Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 L'oeil sur eux (Sasaki)

AuteurMessage
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: L'oeil sur eux (Sasaki)   Jeu 20 Juin - 4:21
Sasaki


L'oeil sur eux

Le soleil resplendissait parmi la mer bleue que présentait le ciel. Aucun nuage à l'horizon, à peine une petite brise s'introduisait dans ma chevelure aussi rougeoyante que mes prunelles... c'était une superbe journée. Les rayons de l'astre solaire réchauffaient les portions de ma peau qu'il était possible d'entrevoir sous ma cape. La chaleur m'avait permis de mettre mes shorts noirs ainsi qu'une simple camisole blanche, teintée de rouge et de rose. Sur l'herbe fraîche, j'avançais avec mes habituelles bottes en cuir et mes collants zébrés. Je ne m'attardais que très peu sur le sublime paysage qui m'entourait, car une réunion importante contrôlait toutes mes pensées. Cela avait été l'une des premières rencontres entre les membres d'Oracion Seis depuis la mort du précédent maître, Akira Kain. Le successeur à ce poste s'était révélé être Kite Reyes, un jeune homme tout aussi sombre si ce n'était plus ; il avait l'épiderme d'un noir inquiétant, des yeux rouges sévères et une puissance magique phénoménale. La raison principale pour laquelle Rei, Alowin et moi nous étions réuni ce jour-là se trouvait être l'un des petits moutons solitaires qu'il avait recueilli au sein de la guilde, bête nommée Griffith Lightfield. Je devais avouer que ce Kite ne manquait pas de cran pour nous imposer l'intégration de ce nouveau général ! Néanmoins, ce prétendu Dragon Slayer avait attisé ma curiosité et j'avais été satisfaite de ses compétences lorsque j'avais vu le personnage en action. C'était un pauvre type, naïf et docile, mais il avait des valeurs si pures que cela en donnait des frissons.

Il y avait à peine quelques jours que j'avais quitté Oak Town, ville très chaleureuse pour autant qu'on ne cherche pas les ennuis. Je n'avais pas cherché, mais j'avais trouvé. En me rendant dans un bar pour me détendre après une dure journée de labeur, j'avais rencontré deux personnes plutôt intéressantes : Elena Frost et Makkura Shunsui, mage noire de Tartaros et mage officiel de Lamie Scale. Leurs personnalités s'étaient révélées très attrayantes, menant à des réactions exagérées qui provoquaient de drôles de situations. C'était leur faute si j'avais été obligée d'écourter mon séjour dans cette ville, où la guilde Hungry Wolves « sévissait ». Au coeur d'une bataille entre véritables saoulons, j'avais remarqué que mon style de combat laissait à désirer. Comparativement à ces deux mages, je ne possédais aucun attrait physique me permettant de mettre en pièces des hommes de bidonvilles. Même s'ils n'en ont pas l'air, ils sont forts à travailler mécaniquement jour après jour. Ma condition physique et ma tactique offensive s'étaient révélés pitoyables. Et si ces constatations ne m'avaient que très peu ouvert les yeux, maintenant ceux-ci étaient bien ouverts grâce au face-à-face que j'avais fait avec un véritable dragon. Cette rencontre m'avait complètement prise au dépourvu. J'avais conclu une seule chose de mon échec, chose dont j'avais conscience depuis longtemps : je manquais d'entraînement. Pour régler ce problème, quoi de mieux que de s'entraîner ? Et c'est ce que je fis.

Au milieu des larges plaines, entourées d'arbres et de végétation, sous le soleil chaleureux de cette belle journée... je m'entraînai donc. Je ne saurais dire quelle stupide idée ai-je eu en désirant suer à grosses gouttes pour tenter de modeler un amas de rocs où il n'y en avait pas. La roche, si elle était présente en ce lieu, se trouvait dix pieds sous terre et il m'était impossible pour le moment d'y accéder avec le peu de maîtrise que j'avais. Dans un élan de folie donc, j'avais déposé mes bagages sur le sol et ma précieuse flûte de pan était sortie du sac qui devait la transporter. Je n'avais conscience de rien. Sur le moment, je ne désirais qu'une chose, c'est-à-dire faire apparaître un golem de pierre. L'idée m'était venue spontanément et j'avais même été jusqu'à accrocher ma cape magique sur la branche d'un arbrisseau. Oubliant l'espace et le temps, oubliant les difficultés de cette technique, oubliant le soleil chauffant durement mon corps, oubliant les bruits et la fichtre créature qui s'était suffisamment égarée pour s'aventurer jusqu'à moi. Je n'avais rien vu venir, seulement une espèce de feulement suite au cri de rage que j'avais poussé ; et puis un coup d'oeil à mes bagages et au derrière tout en blanc qui s'enfuyait au loin, et je savais qu'on m'avait volé mon trésor. Car oui, cette flûte était mon trésor et il était hors de question qu'une petite bête sans doute aussi idiote qu'un moucon ne le bouffe sous mon nez, pas si je pouvais l'en empêcher. Ne prenant nullement le temps de rassembler mes bagages ni de reprendre ma cape, je me lançai à la poursuite dudit voleur. Dois-je préciser que je n'avais jamais couru si vite de toute ma vie ? Même si je revenais d'un pénible échec de maîtrise de ma seconde magie, que mon coeur était sur le point de lâcher et que mon visage devenait plus écrevisse chaque seconde où je hurlais sur ce sale petit voleur... je n'avais pas l'intention d'abandonner. Cette fois, je gagnerais cette course.



Dernière édition par Melodia Shūhebi le Mar 2 Sep - 0:38, édité 4 fois
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Sam 4 Jan - 18:52
Conseil : se référer à la dernière page de mon carnet pour savoir qui est qui ^^

Alors que la Dame Dragon était rentrée au bercail, une mauvaise nouvelle parvint aux oreilles de la forteresse tout entière, le master avait été fait prisonnier. Ainsi donc il avait fait partie d'une grotesque coalition pour sauver les divers Dragon Slayer de l'emprise des régalias. Elle l'affabula en sourdine de royal sot. Baram avait fait là une sombre erreur et en payait le prix fort. Ce qu'il en était pour Grimoire Heart et Oracion Seis ne lui importa nullement. A son sens, d'aucun de ces acteurs n'auraient dû prendre part à l'entière bataille. Baram aurait dû biser l'alliance en premier et massacrer ces misérables du Conseil. Et au lieu de laisser les pourfendeurs de Dragons régler leur compte aux Tyrans écailleux, l'alliance s'épuisa en sauvant des scélérats. Autant dire que le sang de la créature ne fit qu'un tour avant qu'elle éclate une table en bois avec sa jambe. Sa furieuse Eiryû no Kagitsume fêla même le sol, figeant de terreur les pauvres sous fifres.

La seconde du Tartare devrait donc être plus présente pour quelque temps, jusqu'au retour du véritable dirigeant. Celui-là même qui allait certainement faire parvenir des ordres même depuis son trou. Il ne fallait pas sous-estimer le réseau d'informateurs et les laquais des ténèbres implantés partout. De son côté, l'Omura allait rassembler des informations et des forces en vue d'une opération pour libérer ledit master. La traîtrise du Conseil lui intima fortement que les deux autres piliers de l'Alliance ne resteraient pas les bras croisés. Ainsi donc, il ne lui restait plus qu'à attendre des messagers de ceux-ci. La belle évita son homologue d'albâtre, Frost lui courait déjà assez sur le haricot alors qu'il n'était pas temps de verser le sang allier. Elle s'isola dans les cachots, pour parlementer avec son familier et le nourrir.

Ceci dit, de par son autorité absolue, la seconde de la guilde fit parvenir une directive à Elena, celle de ne pas s'éloigner trop du volcan. Si elle venait à enfreindre cela, l'Omura n'aurait de vergogne à la briser. Frost bien que butée et puissante se rappelait la suprématie presque écrasante que la Dragon Slayer des Ombres avait de toujours imposée. Elle régnait sans partage, sans pitié et d'une poigne de fer; voilà qui était cette figure disposant des pouvoirs du master en son absence. Moins de quarante huit heures avaient passé depuis lors, la bête enragée avait laissé la place à la nouvelle Omura. Si l'une se devait de se reposer quelque temps, la fraichement ressurgie ne savait trop où elle en était. Outre ses responsabilités enfin pesantes, Sasaki devait faire face à une crise identitaire d'un ordre nouveau. Plus une poupée, un individu à part entière. Elle s'était isolée dans sa chambre et avait demandé qu'on ne la dérange pas. Elle demeura on ne sait combien de temps sous la douche.

« I don't live, I'm already dead. »

A ces mots fébriles et noirs, une nouvelle ombre apparut. Ce qui se dessinait là n'avait rien d'alléchant, l'enfant avait ce côté sinistre rien que dans son regard et l'Omura n'aimait guère recevoir visite de cette dernière. Au bruissement du murmure sous le jet d'eau brûlant, l'ouïe formidable de la Dragonne première la piqua. Lisette était véritablement curieuse, plus que tout enfant ici-bas. Son esprit étriqué et scientifique sembla fasciné par la magie qui avait possédé ce corps. La Régalia des Ombres avait donné nouveau souffle à l'Omura, et cela risquait d'ennuyer la petite qui aimerait garder les pleins pouvoirs sans devoir agir. Sasaki lu sur ses lèvres, ce à quoi elle répondait par l'affirmative d'un hochement de tête. On lui avait donné une seconde chance, une existence dépouillée de souffrance et un libre arbitre, seulement si elle comptait pouvoir en jouir elle devrait se plier à quelques exigences. Celles-ci encore non dévoilées, pour plus l'ennuyer. Voilà que le spectre de l'enfance s'évanouissait dans les airs, sans l'ombre d'un sourire.

« Well, it's time to make some search. »

L'idée de se défouler, d'attraper quelques indics et de préparer la revanche des grands Diables, lui plut assez. Voilà qu'elle s'évadait de sa cabine de douche, attrapait une serviette et se séchait comme il faut. Suite à quoi elle usait de la magie pour revêtir la pseudo armure qu'elle possédait (ici). Elle était fin prête, toute belle et resplendissante, quoiqu'empestant la malveillance derrière ce délectable minois. Elle convoqua l'ensemble des mauvaises gens de la montagne de feu fut se permis de s'adonner à ce genre de discours poignant et fort qui motivent les troupes. Au travers de ces palabres elle les rassura et leur demanda expressément de ne pas s'éloigner trop de la guilde, qu'ils devaient se tenir prêt pour les prochains ordres. Elle ne dit rien quant à une éventuelle opération, redoutant des fuites pouvant la faire capoter. Puis elle disparu.

Entament une descente aux Enfers, elle pouvait de par son lien avec sa bête dressée, l'entre gronder. Zekrom, la puissante wyvern noire, avait encore faim mais l'ogre ailé désirait bien plus battre de l'aile et saccager quelques lieux. Ce que sa maitresse allait lui accorder. La pauvre créature ne pouvait qu'être stationnée ici, dans les cachots de la forteresse, car si elle prenait ses aises à la surface, elle pourrait attirer des étrangers et faire repérer le lieu tenu secret. Alors, voilà qu'elle lui jetait en pâture un malheureux détenu catatonique, puis la faisait suivre. La montagne avait été ingénieusement aménagée, nouvellement pour permettre de faire circuler de gros animaux. Sasaki grimpa sur son dos et battant puissamment de l'aile, le reptile géant prit son envol. Il fusa depuis la bouche du volcan jusqu'aux nuages, histoire d'être indétectable. Il faisait nuit.

Elle se permit deux haltes, la première pour faire boire et reposer son familier, la deuxième aux alentours d'Oak Town. Cette ville mal famée lui fournirait un précieux renseignement. Au détour d'un encapuchonné attrapé dans une sombre ruelle, elle retira la capuche de son manteau d'anonymat fraichement revêtue et demanda où trouver Oracion Seis. L'homme lui répondit brièvement Forêt de Tornac. Puis il disparut et elle après lui. Là elle filait retrouver sa monture cachée non loin et la compagnie se remise en chasse. Filant tout invisible et sans bruit, haut dans les nuages. Ce qui arrêta la bête, fut le survol des Landes Paisibles. Zekrom avait faim. L'Omura ne fut pas contre le fait qu'il dévore deux ou trois moucons. Ceci dit avant de se poser, la Dragonne sentie une odeur familière, déportée par le vent. S'y dirigeant elle fit se poser le monstre près d'une splendide hominidée à la robe de flamme. Elle dégringola de sa monture et la salua.

« Hello darling. Trouver Oracion Seis n'a pas été de tout repos. Au vu des derniers évènements, nous avons à parler, Athéna. »

Spoiler:
 

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Mer 22 Jan - 4:01
Sasaki

« J'TE TIENS ! »
La vile créature se roula au sol sur quelques mètres avant de lâcher l'objet qu'elle tenait dans sa gueule. Enfin ! Ma course effrénée venait de prendre fin et je récupérai avec délicatesse la petite flûte en bois. Je vis pendant quelques secondes des vieilles images défiler dans ma tête ; des souvenirs que je croyais avoir oubliés à tout jamais. À genou par terre, je sentais à peine l'herbe fraîche caresser ma peau et y laisser de minuscules gouttelettes glacées par endroit. Une légère brise soufflait sur la plaine, donnant l'impression que celle-ci ondulait. Grâce au vent, la sueur sur mon front fut passablement refroidie et la rougeur sur mes joues diminua jusqu'à s'effacer complètement. J'avais retrouvé un teint normal, ainsi qu'un doux sourire. Mon regard rougeâtre ne lâchait pas une seule seconde le petit trésor que mes mains encore moites tenaient devant mon nez. Cet objet était magique. Doucement, très lentement, mes lèvres s'approchèrent du bec. J'avais une irrésistible envie de jouer une mélodie, et c'est ce que j'aurais fait si une ombre ne s'était pas installée au-dessus de moi. En levant les yeux, j'eus le privilège de contempler une bête d'une rareté sans pareil. Sous le coup de la surprise, j'avais cru avoir un véritable dragon sur le dos. Sauf qu'en observant de plus près, les écailles noires n'étaient pas les mêmes, les ailes semblaient plus étroites et il n'y avait aucune aura mortelle qui se dégageait du corps de la créature. Ce n'était qu'un wyvern. Que faisait-il ici, dans un endroit aussi paisible que ces landes ? La réponse ne se fit pas attendre, car une silhouette sombre descendit de sa monture pour marcher en ma direction. J'aurais pu la reconnaître entre mille.

« Sasaki ! Quel bon vent t'amène ? »
J'eus tôt fait de me redresser et d'épousseter mes habits pour avoir l'air présentable. Mes jambes nues, par contre, étaient toujours teintées de gouttelettes argentées qui me procuraient une grande fraîcheur dont je n'étais pas prête de me débarrasser. Ma tenue n'avait pas changé depuis la dernière fois, contrairement à mon homologue de Tartaros. Celle-ci s'était vêtue d'un ensemble blanc et noir qui prenait des allures d'armure. La dentelle qui entourait sa jupe n'était pas pour me déplaire, et je devinais que la jeune femme n'avait pas fait tout ce chemin pour venir me combattre. De toute façon, elle aurait eu un net avantage. Du coin de l'oeil, je surveillai la bestiole qui s'était posée plus loin. Il ne lui faudrait pas plus de dix secondes pour m'avaler tout rond et je n'avais guère envie de passer le restant de mes jours au fond d'un estomac. De grands projets m'attendaient en ce bas monde, des projets que j'avais bien l'intention de mener à bien. Ou à mal, tout dépendait du point de vue.

« Parler ? D'quoi veux-tu jaser ma chère ? »
Un sourire belliqueux s'afficha sur mes lèvres. Je me souvenais très bien de Sasaki Omura, une mage au pouvoir étonnant qui semblait être l'hôte de plusieurs personnalités. J'avais d'ailleurs eu la chance de croiser Lie, une fille peu commune au caractère bien trempé. Elle m'avait donné du fil à retordre lorsque j'avais tenté de diriger ses pensées, de manipuler ses idéaux. Mon précédent échec m'avait laissé un goût amère en bouche, alors il était hors de question de laisser passer l'occasion de recommencer ! Darkness's Fangs me faisait l'immense honneur de se tenir devant moi, et elle avait pour pure intention de me taper la jasette. Que demander de plus ?

« J'espère qu't'as pas fait trop d'dégâts dernièrement. Les dragons peuvent s'montrer très voraces, à c'qui paraît ? Dommage qu'le vieux soit en taule, lui pourrait t'aider. »
Je faisais évidemment référence à Louis Chim, le maître de la guilde noire Tartaros. J'avais appris sa capture peu de temps après les évènements du Domus Flaus. L'un des plus grands mages noirs avait été arrêté, il fallait absolument le crier sur tous les toits et plaquer une jolie photo de lui derrière les barreaux dans le journal le plus populaire de Fiore ! À croire que l'éveil des Régalias avait plu à quelques-uns, qui se félicitaient d'une telle arrestation. De mon point de vue, j'imaginais difficilement le doyen d'une telle guilde se faire capturer de façon si outrageante. S'il avait réellement voulu s'enfuir, il l'aurait fait. Non ?

« Louis Chim. Il s'est fait arrêté... »
Mon ton était devenu plus sérieux. Quant à la fin de ma phrase, elle laissait sous-entendre une question qui me brûlait les lèvres. Comment ? Comment était-ce possible qu'une chose si improbable se produise ? Il avait dû se passer quelque chose, ou alors tout cela n'était que la phase première d'un plan qui me dépassait totalement. D'un plan qui allait, sans aucun doute, mener les guildes noires sur les traces du Conseil. Une guerre se préparait. Je pouvais le sentir et en frissonner de bonheur. Peut-être qu'enfin l'Alliance Baram trouverait un terrain d'entente pour mettre le chaos au sein du Conseil de la Magie. En y réfléchissant, il n'y avait que ce sujet qui pouvait être abordé entre moi et Sasaki. Nous et l'Alliance Baram. Seuls au monde. Ou peut-être venait-elle seulement me demander la marque du shampooing que j'utilisais pour mes cheveux ? Je fermais les yeux rien qu'à l'odeur de cerise qui s'insérait dans mes narines chaque fois que je bougeais la tête. Mmmmh.

Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Sam 25 Jan - 23:54

La belle se dégourdit les jambes en l'écoutant. Dans son sillage flottait cette ravissante traine des blés, aussi appelée queue de cheval. Petite fantaisie qu'elle s'accordait encore et toujours. A la voir, elle laissait présager que son apparence avait grande importance à ses yeux. Conquérir les cœurs avant les esprits, devait-elle penser. Elle avait hélas laissé une image assez violente lors de leur dernière entrevue. C'est pourquoi elle souhaitait rectifier le tir en cette heure. Aussi lui était-elle apparue, resplendissante et charmante dame de compagnie. Soudain, à ses derniers mots pitoyables, la Dame Dragon prenait la parole. Les bras croisés sous sa poitrine ravissante.

« Un un tel acte est révoltant, et le nommer trahison serait trop faible. Il est un homme qui est bien plus empourpré que nous autres. Ce chevalier à l'armure noire, j'ai bien peur qu'il ne se déchaine bientôt. Mais Baram suivra. Car après tout, nos engagements et nos intérêts ne nous permettent pas d'ignorer ces évènements. Pour ma part, je ne laisserais pas la Dragonne Ardente s'éteindre en prison. Et le Sky God aussi doit nous aider. Tu l'auras compris, sans les slayers, nous ne pourrons survivre à la Bête de l'Apocalypse. »

De tels mots pourraient faire dresser des cheveux blancs, guérir la calvitie et même évanouir les faibles d'esprits. L'Omura présentait Acnologia en ennemi de la création toute entière. A sa pensée, il n'y avait que les pourfendeurs de bêtes mythiques qui pourraient s'élever contre le Destructeur. Ainsi donc, la trahison du Conseil n'avait tellement d'importance. Quand bien même l'Humanité se serait alliée tout entière contre la bête, le Jugement Dernier était inéluctable. Une autre alliance entre Baram et le Conseil, aurait été tout aussi inutile, qu'elle était devenue impensable à l'heure actuelle. L'Omura pouvait être folle, il n'empêchait qu'elle était également visionnaire. Zekrom se couchait au pied d'un grand arbre. Pour paresser. Elle l'admira un instant puis continua sur sa lancée.

« Mais revenons en à ma visite, de courtoisie d'abord. Avant de te faire part de mes vœux, en tant que représentante fugace de Tartaros, concernant le plan que Baram devrait fonder autour d'une réunion; j'aimerais te conter ma vision des évènements. »

Elles se tenaient en êtres civilisées. Toutes deux enchanteresses, aux airs presque aristocrates mais bien nobles et raffinés. L'une était fragile mais dotée d'un redoutable esprit, l'autre était une bête à ne pas énerver, des homologues pouvant bien s'entendre. Athéna aurait-elle remarqué ce changement frappant, de tenue, d'entrée en scène, d'un impensable déjà vu ? Elle avait côtoyé le Dragon Fou et vu s'éteindre celle qui se nommait Sasaki. Mais la voilà de nouveau, miracle ou maléfice ? Le temps du soupir était écoulé. Elle reprit donc sa tirade.

« Tout commence avec l'appel des régalia. Ceux-ci téléportèrent le Dragon Slayer de leur élément à eux. Puis ils forcèrent une symbiose leur permettant de posséder le corps de ces bêtes. Suite à quoi, face à la stupidité d'humains pouvant éradiquer la menace, ces derniers durent batailler contre des machines à tuer. Et plus les régalia étaient contrées, plus leur éveil s'annonçait. Finalement les artéfacts s'extrèrent d'eux-même, ayant fait leur labeur parasite. Fin ? »

Elle se permit de suivre les pas du colosse ailé, le gagnant alors qu'il se reposait. Cette vision pouvait sembler attendrissante, tout enroulée tel un chien dans son panier, la wyvern semblait inoffensive. Un énorme dossier contre lequel elle s'appuya. La Dame Dragon était là confortablement installée, les jambes allongées dans l'herbe fraiche, il demeurait une cime pour bloquer les rayons de l'astre diurne. Ainsi, pas même le moindre jet de lumière ne parvint à son visage blafard. La pauvre avait besoin de sommeil, cela se sentait et se voyait. Là elle bougea ses belles lèvres encore.

« Soudain, alors que tous croyaient le contraire, le mal s'éveillait, laissant resplendir des bêtes d'un autre âge. La vermine humaine n'avait aucun espoir. Alors ils firent leurs prières. Chaque pourfendeur de diable ailé s'éleva contre les Tyrans écaillés. Ma déception fut de constater que plus bête que Lie, existait. Un Dragon apeuré essayé de l'éradiquer mais il se révéla impuissant et ramassa plus de coups qu'il n'en put donner. Chacun dû réaliser cet exploit. La chute de la pièce sauva ce navet. Lorsque le souffle du Destructeur se fit sentir, tous crurent périr; sauf une, tu devines qui c'est. »

Elle parlait de Lie bien entendue. Il n'y avait qu'un être aussi fou. Celle-là avait même défié la Bête. Qui d'autre aurait osé ? Qui d'autre aurait attenté à sa vie ? Qui sait. La voilà qui dormait profondément. La trop grande jouissance de la bataille, en Dragon Force, l'avait fait se surmener. Preuve en fut qu'elle n'était si infatigable. Cette dernière pause dans son récit, était plus marquée. Comme emprunte d'une certaine amertume. Pourtant elle n'en avait. L'Omura était simplement éreintée mais elle ne se permit le repos du brave. A ses puits d'or voilés, la belle tentait de se revitaliser en se ménageant.

« Ainsi s'achevait la grotesque bataille, dans l'apparition d'un ennemi commun et d'une infâme trahison. Baram aurait dû frapper avant le Conseil, voilà ce qui me fait penser que le cœur de nos dirigeants était faible sur ce coup-là ... Et pour la petite histoire, le Dragon Fou s'est endormi pour cause d'abus de pouvoir avec la Dragon Force. Au moins elle s'est amusée ... Pour ma part, tu dois te souvenir que j'ai rendu mon dernier souffle à Carmina. Ceci dit, il semblerait que le pouvoir de la régalia m'ait rendu le souffle ... Je me sens différente, débarrassée des fers de l'agonie et prête pour la suite. Bien, je crois avoir assez parlé. Je te cède la parole ... »

Spoiler:
 

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Ven 7 Fév - 3:37
Sasaki

Oh. Alors elle n'était pas venue pour parler de shampooing. Au contraire, elle avait abordé un sujet très sérieux qui obligea mes sourcils à se froncer : la Bête de l'Apocalypse. Une créature telle qu'aucun être humain ne pourrait jamais l'atteindre, ni par la parole, ni par les actes. J'attendais sa venue avec impatience pour lui présenter mes projets. Depuis l'apparition du Roi des Dragons au Domus Flau, je ne cessais de rêver du jour où un nouveau monstre s'afficherait dans notre monde pour le ravager. Tant d'anxiété me berçait chaque nuit alors que je m'imaginais lui adresser quelques mots bien inutiles et pourtant essentiels. Puisses-tu apporter le chaos. J'avais choisi de modifier entièrement mon style de vie dans le seul but de pouvoir assister à la destruction ultime en sa compagnie. En m'entraînant, je me disais que peut-être je pourrais supporter le poids de l'aura mortelle qu'une telle bête devait dégager.

J'avais si hâte que mes nerfs me lâchaient déjà. J'étais loin de la perfection, mais j'aimais faire croire aux autres que j'avais des origines divines. Il est bien connu qu'un Dieu est l'être le plus près de la perfection. Or, ce que je voyais à l'instant devant moi tendait vers cette rarissime perfection que je désirais tant. Sasaki, dans son ensemble de combattante, avait une silhouette svelte. Sa longue chevelure violacée ondulait sous la brise portée par le vent et cela me rappelait la personne que j'avais admirée toute mon enfance : ma mère. D'apparence frêle, elle avait toutefois l'allure d'un ange ; une étrange innocence se dégageait de ses yeux. Exactement comme ce que je voyais en l'Omura en ce moment. J'écoutai ses paroles avec attention, dictant à mon visage de prendre des traits si sérieux que rares étaient les personnes à les avoir aperçus. Pour une fois, j'allais faire preuve de professionnalisme.

Une seule chose me déstabilisa : l'attitude de la jeune fille. Elle était complètement différente, faisant preuve de bonnes manières et utilisant un langage soutenu qui lui allait à ravir. Où était passée la démone que j'avais rencontrée la dernière fois et qui m'avait presque tuée ? Lie et ses sauvageries semblaient s'être perdues dans le néant, à mon grand déplaisir. L'échec dont j'avais été victime auparavant ne pourrait pas être rattrapé puisque je ne manipulerais plus la même personne. Mon hypothèse ne fut confirmée qu'à la toute fin, lorsque mon interlocutrice mentionna le Dragon Fou que j'associai directement à Lie. Alors elle était simplement fatiguée, la pauvre. Cela signifiait qu'elle allait revenir, et de bonne humeur si elle s'était amusée autant avec un dragonnet ! J'avais hâte de la revoir, mais pour l'instant je me contentais de la personnalité plus calme de ladite Sasaki. Celle-ci avait avoué être libérée de sa précédente agonie et je devais lui concéder qu'elle avait bien raison, car juste dans sa façon de se tenir et de m'adresser la parole, je pouvais percevoir la différence. Une sérénité s'était installée en elle, au même titre qu'une agitation s'était installée en moi. Tout cela depuis le fameux éveil des Régalias.

Le récit des évènements qu'elle venait de me faire m'avait peu surprise, parce que je m'étais attendu à un tel revirement. Le Conseil de la Magie ne s'allierait jamais avec les mages noirs, cela même si le monde courait à sa perte. Ces gens-là sont trop fiers, trop fainéants et trop idiots. Ils ne méritaient pas que l'on se déplace pour eux, sauf qu'on ne discute pas les ordres de Kite. Au moins, j'avais eu l'occasion d'étancher ma soif de ragots et de combler ma curiosité. Ayant suivi la jeune fille au pied de son familier, je gardai tout de même mes distances afin de pouvoir réagir en vue de toute intention mesquine de la part de l'animal. Néanmoins, mon ensemble flamboyant était chauffé par les doux rayons du soleil, contrairement à la fille des ombres. Cette dernière me cédait enfin la parole, alors que je n'avais pipé mot depuis le début. J'allais donc lui faire le plaisir d'entendre ma jolie voix !

« C'tait un beau récit, j't'en r'mercie. Maintenant j'comprends mieux c'que les autres ont dû affronter. »
Je faisais bien référence à mes collègues de travail. J'avais ouï dire qu'ils s'étaient tous fait embarquer dans ce complot. Rei devait avoir géré, Alowin devait s'être fait plaisir, Ether avait dû croire qu'elle se trouvait dans un rêve, et Griffith... le pauvre petit. Il s'était carrément fait manipuler par une force mythique ! J'ose espérer qu'il leur en a fait baver, sinon à quoi sert le titre de Dragon Slayer ?

« D'mon côté, y s'est produit la même chose à quelques différence près. L'Régalia de l'Apocalypse qu'possédait une p'tite fille de Quatro Cerberus ne s'est pas éveillé. Not' boulot c'tait d'la combattre et d'la pousser à réveiller l'objet ; quelqu'un semblait avoir prévu qu'si le propriétaire d'l'objet était en danger d'mort, ledit objet allait faire en sorte d'maintenir l'gars en vie. Enfin, la fille. »
Je pris une pause dans mon discours dans le seul but de me gratter l'arrière du crâne. Cela me démangeait.

« Suite à un combat épique, on a réussi à activer l'Régalia. C'fichetrement impressionnant l'pouvoir qu'un tel artéfact peu offrir. Au final, il s'est lui-même extrait du corps d'la mage pour s'tranformer en énorme dragon. Le Roi des Dragons... »
J'avais murmuré la dernière phrase, revoyant encore une fois l'image de la gigantesque créature. Elle était si belle et si meurtrière, une arme parfaite pour qui voulait conquérir le royaume entier ! Doucement, je revins sur terre et croisai le regard de Sasaki. Du moins, je crus le croiser puisque je ne distinguais pas les détails de son visage dans la noirceur où elle était cachée.

« Il nous en a fait voir d'toutes les couleurs, c'vieux grincheux ! Ouais. Il nous a bien testé... pour finalement disparaître dans une explosion dont j'oublierai jamais l'intensité. »
J'étais entrain de me questionner à savoir si je devais lui dire ce que la bête nous avait dit avant de mourir. Le savait-elle déjà ? J'en doutais fortement. Lors de l'évènement, aucun membre de Tartaros n'avait foulé le sol du Domus Flau. Il était de mon devoir de la mettre au courant, mais en avais-je envie ? L'information me paraissait très précieuse. Je ne désirais point voir de stupides dindes se promener à mes côtés lors du Festival du Roi Dragon. Sasaki ne pouvait être comparée à une dinde, oh non. Les hommes qu'elle commandait, par contre, eux oui. Pffff. Quel dilemme. En fait, si elle est pour l'apprendre, autant que ce soit de ma bouche et pas de celle de Grimoire Heart. Je devais prendre de l'avance sur cette guilde, parce que Darkness's Fangs pourrait se révéler un très bon allié lors du jour J.

« T'sais. Avant d'mourir, Arcania, le Roi des Dragons, nous a révélé des choses intéressantes. Il était l'prédécesseur d'Acnologia, l'ancien dragon de l'Apocalypse. Il a aidé l'mage noir Zeref à enfermer les âmes des anciens rois dragons élémentaires, ceux qu'vous avez combattus. Il a raconté qu'autrefois, ils étaient dotés d'une telle méchanceté et d'un orgueil si grand qu'ils voulaient assujettir tout être vivant, y compris leurs semblables. Pour empêcher ça, Arcania a sacrifié son âme pour enfermer celle des autres dans les Régalias. »
Mon ton s'était montré plus grave ; je voulais que la jeune fille se rende compte qu'une telle information valait plus que tout l'or de Fiore. À mon sens, nous avions la clé de la puissance. Malheureusement, celle-ci s'était envolée.

« Tu dois te d'mander où s'trouve l'acteur principal, si Arcania était celui enfermé dans l'Régalia de l'Apocalypse. Sache que j'me pose la même question. Où est Acnologia ? Je soupirai. J'crois que nous allons l'découvrir bientôt puisqu'il doit nous rendre visite le jour du Festival du Roi Dragon. »

Voilà. Maintenant elle connaissait toute l'histoire, à moins qu'elle ne la savait déjà. J'eus un petit pincement au coeur en prenant conscience que je n'étais plus la seule à partager ce secret, mais de toute façon tout Fiore serait au courant dans les prochains mois. À moins que le Conseil magique tienne à ce que l'information ne traverse pas les murs de la haute cour, ce qui serait prévisible. Mieux vaut assister à la destruction du monde le jour même plutôt que de l'anticiper et vivre dans l'inquiétude. Il était préférable que la population soit épargnée de ce savoir, comme cela les cris qu'elle déchaînerait face au feu ardent d'Acnologia n'en seraient que plus agréables.

« J'ai terminé. Néanmoins, permets-moi d'revenir sur le sujet d'départ. Là où t'utilises le mot trahison, j'utilises le mot crétinisme. C'pas le Conseil qui nous a trahi, bien que diplomatiquement parlant si, mais bien nous autres, mages noirs, qui avons été assez stupides pour se foutre dans l'piège. J'dis pas que Louis Chim était un homme con, loin de là. Mais comme toi, j'crois qu'nous aurions dû être préparé à un tel revirement. Nous aurions dû surpasser l'Conseil, car à c'moment-là il était faible et inquiet. Il perdait l'contrôle. J'attendis quelques secondes pour voir si la réaction à mes paroles allait être féroce ou non, puis je me dis que je n'avais rien à craindre d'exprimer mon opinion. Même, je me devais d'aller jusqu'au bout. C'pendant, Oracion Séis n'a souffert d'aucune arrestation et la totalité d'ses membres sont libres. D'mon point de vue, l'Conseil a respecté son engagement envers nous. J'suis pas sûre qu'ma guilde veuille s'lancer dans un plan à la sauce Tartaros et Grimoire Heart. Z'avez mis les pieds dans l'trou, à vous d'en sortir. C'est c'que j'dirais. Sauf que c'sans doute pas l'avis d'ce cher Kite. »



HRP:
 
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Lun 10 Fév - 15:13

Le discours de la muse s'était fait longuet, dormitif pour la belle aux bois dormants. Soudain quelques menues détails piquèrent son esprit assoiffé de connaissance. Un point remarquable avait été soulevé, il fallait des lors lui rendre grâce. La fatigue s'était trop emparé d'elle, de sa chair comme de ses sens. Tel un enfant, l'Omura sembla interloquée par ce détail. Athéna avait énnoncé une appartenance de guilde, un sexe mais c'était bien l'odeur qui lui intimait un nom. La dame à la robe de feu portait les reste d'un parfum sinistre mais également celui d'un être ennuyeux. Celui-ci répondait au patronyme d'Ultia Velonica. La dame ombrage l'avait affronté avant de s'éteindre. Le souvenir de cette mine effondrée, de ce tunnel jonché de nectar vermeille, de miettes de pains menant tout droit l'innocence à l’infamie; elle s'en souvenait bien. L'odeur de la donzelle était associée à la calcination de ses prunelles d'or. Car sous le feu astral, elle avait dépérit.

« Une humaine élue par un Dragon ? Ces bêtes n'apprendrons jamais rien ... Et par son propre anéantissement, il aurait donné une chance à l'humanité ? Ces larves poussiéreuses n'avaient la moindre chance de défaire les Dragon Slayer ... Pour en revenir à Acnologia, il était là, aux ruines de la tour du paradis. Son souffle a réduit à néant moultes êtres et choses. Et je te remercie pour cette précieuse information, je serai prête pour ce jour. »

L'avènement de la fin était proche, chose qu'elle avait attendu depuis des années. Voilà qui lui intimait un fou rire. Elle le retint à demi. Un léger rire, se voulant grossier, déchira la plénitude de l'instant. De même, ses prunelles d'or reluisirent dans la pénombre qu'offrait le bel arbre. Ses lèvres se scellèrent un instant, pour apaiser sa démence et redevenir bonne d'apparence. Là une bonne main, aux doigts de fée, caressait le crâne du colosse ailé. Lui qui dormait à point fermé, produisant un grondement sourd en sa respiration. Cela la berçait d'une douce mélancolie, pas seulement elle, un autre guettant dans l'ombre. Celle-là se rappelait la douceur d'une majestueuse bête, qui la couvait d'une aile chaude, et la rassurait de sa présence éternelle. Tel avait été ce père avec une enfant. L'Omura essayait-elle de retrouver cette sensation, au cœur de sa solitude mutilée ? Qui sait. La voilà qui déliait à nouveau sa bonne langue.

« Mais j'ai une théorie plutôt coquète. J'ai put remarqué, vaguement, que la régalia ou Nocturna, transformait ce corps au-delà de la Dragon Force. Dans ce cas, y aurait-il un stade plus élévé. Ou mieux, la clé de l'évolution, l'ultime créature serait-elle un Dragon Slayer qui aurait percé ce secret ? »

Cette chimère de l'évolution, encore et toujours. Elle partageait cette folie avec la petiote terrée dans l'ombre. Elles s'accordaient sur le point que cette métamorphose dû à la symbiose du pouvoirs d'un Dragon et du corps d'un Dragon Slayer devait avoir été calculée. Et que donc, cela avait peut-être déjà été envisagé dans le passé. Ne rien savoir de jadis était un véritable fardeau. Skyadrum n'avait rien dit qu'en a la possible véritable finalité de cette magie qu'il avait enseigné à son enfant. Lisette devait-elle survivre au Destructeur ? Devait-elle s'allier aux autres pour l'arrêter ? Devait-elle sauver les hommes trop idiots pour voir qu'ils étaient leur seul espoir ? De tout cela, l'enfant se moquait bien. Elle ne désirait qu'une chose, percer le secret de cette évolution à laquelle elle croyait. Arcania avait dû se taire lui aussi sur cela, pensa t-elle.

« Si les êtres mythiques refont surface, il serait envisageable d'accueillir aussi les parents disparus. J'en connais deux qui seraient ravies de s'entretenir de nouveau avec Skyadrum. Pour ma part, seule la bête de l'apocalypse m'intéresse. Si seulement le passé nous était révélé, la nature du véritable lien entre Dragons et Dragon Slayer, l'histoire du Destructeur ... Que trop éreintée par sa cogitation et avancée en délires, la dame ombrage dû marquer une pose et fermé ses yeux fatigués. Mais trêve de chimères. J'aimerais que tu porte un message à ton maitre. Baram doit rapidement rassembler ses forces. Voyez parmi vos larrons de guildes soumises, corrompez qui vous pourrez, cherchez à asservir des éléments indépendants tels que la Dragon Slayer d'Acier. »

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Sam 22 Fév - 3:40
Sasaki

Je ne m'exprimai pas sur le sujet portant le nom d'Ultia Velonica, simplement parce qu'il n'y avait rien à ajouter. J'avais combattu aux côtés de cette fillette, cela ne signifiait pas pour autant que j'en ressentais un quelconque sentiment de fierté ou d'amitié. Elle avait fait son devoir de mage officielle, tel un pion qui exécute les ordres du Conseil. Aaaah. Toujours ce même conseil qui apportait les emmerdes. À y penser, mon cuir chevelu se redressait sur mon crâne. Ce que ces gens pouvaient m'énerver avec leur soi-disante justice. Il n'y avait rien mieux que le chaos pour remettre les choses en place. Au moment où je croyais la discussion redevenue banale, le nom d'Acnologia éveilla ma curiosité. Alors ce dragon légendaire avait fait son apparition sur l'île où s'étaient déroulés les combats de la Tour du Paradis ? Si j'avais pu m'y trouver et effleurer sa peau écailleuse de mes doigts, je crois que j'en serais morte d'excitation. Ce gigantesque reptile était le promoteur de nombreuses histoires toutes plus horribles les unes que les autres. Sa capacité à amener le Mal était remarquable. Impossible de manquer l'occasion de le rencontrer ! Je gardai toutefois cette volonté auprès de moi, scellant mes lèvres sur mes intentions.

Le rire de la demoiselle me soutira un sourire ; peu importait nos différences, nous partagions un certain plaisir envers l'Enfer. Je considérais la potentielle venue de dragons comme une libération du poids de l'humanité. Peut-être que si ces reptiles ayant eu le rôle de parents faisaient leur apparition, ils mettraient un terme au règne humain et plongerait le monde dans un chaos de feu et de sang. J'osais croire que les suppositions de l'Omura allaient être confirmées le jour du Roi Dragon. J'avais bien envie d'assister à ce banquet !

« J'dois r'connaître que t'as raison. Ce serait une théorie tirée par les ch'veux que d'croire qu'un Dragon Slayer puisse acquérir la puissance d'un véritable dragon. Les dragons ont été nos prédécesseurs parce qu'ils nous étaient supérieurs. Et ils ont disparu. Certains tués par de pauvres humains. Alors c'serait pas improbable qu'un... qu'un Dragon Slayer évolue en quelque chose d'plus... impressionnant encore que tout c'qu'on a vu jusqu'à présent. Si un jour tu t'lances dans l'aventure, préviens-moi. J't'aiderai. »
Ma hâte n'aurait suffi qu'à éloigner la princesse à la chevelure violacée, ainsi je me contentai d'un petit clin d'oeil qu'elle ne dut sûrement pas remarqué. Lorsque le genre humain ferait une expérience avec un dragon et un tueur de dragon, je serais définitivement présente. Pas dans l'estrade, mais bien aux côtés des jolies bêtes. Je ne les laisserais pas voler sans moi. M'élever plus haut que la terre, que les arbres, que les montagnes... voilà bien un rêve que je comptais réaliser. Je dus cependant redescendre sur Terre, car mes idées dépassaient la réalité. J'hochai lentement la tête à la dernière recommandation de Darkness's Fangs.

« Hih. Tu peux m'faire confiance, ton message s'ra transmis à la bonne personne ! »
Mon sourire n'aurait pu être plus sinistre, parce que le maître d'Oracion Séis était déjà fervent de conquérir le coeur de la dragonne d'Acier. Il n'allait pas laisser courir librement un si bon élément ; il était de mon devoir de charmer le plus de personnes comme il était le sien de s'approprier une puissance aussi mythique que celle d'un tueur de dragon. D'ailleurs, mon travail commençait dès maintenant.

« Dis... t'vas m'donner accès à ton journal un jour ? J'aimerais bien en apprendre plus sur la r'doutable Dragonne de l'Ombre. »
J'avais peut-être un air quelque peu curieux en posant cette question, mais il ne s'agissait pas d'un masque que j'affichais pour arriver à mes fins ; pas cette fois du moins. Je m'interrogeais réellement sur l'être qu'était Sasaki Omura et sur tous les tourments dont elle avait été victime et qui avaient forgé son caractère - ou ses caractères -. À quel point l'humain devait avoir une histoire sombre pour réussir à séparer sa propre âme en différentes parties... Doucement, je m'étais rapproché de la jeune fille. Bien que mon regard témoignait d'une douceur habituellement dissimulée, mon corps n'arrivait pas à s'habituer à la proximité d'une créature aussi sauvage qu'un wyvern. Si j'avais eu à choisir un familier, ce n'aurait certainement pas été une bête à l'apparence féroce et grossière ; je n'aurais plus passé inaperçu avec un truc aussi gros. Or, la discrétion était la clé de la liberté. De notre liberté à nous, mages noirs.

Ultia Velonica

avatar

Messages : 222
Date d'inscription : 09/04/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Mamory Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.515
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Dim 9 Mar - 15:04
Une fois de plus, sa marche interminable lui faisait traverser des plaines. Comme à chaque fois, cela signalait son éternel repos. Depuis le départ de Val, elle avait pour habitude de s'arrêter dans les plaines afin de se reposer de manière significative pour elle. Non pas qu'elle allait dormir, mais elle allait simplement, prendre le temps de s'asseoir enfin de mettre à jour les informations, qu'elle a pu obtenir jusqu'à maintenant. La traversée des Temples, la rencontre avec les différents mages et créatures qui peuplent le Royaume... La tonne de travail, elle se devait de prendre des moments pour se remettre la tonne d'idée ingurgitée.

Elle marchait donc seul comme à son habitude. Les landes paisibles se trouvaient donc être son nouveau lieu de repos... Elle s'avançait donc tout doucement dans les Landes. Son regard était toujours plongé dans la lecture et aussi dans l'analyse de la faune. D'après les informations qu'elle avait pu recueillir, l'endroit n'était pas vraiment différent des autres... Des moucons, c'était l'animal le plus courant qu'elle pouvait apercevoir là. Marchant alors pour trouver un endroit de repos, elle remarqua la présence de personne qui lui disait vaguement quelque chose.

Ultia est le genre de personne qui n'oublie pas la tête des personnes qu'elle a déjà rencontrés. Surtout quand la personne était quelqu'un qu'elle avait déjà affronté dans le passé. Elle n'était pas sûre, mais elle se devait d'en être sûre. Elle se devait donc d'être sûre de ce qu'elle voyait, elle s'éloigna donc de la plaine pour éviter d'être vue, dans un premier temps elle attrapa un des moucons contre lequel elle se frotta afin d'avoir son odeur sur elle, puis le laissa tranquillement partir. La raison était simple, elle connaissait la particularité des Dragon Slayers et si la personne qu'elle avait aperçu au loin était bien celle qu'elle pensait être, elle se devait prendre de l'avoir avec un coup d'avance. Elle se rappela alors que c'était grâce à Ren qu'elle pouvait profiter de cette astuce.

S'installant alors derrière un arbre, elle concentra sa magie de manière à faire apparaître une Projection d'elle juste devant. N'étant pas sa magie habituelle, elle devait énormément se concentrer pour l'utiliser. C'est après quelques secondes que son clone fut parfait à ses yeux et donc commença à se déplacer en direction des deux personnes sur la plaine.

La copie d'Ultia avait donc commencé à se déplacer. Elle marchait alors tranquillement en direction du Duo qui se trouvait non loin, elle savait qu'elle ne tiendrait pas longtemps sur l'utilisation de la projection, mais elle tiendrait assez pour une discussion. Elle commençait donc à entendre ce qu'elle disait... Elle reconnue directement les deux personnes se trouvant là et comme elle s'y attendait, il s'agissait de Melodia Shuhebi et Sasaki Omura... Deux mages noirs. D'ailleurs ce n'était pas les plus gentilles. Surtout Sasaki. Ultia se souvient parfaitement de ce qu'elle avait à Kunugi et depuis cet événement, elle n'avait pas vraiment eu l'occasion de la revoir. La copie d'Ultia arriva donc après que l'une d'elle ait terminé de parler. En fait, elle avait tout de même pu entendre ce qu'elle avait pu dire avant. La discussion qu'elle tenait n'avait rien de gamine. Elle parlait d'une sorte de plan mêlant l'Alliance Baram elle-même.

Elle s'approcha alors des filles. Elle gardait son sérieux et montrait une certaine froideur dans son regard... La copie montrait clairement l'image actuelle d'Ultia et les personnes en face, ne pouvait que s'inquiéter de présence sur les lieux. C'est pourquoi, elle ne perdit pas de temps pour prendre la parole après que les deux se soient arrêtées de parler :

Tu te souviens aussi bien que moi de ses paroles Melodia... « Prenez garde... Le jour du Festival du Roi Dragon approche... Préparez-vous pour votre survie... Pour réparer mes erreurs... » Qui aurait pu le croire ? Même vous, vous vous souciez du sort de notre monde... Je ne suis pas surprise au final, ça prouve que vous êtes bien humaine, après tout !

Elle se positionna alors devant les jeunes filles et prit soin d'expliquer sa venue :

Je vous rassure, je viens ici en paix... Je n'ai aucune mauvaise intention !
Alistair Erastraz
Le Psychiatre du DiableLe Psychiatre du Diable

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 28/02/2014
Âge : 18
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Memory Make
Magie / CS Secondaire : Altered Memories

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Mar 18 Mar - 11:44

Du sang. Des effusions de ce liquide rouge. De véritables jets d'hémoglobine. Une blouse immaculée se teintant petit à petit d'écarlate. Un rire. Mon rire, ma blouse, le sang d'un autre. Toutes ces images constituaient le tableau onirique que je m'étais habitué à contempler la plupart des nuits. C'était une œuvre d'une beauté plutôt abstraite, pas si détaillée que ça, en réalité. Mais j'aimais bien, moi...
Les images se brouillèrent.
Un brouillard épais emplissait à présent le décor citadin apparu. Une véritable purée de pois ! Une étrange mélodie se faisait entendre. Qu'est-ce que ça pouvait bien être ? Je ne me rappelai pas avoir ouï un tel bruit. A mesure que je m'enfonçai dans la nappe opaque de brume, le son devint vite affreux : on aurait dit une sorte d'harmonie désordonnée composée de crissements aigus et de cliquetis métalliques. Je ne savais pas qui avait fait ça, mais il allait le payer. Je lui crèverai les tympans à mains nues.
Avec une démarche qui aurait donné le tournis à quiconque me regardait, j'arrivai à la source de cet infernal vacarme. Tournant la tête de tous les côtés, je me rendis à l'évidence : il n'y avait rien. Ce n'est qu'au dernier moment que je levai les yeux vers le ciel pour voir une sorte de nuée d'insectes tomber sur moi tel un rideau de pluie. Ils se fondirent littéralement à l'intérieur de mon crâne, l'emplissant de ces sonorités insupportables. Les yeux révulsés, je tombai au sol.
La folie, hein... ?


Je me redressai en sursaut et m'écrasai au sol. En sueur, haletant, je rivai avec frénésie mes yeux fous sur le décor environnant. Une pomme de Pein rebondit sur ma tête. Je m'en souvenais... J'avais passé ma nuit perché sur une branche à deux mètres du sol.
Quelle heure était-il ? Le soleil était déjà bien haut dans le ciel. Je me relevai en grognant. Saleté d'arbre...
Les Landes Paisibles... C'était un endroit magnifique. À perte de vue s'étendaient herbe grasse pliée par une douce brise, forêt de conifères et autres rivières de montagne. Enfin bref, m'extasier n'était pas le but. Un rapide vrombissement parvint à mes oreilles. Je retournai vivement la tête et trouvai immédiatement la source de celui-ci : une abeille qui, avec ses amies, butinait tranquillement dans le pré. En apparence, c'est tout. Leur véritable but, je le connaissais, je m'en souvenais, elles n'allaient pas m'avoir aussi facilement ! Je plaçai mes mains dans la position requise pour utiliser ma magie.


- Memory Make : Shadow's Judgement !

Un tourbillon d'ombre jaillit du sol et forma un marteau. Sans hésiter, je mimai le mouvement de frappe de ce dernier, à la manière d'un juge. La création ténébreuse réduisit à néant les insectes et écrasa un disque d'herbe d'une surface respectable.

- HAHAHA ! Vous ne m'aurez jamais ! Jamais je n'aurais à me rappeler de ma défaite face à vous ! criai-je, triomphant.

Je fronçai soudain les sourcils. Pourquoi avais-je tué ces insectes... ? Ils ne m'avaient rien fait au final. Je soupirai.

- Eh bien... Je confonds les rêves avec la réalité, maintenant...

Je fis tourner la vis censée me traverser le crâne pensivement. Après tout, j'étais fou à lier. Il fallait satisfaire cette folie pour ne pas qu'elle s'étende trop.

*Un jour, pensai-je, j'en serai libéré...*

C'est donc légèrement déçu à l'idée d'avoir supprimé des vies animales (donc innocentes) que j'allais me rasseoir, dos au tronc du végétal m'ayant servi de lit la nuit précédente.
Une forme se dessinait au loin. Petit à petit, elle se profila plus distinctement. Plissant les yeux derrière mes lunettes opaques, je pus, à ses courbes reconnaître une silhouette féminine. Il fallait bien que je compense le sacrifice animal par le meurtre d'un être humain, voyons... Je courrai me dissimuler dans le massif sylvestre le plus proche. La jeune femme passa juste devant moi... Eh, mais... ! Je me souvenais de ce visage, placardé au milieu de bien d'autres. Le mage dont je croisais la route n'était autre qu'Ultia Velonica, la Fille des Astres. C'était elle qui possédait le Régalia de l'Apocalypse auparavant. Mais cet événement passé ne m'intéressait pas.
Prime de la Fille des Astres : 95 000 000 de Jewels. Alléchant.
Je décidai de la prendre en filature, discrètement. Tant que mon ego ne sentait pas le besoin de me faire faire une démonstration de magie, je pouvais faire preuve, de furtivité.

Ultia finit aussi par se fondre dans les arbres et s'y cacher. Derrière le mur naturel se trouvait une énième plaine tranquille. Des voix féminines trop faibles pour être identifiables me parvinrent. Deux autres personnes étaient donc en train de discuter là-bas.
Tout à coup, une autre Fille des Astres apparut près de la première qui avait les traits durcis par l'effort. L'apparition commença à se déplacer vers les deux autres. Ainsi, elle aussi avait suivi quelqu'un...
Je choisis ce moment-là pour m'approcher de la jeune femme, sortant la dague de ma botte. Quelques pas...
Je l'enserrai et plaquai ma lame sur sa gorge.


- Bonjouuur... Tu sais qu'il y a un bon prix fixé sur ta tête... ? lui susurrai-je à l'oreille.

Je me figeai après avoir prononcé ces paroles, relâchant ma vigilance sur ma proie. Le souvenir d'une des deux voix me revint. Melodia ?

Spoiler:
 
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Mer 19 Mar - 10:53

La patience de la bête s'effritait face à la verve outrecuidante de son interlocutrice. A l'entendre, Omura était humaine. Chose bien impensable. Et l'ombre elle-même trouvait ces dires intolérables. La belle rousse, dans son infinie sottise, démantelait également sa théorie. Bien que démente et torturée, l'Omura pouvait s'approcher de la vérité. A son sens, ladite race supérieure n'aurait put s'éteindre si tel avait été le cas. Or, comme tous le savent, même le plus simplet de ces hommes, les empereurs ailés avaient pliés bagages. Ainsi donc ils n'avaient pas disparu et l'on pouvait encore les débusquer. La seule inconnue dans ce raisonnement, en demeurait la cause du jour noir, le sept juillet X777. Sans doute avait-elle sa théorie, ses autres aussi. Mais elle ne voulu guère y penser. Puisque un début de migraine la harcelait. Ainsi acculée au bas de la terre, presque incapable de lever griffe, la dame ombrage prit son mal en patience.

Et Athéna l'exaspérait, son niveau d'intelligence était ici bien risible. N'avait-elle écouté ? Lie l'avait-elle trop fracassé qu'elle en devienne demeurée ? La bête n'avait besoin d'aide où alors elle possédait déjà sa monture assez pratique et amusante. Elle posa les yeux sur elle, le puissant Zekrom avait été une proie de choix. Et en le terrassant avant de l'asservir, l'horreur du passé avait prit un semblant de revanche sur l'intouchable parent de sa jumelle. Oui, Lie ne désirait que pulvériser tout ce à quoi Lisette tenait. Au moins la dame en rouge porterait son message, ce qui lui valut un frêle regard. Mais voilà que la vermine, larve qu'elle devenait à ses yeux, méritait d'être piétinée et broyée. Un léger rictus traversa ses foudres d'or, sa douce main ne caressait plus la robe d'écailles, elle y était crispée l'espace d'un instant. Là trois yeux reptiliens foudroyèrent la belle rousse. Le sang froid de l'Omura arrivait-il à son point de rupture ?

« Calme ici tes pas
Ô reine à l'envie,
Car je suis bien las
De tes mielleux cris. »

Par cette réplique digne d'un grand théâtre, la dame ombrage lui refusait la lecture de l'ouvrage en question. Il n'était sien du reste. Une verve toujours plus délicieuse et bien incommode à son statut de fauve ou son appartenance maléfique. Mais l'ombre de l'écrivain radieux, Sasaki Omura, était ainsi. Maniant les mots pour rendre séduisant la menace et le discours putride. Elle savait charmer et manipuler les esprits plus qu'elle ne savait porter la bataille. En cela elle ressemblait assez à la petiote qu'elle portait en horreur. Ainsi donc, la wyvern déploya à demi ses gigantesques membres et se mis en jambes. Son pas lourd venant étouffer ceux de sa possible proie, l'Omura ne la désirait voir que rebrousser chemin et la craindre plutôt que l'adorer. Dans un même temps, la maitresse du colosse, s'étira avec grâce et subtilité. Là elle se préparait à l'éventualité d'une séance de fessée, à sa sauce. Mais voilà qu'un trouble faite s'annonçait.

Parfaitement répugnant, cette apparition lui rappelait son escapade meurtrière à Kunugi. Si elle avait remplit son cota pour son projet de génocide, elle avait dû laissé sur place les lacryma brut destinés au marché noir. Cesserait-elle un jour de la persécuter, cette sale lumière ? La Fille des Astres, celle que l'ancien roi dragon de l'apocalypse avait choisi pour tester les hommes puis leur donner une chance révoltante, elle fut pantin et même touchée par la folie de l'Omura. En effet, elle vit ce jour précis, alors qu'elle luttaient, la naissance d'un être dément. Mais cette chose n'avait rien de comparable avec le Dragon Fou, lui avait vécue des choses. Cette Vileta n'était alors qu'une personnalité noire et barbare, rien de plus. A l'instar de cette rêverie dont elle sortait avec le discours naissant, Sasaki vint à chevaucher sa bête. Les mots de trop du beau spectre manquèrent de lui faire cracher un souffle funeste en répondant. Au lieu de cela elle ferma les yeux et rit.

« Vous êtes toutes deux si sottes. Les hommes ne savent pas lire sans absence de lumière il est vrai, et comme eux vous croyez lire en moi. Mais vous avez faux sur toute la ligne. Elle marqua une pause fugace, histoire de reprendre son souffle. Rouvrant des iris fous. A présent j'aimerais ne plus entendre de telles absurdités, je ne suis pas humaine bon sang. Et que celui qui le souffle encore, périsse de ma main. »

Soudain, la voilà qui susurrait quelque chose à l'encontre de sa monture. Un grondement strident plus tard, la bête s'activait. Cette dernière, battit de l'aile puissante, soulevant brin d'herbe et nuage de poussière avant de prendre l'envol funeste. Jetant une ombre impérissable sur la lande, elle avait déjà fait fuir la multitude larvaire. Et pourtant l'odeur d'un hominidé inconnu et celle d'un moucon demeurait à deux pas de là. Là elle vit les sots s'étant réfugiés derrière un tronc. Celui-là même qui était abattu par un furieux coup de queue. Puis se posant lourdement, le colosse grogna, laissa le plaisir à sa maitresse de statuer sur le sort de ces pouacres.

« L'on ne peut tromper le flair d'un Dragon, tu devrais le savoir, Velonica. A ce propos, comment va celui qui empeste ton odeur, Ikari Ren ? S'est-il remis de notre dernière entrevue, le pauvre ? Je le laisserai en paix si tu daigne exhausser ma précédente requête. A présent, survis à ce bon docteur et nous verrons ce que tu as à dire. »

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Melodia Shūhebi

avatar

Messages : 193
Date d'inscription : 19/07/2012
Âge : 22
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Kimochi no Mahô ~ Magie des Sentiments
Magie / CS Secondaire : Ningyo no Mahô ~ Doll Play Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Sam 26 Avr - 1:45
Sasaki

Quoi ? Avais-je bien entendu ? Elle me refusait l'accès à ses écrits ? Pour la seule raison valable que ce n'était pas de mes oignons ? Elle avait du culot que de ne pas se prêter à mes désirs. J'allais m'en souvenir. Bien qu'avec son caractère tranchant et sauvage, il fallait s'attendre à ce que la dragonne ne cède pas ses possessions facilement. C'était à se demander ce qui arriverait au pauvre homme qui oserait lui voler un jour son journal, en admettant qu'il y arrive. Une traque éternelle ou une docilité sans faille attendait celui qui allait s'y risquer ? Je m'imaginais que la première option devait être la bonne. Une femme telle que l'Omura ne se laisserait jamais manipuler par voie de chantage. Il faudrait plutôt s'armer de patience et la courtiser afin de la faire tomber dans le même bain d'intérêts personnels que le nôtre. Sauf que pour l'instant, les petites manigances n'avaient aucun effet sur elle. C'était même plutôt le contraire, elle avait un effet sur moi.

Mon visage se décomposa quelque peu en réaction à la réponse qu'elle m'avait donné de sa voix de jeune fille. Son langage était aussi soutenu qu'une dame de grande noblesse. Et sa créature aussi réveillée et prête à l'embuscade qu'un chien auquel on tend un os. Si je voulais rester en un seul morceau, il me faudrait déguerpir au plus vite. Par pur hasard, l'occasion parfaite se présenta en la personne d'Ultra Velonica. Cette dernière s'approcha lentement de notre duo, semblant très à l'aise à interrompre la discussion de deux mages noirs reconnus. Elle fit référence aux dernière paroles du Roi des Dragons. Je me souvenais d'elles et y prêtais attention bien plus qu'elle ne le pensait. J'avais hâte de découvrir le dragon actuel de l'Apocalypse ; rien que d'y penser et des frissons de plaisir s'affairaient sur ma peau. Néanmoins, l'accélération des battements de mon coeur ne fut pas l'oeuvre de quelconque rêve ni espérance, mais bien des mouvements venant du wyvern. C'était désiroire en fait. J'étais dérisoire si je me révélais incapable de tenir tête à un wyvern alors que je désirais prendre contrôle sur Acnologia.

Je n'avais pas été dupée par le répliqua de la Fille des Astres, moi aussi. Son assurance à venir à notre rencontre pour simplement discuter était un comportement des plus étranges. Je ne fus pas surprise lorsque Sasaki débusqua la véritable poulette derrière des arbustes. À mon grand malheur, elle n'était pas seule... un homme l'accompagnait. Alistour-quelque chose. Il était nouveau à Oracion Séis suite au départ de la petite Ether. Engagé par notre Master ! Je n'encourageais pas les manières de ce nouveau général, mais il me rappelait vaguement Nusty, ce que je trouvais aberrant et amusant à la fois. En le voyant, je ne pus retenir un sourire moqueur. Il s'était trouvé dans les parages au pire moment, il allait en payer le prix pendant que je disparaissais dans les landes ! Voilà ce qu'était mon plan : la fuite, comme toujours ! J'avais laissé ma cape avec toutes mes affaires au pied d'un arbre à une centaine de mètres d'ici. Être chanceuse, je pourrais m'éclipser sans occasionner nul questionnement. Et étonnamment, je fus très chanceuse !



HRP:
 
Alistair Erastraz
Le Psychiatre du DiableLe Psychiatre du Diable

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 28/02/2014
Âge : 18
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Memory Make
Magie / CS Secondaire : Altered Memories

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Mer 27 Aoû - 0:58

Athéna se trouvait donc ici. Elle batifolait dans les prés et papotait tranquillement avec une demoiselle à la chevelure violacée dans ce décor bucolique.
Cette énigmatique personne s'en alla en direction d'une sombre forme qu'elle chevaucha. Sans prévenir, celle-ci fit étalage de son impressionnante taille. En un cri strident, la chose déplia des ailes poisseuses de ténèbres et flotta dans les airs. Un Wyvern Noir ! En voilà une créature intéressante.
Selon ma mémoire, il y avait assez peu de dames capables de dompter une telle bête dans le royaume... Et la voilà, cette bête, qui abat sa queue écaillée sur nous.
Je n'eus pas beaucoup besoin de cette denrée rare qu'était le temps. Mes ressources en la matière suffisaient à ma réflexion tout comme à mon action. La Fille des Astres, en mon emprise, ne pouvait esquisser un piètre mouvement de dérobade. Et cette funeste créature représentait pour moi une aubaine. Je poussai sans ménagement la jeune fille avant de bondir en arrière. Le belliqueux appendice fit voleter mes cheveux et couvrit mes lunettes de poussière. Le végétal chut pitoyablement, brisé à l'impact. Je dus me baisser pour éviter d'éventuels éclats de bois.

Après avoir essuyé la saleté sur mes verres, j'admirai le spectacle. Velonica avait, voilà mes attentes, peut-être été fauchée par la chose ayant balayé son abri. Mais je n'y prêtai pas attention. Le noir monstre se posa d'une manière des moins gracieuses. Se dressait sur son dos, je reconnus son visage, une créature au nom à consonance doucereuse : Omura. Prénom : Sasaki. Membre de Tartaros et une de ces créatures censées pouvoir pourfendre les dragons.
Pour ma part, je trouvais cela bien arrogant et stupide. À quoi bon s'évertuer à pouvoir massacrer des reptiles volants lorsque l'on peut tenter de les contrôler. De pactiser avec eux. De mettre à disposition nos puissances mutuelles pour mieux régner. Ensemble.
À ce moment-là, mon esprit lucide pensait que le dialogue primait sur la violence. Qu'un arrangement valait mieux qu'un affrontement. On reconnaissait là le rat de laboratoire n'ayant que trop séjourné dans un environnement aseptisé, où raison est ennemie de passion. Les intérêts personnels avant tout ! Après tout, j'avais rejoint Oracion Seis pour cela : mes propres intérêts.
Ces abrutis de Dragon Slayers se targuaient d'avoir une puissance suffisante pour rivaliser avec les mythiques bestiaux... Bah. C'était leur problème. Si j'en avais été un, j'aurais tenté de sympathiser avec eux plutôt que de leur prouver ma force en les affrontant. Mais, passons. Quoiqu'il en soit, leur magie était des plus intéressantes. Un sujet d'étude délicieux. D'ailleurs, il fallait que je pense à prendre un instant pour discuter avec Griffith, ce jeune homme marginal dans le monde des guildes noires...

Analyse. La prestance de la fille annonçait son caractère ; celui d’une grande dame, affublée de je ne sais combien de degrés de noblesse. Sûrement un être aussi inquiétant qu’orgueilleux. Le son mélodieux de sa voix me parvint aux oreilles et l’habile enchaînement syllabique dont elle fit preuve confirma mes pensées :


- L'on ne peut tromper le flair d'un Dragon, tu devrais le savoir, Velonica. A ce propos, comment va celui qui empeste ton odeur, Ikari Ren ? S'est-il remis de notre dernière entrevue, le pauvre ? Je le laisserai en paix si tu daigne exhausser ma précédente requête. A présent, survis à ce bon docteur et nous verrons ce que tu as à dire.

Omura s'adressait à ma proie qui devait sûrement gésir dans enchevêtrement de buissons à haut taux d'entropie. Sonnée, sans nul doute. Enfin, là n'était pas ma préoccupation. Si elle s'était relevée, la dragonne aurait retenu, de toute façon, son attention. Je relançai mon Analyse... Très sûre d'elle, celle que l'on surnommait Darkness's Fangs ne s'attendait pas, pensais-je, à ce qu'on lui tienne tête. Ses attributs charnels se soulevaient calmement, affichant la relative quiétude intérieure du juge qu'elle se pensait être sur nous.
Je ne voyais en elle qu'une trouble-fête venue me voler ma proie. Aussi, je prévoyais de lui offrir une antithèse d'elle-même, et, afin d'apparaître encore plus anodin à ses yeux, me faire passer pour un mage utilisant les ténèbres pour se battre. Le but était de la déconcerter assez pour pouvoir m'éclipser tranquillement avec le corps de la Fille des Astres. Une fois en excès monumental de confiance en elle-même, ce membre de Tartaros, ne détecterait pas ni mon Image Différée, ni mon petit jeu avec sa mémoire. Et alors qu'elle s'évertuerait ridiculement à se souvenir de mon visage, pestant contre son esprit, je me serais déjà évanoui dans la nature. Oui... Affronter la mortifère monture et la maîtresse de celle-ci aurait été un acte bien fou, et, fort heureusement, je pouvais me targuer de ne pas l'être pour l'instant. Il me fallait tout de même porter attention à mon jeu d'acteur pouvant s'avérer fatal pour ma chère lucidité. Lorsque l'on est sujet à des troubles du comportement, le masque peut fondre sur le visage...
Vulgaire, débraillé, impulsif, inoffensif et idiot. Mon comportement devait laisser transparaître ces cinq qualificatifs.
J'affaissai volontairement une épaule avec lenteur et préparai mentalement une façon de se mouvoir plutôt originale.
Faisant mine de me masser les tempes afin de m'accorder un temps de réaction minimal, je pris la parole.


- Z’avez fini, ‘vec vos jolis mots ? Si vous pouviez fermer vos grandes gueules de bonnes femmes… D’ailleurs, l’est passée où la Melo ? interpellai-je les personnages présents.

C’était vrai. Où était passée Athéna ? Il semblait que la rousse s’était faite la malle tranquillement… Je lui aurais décerné le prix de la camaraderie si je l’avais pu…
Sentant petit à petit cette comédie s’ancrer en moi, j’abrégeai mon discours. Mon niveau intellectuel ne baissait pas au gré de mes humeurs, mais les trois premiers adjectifs, j’avais des soupçons sur leur arrivée proche.


- Ecoute, poulette, tu ch’vauches un joli lézard, mais j’ai pas qu’ça à foutre que d’écouter ta poésie pendant une éternité. Alors tu r’passeras m’faire un coucou quand tu voudras papoter avec l’aut’ donzelle quand j’l’aurai coffrée bien au chaud près d’Reyes. Allez hop, r’garde un peu.

L’heure fatidique approchait. Mon coup de bluff fonctionnerait-il… ? Je marmonnai un « Memory Make »avant d’annoncer fièrement le nom de mon sort :

- SHADOW’S JUDGEMENT !

L'arcane, utilisé pour la deuxième fois de la journée, prit forme et la danse macabre des ombres modela un marteau venant s'abattre en plein sur la supposée position de la Fille des Astres. De toute façon, le diamètre du construct magique était suffisant pour englober plus ou moins les endroits où pouvait se trouver ma chère amie Ultia. Au mouvement saccadé du poignet, l'élément ténébreux obéit et s'écrasa au sol.
Je me mis en course, faisant des mouvements irréguliers, calculés, et affichant un visage digne des plus gros poltrons peu futés du Marché Noir.
Je me précipitai vers la zone d'impact de mon sort pour en extirper le corps, je l'espérais, inerte de l'officielle. Prêt à embobiner Sasaki Omura.
Je m'en souviens...
Même avec un esprit clair, je demeurais un pauvre fou.


HRP:
 
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Mer 10 Sep - 16:44

Hier encore, elle savait la fille des astres, puissante et inébranlable. Pour cause, elle ne la défit jamais. Sous ses yeux fatigués, se déroulait pourtant une bien pitoyable scène. Là au creux des ténèbres d'un nuage de poussière, s'évanouissait la belle argentée. Plus que son discours vain, la dame ombrage trouva bien déplaisant de retrouver ici, un colosse déchu. Mais la donzelle pouvait être encore éreintée de la grande bataille, tout comme l'était l'Omura. Ces frêles corps étaient à bout, leurs esprits aussi. Manquant un soupir, la bête se plongea dans un souvenir, celui d'une rencontre macabre. Là à Kunugi, au fin fond d'une mine aux ouvriers massacrés, elles se croisèrent. Au final, Ultia fut le prédateur, le justicier. L'Omura se disait encore, que la raison de sa petite défaite, avait été l'épuisement de sa magie et du corps; elle s'était déchargée avant même l'apparition de cette sale lumière. Alors ici, la belle n'eut d'envie que d'arracher les membres de cette gamine, la torturer pouvait lui faire passer cette amertume d la voir si pitoyable. Premier soupir.

A la levée des ombres et de la poussière, se dressait là une scène bien impensable. Un nouveau rustre s'affichait, suivant les pas de Velonica. Ledit bon docteur venait de proférer grossièreté, ce qu'elle ne tolérait guère, surtout à son encontre. Fronçant alors des sourcils violents et violacés, la dame dragon se laissa glisser du dos de sa monture. Pour choir telle une plume et fouler la terre de ses bottes d'albâtre, en acier. Sans doute l'avait-il senti, cette légère tension dans l'air. L'aura de la belle avait relâché une bonne pulsion meurtrière, ce que traduisait cet air accusateur. Là voilà bien outrée et décidée à lui infliger un châtiment exemplaire. Peut-être se retiendrait-elle de lui arracher la langue mais l'avis de Kite Reyes sur la question, ne lui importait nullement; ce bélitre insolent méritait bien d'être rossé. Du reste, de par son égo démentiel, l'Omura se croyait supérieure à tout hominidé, surtout ceux n'étant pas master ou second des pilier de l'alliance. S'il l'était, elle l'ignorait.

Elle pensa ordonner à au colosse ailé, de faire captive de sa gueule, Ultia. Son chevet semblait convoité, elle n'en eu que faire. Quoiqu'elle y déportait ses pas, avec lenteur. Soudain, l'aliéné devint hostile, ce qui l'irrita de plus belle. Mais elle lui donnait raison sur un point, Athéna s'était volatilisé, son parfum ne chatouillait plus le moindre nasaux. Son cas pouvait attendre, sans doute l'inviterait-elle à prendre le thé, un soir, au calme, sous le seul regard de la planète d'argent. Cette seule pensée l'aurait pu distraire, et amuser, si naguère on ne l'avait pas empourprée. Redoublant le grognement de sa monture, Sasaki tentait de se maitriser. Mais voilà, ce malade lui rappelait un brin, une personnalité qu'elle portait en haine, Lie. Douée de réflexes aiguisés, bien qu'un tantinet endormis par son état de fatigue, la bête pu endiguer la manœuvre du sire noir. Jamais un membre de l'alliance n'avait osé porter la main sur elle, aussi la surprise s'était emparée d'elle.

« Zeke, attrape !! » Gronda-t-elle en désignant la belle endormie, tout en se ruant in extrémis à son chevet.

Là, son poing de titan, enveloppé d'une magie plus obscure que la masse lui fondant dessus, put la repousser sans trop de peine. L'impact manqua de l'ébranler par une simili secousse. Figée au demeurant, elle vit ce pouacre la gagner. Hélas pour lui, elle le prit de cours, lui ravissant sa proie. sans doute le verrait-il, qu'elle était vulnérable en cette heure. Bien pâle et légèrement tremblante, elle se surmenait. A cela il y avait deux raisons. La première était qu'on lui avait manqué de respect et qu'on agressa. Certes elle avait fracassé Melodia à Carmina, mais les circonstances l'excusaient. Ici, lui ne pouvait l'être, même s'il ne l'avait vu s'avancer vers leur proie commune. Du reste, un commandement belliqueux avait été soufflé, on lui demandait de préservait cette lumière. Sans doute désirait-on cuisiner Ultia, pour apprendre d'elle nombre choses. Elle recula avec peine, tandis que sa wyvern, grognait avec une humaine entre ses mâchoires. L'heure était à l'ultimatum.

« Je te laisse le choix, misérable. Tu peux essayer de la prendre par la force et périr; ou tu disparais sur le champ, afin de te voir inculquer le respect qui m'est dû. Vivre ou mourir, à toi de choisir. »

Arcane utilisé & notes :
 

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Alistair Erastraz
Le Psychiatre du DiableLe Psychiatre du Diable

avatar

Messages : 62
Date d'inscription : 28/02/2014
Âge : 18
Guilde : Oracion Séis
Magie / Malédiction / CS : Memory Make
Magie / CS Secondaire : Altered Memories

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.960
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Lun 27 Oct - 16:09

Dans ma course désordonnée, j'entendis un ordre retentir.
« Zeke »...? C'était donc le doux nom de la bête ailée ? On lui avait demandé d'aller chercher la magicienne convoitée ? Qu'à cela ne tienne, j'étais lancé. Et cette pauvre Wyvern n'allait pas tarder à être frappée sur la truffe pour avoir osé s'interposer.
Alors que je me rapprochais de ma cible, commençant à la distinguer malgré les entrelacs végétaux la dissimulant, je vis une chevelure violine se mettre en mouvement vers Ultia dont le magnétisme financier nous attirait tous. Un éclat de néant arrêta mon marteau prêt à s'écraser. La pourfendeuse n'avait pas été aussi surprise que je l'avais espéré. Sa réaction avait été des plus désagréables et mon plan inutile.
D'ailleurs, Omura me fit un affront de plus humiliants en ne prenant même pas la peine d'accepter la plaisante nourriture que je lui avais offert de plein gré. Ma magie n'était pas assez bonne pour elle ? Mes ombres n'étaient-elles pas délicieuses ? Mais tant d'étonnement était superflu. La jeune femme faisait preuve d'une confiance insolente, je l'avais prédit. Il était donc tout à fait probable que son orgueil la pousse à faire la fine bouche.
Le sort fut repoussé sans trop de difficultés, mais de la fatigue se lisait sur le visage de ce membre de Tartaros.
Au moment où j'allais pouvoir subtiliser le corps inerte de Velonica, une gueule, sombre et puissante l'attira en elle. Cela réduit mes chances de prendre Ultia sans combattre à néant...
Une mâchoire refermée sur elle, la Fille des Astres ne semblait pas pour autant s'affoler. Elle jouissait d'un paisible sommeil. Par ailleurs si elle s'était réveillée à cet instant, son coeur n'aurait sûrement pas supporté le choc. Ouvrir les yeux et se rendre compte que l'on se trouve entre les crocs d'une bête féroce, dont l'haleine fétide empeste la chair humaine, ne devait pas être quelque chose d'agréable à vivre. Même pour un expérimentateur tel que moi...
Gehehaha...
Quoiqueuuuh....

Je m'étais arrêté net devant le reptile géant. Sasaki fit quelques pas en arrière et me tint les paroles suivantes :


- Je te laisse le choix, misérable. Tu peux essayer de la prendre par la force et périr ; ou tu disparais sur-le-champ, afin de te voir inculquer le respect qui m'est dû. Vivre ou mourir, à toi de choisir.

Analyse. Le danger était-il réel ? Le Shadow Dragon Slayer me semblait exténué. Sa démarche, bien que ponctuée d'un discours gorgé de présomption semblait pénible. À travers de la pâleur de son visage et les légers tremblements de son être, l'on pouvait deviner une faiblesse qui se dissimulait difficilement. Mais voilà, l'armure d'orgueil, lui donnant une impression de force, se fissurait...
Je décidai de ne pas prendre la menace au sérieux. Pour ce qui était de son animal de compagnie, une aide nommée Altered Memories aurait pu me faire prendre l'apparence de sa maîtresse, et, ainsi, forcer « Zeke » à me livrer celle qui m'avait été ravie.

Différents plans se succédèrent derrière mes yeux... Mettre hors de combat Omura ? Tenter de l'assassiner pour éviter de quelconques représailles ? Cela revenait à déclarer une guerre inutile entre Oración Seis et Tartaros... Ça pouvait être intéressant ! Remplir ma mémoire de tous ces sorts utilisés par Tartaros ! Voir mes camarades, mon maître se donner à fond ! Fufufu ! Énorme, non? Non? Non... Nous n'avions vraiment pas besoin de ça... Et, si jamais quelque chose de ce genre-là advenait, le seul à déguster, ce serait moi...
C'est là qu'une drôle de pensée traversa mon esprit. Un principe, en réalité. Un tout autre point de vue...
Pourquoi me battre contre un autre représentant (et pas des moindres), de l'alliance ? Pourquoi ? « Alliance ». Un titre honorifique pour un traité de non-agression. Je me surpris à déplorer cela. Nous, les mages noirs, poursuivions tous un idéal. Pourquoi entrer en rivalité alors que l'on pourrait satisfaire tout le monde... ?
C'était quelque chose de nouveau... Quelque chose... De bien étrange. À vrai dire, dément comme je l'étais, je n'avais pour ainsi dire... Pas vraiment de personnalité. Au sens littéral. Je n'étais qu'un être diffus portant une succession de masques...
Mais voilà que quelque chose de concret occupait mon esprit... Une aspiration plus grandiose pour mon être ne cherchant à satisfaire que ses intérêts personnels... Une grande nouveauté dans ma vie...
Pour apporter cette satisfaction, le système, la société... Toutes ces choses privant les gens de liberté devaient être balayées. Écrasées. Et seuls ceux qui auront combattu toute leur vie pour la fin de leur assujettissement se verront être déchaînés...
Oui...
Un sourire en coin étirant mes lèvres, un embryon d'utopie tordue à l'esprit, je fis quelques pas et, sans prévenir, dépliai ma jambe afin que ma botte écrase le sternum draconique d'Omura. La manœuvre avait une double visée : tout d'abord, aider la jeune fille à rejoindre sa monture, car elle partait. Mais également lui montrer qu'elle ne pouvait abuser un mage mémoriel ayant ancré une kyrielle de détails la concernant dans sa base de données.


- J'ai changé d'avis. Je suis pour une Alliance Baram unie. Ta guilde est déjà amputée de son maître... Que nous n'allons pas tarder à libérer et à venger. Nous autres généraux d'Oración Seis aspirons à la liberté totale. Chacun en a une conception différente, favorise une liberté à une autre, mais au final, c'est ce qu'est notre guilde. J'ai ouï dire que nous nous rendrons sur Gehenna... C'est sûrement pour cela. Je serais donc bien égoïste de ne pas te laisser Ultia... Prends-la comme un cadeau pour avoir fait bouger les choses. La bataille annonce le chaos. Le chaos annonce le chaos. Le chaos né du chaos annonce un ordre nouveau... Le nôtre, déclama-t-il de façon théâtrale.

Avait-elle compris ce soudain changement dans mon attitude ? Bah. Après tout, quelle importance... ?
Là-dessus, je me retournai d'un geste, faisant voleter les pans de ma blouse. Une main dans la poche, je me remis en route, l'autre main tapotant distraitement la tête de ma vis.
Les réflexions précédentes étaient à mûrir. Ce n'était là que la genèse d'Alistair Erastraz ; ce patchwork humain que j'étais.
La liberté...
Pouvoir assouvir mes pulsions. Une échappatoire. Voilà l'origine de mon affiliation à Oración Seis. Apporter des réponses.
La liberté...
Ces pulsions naissaient, grandissaient, pourrissaient et infectaient chaque être humain dans ce monde. Moi, j'extériorisais. Moi, j'aspirais à être libre de répondre à ses besoins. Je ne cherchais pas à me brider, je ne laissais pas mes élans meurtriers ronger mon intérieur. Les gens préféraient enterrer et oublier leurs bas instincts. Qu'ils aillent au diable ! Ils s'autodétruisaient, se persuadant qu'ils n'étaient pas d'une nature aussi bestiale, qu'ils ne pouvaient pas être capables de penser à des choses comme le meurtre, le vol ou l'adultère. Mais il y a si peu de différences entre réflexion et action !
Nous, humains, étions tous pécheurs ! De pensées ou d'actes ! Seulement, contrairement aux autres, j'acceptais la réalité. Je passais pour fou... Mais j'étais lucide ! La seule et vraie lucidité !
La vérité éclatait enfin...
Un rire glaçant retentit dans les plaines.


- So... Who's the mad one... ?

Note au correcteur et à Sasa' ♪:
 
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   Ven 20 Mar - 13:09

Sous la caresse d'une brise légère, la dame ombrage croisa les pattes. Elle dédiait au manant, un faciès inquiétant, digne d'une poupée traitre. Hélas pour elle, le dément la chargea, tandis qu'elle demeurait bien éreintée et figée. Il fit mouche, le coquin. La botte noire la frappa de plein fouet, elle en eut le souffle coupé. Si bien qu'elle valdingua vers sa bête, dépliant une aile pour la recueillir. L'Omura avait le prunelles écarquillées. Fort heureusement pour elle, le talon de l'homme avait embrassé une plaque d'acier et le reste, seulement frappé sa poitrine. Nul sinistre à déplorer, un simple malaise en l'instant. Elle vit trouble, et vivait un affreux tournis; là couchée dans l'aile du géant. Et de son ouïe formidable, la belle ne perdit une miette du discours. Il l'empourprait d'aventure. Nul doute qu'elle l'écharperait au front. Leurs visions différaient d'ailleurs, témoignant que la folie n'était la même pour tous.

Et le voilà parti, comme si de rien n'était. Elle se contenta de grogner en sourdine, et de tousser à miles reprises. Le temps passant, elle retrouva un semblant de vigueur. Si bien qu'elle quitta sa monture pour fouler de nouveau la terre, de ses bottes lourdes. Là elle foudroyait du regard, le lointain. Sa frustration fut telle, qu'elle aura bien donné la chasse à l'homme. Nul doute qu'il aurait tremblé à lui savoir aux trousses, ce duo infernal, cette chevalière sombre à la monture funeste. Hélas pour lui, qui l'avait pu désiré, elle étrangla ce désir fou, et n'alla abattre qu'un innocent arbre; histoire d'évacuer cet affect débordant. Du reste, la simple pensée de s'érodée d'aventure, l'emplit d'une lassitude grandiose. Ainsi la nant délaissa ces noirs dessins, dans l'espoir d'une satisfaction plus grande encore. A vrai dire, elle ne se voyait déjà trouver, réponses à ses énigmes; la donzelle d'argent n'était qu'une sotte de plus.

L'Omura n'avait que faire de cette misérable enfant, qu'elle devrait alors préserver à la barbe d'un dément, et aux griffes d'hommes avides de chair. Sans doute la logerait-elle dans les cachots, lieu si terrible qu'aucun n'homme ne s'osait à s'y aventurer. Car le colosse y rôdait, y demeurait. Zekrom en était le farouche gardien, le vielleur à la bonne marche des supplices et du trépas. Mais la dame ombrage avait reçu missive, de la part d'une horreur passée, d'une petiote terrée dans les tréfonds de sa personne. Lisette désirait qu'Ultia vive. En plus de lui servir d'otage factice, l'archéologue lui livrerait l'entièreté d'un savoir. En effet, la première née avait cette lubie et quête, de vouloir assembler le puzzle de la plus grande énigme; celle du fait d'être un Dragon Slayer. Naguère encore l'on s'extasiait en théories bien farfelues et croustillantes, mais Elle y voulait croire. Sans doute sa rédemption se cachait-là, en un remède à l'évolution et dégénérescence, qu'elle n'avait su trouver.

Voilà qu'un soupir s'évadait de ces lèvres, mornes et sanglantes. Et la dame ombrage proclamait l'heure du départ. Avec grand peine elle se hissa sur le dos de la bête, et la vit refermer un brin sa mâchoire baveuse. Là elle maintiendrait captive Ultia, tandis qu'elle ordonnait le vol quiet. Le grand reptile battit puissamment de l'aile, soulevant un nuage de poussière avec lui. Le familier s'envola vers les nuages, afin d'être indétectable. Puis elle contemplait l'astre prônant au loin. Ses pensées l'absorbèrent, mais nul n'y répondit. Pas même celle qui ordonna ce périple. Ainsi les ombres regagnèrent leur forteresse. Afin d'y ensevelir les espoirs et les rêves d'une belle enfant. L'Omura ne voulait d'une récompense, seulement des réponses. Et la jeune fille allait lui livrer son savoir et intellect, de gré ou de force. Sans quoi elle vivrait l'enfer sur terre, entre les mains de miles hommes, dit-elle, bien mensongère. Elle ne pouvait désobéir encore, ou craindre de voir perdu un tel trésor.

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)


Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: L'oeil sur eux (Sasaki)   

L'oeil sur eux (Sasaki)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Landes Paisibles
-