Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]

AuteurMessage
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Jeu 10 Juil - 16:33



Pilote

Elle est unique par bien des aspects. Au sommet de son centre, à la pointe de son unique étamine, son anthère envoutante rayonne. La journée, elle répond avec une vivacité et une fluidité déroutante, mais captivante aux caresses solaires. La nuit, elle reste fière, droite, prend une coloration mystérieuse, excitante, magique sous un jeu de flatteries artificielles. Pour parer cette unique étamine, la belle s'est dotée de spathes blanchâtres, protégeant, chérissant ses pétales francs, sincères et fiers. Tantôt sous les projecteurs, tantôt dans l'ombre, ils s'évertuent à nous offrir un arc-en-ciel en tout temps. On se laisse hypnotiser par ses colorations violettes, bleues, jaunes, roses ou ce mélange naturel de couleurs à l'harmonie parfaite. Solitaire, cette fleur trône comme une déesse qui embrasse le sol. Elle se détache avec une facilité outrageuse de ses feuilles basales linéaires au vert multiple parcouru de stries longitudinales blanches. Elle titille notre intérêt, notre curiosité, on se laisse piéger comme ces milliers de travailleuses. Elles ne sont pas identiques, elles sont toutes différentes, anonymes et souriantes. Elles sont tombées sous l'ivresse des effluves que la fleur libère en constance. Cette odeur capiteuse et suave qui plait tant aux amoureux. Victimes et complices des charmes de la belle, ils papillonnent entre les balades romantiques et les nuits à deux. Certains se laissent tenter par ses endroits rêvés pour un baiser, d'autre pour ses soirées en tête-à-tête. Quelques-uns cherchent des présents romantiques comme une déclaration hors du commun. Tu imagines aisément que pour soutenir une telle présence, la magnifique et grandiose Crocus repose solidement sur un corme puissamment enfoncé. Sa taille pourrait abriter une seconde ville. Tu remets régulièrement les pieds à Crocus. C'est ta ville de naissance, la première dont tu es tombé amoureux.

C'est ici que réside tes parents. Bien qu'initialement opposés à ta carrière pour des questions d'éthiques,ils t'aiment d'une manière inconditionnelle. Ils appartiennent à ces gens qui n'excusent pas par amour, mais partent du principe que si leur enfant est heureux, c'est essentiel. Un consensus s'est solidifié au fil du temps entre vous. Vous parlez de tout et de rien, du travail sans pour autant rentrer dans les détails. Vos rêves sont différents, mais ne se combattent pas. Par contre s'il existe un point qui éveille l'inquiétude de tes parents, qui provoque des charges récurrentes à ton égard, c'est l'état de ta vie amoureuse. Le reste de ta famille aimante te le rappelle avec une joie et un piquant certain lors des déjeuners familiaux, des mariages ou baptêmes. À chaque fois, tu as l'air con, il faut bien l'admettre. Ce n'est pas faute d'avoir joué le jeu que les Doe te proposaient. Plusieurs fois, tu as accepté ces rendez-vous arrangés, mais ta nature t'empêche d'aller plus loin. Tu t'es très vite rendu qu'il était plus excitant de voler l'objet du désir de tes cousins, de tes cousines, voire plus. Tu es du genre à aimer le fruit défendu, à jouer avec le feu ou à tenter l'inconnu. Tu es un peu comme ses marins qui ont une fille dans chaque port. Tu te différencies d'eux parce que tu ne te limite pas au chiffre un, pour le nombre comme le genre. Comme à chaque fois que tu viens, tu dors chez tes parents. Moments priviligiés que tu savoures comme tu le ferais avec ce fruit magique. Tu es arrrivé en fin dejournée, tu as donné un coup de main au magasin, tu t'es posé en attendant l'heure du repas. Comme à chaque venue, tu n'échapperas au récurrent et tradionnel sujet. Maman est du genre sanguinaire et tenace sur cette thématique. Certains squales font vraiment pâles figures à côte d'elle quand elle s'acharne sur ta vie sentimentale.

Elle attaque dès l'entrée, silencieusement et sournoisement. Elle lance le jeu comme les plus grands prédateurs nocturnes sont capables de le faire. Elle rode, tourne autour de toi avec une virtuosité et une grâce flippante. Tu apprécies entre deux bouchées, quelques nouvelles de la famille, ses mouvements nasaux. Un ingénieux rythme d'ouverture et de fermeture de ses narines. Elle cherche une odeur, un indice qui se dégage de toi. Si son nez s'aplatit et s'élargit à vue d'œil. Ces yeux s'écartent sur les bords pour laisser un peu de la place. Ce n'est pas tout. De cette manière, elle considère avoir une meilleure vision et détecter facilement une faiblesse. Comme tu n'es pas marteau, tu fuis grâce à une jolie pirouette des plus efficaces, mais surtout parce que le plat principal arrive. Au détour de jeux de mots, d'histoires drôles, elle te propose quelques sourires carnassiers et déterminés. Dans sa bouche béante, ses dents deviennent effilées et recourbées. Son teint café n'est pas des plus rassurant non plus. Tu n'as pas manqué ses mots soigneusement préparés à ton attention. Leur percutant est amplifié par une sorte de détonation, dont maman a le secret. C'est comme si chaque son était accompagné de la libération violente et agressive d'un air comprimé. Tu sais que le taureau ne charge pas inutilement. Tu la laisses gagner un peu de terrain par précaution. Tu penses cela suffisant. Tu n'aurais pas oublié le fromage ? Le plateau est riche, varié et tentant. Tu ne sais pas où donner de la tête. Ta mère ne s'embête pas d'une quelconque sélection. À la manière dont elle dévore le fromage, au son de ses doux mots d'amour tout aussi vorace, tu élabores une théorie. Tu penses qu'une opération, une dissection de son estomac permettrait de mettre en évidence qu'elle mange tout et n'importe quoi. De mémoire, elle a toujours tout déchiqueté et absorbé avec une fourchette ou des mots, peu importe la taille. Tu l'as considère comme un super-prédateur. Le tigre te touche plus d'une fois, mais c'est avec un humour et amour dévorant que tu survis. L'arrivé de la fameuse charlotte aux fraises de papa aide pas mal. Répit de courte durée, elle te sort le grand jeu. Elle se lève comme si rester immobile lui était fatale, comme si elle avait besoin de cela pour s'oxygéner. Elle réalise des mouvements d'une lenteur hypnotisante. Ils sont annonciateurs d'une attaque monstrueuse par sa puissance et sa vitesse. Le top départ est ce magnifique sourire. Il donne à ses dents un tranchant équivalent à des lames de rasoir, une forme plate, triangulaire et dépassant dangereusement de ses gencives. Tu n'as pas le temps de réagir. Elle surgit des profondeurs où elle s'était mise à l'affut. Elle remonte comme une torpille et te percute fatalement. S'en suit un grand blanc qu'une vanne douteuse de ton père dissipe. Au final, tu abdiques.

Qui peut résister à la férocité et la dangerosité d'une mère aimante ? Personne, surtout si c'est la sienne. Ce soir, tu pars en chasse. Maman n'a pas fait les choses à moitié. Elle t'avait inscrit dans l'après-midi à ce type de soirée, celui qui fait fureur auprès des célibataires, le speed-dating. Heureusement pour toi, le club de ce soir ne résume pas son activité à cette pratique. Il est avant tout un piano-bar branché. Pressé par ta mère, tu prends la direction de la salle de bains. Autant lui faire et te faire plaisir. Que vas-tu nous mettre ce soir ? Ta garde-robe n'est pas forcément riche. Elle est plutôt promotionnelle et saisonnière, que nous réserves-tu ?
HRP:
 
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Dim 9 Nov - 17:41
How I met your mother
Ewilan & John

Crocus, me voilà !



Crocus, capitale du Royaume de Fiore. Une ville des plus impressionnantes, centre névralgique de toutes les affaires du Royaume. On y trouvait moult structures importantes, tant politiques que militaires. Mais la plus importante de tous était sans conteste le palais royal. Ce bâtiment qui abritait en son sein la discrète famille royale. Acteurs principaux de la politique du Royaume, personne ne les avaient en vue, mis à part quelques personnes très hauts placés. De plus, la ville avait en son sein, en plus de Chevaliers Runiques l'une des Guildes les plus puissantes de cette époque : Sabertooth. Fou serait celui qui tenterait un assaut contre la capitale, en somme.

« Une ville remplie de pontes... »

Je ne savais pas trop pourquoi j'étais là. Après tout, la ville était bien loin de la Guilde et j'avais fait un petit chemin afin d'y parvenir. Peut-être une simple envie de tourisme ? J'avais pas mal bossée, ces derniers temps et je souhaitais donc me détendre un peu. Le voyage vers la capitale avait prit quelques jours mais n'en avait pas pour autant été inintéressant. Il y avait eu beaucoup de paysages différents et j'avais pu dessiner, bien que mes quelques essais aient été pour le moins... peu concluant.

Marchant à travers le quartier commerçant, j'observais avec intérêt les gens autour de moi. Des banals civils qui s'affairaient à leurs affaires de tous les jours. Bien que ça puisse paraître étrange, observer la vie des individus dépourvus de pouvoirs magiques était assez amusant. Alors que j'étais perdue dans mes pensées, je vis un petit garnement courir à travers les rues, me bousculant au passage sans ménagement. Vraiment, les jeunes de nos jours, ils n'avaient aucune éducation. Et c'était moi qui parlais... Bon sang, je me faisais vieille il faut croire.

Alors que les heures passèrent, mes pas me conduisirent sans que je ne fasse très attention dans un quartier plutôt chic de la ville. On voyait en effet des tonnes de gens bien habillés, parfaitement coiffés avec, pour la plupart un compagnon dans ses bras. Pfouah, pile ce que je détestais. Au moins, les rues étaient animées et lumineuses, c'était déjà ça. Regardant l'heure via la grande horloge murale qu'il y avait dans un coin du quartier, je me rendis compte qu'il était déjà huit heures passées. Comme j’entendais des bruits venant d'un bar, non loin de là, je me dis qu'il était bien temps de claquer quelques Jewels dans la boisson. Si mon maître me voyait... j'en avais des frissons dans le dos.

En arrivant dans le bar, je n'avais pas vraiment remarqué quel était son nom, ni même l'écriteau qu'il y avait. J'aurais dû. En effet, en entrant dans l'établissement je remarquais bien vite qu'il y avait une sorte « d'aura », comme si quelque chose se préparait. On y voyait des hommes et des femmes de tous âges discuter entre-eux, tentant probablement de vérifier si l'autre pourrait faire un partenaire d'une nuit intéressant. Beurk. Non pas que j'étais une vierge effarouchée mais j'avais décidé d'arrêter ce genre de frasques et de me ranger. Me pointant tranquillement au comptoir, je dis simplement au barman que je souhaitais un rafraîchissement.

« Une bière. »

Parmi toutes les boissons alcoolisées, c'était bien ma préférée. Et, tandis que le barman me servait le liquide ambré dans mon verre, je sentais une odeur des plus désagréables s'approcher de moi. Il s'agissait de l'un des colosses, avec un air farouche sur la tronche.

« Alors petite ? On cherche l'aventure ? »

Resserrant imperceptiblement la prise que j'avais sur le verre, je regardais l'homme d'un œil farouche. Malgré mon caractère de « cherche merde » et mon franc-parler, je ne supportais pas ce genre d'approche. L'alcool ne l'excusant qu'à moitié, j'essayais tant bien que mal de garder mon calme. Et, tandis qu'une ombre, encore un homme, si j'en croyais sa carrure franchissait les portes du bar, je dis simplement à mon « prétendant » ce qu'il risquait de lui arriver s'il se montrait plus insistant...

« Si tu ne la ferme pas, je m'assurerais que même les catins ne te prendraient pas comme client. »


►C'est sympa Crocus.
Code by AMIANTE
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Lun 10 Nov - 11:26



The game begin.

Si tu écoutes maman, c'est par nécessité de survie, mais tu ne lui laisseras pas le droit d'intervenir dans le choix de tes vêtements. Plus jeune, elle a tenté de t'imposer deux ou trois trucs, mais elle a très vite compris qu'il fallait te laisser faire, le résultat était toujours plus probant. Du coup, ce soir, tu comptes faire dans le régional et l'original. Crocus n'est pas réputée pour avoir une couture locale, mais plutôt être cosmopolite. Elle n'est pas la capitale pour rien. Il t'arrive d'envoyer certains de tes vêtements chez tes parents. Ils ont la délicatesse de te les ranger soigneusement dans ton ancienne chambre. C'est l'occasion parfaite pour le baptiser. Après une bonne heure de salle de bains, une heure magique où tu répares ton corps et ton esprit. Là où tes mains caressent chaque millimètre de ta peau pour la chérir, pour la renouveler, pour la préparer à affronter le monde extérieur. Moment durant lequel tes mains expertes s'amusent à mater quelques poils rebelles.

Cette heure hors du temps t'emmène dans un monde connu seulement de toi. Un univers où tantôt, tu es bandit, tantôt, tu es héros, tantôt, tu es serf, tantôt noble. Peu importe le rôle que tu y joues, l'important est que tu t'amuses, que tu es libre d'être ou ne pas être, d'avoir ou ne pas avoir. Jusqu'au lever du soleil, tu seras un fier, fêtard, homme de clan gaélique. Tu sors au bout d'une demi-heure de ta chambre. Tu es enchanté du résultat, tes parents ont l'air plus « quoi » avec leur bouche qui reste grande ouverte quelques secondes. Tu ne peux t'empêcher d'exploser de rire avant de les embrasser sur le front. Tu pourrais partir ainsi, mais comme tu es un fils modèle, tu les rassures. L'espace de quelques minutes, tu les invites dans ton monde. Lors de l'une de tes péripéties, tu as gagné l'honneur et droit de te vêtir ainsi.

Tu n'as pas raconté comment, mais l'histoire de cette tenue. Il existe des villages reculés dans le royaume de Fiore qui possède une histoire riche et fière. Ton kilt en est l'un des héritages. Ces origines remontent il y a longtemps. Une époque où les hommes portaient ce qu'ils appelaient le « feileadh mor », un vêtement fait d'une étoffe de laine de cinq mètres, enroulée puis ceinturée autour de la taille. Un pan de tissu était toujours laissé pendant à la taille, pour permettre de le rabattre à hauteur d'épaule pour mieux se couvrir. À cette époque, chaque clan avait son propre tartan qui servait de signe de reconnaissance. Porter cette jupe était d'ailleurs un véritable honneur. Elle était perçue comme une véritable consécration du statut d'homme. Les femmes n'en portaient pas. Avec le temps, le « feileadh mor » a pris le nom de « feileadh beg ». Le Petit Kilt, ne se compose plus que d'une simple jupe et d'une ceinture.

Ta jupe ne mesure pas vingt-quatre mètres de long. Elle n'est pas enroulée comme telle autour de taille et maintenue par une puissante ceinture de cuir noir, mais les éléments traditionnels sont bien présents. Elle porte fièrement des motifs tirant vers le vert et l'ocre, mesure deux mètres de long et tombe au-dessus de tes genoux. Tu portes la traditionnelle ceinture au détail près que sa longueur a été revue. Celle-ci porte fièrement ton sporran, une magnifique bourse de cuir noir suspendu par des chaînes. Personne ne peut manquer des kilt hose, chaussette de laine qui montent jusqu'à ton mollet, surmontées de flashes de chaque côté de la jambe. Il n'est pas visible, mais à l'intérieur de ta chaussette droite se trouve ton Sgian Dubh. Ce petit couteau est employé pour se défendre et monter sa bravoure.

Ces quelques minutes ne sont pas seulement bénéfiques pour tes parents. Elle te permet de rentrer dans ton costume avec une quiétude, une confiance et une maîtrise totale. Il ne s'agit pas de jouer un rôle pour le jouer, mais d'habiter un état d'esprit, celui que tu avais dans ton bain. C'est d'un pas sûr que tu te rends dans cet antre pour célibataire affamé. Si tu l'es aussi, ce n'est pas forcément pour les mêmes raisons. Tu franchis les portes avec légèreté et puissance, quelques regards se tournent vers toi. Tu ne passes pas inaperçu, mais avant de te jeter dans la cage aux fauves, tu vas prendre des forces. Tu te diriges vers le comptoir.

Tu te poses à côté d'une partisane de la bière. Juste avant de t'installer, de te tirer ton tabouret, tu la regardes. Tu lui souris avec gentillesse, inclines la tête. Sans attendre une réponse de sa part, tu t'assieds et tu commandes. Elle dégage plutôt l'esprit femme libérée, d'une femme forte mélangé avec un brin de ne "me dérange pas". Comment tu le sais ? Il te suffit de regarder partir la queue entre les jambes le mec qui vient de lui parler et de faire confiance à ton intuition. Est-elle déjà blasée de la soirée ? Sait-elle perdue ici ? Ah, tu es d'humeur. Tu es majeur et vacciné, tu fais bien comme tu le sens. Tu t'adresses au barman et à elle. Tu parles avec assurance, respect, amusement et spontanéité.
Quatre pintes de bière. Deux pour elle, deux pour moi. Si tu n'en veux pas, ne te force pas, ne me rembarre pas. Je les boirai à ta place avec plaisir.


Si au départ, tu regardes le garçon de comptoir, sur la fin, tu la regardes. Tes yeux, ton visage et ton corps dégagent la même chose que tes mots, que ta musicalité de baryton.
Ce a quoi ressemble Doe, enfin ses fringues, enlève la cravate et c'est bon^^:
 
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Sam 15 Nov - 23:28
How I met your mother
Ewilan & John

Buvons !



Et voilà qu'à peine rembarré, un autre clampin venait à la charge. Bordel, pourquoi j'étais venue ici, moi déjà ? Si j'avais su, je ne serais sans doute pas venue ici. Quelle plaie. Impossible de boire un verre tranquillement. En tout cas, il avait l'air un peu niais... et ses vêtements. Beurk. C'était pas interdit par la convention de Rochair sérieusement ? Dieu que son espèce de jupe était moche. En le voyant sourire, je me disais qu'il s'agissait encore d'un mec un peu coincé du rectum, qui était là pour faire genre, je suis cool et tout. Finalement, il prit commande.

- Quatre pintes de bière. Deux pour elle, deux pour moi. Si tu n'en veux pas, ne te force pas, ne me rembarre pas. Je les boirai à ta place avec plaisir.

Je soupirais. Décidément, ce type était du genre à y aller franchement. Bah, au moins il ne semblait pas être de ces types qui ont une langue de vipère et manipulent les gens avec des mots doux. C'était déjà ça. Me grattant l'arrière du crâne, je finis par répondre à ses paroles.

« La dernière fois qu'un homme m'a payé à boire, lui et le barman se sont retrouvés sur la paille. »

Au moins, c'était dit. Il savait à quoi s'attendre. Qu'il ne vienne pas pleurer s'il y perdait tous ses Jewels. Le barman m'avait alors regardé d'un œil mauvais. Sans doute avait-il entendu ma réplique et qu'il espérait que je n'abuse pas. Ça mon coco, ça dépendait de mon humeur. Et plus j'étais blasé, plus je buvais. Ma résistance à l'alcool ? Très grande en tout cas. Je pouvais facilement boire une dizaine de choppes sans problème.

« Ewilan. Mage de Lamia Scale. Et toi ? Tu sembles pas être un habitué. »

Même un aveugle l'aurait compris, de toute façon. Il ne fallait pas être devin pour savoir ça. Tandis que j'attendais sa réponse, j'humectais ma bouche avec la bière que je portais jusqu'à mes lèvres. J'étais d'humeur à me déchirer la tête, ce soir. Je n'osais imaginer l'état dans lequel je serais demain matin. Sans doute une bonne grosse gueule de bois...

►T'es qui ?
Code by AMIANTE


HRP : Désolé pour la courtesse et l'attente. Je me rattraperais.
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Dim 16 Nov - 19:51



Ainsi soit elle, ainsi sois je

La dernière fois qu'un homme m'a payé à boire, lui et le barman se sont retrouvés sur la paille.


L'effarouchée vient de piquer ton intérêt. Elle vient de stimuler une de tes zones qui s'activent souvent et qui aime être en activité... Au grand damne de maman, tu ne comptes pas rejoindre la file des célibataires endurcis ou affamés, mais tu rejoins la compétition des « Serial Drunker ». C'est un mot de ton cru, un terme pour désigner certains fêtards, aux adeptes de la boisson. C'est l'un de tes nombreux visages, l'un de tes préférés... Terminer sur la paille ne t'a jamais dérangé et là au regard du contexte, c'est d'autant plus vrai... Pauvre barman, il ne semble pas apprécier l'invitation enivrée de sa cliente. Ah, tu vas jouer l'âme charitable ou le radin selon l'angle adopté. Crocus est une amie de longue date qui héberge plusieurs potes, amis, de connaissances dont l'éthique n'est plus à prouver...

L'une d'entre elles possède ses entrées dans certains bars de la capitale. Régulièrement, les temples de l'alcool lui offrent de quoi étancher une soif infinie. Par le plus grand des hasards, cet ami te doit services. Si tu profites de son influence ce soir, il t'en devra moins. Tu es d'une gentillesse sans pareil, des gens comme toi, on en fait plus. Ben oui, tu vas rendre service au serveur, à ta partenaire de la soirée, à ton pote et à toi-même, c'est admirable. Alors qu'elle enchaîne avec sa présentation, tu tends un billet au barman. Sur cette note, il est indiqué que tu jouis de la boisson à volonté et que la facture est pour ton ami... Il déplie la note alors qu'Ewilan termine. Il vous regarde et sourit. Il valide votre beuverie avec plaisir.
Ewilan. Mage de Lamia Scale. Et toi ? Tu sembles pas être un habitué.


Bien que tu sois rentré directement dans le vif du sujet en lui proposant de boire ensemble, ton regard d'expert n'est pas passé à côté de son look. Elle a pris en équipement obligatoire, l'apparence négligée. Ce n'est pas parce que sa crinière se veut proche d'un balai discount, qu'en l'espace de trente secondes, elle ne peut pas les transformer en balais tendance. Sa tenue est simple, mais harmonieuse dans les teintes... Elle va bien avec la couleur de sa chevelure. C'est également dommage qu'elle massacre son regard avec une moue de guenon. Tu demandes encore une fois où est-ce que ses parents ont loupé leur éducation. Elle te fait penser au clochard dans cette histoire conte pour enfants, la Belle et le clochard. Attends une minute, tu te compares à la Belle ? Comme le bâtard des rues, elle doit être plus débrouillarde et forte que toi. Enfin, en ce qui concerne la magie... Le reste, c'est une autre histoire.

Euh, ce n'est pas parce que tu es un bleu dans le domaine que tu es forcément le plus faible... Tu préfères partir de ce principe afin de t'éviter des surprises désagréables... C'est toi qui choisis de te dévaloriser... Non, tu n'as pas une vision négative de toi, c'est tout le contraire. Tu n'as jamais envisagé ton inexpérience dans cette discipline comme une faiblesse, mais comme un atout. Elle te permet d'être mesuré dans le choix de tes missions et de tes actions. Elle est ton point départ, elle est une fierté. Cela ne t'empêche pas de progresser. Tu n'as pas trop envie de t'attarder, mais sur son cas... Ce n'est pas parce que le métier de mage nécessite d'être prêt à n'importe quel moment, d'avoir des fringues confortables pour les mouvements que c'est une excuse pour ressembler à rien... Bref encore un mage qui s'oublie... Tu penses sérieusement ouvrir une agence en coaching pour les mages ne disposant pas de tous les codes sociaux pour s'intégrer pleinement au reste du monde.

Tu ne comprends pas pourquoi ces professionnels s'obstinent à ne peut se comporter comme des hommes avant tout... Tu vas te taire le sujet pour le moment et relever son défi... Tu restes un gentleman cambrioleur. Tu acceptes le tout avec une once d'humour, de vice taquin dans tes yeux et l'envie de jouer d'un enfant. Tu proposes et madame dispose, à moins qu'elle ne soit indisposée...
John. John Doe du clan Doe.


Tu la poses sur le comptoir. Tu prends ta respiration et tu lui réponds.
La dernière fois, ce n'était pas ce barman, ni moi. Profites, c'est la maison qui offre. Hum, corsons la chose, un p'tit pari en plus ?


Que cela soit avec des mots ou des geste, encore une fois, tout est dit.

Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mer 19 Nov - 13:32
How I met your mother
Ewilan & John

Un pari ?



- John. John Doe du clan Doe.

Calmement, tandis que je continuais de boire ma bière d'une façon fort peu féminine, j'ingérais l'information. Après tout, il fallait bien que je me souvienne de son nom. Pas par égare, mais simplement par sécurité. On ne savait jamais sur quoi on pouvait tomber. Il fallait constamment rester sur ses gardes et obtenir le plus d'informations sur les autres. Ainsi, on disposait le moment venu du plus d'informations afin de renverser la partie d'un seul coup. C'était un précepte qu'avait entré mon maître dans mon crâne à coups de poings. Et autant dire que je m'en souvenais, vu la puissance de sa poigne.

« Connais pas. »

Sans plus de cérémonie, tu te reconcentrais sur ton verre tandis que tu avais prononcé ces quelques mots. Tu ne savais absolument pas si c'était une famille connue ou pas dans la ville et pour dire, tu t'en fichais un peu. Les noms, leurs prestiges, tout ça ne signifiait rien pour toi. D'où le fait que tu étais légèrement refroidi quand quelqu'un t'appelait par ton surnom d'Azael, que tu n'avais même pas choisi toute seule. Peu importaient notre nom, c'était nos actes qui définissaient qui nous étions. Encore quelque chose que tu avais appris à tes dépents, par des coups de pieds, cette fois.

- La dernière fois, ce n'était pas ce barman, ni moi. Profites, c'est la maison qui offre. Hum, corsons un peu la chose, un p'tit pari en plus ?

Hum... Un pari ? Certes, l'idée pouvait s'avérer alléchante mais il fallait déjà définir de quel genre de pari serait-ce, et l'enjeu de ce dernier. Je ne doutais pas du fait que ce type pouvait répondre à mes deux questions. Cependant... Il y avait quand même un problème. Si c'était le genre de confrontation à laquelle je pensais, alors je me devrais de refuser. J'avais fais une promesse. Et je ne les brisais jamais. Jamais.

« Je préfère te prévenir tout de suite avant qu'il y ait un malentendu. J'ai fais une promesse à un ami et je ne compte pas la rompre. Si ton pari va contre cet engagement, alors je refuserais. »

Un ami ? Il s'agissait en vérité d'un membre de Lamia Scale du nom de Jet Hyle. Nous nous étions confrontés il y a seulement quelques jours et j'avais fait une promesse ce jour-là. Et, outre le résultat qui avait été en ma défaveur, je le considérais désormais comme un véritable ami, avec qui je pouvais être moi-même sans aucun problème. Cependant, cela ne voulait pas dire que j'allais lui pardonner, il allait voir ce petit gamin prétentieux, de quel bois j'allais me chauffer durant notre prochaine rixe !

« Alors ? C'est quoi cette histoire de pari ? »

►C'est quoi alors ?
Code by AMIANTE
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Dim 23 Nov - 10:03


Unlimited ?


Connais pas.


Tu reconnais que ne pas être connu, te convient parfaitement. Même si tu as écumé bon nombre de lieux "on" et "off" de la cité, tu les fréquentes rarement à l'heure d'aujourd'hui. Même si tu as été un acteur connu de ce genre d'endroit, tu n'étais pas forcément le loup blanc. Cette position, tu l'as toujours apprécié, être au sommet sans l'être, être un loup indépendant, solitaire qui se fond parfaitement dans la masse. Tu es content qu'elle soit une brebis perdue dans ce bar. Brebis, c'est vite dit, elle reste un mage connu. Si à l'époque, tu t'en fichais, aujourd'hui, tu ne peux pas l'ignorer. Aujourd'hui comme à l'époque, elle éveille ton intérêt, mais il est plus prononcé depuis que tu es mage, depuis que tu n'as pas la même couleur qu'elle. En parlant de couleur, qu'elle est la tienne ? Elle est arc-en-ciel ! Décidément, tu n'aimes pas être mis dans des cases bien rangées... Ton cœur crie que tu n'es pas le seul. Certains préfèrent des couleurs sombres, d'autres lumineuses, d'autres pâles... Et toi ? Tu esquives la question et penses qu'au final, "chatte égarée" est plus approprié.

Pourquoi ? C'est élémentaire Ewilan, un chat est un animal territorial. Cela signifie que la préservation de son lieu de vie est le moteur principal de ses interactions avec les autres individus. Si des chats se partagent le même appartement, il n'est pas rare de les voir choisir chacun son propre chemin pour aller d'un lieu à un autre. Ils se partagent ainsi leur territoire. Le chat n'est pas un animal strictement solitaire. Selon l'espace et les ressources disponibles, les chats forment différentes structures spatiales et sociales, solitaire à la campagne, il se regroupe en ville. C'est ce qu'elle dégage depuis que tu l'as vu. Chiens et chats ne sont pas réputés pour faire bon ménage. Tu n'es pas d'accord, tout est éducation d'apprentissage. Le fait d'être un mage lambda sans aucune prétention aide pas mal. Tu veux bien être sous le feu des projecteurs, non, tu aimes cela, mais tu dois en être le metteur en scène. Doe, l'homme se doit être un anonyme, un simple civil pour les mages. Le voleur doit pouvoir être connu comme inconnu. Cela te promet quelques rebondissements pour demain.
Je préfère te prévenir tout de suite avant qu'il y ait un malentendu. J'ai fais une promesse à un ami et je ne compte pas la rompre. Si ton pari va contre cet engagement, alors je refuserais.

Elle vient de t'offrir un autre indicateur précieux sur sa personne. Elle se veut une personne de confiance qui tient ses engagements. Elle te plaît dans sa manière d'aborder les choses. Une des choses qui te gêne pour le moment, c'est sa tête de blasée, sa tête qui dit "ne m'approche pas si je ne t'ai pas autorisé". Une autre est ta méconnaissance du pari. Pour se faire des alliés, des ennemis ou des connaissances, il est important pour toi de connaître les forces et faiblesses de chacun. En te positionnant de cette manière, tu peux exploiter au mieux l'amitié, l'inimitié ou la neutralité qui vous lie. Tu aurais pu ne pas apprécier cet ami, si tu n'avais pas plusieurs armes à ton coup, si indirectement, il ne stimulait pas ton esprit. Tu dois trouver en quelques secondes le thème du pari. La conversation doit rester fluide et naturelle malgré ce contre-temps.

C'est parfait pour l'illusionniste social que tu es. À peine a-t-elle fini de prononcer le mot engagement que ta machinerie se lance. D'après son positionnement éthique, tu estimes que son ami ne l'a pas coincé sur un comportement futile, mais qu'il juge essentiel. C'est un ami et pas une amie. Le genre de cette tierce personne est essentiel. Une femme ou un homme n'envisage pas les choses de même manière. Alors que ton esprit découpe mot à mot ce qu'Ewilan a dit, scène à scène ce que tu as vu ou entendu, il cherche dans sa propre bibliothèque le socialement acceptable ou inacceptable, le certifié conforme ou le recalé. L'idée est de trouver un sujet qui ne puisse pas être refusé.
Alors ? C'est quoi cette histoire de pari ?


Une lueur anime ton regard à peine une seconde après sa question. Tu la regardes tel un enfant qui vient de trouver sa connerie. Celle qui peut faire sans se faire gronder parce qu'elle n'a pas été prévue, parce qu'elle est drôle tellement elle est absurde.
Je parie que je peux te faire abandonner l'expression qui colle à ton visage. Est-ce rompre ta promesse ? Si tu relèves le challenge, tu fixes l'enjeu ?


Tu marques une courte pause et tu continues.
Si tu as des limites, j'en ai aussi. Évite un enjeu qui pourrait réveiller le dragon qu'est ma mère.


C'est toujours avec un amusement évident, le plaisir de jouer que tu termines, que tu portes à tes lèvres ta bière. Juste question au passage vu ta dernière remarque, quelles sont tes limites Doe ? No limit !
Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mar 25 Nov - 14:22
How I met your mother
Ewilan & John

Concentration.



- Je parie que je peux te faire abandonner l'expression qui colle à ton visage. Est-ce rompre ta promesse ? Si tu relèves le challenge, tu fixes l'enjeu ?

Mon expression faciale ? Bon, c'est vrai que je tirais la gueule depuis le début de la soirée mais quand même. Il n'avait pas d'autre idée ? Et moi qui pensait qu'il allait par exemple demander à faire un concours de buvette, ou quelque chose comme ça. Ce n'est pas que ça m'ennuyais spécialement d'avoir un challenge comme ça. Cependant, avec un tel défi, j'étais très à l'aise et je ne pensais pas une seule seconde pouvoir perdre. Non pas que je le sous-estimait mais j'avais des raisons pour être aussi confiante sur ça.

« Ok. »

Une réponse simple et courte. Il n'y avait pas vraiment besoin de dire plus. Le pacte était scellé et pour moi, la partie était déjà entamé. Mon visage devenait encore plus vide d'émotion qu'il ne l'était déjà, comme si je n'étais plus qu'une coquille vide, sans âme. Après tout, mon maître avait été intransigeant de ce point de vue Si la force et la maîtrise avaient été de prime abord les points les plus importants de son enseignement, il y en avait d'autres Comme celui-là. Une leçon que je n'avais eu qu'une seule fois, mais elle avait été sur le terrain. Et les leçons sur le terrain sont cinq à dix fois plus efficaces que plusieurs journées d'entraînements.

- Si tu as des limites, j'en ai aussi. Évite un enjeu qui pourrait réveiller le dragon qu'est ma mère.

Je me fichais bien de ce qu'il disait. J'étais parfaitement concentré sur le moment présent, rien ne pouvait me parasiter désormais. Et je laisserais rien le faire. Je repensais encore à cette leçon sur le terrain. Tous les détails me revenaient, aussi limpides et purs qu'un diamant...

FLASHBACK


J'avais dix-huit ans à l'époque, et j'étais dans un terrain vierge de ma ville natale, mon maître étant face à moi. Il n'était pas le plus grand ni le plus costaud des hommes que j'avais rencontré. Et pourtant, c'était de loin le plus impressionnant. Chaque fois qu'il me donnait leçon, je ressentais comme s'il y avait une boule dans ma gorge. C'était... sa soif de sang. C'était l'un de ses principes, toujours faire cours en relâchant des pulsions meurtrières. Ainsi, je m'y habituerais, et quand je ferais face à un adversaire puissant, je ne serais pas paralysé par la peur. Mais ça n'empêchait pas que sa présence était écrasante.

« Alors, Ewilan ? Quel est le plus important lorsque tu souhaites assassiner quelqu'un ? »

FIN DU FLASHBACK


Parfaitement concentré, j'étais de retour dans le présent. Prête pour cette confrontation mentale. Je ne souhaitais pas la perdre. Je voulais prouver que les enseignements de mon maître étaient les meilleurs. Autrement dit, ce n'était pas un simple paris pour moi. C'était comme faire face à un animal féroce et attendre sa charge. J'étais prête.

« Vas y, mais je t'accorderais qu'une unique chance, si je gagne, tu devras répondre à l'une de mes questions. »

Je n'envisageais aucunement l'idée de perdre. J'étais sûre et certaine de ma victoire, point à la ligne. Et c'est bien pour ça que je savais déjà quoi lui demander. Son allure nonchalante, sa tenue classe qui cassait avec le reste du quartier. Pourquoi était-il ici ? Certes, je n'étais pas une génie, mais j'avais néanmoins quelques notions, inculquées par mon professeur. L'une d'elle était très simple : si quelque chose n'est pas en harmonie avec son environnement, méfie-toi et découvre la vérité. Et je comptais bien la découvrir.

►Attente...
Code by AMIANTE
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mar 25 Nov - 23:26


Locked


Ok.


C'est une réponse, simple, assurée, spontanée et sans compromis. Un simple qui révèle autre chose sur la "Cramoisi". Oui, tu trouves ce petit surnom, charmant et affectueux. Une réponse fermée à une question ouverte. La tradition veut que cela soit la question qui fonctionne de cette manière. Chaque type est important. Chaque type a son moment. Si tu veux obtenir des informations, définir un besoin, la question ouverte est de mise. Si tu es en phase finale d'une négociation, que tu veuilles obtenir un engagement, tu emploies la fermée obligatoirement. Si maintenant, tu appliques cette logique à sa réponse. Ewilan vient d'accepter, de clore et remporter le pari. Elle se ferme intentionnellement pour gagner. La question est de savoir si tu vas te batte ou renoncer. Un vieux singe dirait qu'il est préférable de ne pas engager une bataille quand tu es certain de la perdre. Malheureusement ou heureusement pour toi, tu n'es qu'un jeune singe. Tu pars au combat. Après tout, il est des combats où perdre est plus agréable que gagner.

Sauf que tu n'as pas l'intention de perdre. Même si tu as du mal avec ceux que tu appelles les inadaptés sociales, ils sont pour toi un sujet d'étude et une source d'inspiration inépuisable. Tu ranges dans cette boîte tous ceux qui ont du mal à communiquer, à être ouvert avec l'autre. On y trouve tous les icebergs, toutes les huîtres ou toutes les boîtes de conserve que tu as pu rencontrer. Ta partenaire de la soirée en se parant de la sorte est ni plus moins en train de t'allumer. Elle t'allume parce qu'elle suscite d'autant plus ton intérêt intellectuel pour elle. Euh Doe, chez certains, on appelle cela du masochisme. Ah, tu l'assumes. Tu fais comme tu veux, t'es majeur et vacciné. Tu sembles être certain de pouvoir l'emporter avec une facilité déconcertante. Chez certains, on appelle cela de la vantardise. Ah, tu n'es pas d'accord. Tu appelles cela de la cupidité. Tu assumes ton péché. Tu as l'ambition, l'avidité, l'avarice, la voracité de lui voler une autre expression, de s'emparer d'une autre image d'elle. Ecoperas-tu de la peine capitale pour ton travers ?
Vas y, mais je t'accorderais qu'une unique chance, si je gagne, tu devras répondre à l'une de mes questions.


Oh Madame est bon prince. Sauf que Madame s'égare sur un détail technique, tu n'as jamais dit que le pari se limitait à un moment précis, un instant «T». La précision ou l'absence de précision sont des éléments clés quelle que soit la situation. Dans certains cas, l'une sera un handicap, l'autre sera un bonus. Il faut savoir utiliser ces rivales éternelles au mieux. Comme tu es joueur, comme tu es d'excellente d'humeur et comme tu es bon prince, tu vas accepter cette condition temporelle à un détail près. Tu prendras ta chance quand bon te semblera. Tu trouves le deal acceptable en ses termes. Elle maintient son ascendance stratégique sur toi, mais tu te réserves le droit de l'attaquer une seule et une fois quand le moment sera opportun. Va-t-elle accepter ?
J'accepte de n'avoir qu'une seule chance, mais je m'autorise à l'utiliser quand bon me semblera. Une objection, votre honneur ?


Tu finis ta phrase comme tu l'as commencé avec une pointe d'amusement et d'espièglerie. Tu l'aimes ton côté enfantin... Tu portes la bière à tes lèvres, bois une gorgée et continue de lui répondre.
En ce qui concerne mon prix, si je gagne, tu te laisseras relooker par mes soins durant une journée. Pour ce qui est de ton gain, c'est adjugé et vendu. Ceci étant réglé, rien ne t'empêche de me poser des questions avant. Sauf, si tu préfères parler dans ta barbe ou ta bière, c'est toi qui choisis.


Monsieur propose, madame dispose. Tous les deux sont accoudés au bar...Heureusement que les enfants sont couchés.
Codage By MoiSadike de Never Utopia
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mer 26 Nov - 9:56
How I met your mother
Ewilan & John

Ultimatum



- J'accepte de n'avoir qu'une seule chance, mais je m'autorise à l'utiliser quand bon me semblera. Une objection, votre honneur ?

Ce ton amusé, à la limite du condescendant. Je ne l'aimais pas. Je détestais ce genre de ton, quand il venait d'inconnus, ce qui était bien le cas aujourd'hui. Il jouait avec moi, c'était clair, maintenant. Tout ce que j'étais pour lui,, c'était un simple trophée parmi tant d'autres. Je ne me laisserais pas faire. Il en était hors de question. Je ne vacillerais pas. Puis, après quelques instants pendant lesquels il but un peu de bière, il reprit alors son allocution.

- En ce qui concerne mon prix, si je gagne, tu te laisseras relooker par mes soins durant une journée. Pour ce qui est de ton gain, c'est adjugé et vendu. Ceci étant réglé, rien ne t'empêche de me poser des questions avant. Sauf, si tu préfères parler dans ta barbe ou ta bière, c'est toi qui choisis.

Un objet. C'était donc tout ce que j'étais pour lui. Je resserrais imperceptiblement la prise que j'avais sur mon verre, regardant autour de moi. Je pris alors prestement le crayon qu'il y avait près de nous, avec lequel le barman, avait noté notre commande. Il était parfaitement pointu, ce qui m'étonnais un peu quand même. Mais ce n'en serait que meilleur. Tout en le faisant tournoyer habillement entre mes doigts, je pris de nouveau la parole, sur un ton plus dur et froid que jamais.

« Je suis fatigué de tout ça. Dépêche-toi, ma patience à des limites qu'il vaudrait mieux pour toi de ne pas franchir. »

Une menace ? Non, une promesse. Mon visage était toujours impassible et je ne laissais rien transparaître. Tout juste une petite intonation dans la voix, afin qu'il me prenne au sérieux. Je détestais être sous-estimé, et pire que tout, je détestais être manipulé. Et ce type en était un. C'était un manipulateur, il n'y avait aucun doute à avoir. Je ne devrais pas hésité.

- Je te laisse le choix. Soit tu t'y met rapidement, soit je quitte ce bar et tu ne me verra plus jamais. C'est toi qui décide.

Il était hors de question que je perde la main. Je tenais à garder le contrôle de la situation. Après tout, j'étais obstinée et ne tolérais pas que quelqu'un m'impose quelque chose contre mon gré. Surtout si c'était quelqu'un que je venais à peine de rencontré. Les seules personnes pouvant m'ordonner quelque chose étaient mes parents et mon maître, désormais mort.

J'attendais donc patiemment qu'il prenne la parole, tout en jouant avec la crayon que j'avais dans la main droite. Je fixais tranquillement mon verre, l'air de rien.

« Alors, ta décision ? J'attends. »

Il était hors de question que je perde. Ma fierté en serait entachée et je ne le tolérerait pas. C'était l'un des rares points sur lesquels j'étais intransigeant.

►Choix
Code by AMIANTE
John Doe
Modo / Mage de Silent NightModo / Mage de Silent Night

avatar

Messages : 262
Date d'inscription : 30/04/2014
Âge : 37
Guilde : Silent Night
Magie / Malédiction / CS : Paper Magic
Magie / CS Secondaire : Yuurei no Mahô [Vérouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.695
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mer 26 Nov - 13:51


Rupture


Je suis fatigué de tout ça. Dépêche-toi, ma patience à des limites qu'il vaudrait mieux pour toi de ne pas franchir.


Sa sentence est rendue. Elle a un goût amer, celui des procès où l'on est jugé coupable, condamné avant même d'avoir commis un acte illégal. Tu n'aimes pas cette sensation pourtant si familière. Tout dragueur qui se respecte à son lot de réussites comme son lot d'échec. Ce soir, à cet instant précis, c'est une défaite totale, un ko absolu. Si sur le coup, tu n'es pas capable de prendre du recul pour analyser le pourquoi du comment, tu encaisses le coup comme si de rien était. L'espace de quelques secondes, dame solitude t'enlace avec amour, dévotion et fidélité. Tu sens son souffle glacé se rependre sur ton corps, endormir ton âme, geler peu à peu tes ardeurs. Elle t'emmène au fond de sa tanière, de votre tanière.

Quel goût à ta bière en ce moment ? Chaque gorgée te propose cet arôme qui irrite les yeux, pique le nez et provoque des maux de tête en cas d'utilisation excessive. Mercaptan, œuf pourri, chou-fleur, même combat ! Cette gamme aromatique provient des dérivés soufrés. Le soufre reconnaissable à son odeur désagréable, comme celle du craquement d'une allumette. Si tu buvais du vin, tu aurais pu expliquer cette note gustative par un défaut de fabrication. Oui, le soufre est le super conservateur du vin, antiseptique et antioxydant, il est indispensable pour la protection contre les infections microbiennes et l'oxydation. Le vigneron se serait alors trompé. Sauf que présentement, tu bois une bière. Bienvenue en enfer, dans ton enfer !
Je te laisse le choix. Soit tu t'y met rapidement, soit je quitte ce bar et tu ne me verra plus jamais. C'est toi qui décide.


Si les dragueurs n'avaient pas la peau dure, si ce genre d'homme ou de femme n'était pas rôdé par l'expérience, s'il n'était pas habité par le besoin et l'envie de plaire, alors tu te serais effondré. Le dragueur possède une carapace naturelle et totalement étanche qui empêche la collision entre son monde intérieur et celui qui l'entoure. Pour qu'elle s'effondre ou qu'elle s'effrite, elle ou il doit être amoureux. Tu n'es pas amoureux d'Ewilan, comme tu n'as jamais été amoureux de quelqu'un en particulier, tu aimes tout le monde en général. Le dragueur est aussi et avant tout un amoureux de la vie, alors pour elle ou pour lui, une ou un de perdu, c'est dix de retrouvés. Il n'a pas le temps de s'apitoyer sur son sort, il doit passer à autre chose plus vite que la lumière. Pour ce faire, il se raccroche à n'importe quoi.

Le hasard ou pas, veut que cela soit celle qui vient de te plomber, qui te donne les moyens de rebondir. Si elle est pressée, pour toi, la soirée ne fait que commencer, vos plannings ne sont pas compatibles. Ensuite, elle peut quitter le bar. Derrière vous, il y a une arène où combattent des hommes et des femmes pour deux minutes, deux heures, deux jours, deux semaines, deux mois ou deux vies. Ils y mettent toutes leurs ardeurs, leurs passions, tu sens d'ici la vie, leur vie en ébullition. Te jeter dans la fosse aux lions est le meilleur moyen de sortir de ta solitude retrouvée. Jamais, il faut éviter d'employer ce mot, on ne sait JAMAIS de quoi demain est fait. Pour le dernier point, Madame propose, Monsieur dispose, qu'il en soit ainsi.

Le voleur, le mage noir que tu es, n'a aucun intérêt à continuer dans cette direction. Elle vient de t'apprendre beaucoup sur elle, c'est suffisant pour le moment. Le fait qu'elle joue avec son crayon innocemment n'a pas échappé à l'expert en communication que tu es. Les gens limitent souvent le voleur l'auteur d'un cambriolage. Cette vision des choses te convient parfaitement parce qu'elle est simpliste et limitée. C'est comme résumer un pâtissier à une charlotte au chocolat. Pour le professionnel que tu es, un voleur est avant tout un technicien. Parmi les méthodes et les  outils dont il dispose, on trouve l'observation. Pour certains comme toi, il y a la synergologie. C'est pour cette raison que tu vas fuir la queue entre les jambes, mais à la manière d'un gentleman cambrioleur.
Alors, ta décision ? J'attends.


Sur ces paroles, tu finis ta dernière bière. Tu la regardas droit dans les yeux. Tu dégages toujours et encore c'est esprit enfantin, taquin, joueur et espiègle. Tu détournes ton regard le temps de récupérer une carte de visite dans ton sporran. Tu la poses face à Ewilan et tu t'adresses à elle en souriant.
Je te remercie pour le verre et le moment. Bonne fin soirée.


Il ne sert à rien de chercher le vrai du faux dans tes paroles ou dans ta gestuelle parce que le tout est pensé, vécu et ressentis par toi comme tel. Le tout est authentique, entier. C'est motivé, d'humeur joyeuse que tu rejoins les autres gladiateurs dans l'arène. Par contre, il faudra expliquer cette carte de visite un jour ou l'autre. Ah, ce soir ce n'est pas le moment...Demain avec plaisir.
Codage By MoiSadike de Never Utopia



Carte de visite de Doe:
 
Ewilan Finnigan

avatar

Messages : 149
Date d'inscription : 16/10/2014
Âge : 22
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô / Réarmement

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.275
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   Mer 26 Nov - 14:53
How I met your mother
Ewilan & John

Défaite



L'attente est longue. Chaque seconde devient une minute et chaque minutes devient une heure. Je reste néanmoins aussi calme que possible, l'observant du coin de l'œil. Je n'ai pas peur. Je continue de tournoyer ce bête crayon parfaitement taillé dans ma main.

Cependant, tout ne se passait pas comme prévus. Cela aurait été évidemment beaucoup trop simple. Il y avait un imprévus, je n'avais pas anticipé cette réaction. En effet, il semblait être plus sous tension. Bien sûr, c'était normal après tout, tous les éléments avaient été réunis pour ça. Un banal paris, une menace à peine voilée et ce qui pouvait s'apparenter à une lame dans ma main. Il avait compris.

-
Je te remercie pour le verre et le moment. Bonne fin soirée.


Imperceptiblement, mes doigts ralentissement l'espace d'une seconde et je me mords la langue. Il fuit, non pas une fuite de lâche. C'était plus apparenté à une retraite stratégique. Il tient tout de même son engagement en payant son adition, avant de prendre ses cliques et ses claques et ferme la porte du bar. Je suis seule désormais, avec pour seul objet, sa carte de visite. Elle est ridicule, tout comme son look.

« J'ai été percée à jour... »

Tout en parlant, je plantais violement le couteau dans la carte, enfin, essayait. Comme je m'y attendais, la mine n'était pas assez robuste et avait craqué. Elle avait craqué sous la pression. Tout comme moi.

FLASHBACK


« Il s'agit de nos compétences en combat, maître. »

Je me tenais sur un rocher, à côté de mon professeur, pendant une nuit sans lune. Comme souvent, il m'interrogeait en fin de journée, afin d'aiguiser mon esprit. Malheureusement, j'étais plus du genre pratique et je n'arrivais jamais à rien quand il s'agissait de faire de la gymnastique de l'esprit. J'avais donc répondu du tac au tac ce qui me semblait le meilleur. Bien sûr, il n'y avait rien de mieux que les capacités.

Mon maître se dirige alors vers moi, simplement. Il est normal. Il n'est ni le plus grand, ni le plus fort, ni même le plus effrayant. Il était tout à fait normal. Je le laissais s'approcher de moi, sans rien dire. Il voulait sans doute me dire la réponse dans le creux de l'oreille, comme toujours. Cependant, ça ne s'était pas passé comme prévu. Je sentais un liquide couler de maa gorge et une démangeaison e tenait. L'odeur du sang se faisait de plus en plus sentir. J'avais un couteau sous la gorge. Quand ? Comment ?

- La bonne réponse était : ta capacité à te fondre dans la masse et à ne rien dégager, agir le plus normalement possible et ne montrer aucun signe d'hostilité.

FIN DU FLASHBACK


« Il semble que je manque encore d'entraînement, maître. »

De nouveau seule, avec pour seule compagnie mon verre. J'ai perdu cette manche, je l'admets. Mais je ne perdrais pas la prochaine. John Doe hein ? Je m'en souviendrais. Une petite enquête allait s'avérer nécessaire. Cependant, ce ne serait pas simple. Et puis, pour l'heure, je devais retourner à la Guilde. Je m'étais assez reposé comme ça.

Cependant, je ne m'attendais pas à ce que je subisse un guet-apens en chemin, mais ça, c'est une autre histoire...

►Départ
Code by AMIANTE


Note:
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]   

How I met your mother ? [PV Ewilan Finnigan & John Doe]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Crocus
-