Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)

AuteurMessage
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Ven 18 Mar - 21:15
    Située au cœur des dunes, Laliveron était une ville que Haru appréciait - à vrai dire, mis à part Era et Crocus, Haru appréciait la plupart des agglomérations de Fiore - et qu'il n'hésitait pas à venir visiter chaque fois qu'il en avait l'occasion. Durant sa jeunesse et ses années à l'armée, ses supérieurs avaient à plusieurs reprises envoyé l'ex-blondinet dans cette région du pays ; contrairement aux autres agents, celui qui s'appelait alors Alandro Coronado supportait les températures difficiles, ne détestait pas la sensation d'avoir du sable dans les chaussures et avait du mal à dire non. Il appréciait les habitants de cette ville, aussi. Et peut-être cela rendait ses visites plus agréables qu'ailleurs : lors d'une mission dans le désert de Burana, le pauvre fut attaqué par une horde de scorpilon et avait extrêmement mal fini. Sans l'aide des membres d'une caravane Laliveronne, sans doute serait-il mort dans cet enfer de sable.

    Aujourd'hui, le quatrième Maître de Fairy Tail débarquait dans ce qu'il appelait "la perle de l'Ouest" pour des raisons complètement différentes ; pas de mission spéciale, pas de requête particulière. Il était là simplement pour redécouvrir une ville qu'il n'avait plus visité depuis près de dix ans. Porté par son instinct et ce, malgré les remontrances de Hei, il espérait peut-être trouver quelques surprises, qui sait. Lorsqu'il traversa la grande porte et pénétra dans les immenses murailles de la cité, le brun fut porté par un sentiment incroyable. D'énormes souvenirs lui revinrent en mémoire et lui arrachèrent un grand sourire.

    "Y'a pas à dire, il fait chaud ici" fit remarquer le masque à son propriétaire. Oui, il faisait chaud. Il n'y avait pas beaucoup d'endroit où la température atteignait le niveau de cet endroit, même. Mais Haru supportait ça. Et il se demandait comment un masque pouvait ressentir de la chaleur... Mais cette interrogation ne fit pas beaucoup travailler son esprit puisque son attention fut rapidement attirée par les objets présentés dans les nombreuses échoppes du marché local. Les vendeurs d'épices, de tissus, d'armes, d'ingrédients médicinaux. Le vagabond ne pouvait s'empêcher de regarder à gauche et à droite s'il pouvait faire une trouvaille intéressante ou non.

    "Y'a pas à dire, il fait chaud ici" lança à nouveau Hei, excédé par son propriétaire qui l'ignorait encore et encore. Ce dernier ne chercha pas à répondre à l'âme artificielle et continua son marché jusqu'à ce que ledit marché ferme. Lorsque le soleil décida enfin de se coucher, l'ex-agent du Conseil décida de trouver une auberge où il pourrait passer la nuit. Son choix fut rapide puisque la plupart d'entre elles étaient pleines ; il arriva alors dans ce qui semblait être la gargote la plus mal famée de la ville MAIS il n'en tenait pas rigueur. Il était là juste pour manger, boire et dormir. Demain à la première heure, il reprenait la route vers l'Est.

    "Y'a pas à dire, il fait chaud ici..." Fit pour la troisième fois de la journée, Hei. Cette fois-ci, le propriétaire du masque prit le temps de répondre, après s'être installé au comptoir de l'infâme boui-boui.
    "Il fait nuit, la température va très vite tomber. Donc oui, il fait chaud, mais plus pour longtemps" répondit calmement le magicien solitaire alors qu'il désigna au garçon ce qu'il souhaitait boire et manger.
    "Non je veux dire, il y a des gonzesses qui se dandinent à moitié à walpé dans toute la salle. T'es sûr que tu ne t'es pas trompé d'auberge ? On dirait plus un repaire à mages noirs et de catins qu'autre chose..." Continua Hei, visiblement pas malheureux de l'endroit... Haru, surpris, jeta un regard à droite puis à gauche et constata avec horreur que son ami avait raison. Cet endroit n'était clairement pas le mieux famé de la ville mais, encore une fois, le natif de Magnolia n'avait pas vraiment eu le choix. C'était soit ça, soit dehors.
Buffy Rosenberg
La Duchesse GorgoneLa Duchesse Gorgone

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 18/02/2016
Âge : 23
Magie / Malédiction / CS : Mimicry Magic
Magie / CS Secondaire : Stone Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Lun 21 Mar - 13:55


In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.

Les proies portent des masques.






Rhaaaaa, Laliveron, un lieu ma foi bien singulier… température des plus chaudes, ambiance festive à l’année longue, dunes de sables à perte de vue… Je détestais cet endroit. La population était si naïve, si niaise, si stupide. Certes, il y avait quelques cas intéressants et surtout de très jolis minois, mais c’était bien là la seule… distraction. De plus, mes magnifiques talons hauts n’étaient décidément pas conçus pour ce genre d’environnement. Mon ego surdimensionné m’obligea cependant à les garder car il faut souffrir pour être belle après tout. D’ailleurs, j’avais décidé de faire quelques petits achats et je me suis trouvé un habit de rêve ! Une magnifique robe blanche étincelante avec un chapeau de Lady avec un foulard en fourrure de… je ne savais pas quel animal c’était, mais qu’importe ! Sans oublier les gants, les collants et le magnifique sac à main tous d'un gris très foncé qui allaient à merveille avec le reste ! J’étais décidément de toute beauté ce soir !


Parcourant les rues de Laliveron, je me dirigeais vers une auberge des plus médiocres, mais j’y étais bien obligée après tout. J’avais rendez-vous avec une vieille connaissance pour parler affaire. Avec l’âge vient la sagesse que les gens disent, mais selon moi ce sont les contacts qui s’entassent au fil du temps. En tant que membre d’Orasion Seis et ancienne mage de Tartaros, j’ai pu me faire un réseau complet d’amis en tout genre, même si dans cet environnement il fallait toujours serrer les mains avec une dague dans le dos. Par contre, je savais que je pouvais faire confiance en Bruce, puisqu’il savait lui-même qu’un seul faux pas de sa part et je le décapitais. Les hommes étaient tellement faciles à manipuler, comme des petits chiens à qui on tendait un os… Tiens, nous y voilà !

J’ouvris la porte de l’auberge. "La Chaudière Enchantée", quel nom accueillant. Certaines têtes se tournèrent, ce qui ne me surprit pas. Après tout, on n’a pas la chance de voir une déesse de nos propres yeux à tous les jours. Un sourire en coin, j’ignorais les regards de certains hommes de Cro-Magnon et me dirigeais directement à la table en coin à laquelle Bruce m’attendait déjà. Je lui présentais ma main qu’elle baisa puis m’assis devant lui. Il avait vieilli depuis le temps. Je posais mon sac à main à mes côtés de accotais mon menton sur mes deux mains croisée, prête à entendre les informations juteuses de mon vieil ami. Cette auberge était bruyante, sale et malodorante, mais j’étais habituée à cet environnement. Rien de bien différent de la maison. Je fus agréablement surprise de voir la serveuse nous donner nos plats sans même que j’ais à commander. Des sushis ! Quelle délicate attention de ce cher Bruce. Peut-être aura-t-il droit à une récompense ce soir après tout.

Après quelques heures à papoter de différents sujets confidentiels, l’homme décida de partir, disant qu’il devait rejoindre sa femme au plus vite. J’avais oublié qu’il était marié celui-là. Ce fut notre dernière bise de la soirée et il sortit tout en payant l’addition. Quel gentleman ! On n’en fait plus des comme ça de nos jours. Assise au fond de la salle, j’avais une belle vue sur l’ensemble de la pièce. Les gens chantaient, dansaient et parlaient fort. Vivement que je gagne ma chambre afin de sortir de ce triste endroit au plus vite. J’entendis la porte s’ouvrir pour la énième fois et ma curiosité s’empara de moi. Un jeune homme plutôt grand portant un masque blanc se dirigea vers le comptoir, commandant de quoi manger. Je me léchais les lèvres, assoiffée. J’avais envie de boire ? Bien sûr que non mes choupinets ! Une nouvelle proie venait de se dresser devant moi, il ne me fallait maintenant que lancer la canne à pêche et en faire jaillir le poisson. Je pris mon sac à main et me levais avant de me rasseoir aux côtés du jeune homme. Après une minute de silence, Je m’adressais à lui sans même tourner les yeux.

- Il fait plutôt chaud pour oser porter un masque, vous ne trouvez pas ? Pourquoi ne pas l'enlever et montrer votre joli visage au grand jour ?

J’enlevais mon chapeau et le déposais à mes côtés, montrant mon visage et mes magnifiques yeux bleus à mon nouvel invité à qui je lui adressais un sourire subtil. Peut-être que la soirée allait être plus intéressante que prévue après tout.


Dernière édition par Buffy Rosenberg le Jeu 7 Avr - 3:45, édité 1 fois
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Mer 30 Mar - 23:53
    S'il avait eu la possibilité d'aller ailleurs, nulle doute qu'Haru serait allé voir ailleurs, justement. Mais se retrouver dans la plus infâme auberge de la ville avait des avantages certains. Déjà, les autorités n'allaient pas venir fouiller ses affaires ici. Ensuite, personne ne se posera la question de qui il était et qu'est-ce qu'il faisait dans cette cité perdue à l'Ouest du pays. Il allait pouvoir rester une ombre. Et enfin, il allait pouvoir récolter des informations plus "black market" que ce qu'il avait pour habitude d'obtenir. Même si ce dernier point allait vite s'avérer faux car l'ambiance était trop explosive pour entendre quoi que ce soit : les gens parlaient à gauche et hurlaient à droite, les verres d'alcool fusaient dans les airs et les types se chahutaient pour des places assises mieux placées en face des catins un peu trop "chaudes". Le mage solitaire s'en rendit compte un peu tard... Mais ce n'était plus important. Après un rapide dîner, il allait regagner sa chambre et passer une courte nuit. Demain était un autre jour et il avait beaucoup à faire.

    "Attention beau gosse, y'a une canon qui arrive sur ta droite" murmura Hei, remarquant avant son propriétaire l'arrivée soudaine d'une inconnue. Haru se retourna rapidement vers l'interlocutrice qui lui posa deux questions triviales. Son regard balaya le visage de la dame ; elle semblait d'âge mûr et dégageait un charme évident. Celui d'une femme fatale, clairement dangereuse. Ce n'était cependant pas quelqu'un qu'il reconnaissait.
    Se retournant vers le comptoir et donc vers son plat vraiment peu ragoutant, l'ex-militaire leva légèrement son faux visage et porta sa fourchette rapidement contre ses lèvres avant de relâcher le masque. "Je suis désolé madame, mais je ne suis pas intéressé pour faire la conversation avec qui que ce soit. Si vous cherchez quelqu'un avec qui discuter, je suis sûr que vous pourriez trouver meilleur partenaire dans cette auberge." Lança calmement l'ancien agent du conseil. A vrai dire, cela ne l'aurait pas dérangé de passer quelques minutes avec qui que ce soit : peut-être aurait-il pu apprendre des choses intéressantes, qui sait ?

    Mais l'ambiance l'avait malheureusement vite fatigué : son énergie, déjà bien faible en raison de sa longue et éreintante journée, avait été complètement aspirée lorsqu'il pénétra dans cette auberge. Le bruit, les vibrations et la chaleur ambiante avaient clairement eu raison de lui... Et sa seule envie à présent était de regagner sa chambre.
    Ses mots n'étaient cependant pas assez tranchant pour forcer cette personne à partir. Et c'est principalement dans ces moments là qu'il pouvait compter sur Hei, jamais avare en mots et rarement capable de parler aux dames. Si Haru était un gentleman, l'âme artificielle résidant dans ce masque était un goujat qui ferait passer un certain mage maîtrisant le magnétisme pour un romantique.

    "Par contre vous devriez garder vot'chapeau sur vot'tête. J'aimerai finir mon repas sans avoir à voir vot'visage." Lança Hei avec sa voix bien distinctive, tranchante comme la plus affutée des lames. "Je suis curieux par contre. Vous avez quel âge ? Vous paraissez à la fois super jeune mais certaines rides sur vot'visage semblent vouloir vous trahir..." Le mage solitaire allait passer pour un schizophrène mais c'était là le cadet de ses soucis.

Buffy Rosenberg
La Duchesse GorgoneLa Duchesse Gorgone

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 18/02/2016
Âge : 23
Magie / Malédiction / CS : Mimicry Magic
Magie / CS Secondaire : Stone Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Jeu 7 Avr - 3:38


In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.

De simples excuses







Cette auberge avait tout pour déplaire à l’homme moyen. Inutile d’énumérer en détail tous les désagréments que pouvait apporter cet endroit peu recommandable pour les enfants de cœur, mais de toute façon j’étais habituée à tout ce désordre. On pourra dire ce qu’on voudra, ce lieu malsain restait plus propre que la maison de ma jeunesse. Surtout, l’odeur était moins insupportable qu’à Tartaros. Alors qu’ici l’arôme se résumait à de la bière, du poisson et un peu de vomi, là-bas on sentait le sang coagulant et la sueur à longueur de journée. Même Sandrine entrait dans le Q.G avec un pince-nez, c’était drôle à chaque fois. J’ai assez parlé du passé pour l’instant, car j’avais à mes côtés ma future proie.

Enfin, cette proie-ci allait être de catégorie tout à fait différente dans quelques instants. Tout d’abord très poli et courtois, l’homme me conseilla calmement de trouver chaussure autre part, voulant de son côté simplement manger sans soucis. Je fus plutôt déçue de son comportement, mais d’un autre côté, le challenge qu’il me procurait était tellement intéressant que j’hésitais longuement à partir ou à rester. Après tout, je n’avais qu’à user de mes charmes pour que Vandetta morde à l’hameçon. Je restais silencieuse, mon contentant de lui sourire et commandais à boire. Ils ne servaient que de la bière dans ce trou, liquide que je trouvais abjecte, mais ma gorge était sèche et je n’avais aucune confiance en la qualité de leur eau. Je pris une première gorgée et m’apprêtais à entamer le dialogue avec mon nouveau meilleur ami quand celui-ci décida de prendre la parole en premier.

Première chose que je remarquais, la voix semblait différente. Elle était plus… vigoureuse… et sèche. La seule conclusion que j’eus à l’esprit était qu’il était soit schizophrène, soit atteint d’une mutation de la voix quelconque. Mais là n’était pas le plus important, car les propos que l’homme apporta me fit hérisser les cheveux. Vandetta conseilla beaucoup moins poliment de remettre mon chapeau, sous le prétexte qu’il voulait manger sans voir mon visage. Je commençais déjà à voir rouge, m’imaginant en train de lui arracher les yeux avec les dents. Non mais pour qui il se prend ? Ce n’était pas du tout comme ça qu’on parlait à une lady ! Le pire dans tout ça, c’est qu’il continua ses remontrances, en parlant nonchalamment de mon âge, comme quoi certaines rides me trahissaient. Je tiquais de l’œil, littéralement. Je repris cependant un peu de flegme et regardais autour de moi pour voir s’il y avait des gens trop près de nous. Non ? Excellent. Je replaçais mes magnifiques gants gris... et saisis les cheveux du gentil monsieur avant de lui écraser la tête contre l’assiette. Il se permettait de me manquer de respect ? Il allait avoir droit à une leçon d’humilité ! Je penchais ma tête pour approcher mes lèvres rouges sang contre son oreille et lui chuchotais calmement.

- Des excuses seraient de mises, mon cher Vandetta. Je suis prête à te pardonner à condition que tu me paies mon verre, compris ?

Toujours agrippée à ses cheveux, je levais la tête pour me rendre compte qu’absolument personne n’avait porté attention à ce léger… accrochage, pas même le barman. Rien de bien surprenant. Ce n’était après tout pas la première fois qu’une telle chose arrivait en ces lieux. Parfois, les choses étaient bien faites dans ce monde. Il ne me restait plus qu’à attendre lesdites excuses de cet adorable trou du cul avant de regagner ma chambre. Il ne m’intéressait plus. Cette affreuse chose ne connaissait pas le respect et n’avait aucun tact avec les femmes, alors qu’elles lui sont supérieures. Ça commençait à être long.


(HRP):
 


Dernière édition par Buffy Rosenberg le Mar 3 Mai - 12:52, édité 1 fois
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Lun 18 Avr - 14:16
    Bon. Pour le coup, Hei avait été sacrément virulent dans ses propos ; des propos qu'Haru n'aurait clairement pas assumé s'il n'y avait pas ce pacte tacite qu'ils avaient établis entre eux lorsqu'ils sont devenus partenaires. Le mage sera les bras et les jambes tandis que le masque sera les yeux et la voix. Et qu'ensemble, ils parviendront à trouver les réponses à leurs questions et résoudre les énigmes de leurs existences respectives. L'âme artificielle pouvait être une sacrée plaie dans la vie de tous les jours mais elle apportait des avantages non négligeables à son propriétaire. Mais là... Le vagabond ne pouvait vraiment pas approuver ce que son ami venait de dire : comment pouvait-il insulter à ce point la nouvelle venue - peu importe si ses propos penchaient plus vers le vrai que le faux - alors que, tout ce qu'elle faisait, c'était de flirter. Qui sait, si elle avait quinze ans de moins, peut-être même que l'ex-agent du conseil aurait été intéressé !

    Buvant les mots de son compagnon de route, l'ex-maître de Fairy Tail hésita à reprendre la parole pour éviter que son ami empire la situation. Malheureusement, son hésitation fut bien trop longue et la dame, visiblement outrée par ces propos abjects, attrapa les cheveux d'Haru et le fit plonger face première dans son assiette. "Aïe" "Aïe" firent les deux voix en même temps : la binoclarde sexy avait beau être âgée, elle avait une sacrée poigne. Et la violence fut telle que la pauvre et innocente assiette se brisa en mille morceaux.
    Le mage solitaire ne bougea pas d'un pouce et se laissa complètement faire ; honnêtement, il n'en voulait pas plus que ça à son interlocutrice parce que, à ses yeux, Hei était clairement fautif ; s'il avait fait preuve d'un peu plus de galanterie et de tact, peut-être que les deux compères auraient regagné la chambre et seraient en train de dormir tranquillement. Mais non, il a fallu qu'il ouvre sa grosse sale bouche et balance ce qu'aucune femme ne souhaite entendre parler. Le pire sujet de conversation possible et inimaginable. L'âge. Sil se retrouvait dans une situation pareille avec de la purée et de la viande sur la gueule, c'était de sa faute.

    "Pfff..." Soupira le tireur d'élite en roulant des yeux. Franchement, se retrouver dans des situations compliquées était comme devenu la marque de fabrique d'El Hobo. A se demander s'il n'y avait pas quelqu'un qui dans le cosmos qui décidait et contrôlait ses faits et ses gestes. Personne ne pouvait être aussi malchanceux que lui, si ?
    Complètement blasé, le trentenaire n'eut aucune réaction notable lorsque la brunette lui murmura quelques paroles contre son oreille. Du moins, pas avant une bonne minute, lorsqu'il remarqua que le visage collé contre le comptoir n'était pas agréable pour un sou et qu'il décida de se redresser. Lorsque l'ancien militaire ouvrit sa bouche pour commencer à s'excuser, son vieux compère l'arrêta et décida autrement : "Purée, y'en a pas un ici pour rattraper l'autre ! Vot'client se fait agresser et vous bougez même pas !" Lança Hei en direction du barman qui lui jeta un rapide coup d'oeil... Avant de retourner vaquer à ses occupations. "Et vous, m'dame. Pourquoi êtes vous tellement touché par mes propos ? Enfin je comprends, la vérité fait mal et elle sort toujours de la bouche des enfants. Parce que vu vot'âge, on doit tous paraître pour des enfants BWAHAHAHAHAH"

    "Rha, ferme là" lança finalement Haru, excédé par le tempérament de son ami. "J'suis désolé, madame, si je... Nous... Je vous ai vexé. Sachez juste que ce n'est pas volontaire et qu'il m'arrive... Nous arrive... M'arrive parfois de dire des choses que je... Je ne pense pas." Sa voix était bien plus hésitante que la trop confiante voix de Hei, mais on sentait que son hésitation n'était pas du à de la timidité ou peur, mais parce qu'il ne savait pas quel pronom utiliser. Par contre, il devait passer pour un sacré fou. Il leva ensuite sa main et attrapa le poignet de la brunette et pressa suffisamment fort pour qu'elle le relâche. "Cependant, je n'ai pas d'argent. Alors je ne pourrai malheureusement pas vous payer votre verre." Propre et sans accrocs. Y'a pas à dire, le natif de Magnolia savait parler aux femmes !

    "En plus vous avez une sale gueule. Grave." Ce que Hei ne savait pas faire, par contre.
Buffy Rosenberg
La Duchesse GorgoneLa Duchesse Gorgone

avatar

Messages : 43
Date d'inscription : 18/02/2016
Âge : 23
Magie / Malédiction / CS : Mimicry Magic
Magie / CS Secondaire : Stone Eyes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Mar 3 Mai - 10:42


In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.

Excuses refusées




Plus le temps passait et plus je me demandais si cette odeur de bière n’allait pas s’infiltrer dans mon magnifique costume. La vie n’était donc jamais clémente à mon égard ces temps-ci ? Non seulement je me retrouvais coincée dans ce lieu plus que paumé, mais en plus, pour y ajouter un peu d’épice à cette soupe nauséabonde, un homme pourtant si élégant avec un bon potentiel me manquait de respect comme si j’étais une simple humaine. Ne savait-il donc pas comment parler à une lady ? Désireuse de lui montrer les bonnes manières, je m’étais mise à l’idée de le faire avec une poignée de fer dans un gant de velours… façon de parler. L’assiette en éclat et le visage dans la purée de pomme de terre, je souris aux côtés de ma proie qui s’avéra en fin de compte une pauvre victime de sa propre impolitesse. Lui demandant simplement des excuses afin de le laisser tranquille, tout ce dont j’eus droit au début furent des lamentations dignes d’un homme de mauvaise foi. Non seulement il se plaignit de la non-réaction des gens autour de nous (ce qui prouvait sans l’ombre d’un doute qu’il ne connaissait pas les coutumes d’ici), mais en plus il rajouta de l’huile sur le feu en osant honteusement parler de mon âge ! Je m’apprêtais à serrer ma poigne sur ses doux cheveux lorsque j’eus une petite surprise, comme lorsqu’un petit garçon reçoit une voiture électrique à son anniversaire.

C'est confirmé, il était schizophrène. Ou Bipolaire. Dans tous les cas il n’était pas seul dans sa tête. Il s’ordonna à lui-même de se la fermer, ce qui était une preuve assez implicite en soit. Finalement, d’une voix beaucoup moins agressive et plus… consciencieuse, il m’adressa ses plus plates excuses tout en trébuchant sur les pronoms personnels. Je souris face à cette situation plus que délicieuse. Comment pourrais-je en vouloir à un homme qui n’avait aucun contrôle sur sa propre personne ? C’était tellement drôle de voir qu’une fois de plus, la gente masculine était si faible comparée à la femme. Je fis cependant le saut, silencieusement, lorsqu’il agrippa mon bras et le serra. La douleur fut si vive que j’eus le simple réflexe de le lâcher, de peur de me le faire arracher. Cet homme… n’était pas ordinaire. Mon sourire s’effaça aussi rapidement que des notes d’examens sur un tableau. Encore une fois, Vendetta était plein de surprise. Il continua son monologue en disant qu’il n’avait pas d’argent et qu’il ne pouvait donc pas me payer un verre. Il a les moyens de s’acheter un steak de luxe, mais pas un verre d’alcool ? Quel beau mensonge me direz-vous, mais je ne lui tiens pas rigueur, puisqu’il semblait déjà assez triste avec sa propre personne. Je posais mon coude droit sur le comptoir et penchais la tête vers la même direction, amusée et un sourire au visage.

- Il serait monstrueux de ma part de ne pas accepter ces tristes, mais audacieuses excuses, Vendetta.
- En plus vous avez une sale gueule. Grave.

Mon sourire s’effaça aussitôt et mes yeux devinrent aussi macabres que du charbon. Un long silence pesa, me laissant immobile pendant de nombreuses secondes. Je remarquais même du coin de l’œil le barman sortir par la porte derrière d’un air paniqué. Il savait ce qui allait se passer, puisque ce n’était pas la première fois qu’un homme me manquait autant de respect devant lui. Au bout d’un moment, je pris une grande inspiration, soupirais et fouillais dans mon sac à main… Avant d’y sortir mon fouet à une grande vitesse et de l’enrouler autour du cou de cette pauvre victime. Sans surprise, toutes les festivités autour de nous s’arrêtèrent cette fois, contrairement à plus tôt. Hésitant entre s’enfuir ou nous stopper, je ne lâchais pas prise sur le petit rat entre mes griffes et pris même l’initiative de prendre une fourchette avec ma main libre. Jouant avec l’ustensile, je plongeais mon regard de pierre sur le futur macchabé.

- Finalement, laissez tomber. Je n’accepte pas ces excuses… Ya !

D’un mouvement vif, mon bras, armé d’une fourchette, avança dangereusement vers la poitrine de ce monstre. Après tout, un homme sans cœur mérite simplement qu’on le lui transperce.


(HRP):
 
Sebastian Lightbringer
Admin / The FallenAdmin / The Fallen

avatar

Messages : 136
Date d'inscription : 12/02/2015
Âge : 24
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Take Over / Angel Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.940
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   Jeu 12 Jan - 13:35
Être un renégat recherché par tous les camps, qu’ils soient composés des plus illustres des chevaliers du royaume aux vermines rampantes composant l’alliance Baram, était loin d’être de tout repos. Mais ça, je ne vous l’apprends pas, vous devez bien vous en douter, personne ne choisirait volontairement de se jeter dans ce genre d’aventures. Enfin, pas les gens qui ont un énorme problème de cas de conscience comme notre bien-aimé protagoniste. Sebastian avait un trop grand sens moral et était à la fois rongé par les démons de son passé (on croirait entendre le descriptif d’un héros de J-RPG… Wait…) qu’il en avait parfois du mal à se retenir de rester en dehors des sources d’ennuis.

Chose qui était clairement le cas aujourd’hui. Après un long voyage dans le désert, sur le dos de son fidèle Fantôme, Sebastian arrivait dans la cité de Laliveron, une Oasis en plein milieu de l’étendue de sable, si l’on peut dire. Hélas, toutes les oasis n’étaient pas emplies d’eau pure, et ce n’était clairement pas le cas de l’endroit dans lequel il allait s’aventurer. L’une des principales activités que fait Sebsatian pour assurer sa survie et celle des membres de sa guilde est la recherche d’informations. Hélas, les fameux « informateurs » pour ce qu’il recherche n’étaient pas tous des gens qui aimaient faire des travails honnêtes ou gratifiants, et celui avec qui il comptait parler n’était pas une exception.

Bruce, tel était le nom de celui qu’il devait contacter. Il serait quelqu’un qui aurait souvent collaboré avec des guildes noires pour donner des informations, mais n’aurait pourtant pas lui-même contribué directement aux infamies des mages de l’alliance Baram. Devait-il être pardonné ? Loin de là. Mais Sebastian ne comptait pas cependant l’éliminer. Il n’était pas un tueur, encore moins une criminelle, juste un homme qui faisait en sorte de survivre en collaborant avec les mauvaises personnes, comme le grand blond. Il lui avait donné rendez-vous dans un bar à strip-tease nommé « la chaudière enchantée », et comptait récupérer ce qu’il aurait pu prendre de la bouche de l’homme. Sa surprise se construit cependant en voyant le fameux individu marcher devant lui, dans la direction opposée de là où était censé se trouver le bâtiment. Sans hésitation, le Master lui courut après et le plaqua contre le mur pour procéder à l’interrogatoire.

L’homme semblait hésitant à lui parler, mais lorsque le blond retira la capuche de son manteau d’anonymat pour révéler son visage, le sien vira aux couleurs pâles en comprenant sa situation. Très vite, il lui expliqua la raison de sa fuite : quelqu’un qui risquait de le mettre en situation délicate était venu dans son bar, et donc, il ne voulait pas courir un danger sa vie ou celle de sa femme. Le Déchu voulu lui faire cracher le morceau, mais rien ne sortit de sa bouche jusqu’à qu’il montra la garde de sa Buster Sword sortir de son Kangoobaag, lui faisant bien comprendre (sous un bluff) le sort qu’il lui réservait. Un seul nom sorti alors pour essayer de calmer les choses : la Gorgone. Il ne savait pas réellement quoi penser de cette information, si ce n’était que le surnom lui rappelait un membre de l’alliance Baram, mais il ne saurait situer lequel, ou laquelle dans cette situation.

Le laissant partir, en le menaçant de ne plus sortir de sa baraque pour le jour, il s’en alla rejoindre le bordel, sa capuche remise, mais cette fois-ci, d’une sécurité doublée avec une transformation en dessous de son manteau. Si jamais cela devait se montrer désagrégeant au point de devoir révéler son visage, autant éviter que d’autres personnes le reconnaissent. Marchant jusqu’à la « Chaudière Enchantée », le blond s’arrêta ainsi devant l’entrée pour juger de la situation, essayant de voir quelle était la situation dans l’enceinte de l’établissement, mais il semblait que nous étions dans un état critique. À l’intérieur, une brune tenait sous sa poigne (enfin, son fouet) un homme masqué et était sur le point de causer un souci. Il était temps de suivre les conseils de son collègue, appelés « Entrées fracassantes » par Ban, et « problèmes bruyants » par Sebastian.

La main sur la porte, il la poussa d’une force qu’elle allait frapper contre le mur le plus proche, causant un puissant bruit qui attira l’attention. Toute l’attention. Tous les regards se posèrent sur l’homme, les nons concernés comme les deux protagonistes de la scène. Profitant de ce moment figé dans le temps, le guerrier s’avança calmement vers le duo qui semblait être ouvert à des activités dérangeantes, qui paradoxalement serait la bienvenue dans ce club si ce n’était pas ce genre d’activités, et se posta devant eux, en prenant d’un geste sec la fourchette.


« - Évitons de causer des problèmes inutiles pour l’heure. Profitant toujours de la situation, je détachai le cou de l’homme du fouet de la dame et me tournai vers lui d’une main sur l’épaule. Vous devriez partir si vous ne voulez pas qu’il vous arrive un autre soucis. »

Après quelques secondes, le masqué se leva et pris la route en direction de la sortie, deux voix différentes semblant exprimer des avis contraires, mais qu’il ne considérait pas l’utilité d’écouter. Soupirant une nouvelle fois, il tendit le regard vers la fameuse attaquante, dont le visage le frappa directement à sa tête. La « Gorgone », ou plutôt la « Duchesse Gorgone » d’Oracion Seis se tenait face à lui. En effet, Bruce avait raison de vouloir échapper à ce genre de « Femme fatale ». Étant donné la situation dans laquelle l’ex-Capitaine se trouvait, il n’avait plus vraiment d’autres choix que de suivre le cours des choses pour ne pas causer plus de grabuges. Retirant ainsi sa capuche, il révéla le visage qu’il avait emprunté pour m’adresser à elle.



« - Je supposes que je dois vous payer un verre pour le désagrément posé ? »

HRP:
 

_________________



♪ Song of Time & Storms - Zelda OoT (Violin Cover) ♪
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: “In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)   

“In wine there is wisdom, in beer there is Freedom, in water there is bacteria.” (buffy)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Laliveron
-