Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]

AuteurMessage
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]   Lun 21 Avr - 2:04






La vie d’un chasseur de mage noir était souvent mouvementée et dangereuse. Rien comparé à certains feignants de mages officiels qui passaient leurs temps dans leur guilde à picoler sans rien faire. Entre filature, espionnage, vol, coup bas et autres échauffourées, j’avais rarement le temps de prendre soin de moi. Lorsque je n’étais pas en mission, j’étais sans cesse entrain de m’entrainer ou de récupérer de mission. Le moral n’était pas très dur à gérer, surtout que j’avais une source inépuisable de bonne humeur avec moi. Mais la fatigue elle, était plus difficile à supporter, non pas que je n’aimais pas ça, mais parce que pour des raisons pratiques, je devais être au maximum de ma forme, ce qui était difficile dans l’état actuel des choses, puisque je passais mon temps à perfectionner mes sorts et mes techniques de combat… A quoi bon devenir plus fort si je m’endormais devant mon adversaire ? Pour remédier à cela, j’avais pris une décision ferme ! Je devais passer quelques jours sans m’entrainer ! Et pour ça, je devais me diriger vers un lieu accueillant, tranquille ou même un mage comme moi pouvait passer du temps. Donc pas lande fantasmagorique stressante ou de mont Hakobe gelé. Pas non plus de plages ensoleillées bondées et encore moins des parcs d’attractions bruyants. Non, je voulais un lieu où je pouvais me poser et profiter d’une brise calme et du soleil. Ma connaissance du continent était assez étendue puisque j’avais passé une partie de mon enfance à lire, réflexe que je n’avais d’ailleurs pas perdu. Hélas, elle se limitait aux descriptions, aux métaphores et autres effets de style pour mieux faire imaginer au lecteur la beauté de tel ou tel lieu. Car rien, en vérité, ne m’avait préparé à cette immense et magnifique étendue de verdure. Le lieu était magique, le cadre parfait pour ce que je voulais, j’avais bien choisi ma destination finalement. J’étais finalement arrivé à la Plaine d’Esperance.

Cette plaine, très éloignée comme son nom l’indiquait de la Mer de Désespérance, était une lande qui entourait les montagnes centrales du continent. On racontait que voir sept couchés de soleil d’affilés porterait bonheur… Je n’avais bien entendu pas prévu de rester aussi longtemps en ces lieux, mais je comptais tout de même passer ma nuit ici, puis toute la journée qui en suivait, avant de tranquillement retourner à mon train de vie quotidien. D’un naturel assez terre à terre, j’avais la plupart du temps l’habitude de ne pas croire ce que les gens disaient, préférant voir pour croire, ce qui était étrange puisque malgré tout, je passais mon temps à lire… Mais là, je comprenais pourquoi tous les commentaires, les remarques, les souvenirs et anecdotes que j’avais lues sur ce lieu étaient si intense. Les auteurs de ces derniers n’avaient pas menti ni même trop bu, ils n’avaient écrit que la pure et simple vérité. Cette plaine était radieuse et déjà, je me sentais mieux. Loin de la vie pleine d’action que je supportais d’habitude.

D’ailleurs, je n’avais sur moi que mon épée, au cas où, quelques couteaux et le nécessaire pour dormir dehors. Ma tenue, elle aussi était allégée, un pantalon en toile, noir, et une chemise noire, ouverte comme à mon habitude, dont j’avais retroussé les manches. Et fait assez rare, j’avais enfilé des lunettes de soleil et un sourire satisfait remplissait mon visage. Je n’étais pas le seul qui était content, le petit être fait d’ombre à côté semblait l’être également, même si content semblait être un euphémisme tant cette petite source de joie permanente semblait heureuse ici. Gobou sautait, courait, riait, roulait, jouait avec les herbes, s’accrochait à mes jambes. Il s’amusait comme un petit fou et je n’avais pas envie de le l’arrêter dans ses jeux, ainsi, je décidai de faire une petite pause tandis que mon oscurini s’amusait à se fondre dans l’ombre des herbes avant de ressortir ailleurs pour tenter de me faire peur. A défaut de m’effrayer, il m’amusait beaucoup, ce qui semblait lui faire encore plus plaisir d’ailleurs.

C’était tellement agréable de pouvoir s’amuser ainsi, de pouvoir rire sans se soucier de mille et un problème. J’aurais tant aimé avoir une existence aussi simple… Non pas que notre lutte ne me plaisait pas ou autre… Mais c’était une autre expérience que de profiter de la vie… Je ne devais pas oublier ça. Et à défaut d’avoir profité de ma vie durant les années qui me précédaient, j’allais en profiter jusqu’à demain soir ! Je me relevai afin de pénétrer un peu plus dans l’intimité de ces landes luxuriantes. Gobou sur le dos, je marchais tranquillement, observant le ciel et les nuages. Ils bougeaient à un rythme lent, si seulement ma vie pouvait avoir le même rythme… Voyant que je commençais à entrer une nouvelle fois dans mes pensées, mon petit oscurini profita de sa position pour me tirer de ma rêverie en me tirant les joues. Surpris, je trébuchai et tombai à la renverse, éclatant d’un rire sincère et franc, avant d’attraper mon familier afin de le chatouiller.

Notre jeu dura encore une petite heure avant que je ne me lève pour marcher encore un petit peu jusqu’à un bel arbre, assez grand, pouvant sans soucis supporter mon poids. J’entrepris d’escalader ce dernier et de me poser une des branches de l’arbre. De là, j’inspirai un grand coup en observant le paysage qui m’entourait. Au loin, je pouvais voir le massif central Fiorien, et autour de moi, une beauté sauvage et naturelle, vierge de toute souillure, les herbes ondulaient sous la conduite d’un vent calme et apaisant. Un parfum doux et particulièrement agréable flottait dans l’air. Il était peut-être temps de poser mon sac de couchage… J’avais lu que les herbes étaient fortement inflammables, mais après tout, sous un ciel pareil, les étoiles seraient sans doute suffisantes. Je m’allongeais alors sur la branche, Gobou sur mon ventre et profitais de cet instant de paix.


 
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 21
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]   Jeu 31 Juil - 18:15




Reminiscence by Michiru Oshima on Grooveshark

Myrcella Heaven, héritière de la maison Heaven et talentueuse magicienne de Blue Pegasus, mais aussi jeune actrice prometteuse : voilà ce que l'on pouvait dire sur la Princesse du Crépuscule qui commençait à se faire connaître là où elle avait eu l'occasion de réaliser des exploits. La jeune femme n'avait pas la réputation d'un mage saint ou encore celle d'Ethan Rayne, mais son nom commençait à se répandre comme une traînée de poudre. Ce n'était pas une chose qui la dérangeait, après tout son métier demandait une certaine reconnaissance et c'était toujours appréciable de faire partie de ces quelques personnes qui sortent du lot. Hélas, ce jour-ci l'actrice n'était pas d'humeur et, capricieuse, elle avait décidé de s'éclipser furtivement de la guilde afin de changer d'air. Il était pratique de posséder un esprit capable de vous transporter : elle s'était installée confortablement sur l'un des sofas que proposait la citrouille géante et se laissa escorter. Où allait-elle ? Le mannequin n'en savait rien et cela ne l'inquiétait vraisemblablement pas le moins du monde.

En effet, elle était plongée dans une œuvre de Jacques Fear William et dans ces moments-là, il devenait difficile de la tirer de sa torpeur. Depuis toute petite, la jeune femme se perdait dans la bibliothèque familiale où elle n'avait de cesse de dévorer des années de littérature fiorienne. Par ailleurs, l'actrice avait déjà eu l'occasion par le passé de jouer « Armand & Marina » où elle avait, de plus, reçu de nombreuses critiques positives, mais sa pièce préférée restait tout de même « La tempête ». Une comédie relatant l'histoire d'un esprit de la mer vengeur sur une île et d'un magicien, c'était une pièce qui cachait tant et plus de choses, mais Myrcella en avait fait sa ligne de conduite. Après tout, c'était la seule œuvre de l'auteur qui avait une fin joyeuse et la jeune femme avait décidé qu'elle finirait sa vie heureuse.

Relisant ce passage, déjà maintes et maintes fois étayé par la jeune magicienne, elle eut du mal à contenir un petit pincement au cœur. « Nous sommes de l'étoffe dont sont faits les rêves, et notre petite vie est entourée de sommeil. », cette citation était l'épicentre de sa philosophie de vie et de ses espoirs : elle était convaincue que l'Homme était capable de faire l'impossible tant qu'il y croyait. Cependant, même si elle le voulait du plus profond de son âme, jamais rien ne fera revenir son jeune et défunt frère dans le monde des vivants. Son instructeur de jeunesse n'avait eu qu'une unique réponse à lui donner : « Mademoiselle Myrcella, tout arrive dans un but bien précis. Toutes les tragédies et les malheurs ont un sens, ils mènent tous vers une fin idéale. Quand on y pense, il n'y a probablement pas de malheur absurde. », c'était une réponse qui méritait d'être méditée. D'ailleurs, la jeune femme n'avait jamais compris la totalité de cette citation et continuait de se torturer les méninges sur sa signification, mais elle avait toutefois appris à toujours avancer malgré les malheurs qui pouvaient barrer son chemin vers le bonheur. En effet, celui qui est heureux doit penser comme tel et ne pas s'enfermer dans un cercle vicieux qui lui érigerait un malheur perpétuel. Telle était sa volonté au jour d'aujourd'hui : être une femme épanouie et heureuse de vivre.

L'esprit Auriga continuant sa route vers une destination inconnue, un incident intervint et tira la jeune femme de sa torpeur. En effet, le carrosse trembla après avoir subi une rencontre retentissante, puis un bruit sourd survint et inquiéta Myrcella : c'était le genre de « boum » qu'on pouvait entendre quand un oiseau tombait sur le toit de votre véhicule. Elle était encore toute endolorie par ses longues heures de lecture avachie sur la banquette et elle s'étira avec délicatesse tout en baillant. Il était souvent bien plus fatiguant de se reposer inlassablement que de courir à en perdre haleine. Enfin bref, elle avait rencontré quelque chose qui s'apparentait à une bête sauvage et elle voulait voir de quoi il s'agissait, elle n'était pas une personne cruelle et elle s'inquiétait désormais de ce qu'elle avait pu renverser. Et quelle ne fut pas sa surprise quand elle découvrit qu'elle avait fait tomber un être humain et son oscurini. Elle aurait pourtant juré avoir entendu chuter une bestiole bien plus légère que ça. Rappelant sa citrouille dans le monde des esprits, elle ne sut que dire à ce garçon pour lui demander pardon et elle le regarda, gênée et sans doute un peu amusée de la situation.


_________________



Dernière édition par Myrcella Heaven le Lun 4 Aoû - 15:08, édité 1 fois
Higuen Arkio
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 393
Date d'inscription : 26/12/2012
Âge : 20
Guilde : Crime sorcière
Magie / Malédiction / CS : Yami no Maho / Magie des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.410
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]   Dim 3 Aoû - 19:27






Le combat, l’entraînement, la forge, des éléments indispensables pour moi. Des éléments sans lesquels je ne pouvais pas vivre… La vie en toute quiétude n’était pas faite pour moi. J’avais besoin du surplus d’adrénaline, de ces lames s’entrechoquant, de ces battements de cœur ravageurs. Bref, j’avais besoin d’action. Ainsi, lorsque je décidais qu’une pause s’imposait, mon rythme changeait du tout au tout. Et c’était pour cette raison qu’après seulement quelques minutes de repos, la fatigue l’emporta sur le reste, m’emmenant malgré moi dans un monde onirique.

C’est alors qu’une impression de chute se fit sentir. Je quittais mon rêve, tiré par la réalité qui reprenait ses droits et avant même de comprendre ce qui se passait, je sentis une forte douleur au niveau du dos et de l’arrière de mon crâne. Que s’était-il passé ? Où étais-je ? Je mis quelques instants à reprendre mes esprits et lorsque je rouvris les yeux, je vis une jeune femme blonde qui semblait avoir mon âge ou pas loin en tout cas. Elle était plutôt jolie, il était vrai… Un ange ? Cette chute m’avait-elle tué ? Après encore quelques instants, je sentis du mouvement sur mon ventre. Avec difficulté, je me redressais pour voir Gobou qui se prélassait sur mon ventre. Apparemment, ce petit chenapan avait réussi à m’utiliser pour amortir sa chute. Rassuré, je tapotais son crâne avant de regarder autour de moi. De l’herbe et un arbre amoché… Ca me revenait maintenant, j’étais sur la plaine de l’espérance, quant à cet arbre… C’était celui qui m’avait servi de lit…

« Aille… Qu’est ce qui a bien pu se passer… » Soupirais-je en voyant le pauvre être sylvestre, défoncé par je ne savais quoi…

Me rappelant soudainement que je n’étais plus seul, je me redressais avec difficulté avant d’observer avec plus d’attention la jeune blonde. Son visage me disait quelque chose… hélas, je me concentrais plus sur les mages connus criminels que sur les autres… Mais je savais malgré tout que cette jeune femme jouissait d’une certaine notoriété et après quelques instants, je parvins à mettre un nom sur ce visage. Myrcella Heaven… Oui, c’était-elle, elle appartenait à Blue Pegasus si je me souvenais bien. J’ignorais évidemment que c’était elle qui avait causé ma chute, et à dire vrai, je me demandais vraiment ce qu’elle faisait ici… D’ailleurs, je n’étais pas vraiment présentable, mes lunettes s’étaient cassées et ma chemise était toujours ouverte, je devais avoir l’air malin... Cependant, j’ignorai ces quelques détails et lançais simplement :

« Heu… Bonjour ?... »



 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]   

Un peu de repos dans cette vie de guerrier. [PV. Myrcella]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Plaine de l'Espérance
-