Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]

AuteurMessage
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Dim 28 Sep - 16:14

LA BESTIALITÉ DE L'HOMME.



Première visite de la Plaine de l’Espérance.


Néanmoins, cela n’était pas rare qu’Arric entendait parler de cet endroit. Beaucoup d’habitants disait du bien de ce lieu, réputé comme agréable et relaxant lorsque des personnes s’y posent pendant un certain temps, profitant de la halte pour observer les paysages alentours et les arbres au milieu de cette magnifique lande verte, la forêt disséminée dans cette prairie verdoyante. Des créatures, aperçues tantôt loin, tantôt près, se régalaient de cette nourriture abondante que représentait l’herbe. Les Moucons, nom donné aux animaux laineux présents sur place, allaient paître là où ils le désiraient, sans trop se soucier des humanoïdes qui traçaient leurs routes. Arric passa à côté d’un groupe de spécimens, dont l’un des membres était adorablement beau. Elle voulut le caresser mais n’essaya pas jusqu’à la fin pour plusieurs raisons logiques. Premièrement, ce genre de troupeau abritait sûrement un ou des mâles dominants, qui sont susceptibles d’attaquer les intrus en cas d’éventuelles menaces. Deuxièmement, les femelles défendent leur progéniture avec autant de dé férocité que d’ardeur. Troisièmement, les petits sont souvent peureux, en plus d’être curieux, et craignent l’inconnu, ce qui les pousse généralement à se réfugier auprès de ceux qui sont capables de les protéger. Et quatrièmement, la raison la plus importante de toute : Arric était très respectueuse des animaux et des créatures diverses et variées existantes sur Fiore. Plus qu’avec les Humains et les êtres doués de parole et/ou de raison, la jeune mage de glace garantissait d’une manière extrêmement scrupuleuse l’intégrité physique et morale d’un animal, ainsi que sa dignité. Non, elle n’était ni leur justicière, ni attirée charnellement par eux, mais elle suivait sa propre éthique, qui stipulait que TOUT être-vivant a droit au respect qu’il mérite et qu’il convient de montrer. C’est ce qui l’arrêta dans sa délicate action à l’égard de ce Moucon. La demoiselle se ravisa dans son geste et préféra s’assoir sur un rocher qui dépassait peu du sol, ne souhaitant pas tellement rester affalée par terre ni s’adosser contre un arbre, situé trop loin.


Arric contemplait les bêtes à la parure duveteuse et chaude, un sourire béat aux lèvres, les trouvant si mignons. Les bras accoudés sur ses genoux et les mains posées sur ses joues et sous son menton à la fois, la jeune mage de glace admirait les individus bestiaux constituant le groupe. Des mâles patrouillaient ou se battaient, arborant fière allure ; les femelles veillaient sur leurs rejetons pelucheux avec de tendres attentions maternelles au travers de quelques lèche, soins et/ou câlins. Les petits, eux, jouaient ou gambadaient, se chamaillaient gentiment ou courraient partout. Si seulement cette vision idyllique de bonheur et d’amour pouvait se propager au reste du monde. Mais cela n’était malheureusement pas possible. La compétition, la guerre, la haine, les intérêts, les profits, les meurtres, etc… Tout cela perdurait et perdurerait encore pendant un long moment. Toujours demeurerait les batailles à mener et les morts à pleurer, les cadavres à compter et les décès à annoncer. Dans des buts parfois justes ou absurdes, illusoires ou véritables, passionnels ou communs, obscurs ou lumineux. Laissant ces sombres pensées se dissiper pour finalement disparaître, Arric continuait de scruter les animaux pacifiques à quelques mètres d’elle. Arric appréciait à son havre de paix.


Dans cet instant précis et précieux, elle était heureuse.


Quant à la raison de sa présence ici, elle approchait par le côté droit, au fur et à mesure que ses pas la guidait vers la mage de glace. Cette raison avait un nom un nom. Et une forme. Une identité propre et un physique unique. Il s’agissait d’un autre mage. Ryuki Emil. Connaissance passée rencontrée dans un bar de Crocus, futur adversaire dans la Plaine de l’Espérance.



Deviendrait-il un ami par la suite ?



Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:54, édité 1 fois
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Mar 14 Oct - 15:08
Plaine de contradiction


Emil avait prévu de rentrer directement à Lamia Scale dès son affrontement au Domus Flau terminé, mais plusieurs choses l'avait poussé à voyager un petit peu plus que prévu. Déjà, son envie de découvrir la cité hydraulique qu'il ne put réfréner et s'empressa donc de visiter, où ses péripéties le menèrent à John, une bien étrange personne. Ensuite, il y avait Sky avec qui il devait rentrer à la guilde, qui était à la fois son adversaire au Domus et son allié de Lamia. Enfin, son contre-temps le plus inattendu... La veille de son combat, alors qu'il se reposait pour le jour de l'évènement, une bande de mages vint perturber son repas... Et celui de Arric ! Le rapport ? Ils se rencontrèrent à ce moment, et décidèrent mystérieusement d'un combat dans les plaines de l'Espérance, le surlendemain, et pour lequel le moment était venu. Voici où l'histoire du petit mage reprit donc...

*Qu'est-ce que je donnerai pas pour de la viande de moucon...* se disait-il en regardant les braves bêtes gambader dans les prés. A vrai dire, il aurait certainement été capable d'en tuer un, juste pour son repas, mais Arric se tenait tout près et ceci n'aurait pas plus à la jeune fille. Question de bonne manière : on évite d'égorger les morceaux de viande en compagnie de quelqu'un. Il se contenta donc de regarder droit devant lui tandis qu'il marchait à la recherche d'un espace moins peuplé pour combattre. Et en face de ses yeux, la verdure s'étendait à perte de vue, à une telle distance et en telle quantité qu'un reflet verdâtre faisait paraître toutes les choses au travers de cette nuance de couleur, comme si une étrange magie circulait pour confondre avec le bleu majestueux du ciel le vert infini de la plaine. Tout ermite qui est pourrait vivre ici, isolé du monde et en même temps dans un autre monde. Le cadre mystique dans lequel ils progressaient aurait presque pu faire oublier à nos deux protagonistes la raison de leur venue, qui n'était autre qu'un affrontement sans retenue, et qui n'allait sûrement pas être plus doux grâce à la tranquillité de l'endroit où il se déroulait.

Emil redoutait déjà ce qui allait arriver. C'était peut-être une sorte de peur qui s’immisçait en lui, un sentiment situé entre ce qu'il connaissait et ce qu'il allait découvrir. Cela découlait d'un raisonnement un peu complexe : il n'acceptait jamais de partager un moment avec ceux qu'il ne pouvait pas considérer comme ses amis. Or le fait même qu'il ait accepté la requête de celle qui marchait à ses côtés présupposait qu'il la considérait, ou qu'il avait l'intuition de le pouvoir, comme telle. Mais il s'agissait d'un cas particulier. Pourquoi aller au devant d'un affrontement contre une amie ?... Voilà tout le caractère contradictoire du petit homme. Il cherchait à passer du temps avec quelqu'un qu'il estimait, et pour se faire, même une activité de ce genre lui suffisait. Et en même temps il ressentait une certaine peur à l'approche de l'instant fatidique. Est-ce qu'il allait découvrir de nouvelles facettes de la mage ? Est-ce qu'en connaissant certaines choses il ne pourrait plus lui parler comme avant ? Ou peut-être que de nouveaux pouvoirs allaient l'exalter et raviver la flamme de la bataille, comme cela avait été le cas au Domus. Tout cela dépendrait d'Arric...

Sans s'en rendre compte, ils trouvèrent finalement un lieu parfaitement isolé. Le pauvre moucon devrait attendre pour se faire engloutir, car les choses sérieuses étaient sur le point de débuter. Emil s'arrêta et jeta un regard à son adversaire dans lequel il essaya d'enfermer un peu de détermination, encore que ce qui ressortait le plus dans ces yeux vides se résumait à quelques bribes de joie car le petit mage allait donner un sens à toute la marche faite. Il déprit son sabre du fourreau et s'adressa à son ennemi.
.
"-Arrêtons-nous ici, la plaine me semble suffisamment vaste et déserte pour qu'on puisse se donner à fond.".

Il ne dit rien d'autre, et la provoqua d'un signe de main pour l'inviter à attaquer en première.

©odé par Ren


Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Mar 11 Nov - 16:42

C'EST L'HEURE DU DUEL !



Les deux individus étaient prêts à en découdre.


Confiante en Ryuki Emil, le jeune homme qui faisait office d’adversaire pour cette fois, Arric le suivit jusqu’à un endroit tranquille et spacieux de la Plaine de l’Espérance, qu’ils occupaient maintenant grâce aux conseils avisés de son adversaire porteur de cheveux blancs concernant l’emplacement le plus judicieux pour mener à bien le combat, sans gêner les créatures aux alentours ni troubler les éventuelles personnes présentes au sein de l’immense territoire vert de pâturages. La rencontre s’effectua quelques temps plus tôt, dans une auberge de Crocus, où Ryuki Emil aborda Arric en la questionnant sur le meilleur choix de viande, bœuf ou veau, servie dans l’établissement. S’ensuivit rapidement une ambiance mitigée en compagnie de mages appartenant à Sabertooth, réputée fière et égocentrique à ce qu’en dise les rumeurs locales. Désireux de se hisser au-dessus de tous, les membres de cette guilde n’hésitaient pas à provoquer des combats et/ou des défis, à se targuer d’être supérieurs aux autres et à user de la force pour imposer leur vision des choses, notamment quand Nora, une personne de Sabertooth sur les lieux de la fête, l’invita sans vraiment avoir demandé ni une permission ni un consentement à Arric, ce qui déplu assez à cette dernière, sans non plus déclencher ouvertement un conflit sanglant. Il se racontait même qu’une seule et unique défaite d’un mage de Sabertooth l’exposait à la punition ultime : le renvoi pur, simple et définitif de la guilde, sans pitié ni indulgence, condamnant le perdant à l’exil permanent sans retour possible, renié et rejeté par ses coéquipiers d’antan. Contrairement aux autres guildes, qui privilégiaient l’esprit de famille, d’équipe ou d’amitié, Sabertooth fondait ses principes de fonctionnement sur une base simple : la compétition. Aucune notion de pair ni de concept d’entraide. Toujours tenter de se hisser au sommet, dépasser ses limites, également celle des autres. Au moins, cette guilde en aurait pour longtemps à atteindre cet objectif suprême, sachant que le Conseil des Mages se tenait entre Sabertooth et leur but ultime. Il avait beau être restreint, le conseil était composé des éléments les plus prometteurs de Fiore, associant puissance, intelligence et mérite, en plus de posséder du charisme et de l’influence. Après tout, le Conseil des Mages représentait une haute instance hiérarchique, morale et sociale : sage et vénérable, chaque individu faisant parti du conseil jouissait d’une place de choix et enviée par la majorité de la population. S’attirer leurs faveurs offrait un avantage plus que conséquent pour l’heureux élu. L'on pouvait évoquer les Mages Saints en exemple supplémentaire.


Sauf qu’il fallait se concentrer sur le présent, maintenant, et ne pas se perdre dans les méandres de la réflexion.



- Ne nous retenons pas, très cher, et que le meilleur gagne ~


Arric répondit favorablement à la provocation polie d’attaquer en premier. La mage de glace comptait d’abord user de ses talents martiaux au combat en corps-à-corps avant d’intervenir grâce à la magie. Tirant ses lames de leur place d’origine, c’est-à-dire dans le dos, la demoiselle se mit en posture d’attaque, prête à fondre sur lui afin de décocher une première série de coups plutôt simples. Elle se doutait qu’il esquiverait ou parerait sans difficulté, les mouvements étant trop prévisibles pour ne pas les remarquer d’avance. Effectuant un bond en avant, Arric fila droit vers Ryuki Emil et lui asséna, pour commencer, une tentative de le pourfendre de ses deux lames levées ensemble en les abattant sur son sabre avec force de haut en bas, l’obligeant à contrer ou à esquiver. Elle enchaîna ensuite d’un estoc avec l’épée gauche, l’autre servant à menacer le flanc droit de son adversaire.


Exploiter des failles chez l’ennemi constituait la clé du succès.




Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:55, édité 1 fois
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Ven 14 Nov - 12:21
Le JE de l'assaut


"-Ne nous retenons pas, très cher, et que le meilleur gagne."

Lorsque ces mots furent prononcés, Arric extirpa de son dos deux lames droites : des épées à une main. Les long entraînements de Emil allaient finalement lui servir au combat face à cette fille qui avait un degré de polyvalence technique équivalent. D'abord les lames, puis la magie. Mais équivalent ne désignait pas l'égalité parfaite. Tout en partant de la même base, le petit homme bouillonnait déjà de savoir qui de son katana ou des épées de la mage l'emporteraient. Bien qu'ayant à peu près la même fonction, ils étaient loins d'être identiques. Toute la qualité d'un katana résidait dans sa légèreté et sa courbure, qui faisaient son tranchant sans commun pareil parmis les armes de même catégorie, et qui participaient aussi au potentiel de vitesse impressionnant du combattant. De plus, la courbe permettait souvent de contrer les autres lames en la faisait glisser dessus. Mais ces dites qualités constituaient l'objet en son ensemble : elles étaient aussi ces principaux défauts. Car face au poids d'une épée et à son écrasante victoire en pur rapport de force, la légèreté du katana ne valait guère plus qu'une pomme recouverte d'un acier fin. Enfin, c'était le cas d'une épée à deux mains. Les épées à une main, elles, étaient plus légères, et se rapprochaient du katana sans pour autant être aussi fragiles, mais elles compensaient la rapidité du sabre en couvrant des zones plus larges et en fermant les possibilités de contres. Tout cela faisait qu'Emil ne partait pas nécessairement gagnant... Qui du tranchant de Kokoro, son sabre récemment nommé, ou de la force des épées à une main d'Arric feraient l'avantage de leur maître ?

La jeune fille fonça vers le garçon dans une offensive totalement relâchée. Elle s'éleva dans les airs pour retomber ses deux lames en avant. Facilement prévisible mais aussi esquivable, Emil ne se gêna pas pour faire un pas de côté sur la gauche et la laisser fendre l'air. Le coup était vif mais peu engageant pour l'attaquante. Elle semblait attendre quelque chose, comme si le seul intérêt de ces petites passes se trouvait dans la puissance des contres plus que dans le résultat du choc. Le petit homme n'aimant pas qu'on se moque de lui abaissa son katana sans sourciller, devant ses yeux, mais la bretteuse avait déjà prévu d'enchaîner par un estoc, qui le fit reculer immédiatement, puis la seconde épée fila sur son flanc droit. Le Lamia fit un bond vif afin d'esquiver ce dernier, seule solution sure, et prit une distance suffisante pour arrêter net la furie lancée dans son élan. Il aurait certainement pu riposter, mais entrer dans le jeu de l'adversaire ne lui convenait pas au teint. Certes ils avaient convenu qu'elle lancerait l'assaut, mais ils n'avaient visiblement pas les mêmes clauses en tête : l'une souhaitait tester les compétences de l'ennemi tandis que l'autre avait déjà pris la décision d'y mettre toutes ses forces. Et il valait mieux dissiper les malentendus sans attendre.


"En garde."

Emil courut vers Arric pour ne pas lui laisser un temps de préparation trop long. Ayant quasiment atteint la portée de l'épéiste, il planta son katana dans le sol, le retira, et sauta pour parvenir au-dessus d'elle. Si l'on ne trouvait aucun sens à une action, c'est peut-être parce qu'il n'y en avait pas, ou peut-être simplement car on ne préfèrerait qu'il n'y en ait pas, et surtout dans un affrontement où le moindre détail pouvait mettre fin au jeu. Un manque de connaissance et de temps en quelques sortes. Une fois ceci accompli, il abaissa son sabre parfaitement face à son corps, en diagonale, de manière à se protéger et à compenser les ouvertures que provoquent nécessairement un assaut venant des airs. Car non seulement il n'y avait nulle part où s'appuyer, mais en plus la pression de la gravité faisait qu'on avait un temps de réflexion moins long, en cela qu'elle augmentait la vitesse et la puissance. Ce deuxième mouvement du petit mage constituait la première étape d'un changement majeur dans le combat qui se déroulait. Et ce changement, fondé par le moindre mouvement, allait peut-être faire tourner le cours de l'affrontement. Pour le moment, Arric pourrait très bien parer, contrer, ou esquiver l'assaut.


©odé par Ren

Spoiler:
 
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Mar 25 Nov - 16:17

INSTRUMENTS DE MORT.



Comment réagir contre cette attaque en piqué ?


Arric n’avait que quelques secondes de réflexion devant l’assaut de Ryuki Emil. Ce dernier détenait la fluidité des mouvements et la légèreté de son sabre pour lui. Quant à la mage des glaces, ses atouts résidaient dans la force de frappe brute des épées jumelles utilisées et ses capacités de duelliste ambidextre durement apprises auprès de Jason, mercenaire habitué au combat et professeur de lutte d’Arric quelques années auparavant. Grâce à cet adulte, la demoiselle réussit à parfaire sa maîtrise du corps-à-corps et à imiter convenablement les techniques enseignées, la hissant au même niveau qu’un combattant expérimenté. Une élève jeune et de petit gabarit, certes, mais néanmoins entraînée et disciplinée dans ce domaine. De quoi surprendre plus d’une personne dubitative à son sujet. Il est bien reconnu que les apparences peuvent être trompeuses et que sous-estimer un individu qui, finalement, ne se révélait pas être celui que l’on pensait au départ, tournait la situation à son bénéfice par la suite, une fois la vigilance de la cible baissée et ses moyens perdus. Aucune chance, même infime, n’était généralement accordée à celui ou celle qui ne redoublait pas de prudence. Arric fonctionnait ainsi, surtout depuis l’embuscade des mécréants qui la tailladèrent à tout jamais dans sa chair, telles des inscriptions dans le marbre. Les cicatrices, dorénavant recouvertes avec des piercings en forme de plumes, masquaient les blessures d’Arric et rappelaient, par leur présence, l’hostilité du monde de Fiore et les fautes impardonnables qui coûtaient des vies bêtement. Retenir l’erreur afin de ne plus la reproduire à l’avenir, un credo simple et facile à appliquer. L’ayant laissé agir à sa guise pour préparer son attaque, Ryuki Emil contre-attaqua d’une manière aérienne en brandissant son katana avant de le placer vers le bas, le long de son corps, peut-être pour que l’aérodynamisme l’aide à gagner de la vitesse, après la récupération du sabre planté dans le sol, un peu plus tôt.


- L’initiative est un des piliers de la victoire ! ~


Sans prévenir, Arric effectua un saut en direction de l’adversaire, mais pas seulement. La mage des glaces combina cette action avec une autre, qui consista à étendre ses bras sur les côtés, aplatissant horizontalement ses épées, et tournoyant sur elle-même, la duelliste se transforma en véritable tourbillon métallique. Toutefois, la manœuvre comportait autant un avantage qu’un inconvénient : elle soumettait l’ennemi à une attaque inattendue qui résultait, le plus souvent, par un écartement difficile en l’air à l’improviste dans le but d’éviter les dégâts potentiels, ou alors maintenir sa position et se pendre les dommages. Cependant, en contrepartie dans le second cas, Arric subirait également une/des blessure(s) si l’opposant restait dans sa posture actuelle, et visiblement, Ryuki Emil comptait rendre la monnaie de sa pièce à la mage des glaces. Raisonnement logique et légitime. Elle pâtirait donc des conséquences de cette aubaine, tout comme lui. Arric n’esquiverait pas, ne parerait pas et ne reculerait pas. Elle assumait parfaitement son acte.


L’acier courbé et solitaire mordit la peau blanche. Les sœurs de fer froid et inséparables obtinrent justice en répandant le sang.


Les deux combattants, revenus au sol, se fixaient dans les yeux. L’épaule droite d’Arric fut touchée, le fluide vital et précieux s’écoulant le long de son bras par l’ouverture volontairement infligée du katana, obligeant Arric à serrer légèrement les dents suite au vif picotement provoqué par cet incident physique. Sauf que des gouttes, d’un rouge bordeaux, tombaient au sol sous le jeune homme, ayant apparemment reçu le même châtiment que la demoiselle, mais elle ne savait pas à quel endroit.
Leurs actions téméraires et risquées, à chacun, les récompensa dignement et équitablement.



Elles annonçaient aussi la fin des plaisanteries.
[HRP]
Spoiler:
 



Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:55, édité 1 fois
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Mer 26 Nov - 8:08
Le blanc passe au rouge


L'art du katana se matérialisait sous la forme d'un moyen de combat, difficile à maîtriser mais solide et certain. Cependant ce n'était guère la seule manière d'envisager la discipline, et la diversité des arts faisait naître pendant les affrontements une puissance inégalable autrement. Tout résidait dans le choc entre les différences, dans l'improvisation du moment, dans la découverte de l'autre. Arric avait su trouver cet équilibre entre découverte et habitude. Alors que Emil se jetait à bras ouverts sur son adversaire, il n'avait pas imaginé une seule seconde qu'elle en ferait de même, étant bien trop règlé par tous les entraînements de son enfance où la meilleure réponse à l'offensive était une esquive pour un contre. La position du jeune homme ne permettrait qu'une chute douloureuse ou un simple subissement de l'action entreprise. Il ne recula donc pas, ce qui n'aurait pas été à son avantage, tandis que la bretteuse élevée dans les airs tendait ses épées l'une dans la lignée de l'autre, tournoyantes à l'image d'une tornade. Un seul toucher du flanc gauche d'Emil suffit à déchirer sa chair et projeter des gouttes de sang, amenant irrémédiablement tout son corps au sol avec la force de l'épée. Mais son katana avait réclamé son dû en premier, laissant une trace visible dans l'épaule de la jeune fille. L'échange était fait.

Un échange de coups, et de sang. La technique de la mage de glace résonnait comme une fabuleuse preuve de courage à l'esprit du petit avide de découvertes qui ne pouvait que l'honorer intérieurement. En même temps, cette méthode bafouait les traditions à la recherche de la seule victoire : il était ainsi partagé... Mais pas indécis. Il devait prendre sa décision. Continuer comme cela se présentait malgré les risques, ou s'arrêter ? Au fond, il savait que leurs furies, une fois déclenchées, ne mèneraient qu'à l'anéantissement des deux partis. Comme les deux adversaires avaient repris pied à terre, Emil chercha sa réponse à travers elle. Le regard de son adversaire ne manquait pas de signes, il fallait un signal, un je-ne-sais-quoi indicible et exultant qui ne demanderait qu'à s’extérioriser, une fureur de vaincre sensible. Et ses yeux n'en manquaient pas semblait-il au petit mage. Les pupilles violettes ne fixaient qu'un point : lui. Or seul un idiot déciderait de continuer sachant pertinemment que l'affrontement finirait par une pluie de sang issue de la confrontation de deux volontés inébranlables, et de deux armes aussi violentes que tranchantes. Il se releva, bien que ressentant la douleur sur son flanc coupé d'un bon centimètre, attrapa son katana, et le rengaina. Qu'importe ce qu'elle ferait. Le moment était venu de se déchaîner...

"Les choses sérieuses commencent", prévint-il en souriant.

Le petit mage surmonta la douleur. Ou plutôt il s'en servit : elle décupla ses instincts présents. La possibilité de défaite que représentait sa blessure réveilla la bête qu'il cachait. Un large rictus apparut sur son visage et il fonça sur sa cible enragé et assoiffé de victoire. A une petite distance d'Arric, son pied entra fermement en contact avec la terre. Ce point de rencontre était le trou fait antérieurement par le katana qui catalysa, et démultiplia par la suite, les effets de la magie du Crash. Le gamin transformé se retint et mit son pouvoir en moyenne quantité dans son poing droit, puis se lança sur la fille tandis que le sol s'effondrait sous son corps à cause de la magie.

Mais... quel corps ? Celui de Arric... ou celui d'Emil ? Cela aurait été trop simple que ce soit celui de la fille. Le Lamia venait de briser le sol en contact avec lui, et bel et bien sous lui-même. Il percuta ensuite avec son poing le centre de l'impact précédent, ce qui fit monter en l'air tout ce qui venait de se briser : morceaux de roches ou de terre, tous plus ou moins grands. Enfin, avec une dernière utilisation très peu consommatrice, il les rejeta sur son adversaire grâce au Crash entourant son corps comme une barrière de rejet. Les sens autant que les ouvertures de la bretteuse s'en feraient ainsi bien plus nombreuses : les rejets fragiles bloqueraient partiellement sa vue, son ouïe, et son odorat, et les cailloux et autres solides la gêneraient dans ses mouvements. Emil poussa un cri. Il ne restait plus au garçon incontrôlable qu'à concentrer au maximum son pouvoir dans son poing gauche, et viser l'estomac de Arric en espérant la projeter dans le sol à pleine puissance pour en finir en un coup. Même si elle ne le prenait pas à pleine puissance, l'ampleur du coup faisait qu'au moindre contact il faudrait au minimum le parer pour ne pas être largement déstabilisé. Mais rien ne disait aussi qu'elle ne pourrait pas esquiver ou trouver une autre solution...

©odé par Ren
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Ven 5 Déc - 13:24

RETOUR À L'ENVOYEUR.



Limite des préliminaires dépassée.


Le point de non-retour fut franchi dès l’apparition du pouvoir d’Emil : la scission des choses touchées par contact physique. C’est ce qu’Arric constatait à première vue, en tout cas. Etayer sa réflexion en pleine action serait à coup sûr plus fatal que profitable. L’essentiel venait d’être révélé, la menace principale découverte et l’enjeu montait d’un cran. Il fallait, dès à présent, déjouer cette soudaine approche au corps-à-corps, dont les paramètres dressaient un tableau en faveur de l’épéiste, cette dernière confortée dans ses craintes et ses prévisions : le jeune homme préparait le combo à l’avance, créant le trou avec son sabre et divisant les morceaux par éclatement grâce aux fissures. Phénomène normal, exactement comme en géologie, mais à part que les effets furent naturels dans la situation actuelle. Les projectiles, censés déstabiliser la demoiselle, eurent le résultat escompté, jouant le rôle de diversion afin d’ouvrir plus d’une faille dans la garde ennemie et y porter des attaques d’opportunité.


Brillante stratégie. Sauf qu’Arric anticipa la réaction la plus adéquate : ne pas voir l’ennemi. Lors des projections, la bretteuse fut obligée de fermer les yeux et d’abriter son visage derrière ses bras, préservant ainsi non seulement sa vue, mais étendant également sa perception via ses autres sens, particulièrement l’ouïe. La recherche auditive d’un quelconque indice trahissant son adversaire fut prometteuse lorsqu’Emil laissa son cri sortir. Elle s’étonnait qu’il s’emporte dans un tel sursaut d’humeur au milieu d’une confrontation, Arric se souvenant du gentil homme bienveillant, tranquillement posé à l’auberge de Crocus. Possédait-il une rage excessive en période de lutte intense ? Parviendrait-il à se reprendre en condition correcte, ou la combativité insatiable d’une bête assoiffée de fureur surviendrait-elle ? Le temps manquait malheureusement pour trouver une réponse claire. Cependant, Arric ne resterait pas ébahie devant une hypothétique explosion de violence lui arrivant droit dans la figure. Yeux clos, sourcils froncés, la duelliste s’apprêtait à user de sa propre magie.


Une gestuelle simple mais nécessaire, consistant à poser les deux mains par terre, permit à Arric de lancer son sort.



- Montrons la porte à notre ami ! ~


La mage érigea promptement un imposant bouclier de glace aussitôt qu’elle leva sa main droite vers le haut, maintenant celle de gauche au sol. D’apparence rectangulaire, l’abri mesurait approximativement deux mètres de largeur et de longueur, doté d’une épaisseur d’environ cinquante centimètres. Cette précaution valait son coût d’exécution en énergie et en temps, car même si Arric n’apercevait pas l’expression faciale d’Emil, son exclamation orale ne laissant place à aucun doute quant à la colère qui chargeait son prochain coup, qu’il soit avec sa magie, son katana, sur/ses poing(s), son/ses pied(s), ou n’importe quel autre moyen. Or, la résistance du bouclier dépendrait grandement de l’investissement fourni par la détentrice de la magie associée à la création de glace qui sauverait sa peau. Pas d’hésitation sur la démarche à livrer pour ça.


Le choc est brutal. Il fait reculer involontairement Arric de quelques centimètres en arrière, accrochant la terre et l’herbe en les labourant de ses doigts, tendant haut son autre bras. Elle serra les dents à cause du picotement de sa blessure à l’épaule et du souffle engendré par la rencontre de l’élément étranger sur le solide rempart givré, tel des défenses immunitaires repoussant un virus. Les parties volantes de la Plaine d’Espérance retombèrent, autant que la poussière. Arric demeurait dans l’obscurité qu’offrait son regard clos. Le son des sillons craquelant signifiant la dégradation sévère du mur arracha un fin sourire en coin à la mage : le mur avait été profondément entamé, certes, mais ne céda pas. Objectif prioritaire réussi.


Au tour de la contre-attaque. Arric rangea mécaniquement ses épées dans le dos.



- La glace qui coule dans mon âme doit poursuivre son chemin…


Arric leva bien haut ses bras, poings fermés, son visage dissimulé dans l’ombre de la construction partiellement détruite.


- … Et conquérir !~


Arric abaissa ses poings sur l’humus, forçant le jaillissement de piques givrées et effilées, penchant vers l’avant depuis une crevasse béante, en direction d’Emil. Ces « crocs », coupants et froids, surgirent sur une bonne dizaine de mètres, en dent de scie, c’est-à-dire à taille inégale. La mage des glaces enchaîna par une autre action directe, ne se laissant pas le temps de clarifier les mouvements d’Emil : avait-il esquivé ? Reculé ? Foncé dans le tas ? Elle connaissait juste sa position et effectua prestement un bond sur le sabreur, après avoir littéralement réduit en morceaux son œuvre protectrice glacée, déjà vachement ébréchée, avec sa nouvelle arme, reproduisant la tactique de diversion provoquée grâce aux gros bouts de mur.


Arric tenait, levée à deux mains au-dessus de sa tête, une Morgenstern de taille non négligeable, impossible à louper d’aussi près.



- Voyons voir si mon amie saura calmer tes ardeurs, cher adversaire ! ~


La demoiselle comptait bel et bien abattre cette création magique sur la tronche du jeune homme.


Aurait-il assez de trempe et la tête suffisamment dure pour encaisser ?


Elle allait le savoir d’ici une seule et unique seconde.



Délai accordé avant impact.



Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:55, édité 1 fois
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Mer 17 Déc - 19:09
Bleu, blanc, rouge !


Le coup fit effet. Mais pas comme escompté. Entre l'initiative du jeune homme et l'impact, un mur de glace s'était malicieusement dressé en protégeant Arric de la charge dévastatrice du Crash. La glace avait surpris Emil sans toutefois l'étonner. Qui de mieux placée qu'une personne aux cheveux argentés, un peu distante et réservée, pour arborer un tel élément ? La simplicité et l'unité des traits de caractère de la fille entrait en parfaite symbiose avec sa magie, élégante et ferme. Ce premier sort renfermait parfaitement la fermeté... Malgré tout, il devait résister à une magie dont la puissance destructrice était reconnue. Le bouclier ne résista donc que partiellement, et ce qu'il en restait après le choc se résumait à une fine plaque de glace entourée des débris de son état initial. Attention : l'exploit n'était pas des moindres. Arrêter Emil dans sa course sans prendre de dégât alors que les deux combattants semblaient avoir à peu près le même niveau, ce n'était pas rien. Surtout que dans la nature la glace n'a pas une réputation de solidité à toute épreuve. Et encore, ça ne faisait que commencer !

Le gamin mit quelques secondes à se remettre pour comprendre ce qui venait de se passer. Un peu sonné par un tel impact. Il ne réalisa la gravité de la situation que lorsque des crocs de givre mordants fuirent du sol dans sa direction, non sans une once de vitesse. Ses réflexes de combat étaient aiguisés, pas surhumain : sa première erreur fut de reculer. Si son petit cerveau avait bouilli un peu plus un tour de neurones lui aurait suffi pour comprendre qu'en faisait un pas de côté, du fait que son adversaire jouait complètement à l'aveugle dans la poussière, il aurait mit son corps à l'abri. Mais dans le cas présent cette erreur couplée à la rapidité de la contre-attaque eurent raison de ses réflexes. Les griffes le rattrapèrent et l'une d'entre elles perça la chair de sa cuisse sur cinq bons centimètres. Rien de bien grave. Enfin peut-être que si en fait.

L'attaque n'alla pas plus loin et Emil put reprendre un appui stable sur le sol afin de se remettre un instant, tout en pliant légèrement sa jambe gauche touchée. La plaie le lacérait violemment. Toutefois ce qui le lacérait encore plus, c'était la possibilité d'une défaite. Il savait pertinemment qu'Arric n'allait pas en rester là, et que le temps de la douleur ne pourrait être transcendé que par celui de la victoire. Entre une blessure au flanc et une à la cuisse, l'avantage n'était pourtant pas forcément de son côté... Enfin, a priori.

Alors qu'il venait de se poser au sol, un troisième et dernier assaut de la jeune fille l'aurait rapproché de la défaite. Et ça ne manqua pas : tandis que la poussière du choc de la destruction du mur se dissipait, elle apparut avec une morgenstern en plein saut. Une arme tout aussi destructrice qu'une certaine magie, mais lourde et difficile à manier. Elle n'en aurait pas fait un peu trop ? Même s'il faut avouer que les pics qui surmontaient le poids de la morgenstern étaient bien vus face à un utilisateur de la Crash Magic, de telle sorte que même en la désassemblant il soit blessé à l'impact, l'originalité ne rejoignait pas forcément l'efficacité.

Effectivement, Avec une arme si lourde s'enfoncer dans le sol ne relevait pas de l'impossible. Mais en plus son maniement ne devait pas être aisé avec une blessure à l'épaule... Alors que pouvait-on en tirer ? Une esquive ? Cela aurait été idéal, mais la jambe d'Emil lui faisait trop mal. Et puis ça aurait fait beaucoup à penser pour le petit mage dans la situation d'urgence dans laquelle il se trouvait. Non, plutôt que d'avoir recours à de quelconques stratégies trop compliquées à exécuter, il profita de la force adverse. Il ne tergiversa pas : un simple regard lui suffit. L'épaule, le poids. Tout était prêt.

La magie du Crash était difficile à maîtriser. A tel point que gérer les déplacements, un katana, et la magie, était tout bonnement impossible. En temps normal, il usait donc d'abord de son arme tranchante, puis du Crash. Mais lorsqu'il n'y avait aucun déplacement à gérer, et que l'utilisation de la magie se limitait au renforcement du pouvoir qui l'entourait constamment, ça lui facilitait la tâche. Puisque Arric lui bondissait dessus, la force venait d'elle. Emil, voyant parfaitement son épaule mal-en-point, dégaina son katana et tendit son bras vers ce point. Il plaça son autre bras devant lui comme une garde, afin de maîtriser son renforcement de pouvoir pour en user comme un bouclier de Crash Magic.

Si la mage de glace venait à s'approcher trop à cause de son élan, couplée à la puissance de la morgenstern bien difficile à arrêter, son épaule serait simplement percée, voire transpercée. Si elle lâchait l'arme avant alors elle n'aurait pas le temps de mettre le coup, et l'échange ne mettrait pas fin au combat (même si Emil resterait plus gravement blessé à cause des stalagmites perforantes)... Pourquoi ce bouclier de Crash dans ce cas ? En fait, la morgenstern avait semble-t-il une plutôt bonne portée. Donc même si Arric ne déployait pas ses bras au maximum, ce n'était pas impossible qu'elle touche avant le katana. Le bouclier lui permettait de résister un minimum le temps que, emportée par l'élan, la lame perce tout de même l'épaule d'Arric. Mais vu la puissance déployée par la boule à pics, le choc finirait sûrement par mettre Emil à terre. Pour ce qui est de la jeune femme, elle se prendrait alors le katana.

De là à ce que ça ait raison d'elle, affaire à suivre...

©odé par Ren
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Sam 10 Jan - 15:45

CRUEL FORAGE ORGANIQUE.



L’adversaire se relèverait-il de cet assaut ?


Étrangement, cette situation lui rappela une ancienne scène, passée avec son professeur, Mandus. Un duel s’apprêtait à être accompli entre l’élève et le mentor. Les deux combattants, en garde, s’attendait mutuellement, l’un guettant le premier geste de la part de l’autre pour répliquer. Durant la seule et unique seconde qui séparait l’impact entre la morgenstern et la cible, Arric eut l’impression que ce souvenir fut rediffusé en direct, et s’éternisa tout le temps nécessaire, les minutes s’engrangeant comme le foin dans la grange ou le blé dans les greniers de ravitaillement.


Mandus rejeta la tête en arrière et beugla le cri sourd, primal et profond d’un duel traditionnel. Pour sa part, Arric y répondit par un hurlement perçant à faire saigner les tympans, presque aussi puissant que celui de Jason et, comme Mandus s’y était attendu, elle chargea aussitôt.


Mandus maintint sa position, permettant ainsi à la jeune fille de courir vers lui, armes au clair. Arric faisait tournoyer l’une de ses lames au-dessus de sa tête. Mandus savait que le son strident, produit par les sillons creusés sur le fer des épées, leur avait donné une identité propre. Ce bruit, qui terrorisa les bandits embusqués avant le sauvetage de la dévêtue par le vieil homme, laissait Mandus de marbre. Au dernier moment, avec une grâce que sa corpulence ne permettait de deviner, l’homme fit un pas de côté et laissa Arric le dépasser, propulsée par son élan. La demoiselle essaya bien de ralentir et y parvint presque, mais Mandus saisit son bâton robuste et frappa avec dans le bras droit d’Arric.


La mage des glaces poussa un cri de surprise, d’affront et de douleur, et desserra sa prise sur ses armes. Mandus baissa sa tête encapuchonnée et l’enfonça dans la blessure, jetant au sol Arric qui faillit lâcher ses épées. Si la manœuvre avait fonctionné, tout aurait été perdu pour la demoiselle. Une fois les armes à terre, les règles énonçaient (plus tôt) sans équivoque qu’elles ne pouvaient être récupérées, par aucune des parties.


Mandus brandit son fidèle bâton et le plongea vers le sol, mais Arric roula de côté au dernier moment. Le bâton traça un sillon à côté de la jeune fille et se ficha dans la terre par l’embout. Mandus perdit une précieuse seconde à tenter de la dégager, favorisant ainsi son adversaire qui parvint à se relever. Arric, apprentie guerrière, avait failli perdre ses armes et Mandut fut le premier à verser le sang.



- « Bien joué, maître, dit Arric en haletant légèrement. J’admets avoir sous-estimé votre vitesse. Il semblerait que seul votre arme vous fasse défaut ~ »


- « Ce sont tes railleries qui manquent d’esprit, chère élève, et encore plus maintenant, rétorqua Mandus en fixant son adversaire. Garde ton souffle pour la bataille et je garderais le mien pour te changer des berceuses au lit dans ma grande mansuétude, si tu es sage ~ », finit-il par dire en riant.


Il était vraiment trop facile d’énerver Arric, même en plaisantant, songea Mandus. Le front de la jeune fille se rida face à cette gentille offense, qu’elle ingurgita en riant avant de pousser un grognement et de charger. Elle maniait ses lames avec adresse. Mandus les sentit fendre l’air et entendit le chant furieux des armes lorsqu’il esquiva tout juste le coup. Arric n’était pas idiote, elle apprenait de ses erreurs. Elle ne se méprendrait pas une seconde fois sur le vieil enseignant.


Mandus baissa la tête, frappa la terre de son pied droit et chargea. Arric hurla un cri de guerre et leva ses lames pour piéger l’homme en les mettant sur sa gorge. Au dernier moment, Mandus s’arrêta, vira à gauche et se rua bâton en avant vers la poitrine à demi exposée d’Arric. La mage écarquilla les yeux et eut tout juste le temps de pivoter pour que le bout du bâton frappe son épaule droite plutôt que son ventre. Ce fut un coup dangereux, et il aurait pu être mortel. Néanmoins, blessée au bras et à l’épaule, Arric se retrouvait considérablement affaiblie.


Elle hurla de douleur et de rage, comprimant la plaie de sa main libre après avoir lâché son épée, et empoignant la lame dans son bras valide de l’autre. Mandus retira le bâton en éprouvant un léger sentiment de pitié. Cette brève hésitation permit à Arric de brandir sa lame à deux mains de son bras blessé, non sans difficulté. Aussitôt, Mandus empoigna son illustre bâton des deux mains et la souleva pour se protéger. Puissant et solide, l’antique équipement de combat avait connu bien des péripéties et Mandus s’en était déjà servi de la sorte pour parer des coups.


L’épée poussa un cri glaçant tandis qu’elle s’abattait.


La rétrospective s’arrêta, mettant Emil Ryuki à la place de Mandus. Sauf qu’Arric bondissait de nouveau sur un adversaire, massue pointue en l’air, prête à fondre sur l’ennemi juste en face. C’est avec un sourire caractérisant la hardiesse de la demoiselle et des yeux ardents de résolution qu’elle déclara, tout en bougeant ses bras et en dirigeant l’arme massive vers le jeune homme par le côté.



- La douleur, c’est dans la tête ! ~


Le choc est retentissant. La lame longue creuse la chair sans souci puis traverse l’épaule sans pitié, emmenant la moitié de la lame passer de l’autre côté du corps. Arric serre les dents. C’est vraiment très douloureux et brûlant, certes, mais ça en vaut grandement la peine. Un geste non regretté.


L’impact entre le corps et l’arme provoque des vibrations dans les bras de la mage des glaces, et fait gicler davantage de sang par la blessure aggravée. Cependant, c’est avec ténacité que ses doigts restèrent fermés sur le manche de la morgenstern et que cette dernière entra en collision avec le bouclier. Se mettant à crier de rage, l’épéiste poussa un hurlement, couplé au bruit sourd de la masse d’arme rencontrant un être-vivant et annonciateur de mauvais augure, qui ressemblait beaucoup à celui du duel avec Mandus. Un son de témérité et de persévérance, quoi qu’en dise son système nerveux alarmé par l’intrusion d’un corps étranger métallique dans son épaule, qui y était peut-être toujours figé si Emil ne décidait pas de l’enlever d’ici peu. Qu’importe ! Il fallait continuer jusqu’au bout. Ne pas croire en soi-même est le début de la déchéance, et ça ne lui arriverait jamais.


Quelle issue se désignerait à la demoiselle au stade de leur combat ? Qui gagnerait ? Qui mourrait potentiellement ? C’est une question qui se posait, effectivement, au vu de leur état bien entamé.



Tout dépendrait de la riposte du chevelu de neige aux yeux d’émeraude.

[HRP]
Spoiler:
 




Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 16:56, édité 1 fois
Emil Ryuki
Le MonstreLe Monstre

avatar

Messages : 128
Date d'inscription : 19/05/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale.
Magie / Malédiction / CS : Crash / Magie du Crash

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.215
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Lun 12 Jan - 18:11
Lui ?! C'est moi. Et elle.


Il y avait tout un monde entre nos deux regards. Pourquoi Arric se battait ? Pourquoi je me battais ? Qu'est-ce qui la faisait vibrer ? De longues passes d'arme furent nécessaires à la compréhension que je pouvais avoir vis-à-vis de ses convictions, et de ce qui les différenciaient des miennes. Mais même si ma nonchalance s'opposait complètement à son caractère, il me semble que je pourrai finalement la considérer, sans autre forme de discussion, comme une amie.

Ses décisions étaient surprenantes. Alors que je me tenais dans une position immobile, accompagné d'une défense puissante couplée à une attaque ciblée mais violente, Arric se rua sur moi. Elle savait pertinemment que sa morgenstern, à la puissance hors du commun, n'allait pas me laisser indifférent. Il lui suffisait en effet de rentrer en contact avec mon corps avant que le Crash n'ait pu faire son effet. Et vu mon état de fatigue la tâche était plus simple qu'elle ne le paraissait. Mais ce n'est pas ce qui me marqua le plus. La morgenstern ? Une arme contondante de cet acabit ne me faisait pas peur. Ce qui m'effraya soudain, ce fut la mage de glace. Solide, inébranlable. La jeune femme se jeta sur la pointe de mon katana, qui fixait le ciel, avec une telle ferveur qu'elle fit fondre mon faible esprit combattif. Elle, qui se trouvait alors entre glace et feu, laissa la lame de fer percer son épaule avec une force inouïe, dans un retentissement aux sonorités tranchantes, déchirantes, violant son corps pour vaincre avec son âme. Le sang gicla, créant une danse de mouvements, et moi j'étais là : figé.

Que faire à cet instant ? Je me sentais spectateur, pourtant j'étais acteur. Mon sang, comme résonnant avec celui de mon adversaire, ne fit qu'un quart de tour pour me le rappeler. La mage venait de montrer sa persévérance tandis que moi, prenant conscience de l'importance qu'elle accordait à l'affrontement et de sa détermination, je venais de me faire une amie. Les qualités déployées par Arric comptaient en effet parmi les qualités essentielles à mes connaissances proches. Ma décision prise, je ne pouvais décemment blesser ma camarade à un tel degré. Dès lors que j'avais compris qu'elle irait jusqu'au bout, je lâchai mon katana et me concentrai sur l'arrêt de la boule à pics. Si j'avais choisi de retirer la lame, le sang aurait coulé d'autant plus que ça aurait fini par être dangereux, et c'était inenvisageable. Ma concentration se fit donc toute entière dans le bouclier de Crash.

Il fallait à tout prix que je détruise l'arme de glace. Mon second bras vint rejoindre le premier pour augmenter la quantité de pouvoir employé, mais avant même que je ne puis le faire, les pics rentrèrent en contact avec mon torse. Ils le touchèrent dans un premier temps, le marquant de trois légères plaies, puis ce fut au tour de la boule. J'avais oublié un point fondamental depuis que mon attention se portait sur les piquants : le poids de la morgenstern. Lorsqu'elle percuta mon corps, je fus hébété. Presque assommé. Mais tenir bon face à cela faisait partie de ce que je devais faire. Le sol s'effritait sous le choc entre le Crash et la glace, et je m'enfonçai dans le même mouvement. La douleur ne me ferait pas reculer. Jamais. La glace se fissurait; mon esprit, chutant, s'accrochait au bord. Mes deux bras s'écartaient sur le côté pris dans le champ de l'arme, alors qu'elle se craquelait. Tout mon être jeta ses dernières forces. Et puis, finalement, la morgenstern se brisa.

Le danger écarté, mon esprit retrouva les limites qui l'empêchaient d'aller trop loin. Je rattrapai Arric qui me tombait dessus, plaquant une main sur son épaule intacte, et l'autre sur son flanc opposé. Je la déposai enfin, allongée sur le côté près de moi, afin que le katana ne s'enfonce pas plus dans son articulation. Elle me semblait consciente, même bien consciente malgré sa blessure, mais je n'en étais pas sûr. Ma vue brouillée par la soudaine fatigue ne me permettait pas d'en observer plus, et mes jambes, dont l'une blessée, ne me permettaient pas de me lever. Je m'assis donc devant elle et sortis de ma tenue quelques bandages, souvenir d'un ancien combat. Mes compétences médicinales étaient trop faibles pour enlever le katana sans danger puis bander la plaie pour arrêter l'hémorragie qu'il en résulterait. Cependant, considérant que j'étais au bord de l'évanouissement, je n'avais pas d'autres choix. La laisser seule ainsi sans autre aide était inconcevable. La question de savoir si je pouvais le faire ou non n'avait aucun sens : je devais le faire.

"Arric, pardonne-moi , ça va faire un peu mal. Et puis aussi... pardon d'avoir interrompu le combat. Disons que j'ai perdu, d'accord ?"

J'empoignai le katana et pris appui sur l'épaule dans le but de les séparer.
"Tu ne connais pas une chanson ?..."



*Quelle situation de merde... *

Ma main gauche partit d'un coup vers l'arrière, retirant la lame. Immédiatement et les yeux fermés, non seulement par fatigue, mais aussi par dégoût, je bandais rapidement l'épaule avec le tissu. Le sang parut alors s'échapper, j'attrapai donc mon col, qui se détachait facilement de ma veste, puis poursuivis le bandage avec. Visiblement, plus rien ne passait au travers, mais je ne pensais pas que ça allait durer. Malgré cette blessure exceptionnelle, Arric paraissait toujours en meilleur état mental que moi, même si elle souffrait. Il fallait vite que l'on trouve, soit elle, soit moi, un médecin pour nettoyer la plaie. Et tandis que j'avais enfin fini ce que je devais faire, je me rallongeai sur le sol, exténué. Mes yeux se fermèrent, mes pensées filèrent, et mon esprit étant presque apaisé, mon corps chuta dans un profond sommeil.

A ce moment-là, j'aurais aimé lui dire. J'aurais aimé lui dire qu'à l'instant décisif où je l'avais blessé, elle était devenue mon amie. Que je ne pourrai pas me pardonner de l'avoir atteinte si violemment. Elle combattait pour sa fierté, pour son honneur. Moi je ne trouvais pas d'honneur dans le fait d'aller jusqu'au bout, dans le fait de se battre jusqu'à la fin. Du respect ? Peut-être. Mais la seule chose qui m'avait longtemps torturé, c'était cette blessure. J'avais violemment blessé une amie. A quoi bon respecter l'autre dans des traditions guerrières si on ne peut même pas respecter son corps ?! J'avais mal. J'avais encore blessé une amie. Et malgré tout, je m'en étais aussi fais une. Devais-je rester loin d'elle ? M'éloigner pour ne pas la blesser à nouveau ? Mais à présent qu'Arric était devenue une alliée, rester distant n'aurait fait que la blesser d'autant plus. Je devais rester près d'elle lorsque cela serait nécessaire. Et contrôler mes temps de rage lorsque cela serait nécessaire. Je l'avais décidé. Pour ma chère amie, Arric Jesmetine.


©odé par Ren

Spoiler:
 
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 211
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   Ven 30 Jan - 23:52

UN ABOUTISSEMENT CONCLUANT.



Ne pas fléchir.


En aucun cas, il ne fallait qu’Arric flanche. Trop de paramètres rentraient en compte et trop de choses restaient à accomplir pour que sa fin n’advienne maintenant, sur ce sol totalement délabré par les actions du duel, la destruction provoquée à cause de la Crash Magic et les dégâts collatéraux provenant de la Ice Make en prime, le tout dans une valse si passionnée que les deux combattants se perdirent, l’espace de quelques secondes, dans un cocon infranchissable et verrouillé dont eux seuls avaient accès. Quiconque se serait mis sur leur chemin aurait sûrement payé le prix fort. Mais aucune interruption ne vint de la part d’acteurs ou de facteurs étrangers à la lutte effrénée et acharnée.


Arric osa se remémorer les précédentes minutes avant son court évanouissement due à l’émotion. Sa tête lui faisait mal, tel un marteau qui tapait sans cesse contre son crâne, et elle leva sa main droite dessus pour espérer, vainement, tenter d’apaiser la douleur qu’abritait son cerveau malgré elle et lui. Ce mouvement la piquait étrangement en haut du bras, brûlant près de son omoplate. Son regard se posa tout autour d’elle. Les environs se retrouvaient avec la terre défigurée, l’herbe sauvagement arraché du sol et éparpillé çà et là, tandis que des éclats glacés et solides jonchaient l’humus fertile, nourrissant à la fois les Moucons naturellement et les ambitions des Humains qui foulaient ce territoire plat et vert. Mais pas seulement. Il s’abreuvait aussi du sang des êtres vivants.


D’ailleurs, le sang ne giclait plus et ne coulait plus. L’hémorragie s’était-elle arrêtée ? Portant sa main gauche, libre, jusqu’à son épaule droite, la demoiselle sentit des morceaux de tissu barrer la route pour parvenir à la blessure profonde, ouvrant un trou de chaque côtés sans qu’elle le sache physiquement, mais en se rappelant juste la profondeur de pénétration du katana, dont elle avait clairement distingué le bout dépasser de sa chair, signifiait assez simplement que son épaule fut empalée sur le sabre long et légèrement courbé de l’épéiste confirmé qui fut son adversaire. Ses souvenirs proches ne s’arrêtaient pas là. Ils défilaient dans sa tête, logés dans un coin récent.


Emil s’excusait. Oui, il demandait pardon pour deux choses. Lesquelles, déjà ? Ah ! Pour la souffrance qui comptait arriver, à travers l’extraction de sa propre arme logée auparavant dans l’épaule, mais également pour l’interruption inopinée de la « rixe », si l’on pouvait encore la qualifier ainsi. Moui, ça se tenait et ce fut une bagarre amicale. Agitée, mais sans aucune inimitié apparente. En revanche, l’extirpation soudaine pour tout régler d’une traite la fit hurler pendant cinq secondes. Quelle autre parole il prononça, précédemment ?... Hum… Une chanson lui revenait en mémoire. Eurêka ! Arric fredonnait une chanson de son enfance, quand sa mère la berçait, et qu’elle chantonna aussi à la fin du combat face aux bandits embusqués, avant et pendant le sauvetage de Mandus, jusqu’à épuisement complet de toutes sa vitalité, avant de se réveiller, soignée à l’abri par son vieux mentor. Bien sûr, cette musique fut entonnée avant que l’arme blanche ne soit retirée pour distraire la mage.


S’efforçant de ne plus penser aux maux de ses blessures ni aux peines qui assaillaient la bretteuse, Arric se remit debout en tenant toujours son épaule vivement écorchée. Mais Emil semblait salement amoché, vu qu’il avait pris en pleine poire quelques attaques qui comportaient leurs lots de gravité. Elle se remit à genoux et se pencha au-dessus de sa silhouette, épuisé et apparemment endormi. Elle caressait doucereusement ses cheveux avant d’entreprendre une ultime action du suprême effort.


Elle le prit fermement par les bons endroits et le souleva sur ses épaules, tel un lourd sac de patates.


Sa coupure lui lançait dans l’épaule et picotait fort dans son organisme, ses centres nerveux la submergeant d’avertissements sur son état de santé actuel. Un roulé boulé, une perforation, quelques saignements, une compression de la plaie, de la fatigue, une perte de sang, et bien d’autres symptômes qui définissaient, tous ensemble, son punch assez faible qui diminuait son endurance. Mais quelque chose la tenait accrochée à sa tâche de secourir son adversaire … et surtout son ami.


Sa détermination, inébranlable contrairement à son tonus et au corps frêle dont elle était la propriétaire, dispensa pendant quelques précieuses minutes à Arric de puiser dans ses dernières ressources athlétiques en parvenant à porter son compagnon. Pas après pas, la douleur infligeait une sérieuse opposition envers la mage des glaces comme un tison de fer chaud titillant douloureusement sa chair. Mais maintenir en vie Emil lui donnait la force de vaincre et de marcher, jusqu’à finalement s’écrouler sur la route. Ses jambes flanchèrent plusieurs fois durant le court trajet de quelques mètres jusqu’au sentier, l’amenant même à s’agenouiller lors d’une faiblesse importante. Mais l’obstination d’Arric écarta tout échec possible et l’amena au bout. Puis ce fut finalement le trou noir suite à un évanouissement, étant arrivé au terme de son objectif et de ses efforts.


Son réveil se passa plutôt agréablement bien. Clignant des yeux et regardant autour d’elle, la duelliste posa son regard sur le couple d’individus qui demeurait à son chevet. Ou plutôt à leur chevet, car son ami se situait sur un lit juste à côté du sien. Ils expliquèrent, sans trop s’attarder sur le sujet, qu’ils les aperçurent tous les deux sur la route, en piteux état et blessés, avant de décider à ramener la paire de bretteur (sans que le mari et sa femme ne sachent qu’Arric et Emil livrèrent un combat dans les Plaine de l’Espérance) dans cet établissement de soins, manifestement le plus proche qu’ils purent trouver et atteindre à temps afin que leur jours ne soient plus en danger.


Remerciant leurs bienfaiteurs, qui ne firent pas de manière car ils affirmaient que c’était leur devoir de sauver des vies, la mage des glaces constatait que les bandages effectués sur eux deux empêchaient l’écoulement du sang et donc, par déduction, la perte de vigueur. Ils portaient des nouveaux vêtements, propres et simples, à l’issu du dépouillage de leurs habits, non hygiéniques pour le lieu, nécessitant un niveau de désinfection sévère pour que les soins agissent décemment.


Même si le couple n’exigea absolument aucune justification de leur état, Arric eut le cœur plus léger en dévoilant les véritables intentions qui amenèrent ce jeune homme et cette jeune femme à se battre, sans entrer dans les détails non plus. Le mari approuvait, tandis que l’épouse, exprimant son empathie, posa une main sur l’épaule gauche d’Arric, non recouverte de bandages. La mage osa rejoindre ses doigts sur les siens, ce geste les remerciant encore une fois pour leur compréhension. En définitive, le couple partit une fois Emil surgit de sa torpeur, plus longue que celle de l’épéiste, vu qu’il fut davantage blessé, physiquement et peut-être émotionnellement en prime, comparé à elle.


Elle tenait sa main avec le sourire en la lui caressant doucement du pouce, espérant que ça le rassurerait et le réconforterait. Ils n’avaient plus à se battre pour prouver leur valeur, leur honneur, et leur honnêteté, ainsi que d’autres principes qui leurs étaient chers. Ils les avaient tous les deux gagnés et partagèrent, dans les regards et dans leurs danses d’il y a quelques heures, plus que ce que des mots lambda auraient pu apporter. Les émotions transparaissaient nettement mieux entre amis.


Ils ne parlèrent quasiment pas du tout, sauf pour aborder brièvement l’état de santé actuel de l’un et l’autre. Des excuses sortirent des bouches dorénavant décousus face à face. Plus de tracas ni de cachotterie, rien que de la confiance et de la sincérité. Puis Arric termina par une note d’humour.


La mage des glaces attesta un résultat égal de leur combat. Ils avaient, selon elle, fait match nul.
Elle rit face à cette touche de plaisanterie, pour adoucir l’atmosphère et instaurer de la tranquillité. Mais cette notification, banale pour certains ou réducteurs pour d’autres, plaisait au duo guéri, et comportait un ton sincère dans la voix. Ils avaient réellement, de son point de vue, obtenus un dénouement identique. De quoi éviter les tensions et les jalousies, tapis dans les esprits.


Presque une semaine entière de guérison complète passa avant la sortie du duo, les mages spécialistes dans ce domaine s’acharnèrent dans leur travail, comblant les plaies. Dans leur isolement hospitalier, ils apprirent à mieux se connaître et à sympathiser l’un envers l’autre. Au moment des adieux, en se jurant mutuellement qu’ils se reverraient, Arric demanda humblement s’ils pouvaient devenir amis, ce à quoi Emil répondit qu’ils le furent depuis la fin du combat, sans jamais se le dire. Heureuse d’avoir pu s’attirer l’amitié d’une personne en plus, la mage reparti en direction de ses autres buts, le cœur empli de bonheur d’avoir pu s’affilier avec une personne au bon fond.


Sa blessure ne lui faisait plus mal. Une marque supplémentaire. Le paiement d’un bien maigre prix.



Pour gagner un nouvel ami.
[HRP] :
Spoiler:
 


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]   

Il faut parfois savoir briser la glace ~ [COMBAT PV Ryuki Emil]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Plaine de l'Espérance
-