Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]

AuteurMessage
Lucifer Amaiyuri
Admin / The Dark KnightAdmin / The Dark Knight

avatar

Messages : 764
Date d'inscription : 02/10/2011
Âge : 29
Guilde : Grimoire Heart
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 7.530
Statut: Mage de Rang S++
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Mar 17 Juin - 14:36
Anticipation

Se lancer dans une bataille était une chose qui ne se faisait pas sans réfléchir. N'importe quel idiot savait brandir une lame et l'agiter dans tous les sens avec pour objectif de faire rentrer le bout pointu dans celui d'en face. Mais peu d'hommes avaient la faculté de préparer avec minutie un plan de bataille. Outre le combat en lui-même, il y avait plusieurs autres choses à faire, que ce soit de la phase préparatoire ou de la phase de débriefing et de clôture. Juste prendre en compte le combat entre deux armées, sans se préparer avant et faire le point après, était une erreur monumentale que n'importe quel barbare n'ayant aucune connaissance de l'art de la guerre était capable de faire.

Pour ma part, je voyais le temps défiler à toute vitesse, alors que nous nous rapprochions dangereusement de la date d'exécution de Seika et Leïto. J'avais mis au point pas mal de scénarios possibles, mais le plus gros problème restait sans conteste la supériorité numérique de nos ennemis. J'avais réussi à obtenir par Alexander une liste des potentiels soutiens que le Conseil Magique avait et sur lesquels il pouvait compter pour les aider lors du combat. En bon tacticien, je me devais de leur couper l'herbe sous le pied en lançant un avertissement à toute personne susceptible de rejoindre le Conseil lors de la bataille de Gehenna. Parmi la liste de notre espion préféré, figurait les autorités de Laliveron, prêtes à mettre à disposition leurs soldats. En tant que Master de Grimoire Heart et fer de lance du camp opposé, il me fallait prendre les devants.

Débouler en ville aurait été sans doute un avertissement sérieux, créant des explosions magiques à foison et faisant victimes sur victimes. Mais mon sens de la chevalerie m'empêchait de commettre ainsi des meurtres de sang froid sur d'innocents civils. Si je voulais donner une leçon à tous les alliés potentiels du Conseil, il me fallait frapper fort, et de manière préventive. Inutile de se mettre l'opinion publique à dos et de renier mes principes. Si je devais combattre, ce serait avec des personnes conscientes des risques et prêtes à les assumer. Sans doute Kite aurait-il opté pour faire un massacre, mais je craignais, pour ma part, que cela ne décide les autorités à s'unir devant le danger et la menace de ce genre d'action. Voilà pourquoi mon plan d'action était simple et pourquoi j'avais opté pour la manière la plus spectaculaire d'agir. Le message se devait d'être clair, concis, mais surtout fort.

Du sommet des nuages, on put voir une silhouette des plus atypiques descendre des cieux, formant un tourbillon émeraude, déployant des ailes de plumes qui s'étalaient sur plusieurs mètres. L'étrange spectacle se dressait au-dessus de la cours centrale de la garnison, adjacente au palais royal. Du dos que Quetzacoalt géant, une forme nettement plus petite sembla se détacher, chutant à toute allure vers le sol. Une aile de plumes noires visible, ce fut avec fracas que je laissais mes pieds toucher la terre ferme, créant une onde de choc due à la soudaine diminution de vitesse de la magie Aera. Bien qu'ayant toujours mon capuchon d'anonymat, j'avais revêtu l'Ochiru Tenshi no Yoroï, souple et plaisante à porter.

Les gardes s'entraînant ici ne comprirent pas ce qui venait de se passer. En un instant, une ombre s'était dessinée dans le ciel, et un homme doté d'une unique aile obscure venait d'atterrir dans leur cours. Ils comprirent encore moins la suite des événements, lorsque d'un mouvement vif et nonchalant, j'attrapais l'immense épée à ma ceinture pour donner un coup, d'apparence dans le vide, laissant un son aigu et bref émaner de l'arme. Ce simple "Swip" laissa un moment de flottement et de silence, avant d'être suivi par le bruit si caractéristique de la roche qui se frotte contre elle-même. La tour de la garnison, située à plusieurs mètres de là, affichait alors une marque droite, en diagonale, montrant une séparation très nette dans sa structure. Lentement, la partie supérieure glissa dans le sens de cette coupure, avant de tomber dans un fracas assourdissant et un dégagement de fumée des plus impressionnant.

Face à l'affolement des gardes, je me tournais vers eux après ce bref témoignage de mes intentions. Après tout, s'ils souhaitaient véritablement prendre part à cette "guerre", ils devaient être préparés à en subir les conséquences. L'attaque d'aujourd'hui était l'une d'entre elles. Mieux valait pour eux qu'ils soient prêts... Car dès l'instant où ils avaient accepté l'offre du Conseil de se joindre à Gehenna, ils s'étaient distingués comme des ennemis à abattre. Et j'étais là aujourd'hui pour envoyer le même message à toute personne extérieure au Conseil Magique qui aurait la folle idée de rejoindre ces derniers lors de l'exécution de Seika et Leïto.


S'opposer à Grimoire Heart occasionnellement est une chose... Se définir comme son ennemi prêt à tuer ses membres en est une autre.

Je levais alors l'immense épée que je tenais d'une seule main, déployant complètement mon aile pour donner un effet encore plus impressionnant à la scène. Avec une voix toujours aussi solennelle, je m'adressais aux soldats présents dans la cours. Mon visage masqué par mon manteau d'anonymat, ajouté à mon armure apparente, donnait l'impression que je n'étais rien d'autre qu'une faucheuse qui avait troquée son arme traditionnelle pour une lame géante, mais toujours avec la même mission dont j'étais venu m'acquitter auprès des soldats de Laliveron.

Avoir rejoint le Conseil Magique veut dire que vous êtes prêts à donner votre vie pour prendre celle de mes compagnons. C'est donc en toute connaissance de cause que vous avez pris les armes contre Grimoire Heart... Pas de raison d'avoir peur de moi alors...

Relevant mon arme pour la placer à côté de mon faciès, je l'attrapais avec ma deuxième main, avant de fléchir légèrement les genoux pour prendre une position de combat, jambe droite en avant, prêt à bondir et à déchaîner les enfers avec toute la rage qui m'animait. Mes paroles avaient pour but de semer le doute dans l'esprit des soldats, en leur faisant comprendre que non pas eux, mais leurs chefs, avaient commis une grosse erreur... Et que tous allez en payer le prix. Comme le couperet qui tomberait sur le cou du condamné, je lançais alors cette ultime parole, signe du début de la sentence.

Venez !



_________________


Game Master

avatar

Messages : 1586
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Jeu 19 Juin - 22:09
Lorsque l'ennemi public N°1 du royaume débarquait chez vous, la surprise et la confusion le disputaient à la panique. Surtout quand cet individu se payait le luxe d'une entrée en scène aussi tape-à-l'oeil. Une fois l'éboulement terminé et à travers la poussière soulevée, on pouvait entendre les cris de douleurs et de peur de plusieurs gardes. Néanmoins, ceux-ci étaient des soldats de métiers, entraînés à défendre cette cité et ses habitants. Et une grave menace venait de faire irruption juste à côté du palais. C'est pourquoi ils se reprirent assez vite, surtout quand Lucifer les mit au défi. Ils n'étaient peut-être pas mages, mais ils avaient leur fierté. Un important groupe l'encercla donc avant de le charger, lance en avant, pendant que d'autres sonnaient l'alarme pour appeler des renforts. Plus loin, sur un mur surélevé, quelques archers le mirent en joue, mais ne tiraient pas encore pour ne pas atteindre leurs camarades. Néanmoins, si leur champ de tir était dégagé, soit car les lanciers étaient tombés, soit car leur cible prenait de l'altitude, ils décocheraient leur flèches.
===============
20 gardes armés de lances, et disposant chacun d'une PM de 1.200 se jettent sur toi à peu près simultanément de tous les côtés.
5 archers (1.200 PM aussi) te tiennent en joue et tirent dès qu'une ouverture se présente.
Lucifer Amaiyuri
Admin / The Dark KnightAdmin / The Dark Knight

avatar

Messages : 764
Date d'inscription : 02/10/2011
Âge : 29
Guilde : Grimoire Heart
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 7.530
Statut: Mage de Rang S++
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Ven 20 Juin - 9:38
Punition

La peur était une chose aux pouvoirs incommensurables. Cette réputation que j'avais acquise, tant grâce au Conseil et aux rumeurs qu'ils répandaient sur moi, que grâce aux actions et coups d'éclat que j'avais exécuté jadis, était une arme dont je savais très bien me servir. Focalisés sur moi, mes assaillants en avaient oublié quelque chose d'essentiel, à savoir que je n'étais pas venu seul. Sirius était toujours dans les airs, depuis le moment où il m'avait accompagné dans ma chute, surplombant le casernement et scrutant de ses iris reptiliens le moindre mouvement de mes opposants.

Il ne tarda pas à déceler les archers en poste sur les murailles, prêts à ouvrir le feu dans ma direction à la moindre opportunité. Et même si j'avais ces derniers en visuel du coin de l'oeil, je préférais me concentrer sur la vingtaine de lanciers qui m'avaient encerclé. Leurs positions étaient bonnes, et malgré l'écart évident de puissance entre nous, ils n'avaient pas hésité à se lancer dans le combat. La dévotion de ces combattants méritait tout de même un minimum de respect. Ce fut ce même respect qui me poussa à ne pas leur ôter la vie. Tendant ma main gauche sur le côté, j'amorçais un long mouvement de la droite de l'autre.

Un cercle d'arcanes magiques tournant sur lui-même se dessina devant mon index gauche, tandis que mon coup de lame de la main droite laissa un nouveau "swip", bruit caractéristique de l'utilisation du Kirikuchi, émaner de l'arme. L'air lui-même sembla se distordre sous l'effet des vibrations. Et alors que d'un côté, l'attaque avait pour but de faire tomber les armures des gardes et de légèrement les entailler sans pour autant les trancher en deux ou leur ôter la vie, de l'autre, un Amaterasu de Formula 1 sortit davantage pour balayer les soldats, plutôt que pour les tuer ou les détruire sans laisser la moindre trace d'eux.

Pourquoi donc ne leur ôtais-je pas la vie ? La raison était toute simple. Outre le respect que je portais à ces soldats et leur dévotion pour leur patrie, il ne pouvait y avoir d'histoire instiguant la peur et servant d'avertissement aux autres autorités, sans survivants pour la raconter. De plus, l'ennemi était nettement plus effrayant lorsqu'il montrait une maîtrise suffisante pour ne pas ôter la vie alors qu'il en était capable avec une facilité déconcertante.

Un souffle noir suivi d'une explosion générant une onde de choc eut lieu simultanément sur les remparts où se trouvaient les archers. Sirius avait pris soin de lancer une attaque qui aurait tôt fait d'envoyer valdinguer les cinq tireurs de flèches dans les airs. Néanmoins, laissant mon partenaire couvrir mes arrières, je décidais qu'un spectacle terrifiant ne devait pas se résumer simplement à deux ou trois attaques décimant une garnison entière. Je devais faire montre de ma maîtrise dans l'art du combat et ce de manière à décimer non pas en quelques attaques, mais en combattant avec acharnement pour laisser la peur se distiller peu à peu dans l'ensemble des soldats présents. Attaquer et les mettre hors jeu sans qu'ils n'aient le temps de comprendre ce qui se passait était loin d'être une méthode efficace.

Pour faire cela, j'allais devoir revêtir un apparat qui faisait déjà frémir les populations des quatre coins du royaume. Une fois les vingt-cinq soldats vaincus, je devais me montrer sous un jour encore plus effrayant pour ceux qui restaient. Mes habits et ma longue épée se mirent à briller, avant de voler en éclat dans une explosion inoffensive de paillettes blanches, laissant apparaître la terrifiante armure de jais qui m'était si caractéristique. La Yami Meijin no Yoroï... Je pouvais déjà entendre la salive avalée de travers de mes opposants, et voir la sueur perler sur leur front rien qu'en observant cette apparence, m'ayant valu le nom de "Dark Knight". D'une voix solennelle, je m'adressais à nouveau à eux, tandis que Sirius vint se poser juste derrière moi, ses ailes déployées, ses crocs sortis avec un air menaçant.


Amenez-moi le responsable militaire... Ou tombez sous mes coups. À vous de voir, chers camarades. Sachez que je ne viens que pour donner cet ultime avertissement : retirez-vous du conflit de Gehenna... Ou périssez dans l'instant.

Tout en parlant, je faisais apparaître une épée à deux mains des plus massives, la plantant dans le sol avec fracas, créant un mini-cratère grossier de quelques centimètres autour du point d'impact. On pouvait sentir que l'arme était plutôt lourde et que se prendre ne serait-ce qu'un coup, sans chercher à entailler, mais juste à cogner, était sans doute loin de faire du bien. En espérant que mes paroles fassent leur effet, empêchant les risques de morts inutiles dans un conflit qui serait sans nul doute stérile. Si je ne pouvais les convaincre par la parole, je serai forcé de les contraindre par les armes. Qui plus est, j'espérais que leur participation à une cause qui n'était pas la leur allait entailler leur motivation à participer à une bataille qui ne les regardait pas vraiment.

Sans doute Laliveron avait-elle négocié des avantages commerciaux avec le Conseil en échange de leur participation, mais cela valait-il, aux yeux des dirigeants de cette cité, le prix de la vie de leurs soldats ? J'espérais que non. Je n'allais pas tarder à avoir la réponse à ma question : s'entêteraient-ils ? Ou déposeraient-ils les armes non pas pour s'avouer vaincus, mais pour demeurer neutres. S'ils refusaient cette dernière option, je n'aurais dès lors aucun autre recours que de les considérer comme les ennemis de Grimoire Heart.



_________________


Game Master

avatar

Messages : 1586
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Ven 27 Juin - 1:00
L'escouade de gardes avait été neutralisée avec une facilité aussi déconcertante qu'inquiétante. L'utilisation combinée des deux attaques en avait blessé la plupart et soufflé les autres, et les archers n'avaient pas eu plus de chance. Devant la rapidité de ces attaques, les autres soldats hésitèrent, car bien que dévoués, ils n'étaient pas stupides pour autant.
Lorsque le Dark Knight revêtit expressément l'armure sous laquelle il était connu et redouté dans tout le royaume, les coeurs de beaucoup se serrèrent d'effroi, et il put voir de nombreuses mains se crisper nerveusement sur leurs armes. Cependant, quand il demanda à voir le responsable, certains furent un peu soulagés. En tant que militaires, ils préféraient toujours laisser un supérieur décider, et agir ensuite. Ce dernier avait de toute façon déjà été appelé, et arriva quelques instants après. Le premier ordre qu'il aboya, avant même de raisonner le mage noir, fut d'emmener les blessés. Alors que plusieurs gardes s'exécutèrent en aidant à marcher les plus valides et en portant les autres, il se tourna vers toi.


Vous vouliez voir le chef de la garde : me voilà. Mais si c'est pour exiger de nous de ne pas participer à la défense de Géhenna, vous savez pertinemment que nous ne pouvons pas céder à vos conditions. Après avoir marqué une pause, il reprend sur un ton moins impérieux. Nous aussi, nous avons des raisons de combattre. En tant qu'ancien soldat, vous êtes à même de le comprendre, Dark Knight.

Pendant qu'il discutait, les ordres qu'il avait donné au préalable se furent exécutés. Cette fois, ce n'était pas cinq, mais cinquante archers qui mettaient en joue le chevalier noir et son compagnon. De même au sol, un large contingent se mit en formation, certains équipiers de lances pour frapper de loin, par-dessus leurs équipiers armés d'une épée et d'un boucler chacun.
===============
50 archers (1.200 PM)te mettent en joue toi et Sirius
50 gardes armés d'une épée longue et d'un bouclier sont en première ligne, soutenu par 25 lanciers, prêts à envoyer leur javelot sur toi (1.200 PM).
Jafar Hassim, Commandant Suprême de la garde se tient derrière, prêt à coordonner le tout. (2.500 PM, Tsuna no Mahô)
Lucifer Amaiyuri
Admin / The Dark KnightAdmin / The Dark Knight

avatar

Messages : 764
Date d'inscription : 02/10/2011
Âge : 29
Guilde : Grimoire Heart
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 7.530
Statut: Mage de Rang S++
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Jeu 3 Juil - 9:55
Conviction

Notre responsable en chef ne tarda pas à arriver, donnant ses ordres avec une certaine sagesse élémentaire, du même ordre de celle que l'on attend d'un commandant d'armée. Laliveron était à l'image d'une province, sous les ordres d'un seigneur, avec un responsable militaire sous ses ordres. Jafar était justement ce soldat en chef, commandant aux troupes endurantes et reconnues de la cité désertique. Malheureusement pour lui, son choix de mots et ses décisions étaient loin de représenter cette même sagesse. Alors que lui et les autres seigneurs du même ordre avaient le pouvoir de rester neutre et de ne pas prendre part à une guerre qui ne les concernait pas, ils avaient choisi de prendre le parti du Conseil Runique. Que pouvaient-ils bien en tirer ? Des avantages commerciaux ? Un soutien logistique et militaire plus important ? Jafar ne me semblait pas être le genre de personne à se laisser corrompre par de l'or. Sans doute s'agissait-il d'aides à la population démunie ou d'autres choses, du genre à émouvoir le cœur du soldat serviable.

Néanmoins, cela n'excusait en rien l'erreur stratégique du militaire. En cherchant à améliorer le quotidien de ses hommes, de ses sujets, le dirigeant de Laliveron les avait mis sur un échiquier dont l'issue se résume à la victoire ou la mort. De mon côté, les mages de Grimoire Heart avaient sciemment choisi de mettre leur vie en jeu, car après tout, leur tête était bien souvent mise à prix et ils n'avaient pas grand chose à perdre à jouer un tel jeu, en comparaison des soldats que j'avais face à moi. Baissant la tête face aux mots du leader, on pouvait entendre un soupir, tinté de sonorités métalliques à cause de la déformation sonore que produisait mon heaume. Cela signifiait-il que j'allais me rendre ? Abandonner ? Non, loin de là. Ce n'était rien d'autre que le soupir d'un homme qui répugnait à agir comme il allait devoir le faire. Même s'il semblait droit et vertueux, Jafar n'en demeurait pas moins sur ma route, au même titre que ses hommes qu'il avait emmenés sur ce champ de bataille.

Relevant la tête, la visière de mon armure se mit à rougeoyer avec une grande intensité, alors que les soldats et autres archers se positionnaient, prêts à m'attaquer. On pouvait sentir toute la force de mon esprit combatif et toute la détermination qui émanait de mon être. Regardant autour de moi, alors que Sirius fit de même pour évaluer l'ampleur de l'attaque à venir, je finis par reprendre la parole après les mots de Jafar, comblant le lourd silence pesant qui s'était installé depuis sa dernière déclaration.


Je ne comprends qu'une chose... C'est que vous aviez le choix entre la paix et la guerre... Et que c'est vous qui avez opté pour la seconde option. Regardez-bien ce qui suit, Jafar... Car ce sont les conséquences du choix que vous défendez au détriment de ses répercussions.

Aussitôt, sans même tenir la moindre arme, je laissais toute ma puissance magique se manifester en une colonne d'énergie noire, bordée de bordeaux. Le sol tremblait sous mes pieds alors que le sable tournoyait autour de moi de manière impressionnante sans pour autant ôter de la visibilité à ceux qui observaient la scène. On pouvait sentir dans ce déferlement de pouvoir magique comme une aura oppressive, emprunte de colère, pouvant tout détruire sur son passage. Cette simple sensation, cette confrontation face au pouvoir magique qui émanait de mon corps, renforcé depuis la libération de ma Seconde Origine, aurait pu faire trembler sans nul doute d'effroi tout spectateur qui assistait à cette démonstration.

L'air se fit lourd, presque suffoquant, tandis que j'étais au milieu de cette émanation de puissance magique. Au milieu de ce chaos, de tous les tremblements provoqués par ce dernier, on pouvait alors voir deux lueurs poindre devant moi. La première était d'un blanc immaculé, et la seconde d'un noir comparable à celui qui m'entourait. Peu à peu, sortant lentement, on put voir deux poignées d'arme s'extraire de ces lumières, qui n'étaient rien d'autre que les points de sortie de ma dimension Kansô. Croisant les bras, mettant mes mains au niveau de mes épaules, j'agrippais sans hésitation les deux poignées. Aussitôt, le diamètre de la colonne obscure m'entourant se décupla, faisant trembler avec encore plus de force le sol, soulevant le vent avec une violence accrue, tandis que je tirais d'un coup sec les deux armes.

Tout œil expert aurait alors aisément pu reconnaître les deux artefacts que je tenais en ma possession : les célèbres Ryuuken. La simple mention de leur nom suffisait à provoquer l'admiration, ou l'effroi, des personnes qui l'entendaient. Quant à voir ces armes en face de soi, autant dire que le spectacle avait quelque chose de mystique en lui-même. Il s'agissait également pour moi de leur première utilisation, et cela me désolait quelque peu de devoir les utiliser dans de telles conditions. Mais comme je venais de l'exprimer auprès de Jafar, nécessité faisait loi.

Toujours au milieu du déferlement magique, je levais alors la main droite, tenant l'épée couleur nuit. Le souffle provoqué par l'énergie m'entourant suffisait à balayer tout projectile qui aurait tenté de m'atteindre, à l'image des flèches de nos amis archers. Mais brusquement, lorsque l'arme fut ainsi brandie en l'air, tout cessa d'un coup, dans une légère onde de choc provoquant un son assez sourd, imposant à sa suite un silence pesant. Et au milieu de ce calme, deux mots qui allaient changer le cours de l'histoire de Laliveron.


Yami Tenshô...

J'abattis d'un seul coup l'épée devant moi, d'un coup sec sans pour autant être pressé. Et aussitôt, ce fut une gigantesque vague d'énergie qui s'abattit devant moi. De couleur noire, comparable à un croissant de Lune aux bords rouge foncés, l'attaque provoqua un véritable souffle, avec une détonation assourdissante. Son potentiel destructeur augmenté par la libération de ma Seconde Origine et le pouvoir annihilateur des Ryuuken donna à l'attaque un caractère nettement plus agressif, puissant, violent. Une faille de plusieurs mètres de large suivi l'attaque, alors que tout ce qui se trouvait devant fut balayé jusqu'à l'explosion de la vague d'énergie, provoquant un véritable cratère qui faucha plusieurs bâtiments de la caserne, et sans nul doute la vie d'un grand nombre d'individus qui avaient été sur sa trajectoire, dans la cours.

Qu'allait bien pouvoir faire Jafar face à cette démonstration de puissance ? Comptait-il réellement lancer tous ses hommes dans un combat de cette ampleur ? J'espérais que ce spectacle avait ébranlé sa détermination, de manière à le faire faire demi-tour et revoir ses choix. Impassible, je demeurais immobile, Sirius se contentant de rester derrière moi à observer sans montrer de signe de surprise.



_________________


Game Master

avatar

Messages : 1586
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Sam 5 Juil - 2:50
L'histoire de Laliveron se prépare à prendre un chemin des plus inattendus alors que le master de Grimoire Heart et son familier, lance l'assaut contre la caserne chargée de la défense du territoire. Les alarmes sonnent sans s'arrêter dans tous les coins de la ville, pendant que les civils sont en cours d'évacuation et sont amenés à l'abri de l'assaut, le plus rapidement possible. Toujours est-il que l'angoisse, mais aussi la panique, augmentent de manière exponentielle au sein de la cité où il règne une incompréhension des plus totales. Et ce, d'autant plus que l'immense colonne noire fendant désormais le ciel, est visible depuis l'intégralité de la ville.

La démonstration de puissance du Dark Knight a bel et bien fait son effet, puisque désormais, la confiance des soldats s'est quelque peu envolée. Après tout, comment être confiant lorsqu'un seul mage, repousse des dizaines et des dizaines d'assauts de soldats entraînés, à lui seul ! Et d'autant plus lorsque celui vient de lancer un Yami Tenshô qui créa une faille de plusieurs mètres de diamètre tout en dévastant l'allure générale de la caserne. Cette offensive vint souffler un vent de mort sur le champ de bataille, emportant au passage, bien plus d'une vie. Mais au milieu de celui-ci, Jafar Hassim, se tient encore debout, bien que salement amoché par les dégâts collatéraux liés au déferlement d'énergie. Des gémissements de douleurs s'entendent aux quatre coins de la caserne, néanmoins, les uns après les autres, les soldats encore en état, se relèvent, armes à la main, prêt à se confronter à la suite. Un sourire au coin des lèvres et ce malgré la situation désastreuse, le commandant suprême fait à nouveau résonner sa voix dans ce qu'il reste de l'enceinte militaire.
"Vous avez été le premier à avoir le choix entre la paix et la guerre et ce, il y a bien longtemps. Mais à en croire le contexte actuel, nous avons choisi la même chose visiblement. Ne me faites pas la morale, nous savons très bien ce que nous risquons ici, ainsi que les conséquences de notre décision ! Vous n'êtes pas le mieux placé pour effectuer cette remarque, surtout étant donné que l'emprisonnement de vos camarades, ne résulte que de votre décision de vous opposer au Conseil ! Notre choix est fait et ce n'est pas prêt de changer !"

L'intervention de Jafar eut l'effet escompté, c'est-à-dire de remobiliser les unités encore présentes. En tant que commandant, il assurait donc son rôle, bien que l'espoir de ressortir vainqueur de cet affrontement, l'avait quitté depuis bien longtemps. Soudainement, alors que les troupes continuaient d'affluer massivement dans la cours de la caserne, la terre trembla et une partie des murs tenants encore debout, s'écroulèrent dans un nuage de poussière. Un amas dissimulant peut-être l'un des derniers espoirs de la cité, bien que totalement inattendu. Il ne fallut que quelque secondes pour que le Dark Knight et son familier soit encerclé de part en part, par des Scorpilons, de tous types ! La ville étant désormais sans dessus dessous et dans une agitation des plus exceptionnelles, ces créatures qui, en temps normal, ont pour simple rôle de servir de montures, ont décidé de se joindre à la défense de Laliveron. Autant dire que les choses se compliquent puisque le rapport de force se retrouve désormais moins déséquilibré qu'auparavant grâce à cette intervention qui au passage, redonne de l'espoir à tous les soldats présents.

Mais l'apparition des scorpilons ne s'arrête pas là puisque ceux-ci bénéficie de l'effet de surprise. En effet, sous les pieds du Dark Knight, le sol s'affaisse lentement avant que deux Scorpilons Sablonneux surgissent à toute vitesse, et tentent de te broyer au passage entre leurs pinces. Du côté des Scorpilons entourant le mage noir, deux d'entre eux sont Fatalis, mais les trois autres sont encore sous leur forme juvénile ! Toujours est-il qu'ils s'accordent pour te mitrailler constamment, toi et Sirius. Bien entendu, épines et poison sont de la partie ! En ce qui concerne les soldats, ils se placent désormais en retrait, se contentant de lancer flèches et lances, dans l'espoir de réussir à t'atteindre.

Une chose est sûre, l'histoire de la ville de Laliveron changera à tout jamais ! Néanmoins peut-être pas de la façon dont tu le souhaiterais cher Dark Knight ! La ville entière se soulève contre toi, dans ce qui s'annonce comme l'événement marquant le début de la guerre !

==============================================

Intervention GM : Tu te retrouves en présences de sept créatures. Deux Scorpilons Sablonneux [5.800 PM] qui jaillissent du sol sous tes pieds et tentent de déchiqueter entre leurs pinces. Deux Scorpilons Fatalis [5.000 PM] ainsi que trois Scorpilons lambdas [4.000 PM], te fusillent Sirius et toi continuellement, faisant aussi bien appel au poison qu'aux épines. Quant aux soldats, même si tu as ôté la vie à beaucoup d'entre eux grâce à l'attaque précédente, la caserne compte pas moins de mille unités. Par conséquent, tu n'es pas non plus à l'abri des pluies de flèches et lances des soldats [1.200 PM], bien que ce ne soit certainement pas ta priorité à l'heure actuelle. Reste à savoir si tes armures s'avéreront aussi résistantes que la carapace de ces créatures !
Lucifer Amaiyuri
Admin / The Dark KnightAdmin / The Dark Knight

avatar

Messages : 764
Date d'inscription : 02/10/2011
Âge : 29
Guilde : Grimoire Heart
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 7.530
Statut: Mage de Rang S++
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Jeu 24 Juil - 18:25
Extinction

Au milieu du chaos et du brouhaha, je demeurais immobile, fixant impassiblement Jafar qui se relevait suite à l'attaque d'une proportion pour le moins extraordinaire, que la caserne venait de subir. Et pourtant, malgré cela, le militaire en chef ne semblait pas vouloir en démordre. Voyant qu'il peinait à se redresser, mais ne semblait en rien vaincu ou sur le point de l'être, je préférais de loin attendre de voir ce qu'il allait bien pouvoir ordonner. De lancer toutes ses unités dans la bataille ? De se replier ? De sauver les blessés ? Rien de tout cela... Jafar était un chef, mais même s'il semblait animé par les idéaux les plus purs qui soient, ses mots sonnaient à mon oreille comme un choix défini, net, impropre aux pourparlers. La première qualité d'un chef est de décider... Celle d'un Leader est d'être à l'écoute pour pouvoir le faire. De toute évidence, le maître des forces armées ici présentes n'était pas de cette dernière catégorie. Il demeurait butté, se basant sur de fausses appréciations et informations sans garder ce recul et cette ouverture d'esprit nécessaire à tout grand homme.

Les mots du mage sonnaient à mes oreilles comme le succès de la désinformation organisée par le Conseil Magique... Comme si leur version déformée des faits s'inscrivait désormais comme une réalité absolue que nulle ne remettait en cause... Comme si la cause même de mes souffrances n'était que Chimères et inventions. Entendre un homme lancer ces mensonges en y croyant était encore pire que de les entendre de la bouche de leur créateur, au courant de la fausseté de ces derniers. Mon étreinte se resserra sur les Ryuukens alors que les hommes affluaient à toute allure dans la cours pour se remettre en position de combat, m'entourant moi et Sirius avec un nombre bien plus impressionnant que précédemment. Alors que tous furent en place, ma respiration résonna à travers le métal de mon heaume, tandis que l'air se faisait lourd, suffoquant, presque brûlant, donnant l'impression qu'il allait s'embraser de lui-même. On pouvait sentir dans ma voix tout le poids des mots que j'allais prononcer, à savoir la tristesse qui les habitait, la nostalgie, mais aussi la culpabilité.


Passion Of Victory (Piano Intro) by Future World Music on Grooveshark

Le choix... Si seulement je l'avais eu. Vous n'êtes finalement que des pantins, agitant un libre-arbitre factice que vous donne le Conseil Magique. La possibilité de choisir... Elle m'a été enlevée il y a des années avec la vie d'une personne précieuse à mon âme. Quant à l'emprisonnement de mes camarades... Il ne résulte que de mon choix d'avoir fait confiance à ce même Conseil que vous me reprocher de vouloir désormais détruire. J'ai en effet commis une erreur... J'ai laissé passer l'occasion d'en finir avec mes adversaires et cela a mené à la capture de mes compagnons... de mes amis. Mais cela m'a appris une chose... A ne pas commettre les mêmes erreurs deux fois... Et à éliminer toute menace peu importe la nature de celle-ci.

Alors que je lançais ces mots, les Scorpilons déboulaient dans la caserne, tandis que je continuais de parler, comme si je n'y prêtais aucune attention. Sentant le sol alors s'affaisser sous mes pieds, je bondis immédiatement, effectuant une vrille dans les airs pour échapper aux pinces des créatures imposantes qui émanait de la brèche ainsi causée. Je fus réceptionné en l'air par Sirius dont l'envol n'avait pas tardé suite à l'apparition de nos nouveaux adversaires. J'ignorais la signification de l'apparition des Scorpilons, mais je m'en moquais bien. Désormais, suite aux mots et provocations de Jafar, les seules choses que je percevais n'étaient rien d'autre que des ennemis... Des cibles, prêtes à tout pour m'anéantir, pour mettre fin aux jours de mes camarades. En tant que Master de Grimoire Heart, mais également en tant qu'humain, ami, je ne pouvais le tolérer.

Le Quetzacoalt se mit alors à nous donner un véritable balai aérien, esquivant les tirs en rafale des Scorpilons et des archers, vrillant sur lui-même, décrivant des trajectoires imprévisibles, mais toujours avec une grâce qui donnait à la scène ce côté magique et impressionnant. Accroché au reptile, tenant fermement les plumes au niveau de sa tête en le chevauchant, je regardais la caserner de Lalivéron que nous survolions à toute allure. Lâchant des lames d'énergie face aux salves que Sirius ne pouvait esquiver, déployant d'autres Yami Tenshô lorsque nous survolions les remparts pour détruire ces derniers et les lignes d'arches s'y trouvant, je sentais à plusieurs reprise les dards des monstres, et même quelques flèches, se planter dans mon corps en même temps que dans celui de mon compagnon ailé.

Mais à peine avais-je retiré les projectiles de mon corps ou du sien, une aura verte nous entoura tous deux, soignant immédiatement ces blessures, neutralisant le poison. Par moment, l'animal lâchait même des rafales de vents obscurs, balayant les attaques et les assaillants les ayant portées. Mais je savais très bien qu'à agir ainsi, ma monture risquait vite de tomber à cours de magie. Si je voulais envoyer un message fort à toutes les autres garnisons autonomes susceptibles de rejoindre la bataille de Gehenna, je me devais de le faire non pas sous forme d'une bataille s'éternisant, ou m'affaiblissant... Mais avec un instant, un seul et unique moment réunissant tout ce qui causerait le désespoir de nos ennemis. Apporter les fléaux que sont mort et destruction en une seule seconde, dans des proportions cataclysmiques.

Empoignant la fourrure de Sirius, je le commandais pour qu'il s'envole toujours plus haut, surplombant la caserne en continuant d'éviter les attaques ennemies. Rapidement, les flèches furent incapables de nous atteindre, avant que ce ne soit le tour des dards de Scorpilons, ce qui témoignait de la distance plutôt élevée en terme d'altitude, où moi et mon acolyte nous trouvions. De cette hauteur, la caserne était visible dans son entièreté, de même que la ville, et sans doute étions-nous à peine visible par nos ennemis. Et pourtant, j'étais certain que les plus expérimentés d'entre eux pouvaient nous voir. Fixant les yeux de Sirius qui me regardait avec une certaine appréhension, je comprenais qu'il était temps de faire un choix. Pointant les deux Ryuukens devant nous, inclinés vers le bas en direction de la caserne, je concentrais toute la puissance magique que j'avais, amplifiée par le pouvoir des deux artefacts. Un gigantesque cercle d'arcanes apparu alors, d'un périmètre semblable à celui de la caserne. Il était temps de délivrer le message que j'étais venu donner, non pas à Laliveron, non pas à Jafar... Mais au monde...


AMATERASU !

Une lumière aveuglante se manifesta brusquement. Ayant mis tout ce que j'avais dans cette attaque, visant l'ensemble de la caserne, j'ignorais la puissance de l'attaque, mais je savais pertinemment qu'elle serait minimum de Formula 75... Et qui sait, si ma force de conviction, si ma volonté était suffisante... Peut-être réussirais-je à repousser à nouveau cette limite. Les effets de ce sort n'étaient rien d'autre que la démonstration de mon désir de sauver mes amis... Et de dire à ce monde que j'étais prêt à rayer de la carte tout ce qui se trouverait sur mon chemin. Le message était maintenant envoyé...



_________________


Game Master

avatar

Messages : 1586
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Dim 3 Aoû - 0:07
La caserne est en piteux état alors que le Dark Knight s'est quelque peu écarté du champ de bataille pour préparer sa prochaine offensive. Au centre de la cours militaire, s'amasse toujours plus de soldats, levant les armes contre l'ennemi public numéro un, tout en profitant de ce bref répit, pour évacuer le maximum de blessés. Néanmoins, même si l'apparition des scorpilons avait engendré un regain d'espoir du côté des combattants, celui-ci allait être balayé en une fraction de seconde.

En effet, surplombant la caserne et dans le but d'en finir une bonne fois pour toute, le master de Grimoire Heart, lança l'Amaterasu le plus puissant qu'il pouvait. Étrangement, ce fut un Formula 100 et ce, dès la première tentative. Toujours est-il que les cercles de l'arcane se positionnaient de manière à entourer tout le périmètre de la caserne. La libération du sort eut pour effet de laisser une immense explosion dévaster et réduite à néant les forces armées de Laliveron. Alors que l'incroyable nuage de poussière soulevé par cette offensive commençait à retomber, la bataille se terminait. Ainsi donc, les défenseurs de la ville n'avait plus rien à montrer, si ce n'est un amas de corps jonchant le sol. Jafar était à terre, inconscient, ou bel et bien mort, nul ne le savait pour l'instant au vu de son état physique. En somme, son sort n'était pas différent que celui des centaines d'autres soldats à qui la vie venait d'être arrachée. Quant aux scorpilons, bien qu'étant réputé comme étant les créatures à la carapace la plus résistante du royaume, ils furent mis hors combat d'un seul coup.

Laliveron est marqué à jamais et le Conseil disposera d'une force de frappe affaiblie suite à cette intervention. En tout cas, le message est bel et bien passé. Reste à savoir si tu seras satisfait de cette fin ou si tu descendras de ton perchoir mettre fin à la vie des quelques soldats gémissants de douleur mais n'ayant miraculeusement pas succombé.


========================

Intervention GM : L'Amaterasu Formula 100 que tu maîtrises maintenant a décimé l'intégralité de tes opposants. À toi de conclure désormais de la manière que tu le souhaites puis de poster la demande de récompense.
Lucifer Amaiyuri
Admin / The Dark KnightAdmin / The Dark Knight

avatar

Messages : 764
Date d'inscription : 02/10/2011
Âge : 29
Guilde : Grimoire Heart
Magie / Malédiction / CS : Magia Erebea
Magie / CS Secondaire : Kansô

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 7.530
Statut: Mage de Rang S++
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   Dim 10 Aoû - 10:00
Bloodless

Posant un genou sur les plumes recouvrant le Quetzacoalt, je reprenais mon souffle, haletant comme jamais, suite à l'intense effort que je venais de fournir. J'avais donné tout ce que j'avais pour lancer cet ultime sortilège qui s'était étendu sur une zone trop large pour faire des dégâts humains en grand nombre. Je m'étais cependant évertué à ne pas lui faire franchir l'enceinte de la caserne afin d'épargner les vies des civils à proximité de l'établissement militaire. On pouvait alors voir un nuage de sable se répandre à travers la cité, suite aux dégâts matériels excessifs résultant de cette ultime assaut. J'avais visé davantage les installations plutôt que les vies des soldats, ce qui expliquait le choix du périmètre visé. Si je m'étais contenté de ne viser que la cour, sans doute aurais-je occis la totalité des hommes présents dans celle-ci. Mais il n'en était rien.

Laissant Sirius descendre lentement en battant des ailes, je posais le pied à terre, au milieu des corps sans vie et des hommes gesticulant à cause de la douleur. Un grand nombre de vaillants ennemis étaient tombés aujourd'hui, et je savais que leur sang était sur mes mains. Mais je préférais mille fois avoir le leur que celui de mes amis. Les épargner aurait sans doute coûté la vie de mes compagnons d'armes, et peut-être même causé l'échec de l'opération de Gehenna Island. La culpabilité d'occire ces soldats et de leur arracher leur dernier souffle m'incombait, mais je la jugeais préférable à la perte de mes proches.

Toisant le champ de bataille en ruines, je voyais au loin l'uniforme de Jafar au sol, son propriétaire demeurant inerte proche du corps fumant d'un Scorpilon sans vie. J'avançais vers lui, avant de poser ma main sur son cou afin de prendre son pouls. Le haut gradé vivait encore, même s'il était grandement affaibli. Me redressant et le toisant, je savais pertinemment que la vie des soldats que j'avais pris ce jour était une responsabilité partagée : celle du bourreau que j'étais, et celle du leader qu'était Jafar, choisissant d'entrer en guerre contre une puissance qu'il ne pouvait affronter. Jetant un dernier coup d'oeil autour de moi, je voyais que les installations, casernements et autres bâtiments avaient été complètement détruits. De toute évidence, Laliveron ne pourrait pas participer à la guerre, pas dans cet état. Me tournant vers un soldat encore conscient et gémissant de douleur, je m'adressais à ce dernier avec mon ton le plus solennelle, insufflant en lui une peur grandissante de par ma présence et par mes mots.


Tu feras savoir qu'il ne s'agissait aujourd'hui que d'un message pour dire au monde que participer à Gehenna, c'est connaître un sort funeste. Aujourd'hui n'était qu'un avertissement... La prochaine fois, il n'y aura pas de survivant.

Lancer ces derniers mots au visage de l'un des survivants était sans doute ce qui était le plus effrayant pour ce dernier. Me remettant en marche lentement, je m'avançais vers Sirius pour finalement grimper à nouveau dessus. Dans un sifflement strident qui marquerait à jamais le coeur des hommes conscients ce jour, l'animal mythique s'envola dans un souffle de sable provoqué par le battement de ses ailes. Disparaissant au loin, je regagnais le Grimoire Ship, prêt à adapter ma stratégie en fonction des annonces de retrait de troupes qui émaneraient des autres armées indépendantes du royaume qui, je l'espère, seraient nombreuses.



_________________


Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]   

Les Amis de mes Ennemis... [Apprentissage Amaterasu]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Ouest :: Laliveron
-