Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]

AuteurMessage
Alowin Ronslay
Mage d'Oracion SéisMage d'Oracion Séis

avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 02/05/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Sakkaku no Maho / Magie de l'illusion
Magie / CS Secondaire : Nightmare Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.620
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   Lun 4 Avr - 15:15




Dans la partie occidentale du Désert Burana se trouvait une petite cité du nom de Laliveron. Jamais encore Alowin n’avait eu l’occasion d’y mettre les pieds. Entourée par d’imposants remparts, la ville était visible de loin et protégeait tous les voyageurs des terribles tempêtes qui se déclenchaient dans la région. Laliveron avait aussi un réel aspect stratégique ; en effet, elle se trouvait au croisement des Déserts Burana et Nérobi, du Mont Célestial et de la Forêt de Baal. Un passage obligé aux forces d’Era qui rejoignaient la garnison de Tolbac et qui devaient donc se reposer après une longue marche éreintante. Les armées en provenance des casernes d’Era n’avaient que trois options pour atteindre Tolbac ; passer par la Mer Sombre avec ses pirates et ses créatures marines qui attaquaient parfois les navires. Cela pouvait être la meilleure option pour transporter un grand nombre de troupes et de matériel mais s’avérer risqué pour de petits détachements. Passer par les Plateaux Verdoyants, mais la traversée des montages était longue et périlleuse. Ou bien rejoindre Laliveron en passant par la forêt des Baal ou le Désert Burana. Cette option était la moins périlleuse car une armée conséquente pouvait se déplacer dans le Désert sans vraiment risquer d’être importunée par des créatures sauvages. Le plus grand risque était encore les tempêtes de sable.

La jeune assassin avait donc décidé de se rendre dans cette bourgade afin de glaner toutes les informations qu’il lui était possible sur l’armée runique qui devait donc, selon elle, passer régulièrement. Mais d’autres éléments de la ville l’intéressaient également. Tout d’abord, son marché aux épices jouissait d’une réputation qui n’était plus à faire. Des ingrédients d’une grande rareté y étaient vendus et cela pourrait grandement lui servir. C’est dans ce genre d’occasion que le laissé passer, qui lui avait été donné par l’Herboriste de Shirotsume, lui servait. Elle pouvait en toute légalité se présenter comme Riola Wan Nysol, apprentie herboriste qui parcourrait le Royaume pour parfaire sa formation. L’autre raison de sa venue ici était une grande villa qui appartenait à un mage solitaire ayant quitté la région. D’aucun racontais que cet endroit était l’ancien refuge de brigands et que de nombreux trésors s’y trouvaient encore. Alowin n’avait pas grands espoirs d’y trouver des armes ou des objets magiques. Mais ce qui l’intéressait était la bibliothèque considérée comme incroyablement bien fournie. Si celle-ci n’avait pas encore été pillée, peut-être y trouverait-elle des ouvrages d’une grande rareté. Certaines rumeurs commençaient à l’intriguer et il lui fallait les vérifier ; en effet on parlait de plus en plus de la création d’une unité appelée La Cabale, de l’existence d’une magie ancestrale dont découleraient toutes les magies, de l’existence d’une manière d’amplifier son potentiel grâce à la magie perdue Arc of Time. Peut-être pourrait-elle y trouver des réponses ici.

Quittant la fraicheur de l’un des nombreux souterrains qui reliaient le Marché Noir au reste du Royaume, l’assassin se mit en route vers la cité. Elle utilisa ses notions en Kanso afin de se débarrasser de son masque et de son Oracion Cape. La chaleur était telle au milieu de tout ce sable, que rester sous ses habits aurait fini par avoir raison d’elle. Elle opta également pour une tenue un peu plus légère composée d’un pantalon en toile et d’un chemisier blanc, sa tenue habituellement composée d’un hakama noir et d’un haut à manche longue risquait d’attirer trop l’attention sur elle. La jeune femme attrapa un sac de voyage qui contenait une partie de ses ouvrages, son kodachi et de son matériel d’herboriste puis fit quelques pas avant de s’arrêter. La ville n’était pas loin, mais sa couverture devrait avoir traversé le désert depuis quelques temps maintenant. Il lui était impossible de braver les vents qui soufflaient dans ces lieux et d’arriver avec des affaires aussi propres. Elle fit donc apparaitre une cape légère à la couleur beige et une paire de lunettes. Puis la mage des Oracions reprit son voyage vers Laliveron qui n’était plus très loin.

Alors qu’il ne lui restait qu’une centaine de mètres à parcourir, les cloches de la ville se mirent à résonner, annonçant l’approche d’une tempête. Elle se mit alors à courir, passant de justesse les imposantes portes de la ville qui se refermaient afin de contenir les éléments. La voilà à présent bloquée dans la bourgade au style oriental. Elle jeta un regard autour d’elle, scrutant les environs et évaluant tout ce qui pourrait lui servir : nombre de gardes, entrées et sorties les plus proches, l’aspect des rues qui lui faisaient face et enfin une évaluation rapide des personnes qui l’entouraient. Quelques touristes, des citadins et des gardes. L’un d’eux l’interpella d’ailleurs, lui demandant ses papiers et la raison de sa présence ici. Elle tira donc de son sac son fameux laissé passer que l’homme vérifia avant de lui rendre. Son attitude étonna la jeune femme qui ne s’attendait pas vraiment à ce genre de réaction dans une aussi petite ville perdue au milieu de nulle part. Y avait-il une raison pour que la garde soit aussi méfiante ? Peut-être un évènement particulier ou la présence d’hôtes de marque. Elle haussa les épaules et emprunta l’une des nombreuses rues qui s’offraient à elles. Autant ne pas faire trop de vagues ; la garde n’était certes pas réputée pour la force individuelle de ses membres, mais leur nombre était assez conséquent.

Elle traversa donc une partie de la ville et fini par tomber sur le Marché. Au loin on entendait le vent siffler, tentant certainement de percer les remparts afin de relâcher toute sa fureur contre la ville. Mais personne ne semblait vraiment y prêter attention. Elle décida donc de se fondre dans la masse et de commencer à regarder les différents produits que la ville pouvait lui proposer. Les armes n’avaient rien d’incroyables, c’était surtout de nombreux sabres à lame recourbée typiques de la région. Ces derniers avaient un intérêt certain si l’on se battait sur le dos d’une monture puissante, mais perdaient vite de leur potentiel face à des armes faites pour l’estoc souvent plus longues. Elle regarda ensuite les objets magiques qui n’étaient pas si différentes de ce que l’on pouvait trouver dans le reste du Royaume. Ce fut l’étal présentant des plantes d’une grande rareté : de l’Ange Sugiréen qui permettait d’amplifier temporairement la magie, de la Broussaille Dissidia utilisée pour des rituels, du Buisson Nacré qui permettait de confectionner des pièges hautement hallucinogènes et tant d’autres encore.

Face à tous ces trésors, Alowin sentit son gantelet la démanger. La garde autour du marché était peu conséquente, trancher la gorge du vendeur et se saisir de la marchandise ne représenterait pas une grande difficulté. Il lui suffisait de faire dans l’horreur et le sanguinolent et personne n’oserait vraiment lui opposer de résistance. Elle ferma les yeux et inspira un bon coup. Elle n’était pas là pour se faire remarquer, mais pour collecter des informations. Ici Riola Wan Nysol n’avait aucun pouvoir et se ferait certainement arrêter. Elle ne pouvait pas se permettre de perdre ainsi sa couverture sur une action aussi bête. Elle se pencha donc afin de contempler ces plantes merveilleuses qu’elle ne pourrait certainement pas acheter. C’est alors qu’une voix se fit entendre dans son dos, la surprenant en plein dans ses pensées. La jeune Riola se recula vivement, manquant de renverser un homme qui portait un masque. Pourquoi cette voix l’avait-elle à ce point surprise ? Et d’où venait-elle ? Elle se retourna, cette fois plus calmement afin de faire face à l’inconnu. Il lui était impossible de sonder son regard à la recherche de sa peur, rendant ses Nightmare Eyes totalement inutiles. Lui adressant un sourire, elle prit la parole en lui tendant la main.

Je suis totalement navrée pour cette maladresse. J’espère que je ne vous aie pas fait mal… Je me nomme Riola et vous ?


Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   Mer 6 Avr - 22:53
    Lorsqu'Haru arriva à Laliveron, le trentenaire n'avait l'intention de rester qu'une seule et unique journée ; il devait rechercher des informations diverses, interroger quelques personnes particulières et éventuellement faire le marché aux armes et aux épices, où il pouvait peut-être faire quelques jolies trouvailles. Malheureusement, à part quelques évidentes sottises - il n'avait pas besoin qu'on lui dise de visiter la bibliothèque de magie pour trouver des livres, hein - , une nuit d'emmerde à l'auberge et un lit sacrément inconfortable, l'ex-soldat de l'armée n'avait absolument rien trouvé. On dit que la chance était une arme comme une autre pour un mage ou un militaire et El Colonello n'en avait vraisemblablement, à son grand dam, pas du tout. Cette vérité allait s'avérer on ne peut plus vrai lorsqu'il décida de quitter la ville : les portes de celle-ci se refermèrent devant lui sans qu'il n'ait son mot à dire.

    Le voyageur demanda aux gardes qu'est-ce qu'il se passait et ces derniers répondirent qu'une grande tempête se préparait. Quitter la ville et rejoindre le désert était ainsi suicidaire et ils n'avaient l'intention de laisser personne sortir, juste entrer. Malgré l'insistance de l'homme masqué, les soldats refusèrent d'entendre raison et lui obtenir une quelconque dérogation spéciale : le natif de Magnolia était un civil comme un autre ici. Haru allait devoir rester dans les murs de la cité jusqu'à ce que la tempête de sable s'estompe : en gros, jusqu'à nouvel ordre. Comprenant que taper du pied le sol n'allait l'amener nulle part - ce qui ne l'empêcha pas de le faire quelques fois, histoire d'évacuer sa frustration -, le vagabond décida de retourner au centre-ville et tuer le temps d'une manière ou d'une autre. Qui sait, peut-être même que la chance allait tourner et qu'il ferait enfin une trouvaille intéressante.

    Il se rassurait comme il pouvait en réalité et il fallait comprendre l'origine de sa frustration : les objectifs du Quatrième étaient clairs. Il enquêtait sur le mage noir Zeref, la disparition des dragons, l'origine de la magie ainsi que le mal dont était victime son père ; perdre du temps dans cette ville, qu'il avait décidé de visiter plus par nostalgie qu'autre chose, était hors de question. Il avait de nombreux endroits à "visiter" encore et n'avait pas le moindre temps à perdre. Mais il ne pouvait pas non plus se mettre à dos les autorités : déjà que sa réputation était guère reluisante suite aux événements du Pyrée, l'empirer était une très mauvaise idée...
    Le mage solitaire s'engouffra donc dans les ruelles de la ville, cette fois-ci sans but. Il regardait à gauche et à droite, revisitant les échoppes qu'il avait déjà parcouru la veille, espérant trouver quelque chose qu'il aurait ainsi pu manquer. Armes, livres, instruments, antiquités, tout y passait. Les gens se retournaient lorsqu'il passait à côté, son masque atypique attirant forcément l'attention. Et c'est finalement un étal légèrement isolé qui aimanta son regard.

    S'infiltrant dans la foule rassemblée autour du commerce, poussant légèrement les personnes bloquant son passage, Alandro arriva finalement derrière une jeune femme. La petite boutique vendait de nombreuses herbes rares et cela impressionnait l'utilisateur du Saibo No Maho. Qu'un simple marchand détienne de tels ingrédients... Et qu'aucune personne n'ait tenté de les lui dérober.
    Hei, qui ne connaissait rien en botanique et en herbes rares, ne put s'empêcher de lâcher une petite remarque idiote : "La vache, je suis sûr que ça doit faire planer si tu fumes ces trucs !" marmonna l'âme artificielle à l'attention de son propriétaire, muet. Ce dernier, concentré sur la boutique, sursauta légèrement lorsque la jeune femme, surprise par la voix de Hei, recula et se cogna contre lui. Les regards des deux voyageurs se croisèrent un bref instant et Haru s'inclina en avant, s'excusant ainsi à la place de son compagnon de route un peu trop bavard. Puis il attrapa la main de la jeune adulte.

    "C'est moi qui suis désolé ma p'tite dame ! Mais vous ne m'avez pas fait mal. Enfin je crois pas" Répondit Hei calmement, la fin de sa phrase étant clairement destinée à son propriétaire qui fit un simple mouvement de la tête pour dire que ça allait "Je ne pensais pas vous surprendre de la sorte, ce n'était absolument pas le but. Même si je peux comprendre, en toute honnêteté, que ma jolie voix vous ait fait beaucoup d'effet." Bon, Hei était peut-être une créature étrange, mais il n'en restait pas moins un homme pas insensible face aux charmes des jeunes femmes. L'entendre proférer de tels propos était plutôt habituel.

    "Je m'appelle Haru Kuroda, voyageur. Enchanté. Etonnant de voir une si jeune femme s'intéresser aux herbes et aux plantes. Peut-être suis-je vieux jeu... Ou un petit peu machiste... Mais je pensais que vous préfériez les fleurs. Ou la couture. Et la vaisselle... Mais les herbes, c'est très bien aussi."

    (désolé, je ne fais pas beaucoup avancer le rp x_x)
Alowin Ronslay
Mage d'Oracion SéisMage d'Oracion Séis

avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 02/05/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Sakkaku no Maho / Magie de l'illusion
Magie / CS Secondaire : Nightmare Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.620
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   Dim 17 Avr - 23:31




Pourquoi avait-elle été à ce point surprise par cette voix qui ne lui était en rien familière ? Peut-être parce que celle-ci l’avait surprise en plein dans ses pensées criminelles ; tout en semblant s’adresser à elle. Elle avait alors reculé brutalement, comme une enfant qui aurait été attrapée en plein milieu d’un petit forfait, bousculant cet homme qui parlait donc tout seul. À force de vivre le personnage de Riola, ce dernier semblait lui coller à la peau. L’assassin abandonnait une partie de ses réflexes et habitudes, comme si elle désirait vivre la vie paisible et insouciante d’une citoyenne normale et à laquelle elle n’aurait jamais droit. Un observateur extérieur pourrait presque se demander si ce n’était pas ce masque blanc qui faisait d’elle Alowin Ronslay et non pas que c’était sa décision qui la transformait en la frêle Riola. Personne ne pouvait réellement la suspecter de tuer des gens pour vivre et combler son bon plaisir. Il n’y avait d’ailleurs aucune raison pour que quelqu’un vienne à la suspecter un jour de commettre de tels forfaits ; une jeune fille avec ce sourire d’ange ne pouvait vraiment pas s’adonner à de telles pulsions barbares.

Reprenant ses esprits, elle observa l’homme qui se tenait devant elle. Il était bien plus grand qu’elle, au moins vingt bons centimètres, avait les cheveux noirs et longs et portait un masque blanc avec un éclair dessiné autour de l’œil droit et les lèvres peintes en rouge. Sa tenue était composée, notamment, d’une veste à col haut dissimulant en partie sa nuque et son cou, enfin il portait un fusil à lunette sur le dos. L’assassin contempla l’arme un moment, se demandant s’il fallait maitriser la Gun’s Magic ou la Pistolera pour utiliser une telle arme. Car un fusil comme celui-ci lui serait bien utile pour réaliser certaines de ses missions où il fallait passer au travers de toute une garde pour éliminer sa cible. Quelque chose chez cet homme allumait également des signaux dans l’esprit de l’assassin, comme si elle le connaissait ; elle n’avait pourtant pas l’impression de l’avoir rencontré par le passé. Peut-être était-il recherché par Baram ou le Conseil et qu’elle avait pu voir sa description trainer sur les affiches de mise à prix.

Il s’inclina pour s’excuser et lui attrapa la main. Ce fut à ce moment-là que la jeune mage réalisa pourquoi cette voix lui avait fait autant d’effet. Celle-ci ne paraissait pas naturelle. Alowin, qui utilisait ses illusions pour combattre et tromper ses adversaires, ne se sentait pas à l’aise, comme si quelque chose clochait. D’ailleurs à bien y regarder, les muscles faciaux ne semblaient pas bouger ; même malgré ce masque, la jeune femme aurait dû voir au moins les joues bouger un petit peu. Une autre chose qui la fit réagir ce fut le léger mouvement de tête que l’homme effectua après lui avoir dit qu’elle ne lui avait pas fait mal. C’était étrange, comme s’il se confirmait à lui-même qu’en effet, il n’avait pas mal. L’homme, ou du moins cette voix, s’essaya à un numéro de charme auquel la jeune femme répondit par un sourire angélique, mais sans y donner davantage de crédit. Il se présenta ensuite comme Haru Kuroda et ce fut à ce moment qu’elle réalisa pourquoi il lui semblait familier. Le royaume parlait depuis quelques jours d’un mercenaire solitaire qui parcourait le Royaume en posant toutes sortes de questions. Il était apparu du jour au lendemain et personne ne savait qui il était vraiment. Sa tête n’était pas mise à prix, mais leur rencontre pourrait être l’occasion d’obtenir de nombreuses informations. Il lui demanda enfin la présence de son intérêt pour les plantes, se montrant un peu machiste, lui qui avait pourtant l’air si charmant quelques instants plus tôt. Elle retira la main de la sienne et la glissa sur son masque, puis sur sa joue.

C’est étrange, j’entends une voix et pourtant aucun de vos muscle ne bouge. Qu’est-ce donc ? Un petit tour de ventriloque ? De la magie de télépathie ? Ou peut-être… votre masque ?


Ajouta-t-elle en riant. Elle était toute fois intriguée par la provenance de cette voix qui ne pouvait visiblement pas s’échapper de ses lèvres. Elle resta quelques secondes encore avec la main sur la joue du jeune homme puis, remarquant la situation dans laquelle elle se trouvait, la retira prestement légèrement gênée. Toussotant légèrement, comme pour dissiper ce moment embarrassant, elle reprit la parole.

Je préfère laisser mes coutures à d’autres et ma vaisselle au fond de l’évier. Les fleurs ne sont belles qu’un instant puis deviennent rapidement inutiles. Je suis une jeune apprentie herboriste, les plantes et les herbes en tous genre me passionnent, surtout celles qui ont une telle rareté. Mon maitre m’a obligé à voyager à travers Fiore pour me former et découvrir le Pays. Enfin je dis ça comme si c’était un calvaire, mais on serait surpris des personnes que l’on rencontre et des choses que l’on apprend. Et vous ? Pourquoi voyagez-vous ?


Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   Lun 25 Avr - 23:02
Hei était un être particulier. Il pouvait être à la fois le plus avisé des observateurs et le plus détestable des goujats possible ; ses remarques étaient ponctuellement intelligentes et souvent grossières. Lorsque le vagabond masqué arriva au niveau de l'étal sur lequel on pouvait trouver quantité d'herbes et plantes rares, l'âme artificielle ne se fit pas prier pour balancer sa petite remarque. Sachant pertinemment qu'il ne pouvait - et ne pourrait jamais - fumer et qu'il ne pouvait - et ne pourrait jamais - connaître la sensation d'être "stone". Il connaissait les types de plantes qui étaient présentés sur le comptoir et il aurait clairement pu dire quelque chose de remarquable. Mais non. Il restait lui-même...

Sa petite phrase fit donc sursauter la petite demoiselle qui était devant eux ; après s'être cogné contre le pauvre Haru, celle-ci s'excusa platement pour cette "maladresse". Et n'hésita pas un seul instant à se présenter et à révéler son identité. Même si la jeune femme semblait être particulièrement innocente, l'ex-soldat ne pouvait s'empêcher d'être soupçonneux... Dissimulé derrière son masque, le tireur d'élite observait donc son interlocutrice, laissant son compagnon de route le monopole de la voix et de la discussion. Hei s'excusa donc à son tour, se présenta en bon gentleman et, comme on pouvait s'en douter, n'hésita pas à flirter un coup avant de balancer une petite remarque sexiste. C'était dans sa nature et on ne pouvait rien y faire. Riola, car tel était son prénom, faisait une vingtaine de centimètres de moins que lui et, en toute honnêteté, semblait être plus fragile que la plus fine des fleurs. Son identité n'évoquait rien à Alandro, toujours bien informé sur les mages noirs et les criminels, et ne donnait pas l'impression d'être dangereuse. Cependant, les gueules d'anges ne lui réussissaient pas... Et c'était souvent dissimulées derrières celles-ci qu'on trouvait les plus grands criminels.

Et cela ne semblait pas changer. Elle se disait être une simple herboriste mais elle faisait preuve d'une capacité de discernement hors du commun ; peut-être était-ce de la paranoïa, ou bien que les herboristes de notre époque étaient bien plus qualifiés qu'ils ne l'étaient autrefois, mais elle venait de remarquer quelque chose que personne n'avait vu avant elle. Les muscles de son visage ne bougeaient effectivement pas, puisque Hei se chargeait de tout ce qui était discussion avec les autres. Mais Riola avait vu clair dans son jeu. Cela faisait d'elle d'office quelqu'un qu'il ne fallait pas sous-estimer... D'autant plus qu'elle était un poil trop directe pour l'ancien militaire. Si ce dernier ne broncha pas lorsqu'il sentit la main de la p'tite toucher sa joue, il n'en était pas moins surprit.

"Ce n'est ni de la magie de télépathie, ni du ventriloquisme. Mais j'ai la capacité de parler à travers mon masque. Et comme je n'ai pas spécialement confiance en ma propre voix, j'en abuse un petit peu. Haha. Haha." Répondit l'âme artificielle ; ce n'était pas complètement la vérité mais il ne racontait pas un tissus de mensonge non plus. Les deux compères laissèrent la jeune femme parler, cherchant dans son discours une faille, une rainure. Mais mis à part son exceptionnel parler - et son désamour pour la couture et la vaisselle -, il n'y avait rien en elle de singulier. Et cela troublait grandement le grand brun.
"J'aime bien faire la vaisselle, personnellement. Cela ne vous intéresse sans doute pas, mais je trouve que c'est une activité agréable durant laquelle on a le temps de réfléchir. Je trouve ça cool." Commença Hei. C'était un aveu un petit étrange mais cela n'en restait pas moins la vérité : Haru aimait faire la vaisselle, oui oui. "En voila une belle, de passion. Mais mieux vaut celle-ci plutôt qu'une autre ; l'herboristerie est un art qui permet de sauver les gens. Ou bien les tuer. Mais vu votre bouille, on va dire qu'il s'agit plutôt de sauver les autres, hein ? Je voyage parce que j'aime ça. Visiter de nouveaux lieux, tomber sur des inconnus, trouver des ouvrages, découvrir l'Histoire de ce monde et de ce pays."

Il s'arrêta un instant, puis reprit : "Mais quelque chose me dit que vous ne voyagez pas seulement pour votre formation et rencontrer des gens. Pardonnez moi d'avance d'être aussi suspicieux, mais cela est dans ma nature. Après tout, n'étiez vous pas prêt à trancher la gorge du pauvre marchand pour vous saisir de ses biens, quelques instants plus tôt ?" Sa question était arrivée comme un cheveu sur la soupe et Haru lui-même ne s'y était pas attendu. Est-ce que Hei avait vu quelque chose qu'il n'avait pas remarqué ?
Il eut un petit moment de silence gênant, puis le masque brisa la glace : "JE PLAISANTE. HAHAHA. Avoue que tu as eu peur ?! Une petite bouille toute mignonne comme la tienne ne peut décemment pas être une psychopathe meurtrière après tout ! Tu n'aurais pas une grande sœur à me présenter ?"

L'ancien Maître soupira intérieurement. Même si cela n'avait pas dissipé ses doutes - il avait un sixième sens particulièrement développé, le bougre -, son ami avait malgré tout détendu l'atmosphère. La tension que ressentait Haru s'était à peu près vaporisée et, peut-être était-il dans le faux après tout, qu'il avait tort de douter de cette manière de cette jeune adulte. "Non plus sérieusement, ça ne t'est jamais arrivé de te faire agresser par des bandits ? Comment tu fais pour te défendre avec ton mètre cinquante et tes trente cinq kilogrammes tout mouillé ?"
Alowin Ronslay
Mage d'Oracion SéisMage d'Oracion Séis

avatar

Messages : 447
Date d'inscription : 02/05/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Sakkaku no Maho / Magie de l'illusion
Magie / CS Secondaire : Nightmare Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.620
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   Lun 4 Juil - 12:58




Cette rencontre prenait une tournure à laquelle elle ne s’attendait pas. Son alter égo n’avait jusqu’à présent jamais rendu ses interlocuteurs suspicieux. Tout au contraire, l’apparence candide de Riola lui avait ouvert de nombreuses portes à de nombreuses reprises. Mais cet Haru était visiblement plus suspicieux. À travers ces propos il ne se dévoilait que peu et se débarrassait d’un revers de la main de toutes questions embarrassantes. Sa réponse sur l’étrangeté de sa voix, par exemple, ne lui convenait absolument pas. Elle n’avait jamais entendu parler de masques pouvant permettre à leur possesseur de parler au travers sans utiliser leur propre appareil phonatoire. Elle aurait pu comprendre que le masque déforme la voix de son porteur, mais elle aurait dans ce cas pu observer ses muscles et sa mâchoire bouger. Il enchaina ensuite sur son plaisir à faire la vaisselle, commenta son métier puis passa rapidement sur la raison de son voyage dans la région. Ainsi il ne se présentait que comme un simple voyageur qui voulait découvrir le Royaume, son histoire et ses habitants. Un but bien innocent et bien en contradiction avec la pagaille qu’il avait déclenché au Pyrée. Un pauvre vagabond qui écrase à lui seul une douzaine de criminels ne pouvait pas être n’importe qui. Les rumeurs du monde souterrain affirmaient qu’il les aurait mis hors combat à main nue, d’autres affirmaient qu’il aurait fait sauter, ou s’embraser selon les versions, la rue pour se débarrasser de tous en un coup.

Mais si ces rumeurs pouvaient être arrivées aux oreilles d’une assassin, elles ne pouvaient pas être connues d’une simple herboriste. Aucun article dans la presse n’avait fait mention de cet individu pour le moins surprenant. Alowin allait toutefois lui rétorquer que le fusil sur son épaule ne devait pas qu’être là pour la parade, mais cet Haru fut plus rapide qu’elle à reprendre la parole. Pour un vagabond il semblait tout de même bien bavard. Sans tourner autour du pot, il l’accusa d’avoir voulu éliminer le marchand pour lui voler ses biens. Le silence qui suivit fut des plus gênants. Alowin une surprise totale s’afficha sur le visage de la jeune femme. Comment avait-il pu deviner des pensées qui lui avaient traversées l’esprit l’espace d’un instant ? Etait-elle démasquée et allait-elle devoir le prendre de vitesse en tentant de le faire taire ? Alowin n’était pas prête, elle ne connaissait rien de l’homme en face d’elle, ses capacités étaient sujettes à rumeurs et fantasmes, et sa magie lui était inconnue. Elle pouvait parier sur une variante de la Gun’s Magic ou la Pistolera, vu son arme, mais rien de certain. Et puis il y avait trop de monde sur ce marché, même si elle l’attaquait et le tuait par surprise, les gardes qu’elle avait repérés tout à l’heure fonceraient immédiatement sur elle.

Finalement l’homme brisa la glace en explosant de rire. Mais encore une fois cette réaction lui sembla étrange, car le rire était en décalage total avec sa posture corporelle. Le cœur de la jeune herboriste s’apaisa petit à petit alors qu’Haru lui faisait comprendre que son physique et son visage la lavaient de tous soupçons. Mais pouvait-elle vraiment lui faire confiance ? Cet homme était au final bien plus dangereux qu’il n’en avait l’air et s’il avait pu deviner ses intentions, elle allait devoir redoubler de prudence. Il enchaina en lui demandant si elle n’avait pas une grande sœur à lui présenter. Intérieurement, Alowin se demanda si elle pouvait tenter le même coup de poker qu’avec Sayu : elle avait en effet tenté de lui faire croire que Riola était sa jumelle. Néanmoins elle ne savait pas si ce mensonge avait pris et décida donc de se raviser. Il n’y avait aucune raison pour multiplier les mensonges qui ne feraient qu’accroitre les doutes sur elle. Elle se contenta donc de répondre à la question par un simple mouvement de tête avec un sourire légèrement gêné. Il enchaina ensuite en lui demanda comment elle arrivait à se débarrasser de potentiels agresseurs avec sa taille et sa musculature ridicule. Elle prit un air faussement indigné lorsque l’homme lui retira dix bons centimètres avant de répondre.

Que veux-tu, lorsque je vois des plantes aussi rares et aussi belles, je ne peux pas m’empêcher de me dire qu’il serait plus simple de les voler et de s’enfuir avec. De toute manière je n’aurais certainement jamais assez d’argent pour m’en offrir, même si j’ouvre ma propre boutique.


Elle plongea ses yeux dans ceux de l’homme, soutenant son regard, laissant ses paroles flotter quelques secondes. Que lui passait-il par la tête, était-il encore vraiment méfiant ou avait-il commencé à dissiper ses doutes ? Elle reprit donc la parole sur un ton plus enjoué.

Après tout qui n’a jamais eu envie d’emprunter le chemin de la facilité ? Malheureusement je doute d’avoir les capacités pour fuir après avoir commis ce forfait. Et si je dois retrouver ma « bouille toute mignonne » placardée sur tous les coins de rues du Royaume, non merci.


C’était un vrai jeu de dupe au final. Cette tempête lui avait apporté l’une des parties les plus stimulantes depuis bien des années. Face à Vincent de Blue Pegasus, elle avait dû gagner du temps et tenter de brouiller les pistes sur son identité. Mais face à cet Haru, elle cherchait aussi bien à apprendre des choses sur lui, qu’à laisser filtrer le moins de choses possibles. Un exercice qui lui permettrait d’affiner sa technique en baratin et mensonges en tous genres.

Et cette histoire de mètre cinquante est légèrement insultante car je suis tout de même plus grande que cela. En ce qui concerne ma protection personnelle, j’évite de voyager seule le plus possible. J’accompagne des caravanes ou des voyageurs, servant d’infirmière. La majeure partie du temps. Et pour le reste, j’ai appris quelques mouvements à Era si jamais je venais à être importunée.


Et sans lui laisser le temps de réfléchir, elle avança son pied d’appel, jeta ses mains pour tenter d’attraper sa manche et son col, avant de pivoter pour le mettre au sol selon la technique du morote-seoi-nage. C’était une technique assez facile, que de nombreux novices pouvaient mettre en pratique. Elle espérait que l’homme serait surpris par son mouvement et qu’elle arriverait à le mettre au sol sans trop de difficultés.



Spoiler:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]   

Rencontre au milieu d'une tempête [Pv: Haru]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Laliveron
-