Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]

AuteurMessage
Alphonse Kohl

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 21/05/2013
Âge : 23
Guilde : Minami no Okami
Magie / Malédiction / CS : Saki
Magie / CS Secondaire : Five Sense Increased

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.500
Statut: Mercenaire de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]   Mar 16 Juil - 21:35
    Un jour j’pris pour de bon ma décision. Sortant d’un bar, j’m’étais fait éclater la trogne par un vulgaire agent d’la maréchaussée, en soi, c’était pas plus mal qu’j’réplique pas, mais sur l’coup, j’l’avais même pas vu venir c’lui-là. L’alcool n’faisait plus d’moi l’même homme, j’me donnais autant d’mal qu’avant alors qu’c’était justement maintenant qu’j’devais tout faire pour atteindre mon apogée. Sans doute qu’à cause d’mon intégration chez les Minami no Okami j’ai eu tendance à m’reposer sur mes acquis, mais c’était une chose à n’absolument pas faire lorsqu’on veut rester au top. Ou tout simplement quand on veut rester en vie.

    Après tout, j’avais l’choix entre deux options, m’sevrer totalement, c’qui m’semblait fort peu probable, ou alors redorer l’blason d’ma fichue condition physique. En pleine ascension, je trouvais que le climat était de moins en moins accueillant. Si au pied du mont, il faisait relativement doux, plus j’m’approchais des pics, plus les degrés chutaient, mais mon intention était d’aller jusqu'aux prémisses des grands glaciers. Aucune intention de m’aventurer plus loin, là où l’air s’raréfiait pour de bon. Du moins, pas pour l’instant. Peut-être qu’dans les jours à venir j’risquais d’m’aventurer plus haut, mais il m’fallait un temps d’acclimatation tout d’même. Mes trois gourdes étaient bien pleines, mais j’avais toujours rien consommé, après tout, mon choix était fait hein, boisson et entrainement, là allait être mon rythme d’vie.

    J’étais pas une de ces tarlouzes de p’tits magiciens, j’pouvais pas me reposer sur des données théoriques ou mentales, mon corps était mon arme, ma puissance venait uniquement d’mon bras et pas d’un quelconque complément magique. Là où ils pouvaient s’planquer derrière leur pouvoir, quand leur corps n’en pouvait plus, moi, j’pouvais que me surmener et aller toujours plus haut, si j’tenais à ce que la communion entre mes épaules et ma tête s’poursuive.

    Ma main se glissant dans mon dos, j’pouvais pas m’empêcher d’caresser Héraclès, j’devais bien m’avouer qu’ce bouclier m’avait toujours sauvé la vie jusqu’à maintenant.  Nombreux étaient ceux qui s’étaient demandé où j’pouvais bien cacher mon arme, c’était assez rare effectivement une personne se battant essentiellement au bouclier. Mais après tout, qui pouvait donc bien savoir les capacités de mon bouclier ? Personne. Certes, j’me reposais quelque peu sur la magie, mais cela restait tout de même fort « banal » par rapport aux sorts des plus élaborés et variés que l’on pouvait créer par la magie.

    J’étais un Mercenaire, un foutu combattant ayant couru dans la piétaille de Mac Anu, j’m’étais jamais plains d’ça, c’était mon tripe, j’m’en serai jamais détourné pour c’t’Empire de vaincus s’plaquant derrière différents sorts. Les seuls qui pouvaient encore recevoir mon plus profond respect ainsi qu’me faire pétiller les yeux ce sont les mages utilisant la Kanso no Mahô. Les voir avec leur attirail de guerrier tout en inter changeant leurs équipements selon leur stock avait quelque chose d’assez impressionnant, mais la base de leur style de combat restait tout de même leur propre capacité de combattants. Ils étaient que améliorés par leur magie, contrairement à d’autres qui dépendaient uniquement de leur magie pour parvenir à combattre.

    J’trépignais presque d’impatience à l’idée d’me mesurer un jour à l’un de ces mages. J’étais comme une pucelle d’vant son premier amant à chaque fois qu’j’en croisais un, mais j’avais jamais d’vraiment bonnes raisons d’lui fracasser l’coin d’la caboche ou alors j’étais tout simplement en mission et j’pouvais qu’éviter d’faire des entrechats avec l’un d’eux. Mais un jour, j’le savais qu’j’en combattrai un, tout comme j’combattrai un d’ces Dragon Slayer, mon seul but étant d’me mesurer face à la puissance pur d’un d’ces chasseurs de dragons.

    En tout cas, c’était vraiment d’beaux objectifs dans l’genre, mais physiquement pour ma part, j’étais encore loin du compte pour me mesurer à des mages de cette trempe. J’étais arrivé là où j’voulais, mes poumons se remplissaient difficilement d’air, le froid n’était pas mordant mais pouvait rapidement le devenir. Mes bottes crissaient sur un début de poudreuse. J’étais enfin arrivé sur l’plateau que j’visais, d’ici, on avait une vue imprenable sur la plaine en contrebas et j’avais tout d’même énormément d’espace pour me mouvoir ainsi qu’une pente fort abrupte derrière pour poursuivre la montée.

    J’pris l’temps d’m’asseoir en tailleur, me débarrassant au passage d’ma longue veste, j’me trouvais avec mon torse immense et puissant comme prise au vent en pleine montagne. On m’avait toujours dit qu’il fallait qu’j’me renforce, ce qu’mon père a entrepris à commencer et une dure tâche que j’ai poursuivi à la caserne et ensuite par moi-même. Au final, j’étais tout d’même devenu une belle pièce : plus de deux mètres de haut et dépassant la centaine de kilogrammes, on pouvait pas vraiment dire que j’étais du genre chétif. J’étais fort rondouillard à mon plus jeune âge, mais à présent, ma vie faisait qu’j’brûlais pas mal de graisse, bien que j’gardais tout d’même un certain petit capitonnage juste histoire qu’on m’tape pas direct sur un os.

    Gainant bien mon dos, j’allais accomplir un exercice qui m’arrivait fort rarement de faire : du Zen. Une quête intérieure, chose apprise par mon paternel lorsque j’voulais vraiment savoir d’où venait ma puissance, pour chercher ce qui me pousse réellement à avancer. Fermant les yeux, respirant de manière lente et constante, je tâchais de m’enfoncer au plus profond de moi-même, mes sens étaient dans un état d’éveil total. Le calme était omniprésent, la montagne était réellement apaisante.

    Je faisais une chute en mon fort, et j’avais réellement l’impression de sombrer au cœur même de la Folie. Le centre de mon être était fou, je ne ressentais qu’un besoin de sang, une envie de repousser ses limites d’être humain et d’aller jusqu’aux portes de la mort, que celui qui les franchisse soit un adversaire ou moi-même. Je voulais danser avec la mort, entrer dans le ballet de la Faucheuse et en être sa représentation. Je souhaitais être ce combattant, capable de repousser de son bouclier La Faux et bien que les frôlant, ne jamais franchir ces portes démoniaques.

    Je ressentais une grande instabilité, pourtant brouillée, comme si elle était engluée dans quelque chose étant capable de restreindre ce point fort inquiétant. Pourtant j’voyais comme grandir l’obscurité derrière cette barrière de sécurité, tâchant de m’y enfoncer, je saisissais la réelle teneur de cette barrière : l’alcool. Tâchant de m’y enfoncer plus, je me sentis comme tirer en arrière …

    Rouvrant les yeux, redressant ma tête, un bruit m’avait alerté, je ne me levais pas pour la cause, mes paumes toujours posées sur mes genoux, je ne pipais mots, ne bougeant plus d’un pouce. J’attendais de voir si la présence était une menace ou non, et peut-être que simplement elle passerait son chemin, sans me porter la moindre attention.

    Même si au fond de moi, une chaleur montait de mes entrailles, comme si je n’attendais qu’une chose : que la présence soit maléfique, que je puisse libérer mon âme de ses flots alcoolisés
Lilith Silkara

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 02/07/2013
Âge : 22
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Web Magic
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.000
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]   Jeu 18 Juil - 23:45




- Achoo !

Saleté de froid ! Il m'avait fait éternuer de la sorte pendant trois heures. Trois heures durant lesquelles j'avais parcouru et exploré une petite partie du Mont Hakobé. Ce laps de temps m'avait amplement suffi à tomber malade et à détester du plus profond de mon être cet endroit. Pourquoi ressentais-je un fort mépris vis-à-vis de ce lieu ? Tout simplement par rapport à la neige. S'il y a un élément naturel que je déteste, c'est bien celui-là. Ma hantise de celle-ci est même supérieure à celle envers le feu, que je n'apprécie guère non plus. Le pire étant que le froid parvenait même à passer outre mon manteau en fourrure de Mammouth Roukmout, fourrure pourtant connue pour son épaisseur et sa résistance. Moi qui était si fière de l'avoir « récupérée » chez une de mes cibles après l'avoir « légalement » éliminée... je ne pouvais qu'être déçue.

En avance par rapport à ma prochaine « tâche », je préférai mettre à profit mon temps pour visiter un peu les endroits que je n'avais pas encore visiter. Même si je voyage pas mal par rapport à ma guilde et ses missions particulières, il reste des endroits m'étant inconnus, cette montagne enneigée en faisant partie. Bon, au moins, je savais que cet endroit ne serait pas un bon choix pour des vacances. Que ce soit par rapport au froid ou même aux bêtes dont j'avais entendu des choses pas vraiment rassurantes, il n'y faisait vraiment pas bon vivre. En fait, je ne voyais pas vraiment pour quelle raison les gens se rendaient ici. Mis à part les plantes situées plus haut qui auraient des propriétés spéciales selon certaines personnes, rien d'autre ne me semblait véritablement attractif. J'avais lu un livre concernant cet endroit avant d'y mettre les pieds, d'où mes légères connaissances sur la faune et la flore présentes.

N'y voyant donc plus une raison de rester, je décidai de repartir pour Oak Town. Cependant, il y avait un « léger » problème... Pour faire simple, j'ai un sens de l'observation aussi aiguisé qu'une épée en bois. Du coup, en plein milieu de toute cette neige, je ne parvenais pas vraiment à m'en sortir. Fallait-il que j'aille à droite ? Ou à gauche ? Tout se ressemblait ! Peut-être m'étais-je aventurée trop loin ? De toute manière, je devais bien avancer, chose que j'exécutai immédiatement. Je ne savais pas vers où je me dirigeais, mais cela n'avait que peu d'importance. Si jamais c'était une destination inconnue, je n'allais faire que de plus amples découvertes sur ce monde. Mais, si c'était un lieu que je connaissais, alors j'allais pouvoir me rediriger vers Oak Town. Dans tous les cas, cela n'allait pas aller à l'encontre de mes intentions. Enfin, c'était ce que j'avais en tête avant d'apercevoir une forme distincte au loin.

De prime abord, elle me semblait assez petite. Je m'avançai donc pour en savoir plus. Au fur et à mesure que je m'approchais, une silhouette se dessinait sous mes yeux. Au début, je crus que c'était un enfant, mais il n'en était rien. Ce que j'observais était un homme, dos à moi, assis dans la neige. Ce simple fait me sembla bien étrange. Et encore, ce n'était rien par rapport aux découvertes qui suivirent. Je pensais me tromper, mais non, il n'était vêtu de rien. Du moins, au niveau supérieur de son corps. J'aperçus ensuite un habit à côté de lui, sûrement ce qui aurait dû le couvrir en temps normal. Je n'en voyais pas davantage, mais j'espérais pour lui qu'il ne s'était bien débarrassé que de sa veste, surtout dans cette position... ! D'ailleurs, en parlant de celle-ci, je me demandais bien ce qu'il faisait ainsi. Par le biais d'un léger coup d’œil, il me paraissait simplement légèrement siphonné. Peut-être était-il plus intelligent de rester à l'écart ? De toute manière, il n'était pas dans mon intérêt d'aller à sa rencontre, aussi commençai-je à partir dans l'autre direction.

Pourtant, une envie des plus inhabituelles me parvint. J'étais curieuse. Qu'est-ce qui avait bien pu le pousser à s'asseoir en plein milieu de ce « champ » blanc, froid autant par le calme qu'il y règne que par la sensation ressentie au toucher. Il devait véritablement être déterminé pour agir de la sorte. Toutefois, je n'en savais pas plus, et cela était bien le problème. Je suis le genre de personnes qui aime bien en savoir un maximum. L'homme en lui-même ne m'intéressait pas, comme tous les autres. Par contre, sa façon de penser et ses raisons personnelles m'intriguaient. Du coup, je fis marche arrière pour en savoir davantage. Après quelques minutes de marche, je m'arrêtai à quatre ou cinq mètres derrière lui. La montagne était tellement silencieuse en cette journée qu'il avait sûrement entendu mes bruits de pas dans la neige.


- Euh... excusez-moi... Monsieur ?

Pourquoi l'abordai-je de la sorte ? Un rôle. Mon choix se porta sur celui de la jeune demoiselle en recherche d'un proche, et donc vulnérable d'une certaine façon. Les hommes ne peuvent s'empêcher d'aider une femme faible, cela leur permet de se sentir en puissance. Personnellement, c'est loin d'être mon « personnage » préféré. C'est une personne si... pathétique. Malgré tout, elle me semblait être appropriée dans cette situation. En attendant, je grelottais naturellement face à la température des plus basses. Je serrai donc ma veste afin de conserver davantage de chaleur. Dans le même temps, je continuai ma comédie :

- Je cherche mon frère... il est parti il y a trois jours pour récolter quelques plantes, mais il n'est jamais revenu... l'auriez-vous vu ?

A ce moment-là, j'espérais simplement qu'il allait réagir à ma « demande » indirecte d'aide. Enfin, pas réellement. Je cherchais surtout un moyen d'entamer la conversation. Après tout, ma question n'était pas précise. Il avait très bien pu voir quelqu'un sans savoir que je parlais de cette personne exactement. Bref, je voulais seulement qu'il me parle. La seule chose pouvant empêcher ceci de se produire serait une ignorance pure et dure de sa part. Était-ce le scénario qui se présenterait ?


Dernière édition par Lilith Silkara le Mer 24 Juil - 10:42, édité 1 fois
Alphonse Kohl

avatar

Messages : 35
Date d'inscription : 21/05/2013
Âge : 23
Guilde : Minami no Okami
Magie / Malédiction / CS : Saki
Magie / CS Secondaire : Five Sense Increased

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.500
Statut: Mercenaire de Rang B
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]   Sam 20 Juil - 14:56
    Les pas se rapprochaient, le crissement de la neige plutôt faible m’indiquait qu’il s’agissait d’une personne d’une corpulence assez faible. Un enfant ou une femme pouvait certainement correspondre. Gonflant d’air mes narines, je ne pouvais que déceler un parfum féminin allant en la faveur de la théorie comme de quoi il s’agissait d’une représentante du sexe féminin. Chose qui fut confirmée dès les premiers mots qu’elle prononça.

    J’étais assez désagréablement surpris d’voir quelqu’un débarqué ici, il y avait tout d’même fort peu d’probabilités qu’quelqu’un vienne me casser les castagnettes sur le Mont Hakobe, mais c’était chose faite. De plus, j’n’plus qu’dissimuler très difficilement le tressautement d’mes épaules en l’écoutant m’donner du « Monsieur ». Moi qui étais habitué à m’faire hurler d’ssus, qu’ce soit par mon paternel assez dur d’oreille ou par mes divers supérieurs à l’armée, mes appellations variaient d’engeance démoniaque à soudard inutile. Mais on n’m’avait encore jamais appelé Monsieur. Enfin, d’tout évidence il y a une première fois à tout, et il aura fallu qu’j’attende 33 années pour avoir droit à celle-ci.

    J’tentais d’reprendre mon sérieux, que j’repris rapidement à sa deuxième déclaration. Ainsi donc cette femme était en quête de son frère disparu depuis 3 jours ? En mon sein, j’pouvais comprendre, mais si cela ne faisait qu’trois jours, il n’y avait tout d’même pas de quoi vraiment s’inquiéter à mon sens. Combien de temps fallait-il pour effectuer la traversée complète du Mont Hakobe ? Pour en visiter ses recoins ? Je n’en savais guère rien, mais il fallait clairement plus d’une ou deux journées.

    Me relevant, j’me tournais immédiatement vers mon interlocutrice tout en allant rechercher ma veste. Mes yeux se posèrent sur elle, et là, je me figeais. Là où j’m’attendais à une jeune fille, j’étais clairement tombé sur une femme ma puînée de seulement quelques années. Elle était clairement magnifique, mon regard s’attarda longuement sur ses yeux d’une couleur des plus atypique dont le maquillage était assorti. Descendant, j’pouvais voir l’étrange tatouage sur son torse, je n’le connaissais pas, j’savais pas d’quelle guilde cela pouvait venir, ni même si cela venait d’une quelconque guilde d’ailleurs. Ma main se porta presque immédiatement à mes côtes où trônait mon propre tatouage en forme de tête de loup.

    Mon regard coulant encore, j’pouvais qu’constater que cette femme était des plus magnifiques … Ce qui était loin de me mettre à mon aise. J’ai jamais été vraiment doué avec les gonzesses de base, mais encore moins quand elles sont belles. Jamais connu ma mère et celles avec qui j’étais intimes, j’y perdais souvent des Jewels pour les rémunérer ! Mais j’pouvais m’permettre d’avoir l’air d’un puceau pré-pubère n’sachant comment se comporter en voyant un début d’poitrine. Me redressant, j’commençais à rouler des mécaniques, j’devais avoir l’air débile, j’le savais, mais c’était ma seule parade à ma gêne grandissante à la vue d’une femme.

    Qu’importe, elle voulait qu’j’l’aide, et bien j’allais me faire justicier. Justicier idiot, c’était un fait, mais justicier tout d’même. Ridicule. J’me demandais si un jour j’serais soigné d’cette gêne, j’étais pas l’genre d’mec vraiment sentimental, j’avais autant d’capacité émotionnelle qu’une p’tite cuillère. J’m’en vantais pas spécialement, mais ça faisait d’moi une personne n’ayant aucun scrupule à accomplir tout type de missions. Qu’est-ce qu’ça m’faisait d’mettre sur la paille un village entier ? D’voler les biens les plus importants d’une communauté ? D’saccager la vie de femmes et enfants ? J’en avais tout simplement rien à caller. L’émotionnel n’faisait pas partie de mon être.

    Alors pourquoi autant de gêne ? J’aurai dû plus m’préoccuper de ma séance de Zen et remballer cette femme brutalement. J’craquais encore complètement sur son corps, j’devais m’l’avouer. Mon regard refit un tour du propriétaire encore une fois, j’n’avais toujours pipé mot, c’qui devait sembler à présent assez bizarre.

    Voyant qu’elle grelottait, j’eus tout d’même la présence d’esprit d’lui balancer ma grosse veste, restant ainsi torse nu. Certes, le froid était plutôt piquant, mais bon, galanterie oblige, je me ferais à cette idée.

    « Ton frère hein ? »

    Ma voix était assez crispée, j’étais pas à l’aise, ça se voyait, mais finalement, un sourire plutôt goguenard s’figea sur mon visage. Si elle jouait un rôle, j’prenais à mon tour l’mien, tout cela allait donner une pièce de théâtre où chacun ignorait qu’l’autre était en plein show. J’m’en approchais, contractant mes muscles, j’me pavanais comme un véritable paon, c’qui devait sembler assez impressionnant en soi vu ma très haute taille ainsi que ma largeur. On pouvait facilement penser qu’si l’soleil s’trouvait derrière moi, il disparaissait tout simplement de la vue de mon interlocutrice.

    « J’fais partie d’une guilde t’sais … Tout travail mérite récompense »

    Lui lançant un clin d’œil lourd de sous-entendus, j’prenais l’une de mes gourdes à ma ceinture pour en boire une large lampée, on pouvait déjà sentir la vieille gnôle d’une qualité assez douteuse embaumer fortement l’air. Presqu’immédiatement, mon haleine s’en trouva lourdement imprégné. Alors que j’m’approchais toujours plus, j’me penchais avec attention, plaçant mon visage à quelques centimètres du sien mais l’obligeant tout d’même à lever la tête vers moi. J’voulais m’sentir dominateur envers elle, qu’elle se trouve être en position d’faiblesse directement.

    « De quelle nature serait donc cette récompense ? »

    Lançant un regard sur le corps plutôt assez appétissant d’la jeune femme sans même m’en cacher, mes intentions étaient plutôt claires sur le moment. Mais quelles seraient donc les siennes ?


Lilith Silkara

avatar

Messages : 30
Date d'inscription : 02/07/2013
Âge : 22
Guilde : Hungry Wolves
Magie / Malédiction / CS : Web Magic
Magie / CS Secondaire : Trace

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.000
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]   Mer 24 Juil - 0:59




C'était parfait. Tout se déroulait comme je l'espérais. Il n'avait pu ignorer le son de ma voix. En même temps, vu le silence qui régnait en maître dans cette montagne, personne mis part un sourd ne m'aurait pas entendu. Au début, il ne semblait pas réellement réceptif, mais il se leva suite à ma question. Lorsqu'il le fit, ce ne fut tant pas sa taille qui me surpris, mais plutôt le fait qu'il portait bien un pantalon qui me soulagea. C'était idiot, mais ma première pensée fut effectivement celle-là. Mais, après quelques secondes, je prêtai davantage attention à son corps. J'avais bien eu raison de le confondre pour un enfant debout lorsque je ne faisais que l'apercevoir au loin. Ce gars était juste énorme. Enfin, par rapport à moi. Je ne suis pas tellement douée à mesurer à vue d’œil, mais il atteignait clairement les deux mètres, au minimum. Quant à sa corpulence, que dire sinon qu'il était plutôt bien « équipé » ? Une carrure athlétique, des muscles saillants, il m'impressionnait déjà alors qu'il ne me faisait même pas encore face. Puis, là vint le drame.

Il se retourna, et disons simplement qu'il était plus agréable à voir de dos. Non pas qu'il était laid, loin de moi cette idée. J'ai beau voir le pire en chaque homme, je ne nie pas que leur corps est esthétiquement charmant lorsqu'il est bien entretenu. En fait, son visage fut ce qui me perturba.
Il me paraissait avoir vécu certaines choses. Je ne savais pas quoi, mais il s'avérait clairement ne pas être né avec une cuillère d'argent dans la bouche. Tout ce qu'il a obtenu dans sa vie, il l'a probablement eu de lui même. Bien que toutes ces pensées n'étaient que suppositions, l'idée me plaisait assez. Son visage correspondait bien à cette image, d'où le problème. Les durs à cuire prennent rarement soin de l'apparence de leur faciès, du moment que leur corps est bien entretenu. Et malheureusement, il n'incarnait pas l'exception à la règle. C'était dommage, gâcher tant de potentiel...

Ayant terminé ma petite analyse générale du « personnage », je prêtai désormais attention à ce qu'il pouvait bien me dire. Là était le problème, il ne parlait pas. Il se contentait de me reluquer de haut en bas. Je vis qu'il fixa quelques instants mon tatouage. Décidément, j'avais bien fait de le garder. Il me permettait à coup sûr de passer pour quelqu'un d'autre. Puis, une fois sa petite inspection personnelle achevée, j'attendis une réponse. Mais, visiblement, il était reparti pour un tour. Toujours à me dévorer des yeux. Conclusion : ce mec était un pervers. Il fallait croire que je m'étais trompée à son sujet. Étrangement, je fus quelque peu déçue. Moi qui, pour une fois, pensais être tombé à la rencontre d'un homme qui ne serait pas sot. Je lui aurais bien mis deux baffes de correction, mais cela aurait « légèrement » nuit à mon rôle de femme éplorée. Je me contentai donc de sourire niaisement.

Je supposai qu'il m'avait vu grelotter lorsqu'il me jeta sa veste à la figure. Charmant. Bon, cela était sympa de me « prêter » celle-ci. Mais, dans son cas, il aurait peut-être mieux fait de la garder. Pourquoi ? Je n'en avais pas la preuve concrète, mais vu l'odeur répugnante qui émanait de son habit, je pouvais aisément assurer que c'était un bon alcoolique. Quelle horreur... Habituellement, je me serais contentée de la prendre du bout des doigts et de la mettre à la poubelle. Néanmoins, il n'y en avait pas ici, et cela aurait été en contradiction avec ma comédie. Ainsi, toujours avec le plus innocent et faux des sourires, je mis sa veste par-dessus celle que je portais déjà. Cela était un argument suffisant pour brûler la mienne une fois rentrée.

Finalement, il me répondit positivement tout en s'avançant dangereusement près de moi. Mais, qu'entendait-il par la « nature » de la récompense... ? Oh, non... J'avais tellement eu d'espoir placé en lui avant qu'il n'ouvre la bouche que j'en étais presque devenue naïve. Il ne pouvait pas sérieusement me proposer des faveurs charnelles en échange de son aide ?! Ma foi, j'étais tombé sur un animal en chaleur. Qui plus est, il disposait d'une haleine des plus repoussantes. Je ne m'étais pas trompée auparavant. Cependant, le doute planait. Était-ce un jeu qu'il jouait là ? Voulait-il me montrer d'une façon ou d'une autre qu'il m'avait démasquer ? Non, il me semblait bien honnête quant à ses déclarations. Il n'était pas différent des « autres ». Dès lors, ma curiosité par rapport à ce qu'il effectuait assis dans la neige fut immédiatement remplacée par un désir de lui mettre une sacrée raclée dont il se souviendrait. En ce sens, ses pensées hideuses allaient m'être profitables. Le jeu pouvait commencer...


- Vous appartenez à une guilde ? Quelle chance ! Déclarai-je d'un air soulagé, tout en reculant de quelques pas. Seulement... ma famille est pauvre, nous ne disposons pas de nombreux jewels, affirmai-je comme si je n'avais pas compris son sous-entendu. Je comprendrai qu'un homme tel que vous soit trop occupé pour m'aider...

Il fallait bien mettre le bonhomme en confiance, le rendre fier. Le plus délicat était à venir. Comment passer de la femme désespérée à la séductrice invétérée ? Tout cela allait devoir être joué finement. Fixer d'un regard aguicheur, fait. Mettre en avant sa poitrine, fait depuis longtemps. Ah ! Une idée me traversa l'esprit. Avec ça, ne pas tomber sous mon charme allait lui être impossible. Je m'avançai vers lui en exprimant un unique « Je... » et fis exprès de trébucher pour tomber exactement sur lui. Avec la quantité de neige, ce n'était pas improbable que cela arrive à d'autres personnes. Quant à la chute, je savais très bien qu'étant donné nos différences de corpulences, je n'allais pas l'entraîner par terre. Au contraire, son corps massif allait me retenir, me permettant de jouer sur le côté tactile avec lui.

Je me retrouvai donc « collée » contre son buste, qui était par ailleurs bien chaud en comparaison avec la température ambiante. A vrai dire, sur un laps de quelques secondes, cette situation me plus. Mais, bien rapidement, je me détestai pour avoir eu cette pensée ignoble. Le froid me faisait vraiment perdre la tête. Suite à cela, je pris appui sur son torse pour me dégager avec élégance et grâce. Pour terminer mon coup de maître, j'enlevai mes mains de son imposant poitrail tout en exécutant une dernière caresse des plus sensuelles. Voilà, si avec ça il n'acceptait pas de m'aider ! Pour clôturer en beauté cet « incident », j'exprimai à mon tour un sous-entendu qu'il comprendrait sans doute dû à sa perversité, mais qui paraîtrait seulement comme de l'innocence pour mon rôle :


- Ex... excusez-moi ! Bafouai-je d'un air faussement affolé tout en me penchant en signe de respect, opportunité en or qu'il n'allait sûrement pas louper pour avoir une superbe vue sur ma poitrine. Ce que je voulais dire auparavant... je vous assure que je trouverai une récompense à la hauteur de vos espérances si vous m'aidez !

« A la hauteur de vos espérances »... Les siennes devaient être bien obscènes, ce qui assurait justement la réussite de cette tournure de phrase. Néanmoins, je ne devais pas lui laisser le temps de douter. De ce fait, je repris rapidement la parole :

- Néanmoins, si vous ne me croyez pas, je vous laisserai tranquille. Dans le cas contraire, je me permets de passer devant.


Sur ce, je le dépassai sur sa droite en le frôlant histoire de lui faire sentir une « dernière » fois mon parfum. Cela était bien amusant comme situation étant donné mon assurance quant au fait qu'il ne me laisserait pas partir seule. Enfin, il fallait bien jouer le mélodrame jusqu'au bout. De plus, ce genre d'ultimatum allait l'obliger à prendre une décision rapidement, et donc à ne pas prendre en compte le pour et le contre. Je continuai donc ma marche théâtrale, tout en sachant pertinemment que la compagnie ne se ferait pas attendre. Enfin, se pouvait-il qu'il me surprenne davantage ? Rien n'était moins sûr...
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: "Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]   

"Que se cache-t-il en mon fort ?"[PV Lilith]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Mont Hakobe
-