'empêchait pas de suivre le groupe nouvellement formé. Si, monsieur payait la croûte, autant ne pas refuser. Quoi ? Moi, opportuniste ? Pas du tout ! Bon, c'est vrai un petit peu. Mais un homme doit offrir le repas s'il est accompagné de dames ou demoiselles, surtout si celles-ci sont jolies. La fille aux cheveux verts était mignonne comme tout, joli et très charmante, je trouvais. Alors ce mec allait bien nous offrir le repas, après tout s'il le faisait et se comportait en gentleman, je pourrais même lui faire des excuses. D'autant que faire des nouvelles rencontres était toujours appréciable. Cela semblait pourtant mal parti avec cheveux bleus et baraq-man. Je voudrais bien me rapprocher de cette demoiselle aux cheveux verts qu'il m'avait l'air fort sympathique.

Une fois que nous avions pris une table pour quatre. Je commençais la discussion:

"Bien avant que l'on commence à manger, autant tous se présenter. Mr. Tami l'a déjà fait. Pour ma part, je suis l'écuyère Amandil, enchanté de vous rencontrer." au moment où j'avais parlé de Shi, j'avais tourné mon visage vers lui, avec un sourire, certes forcé, mais cela restait un sourire.
Bien que mon discours était fait pour tout le monde, je m'adressais surtout à la fille aux cheveux verts. Les garçons ne m'avaient pas donné bonne impression.

Codage par Yuna Tsubomi ♪

_________________

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Sam 8 Oct - 16:10
La situation était des plus cocasse, de ce que je pouvais deviner. En effet, le groupe d’individus que nous composions à l’heure actuelle était pour le moins des plus hétéroclites (Yup, moi aussi je peux sortir des mots-compte-triple), ce qui pouvait attirer les regards intrigués des passants. Heureusement (ou pas, on s’en fout après tout), c’était plutôt désert dans le coin. Personne dans les rues, sans doute dans les sources chaudes, ou alors dans les restos. Je restai donc à observer l’homme qui m’avait semble-t-il sauvé la mise, alors qu’il annonça qu’il voulait en apprendre un peu plus sur moi. Pour le coup, je ne savais pas quoi répondre. De base, je prévoyais surtout de le remercier rapidement avant de me tailler, mais il semblait en avoir décidé autrement…

Alors que j’étais sur le point de me défendre, je me rendis compte qu’il n’était pas le seul à être pour cette idée. En effet, je remarquai alors une ado aux cheveux verts (étrange comme couleur, et pourquoi pas bleu pendant qu’on- oubliez ce que je viens de dire…) qui semblait assez hyperactive. Je la voyais regarder en direction de la blonde avec une certaine… Jalousie ? Pourquoi ? Elle aussi voulait s’amuser à flasher les gens en se mettant nue ? Mais dieu, où va le monde… En tout cas, elle semblait assez enthousiaste à participer à ce « repas improvisé » (qui ne le serait pas ?), pas comme moi (réponse apportée), qui voulait juste me débarrasser de la « corvée » de faire plaisir en remboursant ma dette. Je l’entendis ainsi qu’il voulait offrir le repas, ce à quoi je l’interrompis, pointant ma paume vers lui, et une main cherchant dans mon short… Non, ce n’est pas ce que vous croyez.


« - Attend ! Je refuse que tu me sauves la mise ET que tu me payes la bouffe ! Puis, sortant de la poche d’intérieur de mon vêtement, je montrai ma bourse (C’EST PAS CE QUE VOUS CROYEZ !). Je payerai la bouffe, et si t’es pas d’accord, je m’en tamponne le sifflet. »

Le ton était donné. Soit je payais, soit je payais, et basta. Je me rends compte maintenant que j’aurais pu partir en lui disant que je devais me rendre ailleurs (ce qui était en partie le cas, vu que je devais toujours chercher ma veste), mais il fallait bien que je le dédommage d’une manière ou d’une autre. En plus, je ne semblai pas être le seul contre cette idée. La blonde exhibitionniste semblait-elle aussi assez réticente à l’idée de s’asseoir avec moi à une table, bien réciproque quant à ma réaction face à elle. Non mais franchement, qui de sensé se baladerait en ayant aucune conscience de l’absence de tissus couvrant son corps. Grattant mon buste à l’air, voyant les autres rentrer dans le restaurant, je me résignais donc à les suivre.

Trouvant ainsi une table, je fis en sorte de m’asseoir le plus éloigné de la blonde possible. Pas envie de me retrouver en face d’elle, à devoir supporter son regard accusateur, alors qu’elle était en tort. Au moins, à sa diagonale, elle aura moins tendance à tourner la tête vers moi, et je me tiens hors de portée d’une nouvelle frappe à la joue. Finalement, alors que nous étions assis, elle commença à se présenter. Elle… Elle était membre des forces de l’ordre ? Vous foutez de moi ?! Qui serait aussi dingue pour la prendre en tant que chevalier runique ?! Je commençai déjà à avoir de nouveau mal à la tête, mais plutôt sous la forme d’une migraine, à essayer d’interpréter les « voix de la raison » du conseil dans la sélection de leurs soldats. Mais alors que je me retrouvai dans cette réflexion, je sentis les regards tournés vers moi… Je devais donc me présenter ? Mais je ne voulais rien faire moi, c’était pas prévu ! Soupirant, je remis en place le bandeau qui traînait encore autour de mon cou, et pointait de mon pouce le pectoral avec mon emblème tatoué.


« - Moi c’est Aoyuki Tatsuki de Fairy Tail. Et pour ceux qui se demandent ce que je foutais là, je revenais tout simplement de mission. Et croyez-moi, c’était pas la joie… »

Soupirant, j’attendis que les autres aient fini de faire leurs propres présentations, me tournant vers l’extérieur de la table, la tête dans ma main, ne faisant qu’écouter vaguement. Je sentais déjà les emmerdes arriver suite à cette annonce… Il fallait dire qu’en combinant mes pouvoirs, mon appartenance à la guilde folle et mon passif, je devais pas vraiment être le glandu du coin que les gens se permettaient d’ignorer. Faisant en sorte d’ignorer la suite, je fis en sorte de chopper une carafe sur une table vide, la vidant pour boire encore de l’eau fraîche. Les autres me regardaient bizarrement sans doute, mais bon, rien à battre. Sentant les regards à nouveau, je soupirai en me disant que ce n’était pas fini.

« - Vous voulez la suite de l’histoire je suppose… ? Tss, tellement la flemme… Ok, alors tout a commencé par cette offre que j’ai vu… »

Informations:
 

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Jeu 20 Oct - 18:39

Sources chaudes, sources d'emmerdes





Shi entra dans le restaurant avec une certaine appréhension. Il jeta un regard furtif autour de lui, avant de soupirer de soulagement : il ne connaissait personne dans la salle. Sa réputation auprès de ses amis en aurait pris un coup s’il était parvenu à leurs oreilles qu’il passait ses vacances à dîner avec des jeunes excentriques, des mages qui avaient l’air d’avoir fait trois fois le tour du royaume sans même songer à se laver, et des dames du Conseil qui confondaient peignoir et tenue décente.
En attendant, à force de se perdre dans ses pensées, il s’était laissé devancer par le groupe. Lorsqu’il les rejoignit à la table, cheveux-bleus avait déjà pris d’assaut la place idéale –le plus loin possible de la blonde, en clair-, ce qui obligea le jeune mercenaire à s’asseoir face à elle.

Ils passèrent commande. En quelques instants, on leur apporta des boissons afin de les faire patienter. Pour sa part, Shi, qui n’avait nulle envie de finir la soirée éméché, s’était contenté d’un kir royal, un mélange qu’il tenait particulièrement bien, et au prixtrop rébarbatif pour que l’on veuille se saouler avec.
Baladant son regard sur ses compagnons de fortune, il scruta ces visages qu’il n’avait qu’aperçu. Face à lui se tenait la mage du conseil. Même si elle avait l’air d’être dotée d’un tempérament exécrable, force était d’avouer qu’elle était de toute beauté. Elle devait avoir à peu près son âge, et aurait tout à fait été son type si elle ne s’était pas montrée si orchidoclaste (mon quota de Scrabble pour le Rp).
Elle se présenta. Il tiqua lorsque l’écuyère Amandil se mit à lui donner du « Monsieur Tami », alors qu’elle semblait prête à lui enfoncer un pic à brochette dans les côtes quelques minutes auparavant. Belle ET hypocrite, voilà qui promettait.

A ses côtés se tenait celle qui était restée la plus discrète –ce qui relevait de l’exploit, sachant que ses cheveux étaient d’un magnifique vert pomme-. Il ignorait tout d’elle, sinon qu’elle l’avait tantôt pris pour une guerrière, et qu’elle semblait assez timide.
Son regard se dirigea alors vers cheveux-bleus, alors que celui-ci prenait la parole. Il faisait jeune, Shi lui aurait difficilement donné plus de dix-huit ans. Pourtant, il était mage de Fairy Tail. Il avait déjà entendu ce nom deux ou trois fois, sûrement au bar, un ragot comme on entendait tant. Sans être une légende, le type devant lui avait quand même du bagage.

Il commença à raconter son histoire, accompagnée de nombreuses fioritures et d’un petit humour qui faisait passer le temps tandis que Shi attendait toujours son dîner avec un appétit croissant. Alors qu’Aotsuki racontait l’histoire d’une voix lasse, un serveur visiblement exténué apporta finalement leur repas. Un grand sourire se dessina sur le visage du mercenaire. Non pas que le récit l’ennuyait, loin de là, mais il devait admettre que le temps qui passait, couplé au fumet qui emplissait le restaurant, l’empêchaient de réprimer sa faim comme il l’aurait voulu. Il empoigna sa fourchette d’un geste impatient, avant de la planter avec précipitation dans l’énorme côte de bœuf qui s’offrait à sa vue.
Il déglutit.

Un garou, hein ? Le frère d’un de mes amis a été bouffé par une de ces saloperies. En plus, avec tous ces morveux qui se croient assez puissant pour faire le tour de Fiore tous seuls, ces bestiaux sont de plus en plus nombreux.

Il n’avait jamais croisé ces créatures, mais les récits qu’on lui avait fait le dissuadaient bien d’essayer d’en trouver un. Si, comme il l’avait dit, il avait vraiment affronté un garou, ce type devait vraiment être balaise. Dans les yeux de Shi, on pouvait dès à présent lire un soupçon d’admiration. Bien plus, en tout cas, que s’il s’était adressé à un gamin un peu effronté, comme il avait d’abord perçu le mage.

PS:
 



_________________

Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 21
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Dim 30 Oct - 0:15

Itadakimasu!





Je sautillais sur place alors que notre joyeuse compagnie se dirigeait vers le restaurant. Non seulement, je venais de rencontrer de nouvelles personnes, mais en plus, je me faisais payer le resto ! Quel pied ! C’était mon jour de chance, ma parole ! Si on m’avait dit qu’en m’approchant d’un type au genre flou qui était penché sur un individu à moitié mort, j’allais manger gratuitement, j’y serais allée avec plus d’entrain ! Nous entrâmes dans un restaurant lambda (mais, ma foi, fort joli), et nous assîmes à une table. Je me retrouvai en face du revenant, l’exhibitionniste BFP (Blonde à Forte Poitrine) s’étant assise à côté de moi. Je commandai un plat dont l’image me mit l’eau à la bouche, et pris un cocktail pour patienter. La BFP proposa que nous nous présentions en bonne et due forme. J’appris ainsi qu’elle n’était pas mage, mais écuyère runique du conseil. A moins qu’il n’y ait pas de différence ? Boh, c’était pas très important. Je m’emmêlais toujours les pinceaux, avec tous ces grades. Amandil, donc. Dude, je n’arriverais jamais à le retenir. De toute façon, c’était toujours comme ça. J’avais toujours du mal à retenir les prénoms. Au pire, je le lui redemanderais.

Ce fut au tour du type aux cheveux bleus de se présenter. Wait…. Aoyuki Tatsuki de Fairy tail ? J’avais déjà entendu ce nom quelque part… Bon, il fallait dire que les membres de la guilde des fées étaient tous plus ou moins réputés. Où diable avais-je pu entendre son nom ? Je fouillai avec difficulté les tréfonds de ma mémoire quand cela me revint : Ah… Ce type était tout simplement le Dragon Slayer des glaces. Juste ça quoi. Bon… Pas de quoi en faire un foin.
GROSSE BLAGUE . C’était la première fois de ma VIE que je rencontrais un Dragon Slayer !!! (Enfin, si on ne comptait pas la fille en noire que j’avais croisée durant la bataille de Gehenna). Comme si je pouvais ne pas en faire un foin !!! Un grand sourire étira mes lèvres, alors que je faisais tout pour empêcher mon cerveau de rentrer en ébullition. Non, Yuna. On se calme. Pas de groupie-mode, s’il te plaît. Toi-même, tu détestais quand les filles faisaient ça. C’était un type normal. Regarde : tu l’avais bien pris pour un zombi quelque minute avant, non ? Il fallait être na-tu-relle.
J’affichais donc naturellement un énorme sourire et des yeux brillants d’étoiles.


-Ravie de vous rencontrer, Mina ! Moi, c’est Yuna Tsubomi. Enfin, Yuna ça suffit… Et je suis mage de Cait Shelter ! Pour vous servir !

Je me gardais bien de montrer ma marque comme l’avait fait le Dragon Slayer des glaces. Après tout, avec un tel accoutrement, il faudrait que je me dénude à moitié pour montrer ma marque et… Comment dire… Ce n’était pas très plaisant, comme idée. Si j’avais gardé mes vêtements habituels, il y aurait eu une forte probabilité pour que je puisse la montrer sans grand mal. Un dos nu, et le tour aurait été joué. Une prochaine fois, peut-être…

Le Dragon Slayer, lui, sembla n’écouter que d’une oreille distraite. Peut-être ne s’était-il pas totalement remis de son faux-trépas ? Bah, un bon repas lui ferait le plus grand bien ! On nous distribua enfin nos boissons, et je gratifiai la serveuse d’un sourire. Mon cocktail avait l’air délicieux. Il était coloré d’un magnifique dégradé allant du turquoise à l’orange. Une rondelle de citron était minutieusement callée sur un rebord du vert. Ne pouvant refouler ma gourmandise, je pris la paille et l’amenai à mes lèvres. Le mélange fruité fut délicieux, quoi qu’un poil trop acide. Tant pis, je m’en contenterais. La paille toujours dans la bouche, je levais les yeux vers Aoyuki. Nous attendions tous son récit, ce qui sembla d’ailleurs l’emmerder ferme. Ah non ! Il n’y couperait pas ! Je voulais tout savoir des aventures d’un Dragon Slayer ! Cela promettait d’être fantastique. Le visage dans les mains, la paille dans la bouche, j’offrais toute mon attention au mage de Fairy Tail.

J’appris donc qu’il avait effectué une mission, et que son fourbe d’employeur lui avait dissimulé la véritable nature de son ennemi. Je lâchais de petits rires de temps à autre. Imaginer le Dragon Slayer courir dans tous les sens, coursé par un gros chat et des moustiques, c’était comique en un sens. Cela cassait un peu l’image du Dragon Slayer badass que je m’étais faite, et cela ne me déplaisait pas. Je le trouvais obtus, et je devais avouer que je trouvais ça drôle. Durant son récit, on nous apporta les plats, et je réprimai un petit cri d’émerveillement en voyant l’assiette que l’on déposait devant moi. Ça avait l’air tellement bon ! Je repoussai mon verre déjà fini –dieu, j’avais toujours autant de mal à me retenir de tout boire d’un coup- et m’attaquai au plat avec voracité. Celui-ci était un poil épicé, ce qui n’était pas déplaisant. Mâchant avec plaisir, je continuais d’écouter le récit du Dragon Slayer, qui s’était retrouvé au final vaincue par… le soleil. Je me reteins de rire (avec beaucoup de mal je l’admets). Après tout, quand on connaissait la nature de ce type, on pouvait comprendre qu’il était sensible aux températures élevées, mais tout de même. La situation était comique, quand on y réfléchissait bien.


-Un garou, hein ? Le frère d’un de mes amis a été bouffé par une de ces saloperies. En plus, avec tous ces morveux qui se croient assez puissant pour faire le tour de Fiore tous seuls, ces bestiaux sont de plus en plus nombreux.

Je palis immédiatement. Il était vrai que j’avais déjà fait de longs trajets toute seule, le tout à pied. Du coup, je faisais partie de « ces morveux qui se croyaient assez puissants pour faire le tour de Fiore tous seuls ». Sauf que je n’étais jamais tombée sur un machin-garou. Enfin, il m’était déjà arrivé de tomber sur des trucs qui n’étaient pas bien folichons non plus. Et regardez, j’étais encore là !

-Ces trucs sont si dangereux que ça ? demandais-je avec un air étonné.

J’avalai une autre bouchée de mon plat. Celui-ci commençait à piquer comme il fallait, à force. Cela se voyait peut-être à mes paumettes rouges, d’ailleurs.


-En tout cas, Aoyuki, tu as eu de la chance de tomber sur quelqu’un comme Shi ! Le grand Dragon Slayer des glaces, terrassé par la chaleur, ça n’aurait pas été très glorieux comme fin, raillais-je gentiment avec un sourire, avant de me tourner vers le guerrier et l’écuyère runique, et vous deux ? Pourquoi êtes-vous venus à Hosenka ? Vous êtes aussi venu profiter des bains ?

Tandis que je leur parlais, je jouais distraitement avec la paille de mon cocktail, faisant teinter les glaçons dans le verre. J’allais peut-être attendre un peu avant de reprendre une bouchée de mon plat.



©odé par Ren
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 2 Nov - 15:54
Sources chaudes, sources d'emmerdes
Ao/Yuna/Shi/Amandil



J'avais commandé un cocktail plutôt léger. Un cocktail du nom de Sakura, composé de jus de litchi, de vodka, de saké et de cranberry.

Quand l'ancien mort-vivant se présenta, j'étais choqué que la cuillère avec laquelle je faisais tourner dans mon verre tomba dedans dans un bruit de tintement et j'affichais aussi une expression extrêmement choquée.
Cet homme était le dragon slayer de la glace, un es membre les plus puissants de Fairy Tail. Je le savais parce que : d'un, j'étais une fan de tout ce qui touchait aux dragons et donc les dragons slayers , et de deux la guilde Fairy Tail étant une plaie pour le conseil avec toutes les destructions qu'elle faisait, donnait plus de travail au Conseil qu'elle en avait besoin. La jeune fille s'était présentée, elle se nommait Yuna et était mage de Cait Shelter. Je ne connaissais pas bien cette guilde et mon attention n'était plus sur Yuna. Comment aurait-il pu en être autrement avec la révélation de l'identité du mort-vivant ?

Pendant qu'Aoyuki raconta comment il était arrivé là, je l'observais attentivement., comme un gosse regarderait une glace. J'étais trop contente ! Je rencontrais ENFIN un dragon slayer. Moi, qui voulais en rencontrer un depuis toute petite. À l'époque où je devais choisir ma magie, j'avais voulu prendre celle de dragon slayer, mais elle n'était faîte pour des humains normaux. Il aurait fallu pour moi être élevé par un dragon. Alors que'Aoyuki continuait de raconter son histoire, je le dévorais d'envie. Moi, jalouse ? Absolument ! Ce type avait eu droit à la magie que j'avais toujours considérée comme la plus forte au monde.

Les plats commandés furent apportés et je pus savourer une bavette saignante avec en accompagnements des pommes de terre au four avec de la crème et des herbes à l'intérieur. Un régal ! Cela faisait longtemps que je ne m'étais pas fait plaisir autant. Je pouvais me le permettre, ce n'est pas moi qui payais et pour cause, je n'avais rien sur moi qu'un peignoir.

Shi Tami fit une remarque sur l'histoire d'Aoyuki. Apparemment, un tigre garou avait tué le frère d'un des amis à Shi. Ce dernier fit la remarque que, comment avait-il dit ? Comment aurait-il pu en être autrement avec la révélation de l'identité du mort-vivant ? Il avait raison, bien sûr. Mais si je lisais entre les lignes cela voulait dire qu'il était extrêmement puissant, en tout cas plus fort qu'un tigre garou. Un écuyer runique nouvellement formé aurait du mal à battre une telle créature. Moi-même, j'aurais un peu de mal à cause de la magie de cette bestiole.
Yuna semblait étonnée de la puissance du tigre garou. Je me permis de lui répondre.
« Ce n'est pas tant sa puissance qui est inquiétante, c'est la magie qu'utilisent les Tigre-garoux qui l'est plus à mon avis. Ils utilisent la magie de haute vitesse, ce qui peut s'avérer compliqué. Pour te donner un indice de force, un écuyer runique nouvellement formé aurait bien du mal à le battre. »

Yuna taquina ensuite Aoyuki sur le fait qu'il ait été terrassé par la chaleur, cela n'aurait pas été très pour lui, puis elle se tourna vers Shi et moi et nous posa la question. Qu'est-ce qu'on est venu faire à Hosenka ? Désarçonné par la question, je commençais par bégayer quelques mots sans sens cohérents. Puis je repris mon sérieux. Après tout, Aoyuki avait répondu sur sa présence, si je ne le faisais pas, je passerais pour quoi ?

« Révision de sécurité pour quelqu'un. Je dois aussi voir un ami qui habite dans les parages. À la base, je ne devais pas m'attarder, mais ce client m'a offert un bonus : une journée gratuite dans son affaire, donc j'en ai profité. Et toi, Yuna , que viens-tu faire dans cette ville ?»

Mon explication était calme, sans prétention, même si mon ton était un peu morne, neutre, un comme quelqu'un qui lisait un livre par cœur. Je ne voulais pas rendre jaloux les autres, ni par mon excitation, ni par un ennui quelconque, qui soulignerait que j'ai l'habitude de cela, ni par mépris pour eux.

Codage par Yuna Tsubomi ♪

_________________

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Jeu 10 Nov - 17:36
Rien que l’idée de raconter cette histoire une nouvelle fois arrivait à m’exténuer et à me faire grincer des dents en repensant au bordel que j’ai dû affronter. Il fallait dire que le plus gros danger avec ces garous n’était pas forcément leur nombre ou leur force individuelle, mais le fait que je devais faire en sorte de ne pas me prendre la moindre morsure au risque de finir mes jours à devoir me lécher les poils pour faire ma toilette. Rien que ça, me donnait une certaine motivation à continuer à fourrer ces bêtes de coups pour m’en débarrasser. Il y avait également cette histoire de moustiques géants qui m’avait pris pour cible, près à m’enfoncer leurs dards dans la peau. Pour les phobiques des piqûres, autant qu’ils ne s’investissent pas dans la conversation…

« - En effet, ça va vite, mais c’est aussi pas très poussé réflexion. Tu les laisses te foncer dessus, et si t’as les réflexes, une bonne vieille onde répulsifs, et on en reparle plus. »

Et étonnamment pour vous, mais cette idée me plaisait pas plus que ça… Je n’allais pas non plus rajouter l’histoire des trajets en train dans mon récit, parce que si je partais là, je sentais que j’allais gerber… Sérieusement il faudra un jour que l’on m’explique pourquoi les gens ont trouvé que c’était une bonne idée de remplacer les animaux-montures par des machines. « Oui, ça va plus vite, c’est plus confort, blablabla… » C’est de la merde ! Une invention du démon qui n’aurait jamais dû exister ! Oui, avec ça, des voyages de normalement plusieurs jours se faisaient en quelques heures, mais quand même… Il aurait fallu que je demande à Freezer de m’accompagner, mais bon, une créature à l’apparence badass comme lui avait tendance à effrayer les non-initiés.

Enfin bon, mon récit fini, je pouvais un peu plus observer les réactions de mes collègues ici présents. Je ne savais pas comment je devais les réactions de mes partenaires de repas. Entre le premier qui parlait du fait qu’un de ses frères s’était fait bouffer par une de ces bêtes comme s’il racontait une anecdote concernant une course, et les deux femmes qui me regardaient comme si j’étais un morceau de viande face à deux carnivores, je savais plus quoi penser. En parlant justement des deux dernières, je sentais déjà le teint de mes joues rougir. Bordel de merde, j’étais un gaillard dans la vingtaine, j’avais en plus une copine qui me plaisait à fond, et je rougissais comme une pucelle rien qu’au fait qu’on me fixait, faudrait m’expliquer ce qui clochait chez moi, non de dieu !

Pour faire passer le temps donc, je touchais enfin au soda que l’on m’avait amené pour me rafraîchir. Les autres de la table avaient opté pour un truc plus coloré et alcoolisé, mais bon, j’étais déjà mal en point au niveau de la chaleur, je savais que si je buvais de l’alcool, j’allais passer en Full Nudiste. Et étrangement, je pense que ça n’aurait pas été apprécié. Vidant cul sec le verre, je fis par réflexe de prendre l’un des glaçons dedans en bouche et commençait à le grignoter. Vous me direz, pourquoi je n’attaquai pas directement la pièce de bœuf sous mon nez. Simple : trop chaud. Je mange certes la viande cuite pour des raisons évidentes d’hygiène, mais je la mange surtout à minimum tiède. Faut pas déconner non plus.

Alors que j’écoutais les autres raconter leurs excuses pour venir ici (et oui, je parle bien d’excuses, car cela se voyait qu’une n’était pas tout à fait honnête avec ce qu’elle disait), j’échangeai un regard assez grondant en direction de la gamine aux cheveux jade. Elle n’avait pas arrêté de se foutre de ma gueule, ou du moins, essayait d’éviter d’éclater de rire en me voyant. Mais ce fut l’explosion quand elle me posa la question, alors que mon visage se durcissait rapidement quand elle a insinué que je ne valais rien sous la chaleur. Claquant de la langue en regardant ailleurs, j’étendis ainsi l’excuse bidon venant de la blonde. Révisions des normes de sécurité, tu parles.


« - On vous apprend à flasher et frapper les gens pour mettre de l’ordre à l’armée ? »

Si vous aviez encore des doutes sur le fait que j’avais oublié ces propos déplacés lors de notre interaction précédente, mon ton dédaigneux dans la voix devrait avoir permis de lever la chose. Je lui en voulais encore d’avoir voulu non seulement voulu me montrer sa tenue, ou plutôt son absence (bien que je fusse tellement dans le coltard pour ne rien voir, heureusement), mais en plus, elle m’avait collé une mandale. Elle piquait encore un peu, et je ne comptai pas l’en excusai de sitôt.

« - Et après vous dîtes que c’est notre guilde qui est composée de fêlés, bravo… »

Et hop, second tacle glissé pour les membres de l’armée runique. Sérieusement, notre guilde essayait de faire son taff correctement, et eux, ils n’arrêtaient pas de venir nous chercher en disant qu’on ne faisait que des dégâts. Et bien excusez-moi de faire dans l’excès de zèle, madame, mais je pense que quand on nous demande de faire quelque chose, il ne faut pas lésiner sur les moyens. J’étais le premier à parler de la « folie des fées » en terme général, mais elle, elle avait carrément décroché le pompon. Prenant un autre glaçon en bouche pour le croquer comme s’il s’agissait d’un simple bonbon, je me remis droit pour attaquer également le morceau de viande refroidi.

« - Bon, d’accord, la semaine dernière, je me souviens avoir pété un bâtiment pour arrêter des bandits, MAIS il était abandonné. Voyez qu’on peut faire preuve de retenue quand on veut ! »

Drôle d’histoire, réellement. La quête se trouvait dans la même région que Magnolia, ce qui rendait le chemin rapide. Les fameux bandits disaient qu’ils ne sortiraient pas du bâtiment si jamais il n’avait aucune chance de partir. Et donc, vous me connaissez, j’ai tout simplement envoyé un Hurlement sur la baraque, et hop, problème réglé ! Bon, après, il paraîtrait que c’était un monument historique, ou connerie du genre… Le machin était en ruine, il allait causer plus d’emmerdes que de bénéfices ! Au moins, c’était réglé ! Restait à voir ce qu’en penseraient mes compatriotes de soirée.

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Lun 14 Nov - 22:45

Source chaude, source d'emmerdes
Beaucoup trop de monde
Tous avaient de très bonnes raisons d'être à Hosenka. Tous, sauf lui. Mais bon, il était de son droit d'être en vacances, et d'en profiter, considérant combien sa vie avait pu se montrer riche en surprises et en retournements ces derniers mois. Aussi, lorsque Yuna lui demanda ce qui le poussait à faire un détour par la petite bourgade, il se contenta de hausser les épaules, avant de se laisser le temps de finir sa bouche.

-Je ne sais pas trop, je me suis laissé quelques jours pour décompresser, et j'ai toujours trouvé cette ville charmante. Alors je suis venu profiter, avant de tomber sur vous.

Vous. Une petite bande, qui ne lui était pas antipathique. Exception faite de l'écuyère runique, mais cette dernière semblait avoir commencé à se calmer. Il fallait dire qu'elle semblait déjà surexcitée lorsqu'elle les avait rejoint, à sa manière. Cette réflexion le fit sourire. Il était vrai que chaque membre de cette hétéroclite compagnie semblait avoir ses propres manières, et sa propre façon d'agir.
Celle qui s'appliquait à faire le moins de remous était sans conteste Yuna. Elle tenait bien moins à faire du bruit que leurs deux autres interlocuteurs, laissant sans hésiter la parole à Amandil et à Aoyuki. Ce dernier, d'ailleurs, semblait absolument tenir à se défouler, ce qui passait pour lui par de virulentes piques à l'adresse de l'armée.
Shi souriait toujours, engloutissant son plat plus vite que n'importe qui d'autre à la table. Il fallait dire que Hosenka savait être une ville très accueillante, et bien qu'ils aient choisi le restaurant au hasard, le jeune homme n'était pas du tout déçu de la qualité offerte.
Il s'étonnait que le Dragon Slayer ne mange pas. Mais il ne s'en étonna qu'un temps, ne tardant pas à se concentrer sur son propre repas. Après tout, personne ne comprendrait jamais Fairy Tail, autant s'y faire tout de suite. De nombreuses histoires circulaient à ce sujet. Il n'en connaissait pas la moitié, mais cela lui suffisait cependant à admettre son incompréhension totale du mode de pensée qui régissait la guilde.

Tout l'inverse de l'armée. La dignité et l'honneur, principales valeurs de cette institution, étaient des mots qui parlaient à Shi. Assez étrangement, Amandil ne semblait pas toutes les représenter à leur juste valeur. Il n'en tenait cependant pas rigueur à la jeune femme : elle ne semblait pas ennuyeuse, et le jeune mercenaire était à peu près sûr qu'ils auraient pu bien s'entendre, si seulement ils s'étaient rencontrés dans de différentes conditions.

Afin de faire durer la conversation, le mage de glace enchaîna sur une anecdote récente. Shi devait admettre que la force brute qui régissait son interlocuteur lui plaisait bien.

-Et bien, je ne suis même pas étonné. Un jour, peut-être, les mages de Fairy Tail apprendront à faire passer le boulot avant le spectacle. Mais ce n'est certainement pas demain la veille !

Il tenait à montrer à Aoyuki qu'il n'avait pas le monopole des piques caustiques. De plus, personne de sensé n'eut pu remettre en question cet état de fait. Il avait bien conscience de jouer avec le feu, le jeune homme en face de lui était certainement très puissant, mais il le pensait suffisamment vif d'esprit pour savoir faire preuve de seconde degré. Il aurait sa réponse dans quelques secondes. En attendant, il avait bien l'intention de profiter de sa dernière soirée à Hosenka pour se vider l'esprit. Un orchestre s'était mis à jouer un swing vigoureux, qui donnait envie au jeune homme, l'alcool aidant, d'aller profiter du grand carré de parquet lustré qui faisait office de piste de danse. Mais pour l'heure, il devait attendre que ses compères aient fini leur repas.



_________________

Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 21
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Dim 25 Déc - 22:04

Dance Time ! ~ ♪





Il y eut un débat sur les tigres garous. Selon Aoyuki, en mettre un au tapis était un jeu d’enfant… Je n’étais pas vraiment d’accord. Si moi-même, je me retrouvais face à une bête de la sorte, j’aurai de sérieuses difficultés, d’abord parce que je n’avais pas de réflexes assez bons pour contrer une magie de rapidité, et ensuite parce que je ne savais pas faire d'ondes machin truc… Bah, j’étais consciente que je n’étais pas une mage d’exception. Bien que cela soit frustrant, je l’avais un peu accepté. Il fallait encore que je m’entraine, sauf que, paresseuse comme je pouvais l’être, cela n'était pas facile tous les jours. J’allais devoir faire preuve de volonté si je voulais devenir quelqu’un de meilleur!

Shi nous expliqua qu’il était la pour des vacances, ce que je comprenais tout à fait. Il n’y avait rien de mieux que les sources chaudes pour se détendre et oublier les divers tracas de la vie ! Quant à la BFP… enfin, Amandil je voulais dire, celle-ci annonça qu’elle était venue voir un ami. Nos raisons étaient presque similaires, au final… Au détail près que son ami à elle avait dû être prévenu de sa présence, ce qui n’était pas le cas de la personne que j’étais venue voir. M’enfin, c'était pour la bonne cause ! Et je me garderais bien de prévenir quiconque de mes véritables dessins ! Avec professionnalisme et minutie, telle une infiltrée, je dissimulerais mon véritable but à quiconque me le demanderait. D’ailleurs, Amandil me le demanda.


- M-M-Moi?!
m’exclamais-je après un bref sursaut, une goutte de sueur sur la joue, R-r-rien de spéciale ! P-pareil que toi, je viens voir une amie !

Parfaaaaaiiiiit. Ils n’y verraient que du feu ! Évidement je ne vis pas les regard suspicieux qui se posèrent sur moi, hautement convaincue que ma performance méritait un Oscar. Je continuai donc ma conversation comme si de rien n’était, avec le moins naturel des sourires. Ce furent les piques qu’Amandil envoya à Aoyuki qui achèvement de me détendre. D’ailleurs, le Dragon Slayer ne se priva pas de répliquer, et je peux dire que le combat verbal fut très divertissant. Jusqu’à ce qu’il annonce qu’il avait “juste” détruit un bâtiment. Je fis une tête de six pieds de long. Oh… un bâtiment. Rien que ça ! Non mais les mages de Fairy Tail étaient vraiment des barges ! D’ailleurs Shi ne se gêna pas pour le faire remarquer.

-Roh, je te trouve un peu dur ! Apres tout, c’était “juste “ un bâtiment ! Raillais-je en lançant un regard moqueur à Aoyuki.

Je continuais de manger tranquillement mon plat (je commençais d’ailleurs à étouffer, dans mon kimono), quand un groupe commença à jouer un de ses morceaux qui donnait envie de sauter partout ! Les quelques notes qui s'élevèrent eurent l'effet d'un bouton ON sur lequel on venait d'appuyer. Mon énergie sembla atteindre son apogée, certainement aidée du peu d'alcool qui circulait maintenant dans mon sang. Avec des étoiles dans les yeux, je sautillais sur ma chaise en tapotant frénétiquement dans mes mains.


-Ooooh trop bien! Dépêchez - vous de finir !!! Qu’on aille danser !

J’engloutis le reste de mon plat et me levai en tirant le bras de Aoyuki. Je trépignais d’impatience, sautillant sur place, un grand sourire sur les lèvres. Je sentis une résistance du côté du garçon aux cheveux bleus, une grosse résistance. Roh, mais quel rabas-joie, celui-là! Je tirais de plus belle, lançant quelques coups d’oeil vers le centre du restaurant. Sur la piste, les plus courageux avaient déjà commencé à se déhancher.Le cœur battant, je m’agitai encore plus.

-Alleeeeez venez ! Ça va être drôle !!!


Tel un petit animal tout excité, je sautai partout autour de mon petit groupe, tirant leurs vêtements afin de les pousser à se lever plus vite.
Spoiler:
 
©odé par Ren
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 4 Jan - 13:12
Sources chaudes, sources d'emmerdes
Ao/Yuna/Shi/Amandil



Le dragon Slayer était toujours en train de raconter son histoire avec les tigre-garou. D'après lui, il suffisait d'envoyer une onde répulsive, si l'on avait les réflexes... J'étais la seule à croire que ce mec n'était pas humain ? Envoyer valser un tigre-garou avec ''une onde répulsive'', il fallait avoir un certain niveau pour cela.
Après son histoire finie, il commençait à boire son soda, en grignotant le glaçon qui était dedans. Il était bien le dragon slayer des glaces.
Yuna avait taquiné Aoyuki en lui disant qu'heureusement que Shi était venu l'aider parce que le grand dragon slayer des glaces mit à mal par la chaleur, cela n'aurait pas été glorieux. J'esquissais un petit sourire à cette remarque. C'est alors, que le grognon personnage m'envoya des piques sur les runiques. Pourquoi sur moi ? Ce n'était pas moi qui l'avais embêté pourtant, alors demander moi qu'est-ce que j'ai fait qui mérite de telles piques ? Certes, je m'étais montré avec ma tenue d'Eve devant lui. Certes, je lui avais collé une mandale à réveiller un mort. Mais est-ce que cela était assez pour qu'il m'envoie des piques alors que ce n'était même pas moi qui l'avais attaqué verbalement.

« Effectivement, on nous apprend à taper ceux qui transgressent les lois. Ainsi que ceux qui ressemblent à des morts-vivants dans les rues. »
Et pan, j'avais beau l'admirer pour son statut de dragon slayer, ce type était détestable dans sa personnalité.
Il continua son discours en disant qu'ensuite d'après nous, c'était sa guilde, celle de Fairy Tail, qui était composé de fêlés. À continuer de me provoquer, il allait voir la partie de moi qui était la plu flippante, celle quand j'étais en colère.

« Est-ce que MOI j'ai dit cela ? Je ne méprise nullement Fairy Tail, bien au contraire. Je les admire surtout parce que le Master actuel n'est nul autre qu' Ethan Rayne, Dragon Slayer de la Foudre, fiancé à Natsumi Amaiyuri, sœur du Dark Knight. »

Yuna nous expliqua les raisons de sa venue. Elle était venue pour voir une amie qui devait habiter dans les parages.

Aoyuki m'expliqua ensuite que dernièrement, il avait pété un bâtiment, certes abandonné, tout cela pour arrêter des malfrats. Oui, ce n'était qu'un bâtiment, après tout, tout le monde peut détruire un bâtiment en bougeant le petit doigt, cela était courant bien sûr. Regarder, Rei m'a bien balancé un pan de maison dans la figure, alors pourquoi le dragon des glaces ne pourrait-il pas détruire un bâtiment aussi simplement qu'il baillait ?
« Pour toi, ce n'est qu'UN bâtiment détruit, certes abandonné, mais pour l'armée, c'est une montagne de paperasse et plusieurs nuits blanches pour régler cette ''retenue'' dont tu es si fier. »

Shi s'était rangé de mon côté, pour montrer que le dragon slayer n'avait pas le monopole des piques. Cela me faisait plaisir qu'il prenne mon parti. Yuna aussi apparemment. Cela me faisait chaud au cœur qu'il me défende. Mais il avait réussi à m'énerver et lorsque l'on est énervé, on dit des choses pas très gentilles. Comme e que j'allais lui dire.
Je tapais du poing sur la table tout en me levant pour exprimer ma colère. Puis j'ajoutais à voix basse.

« Dire que je t’idolâtrais, tu n'es pas celui que j'aurais cru... tu ne mérites même pas ton pouvoir. Pas étonnant que ton dragon t'ait abandonné ! »

Comme je commençais à bouger les bras, la serviette était dangereusement en train de se défaire. Remarquant cela, je fis en sorte de garder sur moi la serviette.
Certes, ma remarque était méchante, mais il n'était pas allé avec le dos de la cuillère avec ses piques. Et j'étais particulièrement en colère contre lui. Maintenant que j'avais dit ça, un sentiment de honte me pris. Je regrettais les paroles que je venais de prononcer à son encontre. Cela se voyait sur mon visage que j'étais honteuse de mes paroles prononcées, mon orgueil refusait de l'admettre pourtant de s'excuser.

Yuna proposa alors d'aller danser pour essayer de détendre l'atmosphère. Je refusais, après tout ma tenue n'était pas très adaptée pour cela. Si j'y allais, je montrerais mes fesses à tout le monde, ce qui était hors de question. De plus, quatre moins deux font deux, il restera quelqu'un avec moi pour discuter. Shi me laissera-t-il seule ou bien irait-il danser avec les autres ?

Codage par Yuna Tsubomi ♪

_________________

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Lun 6 Fév - 22:42
La tension commençait un peu trop dangereusement à monter à mon goût. Je n’aimais pas du tout le ton qui se faisait autour de la table, à se moquer de mon histoire comme si elle était complètement ridicule. J’ai failli mourir d’insolation, merde ! Ce n’était pas rien ! Je le sais que vivre pas mal de temps à Radonia Island n’avait pas beaucoup donné l’occasion de m’habituer à des températures élevées, mais ce n’était pas ma faute ! Après tout, je ne sais même pas comment j’ai fait pour me retrouver là-bas, Boréas ne m’ayant jamais vraiment précisé quoique ce soit… Et moi-même ne voyant pas réellement de raisons de poser la question après tout.

Mais si ce n’était que la simple mention de mon anecdote, les voilà qu’ils critiquaient également mes méthodes de travail ! Alors que je leur présentais une autre anecdote plus classique (donc un travail en ville, du genre à casser une ou deux vieilles bicoques, vous voyez le genre), ils se mirent à se foutre de moi ! Le chevelu était le premier à frapper, disant que je ne mettais pas assez de ferveur dans mon boulot, au privilège du « spectacle ». Pour qui il me prenait, un clown ?! Bien sûr que je me mettais à 200% au boulot, si bien que ça faisait « un peu trop d’effets », pas ma faute, ils ont vu ma magie ? La naine en rajouta une couche en faisant un commentaire empli de sarcasme sur ma méthode, faisant transiter mes yeux rouges du mercenaire à elle, grinçant des dents.

Je ne voulais pas lâcher une nouvelle fureur après autant de chemin à faire en sorte de calmer les choses, surtout que j’avais insisté pour passer une bonne soirée. J’allais devoir prendre sur moi, souffler un bon coup, et ensuite partir en forêt pour tabasser le premier monstre qui me tombera dessus. Comment ça, la SPA ? Connais pas. Mais je fus vite coupé dans mon élan quand la blonde reprit la parole pour me répondre. Elle commençait également à me chauffer, essayant de justifier ses actes. Transgresser les lois ? On aidait les gens qui émettaient les requêtes, merdes ! J’étais sur le point de me lever pour me barrer sans demander mon reste, ignorant la moindre remarque qu’elle avait à mon égard… Jusqu’à sa dernière phrase.


« - … Qu’as-tu dis ? »

Un instant, un moment où le temps était presque figé, je réentendais sa phrase en boucle dans un écho sans fin. Elle pensait, osait, parler de « ça » comme si elle avait la moindre idée de ce qu’elle parlait ? Elle croyait avoir ne serait-ce que le droit de dire ce genre de propos ? Pour qui se prenait-elle ? Aussitôt cette phrase dite, l’atmosphère était devenue froide, littéralement, alors que je me remémorai ce jour où je me suis réveillé, non pas dans mon lit, non pas au milieu de la glace à Radonia, mais surtout, seul, sans personne à mes côtés. Je sentais quelque chose à mon bras, et le repoussai sans effort, ma peau glacée rien qu’au contact, et me retournai vers la table, frappant du poing sur la table, et fixant d’un regard meurtrier celui de la chevalière runique.

« - Répètes-le-moi. Répètes ce que tu as dit. Tu penses pouvoir prétendre parler ? Savoir ce que j’ai vécu ? Tu penses que dire qu’abandonner un enfant de cinq ans dans la rue et une bonne chose ? De le laisser se débrouiller seul à gagner sa vie du mieux qu’il peut ? Mais surtout… Tu penses prétendre connaître Boréas, comme si tu l’avais déjà vu ? Laisse-moi te dire quelque chose, j’en ai rien à foutre de ce que tu penses de moi, j’en ai rien à foutre de ce que tu dis de mon boulot, j’en ai rien à foutre que tu dises que je devrais être en taule ! Mais si jamais tu oses encore une fois insulter Boréas devant moi… Je te briserai en pièces. »

Au-delà de la douleur de l’abandon, que j’avais vécu et accepté, au-delà de cette sensation de honte et de culpabilité que j’avais il y a longtemps, pensant avoir fait quelque chose de mal pour mériter ça… Elle avait osé penser que Boréas m’aurait abandonné comme si de rien n’était ? Pour qui elle se prenait ?! Je restai quelques secondes à l’observer, des yeux emplis de rages qui ne laissaient place à aucun doute sur le sort que je lui réservai, qu’importe les conséquences qui allaient en découdre. M’éloignant d’elle, retirant mon poing ayant causé fissure et givre sur la table, je claquai de la langue en me dirigeant vers l’extérieur, postant quelques secondes devant la sortie avant de prononcer une dernière parole.

« - Continuez sans moi, hors de question que je ne restes un instant de plus avec des personnes dans son genre… »

HRP:
 

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Shi Tami
Modo / Mercenaire SolitaireModo / Mercenaire Solitaire

avatar

Messages : 87
Date d'inscription : 12/07/2016
Âge : 17
Magie / Malédiction / CS : Berserker

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.355
Statut: Mercenaire de Rang A
Renommée : Mercenaire Itinérant
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Dim 2 Avr - 18:43

Source chaude, source d'emmerdes
Beaucoup trop de monde
Des tirades. La discussion se résumait finalement à de longues phrases vides de sens, qui avaient pour seul but de véhiculer les émotions qui envahissaient Aoyuki et Amandil. Yuna, la jeune fille aux cheveux verts, avait eu la présence d’esprit d’essayer de distraire le groupe en leur proposant d’aller danser. Une riche idée, selon Shi. Les deux autres commençaient, victimes des affres de l’alcool et de la rancœur, à laisser paraître les frictions qui les agitaient. Lui n’y accordait que peu d’importance. L’histoire du Dragon Slayer ne le concernait pas, mais il devait admettre qu’Amandil avait eu la main lourde en l’insultant de la sorte.

-Allons, calme-toi, merde !

Il avait saisi l’épaule d’Amandil avec une force insoupçonnée, telle qu’il s’empressa de la relâcher.

-Désolé. Mais vas-y doucement, nom de Dieu ! Je comprends que vous ne vous aimiez pas, mais ce n’est pas une raison pour pousser le bouchon aussi loin.

Il n’eut pas le temps de continuer sa phrase plus avant. A ses côtés, cheveux-bleus laissait transparaître une dangereuse aura, qui ne lui inspirait pas confiance. Il n’arrivait pas à contrôler ses émotions face aux railleries de l’agent du conseil. Preuve supplémentaire s’il en fallait que sous leur masque d’effrayante puissance, les membres de Fairy Tail étaient pour la plupart des enfants immatures que le Conseil avait bien raison d’essayer de maîtriser.
Shi se leva rapidement, se rapprochant du mage de glace et se plaçant face à lui.

-C’est bon, Ao. Reprends un verre, ou va danser, mais ne vas pas accorder d’attention à ce qu’elle dit. Je pense que dans l’état dans lequel vous êtes, vous avez tous les deux un peu de mal à vous contrôler. Mais ça suffit, vous faites suffisamment de scènes, dans ta guilde, tu vas éviter de nous en refaire une ici… Et surtout pas devant une femme à moitié à poil, merde !

D’ordinaire, le mercenaire aurait vivement encouragé une altercation entre deux combattants de ce genre, les rixes improvisées au beau milieu d’un bar était l’une de ses activités favorites, mais entre deux mages de cette puissance ? Il ne fallait pas tenter le diable, les dommages auraient été bien trop grands. Il semblait qu’il était le seul –avec Yuna, à sa manière- qui soit doté d’un minimum de sens des responsabilités.
Sans écouter ses conseils, cependant, Aoyuki se leva et, après de brefs adieux, quitta le bar.
Shi jeta sur Amandil un regard lourd de sens, chargé de reproches.

-Félicitations. Tu peux être fière de toi. J’espère que tu es consciente que l’on vient d’éviter le pire, et de peu.

Sortant de sa poche quelques pièces qu’il laissa sur la table, il se retourna vers Yuna.

-Viens, allons danser. Hors de question que je les laisse pourrir mon dernier jour de vacances.

La soirée continua, paisible. Au bout de quelques heures d’une monotonie qui en venaient à lui faire regretter la garde de chez Heaven, il s’en alla finalement, alors que le soleil commençait à poindre à l’horizon. Leur altercation leur avait pris plus de temps que prévu, au final.



_________________

Yuna Tsubomi
Tākoizu TsubomiTākoizu Tsubomi

avatar

Messages : 316
Date d'inscription : 14/08/2012
Âge : 21
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Plant Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.130
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Lun 29 Mai - 0:25

Dance Time ! ~ ♪





Je tournais autour de la table, tentant de motiver mes compagnons. Seulement, alors que je prenais le bras d’Amandil, je remarquai qu’aucun d’eux ne faisait attention à moi. Je fis d’abord une moue boudeuse, vexée de leur désintérêt à mon égard. Seulement, à mesure que la conversation avançait, je sentais la tension croître, tant et si bien que mon irritation finit par s’envoler. Mon attention fut totalement happée par l’échange. Au début, j’estimais que les piques d’Amandil, bien que cinglantes, passaient encore. Mais les reproches finirent par prendre la place, et les remarques d’Amandil devinrent plus que de simples piques.
D’abord, elle lui reprocha d’avoir détruit le bâtiment, arguant que son acte n’était pas sans conséquences pour l’armée. En cela, je ne pouvais pas lui donner tort. Il était facile d’imaginer la galère monstrueuse que constituait la destruction d’un bâtiment, abandonné ou pas. Je n’avais personnellement pas de patience pour la paperasse, encore moins quand celle-ci était complexe et demandait bon nombre d’aller-retours entre différents organismes. Pour cette raison, j’étais bien heureuse d’être mage. Ce genre de détail ne me concernait pas, et je n’avais rien d’autre à faire que de signer des contrats avec les gens qui en avaient besoin. De plus, si je devais m’occuper de ce genre de chose, il était évident que le niveau de difficulté de la tâche serait pour moi grandement supérieur à la moyenne. J’étais une personne vraiment bordélique. Déjà, trouver deux chaussettes identiques était pour moi un vrai calvaire, alors trier/ rédiger/ signer des centaines de papelards et les acheminer à des bureaux différents, c’était une cause légèrement perdue. A moins que la reconstitution de paire de chaussettes ne soit pas un vrai critère de bordélisme, car trop rependu ?

Mais cette remarque d’Amandil ne fut pas celle qui mit le feu aux poudres. Non, la véritable goutte d’eau qui fit déborder le vase n’était même pas une salve de reproche : c’était une véritable insulte. Non seulement, Amandil affirma qu’Aoyuki ne méritait pas d’être un Dragon Slayer des glaces, mais elle lança de plus que le Dragon ayant élevé le mage avait eu toutes les raisons de le quitter. Là, je fus outrée. Il était connu de tous que les Dragons Slayers avaient été élevés par des Dragons. Que cela soit une légende ou pas m’importait peu, je partais du principe que cette affirmation était fondée. J’imaginais donc bien que ledit Dragon devait, à défaut d’être une figure parentale, au moins être quelqu’un d’important pour les Dragons Slayers, et que leur disparition ne devait pas les laisser de marbre. Non seulement, Amandil remettait un sujet aussi sensible sur le tapis, mais en plus, elle l’utilisait pour enfoncer Aoyuki. Le sentiment d’injustice qui me prit aux tripes m’amena à lancer un « Amandil ! » indigné. Dans la même émotion que moi, Shi lui demanda de se calmer. Le Dragon Slayer, lui, s’était comme figé. Une rage intense luisait dans ses yeux, une rage qui me fit froid dans le dos.


- … Qu’as-tu dis ?

J’avisai Ao, un mélange d’inquiétude et de peur dans les yeux. Non pas que le Dragon Slayer m’effrayait. Bien que sa puissance fût à ce moment palpable, ce n’était pas celle-ci que je redoutais le plus. Je craignais surtout qu’il se jette sur Amandil et qu’il lui fasse la peau.

-Ao…

Je m’apprêtai à calmer le jeu, posant ma main sur son épaule. Mais le mage de glace repoussa mon bras. Sa peau était glacée. Et elle n’était pas la seule. L’ambiance elle-même semblait avoir pris un coup de froid.

-Vous… Vous n’avez pas les idées en place ! Si on oubliait ça ? Allons danser !

A vrai dire, je n’en avais plus très envie. Cet échange venait de briser mon excitation en mille morceaux. Mais je voulais vraiment mettre fin à cette situation désagréable pour tout le monde. Amandil refusa. Ao, lui, m’ignora superbement, le regard toujours rivé sur la blonde. Brusquement, son poing s’écrasa sur la table, me faisant sursauter. Je compris qu’une simple proposition comme celle que je venais de lancer serait loin d’être suffisante pour calmer les choses.
Aoyuki fit comprendre à Amandil qu’elle ne savait rien de ce qu’il avait vécu. L’abandon. La solitude. Être livré à soi-même. Tant d’émotion qui me parlèrent et qui firent écho à une partie de ma propre histoire. L’argent du conseil n’était clairement pas en droit de juger le passé d’Aoyuki, et encore moins de parler au nom de Boréas. Cela, le mage le lui fit bien comprendre, en achevant sa tirade d’une menace. Je sentis un petit pincement dans ma poitrine. Shi, quant à lui, décida que le moment était bien choisi pour tenter de calmer le jeu, ce avec quoi j’étais d’accord. Seulement cela ne suffit pas non plus. Aoyuki se leva, résolu à partir.


-Ao ! Attend !

Mes yeux étaient rivés sur son dos, tandis que Shi se chargeait d’enguirlander la blonde. Sérieusement, comment on en était arrivés là ? Je ne ressentais plus aucune joie. J’étais juste dépitée et triste. Non mais franchement, moi qui voulais passer une bonne soirée !
Je secouais la tête, comme pour me donner de l’énergie. Il fallait que je réagisse ! Je ne voulais pas laisser Ao partir tout seul, pas après ce qu’il venait de se passer. Shi me demanda d’aller sur la piste, proposition à laquelle je répondis avec un sourire embêté.


-Excuses-moi, mais je ne veux pas le laisser seul… Merci pour ce repas ! C’était sympathique ! J’espère qu’on se reverra !

Je fis quelques pas en direction de la porte que venait d’emprunter le Dragon Slayer. Mais je m’interrompis. J’avais tout de même envie de dire mes quatre vérités à la blonde. Vivement, je me retournai vers elle, la pointant du doigt d’un air réprobateur. Celle-ci avait un air coupable qui eut don d’adoucir mon expres​sion(mais pas trop). Bah… Shi lui avait déjà fait la leçon. En rajouter une couche me semblait un peu naze, dans le contexte. Je décidai donc d’opter pour un autre type de discours.

-Y a intérêt à ce que tu t’excuses de ça un jour ! Sinon… …. …

Merde. Déficit d’inspiration.

-Sinon tu vas le regretter, crois-moi !

Puis je tournai les talons, passait la porte et tentait de rattraper Ao. Deux faits franchement inutiles sont à noter dans cette histoire. D’abord, je me rendrais compte uniquement le lendemain que la belle ombrelle que j’avais achetée avait été malheureusement oubliée sous la table où nous mangions. Cela me mettrait d’ailleurs d’une humeur plutôt mauvaise, car celle-ci m’avait coûté un peu cher, et je comptais la ramener en guise de souvenir. Ensuite, j’étais partie si rapidement que mon plat était resté impayé. Cela, je m’en rendrais compte plus tard dans la soirée, ce qui serait à l’origine d’un grand questionnement existentiel, à savoir « Que doit-on faire quand on part comme un voleur et qu’on culpabilise ? » Après mûre réflexion, il serait décidé que j’avais beaucoup trop honte pour retourner au restaurant, et que si Shi ou Amandil avaient payé à ma place, alors je leur en devrais une et épongerai ma dette la prochaine fois que je les verrai.

-Ao !

Je courus après lui, galérant au passage avec mon kimono, puis arrivai à son niveau, toute essoufflée.

-E-Elle ne pensait pas ce qu’elle disait ! Elle avait trop bu, je ne pense pas qu’elle avait conscience de ce dont elle parlait. Elle doit vraiment s’en vouloir à l’heure qu’il est…

Spoiler:
 

©odé par Ren


Dernière édition par Yuna Tsubomi le Sam 3 Juin - 17:50, édité 2 fois
Amandil Anésidora
Modo / Mage SolitaireModo / Mage Solitaire

avatar

Messages : 338
Date d'inscription : 31/03/2015
Âge : 24
Guilde : Solitaire
Magie / Malédiction / CS : Necromancer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.520
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Mer 31 Mai - 2:59
Sources chaudes, sources d'emmerdes
Ao/Yuna/Shi/Amandil



Dès le moment où ses mots avaient jailli de ma bouche, j'avais regretté de les avoir prononcés. En même temps, l'autre glaçon n'y était pas pour rien. Il n'avait pas arrêté de critiquer les runiques. Ma famille, enfin, mon job, ce que je considère comme le plus important dans ma vie actuellement. Alors il avait bien fallu que je réplique sur quelque chose qui lui fasse mal. Pour le coup, cela avait trop bien fonctionné.
Quand j'ai entendu le ton employé par Aoyuki ainsi que l'aura glaciale qu'il dégageait, j'avais activé ma transformation en démon Sabnock. J'avais réagi instinctivement au danger et bien entendu, ma transformation avait un peu déformé, comme d'habitude, à ma tenue, or là, je n'étais vêtue uniquement d'une serviette qui s'était enlevée sous le coup de la transformation. Bonne nouvelle pour l'instant ma transformation cachait mon intimité. Shi, le baraqué, avait saisi mes épaules et me secouait avec une force insoupçonnée, tout en me disant que je poussais le bouchon un peu trop loin. Hein ? Et lui ? Il n'avait pas arrêté de me pousser à bout et j'aurais dû rester sans rien dire, ni rien faire ? Je ne crois pas, non ! Certes, j'avais été un peu loin, mais c'est lui qui a mis de l'huile sur le feu ou de l'eau sur la glace dans son cas.

La peur s'était immiscée en moi, mais la colère était resté. J'entendis alors ce qu'avait dit Aoyuki. Je l'avais blessé, mais mon orgueil refusait de s'avouer vaincu. Je ne parlais pas au dragon slayer, mais à Shi avant qu'il rejoigne cheveux bleus

« Je n'ai jamais dit que je connaissais son père, un DRAGON !! J'ai dit qu'il était INDIGNE de son héritage en se comportant comme CA !! C'EST UN DRAGON SLAYER BORDEL DE M**** !!! Il es sensé être plus que CA !! TELLEMENT PLUS QUE CA !!» lui dis-je en désignant le slayer dans son ensemble, comme une petite fille qui rencontrerait une de ses idoles et que celle-ci était déçue de ce qu'elle voyait.

Après cette grosse dispute et que le glaçon soit parti, j'éclatais en larmes. Le danger étant écarté ma transformation en démon sabnock disparut également me laissant en tenue d'Eve dans son intégralité.
Shi paya le repas puis invita Yuna pour danser.

Yuna me dit ensuite que j'allais devoir m'excuser un jour d'un air menaçant, ce qui du fait de sa petite taille, n'était pas très impressionnant, il faut l'avouer.

Je me dirigeais vers le tenancier, alors que j'étais nue comme un ver.
« Donner moi des vêtements. Tout de suite ! Qu'importe ce que c'est ! »
Le tenancier terrifié sans doute par la dispute qui venait de se produire alla chercher ce que je lui avais demandé. Il n'avait qu'une tenue de maid en stock, donc j'allais dans l'arrière du restaurant-bar sous les yeux ébahis des autres clients.

Je ressortis avec la tenue prêtée, qui m'allait bien en me moulant toutes mes formes.
Après que j'ai été me changer, j'espérais que quelqu'un soit rester dans la salle. C'est vrai que nous nous étions disputés sévèrement avec Aoyuki, mais j'espérais qu'il reste au moins quelqu'un. Est-ce que mes espoirs allaient être exaucés ?

Codage par Yuna Tsubomi ♪

_________________

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1155
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   Lun 26 Juin - 23:16
Furax, c’était le mot. J’étais complètement énervé des propos tenus par la blondasse de l’armée runique. Comment pouvait-elle se permettre de me parler-non, de parler de Boréas ainsi ?! Ça m’était que trop souvent arrivé de me prendre une insulte gratuite comme ça, à gauche à droite. Au final, soit je leur faisais bien comprendre qu’il aurait mieux fallu de se taire (d’une bonne patate dans la bouche), soit je laissai couler. Mais là… Heureusement que je m’étais retenu, parce que sans aucun doute qu’on aurait pu avoir un glacier en plein milieu des sources chaudes vu mon niveau de pétard !

Mais je pense que la vraie raison pour laquelle je ne pouvais pas vraiment donner des coups… C’était parce que j’étais aussi dans mon tort. Bordel, ça me fait mal de l’admettre, mais je n’aurais pas dû tant que ça lâcher mon venin comme le dernier des chiens sur l’armée runique. J’veux dire, oui, ils sont chiants avec leur « Bureaucratie » à chaque fois qu’on déborde au niveau de notre boulot… Mais ça restait quand même les forces de l’ordre quoi. S’ils ont choisi ce métier, c’est bien pour représenter l’ordre, non ? Ça, ou alors pour le pouvoir et la corruption, mais c’est un autre débat bien trop houleux pour m’y aventurer.

Les deux autres autours avaient raison, je n’aurais pas dû partir en vrille ainsi. Mais j’y peux rien, c’était comme ça. J’aurais réagi pareil s’ils avaient insulté les autres de la guilde, ça ne se fait pas bordel ! J’étais en train de me demander quoi faire maintenant ! J’avais annoncé que je me barrai parce que je n’avais pas envie de rester avec l’autre blonde, mais d’un autre côté… J’avais promis que je payerais pour l’eau qu’ils m’ont filée, sans compter que je commençai à nouveau de chauffer en restant dehors.


« - Aaaaaargh, qu’est-ce que je fais bordel ?! Tu peux pas essayer d’être social pour changer, Ducon ?! »

Les mains en train de se perdre dans mes cheveux, je me tenais le crâne qui commençait lui aussi à dégager de la vapeur à force de réfléchir. Cependant, je ne m’étais pas rendu compte que ma petite extermination d’embarras avait eu le droit à son public. Sentant les regards sur moi, je me tournai lentement pour voir Yuna me regarder. Ils pourraient me décrire avec un teint bien plus rouge que d’habitude, mais je me défendrais en disant que c’était la chaleur ambiante. ET.RIEN.D’AUTRE. Elle put enfin dire ce qu’elle voulait, comme quoi Amandil ne pensait pas ce qu’elle disait, patati, patata et touti cuanti. Oui, on l’a tous sorti celui-là, l’hypocrisie sociale, tout ça… Mais très franchement, après toute cette journée de merde, j’en avais presque plus rien à faire. L’observant un instant, je serais de ma main droite mon bandeau avant de soupirer longuement et bruyamment.

« - Je sens que je vais regretter cette soirée… Ok, je reviens. Par contre... Je.danse.pas. Compris ? »

Pointant du doigt la jeune fille, je ne lui laissai pas vraiment le temps de confirmer avant de reprendre la marche en direction de l’auberge, grommelant bon nombre de jurons dans le vide de manière incompréhensible. J’t’en ficherais moi des danses, elle pouvait bien se les caler ailleurs… Sans la moindre gène, je poussai pleine force les portes de l’établissement, cessant un instant le bruit. Tous me regardèrent, moi, le gars qui s’est barré en 2-2 en disant ne pas vouloir revenir y a même pas cinq minutes. Je sentais déjà les moqueries arriver, mais avant cela.

« - Le premier qui veut lâcher un commentaire pourra comprendre rapidement pourquoi faut d’abord geler les bijoux de famille pour les briser… »

La main levée devant moi accompagnée d’un sourire sadique, un peu de ma magie gelée s’y dégageant, cela semblait avoir réussi à calmer l’ambiance des péons de la salle. Laissant mon pouvoir s’évaporer, j’avançai vers là où se trouvaient les deux autres protagonistes, la grimace du gars qui veut essayer de se contenir d’exploser afficher. Je ne voyais pour l’heure que Shi, qui semblait tout sauf amusé de notre réunion. L’observant quelques instants, je regardai ensuite la table, et vit les Jewels de sorties. Il semblait se foutre de ma gueule… Les attrapant d’une poignée, je le lui lançais, faisant en sorte qu’il puisse les attraper facilement, avant de l’interloquer.

« - Essaye même pas de les remettre. J’ai dit que je payais, Basta. »

Je n’avais pas oublié ce que j’avais promis. Ils avaient passé l’eau, je payais, fin de la discussion. Et il allait devoir m’en coller une pour me forcer à aller dans son sens. Très vite cependant, l’attention se tourna ailleurs, la surprise pouvant se lire sur les visages des gens alors que sortait de l’arrière-boutique… Amandil en tenue de soubrette.

« … Chaleur intense, inconfort constant, visions d’horreur et inexplicable… Pas de doute, je suis en enfer. »

Soupirant de ma connerie, je cachai mes yeux dans mon bandeau, refusant de faire le moindre commentaire sur sa tenue plus qu’honteuse et dévergondée. Et dire que j’ai pu la confondre avec Céleste dans mon délire ? Non de dieu, je suis pas bien… D’un autre côté, maintenant que j’y réfléchis, si elle portait ce genre de- TU DIGRESSES AO, ARRÊTE ! Laissant ces pensées filer de mon esprit, je pris une grande inspiration, de quoi bomber le torse pour me préparer à l’épreuve qui allait suivre. M’avançant fièrement vers l’agente Runique, essayant d’ignorer son côté à la fois ridicule et indécent, je fis le plus gros des efforts possibles pour parler.


« - Je… Je tiens à m’ex… M’ex… Je tiens à m’ex…cu…Seeeeer… »

Serrant les dents sur la dernière syllabe, poings serrés, teint rouge et veines vibrantes, je continuai.

« - Je n’aurais pas du dire ça… C’était… Dépla..Cééééé… »

Si jamais un autre membre de Fairy Tail me voyait en ce moment, c’était sûr qu’ils se foutraient de moi jusqu’à la fin des temps. Une fois sorti, mes épaules se laissaient enfin tomber, comme si je venais de faire une épreuve d’endurance m’ayant pompé toute mon énergie, la sueur en moins. Mais très vite, je reprenais ma posture et lui pointait du doigt pour capter son attention.

« - Par contre, le jour où je retrouverai Boréas, compte sur moi pour te ramener par la peau du cul s’il le faut pour lui présenter des excuses à genoux, compris ?! »

Qu’elle ne croit pas pouvoir échapper à ça par contre. OK pour que j’admette mes torts, mais elle peut être sûre que je la laisserais pas sans les siens d’avoués. Elle l’avait insulté devant moi, et je comptais bien l’obliger à demander pardon. Sans attendre la moindre contestation de sa part, je fis demi-tour pour marquer la fin de la discussion (et aussi éloigner mon regard de sa carrure) pour rapidement récupérer mon verre et vider cul sec. Celui-là faisait bien où ça passait.

« - Pfiou ! Maintenant que c’est réglé, qu’on se détende maintenant bordel ! Z'êtes avec moi les gars ?! »

Le poing levé, je lâchai une gueulante pour essayer de tout évacuer, me sentant enfin l’envie d’arrêter de déconner. Il faisait peut être chaud, trop chaud, mais c’est sans doute la bonne occasion de me laisser me rafraîchir un peu !

Enfin… ça c’est parce que je ne savais pas que j’avais fait cul sec de l’alcool et non mon propre verre… Le reste de la soirée resterait donc en danger.

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]   

Sources Chaudes, Sources d'Emmerdes [Ao/Yuna/Shi/Ammandil]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Hosenka
-