Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]

AuteurMessage
Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 28
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Dim 24 Aoû - 16:55
Le vent souffla légèrement, caressant, avec un silence chimérique, la longue et majestueuse couverture brunâtre du sol, qui se souleva, timidement puis avec véhémence, pour danser avec lui quelques instants... Cela ne troublait apparemment pas le Dragon Slayer du Désert qui, debout et les yeux fermés, restait concentré, alors que sa longue chevelure blanche se mêlait également à la danse. Il faisait le vide dans sa tête, tentant de ne penser à rien, tandis qu'au-dessus de lui, un fin nuage blanc se traînait dans le ciel azuré, comme s'il était plus amusant de taquiner le soleil que de rattraper ses frères, un peu plus loin. Les zones d'ombres s'alternaient dans l'immensité désertique, apparaissant à plusieurs endroits, pour disparaître quelques secondes après. Des zones d'ombres qui, cependant, n'offrait aucun répit contre la chaleur qui régnait en maître dans le Désert de Nérobi. Il ne fallait d'ailleurs généralement pas regarder bien loin pour voir ce phénomène naturel apparaissant durant les fortes chaleurs et qui, de façon mystérieuse, produisait cette drôle de sensation que le sol se mettait à bouger, produisant des remous, à l'image des océans.

Des gouttes de sueurs coulaient le long des joues, des tempes de Sandstorm, mais moins à cause de la chaleur que de l'effort. Brusquement le vent souffla, un peu plus fort, s'engouffrant cette fois-ci plus profondément, levant une importante quantité de sable et zigzaguant entre les immenses rochers du lieu qui se mirent à hurler sinistrement. C'était le moment ! Ouvrant soudainement ses yeux, deux pierres précieuses péridots qui semblaient, tels deux rapaces, prêts à piquer sur une proie, Griffith poussa sur ses genoux et bondit en avant : fondant rapidement, il opéra des mouvements rapides, des esquives, allant à droite, puis à gauche, avec beaucoup de souplesse et sans jamais modifier sa direction de course. Puis, soudainement et toujours en courant, le fils de Dragon inspira tout l'air que ses poumons pouvaient contenir :

Sabakuryuu no.... HÔKÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔ !!!!!

Le puissant souffle du Dragon du Désert fondit vers un immense rocher d'une dizaine de mètres de haut, éclatant la pierre en d'innombrables morceaux, plus ou moins gros, qui volèrent en éclats. Sans arrêter sa course, il sauta haut dans les airs, frappant les bloques rocheux et passant de l'un à l'autre, comme si ces derniers étaient des ennemis : ses attaques filaient avec vitesse et précision, ses coups de poings, de coudes, ses coups de pieds brisaient la roche. Enfin, dans un incroyable fracas qui souleva un épais nuage de poussière, il retomba sur le sol, se mêlant aux gravas. Il haletait. Puis une légère douleur au niveau de l'épaule le fit grimacer. Tenant cette dernière, il se souvint du coup qu'il avait reçu, il y a quelques semaines, lorsqu'il avait combattu le Trio Rigel, au Pyrée. La douleur était toujours présente malgré le temps et la colère s'installa à l'intérieur du corps du Slayer, lorsqu'il repensa à cela. Une colère contre lui-même, contre son inefficacité au combat... Car oui, il le savait : ce coup qu'il avait reçu aurait pu être évité ! Il serra les dents de dégoût contre lui. Si seulement il était plus fort...

Je dois continuer à m’entraîner... Je.. je dois devenir plus fort !

Serrant son poing droit qu'il regarda quelques secondes, le général d'Oracion Seis laissa la colère se dissiper, tandis qu'une pointe de tristesse l'engloba : depuis cette dernière mission, il n'avait eu aucune nouvelle de Kite Reyes Sama, ou tout autre membre de sa Guilde... Inconsciemment, ses pensées se tournèrent vers Melodia Sama ce qui le fit rougir légèrement. Ou pouvaient-ils bien être en ce moment ? Il aurait également aimé revoir Allen San, savoir s'il avait récupéré de sa blessure, depuis qu'il l'avait ramené de la mission, inconscient, à Silent Night...

Allen San...

Il se demanda si cette nouvelle incompétence de sa part n'avait pas été celle de trop ? Avait-il encore un minimum de dignité, d'intérêt aux yeux de son Master et de ses compagnons ? S'il y avait bien une chose qu'il espérait en cet instant présent, c'était de voir arriver Seventh Sama, l'artefact magique de sa Guilde qui, à son habitude, l'informerait sur les ordres d'une nouvelle mission. Secouant finalement la tête pour dissiper ces pensées négatives, le Prince du Désert se remit en position de combat, une expression de détermination gravée sur le visage :

Continuons !

Cependant, il ne fit pas attention à la présence, l'ombre de l'individu qui se profilait au loin et qui marchait dans sa direction...
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mar 26 Aoû - 22:27
Dans cette situation, je ne souhaitais qu'une chose. Que qu'importe le résultat de mon entreprise, qu'elle soit couronnée de succès ou marquée par l'échec, je souhaitais que mes efforts et le travail fourni soient reconnus. Après tout, je doutais sérieusement qu'il connaisse quelqu'un d'autre capable de tels efforts, de faire preuve d'une telle volonté rien que pour aller dans cet endroit sordide juste pour un risque de trouver une miette de quelque chose ! Nan mais, déjà qu'il paraissait renfermé sur lui-même en ce moment, il me semble que depuis les événements de la tour du paradis, il ne cesse de se tourmenter de l'intérieur. J'avais tout fait pour tenter de lui remonter le moral mais aucune de mes tentatives n'avaient abouties. Je commençais à être un peu à court de solution finalement. Car, après la collection de vêtements intimes de sa copine retrouvée éparpillée dans sa chambre et les quelques camarades collés au plafond et incapables de parler avec la chaussette dans leur bouche, je ne savais plus quoi faire. J'ai bien décelé un quelconque sourire mais derrière ce dernier j'apercevais non sans grande peine une mélancolie et une tristesse qu'il se refusait d'exprimer à cœur ouvert. Bien sûr, je savais que c'était dans sa nature et que je n'étais sans doute pas le mieux placé pour qu'il m'en parle mais de tous ceux que j'avais interrogé, aucun ne savait le pourquoi du comment. Aussi, j'avais décidé d'arrêter mes tentatives actuelles pour m'orienter vers quelque chose qui serait plus successible de lui redonner le sourire.

Et oui, après avoir tout tenter dans le QG des cerbères, pour redonner le moral à Ren-nii, je n'avais plus le choix, je devais récolter de nouveaux indices sur la localisation actuelle des dragons. Après tout, dès le jour de notre rencontre, j'avais compris que retrouvé leur trace était important pour lui. Enfin, surtout retrouver celle de sa mère. D'ailleurs, si sa mère est un dragon, à quoi ressemble son père ? Est-il un humain comme Ren et moi ? Sans doute parce que sinon, j'ai du mal à imaginer comment il aurait pu se retrouver avec cette apparence. Bref, Ren recherche les dragons et, grâce aux autres cerbères de Val, j'ai appris qu'il recherchait aussi à élaborer un contact avec les autres Dragon Slayers. Pour ceux que l'on qualifie de première génération, je comprends pourquoi car ils ont tous été élevés par un reptile légendaire mais pour ceux de la deuxième génération ? N'était-il pas des fils et filles de fils et filles de dragons ? D'un seul coup, je m'arrêtais car je venais de réaliser quelque chose. J'avais déjà entendu parler d'un Dragon Slayer céleste de la deuxième génération mais je ne me rappelle plus de son nom ni de quoique ce soit d'autre le concernant. Mais cela voulait dire que Ren avait déjà un fils et une fille. Il avait donc fait vite avec Ultia car elle avait pas l'air d'être enceinte la dernière fois que je l'avais vue... À moins qu'il n'ai eu une précédente copine avec laquelle il ait eu un fils ou une fille... Raaah, je déteste la chaleur de ce désert ! Elle n'arrête pas de me cramer le cerveau tandis que j'essaie de l'utiliser pour réfléchir !

Et oui, je suis en plein désert et je le regrette déjà. Mais pourquoi donc m'étais-je aventuré dans ce lieu sordide où le sable côtoie impitoyablement de vieilles souches décrépies vestiges d'une ancienne forêt ? Mais oui, pourquoi donc m'étais retrouvé dans un endroit si chaud que le sable me brûlait même avec mes chaussettes pleines de sueurs ? Pourquoi ? Tout simplement parce qu'à force de rechercher des indices dans les bouquins de la bibliothèques de Val, j'étais tombé par hasard sur un descriptif de ce lieu. En effet, le livre de légendes imagés pour les petits de trois à dix ans annonçait qu'il y a fort longtemps, deux dragons s'étaient affrontés ici-bas. Aussi, je m'étais imaginé que ces deux-là auraient sans doute laissés de quelconques traces de leur passage sur cette terre désolée. Mais pour l'instant, je n'avais rien trouvé à part des cailloux, des souches pourries et du sable. En bref, rien de bien utile et je commençais à sérieusement regretté d'être venu. Et c'était sans parler du fait que je ne trouvais plus mon chemin. En effet, les récurrentes brises de sable avaient effacées toutes traces de pas ce qui faisait que je n'avais plus aucune idée du trajet que j'avais parcouru. Et je trouvais cela ardemment difficile voire même impossible de sortir d'ici avec ce paysage qui se ressemblait qu'importe ou mon regard se posait.

- WRAAAAAAAAAAAAAAH!!!

Et oui, je n'avais pas trouvé plus intelligent et intéressant que d'hurler ma frustration à la face de ce désert qui semblait vouloir me garder prisonnier durant une durée indéterminée mais qui paraissait des plus longues. C'est alors que je remarquais deux choses. Premièrement grâce à mon cri plein de joie de vivre, j'avais la gorge complètement sèche. Deuxièmement, ce dernier avait été étouffé par l'explosion que j'apercevais pas trop loin. De quoi ? Je ne saurais le dire exactement, du moins au départ. Car mon esprit extravagant associé à cette soif me laissait imaginer, me laissait même voir qu'il s'agissait en fait d'un geyser d'eau. J'étais donc pas loin d'une oasis ! Aussi, mon corps mué par un espoir des plus grands, je m'élança à toute vitesse dans cette direction, la langue ballante. Or, une fois arrivé à destination, je n’aperçus rien hormis du sable et quelques débris de roche. Aussi, l'énergie offerte par l'espoir s'est éclipsée aussi rapidement qu'elle est apparue et après avoir fait quelques pas, je m'arrêtais en plein milieu de cet impitoyable désert. C'est alors que j'aperçus un mouvement du coin de l’œil, tournant ma tête, je fus des plus surpris de trouver quelqu'un ici et je le fis savoir par un cri, non pas haineux cette fois mais, des plus aigus trahissant ma surprise.

- Ah, mais t'es qui toi ? Depuis quand t'es là ? Au fait... T'as pas de l'eau sur toi ? J'ai soif...

Si j'avais été quelque peu énergique, ce nouveau afflux disparu de la même manière que le précédent et je terminais épuisé et assoiffé.
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Jeu 28 Aoû - 19:24

TYPHON ET TORNADE.



La longueur du trajet était à la hauteur de l'entreprise.


Le voyage jusqu’à l’endroit qu’elle avait désiré rejoindre fut long mais néanmoins important, et à ne surtout pas négliger pour la suite des événements. Me direz-vous sûrement qu’une jeune fille serait complètement folle de vouloir volontairement arriver en un endroit aussi désolé, inhospitalier et hostile ? Pas tout à fait. Il se trouve qu’Arric possède de bonnes raisons pour être parvenue jusqu’ici. Des raisons qui l’ont conduite au désert de Nerobi et non dans un autre territoire aride et chaud que contenait Fiore. Ce n’était pas n’importe quel désert. C’était LE désert. Celui où se produisit une lutte entre deux entités appartenant à la plus puissante de toutes les races existantes en ce monde : les Dragons. Vus par les humains comme d’imposants reptiles cracheurs de souffle de tout type, les Dragons sont…ou plutôt étaient…des êtres vivants à part entière, fonctionnant selon leurs propres critères sociaux et classifiant l’importance des tâches à accomplir. Ils étaient intelligents, brillants, doués et élégants, portés par la grâce et la prestance de leur majestueuse apparence, toutefois terrifiante quand ils laissaient la colère l’emporter sur leur tempérament habituellement calme et serein. Leur savoir et leur connaissance, aujourd’hui perdus avec eux et emportés dans la mort, furent des atouts précieux à leur âge de prospérité. Cependant, des suppositions relatent que les Dragons pouvaient parfois se comporter avec égoïsme et prétention, se sentant supérieurs aux autres et jugeant appropriés d’être intransigeant avec les races, qualifiées par eux-mêmes, d’inférieures. Pour grossir les choses, c’était une sorte d’inquisition, qui contrôlait et manipulait la magie avec brio et perfection, sans aucunes limites ni problèmes. Une époque harmonieuse.


Mais ils disparurent, un jour, sans laisser de traces. Mis à part quelques indices disparates, on ne peut pas vraiment révéler d’informations fiables sur leur situation de nos jours, ni même sur leur position actuelle. Tout est flou, tout est vague dorénavant. En revanche, ils laissèrent derrière eux une nouvelle génération d’individus qui, plus tard, grossiraient les rangs des mages : les Dragons Slayers. Des personnes dotées du souffle des Dragons qui les avaient élevés personnellement, donnant du temps et de l’énergie dans la formation de leur protégé. Enfin, c’est ce qui se racontait pour ce qu’on appelle la Première Génération. Car on en recenserait d’autres aujourd’hui. Une Deuxième Génération, également, qui fonctionnerait différemment. Peut-être viendrait une Troisième Génération, qui sait ? Mais pour l’heure, le temps n’était pas aux réflexions en ce qui concernait l’historique et les rumeurs sur ces gens. Un tout autre but amenait la mage de glace en ces lieux un peu brûlants et parsemés d’anciennes souches séchées par le sable qui fouettait les visages et les corps non protégés en cas de tempête et de rafales violentes. Les grains ardents pouvaient même jouer des tours aux imprudents qui risquaient de se perdre ici, parmi les rochers effilés et les crevasses dissimulées. Rien du tout ne présageait qu’il s’agissait d’un environnement positif pour elle. Malgré les conditions climatiques instables et aléatoires, la demoiselle avança encore et encore, ses pas la menant de plus en plus au cœur du désert. Elle ne pourrait revenir en arrière convenablement avec la disparition de ses empreintes de pas. Peu importe. Elle chercherait un autre moyen. Pour l’instant, seul comptait la concentration, la perception et la vigilance.


Il lui en fallait pour la tâche qui lui incombait. Certes, ce n’était pas son idée au départ, mais l’initiative d’accomplir cette quête revenait de droit à Arric. Pourquoi ne pas l’avoir fait plus tôt, dans ce cas ? Pour la simple et bonne raison qu’elle devait être sûre avant de partir en expédition. Mise au courant via des ragots et des rumeurs colportés par les passants, les touristes et les mages dans les villes, la jeune fille réussit à mettre en évidence l’existence de Dragons Slayers au sein de Fiore. Connus de la population car exceptionnels, les Dragons Slayers étaient diversifiés. Cela allait du feu à l’eau, en passant par le vent. Lumière et ténèbres aussi. Chacun se voyait, et demeurait, particulier, maîtrisant un élément général ou incongru. Leur caractère propre et leur talent hétérogène les démarquait individuellement. Qui sait ce qu’il se passerait s’ils se rassemblaient tous. On n’osait pas imaginer cette situation inédite... Bref, revenons à nos moutons et à notre mission !


La mage de glace se permit un sourire, les yeux clos pendant sa marche, en pensant au panorama du mont Hakobe, totalement contraire au désert Nerobi. Certainement pas dans la dangerosité du site, somme toute similaire qu’ici, mais bien dans le paysage et les manières du territoire de se comporter. Car oui, les paysages pouvaient s’exprimer eux-mêmes aussi. L’enseignement de Mandus la rattrapait en cet instant précis. Ses pensées se retrouvèrent plongées dans le passé, un an plus tôt. Le vent qui soufflait à l’extérieur de son esprit et le sable qui touchait son corps peu couvert ne la dérangeait pas, le son s’éloignant petit à petit sous le souvenir qui revenait en mémoire, intact et véritablement comme il s’est passé auparavant.


L’homme, posté à côté d’elle, regardait l’horizon. Sa main droite tenant son bâton, son long manteau qui lui donnait une allure de corbeau et sa capuche couvrant toujours le haut de son visage, il souriait finement tandis qu’il tournait la tête vers elle, penchant un peu le cou pour regarder la jeune fille plus petite que lui. Il arborait un air facial tranquille et doux malgré la rudesse de ses traits.



- « Vois-tu, Arric, tout ce que j’ai pu t’apprendre sur les Dragons ne seront jamais que des théories, car nul ne peut savoir ce qui s’est vraiment tramé autrefois, à part les grands reptiles eux-mêmes. Mais ils ne sont plus là pour en témoigner, et nous devons désormais rechercher encore et encore l’origine de leur disparition. Je le faisais parfois, à mes heures perdues, et je continuerais à le faire jusqu’au dernier souffle qui s’échappera de moi. Heureusement, ils laissèrent dans leur sillage des êtres doués de leurs facultés et qu’ils considéraient, selon mon avis, comme leurs propres enfants humains. Ce sont les fameux Dragons Slayers, dont j’apprécie de te narrer les légendes et les hauts-faits car ton sourire illumine à chaque fois le vieux débris que je deviens un peu plus chaque jour lorsque je te raconte ces histoires qui te plaisent beaucoup. »


Mandus rit de jovialité avant de reprendre, toujours sereinement.


- « Voici un conseil supplémentaire que je te transmets et dont tu pourras tirer profit et sagesse. Les Dragons Slayers qui arpentent ce monde de leurs pieds sûrs t’apprendront énormément, tantôt par leurs paroles et leurs gestuelles que par leur comportement et leur puissance. Même croiser le regard avec l’un d’entre eux révèlent certaines choses. Avises-toi d’écouter les populations, qui parleront forcément de ces individus. Et mets-toi en quête de trouver l’un d’eux. Ils sont liés aux Dragons par un lien inexplicable et très solide. On peut dire qu’ils s’apparentent à des manipulateurs d’éléments naturels, que ce soit le feu, l’eau, le vent, la terre, ou autres. Si tu veux continuer sur la voie que je t’ai apprise et que je continuerais de t’apprendre, tu ferais bien d’en rechercher un, à l’avenir. N’importe lequel, avec n’importe quel élément, pourra t’aider dans ton évolution et te permettra d’étendre ta vision sur ce que je t’enseigne et sur ton propre lien avec ce monde, son sol et sa terre, avec la relation que tu entretiens en compagnie de la magie. Attend toi à les trouver dans un lieu qui leur convienne et qui leur semble familier, en concordance avec leur pouvoir magique. Il t’aidera et tu comprendras, même si pour cela tu dois le combattre, quitte à gagner ou perdre. C’est un petit interlude avant la leçon du jour. Allez, ma fille, il est temps de se remettre à l’ouvrage. »


Et alors que l’homme comptait poser sa main libre, dissimulée depuis le début de la discussion sous son manteau, sur l’épaule d’Arric en signe de bienveillance, cette dernière vit son souvenir disparaître en se disloquant tandis qu’un bruit assourdissant, mêlé au vent sableux, contraint la jeune mage de glace à revenir au présent, dans le désert rude et sans pitié.
Une pierre venait visiblement d’être détruite, le son distinguant clairement le tintement d’une roche fracassé en morceaux. D’ailleurs, l’un d’eux arriva même dans les environs où Arric se situait, heureusement loin d’elle pour ne pas se faire écraser. Etendant sa perception du mieux qu’elle put, la mage de glace courut vers l’endroit d’où provenait le bloc marron qui avait volé pas loin, à cause de la destruction de l’ensemble du rocher. Commençant à apercevoir des silhouettes au loin, deux dirait-elle, elle accéléra l’allure le plus possible, en opposition des contraintes qu’imposait le désert et son sable lourd avec la course. Parvenant à une dizaine de mètres d’eux, elle les interpella de sa voix la plus forte possible pour passer la barrière de vent sableuse.



- Eho ! Vous êtes bien là et non des mirages ?! Je vous prie de bien vouloir me pardonner et de me dire qui vous êtes ! Quant à moi, je suis Arric Jesmetine ! Enchantée !


Elle se demandait justement si ça n’était pas le cas. Si elle venait de trouver, au travers de l’une des deux silhouettes, l’individu tant attendu et la raison de sa présence ici. Rien n’était certain.


Mais elle ne se cacherait pas et se révélerait à eux.



HRP :
Spoiler:
 


Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 17:03, édité 2 fois
Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 28
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Sam 30 Aoû - 14:12
C'est au moment même où le Dragon Slayer s'apprêtait à bondir en avant que la voix de l'inconnu fusa dans son dos, apparaissant à ses oreilles avec tant de surprise, qu'elle pénétra, tel le foudroiement d'un éclair, jusqu'à son coeur. Mille et une choses défilèrent dans sa tête si bien que, alors qu'il s'attendait au pire quant à cette situation, il trébucha lors de son mouvement de recul, utilisant maladroitement sa main pour éviter la chute. Puis il virevolta pour se retrouver face à la possible menace. Son coeur battait puissamment dans son ventre. Trop puissamment... Il haletait, désormais bien plus à cause du choc de cette surprise que de l'effort précédent. Enfin, tout en reculant toujours lentement, le fils de Sandlers, dont le visage exprimait une réelle et farouche méfiance malgré la peur qui l'étreignait, observa, dévisagea l'apparition devant lui : l'étranger était plus petit que lui, une broussaille de cheveux châtains lui tombant sur un visage rougie par l'effort et, sans aucun doute, par la chaleur. Néanmoins, quelque chose étonna Griffith chez ce garçon. La tête de ce dernier ne manifestait aucune animosité, bien au contraire... Evidemment, il ne devait pas tomber dans ce piège, comme il l'avait si souvent fait dans le passé, mais cela suffit à ce qu'il baisse légèrement sa garde.

Qui... Qui êtes-vous ?!!

Il avait tenté de lancer cela avec le plus de fermeté possible, mais c'était, bien entendu, sans compter sur le balbutiement qui trahit plus que légèrement sa perplexité et son malaise. S'attendant à une quelconque réponse, Griffith réfléchit à ce qu'il devait faire, alors qu'autour d'eux, le souffle du vent s'installa éphémèrement, enlaçant les deux protagonistes dans son voile invisible. Puis ce fut un nouveau choc :

Eho ! Vous êtes bien là et non des mirages ?! Je vous prie de bien vouloir me pardonner et de me dire qui vous êtes ! Quant à moi, je suis Arric Jesmetine ! Enchantée !

Cette fois-ci, Sandstorm bascula en arrière et se retrouva au sol, sur les fesses. Ouvrant les yeux, il remarqua une ombre, au-dessus de lui et qui, menaçante à cause des rayons du soleil dans son dos, projetait la vision d'une apparition monstrueuse.

Aaaah ! Que... Qu'est-ce que... ???!

Se hissant en arrière pour rester à bonne distance, le mage d'Oracion Seis poussa sur ses bras pour se remettre debout. La peur s'effaça alors brusquement de son visage lorsqu'il vit que l'ombre menaçante n'était autre qu'un humain, chose qui, évidemment, le rassura grandement : tout comme l'autre, le nouvel arrivant n'était pas très grand. Sa chevelure blanche, bien plus courte que celle de Griffith, dansait lentement au rythme de la brise, dessinant des ombres étranges sur son visage qui exprimait une certaine morosité, une mélancolie. Ses yeux quant à eux, ressemblaient à deux magnifiques améthystes brillantes. Cependant, il n'était pas tiré d'affaire pour autant : qui pouvaient bien être ces deux individus ? Étaient-ils là pour lui ? Pourquoi sinon deux étrangers arriveraient en même temps, dans le Désert de Nerobi et qui plus est, à côté de sa tanière ? Un nouveau choc explosa alors l'intérieur de son estomac, au moment même où il repensait à sa mission, au Pyrée : ces types étaient probablement venus pour venger la défaite du Trio Rigel ! Soudainement ses iris se rapprochèrent, ses pupilles devinrent presque transparentes. Oui, son imagination était en marche. Il voulait fuir... Fuir loin d'ici ! Mais pour aller où ? *Ressaisis-toi... Réfléchis : le Trio Rigel était composé de trois mercenaires. Pourquoi d'autres viendraient pour les venger ? Non, ces deux personnes étaient là pour autre chose. Mais pourquoi ? Des mercenaires également ?! Oh non...*

Au loin il entendit le claquement d'un drap au vent. Probablement le grand tissu bleuté qu'il avait utilisé pour créer une fermeture à l'extérieur de sa tanière, dans cette cavité, creusée dans un gigantesque rocher et à l'intérieur de laquelle il avait élu domicile. L'entrée de cette dernière était présente à plusieurs mètres du sol et offrait, bien que précaire, un certain confort au jeune Slayer qui avait entreposé à l'intérieur tout ce qu'il avait pensé utile : une paillasse pour lit, de la nourriture, quelques bougies, un vieux coffre en bois pour entreposer quelques habits usés et enfin, les richesses qu'il avait accumulé pendant ses missions. Soudain, une lueur illumina le brouillard qui englobait son cerveau : ces étrangers étaient là pour les Jewels ! Il savait à quel point les humains savouraient la richesse, attitude que le Prince du Désert ne comprenait d'ailleurs que trop peu... Évitant d'agir trop rapidement comme il l'avait fait au Pyrée, en envoyant un Hôkô sur ces inconnus, Sandstorm, bondit une nouvelle fois en arrière, dents et points serrés :

Je... Je sais pourquoi vous êtes ici ! Vous... vous êtes là pour mes Jewels !

Il leva alors son bras gauche et pointa le doigt en direction de sa cachette rocheuse, avant de lancer vers les inconnus :

Sachez que.. Sachez que jamais je ne vous dirais où... où se trouvent mes richesses !
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mer 17 Sep - 10:36
Pourvu que ce type ai de l'eau. Pourvu que ce type ai de l'eau. C'était là la seule chose que je pouvais actuellement penser. J'avais l'impression que mon corps se craquelait de partout, qu'il était si sec qu'il adoptait la rigidité de la pierre. J'avais même la crainte de ne plus pouvoir bouger le moindre de mes membres à cause de cette rigidité proche de la cadavérique. Je refusais de mourir ici ! La rigidité cadavérique était très peu pour moi, je préférais de loin un steak non cuit, tout dur que cela ! Aussi, l'espoir que ce type aux cheveux blancs ai un peu de ce précieux liquide sur lui était sans doute mon dernier espoir. Or, il ne semblerait pas que m'en apporter soit sa première priorité. En effet, je devais l'avoir effrayé, c'était rare d'ailleurs que je fasse cet effet aux gens, pour qu'il soit ainsi sur ses gardes face à moi. Mon maigre gabarit couplé à ma petite taille n'intimidait guère grand-monde. Au contraire, si une personne voulait en faire du mal à une autre j'étais la proie toute désignée. De par mon physique mais on m'a souvent dit que j'étais de nature à tomber cent six fois dans le même piège avant de retenir la leçon. Heureusement que ce genre d'individus n'était pas très présents dans le quartier où je vivais à Crocus et à Val. Quoique, j'avais toujours quelqu'un pas loin qui pouvait m'aider en cas d'ennuis, que ça soit mes parents ou mes camarades de guilde. D'ailleurs, j'espère bien pouvoir rembourser certaines dettes lors de ma sortie du désert, si elle a lieu.

Car oui, si je ne trouvais pas d'eau dans les minutes suivantes, je doutais de pouvoir ressortir de cette étendue ensablée vivant. J'aurais d'ici là sans doute déjà fini en poussière, augmentant ainsi de quelque peu la taille de l'endroit. Ce genre de pensée ne m'avait pas permis d'observer l'arrivée d'une autre inconnue, d'ailleurs celle-ci ne devait pas être très futée. Elle ne savait pas faire la différence entre des mirages et la réalité ? Quelle idiote ! Oui, j'avais déjà oublié ma récente mésaventure. D'ailleurs, sans doute suite à la surprise d'être pris pour un mirage, le type aux cheveux décolorés par le soleil tomba sur son postérieur. En fait je m'en fiche, je veux de l'eau. Et e le plus rapidement possible. Un claquement comme celui d'une cape ou d'un rideau se fit entendre parmi le silence qui s'était quelque peu installé suite à la présentation de la dernière arrivée. Je m'en fichais totalement moi qu'elle s'appelait Arric Jesmetine ou Arielle Dombas ! Si elle avait de l'eau je voulais bien l'écouter mais sinon elle peut bien aller s'amuser à faire des câlins à des cactus ou draguer des lézards endormis sur de brûlants rochers que je m'en ficherais. Tiens ? Mais oui ! Suis-je bête des fois mais en même temps si intelligent... Ma magie me permettait de faire apparaître ce que j'écrivais en face de moi aussi, je n'avais qu'à « créer » de l'eau ! Je m’exécuta bien vite et le regretta tout aussi vite. En effet, j'avais écris au-dessus de ma personne mais la masse aquatique qui s'abattit sur moi, la bouche ouverte pour être sûr d'en boire, manqua de me faire prendre conscience. J'avais en effet oublié que j'utilisais ce sort pour frapper mes ennemis sans pour autant le faire d'importants dommages.

J'étais maintenant à quatre pattes sur le sable brûlant mais je ne m'en souciais pas, je m'étais en même temps fait mal à la gorge avec la chute soudaine de l'eau. D'autant plus qu'étant de nature magique elle n'avait aucun goût et j'étais en train d'essayer de recracher tout ce que j'avais eu dans la bouche. Jamais plus je n'userais de cette méthode pour me rafraîchir ! Ou tout du moins, je ferais en sorte de modérer au moins un peu la puissance. Mais il semblerait que mon geste soit mal compris. En effet, le type au teint foncé s'était entre-temps relevé et mit en position de combat, dents et poings serrés. Sauf que je n'avais pas dans l'optique immédiate de me mesurer à lui. Aussi, décidais-je de me retourner vers la jeune femme, qui avait aussi les cheveux blancs, serait-ce une nouvelle mode ? Je lui demandais si elle n'avait pas le contenu d'une gourde à partager avec moi quand l'autre énergumène parla de défendre ses trésors avec un ton menaçant. Sans doute à cause du soleil tapant sur mon crâne depuis tout à l'heure et cette soif qui me rongeait de plus en plus, je finis par péter un plomb.

- MAIS JE M'EN FICHE DE TES TRÉSORS OK !? TOUT CE QUE JE VEUX C'EST À BOIRE ! UNE FOIS QUE J'AURAIS BU JE VIENDRAIS TE LES PIQUER TES TRÉSORS SI TU Y TIENS MAIS... LÀ... JE VEUX JUSTE BOIRE!!!

J'avais commencé à m'avancer vers lui, la mine patibulaire et les manches de ma chemise relevée. En fait, j'avais tenté de les relever mais puisqu'il s'agissait de manches courtes cela ne servait à rien. Si ce type avait besoin d'une bonne correction pour me montrer où se trouve son eau, OK, pour boire ne serait-ce qu'un peu, j'étais à ce moment-là prêt à tout ! Quitte à devenir l'ennemi numéro un des habitants de ce désert !

HRP:
 
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mer 17 Sep - 15:24

L'HEURE DE VÉRITÉ.



Quel tapage venant de ce jeune homme bien malpoli !


Au vu de son empressement, elle se demandait s'il n'allait pas craquer en se voyant refuser de l'eau. Vu les circonstances, apporter un peu de charité ne provoquerait aucun mal et ferait d'une pierre deux coups pour Arric. Le voyant avancer en direction du second homme, elle arrêta le premier en tendant une main devant lui, la main tenant une gourde solide et contenant de l'eau tant convoitée.


- Oui, j'ai bien de l'eau à partager, tenez monsieur, mais écoutez bien ce que je vais vous dire : ressaisissez-vous, je vous prie. Je désirerais m'entretenir avec celui que vous agressez impertinemment et sans aucune forme de pitié, alors gardez votre calme, reprenez vos esprits et hydratez-vous. Ne buvez pas toute l'eau, il m'en faut également. Maintenant, permettez que je lui parle, et n'interférez surtout pas pendant notre discussion. Merci.


Ferme, net et sans fioriture, ses paroles n'abritant aucune inimité à l'égard du demandeur d'eau. Tout ce qu'il fallait pour obtenir un résultat efficace.


Elle tourna ensuite toute sa personne face au second individu avec un sourire poli. Elle éleva la voix pour se faire entendre, et seulement pour cette raison.


- Noble Dragon Slayer, sans vouloir vous offenser, vous vous trompez sur mon compte. Je ne désire en aucun cas vous ravir vos richesses si durement acquises et rassemblées, je n'en doute pas, en lieu sûr. En revanche, mon vœux serait, si vous le permettez, de vous prendre un peu de votre temps et de votre enseignement pour une faveur qui vous est adressée, à vous et à vous seulement.


Ayant approché la silhouette debout, car Arric ignorait totalement celle qui demeurait à genoux malgré qu'elle l'ait aperçu aussi, la jeune mage de glace se trouvait en face d'un singulier personnage, dorénavant bien visible et possible à décrire. Il s'agissait sûrement, elle en était persuadée, de l'individu qu'elle recherchait ardemment. Ce jeune homme dégageait une aura particulière, à l'image du type d'individu exceptionnel qu'il représentait, et dont il n'était pas le seul membre, espérait-elle. Sa chevelure couleur de sable voguait au gré du vent soufflant sur le désert de Nérobi, touchant les paysages et les visages de son rude passage, laissant des grains chauds rouler librement sur les dunes et caresser sans délicatesse les peaux des diverses créatures et des êtres-vivants présents en ce lieu désolé. Le trio ne dérogeait pas à la règle et subissait le caractère hostile et imprévisible du climat, même si certains s'y habituait mieux que d'autres. Ses yeux couleur de miel transcendaient la puissance que recelait ce garçon en lui. A travers son regard, on pouvait distinguer les épreuves qui forgèrent son orientation et son caractère. Certes, il était impossible pour Arric de lire dans l'esprit de ce jeune homme, mais elle devinait clairement, sans trop de difficulté, qu'il eut droit à son lot de péripéties. Tout comme elle, en vérité. Les traits de leurs visages, à tous les deux, trahissaient la présence de mauvais souvenirs, d'événements passés, datés, ancrés au plus profond de leur âme et qui jamais ne s'effacerait. Les séquelles qu'ils arboraient témoignant de ces malheureux et douloureux moments. Une frêle constitution pour lui et de multiples cicatrices pour elle, masquées grâce à des accessoires mais à jamais affichées aux yeux du monde, le sol de cette terre ayant déjà goûté au sang d'Arric via ces blessures, portées par les viles lames de bandits sournois.


Ce qui étonnait également la mage de glace venait du fait que, quand elle scrutait plus attentivement le garçon, ce dernier semblait se fondre dans le décor, tel un caméléon. Comme s'il... ne faisait plus qu'un avec l'environnement actuel autour d'eux. une harmonieuse symbiose, presque parfaite, qui sautait aux yeux des plus observateurs quand ils remarquaient ce phénomène. Plus aucun doute ne subsistait désormais : Arric venait de rejoindre un Dragon Slayer dans son élément et son repère. Il évoluait dans un milieu naturel pour lui, contrairement à la demoiselle. Ce qu'elle respectait. Espérant rendre honneur au jeune homme si spécial, elle déclara, après avoir entendu son interlocuteur, la raison de sa présence ici, en prenant soin d'hausser de nouveau la voix afin que ses paroles arrivent jusqu'au destinataire, s'inclinant respectueusement en plus du reste.



- Noble Dragon Slayer, j'ai parcouru ce désert dans le but de vous trouver, et j'y suis parvenu contre toute attente, en bravant le déchaînement qui sévit en ces lieux. Je suis Arric Jesmetine, et sachez que c'est un immense honneur de pouvoir enfin vous rencontrer, extraordinaire individu que vous êtes. Je serais enchanté de faire votre connaissance et que vous puissiez accéder à ma requête. Je vous serais gréer de bien vouloir m'écouter jusqu'au bout sans me couper la parole et sans prendre aucune de mes futures paroles comme des tentatives de menace, de provocation ou de méchanceté gratuite. Je suis ici pour une raison précise et je vais vous l'exposer sans délai. Je vous remercie d'avance.


Elle le regardait de nouveau droit dans les yeux, sans sourciller. Elle allait exposer la seconde partie de l'objectif à remplir, la première étant achevée.


- Un homme bon et sage, dans sa générosité, m'a vivement conseillé d'affronter un Dragon Slayer, qui, selon lui, m'ouvrirait les yeux sur la vision de ce monde et sur la perception de la magie. Avec votre permission, bien que je sois moins puissante que vous, je souhaiterais vous affronter ici et maintenant dans un combat ludique et bénéfique aux deux parties, c'est à dire vous et moi. L'apprentissage qui en découlerait profiterait à ma personne et, qui sait, à la votre aussi, si je puis m'exprimer ainsi sans crainte de porter atteinte à votre dignité. Loin de moi cette idée de vous rabaisser à mon niveau, qui n'est pas le votre, bien au-dessus du mien. Vous seriez bien aimable d'accepter mon humble proposition.


Elle s'empara de ses deux épées et, tenant fermement, les manches de ses lames, se mit en posture de garde avec un sourire aux lèvres. Un sourire de bonheur d'accomplir la mission confiée par Mandus.


- En garde, Dragon Slayer ! ~


La confrontation débuterait d'ici peu.



Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 17:04, édité 1 fois
Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 28
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Sam 27 Sep - 17:00
Machinalement, Griffith recula de quelques pas, s'éloignant légèrement de ce nouvel arrivant, cet "Arric Jemestine". Oubliant quelque peu le second type qui, étrangement, avait fait apparaître une immense quantité d'eau, chose qui évidemment, trahit le fait que lui aussi était un mage, Sandstorm lui, resta troublé, hagard, quant aux paroles de Jemestine : d'une part, il avait parlé de lui au féminin... Etait-ce une fille ?! Pourtant, tout dans son attitude, dans son apparence, lui avait préalablement fait penser qu'il avait en face de lui un garçon... De plus, comment pouvait-elle savoir qu'il était lui-même un mage et surtout, un fils de Dragon, ayant hérité, comme quelques rares autres, de cette fabuleuse, mais destructrice, magie de Dragon Slayer ?! Cela était tout bonnement impossible... À moins, bien évidemment, que cette fille eut entendu parler, d'une quelconque façon, des évènements qui s'étaient déroulés par le passé, dans le Tour du Paradis, ou encore, qu'elle soit tombée sur son avis de recherche... Mais quand bien même, comment cette dernière avait pu savoir que cette région était le lieu dans lequel se trouvait sa tanière ? Même la majeure partie des membres de sa Guilde ne savait pas où il se trouvait la plupart du temps. Mille questions tournoyaient inlassablement à l'intérieur de sa tête, si bien qu'il eut pendant quelques instants du mal à garder les idées claires et à mettre une explication logique à l'apparition de ces deux personnes.

Le coeur du Prince du Désert s'emballa alors brusquement, au moment où l'étrangère le mit en garde, tout en sortant deux épées, avant de se mettre en position de combat ! Pourquoi avait-elle parlé d'une volonté de le rencontrer, d'enseignement, d'apprentissage et autres étrangetés de la sorte ? Tout cela n'avait strictement aucun sens pour Griffith qui, risquant un coup d'oeil vers l'autre mage qui lui, semblait également à cran et prêt à bondir sur lui, ne comprenait strictement rien à ce qui était en train de se passer. La seul chose qu'il désirait, était que ces deux drôles d'individus disparaissent et ne reviennent jamais. Il n'avait pas envie de se battre, pas envie de se confronter à eux, même s'il pensait toujours, malgré les étranges paroles de cette Arric, qu'ils étaient tous deux des mercenaires, probablement envoyés pour l'éliminer, afin de toucher une récompense...

L'idée de fuir, se fondre dans le désert, ce lieu qu'il connaissait par coeur, afin de se débarrasser d'eux lui traversa l'esprit... Néanmoins et même si cela lui aurait permis d'éviter la confrontation et, peut-être, de blesser quelqu'un, décamper pour fuir le danger n'était plus quelque chose qu'il pouvait envisager aujourd'hui. Peut-être aurait-il choisit cette option quelques temps auparavant, mais plus maintenant. Non, il était le fils de Sandlers, le roi des contrées désertiques et ces deux étrangers étaient chez lui, sur SON territoire... Tandis que les iris de ses yeux s'étaient rapprochées pour ne former que deux fins bâtons noirs, Sandstorm plissa légèrement ses genoux : autour de lui, la brise du vent s'intensifia, alors que, petit à petit, le sable se leva, jusqu'à venir tournoyer majestueusement autour de son corps :

Je.. Je ne sais pas qui vous êtes et comment vous avez su où me trouver... Je ne sais également... également pas comment vous connaissez mon... mon identité ! Mais, oui, je suis bien un Dragon Slayer ! Je.. Je suis Griffith Lightfield, fils de Sandlers, roi du désert !

Le sable se mit à tournoyer avec plus de force et le garçon à la chevelure blanche continua alors :

Je.. je ne désire pas me battre contre vous... J'aimerais simplement que... que vous repartiez ! Sinon...

Il absorba alors une énorme quantité d'air :

Sabakuryuu no.... HÔKÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔ !!!!!

Griffith projeta alors son puissant souffle en direction du ciel, afin de les impressionner. L'attaque projeta de l'air sur une dizaine de mètres autour de lui, soulevant un épais nuage de poussière brunâtre. Et tandis que d'innombrables grains de sables retombaient autour de lui, le mage à la longue crinière blanche observa de nouveau les individus, gravement :

Sinon je... je me chargerais de vous chasser de mon territoire !
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Jeu 2 Oct - 12:28
Toute méchanceté, toute volonté de faire du mal avait été éclipsée par la nature de ce présent. Ce présent avait aujourd'hui une telle valeur que jamais plus je ne le verrais de la même manière. Dorénavant, cette simple vision m'apporterait un calme olympien et faire fuir en moi les émotions négatives, qu'importe leur nombre et leur importance. Je prendrais la figure d'un saint et prêcherais la bonne parole. Partout où les conflits seront, je serais là afin de changer leurs esprits asséchés. Ces esprits ne pensant qu'à se battre entre eux pour la gloire, la richesse, la vengeance ou que sais-je encore. Ils seront tous placés sous ma protection telle de pauvres enfants qu'une mère accueillerait dans ses bras chaleureux. Je leur offrirais à mon sacré ce présent ainsi qu'une épaule pour pleurer, des paroles pour les consoler ou que sais-je encore pour les réconforter et leur offrir un avenir illuminé où nul ne les dérangera. Car oui, tel était le pouvoir d'une gourde remplie d'eau ! Si cette simple vision d'un récipient en cuir rempli d'eau pouvait faire naître en moi un tel sentiment de paix alors j'estimais qu'il était dorénavant de mon pouvoir d'apporter une gourde remplie de ce merveilleux liquide sans lequel la vie ne serait possible. Je jugeais possible d’abréger tous les conflits existants avec ce simple ustensile. Et en même temps, je répandrais la parole de la Sainte Arric, Patronne des gourdes !

Sa lumière, sa grâce et sa bonté me transcendaient toutes en même temps et j'en ressortais un autre homme. Ne devant pas faire passer mon intérêt avant celle de cette figure divine, je ne vidais pas complètement la gourde afin de la laisser combler sa soif si telle est qu'elle ressentait le besoin de boire. Dans le cas contraire, j'estimais qu'il était de mon devoir d'adorateur de la Sainte Patronne des gourdes de laisser de quoi satisfaire la soif d'un autre être perdu dans les ténèbres et les abysses de la soif ! Je venais d'en ressortir et j'avais l'impression d'être né à nouveau. Dans un lieu certes plus qu'atypique tel que ce désert mais cela donnait une plus grande importance et une signification plus importantes pour moi. Car après tout, qui d'autre qu'un disciple de la Sainte Patronne des gourdes né en plein désert serait plus à même de répandre sa sainte parole et sa sainte boisson ? Personne ! D'ailleurs, il restait une tierce personne ici-même et à en juger par sa posture et son incompréhension de la situation, j'imaginais qu'il n'avait pas été touché par la grâce de la jeune dame aux cheveux blancs. J'écoutais d'ailleurs celle-ci avec grande attention quand elle fit l'honneur de lui parler. J'aurais préféré qu'elle m'adresse la parole à moi, son disciple, mais je me doutais bien que la conversion d'autres personnes perdues passait en priorité. Il fallait venir en aide aux personnes ayant besoin d'aide avant de penser à soi, telle était la leçon que je venais de retenir de la part de la Sainte Arric, Patronne des gourdes.

C'est alors qu'un simple nom parvint à me faire quitter cet état de fanatique presque prêt à tout pour répandre ce qu'il croyait être, la bonne parole. Celui de Dragon Slayer. Ainsi donc celui qui se trouvait devant nous en était un ? Mais de quelle génération ? Était-il un fils de dragon ou un fils de fils ou fille de dragon ? À moins que j'avais face à moi un membre d'une troisième génération de Dragon Slayer ! Mais dans ce cas, comment se faisait-il que je n'en avais jamais entendu, n'en serait que des rumeurs, parler ? S'agirait-il d'un des plus grands secrets du royaume ? Mais alors... DANS QUOI J'AVAIS MIS LES PIEDS MOI !? J'étais juste venu trouver des renseignements sur les dragons pour aider un camarade et voilà que tour à tour, j'étais devenu un membre d'un culte basé sur cette fille aux cheveux blancs et sa gourde pour ensuite aboutir à celui de civile étant au courant d'un des plus grands secrets du royaume. Or, j'avais appris dans de nombreux bouquins, principalement des romans, que les meilleurs secrets et principalement ceux d'État étaient bien gardés parce que tout ceux n'étant pas invités au secret qui le découvrait par hasard disparaissait soudainement et ne donnaient par la suite plus de nouvelles à leurs proches. Ils ne disparaissaient pas dans le chapeau d'un quelconque illusionniste non, ils étaient tout simplement entraînés dans une ruelle pour ensuite être exécutés dans le plus grand des secrets. C'était d'ailleurs quand j'arrivais à ce passage-là que je fermais le bouquin que je lisais pour un entamer un autre où j'espérais que cette scène ne se répétait pas.

D'ailleurs, si cette dénommée Arric a révélé ce secret devant moi c'est qu'à l'issue de ce combat qui l'opposerait au Dragon Slayer de Troisième Génération, elle aurait encore suffisamment d’énergie pour ensuite me régler mon compte. Pourquoi j'étais sûr qu'elle affronterait l'autre type aux cheveux blancs ? Parce qu'à mon avis, la paire de lame qu'elle brandissait devant elle n'était pas une invitation à un barbecue mais plutôt à une danse où elles se tinterait de rouge. Au fait, pourquoi tenait-elle tant à l'affronter ? D'accord elle avait parlé de son maître qui lui avait conseillé d'affronter des gens forts tels que les Dragon Slayer d'après ce que j'avais compris mais, cela n'était-il pas en fait une façon déguisée de lui demander d'exterminer celui qui se trouvait en face de moi ? Était-il en fuite de ce laboratoire ou que sais-je encore où se situent normalement les membres de cette nouvelle génération ? D'ailleurs, il semblerait qu'il ne veuille pas se laisser faire et pour montrer sa volonté de se battre, il relâcha en l'air un terrible souffle de sable dans les airs. Je devais reconnaître qu'il était d'une taille, et sans doute d'une puissance, impressionnante et qu'il ne fallait pas le sous-estimer. C'est alors que j'eus une idée de génie pour me sortir de cette situation. Si je faisais équipe avec l'autre épéiste, elle remarquerait sans doute mon potentiel et douterais ensuite de ses chances de victoire ou alors serait tellement reconnaissance de mon aide qu'elle me laisserait la vie sauve en échange d'une promesse de garder le silence !

- Hey Arric-sama, que diriez-vous de faire équipe ? J'ai déjà été face à un Dragon Slayer et j'en côtoie un depuis quelques temps alors j'peux t'être utile ! Comme ça par exemple!

D'une main, j'exécutais un Solid Script Smoke, sortilège non-offensif au premier abord car il s'agissait simplement d'une fumée grisâtre avec une sorte odeur d’œufs pourris, tandis que de l'autre, j'écrivais dans les airs le nécessaire pour réaliser un Solid Script Wind, sortilège qui libérait une bourrasque. Pourquoi donc ? Tout simplement pour que notre « camp » ne soit pas gêné par la fumée à la mauvaise odeur étant donné que grâce à mon second sort, elle serait principalement dirigée vers l'ennemi. Les Dragon Slayer sont connus pour leur sens développés, qui m'empêchent par exemple de m'approcher par derrière de Ren pour lui faire une farce, et je comptais bien m'en servir. D'ailleurs, cela ressemblait fortement à la tactique que j'avais utilisé contre Sasaki même si j'espère que la conclusion de cet affrontement ne soit pas la même...
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Jeu 9 Oct - 12:50

LES CROCS DU DRAGON FACE AUX GRIFFES DU FAUVE.



Le maître des lieux affichait son mécontentement.


Toujours en position de garde, malgré la tentative d’intimidation à moitié réussie venant de l’adversaire, Arric conservait sa posture hybride d’attaque et de défense. Le souffle de sable émanant du Dragon Slayer et lancé en l’air afin d’impressionner ne fut pas totalement convaincant, comme si l’adversaire hésitait en bafouillant ses menaces. Certes, elle due subir la retombée de grains sableux et le nuage de poussière brun avec une crainte mêlée à de l’admiration présentes dans ses yeux, mais Arric ne bougea pas pour autant et demeura fermement plantée sur ses pieds, armes aux poings et sourire aux lèvres. Un challenge de haut niveau. Un défi à relever se présentait. Une mission indirectement proposée par son maître, avec des intentions dignes de louanges. Ce n’était ni la vanité, ni la prétention qui l’avait amenée jusqu’à ce fils de Sandlers. Arric souhaitait juste suivre l’enseignement de son mentor le mieux possible, en arpentant cette voie toujours plus loin, avec discipline et dévouement. Elle désirait vraiment rendre hommage à l’apprentissage de Mandus et au temps que l’homme consacra à la jeune mage dans le but de la perfectionner au maniement de la Ice Make et de lui transmettre un certain savoir concernant une perception bien particulière de la magie et du rapport qu’elle entretenait avec Fiore, du lien qu’elle tissait avec chaque individu, habitant et/ou créature, humain et/ou animaux. Le respect qu’il incombait d’apporter à l’utilisation de cette extraordinaire force, qui permettait d’accomplir de grandes choses et qui rendait spéciale une personne lambda. Les Dragons Slayers se démarquaient de cette catégorie, doués de facultés hors du commun et dotés d’une puissance phénoménale. L’un d’eux se trouvait devant elle, prêt à défendre son territoire dont elle n’avait aucune raison de prendre le contrôle.


La revendication de cette partie du désert ne l’intéressait guère. De toute façon, cet endroit trop vaste et trop aride ne conviendrait pas pour une installation durable et/ou définitive de la jeune mage des glaces, le désert s'opposerait sûrement à la sédentarisation d'individus aptes à s'habituer au rude climat. Seul celui qui ne faisait presque qu'un en symbiose avec ce lieu désolé était accepté du sol et de la terre elle-même. Une sorte d'élu que Griffith incarnait. Une autre note importante à retenir concernant les enfants de Dragons. Arric comptait simplement se battre, sans repli ni débandade, en donnant le meilleur d’elle-même à nouveau. Non pas pour usurper les richesses de Griffith, comme il l’accusait, ni même afin de l’humilier, mais seulement pour progresser sur la voie qu’elle suivait. Pour apprendre. Ce n’était qu’une leçon de plus. Physiquement éprouvante, mais pleine d’enseignement à tirer. Elle ne faisait que le perpétrer à travers cette lutte qui lui serait profitable. Tous les combats, toutes les victoires et les défaites construisent une personnalité, façonnent un caractère et bâtissent une vie entière. Ce sont des étapes normales et naturelles pour l'évolution d'un être-vivant, surtout ceux possédant la faculté de penser et de raisonner. Cependant, la demoiselle se devait de régler le problème que constituait la présence du petit jeune homme à proximité, qui prétendait être un allié et prêt à l’aider. Elle ne savait rien de lui. Aucun indice qui trahissait son appartenance de guilde, son nom, son prénom, sa profession. Aucune information qui laissait transparaître qui il était. Sans quitter Griffith des yeux, elle répondit poliment et simplement à l’inconnu, ayant attendu l’apparition du nuage à l’odeur nauséabonde pour parler via du Solid Script. Elle n'était pas totalement inculte sur l'existence de différentes magies, mais ça ne faisait pas d'Arric une incollable sur le sujet.



- Monsieur, permettez-moi d’être franche. A mes yeux, vous n’êtes ni un allié ni un ennemi, juste une personne dont je ne connais pas l’identité. C’est un fait, non une critique, ne le prenez pas mal. Mais je tiens à le préciser, si vous souhaitez participer au combat, à votre guise. Toutefois, restez concentré et évitez de me gêner dans mes mouvements, je vous prie. Merci de votre compréhension. Et sachez aussi que le fait de côtoyer un Dragon Slayer n’entre pas en ligne de compte, ici et maintenant, pour moi.


Cette fois, ce fut à Griffith qu’elle s’adressa.


- Noble fils de Sandlers, je ne vous empêcherais en aucun cas de faire votre devoir envers nous, que vous considérez comme des intrus au sein de votre territoire, et votre attitude est légitime. En revanche, permettez que je lance mon assaut car c’est à mon tour d’attaquer. Je vous remercie d’avance ~


Et c’est sur un sourire sincère et jovial qu’elle chargea vers l’adversaire à la crinière blanche et aux yeux couleur de miel. D’un pied assuré, la demoiselle effectua une poussée soudaine et réussie en avant, prévisible et préparée à l’avance, mais néanmoins rapide et agile dans son exécution. Les bras dirigés en arrière, épées en mains, Arric ne cachait absolument pas son objectif ni son arrivée vers Griffith. : entamer un corps-à-corps dans les règles. La distance diminuait vite.


La duelliste frapperait bientôt de ses lames jumelles.

[HRP] :
Spoiler:
 




Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 17:04, édité 1 fois
Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 28
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Dim 26 Oct - 12:29
L'étrange fumée l'entourait désormais presque complètement et, brusquement, Griffith plaqua ses deux mains devant son visage, tentant ainsi d'échapper à l'odeur nauséabonde qu'il humait malgré lui. Rarement le général d'Oracion Seis n'avait respiré telle odeur et il se demanda comment pareille sorcellerie pouvait exister... Même certaines poubelles et autres bâtiments insalubres dans lesquels il avait tenté de se cacher étant plus jeune ne lui avait pas paru si repoussant. Bientôt prit d'incessantes quintes de toux, ses yeux devinrent rougeâtres, alors qu'il tentait désormais de dissiper ce fléau avec de grands, mais d'inutiles mouvements de bras. Parvenant finalement à sortir de ce désagréable sortilège en sautant en arrière, Sandstorm respira de nouveau l'air pur de l'immensité désertique, qui, à ce moment précis, apparut comme une véritable délivrance.

...vous considérez comme des intrus au sein de votre territoire, et votre attitude est légitime. En revanche, permettez que je lance mon assaut car c'est à mon tour d'attaquer. Je vous remercie d'avance ~

Le mage à la longue crinière blanche releva brusquement la tête, comprenant que trop bien la phrase d'Arric Jemestine, tandis que cette dernière, sans plus d'attente, bondit dans sa direction pour en découdre. Décontenancé, il réfléchit rapidement, cherchant une ultime idée pour éviter de combattre ces deux individus, ne comprenant d'ailleurs toujours pas pourquoi cette fille voulait t'en se mesurer à lui... Les idées filaient à l'intérieur de son esprit, trop rapidement et trop confuses pour qu'il espère en tirer quoi que ce soit. Néanmoins et alors que son adversaire arrivait toujours vers lui, il envisagea plusieurs solutions : fuir ? Non... impossible ! Il ne pouvait se permettre de continuer à se rendre ridicule dans ce genre de situation. Il devait montrer qu'il était digne d'être un des généraux d'Oracion Seis ; s'enfouir sous le sable, comme certaines créatures désertiques, qui utilisent ce moyen de défense pour se cacher du danger ? Non, cela reviendrait au même que fuir... Et puis de toute façon, les deux étrangers l'avaient vu ; fuir ? Non, non et non !!! Il se souvint alors d'une sorte de technique subtile qu'avait utilisé Melodia Sama en sa présence : sa compagne de Guilde avait vendu une mauvaise information à un homme pour induire ce dernier en erreur. Après cela, Athéna avait donné à Griffith le nom de cette technique que, d'ailleurs, tout le monde était susceptible d'utiliser : le "mensonge". Pourquoi ne pas tenter cette technique ici ? Se mettant en position de combat, le Prince du Désert s'imagina cependant son plan en action :

____________________

Euh... en faite, ce n'est pas vrai ! Je.. je ne suis pas le fils de Sandlers et... et par conséquent... eh bien je ne suis pas Dragon Slayer ! C'était un... un mensonge, un vrai mensonge hein !

Oh ! Il nous a bien eu avec son mensonge !

Oh un mensonge ? Il n'est donc pas Dragon Slayer !

Oui exactement ! Un mensonge !

Ah très bien alors !

Excuse-nous s'il te plait, nous repartons ! Au revoir !

____________________

Griffith souffla de désespoir, sachant pertinemment que jamais cette technique ne marcherait ici... Il n'y avait donc ici qu'une solution et même s'il aurait voulu éviter cela, il se rendit compte que combattre était la seule alternative possible. Et si cette Jemestine voulait une confrontation au corps-à-corps alors...

Pliant légèrement ses genoux, Sandstorm bondit également en avant, à la rencontre de son adversaire, afin de décontenancer cette dernière. Le sable vint rapidement se concentrer autour de ses bras, tournoyant majestueusement et laissant de longues traînées brunâtres derrière lui. Enfin et à l'instant même où il arrivait au contact de la jeune fille, Griffith sauta sur le côté, au dernier moment, esquivant ainsi les lames de l'étrangère, pour envoyer un Sabakuryuu no Tekken directement dans ses côtes, avant d’enchaîner, en sautant dans les airs, avec un Sabakuryuu no Yokugeki destructeur.

Un combo redoutable qui, il l'espérait, suffirait à mettre fin à tout ceci...


Dernière édition par Griffith Lightfield le Lun 25 Mai - 9:31, édité 1 fois
Reiner Fon Rosenburg
Mage de TartarosMage de Tartaros

avatar

Messages : 52
Date d'inscription : 29/08/2014
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Yami no Moji / Écriture des Ténèbres
Magie / CS Secondaire : Jutsu Shiki / Magie des Runes [Verrouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.770
Statut: Mage de Rang C
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mer 12 Nov - 19:20


Combat d'écriture - Yami no Moji VS Solid Script
Feat Griffith Lightfield - Soren Cornick - Arric Jesmentine





L'ombre... Rester dans l'ombre de quelque chose, c'est ne pas se faire prendre pour Reiner. Suivre une personne, l'observer depuis un point où il ne pourrait pas le remarquer, camoufler sa présence au maximum, il s'agit là des capacités de l'ancien écuyer runique. Tel un serpent qui guette sa proie pendant un long moment avant de l'attaquer, il cherche la bonne occasion pour frapper... Il use également bien de son manque de pouvoir magique. Le fait qu'il ne soit pas important fait qu'en présence de plus puissante, il est laissé de côté et on n'y prête presque pas attention. C'est ce qui se passait actuellement depuis le moment où il était arrivé dans les parages. Reiner avait une fois de plus entre pris un voyage afin de continuer son enquête au sujet de la mort de ses parents. Ses recherches le menaient dans vers Laliveron, la ville orientale. Il avait pu obtenir des informations sur un groupe de mage ayant formé à l'époque une guilde clandestine nomade, d'après ce qu'il savait, ces personnes commettaient pas mal de crime partout où il passait et c'est de cette façon qu'il se faisait de l'argent. Pour Reiner, il ne s'agissait pas vraiment des meurtriers de sa famille, mais il ne pouvait pas écarter toute piste et il devait tout de même aller sur place et constater par lui-même ce qu'il est exactement du groupe de mage en personne. Pour ça, il n'avait pas d'autres choix que de traverser le Désert de Nérobi pour y parvenir. Il aurait très bien pu faire un détour, mais lorsqu'il s'agit de traquer de son objectif personnel il évite de trop trainer, mais au final il se retrouve toujours dans des situations où intervenir n'est qu'une bonne chose.

D'après ce qu'il savait, l'endroit était en fait une Forêt avant qu'un combat entre deux dragons ne le transforme de la sorte. Il est répertorié comme un endroit assez dangereux, non pas à cause des tempêtes de sable qu'il pourrait y avoir, mais il existe plusieurs crevasses qui peuvent très vite vous mener n'importe où. Non seulement, vous tombez mais en plus de ça vous ne savez pas du tout sur quoi vous pouvez atterrir. Une personne non expérimenté et non préparé pour la traversée de cet endroit, se retrouverait très vite une situation alarmante. C'est la raison pour laquelle, Reiner s'était renseigné sur ses prochaines destinations avant de commencer sa route... Il pourrait très bien se rendre dans certain par des moyens plus rapide et plus sûr, mais rien ne vaut l'aventure.

Cela faisait donc plusieurs heures qu'il se trouvait en plein dans le Désert de Nérobi. Il évitait de trop marcher à même sur le sable. Les rochers étaient ses meilleurs amis. En sautant de rocher en rocher, cela lui coutait peut-être plus de force, mais il évitait de tomber dans des crevasses camouflées par ce même sable. Il avait tout de même besoin de prendre un temps de pause et c'est ce qu'il fit lorsqu'il put se positionner un rocher beaucoup plus grand et plus plat que ce peuplant le Désert. Il en profita également pour zieuter les alentours. C'est un cri qui l'interpella et l'obligea à regarder en direction même de l'endroit d'où il avait retenti. Ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait croiser quelqu'un dans un désert comme celui-là et donc entendre un cri ressemblant à celui d'une personne, attire obligatoirement l'attention.

Finalement son regard se positionna à un autre endroit. Effectivement, lui étant dans cet endroit il put entendre simultanément le cri, mais bien encore une explosion. Tout de suite après, il arriva à distinguer une silhouette se déplaçant à pleine vitesse en direction de l'explosion. Reiner ne pouvait s'en empêcher... Il avait beau avoir un objectif précis, comme il se le dit souvent il y a toujours des choses intéressantes en route et c'est justement ça qui rend une aventure palpitante. Il s'empressa donc de suivre de loin la personne se dirigeant vers le lieu de l'explosion. Celle-ci s'arrêta non loin d'un autre individu. Etait cette personne qui venait de créer cette explosion ? En tout cas, il se trouvait à l'endroit même où ça avait eu lieu. Un dialogue commença à se créer entre les deux personnes, puis une trois personnes arriva sans remarquer la présence de Reiner qui utilisait les rocher pour et les nuages de sable pour se dissimuler. Il resta pendant la discussion et remarqua que les choses commençaient à prendre une tournure assez intéressante. Non, seulement un duel allait avoir lieu, mais Reiner venait de tomber sur un Dragon Slayer... Pas n'importe lequel, mais un des Dragon Slayers faisant partie de l'alliance Baram et donc c'était un allié. S'il y avait une chose que Reiner ne pouvait pas cautionner, c'était que l'on s'attaque à des alliés et donc il se devait d'intervenir dans cet affrontement opposant visiblement trois mages.

Il se devait maintenant de mettre au point une stratégie. Dans un premier temps, il savait déjà qui était son allié du moins pour sa réputation. C'est le Dragon Slayer qu'avait combattu le Maître de Tartaros, son nom Griffith Lightfield ou encore surnommé Sandstorm... Une chose était claire en le voyant comme ça sans forcément connaitre ses antécédents, il avait clairement l'air inoffensif. Il n'y avait qu'à voir son attitude. Il confirma son identité en lançant un puissant souffle en direction du ciel, dans le but d'impressionner ses adversaires qui ne comptait pas partir. Le premier fût celui qui en second l'attention du mage noir en utilisant une magie qu'il connaissait, ressemble presque à la sienne. La version Occidentale de la Solid Script... Il s'agissait d'une magie donnant certainement plus de polyvalence que la Yami no Moji. Tandis que l'autre à côté déploya des attaques de glace... Il était clair que le monde était réellement surprenant, ce n'était pas tous les jours qu'on pouvait participer à ce genre d'affrontement. Dès l'instant donc où le mage d'écriture lança son attaque, Reiner comprit qu'il allait être celui qui s'occuperait de lui tout en essayant de distraire la dame afin que Griffith puisse remporter la victoire. Donc au moment du lancer de sort du nain, une fumée se créa soudainement enveloppant entièrement Griffith. C'était l'occasion idéale pour Reiner qui sortit de sa cachette et se rapprocher de Griffith. De là, il lança simultanément deux couteaux en direction du mage d'écriture avant d'écrire sur lui-même, le mot puissance décuplant sa force de frappe. Si la surprise venait à avoir l'effet escompté, les deux opposants de Griffith devrait normalement s'écarter afin d'analyser la situation. Il en serait de même pour le Dragon Slayer qui devrait comprendre aussitôt qu'il s'agit d'un allié...


Reiner : Sandstorm ? Je fais partie de l'alliance, je suis donc un allié. Laissez-moi m'occuper du nain.

Dit-il avec un léger sourire sur les lèvres. Les choses allaient certainement prendre une tournure que personne n'aurait imaginée jusque-là. Et c'est ce qui allait arriver au moment où Reiner se rendrait compte qu'il a plongé en plein dans une fumée puante.


Code par K'Aya de Never-utopia.
Soren Cornick
Mage de Quatro CerberusMage de Quatro Cerberus

avatar

Messages : 774
Date d'inscription : 17/03/2012
Âge : 21
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Occidental Solid Script
Magie / CS Secondaire : High Speed Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.580
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mer 14 Jan - 11:08
Il fait très chauuuud, au pays des chameauuuux !
Sauf que, s'il faisait véritablement très chaud, je n'étais pas un chameau. Je crois. Je n'ai pas d'énorme bosse sur mon dos et mes pieds ne sont pas velus et comptabilisent bel et bien cinq orteils avec un ongle chacun. J'étais donc un représentant de l'espèce humaine. Même si certains le doutent parfois, voire tout le temps. Mais je n'étais pas un de ces humains accommodés à ce climat propre aux milieux désertiques. Non mesdames et messieurs, j'étais un simple mage citadin. Ayant grandit dans la capitale et vivant désormais dans un bateau accosté depuis je ne sais combien de temps à une charmante bourgade. Aussi, j'avais l'habitude de sentir un sol dur et plus ou moins pavé sous mes pieds avec la possibilité, à la fin de la journée, de pouvoir m'endormir sur un matelas, la couette relevée. Bien entendu, il m'arrivait de voyage comme la plupart des personnes de ma profession. Aussi, j'arpentais chemins et routes du royaume de Fiore mais le plus souvent via des navettes afin de gagner en temps. Et aussi parce que ça fatiguait moins. J'ai aussi dormi quelques fois en milieu forestier mais je n'étais pas pour autant le meilleur ami des phacochères gargantuesques ! Alors parler de ce désert... C'était la première et unique fois que je viendrais ici de plein gré ! Car outre cette splendide et omniprésente chaleur, il y avait aussi tout ce sable. Et ce dernier semblait prendre un malin plaisir à s'infiltrer dans mes chausses et je n'avais pas envie de les enlever au risque de me retrouver avec les pieds brûlés.

Mais il faut vraiment que je corrige cette manie de laisser mes pensées vagabonder après avoir jeter un sortilège en plein combat. Car, je trouvais ça d'ailleurs dommage ça simplifierait plein de trucs, dans la réalité, les combats n'étaient pas au tour par tour, pour remporter la victoire l'un des moyens était d'harceler l'adversaire jusqu'à qu'il abandonne ou tombe K.O. Mais par contre, il faudrait m'expliquer pourquoi Arric allait droit vers l'adversaire ou plutôt, droit dans la fumée puante matérialisée par ma magie. Elle avait un nez à déboucher ? Dans ce cas, c'est vrai que ça se comprendrait mais, je n'avais pas l'impression que c'était le cas quand elle m'a adressé la parole. Elle semblait plutôt vouloir affronter ce type aux cheveux blancs cracheur de sable à ses temps perdus. Mais oui ! J'ai compris pourquoi elle fonçait dans le tas, droit devant elle sans réfléchir ! Elle était sûrement de Fairy Tail ! Après tout, ses membres avaient la curieuse habitude, si je me fiais aux échos que j'en avais, de foncer droit vers leurs ennemis, quitte à raser quelques bâtiments au passage. Je trouvais ça à la fois marrant mais aussi totalement stupide comme habitude. C'est pourquoi je balançais mes bras avec grands mouvements afin de lui signaler de revenir. Je venais de remarquer qu'en fait, la fumée faisait office d'écran à notre adversaire qui pouvait se cacher derrière celui-ci. Je devais cependant trouver un moyen de détourner l'attention ou au moins, de perturber notre adversaire quelques secondes afin qu'Arric le comprenne aussi.

- Là ! Une grooooosse dune de sable!!

Et oui, j'avais déduis que puisque le dénommé Griffith était un Dragon Slayer crachant du sable, il devait en manger. Ren-nii avait une fois aspiré de l'air pour se nourrir, même s'il disait pouvoir me calmer. D'ailleurs, c'était étrange étant donné que j'avais un léger mal de crâne après ça... Mais bref, s'il mange effectivement du sable, voire une grosse quantité de cet élément devrait pouvoir, au moins, lui faire détourner la tête ce qui nous donnerait quelques instants !
Sauf que je venais de me rappeler qu'on était dans un désert. Et que dans un désert, tu as du sable partout... Et donc que ma diversion n'aurait servit à rien... Sur le coup, j'étais frustré et le sable présent dans mes chausses devint la cible de cette frustration. Je m'affaissa volontairement dans le sable afin de pouvoir retirer l'une d'elle histoire de la vider de son sable. Aussi, alors que je la secouait avec une énergie négative, pleine de haine envers cet endroit, j'entendis deux sons derrière moi, identiques et s'il n'y avait pas eu un léger décalage entre les deux, j'aurais cru qu'il n'y avait qu'un seul. Ces derniers me stoppèrent dans mon activité et me fit me figer tandis que j'avais, un peu plus loin, les échos de la confrontation entre les deux chevelures blanches. Je n'osais pas me retourner. Si ça se trouve, il s'agit d'un duo de ses serpents du désert. Il vient de faire jaillir sa tête du sol et il était en train de m'étudier de dos, attendant que je me retourne pour me mordre avec sa vitesse reptilienne. À cette pensée, mon corps se couvrit de sueur froide vu que la crainte de se faire attaquer brutalement et sauvagement était un peu, beaucoup, relativement trop présente !

Mais, prenant mon courage à deux mains, je décida d'agir après avoir fait mes prières à tout ce qui me passait par la tête. Aux touffes d'herbe, aux épiciers, aux chaussures tout mis à part ce foutu désert. Bref, j’exécutai une roulade avant le plus rapidement possible et me retourna tout aussi vite prêt à balancer un Solid Script Fire aux deux reptiles supposés présents. Surprise et soulagement se mélangèrent dans mon esprit quand je ne vis qu'ils n'était finalement pas présents. Je cherchais tout de même la source de ce bruit et finit par trouver deux couteaux enfoncés dans le sable. Seule la couleur de leur manche me permit de les trouver. À qui étaient-ils ? Sûrement pas à Arric vu qu'elle n'avait aucune raison de m'attaquer, je crois, ni à Griffith vu qu'il était trop occupé avec Arric. Il y avait donc une quatrième personne dans ce coin-là du désert ? Pourquoi dès qu'il y avait de la compagnie, celle-ci essayait de me tuer ? Je n'avais pourtant rien fait... Mais au fait, elle était où cette autre personne ? Je ne voyais rien mis à part des dunes, du sable, des gros cailloux, des dunes, du sable et des gros rochers. Je devais donc trouver un moyen de localiser cet individu et pour cela, rien de tel que d'entamer la conversation !

- Hey, le lanceur de couteaux, pourquoi tu m'as attaqué ? J'ai oublié de te payer un couteau ? Désolé mais je n'ai jamais acheté de couteau de ma vie donc je suis innocent ! Au fait, t'aimes les lycaons ? Moi, je les adore, leur fourrure est superbe, qu'importe l'espèce ! J'aimerais bien en avoir un comme camarade familier mais après, faudrait que je l'habitue aux litières et je sais pas comment m'y prendre. T'as pas des conseils à me donner?

J'avais parlé d'une voix forte aussi, j'espérais qu'il m'ait entendu. De plus, en même temps que je lui parlais, je tournais ma tête horizontalement histoire qu'il, ou elle, m'entende bien. Avec ce sujet de conversation il était obligé de répondre avec au moins une ou deux phrases et grâce à ça, je saurais où il se trouvait et je lui enverrais de jolis flammes histoire de lui apprendre à jeter des trucs pointus sur les gens !
http://image.noelshack.com/fichiers/2010/30/1280489094-jackswagg
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Sam 28 Mar - 3:39

À LA FRONTIÈRE DES MONDES.



Ce duel rappelait à Arric l’extrait d’un livre, lu dans sa jeunesse.


Sur la peau de l’inconnu s’étalait une seule lettre, gravée à jamais : X. Pas une lettre. Une représentation du nombre dix. Et avec cette compréhension lui vint l’idée que, peut-être, y en avait-il d’autres comme lui. Il n’avait aucun souvenir d’une telle confrérie ; mais au niveau le plus profond, le plus primal, il savait appartenir à quelque chose de plus grand que lui. Il se savait fort dans ce but commun, dans cette recherche de suprématie.


Seul, il n’était rien.


Ses traits étaient ceux d’un homme fort ; jeune, mais devant lesquels d’autres s’inclineraient de leur plein gré. Sa mâchoire était carrée, ses cheveux sombres comme le milieu de la nuit, ses yeux d’un vert tiède, pailleté d’or. Ce visage était celui d’un homme sur les épaules de qui de lourds fardeaux pouvaient être posés sans crainte qu’ils n’en tombent. Et ce visage, la façon dont il avait été modelé, lui plut. Il était nu, mais cette absence de vêtements ne le troublait pas. Il ne savait rien de la pudeur et prit un instant pour admirer la perfection quasi-divine de son physique. La vanité de cette pensée le fit rire, et avec le sourire de quelqu’un qui sait le domaine à ses pieds, il poussa sur la portion endommagée des parois d’argent. La matière lui parut tendre, malléable sous ses mains, et il froissa suffisamment sa structure alvéolée pour s’ouvrir une issue. Il se redressa et sortit de l’intérieur réfléchissant, comme un nouveau-né d’une chrysalide étincelante. Après s’être laissé tomber au sol, il fixa ses environs avec émerveillement.


L’inconnu se trouvait à l’intérieur d’un vaste cratère, large d’une centaine de kilomètres au moins, profondément ouvert dans le ventre de ce qui avait été autrefois une montagne colossale de pierre noire et de glace. Le cratère était une forêt de stalagmites flûtées et en spirale, son sol tissé de fêlures à travers lesquelles jaillissaient des panaches de vapeurs cuisantes et des giclées de roche fondue. La chaleur était incroyable, et une bruine chaude embrumait l’air. Une eau consistante, au moment de basculer dans le cratère, qui se liquéfiait en y tombant, et s’élevait en vapeur avant d’en avoir atteint le fond. Des falaises gigantesques s’élevaient de mille mètres au-dessus de lui, et des cascades de roche couverte de glace choyaient dans le cratère depuis le bord fendu. Des gonflements de poussière et de fumée lui cachaient le ciel. La montagne grondait et tremblait de secousses sismiques.


Les murs des à-pics étaient un mélange étrange de glace translucide, d’artère de métal et d’arches structurelles brisées, toutes veinées de millions de fils d’argent qui tremblaient comme des lucioles emprisonnées. Des pulsations de bioluminescence dorée parcouraient ce réseau, tel des transmissions anarchiques entre les synapses d’un cerveau endommagé. La lumière rayonnante vibrait tout autour de lui, autant que des soleils à peine nés dans un ciel de cristal. Ce spectacle était probablement le plus beau qu’il aurait jamais pu imaginer. Arrachant son regard au paysage magnifique du cratère et refusant de s’apitoyer sur son sort, l’inconnu étudia cet entonnoir à nouveau, en laissant les détails qu’il avait survolés passer au premier plan. Une chose était immédiatement apparente : il ne pouvait pas s’agir d’une formation rocheuse naturelle à l’intérieur de la montagne. Sa figure était trop géométrique et son arrangement trop précisément symétrique pour être apparus d’eux-mêmes. Il regarda ces lumières jouer sur les murs, repéra un motif dans leur mouvement ostensiblement aléatoire, un motif qui avait à présent été perturbé.


Le cœur de ce motif menait au centre du cratère, où l’inconnu discernait les traces d’une structure angulaire nichée entre les stalagmites enroulées. Il se mit en chemin vers elle, ses pas longs et assurés, confiants jusqu’à l’arrogance. Il couvrit rapidement l’intervalle entre les brèches et leurs gaz surchauffés, et les ruisseaux bouillonnants de roche en fusion éructés vers la surface. Plus il se rapprochait du centre, plus le sol était fendu de ces failles qui l’obligeaient à de nombreux détours. S’étant arrêté, perché au sommet d’une flèche de pierre tombée, il scruta le sol près de la structure, en distinguant maintenant des motifs concentriques complexes taillées dans la pierre autour de lui. Il ne parvenait pas à percer le sens de ces grands arcs reliés par des tournures runiques cursives. Ces dernières ne correspondaient pas, en tout cas, à un langage, mais le but qu’elles servaient demeurait un mystère.


Beaucoup avaient été traversées par les craquelures, d’autres étaient en passe d’être décapées par des rubans de magma liquide, qui sifflaient et fumaient en suintant depuis des cheminées invisibles. Bien que l’inconnu n’eût aucune connaissance consciente de ces choses, il savait ce cratère tout entier sur le point de s’effondrer en une caldera de lave, car sa stabilité reposait sur le fait que le sommet de la montagne demeurait intact. La structure qu’il avait vue était basse et carrée, apparemment robuste, sans capacité d’accéder à l’intérieur. Mais très certainement important ; autrement, pourquoi quelqu’un se serait-il donné la peine de la placer dans un endroit aussi inaccessible ? Il continua, serpentant entre les stalagmites qui peuplaient le sol du cratère, ressemblant à des sentinelles silencieuses. Il effleura l’une d’elles de sa main et sentit qu’une charge électrique infime la parcourait. Peut-être un tissage cristallin électro-conducteur ? Il traversait les lignes concentriques de symboles runiques, en sentant ce faisant un étrange picotement. Une nouvelle vigueur apparaissait, comme si une source de vitalité venait de jaillir en lui.


La chaleur augmentait de manière régulière à l’intérieur du cratère, et de plus en plus de débris rocheux y tombaient par-dessus son bord. Les flancs de la montagne s’effondraient vers l’intérieur, comme une sculpture de sable lentement érodée par les vagues. Il lui faudrait partir bientôt, ou risquer d’être enterré. Enfin, l’inconnu atteignit la structure au cœur du cratère. Comme il lui avait semblé, il n’y avait, en effet, nul moyen d’y entrer ; ses murs étaient d’un noir luisant et sans joint, ni imperfection à la surface. À tout point de vue, il s’agissait d’un cube solide. Une pierre attendant un ciseleur, un rêve attendant que quelqu’un lui donne forme.


Ou un cauchemar…


Un craquement soudain résonna pareillement qu’un coup de feu, et l’inconnu recula, alors qu’un sentiment de danger le prenait au ventre. Il vit une fourche de lumière argentée fêler la pierre lisse, en progressant à travers le bloc à l’instar d’un éclair retourné. Un autre fissura l’angle le plus proche de lui, rapidement suivit d’un troisième. Un quatrième et un cinquième fendillèrent la surface. Il savait que le bon sens lui aurait dicté de s’éloigner aussi vite que possible, mais il fallait qu’il sache ce qui avait été caché dans cet emplacement secret. De plus en plus d’interstices se répandaient sur le bloc, se reliaient et brillaient d’une lueur phosphorée. Il protégea ses yeux alors que le cube se mettait à irradier comme une supernova. Dans une détonation finale, la structure se disloqua, et ce qui s’y trouvait fut révélé.


A travers l’éclat clinquant et mercuriel de cette lumière argentée, il vit une silhouette se concentrer, roulée sur elle-même au milieu de tant de radiance impossible. Une entité désassemblée, qui ne parvenait que maintenant à reprendre son apparence originelle. Un tissage tourbillonnant, architectural et organique, artificiel et intelligent ; à la fois une chose vivante et une construction aberrante. Un bourdonnement ignoble d’engrenages biomécaniques, accompagné d’un murmure de métal liquide, se réverbéra dans toute la caverne, tout à la fois battement de cœur artificiel et cri de naissance.


La créature énorme qu’il voyait était semblable à un ver, et se déroulait depuis sa geôle écroulée. À entendre ce terrible piaillement mécanisé de libération, il ne faisait aucun doute que ce monstre avait été délibérément emprisonné dans cette montagne imprenable. En se baissant, l’inconnu ramassa un morceau tranchant de roche noire lisse comme le verre. Une arme grossière, mais dont il devrait se contenter. Il s’avança face à la créature, un wyrm titanesque, dont le corps segmenté et cliquetant se reformait dans une rotation constante, avec une aisance liquide. Son exo-crâne bulbeux et arachnéen était pourvu d’antennes, de trois proboscides garnies de dents en aiguille, et d’yeux à facettes où se reflétaient un million d’images de l’être nu devant lui. Le grand wyrm se cabra, telle une hideuse tour d’acier chromé, et poussa un grand brame de colère mécanique.


L’inconnu bondit de côté lorsque la bête abattit sa masse vers lui, en écrasant les restes de son ancienne cellule et en lézardant le sol sous son poids excessif. La roulade de l’inconnu le fit se cramer la peau sur les taches de lave remontées à travers les gerçures. Une vapeur calcinante l’entourait et il ravala un cri de douleur. L’immense ver glissa vers l’inconnu, en bousculant les stalagmites hors de son chemin et en creusant sous lui un considérable sillon. Sans rien d’autre que son épaisse écharde tranchante pour se défendre, l’issue de la rencontre semblait déjà définie. Il rugit et se jeta sur la créature pour lui planter la lame d’obsidienne dans le flanc, mais la pierre vola en éclat contre l’armure scintillante. La bête le percuta, un léviathan flexible, fait d’un métal et d’une puissance impossible à arrêter. Des piquants argentés percèrent la peau de l’inconnu et lacérèrent son torse, ainsi que ses épaules. Projeté au loin, il buta lourdement le sol, et le choc le vida de son souffle, le corps meurtri jusqu’à l’os. Il se remit sur un genou, prêt à affronter l’abomination de nouveau. Même sans arme, il la combattrait.


Mais il sembla que tuer l’inconnu ne faisait pas partie des préoccupations du wyrm. Celui-ci continua d’avancer sur le sol de la caverne, en s’y frayant un chemin vers les falaises. À nouveau, il se dressa, et des centaines de pattes griffues, préhensibles, s’extirpèrent de sous son ventre. Par des flexions sinueuses, la créature grimpa les faces de roches désintégrées jusqu’à s’enrouler autour du rebord du cratère et se glisser par-dessus. L’inconnu resta là, debout, à regarder le wyrm partir, soulagé d’être encore en vie, mais furieux de n’avoir pas réussi à tuer cette bête. Même s’il ne savait rien de son passé, les facultés de son corps lui laissait entendre qu’il n’était pas un homme ordinaire. Il avait échoué dans sa première tâche, et se jura à lui-même qu’il n’échouerait pas une deuxième fois. Son arrivée avait détruit cette cage de détention, bien que cela fût malgré lui, et la responsabilité de réparer cette situation semblait lui revenir. Le sillage de destruction semé par la créature le mena jusqu’au pied de la falaise. Son ascension avait laissé la roche couverte de prises pour les mains et les pieds, ce qui en rendait l’escalade possible.


Possible, mais pourtant étonnamment dangereuse et difficile.


À chaque seconde que l’inconnu hésitait, le wyrm continuait de mettre davantage de marge entre eux deux ; il agrippa donc la roche et se mit à grimper. Une main puis l’autre, au rythme régulier d’une machine. L’élévation était ardue, la pierre ayant été affaiblie par le passage de la bête. Cela lui prit deux heures éreintantes, mais lui aussi finit par atteindre le bord du cratère et se hissa au-dehors. Ses muscles lui brûlaient après l’effort qu’il avait fourni, et son torse se soulevait pour tenter de reprendre son souffle. Il tomba à genoux, ses mains en sang posées sur le sol, pour avaler de grandes bouffées d’air glacé, chargé de poussière. Des fragments d’écailles de la bête jonchaient le bord du cratère, et il en ramassa un, en songeant à s’en servir comme arme. L’inconnu le tourna entre ses mains, surprit de le trouver aussi léger. L’arête en était extrêmement coupante. Et lorsqu’il y entrevit son reflet, il ne put retenir un hoquet de surprise.


Là où les yeux de l’inconnu avaient été auparavant d’un vert tacheté d’or, ils étaient désormais d’une teinte argent, telles des pièces placées sur ceux d’un mort, selon certaines coutumes. Il leva une main à son visage, et vit par-là même la toile de veines et de sang incandescent qui courait sur sa peau, constata tout l’art mis dans leur tracé et les miracles et les miracles de bio-ingénierie encodés à l’intérieur de sa chair. Était-ce là un effet secondaire de l’attaque du ver, ou bien percevait-il le monde comme il l’avait toujours été censé le voir ? Étrangement, la vue de ses nouveaux yeux ne le décontenançait pas outre mesure, et il se remit debout, empli d’une résolution renouvelée. Le chemin prit par le wyrm était inratable : une profonde entaille dans le flanc de la montagne, partant vers le nord, en direction d’une destination enténébrée. Une lumière aqueuse clignait encore au loin sur les écailles de la créature qui fuyait son tombeau. Plus loin que le wyrm, il apercevait les contours brisés de ce qui ressemblait à un ensemble de tours en ruine, de toute évidence anciennes, ayant peut-être appartenu à une culture éteinte, depuis longtemps disparue.


Les cieux de soufre au-dessus de l’horizon formaient une masse d’un jaune hématome et d’un rouge infectieux. Les nuages d’orages tournaient et se heurtaient, et leurs foudres éloignées fendaient l’air de leur claquement sonore. Seul un jour faible et diffus parvenait à filtrer au travers. Une tâche de cette lumière éclairait les abords sud de la montagne, directement au-dessous de l’inconnu. Il vit au loin un convoi de véhicules primitifs traversant la steppe méridionale, une grande caravane, tirée par d’imposantes bêtes de somme à la peau grise. Le paysage que traversait cette colonne était austère et hostile, fait de sables foncés et d’une plaine rocheuse balayée par les tempêtes de poussière et les vents glaçants, un bien triste patelin à considérer comme sa terre. La distance les rendait minuscules, mais il observa néanmoins les hommes au dos courbé qui conduisaient ces animaux, protégés par des fourrures et de lourdes capes en cuir. Repérer ainsi d’autres êtres vivants lui fit éprouver une sorte de mélancolie, un soulagement de ne plus être seul.


L’inconnu voulut aller vers eux, apprendre où il se trouvait et qui ils étaient. Mais il s’était juré de voir le wyrm détruit. Son premier acte en se retrouvant ici n’allait pas être de briser sa parole. Le "Dixième" tourna le dos aux hommes de ce territoire, et suivit la trace de la créature vers les sables noirs et froids qui s’étendaient au nord.


Pour Arric, la légende prenait fin à cette transition, qui clôturait une page du bouquin et qui laissait place, ensuite, à la traque du wyrm, une entreprise du héros inconnu surnommé "le Dixième", pour s’achever, au bout du compte, lors de la lutte finale entre le personnage principal et son étrange ennemi, bien que l’histoire s’étende au-delà de ce chapitre du mythe, décrivant la poursuite puis l’échauffourée, et le reste. Quasiment tout concordait à peu de choses près, parallèlement au récit.


L’adversaire s’était lancé sur l’épéiste. Action trop prévisible. Croyant être originaux, la plupart des ennemis s’empressaient d’effectuer cette pseudo attaque surprise, espérant dérouter leurs opposants. Quelle naïveté. Légère déception. Ce Dragon Slayer devait ignorer les tactiques de bataille. Seuls les idiots et les incultes ne connaissaient rien à ces subtilités. Arric ne prenait aucunement son concurrent pour un imbécile, loin de là, mais se battre n’était visiblement pas sa tasse de thé. Rien qu’à voir la réaction du rejeton de Sandlers face à la visite de la bretteuse et du … jeune homme roux incrusté dans la rencontre, même si la demoiselle n’était pas au courant qu’il était arrivé avant elle sur place : Griffith était à la LIMITE de se faire dessus, le pauvre…


Mais, d’un autre côté, cette timidité le rendait adorable. Et son père reptilien devait être mignon.


Bien entendu, la puissance compensait largement le manque d’expérience du fils prodige. Après, il se pouvait très bien qu’Arric se trompe et que le porteur de la crinière blanche, en guise de chevelure, soit un habitué de la savate ou alors un bon utilisateur d’arts martiaux. Mais en attendant, elle n’avait rien vu d’impressionnant. Il révèlerait sûrement toute l’étendue de ses compétences plus tard. Pour l’instant, le bougre cognait vite, et fort. La jeune fille sentait bien passer les attaques portées sur elle, qu’elles soient assénées au corps-à-corps ou lancées de loin. Chouette programme.


Les deux belligérants se foncèrent dessus, mais ne s’entrechoquèrent pas, à cause de l’esquive de côté pratiquée par Griffith, empêchant la manieuse de lames d’atteindre le Dragon Slayer avec ses épées. Heureusement qu’il s’élança vers Arric, où sinon l’escarmouche se serait passée en plein dans le nuage puant à l’odeur fétide, sortilège jeté par son "allié" selon toute vraisemblance, plus gênant qu’autre chose. Avait-il vraiment écouté son avertissement du début ? Par ailleurs, un autre accrochage avait lieu entre ce fameux "associé" et un ennemi lâche, caché dans l’ombre. Trop concentrée pour s’attarder sur le sujet, la mage préféra revenir sur la priorité du moment : Griffith !


Ressemblance frappante avec le conte : les deux protagonistes se situaient en terre aride et à moitié inhabitable. Ils rencontrent un ennemi qu’ils veulent absolument défier et, si possible, vaincre. Les deux challengers en lice usent de stratagèmes afin de s’approprier l’avantage. Quand Griffith exécuta son attaque de poing, chargée en force brut, il atteignit effectivement sa cible, mais pas aux côtes, vu que l’élan d’Arric dans sa charge, et l’abattement de ses armes dans le vide, lui fit opérer une rotation de l’échine, dévoilant cette partie du corps à l’adversaire. La main fermée toucha le bas du dos de la demoiselle, qui poussa un glapissement de douleur en ressentant la magie concentrée. Cette technique lui remémora le combat contre Emil Ryuki, l’utilisateur de la Crash Magic.


Arric perdit presque son équilibre à cause de cette frappe, mais ne s’étala pas en plein sur le sable. Elle ne comptait pas décevoir ce rival, qui lui donnait un trop bon avant-goût du pouvoir d’un Dragon Slayer, pour la pousser à s’arrêter maintenant. Il fallait qu’elle en voie encore. Se stoppant quelques infimes fractions de secondes le temps de ranger ses épées, la mage se retourna dans une exclamation soudaine et abattit une morgenstern gelée avec fracas à la précédente position de Griffith. Mais il sauta avant l’impact, le petit filou, ce dernier décrochant une double attaque.


Arric ne se laisserait pas surprendre cette fois-ci. Alors que l’attaque fondait sur elle, la mage usa de sa main libre, l’autre occupée à tenir la grandiose massue piquante, pour ériger, depuis le sol en clamant son sort, un solide mur de glace, à dimensions suffisamment denses afin de rendre la barricade efficace, environ deux mètres de longueur sur deux mètres de largeur, avec une cinquantaine de centimètres en guise d’épaisseur. En revanche, cela n’empêcha pas du tout de ressentir le contrecoup de l’attaque double, qui fit reculer la Ice Makeuse de quelques centimètres derrière son abri, laissant des traces de pieds et de sa main, couchée au sol pour maintenir son incantation. Elle serra les dents. Sa cicatrice refermée à l’épaule ne la laissait pas indifférente. Le mur était fissuré, craquelant de quelques failles, avec les coins, détruits, du haut de cette structure.


Au tour d’Arric de contre-attaquer, et elle comptait bien rendre la pareil à ce majestueux adversaire. Restant sur un genou, partiellement dissimulée par les débris du mur brisé, la demoiselle souriait en coin et fit disparaître son instrument de mort avant de plaquer sa seconde main sur le sable du terrain sec, et d’enclencher un nouveau tour de magie qui, selon elle, lui semblerait fort utile. Annonçant qu’il était temps de rendre l’environnement un peu plus "convivial", l’épéiste exécuta sa première partie du plan immédiatement. Répandant du givre en cercle autour d’elle, dont Arric servait d’épicentre, le sol se transformait en patinoire au fur et à mesure de l’extension du froid au sol. Vu que Griffith était à quelques mètres de rayon de la bretteuse, le gel arriverait sous peu sur lui.


Mais cette tentative d’emprisonner ses jambes, censée réduire sa mobilité au maximum et le plus longtemps possible, s’avérait n’être qu’une diversion pure et simple. En effet, la seconde partie du plan consistait à l’attaquer de loin, comme venait de faire le Dragon Slayer du Désert un peu plus tôt sur la mage. Qu’il soit retenu par le sol glacé ou qu’il ait sauté afin d’éviter la ruse, ou n'importe quelle autre action, la surface cachée de l’iceberg se révéla sous la forme d’un somptueux arc de givre, et de trois flèches glacées sitôt encochées. La jeune fille n’attendit pas plus longtemps et exploita le reste du mur fragmenté, dont la taille avait été réduite de moitié, environ un mètre de hauteur après les impacts du fils de Sandlers, comme tremplin en sautant au sommet, puis décocha le trio de projectiles, aussi mordant que des dards, capables de percer la peau et déchirer la chair, en direction de sa cible. Les carreaux étaient chargés en nombreuses émotions, qui ne pouvaient toutes êtres nommées, mais qui étaient bel et bien présentes. Trois mini javelots ne pourvoyaient pas à extérioriser toute l’exaltation d’Arric, mais elle devra faire avec pour le moment. D’autres instants de passion viendraient après celui-là.


L’ennemi ne pourra pas dire qu’Arric manquait de ressources lors de ce duel de choc.



Ni qu’elle manquait de bijoux de famille, malgré sa féminité apparente et irréfutable.

HRP :
Spoiler:
 




Dernière édition par Arric Jesmetine le Mer 2 Nov - 17:05, édité 1 fois
Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

avatar

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 28
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Mar 26 Mai - 21:11
Le Prince du désert était tellement concentré sur sa confrontation avec la jeune fille aux épées, qu'il n'avait absolument pas remarqué la nouvelle présence qui se rapprocha furtivement du lieu du combat, alors qui fondait sur son adversaire. Ce n'était que quelques secondes plus tard, alors qu'Arric avait réussi à parer son Yokugeki d'un colossal mur de glace, que Griffith l'aperçu. Malheureusement pour lui, l'inconnu - même si ce dernier était un allié - allait apparaître comme un véritable obstacle, car, alors que l'utilisatrice de la magie de glace avait plaqué ses mains sur le sable pour peu à peu geler le sol autour d'elle, Sandstrom le distingua et, pris de peur, se défocalisa complètement de son adversaire direct. Un nouveau manque d'expérience qui allait probablement coûter cher au jeune général d'Oracion Seis qui ne sentit qu'au dernier moment les trois projectiles, - trois flèches de glace - fondre sur lui... Une scène tout à fait paradoxale pour un soi-disant Dragon Slayer.

Tandis que ses pupilles devinrent transparentes devant l'urgence de la situation, le fils de Sandlers ne réfléchit pas et bondit en arrière, avant de placer ses deux mains en avant :

Sabakuryuu no... Issei Shageki !!!!!!!!!!!!!!!!

De ses deux paumes jaillirent plusieurs jets de sables concentrés qui frappèrent les projectiles de Jemestine. Cependant, seulement deux touchèrent leur cible, laissant passer une flèche qui frappa le haut de l'épaule gauche de Griffith. Ce dernier poussa un cri de surprise, avant même de ressentir la douleur parcourir le haut de son membre, ainsi que son cou. Serrant les dents, il plaça sa main droite sur sa blessure, de laquelle ruisselait de fines coulées de sang, tachant ses vêtements et perlant même jusqu'au sol aride du désert... Sentant son coeur battre de plus en plus fort dans sa poitrine, Griffith dévisagea les désormais trois individus face à lui, comprenant que trop bien que, cette fois-ci, il ne pourrait compter sur l'aide de personne d'autre que ses propres pouvoirs... Il avait envie de crier, de leur demander pourquoi ils s'acharnaient sur lui comme cela, alors qu'il n'avait strictement rien demandé à personne ! Mais cela était inutile... Il savait que ces types ne s'arrêteront pas devant les interrogations d'un gamin et ça, Seventh Sama le lui avait souvent répété... Oui, il n'y avait qu'une chose à faire : vaincre ses inconnus en évitant de leur faire trop mal...

Fléchissant ses jambes pour se mettre en position de combat, Sandstorm sentit le sable s'élever légèrement du sol, avant que ce dernier ne se mette à tournoyer autour de lui de plus en plus rapidement. Son visage, quant à lui, changea légèrement et se durcit : en effet, ses pupilles se rétractèrent encore un peu plus, tandis que ses canines s'agrandirent davantage.

Enfin, il expira lentement, plusieurs fois, avant de s'adresser aux étrangers :

Je vais me battre. S'il n'y a que ça à faire, alors... alors je me battrais ! Et ça, jusqu'à ce que vous partiez d'ici !

Le Dragon Slayer ne dit pas un mot de plus : oubliant un bref instant le mal qui lançait douloureusement son bras, il aspira seulement toute la quantité de sable qui virevoltait autour de son corps, avant de placer ses mains devant sa bouche :

Sabakuryuu no... HÔKÔÔÔÔÔÔÔÔÔÔ !!!!!!!!!!

Le souffle du Prince du Désert fusa vers les trois inconnus avec une vitesse et une puissance prodigieuse, tel un rouleau destructeur, une gigantesque lance aride, impitoyable et surtout... mortelle !
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Jeu 8 Juin - 20:56

BALAYÉE D’UN REVERS DE MAIN.



Vite arrivée, vite repartie.


Ne s’attendant pas à une telle technique, surtout à ce stade du combat, Arric ne put esquiver cette soudaine attaque portée contre elle et d’autres gens, à plus courte distance que prévue, et l’encaissa de plein fouet. Projetée violemment en arrière, Arric ne s’inquiéta qu’à moitié de savoir si elle venait d’expérimenter une des maîtrises propres au Dragon Slayer, ce fameux souffle élémentaire envoyé contre les ennemis, qui changeait selon l’appartenance du lanceur. Ici, ce fut un puissant tourbillon de sable brut atteignant Arric qui la fit valser à plusieurs dizaines de mètres en arrière, passant hors de vue du fils de Sandlers. Durant son âpre éjection, alors qu’il semblait que le temps défilait au ralenti pour elle, Arric accorda la seconde moitié de sa réflexion à des souvenirs lui revenant en mémoire, et à des pensées qui lui traversèrent l’esprit, comparables à des lances épaisses comme celle qu’elle venait de subir. Les raisons pour lesquelles Arric était venue, l’éducation de Mandus, la quête de savoir, la recherche de ce Dragon Slayer du Désert et leur courte rencontre, furent balayées comme poussière au vent. Ces buts, désormais éparpillés par les bourrasques du Désert Nerobi et dispersés aux quatre coins de ce dernier, ne seraient sans nul doute jamais récupérables. Seulement rebâtis un jour, avec le temps. Arric se sentait légère, propulsée comme elle l’était par un si grand pouvoir, la bretteuse comprenant enfin que sa condition inférieure ne la rendait pas de taille face aux puissantes entités de Fiore.

Puis elle heurta brusquement des rochers, la faisant revenir à la dure réalité, tout comme les pierres qui stoppèrent sa course aérienne involontaire. Après s’être cognée sur ces imposants rocs stériles, la jeune fille tomba par terre, le choc lui ayant, malheureusement, fait vraiment très mal. La douleur traversait son corps de part en part, surtout au niveau du dos. Déjà bien affaiblie par la quantité de magie utilisée pendant l’affrontement, son énergie consacrée à rester éveillée et consciente monopolisait sa vigueur. Un animal ou un ennemi passant par-là pourrait l’achever sans problème s’il s’y prenait vite. Arric ne comptait pas se laisser faire si cela arrivait. La Mage de Glace se défendrait bec et ongles si nécessaire, mais elle reconnaissait son actuelle posture désavantagée, car essoufflée, blessée et étalée au sol. Arric était contente de sentir les lames offertes par Jason dans ses mains, trop crispées pour les lâcher. Deux précieux cadeaux que l’épéiste n’abandonnerait jamais. Arric voyait l’une d’elle grâce à sa tête pivotée de côté pour l’instant, qui ne bougerait pas à cause de la douleur dans sa nuque et le risque de la briser, si des os n’étaient pas déjà cassés, ou si sa colonne vertébrale n’était pas endommagée. Préférant ne pas y penser, Arric se contenta de recourir à toute son endurance pour survivre, et ce un maximum de temps.

La Ice Makeuse se demandait si elle allait décéder. Vu les circonstances, c’était très probable. La Mort guettait sûrement dans le désert, le regard à l’affût sous sa capuche obscure, la robe sombre à l’épreuve de tout et gardant son éclat ténébreux, les deux mains appuyées au sommet de sa faux qui ôte les vies. La demoiselle pensait à cette image à cause des illustrations de livres lui revenant en mémoire. Arric ne souhaitait pas mourir, mais si la "Messagère Noire" venait à lui tendre la main, Arric la saisirait et accueillerait la "Faucheuse" comme une vieille amie, déjà présente après l’embuscade des bandits qui l’avaient attaquée par surprise. Elle se souvenait encore de cet étrange moment. Flottant au-dessus du sol, bougeant comme si elle était transportée sur un brancard, la Mort à ses côtés en train de marcher et lui parler en même temps, sereine et douce, mais avec cette voix d’outre-tombe hérissant les poils de peur et de tristesse face à l’approche du trépas. Ce ne fut pas le tunnel lumineux qui l’attendait, mais une brume terne aux murmures apaisants. C’était étrange, mais cette compagnie détendait la guerrière, les larmes laissant place au sourire et l’amertume se voilant au profit de la fierté. La même qu’elle connût lors des exercices réussis avec Jason, ou durant les méditations relaxantes avec Mandus. Arric ne tarderait pas à être emportée par la "Faucheuse" si elle ne trouvait rien à améliorer pour sa situation. Les cailloux divers et la chaleur allaient, respectivement, déchiqueter et brûler Arric d’ici peu de temps si une tempête se levait, ou si le soleil décidait de taper plus fort que prévu sur ce grand territoire aride. Sans parler des charognards, qui pourraient venir la boulotter vivante.



Était-ce la Mort, cette silhouette loin d'Arric ? Elle était plutôt… petite.


Dernière édition par Arric Jesmetine le Mar 25 Juil - 2:34, édité 1 fois
Liz Taylor
Écuyère RuniqueÉcuyère Runique

avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 30/12/2015
Âge : 20
Guilde : Agent du conseil
Magie / Malédiction / CS : Increased Five Senses

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.240
Statut: Mercenaire de Rang B
Renommée : Mercenaire Itinérante
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Ven 30 Juin - 16:02


Une caravane, un désert, une femme ?


C’était quelque temps après le décès de mon père. Je continuais mon voyage, bien que toujours sensible sur ce sujet. Mais je devais quand même avancer et voir un peu plus le monde dans lequel je vivais. C’est ainsi, que je me retrouvais à escorter une caravane, dans un désert réputé dangereux pour les nons habitués. Pourquoi ici ? Pourquoi cette caravane ? Je trouvais simplement là une bonne occasion de m’entraîner dans le désert. Et puis, comme je ne voulais pas risquer de me perdre et de mourir seule dans un tel environnement : j’avais réussi à m’incruster dans une caravane qui s’y dirigeait. Mes compagnons de voyage s’y dirigeaient pour répertorier quelque coin et ressources et je ne sais plus quoi. Tant qu’ils allaient dans ma direction, je n’allais pas m’en plaindre.

Bien que je m’y étais préparé, la chaleur était VRAIMENT très haute. M’obligeant à enlever mon manteau et à rester en robe. Pfiou, et dire que dans certains coins, il existait des peuples nomades qui voyageaient dans ces zones et y habitaient une grande partie de leur temps. Comment faisaient-ils ? Cela ne faisait qu’à peine trois jours que nous y étions et je me voyais déjà retourner dans un coin plus humide. Même, si en y réfléchissant, j’étais venu ici pour m’entraîner. Ce que je faisais, naturellement, bien que moins longtemps que d’habitude.

La journée avait bien été entamée et la caravane s’était arrêtée pour aujourd’hui. Bien que j’eusse proposé mon aide, pour établir le camp, mes compagnons de route préféraient que j’aille visiter le coin et qui sait, trouver un bon coin d’entraînement. M’assurant que là où nous étions, il n’y avait pas de danger. Soit, je les croyais sans hésiter et, laissant mon manteau là où il était, parti gambader plus loin, à la recherche d’un coin sympa où je pourrai me reposer à l’ombre en attendant l’heure du repas. Car oui, ne le cachons pas, si j’avais réussi à m’incruster ici, c’était surtout grâce à la cuisine qu’ils avaient goûtée lorsque je m’étais présentée à eux. Et j’étais donc de corvée cuisine le soir.

Je m’étais assez éloigné désormais, m’abritant sous un tas de rocher en suspension les uns dans les autres pour me cacher du soleil. Prête à commencer ma séance quotidienne, mais quelque chose clochait, je percevais de l’agitation. Comme si quelque chose se débattait non loin d’ici. Simple hallucination auditive ? Je voulais quand même en être sûr.

J’usais donc de ma capacité et me concentrais sur ce « bruit ». Je le suivais à la trace, avant d’entendre un souffle monstrueux et des bruits de roche ou plutôt le bruit de quelque chose qui percutait la roche. Mais que se passait-il là où je me dirigeais à pleine vitesse ? J’apercevais enfin ce qui ressemblait à une grotte. Je pouvais nettement sentir une certaine aura s’en dégager, comme si quelque chose de dangereux s’y tapissait. Serrant mes petits poings, je me décidais à y entrer. Et que ne fut pas ma surprise d’y trouver un peu plus loin une personne gisant contre les rochers. Visiblement, le bruit d’une matière inconnue percutant de la roche venait de cette personne plutôt . . . dévêtue ? C’était une petite femme, pas de mon âge, ça, je pouvais le voir grâce à ces deux formes plus développées que les miennes. Je m’approchais pour m’enquérir de son état, elle avait encore les yeux ouverts et semblait être attiré par ma venue.

« Te-tenez bon ! V-vo-vous pouvez m’ent-endre ? »

Mon père m’avait enseigné que si je trouvais une personne blessée : il fallait d’abord m’assurer de deux choses, déjà d’une, qu’il ne s’agissait pas d’un piège et de deux, que si la personne était encore consciente, il fallait lui parler et la garder éveillée. Mais n’empêche, ça devait vraiment faire mal de se prendre un mur de roche à une vitesse plutôt élevée vu le bruit de l’impact. Je devais me dépêcher de l’amener à la caravane. Car ici, je ne pouvais même pas lui apporter les premiers soins.
PS:
 
Arric Jesmetine
SilvermoonSilvermoon

avatar

Messages : 215
Date d'inscription : 25/06/2014
Âge : 18
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.390
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Lun 7 Aoû - 17:25

UN MIRAGE ?



Non, un miracle !

Apparemment, quelqu’un venait de trouver Arric. Et heureusement pour la demoiselle, ce n’était pas une "Petite Mort" encapuchonnée. Cela aurait été dommage que son décès tourne au ridicule à cause d’une "Faucheuse Miniature". En vérité, peu importait l’apparence de " l’Ange Noir ", sa simple venue aurait chagriné la Ice Makeuse. Mais savoir que son trépas n’était pas encore arrivé motivait l’épéiste à pomper dans des réserves d’énergie supplémentaires, simplement pour ne pas mourir. Pas aujourd’hui. Dans sa tête, un court instant, le combat et la rencontre avec Griffith furent relégués au second plan, le bourdonnement, et les échos de la voix se répercutant à l’intérieur de ses tympans, l’empêchant de se concentrer trop longtemps sur une idée ou un concept. Et puis, la survie primait sur la réflexion en cet instant. Alors, faisant abstraction des sifflements aigus au sein des oreilles, la Mage de Glace focalisait sa vue du mieux possible, ses yeux agités par l’assourdissement dans ses organes externes auditifs, sur la silhouette se dessinant vraiment vaguement au-dessus d’elle, Arric étant toujours allongée par terre. La bretteuse croyait voir une petite fille aux longs cheveux marrons et aux habits jaunes, mais sa vision se floutait de nouveau à cause des douleurs, provoquées par les dégâts internes des coups et de la projection sur ces rochers. La combattante se demandait si elle délirait, mais un mirage visuel ne s’exprimait pas oralement. Alors l’espoir regagnait son cœur, et les mots, provenant de cette inconnue, se répétaient de façon plus insistante, et étaient plus proches, comme si elle craignait pour la vie d’Arric tout en s’étant rapprochée, ou penchée, sur la détentrice des cheveux argentés. Écoutant ce que disait la personne, Arric parvenait à comprendre, après plusieurs tentatives, les mots qu’énonçait cette fille, et put enfin répondre à sa question, ignorant par nécessité tout ce qui n’était pas important au début. Ses yeux baignés de larmes sur le point de couler, Arric hochait la tête et parlait difficilement.

- Pitié… aidez… moi…

Ses yeux furent moins embués de liquide, qui se libérait sous la forme de gouttes perlant sur ses joues. Arric n’avait pas été bavarde du tout pour manifester sa demande d’assistance, tout comme cette fille, qui avait répété suffisamment de fois les mots, peu nombreux car les consonnances revenaient souvent aux oreilles de l’épéiste, traduisant sûrement une interrogation courte, et aussi en rapport avec son état. S’étant contentée de sortir le minimum de termes par sa bouche, autre que des filets de sang, la Mage de Glace essayait tant bien que mal de tendre les bras vers l’inconnue, mais sans pour autant lâcher ses deux épées, évidemment non pointées vers cette fille, déjà par manque de force dans le corps d’Arric, mais aussi, et surtout, par absence d’hostilité de la Ice Makeuse envers son éventuelle sauveuse. C’est vrai que si elle était capable de réfléchir davantage, la duelliste aurait pu s’enquérir de ses intentions. Il était vrai que cette fille pouvait dissimuler ses buts, que ce soit à l’égard de ce désert ou d’Arric. Mais franchement, la Mage de Glace ne se trouvait pas en condition de délibérer sur les véritables objectifs, ou les desseins cachés, de cette fille. S’avérait-elle méchante, avec plein de mauvais désirs ? Était-elle prête à menacer Arric pour obtenir quelque chose de précieux, ou une certaine somme de Jewels ? Ou alors carrément tuer la bretteuse à même le sol, son cadavre recouvert plus tard par la poussière aride ? Après, peut-être qu’Arric se fourvoyait et que cette inconnue était une gentille fille, pleine d’amour et de compassion ? Recherchait-elle quelque chose de particulier au milieu de ces contrées stériles, comme un animal spécial ? Un minerai spécifique ? Un individu sillonnant cet endroit ? Accomplir une quête extraordinaire, tel que trouver le légendaire Dragon de Sable Sandlers lui-même, ou son fils, Griffith, précédemment rencontré par Arric un peu plus tôt avant qu’elle ne soit dans cet état vraiment déplorable à cause de son souffle offensif ? Arric ne pouvait, et n’arrivait pas, à se décider sur son cas. Sa patience allait, dans cette situation, être sollicitée.

Et de surcroît, que le statut de cette fille fut clarifié ou non, Arric n'en souffrait pas moins pour autant. C’est fou ce que cette projection avait fait mal à la demoiselle. D’un autre côté, être aussi frêle et peu couverte n’arrangeait pas les choses pour la Ice Makeuse, qui se retrouvait diminuée en protection et en capacité d’encaisser physiquement. C’était sans compter sur son esprit fort et plein d’espérance, qui lui permettait de repousser l’échéance de sa future mort, que la combattante souhaitait lointaine. Arric ressentait des pics de douleur vive presque constamment, entamant progressivement ses barrières qui bloquaient son désir de crier, son envie de hurler, son besoin de parler afin de ne pas crever comme un chien et dans le silence. La bretteuse n’avait pas peur de cette situation, mais elle n’apprécierait pas que cela lui arrive au moment de son dernier souffle : n’avoir rien à dire à ceux qu’elle aimait, ou bien décéder dans l’affliction. Et pour l’heure, cette perspective risquait de se réaliser si l’état de santé actuel de la guerrière ne s’améliorait pas. Par ailleurs, aucun matériel de soin n’était situé à proximité. Encore fallait-il également que cette fille connaisse, et sache appliquer, les gestes de premiers secours. Et ceci, Arric n’avait aucune manière de le savoir. Ni même de gamberger correctement sur les notions médicales que détenait l’inconnue en matière de soins rudimentaires. Pouvait-elle stabiliser un individu mortifié ou mourant ? Arrivait-elle à désinfecter des plaies ? Parvenait-elle à panser des entailles ? Réussissait-t-elle à recoudre décemment des lésions ? Possédait-elle des instruments adaptés pour ce genre d’opération ? Savait-elle quoi dire à une personne, ou une créature intelligente et sensible, qui agonisait ? Était-elle capable d’accompagner un être conscient à son chevet jusqu’à son dernier souffle ? Autant de questions filtrant dans un entonnoir trop rapide pour qu’Arric puisse suivre, les douleurs lançant son corps un peu partout ne lui permettant pas d’insister sur ce type de questions. Entre s'interroger et survivre, Arric connaissait ses priorités pressantes.

Mais ce qui faisait également très peur à Arric, c’était les dégâts internes potentiellement importants. Cette expulsion, produite par le fils de Sandlers, pouvait avoir fait bien pire que prévu. L’épéiste imaginait, péniblement à cause des douleurs, et durant des courts laps de temps par la faute de la déconcentration qu’engendrait la souffrance, que son corps pouvait être grièvement meurtri à présent. Les maux qui chatouillaient cruellement Arric écartaient l’hypothèse de l’invalidité. Mais jusqu’à quel point la Ice Makeuse se retrouvait amochée, intérieurement et extérieurement ? Ne voyant pas son état grâce à ses yeux. Sa tête étant tournée de côté et, évitant de trop bouger son cou, la bretteuse songeait à ces ravages corporels. Une ou plusieurs hémorragies, internes ou externes, voire les deux à la fois, posaient déjà les bases d’un gros problème, à savoir la perte conséquente de sang. Il s’évacuait de la demoiselle et irriguait le sable chaud du désert. L’aridité du sol brûlerait la peau d’Arric à petit feu, et la collerait davantage par terre. En plus, cet endroit se gorgeait du fluide vital, et c’était légitime qu’il vole celui d’Arric, car elle était faible. Quelle ironie. La Mage de Glace retournerait à la terre. Mandus lui avait appris ce concept. Cela motivait la jeune fille à continuer de vivre, pour honorer une meilleure terre que ce lieu desséché, qui apportait désolation et mort, à ceux arpentant le moindre de ces recoins. Par contre, un autre point essentiel demeurait chez Arric, et qui lui faisait vraiment peur : ses os brisés. Y’en avait-il de cassé ? Et si oui, combien ? Parmi eux, lesquels ? Des majeurs et des mineurs ? Des fondamentaux permettant la coordination de tout le reste du corps ? Quelques-uns reliés aux nerfs ? La colonne vertébrale, manquant de la rendre infirme ? Tous ces os étaient-ils fendus ? Broyés ? Ou pire, fracturés et tournés sur eux-mêmes, laissant des lambeaux de chair et des arêtes osseuses visibles ? Si c’était le cas, elle ne devait pas trop le ressentir alors, sinon ce serait bien plus insupportable, à l’instar d’une atrophie, provoquée par l’endommagement sévère de sa colonne vertébrale. Autant dire que la Mage de Glace souhaitait, plus que de raison, que cette inconnue la transporte ailleurs. Et sans encombres. Ou Arric deviendrait une poupée désarticulée.


Et devenir estropiée n’était pas dans les projets de la duelliste.

Liz Taylor
Écuyère RuniqueÉcuyère Runique

avatar

Messages : 141
Date d'inscription : 30/12/2015
Âge : 20
Guilde : Agent du conseil
Magie / Malédiction / CS : Increased Five Senses

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.240
Statut: Mercenaire de Rang B
Renommée : Mercenaire Itinérante
MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   Dim 20 Aoû - 20:06


Brancard en bois !


Cette jeune femme était vraiment dans un sale état. Je commençais à paniquer sévèrement. Par où commencer ? Je n’avais rien sur moi, et je n’allais pas la laisser seule ici, pour aller chercher de l’aide: car la personne qui lui avait fait cela pouvait toujours être dans les parages et pouvait à tout moment venir finir son travail. Que faire que faire !

« Pitié . . . aidez . . . moi . . . »

Je me mis une sacrée gifle pour reprendre mon calme. Je respirais calmement et observais ce qu’il y avait autour de moi. Déjà, m’occuper de cette blessure à la tête qui saigne. Je déchirais un bout de ma robe pour faire un bandage provisoire. Une fois, cela fait, je me levais pour trouver un moyen de la prendre avec moi. Je n’allais pas la prendre sur mon dos sans risque de lui casser un truc. Et puis . . . je doutais pouvoir la porter à la seule force de mes bras.

Puis elle apparut, comme tombée du ciel avec une aura chaude la recouvrant. Là, dans le sable, une espèce de grosse planche. Je me précipitais pour la sortir du sable, bien qu’avec un peu de mal. Avant de m’apercevoir que gisait ici des restes d’une ancienne caravane. Je commençais à fouiller frénétiquement dans le sable. À la recherche de cordes.
Après plusieurs minutes sous la chaleur du soleil. Je revenais en courant vers la blessée.

« To-tout va bien ! J-je va-is vous amenez en li-ieu sur ! »

Je poussais la planche vers elle, avant de la faire se coucher dessus tout doucement. Étrangement, cette personne se refusait à lâcher ses épées qu’elle tenait depuis lors. Je lui attrapais les mains, comme pour la rassurer et réussir à les lui prendre. À rester crispées ainsi, ses mains risquaient de souffrir atrocement.

Une fois les épées en ma possession, je les attachais enfin, avec elle, à la planche grâce à de vieux cordages trouvés. J’espérais qu’ils tiennent le coup jusqu’à la caravane. Le vrai défi commençait alors. Transporter cette personne à travers les dunes sans aggraver son cas. J’attrapais le brancard de fortune par un bout de corde laissé à cet effet, avant de tirer de toutes mes forces pour l’emmener. Que c’était lourd . . . Mais je devais réussir !!!

Je prenais de la vitesse pour que le poids du brancard ne soit pas trop handicapant. Surtout, si je voulais passer cette dune qui montait. Mon dieu que j’en bavais. Je restais concentré et jetais des coups d’œil par-dessus mon épaule pour voir si le tout tenait le coup.

Une fois en haut de cette dune, je m’emmêlais les pieds et tombais la tête la première suivi d’une luge transportant un blessé. La planche commençait à descendre rapidement, je plantais mes pieds dans le sable et tirais sur la corde pour la retenir. Avec succès, mais au prix d’une entorse à la cheville. Les larmes aux yeux, je respirais fortement. Si je flanchais, c’était terminé.

Je continuais de tirer la charge, les minutes passaient, la douleur de ma cheville ne disparaissait pas, et mes mains commençaient elle aussi à souffrir de tirer sur de vielles cordes sèches.

Enfin, au loin, comme une délivrance, j’apercevais de la fumée. On arrivait presque au camp !

« En-encore un effort !!! »
PS:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]   

Dans la tanière du Dragon - Rencontre en terre aride [PV Griffith et ???]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Désert Nérobi
-