Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)

AuteurMessage
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Ven 17 Juil - 18:57

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



Comme à son habitude, notre jolie rouquine fût attirée par l’odeur de l’aventure, du voyage et de l’évasion. Cette fois-ci, elle n’avait pas visé de verdures luxuriantes ni de plaines paisibles, bien au contraire. Marchant encore et toujours plus vers le Nord, ce qui devait arriver frappa plus vite que prévu. La neige et le froid sont comme deux fauves aussi vifs que la foudre capable de vous mordre sans prévenir. Cette sensation-là, Kanna l’avait ressentie quelques heures auparavant. La mage n’avait rien vu venir : ses yeux étaient naturellement habitués aux forêts regorgeant de vie comme celles de Waas et Tornac. Elle avait pénétré cette étrange région blanche qui hante Fiore Nord vers la fin d’après-midi après quelques longues heures de marches. Par chance, le blizzard n’était pas au rendez-vous, pour le moment. Néanmoins, malgré la clémence de la météo, les rayons du soleil qui venaient embrasser la neige rendaient la vision difficile. Ne soyons pas trop exigeant, le temps était parfait pour une exploration ! Parfais, parfais, parfais…

Restons honnête, été comme hiver cette région mord les voyageurs d’un froid quasi insupportable ! Plaignons quelques instants notre pauvre Kanna qui ne supporte pas le manque de chaleur. À ce moment précis, la renarde n’était qu’une faible flamme noyée dans cette mer de glace. Ajoutons à cette mésaventure, l’absence de vêtements chauds chez la demoiselle. Ne tournons pas autour du pot : pour Kanna il fallait vite trouvée une solution pour rester en vie avant que le froid achève ses souffrances. Après quelques vaines tentatives pour produire un feu, la chance (ou un ange gardien) frappa à la porte de la demoiselle. La renarde entendit au loin un bruit semblable à celui d’un cheval au pas. C’était une diligence. Une diligence dans ce genre de région ? C’était risqué car de nombreuses rumeurs disent que d’étranges créatures dangereuses errent en ce lieu. Le conducteur devait être sacrément courageux pour ne pas détourner le Mont Hakobe (ou sacrement inconscient). La demoiselle n’allait pas se faire prier et allait donc pouvoir en profiter ! Sa proie étant visible à quelques mètres d’elle, la jeune fille allait devoir arrêter la bête roulante.

-Wave Bul…

Kanna alias la rusée n’allait pas attaquer la diligence de front : elle ne voulait pas abimer sa proie. De ce fait, elle simula une attaque dans le but d’effrayer le conducteur qui stoppa sèchement sa course, pensant alors à une attaque directe. L’occasion était belle, trop belle. La demoiselle se glissa dans la diligence assommant le conducteur qui n’était plus depuis bien longtemps dans le bain de la jeunesse : il devait avoir dans la soixantaine environ. Ne venez pas parler de « moral » auprès de Kanna. Si votre vie était en danger, garderiez-vous cette part « juste » en votre être ? Méditez là-dessus. La demoiselle n’était pas cruelle et pour preuve, elle alla mettre le corps inconscient du sénior contre un arbre, près d’un semblant de route pour que le prochain véhicule n’ait aucun mal à repérer l’individu.

La renarde partit plus loin avec son trophée pour s’isoler. Entre deux imposantes montagnes à la roche similaire à une lame de rasoir, mademoiselle Hardy trouva refuge dans une zone calme avec de nombreuses grottes en guise d’abri. Garant son carrosse, le jeune étalon ne semblait pas perturbé par la tournure des évènements. Kanna alla lui offrir de l’eau. La jeune fille pouvait constater le froid mordant par rapport aux naseaux de l’animal qui produisait de manière irrégulière une « vapeur ».

Il était temps pour la rouquine de passer au moment le plus intéressant de l’Histoire : son butin. Descendant de SA diligence, la jolie jeune femme alla à l’arrière de cette dernière, le sourire aux lèvres. Son trophée se composait d’imposantes bottes de foin que Kanna s’empressa d’étaler sur le sol du véhicule. Çà et là plusieurs matériaux comme des fers à cheval, des selles, des outils de maréchal-ferrant quelques sacs contenant des pains rassis : autant dire que la demoiselle n’allait rien pouvoir en faire. Néanmoins, deux imposants tonneaux dégageant de la fumée et une délicieuse odeur ornèrent le fond du véhicule. La renarde tata l’un d’entre-deux : c’était chaud et agréable. Elle ouvrir celui qu’elle avait sous les mains et constata qu’elle avait devant elle une quantité massive de ce qui semblait être du potage. Une chose était certaine, elle avait sous les yeux de quoi vivre un jour ou deux dans cette région aride.

JACKPOT.

Certains qualifieront ce contenu de « plat de pauvre », la rouquine leur répondit « festin ». Trempant l’un de ses doigts dans le précieux liquide : la demoiselle gouta au nectar coulant le long de son index. Carottes, morceaux de pains, poulets, oignons, tomates. Un vrai mélange de saveurs ! Kanna y voyait plus clair, le vieux crouton de tout à l’heure allait livrer du matériel et des vives à la ferme du coin. La jolie femme haussa les épaules, non effrayée par cette chose que l’on appelle « regret ». Pour être sincère, mademoiselle Hardy ne sait pas distinguer ce qui est bien ou mal (comme un enfant si vous voulez), pour elle si ses gestes lui semble correct elle ne les remettra jamais en cause, persuadée qu’elle ne fait aucun mal.

Revenons au vif du sujet. Pour l’heure, la jeune fille n’avait plus qu’une idée en tête : dormir. Cela faisait un moment qu’elle n’avait pas fait un somme de plus de 4 heures. Le sol de la forêt lui donnait de terribles douleurs au dos par moments. La chaleur produite par les deux tonneaux réchauffa l’intérieur de la diligence : le froid se faisait moins ressentir. La jeune fille enleva sa cape, dévoilant sa tenue non adaptée aux conditions aussi extrêmes. Comme à son habitude, la demoiselle était habillée de noir, mettant en valeur la blancheur de sa peau tantôt rosée par endroits à cause du soleil comme au niveau de ses joues et de ses cuisses. La jolie renarde s’allongea sur un tas de foin puis ferma ses yeux rouges, embrassant Morphée.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Dim 19 Juil - 18:36
Le potage, la vie, et la morsure


Le Mont Hakobe...Une terre de violence noyée dans le blizzard glacial et mordant. Ce seul climat suffisait à faire fuir la plupart des touristes et des commerçants itinérants, qui ne trouvaient dans ces montagnes qu'une manière plus ou moins originale de finir leur vie. Mais même pour les plus téméraires qui bravaient l'agression continue du froid il fallait se tenir prêt à affronter les bêtes peuplant cet endroit, des bêtes souvent peu attachantes et violentes. Après tout, une telle température entraînait la raréfaction des végétaux, des petits animaux, parfois même des plus grands... Si bien que les créatures résistant au blizzard devenaient vite affamées et soumises à ce qu'on appelle encore : l'instinct de survie. Emil en avait déjà fait l'expérience il y a longtemps... Lui petit animal docile, contre les chasseurs naturels, mis à mal, laissé pour mort. Si son père n'avait pas été là son entêtement n'aurait conduit qu'à sa mort. Mais aujourd'hui la situation avait changé radicalement. Le gamin n'était plus un petit animal (enfin à quelques détails physiques près), et de proie il était devenu mage. Quelqu'un capable de se défendre, ayant la force nécessaire au combat. Malgré leurs nombreux différents il devait cela à son père et, ayant obtenu la liberté de lui-même, il avait acquis la force de par son héritage duquel il ne pouvait se défaire.

La force... Emil n'en manquait pas pour ce retour au Mont Hakobe ! Après une bonne nuit de sommeil, la bataille de Gehenna lui semblait être un simple mauvais souvenir, voire un cauchemar vite oublié. Il n'ignorait pas les répercussions qu'elle aurait, que ce soit sur lui ou sur le monde de la magie mais un tel évènement, quasiment irréel, demandait du temps. Quel impact ? Quels changements ? Ce genre de choses n'apparaîtraient pas immédiatement. Pour le moment, le petit homme se contentait de revenir de Gehenna comme si cela n'avait été qu'une aventure comme une autre, peut-être, temporairement, pour se protéger. Et comme il avait dormi, ce n'était pas l'enthousiasme qui lui manquait ! Il avançait dans le froid comme sur la plage habitué depuis le plus jeune âge à ces températures, et portant une tenue spéciale conçue pour sa magie et ce genre de promenades extrêmes. Il espérait avec un peu de chance retrouver le temple de son enfance même s'il savait pertinemment que le bâtiment se trouvait enfoui profondément dans les terres dangereuses des montagnes, et qu'en plus la neige brouillait la vue. Une telle quête allait être très longue... Heureusement elle était visiblement parsemée d'éléments externes qui lui donnerait un peu de piment. En effet alors que le mage progressait sans faillir il tomba soudain nez à nez avec un transport attelé par des chevaux. Quelles surprises l'attendaient ?

A vrai dire... Ce genre de carrioles arrêtées au milieu de nulle part ne manquaient pas par ici. Donc quand le petit homme l'aperçut de loin... Il ne fit que passer devant sans s'arrêter. Mais, alors qu'il reprenait sa route, un hurlement soudain provenant des entrailles de Fiore retentit et provoqua chez le mage un choc peu habituel. Enfin pour être plus précis son ventre gargouilla et il eut très faim. Et évidemment rien de mieux qu'un butin trouvé dans un transport pour déguster : facile à obtenir, gratuit, voire en grandes quantités ! Emil se dirigea aussitôt vers le trésor et jeta d'abord un coup d’œil à l'avant : étrangement, personne. Il n'y avait pas une âme qui vive pour surveiller la marchandise... Une bonne nouvelle ! Il s'empressa d'accéder à l'arrière puis rabattit les deux rideaux sur le côté. Deux tonneaux apparurent devant lui, enivrant la carriole d'une délicate odeur de viande parfumée. Le premier de ceux-là n'allait pas durer longtemps ! Le gamin sentant l'heure du dîner s'approcha de sa proie et posa son doigt sur le bord du tonneau qu'il désassembla. Il retira les quelques cubes ainsi créés et, après avoir prié le ciel pour ce repas -toujours selon quelques tenaces traditions-, il colla ses lèvres contre le trou menant directement au potage. Opération manger, statut : en cours. Après une bonne gorgée il déposa le tonneau sur la paille bien étalée puis se tourna vers le second pour déterminer ce qu'il contenait. Rectification... Il se tourna vers l'autre tonneau, et la fille.

Mais qu'est-ce qu'elle fichait là ?! On n'avait jamais vu une jeune dame en sous-vêtements -enfin à quelque choses près- dormant dans une carriole perdue au milieu des montagnes enneigées à côté d'un potage ! D'ailleurs, Emil non plus n'en avait jamais vu. Oh quelle horreur ! Tout devint clair. Un cadavre. La marchandise avait été abandonné car le transport contenait un cadavre. Le garçon approcha le visage du ventre de la prétendue morte et renifla une fois. Ca ne sentait rien de la décomposition. Alors il éloigna sa tête et, accroupi, il approcha son doigt du flanc gauche de l'inconnu. Puis la touchant doucement, malheur... Elle était encore chaude, ça ne faisait donc pas longtemps qu'elle était morte ! Euh... Ou plutôt elle était encore vivante. Enfin soyons-en sûr. Le Lamia se redressa et se planta cinquante centimètres plus loin pour éviter un malheureux accident ou malentendu, puis prenant d'abord son souffle il s'assura de l'état de l'humaine de genre femelle.

"Hey, euh... Tu dors ?!"

©odé par Ren
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Mar 21 Juil - 16:17

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



La demoiselle s’était profondément endormie, ne faisant plus aucunement attention au monde extérieur, à ce monde si dangereux et cruel. C’est l’une des raisons pour laquelle la jeune femme dort deux fois plus qu’une personne lambda. Le pays des songes est un univers merveilleux qui vous octroie la capacité d’être ce que vous voulez, de tuer, embrasser, parler, pincer qui vous voulez. On dit que les rêves sont le résultat de ce que vous avez vécu dans la journée même (et parfois de journées antérieures). Nous voici avec un étonnant mélange de sucré et salé mêlé à de l’acidulé. La majorité des rêves de la jolie rouquine se limitent à la traversée de majestueux paysages en proie à la sérénité et à l’évasion.

Néanmoins, ces derniers temps, ces doux rêves imités les plus noirs cauchemars. Ces derniers narrés la trahison prochaine d’une ou plusieurs personnes dans l’entourage de Kanna. Hormis Silent Night, les connaissances de la jolie demoiselle sont quelque peu restreintes. Devait-elle se méfier de cette guilde ? Avait-elle affaire à un rêve prémonitoire ? Je ne serais vous le dire…

Ce semblant d’équilibre allait être perturbé par un élément extérieur qui tenta de profiter de la faiblesse de la rouquine, alors endormie. À la suite d’une douce sensation chaude sur son ventre comme un souffle, la renarde poussa par réflexe un couinement mais replongea aussi dans les bras de Morphée. Le trouble-fête retenta l’expérience en tâtant cette fois-ci le flanc de la demoiselle. Appelons ça l’expérience de trop. Erreur accompagnée, un instant plus tard, d’une voix quelque peu hésitante.

"Hey, euh... Tu dors ?!"


Kanna n’était pas la personne la plus réactive au réveil, comme beaucoup de d’individus je suppose. De ce fait, la renarde n’eut compris aucune parole de son interlocuteur. Pour être honnête, tout était flou autour d’elle. Frottant ses grands yeux rouges comme pour remettre sa vision en place, elle jeta un rapide coup d’œil autour d’elle, le visage endormi, se redressant lentement pensant être encore la seule habitante de cette carriole. Il est difficile d’imaginer une seule seconde que ce petit bout de femme soit capable d’infliger d’énormes dégâts en un seul coup. Histoire d’enlever un peu plus de crédibilité à la rouquine, cette dernière enleva un fin filet de bave positionné sur le coin de ses fines lèvres : appelons ça la semence des rêves. Assise sur son nid de foins, la jeune femme observa (du moins essaya) l’individu positionné en tailleur non loin d’elle. Drôle de personnage puisqu’il avait les cheveux semblables à la neige abondante qui hantait ces lieux. La demoiselle pensa premièrement qu’il s’agissait d’un surplus de neige qui avait trouvé domicile dans cette carriole à cause du vent.

Après quelques longues secondes d’absence à observer ce truc étrange planté devant elle, Kanna se posa diverses questions à cet instant : depuis quand la neige s’habille-t-elle en tenue traditionnelle ? Depuis quand a-t-elle des yeux bleus ? Pourquoi respire-t-elle ?

Le souffle coupé, elle comprit qu’elle avait bel et bien un homme se tenant devant-elle.

Le visage de la jeune fille s’était assombri par la présence de l’inconnu. Elle pensa un instant qu’il s’agissait d’un voleur venu pour SON butin, elle qui l’avait acquise par ses propres moyens. Hors de question pour elle de partager ce trésor, surtout en des conditions météorologiques aussi difficiles.

Néanmoins, Kanna se calma rapidement pour plusieurs raisons, le rythme cardiaque suivant le mouvement. De deux choses l’une : cet homme aurait pu profiter du sommeil de la jeune femme pour accomplir son méfait. Or, il n’en était rien. De plus, elle avait déjà vu ce visage quelque part. La renarde fouilla dans sa mémoire dans l’espoir de retrouver l’identité de ce jeune homme. Une chose était certaine, au fond d’elle mademoiselle Hardy savait qu’elle n’avait rien à craindre. Pointant l’individu de son index (geste guère poli, je vous l’accorde), son visage se décontracta, le rendant un peu plus accueillant.

-Tu es de Lamia Scale non ? J’ai déjà vu ta tête dans un magazine il y a fort longtemps !

Kanna ne pouvait être davantage plus précise. La demoiselle avait un petit passe-temps favori quand l’envie de trainer en ville lui vient : fouiller l’actualité. À une époque, elle était tombée sur un magazine répertoriant les membres des Guildes Officielles comme celle de Lamia Scale. Dans ce numéro, on y avait abordé les nouvelles recrues qualifiées de « prometteuses ». Cet homme en kimono et cheveux blancs avait particulièrement attiré son attention. Une bonne mage se doit de connaitre ses potentiels futurs adversaires pour ne pas partir en terre inconnue, assurant alors une défaite. Cependant, il était hors de question d’attaquer cet invité de choix. Kanna avait une autre idée derrière la tête : une idée où la violence était vaine. Comme vous le savez maintenant, la jeune fille est avide de toutes connaissances du monde de Fiore : Histoire, faune, flore, magie, guilde etc. Tout est bon à prendre !


-Excuse-moi d’être aussi direct : que fait un petit mage de Lamia Scale dans une zone aussi…périlleuse ?


La franchise apporte souvent des ennuies, mais notre jolie Kanna était comme ça. Vous voyez, l’expression « tourner autour du pot » n’était pas sa favorite. C’est avec de grands yeux rouges que la demoiselle s’approcha à quatre pattes de l’individu, attentive à ses moindres gestes. Soyons indulgent envers la rouquine : c’était la première fois qu’elle avait sous la main un mage d’une guilde officielle à la réputation des plus glorieuses.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Jeu 23 Juil - 19:46
Une discussion dans l'imagination, ou l'inverse


Le petit homme avait parfois quelques penchants étranges pour les conclusions farfelues. Il aurait dû sembler évident à un aventurier logique que la dame allongée devant lui avait trouvé refuge dans cette carriole, qui la protégeait du froid et, de par son contenu, de la faim. Mais l’apercevant encore endormie, son sang ne fit qu'un tour pour s'inventer une histoire plus qu'étrange à propos d'une personne décédée. Après tout, ça aurait été drôle ! Enfin non... Disons que ça aurait changé de l'ordinaire. A vrai dire et pour une fois, il fallait bien avouer qu'Emil ne se tenait pas si loin de la vérité : en effet, un zombie avait plusieurs points communs avec un mort. Même un zombie élégant. Elle se redressa, comme s'échappant de l'au-delà, puis frotta ses yeux avec insistance. Pas de réaction immédiate. Pas de surprise. Pas d'émotion transparaissant non plus. Une impassibilité à toute épreuve se lisait sur le visage de la jeune fille encore ensommeillée qui faisait penser que, justement, elle pourrait possiblement appartenir à la famille des morts vivants. Enfin c'est ce que le garçon aurait trouvé sympa. A force d'imaginer des scénarios tous plus intéressants les uns que les autres, l'un finirait bien par se réaliser. Pour le moment, elle finit de se réveiller comme n'importe quelle personne le ferait...

Autrement dit, avec un filet de bave. Le garçon se tenait toujours devant elle, patiemment, mais avec une nonchalance de plus en plus marquée quant à son attitude. Après avoir fait jouer son imagination il commençait sérieusement à se demander comment il allait devoir réagir quand elle comprendrait la situation. "Oui bonjour j'aimais le potage alors je me suis incrusté"... non ? Ça n'allait pas être simple. Pendant que ses méninges tournaient plus vite qu'un ventilateur à puissance maximum, l'instant fatidique arrivait. Les idées de la belle s'éclaircissaient, comme son regard, et Emil paniquait sérieusement. Cet effet ne fit que s'accentuer lorsqu'elle le regarda soudain avec un air de suspicion presque violent. Visiblement, elle venait de comprendre que le garçon n'avait rien d'un morceau de viande ou de toute autre chose fantasmagorique. Et puis d'un réflexe, alors qu'elle pointa son index vers lui, il leva les mains en l'air. On ne pointe pas d'arme sur les gens ! Ni de doigt. Bref, ça aurait pu mal finir. Enfin si ça avait été une arme. Cependant tout cela n'existait que pour préparer le discours qui présentait les charges contre Emil :

"-Tu es de Lamia Scale non ? J’ai déjà vu ta tête dans un magazine il y a fort longtemps !"

Pas de charge ? A la limite un avis de recherche dans un magazine... Voilà que le petit homme se rassurait d'un coup, elle ne lui en voulait pas. Par contre, par précaution, il valait mieux ne pas lui rappeler qu'il lui avait touché le ventre. En fait même lui oublia cette histoire stomacale bien vite. Une personne venait pour la première fois de le reconnaître, cela avait de la valeur ! Certes il ne se souvenait pas avoir jamais posé dans un magazine, peut-être un passage lointain à la guilde, mais ce n'était déjà pas si mal ! Il releva la tête et se gratta le cou avec un air un peu fier, puis répondit modestement :

"Ah oui, dans un magazine ?... Pourquoi pas, c'est bien possible ! Effectivement, je fais partie de Lamia Scale, je m'appelle Emil."


Modestement et poliment. Au moins poliment, toujours. Le gamin devait bien se rattraper étant donné la manière dont il avait d'abord surpris l'inconnue. A ce propos, la dame ne s'était pas soumise au rituel des présentations. Il fallait corriger cette erreur, et s'il y avait bien une chose que le Lamia jugeait nécessaire lors d'une discussion, c'était la règle du donnant-donnant : un nom pour un nom, une information personnelle pour son équivalent. D'ailleurs plus il y réfléchissait et plus elle l'intriguait. Non seulement elle le connaissait de visage, mais sa situation avait de nombreux points d'ombre : elle voyageait seule dans les profondeurs du Mont Hakobe qu'elle ne connaissait visiblement pas; elle semblait, à la vue de ses connaissances, avoir des familiarités avec le monde de la magie; et enfin malgré son intuition avérée juste sur Emil cela ne l'avait pas inquiété. Se trouvait-elle en mission ? Pourquoi s'aventurer dans ces montagnes sans avoir auparavant décortiqué les plans de route ? Beaucoup d'interrogations... Mais avant toute autre chose, il répondrait à celles de sa colocataire de carriole, pour ainsi réclamer des réponses qui deviendraient un dû équitable. Alors, voyons voir...

"-Excuse-moi d’être aussi direct : que fait un petit mage de Lamia Scale dans une zone aussi…périlleuse ?"

Évidemment, la question de curiosité basique. Il ne pouvait pas tout dire... Évoquer Gehenna Island, les morts, la possibilité de retrouver le temple familial, son voyage... Malgré cela, il ne pouvait a contrario pas se taire. Faisons les choses à moitié.

"Hum... Disons que je traverse le pays pour revenir de mission jusqu'à la guilde, et que c'était le chemin le plus court. Même sans être le plus rapide, marmonna-t-il. Et puis je suis né par ici donc je connais approximativement les chemins du Mont."


Voilà, demi-mesure parfaite. Peut-être un peu trop d'informations mais qu'importe, ce n'était pas une espionne d'une guilde noire ou une personne aussi maléfique à ce qu'en sache le gamin. Désormais, à son tour !

"Par contre, toi, il faudrait aussi que tu me dises ce que tu fais ici... Et je ne connais toujours pas ton nom, ce n'est pas cool ! Au fait, tu connais un peu les guildes et la magie ?"


Décousu, spontané, qui ne laisse pas le temps de réfléchir. Cela rassemblait vaguement au petit mage dans les phases de combat intenses. A part qu'en l’occurrence la discussion n'avait rien d'un combat. Cela venait certainement du fait que précisément c'était une discussion... Bref, et ces réponses ?!

©odé par Ren
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Ven 24 Juil - 16:20

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



Ce jeune homme devenait de plus en plus intéressant à observer. À l’instar de Milo, son futur maitre de guilde, cet albinos semblait être une personne plus « naturelle » dans ses faits et gestes. En un mot : il était moins effrayant que cette tête d’algue. Toutefois, ne nous fixons pas trop rapidement ! Était-ce un masque pour mieux attendrir la jolie rouquine ? Était-il venu dans cette carriole dans un but précis ? Était-il tout simplement perdu dans cette mer de neige ? Tant de questions que ce loup blanc allait devoir y répondre.

-Ah oui, dans un magazine ?... Pourquoi pas, c'est bien possible ! Effectivement, je fais partie de Lamia Scale, je m'appelle Emil.


Une fois de plus, la mémoire d’éléphant de Kanna ne l’avait pas trahie. Elle savait à qui elle avait affaire ! De ce fait, elle allait devoir se comporter de manière correcte vis-à-vis du jeune garçon : hors de question de se mettre une guilde aussi puissante sur le dos. Néanmoins, l’idée de lécher les pieds de ce dénommé « Emil » ne l’enchanter guère davantage. La renarde décida donc de rester la plus neutre possible face à cet individu, même si cela incluait d’être la moins naturelle possible. La véritable crainte de Kanna était que le naturel revienne au galop à la moindre parole déplacée de la part du jeune Emil. Nous ne sommes pas à l’abri d’un nouveau combat sous la neige à la vue des bêtes sauvages et de la morsure du froid avec ce genre de femme !

Reprenons le fil de notre conversation. Impatiente de savoir de quel vent amène ce mage, la jeune fille ne pouvait détacher son regard de l’inconnu. Ce même regard qui avait si souvent effrayé auparavant. Toutefois, les temps changent et les yeux de la demoiselle ne provoquèrent que de l’ignorance de la part de son interlocuteur. Était-ce mieux que d’être battu en se faisant traiter de « démon » entre deux coups de bâtons ? Question dont la réponse me paraissait plus évidente que la couleur de la neige.

-Hum... Disons que je traverse le pays pour revenir de mission jusqu'à la guilde, et que c'était le chemin le plus court. Même sans être le plus rapide, marmonna-t-il. Et puis je suis né par ici donc je connais approximativement les chemins du Mont.


Traduisant chaque mot, sons, et mouvements de lèvres du jeune albinos, Kanna semblait passionnait par la scène qui se tramait sous ses grands yeux rouges. Ce n’était pas le personnage en lui-même qui l’intéressait, mais ses mots : mots inoffensifs, simples et banales qui contaient à la fois tout et rien. Un dialogue aussi bateau que celui-ci, la renarde les préféraient à ceux qui vous frappe les oreilles et vous mouille les yeux, appelons cela les « mots agressifs ». Mots malveillants que des gamins vous lancent, persuadé que la différence est l’ennemi premier dans ce bas monde.
Cependant, la jeune demoiselle était du rang des observateurs plutôt que des acteurs. L’avantage de ce rôle est qu’il vous octroie la capacité de déchiffrer votre interlocuteur comme un livre ouvert. Ce dernier n’était guère précis dans ses réponses : elles étaient sèches et courtes. Conclusion : cet homme ne voulait pas rentrer dans les détails. Le plus commun des mortels ne chercherait aucunement à approfondir l’histoire, mais Kanna était de ceux qui adorent lire entre les lignes de chaque récit. Ces comtes propres à chaque individu peuplant cette vaste Terre. Néanmoins, ce mage aux cheveux blancs se pencha sur l’ouvrage de la jeune demoiselle, chose à laquelle cette dernière ne s’attendait pas.

-Par contre, toi, il faudrait aussi que tu me dises ce que tu fais ici... Et je ne connais toujours pas ton nom, ce n'est pas cool ! Au fait, tu connais un peu les guildes et la magie ?


À la fin de ces mots, la sensation qu’éprouva la demoiselle était semblable à un second réveil. Elle qui était si passionné et même plongé dans les paroles de l’homme, la voilà aussitôt heurté à la réalité : son identité. Ce n’était pas son sujet de conversation fétiche, loin de là. Pourquoi se présenter à des gens que Kanna ne reverrait jamais de sa vie ? Les interrogations du jeune homme donnèrent un goût amer à la jolie rouquine. Il était temps d’y remédier !
Se relevant de sa position féline, la jeune femme alla retrouver ses tonneaux contenant le délicieux nectar. Par chance, une petite caisse ouverte (dissimulée sous un vieux drap) était remplie de nécessaires de cuisine (assiettes, couteaux, casseroles, verres). Hélas, seules cinq assiettes creuses avaient survécu au choc de l’attaque surprise de la maîtresse des ondes, le reste étant réduit en miettes. Soupirant, la rouquine prit deux assiettes pour aussitôt les remplir du précieux liquide qui allait permettre aux deux jeunes gens de passer quelques nuits avec l’estomac réchauffé. Posant l’assiette en face de l’homme assis, ce dernier garda le regard et l’attitude d’une nonchalance quasi imperturbable. Il était facile de lire le mal-être de la demoiselle à la suite des paroles d’Emil. Néanmoins, elle tenta d’y répondre le plus froidement possible.


-Je voyage moi aussi. Cependant, contrairement à toi, sans réel but derrière. La jeune femme pointa le bol de nourriture du jeune homme, animant des ondes dans le potage. Ma magie c’est « ça » entre autres. Rien de bien surprenant.



Il était préférable pour Kanna de ne pas en dire davantage sur sa magie ou son identité. Les petites joues rebondies de la jeune fille se mirent à virer aux rouges quand elle posa ses lèvres sur le bord de l’assiette, le liquide brulant légèrement ces dernières. Elle sentait l’impatience du jeune homme vis-à-vis de la connaissance de son identité. Murmurant d’une voix à peine audible tout en reposant son bol sur le plancher, la rouquine évita le regard du jeune homme.

-Appelle-moi Kanna tout simplement.


Aussi difficile à avaler qu’une soupe bouillante, la renarde soupira, le visage toujours aussi coloré. Après un long silence, les yeux de la demoiselle se posèrent de nouveau sur Emil. Cette fois-ci, ce n’était pas son visage qu’elle observa, mais ses vêtements. Son sang ne fit qu’un tour. Kanna était une grande amatrice des tenues traditionnelles. La demoiselle se précipita d’un bond près du jeune homme pour en tâter la texture, la souplesse et les motifs de la manche du kimono, les étoiles plein les yeux. Le sourire de la rouquine était revenu, comme si cette histoire d’identité était loin derrière elle, trop préoccupée à admirer les vêtements du jeune homme. Décidément, ce drôle de type grimpait dans l’estime de la demoiselle ! Caressant le fin tissus du bout des doigts, Kanna s’interrogea un court instant sur les origines du jeune homme. Relevant sa tête pour planter ses yeux carmins dans ceux de l’homme qui faisait (à peine) une tête de plus qu’elle, la jolie rousse murmura :

-Ce ne sont pas des vêtements que l’on trouve tous les jours et n'importe où. Tu as bien dit que tu venais d’ici non ? Où exactement ? On ne trouve que ce genre de tenue dans de grands manoirs il me semble…je peux me tromper après.



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Sam 25 Juil - 19:24
Les flammes ou la soupe ? Les deux brûlent !


La jeune femme avait assurément certaines qualités que le gamin ne possédait pas. Alors qu'il se contentait de répondre aux questions qu'on lui posait, elle analysait et travaillait chacune de ses réponses -autant les siennes que celles d'Emil- avec une minutie sans équivalent. Non pas qu'on trouvait là quelque chose d'extraordinaire ou de fabuleux, mais plutôt qu'elle pouvait au contraire s'enorgueillir de combiner à la fois une maîtrise des informations et une simplicité dans le langage qui rendait la première parfaitement imperceptible. Cependant il ne plierait pas sur ses propres exigences. Certaines choses ne devaient être dites. Qu'importe qu'on en sache beaucoup sur lui, cela ne l'inquiétait pas trop, en revanche ces bribes de connaissances indicibles ne lui échapperaient pas. La question n'était donc pas de savoir de quoi parler, mais de quoi ne pas parler. Cette règle ne semblait par contre pas être en accord avec ce que pensait la demoiselle. Elle eut en effet quelques difficultés à donner les informations minimum à son sujet. Avant cela, le garçon l'observa servir avec attention le potage.

Que cela soit pour dévier le sujet de conversation du moment ou juste parce qu'elle avait faim, elle décida en effet de servir une assiette de soupe aux deux protagonistes. Il la regarda faire simplement, pensant qu'il ferait mieux de ne pas lui avouer son premier service, et tentant de ne pas paraître trop impatient. En vérité, il mourrait encore de faim. Cette sensation n'avait rien à voir avec une personne affamée au gouffre de la mort, c'était juste que l'heure de manger venait de passer, et que le gamin n'avait certainement pas avalé suffisamment de choses ! Lorsque l'assiette fut devant son nez il remercia sa sauveuse d'un geste de la tête et entama son repas en l'écoutant. En fait, on pourrait presque se demander si elle avait vraiment eu une bonne idée... Maintenant qu'Emil avait son trésor à portée de lèvres il accordait nettement moins d'importance à ses paroles. Peut-être était-ce même là son but ! Si cela était le cas, la demoiselle l'avait bien vite cerné... Enfin au moins elle sut capter à nouveau le petit homme en lui faisait une petite démonstration de sa magie. Une magie des ondes ! Intéressant pour manier son environnement ou créer des courants. Pouvait-elle déformer l'air ? Cela n'avait rien à voir avec la violence du Crash. Sur le plan psychologique l'usage de tel ou tel type signifiait aussi pas mal de traits ! La capacité de déformer et vivifier sans détruire faisait penser à une personne qui savait faire agir les autres en les plaçant sous son emprise sans pour autant user de la violence, ou même à leur appliquer une certaine volonté. Quelqu'un de très habile en somme. A côté Emil, qui buvait sa soupe, avait évidemment moins d'allure.

Son appétit n'avait en fait de limite que sa politesse. Les dernières paroles de la dame ne le firent pas réagir mais au moment où elle posa son bol, il releva la tête. "Appelle-moi Kanna" confia-t-elle d'une petite voix. Et bien, pourquoi pas ? Cela pouvait sembler peu satisfaisant mais le jeune homme n'avait pas grande faim de ce genre de choses. Cela suffisait simplement. Il fit rejoindre ces deux mains et inclina légèrement le visage.
"Enchanté, Kanna."

A peine eut-il le temps de terminer sa phrase puis sa dégustation que Kanna le scruta avec une étrange insistance. Il jeta des regards à droite et à gauche en guise de mimiques pour exprimer son incompréhension. Mais qu'est-ce qu'elle voulait ?! Son corps fit un bond soudain vers Emil qui, surpris, tomba en arrière. Cela n'arrêta pas la demoiselle, elle commença à expérimenter le toucher des vêtements du gamin pour lesquels elle avait visiblement une étrange attirance... Une fan de vêtements ?! Il se n'y attendait vraiment pas. Sa main fit un saut rapide vers son propre visage : * tout ça pour ça... * Il se releva. On ne pouvait malgré tout pas nier la spécificité de la tenue du Lamia, conçue et cousue spécialement pour lui au fond des montagnes dans la plus pure des traditions. Mais raconter les origines de sa tenue à quelqu'un ne l'intéressait pas vraiment. Sauf que...

"-Ce ne sont pas des vêtements que l’on trouve tous les jours et n'importe où. Tu as bien dit que tu venais d’ici non ? Où exactement ? On ne trouve que ce genre de tenue dans de grands manoirs il me semble…je peux me tromper après."


Mince, l'erreur. Le gamin avait déjà parlé de ses origines dans le Mont Hakobe. Le problème est qu'il n'y avait pas énormément de villages qui jonchaient au milieu des montagnes frappées par le blizzard et peuplées de créatures hostiles. D'ailleurs il n'y en avait pas du tout. Une autre histoire plausible ? En fait, n'importe quelle histoire serait sûrement plus plausible que celle du temple. Il détourna la vérité avec sérieux et sans une once d'hésitation : on ne transige pas avec la famille.
"Oui, ces vêtements sont spéciaux. Je les ai fait fabriqué dans une grande boutique de Crocus, ils sont faits sur mesure et adaptés aux climats hostiles. Comme je passe souvent par ici, j'en avais besoin.
Et du coup pour ce qui est du manoir, perdu., termina-t-il en haussant les épaules. "


Ah... Kanna allait forcément chercher à en savoir plus. Il voyait déjà qu'elle pourrait facilement l'avoir avec ses yeux flamboyants. On sentait dans son regard avisé que la teinte du rubis pénétrait l'esprit, brûlait les volontés, et contraignait les moindres pensées à se déformer sous l'effet sous-estimé de la couleur des flammes. En somme, une femme en accord avec sa magie, qui agit comme elle l'entend, dans n'importe quel environnement. Cependant il y avait certaines choses sur lesquelles Emil ne pouvait rien céder. Il préféra l'avertir.
"Ce n'est pas vraiment la peine d'en chercher plus sur mes origines. Ne m'énerve pas s'il te plaît."

Il accorda ses paroles avec gentillesse et calme. Les mots choisis pouvaient paraître sarcastiques mais il n'en était rien. Simplement le locuteur se connaissait mieux que quiconque, sachant pertinemment que ses actes ne refléteraient pas nécessairement ses pensées s'il venait à s'énerver. Pour calmer le jeu il trouva d'autres sujets, même si certains ne lui plaisaient pas vraiment. Il poussa un soupir de dépit, comme ressentant que le moment de parler était venu :

"-Bon, tu sais... Pour tout à l'heure si tu voyages, c'est que tu as déjà un but. Comment le dire... on ne peut pas voyager sans but. Même si on ne sait pas où on va, on y va. Moi je viens de Gehenna Island...


Il baissa la tête vers le sol.

-Ce qui s'est passé là-bas n'était pas très réjouissant mais je continue à voyager. Sinon je ne découvre plus rien.

Après cette minuscule tirade Emil prit ses aises et se trouva un coin où s'allonger dans le petite carriole. Les yeux plantés sur la bâche qui les protégeait du blizzard, il enchaîna.
-Enfin parfois... C'est bien de pouvoir se poser."

Ayant dit ce qu'il avait à dire, il ferma ses yeux et laissa l'air qui s'infiltrait à l'intérieur frôler son corps fatigué. Homme ou femme, fussent-ils les plus braves guerriers, tout le monde avait besoin d'un peu de repos de temps en temps.

©odé par Ren


Dernière édition par Emil Ryuki le Lun 27 Juil - 22:00, édité 1 fois
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Dim 26 Juil - 22:40

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



Enchanté, Kanna.
Les paroles du jeune albinos résonnèrent dans la tête de la demoiselle. Confidence pour confidence, la rouquine ne connaissait pas ce mot : enchanté. Qu’est-ce que cela voulait bien dire dans une conversation ? Cet inconnu au bataillon, Kanna ne l’avait entendu qu’une seule fois dans sa vie : à Crocus entre deux personnes souriantes. Un détail sans importance mais qui a le mérite de traduire une sensation positive entre les deux interlocuteurs. Ajoutons à cela l’étrange geste du garçon que la renarde observa avec minutie tout en haussant un sourcil, signe d’une incompréhension naissante. Joindre ses mains en inclinant la tête. Étais-ce encore une fois un signe de politesse ? Sûrement.

Maladroitement, la jeune héroïne fît de même comme unique réponse.

Reprenons le fil de notre Histoire si vous le voulez bien. Kanna semblait avoir un net avantage dans cette conversation : bien qu’elle semble confuse par rapport à certains mots du jeune garçon, la renarde eut l’impression que sa proie fût sous l’emprise d’un charme. Charme dont la puissance pouvait dépasser l’entendement. En effet, on peut obtenir ce que l’on désire rien qu’en noyant son regard dans celui de l’autre. Ce combat des yeux n’est cependant pas le plus simple : le moindre tremblement, trouble de la respiration ou clignements peuvent vous trahir et vous faire ainsi perdre la bataille.

-"Oui, ces vêtements sont spéciaux. Je les ai fait fabriqué dans une grande boutique de Crocus, ils sont faits sur mesure et adaptés aux climats hostiles. Comme je passe souvent par ici, j'en avais besoin. Et du coup pour ce qui est du manoir, perdu., termina-t-il en hossant les épaules. "


Le jeune homme reprit sans plus tarder.

-"Ce n'est pas vraiment la peine d'en chercher plus sur mes origines. Ne m'énerve pas s'il te plaît."


I don’t want to go to school I just want to break the rules.

Quelle douce erreur, jeune Emil. Ce dernier lâcha les paroles de trop. De deux choses l’une, l’excitation de Kanna fût à son summum quand ses deux petites oreilles entendirent le mot « manoir ». Divers fantasmes se sont formé à la seconde dans l’esprit de la jeune fille, notamment celui d’une vieille demeure abritant de multitude reliques qui ont traversé les siècles et dont la valeur n’a fait que de s’accroitre au fil du temps. Le rêve de tout voleur et de chercheur en somme. Manque de bol, Kanna lié à la fois ces deux métiers. En second lieu, bien que dégageant calme et sérénité, les mots du jeune garçon révélèrent une pointe de vérité. La malicieuse Kanna allait-elle -encore une fois- pousser à bout ses proies ? L’idée semblait audacieuse, oubliant même ses bonnes résolutions tantôt pensées. L’un des jeux fétiches de la demoiselle est celui de faire apparaitre une personnalité en totale contradiction avec son interlocuteur. En bref, faire sortir une personne de ses gonds. Un jour, elle a su donner une envie de meurtre à un homme de foi et d’effroyables peurs à de nombreux téméraires. Sadique, manipulatrice ou simple joueuse ? C’est hélas les deux premiers termes qui reviennent le plus souvent. Aussi incroyable que ça ne puisse paraître, Kanna est une enfant dans un corps de jeune femme, une pierre non taillée si vous voulez. La rouquine n’a eu ni modèle à copier, ni main pour la corriger, ni moral à construire, ni écoles pour l’éduquer. Ce qui compte pour elle n’est qu’amusement et sensation de liberté. En vue des sombres évènements que subit le royaume de Fiore, si la demoiselle venait à rejoindre les rangs de l’ombre, la lumière subirait une entaille de plus, une grosse plaie incapable de cicatriser. De ce fait, Kanna se doit de trouver le bon chemin. Pour être honnête, ce n’est pas la chose à laquelle elle pense constamment, trop barbant selon la renarde.

Excusez-moi de cette longue digression qui me semblait importante.

Revenons à notre charmant albinos. Kanna se redressa, craquant son dos préférant être debout un instant. Elle alla près de la bâche de la carriole pour soulever cette dernière d’une traite, faisait légèrement entrer le froid qui –étonnement- se faisait timide. Surement à cause des tonneaux bouillants. La nuit se faisait sentir elle aussi. La lumière du soleil faisait place à un manteau nocturne accompagné de ses diamants, appelons cela étoiles. Dans ce genre de région hivernale, le ciel est souvent clair et dégageait, une véritable merveille dira-t-on. S’asseyant sur une caisse, tête posée sur le rebord de la carriole, Kanna garda sa bouche grande ouverte, émerveillée de ce spectacle hivernal. Elle en oublia le garçon un instant.

"-Bon, tu sais... Pour tout à l'heure si tu voyages, c'est que tu as déjà un but. Comment le dire... on ne peut pas voyager sans but. Même si on ne sait pas où on va, on y va. Moi je viens de Gehenna Island... ‘’

Il reprit d’une sombre voix, baissant la tête.

"-Ce qui s'est passé là-bas n'était pas très réjouissant mais je continue à voyager. Sinon je ne découvre plus rien.


Gehenna Island. Kanna en avait déjà entendu parler. Pour le moment, le destin ne veut pas que la demoiselle y pose les pieds. Dans les livres on y parle d’une île semblable à l’ « Enfer ». Naturellement, Kanna fait plus confiance aux ouvrages qu’aux hommes. Néanmoins, l'albinos avait réussi à attirer une nouvelle fois son regard. Quittant le spectacle hivernal, l’attention de la jeune femme se posa sur Emil, fermant la bâche par la même occasion, faisant revenir une forte chaleur dans le véhicule. L’animal s’était allongé sans gêne sur le plancher. Commençait-il à fatiguer ? Voilà qui est intéressant. Homme fatigué, mots en liberté selon la demoiselle. Cette dernière allait pouvoir commencer son interrogatoire. Kanna était revenue sur ses pas, s’asseyant de nouveau près de l’homme couché, le surplombant légèrement.

-Enfin parfois... C'est bien de pouvoir se poser.


Un sourire chaleureux s’échappa naturellement de la bouche de la jeune femme. Caressant ses propres cheveux rouges, elle enroula une mèche autour de son index.

"-Je suis d’accord avec toi sur ce point. Mais je voyage bel et bien sans but. Cependant, je fais mes recherches de temps à autre. La connaissance de ce monde est mon carburant si on veut.

Elle reprit.

"-Tu veux que je te montre quelque chose d’amusant ?

Sans même attendre une quelconque réponse de son interlocuteur aux cheveux blancs, Kanna posa deux doigts sur le flanc gauche du jeune homme pour y dégager de douces vibrations grâce à sa magie des ondes. Fort utile pour se détendre et pour échapper aux maux de crâne, la demoiselle eut envie de partager ceci avec le voyageur de l’hiver. Ce petit jeu avait pour but d’entraîner le jeune homme vers les bras de Morphée. Sous un sourire malicieux, elle glissa deux de ses doigts çà et là sur le corps du garçon pour en propager des ondes tout le long de sa chair, se délectant une nouvelle fois de la texture du kimono de l’inconnu.
La demoiselle plissa des yeux, attentive à la respiration d’Emil qu’elle pouvait sentir sous ses doigts.

"-Dis-moi, qu’est-ce qui s’est passé d’aussi peu réjouissant sur cette fameuse île ?"

La rouquine pouvait sentir les vibrations caressaient l’ensemble des fibres musculaires. Ces doigts en dégageaient une faible lueur rouge, signature de la demoiselle. Positionnée de cette manière, elle allait pouvoir cerner son interlocuteur : connaître ses mensonges et ses vérités par l’intermédiaire des battements du cœur et du souffle d’Emil. Il était hors de question que le mensonge s’installe entre les deux partenaires de jeu : Kanna allait pouvoir s’assurer de la bonne conformité de cet interrogatoire dissimulé derrière un si beau sourire d'ange.

Néanmoins, un objet attira l’attention de renarde : un katana légèrement dissimulé sous le tissu du kimono du loup blanc. Voilà qui est également intéressant ! La rouquine jeta un rapide coup d’œil sur ledit objet pour en faire une brève analyse. Premier point alléchant : il semblait d’excellente qualité. Deuxième point croustillant : le Tsuka. Les gravures qui ornent l’objet ne sont pas ceux que l’on peut observer dans des boutiques lambda. Si cette Histoire de manoir est bel et bien vraie, cette arme ne peut qu’être qu’une relique, fantasme de la demoiselle aux cheveux de feux.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Jeu 30 Juil - 14:41
Après massage, après-coup


Le bois rongé de la carriole ne seyait pas exactement à un sommeil réparateur. Emil devait donc vider son esprit de tous les mots et de toutes les pensées parasites qui pourraient l'empêcher d'atteindre cet état de repos, à la fois confortable et nécessaire. Mais l'exercice si difficile, car il demandait une volonté forte, n'aurait dans ce cas-là qu'un intérêt limité, car le sommeil ne durerait pas suffisamment longtemps... De fait et malgré la bonne intention de Kanna, son intervention allait en effet réduire à néant les chances du petit homme de rester dans un tel état.

Un premier moment de silence lui fit le plus grand bien, physiquement et moralement. Puis, alors qu'il avait choisi de laisser la mage à ses côtés quelques instants, ce fut elle qui s'approcha du gamin pour poursuivre la conversation.

"-Je suis d’accord avec toi sur ce point. Mais je voyage bel et bien sans but. Cependant, je fais mes recherches de temps à autre. La connaissance de ce monde est mon carburant si on veut. "

Quelle drôle de dame ! On avait pas idée de dire dans une phrase quelque chose et son contraire. Au fond, elle voyageait pour connaître les objets et les lieux du monde. Une justification classique du voyage et en même temps la plus évidente, malgré tout il restait rare qu'on traverse monts et marées pour la seule connaissance. En somme, la jeune femme revenait à l'essence même de la découverte comme peu de nomades le feraient aujourd'hui. Le manque de vivres, les cartographies, les trésors, les missions... Il existait tant de raisons diverses et variées pour explorer les endroits du monde, cependant la plus simple avait certainement ce caractère si désintéressé par rapport aux autres qu'elle en devenait noble car on ne se détachait plus des choses parce qu'elles ne nous convenaient pas mais, bien au contraire, on cherchait encore et toujours à approfondir les investigations sur les choses quelles qu'elles soient. Le lieu ou les trésors importaient peu : il fallait tout apprendre, tout évaluer. Cela se comparait à la quête du sage.

Le jeune garçon admirait Kanna pour ce point tout en restant dubitatif. S'il ne remettait pas en cause ces paroles, il se demandait si elle n'avait pas omis certaines informations... Voyager avec seul but la connaissance restait quand même marginal. Enfin, à ce moment, le petit homme profita simplement du massage "ondulatoire" qu'elle lui offrit. Il eut d'abord un léger sursaut lorsque les ondes s'échappèrent des doigts de la masseuse en herbe, puis s'y habitua rapidement et finit par entrevoir les bienfaits agréables de l'exercice. Les doigts parcourant son kimono transmettaient les ondes avec une dextérité et une souplesse sans pareilles, et le secret de la technique semblait reposer non pas dans le toucher caractéristique des soins ordinaires mais dans l'habile enchevêtrement des ondes à l'intérieur du corps. Elles se croisaient et se mélangeaient sans jamais se percuter l'une et l'autre en brisant l'harmonie, se complétant ainsi en atteignant une fabuleuse symphonie. En somme Emil n'avait pas à se plaindre, loin de là. Profitant de cet instant de détente qui lui parut une éternité, il n'en fut que plus surpris par la question de la demoiselle...

"-Dis-moi, qu’est-ce qui s’est passé d’aussi peu réjouissant sur cette fameuse île ?"

Ah, dommage... Quelle désagréable question. Le gamin écarquilla ses yeux brièvement puis les referma doucement, signe du choc brutal que Kanna venait de provoquer. Ce qui... s'était passé ? Un long silence s'installa d'abord où le voyageur finit par se perdre dans ses pensées. La guerre, la terrible guerre. Une aventure de malheurs où la vie se résumait à un jeu de dupes. Ne plus combattre pour ses idéaux, mais pour son camp. On ne laissait pas le choix. Les ennemis ne laissaient pas le choix. Les alliés non plus. Défendre la liberté ? Défendre une exécution. Face à ceux qui voulaient notre mort, il semblait difficile de répondre par la prison. A la violence répondre par la violence, voilà la seule solution. Et puis on relativise les choses, on apprend. La morale de la liberté est bonne. Mais aucune morale ne peut être respectée sans règle. Le sacrifice de quelques uns pour un peuple était-il nécessaire ? Et n'avaient-ils pas eux aussi une certaine morale ? Ces questions, quand elles sont confrontées au dilemme de la mort, s'effacent. On se bat pour notre camp, pris dans quelque chose qui nous dépasse. Elle aussi... Yuna aussi...

"Gehenna..."

Son corps ensanglanté, happé et broyé par la bataille, une image, deux images, un mauvais film... Le gamin eut un sursaut. Il dégaina ses yeux comme une bête intimidante, se releva, attrapa Kanna à la gorge, et la jeta contre la sortie de la carriole. Puis d'un geste il projeta son corps en arrière de l'autre côté de la carriole, au fond. Incontrôlée et incontrôlable, la Crash en profita pour fissurer la structure de bois de bout en bout, les fissures partant d'Emil. Le Lamia tremblant fixa la jeune femme :

"Ne me parle plus de ça !"


Et il passa sa main sur son visage, lentement, avant qu'elle ne vienne heurter le bois sans conviction, résignée. Même son corps était résigné.

"Désolé, on ne joue plus... Je ne répondrai pas à tes questions... Merci quand même pour le massage..." confia-t-il avec une voix faiblarde, terminant avec un sourire forcé, ironique. Pas ironique par rapport à elle.

Par rapport à lui-même.

©odé par Ren
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Ven 31 Juil - 21:36

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



Theme song.


Kanna n’était pas du genre à peser ses paroles : tantôt cassante, tantôt blessante. Pour le jeune Lamia, la question de la demoiselle fût la question de trop. L’ambiance y était devenue glaciale : Kanna en avait des frissons dans le dos et ses vibrations se stoppèrent sèchement. La rouquine n’eut pas le temps de comprendre l’instant suivant (pour elle comme pour son interlocuteur). S’attendant à une réponse, qu’elle fût sa stupeur suite au silence imposé par l’homme aux cheveux blancs. Certains diront qu’il s’agit du « calme avant la tempête ». Tempête fût trop faible pour la jeune fille : cataclysme aurait été plus convenable.

-"Gehenna..."

Notre charmante demoiselle n’avait rien vu venir. Le loup blanc eut saisit sa proie au niveau de la gorge, coupant rapidement son souffle. Pour la première fois de sa vie, les réflexes de Kanna firent mouche. Elle n’eut le temps de rien faire, dominée par cette boule de haine s’imposant devant elle. La jeune femme était forte par sa magie mais incapable d’égaler un jeune homme au summum de ses capacités physiques. Elle n’était qu’un corps immobile dans les serres de ce rapace, prête à attendre sa sentence. L’albinos ne se fît pas prier. Avec une puissance monstrueuse et une facilité déconcertante, l’homme jeta violemment la renarde près de la sortie de la carriole, manquant de peu de faire tomber celle-ci par-dessus bord, dans la pelouse blanche et glaciale. Entre les dernières paroles de Kanna et l’action fracassante du jeune garçon, le temps s’était accéléré comme si deux secondes avaient été nécessaires à ce retournement de situation. Trop rapide pour Mme Hardy.

-"Ne me parle plus de ça !"

Le corps de la demoiselle gisait, immobile, sur le plancher fracturé. Elle n’avait jamais reçu un tel choc de sa vie. Inconsciente ? Non. Les grands yeux rouges de Kanna restèrent attentifs à la scène qui se déroulait devant elle. Une bête incontrôlable. Étonnant pour quelqu’un qu’elle pensa serein de nature. La renarde n’observa qu’un homme assis au fond de la carriole, le visage dissimulé par sa main honteux de l’action qu’il venait d’accomplir ou d’un aspect de sa personnalité qu’il venait de mettre à jour.

-"Désolé, on ne joue plus... Je ne répondrai pas à tes questions... Merci quand même pour le massage..."

Désolé ? Quel culot celui-là ! Toutefois, là n’était pas la question. Au fond d’elle, Kanna s’intéressa fortement à ce jeune homme qui –apparemment- fût traumatisé par ce qu’il a vécu sur cette fameuse île. La jolie rouquine n’était pas habituée à ce genre de spectacle. Elle qui avait croisé de nombreux visages dans sa vie, la majorité d’entre eux ne respirèrent que la perversion, l’envie, l’orgueil ou la colère. Dans un sens, on peut dire que la demoiselle découvrit par l’intermédiaire de ce garçon le désespoir ainsi que la tristesse. Voici deux émotions qui lui brisèrent le cœur. L’animal sauvage se trouvant devant elle était à la fois fébrile, dangereux et torturé par quelque chose qui dépassait la mage solitaire. Curieuse de nature, la rouquine voulait même le doigt dessus, quitte à énerver davantage la bête.

La frêle demoiselle resta un instant immobile sur le plancher, le temps de se remettre de ses émotions. De plus, pourquoi ce sourire forcé ? Il était trop tard pour l’albinos de se cacher derrière un masque. À ce stade de la partie il était aussi nu qu’un ver aux yeux de la rouquine. Difficilement, elle se releva, les cheveux en pagailles. Elle observa d’un rapide coup d’œil les dégâts que la carriole avait subis. À croire les fissures qui démarrèrent de l’homme, ce dernier maîtrisait –maladroitement- la magie de Crash. Mettons cette maladresse sur le compte du tourment que subissait le garçon.

-"Je vois."
Lâcha froidement la demoiselle.

Se levant d’une traite, la belle craqua ses os du cou. S’avançant près du loup blanc d’un pas lent mais ferme, la demoiselle était digne du plus effrayant fantôme ou autres monstres à cet instant. La nuit battait son plein et la peau blanche mêlée aux yeux rouges de la femme offrait un bien curieux spectacle à la fois beau et glauque. De plus, son visage impassible n’arrangeait rien. Au pied de l’individu, Kanna surplomba le loup. Dans un sens, la demoiselle comprit davantage l’expression « la vie qui ne tient plus qu’à un fil ». C’était effrayant, mais passionnant. La magie du Crash n’était pas la plus douce, elle est même dans le top dans magie les plus violentes. Si cette magie est bien maîtrisée vos les os, muscles et chairs ne peuvent vous sauver. Vous êtes nu, vous n’êtes qu’un insecte qu’on peut écraser facilement. Je ne pense pas que nos deux protagonistes désirent un dessein aussi morbide.

-"Tu crois sincèrement que je vais laisser passer ça ?"
Continua-t-elle avec un ton aussi glacial que la région Hakobe toute entière.

S’asseyant sur les jambes étendues et rigides d’Emil, la jeune fille saisit -avec une rapidité qui n’a égale que sa franchise- les deux poignets de l’individu, comme pour l’immobiliser davantage. Dans un premier temps, Kanna baissa la tête. Quelque chose n’allait pas au fond d’elle. Ce fût comme une boule dans l’estomac qui s’amuse à faire des vas et vient avec votre cœur. En un mot : elle n’aimait pas ce mal-être et cette violence incontrôlée chez le jeune homme. Inspirant un bon coup, la renarde plongea son regard au plus près de celui de la bête qu’elle tenait fermement entre ses fines mains. Ridicule ? Pas tout à fait. La jeune fille exerça une pression à la limite de l’insupportable. Cette technique n’était pas présente pour intimider l’adversaire, mais pour avoir toute son attention et surtout pour le faire revenir à lui. Le plus surprenant dans l’affaire, était belle et bien les mains tremblantes du jeune garçon, encore traumatisé par son passé, écœuré par ce qui s’est passé sur cette île.

Kanna posa instinctivement son front contre celui d’Emil, envoyant de lentes vibrations au jeune homme.

-"Je n’ai plus besoin que tu me racontes. Il suffit de lire dans tes yeux pour avoir une idée de ce que tu as vécu et j’en suis désolé. Désolé aussi pour ce que tu as perdu là-bas."
Avoua-t-elle d’une voix des plus douces.

Inutile d’être rusé comme un renard pour savoir qu’un drame avait eu lieu sur Gehenna. Le comportement, le regard, les émotions du jeune homme ne pouvaient tromper personne. De plus, quand on est membre d’une guilde, on doit s’attendre à avoir la vie des autres sur ses épaules. À partir de là, on peut facilement imaginer le drame qu’a pu arriver au jeune albinos et à l’un de ses partenaires.

Kanna continua d’envoyer de douces vibrations directement dans le crâne de l’homme aux cheveux blancs. Les veines blues -traduisant la rage de l’individu- situées sur les tempes de ce dernier avaient disparu. Ce qui était une bonne chose, j’imagine. Après un long moment d’attente dans un silence des plus religieux au plus près de son interlocuteur, Kanna s’éloigna mais resta assise sur les jambes du loup. Ne pouvant décrocher son regard de son partenaire d’aventure, la demoiselle se sentit une nouvelle fois pas à son aise. Ses yeux devinrent brillants. De ces derniers laissèrent couler un liquide longtemps disparu de son corps : le liquide lacrymal communément appeler larmes.

Par un étrange phénomène naturel, le corps de la demoiselle eut quelques longues minutes de retard entre le choc qu’Emil lui avait infligé et la douleur. Drôle et attendrissante, la jeune femme que nous connaissons son caractère froid et solitaire laissa échapper son côté enfantin par des « chouinements » qu’elle commença à produire sous la douleur.

Il était temps de soigner cette petite entaille qui laissa derrière elle une fine traînée de sang coulant librement le long du visage légèrement rosé de la demoiselle encore sous l’émotion.



Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Mar 4 Aoû - 20:43
La mort et son contraire


Un instant de faiblesse, de changement. Le Lamia ne savait pas exactement par quoi commencer. Les idées se percutaient une à une dans un vacarme assourdissant, ses membres et son crâne perdu au fin fond de son esprit, comme si la seule maîtrise qu'il possédait de son corps se trouvait dans la stabilisation d'un état plus serein. Il se souvint longtemps de ce moment.

J'étais perdu. Mes mains tremblantes brûlaient sous l'effet du frottement insistant avec le bois. Les fractures se propageaient dans la petite carriole. Mon dos souffrait aussi. Par un réflexe de protection j'avais réussi à me projeter contre le fond du transport, heurtant violemment le bord. Mes jambes, quant à elles, refusaient désormais de faire le moindre mouvement. A l'image d'un royaume sans roi, tout mon corps semblait à la fois inactif et en proie à un mal gangrénant. La corruption d'une partie désignait la corruption du tout. Mon âme provoquait en moi-même un tourbillon d'émotions, agressif et malsain, qui se propageait à mon corps, et à l'extérieur, dont les fissures dans le bois matérialisaient le caractère. J'étais perdu. Et l'impuissance factuelle dont la moindre de mes cellules faisaient preuve avait été causée par une seule pensée : la mort.

Je réalisais encore difficilement toute l'ampleur qu'elle aurait par la suite. Ce mot possédait une valeur empirique indescriptible. La mort, on la croisait tous les jours. Dans les journaux, dans les hôpitaux, par on-dits intensifiés, au milieu des autres questions existentielles... Cependant elle n'avait rien de ce caractère effrayant qu'on lui assignait parfois. Une réponse simple à la vie, qui se devait d'être éphémère, et un fait des plus naturels : voilà ce qu'elle était. Mais sa puissance reposait ailleurs. Elle représentait aussi une force indomptable que personne ne maîtrise, et qui peut surgir à tout instant. Et alors, sur un champ de bataille en effervescence, les soldats tombent et les commandants observent, parfois admirent l'étrange évènement qui s'y déroule, sous la forme des chutes et des hécatombes, fatales. La guerre représente ce jeu qui vit grâce à la mort et qui entretient l'opinion commune de son incommensurable pouvoir, mettant en exergue sa fatalité. Un fait naturel inévitable est-il si dangereux ? Le vent ou les marées sont-ils dangereux ? Certainement. Et les corps qui s'écroulent ensanglantés, et les visages déformés, font ressentir notre propre fragilité face à ce fléau, pourtant si ordinaire. Moi, j'avais déjà entendu parler de cette chose lointaine. Désormais, je l'avais vu des dizaines de fois. Surgir n'importe quand, au gré de ses envies. Quelle fabuleuse puissance !...

"-Tu crois sincèrement que je vais laisser passer ça ?"


Soudain, elle apparut. Emil ne l'avait pas remarqué immédiatement, mais Kanna se rapprochait de lui avec un regard déterminé, une mare de flammes jaillissant de ses yeux écarlates. Il ne savait pas comment réagir, obsédé par la peur. Allait-il mourir maintenant ? Une maladie, un poison ? Des questions irrationnelles le hantaient. Puis il se rappela qu'il venait de blesser la femme le surplombant. Il regretta. Encore. D'un geste, elle se baissa sur lui. L'homme plaqua ses mains contre son visage comme pour se protéger, mais la jeune femme attrapa rapidement ses poignets et découvrit sa tête. Ses yeux se tournèrent vers le sol. Sa fierté l'en aurait empêché, mais à cet instant il s'en fichait. Des regrets, rien d'autre. Puis la renarde jeta ses pupilles dans les yeux fatigués du malheureux. Elle eut quelques difficultés mais la pression exercée sur les poignets du gamin lui fit relever la tête, concentrant son attention sur Kanna. Elle se rapprocha, il eut un recul instinctif. Leurs fronts entrèrent malgré tout en contact. Les ondes se transmirent alors d'une personne à l'autre, avec une intensité incomparablement plus douce qu'auparavant. Comme la mort, les ondes se propageaient. Toutefois les secondes avaient cette particularité d'être un mouvement, un déplacement sur les corps, façonnant les sentiments et les sensations à leurs guises, créant un lien. D'un front à l'autre les sensations émergeaient, les sentiments se partageaient.

"-Je n’ai plus besoin que tu me racontes. Il suffit de lire dans tes yeux pour avoir une idée de ce que tu as vécu et j’en suis désolé. Désolé aussi pour ce que tu as perdu là-bas."

Lire dans ses yeux ? Plus que ça, elle lisait dans son esprit. Les ondes traduisaient ses pensées. La tendresse de la jeune femme calma le gamin qui posa sa tête contre les petites épaules de la dame. Il ferma ses paupières desquelles glissèrent quelques larmes timides. La mort se trouvait maintenant loin. Par une mystérieuse connexion, les traînées liquides s'emparèrent des joues de son amie aussi. Parfois, le silence valait milles paroles. Communiquer ne nécessitait pas de point en commun particuliers, pas non plus de langage. Simplement d'être vivant. Avant Gehenna, Emil se battait pour sa liberté, pour vivre. Pour ce genre de rencontre, pour les découvertes. Voilà exactement ce qu'il devait croire. Vivre ne demandait pas qu'il soit imbattable, ou irréprochable, mais quoiqu'il arrive, le membre de Lamia Scale devait continuer à croire. Une image sombre l'avait frappé, comme un fléau. Elle l'avait finalement rendu plus fort. Ses lèvres esquissèrent un sourire discret quand Kanna laissa échapper de légères plaintes. Le sang coulant sur son visage se mêlait aux larmes, alors le gamin vint l'essuyer avec sa main. Il nettoya ensuite ses doigts en les léchant brièvement.

"Merci" confia-t-il avec un peu de retard.

Merci pour ce moment. Il retira la fille assise sur ses jambes, se leva, attrapa le tonneau ouvert, puis remplit à nouveaux deux bols de soupe. Enfin il tendit un de ses bols à la demoiselle sur le sol, et posa ses fesses en hauteur, sur un des autres contenants en bois.

"-Pour pleurer, il faut beaucoup d'énergie, bois donc.

Son bras se tourna vers le rideau qu'il souleva, regardant le blizzard tombant dans ce monde de neiges.

-J'aime bien ces étendues blanches. On se croirait isolés du monde, invincibles. Et puis soudain, quelque chose se passe, et on se rend compte qu'on est pas invincible, qu'on est bien vivant, quelque part. Et toi, pour quoi tu vis ?"

Quelle étrange question.

©odé par Ren
Kanna Hardy
Mage SolitaireMage Solitaire

avatar

Messages : 50
Date d'inscription : 29/04/2015
Âge : 21
Magie / Malédiction / CS : Hâdo no Mahô /Magie des Ondes

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.575
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Dim 9 Aoû - 18:36

Une flamme sous la neige

feat Emil Ryuki & Kanna Hardy



La magie des ondes est un masque à doubles visages : rapide, puissante et violente elle peut aisément détruire une maisonnette. Si le détenteur de cette magie suit un entrainement régulier et acharné, imaginez donc les ravages sur un village entier. Effrayant, n’est-ce pas ? Néanmoins, ceci reste la partie sombre de l’histoire. Outre cela, les ondes peuvent être bénéfiques si –et seulement si- elles sont utilisées avec parcimonie. En outre, elles peuvent déclencher chez le receveur et également chez l’utilisateur, de grandes sensations de bien-être. L’équivalant d’un massage intense si vous voulez.

Le Lamia fut « victime » de ce charme. La bête qui avait été en partie libérée s’était endormie au fond de lui. Elle était retournée dans sa cage. Néanmoins, Kanna ne douta pas qu’ « elle » se réveillera de nouveau avec une colère et rage sans précédent. Pour l’heure, elle préféra ne pas y songeait. Pour être honnête, la renarde était captivée par le loup blanc devant elle, ce loup blanc paisible, ce loup blanc si différent des autres. Elle sentait sur son souffle reprendre un rythme lent. Ajoutons à ce magnifique tableau un timide sourire qui rayonna le visage d’Emil. C’était la première fois pour la demoiselle que quelqu’un lui offrait ce genre de cadeau. Non pas un sourire sournois, sadique ou vicieux mais un sourire symbolisant une reconnaissance des plus sincères. Le cœur de la renarde s’accéléra instinctivement. Elle sentait ce dernier frapper contre sa poitrine. Elle l’entendait gémir sous sa chair. Déglutir devenait un véritable défi. Quand elle sentit l’une de ses larmes de crocodile coulait le long de sa joue (à moins que ce ne soit du sang), elle ne put s’imaginer un instant les ravages qu’aurait pu lui infliger la magie de Crash sur sa personne : la rousse eut des frissons dans le dos. Diverses images sordides défilaient les unes après les autres. L’espace d’un instant, le regard de la demoiselle évita tout contact avec le Lamia, comme si une peur naissante pour ce dernier la repousser de lui.

Peur qui s’envola aussitôt dans les airs. Peur qui s’envola comme la trainée de sang qui disparut entre les lèvres d’Emil.

"Merci"
confia-t-il

Le Lamia avait –une nouvelle fois- réussi à attirer l’attention de la jeune femme. Femme qui se sentit aussi nue qu’un ver et fragile comme du cristal. Merci ? Kanna ne comprit pas dans l’immédiat. Ses pommettes devinrent rouge écarlate et ses lèvres tremblèrent à une vitesse inquiétante. Elle fut comme isolée du reste du monde, enfermée dans une pensée qui resta floue. Elle pensa même à une farce de son interlocuteur. Elle songea que ce « merci » n’était que purement ironique. Toutefois, elle réalisa que le loup était sincère, qu’il remercia sincèrement la femme qui avait calmé -un instant- la bête furieuse somnolente en lui. Ne sachant que dire, penser et regarder, la renarde n’avait pas remarqué que l’homme aux cheveux blancs déplaça le corps léger de la jeune fille. Ce dernier lui offrit un autre bol de soupe chaude.

"-Pour pleurer, il faut beaucoup d'énergie, bois donc.’’

Kanna exécuta l’ordre sans tarder. La bougre avait beaucoup d’appétit et son interlocuteur également. Après un silence des plus religieux, le temps de s’abreuver du délicieux repas, Kanna ne pleurait déjà plus. Le sang avait arrêté de couler. Son estomac fut des plus rassasiés. Observant toujours le Lamia, la jeune fille remarqua un peu tard la petite taille de l’individu. Elle s’attarda à analyser son physique afin de ne pas l’oublier pour une –potentielle- future retrouvaille. Cet homme fut aussi agréable à regarder qu’une portion de nourriture à avaler. En somme, rien de répugnant seulement une réincarnation du blizzard qui frappa la région et que le Lamia admira à travers le rideau de la carriole. Semblable à une petite fille fascinée par son père, d’autres questions lui traversèrent l’esprit. En soi, des questions inintéressantes et même stupides. Comment se coiffe-t-il ? Ses parents avaient-ils les cheveux blancs ? Étaient-ils petits ? Ses poils sont-ils tous blancs ?
Posant sa tête contre le mur de la carriole, les bras de Morphée commencèrent à se faire désirer. L’appel du foin douillet devenait de plus en plus insistant. Néanmoins, Emil garda la jeune fille éveillé un instant par une curieuse question :

-J'aime bien ces étendues blanches. On se croirait isolés du monde, invincibles. Et puis soudain, quelque chose se passe, et on se rend compte qu'on est pas invincible, qu'on est bien vivant, quelque part. Et toi, pour quoi tu vis ?"

Bien vivant ? Le terme resta flou aux yeux de la demoiselle. Elle ne désirait qu’avoir une existence invisible à la vue des autres. Les peu de fois où l’espèce humaine remarqua sa présence, c’était dans le but de lui faire du mal et même de la tuer dans le pire des cas. Où est l’existence ? Où est la vie si ce n’est dans les mains de l’adversaire qui ne souhaite qu’atteindre votre gorge pour en ouvrir la trachée ? Le visage assombri, la renarde se leva pour poser le récipient à soupe sur une caisse. N’osant refroidir davantage l’atmosphère, l’unique solution fut le silence et la contemplation du monde extérieur. Kanna se mordit les lèvres, symbolisant son mal être vis-à-vis de cette question.

« Je… »

Se tournant vers son interlocuteur qui lui faisait dos, le destin décida de faire une farce aux deux jeunes mages. La renarde -sous l’emprise de la fatigue dirons-nous- tomba à cause de ses pieds qui s’emmêlèrent. Pieds las des nombreux voyages de Kanna, pieds ne désirant qu’une nuit entière de sommeil que la demoiselle n’avait pas faite depuis des lustres. Fort heureusement pour la rouquine, Emil réceptionna la rousse en chute libre. Étrange contacte liant protection et incompréhension, les deux interlocuteurs se regardèrent –proches l’un de l’autre- dans les yeux, les quatre joues rougissantes. Néanmoins, bien que secouée, la jeune fille garda son éternel visage meurtri par le passé.

« Je… ne pense pas qu’il soit question de « vivre » dans mon cas. »
Elle reprit, affichant son sourire le plus maladroit :
« Nous devrions dormir, merci pour ce moment agréable Emil… ».

La demoiselle s’écarta aussitôt du jeune Lamia, se dirigeant vers un coin de la carriole -là où une masse de foin fût étendue- n’attendant que son corps las et à bout de forces. Se couchant, voici une renarde endormie faisant dos à l’homme. Au fond d’elle, elle pria pour le revoir au petit matin, avant que les deux voyageurs ne repartent chacun vers la destination qui leur est propre.


Fiche de liens (c) Miss Yellow
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 21
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   Lun 24 Aoû - 14:18
Nécessité des pensées, contingence des paroles


Le jeune homme percevait une indescriptible sensation. Il se sentait ici, bien présent aux côtés de Kanna, et en même temps ailleurs, perdu dans ses pensées idylliques. Un étrange état duquel le mage ne voulait pas se défaire car il lui apportait un sentiment de bien-être intense, calme et reposant; et duquel il voulait se défaire car il sentait aux tréfonds de son esprit qu'au milieu des plaines enneigées à perte de vue, cet état pourrait devenir une prison infinie et indestructible. Comme si la moindre parcelle de bonheur était suffisamment attirante pour le garder prisonnier pour l'éternité. Or le Lamia tenait à sa liberté plus qu'à tout le reste.

"Je…"

Ses yeux se tournèrent vers son interlocutrice. Il n'avait pas seulement oublié sa présence, mais leur présence à tous les deux. Son attention avait commencé à se perdre dans ses pensées sublimées par le cadre presque irréel. Ramené à la situation, il remarqua d'abord la faible voix de la petite dame. "Pourquoi vivait-elle ?" : était-ce une question tellement dérangeante ? Quel mal pouvait se cacher dans le monde pour qu'une personne ne parvienne pas à répondre à une question aussi simple ? Chaque être possède quelque chose, ou cherche quelque chose, qui fait qu'il s'accroche légitimement à la vie, même si cela a dans les faits peu de valeur : c'est pour cela que le moindre détail est important, car il compte plus pour certains que pour d'autres. Cette vérité valait aussi au moment de leur rencontre. Et Emil le savait. Il ne désirait pas que la jeune femme reparte sans objectif à réaliser. Un but simple, mais lointain. Ses lèvres commencèrent à bouger pour former des mots mais Kanna, solide sur ses deux pieds -ou pas- tomba vers le sol. Le gamin la rattrapa d'un geste rapide et maladroit, ses yeux tombant directement dans ceux de la renarde, avant de vite les lever vers le ciel, évitant ainsi un regard involontaire trop long. Son visage rougit vivement malgré tout, un peu gêné, et ses pupilles replongèrent finalement vers sa compagne d'aventure à l'instant où elle parla.

"Je… ne pense pas qu’il soit question de « vivre » dans mon cas."

Qu'est-ce que cela pouvait signifier ? Le gamin ignorait fondamentalement le sens de telles paroles. Quel qu’il soit, il se doutait du caractère peu réjouissant des pensées de la fille qui, à la fois gênée et étrangement mal à l'aise, ne tarda pas à se mettre à l'écart dans un coin après un remerciement chaleureux. Il accompagna son mouvement et s'assit aux côtés de son corps allongé, fermant les yeux de longues minutes. Les mains jointes, il pria. Un Dieu, le ciel, les étoiles, la nature, ou quoi que ce soit d'autre. Un sentiment de compassion et de tendresse était né en lui à l'égard de la demoiselle, pour laquelle les prières demandaient une vie agréable, d'aventures et de découvertes en tout genre, plus juste que ce qu'elle semblait avoir connu jusqu'à présent. Le silence dominant laissait cette demande raisonner dans son crâne. Elle devenait puissante, importante, imprégnait peu à peu la mémoire d'Emil et marquait ce jour faste. Puis il se releva. Voilà tout ce qu'il pouvait faire pour elle. Bien peu de choses par rapport à ce dont elle aurait surement besoin. Il la regarda attentivement, observant enfin une expression de repos que son visage ne semblait arborer que pendant le sommeil. Le gamin ne put s'empêcher de sourire, avant de faire dos à Kanna.

Définitivement dos à Kanna. Le petit homme avait choisi : partir ou rester ? Partir. La présence de son amie ne lui avait pas été désagréable, cependant il tenait bien trop à ses voyages solitaires, parfois ponctués de rencontres inattendues, riches, et éphémères. Il tenait bien trop à sa liberté. Aller là où il le veut, quand il le veut, ne plus y aller, se battre ou ne pas se battre, et tous ces autres choix simples, voilà ce qui constituait son bonheur. Et puis elle, la jeune femme couchée dans la carriole, elle n'avait visiblement pas encore trouvé sa motivation. Il ne voulait pas l'influencer. Que son futur soit parsemé d'évènements, tristes ou heureux, qu'ils soient importants, qu'ils la changent, mais toujours par ses propres choix, et alors peut-être aura-t-elle la chance d'avoir un but. Pour s'assurer d'ici là de sa route, Emil lui adressa un message. Se tournant vers les tonneaux il dégaina, puis planta la lame dans le bois où, selon des traits nets, il inscrivit : "Je serai quelque part". Le sens de ces mots varierait surement d'une personne à l'autre, mais ils signifiaient approximativement : "Nous nous reverrons.". Ainsi la jeune demoiselle continuerait à voyager, à le chercher peut-être, à découvrir d'autres paysages, en attente de le revoir. Du moins il l'espérait. En soi, le fait qu'ils se rencontrent à nouveau ne l'intéressait pas tant que ça malgré la forte sympathie qu'il lui portait. Son désir se limitait à une seule chose... Qu'elle ne s'arrête jamais d'évoluer.

Ayant conclu son action, Emil rengaina. Enfin, déterminé à partir malgré son envie de rester, il souleva le rideau de vieux tissu, et disparut. Ses jambes s'enfoncèrent dans le manteau blanc, sa tenue fut recouverte par le blizzard glacial, et peu à peu son corps ne fit plus qu'un avec le temps en constant mouvement de la montagne. Ses yeux se fermèrent brièvement et, alors qu'il était désormais seul, les dernières pensées de son aventure se transformèrent, par leur force, en paroles :

"Pardon et bonne chance."

©odé par Ren
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: || Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)   

|| Une flamme sous la neige || (Pv Emil Ryuki)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Mont Hakobe
-