Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Quatre filles, deux aigles et une gare

AuteurMessage
Anna Glow

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 23/03/2012
Âge : 25
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Renkenjutsu / Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.250
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Quatre filles, deux aigles et une gare   Dim 5 Mai - 12:47
Aujourd'hui s'annonçait être comme un merveilleux jour, car après un long voyage jusqu'à la cité volante, j'allais enfin retourner à ma guilde qui m'avait tant manqué. Le voyage retour avait été plus long que prévu, car mon nouveau partenaire fraîchement sorti de l'animalerie de Rochair était encore un tout jeune aigle, de ce fait je le ménageais en faisant plus de pause. J'ai aussi eu tout le temps de découvrir que malgré son jeune âge Fuki semblait plus disposé à un comportement désagréable qu'à être un gentil aigle. Après une longue traversée du désert ponctué de quelques prises de becs nous arrivions enfin à Hargeon où nous avons pu prendre le train en direction de Clover Town. Du moins c'est ce qui était prévu, à l'intérieur des transports je ne pouvais pas me permettre de laisser Fuki à sa taille normale, il était relativement imposant pour un jeune aigle et il aurait vite fait de faire des bêtises.

Je ne savais pas dans quoi je m'étais embarquée en l'adoptant, je sentais de plus en plus que cela serait loin d'être une sinécure de faire son éducation et de prendre soin d'un aigle pouvant se montrer aussi désagréable. Pourtant, il était hors de question de faire marche arrière, dans la vie il faut avancer sans regret pour que la chance nous sourit, même si je ne renonçais pas à l'idée de lui apprendre petit à petit à être plus sociable, je ne regrettais pas d'avoir pris Fuki avec moi. J'étais persuadée que plus tard nous arriverions à être de très bons amis. C'était à moi de faire en sorte qu'il s'épanouisse comme le ferai une mère avec son enfant. J'étais déterminée à me faire accepter comme tel.

Les stations défilaient et Fuki était de plus en plus agité, c'était compréhensible vu que c'était la première fois qu'il voyageait en train, mais je ne pouvais pas le laisser déranger davantage les autres passagers. Peut-être avait-il faim ? Quand j'y pensais il était vrai que l'on se rapprochait de l'heure du repas et moi aussi je casserais bien la croûte. Un sachet de graines et quelques sandwiches plus tard, nos estomacs respectifs étant nous avons fini par piquer du nez tous les deux. Pour dormir, le chibi-Fuki avait décidé de faire son nid dans mes cheveux et même si cela me faisait plein de noeud c'était tellement mignon et j'étais tellement contente qu'il commence déjà un peu à s'attacher à moi que je décidais de le laisser faire avant de m'endormir à mon tour.

Une petite heure plus tard, l'oiseau surexcité voletait dans tous les sens dans la cabine. Qu'est-ce qu'il pouvait encore avoir ? Je lui proposais de l'eau, mais il n'en fit rien. Il ne voulait décidément pas se calmer ce qui fit fuir les autres voyageurs présent dans la cabine. J'avais beau feuilleter le guide d'éleveur d'aigle gamoréen pour les nuls, je n'y trouvais rien pouvant expliquer son comportement actuel. Et ce qui devait se passer arriva, un voyageur mécontent était allé se plaindre auprès des contrôleurs de la ligne qui m'ont gentiment priée de bien vouloir descendre du train à la prochaine station, soit celle d'Oshibana. Grâce à Fuki nous allions devoir attendre le prochain train ce qui revenait à repousser d'une journée mon retour à Cait Shelter, car le temps que le prochain train nous amène jusqu'à Clover Town il sera trop tard pour prendre une taxi-charrette.

Dans un soupir plein de lassitude, j'accédais sans broncher à la demande des contrôleurs en espérant qu'une fois à l'air libre Fuki serait calmé, mais il n'en fut rien. Le petit aigle s'envola aussitôt sorti du train, comptait-il me fausser compagnie ? Non, pire que cela. Il pris un peu de hauteur, pour mieux se délester en lâchant une belle fiente au-dessus de la foule qui entrait et sortait du train avant de revenir se poser sur mon épaule, tout content de se sentir à nouveau aussi léger qu'une plume. J'espérais que personne n'avait été touché par la vile bombe blanchâtre, mais évidemment ce n'était pas le cas. Je vis la foule s'éclaircir petit à petit jusqu'à ce qu'il ne reste plus qu'une personne, une jeune femme qui, si j'en crois la petite flaque sur sa longue chevelure blonde avait été la malchanceuse du lot. Comme toute maîtresse responsable, j'allais à directement à sa rencontre pour lui présenter des excuses. Seront-elles acceptées ?
Lisa De Valinco

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 27/09/2012
Âge : 22
Guilde : Sabertooth
Magie / Malédiction / CS : Yubiwa Mahô / Magie des Anneaux

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.095
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Jeu 16 Mai - 23:49
Lisa venait de se réveiller dans un petit hôtel d’Oshibana dans lequel elle avait passé la nuit. Elle se trouvait depuis plusieurs jours en ville pour une mission sans grand intérêt, mais elle en était venu à bout la veille et avait profité de la nuit pour se reposer avant d’entreprendre son voyage de retour en direction de la guilde. Elle flemmardait au lit et comptait bien en profiter pour une fois. Elle avait décidé de rentrer en prenant le train jusqu’à Mac Anu avant de finir le reste du chemin à pied. Ce qui lui prendrait plusieurs jours avant d’enfin arriver à Crocus où elle pourrait revoir sa famille et les autres membres de Sabertooth. Elle allait bien entendu revoir ceux qu’elle appréciait comme Nora, mais également ceux qu’elle n’appréciait pas dont cette fille qui n’avait pas voulu lui dire son nom. Cette espèce de saleté qui s’était comportée comme une sale gamine mal élevée le jour où Lisa avait accepté de lui faire visiter la guilde. Cette dernière n’avait toujours rien fait pour lui rendre la vie difficile, mais elle avait décidé de commencer à le faire dès qu’elle serait revenue. Elle ne savait pas encore comment elle allait s’y prendre, mais on pouvait être certain que ce serait quelque chose dont cette blondasse se souviendrait longtemps.

La mage aux anneaux se leva en fin de matinée et se prépara longtemps pour être la plus présentable possible. Elle accorda une attention toute particulière à ses cheveux pour ne pas changer. Ils étaient sa fierté et il fallait qu’ils soient en permanence extrêmement bien coiffés. Elle pensait surtout qu’ils détournaient l’attention de ses robes qui n’étaient plus dans un très bon état depuis le temps où elle effectuait diverses missions et qu’elle n’avait plus les moyens de s’en acheter des nouvelles à chaque fois qu’elle en salissait ou abîmait une. Une fois qu’elle fut prête, elle quitta sa chambre pour aller manger quelque chose dans une petite taverne. Elle se faisait plaisir aujourd’hui, en dormant dans un bon lit et mangeant un très bon repas de qualité. C’était un peu couteux, mais ce n’était pas important. Elle pouvait bien se faire plaisir en profitant de ce qu’elle n’avait plus vécu depuis la ruine de sa famille. C’est donc après un excellent repas, qu’elle se mit en direction de la gare de la ville où elle devait prendre son train pour Mac Anu où elle passerait peut-être la nuit si elle y arrivait tard, afin de ne pas avoir à commencer sa marche dans l’obscurité.

Lisa arriva finalement devant le bâtiment de la gare et entra à l’intérieur. Il fallait maintenant qu’elle achète son billet et trouve le bon train. Ce serait très bête d’en prendre un qui va à Clover Town dans la direction opposée. Elle fit donc la queue pendant plusieurs minutes devant un guichet et commençait à s’impatienter puisqu’elle se trouvait juste derrière un parfait imbécile qui n’était pas capable de savoir où il devait se rendre. Heureusement, ce fut enfin son tour de se présenter à la vendeuse. Elle lui acheta donc un billet pour Mac Anu et partit à la recherche de son train. Malheureusement pour elle, elle se retrouva coincée dans un flot de voyageurs qui montaient et descendaient d’un train. Elle ne savait même pas si c’était celui qu’elle devait prendre puisqu’elle était littéralement encerclée d’individus qui étaient tous plus grand qu’elle et sa petite taille. Elle était coincée et suivit donc les mouvements de la foule pour essayer de s’en sortir. C’est alors que l’impensable se produisit. Elle sentit quelque chose lui tomber sur les cheveux, sa magnifique chevelure venait d’être touchée et elle n’avait pas la moindre idée de quoi il s’agissait.

Elle se stoppa donc immédiatement et ne bougea plus pendant plusieurs minutes. Elle n’osait pas toucher pour voir de quoi il s’agissait. Elle attendit sans bouger jusqu’à ce que la foule se trouvant autour d’elle se dissipe naturellement puisque l’échange avec le train était désormais terminé. Elle retrouva alors petit à petit sa mobilité et monta lentement sa main jusqu’à ses cheveux blonds et la posa à l’endroit qui avait été touché. Elle approcha alors ce qu’elle venait de toucher de ses yeux pour voir ce qui lui était tombé dessus. C’est en voyant la chose blanchâtre sur ses doigts que la mage aux anneaux comprit de quoi il s’agissait. Elle venait de se prendre une fiente en plein sur la tête, ce qui lui venait de lui salir les cheveux plus qu’ils ne l’avaient jamais été. C’était la pire chose qui pouvait arrivée à l’ancienne riche qui se mit à hurler en se jetant à genoux sur le sol. Il fallait qu’elle retrouve le volatile responsable de ce qui venait de lui arriver. Elle allait lui arracher les plumes une à une avant de les lui faire avaler. Elle était rarement violente, mais dans des cas comme celui-là, elle était tellement en colère, qu’elle était capable de tout. Elle était toujours au sol et tapait du point sur le sol pour contenir sa rage.
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 21
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Sam 8 Juin - 21:56

Vitre baissée, le visage en proie aux rafales venteuses et violentes, la jeune femme aux pupilles dorées réfléchissait en regardant déferler les paysages multiples qu’elle traversait à une vitesse impressionnante. Myrcella voyageait en quête de savoirs et de culture, elle prenait le train pour une destination qui lui était encore inconnue, mais elle n’en avait que faire de savoir combien de temps cela allait lui prendre. Elle était loin d’apprécier la monotonie et ses périples égayaient son pauvre cœur endolori par le chagrin d’une perte fraternelle. Elle voyageait de ville en ville dans l’espoir d’enrichir ses connaissances, elle ne manquait pas d’argent même si elle éprouvait le besoin de faire attention à son budget. Elle pouvait donc par conséquent se permettre ce genre de sortie, cela lui était nécessaire et elle profitait de ces instants idylliques où le mystère et l’inconnu prenaient place dans sa tête émerveillée, ces moments empreints de découvertes où elle épiait d’un regard enfantin la moindre chose qu’elle ne connaissait pas. Forêts et montagnes se succédaient dans cette rapide traversée de Fiore, des régions vallonnées aux plaines verdoyantes jusqu'aux douces côtes maritimes, elle avait un aperçu de tout ce que ce beau royaume avait à offrir.

Dans ce calme reposant, une altercation, qui à défaut d'être visible s'entendait à la perfection, avait détourné l'attention de la jeune femme qui n'avait pu s'empêcher de s'intéresser à la raison de cette discussion. De ce qu'elle avait pu comprendre de son investigation partielle, dans l'une des cabines voisines à la sienne se trouvait une bestiole qui ne cessait d'importuner les passagers et le contrôleur avait convié le maître du dit animal à sortir du véhicule au prochain arrêt pour l'aérer, lui et ses esprits. La mage céleste était curieuse de savoir qui était cette personne, elle devait elle aussi s'arrêter à l'arrêt suivant et elle espérait fortement croiser celle qui avait perturber la fin de ce voyage. Malheureusement, son périple, aussi fantasque qu'il soit, devait déjà se terminer et la fin résonnait à l'arrêt d'Oshibana, une ville célèbre pour sa gare. A peine arrivée sur les quais de l'unique monument de la cité ferroviaire, elle entreprit d'appeler à son service l'esprit du petit lion pour lui tenir compagnie le temps d'une rapide visite de la ville. C'était ainsi que tendant devant elle une clé d'un argent resplendissant, elle invoqua l'un des esprits qu'elle affectionnait tout particulièrement.


« Ouvre-toi porte du petit lion, Leo ! Viens à moi ! Je te demande de me tenir compagnie. »

Une foule massive hantait l'immense hall du centre ferroviaire, elle se sentait compressée et elle avait l'impression de ne plus pouvoir respirer, une impression des plus déroutantes lorsque l'on venait de sortir d'un inlassable trajet qui avait duré plusieurs heures. L'immense horloge qui indiquait les départs et les arrivées ne cessait de produire un brouhaha assommant, les oreilles de la jeune femme n'entendaient plus avec certitude et sa vision, obstruée par la masse populaire présente dans les locaux, l'avait forcée à retrouver ses esprits à l'extérieur de la gare accompagnée son fidèle compagnon, là où l'environnement était bien plus agréable et supportable. L'air pouvait de nouveau pénétrer dans ses poumons et l'oppression constante qui faisait rage à l'intérieur du bâtiment s'était évaporée en quelques instants, elle se sentait de nouveau revivre et cette sensation était relaxante. Néanmoins, cette atmosphère si douce et posée qui régnait dans la grande place d'Oshibana s'interrompit par un cri ou plutôt une suffocation de surprise qui ne manqua pas d'attirer la totalité de l'attention sur une jeune femme à l'accoutrement noble et hautain, qui semblait être victime d'un oiseau bien perturbateur.

Myrcella, dans un élan de curiosité, ne s'était pas gênée et avait tourné son regard sur la noble blonde humiliée. Elle n'était pas le genre de femme à se balader avec un oiseau et puis, il ne serait sûrement pas permis de faire ses besoins sur elle. Tandis que la place se vidait peu à peu, l'hystérie générale s'évaporait et la nouvelle recrue de Blue Pegasus ne put s'empêcher d'avancer un peu plus en direction des deux jeunes femmes qui, ne s'étant pas encore adressées la parole, semblait sur le point d'entamer une houleuse discussion. Ce n'était pas sans compter sur Leo qui venait de se jeter sur cette fe mme, qui non loin d'attirer sur elle tous les désirs bestiaux, venait une fois de plus de se faire ridiculiser et peut-être même décoiffer.


_________________

Akira Genji
AmnesiaAmnesia

avatar

Messages : 437
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 21
Guilde : Agent du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.525
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Lun 10 Juin - 13:34




« Departure ! »


    Sunny day theme by Queen's Blade on Grooveshark

    En partance vers Oshibana, je voyageais léger en compagnie de mon fidèle aigle Kazuki. Suivant toujours mes pas avec attention, on se dirigeait tous les deux vers Magnolia. La célèbre ville qui comportait en son sein la noble guilde des fées, mais aujourd’hui le programme ne me donnait pas encore l’occasion de la visiter entièrement. Une fois de plus, je fus contrainte de faire un passage éclair pour emprunter le train à nouveau. Cette fois-ci, je n’allais pas me diriger vers Clover Town pour m’entraîner comme j’avais l’habitude de faire, mais plutôt vers la gare d’Oshibana sous la demande de notre master. En effet, ce dernier m’avait confié une livraison des plus banales qu’il soit. Bien entendu, j’avais une marge d’avance sur la livraison. C’est donc avec l’esprit léger que je poursuivis mes pas vers la gare de Magnolia. Prenant un ticket vers le guichet en ayant effectué un bon quart d’heure de queue, j’arrivais finalement vers mon compartiment.


    Un compartiment de moyenne gamme pour mon familier et pour moi-même. Cela dit, aucun autre passager ne semblait avoir réservé dans la même pièce que moi, je fermais alors la porte pour être au calme. Le train était bondé et il n’était pas chose aisée de ne pas se faire remarquer avec un aigle de cette taille. Kazuki m’avait effectivement causé maints soucis à cause de sa corpulence plus ou moins imposante et costaud, mais rien de grave ne s’est encore produit, ce qui était le principal. Cet animal était assez calme et assez intelligent pour ne pas casser les divers produits locaux des marchands, lorsqu’il était de sortie avec moi en ville. De ce point, je m’en sortais assez bien, mais il fallait bien un jour que je songe à lui acheter un chibi-gun. Dans tout les cas, le train était sur le point de partir et c’est avec un regard non sans grand intérêt que j’admirais la gare s’éloignait progressivement de nous. Nous voilà en direction d’Oshibana, de ce fait, je pouvais donc me permettre de me relaxer un peu, le temps du trajet, mais je n’en ressentais pas le besoin alors j’essayais de m’occuper comme je pouvais.


    C’est en observant les paysages se défilaient sous mes yeux, que je me mis à penser aux évènements qui s’étaient produites tout du long de ma carrière. Ma mission sur l’île de Sugire, mes divers entraînements, mes multiples combats au Domus Flau, ma quête avec la petite et charmante Kalindra Flashman et les autres connaissances que j’ai pu croiser en travers de mon chemin… Il en va de soit que je n’étais pas encore assez forte pour les surpasser. Ils étaient tous très fort les uns que les autres… Il fallait donc je me remette sérieusement à m’entraîner, si je voulais progresser encore plus que je ne l’étais actuellement. Mentionner son appartenance à la meilleure guilde de Fiore pouvait bien vous procurer le respect des passagers et des divers mages au cours de votre route, mais cela ne signifiait pas que vous en étiez digne de le faire. Pour porter cette renommée, il fallait de l’acharnement et de la hargne, de la conviction jusqu’à avoir de la rage… La rage de vaincre et de dépasser vos propres limites. A ce moment, je comprenais ainsi l’importance à appartenir à une guilde et les conséquences que cela pouvait également importer. Pour chaque membre, elle était une maison, mais il fallait aussi prendre conscience que ce n’était pas qu’une communauté, mais aussi une identité à tous ceux qui représentait son blason. Je n’avais alors, pas encore le droit de mentionner ma guilde pour si peu sous prétexte qu’un voyageur me le demandait.


    Cette fierté qui fait de moi ce que je suis et qui me tient beaucoup à cœur, me fit prendre conscience des impacts que cela pouvait engendrer tout autour de moi, ce qui pouvait ainsi expliquer l’exigence de notre master et du crédo de notre guilde. Consciente et déterminée de l’enjeu que je représentais pour celle-ci, je me décidais donc d’accomplir ma tâche et de retourner aussitôt à Crocus une fois ceci fait. Le train s’était arrêté et je me mis donc à descendre les marches. Suivie de mon aigle, nous parvenons finalement à notre client. De retour vers la gare, nous étions sur le point de partir pour reprendre le train de plus belle, lorsqu’un cri retentit et arrêta tout d’un coup mon élan. Curieuse de savoir ce qui s’était bien produit pour qu’un cri de cette ampleur fasse apparition, je tournais donc naturellement le regard vers l’originaire du son. A première vue, cela ne semblait pas être un vol ou une bagarre comme je m’y attendais habituellement, mais en regardant de plus près, je parvenais finalement à identifier deux silhouettes non loin de moi. Cela semblait à priori être deux femmes. Je me frayais donc un passage parmi les passagers. M’approchant lentement pour voir de plus près ces personnes, je n’avais aucune autre intention que leur demander en tout hasard, si celles-ci ne nécessitaient pas mon aide.


    J’étais à ce moment-là, loin de m’imaginer que je la reverrais un jour… Ainsi sur le sol, je pu ainsi voir la victime frapper du poing d’un air outré. En effet, une fiente assez nauséabonde et blanche se dressait là sur sa magnifique chevelure dorée… Lorsqu’au même instant, une femme s’approcha d’elle pour lui présenter ses excuses. Sur l’instant, j’allais aussi m’approcher d’elles, mais mon regard se porta très vite vers Kazuki qui lui, semblait à son tour être pressé. L’aigle qui se tenait habituellement à mes côtés, prit son envol comme je le craignais et à ma plus grande surprise, lâcha également une fiente sur les habits de la malheureuse. Embarrassée par la situation qui venait de se produire à l’instant et abasourdie par le malheur qui s’abattait décidément sur cette jeune femme. Je m’approchais quant à moi, hâtivement vers elle pour tenter d’arranger la chose, mais en vain, son cas s’empirait de plus en plus… Cette situation complètement loufoque ne s’arrêta d’ailleurs pas de sitôt, puisque en effet, un animal s’approcha très vite de la rousse et vint la décoiffer sous mes yeux. Légèrement intrigué de cette présence féline, je me demandais alors d’où pouvait bien provenir cet autre animal… ?


    La foule se dissipa peu à peu pour prendre le train et je pouvais alors entrevoir une troisième silhouette près de nous. Une femme, pour le moins que l’on puisse dire assez élégante et charmante. Celle-ci semblait alors être le maître de ce petit lion, si j’en croyais ma logique. Je faisais par ailleurs office de décor en restant planter là, sans avoir dit un piètre mot à l’encontre de la victime. Mais sur le coup, je ne vis aucune solution à proprement parler, pour réparer la bêtise que venait de faire mon compagnon à l’instant, si ce n’est que je devais présenter à mon tour, mes sincères condoléances pour le désagrément engendré… Cela dit, je n’eus pas le temps de les faire que mon regard se figea vers cette femme. En effet, en prêtant attention à son visage, cette malheureuse s’avérait être en réalité une camarade de ma propre guilde, à savoir Lisa de Valinco. Cette femme qui gisait à mes pieds et dont je craignais fortement l’identité, se tenait là, tout juste devant moi. L’aristocrate ne semblait d’ailleurs pas avoir changé depuis notre dernière rencontre. Elle portait toujours cette magnifique robe avec excellence. Maintenant, cela ne ressemblait plus à rien. La commission de mon compagnon faite précédemment, coulait d’ailleurs lentement et doucement de son épaule… J’avais un peu de peine pour elle, mais celle qui était plus à plaindre et qui était passible de passer un mauvais quart d’heure était plutôt moi pour le coup …


    Que pouvais-je bien faire pour calmer le jeu dorénavant… ? Connaissant son caractère, je savais très bien qu’elle n’était pas du genre à se laisser fienter dessus, docilement et gentiment, sans avoir recours à d’extrêmes représailles… Je me mis même à frémir à cette idée. Rien qu’en repensant à ce qui s’était passé lors de ma première journée d’intégration à Sabertooth et à ce qu’elle avait pu dire à Santaz lorsque celui-ci avait commis une simple erreur, j’en frissonnais déjà de peur. Appréhendant sa réaction sur le moment, il était difficile pour moi de fuir, mais ma fierté et mon instinct de survie me disait pour le coup de ne pas bouger d’un centimètre.


    La fuite n’a jamais été mon point fort de toute façon… Il fallait dorénavant assumer, même si cela ne provenait pas directement de moi. En tant que maître, je me devais de lui présenter mes excuses et de manières le plus courtoises possibles, mais je doute que cela soit apprécié et accepté… Surtout en repensant à mon agissement au QG quelques temps plutôt. Partir de cette façon après l’avoir brièvement remercié, sans même avoir décliné mon identité comme elle me l’avait demandé, n’était pas un acte très respectueux de ma part. Sachant donc pertinemment et pleinement la haine qu’elle pouvait ressentir à mon encontre, je pris tout de même mon courage à deux mains et inclinais vaguement ma tête pour lui faire part de ma compassion et de mon respect en son égard. En espérant qu’elle comprenne que tout ceci n’était qu’un fâcheux accident. Je m’excusais humblement auprès d’elle et attendais patiemment sa réaction d’un air calme.

    « Veuillez prendre en considération mes sincères excuses Lisa de Valinco. Je ne m’attendais pas à vous revoir en ces lieux et encore moins dans cet état. »



    « Sincèrement navrée ... »
    disais-je finalement, en laissant par la suite planer un grand silence.

    Je n’avais guère le choix et je savais très bien que la situation était délicate. Je ne pouvais à présent plus faire marche-arrière. Ce qui me rassurait tout de même dans l’histoire, c’est de savoir que je n’étais pas toute seule à avoir commis une erreur et puis que pouvais-je bien faire autre que m'excuser... ? Dorénavant, Il était trop tard pour ressasser le passé. Je me disais même intérieurement que ce n’était qu’un mauvais moment à passer. J’espérais donc ne pas m’attarder en ces lieux et essayais toutefois de garder mon sang-froid. Maintenant, reste juste à savoir quelle en sera son verdict et quelles seront la réaction des deux autres demoiselles ici présentes...



Dernière édition par Akira Genji le Dim 23 Juin - 17:18, édité 1 fois
Anna Glow

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 23/03/2012
Âge : 25
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Renkenjutsu / Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.250
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Sam 22 Juin - 19:33
En bien des points, il n'était pas franchement agréable de se faire littéralement chier dessus. Outre l'aspect peu ragoûtant de ce type de matière et l'odeur dégoûtante qu'elle dégage, se retrouver avec une belle fiente sur le crâne en public était surtout un des pires humiliations possibles. Pourtant, je restais complètement surprise devant la réaction on ne peut plus excessive face à la situation. La jeune femme touchée par la bombe blanche de Fuki semblait être de par son apparence quelqu'un de digne et distinguée, probablement même une aristocrate. Bien que je sois généralement partante pour me lier d'amitié avec les gens que je rencontrais au cours de mes voyages, je ne pense pas que cette fois-ci ce soit possible, grâce à la magnifique bêtise de mon familier, mais pas que. Je gardais un très mauvais souvenir des gens appartenant à la haute société à cause de mes propres parents qui se sont désintéressé de leur famille aussitôt que la gloire commença à leur sourire. C'est gens-là se complaisent dans un luxe aussi grand que ridicule, dans un monde tournant uniquement autour de leur petite personne. Mais, bien que ce soit difficile, je ne voulais pas juger la grande blonde sans la connaître un minimum, malgré le fait qu'elle se donne en spectacle pour une malheureuse fiente, elle devrait plutôt être contente que j'ai investis dans un chibi-gun, car sinon je crains fort qu'elle se serait retrouvée entièrement recouverte. Fuki, qui avait senti qu'il valait mieux pour lui qu'il se fasse oublier, l'aiglon se planqua donc au fond de la capuce de la veste en attendant que je rattrape sa boulette.

Alors que j'attendais que la noble soit en mesure d'entendre mes excuses, je vis un autre animal entrer en jeu, il se dirigeait droit sur elle et je ne pense pas que "l'attaque" d'un autre animal quel qu'il soit arrange la situation. Je me mis donc en place pour l'intercepter, mais sur le poids de la petite boule de fourrure qui venait de me sauter dessus, je tombai à la renverse. La créature en avait visiblement après ma coiffure, elle s'amusait visiblement bien à mâchouiller la petite ficelle qui nouait mes cheveux. Le corps de l'animal, lui, me recouvrait entièrement le visage jusqu'à ce que j'arrive à le décoller de là. Les bras tendus devant moi, j'observais quelle sorte de bête féroce pouvait bien m'avoir attaquée quand je constatais qu'il s'agissait en fait d'une sorte de félin absolument adorable.


- Tu sais que t'es chou toi ? Mais ce n'est pas bien d'attaquer les gens comme ça.

Je me relevais lentement tout en tenant le petit félin éloigné de ma chevelure quand l'entendit un "splouch" derrière moi. Craignant d'avoir deviné l'origine de ce disgracieux bruit d'éclaboussure je vérifiais que Fuki n'avait pas quitté ma capuche avant de me retourner pour voir l'ampleur des dégâts. Une ombre passa, une seconde fiente bien plus copieuse cette fois-ci avait atteint la noble en crise. D'où pouvait-elle bien venir ? Fuki n'avait rien fait cette fois. La seule chose qui était sûre, c'est qu'elle n'avait vraiment pas de chance aujourd'hui, j'avais de la peine pour la jeune noble qui criait de plus belle. Deux autres filles s'avançaient vers notre position, l'une accompagnée d'un aigle, probablement le fautif du second attentat à la fiente, quant à l'autre, l'étrange chat qui avait ruiné ma coiffure il y a quelques minutes sauta de mes bras pour se diriger vers elle, cela devait être sa maîtresse. J'écoutais avec attention ce que l'autre détentrice d'un aigle gamoréen comptait dire pour sa défense. La première chose que je pus apprendre, c'était le nom de la malchanceuse. Elles se connaissaient donc déjà ? Cale sera peut-être plus simple de parlementer alors, mais je me trompais. En prenant compte du ton de la voix de la maîtresse de l'autre aigle je pouvais facilement en déduire que la dénommée Lisa de Valinco avait un caractère exécrable et qu'elle appartenait bel et bien à la noblesse, sinon elle ne lui aurait pas présenté ses excuses avec tant de déférence. Ses mots laissèrent place à un grand silence particulièrement gênant, il fallait que je dise quelque chose pour quitter à cette ambiance son air trop sinistre et formel.

- Euh, je suis aussi désolé pour mon oiseau, il est jeune et a encore besoin de d'être dressé. Je suis sûre que vos cheveux comme votre robe retrouveront leur beauté après un bon lavage, après tout, la fiente ce n'est pas indélébile n'est-ce pas ? Dis-je accompagné d'un petit rire forcé.

Il ne restait plus qu'à découvrir si la fameuse Lisa tant redoutée avait le sens de l'humour ou, au cas échéant, si elle était capable de courir assez vite avec ses talons pour me rattraper.
Lisa De Valinco

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 27/09/2012
Âge : 22
Guilde : Sabertooth
Magie / Malédiction / CS : Yubiwa Mahô / Magie des Anneaux

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.095
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Mar 25 Juin - 17:01
Lisa était toujours au sol et commençait à se calmer. Elle s’efforçait à respirer plus doucement puisqu’elle se rendait bien compte qu’elle était ridicule et qu’elle se donnait en spectacle. Néanmoins, ce n’était pas le plus grave. Le pire était la ruine de sa magnifique chevelure blonde. La mage de Sabertooth vouait une sorte de culte à ses cheveux alors lorsqu’ils étaient dans un si mauvais état, elle était capable de piquer de véritables crises de nerf. Le ou la propriétaire de l’animal qui l’avait touchée alors comprendre ce que pensait l’ancienne riche de la façon dont son familier avait été élevé. La jeune fille finit par réussir à se calmer et regarda à droite et à gauche où pouvait se trouver son « attaquant ». Ce qu’elle vit alors l’effraya un instant puisqu’une boule de poils courrait dans sa direction. La seule chose qui vient à l’esprit de la mage aux anneaux était : non, pas encore. En effet, elle craignait que cet autre animal ne se jette sur elle et détruise encore plus son apparence. Heureusement pour elle, une jeune fille aux cheveux roux intercepta l’animal et lui sauva la mise. Lisa esquissa un sourire en se disant qu’il y avait encore des gens bien élevés et prêts à aider les autres comme c’était le cas actuellement. Cette jeune femme semblait très sympathique pour avoir fait ce qu’elle venait de faire, il faudrait que Lisa la remercie pour son aide. Elle n’avait pas vraiment fait attention aux détails et c’est là qu’elle vit qu’un aigle accompagnait cette jeune femme. Toutes les choses positives qu’elle avait en tête sur sa « sauveuse » disparurent aussi tôt. Toute la rancœur qu’elle avait accumulée revint à la surface, elle allait dire à cette fille ce qu’elle pensait.

La mage de Sabertooth regardait la fille se relever lorsqu’elle sentit une nouvelle fiente lui tomber dessus. Elle recommença alors à crier d’une voix encore plus stridente que la fois précédente. Son hurlement dura un long moment et les larmes étaient montées aux yeux de l’ancienne riche. Elle bouillonnait de colère, il valait mieux ne pas trop s’approcher d’elle à ce moment là. Cependant, elle regardait la fille aux cheveux roux à ce moment là et son aigle n’avait pas bougé, ce n’était donc pas lui le responsable de ce qui venait de lui arriver. Lisa se demanda alors si elle n’avait pas pensé cette jeune femme coupable trop rapidement. Il fallait absolument qu’elle trouve le ou la véritable responsable de son malheur. C’est à ce moment qu’elle entendit une voix lui présenter ses excuses de façon très polie. Lisa avait déjà entendu cette voix et la femme qui avait parlé l’avait appelée par son nom, ce qui signifiait qu’elles se connaissaient toutes les deux. La mage aux anneaux leva alors la tête et vit alors celle qui lui avait parlé, elle poussa un soupire de rage en voyant de qui il s’agissait. C’était cette espèce d’impolie de Sabertooth. Cette fille dont elle ignorait toujours le nom. Lisa n’avait pas commencé à détruire sa réputation à la guilde, mais après ce qu’il venait de se passer, elle allait mettre encore plus de cœur à l’ouvrage. Elle décida immédiatement de faire d’elle une solitaire au sein de la guilde, elle comptait en effet monter tous les autres contre celle qui avait commencé par lui manquer de respect et était maintenant responsable de l’horreur qu’elle avait sur la tête et celle qu’elle avait sur l’épaule.

L’ancienne riche se releva alors rapidement et commença à marcher vers l’inconnue de sa guilde lorsqu’elle entendit la fille aux cheveux roux qui lui adressait la parole. Lisa s’arrêta alors à son niveau et écouta ce qu’elle voulait lui dire. Celle-ci s’excusa pour son oiseau qui n’était pas bien dressé à cause de son jeune âge. Ce qui signifiait que l’animal de cette jeune fille était le responsable de la première fiente et que la deuxième venait de l’aigle de la brune de Sabertooth. La jeune femme continua alors en disant que ses cheveux et que sa robe retrouveraient leur état normal après un bon lavage. Lisa le savait ça, mais ce n’était pas le problème. Ce qui la dérangeait vraiment était le fait que ce soit arrivé, pas qu’elle ne puisse pas retrouver son état normal. La blonde de Sabertooth ne connaissait pas cette fille et allait donc lui parler très poliment, mais ce n’était pas le cas de sa camarade de guilde. En effet c’était la deuxième fois qu’elle faisait quelque chose de ce style à Lisa. Cette dernière allait donc laisser tomber tous ses principes de politesse et de bonne éducation pour elle. L’ancienne riche continua alors à marcher calmement vers l’autre mage de Sabertooth en faisant cliqueter ses chaussures sur le sol. Elle s’arrêta finalement assez proche de la propriétaire de l’aigle et commença alors à bouger rapidement son bras pour gifler violement la jeune femme. Le claquement fut bruyant puis Lisa cria alors :

-Prends ça espèce de…

Elle stoppa alors brusquement ses propos. Elle comptait laisser tomber la politesse dans ses propos et son comportement, mais pas au point d’utiliser des insultes et des grossièretés. Ce serait beaucoup trop pour elle. Lisa souffla alors pour se calmer un peu et recula de quelques pas pour pouvoir voir les deux filles propriétaires d’animaux. C’est à ce moment là qu’elle remarqua la présence d’une troisième jeune femme qui devait être la propriétaire de la boule de poils interceptée par la rousse. Néanmoins, puisque l’animal de cette dernière ne lui avait rien fait, elle n’était pas concernée par ce qui allait suivre. La blonde de Sabertooth prit alors la parole :

-Ecoutez-moi toutes les deux ! Vous pensez vraiment que je vais accepter vos excuses comme ça ! Si c’est le cas, vous vous trompez, mais énormément. J’aimerais que vous disiez qui vous êtes avant quoi que ce soit, c’est un principe de politesse que de se présenter lorsqu’on parle pour la première fois à quelqu’un ou quand on ne l’a pas fait la première fois. N’est-ce pas mademoiselle de Sabertooth.
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 21
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Jeu 18 Juil - 12:37



Tout s'était passé si vite, leurs regards s'étaient croisés et une rougeur pudique vint teinter les joues de la jeune femme, elle semblait gênée par ce qu'il venait de se produire. Son cœur battait à un rythme saccadé, sa timidité prenait le dessus et elle ne savait pas vraiment quoi dire à la victime du lionceau, des excuses allaient-elles suffire ? Comment lui dire que cet incident n'était pas désiré ? Ou plutôt, comment lui faire comprendre que ce n'était pas directement de sa faute, elle s'interrogeait comme à son habitude sur les différentes possibilités que cette interaction pouvait engendrer. La foule se dissipait peu à peu, l'excentricité dévoilée par cette blonde aux grands airs n'avait plus rien d'intéressant et le calme était revenu sur la place, Myrcella semblait soulagée par cet apaisement, elle n'avait jamais aimé être le centre de l'attention dans ce genre de situation. Dans tous les cas, elle fut rassurée lorsqu'elle remarqua que l'une des jeunes femmes avait intercepté le lionceau en pleine course à la place de cette forcenée hystérique. Son cœur accablé se délesta d'une partie de sa bêtise, la victime semblait plutôt amusée par l'incident contrairement à sa voisine qui déchargeait sa rage dans un effluve de colère destinée à une troisième jeune femme. De sa voix timide et naïve, elle accosta l'adolescente à qui elle devait des excuses et entama la conversation, un tant soit peu gênée par la noble enragée.

« Bonjour, tout d'abord excusez-moi, Leo m'a échappé... Et, hum, j'en oublie les présentations. Je m'appelle Myrcella Heaven, enchantée de faire votre connaissance. J'espère qu'il ne vous a pas causé trop de soucis, il a un peu de mal à tenir en place ces derniers temps. »

Ce sourire amicale qui lui était adressé la rassurait, elle n'avait pas l'air de lui en vouloir et c'était tant mieux. Les histoires, aussi futiles pouvaient-elles être en général, ennuyaient le mannequin et elle préférait les éviter. Il était si bon de s'éloigner des tracas de la vie, même s'il ne s'agissait que d'un euphémisme auprès de Myrcella qui n'avait de cesse de rabâcher son sinistre passé. S'agenouillant délicatement, la mage céleste réceptionna l'esprit du petit lion qu'elle cala dans le creux de ses bras, il était si mignon lorsqu'il ne faisait pas de bêtises. La vie lui avait permis d'apprendre une formidable magie, celle de la Serei Maho qui telle une mère, lui permettait d'élever des esprits et ainsi de posséder sa propre famille, cette pensée lui était rassurante lorsque la solitude l'envahissait. Après avoir renvoyé l'esprit dans son monde, elle s'empressa de se relever afin de discuter avec son interlocutrice : les deux autres femmes semblaient encore en pleine dispute et le mannequin n'était pas d'humeur à s'interposer entre-elles, de plus cela ne la regardait pas.

« J'ai cru remarquer un emblème de guilde dans votre main droite, seriez-vous également mage ? Pour ma part, vous l'aurez sans doute remarqué, je suis constellationniste et je fais partie de Blue Pegasus : mon tatouage en est la preuve. »

Myrcella avait retrouvé le sourire, elle se sentait dorénavant plus à l'aise avec ce qu'il paraissait être une mage de Cait Shelter. Elle ne la connaissait que depuis quelques minutes, mais pourtant le feeling avait l'air de bien passer entre les deux femmes et c'était réjouissant de pouvoir voir son visage rayonnait d'une telle manière. Le vent soufflait sur la place, une brise sûrement d'origine divine qui venait chasser toutes ces idées noires qui pertubaient la douce mage céleste : c'était l'occasion pour passer un bon moment en compagnie du groupe féminin qui venait de se former autour d'une ou deux fientes d'oiseau. La tristesse l'avait envahi il y a de ça si longtemps, elle se battait pour ne pas céder et le bonheur venait de gagner une bataille dans cette guerre intestine qui sévissait en son sein.

_________________

Akira Genji
AmnesiaAmnesia

avatar

Messages : 437
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 21
Guilde : Agent du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.525
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Lun 22 Juil - 12:10



Baddest Presentiment

    Voilà que la journée avait commencé que je m’étais de nouveau mise dans un sale pétrin. Qu’avais-je donc fait pour m’attirer autant d’ennuis en si peu de temps ? Sachant que je n’avais pratiquement plus de temps pour me consacrer à moi-même. Voilà que je me retrouve de nouveau confrontée à cette terrifiante et prétentieuse aristocrate de Sabertooth. Pourtant, je savais pertinemment qu'au fond de moi, je ne la détestais pas vraiment. D'ailleurs, l'idée me venait à me demander s’il était possible qu’un jour, elle et moi puisse trouver un terrain d’entente, mais cette possibilité était loin d'être réaliste pour le moment, étant donné qu’elle semblait être animée d’une profonde haine vis-à-vis de ma personne.

    ... Je pouvais même le certifier et ce, rien qu’en entendant le son de sa démarche qui s’approchait progressivement, comme si elle s'apprêtait à m’exécuter sur la place publique, ce qui me fit de plus en plus ressentir de la culpabilité au fur et à mesure qu’elle enlevait de la distance entre nous. Bien entendu, je savais bel et bien quelle en serait sa réaction lorsqu’elle se tiendra devant moi. J’appréhendais déjà son geste, mais pourtant, je ne me résignais pas à bouger de mon emplacement. J’attendais sur place, comme le ferait un condamné qui attendrait sa sentence.

    Une fois arrivée à ma hauteur, mon regard croisa le sien. A ce moment, je pouvais sentir dans son regard, une grande colère, mais pas uniquement que cela, je sentais également de l’agacement dans ses yeux. Pouvant se traduire par un étonnement de me voir en ces lieux. Pile au moment où il fallait que j'attise sa colère. En plus d'avoir attiré son attention... Même si, entre nous, je devais reconnaître que je n’y étais pour rien et que pour rien au monde, je n'aurais souhaité la rencontrer dans de telles circonstances.

    Le pire dans tout cela, c’est que si je n’avais pas prêté attention à ce qui venait de se passer à la gare, j’aurais pu prendre mon wagon à l’heure actuelle. Bref, ce n’était pas comme si je voulais vraiment passer par Oshibana pour faire mes emplettes, cela faisait partie après tout d’une commission que le Master en personne m’avait assigné. Quelle ne fut pas ma réaction lorsque j’avais découvert la présence de ma charmante camarade au même moment et au même endroit que moi hein ? Mes excuses étaient sincères et je comptais bien lui dire mon nom un jour ou l’autre... Ce n'était tout de même pas la fin du monde.

    En tout cas, il semblerait que je n’étais pas du tout douée pour les excuses. Le verdict était tombé et le résultat ne s'avérait pas trop sévère. C'est ainsi que je reçus une puissante gifle et son coup fut tellement rapide que je n'eus le temps de ne rien voir. A ce moment, je pris alors conscience qu’il était inutile pour moi de réagir ou de répliquer. La seule initiative qui me restait, était de me laisser faire, puisque dans tout les cas, c'était moi qui était la plus en faute dans l'histoire...

    Je savais que je le méritais et que ce geste devait tôt ou tard arriver, mais je devais aussi reconnaître qu’elle n’était pas allée de main morte. Je décidais en fin de compte de faire profil bas. Me contentant de regarder les rails, puis de détourner très vite un œil vers mon homologue qui venait de prendre la parole, celle-ci ne s'adressa pas seulement qu'à moi, mais aussi à une autre fille. Je me sentais alors éprise d’un sentiment de soulagement et me résignais finalement à me plier à sa demande, celle de décliner enfin mon identité. Ce qui était d'ailleurs la moindre des choses après ce que nos compagnons venaient de lui faire subir. D'ailleurs, Lisa n'était pas la seule à ne pas le savoir. Les deux autres femmes ignoraient également qui j'étais, cela me donnait donc une raison de plus pour faire connaissance, mais vu l’ampleur à laquelle la situation s’était aggravée, cela me semblait déjà très mal parti.


    Akira : Veuillez excuser le comportement de mon familier, ce n’était pas volontaire. J’assume cependant l’entière responsabilité de son acte et pour finir, je tiens à m’excuser par ailleurs de mon manque de politesse de l’autre jour. [fis-je en inclinant légèrement ma tête]

    En m’adressant cette fois-ci aux deux autres personnes, je me contentais d’instaurer un climat de détente et de confiance en faisant comme si de rien n’était. Continuant d’un ton calme et courtois, je m’introduisais dans les présentations.

    Akira : Décidément, il semblerait que j’ai perdu les bonnes manières ... Je m’appelle Akira Genji, mais Akira suffira. Enchanté de faire votre connaissance !

    Savant pertinemment que j’étais en tort, je n’osais guère dire un mot de plus. Allez savoir si c’était de la nervosité ou de l’excitation, mais sur le moment, je ne trouvais rien de mieux à faire que de sourire bêtement. Non pas que j’aimais provoquer, loin de là. Toutefois, j’osais espérer que les deux femmes devant moi parviennent à changer de sujet, de sorte à calmer la colère de la belle blonde, qui je l’espère aurait accepté de m’oublier pour la journée. Je ne tenais vraiment pas à me battre et encore moins à me prendre la tête avec une personne qui faisait partie de ma propre famille. Même si je dois avouer que je ne la portais pas vraiment dans mon cœur, j’essayais tout de même de faire preuve de maturité et de retenue.

    Me rabaisser à son niveau n’était pas vraiment la chose à faire et encore moins dans la situation actuelle où je m’étais trouvée. Par respect pour les deux jeunes femmes présentes, j’essayais de me calmer et de faire preuve de bon sens. Après tout... N’étions-nous pas toutes fautives dans l’histoire ? Il valait mieux repartir sur de bonnes bases et pour cela, rien de mieux que de faire bonne figure. En y réfléchissant un peu, ce n’était ni le moment ni le lieu de régler nos conflits, alors pour mettre un terme à cette situation puérile et dénuée d'intérêt, j’allais tout d'abord m’assurer que ma camarade fasse -elle aussi- preuve de sagesse et d’éducation.


    Akira : Pour ce qu’il en est de la dernière fois, je reconnais avoir été maladroite. De ce fait, je vous prie d'accepter mes plus sincères excuses. Cela étant dit, il serait préférable de reporter nos différents pour un autre jour et si possible, au sein de la guilde... Nous aurions alors tout le loisir d'en débattre. [lui fis-je dans un murmure avant de rejoindre les autres]

    Passant à côté de ma camarade après ce bref échange, j’arrêtais tout d'un coup mes pas. Constatant avec stupéfaction, l'absence du volatile qui me paraissait tout d'un coup silencieux. Je me mis après coup à le chercher, mais en vain. Il n'y avait aucune trace de sa présence, ce qui d'ailleurs ne me rassura guère.


Dernière édition par Akira Genji le Sam 4 Jan - 16:30, édité 4 fois
Anna Glow

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 23/03/2012
Âge : 25
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Renkenjutsu / Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.250
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Jeu 22 Aoû - 18:58
Visiblement entre moi et l'autre propriétaire d'aigle, c'était plutôt elle qui aurait dû prendre ses jambes à son cou. Ainsi elle aurait pu éviter la gifle monumentale de la dénommée Lisa de Valinco que j'aurais décidément bien du mal à apprécier après son geste. En effet, bien que je ne fis aucun commentaire sur son altercation l'autre amatrice d'oiseau, mon regard en disait long sur mon opinion à propos de l'usage de la force dans un conflit aussi futile qu'une malheureuse histoire de fiente des plus involontaire. Je ne connaissais pas tous les tenant et les aboutissant de leur relation qui avait l'air pour le moins conflictuelle, mais je ne pouvais définitivement pas m'entendre avec quelqu'un qui répondait a de sincères excuses avec une gifle. Après tout si elle avait demandé exprès à son aigle de déposer une fiente sur la noble, elle aurait pris la fuite plutôt que d'assumer la gaffe de son animal.

Cependant, la noble venait de marquer un point, d'un certain point de vue j'avais été impolie en ne me présentant pas au début de notre conversation. Pour ma part j'estimais qu'il était plus important de s'excuser en premier que de décliner mon identité, mais je ne tenais pas à ce que la blonde visiblement très soupe au lait ne décide de m'en coller une aussi, car dans ce cas-là je ne me laisserais pas gentiment faire.

Étonnamment ce fut celle a qui la noble n'avait rien à reprocher qui commença les présentations en venant s'excuser auprès de moi pour le côté quelque peu turbulent de son petit félin. La demoiselle a qui il appartenait, bien qu'elle soit plus grande que moi et semble tout aussi noble que Lisa contrastait fortement avec cette dernière par son attitude calme et élégante. Bon, elle le serait sûrement un peu moins si elle aussi s'était prise non pas une, mais deux fientes d'aigles gamoréens dessus, mais j'étais persuadée qu'elle en ferait probablement moins tout un scandale qu'elle si c'était le cas. Je profitais donc de la dispute entre les deux jeunes femmes qui, si j'avais bien tout compris, venaient de la même guilde, pour discuter avec Myrcella, qui contrairement à moi n'avait pas oublié de se présenter.


- Non ne vous en faites pas pour ça, ce n'est pas si mal de se détacher les cheveux de temps en temps.

Je n'avais rien trouvé de mieux à lui dire pour la rassurer, de toute façon cette ficelle devait être usée depuis le temps que je nouais chaque jour mes cheveux avec. Quand j'y pense, c'était extrêmement rare que je les détache, une question d'habitude je suppose. Je profitais de la question de mon interlocutrice pour me tourner de façon à m'adresser à toute la petite assemblée.

- Il serait temps que je me présente aussi je crois. Je m'appelle Anna Glow et comme l'a remarqué Myrcella, j'appartiens à la guilde Cait Shelter. Je suis enchantée de faire votre connaissance, même si j'aurais préféré qu'elle ne soit pas provoqué par ce malencontreux incident. Pas vrai Fuki ? Lui demandais-je en levant les yeux pour voir son petit bec dépasser du dessus de mon crâne.

Oui parce qu'au lieu de se placer sur mon épaule comme le ferait n'importe quel oiseau, il se mettait directement sur ma tête. Fier comme il était il y avait peu de chance pour qu'il montre le moindre signe de regret, il préféra tout simplement tourner la tête en poussant un petit piaillement dédaigneux. Merci beaucoup pour ton aide Fuki... Maintenant j'allais devoir en plus m'excuser pour son comportement. Cet oiseau était vraiment désespérant. Pour anticiper une quelconque leçon de politesse venant de Lisa je me tournais immédiatement vers elle.

- Veuillez m'excuser pour mon impolitesse et celle de mon compagnon. Si des excuses de suffisent pas dites moi comment pourrais-je me faire pardonner alors ?

Cette fois-ci, j'avais beau essayer d'être la plus sincère possible, je ne pus m'empêcher de lui parler assez sèchement. Je la trouvais même assez hypocrite pour faire des remarques sur la politesse de gens lorsqu'elle même se permet de gifler ses connaissances et de refuser les excuses des autres. C'était probablement encore une de ces divas qui pensent pouvoir exiger le respect d'autrui sans le mériter. Je me demandais ce qu'elle pourrait bien répondre à cela, ferait-elle une nouvelle crise ou peut-être essayerait-elle de me frapper ou de m'insulter ?
Lisa De Valinco

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 27/09/2012
Âge : 22
Guilde : Sabertooth
Magie / Malédiction / CS : Yubiwa Mahô / Magie des Anneaux

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.095
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Ven 30 Aoû - 0:45
Lisa venait de finir de parler et attendait la réaction des autres jeunes femmes par rapport à ce qu’elle avait dit. Elle avait bien vu que son coup de colère et la gifle qu’elle avait collée à sa camarade de guilde n’avaient pas bien été perçus par la demoiselle à la chevelure rousse. Elle ne devait pas apprécier la violence, ce qui était également le cas de l’ancienne riche lorsqu’elle était dans son état normal. Cependant, cette fois, la colère avait pris le dessus dans l’esprit de la jeune femme. Elle ne se contrôlait plus et agissait sans réfléchir à ses actes. Si c’était autre chose que ses précieux cheveux qui avaient été touchés, elle n’aurait pas réagi de cette façon, mais ce n’était malheureusement pas le cas pour cette peste qui avait refusé de se présenter à Sabertooth. Quoi qu’il en soit, la tigresse ne réagit pas au coup qu’elle venait de recevoir, elle se contenta de détourner la tête pour regarder ailleurs un instant avant de nouveau porter son attention sur le groupe qu’elles formaient toutes les quatre. La jeune femme finit par incliner la tête en s’excusant de nouveau pour ce que son aigle avait fait. Elle précisa qu’elle prenait toutes les responsabilités des actions de son familier et elle finit en s’excusant de son comportement le jour de leur rencontre. Ce fameux jour où l’animosité de Lisa envers la nouvelle recrue de la guilde était née, ce jour où elle avait refusé de se présenter alors que la mage aux anneaux lui avait gentiment fait visiter les lieux. Cet horrible manque de politesse qui avait fait en sorte que Lisa accumule de la rancœur contre elle jusqu’à ce que cette fameuse rancœur finisse par s’échapper dans cette gifle.

La mage de Sabertooth finit par enfin se présenter et il était grand temps que ça arrive. Elle s’appelait donc Akira Genji et était soi-disant enchantée de rencontrer les deux autres femmes qui étaient présentes dans leur petit groupe dans ce grand hall de gare. Mademoiselle De Valinco n’allait pas oublier ce nom avant un long moment. Elle n’allait pas changer d’avis à son sujet, elle la considérerait toujours comme une peste qui profite de l’aide des autres sans même faire quoi que ce soit en retour, même si on lui demandait quelque chose d’aussi simple que son nom. L’ancienne riche allait peut-être revenir sur sa décision de détruire sa réputation auprès des autres tigres de Sabertooth, mais il était hors de question qu’elle s’en fasse une amie ou quoi que ce soit du même genre. Elle resterait une fille appartenant à la même guilde avec laquelle elle n’aurait pas plus de relations que ça. Pour terminer, la jeune femme s’approcha d’elle et lui murmura qu’elle n’avait pas été très futée lors de leur première rencontre et qu’elle n’aurait jamais dû agir ainsi avec elle. Elle conclut sa parole en disant qu’il serait mieux qu’elles règlent leurs problèmes en privé et pas devant les deux autres jeunes femmes. Pour le coup, elle avait raison et ce serait la meilleure chose à faire pour régler une bonne fois pour toute leurs différents. Lisa fit donc un signe de la tête à sa camarade de guilde pour lui faire comprendre qu’elle était d’accord et qu’elles règleraient leurs différents problèmes à un moment où elles seraient seulement toutes les deux.

La demoiselle à la chevelure rousse se présenta à son tour, il s’agissait d’Anna Glow de Cait Shelter. Lisa avait déjà entendu parler de cette guilde, même si celle-ci était bien moi connue que Sabertooth à laquelle la jeune noble appartenait. Elle aussi était enchantée de rencontrer les trois autres, même si c’était arrivait à cause de son familier et qu’elle aurait préféré une autre situation pour que cette rencontre arrive. Elle adressa quelques mots à son aigle qui poussa un petit cri avant de tourner la tête. Cette espèce de salle bestiole n’était pas très agréable, elle était vraiment mal élevée et faisait n’importe quoi. Sa maîtresse devrait dresser son animal si elle voulait éviter que des situations dans ce genre se produisent de nouveau. Cependant, Lisa préféra ne pas lui faire remarquer pour éviter qu’il se produise un nouvel incident entre les jeunes femmes ici présentes. Quelques instants après, cette mage s’excusa une nouvelle fois auprès de Lisa et lui demanda comment elle devait agir pour réellement se faire pardonner. L’ancienne riche, qui s’était calmée depuis son coup de sang de quelques instants auparavant, avait pardonné à cette Anna. Après tout, elle ne pouvait pas vraiment contrôler tous les faits et gestes de son animal. Les excuses avaient été beaucoup plus difficiles à accepter pour Akira à cause de ses antécédents, mais c’était la première fois qu’elle rencontrait la mage de Cait Shelter. Il fallait qu’elle lui dise, l’ancienne riche prit donc la parole :

-Ne vous inquiétez pas. Je vous ai déjà pardonnée. Ma colère n’était due qu’aux antécédents que nous avons Akira et moi. Je vous pris de m’excuser de ce que j’ai pu vous dire, je me suis calmé désormais et je vais me comporter comme quelqu’un de civiliser désormais. C’est vraiment rare que je me comporte comme je viens de le faire. J’ai honte d’avoir agi ainsi devant vous.
Myrcella Heaven
Admin / Princesse du CrépusculeAdmin / Princesse du Crépuscule

avatar

Messages : 344
Date d'inscription : 14/04/2013
Âge : 21
Guilde : Armée Runique
Magie / Malédiction / CS : Serei Mahô • Magie Céleste

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.285
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputée
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Mar 29 Oct - 17:40




The Puss Suite by Henry Jackman on Grooveshark

Après cette dispute, venait le temps de la réconciliation : les esprits apaisés des jeunes femmes se confondaient en excuses et en pardon, sincères ou symboliques, elles n'en avaient cure selon toute vraisemblance. Toutes les trois se montraient désormais sous leur meilleur jour, Anna n'avait cessé de faire preuve de gentillesses et la noble hystérique semblait plus encline à la discussion, tout comme sa camarade de guilde. Myrcella ne savait pas vraiment ce qu'elle faisait parmi elles, il est vrai que sa présence s'expliquait par la bêtise de son esprit lionceau, mais les jeunes femmes avaient été bien trop occupées à se chamailler pour lui donner un tant soit peu d'intérêt. Sabertooth, de par le comportement des deux jeunes femmes, n'avait pas l'air d'une guilde sympathique et conviviale : elles éprouvaient une certaine rancœur l'une envers l'autre et elles s'évertuaient à faire preuve de méchanceté contre ce qui devrait être une camarade. La jeune fille avait toujours cru qu'une guilde était synonyme de famille, mais toutes n'avaient pas la même conception de ce que devait être une guilde : Sabertooth avait d'ailleurs la mauvaise réputation de pousser ses membres à la concurrence selon certaines rumeurs, le mannequin ne pouvait qu'être en cohésion avec ces « on-dit ». En outre, elle était pressée de partir et bien heureusement, l'heure du départ sonnait pour la jeune femme : les sirènes ferroviaires alertaient les voyageurs et si elle désirait rentrer au plus vite à Blue Pegasus, elle ne devait pas s'attarder.

« Mon train va repartir, je suis au regret de vous abandonner ici. C'était un plaisir de faire votre connaissance ! Essayez aussi de sourire et de ne plus penser aux rivalités d’antan, la vie se croque à pleines dents, profitez en ! »

Elle disait cela avec son sourire si naturellement artificiel, ce n'était pas le genre de Myrcella de froisser de simples connaissances et l'éthique dont était rythmée sa vie ne lui permettait pas ce genre d'écart. Elle était pressée de retrouver son chez-elle si cossu, mais pourtant elle ne put résister à la tentation de s'arrêter devant une foule de spectateurs admirant les talents musicaux d'un saltimbanque. Son art était réconfortant, une certaine chaleur s'exaltait de ses paroles mêlée à une profonde tristesse provenant du son de l'instrument : il était d'un rare intérêt. Elle aimait la musique, mais elle ne se souciait guère des artistes de rue tentant d'aligner ne serait-ce que quelques sons les uns après les autres, mais lui avait un véritable talent et c'était bien dommage pour lui que d'être condamné à vivre ainsi. La seconde alarme sonnait déjà, le départ du train était imminent et elle n'avait plus une minute à perdre : son esprit rêveur vaquait de ci et de là, au gré de ses humeurs et de ses envies, mais elle devait prendre ce train, le prochain n'arrivait pas avant la tombée de la nuit. Arrivée à temps, elle embarqua dans son wagon et prit place sur une petite banquette de cuir usée où Leo vint la rejoindre, elle lui caressa le derrière les oreilles avant de lui susurrer quelques mots.

« Nous aurons fait de biens étranges rencontres aujourd'hui. Ce ne sont pas des individus dénués d'intérêt, mais ils sont banals et enfantins. Enfin bon, Mère m'a toujours dit qu'il fallait de tout pour faire un monde, il doit également falloir des gens banals. »

Perdue dans ses songes, elle fixait de nouveau la fenêtre en quête de réponses à ses questions. Ses rencontres du jour ne l'avaient pas émerveillé, c'était à peine si elles lui avaient adresser la parole et elle se demandait désormais si elle n'était pas l'objet de ses soucis : était-elle suffisamment intéressante pour ce monde ? Ses réflexions n'avaient de cesse de la hanter, un rien la perturbait et tout l'interrogeait : le monde était si complexe à comprendre, mais c'était peut être la raison pour laquelle le commun des mortels prenait la vie comme elle s'offrait à lui.

_________________

Akira Genji
AmnesiaAmnesia

avatar

Messages : 437
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 21
Guilde : Agent du Conseil
Magie / Malédiction / CS : Ice Make

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.525
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Mar 7 Jan - 22:25



Grudge of the Tiger ...


La journée touchait à sa fin et voilà que les derniers rayons du Soleil s’apprêtaient à se coucher. Confuse et embarrassée par la situation. Je cherchais désespérément la présence de mon compagnon qui demeurait toujours -à l’heure actuelle- introuvable. Sachant pertinemment que ce dernier ne disparaîtrait pas sans avoir une bonne raison, je décidais donc d’abandonner les recherches et de ne plus m’en inquiéter d’avantage et c’est en m’avançant vers les jeunes femmes que je m’apprêtais soudain à entamer une discussion, mais avant que je n’ai eu le temps de dire quoi que ce soit, l’une d’entre elle dû finalement prendre congé. Il ne restait alors plus que Lisa et la propriétaire de l’autre aigle. La jeune femme s’appelait d’ailleurs Anna Glow et malgré mon altercation avec la mage de Sabertooth, j’ai pu tout de même comprendre qu’elle appartenait à la guilde de Cait Shelter.


Une guilde plus ou moins réputé pour sa proximité avec la nature et ses divers exploits en matière de dressage. J’en avais vaguement entendu parler et cela me disait effectivement quelque chose, car il me semblait avoir rencontré une ancienne connaissance qui était justement originaire de Cait Shelter, mais le nom ne me revenait toujours pas en mémoire… Décidant alors de ne plus y réfléchir, je me contentais d’écouter mon camarade qui s’était finalement décidé à se comporter de manière civiliser.


L’aristocrate prit alors la parole. Justifiant son comportement et s’excusant auprès d’Anna pour la scène de ménage qui venait d’avoir lieu, la mage de Sabertooth reconnaissait après coup avoir été un peu fort et honteuse d’avoir agit de cette façon en public, Lisa reprit son calme. Toutefois, la fiente reposait toujours sur sa chevelure et celle-ci se répandait à présent sur ses habits. Il fallait donc que je la dédommage et ce, par n’importe quel moyen. Voyant donc qu’elle était désormais enclin à une discussion posée, je soupirais un bon coup avant de m’adresser à ma camarade. D’un ton qui se montrait compatissant et diplomate, je lui proposais finalement une solution pour la dédommager au mieux.




Akira : Le mieux à faire serait de vous diriger dans une auberge pour vous laver et avec un peu de chance, cela ne sera plus qu'un mauvais souvenir, un malencontreux accident ...
[fis-je d'un ton faussement irrité par son malheur]

L’odeur qui s’en dégageait était d’ailleurs nauséabonde, mais je me retenais cependant de faire une remarque là-dessus. Je ne tenais pas vraiment à la froisser d’avantage et sur ces mots, je pu donc apercevoir le retour de mon aigle au loin. Revenant avec un morceau au creux de son bec, je souriais à son approche. Non mécontente qu’il soit parti pour me rendre -en réalité- service, ce dernier se posa sur mon épaule et me déposa après coup la pancarte sur la paume de la main. M’adressant alors une dernière fois vers ma camarade en lui tendant l’adresse de l’auberge, c’est donc avec un ton froid et sec que je lui répondis la chose suivante.



Akira : ... Et si jamais la tâche ne part pas, veuillez reporter la note à mes frais.

La regardant dans les yeux avec une immense fierté, je ne comptais pas m’abaisser d’avantage devant ses exigences mal placés. D’ailleurs, je n’avais pas l’intention de perdre la face devant son hypocrisie et ses fausses manières, malgré que je me souvenais toujours que nous n'étions pas seules. Je gardais néanmoins mon calme.


Elle était bien la dernière des personnes que je souhaitais voir à la guilde et sa simple présence suffisait à me rendre nerveuse. Qui aurait donc pu deviner qu’elle me porterait une si grande rancune ? J’avais pourtant admis mon erreur et cela ne suffisait pourtant pas à me faire pardonner. Au point qu’elle avait décidé de m’ignorer et d’adresser simplement ses excuses envers Anna, je n’appréciais pas du tout son comportement qu’elle avait vis-à-vis de moi et malgré que j’ai décidé de faire profil bas en présence des deux inconnues, ce n’était pas une raison pour me frapper ainsi. Elle était certes la plus ancienne de la guilde, mais cela ne lui donnait pas le droit de me mépriser... Et c’est donc avec un sourire forcé que je concluais mes propos par une légère courbette.


Ayant après coup terminé de faire ce geste qui se voulait ironique, la sonnerie du train retentit au même moment. M’apprêtant alors à quitter les deux jeunes femmes sur une dernière remarque. Je m’adressais cette fois-ci à Anna d’un ton poli et courtois.




Akira : Je suis navrée, mais il est temps pour moi de repartir. Ce fut néanmoins un plaisir de vous rencontrer malgré que cela soit dû à un simple hasard. Sur ce, veuillez m’excuser.

Sur ces brèves échanges, ne voyant plus de raison de m’attarder sur les lieux, je pris alors la décision d’accourir vers le wagon après m’être incliner poliment. Parvenant à rentrer de justesse à l’intérieur, j’allais de ce fait m’installer. Me posant après coup dans un compartiment, c’est avec un regard soulagé que je vis le train partir et prenant peu à peu de la vitesse, ce dernier quitta aussitôt la gare d’Oshibana. Mettant ainsi fin à mon périple fastidieux, j’espérais ne pas recroiser Lisa de Valinco avant un moment, mais une chose est sûre, c’est que je n’allais pas oublier de sitôt son affront.


Spoiler:
 
Anna Glow

avatar

Messages : 336
Date d'inscription : 23/03/2012
Âge : 25
Guilde : Cait Shelter
Magie / Malédiction / CS : Renkenjutsu / Alchimie

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.250
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Sam 11 Jan - 15:06
C'était plutôt rare qu'une personne me déplaise et plus rare encore que cela dure. La preuve étant qu'avec son explication, je finis par en déduire que l'aristocrate devait être une chic fille dans le fond, je ne l'avais juste pas rencontré dans les conditions adéquates pour m'en rendre compte tout de suite. Elle avait juste un fort caractère ce qui en soi n'est pas forcément une mauvaise chose. J'avais tout de même mal pour sa collègue de guilde, même si pour X raison elle ne l'avait pas volé, c'était une sacrée gifle qu'elle venait de se prendre. Il y a pas mal de rumeur sur leur guilde, je ne savais pas si leur mésentente avait le moindre rapport avec cela, mais de toute façon je ne portais pas une grande attention à ce que disent les gens. C'était nettement mieux de se forger sa propre opinion que de se laisser dicter son comportement non ?

Après cette altercation pour le moins spectaculaire, on pouvait dire que l'incident était bel et bien clôt, pourtant, comme le fis remarquer la dénommée Akira, il Lisa voulait sauver sa robe il valait mieux qu'elle aille la faire laver au plus vite. Pour ma part, j'étais bonne pour patienter ici quelque temps en attendant le prochain train. La constellationiste aussi semblait avoir fort à faire. Je la saluais une dernière fois avant qu'elle ne reprenne son train. Elle en avait de la chance, avec sa magie elle était sûre d'avoir un gentil familier qui en plus ne coûte absolument rien en nourriture. Cela dit, je ne regrettais absolument pas d'avoir Fuki avec moi, il fallait juste que je l'éduque un peu. Je me tournais vers la noble qui commençait à sérieusement sentir la fiente pour lui adresser quelques mots avant d'aller me renseigner sur les horaires des trains.


- Votre collègue a raison, il vaut mieux pour vous que vous laviez tout ça au plus vite, mais normalement ça devrait partir assez facilement, du moins je l'espère pour vous. Peut-être qu'on se recroisera un de ces jours et en attendant portez vous bien.
Sur ces mots on ne peut plus sincère, je partis en direction du guichet de la gare. Grâce à Fuki on était bon pour attendre deux heures avant d'avoir notre train, mais d'un autre côté sans lui je n'aurais pas rencontré ces trois drôles de dames.
Lisa De Valinco

avatar

Messages : 180
Date d'inscription : 27/09/2012
Âge : 22
Guilde : Sabertooth
Magie / Malédiction / CS : Yubiwa Mahô / Magie des Anneaux

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.095
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Itinérante
MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   Jeu 20 Fév - 21:39
Lisa venait de terminer de s’excuser et attendit donc patiemment la suite des évènements. Elle ne savait pas si ces dernières allaient être acceptées par ses interlocutrices. L’ancienne riche n’eut aucune réponse à ce sujet. En effet, la prénommée Myrcella les quitta rapidement pour aller prendre son train qui était sur le point de s’en aller. Lisa lui fit donc un simple signe de tête avant qu’elle ne parte pour lui dire au revoir. Elle se tourna ensuite de nouveau vers les deux jeunes femmes restantes tout en sentant ce qu’elle avait sur la tête qui lui coulait sur l’épaule. C’était vraiment très désagréable comme sensation. Elle détestait plus que tout, mais elle devait s’en accommoder pour ne pas piquer une nouvelle crise de nerf. Elle refusait de se donner une nouvelle fois en spectacle surtout devant Akira. Cette peste serait capable de raconter la scène à toute la guilde en modifiant tous les détails pour lui donner le beau rôle bien entendu.

Cette dernière s’adressa d’ailleurs à elle en lui disant qu’elle devait se dépêcher d’aller se laver et que ce serait le mieux à faire. La mage aux anneaux ne pouvait pas croire qu’elle soit capable de simplement imaginer qu’elle n’y avait pas déjà pensé avant. C’était plus que ridicule. Encore une fois, elle prenait Lisa pour une imbécile et elle n’appréciait pas du tout. Cependant, toujours dans le but de rester calme, elle tourna sa tête dans la direction de sa collègue de guilde et lui adressa un immense sourire. Cependant, il était facile de deviner que derrière celui-ci se trouvait toute l’inimitié que Lisa avait pour Akira. Celle-ci termina en lui disant que si elle n’arrivait pas à nettoyer, elle n’aurait qu’à lui faire parvenir la note. C’était, de toute façon, ce que Lisa avait prévu de faire. Il était hors de question qu’elle lave sa robe elle-même ou qu’elle dépense le moindre Jewel pour le faire ! Elle était habituée à ce qu’on lui fasse tout sans qu’elle ne doive faire le moindre effort. Il n’y avait donc aucune raison qu’elle commence à faire.

Quelques instants plus tard, la deuxième mage de Sabertooth quitta le groupe à son tour pour prendre son train. Cette fois-ci, Lisa n’adressa pas le moindre signe de politesse pour dire au-revoir. Il ne restait donc plus qu’Anna et Lisa. La mage de Cait Shelter lui dit qu’Akira avait raison et qu’elle ferait mieux d’aller se nettoyer au plus vite. Elle aussi la prenait pour une parfaite idiote ? Elle avait très bien entendu lorsqu’Akira lui avait dit, ce n’était pas la peine de se répéter. Ce n’était pas parce qu’elle était recouverte de fiente qu’elle avait les oreilles bouchées ! Il ne fallait pas tout mélanger ! La jeune femme quitta les lieux à son tour en saluant Lisa. Cette dernière lui adressa un sourire, franc cette fois-ci, et lui fit un signe de la main. Elle s’était déjà trop montrée sous un mauvais jour, il fallait donc qu’elle termine cette rencontre d’une façon plus que polie et amicale ou sa réputation serait déjà faîte à Cait Shelter.

Maintenant qu’elle était seule, Lisa se dirigea lentement vers la sortie de la gare afin de trouver un endroit où elle pourrait se laver et se changer. Sur sa route, elle jeta des regards noirs à toutes les personnes qui la fixaient un peu trop à son goût.
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Quatre filles, deux aigles et une gare   

Quatre filles, deux aigles et une gare

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Est :: Oshibana
-