Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]

AuteurMessage
Setsuna Yuuki
AzraëlAzraël

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2016
Âge : 21
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer 2nd Gen
Magie / CS Secondaire : Emptiness

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Sam 2 Juil - 18:03
N’ayant jamais mis le pied sur le sol de Laliveron, si on demande à notre héros ce qu’il sait de cette cité, il avouera qu’il ne sait pas grand-chose hormis les informations générales dont l’on peut prendre connaissance ici et là. Une ville située au cœur du désert. On raconte qu’elle est entourée de multiples remparts pour protéger les infrastructures et la population locale des tempêtes de sable, un phénomène non-rarissime dans cette région. Son économie est avant tout basée sur le tourisme et les épices, ces dernières utilisées pour la gastronomie, mais également pour concocter des remèdes et des poisons. Malgré cette note négative, Laliveron rachète sa réputation grâce à sa communauté bienveillante et son Seigneur juste. En somme, il s’agit d’une localité plutôt tranquille, un lieu où l’on n’imagine guère le trouble errer éternellement. En outre, la place détient plus ou moins un millier de membres de la caste runique, en position pour faire régner l’ordre et la justice au moindre remous. Installer un système pour bénéficier de mauvais intérêts est donc plutôt difficile avec bon nombre de patrouilles dans les rues. Du moins, en apparence uniquement. Avec le bon déguisement, tout peut passer inaperçu.

Azraël ajusta le poncho de couleur sable, le vêtement le protégeant du luisant soleil abattant sans pitié sa torride chaleur sur la surface de la planète. Dit comme cela, porter un poncho est ridicule. Toutefois, cette mode vestimentaire est propre à l’ambiance orientale que dégage la population. Une assimilation culturelle parfaite. Bref. Muni d’une capuche pour dissimuler son visage, nul ne remarquait le jeune loup adossé mine de rien sur le mur d’un édifice faisant face à un modeste logement suffisamment près du cœur de la cité. Le Yuuki soupira. Normalement, il effectue ses activités lorsque l’astre solaire chute à l’horizon et cède sa place à la lune et les ténèbres, mais ce jour-ci est une exception à la règle. Le temps n’est pas son allié. Sa cible, un marchand transportant en cachette des biens illégaux à l’intérieur et à l’extérieur de Laliveron, se prépare à quitter la ville, ce dernier craignant pour sa vie. Et ce, avec raison. Son instinct dit vrai. Son départ est cédulé tôt en soirée, avant la tombée de la nuit. La meilleure opportunité est donc de frapper pendant qu’il est distrait à effectuer les dernières préparations pour son envol vers l’étranger.

Néanmoins, il y a toujours un hic dans ces histoires. Le hic en question peut s’agir d’un léger détail ou bien d’un obstacle impossible à négliger. Le problème actuel tombe malheureusement dans la seconde catégorie. L’homme n’est pas seul dans sa demeure, il est accompagné de quelques compagnons et maîtresses l’aidant à préparer le grand déménagement. Trouver le moment opportun sera difficile. Certes, Setsuna peut toujours attendre qu’il quitte la ville, s’installe quelque part pour se reposer et lui enlever la vie. Cependant, il est inscrit dans son ordre de missive qu’il ne doit en aucun cas quitter les murailles de la cité. Ce n’est pas spécifié pourquoi et notre protagoniste a du mal à déduire les raisons d’un tel ordre. Peut-être que des renforts l’attendent à l’extérieur. Si c’est le cas, le tuer sera effectivement plus difficile. Il doit donc accomplir sa tâche pendant qu’il est encore à l’intérieur de son foyer.

Lors de sa quête de renseignements, l’assassin apprit qu’il y a un endroit particulier dans la maisonnée que seul le maître des lieux a le droit de mettre le pied : sa chambre. Nul ne sait ce qu’il cache exactement à l’intérieur de cette pièce, ou bien souhaite-t-il simplement préserver son intimité. À partir de cela, il a y deux façons de procéder : atteindre la chambre de l’hôte en se frayant un chemin par l’intérieur de la résidence… Ou grimper jusqu’à la terrasse connectée à la salle. Évidemment, la première option présente un plus grand risque de se faire repérer. Le Dragon Slayer ne peut pas dépendre amplement de son don. Il opte donc pour la seconde idée, plus subtile et moins imprévisible. Il n’a qu’à croiser les doigts que son cirque n’attirera pas le regard d’un quelconque curieux.

Une fois sur la terrasse suite à une rapide séance d’escalade sans difficulté, le mage examina les passants. Nul ne semble avoir capté sa présence. Bien. Il analysa ensuite la situation. Son regard vairon observa à travers la porte vitrée l’intérieur de la pièce. À première vue, il n’y a ni personne, ni aucun élément digne de faire hausser un sourcil. La chambre lambda d’un riche qu’on facilement s’imaginer, à l’inverse que la salle est désormais pratiquement vide. Délicatement, le balafré ouvrit la porte et pénétra au sein de la pièce. Il laissa délibérément la porte de la terrasse ouverte et s’installa à l’autre extrémité de la chambre, accroupit derrière un support à linge. Il ne fallut que quelques minutes pour que l’individu revienne dans sa chambre, chercher un carnet dans un tiroir de son bureau. Il remarqua rapidement la porte de la terrasse ouverte. Stupéfait, il se déplaça dans cette direction pour la fermer. Pendant que son attention est focalisée sur cette banale tâche, le Yuuki bondit de son terrier et accomplit son devoir. L’homme n’eut pas le temps de toucher à la poignée de l’accès, les griffes du dragon artificiel lacérant son larynx. Ce dernier n’eut même pas la chance de voir le visage de son meurtrier. Il tomba telle une lourde masse sur le sol, se vidant de son sang et sans possibilité d’appeler à l’aide.

Refermant la porte derrière lui, Setsuna atteignit de nouveau la ruelle et s’écarta de la demeure, se mêlant à la foule. Même pas arrivé au bout de l’allée, il entendit un perçant cri féminin. Assurément une femme ayant osé jeter un coup d’œil à l’intérieur de la chambre après avoir entendu le lourd bruit causé par le corps fracassant le sol. Qu’importe. Ce hurlement attira l’attention de tous les passants, permettant à l’aborigène de filer en douce. Trois rues plus loin, il arrêta face à une fontaine. Il inspecta ses doigts ensanglantés, la main qu’il a utilisée pour enlever la vie à un humain. Un frère de la même espèce, oui, mais un homme corrompu avant tout, ses intérêts servant le mal.

  • Tss.


Il plongea sa senestre dans l’eau pour la nettoyer. Il observa le fluide vital disparaître lentement dans l’or bleu. Le sang collé sur ses doigts a-t-il laissé une trace derrière lui ? Il examina de sa position ses alentours, plus précisément le chemin qu’il a emprunté précédemment. Toutefois, il ne capta rien. Il est tout de moins certain qu'un bon œil pourrait repérer une légère trace. Vaut mieux rester en mouvement. Mains en poche, il se prépara à quitter le royaume du sable. Voilà. Une nouvelle besogne accomplie. Il est l’heure de retourner au quartier général de la guilde et répéter ce même processus.
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 427
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Jeu 7 Juil - 22:22




Etre Mage du Conseil, ça permet d’avoir des vacances au soleil facilement ? Oui, mais seulement si on enlève les vacances et on ajoute le travail. Hum... Oui, je m’étais retrouvé à Laliveron un peu comme ça. Je devais me déplacer jusqu’à cette ville du désert pour parler avec la caserne y stationnant, qui était tout de même assez impressionnante. En fait, c’était principalement avec les événements de Gehenna, auxquels les hommes qui auraient dû y participer venant de cette caserne n’étaient... Tout simplement pas venus. Personnellement, je ne voyais pas comment les réprimander, ayant vu le massacre auquel cette bataille avait mené, mais le problème ne venait pas de leur manque de courage, mais plutôt d’une sorte de chantage qu’avait exercé le Dark Knight sur l’ensemble de cette petite armée, afin qu’elle ne vienne pas se battre aux côtés du Conseil. Alors, il fallait « rassurer » les hommes. De toutes façons, même moi, je ne voyais pas vraiment quoi faire. Le Grimoire Ship se baladait partout et pouvait mettre une ville à feu et à sang sur l’ordre du chevalier sombre. Heureusement que ce dit chevalier n’était pas comme la plupart des mages noirs, eux-mêmes avides de destruction. J’étais persuadé que l’on pouvait lui parler sans en mourir. Maintenant, moi et mes idéaux n’ont pas leur place dans un débat dans lequel ce master prend place. Je ne serais pas impartial, car cet homme, s’il n’était pas un mage noir, je l’admirerais. Enfin, je crois que je me suis égaré du sujet initial.

Laliveron. La simple visite d’un des Mages du Conseil, aussi récente soit sa nomination et faible sa puissance, prouvait en quelques sortes que le Conseil n’avait pas abandonné cette ville. Alors, je n’eus à rester que très peu de temps dans les quartiers militaires, afin de me balader dans le reste de la ville. Sans escorte, je préférais me mêler à la foule et me vêtir de mon manteau d’anonymat, mes cheveux bleus passant rarement inaperçus lorsque le sable et le grès font les couleurs dominantes. Et puis, la ville était relativement joyeuse, avec une atmosphère très semblable à celle de Val, alors je ne voulais surtout pas déranger tout ce petit monde avec un cortège de murmures quant à mon identité, si j’avais été escorté par quelques soldats.

Toutefois, même si je me promenais et que j’envisageais de faire quelques achats, le travail semblait encore une fois m’appeler. En effet, il y eut un cri d’effroi, puis un grand mouvement de foule, tous curieux de voir ce qui venait de percer leurs tympans. Du plus grand calme, sachant que, de toute façon, je n’arriverais à rien si je suivais le même chemin que les autres, je pris de la hauteur en escaladant le mur d’un bâtiment proche. Le hurlement avait été poussé à une cinquantaine de mètres de moi, tout au plus. Il me suffirait d’aller de toit en toit pour atteindre la zone de raffut. Néanmoins, alors que j’avançais, je remarquai un jeune homme, au visage excessivement sérieux, aller à contre courant. Ou bien ce genre d’événements le blaisait, ou bien il avait quelque chose en rapport avec ce hurlement. Quoiqu’il en soit, il ne semblait pas m’avoir remarqué, alors je pouvais toujours le suivre.

Quelques rues plus loin, le jeune homme s’arrêta au bord d’une fontaine pour y tremper ses mains. De ma position, je ne pus clairement distinguer s’il s’agissait de sang ou de l’eau qui était trouble, mais c’était définitivement bizarre. Bah, ce n’est pas comme si je ne savais pas me défendre. Je sautai du toit pour atterrir à quelques pas de lui, mon épée toujours à mes côtés. Je retirai également ma capuche, afin d’être à visage découvert. La main sur le manche de mon arme, je m’exclamai :

Bonjour, mystérieux individu. Dis, t’aurais pas quelque chose à voir avec le cri de tout à l’heure ? Hum... Soit dit en passant, n’essaie pas de me fuir, tu n’y arriverais pas. Je suis Kenta Hoshi, dixième membre du Conseil de la Magie de Fiore.

_________________


Merci Myrcella :3
Setsuna Yuuki
AzraëlAzraël

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2016
Âge : 21
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer 2nd Gen
Magie / CS Secondaire : Emptiness

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Dim 10 Juil - 16:30
À quelques mètres de sa position, un bruyant son attisa inévitablement son attention. N’importe qui sursauterait à cause d’une telle résonance de si proche. Illico, alors que l’Hispalien s’apprêtait à quitter les lieux une bonne fois pour toute, ce dernier tourna les talons pour faire face à cette soudaine manifestation. Alors que peu de gens l’entourait il y a quelques secondes de cela, une nouvelle silhouette semble avoir apparu de nulle part, là où il n’y avait ni rien, ni personne. La figure se redressa, se dévoilant totalement. En alerte, le Yuuki n’esquissa cependant pas le moindre geste, le langage de son corps toujours aussi décontracté. Son regard vairon étudia calmement cet étrange individu. Le premier élément qu’il souleva fut sans aucun doute la position de cet homme, sa main sur le manche de son arme, prêt à la dégainer au moindre pépin. Décidément, il ne semble pas enclin à prendre le thé. Cette apparition hostile ne fait que suggérer une seule possibilité : malgré sa présence fantôme, ce quidam semble le distinguer parmi la populace sans aucun problème. Par la même occasion, cela signifie qu’il doit être à un niveau bien au-dessus du sien. Le balafré mordit subtilement sa lèvre inférieure. Cette situation a rapidement tourné au vinaigre.

L’individu retira sa capuche. Tignasse bleutée, prunelles d’océan, gabarit suffisamment développé et une grande épée ajustée à sa ceinture. Ce portrait évoqua rapidement une idée tant qu’au nom de cet individu. Ce dernier n’eut même pas besoin de décliner son identité pour confirmer l’hypothèse du loup : Kenta Hoshi, un membre du Conseil Magique. La poisse. Quelle malchance. Setsuna a-t-il simplement baissé un peu trop sa garde, pensant qu’il ne risquait rien en s’exposant à la lumière du jour ainsi ? Une négligence qui pourrait lui coûter cher. Quoi que, selon son point de vue, cette erreur a déjà causé pas mal de dégâts. Un assassin ne peut se permettre de se faire prendre au beau milieu du méfait. C’est contre-nature. Il n’y a plus que deux options possibles : abattre le témoin ou sauver sa peau. Sachant que la seconde alternative est plus délicate dans les circonstances actuelles, la première idée n’est simplement pas réalisable. Le scarifié fut élevé afin de devenir un combattant. Il a obtenu une puissance sans précédent depuis qu’il maîtrise le pouvoir du Lacryma à l’intérieur de son corps. Toutefois, il n’est pas certain être au même niveau qu’un mage du conseil. Ce dernier étant apte à outrepasser son don est une preuve qu’il ne peut omettre. Comme eau sur roche, il peut le voir sans problème. Même avec la Force du Dragon, le mage des ténèbres ne pense pas pouvoir arriver à le vaincre. Étant à court d’option, il joua la carte du bluff dans le but de gagner du temps et de semer le doute dans l’esprit de son interlocuteur.

Inclinant la tête légèrement sur le côté, le jeune homme feignit la déception et l'interrogation. Simuler l’ignorance, élaborer un mensonge et un alibi. Toutefois, il ignore jusqu’à quel point son poursuivant en sait. Procéder ainsi peut s’avérer, au final, une perte de temps. Ce dénommé Kenta l’a probablement vu se nettoyer la senestre en utilisant l’eau de la fontaine. S’il a vu le sang sur ses doigts se dissiper dans l’eau… L’on peut pousser la thèse plus loin, aussi farfelue soit-elle : il a peut-être vu le meurtrier quitter directement le lieu du crime. Échec et mat ? Non, impossible. L’aborigène a bien observé ses alentours en introduisant la demeure et en quittant celle-ci. Il aurait aperçu une telle figure. Le Conseiller l’a probablement vu s’éloigner du rassemblement suite au hurlement de la femme découvrant le cadavre de son maître. Un bon œil observateur, pour l’avoir aperçu au bout d’une ruelle… Pour avoir outrepassé sa capacité ainsi, cet individu doit posséder une force égale à un maître de guilde. Sans exagération.

  • J’ai bien entendu ce hurlement plus tôt, mais j’ignore de quoi il s’agit. Pourquoi donc ?


Techniquement parlant, notre héros ne risque rien de cet échange. Setsuna effectue des sales besognes pour le compte de la famille royale, chargée de protéger ses concitoyens et d’assurer la paix au sein de ses frontières. Il ne fait que son travail. Le Conseil Magique n’a donc aucune autorité sur lui et aucun droit d’enfreindre ses activités. Leur influence a une limite. Néanmoins, le dragon artificiel ne souhaite pas dévoiler son affiliation à Hungry Wolves. S’il peut s’en sortir sans jouer cette carte, il émergera vainqueur de cette rencontre. En aucun cas, il n’engagera le combat avec Kenta Hoshi. Pour l’heure, il l’obligera à tourner en rond, lui faire avouer ce qu’il sait. Peut-être qu’avec absence de preuves, il abandonnera la suspicion. Un espoir un peu en vain, mais sait-on jamais. Il faut savoir faire usage de toutes les optiques que l’on possède en main avant de mettre de l’avant sa carte maîtresse.


Dernière édition par Setsuna Yuuki le Lun 11 Juil - 15:20, édité 1 fois
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 427
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Lun 11 Juil - 13:20




Après mon apparition, l'homme sembla quelque peu troublé. Il ne m'avait sans doute pas vu arrivé. Pourtant, un assassin digne de ce nom aurait dû protéger ses arrières et concevoir un plan de fuite aisé, voire même plusieurs. Deux options : ou bien il n'avait rien à voir avec le hurlement, ou bien il n'était pas l'un des meilleurs. Dans les deux cas, ma présence n'était pas nécessaire. Après tout, un Mage du Conseil a sans doute mieux à faire qu'arrêter des gens par un simple doute. Néanmoins, s'il y avait bien une chose que je voulais redorer, c'était mon image. Les sondages étaient clairs, je n'étais pas des plus appréciés au Conseil : ma puissance était limitée, j'avais été amnésique et ceci soulevait des interrogations quant à ma santé psychologique et, pour finir, j'avais abusé de mon pouvoir pour que ma douce et moi habitions ensemble, alors qu'elle était ma subordonnée. En bref, m'intéresser à la population, l'aider à toutes les échelles... Voilà qui pouvait s'avérer utile pour moi-même. Ainsi, je ne comptais pas laisser filer le jeune homme sans être sûr qu'il était complètement innocent dans cette histoire.

Suite à ma question, mon suspect m'en retourna une autre. Pourquoi ? D'après lui, il n'avait rien à voir avec les événements s'étant déroulés quelques rues plus loin. J'imagine que ceci est la première ou la seconde réaction des suspects, après la fuite. Mais comme j'avais anoncé mon nom et lui avait déconseillé d'éviter cet interrogatoire dissimulé, il s'était peut-être directement rendu à la case "déni". Ou cherchais-je trop loin ? Peut-être disait-il la vérité et comme je voulais à tout prix trouver un coupable, je le suspectais..? Voilà une bien mauvaise image. En somme, c'était du quitte ou double. Après réflexion, quitter était plus sûr, mais il allait falloir rassurer les citoyens de Laliveron, chose impossible avant d'avoir trouvé un coupable...

L'homme en tout cas, était capable d'utiliser la magie. À l'instar de tous les êtres utilisant la magie, j'étais capable de ressentir une certaine partie de sa puissance, bien que plus difficilement que les mages possédant le don d'Aura. Il était bien au dessus de la moyenne, alors... S'il avait vraiment été absent lors du crime, il n'aurait aucune raison de refuser une demande d'un Mage du Conseil.

Peut-être bien... Honnêtement, tu m'as paru étrange. Je vais faire le choix de te croire, mais j'aurais besoin de ton aide pour résoudre ce problème. Tu es un mage, non ? À deux, nous irons plus vite. Il ne faudrait pas que tout ceci laisse place à une panique générale, surtout que Laliveron est déjà dans une situation précaire.
Effectivement, j'avais non seulement pour objectif de résoudre le problème concernant le meurtre, mais j'allais également aider Laliveron à se relever ainsi que donner un avis définitif sur mon suspect.

Évidemment, tu peux refuser. Mais vu les circonstances, je prendrais un refu comme un aveu.


Ainsi, j'étais vraiment clair avec le jeune homme, faisant découvrir toutes mes intentions. Et puis, coopérer avec un Mage du Conseil, n'importe qui ne peut pas s'en targuer ! J'essayais aussi de cette façon de garder un oeil sur le mage, il n'était pas exclu qu'il m'aide jusqu'à trouver une échapatoire, ceci dit. Mais ce n'était pas mon genre de compter sur la chance : tout se passera bien !

_________________


Merci Myrcella :3
Setsuna Yuuki
AzraëlAzraël

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2016
Âge : 21
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer 2nd Gen
Magie / CS Secondaire : Emptiness

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Lun 18 Juil - 18:12
Son piètre stratagème fonctionna. Certes, il ne peut écarter la possibilité d’un bluff. Néanmoins, l’originaire d’Hispalie doit agir en choisissant une voie. S’il reste sur la défensive, il ne pourra s’échapper avant un moment. Il fit donc le choix de croire les paroles de Kenta Hoshi, ce dernier admettant qu’il a uniquement poursuivi notre protagoniste sur un pressentiment. Une absence de preuves et un jugement subjectif l’a mené jusqu’ici et le laisse croire que le jeune homme est responsable du meurtre. Décidément, la chance n’est clairement pas du côté du Yuuki ce jour-ci. Ce n’est pas dans ses habitudes de croire au karma, mais il en fera une exception aujourd’hui. Pour sa part, le mage du conseil est probablement la pire peste qu’il ait rencontrée au cours de sa courte existence. Vu le temps écoulé depuis le meurtre, il est improbable que l’homme à la crinière d’azur ait moindrement inspecté le lieu du crime, ce qui signifie qu’il l’a immédiatement aperçu, puis l’a suivi jusqu’ici. Lui-même n’aurait pas opté pour cette route d’action. Du moins, pas avant d’avoir effectué une courte investigation.

Dans sa même tirade, le Conseiller demanda l’aide à son suspect pour résoudre cette affaire, trouver au plus vite l’assassin sous prétexte que cet événement provoquera bientôt une panique générale. Il n’a pas tort, un homicide au beau milieu du jour augmentera drastiquement le niveau de stress dans le quartier. Tout cela n’est cependant qu’une mascarade pour garder un œil sur son principal suspect. Le scarifié n’est point dupe : il devra retourner sur le lieu où il a commis l’irréparable, comme le dit le célèbre dicton. N’ayant laissé aucune trace pouvant le lier au délit, Setsuna ne craint pas de retourner à la résidence. Ni témoin, ni élément ne pourront le désigner comme véritable suspect. Cependant, tout cela est une perte de temps. Le mage du feu enchaîna en affirmant qu’un refus d’assister à l’enquête revient à un aveu. Le loup plissa les sourcils. Il s’avère qu’une impasse se dresse face à lui. Accompagner l’allié de la justice, ou bien se faire menotter. Il plongea sa main gauche dans la poche de son pantalon, toisant son interlocuteur. Ce dernier ne lui laisse aucune possibilité de sortie. Il est clair qu’il croit que le Dragon Slayer est responsable de l’assassinat même s’il n’a aucune preuve physique pour supporter cette accusation.

  • Ce n’est pas comme si tu me laisses un choix.


Sa senestre émergea de sous sa cape, écartant cette fois-ci des franges aveuglant son champ de vision. Il profita de cette courte pause pour faire un choix. Sans entrer dans les détails, retourner à la demeure pourrait avoir ses bénéfices. Il n’est pas dans l’obligation de courir ce risque, son ordre de missive n’évoque rien de tel. Sa tâche n’était que d’abattre la cible. Mais ce serait dans l’intérêt général de tous, pour le plus grand bien collectif, de démanteler ce que sa cible a bâti. Il n’a malheureusement pas le temps de bien peser les pros et les cons. Il croisa les bras avant de reprendre la parole, toujours sur le même ton monotone.

  • Un mage du Conseil qui lance des accusations basées sur une piètre présomption… Ta réputation te précède. La moindre des choses serait de déposer un argument valable sur la table.


Bien qu’il ne connaisse pas les exacts détails de la vie de Kenta Hoshi, il en sait suffisamment pour savoir qu’il n’est point le membre du conseil magique le plus apprécié. L’on raconte que son passé n’est pas rose, dans le sens que sa position au sein du conseil est une question qui a lieu de se poser. Le but de sa précédente tirade n’avait pour but que d’enfoncer le couteau dans la plaie, faire peser le doute. Lui-même doit se demander s’il n’est pas un peu trop paranoïaque en l’interrogeant de la sorte.

  • Je n’ai aucune envie d’aider un Conseiller qui m’accuse de je ne sais quoi. Si tu souhaites me menotter et m’enfermer, alors fais-le. Mais lorsque tu trouveras ton véritable suspect, j’espère être compensé pour cette erreur. Je n’apprécie guère qu’on me fasse perdre mon temps.


Sur ces mots, l’aborigène s’approcha de l’homme et présenta volontiers ses poignets. Son regard hétérochrome plongé dans les prunelles céruléennes du mage, aucune lueur trahissant son intention. C'est en confiance que le pourfendeur de dragons se livra. Il espérait uniquement que son stratagème fonctionne, que le poisson morde à l’appât. Et s’il ne mord pas ? Peu importe, il en sortira gagnant également. Ce sera simplement plus complexe de se libérer de son emprise.

Spoiler:
 
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 427
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Lun 8 Aoû - 15:10




Avant toute chose, il exprima son écœurement en disant que je ne lui laissais pas le choix. Non, effectivement, je ne lui laissais pas le choix, j’étais presque persuadé qu’il avait quelque chose à voir avec le crime commis, d’autant plus que son effronterie était insupportable. Et pourtant, je n’étais pas encore arrivé au bout... Il expliqua que ma réputation me précédait et que grosso modo, je ne pouvais rien lui faire, car je n’avais même déposé d’argument qui pourrait être pris en compte. D’un certain point de vue, c’est vrai, je ne l’avais poursuivi que parce qu’il me semblait fuir la scène du crime. Etait-ce suffisant ? Non, évidemment, il m’en aurait fallu plus pour l’arrêter. Sauf qu’il était plus ou moins tombé dans le panneau...

Effectivement, en annonçant qu’il ne voulait pas me suivre pour m’aider parce que je n’avais aucune preuve qui me permettait de l’arrêter, il pensait s’en sortir, ou bien il irait en prison avant de se faire dédommager pour avoir été emprisonné à tort. C’était tellement naïf... Je me demandais même si je ressemblais à cela, lorsque je faisais, moi aussi, preuve de naïveté. J’espérais bien que non, car le mage me faisait presque pitié... Je veux dire, à quel moment a-t’il cru que qui que ce soit chercherait le coupable si le présumé était derrière les barreaux ? De plus, question preuves, il venait de refuser ma proposition et, par conséquent, avouer le meurtre.

Malheureusement pour toi, je crains que tu ne te fasses perdre du temps tout seul. Je t’ai dit que si tu refusais, ce serait un aveu. Tu as refusé, tu as donc avoué un homicide à un Mage du Conseil. Je connais des personnes plus prudentes. Par conséquent, tu es en état d’arrestation. Ah, et n’imagine pas que tu seras un jour dédommagé pour avoir été emprisonné, si un Mage du Conseil dit que tu as avoué un meurtre, sachant que je suis moi-même juge, penses-tu sincèrement que l’on va chercher un autre meurtrier ? Nous non plus, nous n’aimons pas perdre notre temps. Et comme je l’ai dit précédemment, tu es mage, je suis donc l’un de tes dix juges, penses-tu que j’ai besoin d’autres preuves que celles que tu viens de me donner ? Tu es déjà jugé, finalement. T’être rendu toi-même pourra peut-être t’éviter la perpétuité, mais tu ne sortiras pas d’ici un moment de la prison magique.


Echec et mat. N’ayant cependant plus l’habitude de me promener avec des menottes anti-magie, ne pensant sans doute plus en avoir besoin depuis que j’étais au sommet de la pyramide et que le travail de terrain n’était plus ma priorité, je n’avais rien pour réduire la mobilité ni la magie de mon nouveau prisonnier. Ceci dit, même lui devait savoir qu’il fallait vouloir aggraver son cas pour tenter de fuir devant un membre du conseil qui est vous met en état d’arrestation. Il n’avait sans doute pas beaucoup d’autres options que de me suivre ou de s’expliquer, dans les cas où il serait ou non réellement coupable. Après tout, j’étais certain à seulement quatre-vingt-dix neuf pour cent qu’il était le meurtrier, mais il était peut-être juste trop fier pour dire qu’il n’avait rien à voir avec le meurtre, auquel cas nous le verrons bientôt.

Bon, j’ai pas de menottes. Tu vas me suivre tranquillement jusqu’à la caserne de Laliveron, ou bien je serais forcé de te donner un bon coup sur la tête. Ne m’y oblige pas, s’il te plait.


Et je n’allais certainement pas émettre la possibilité qu’il puisse s’expliquer. Si je le faisais, il aurait compris que j’avais une faiblesse, je n’aimais pas l’injustice, il aurait payé pour un crime plus grand que celui d’offenser un mage du conseil. Et si je ne le faisais pas et qu’il me suivait quand même, alors je n’aurais de toute façon rien à me reprocher, puisqu’il assumerait par conséquent l’homicide. Quant à l’image que je donnais actuellement, à faire une sorte de chantage ou en arrêtant quelqu’un avec simplement un aveu... Et bien je dirais qu’au moins, on ne m’embêterait plus et que la prochaine fois, on y réfléchirait à deux fois avant de me prendre pour un imbécile.

Spoiler:
 

_________________


Merci Myrcella :3
Setsuna Yuuki
AzraëlAzraël

avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 28/05/2016
Âge : 21
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer 2nd Gen
Magie / CS Secondaire : Emptiness

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Mar 20 Sep - 20:18
  • Tu es têtu… Autant que moi, à vrai dire.


Setsuna laissa échapper un maigre soupir, plutôt agacé que contrarié. Hélas, son bluff n’a point fonctionné. Croyait-il qu’un tel pari allait lui porter avantage ? Oui. Du moins, sur un individu lambda. Son erreur fut de sous-estimer ce Mage du Conseil Magique de Fiore, le croyant tout aussi naïf que le commun des mortels. Lui-même n’aurait pas tombé dans un tel piège. Dans le futur, il devra penser à quelques plans de contingence pour éviter de se retrouver à nouveau dans une telle situation.

À court d’option, l’assassin au service de la royauté n’a plus que deux choix : fuir ou suivre son bourreau sans broncher. La première optique est à considérer. À vrai dire, Azraël pourrait tout simplement disparaître. En devenant une ombre, une matière intangible et se jumelant à l’obscurité, même le célèbre Kenta Hoshi ne pourra réussir à mettre la main sur son fautif. Néanmoins, la question est plutôt : devrait-il tenter sa chance ? Il a beau assumer, mais il ignore quel genre de tour de passe-passe pourrait faire usage l’homme à la crinière céruléenne. De nouveau, c’est un pari qu’il doit poser sur la table. Un pari qu’il n’est pas prêt de risquer.

La seconde option est de simplement le suivre. Un choix qu’il a anticipé depuis le début de cette rencontre. En tant qu’adepte des arts d’assassinat et de sabotage, sortir d’une cellule fait partit des nombreux talents qu’a acquiert le jeune loup depuis son assimilation à sa guilde. Il n’a guère besoin de ses capacités magiques pour se libérer de menottes ou d’un cachot. Toutefois, procéder ainsi requiert un certain temps. Un temps précieux que n’a pas le Yuuki. La prochaine mission attend. Il y a encore des criminels dans la contrée qu’il faut éliminer le plus rapidement possible avant que leurs agissements entraînent d’autres victimes. Donc, les options initiales n’étant point viables, un dernier et ultime choix s’impose au Dragon Slayer. Une solution qui l’aurait évité de se ramasser dans un tel pétrin.

  • Je l’admets : j’ai commis un homicide. De cette main, j’ai tué un homme.


Platement, il avoua le crime dont la Flamme de la Justice l’accusait. Si ce dernier avait joué à la loterie, il aurait gagné le gros lot. Quoi d’autre, ensuite ? Ce n’est pas en confirmant les soupçons du chevalier en armure d’argent qu’il est désormais délivré de son emprise. Le mage a uniquement donné raison à son adversaire en faisant cet aveu. Non, son discours n’est pas achevé. Sa dextre s’anima, sortant à l’extérieur de son poncho, main ouverte. Un tel mouvement pourrait susciter la garde chez le dénommé Kenta, mais il n’en fit point attention.

  • Cependant, tu ne peux m’arrêter, tout simplement car tu n’en possèdes pas l’autorité.


Voilà une déclaration bien audacieuse. Possède-t-il les moyens pour supporter une telle proclamation ? Pas uniquement des mots, mais également une preuve. Une lumière bleue étincela dans sa main avant de prendre aussitôt la forme d’un objet. Usant de ses connaissances en Rééquipement, le Chasseur invoqua un parchemin et le tendit à l’homme face à lui. À ce moment, son visage impassible se brisa momentanément en grimace. Son identité et son affiliation sont des choses qu’il a toujours conservées dans le plus grand des secrets, et voici qu’aujourd’hui, il décline une de ces informations. Il aura peut-être le dernier mot, mais il ne sortira pas vainqueur de cet échange.

S’il inspecte le contenu de ce document, Kenta Hoshi pourra découvrir à l’intérieur un ordre de missive à l’intention d’un membre de la guilde Hungry Wolves : un assassinat. À la fin du pavé expliquant le contexte ainsi que la cible, le document arbore un sceau de cire particulier. Cet emblème ne représente nul autre que la monarchie. L’authenticité de ce document est réelle. Ce parchemin est la preuve tangible que le jeune homme aux prunelles vaironnes possède « légalement » un « permis de tuer », ce qui signifie qu’il est sous les ordres directs de la famille royale et qu’il jouit d’une protection. En d’autres mots, Setsuna est hors d’atteinte pour le membre du Conseil Magique. Sa gérance ne touche que tout ce qui est relié à la magie. Il ne peut lui faire quoi que ce soit tant que ses actes restent dans l’intérêt de la providence.

  • Est-ce suffisant pour te satisfaire ? Si oui, alors passons à autre chose. Tu pourrais te montrer utile.


Le scarifié tourna les talons et posa son fessier sur le bord de la fontaine. Coudes apposés sur les genoux, il débuta une brève explication de ce qu’il entend par là.

  • Tel qu’expliqué dans le parchemin, l’homme que j’ai abattu était coupable de la préparation d’un éventuel coup d’état. Mon ordre n’était que de le tuer… Mais je doute que cela soit suffisant. Il devait quitter la ville avec bon nombre de chariots et rejoindre des alliés pendant la nuit. Je suspecte que ces chariots sont remplis de ressources : armes, drogues et explosifs. Je ne pouvais guère retourner pour inspecter les lieux. Toutefois, ta coopération pourrait me faciliter grandement la tâche.


Setsuna cessa son monologue et reprit son souffle. Il y a bien longtemps qu’il n’a pas autant parlé en un si court laps de temps. Mener une investigation en présence d’un Conseiller donnerait à l’originaire d’Hispalie suffisamment de temps pour confirmer ou infirmer ses soupçons. Il n’aura point besoin de risquer de se faire repérer par une malheureuse coïncidence. Sous la lumière du jour et sous les yeux des suspects ainsi que des gardes, il pourra mener son enquête à bien. Du moins, si Kenta accepte. Ses yeux hétérochromes croisèrent son regard azuré, en attente d’une éventuelle rétorque. Peut-être que ce dernier allait rire, l’ignorer ou encore refuser de le croire. La dernière option n’était plus trop probable, mais reste dans l’univers des possibilités. Dans tous les cas, la balle est désormais dans son jeu et le Yuuki agira en conséquence de sa réponse.
Kenta Hoshi
Modo / Justice's FlameModo / Justice's Flame

avatar

Messages : 427
Date d'inscription : 01/09/2013
Âge : 18
Guilde : Mage du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Magie du feu
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.500
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   Mer 8 Fév - 18:06




Un vértibale aveu ! C'était presque trop demander ! J'en aurais presque sauté de joie, si ça n'avait pas été louche. En fait, c'était effectivement trop pour quelqu'un qui essayait depuis le début de s'en tirer avec une sorte de présomption d'innocence. Peut-être qu'il voulait juste rire de ma réaction ? Puis, il sortit une main ouverte de son large manteau. Ça ne tournait pas rond. Il dit que je ne l'arrêterais pas car je n'en possédais pas l'autorité, bein que j'eusse autorité sur tous les mages du pays. Ça tournait même plutôt carré, son paradoxe...

Dans sa main, enfin, apparut ce qui allait être la solution de tout le problème. Une mission dans laquelle il était question de tuer quelqu'un, ce qui venait très probablement d'être fait, émise par la couronne elle-même. Une question de coup d'état qui devait évidemment être réglée par la couronne et ses subordonnés. Miria Baldur avait sans doute été mise au courant de l'histoire, mais la question n'avait jamais été invoquée au sein du Conseil. Ceci étant dit, ce n'était ni mon histoire ni même mon domaine de compétence. Après tout, la couronne ne se préoccupe pas plus que ça des mages noirs, sinon la boucherie de Gehenna n'en aurait peut-être pas été une. Et, ce, bien que la faute revienne en réalité à mes aînés du Conseil.

L'assassin de la guilde Hungry Wolves, puisque cet élément de son identité était désormais clair, me demanda si j'étais satisfait. Il poussa l'effronterie à me dire que je pourrais être utile, comme si j'étais un élément perturbateur qui pourrait être partiellement réinvesti dans la mission. Mon bonhomme, tu te trompes sur la personne. Je le laissai néanmoins finir son récit, où il me proposait de l'aider à revenir sur les lieux, où il serait disculpé de par mon autorité et sa présence à mes côtés. Ce n'était en soit pas une mauvaise idée, mais il avait perpétré l'erreur de me prendre pour un outil. Or, l'outil, c'était lui, dans les mains du toi. Quant à moi, je possédais d'autres outils avec lesquels il n'avait rien à voir, si on pouvait les appeler des outils. Après tout, je reste de ceux qui refuseront des actes tels que ceux de Gehenna dans lesquels le Conseil pense justifiable de perdre tant ou tant d'outils, sans voir les personnes derrières ces objets.

Je vois... Mais ma réponse est négative. Non seulement un mage ou même un soldat ne peut pas interférer avec les affaires de la guilde du roi, mais en plus je suis un conseiller. Fais bien ce qui te chante, je ne me préoccuperais plus de tes faits, ça te fera bien un adversaire de moins. Je te conseille cependant de faire plus attention, tu es peu discret pour un assassin.


Ce fut alors mon tour de tourner les talons, après une petite revanche. Mais que ne pouvais-je pas conseiller en tant que conseiller ? Ceci dit, Hungry Wolves... C'était le second que je croisais et le second qui se pensait supérieur à moi, même, voire surtout, en prenant connaissance de mon identité. Était-ce le fait de travailler pour la couronne qui gonflait leur ego ou bien juste un sentiment de rivalité ? À l'occasion, j'aimerais bien rencontrer Arthur, leur célèbre maître, afin de comprendre la mentalité de tous ces loups. Ce sont de curieux assassins !

_________________


Merci Myrcella :3
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]   

Les pêchés parlent. Le meutre crie [Kenta]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Laliveron
-