Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]

AuteurMessage
Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Dim 23 Fév - 3:58
    Pas de renard gigantesque qui allait foutre la ville en flamme. Pas de Dragonne pyromane qui allait devoir me réduire en cendres. Pas de bidule magique qui allait me changer en machine à tuer pour ensuite se changer en dragon. Bref, pour une fois, on pouvait dire que la journée aller s'annoncer normale. Ce n'est pas que je me plaignais du fait qu'il y avait un peu trop d'action ces derniers temps, mais bon, parfois ça faisait du bien de se dire que il n'y avait pas besoin de risquer sa peau toutes les deux secondes. Tout ce que j'avais à faire, c'était rester allongé dans l'herbe, à l'ombre, à passer le temps en faisant des siestes.

    Cependant, je me rendais bien compte qu'au final... C'était encore plus chiant que de se battre comme un taré. J'avais beau essayer de changer de position pour dormir de lieu, j'ai même essayé de dormir dans la flotte du lac juste à côté pour me refroidir un peu : rien. Sentant bien que je ne pusse rien faire pour me détendre, je choisis donc passer à autre chose : essayer de dépenser mon énergie. Je faisais donc plusieurs brasses dans le lac avant de sortir pour faire un de mes entrainements habituels... Mais toujours rien pourtant, je n'arrivais pas à m'occuper l'esprit, il y avait toujours ce manque d'occupation qui me taraudait, comme si quelque chose m'empêchait de m'occuper tranquillement.

    C'est alors que je décidai de passer à l'ultime atout : la couture. Quand je n'arrivais vraiment pas à me détendre, en général, je sortais mon matériel afin d'essayer de créer quelque chose de nouveau. Ça me forçait à réfléchir et à oublier mon environnement, à me concentrer sur quelque chose, et surtout, à passer le temps. Me rhabillant donc plus correctement, je me dirigeais en direction de la guilde afin de pouvoir récupérer le tissu que j'entreposais là-bas. Ils m'avaient autorisé à emprunter un placard dans le coin pour les déposer en échange d'une petite somme d'argent. Ils avaient aussi tenté de faire de moi l'un de leurs pensionnaires... Ils pouvaient toujours courir.

    Une fois arrivé devant mon fameux « coffre », je pus voir avec effroi qu'il ne me restait quasiment plus de tissus. La merde ! Vu les catastrophes qui étaient arrivées depuis la dernière fois, j'avais complètement zappé de tenir compte de mes stocks, et été arrivé en rade de tissus ! Je commençais à penser que ce jour-là était la journée de merde qui faisait tout pour me mettre en rogne... Mais soit, c'était une occasion de faire le tour de Magnolia pour repérer un magasin qui vendrait ce qui m'intéresse. Au bout d'une bonne heure de recherche, j'ai réussi à débusquer un endroit qui vendait tout ce qui m'intéressait : une galerie marchande proche de la mer qui vendait pas mal de matériel comme des métaux, des outils, et surtout, du matériel de couture ! Enfin !

    Après avoir fait le tour du propriétaire et discuté avec le marchand (qui semblait étonné de voir quelqu'un de Fairy Tail parler couture, 'devait pas avoir l'habitude), j'avais pu passer commande de tissus et prendre avec moi du fil et quelques rouleaux de couleur. Je n'avais pas l'habitude d'en acheter autant, et devais bien admettre que le système des guildes était bien pratique pour récupérer de l'argent rapidement. Après mise en carton de mes achats, je décidai de faire de me diriger vers la guilde afin d'entreposer mon matériel et ainsi commencer à coudre.

    Cependant, en chemin, je commençais à avoir une sensation de gêne. En effet, alors que je marchais tranquillement, mon odorat de Slayer était en éveil. Je pouvais sentir des tas et des tas d'odeurs différentes comme tous les jours où je traversais la ville. Certaines étaient familières, d'autres non, d'habitude, cela m'importait peu. Pourtant, à travers ces odeurs, j'arrivais à percevoir une en particulière qui, peu importait à quel point j'avançais, elle ne s'éloignait pas. Une seule possibilité était possible : j'étais suivi. Je ne savais qui ou quoi, c'était, mais je n'allais pas le laisser partir comme ça sans le savoir. Faisant mine de rien, je décidai de changer de destination, et au lieu de me rendre à la guilde, j'allais retourner dans mon coin de forêt le temps de vérifier si c'était bel et bien moi la « cible », et ainsi régler ça à ma façon.

    Une fois dans la clairière, je posai mon bordel au sol et fis quelques étirements au bras de manière naturelle, tout en observant les alentours. Le terrain était tranquille, mis à part moi et la personne qui me suivait, c'était désert. C'est donc dans un soupir que je m'adressais à la personne se cachant dans mon dos, sans pour autant me retourner.


« - Vu qu'on est enfin seul, tu pourrais peut être te montrer ? Parce que franchement, déjà que je suis de mauvaise humeur... Si jamais tu m'obliges à venir te chercher, ça va pas le faire. »

    La fin de ma phrase était symbolisée par le son de mes doigts craquant sous la pression de mes mains, comme pour dire que j'étais prêt à me battre si le besoin s'en faisait. D'un coin de l'œil, je regardais donc derrière moi afin de pouvoir confirmer l'identité de celui ou celle qui semblait avoir affaire avec moi...

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Mer 26 Fév - 15:34
Du temps a passé depuis les événements de la forêt de Tornac et d'Akane Beach. Grâce à Sibylle j'avais pu contacter Higuen et m'expliquer avec lui. Trouver les bons mots n'avait pas été facile, il a fallu que je m'y reprenne à plusieurs fois avant d'être satisfaite de mon message, mais ce que je craignais le plus, c'était ce qu'allait répondre le mage des ténèbres. Le temps que Sibylle le trouve et lui délivre ensuite mon message me parut durer une éternité durant laquelle j'imaginais plusieurs scénarios plus catastrophiques les uns que les autres. Mais il n'en était rien, le jeune mage de Crime Sorcière avait apparemment déjà été témoin d'un comportement semblable, bien que cela n'ait jamais eu de conséquences aussi extrêmes. Cependant, il fallait que j'apprenne à garder le contrôle sur "elle". J'appliquais déjà les conseils de Ren en la matière, ou du moins je m'efforçais de les suivre la majeure partie du temps, je me faisais toujours du soucis pour Rei et pour mon frère. Je m'étais aussi mise à la méditation ce qui me permettait de « la » réveiller tout en restant aux commandes, mais toujours sous la surveillance d'Andromeda, de Wulf ou de Sagittarius. Après tout les clefs d'or étaient parmi les plus anciennes qui existent et il a déjà connu de nombreux constellationniste par le passé et même s'il n'est pas autorisé à parler de ses précédents détenteurs, son expérience m'était fort utile. En attendant d'être sûre de pouvoir garder le contrôle en toutes circonstances j'évitais la foule et les grandes villes, sauf aujourd'hui.

J'avais décidé de faire le test en me rendant à Magnolia en, la ville qui abritait la très célèbre guilde de Fairy Tail. La plupart de leurs membres étaient eux-mêmes connus pour leur talent artistique comme le chanteur Ethan Rayne, ainsi que pour les dégâts qu'ils causaient partout où ils passaient. Cela changeait du culte du secret que l'on entretenait à Crime Sorcière, depuis que j'étais entrée dans cette guilde, je ne quittais quasiment plus mon manteau d'anonymat. J'avais eu vent que la guilde commençait à bouger et qu'il y allait bientôt y avoir de l'action. En y repensant, cela faisait un moment que je n'avais pas livré bataille, il y avait eu la bataille pour le Régalia de l'apocalypse, puis aussi la mission dans le désert de Burana. Le souvenir de ces deux missions était assez gênant, car dans l'une comme dans l'autre, j'avais eu quelques problèmes avec mes vêtements. Il était difficile pour une femme de nos jours de trouver une tenue adaptée au combat en restant élégante. Après avoir écumé les boutiques de la moitié du pays, j'en étais arrivée à la conclusion suivante, il fallait que je me fasse confectionner une tenue complète sur-mesure.

C'était pour cela que j'avais décidé d'aller à Magnolia. J'avais entendu parler d'un fameux Tisserand qui vivrait là-bas, on racontait même qu'il ferait aussi partie de Fairy Tail, donc c'était normalement une personne digne de confiance, du moment que ce n'était pas un malade du même genre que Jake avec sa maudite Crash Magic. Celui-là si je retombais dessus, je ne donnerais pas cher de sa peau ni de celle de son acolyte cosplayé en pirate. Le seul problème, c'est que je ne savais absolument pas a quoi pouvait bien ressembler le couturier, je ne me souvenais même pas de son nom. Ao quelque chose je crois, mais avec de tels trous dans mes informations, cela compliquait sérieusement mes recherches. J'étais arrivée assez tôt dans la matinée à la gare de Magnolia, cela faisait longtemps que je n'étais pas venue ici je me munis d'une carte de la ville et je commençais mes recherches. C'était un vrai exercice de sociabilisation de demander des renseignements à des inconnus pour moi qui n'avais absolument pas l'habitude de demander mon chemin. Les heures passaient et j'avais obtenu pour seul renseignement qu'on ne le voyait pas souvent en ville. Alors que je commençais à me dire qu'il vaudrait mieux que je me trouve un autre couturier, un qui serait dans l'annuaire postal de Fiore, je décidais de faire un dernier petit tour du côté du marché.

Au détour des stands, je finis par tomber sur celui qui vendait du tissu et du matériel de couture. Ce vendeur devait sûrement connaître le Tisserand que je cherchais, je décidais donc d'aller lui demander, mais quelqu'un était déjà en train de parler avec lui. C'était un drôle de type aux cheveux bleus, je me demandais d'ailleurs comment il s'y prenait pour les faire tenir ainsi à la verticale, il était reparti avec pas mal de tissus, trop pour que ce soit un simple passe-temps. Je venais de trouver mon Tisserand. Cependant il était dur de ne pas le perdre de vue avec tout ce monde et il était déjà trop loin pour que je puisse lui parler. Sans vraiment m'en rendre compte, j'avais commencé à le suivre. C'était plutôt amusant, je me pris rapidement au jeu, comme une détective en filature je suivais le suspect sans qu'il ne se rende compte de rien, ou presque. Cette filature m'avait conduit dans la forêt, mais cela n'avait rien d'étonnant vu que d'après les habitants, il n'aimait pas trop rester en ville. Seulement, je n'avais pas imaginé comment je ferais après l'avoir suivit pour lui passer commande. Je me voyais mal sortir d'un buisson en disant « bonjour Monsieur le Tisserand, je vous ai suivi parce que j'aurais besoin de vos services, mais je ne suis pas suspecte du tout » pourtant c'est ce que j'allais devoir faire à moins de repartir en remettant cela a un autre jour. J'étais bien partie pour choisir cette dernière option quand une voix me fit sursauter derrière l'arbre qui me servait de cachette. C'était celle du tisserand, il m'avait repéré. Pendant un bref moment de panique, je songeais à prendre la fuite devant son air menaçant, mais il était hors de question que je me dégonfle. Prenant mon courage à deux mains, je fis un pas en avant tout en ôtant le capuchon de mon manteau magique.


- On dirait bien que je suis découverte.

J'avais réussi à articuler une phrase et même si celle-ci était accompagnée d'un rire nerveux, c'était déjà un bon début, car je ne sentais aucune trace de « sa » présence. Sans laisser le temps au silence de s'installer, je décidais d'enchaîner avec les présentations.

- Je m'appelle Celya Lutalis. Si je me suis permise de vous suivre c'est parce que je souhaiterais vous passer commande.

Voilà qui était dis, il ne restait plus qu'à voir la réaction de mon interlocuteur.
Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Jeu 13 Mar - 13:52
    Qui donc avait tant envie de me suivre ? C'était la question que je m'étais posé tout du long de mon trajet alors que je pouvais sentir la présence de quelqu'un qui refusait de s'éloigner. Moi qui voulais essayer de juste passer le temps sans avoir à régler deux trois problèmes aujourd'hui, c'était raté. Comment aurais-je pus savoir qu'une situation de ce genre aurait pu me tomber dessus ? Si encore ça avait été quelqu'un de la guilde, je ne dis pas, j'aurais très bien pu l'envoyer boulet facilement et on en aurait plus parlé, mais là, je devais d'être un peu plus... Réfléchis. Oui, je sais, ça ne me ressemblait pas vraiment, mais bon, c'est comme ça...

    C'est alors que je vis la personne enfin sortir du buisson duquel elle s'était planquée. Au moins, ça m'épargnait la peine de devoir aller la chercher moi-même, et donc de devoir user de mes poings pour la journée. Cependant, je ne m'attendais pas à ce genre de rencontre. Alors que je pensais devoir avoir affaire à un individu, il se trouve qu'il s'agissait au final d'une individu. Une fille à peine plus âgée que moi d'après son visage, des cheveux verts et des yeux ambre, aucun doute, c'était bien un visage que je n'avais jamais vu auparavant. La voyant sortir de sa cachette en admettant qu'elle n'avait peut-être pas abordé la bonne méthode, je décidai de laisser tomber mes poings en lâchant un soupir.

    Avant même que je ne pus dire quoi que ce soit, elle décida d'enchaîner la parole. Sa demande me parut pour le moins surprenante. C'était peut-être mon côté parano qui pensait qu'il s'agissait d'une personne dangereuse, d'une hors-la-loi qui voulait me parler d'un sujet grave. Qui sait, peut-être qu'elle faisait partie d'une organisation qui était dans l'illégalité la plus totale et qu'elle devait faire en sorte de passer incognito...? Naaaan, sans doute mon imagination, me disais-je. Enfin bref, revenons à ce qu'elle voulait me demander, à savoir : des vêtements. Il semblerait que ma réputation m'avait précédé pour cette rencontre, et qu'elle voulait faire appel non pas au mage de Fairy Tail, mais au tisserand indépendant.

    Même si je voulais en effet jouer de mes doigts pour faire quelques vêtements, je ne prévoyais pas vraiment de devoir créer quelque chose pour quelqu'un en particulier, de vraiment « bosser » en somme. Qui plus est... Je n'étais pas vraiment enchanté de devoir faire les vêtements d'une femme, je veux dire, je devais prendre les mesures pour faire mon travail correctement, et donc là... Non, non, non, je devais me retirer de ces pensées lubriques ! Je sentais déjà mon visage roussir, et heureusement que je n'étais pas tourné vers elle à ce moment, elle m'aurait pris pour quelqu'un d'étrange. Après quelques moments de réflexion, je décidai de lui répondre.

« - Je suis plus vraiment dans le business, vous savez ? C'est juste devenu un hobby pour le moment. Consultez un pro, il saura quoi faire. »
    Terminant sur ces mots, je commençais à regarder les différents tissus que j'avais amassés afin de les trier, en espérant qu'elle accepte ma réponse et s'en retourne en ville.

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Dim 23 Mar - 17:45
J'étais plutôt soulagée que le Tisserand ne soit pas gâché d'avoir été suivit de la sorte, les mages de Fairy Tail étaient connus pour avoir le sang chaud et il aurait pu tout aussi bien m'envoyer paître plutôt que d'écouter ce que j'avais à dire. Bien qu'il semble quelque peu suspicieux à mon égard, en même temps quoi de plus normal vu que je l'avais suivi jusqu'ici, il répondit calmement à ma requête. Cependant, je n'étais pas satisfaite de la dite réponse. J'avais fait un long chemin pour venir à Magnolia et stalkeuse pour stalkeuse, je comptais bien insister.

- Je suis désolé je ne savais pas que vous vous étiez retiré, mais j'ai justement besoin d'un Tisserand comme vous. Seul un autre mage peut disposer du savoir-faire nécessaire pour réaliser une tenue de combat et c'est précisément ce dont j'ai besoin.
Puis aussi parce qu'un civil serait probablement plus enclin à alerter les autorités s'il découvrait mon tatouage et qu'il savait à quelle guilde il était affilié. Je gardais néanmoins ce petit détail pour moi, je n'avais pas la moindre envie de m'attirer encore des ennuis. J'en avais déjà assez eu ces derniers temps pour le reste de ma vie. Ce que les hommes avaient souvent du mal à comprendre, c'est que pour une femme une nouvelle tenue ou une nouvelle coupe de cheveux avait une grande signification. Cela marquait souvent un nouveau départ et cela nous aidait à aller de l'avant, alors je ne laisserais pas tomber, même si montrer une telle détermination pour de simples vêtements pouvait paraître ridicule. Pour appuyer mes arguments, je décrochais ma bourse de ma ceinture, sa taille et son tintement mélodieux pourraient appuyer mes arguments, car un artisan était avant tout un homme d'affaires.

- J'ai ce qu'il faut pour vous payer le tissu et le temps nécessaire à la réalisation de ma tenue, mais c'est une offre limitée dans le temps. Est-ce que vous êtes intéressé, oui ou non ?
Je pouvais difficilement me montrer plus insistante auprès du Tisserand en évitant d'être impolie, mais je comptais sur la réputation de sa guilde à faire fit de ce genre de principe pour qu'il prenne ma commande. Ma voix pouvait sembler mal assurée car je n'avais pas pour habitude de devoir forcer la main au gens de cette manière, mais dans mon regard on pouvait voir la fameuse détermination féminine dont je vous parlais un peu plus haut. J'avais besoin de ces nouveaux vêtements pour mes combats à venir, mais aussi pour tourner une page douloureuse de ma vie et m'assurer de faire bonne impression auprès des membres de la guilde. Normalement un couturier aussi expérimenté ne devrait pas avoir de mal à comprendre cela, du moins je l'espérais.
Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Mer 23 Juil - 21:00
    J'étais plutôt content de mes achats de la journée. Cela faisait bien longtemps, je crois même depuis mon entrée à la guilde, que je n'avais pas pensé à refaire les stocks pour le tissu. Et le must, c'était que maintenant que j'avais un endroit où les ranger, je pouvais en avoir beaucoup plus que les quantités minimes que je devais me restreindre à posséder. Avant, posséder des rouleaux de cette taille était plus qu'inconcevable. Maintenant, je n'avais plus qu'à les stocker dans le placard de la guilde que j'avais demandé, et j'aurais été tranquille pour un moment.
    Du moins, c'est ce que je pensais faire, mais comme toujours, y'a très souvent des perturbations dans mon programme. Franchement, je ne savais pas ce que je devais faire avec cette fille. Je lui avais bien dit que je n'étais pas intéressé, mais elle ne semblait pas vouloir lâcher l'affaire aussi facilement que je le pensais. Pourquoi s'acharner ? Je suis sûr que je n'étais le seul couturier du coin, voire de la région. Y devait bien y avoir quelqu'un qui allait faire un travail, certes inférieur au mien, mais correct et suffisant pour elle. Cependant, en la regardant un peu, j'avais l'impression qu'elle n'avait pas vraiment le choix, et que c'était un peu par défaut qu'elle avait choisi de faire appel à mes services. Et comme je sentais qu'elle n'allait pas me lâcher dans l'immédiat.


« - Huuuh... Faut croire que j'ai pas le choix... Tu vas pas me laisser tranquille si je te laisse sur le tas... Ok, j'accepte la commande. »

    C'est sur ces mots que je commençais à sortir de quoi faire mon boulot habituel : plusieurs aiguilles, quelques rouleaux de fils noirs de différentes épaisseurs, mon mètre afin de faire les mesures et finalement, un calepin avec un crayon pour noter les différentes informations essentielles. Je décidai de pas sortir tout de suite les tissus, car sait-on jamais si elle préférait utiliser un autre matériau pour ces vêtements. Avec l'arrivée de la mode des vêtements en cuir, fallait s'attendre à tout. J'en avais un frisson dans le dos, ce qui peut surprendre, par peur rien que de penser aux immondices fabriquées avec ce matériau. Après avoir retiré mes gants, je décidai de tourner les pages de mon calepin afin de trouver une page vide et commençai à noter toutes les informations dont j'aurais besoin : le nom (même si je sentais d'avance que ça allait en être un faux), le style, les matériaux, les différentes tailles... Bref, pas mal de choses. Une fois cela fait, alors que j'étais assis au sol sans regarder le visage de mon interlocutrice, je commençai à lui poser les questions concernant les trois premières infos que j'ai citées plus haut, attendant de pouvoir faire mes propres mesures moi-même pour la suite... Ce qui allait encore une fois poser un problème à cause du type de personne auquel j'avais affaire...


==================================


[PS : Enfin, ENFIN une réponse de sortie extrêmement, extrêmement en retard, et extrêmement, extrêmement courte. Désolé, mais en ce moment, j'ai pas la tête à RP, donc j'ai eu du mal à pondre plus (aussi par le fait que... Bah y'avait pas grand chose à dire vu que c'est de la discussion pure X) ). Donc voilà, Get Chance & Luck \O/]

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Ven 1 Aoû - 15:01
Finalement j'ai eu raison d'inciter car le Tisserand accepta de prendre ma commande, même s'il ne semblait pas vraiment motivé. J'étais tellement contente que je me laissais emporter en le remerciant à profusion, mais il ne fallait pas que je le dérange trop dans son travail sinon il risquerait de changer d'avis.

Le regarder préparer son matériel me rappelait les fois où mes parents faisaient venir une couturière au manoir. C'était quand nous étions encore tous ensemble, l'avidité de mon père n'avait pas encore pris le dessus sur lui. Mes frères passaient leur temps à se chamailler sur leur tenue, car notre mère voulait qu'ils aient les mêmes vêtements alors qu'ils n'étaient pas toujours d'accord sur le sujet, alors je passais en première le temps qu'ils se décident. Contrairement à eux je savais toujours ce que je voulais en matière de vêtement, quand je savais qu'elle allait bientôt passer, je dessinais toute la journée la robe de mes rêves. Je n'étais pas spécialement douée pour le dessin, mais la gentille couturière arrivait à comprendre ce que je voulais et à le réaliser quand cela était possible. C'est le genre de petit souvenir que je chéris, maintenant que nous ne sommes plus que deux dans cette famille.

J'étais tellement plongée dans ce souvenir que j'eus un léger sursaut lorsque le Tisserand me demanda mon nom. Pourtant je le lui avais déjà donné toute à l'heure, mais bon, il était déjà bien gentil d'accepter ma commande alors je ne comptais pas lui faire la remarque. Je me présentais de nouveau, sous mon vrai nom, Fairy Tail était connue pour être une guilde intègre qui ne jugeait pas les gens sur la guilde à laquelle ils appartenaient, c'était l'occasion de vérifier si cela était vrai ou non. Puis vint le tour des questions sur le type de vêtement que je voulais. Heureusement comme quand j'étais petite, j'avais fait divers croquis de tenues que je remis au Tisserand. Il ne restait plus qu'à déterminer le tissu le plus adapté ainsi que sa teinte. Il fallait quelque chose de résistant, mais de confortable aussi, car dans un avenir proche je sentais que j'aurais souvent à porter ce genre cette tenue, alors autant y être à l'aise. Et pour la couleur, il fallait quelque chose de discret, sombre de préférence pour mieux se fondre dans la nuit, mais pas noir si possible, je n'avais pas trop l'idée d'avoir un cool de voleuse ou autre. Je ne connaissais pas beaucoup de variétés de tissus alors je laissais le mage couturier en choisir un selon les critères précédemment énoncé en espérant que cela lui suffise comme informations.


HRP:
 
Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Lun 25 Aoû - 14:52
    Faut croire que je m'étais attendri avec le temps passé à la Guilde. Je me souviens qu'à l'époque, j'aurais direct essayé de fuir la rencontre afin d'éviter tout ce genre d'embrouille. Du moins, si seulement ça avait été une gonzesse. Dans le cas d'un mec, je lui aurais tout simplement balancé un Hôko au visage afin de lui faire comprendre qu'il valait mieux ne pas trop tirer sur la corde. C'est parfois difficile de faire comprendre aux autres qu'un non ne veut rien dire d'autre qu'un « non ». Peut-être aussi qu'intérieurement, je me disais que coudre pour une commande plutôt que « coudre pour coudre » allait m'occuper plus longtemps et facilement. Il est vrai qu'en tant qu'ancien « professionnel », de l'époque avec Shinotake, j'étais du genre à vouloir m'appliquer et passer des heures sur un travail dans la seule optique de pas faire du tort à Aniki. Du coup, j'allais très certainement pouvoir faire passer le temps plus vite, en plus de gagner mon pain.

    Pendant qu'elle était en train de me dicter ma commande, après m'avoir passé son croquis, j'étais à côté en train d'observer le corps de la personne pour qui j'allais coudre. Ne me prenez pas à mal, je ne suis pas un pervers bordel ! C'est juste que je préfère avoir ma propre idée de la forme générale du vêtement à créer afin de mieux correspondre au client. Une fois l'observation du dessin, les notes prises et ma propre observation faite, je me rendais compte qu'elle avait oublié de répondre à une de mes questions, celles qui m'aurait bien épargné le bordel que ça allait engendrer... Les tailles. Si elles me les avaient données en les connaissant par cœur, ça m'aurait arrangé, mais dans ce cas précis... Fallait croire que je n'avais pas le choix. C'est donc après un long soupir que je sortis de mon matériel le mètre qui me servait pour les mesures, que je me levai en desserrant mon bandeau et que je lançai la phrase qui allait sans aucun doute me mériter une baffe.


« - Pour la robe, j'aurais besoin de faire pas mal de mesures, et donc... Que vous vous déshabillez entièrement. »
    Avec un une voix franche et calme qui n'allait pas avec le teint banc de ma peau qui avait viré au rosâtre et mes yeux fermés de manière forcée, j'avais tout simplement demandé à une jeune fille de se déshabiller devant moi. Continuant sur ma lancée, j'étais en train de rattacher mon bandeau non pas sur mon front comme à mon habitude, mais autour de mes yeux afin de me les cacher. J'avais pour habitude de procéder ainsi, à savoir d'abord prendre les mesures en aveugle avant de tenir le bout de la mesure, de me retourner et de lire le nombre. Cela prenait du temps, mais en tout cas, je ne pouvais pas être traité de voyeur ou de pervers... Enfin peut être pervers pour le bandeau, mais c'est pas mes intentions bordels ! Sentant bien une sorte d'hostilité ou de refus venir de la personne en face, je repris la parole.


« - Croyez-moi, ça me déplais autant à moi qu'à vous d'employer cette méthode, mais à moins que vous ne vouliez plus du tout votre robe ou que vous... Me laissiez-vous voir nue, ça ne va pas le faire. »
    J'avais essayé de bluffer sur la fin de ma phrase afin de lui donner une raison de me laisser procéder ainsi, mais en aucun cas, je ne voulais voir ce qui se cachait derrière ses vêtements actuels. J'ai des principes, l'un d'entre eux étant eux étant de ne jamais profiter de mes capacités afin de faire des choses immorales avec une femme... Il ne me restait plus donc qu'à attendre sa réponse, en espérant pour en finir avec cette affaire le plus rapidement et calmement possible...

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Dim 28 Sep - 16:06
Maintenant que le tisserand avait les croquis et tout son matériel, il allait pouvoir commencer ma robe. J'étais sûre qu'elle serait très réussie et qu'elle me durerait longtemps, mais j'avais comme l'impression d'oublier quelque chose. Il avait l'air très concentré sur sa tâche en déballant son matériel, cependant lorsqu'il sortit son mètre, ma sensation d'oubli se renforçait. Alors que je réfléchissais à ce que j'avais bien pu oublier quand Ao me donna la réponse.

- L-les me-mesures...

Comment j'avais pu oublier quelque chose d'aussi évident alors que j'ai l'habitude des vêtements sur-mesures ? Si je m'en étais souvenue avant, j'aurais d'abord été les faire prendre à l'avance et par une femme. Alors que là, avec ce stupide oubli, j'allais devoir... me mettre nue devant un inconnu !

Rapidement j'étais devenue aussi rouge que le jeune tisserand voire même plus. Comment j'avais pu être aussi bête et me mettre dans un tel pétrin toute seule ? C'était tellement stupide. Sans même m'en rendre compte j'effectuais quelques mouvements de recul alors que dans ma tête défilaient plusieurs scénarios plus ou moins crédibles. Cela allait de la possibilité qu'il soit un affreux pervers à celle que de petites créatures de la forêt en profite pour voler mes vêtements et le reste de mes affaires.

Même sans scénario rocambolesque, dévoiler mon corps a un homme que je connais à peine me paraissait complètement surréaliste. Intérieurement mon cerveau jouait aux montagnes russes alors qu'extérieurement je donnais l'impression d'avoir buggé comme un automate complètement détraqué. J'étais devenue rouge au point que de la fumée aurait pu s'échapper de mes oreilles si cela avait été physiquement possible. Dire que même Rei ne m'avait jamais vu ne serait-ce qu'en sous-vêtement... Puis ce type avait l'air encore plus bizarre avec son bandeau sur les yeux, a quoi il jouait ? Il voulait peut-être faire une sorte de cola maya pervers ? Ou alors pensait-il que je le laisserais faire sans rien dire parce qu'il se bandait les yeux ? Dans les deux cas il se trompait lourdement.

J'allais pour dire que finalement je me trouverais un autre tisserand qui serait plutôt une tisserande quand le jeune mage de Fairy Tail pris à nouveau la parole. Il avait l'air sincère, puis en y réfléchissant bien, s'il avait vraiment eu de mauvaises intentions il aurait accepté ma commande tout de suite. J'avais eu du mal à trouver un bon tisserand et maintenant que j'en avais un j'aurais préféré ne pas le trouver. La vraie question était de savoir ce qui serait le plus embêtant, perdre du temps à chercher une tisserand alors que je pourrais me rendre utile dans ma guilde ou être nue devant un honnête tisserand avec les yeux bandés ? Même présenté comme cela la question restait épineuse, cependant...


J'a-accepte. Mais je vous préviens, elle vous aura à l'œil.

Suite à cela, j'invoquais Andromeda avant de lui expliquer brièvement et non sans gêne la situation actuelle. Elle était la première surprise de mon choix, mais sachant que je ne le faisais pas de gaieté de cœur, elle ne posa pas de questions. Vous vous demandez sûrement aussi pourquoi j'ai accepté pas vrai ? C'est tout simplement parce que je ne pouvais pas me permettre de perdre du temps sans pouvoir combattre efficacement pendant que les membres de la guilde, dont mon frère, risquent leur vie chaque jour pour éradiquer les mages noirs. Renoncer à ma pudeur quelques minutes était vraiment un défi pour moi, mais ce n'était rien comparé à ceux qui sacrifiaient leur vie pour l'avancement de notre cause.

Avant de retirer mes vêtements, je demandais à Andromeda de déployer des Vector Shield autour de nous en se concentrant sur la taille plutôt que sur la résistance, de cette façon elle pouvait créer une sorte de petite tente autour de nous ce qui serait suffisant pour éviter qu toute autre personne ne puisse nous voir. Je comptais aussi sûr ellu au cas où le tisserand déciderait de profiter de la situation, mais pour cela je n'avais pas besoin de le préciser. Ensuite, grâce à ma notion en magie de rééquipement, j'ôtais rapidement mes vêtements en ne laissant sur moi que ma ceinture sur laquelle mon trousseau de clefs était attaché. Je la retirait-elle aussi, mais je la gardais en main de façon à pouvoir invoquer d'un autre esprit en cas de besoin tout en espérant que je n'aurais pas besoin de m'en servir.


Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Mar 4 Nov - 9:24
Voilà que je me retrouve encore dans l'une des pires situations qui soient pour un tisserand / couturier qui a un sérieux complexe avec les femmes se trouvant entre la timidité maladive à la simple Gynécophobie... Quoi ? C'est pas parce que je passe les trois-quarts de mon temps à taper sur des choses que je connais pas un / deux mots développés ! Bref, je disais donc : j'étais dans la merde... J'étais Ok pour faire la robe au final, mais j'ai l'impression de m'être fait avoir pour ce qui était de la pré-procédure. Je m'attendais à ce qu'elle soit suffisamment consciente pour savoir que si elle n'apportait pas ses mesures auprès d'un tisserand du sexe masculin, allait forcément se retrouver à devoir faire des mesures sur place. En plus, il était à moitié en train de la forcer à se déshabiller, il en revenait pas lui-même. Mais bon, sa fierté de toujours vouloir faire quelque chose de parfait en couture prenait le dessus, donc bon.

Soudain, alors que j'avais encore les yeux bandés, elle me dit enfin qu'elle acceptait l'offre. C'était pas que ça me faisait plaisir, mais au moins, ça faisait avancer les choses. Plus tôt, j'aurais commencé, plus vite, j'en aurais terminé et plus vite, je pourrais aller me détendre. Elle parla ensuite de quelqu'un qui allait me surveiller. Je ne comprenais pas de quoi il s'agissait, puisqu'en l'occurrence, il semblait pourtant n'y avoir personne. Retirant donc le bandeau de mes yeux, je vis une sorte de lumière de laquelle une jeune femme. Comment était-elle apparue ? Quand elle remarqua ma présence, elle me jeta un regard l'air de dire « tu fais quoi que ce soit et ça va mal finir ». Un simple oscillement de sourcil pour ma part en guise de réponse, puisque je ne comptais de toutes façons rien faire. Elle déploya soudain des sortes de flèches qui nous mirent à l'écart du monde. Plutôt pratique en effet contre les voyeurs éventuels. Étonnement, alors que je pensais que l'on ne pouvait plus avoir de lumière, j'en vis sortir de mon dos. Me retournant, je vis alors qui s'agissait de la cliente qui irradiait.

« Eeeeuh, ça ressemble à Natsumi quand elle... OH SHIT ! »

En un éclair, je remis mon bandeau sur les yeux tout en détournant du regard. Je pris une grande respiration pour essayer de calmer mon flux sanguin, après avoir sué pas mal. Je n'avais rien vu, du tout, vive mes réflexes. Après une longue inspiration, je me tournai en direction de la femme afin de gueuler un petit coup.


« - La prochaine fois, merci de prévenir avant de me faire passer pour un voyeur ! »


Bon, il était temps maintenant de préparer le matériel. Heureusement, j'étais capable de reconnaître au toucher mon mètre à mesurer, ce qui allait me faciliter la tâche. Il était temps d'annoncer la couleur.

« - Bon, on va commencer par le grand classique, la taille générale, de la plante des pieds à la tête. On enchainera ensuite avec la longueur des bras, puis des jambes, la largeur des épaules, le tour de taille, et… et… *Ahem* Le tour et bonnet de la poitrine… Compris ? »


Mon ton était descendu d'un cran, mais je savais très bien qu'elle m'avait compris, sans même la voir. Après avoir attendu son consentement, je commençais à faire les différentes mesures. La simple taille n'avait rien de difficile, il me suffisait juste de bloquer avec mon pied une partie du mètre au niveau du sien, et ensuite poser ma main (délicatement, évidemment) sur la tête du client afin de déterminer la hauteur. Une fois fait, je coinçais les debout du mètre concerné, je me retournai et retirai mon bandeau afin de voir les valeurs et faire mon calcul. Possédant une certaine mémoire des chiffres, je n'avais pas besoin de les noter, et remis ainsi mon bandeau afin de continuer.

Les membres, quant à eux, étaient plus délicats à faire. En effet, pour se faire, je devais bien faire en sorte de longer les membres pour bien prendre en compte les muscles de ces derniers. Après avoir retiré mes gants, je commençai donc à longer les membres avec mes mains pour les mesures (oui, vous pouvez dire caresser, mais évitez s'il vous plait...). Je devais bien prendre en compte s'il n'y avait pas un membre plus long que l'autre, comparé à ce que tout le monde croyait. J'étais imperturbable, j'avais fait ce geste plusieurs fois déjà, peu importait le client. J'exécutais à chaque fois, pour les quatre membres, les mêmes gestes que précédemment.

Commencèrent ensuite les tâches plus ardues. Rien que d'y pensait, je commençais à déglutir, tout en annonçant la couleur. Même si je ne la voyais pas, je m'étais positionné face à face avec la fille aux cheveux verts, avant de poser un genou à terre, et mes mains sur hanches. Je devais déterminer en passant mes mains au niveau de la zone où se trouvait la mesure exacte. Pendant la procédure, je sentais bien la couleur de mes joues changer, mais je restais tout de même concentré sur la tâche à accomplir. Une fois la bonne hauteur trouvée, je m'empressai d'attraper mon mètre, de l'enrouler autour de sa taille et de me retourner afin de voir ce que ça donnait. Rien que cet effort m'avait beaucoup essoufflé, j'espérais en avoir fini... Mais me rappelai soudain de la dernière étape.

« Bon… Le derniers et surtout des moindres… »

Après avoir respiré un bon coup et m'être rééquipé, je me retournais pour revenir au sujet qui me perturbait le plus, la poitrine. Dans un stress contrôlé le plus total, je posais mes mains sur les épaules de la jeune fille, avant de les descendre vers le torse afin de repérer la zone concernée. Rien qu'en touchant, je pouvais reconnaître la consistance de la fameuse zone. Rougissant de plus belle, je ne m'arrêtai pas cependant. J'avais fait en sorte de couper tous mes sens mis à part le toucher afin de ne pas être perturbé par une quelconque intervention extérieure. Ayant trouvé le point pour faire la mesure, je commençais à faire le tour avec mon mètre afin de terminer la longueur. Puis, en utilisant la dextérité de mes doigts, je descendis l'un des bouts du mètre afin de prendre en même temps le bonnet de la jeune fille. Une fois fini, je me retournai une dernière fois afin de retirer mon bandeau et apprendre les mesures.Je pouvais enfin souffler, je ne vous raconte pas comment c'était la panique là-haut. Sans me retourner, je m'adressais une dernière fois à la fille.


« - Maintenant que c'est fait, je vous demanderais d'attendre un peu le temps que je fasse une pause avant d'attaquer la robe. »


Je me dirigeais donc vers la sortie de la tente calmement, beaucoup plus que quand je faisais toutes ces mesures. Puis, je me dirigeai vers la direction de l'étang qui se trouvait en face de nous, afin de faire un plongeon dedans. J'avais vraiment, VRAIMENT, besoin de redescendre ma température corporelle. Je n'avais aucun moyen de l'affirmer, mais j'étais certain que de la vapeur sortait de mon corps pendant les 3 minutes où j'étais face dans l'eau (vives les poumons de dragon). Après cette "baignade rafraîchissante", je me rassis au bord et retirai ma veste ainsi que mes chaussures afin de garder que mon short, et m'allongeai dans l'herbe le temps de reprendre mon souffle, pour ainsi attaquer la partie importante, la couture.

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Mer 31 Déc - 17:35
Dans la pénombre feutrée de la tente magique, j'écoutais avec attention le récapitulatif du tisserand, cela me faisait vraiment tout drôle de me faire à nouveau confectionner des vêtements sur-mesure. Mais cette douce nostalgie n'était rien comparée à la gêne que je ressentais à ce moment-là. Je ne savais plus vraiment où me mettre avec le regard inquisiteur d'Andromeda qui se posait successivement sur moi et le mage de Fairy Tail. Ce regard, je ne le connaissais que trop bien, car j'y avais souvent eu le droit tout au long de mon adolescence lorsque je m'attirais des ennuis, bien qu'en comparaison, ma mésaventure du jour n'était pas si terrible, mais je vous raconterais cela une prochaine fois. Pour l'heure, je devais me contenter de rester calme et normalement, tout se passerait bien et rapidement.

Après quelques seconde d'exercice de respiration, j'indiquais au Tisserand qu'il pouvait commencer son travail. Si je voulais cette tenue, il fallait que j'interfère le moins possible dans la prise de mesure, c'est pourquoi je décidais d'essayer de méditer pendant ce temps-là. Contrairement aux séances faites durant l'entraînement, je n'avais la bonne posture, ni le calme prérequis pour ce genre d'exercice, mais je me disais que si jamais j'arrivais à atteindre un état de sérénité dans ces conditions, je ferais un progrès extraordinaire lors des séances « normale ». Évidemment, c'était beaucoup plus facile à dire qu'à faire surtout en sachant qu'un parfait inconnu se tenait juste à côté de moi et faisait parcourir un ruban et ses mains le long de mon dos. Un tressaillement s'empara de moi au contact de sa peau glacée, si bien que je me demandais l'espace d'un instant qu'il ne me faisait pas une mauvaise farce en me glissant un glaçon dans le dos, mais à bien y réfléchir, ce n'avait pas l'air d'être son genre.

Maintenant que je savais qu'il avait les mains froides, je parvenais à contrôler mes réactions, mais c'était toujours aussi embarrassant. J'avais beau me concentrer sur ma respiration et garder les yeux fermés, impossible t'atteindre un état propice à la méditation, je m'acharnais pourtant à essayer pour éviter de céder au réflexe le plus naturel d'une femme se retrouvant dans cette situation, à savoir gifler de toutes mes forces le Tisserand, qui n'avait pas l'air plus enchanté que moi de cette situation. C'était d'ailleurs étonnant de la part d'un homme qu'il ne soit pas tenté par de bas instincts de profiter de la situation. Pour moi, il n'y avait que les véritables gentlemen ayant reçu une bonne éducation qui soient capables de faire totalement abstraction de leurs hormones et comme ce n'avait pas l'air d'être le cas, j'en conclus naturellement qu'il ne s'intéressait pas aux femmes. Habituellement j'aurais laissé échapper un petit gloussement avec cette seule pensée, mais la situation ne s'y prêtant absolument pas, aucun son ne sortit de ma bouche.

Le temps que j'en tire cette déduction il avait pris les mesures de mes membres et mes joues s'enflammèrent de plus belle en pensant à la suite de la prise de mesure. Car pour les mesures suivantes, le Tisserand devait de placer à quelques centimètres seulement de ce que le corps d'une femme comptait de plus intime. Andromeda, qui se plaçait toujours dans le dos du mage, faisait une tête si effrayante qu'on aurait dit un démon, ses rubans ne cessaient d'onduler furieusement derrière elle et son regard était plus noir qu'une nuit sans lune. Il y avait fort à parier que si son regard avait pu lancer des éclairs, le pauvre se serait retrouvé foudroyé sur-le-champ. Pour ma part, je devais déployer des trésors de volonté et de self-control pour ne pas céder à l'envie de lui envoyer mon genou dans le menton. Si ses mains n'avaient pas été aussi froides, j'aurais peut-être réussi à imaginer qu'il s'agissait de quelqu'un d'autre, comme la gentille couturière de la famille et cela aurait été beaucoup plus simple pour moi. Seule la présence d'Andromeda et l'idée qu'il aime les hommes plutôt que les femmes me permettaient de tenir en place.

J'avais l'impression que des heures s'étaient écoulée depuis le moment où j'avais retiré mes vêtements, alors qu'en réalité, il était plutôt rapide dans sa tâche en prenant en compte le fait qu'il ait les yeux bandés. Il restait néanmoins une dernière mesure et pas des moindres, celle du tour de poitrine. J'inspirais et j'expirais profondément tout en levant les bras de façon à ce qu'ils soient parallèles au sol en me concentrant sur le fait que ce serait la toute dernière mesure. Malgré cela, je ne pus retenir un petit cri lorsque ses doigts gelés placèrent le ruban sur ma poitrine. J'étais d'autant plus gênée que la nature avait décidé d'être généreuse avec moi sur ce point-là sans que j'en aie eu la moindre envie. C'était même loin d'être pratique en combat ou dans certaines circonstances comme celles du jour au point même d'envier par moment les femmes ayant une poitrine un peu moins développée. En une petite minute seulement la mesure était prise et sachant qu'il avait fini, je me servis une nouvelle fois de ma notion de rééquipement dès qu'il eut retiré le mètre de ma poitrine pour enfiler que chose de chaud et ce n'est qu'à ce moment-là que je rouvris les yeux.

La pauvre Tisserand avait l'air tout aussi retourné que moi et il était tout naturel de le laisser faire une petite pause avant de commencer le plus gros de son travail. En partant toujours du fait qu'il préférait plutôt les garçons, je songeais que cela avait dû être plutôt dégoûtant pour lui de se prêter à ce genre d'exercice. Ma politesse héritée de la maison des Lutalis m'indiquait qu'il fallait que je présente des excuses au jeune artisan, mais mon bon sens me dit que ce n'était pas vraiment le bon moment pour cela. J'en profitais aussi pour me détendre un peu, car chacun de mes muscles étaient restés crispés pendant la prise de mesure. Andromeda aussi était contente que cela soit fini et son visage avait retrouvé son expression habituelle qui reflétait une profonde gentillesse teintée d'une touche de nostalgie lorsqu'elle me regardait. Je lui demandais alors s'il avait vraiment gardé son bandeau tout du long et s'il n'avait pas fait de palpations inutiles, elle me répondit qu'il n'avait pas une seule fois fait quelque chose de déplacé sinon il serait actuellement suspendu par le pied au bout d'un de ses rubans à une dizaine de mètres de hauteur. Sa franchise me fit rire un peu et confirma pour moi le fait qu'il n'était absolument pas attiré par les femmes.

Une fois la pause terminée, sachant que la couture demande pas mal de temps et de concentration, je demandais au Tisserand dans combien de jours je pourrais avoir ma tenue et après qu'il m'ait répondu je le saluais avant de partir, non pas en direction de la ville, mais un peu plus loin dans la forêt. Après autant d'émotion, j'avais besoin de me défouler un bon coup et cela faisait un petit moment que la méditation avait pris le pas sur mon entraînement physique ce qui ne plaisait pas du tout a mon maître d'arme velu. Une fois assez éloigné du Tisserand, je renvoyais Andromeda dans le monde des esprits avant d'invoquer Wulf et de commencer l'entraînement. Après avoir croisé le fer avec le loup pendant plusieurs heures, je fis un brin de toilette dans le court d'eau qui traversait la forêt avant d'aller me trouver une chambre dans un auberge bon marché.

Aoyuki Tatsuki
Admin / HiryuuAdmin / Hiryuu

avatar

Messages : 1148
Date d'inscription : 08/04/2012
Âge : 24
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Snow Dragon Slayer, 1st Gen
Magie / CS Secondaire : Holy Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.890
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Mar 3 Fév - 9:25
Cette journée semblait être beaucoup remplie en émotions que n'importe lequel des combats auxquels j'avais eu l'occasion de participer. À chaque fois, c'était toujours la même chose. J'étais incapable de surmonter ce complexe qui faisait que je trouvais les femmes tellement effrayantes que je n'osais pas les regarder dans leur plus simple habit... Quoi ? Vous me preniez pour un pervers qui profite de sa profession pour regarder le plus de filles à poil ? Non mais ça va pas ?! Je ne suis pas Shinotake ! Lui, c'était un type qui s'amusait à séduire les clientes, pas moi ! Vous ne pouvez pas imaginer le nombre de soirs pendant lesquels je n'ai pas réussi à dormir alors qu'il folâtrait avec une ancienne cliente... Il fallait que je me retire encore une fois ce genre de pensées de ma tête, me ravaudant un autre petit plongeon dans le lac.

Une dizaine de minutes plus tard, j'étais enfin prêt à m'atteler à la tâche que l'on m'avait confiée. La personne concernée décida de me laisser travailler en paix, le temps que la robe soit préparée. J'étais en train de noter les chiffres sur un papier avant de prendre le papier qu'elle avait laissé afin de pouvoir observer ses dessins. Je devais reconnaître qu'elle avait un bon coup de crayon, et qu'elle avait une idée claire de ce qu'elle voulait. Bon par contre, pour ce qui est des accessoires et ceintures, elle allait devoir trouver ça elle-même. J'en prenais compte cependant pour mettre de quoi les attacher autour de sa taille.

Une fois que j'avais eu l'idée de la forme en tête, il était temps de passer à la partie pratique. Selon les couleurs et les exigences, le type de tissus ne serait pas du tout le même. Pour la robe en elle-même, le plus apte sera d'utiliser un tissu beaucoup plus résistant, le genre aux propriétés élastiques pour éviter de se déchirer. Quant au short et Maillot en dessous, préconiser quelque chose qui tient plus au chaud... Sérieusement, cette robe en montrait beaucoup trop ! On n'est pas tous nés avec une résistance naturelle au froid, bordel ! Ils devront faire en sorte de la tenir à l'aise et au chaud. Sérieusement, qu'est-ce qu'on les femmes à s'habiller ainsi... Il n'y avait aucune fille pour laquelle j'aurais voulu-

What does Ao thought:
 

============

Le jeune homme se leva avant de se diriger vers les arbres de la forêt. À la suite de cela, il entama une séance de déracinement d'arbres en frappant frénétiquement ces derniers avec son crâne...

============

Après cette séance, durant laquelle j'ai pu redescendre ma pression sanguine, en en éjectant tout simplement d'une manière simple, je faisais rapidement un bandage sur mon crâne avant de commencer à coudre. J'avais réussi à chopper ce qui m'intéressait parmi ceux que j'avais en stock. Pas grand-chose d'intéressant à dire dessus, c'était une commande plutôt simple quoi. J'avais du entretemps repasser chez le marchand afin de récupérer de quoi avoir des fermetures, il était plutôt étonné de me voir en un tel état, mais il voyait bien que je n'étais pas d'humeur à tergiverser... Une fois de retour, la robe en elle-même fut finie en un peu plus de 2 heures. Il y avait pas mal de moments embrassant à passer, comme le fait de me rappeler de la sensation de sa poitrine pour voir comment coudre la zone, mais ça c'était fait. Le vêtement en dessous fut moins simple à faire, puisque j'avais choisi de les faire avec un autre tissu plus difficile à manier. Ils m'avaient pris quasiment autant de temps, et je pouvais m'en rendre compte puisque je venais à peine de finir le bas que je commençais à avoir la dalle. Après un soupir, je décidais donc de planquer tout ça dans un coin en me disant que personne ne penserait passer et me voler mes affaires avant d'aller me ravitailler en bouffe.

Il était temps de revenir, après avoir dévalisé le frigo de la taverne du coin, entièrement, sur les lieux afin de faire les dernières finitions. Il n'y avait pas grand-chose, mais comme à chacune de mes créations, j'avais mon côté perfectionniste qui ressortait, aplatissant ma maladie « féerique » me faisant oublier le sens du détail et du raffinement. Une petite demi-heure plus tard, j'avais enfin considéré mon travail fini. Rangeant tout auprès de moi, je me retrouvais avec le carton à ma droite, les vêtements de la concernée à ma gauche, alors que j'étais moi-même sur une couchette, ne portant que mon bandeau et mon short, afin de dormir tranquillement. Cette nuit semblait s'être passé à une vitesse, puisqu'à peine 10 minutes, pour moi, après m'être couché, je me réveillai en voyant la jeune femme devant moi.


« - Huum… La robe se trouve là, t’as qu’à laisser le fric à côté… Je remis mon bandeau sur les yeux pour dormir avant de lancer une dernière réplique. Oh, et évites de te barrer sans me passer le fric, tu risques de te retrouver avec un dragon au train… »

_________________



♪ Fall Out Boys - Centuries ♪

Thx Natsumi for the Kit
Celya Lutalis
Mage de Crime SorcièreMage de Crime Sorcière

avatar

Messages : 160
Date d'inscription : 17/04/2012
Âge : 25
Guilde : Crime Sorciere
Magie / Malédiction / CS : Constellationniste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.070
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   Dim 22 Fév - 15:03
Voilà une drôle de journée que je pouvais ajouter à mon éternel voyage aux quatre coins de Fiore. Tranquillement installée sur le vieux lit un peu poussiéreux de l'auberge la plus abordable de la ville, je contemplais le plafond décrépi en tentant de faire le point. Maintenant que je vais avoir l'équipement nécessaire pour être plus libre de mes mouvements en combat je comptais bien me donner à fond pour Crime Sorcière, mais est-ce « qu'elle » me laisserait faire ? Me souvenant des conseils donnés par le bon samaritain volant je décidais de donner rendez-vous à Rei en faisant appel à Sibylle. Si en parler a mes proches me permettraient de mieux « la » contrôler, je commencerais par lui, car je sais qu'il est assez fort pour ne pas courir de risque si « elle » venait à se réveiller à ce moment-là.

Sentant le sommeil peser sur mes paupières, j'enfilais rapidement un pyjama grâce à la magie de rééquipement avant de m'endormir profondément. Comme souvent, mes nuits étaient troublées par d'étranges rêves. Je me revoyais nue dans la forêt pendant que la Tisserand prenait les mesures, mais il y avait quelque chose de différent, il faisait beaucoup plus sombre et Andromeda n'était pas là. Au lieu de mesurer mes bras, ils me les attachaient dans le dos avant de commencer à me momifier avec son mètre qui n'en finissait plus. Puis, il se changea en une Andromeda maléfique qui m'étranglait de ses rubans avant que ces derniers ne se changeant à leur tour en poignard juste sous ma gorge. Je sentais que c'était "elle" qui tenait l'arme, mais je me réveillais en sursaut avant "qu'elle" ne s'en serve.

Assise sur le lit, je me souvenais que j'étais dans une auberge à Magnolia et qu'il ne s'était rien passé de ce que j'avais pu voir. J'essuyais fébrilement les quelques gouttes de sueur qui perlaient sur mon front avant de me lever. En regardant par la fenêtre, je constatais qu'il était encore tôt, le soleil commençait à peine à pointer ses rayons de lumière au-dessus des toits des nombreuses habitations de la ville. Depuis que j'ai commencé la méditation, elle ne se manifestait plus que durant mon sommeil, ce qui en soit était déjà un sacré progrès, mais à force de mal dormir je me sentais plus rapidement fatiguée dans la journée. C'est donc avec des grosses cernes sous les yeux que je quittais l'auberge pour me rendre dans la forêt qui bordait la ville.

Je retrouvais assez facilement la clairière de la veille, seulement a mon arrivée, le Tisserand dormait encore. En même temps cela n'avait rien d'étonnant vu que je m'étais levée à l'aube à cause de ces maudit cauchemars. Pendant qu'il ronflait, je regardais la tenue qu'il m'avait confectionnée, elle semblait parfaite, mais je n'osais pas y toucher pour le moment. Imaginez qu'il se réveille en me voyant la prendre, il risquerait de me prendre pour une voleuse ! Les minutes passaient et il dormait toujours, alors je retournais vers lui en me disant qu'il faudrait peut-être que je le réveille si je voulais avoir le temps de reprendre la route avant ce midi. Après quelques minutes d'hésitation, je décidais de le réveiller en lui secouant légèrement l'épaule, mais avant que je ne puisse le toucher il se réveilla d'un coup ce qui ne manqua pas de me faire sursauter.

Je ne savais pas s'il s'en était rendu compte ou non, mais en tout cas je lui étais reconnaissante de ne pas avoir relevé ce détail puisqu'il m'indiqua seulement que je pouvais prendre la robe et déposer l'argent à sa place. J'allais en profiter pour le remercier et m'excuser pour la gêne encourue à cause de mon oubli de la veille, mais sa dernière réplique étant assez vexante, je me contentais de le remercier sommairement et de partir avec la robe après avoir déposé une bourse contenant l'appoint à l'endroit indiqué. Je rangeais cette nouvelle tenue avec le reste de mes vêtements dans une dimension de rééquipement avant de quitter la ville.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]   

Tisser des liens... et une robe [PV Celya Lutalis]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Magnolia
-