Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]

AuteurMessage
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Mer 23 Juil - 22:04


Du « personnal shopping » au pays des fées

Mes journées à Magnolia sont carrément délirantes. Le climat qui règne sur cette ville est à l'image de ses fées gardiennes. C'est une cité animée par les émotions de chacun de ses citadins. C'est aussi drôle, qu'attendrissant, qu'agaçant, que reposant et qu'instructif. Ce concept marketing féerique est bien pensé. Je vais mettre un certain temps pour tout digérer, mais je pense que ça vaut le coup. Mon séjour ici tire sur sa fin. Il est temps de repartir au boulot, les vacances sont finies. Par contre, je reviendrai certainement faire du shopping. Vu sous cet angle, je pourrais paraître encore plus déphasé pour les plus curieux. Du genre, c'est quoi ce mage noir ! Leur esprit passera très vite cette question pour se concentrer sur celles qui brûlent leur langue. Pourquoi un voleur s'emmerde à faire les magasins ? Qu'est-ce que Magnolia cache pour susciter mon intérêt ?

J'appartiens à cette catégorie de gens qui font « personnal shopping ». Pour être un beau gosse, un monstre de la séduction, il faut se donner les moyens. Je sais mes priorités sont différentes, mais j'assume ! Cette activité est simple et repose sur trois piliers. Primo, il faut avoir l'envie et le plaisir de passer pas mal de temps dans les boutiques. On ne dirait pas comme cela, mais c'est du sport ! Secundo, il faut impérativement être aux aguets. Un magazine, une affiche, une publicité, des ragots, tout est bon pour connaître les dernières tendances, les derniers créateurs. Tertio, il faut observer ce que porte les autres, voir si son pantalon acheté dans ce magasin est toujours disponible, voir si dans ce magasin offre une sélection assez large... Pour moi, faire le magasin est autant un travail qu'un loisir. C'est seulement dans ce cadre que je mélange vie professionnelle et vie privée. J'ai régulièrement des « fixettes mode ». Je vois une affiche et il me faut le truc absolument. Cela s'accorde parfaitement à ma garde-robe tendance et jetable. Je n'ai pas de maison, j'ai seulement un sac de voyage optimisé. Je renouvelle mon dressing assez souvent. Ce que je veux garder, je l'envoie à mes parents pour qu'ils le stockent. Faire le tri et me contenir sont deux exercices difficiles pour moi. Dans une boutique ou dans une vitrine, je peux apercevoir un mini-moi avec des ailes une auréole et un autre avec des cornes et une queue. Les deux cons se mettent à s'échanger entre eux et à me faire des commentaires. Ça donne des trucs du genre, « Tu 'n'as pas ces baskets argent, prends-les ! Non, tu as déjà la version or pour la fièvre du samedi soir », ou « Le con, il t'a pris la tête à la guilde, vas faire des emplettes ! C'est débile, ça ne règlera pas ton problème », ou « C'est le dernier modèle, prends-le ! Pas la peine demain, il est plus tendance »...

Je sais ma vie de coureur professionnel de magasin est fatigante, stressante, mais tellement fantastique qu'elle en fait baver plus d'un. Surtout qu'une fois sur deux, j'ai une remise sur la totalité. Je suis un peu gêné, je suis fils de commerçant. Je sais qu'ils n'ont pas de chance d'être asphyxiés par diverses taxes, mais j'y peux rien si j'ai le nez pour repérer les bonnes affaires. Crocus est le top pour ça, mais Magnolia est cool. Dans cette ville, je passe des journées parfaites de shopping. Elles ne se résument pas à rentrer dans un magasin, parcourir les rayons, passer en caisse une fois sur trois et ressortir. J'ai découvert que je pouvais faire des affaires délicieuses. Chaque quartier à sa propre ambiance, sa propre odeur. En parlant de senteurs, un nombre intéressant de boutique ont développé le marketing sensoriel. Les clients vivent de cette manière une expérience plus intense. Les enseignes qui appliquent cette technique de vente sont de vrais tigres. Elles séduisent leur clientèle en développant leur bien-être pour influencer son comportement par rapport à un produit ou un point de vente. De mon point de vue, c'est comme nous droguer à l'insu de notre plein gré... Pour les gens comme moi, ceux qui aiment séduire ou être séduits, cette technique de vente est redoutable. D'ailleurs, cette méthode montre que les bouquetiers et les filous ont plus de points communs dans leurs méthodes qu'il n'y paraît. Le voyou peut l'admettre, le marchand beaucoup plus difficilement. Si tu as les crocs, tu n'as pas besoin de marcher des kilomètres, les salons de thé, sandwicheries, boulangeries et autres échoppes de ce style pullulent. Les habitants sont des bons commerçants qui proposent des produits de qualité entre deux brouilles locales.

C'est la fin de journée. Je suis claqué et chargé comme une mule. Je squatte chez une habitante depuis que je suis arrivé. Pour la remercier, je lui fais deux ou trois courses. Me voici et me voilà recouvert de la tête au pied de paquets et sacs. J'ai fait le plein de fringues pour bébé, comme je ne connais pas le sexe, j'ai pris un peu de tout. Détail plutôt agréable, je me fais mater par plein de personnes. Si je me fie à leur regard, je suscite admiration et envie. Je crois qu'ils me prennent pour un futur père et craquent sur moi pour cette raison. Je ne vais pas les contredire, c'est mal poli. Je suis assez classe dans pantacourt à beige, ces baskets en cuir marron assorties au tee-shirt. Oh la fille là-bas ... Bing, je viens de percuter quelqu'un. Je ne perds pas mon aplomb et je lance sur le ton d'un futur père un peu perdu.

Désolé, je ne vous ai pas vu. Je suis un peu beaucoup tête en l'air. Vous n'avez rien ?

Codage By MoiSadike de Never Utopia

HRP:
 


Dernière édition par John Doe le Ven 25 Juil - 13:12, édité 1 fois
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Jeu 24 Juil - 0:09
Magnolia était une superbe ville il, n'y avait rien à redire à cela et tout le monde était unanime à ce sujet. Le commerce y était fleurissant et les touristes affluaient de plus en plus ce qui créait une ambiance assez animée presque tout le temps dans cette ville. De plus, elle avait en son sein une guilde qui ajoutait une pincée de folie à cette ville, Fairy Tail. Cette avait la fameuse réputation d'en faire toujours un peu trop lors de ces interventions... Pour tout vous dire, ce n'était pas exagéré comme information. Cependant, son zèle était très rare et c'était tout en son honneur. Quoi ? ... Comment je savais toutes ces choses sur elle et la ville ?... Ça se voit non ? Ah bon, pas tant que ça ? Bon, le truc, c'est que je vis à Magnolia en fait et que j'appartiens à la guilde des fées depuis trois ans maintenant. Oui, je sais que c'est dur à avaler au vu de mes absences prolongées, mais c'est la vérité... Et puis si vous ne me croyez pas, j'en ai rien à branler... C'est pas comme si j'avais quelque chose à vous prouver.

*Tousse Tousse* Bon ! Je pense qu'il serait mieux que je continue ma petite balade moi. J'avais quitté la guilde de bonne heure aujourd'hui, car je n'avais aucune envie de subir leur humeur explosive et me retrouver mêlé à une quelconque bagarre contre mon gré. Le seul moyen d'éviter tout ça, c'était de m'échapper un peu et de faire les cent pas dans Magnolia. Par la même occasion, je pourrais peut-être trouver des articles intéressants qui pourraient me servir qui sait ? Pour l'instant, je ne pouvais pas dire que je m'amusais un max contrairement aux personnes que je croisais dans les rues. À croire que j'étais vraiment un type à part, en y repensant, je n'avais pas vraiment eu une vie normale jusqu'à mon arrivée ici... Pourtant, j'aurais bien aimé m'intégrer plus dans cette guilde et avoir moi aussi des amis avec qui partager certains moments. Quand je voyais Yue et Fubuki, je ne pouvais m'empêcher de les envier. La solitude était une chose à laquelle je m'étais habitué, seulement j'avais d'être avec une personne qui puisse me comprendre et m'écouter... Une personne comme Rei. Je n'avais encore eu aucune nouvelle d'elle, mais j'espérais vraiment qu'elle soit encore en vie.

J'arrivais enfin dans le quartier commercial de la ville où toutes sortes d'articles pouvaient être trouvées. Les mains dans mes poches, je m'avançais lentement dans les rues qui étaient envahies de monde et de marchand de tout genre. La vue de certains objets retenait mon attention, mais jamais assez longtemps pour que je m'y intéresse assez pour les acheter. C'était désespérant à force, mais ma balade n'allait pas s'arrêter pour ci-peu. Je me remis en route en me disant que je pourrais cas même faire un tour dans l'un des restaurants du coin histoire de remplir un peu l'estomac. Avant toute chose, il fallait vérifier si j'avais assez d'argent pour me procurer un bon repas, sinon je n'imagine pas la scène... Embarrassant, je vous l'accorde. Je m'arrêtais un moment pour faire le compte quand je sentis un choc au dos. Quelqu'un venait juste de me foncer dessus. J'entendis des excuses provenant de mon agresseur quelques secondes après son acte de barbarie... Je sais, j'exagère un peu-là. En me retournant, un homme qui avait les bras chargés de paquets se tenait là... Avec peine pourrais-je dire. C e n'était pas étonnant qu'il m'ait percuté avec la vue barrée par tant de choses. On pouvait voir que sa journée shopping avait été un franc succès contrairement à la mienne. Des vêtements pour enfants étaient présents dans ses affaires, en plus des deux sexes... Se pourrait-il qu'il soit un nouveau père ?

Ce n'est rien rassurez-vous... et félicitation pour vos jumeaux si j'en juge d'après vos paquets.



Dernière édition par Ren Terasaki le Sam 26 Juil - 17:36, édité 1 fois
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Ven 25 Juil - 18:32


Who's the boss ?

J'avais vraiment la tête ailleurs pour percuter un mec de ma taille. Un gamin serait plus approprié. Sac d'os est l'autre adjectif qui me vient en te regardant. Tu t'es jamais dit que ne t'étais pas assez gros par rapport à ta taille ? En même temps, tu ne sembles pas très vieux et tu n'as sans doute pas terminé ta croissance. Cela donne quand même une idée de ce à quoi tu vas ressembler plus tard. Je ne t'en tiens absolument pas rigueur dans la mesure où c'est dame nature qui détermine à quoi on va ressembler. Après, je pense qu'on peut tous faire des efforts pour entretenir, ou pour améliorer, ou les deux. Là, c'est une question de choix personnel et d'environnement social. Je suis spontanément attiré par les gens dont le rapport entre la hauteur, la largeur et la profondeur est agréable à regarder. Du coup, j'ai inventé une équation mathématique, le poids divisé par la taille au carré. Le résultat me donne un indice. En fonction de ce dernier, je classe mes rencontres en maigre, normal, surpoids, obèse ou obèse plus. L'idéal pour moi, c'est normal. Après, il faut ajouter le second ingrédient tout aussi essentiel, le charme. C'est cet ensemble de caractères qui rendent une personne ou un objet séduisant. Selon moi, le charme d'un objet lui est donné par son créateur qui lui insuffle une âme et par la perception qu'on a de lui. Pour une personne, je pense que c'est la même logique. Qu'une personne soit naturellement aidée ou pas, elle peut dégager un charme fou si son esprit et son corps sont à l'unisson. Être touché ou pas par ce combo divin dépend de chacun.

Tout ça pour dire que selon l'un de mes critères esthétiques, tu es maigre comme un clou. Selon l'autre, tu as du potentiel. Tu es la seconde personne que je rencontre avec ces yeux. Leur couleur a cette capacité à saisir le regard de l'autre, à l'emmener dans autre monde. Tu la portes à merveille. Sais-tu pourquoi ? Le vert est la couleur des feuilles naissantes, du printemps et de son renouveau. Comme ces fruits pas matures, ton regard m'évoque la jeunesse, l'inexpérience et de la crédulité. Tu dois déjà faire des ravages, si tu la joues bien, demain, tu seras redoutable. La finesse de tes traits est un avantage évident. Ta touffe brune travaillée dans le bon sens te permettrait de susciter la convoitise, de donner envie. À l'instant, tu fais seulement adolescent négligé, mais je te concède l'excuse de l'âge. Ta peau ne souffre pas de cette acné monstrueuse. Tu as bien de la chance. À ton âge, je n'ai pas pu y échapper. Pour ce qui est de tes fringues, tu t'en tires pas mal. Ton pantalon brun au design sympa répond parfaitement à tes cheveux et se marie parfaitement avec ta veste rappelant tes émeraudes. Ton tee-shirt blanc passe bien. Ceinture, chaussures et accessoires divers sont bien choisis. Un pendentif ? C'est souvent un objet à vocation symbolique à ton âge. Ton attitude  est un peu nonchalante, mais on ne va pas trop demander. Tu me fais penser à Haru. C'est le truc typique des adolescents. 
Ce n'est rien rassurez-vous... et félicitation pour vos jumeaux si j'en juge d'après vos paquets.

Tu es poli et lisse. Tu as bien été élevé. Tu me rajoutes ce petit sourire et le tour est joué. Un joli petit et simple tour de passe-passe social pour échanger deux ou trois banalités avant de tracer sa route. Je suis partisan. Tu es un peu sec, mais tu confirmes l'impression que je pensais dégage. Je t'aime bien mon petit ! Je pense que je t'apprécierais encore un peu plus si... Euh, j'ai oublié le nom. Doe arrête te faire ta blonde ! Comment ça, je suis méchant avec les blondes ? Non, ce n'est pas du tout ça, c'est le contraire ! Bref, passons. Le mot que je cherche, c'est celui qui désigne un jeune employé dans les établissements de luxe, une sorte d'apprenti. Je sais ! Tu as bien la tête d'un groom ! Il ne faut pas le prendre de mal ! Je ne prends jamais les personnes de haut, c'est tout le contraire. J'y peux rien si les gens ont une vision négative et petite des choses. Je ne suis pas très vieux, mais je suis convaincu d'une chose. Un tout petit grain de sable aussi insignifiant soit-il peut arrêter les rouages les mieux huilés. C'est pour cette raison qu'un groom est aussi prestigieux et utile qu'un directeur d'hôtel de luxe... Mon cerveau s'est encore mis à pédaler tout seul, je vous jure ! Passons, une nouvelle fois. Dans l'idéal, il serait cool que tu m'aides à transporter tous mes achats jusqu'à mon hôtel particulier. Si je peux le dire comme cela. Comment ça, fumiste ? Non, ce n'est pas ça, c'est juste que je suis peu flémard sur les bords pour le coup. Je ne suis pas contre le fait de jouer à l'assister. 

Faut que je trouve un truc pour te motiver à m'aider. À ton âge, j'aimais quoi ? J'avais besoin de quoi ? Je me souviens de ce fantastique, « vous me faites chier les vieux », des heures à apprendre le job de voleur ou celles passées à chercher comment me vêtir. Oui, j'étais déjà coquet à l'époque. Sans vouloir me jeter des fleurs, je ne donnais pas l'impression de porter la misère du monde sur les épaules, ni d'être vidé de toute son énergie. Je suis certain que j'avais surtout l'air con. Une autre évidence, c'est que j'avais toujours envie de m'acheter quelque chose. Du coup soit je quémandais des billets à papa et maman, soit je me servais chez Pierre, Paul ou Jacques... Cela me donne idée, on ne sait jamais. Si je te croise dans un quartier marchant, c'est que tu es venu faire les magasins. Tu n'as rien dans les mains. Au choix, soit tu n'as rien trouvé de transcendant, soit tu n'as pas un rond. Je vais parier sur la seconde option. Je pose mes sacs par terre avec délicatesse. Je me gratte la tête d'une main. Je vais de te la faire à la manière cool, un brin fatigué, un brin grand-frère. Je te regarde dans les yeux, te souris et... 
Merci. Ce n'est pas vraiment ça, mais on s'en fout. Ca te dit de gagner quelques jewels ? 

Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Sam 26 Juil - 0:57
Je me tenais là immobile pendant que le type qui m'avait percuté me regardait avec existence, comme s'il était en train de faire une inspection totale de ma personne. Pendant un bon bout de temps, il restait là à m'observer et pour tout vous dire, je commençais vraiment à m'impatienter. Je n'aimais pas être fixé de la sorte, cela me mettait très mal à l'aise et je me sentais comme prisonnier d'une cage invisible qui m'entravait de tous mouvements. La meilleure chose à faire dans ce genre de situation, c'était de s'en aller vite fait et on en reparle plus. Seulement, J'étais encore planté là devant mon agresseur du jour. J'avais des choses faire alors je ne devais pas m'éterniser dans le coin... Des choses à faire, c'est trop dire, je sais, car je devais juste continuer ma balade après un échec totale à trouver quelque chose d'assez intéressant pour être acheté. Mais pour moi, c'était toujours ça de gagner et ça fallait mieux que de rester là qui t'as prendre racine. C'était décidé, je me cassais d'ici. Pas plus de cinq minutes, c'étaient écoulées depuis le moment où j'avais été percuté et celui où j'avais décidé de m'en aller et pourtant, tout cela semblait durer une éternité pour moi.

Ce fut au moment où j'allais prendre congé de lui... Façon de parler, qu'il se décida à m'adresser la parole. Il avait bien choisi son moment, est-ce qu'il avait remarqué que je voulais me tirer ? De toute évidence, je ne pouvais plus partir après ça. Apparemment, je m'étais trompé ce type n'était pas un nouveau père. Sûrement qu'il allait offrir tout ça à d'autres personnes qui eux ont eu des enfants. La chose la plus étrange dans tout ça, c'était le dernier truc qu'il avait sorti. Il voulait savoir si j'avais besoin de me faire quelques Jewels... Pourtant, tout le monde en cherchait, c'était la ressource dont on ne pouvait pas se permettre de manquer sinon, c'était le cauchemar assuré. Et quand je dis ça, je fais référence au loyer que je versais à la guilde en utilisant les dortoirs. Pour un type comme moi, ça coûtait une fortune... Mais ce n'était pas pour autant que j'allais m'enrichir de n'importe qu'elle façon... Ma manière de gagner de l'argent, c'était le travail et pour moi le travail, c'était d'accomplir des quêtes n'importe lesquelles tant que cela pouvait aider des gens et aussi la guilde. Jamais je ne demanderais de l'argent à quelqu'un pour un service ou autre. Pourtant, à analyser ces dires, on dirait bien qu'il voulait de l'aide et qu'il était prêt à me payer mes services.

Non ! Ça ne me dit pas du tout... Cependant, c'est volontiers que je vous aiderais à porter vos sacs

Voilà, c'était mieux ainsi, je savais que j'avais besoin d'argent pour ce qui était de mon loyer et du reste, mais il était hors de question que j'en gagne en profitant des personnes épuisées qui avaient juste besoin d'un petit coup de pouce. On ne nous inculquait pas ce genre de chose à Fairy Tail et j'aimais vraiment cette nouvelle famille qui l'avait recueilli et accepté comme un membre à part entière de sa maison. Raison pour laquelle je m'efforçais de respecter à la lettre les convictions et les principes de ma guilde. Les bras pleins de sacs de shopping, je regardais l'homme devant moi avant de lui demander.

C'est par où ?
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Sam 26 Juil - 21:34


Le monde de Jo

Non ! Ça ne me dit pas du tout... Cependant....c'est volontiers que je vous aiderais à porter vos sacs

À cet instant précis, tu me fais penser à moi plus jeune. À ces moments passés au magasin et à mes tâches de livreur à domicile. Mes parents sont un couple de gens géniaux qui pour rendre service aux clients les plus âgés assurent la livraison de leurs achats. Je n'ai pas trop eu le choix étant gosse que de mettre la main à la pâte. Je ne le regrette absolument, sans ça, je ne serais pas devenu voleur. Sans ça, je ne me serais pas amusé pleinement. Sans ça, je ne serais pas qui je suis aujourd'hui. J'en suis fier. J'ai eu cette chance d'avoir une vie simple. J'ai eu cette intelligence d'exploiter cette bonne étoile jusqu'à aujourd'hui, je ne compte pas m'arrêter en si bon chemin. Faire le groom de mes parents me rapportait quelques sous au passage. Ce n'est pas que je suis vénal, mais être élevé par un couple de marchands donne une certaine notion de l'argent. Pendant mes délivrances, j'ai développé la base de mes aptitudes de voleurs auprès des clients, de leurs voisins ou de leurs familles. De souvenir, très peu ont échappé à mes mains baladeuses. Je peux les compter sur les doigts d'une main... Il y a... Mme Doubtfire ! Cette bonne femme, ou bon homme, ou je ne sais pas quoi, mérite un livre ! Je ne t'oublie pas mon jeune ami. La preuve, je te réponds avec joie, légèrement teintée de nostalgie.
Je ne veux pas te perturber. Je vais quand même prendre la moitié des sacs. Je ne suis pas encore croulant.

De mémoire, elle doit bien mesurer un mètre quatre-vingts pour quatre-vingt-dix kilogrammes (au moins). En fait, tout est énorme chez elle ! Je ne suis pas allé vérifier les détails cachés, mais je veux bien l'imaginer. Ce qui m'a sauté aux yeux la première fois, c'est son tour de poitrine. Je pense que la Dame doit s'équiper d'un cent-cinq B ! Je mettrais ma main à couper que ses soutiens-gorge sont renforcés avec de l'acier pour tenir le choc. L'ensemble siège fièrement sur sa souche. Ces corsets ne masquent pas totalement les années passées et l'affaissement de son tronc. Ses bras s'embranchent à merveille avec celui, tenté si bien qu'ils donnent l'impression d'être de gros rondins de bois dont l'extrémité ferait pâlir les charpentiers les plus expérimentés et les esthéticiennes les plus efficaces. Je n'ai jamais vu des mains aussi énormes, aussi musclées avec une peau si douce et des ongles taillés, vernis comme les le ferait les plus bourgeoises de notre pays. Ses jambes ne doivent pas être en reste, même si je ne les ai jamais vues. Je pense qu'elles doivent sacrément développée pour soutenir royalement son corps. À sa cime, on peut voir son visage, qui rappelle étrangement une pastèque. Bien qu'âgée, ridée et pleine de sagesse, Mme Doubtfire est coquette. Il suffit juste de regarder sa coupe de cheveux blancs, gris et blonds passés. Chaque matin, elle les coiffe avec soin, les brosses en arrières pour dégager son visage. Elle n'hésite pas à boucler légèrement l'arrière de sa coupe. Le petit plus, ce qui fait l'originalité de sa coupe, c'est magnifique boucle qu'elle se fait à côté de la raie, à l'avant. Son visage est toujours maquillé, ni trop, ni pas assez, une touche de fond de teint, de mascara, un peu de phare à paupière, un coup de rouge à lèvre couleur chair. Ces lunettes sont classiques et supportées par un roc, un pic, un cap ! Non, une péninsule ! De prime à bord, elle passe pour une personne âgée un peu forte. Sauf que lorsque j'ai entendu pour la première fois cette voix, j'étais sur le cul. Avec le temps, j'ai compris, que ce type de phonation à la tessiture grave comme celle de certaines basses solistes, qu'elle était un travesti.

Toujours de mémoire, son dressing est parfait pour une reine proche de la retraite et aux goûts douteux, mais elle porte ses ensembles avec classe et noblesse. Elle possède une gamme assez large. Je l'ai vu habillée de cet ensemble aux dessins fleuris. Pour sortir, elle aime se parer de ce tailleur, cette chemise et cette veste avec pour motif des marguerites blanches, roses. Elle sort alors ses escarpins roses (probablement en acier trempé...). Dans l'intimité, elle se vêtit d'une manière moins criarde. Elle garde sa traditionnelle jupe droite et mi-longue, une chemise avec de la dentelle sur le col, les manches et le long de la boutonnière. Elle n'hésite pas à s'armer d'un petit gilet si le froid s'immisce dans le creux de ses reins. Les couleurs tournent autour des beiges, gris ou taupes. Le tout perdrait de son cachet si elle ne mettait pas ses bijoux aussi décalés, que vrais, que faux, qu'antiques, que modernes ... Je dis heureusement pour elle que les gaines, les corsets, cuissardes et autres gadgets ont été inventés pour masquer certaines choses. L'une des questions, qui harcelait mon esprit à l'époque, était de savoir pourquoi cet ancien catcheur et chanteur d'opéra a choisi de s'équiper de la sorte ?
C'est par où ?

C'est assez simple. On en a pour une bonne demi-heure de marche. Alice, ma logeuse de circonstance habite un peu à l'opposé du quartier. Si je n'étais pas chargé, j'aurais fait comme son mari et comme à notre première rencontre, je serais passé par les toits. Là, c'est tout simplement impossible. Pas grave, on va se taper la discute durant le trajet. Je pense même faire une pause dans une crêperie. Je sens mon estomac se réveiller. Il n'a pas encore parlé, mais c'est pour bientôt. Je dois aussi faire honneur à Mme Doubtfire. C'est un peu de ta faute, si je viens de penser à elle. Pour la direction, je vais mettre un peu plus d'enthousiasme dans mes propos, je voudrais éviter de casser ton engouement.
C'est simple. On continue tout droit. On prend la troisième à gauche. On remonte, on enchaîne avec la quatrième à droite. Une fois au milieu de cette rue, je te propose une pause crêpe. Après, on prend la deuxième à gauche, puis la troisième à droite, puis la cinquième à gauche et enfin la sixième à droite.

Tout en te souriant et chargé de quelques sacs, j'avance le pas léger. Je suis lourd qu'une plume qui vole dans les cieux. Je suis nettement moins chargé et tu viens d'augmenter mon taux de bonne humeur.
Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Lun 28 Juil - 12:59
J'aurais mieux fait de me taire moi avec mes questions. Les indications de ce type avaient réussi à me donner un mal de crâne, il aurait pu se contenter d'un " C'est par là... Ou même un petit par ici ", mais fallait croire cet homme aimait parler et rendre plus longues les choses qui peuvent se faire rapidement. Ce n'était en rien un mal, sauf que moi, je n'aimais pas vraiment ça les longs discours et autre. Je n'avais pas l'habitude de m'adresser aux gens et cela était devenu comme une règle pour moi. J'avais été trop isolé du monde durant ma petite enfance et cela ne m'avait pas fait de bien au contraire, à part les aptitudes au combat que j'avais acquis, rien d'autre ne pouvait me montrer que j'avais été élevé par une famille. Rien... Pas d'amour en tout cas aucun que je puisse voir, les seules fois qu'on me félicitait étaient les fois où je revenais avec le sang de mes victimes partout sur mes vêtements. Drôle de manière d'éduquer un enfant, mais que voulez-vous ? On ne choisit pas sa famille. Mais il n'y avait pas à dire, cette manière de vivre m'avait rendu froid et distant envers les gens. Si je n'avais pas rencontré Rei et aussi la guilde, je ne sais pas ce que je serrais devenu aujourd'hui. Avec le temps que j'avais passé à Fairy Tail, un autre aspect de ma personnalité s'est développé peu à peu. Maintenant, je pouvais aider les personnes dans le besoin et avec la joie... Peut-être pas avec la joie, mais au moins je le fais sans me poser de question, juste parce qu'ils en ont besoin et ça, je l'avais appris de ma guilde.

Notre chemin était plutôt long avec tous ces détours à chaque point de rue. Il y avait tellement de gauches et de droites que je ne savais pas bien si nous avancions ou au contraire si nus tournions en rond depuis le début. Mais après quinze minutes de marche, nous étions à présent près d'une pâtisserie ou peu d'être une viennoiserie... En tout cas, ça sentait bien bon. Mon ventre n'arrangeait pas les choses, en sentant cette odeur, il se mit à réclamer son pain quotidien. Nous n'avions pas beaucoup échangé depuis notre départ et cela me convenait parfaitement. Il avait parlé d'une pause Crêpe non... C'était l'occasion rêvée pour se remplir l'estomac. Le seul truc, c'était que pendant ce genre de chose, on avait forcément de petites causeries qui s'installaient et ça, je n'en voulais pas vraiment. Cependant, si c'était le seul moyen de manger sans problème, je n'allais pas faire le difficile non plus. Mais il fallait que je le fasse rapidement et ensuite, je le suis à son hôtel puis je pourrais rentrer à la guilde. Oui, une petite quête ne me ferrait pas de mal et en plus après avoir mangé des crêpes, j'allais sûrement être en pleine forme pour toute sorte de mission. Et avec ses sacs pleins à craquer, j'avais besoin d'un petite pause, donc c'était avec plaisir que j'allais accepter l'invitation du type avec qui je marchais depuis plus d'une quinzaine de minutes, mais je ne savais pas encore son nom... Remarque-lui aussi ne connaissais pas le mien alors rien de dramatique pour l'instant et je n'avais pas personnellement envie de me faire de nouveaux amis pour l'instant. En plus, rien ne disais qu'on serait amis lui et moi. Je l'aide juste, mange quelque crêpes et ensuite, je me casse tout simplement. Notre rencontre allait se terminer comme elle avait débuté... Bon ! Pas vraiment comme elle avait commencé, mais elle sera aussi brève.



Spoiler:
 
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Mar 29 Juil - 23:15


Dans ma bulle...

Autant, tu me semblais poli et cool, autant là, tu me déprimes. On vient à peine de se mettre en route que je vois un mur qui se dessine entre nous. Le genre de construction qui pourrait séparer une ville en deux, déchirer des familles, des amitiés ou des amours. Tu aides un parfait inconnu, mais tu n'es absolument pas curieux de savoir comment il s'appelle. En gros, tu fais ton affaire et après tu te tires. Tu glisses un bonjour et en revoir pour la forme et après, c'est la libération. C'est l'impression que tu me donnes depuis qu'on marche. Tu t'es simplement mis dans ta bulle. Je me demande ce qui se passe dedans. Je suis un grand curieux. Tu me permets d'émettre des hypothèses ? Remarque, tu n'as pas le choix parce que là, je suis tout seul dans la mienne. Je sais, je ne suis pas très original, mais je pense que tu peux me le pardonner. Ben oui, ce n'est pas stimulant de marcher à côté d'une pierre tombale qui pour l'occasion s'est transformée en un chariot en libre service employé pour transporter des achats ou des bagages. En fait, je vais rester centré sur moi pour le coup. Tu n'as pas tort dans le résultat final, il est probable qu'on ne se croise pas dans l'avenir. Je perdrai mon temps à disserter sur le pourquoi du comment de ton fonctionnement. Par contre, il va falloir parler un peu plus mon gars quand on va manger, parce que sinon, on aura l'air con.

Dans ma bulle, il y a plein de choses. Parmi celles-ci, il y a Mme Doubtfire. J'ai gagné le privilège de la nommer de différentes manières. Comment j'ai obtenu cette marque de reconnaissance, c'est une longue histoire. Non, je rigole, enfin pas totalement. Au fil de mes livraisons auprès de la Castafiore, nous avons tissé un lien particulier. Le pilier de notre relation est la découverte de son secret vers mes dix ans. Un secret qui n'en est pas un. Certes, il a été un moment de sa vie, mais c'était bien avant ma naissance. Sauf que pour l'enfant que j'étais et l'adulte que je suis, il restera toujours un secret. Après tout, c'est grâce à lui que j'ai pris goût à l'art du travestissement et du spectacle. Il a été tout aussi formateur et essentiel dans mon parcours. C'est ainsi que lors de l'une de mes délivrances chez la Mata Hari, j'ai découvert que ce n'était pas elle, mais lui. Sur le coup, ça m'a fait vraiment bizarre. Elle avait oublié que je devais passer. Elle n'était pas prête pour me recevoir comme à son habitude. Je suis entrée dans son appartement comme si je rentrais chez moi. J'ai posé les courses dans sa cuisine et je me suis dirigé dans le salon. Là, je l'ai vu en train de mettre ses faux seins et autres accessoires. Je suis resté immobile deux ou trois minutes. J'étais subjugué et perplexe. C'était tellement intense comme scène pour moi que j'en ai perdu la capacité à parler. Au final, c'est elle avec sa voix basse qui m'a sorti de ma contemplation.

À cet instant précis, mon corps était sous l'emprise d'une excitation nouvelle et mes yeux ont dû s'illuminer de mille feux. Je lui ai demandé de me raconter. Je lui ai promis de garder le secret. Elle m'a répondu que ce n'était pas un secret. La déception aurait pu s'emparer de moi, si elle ne m'avait pas proposé d'en faire un. Ce qu'elle allait me raconter pouvait être connu de tous ou pas, je m'en fichais. Elle avait su trouver les mots pour transformer le tout en secret. Elle avait employé des mots pour enfants, des mots que je puisse comprendre. Je ne m'en souviens pas très bien, mais l'idée est toujours là. Elle est aussi au cœur de ma vie. L'idée est simple. Un secret est le fait de cacher, dissimuler ou rendre inaccessible une information ou un ensemble de données. Comme elle me l'a enseigné à l'époque, ce mot n'est pas célibataire. Il est plutôt trivial et sort toujours accompagné. Le simple fait de l'évoquer dans une conversation permet de déchainer notre imaginaire. Pour certains, c'est une énigme à résoudre. Pour d'autre, c'est un interdit et doit le rester. Le compagnon de route, la femme, le mari, l'amant, la maîtresse, la sœur ou le frère de ce simple mot est le mystère. Ce couple est redoutable. Il enveloppe la connaissance et la lumière d'une aura presque irrationnelle. Certains tombent dans la folie, se laissent ronger par le conspirationnisme. D'autre s'amusent à créer de nouveaux secrets, de nouveaux mystères, plus forts, plus puissants que ceux d'aujourd'hui ou d'hier. En ce qui me concerne, je suis autant consommateur que créateur. Je m'amuse de ce concept. D'ailleurs, je pense que les plus complexes sont souvent les plus évidents.

C'était le début de mes aventures enfantines avec Shérazade. C'est là que j'ai su pourquoi elle a avalé lui. Oh, je n'avais jamais fait attention à ce salon de thé. Il présente bien. Je pense qu'il sera mieux que la pâtisserie qui est plus loin. Je m'arrête. Je pose mes sacs. Je siffle un peu fortement pour que mon compagnon de route remarque que j'ai fait halte. Oups, c'est peut-être un peu fort, des gens se retournent. En fait, c'est juste ce qu'il faut pour monopoliser quelques secondes l'attention et j'aime ça. Je souris et fais signe de la main à quelques passants et je m'adresse à Caddy. C'est le surnom de circonstance que je lui ai trouvé. Je ne sais pas d'où il m'est venu, mais je l'aime bien.
Je suis désolé de briser le mur entre nous deux de cette manière, mais comme tu ne sembles pas intéressé pour connaître mon nom ou me donner le tien, je n'ai pas trouvé d'autre moyen. Passons. Je n'avais pas remarqué cette boutique l'Antique Bakery. La vitrine est classe et la carte appétissante. Je rentre, tu me rejoins dedans ou tu restes dehors, c'est comme tu veux.

J'ai peut-être un peu trop chargé la mule. Je verrais bien.
Codage By MoiSadike de Never Utopia

HRP:
 
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Dim 3 Aoû - 17:55
J'étais encore plongé dans mes rêveries quand un son assez perçant vint m'en sortir de force. J'eus un petit sursaut de surprise et je me retournais du côté de mon compagnon, il avait posé ses sacs, mais pourquoi ? Apparemment, il avait trouvé plus à son goût un salon de thé plutôt qu'une pâtisserie... Étrange, mais que voulez-vous tout le monde ne peut pas aimer les sucreries au même titre que moi. J'étais un vrai dépotoir à sucrerie et déjà tout petit, j'en mangeais plus qu'un groupe de dix enfants réuni. J'en étais fier et je ne m'en privais pas, pourtant, on me répétait que c'était mauvais pour la santé bucco-dentaire... Et alors ? Je faisais déjà à l'époque des missions bien plus dangereuses que de manger des gâteaux et des bonbons et personne ne me disais que c'était dangereux pour ma vie... Alors pourquoi en faire tout un tas quand je me mets à faire quelque chose que j'aimais bien ? Les parents, je vous jure ! Il allait entrer dans le salon de thé et voulait savoir si je le suivrais ou alors j'allais rester dehors planté comme un idiot. La réponse me paraissait évidente non ? Bien sûr que j'allais y aller. C'était mieux que de faire l'arbre dans les rues de Magnolia.


Je viens avec vous à l'intérieur... Pour ce qui est du nom, le mien est Ren.


Les salons de thé, ce n'était pas vraiment mon fort, mais s'il avait des tendances de vieux, je n'allais pas lui en vouloir. Chacun ses goûts après tout et on ne juge pas les gens par leur... Bon faut mieux que je laisse ça de côté. Les sacs posés à terre montraient bien qu'il s'agissait de cet endroit plutôt classe comme il l'avait dit, mais à l'ambiance complètement incompatible avec moi. Je pris une inspiration lente avant de rejeter tout l'air piégé dans mes poumons dans un soupir d'agacement avant de pénétrer dans le fameux lieu de notre courte pause... Enfin courte, je l'espérais vraiment.



Spoiler:
 
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Jeu 7 Aoû - 1:21


Ce que je n'ai pas perdu...

Je viens avec vous à l'intérieur... Pour ce qui est du nom, le mien est Ren.

Tu me rassures. J'ai cru instant qu'on t'avait mangé la langue, que tu avais perdu la capacité de parler. Moi, c'est Jo. Tu peux me tutoyer. Je ne suis pas encore croulant. 

J'espère que tu n'es pas susceptible, mais je n'ai pas pu m'en empêcher. Vu ton âge, je ne suis pas certain que tu le prennes bien. Je t'excuse d'avance parce que je connais des nanas et des mecs nettement plus âges qui ont oublié d'avoir de l'humour et qui n'ont pas appris à prendre du recul. Je ne comprends pas pour autant les gens qui se murent dans le silence. Pour eux, c'est comme si parler leur brûlerait la bouche, pire encore. Pour eux, aligner deux mots, c'est comme s'arracher la gueule. Pourtant ! Contrairement à ce que certains pensent, parler n'a jamais tué... Dans le pire des cas, ça aide. Après, c'est juste une histoire de circonstances. Si nous sommes doués du langage, ce n'est pas pour faire beau...En parlant de beau !
Je t'invite à poser les sacs et tes affaires comme moi. On est dans le genre d'endroit où plus t'es léger, plus tu profites. Eh, c'est ce que je vais faire ! J'aime la vie et les bonnes choses !

Je sais maintenant que j'ai posé tout mon bordel, je parle aussi avec les mains. Un jour, il faudra que j'apprendre le langage des sourds et muets. La première fois que j'ai découvert cette langue, c'est avec la Castafiore. Avec le temps, je me rendais plus chez elle uniquement pour la livrer, mais aussi pour passer de bons moments. Un jour, j'ai débarqué pour goûter et j'ai rencontré une des amis. Comme tout gosse bien élevé, j'ai dit bonjour et je me suis présenté. En réponse, j'ai eu le droit à un magnifique sourire, la vue sur son dentier et une série de gestes réalisés avec la main et les doigts. Je me suis retrouvé con. Il n'y a pas d'autre mot. Comme à mon habitude dans ce genre de situation, ma mâchoire s'est décrochée. Avec le temps, j'ai appris à enrober ce geste d'un scénario pour lui donner une autre dimension. Madame Doutbfire a éclaté de rire avant de m'expliquer que son amie était muette. Si aujourd'hui, c'est une évidence pour moi, qu'il existe des sourds, des muets ou les deux, à l'époque, c'était une découverte. Une découverte des plus surprenante et déstabilisante si je me positionne comme à l'époque. Cette brave dame n'est pas née muette, elle l'est devenue. Au départ, c'était une chanteuse d'opéra comme la Mata Hari. Elles chantaient ensemble. Elle a perdu sa voix suite à un incident. Sérieusement, je la plains énormément. Je ne m'imagine pas vivre avec la chique coupée. Je pense qu'à mon niveau, c'est comme devenir paraplégique.

J'ai sagement écouté son histoire entre deux gâteaux. À défaut de parler, je mangeais ! En si j'étais muet, je suis sûr que je serais énorme !!! Cela ne serait pas un meuble comme chez Mme Doubtfire. C'est totalement ça, je suis décidément trop fort et trop chanceux. Je ne sais pas comment le dire tout en étant humble et réaliste... Ah ! Si, j'ai vraiment trop bon goût. Il en jette grave ce salon thé. C'est plus léger que le bar d'Hosenka, mais le dessin est toujours là. Il est un peu moins classique dans l'approche, mais ces courbes arrondies, ces demi-cercles, ces vitraux recouverts de cette végétation métallique, ces tables ovales ou rectangulaires aux angles cassés ne trompent pas. Ce sol est brillant, laqué, on pourrait le prendre pour un plateau d'échecs. Ces lustres aux terminaisons cylindriques, ces abat-jour dans la même logique le confirment. L'intérieur est nettement plus grand qu'il n'y parait. Sans me tromper, cet effet d'optique est donné par la mezzanine. Le hall d'entrée en spacieux et permet de déposer ces affaires. Je ne me suis pas privé pour le faire. Tu passes l'entrée et sur la droite, tu as le présentoir avec tous les produits, en face une énorme table centrale, sur la gauche les escaliers pour monter à l'étage. Sur le fond et le côté, tu as des tables plus petites, c'est plus intime. C'est l'endroit idéal pour tous, que cela soit en famille, entre potes ou en tête-à-tête. Cette table au fond sera parfaite pour mater et parler. Enfin, mater, c'est certain, parler ça l'est moins.

Juste le temps de se poser, de s'installer que subtilement, tel un voleur ce charmant serveur pose la carte devant nous. Il se retire de la même manière. Dans ce genre droit, la discrétion et la patience sont lettre noblesses. Ren m'a suivi tant bien que mal, je pouvais l'entendre soupirer comme un buffle et trainer les savates comme un éléphant... L'enthousiasme adolescent est si puissant chez certains, qu'il fait peur. Je me demande ce que je vais prendre... Comme je suis d'excellente humeur grâce à toi, je passe. Je suis vraiment trop gentil à certains moments...

Prends ce que tu veux. C'est moi qui régale.


Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Ven 8 Aoû - 13:09
Les mots qu'il prononçait ne m'était d'aucune utilité alors, je n'y prêtait pas vraiment attention. Seul son nom restait gravé dans ma tête pour que je puisse m'en servir le moment venu puisqu'il n'appréciait pas le vouvoiement. Je posais les sacs que j'avais encore en main après qu'il m'est conseillé de faire comme lui, en y regardant de plus prêt le salon de thé où nous nous trouvions avait un truc plutôt familier. Oui, il me rappelait la salle où mes parents recevaient leurs clients et parlaient affaires... De meurtre peut être, mais cela restait leur business. Le seul truc qui n'était pas à sa place, c'était les serveurs et la bonne humeur qui se dégageait de cet endroit présent. Dans la salle de mes vieux, il régnait en tout temps une atmosphère lourde et terrifiante qui m'empêchait même d'y pénétrer tellement je m'y sentais mal à l'aise. Il était vrai que pour décoration, ils avaient certains effets appartenant aux victimes de leurs chasses ce qui n'avait rien à voir avec les jolies choses d'ici et pour seul éclairage, il y avait quelques bougies allumées çà et là sur des chandeliers. Je m'y rendais souvent pour faire le compte-rendu à mes parents pour ce qui était de la réussite de mes missions et une fois à l'intérieur, je faisais comme si j'étais un type sans peur pour qu'ils soient fiers de moi pourtant, j'étais terrorisé à l'intérieur. Jo me sortit encore une fois de mes pensées en me demandant de choisir ce que je voulais. En regardant le menu posé juste en face de moi, je ne mis pas une éternité à me décider

Un Zen Sadow pour moi et ce sera tout


Pourquoi avoir choisi ce menu-là ? Assez simple, le nom de bottait bien. Zen Sadow, ce n'était pas commun comme nom que l'on donnait à un truc de salon de thé. Il était composé de Jus d'orange ou de pamplemousse pressé suivi de toasts briochés accompagnés de Gelées extra de thé. Pour le plat de résistance, on avait l'assiette du Brunch : foie gras de canard maison, chutney de pêche au Darjeeling de Printemps et pour finir « Aloobari », jardin zen de shiso - basilic pourpre et amandes, toasts de céréales. Gourmandise du Chariot Colonial ou Douceur au Thé. Le tout faisait dans les 50 voir 100 jeweels. Je donnais ma commande au serveur qui était posté près de nous en attendant que nous nous décidions sur ce que nous allions prendre. Pour ma part, c'était déjà fait et je n'avais eu aucun mal à me décider. Restais juste à attendre que ma commande soit prête pour que je passe au festin. Un truc que je ne pouvais pas me faire à la taverne de la guilde. Une chance que je sois tombé sur Jo aujourd'hui sinon je n'aurais rien trouvé à manger, mais en plus je serais sorti certainement bredouille de ma petite partie de shopping. J'étais assis en face de cette homme qui semblait tellement décontracté et en même temps semblait ne pas être une personne qui pouvait se permettre de donner assez d'information sur elle. Pourquoi je pensais ça ? Juste mon intuition, J'avais appris à analyser les gens avec le temps et pour mener à bien les nombreuses missions périlleuses que me confiait mes parents. Cependant, je n'avais pas à me méfier de lui... Pour l'instant.


John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Sam 9 Aoû - 19:25


Je mange ce que je suis

Je me délecte de la carte, de ces noms, de ces images. Je savoure. J'inspire profondément, expire longuement. J'imagine le goût de chacun, mes papilles s'agitent dans tous les sens. Elles hurlent comme des admiratrices déchaînées... Elles se stoppent net l'espace d'un instant, le temps d'un nom. Je souris comme un gosse à sa lecture. Je me souviens. J'en ai mangé pour la première fois chez Mme Doubtfire. C'est à cette occasion que la première photographie de nous deux a été faite. J'étais passé lui emmener sa commande hebdomadaire. Avec le temps, elle avait pris l'habitude de laisser une fenêtre ouverte si jamais l'envie me prenait de rentrer chez elle par cette porte. La première fois que je l'ai fait, elle m'a défoncé les oreilles avec un chant dragonesque. L'histoire, c'est que ce n'était pas à cause de l'entrée en matière. Elle m'avait déjà vu plusieurs fois grimper sur les toits et courir dessus. Elle m'a percé les tympans parce qu'à mon atterrissage, j'ai renversé son ficus... C'était en tirant la gueule et en trainant la patte que j'ai néttoyé mon bordel. Une fois la place nikel, la dragonne a laissé place à une patissière d'élite. C'était avec une voix douce et pleine d'amour qu'elle me demanda de venir dans la cuisine. Là, elle me proposa un « New York-style cheesecake ». J'avoue qu'à l'heure actuelle, je ne sais toujours pas d'où vient ce nom, mais...
C'est trop bon le cheeseckae...Oups

Oui, j'ai dans l'idée foireuse de te faire comprendre que nous ne sommes pas des animaux... Sans la parole, on n'aurait pas construit de villes, de ponts, on ne pourrait pas apprendre, on ne pourrait pas comprendre. Il me faut un exemple pour que tu comprennes bien. Oh, je sais... Je te regarde alors que tu es plongé la carte. Je ne sais pas si tu vas me prêter, mais j'espère que plus tard, tu te souviendras de l'idée. À la manière d'un grand frère...
Tu vois ce gâteau appelé la Wagotine. J'en ai mangé pour la première fois, je devais avoir douze ou treize ans. Si je m'en souviens si bien, c'est parce que son nom est magique pour moi. C'est un pâtissier qui l'a inventé pour les mineurs de son bled. C'était sa solution pour qu'ils arrêtent de se mettre sur la gueule. Elle a marché. Ce que je te dis est garantit 100 % Doubtfire.

Une fois n'est pas cotûme, je ne vais pas dissiquer ta gestuelle ou tes mots. Je vais laisser couler, d'autant plus que le serveur ramèbe ses fesses pour prendre commandre.
Un Zen Sadow pour moi et ce sera tout.

Hum, laissez-moi juste trente secondes, je n'arrive pas à me décider.

Toi par contre, tu as l'air certain de ton choix. Tu as beau avoir un ton sec et peu expressif, ta réponse aussi courte que rapide montre clairement que tu as été inspiré. Doe concentre-toi sur ta commande et ne fait pas poireauter le serveur ! Ne serait-ce pas, mais si c'est bien ça. J'ai mangé ce dessert quand la Castafiore m'a raconté son divorce. La Diva n'a pas toujours été. Les quarante premières années de sa vie, elle n'était pas, elle était lui. Elle est née Carmina. Elle est née avec ce don, avec cette voix. Très vite, elle a été remarquée par des professionnels. Au départ, elle chantait dans la chorale son école. À l'époque, chaque année, toutes les écoles s'affrontaient dans un festival appelé « Faites de la musique ». Si la nuit, il ravissait les plus âgés, la journée, c'est une gigantesque compétition scolaire. Elle a participé cette manifestation jusqu'à ses douze ans et à chaque fois son école gagnait. La victoire était de son fait. Conscient de ses aptitudes, le directeur l'a poussée naturellement à faire des solos. C'était de cette manière qu'elle intégra le conservatoire. C'est avec une facilité déconcertante et désarmante qu'elle a épousé une carrière de chanteur d'opéra. Elle a rencontré son ex-femme vers ses vingt-ans. Celle-ci était une pianiste hors-paire. Le couple à flirter pendant deux ou trois avant de se marier. Les années ont passé, ils ont eu un, puis deux et enfin trois enfants. Si tout était beau au départ, le temps et d'autres évènements ont eu raison d'eux... Si je me souviens si bien de cette histoire, c'est parce que la divorcée a donné une saveur divine à sa séparation.
Hum, je vais vous prendre un divorcé...Quoique non.

Je marque une pause, je te regarde droit dans les yeux. Si je n'était pas préssé par le serveur, je pourrais me perdre dans leur profondeur, mais je vais aller à l'essentiel. Je dois trouver quel goût, je vais donné à ce moment. Je ne vais pas lui donner une saveur déjà vécu, je vais innover. Un regard qui dure à peine deux secondes, juste assez pour me motiver à prendre...
Un café gourmand pour moi. Pour le café, un robusta sera. Pour le triplé de pâtisserie, je prendrais un kashiwa-mochi, un amanattō, un monaka. En vous remerciant d'avance.

La commande devrait arrivé d'ici quelques minutes, cela ne te gêne pas si je te pose une ou deux questions. J'avoue, je vais le faire sans attendre ta réponse à mes pensives.
J'espère que tu n'es pas trop pressé. Je mange lentement pour éviter d'être malade après. Enfin comme t'es bavard comme une pie, on ne va pas s'ennuyer !

Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Lun 11 Aoû - 18:00
C'était fait, nous avions tout deux choisi le menu qui nous avait le plus attirés même si Jo avait pris plus de temps que moi avant de se décider. J'avais appris certains truc inutile sur un gâteau appelé Wagotine qui avait servi à stopper une querelle entre des ouvriers. La vie serait bien plus belle si des gâteaux pouvaient suffire à stopper les litiges, mais la réalité était tout autre. Une fois la pâtisserie consommée et digérée, les sentiments revenaient à la charge et tout reprenait de plus belle. La solution serait d'en avoir une bonne quantité sous la main de ces gâteaux. Me voilà encore en pleine rêverie sur des montagnes de gâteaux, à croire que les choses sucrées étaient des sortes de drogues pour moi, je ne pouvais pas résister à ces choses remplies de sucre et mauvaises pour la santé impossible. Enfin, le serveur était parti avec nos commandes et quand il sera de retour, ce sera la dégustation. Jo se mit encore à parler, il n'aimait pas manger rapidement, aucun problème de mon côté, car, j'aimais bien prendre mon temps en mangeant des choses comme ça. Il fallait prendre le temps de ressortir chaque saveur et chaque goût afin de voir les différences de chaque... Bon en y repensant, j'allais finir par me perdre encore dans mes pensées si je n'arrêtais pas.

T'inquiète pas prend ton temps !


Oui, il n'avait pas à se presser et finir étouffé ou quoi que ce soit d'autre et sa dernière phrase me fit un peu sourire. Oui, je ne sais pas pourquoi, mais son sarcasme était assez drôle. Je souriais... Cela ne m'était pas arrivé depuis bien longtemps, on me prenait pour un type assez étrange justement parce que je ne souriais et surtout ne riait jamais. Je me demande la tête qu'ils feront s'ils me voyaient ainsi ? Je sais qu'à plusieurs reprises, j'ai été en présence de situation bien plus comique que celle-là et je n'avais pas eu un soupçon d'amusement, alors pourquoi maintenant et avec ce type ? J'allais tenter de mener une discussion avec lui-même si je ne savais pas trop comment la tenir. Je pense qu'il fallait commencer par des questions simples... Oui, il avait des paquets remplis de trucs pour bébés. Cela pourrait bien servir de sujet de discussion et de distraction en attendant leurs commandes respectives. Je pouvais me lancer maintenant que tout était bien clair dans ma tête, que voulez-vous ? Je ne suis pas doué pour la causette alors il me fallait un peu de temps pour réfléchir à un truc à dire et tout le tralala. Pourquoi j'avais eu envie de lui parler ? Peut-être parce qu'il avait réussi à me faire sourire... Ou c'était autre chose, mais je n'en savais pas grand chose.


Alors, ils sont pour qui ces cadeaux ?



John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Dim 14 Sep - 17:24


Un temps pour chaque chose.

T'inquiète pas prend ton temps !

Je ne m'inquiète pas. Je fige simplement un moment dans le temps. Je borne le début et la fin. C'est une chose habituelle. Le temps et moi, c'est une longue histoire d'amour, de chassés-croisés comme pour tout à chacun, mais Mme Doubtfire a su me faire prendre conscience de mon rapport avec cet éternel insatisfait, affamé, sans point de départ, sans ligne d'arrivée qu'est le temps.

Je suis un homme de son temps et de chaque temps. Avec ses histoires, ses anecdotes, sa vie, la Castafiore m'a transmis l'importance, la nécessité de savoir se fondre dans la foule ou d'en être le centre d'intérêt selon les circonstances. Le fondement de cette aptitude à disparaître ou à éclairer une foule réside dans ce qu'on l'on dégage et notre apparence. Pour me fondre dans la foule, je peux emprunter des habits passe-partout, une dégaine d'ahurie ou de presser. Pour me faire rejeter des autres, je peux être cet homme qui dérange par sa puanteur et ses vêtements usés et souillés par le temps, celui qui peut attirer la pitié en faisant la manche ou au contraire se faire jeter en dehors de la ville parce qu'un décret local interdit la mendicité. Je peux être ce marquis ou ce médecin qui se rend dans ce gala de bienfaisance. Je peux être ce mafieux qui suscite autant le phantasme, que la peur ou la rancœur. Je peux être cet archéologue ressemblant à rien, perdu dans ses pensées. Je peux être cet ouvrier des docks. Dans tous les cas, les us et les coutumes de chaque classe, époque ne sont pas oubliées pour moi. Je ne les connais pas toutes, mais je sais prendre mon temps pour les faire miennes pour être dans l'air du temps de chacune d'elle.

Il faut savoir donner du temps au temps. Crocus ne s'est pas faite en un jour, il en va de même pour moi. Je ne verrai pas pourquoi, je devrai tout presser pour avancer. Il est judicieux de prendre du recul sur les évènements pour en tirer une utilité. Il est nécessaire de planifier certains évènements alors qu'ils ne se sont pas produits. Il est essentiel de prendre le temps de penser avant d'agir pour certains déroulements. C'est ainsi que la Diva a su capter et calmer ma vivacité et mon hyperactivité enfantine. Avec ses mots, avec ses expressions, avec sa mélodie, elle a su m'apprendre la patience et ses vertus. Elle était capable de faire durer des histoires sur plusieurs rencontres. De cette manière, elle m'a appris comment déchaîner l'esprit de l'autre, comment le presser, l'emballer alors que le temps autour de lui s'est figé. Elle m'a doté de cette patience et de cette capacité à laisser faire le temps. Cet entremetteur est capable de lier entre eux des éléments sur une durée et dans la durée pour qu'ils changent de sens et de significations. C'est un excellent professeur de son point de vue. Ce n'est par pour autant qu'elle ne m'a pas expliqué l'importance d'être un homme pressé.

La vie n'est pas un long fleuve tranquille sur lequel on navigue. Elle est tantôt cette mer immobile, tantôt cet océan déchaîné. Si certains choisissent d'être passifs et de subir les éléments, d'autres comme moi préfèrent agir rapidement pour naviguer sur des courants porteurs et protecteurs. C'est pourquoi il faut être pressé de quitter des eaux figées pour avancer quand les circonstances l'exigent. Il en va de même quand les eaux sont retournées. Alors, je suis cet homme moderne celui qui court après le temps qui passe, celui qui n'a jamais assez de temps pour faire les choses. Cet inconnu qui passe connu à côté de vous, vous percutant au passage, ne s'excusant pas parce qu'il ne vous a pas vu, parce qu'il est en retard ou parce qu'il doit se rendre rapidement dans un endroit. Alors, je deviens celui qui n'a pas le temps parce que ma carrière est en jeu, parce que ma vie est en jeu. Je vais très vite, j'envahis le monde pour être omniscient. Je traverse le temps, je suis un militant quotidien de l'inhumanité, du profit instantané. Je suis cette main pressée qui agit dans l'ombre qui prend le contrôle des choses. Je me presse de te faire rentrer dans la toile de mon réseau. Je me dépêche d'être celui pour qui ta bourse se lâchera, pour qui ta femme ou ton mari se lâchera.

Au final, je dirais que si le temps profite de moi, il en va de même pour lui. En réponse à ton invitation, je t'offre un sourire hors du temps.
Alors, ils sont pour qui ces cadeaux ?

Oh, tu serais d'humeur à communiquer. Serais-tu tombé malade en quelques secondes ? Te serais-tu rappelé des usages en présence d'un tiers, de la politesse ou autre ? Non, ne t'inquiète pas, je te charrie. Il se peut même que pour toi, je passe pour un vieux crouton, un emmerdeur de première. Je ne t'en veux pas pour autant, je ne t'en tiens pas rigueur. Je radote sans doute, mais tu as un goût de madeleine qui me plaît bien. C'est avec un empressement évident et en me grattant la tête que je te répond.
C'est pour un couple d'amis habitant à Magnolia. Elle est enceinte de six mois. Pour les remercier de m'héberger, je me suis dit qu'acheter des fringues pour leur futur enfant était une bonne idée. Comme je ne sais pas si c'est une fille ou un garçon, j'ai pris pour les deux sexes...


Si, je ne termine pas ma phrase, c'est parce que le serveur vient juste d'apporter notre commande. Il n'y a pas que mon quatre-heures que j'ai envie de dévorer, mais c'est un autre sujet. Il repart à pas de velours et aussi rapidement qu'il est venu, je ne suis même pas certain qu'il est entendu mon merci. Ce n'est pas grave, il est temps de se restaurer. Je te regarde droit dans les yeux. C'est avec le regard d'une mère qui découvre le visage de son enfant pour la première fois que je te dis...
Bon appétit Ren.

C'est sur ces mots que je me tais et que je commence à manger avec raffinement, en prenant mon temps.
Codage By MoiSadike de Never Utopia


HRP:
 
Ren Terasaki
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 61
Date d'inscription : 22/06/2014
Âge : 23
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Tsuchi No Mahô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 430
Statut: Mage de Rang F
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   Ven 31 Oct - 17:48
Enfin, nous pouvions nous régaler en toute tranquillité avec toutes ses douceurs, saveurs et ceci sans subir la mauvaise humeur qui pouvait m'habiter lors de mon entrée en ce lieu. S'en était presque magique et je me sentais plutôt bien... Tellement bien qu'il m'arrivait de me demander si tout ça était réel... c'est vrai quoi pourquoi je ne me sent pas mal à l'aise avec ce type alors que je n'étais pas du genre à blablater avec n'importe qui, et aussi j'avais accepté de manger un bout avec lui... En parlant d'un bout, ce n'était pas vraiment ce que l'on pouvait appeler un petit bout puisqu'il s'agissait d'un vrai menu de roi. Il était vrai que je n'avais pas la chance d'avoir un tel repas tous les jours et je voulais bien en profiter. Mon bienfaiteur du jour me souhaitait comme la coutume le voulait un bon appétit, seulement moi, je n'avais vraiment pas le temps de lui répondre avec la vitesse à laquelle j'engloutissais tous. Je pus juste hocher la tête pour lui faire comprendre que je l'avais entendu et que je ne pouvais malheureusement pas répondre comme la politesse le voulait. De toute manière, je ne suis pas du genre à suivre les trucs comme la politesse et la coutume alors cela ne changeait vraiment rien pour moi.
Quelques minutes plus tard, j'avais fini de me repaître de mon succulent repas et tout tournait au ralenti maintenant. Ou du moins tout tournait au ralenti jusqu'à ce que l'horloge se mette à sonner, là, je réalisais que je m'étais trop attarder en ce lieu ainsi qu'en la présence de Joe, il fallait que je parte sur le champ ou je risquait de me faire encore taper sur les doigts par le maître. J'avais complètement oublié qu'il nous avait convoqué aujourd'hui à onze heure pour une réunion qui semble être de la plus grande importance. Là, pour moi, tout allait bien trop vite et je n'arrivais pas à me situer. Mais il fallait vite que je fausse compagnie à mon compagnon du jour.

Merci pour le repas... c'était fabuleux, mais je dois vite partir là sinon je risque d'avoir des problèmes. Désolé de partir comme ça mais je suis obligé !

Oui, je venais de m'excuser... J'agissais vraiment différemment aujourd'hui. Mais cela importait peu, pour l'instant, je devais me dépêcher. Les rues de Magnolia fut vraiment animées en mon passage. Peut-être qu'était lié au fait que je bousculais tout le monde sur mon passage ou qu'il m'arrivait de renverser quelques étalages dans ma course. Dans tous les cas, j'avais beaucoup entendu << Sale morveux >> ou encore il n'a aucun respect ce môme >> je me demandais pourquoi ils disaient tout ça alors je ne faisais que me dépêcher pour me rendre à ma réunion et ainsi me sauver de souffrance gratuite. Bien, j'étais parvenu à me rendre à la guilde, mais seulement vingt minutes après que celle-ci fut terminée. Je suis mort et enterré.

Alors, ils sont pour qui ces cadeaux ?



Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]   

One more time [PV Ren Terasaki & John Doe]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Magnolia
-