Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez

 Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]

AuteurMessage
Ren Ikari
Admin / Le Lotus MélancoliqueAdmin / Le Lotus Mélancolique

Ren Ikari

Messages : 981
Date d'inscription : 18/05/2012
Âge : 27
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Sky Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Sky Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.520
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 3 Mar - 0:07
Comme toutes mes journées ces derniers temps, je répétais exactement le même schéma de la matinée, je me levais peu après l’aurore, je profitais du fait que personne n’était encore levé pour profiter pleinement de la salle de bains des hommes, pièce très convoitée lorsque l’on était une guilde majoritairement masculine. Une fois bien réveillé, j’allais déjeuner accompagné des rayons du soleil levant, achevant de m’extirper des derniers liens avec le sommeil. Je ne savais pas quoi faire aujourd’hui, beaucoup de choses s’étaient passées et il fallait bien que je mérite un peu de repos, mais je n’aimais pas non plus rester trop longtemps sans rien faire, surtout lorsque je n’en ressentais pas le besoin. Tout d’abord les Régalias, dont un artéfact m’avait élu son propriétaire si bien que je gardais l’étoile de glace précieusement sur moi à tout moment. Je savais également qu’Ultia en possédait un, renforçant les liens qui nous unissaient tous les deux. Ensuite, il y avait eu le Tournoi au Domus Flau, évènement auquel j’avais été forcé de participer sous la demande incessante des Cerbères et du Master. Au final, j’avais retrouvé des connaissances comme Onyx, j’avais assisté de beaux affrontements comme celui de Quatie et Aoyuki, ou encore Anna, et j’avais combattu du mieux que j’avais pu. Mon premier combat était vraiment une horreur, ce dénommé Mickaël était vraiment puissant, je préférais mieux ne pas y penser.

Les membres de la guilde commençaient à se lever les uns après les autres et si je voulais éviter les remarques sur le fait qu’Ultia et moi étions en couple, je ferais mieux de filer rapidement. Prenant mes affaires habituelles, à savoir mon katana et le Régalia des Glaces, je partais dans la ville pour voir si quelque chose pourrait m’occuper le temps d’une journée. Force était de constater que rien n’allait me sortir de cette routine ennuyante, si bien que je décidais d’aller un peu plus loin pour m’entraîner un peu. Le Tournoi m’avait appris une chose, j’avais gagné en force, mais j’étais encore loin de mes limites de puissance, je devais encore progresser et voir le chemin que j’étais capable de parcourir avant de devoir stopper mon avancée. Je m’envolais pour me déplacer bien plus rapidement et j’atteignais facilement la forêt d’Iria. Une légende disait qu’un Dragon y logeait, mais après l’avoir fouillée de fond en comble, je savais que ce n’était qu’une légende, aucune odeur de Dragon ne traînait dans les parages alors qu’il devrait y avoir des traces dans le cas inverse. Néanmoins, l’endroit était parfait pour m’entraîner, j’étais quasiment certain de ne pas être dérangé par qui que ce soit au moins.

Vérifiant qu’aucun animal ne viendrait déranger ma séance d’entraînement, je dégainais mon katana pour améliorer le maniement de mon arme. Il était vrai de dire que je n’en avais pas eu de réelles utilités ces derniers temps, mais il me servait toujours à ne pas utiliser pleinement ma magie lorsque je voulais combattre quelqu’un de plus faible que moi. Sans compter que si jamais, par le plus grand des hasards, je ne pouvais pas me servir de ma magie, il fallait que j’aie un autre moyen pour me défendre un minimum. L’art du katana m’avait donc permis de combler mes faiblesses au départ, tout en m’apprenant la concentration et les réflexes qu’il fallait avoir. Ce qui s’était révélé très efficace, surtout lorsque j’avais des réflexes lors de l’utilisation de Vernier, il fallait avouer que j’étais sacrément rapide dans ces cas-là. Je poursuivais en répétant les différentes feintes que je connaissais, celles que je maniais déjà depuis le tout début, celles que j’avais apprises à effectuer et celles que j’avais inventées en me servant de mon propre soutien de vitesse. C’était fou les mouvements que l’on pouvait exécuter avec une vitesse supérieure à celle de son opposant, je prenais un malin plaisir à feinter dès que j’en avais l’occasion.

Finalement, je déposais mon katana et je décidais de méditer un peu pour entraîner mon mental et mes sens. Je restais assis en plein milieu d’une forêt, j’entendais les battements de mon cœur résonner dans mes oreilles, ils étaient accélérés par les efforts que je venais juste de fournir, mais ils ne tarderaient pas à diminuer et à s’arrêter. Une fois cela fait, j’étais en pleine mesure d’écouter le moindre son de la forêt, le bruit des animaux qui marchaient dans leur territoire, le bruissement des feuilles lorsqu’une brise les secouaient. J’entendais tout, je sentais tout, même le vent qui s’engouffrait dans cette nature et qui se frayait un chemin parmi les troncs, contournant tous les obstacles pour mieux pouvoir revenir sur son chemin d’origine. Je fonctionnais de la même manière, je préférais amplement contourner les problèmes pour pouvoir mieux les affronter, en combat, j’aimais jouer sur la riposte et la contre-attaque. Une présence venait interrompre ce moment de calme. Une ? Non, je comptais trois personnes qui semblaient s’approcher de ma direction, mes oreilles se tendaient pour essayer de déterminer si elles parlaient pour les reconnaître à la voix, mais je n’entendais rien. Changeant de sens, j’optais pour l’odorat pour vérifier si je les connaissais ou non et l’odeur qui s’échappait d’eux me surprenait au plus haut point. Je connaissais ce parfum si particulier, il s’agissait de la signature des Dragons Slayers, je la reconnaîtrais entre milles et plus surprenant encore, les trois dégageaient cette senteur. Je me levais tout en me demandant s’ils avaient capté ma présence ou non, mais vu leur position, ils ne semblaient pas être venus ensemble. Quoi qu’il en soit, c’étaient des frères ou des sœurs et je ne pouvais pas me permettre de les laisser filer sans savoir qui ils étaient. Je ramassais mon katana pour le remettre dans son étui dans mon dos et je m’exclamais d’une voix assez forte, convaincu qu’ils l’entendraient:

_ Que me vaut le plaisir de rencontrer des frères ou des sœurs dans un endroit aussi reculé ?

_________________



Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

Griffith Lightfield

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 30
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 3 Mar - 12:04
Exploration & Réunion Familiale !


Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 958726forat10

L'aube pointait doucement les premières lueurs du jour à l'horizon, les premiers mots du soleil en quelques sortes, caressant, d'une légère mais certaine chaleur, le corps de Griffith, dont l'échine se mit à frissonner doucement... Le ciel, le toit du monde était alors colorié d'une magnifique fusion de couleurs, mélangeant des teintes sombres et bleutés, avec des nuances plus rougeoyantes, plus chaudes. Le déclin de la nuit sur le jour, pensa alors le jeune homme... Ce sentiment de bien être qu'il aimait tant, ce sentiment de liberté qui embellissait son âme à en lui faire oublier tous les soucis du monde. Arrêtant sa marche, le jeune Dragon Slayer d'Oracion Seis ferma les yeux quelques instants afin de profiter de cela, de ce moment magique : un petit sourire s'afficha alors sur son visage communément triste et craintif, tandis qu'à ses oreilles le piaillement des premiers oiseaux apparaissait comme une symphonique et majestueuse mélodie... La brise du vent, quant à elle, faisait danser ses cheveux blanc, ainsi que son capuchon, dans un rythme nonchalant et monotone.

Un hululement guttural et rauque transperça alors l'atmosphère, comme un trait d'arbalète fondant sur une cible, ce qui fit sursauter Griffith, le sortant, par la même occasion, de sa rêverie chimérique. Le jeune garçon, paniqué par ce soudain bruit, tomba sur le sol, les yeux grands ouverts, avant de comprendre d'où venait cet étrange hurlement : sur une branche de sapin, à quelques mètres au-dessus du mage, trônait un gros hiboux, qui regardait, hagard, le jeune garçon de ses deux gros yeux noirs. Ce dernier, tournant bizarrement sa tête comme pour comprendre pourquoi un homme avait autant peur de lui, poussa de nouveau un cri, avant de s'envoler vers un nouvel environnement, sous le regard hébété de Griffith, qui souffla, rassuré...

Après sa dernière mission avec Oracion Seis, Seventh, le Master de la Guilde, avait donné un peu de repos à son Dragon Slayer, en l'envoyant vers le centre du Royaume de Fiore, pour une "expédition" comme il l'avait appelé. Evidemment, cela sonnait étrangement comme un "travail indirect", mais cela n'embêtait absolument pas le jeune mage, qui, au contraire, fut enchanté de rendre ce service à sa Guilde et à Seventh Sama. D'ailleurs, il se demanda que pouvait bien faire Melodia Sama en ce moment même... Les pensées qu'il avait pour la jeune femme de sa Guilde le fit rêver un instant avant qu'il ne reprenne ses esprits vers son principal objectif. Le but de l'expédition était simple : explorer pendant quelques jours, la belle et majestueuse forêt d'Iria, afin de trouver un indice, une trace ou quelconque signe rapportant de la présence d'un Dragon... Une promenade investigatrice parfaite pour Griffith, de son statut de Dragon Slayer, mais également de sa passion pour la biologie et la botanique. Pendant les précédents jours et lors de sa marche vers sa destination, le jeune mage se demanda s'il était vraiment possible qu'un Dragon puisse encore vivre dans ce lieu verdoyant, sans que personne n'ai encore relaté sa présence... D'ailleurs, comment réagirait-il s'il se retrouvait nez à nez avec lui ? La peur l'envahirait assurément, mais, aurait-il le courage de lui poser les questions qui persécutaient son esprit depuis la disparition de son père ?

Commençant donc l'exploration à l'aube, afin de collecter le plus d'informations rapidement et le plus tôt possible, Griffith débuta par recueillir les renseignements globaux sur le lieu : il débuta par noter, sur un morceau de parchemin, le type de végétation présent, les espèces d'arbres, mais également de fleurs. Continuant sa marche à travers ce sanctuaire végétale, il nota ensuite les particularités atmosphériques : température, climat... Toutes choses pouvant aider à savoir si oui ou non cette forêt pouvait être l'habitat d'un parent.

Après plusieurs heures de recherche et d'exploration et tandis qu'il cherchait un point d'eau, chose importante pour un Dragon, Griffith s'arrêta brusquement tandis que ses narines reniflaient une odeur spéciale... une odeur qu'il connaissait... Un Dragon ?! Figé et effrayé par cette soudaine sensation, ses yeux péridots rapetissèrent et devinrent transparents pendant un instant, tandis que son corps sembla brusquement lourd... Il ne s'attendait pas à cela et évidemment, s'il y avait bien une chose sur laquelle il ne pouvait pas se tromper, c'était son odorat... Prit entre deux envies, celle d'aller à la rencontre de son parent et celle de fuir, le garçon puisa dans ses ressources, trouvant le courage nécessaire pour aller de l'avant. C'est après seulement plusieurs dizaines de minutes de marche, qu'il trouva, à l'intérieur d'une clairière magnifique, d'où provenait cette odeur familière... Caché derrière un arbre, le mage à la crinière blanche, fut à la fois abasourdi et émerveillé en voyant l'homme, de dos, qui s'exclama, puissamment :

Que me vaut le plaisir de rencontrer des frères ou des soeurs dans un endroit aussi reculé ?


Troublé par cette phrase et surtout par cette troublante apparition qui était loin de ce qu'il s'était imaginé, Griffith fit alors quelques pas en arrière...

Qui... Qui est-ce ?


Dernière édition par Griffith Lightfield le Sam 13 Avr - 13:14, édité 1 fois
Elena Frost

Elena Frost

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 28
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 3 Mar - 18:21





















D'autres Dragons.

Depuis ma récente mission à Era et ma rencontre avec ce Shiro Rainfire, je commençais à me dire qu'il y avait bien plus de Dragons Slayers à Fiore que je ne pouvais imaginer. Bien que ce dernier n'avait pas été élevé par un dragon, il me confirmait qu'il se pourrait bien qu'il y ait un chasseur de dragon pour chaque élément que l'on rencontre. Ainsi, je pensais qu'il y en avait un de la terre, un de l'air, un de l'eau, un du feu et ainsi de suite. J'avais vraiment été ravie de faire la connaissance de Rachel bien que les circonstances ne furent pas vraiment propices à une discussion. En effet, le destin a voulu que nous nous rencontrions lors d'une mission d'assassinat à laquelle je préfère ne pas y repenser. Aussi, dès mon retour à la guilde, une fois la mission terminée, je me mis à effectuer des recherches concernant les dragons slayers. En cherchant, je me demandais si comme Sasaki et moi, leurs pères avaient eux aussi disparus le sept juillet de l'année sept-cent-soixante-dix-sept et s'ils savaient par hasard où ils pouvaient être. Je me posais plusieurs questions mais l'essentiel était de les trouver. Toutefois, j'avais beau lire des centaines de livres, on ne faisait aucune allusion au nombre de dragon slayer et que très rarement aux dragons en général. C'était réellement frustrant. Personne ne semblait croire à l'existence des dragons mais qui pourrait vraiment les blâmer. Il n'y avait que des dragons slayers, élevés par de véritables dragons qui pourraient me comprendre, nous comprendre. Il devenait de plus en plus urgent de les trouver, de leur parler. Je voulais en savoir plus. Toujours est-il que même avec la meilleure volonté du monde, on ne parvient pas toujours à ses fins. Ainsi, je commençais à désespérer et à me dire que c'était peine perdue. Aucun des ouvrages que j'avais pu lire ne m'apportait d'indices concrets me mettant sur une quelconque piste. Je finis par perdre mon calme et balança tous les livres avant de m'endormir. Une bonne nuit de sommeil après une journée entière de recherches me remettrait les idées au clair. En me réveillant, j'eus une idée. Peut-être qu'il y avait des chasseurs de dragons dans nos avis de recherche. Après tout, c'est grâce à l'un d'eux que de stupides humains m'avaient reconnu. Il y avait donc forcément un dragon slayer parmi eux. J'allais rapidement être fixée. Sans faire de bruit, je me dirigeais lentement vers les wanted. Je ne voulais surtout pas que quiconque m'entende ou me voit sortir et en particulier le master. Je sentais que les dégâts que j'avais récemment occasionnés l'avaient mis en colère et jusqu'à présent je lui échappais de justesse. J'allais donc chercher à continuer ainsi bien que tôt ou tard, je devrais bien lui faire face. Arrivée près des avis de recherche, je tombais sur un certain Ren Ikari. Étant pressée par le temps, j'ai jeté un rapide coup d'oeil. J'ai juste eu le temps de lire dragon et Quatro Cerberus. C'était tout. Je n'avais pas pris la peine de m'assurer de ce qu'il avait fait contre l'alliance et je ne jugeais pas cela utile vu que je voulais simplement lui parler. Il était donc à Quatro Cerberus, dans la ville de Val. Je me mis instamment en route.

Pour me rendre à Val, je devais obligatoirement passer par la forêt d'Iria et je devais me faire discrète. C'est donc la raison pour laquelle je me suis vêtue de mon manteau d'anonymat avant de prendre la route. Je me demandais comment il était mon frère. A quel élément était-il affilié? Où était son parent? Plein de questions me traversèrent l'esprit. J'allais enfin pouvoir parler de mon passé sans honte et avec quelqu'un qui me comprenait. Il est vrai que j'aurais pu le faire avec le second de la guilde mais il faut avouer qu'elle était vraiment peu ouverte. Le mieux serait avec un autre plus ouvert, moins froid. Au bout d'un moment une pensée me traversa l'esprit. Comment réagira-t-il en me voyant? J'étais un mage noir et lui un mage officiel et bien qu'étant tous deux dragon slayer, rien ne me garantissait qu'à mon instar, il essaierait lui aussi de discuter avec moi. De plus suite aux évènements de Crocus, je pouvais abandonner l'effet de surprise. Toutefois, ma détermination était sans faille et qu'importe sa réaction, je partirais à sa rencontre et essaierais de discuter avec lui. Tout en pénétrant dans la forêt d'Iria, je me demandais ce que je dirais quand je rencontrerais mon frère. Oui mon frère car il était évident que d'une manière ou d'une autre, il était de la famille. Tout comme moi, il partageait le savoir transmis par les créatures majestueuses que sont les dragons. Ces créatures magnifiques. Intérieurement bien que remerciant chaque jour le fait d'avoir pu bénéficier du savoir de Weisslogia, je ne pouvais m'empêcher de me demander pourquoi il m'avait choisi moi et pas quelqu'un d'autre. Que serais-je devenue si je ne l'avais pas rencontré? Je chassais ces questions de mon esprit assez vite bien que me questionnant sur le fait de savoir si j’étais le seul « dragon » à me le demander. Je continuais à marcher dans la forêt quand je me suis stoppée net. Je venais de me rendre compte d’une chose. Comment allais-je faire pour lui parler. S’il est possible qu’il accepte de me parler sans chercher à me capturer, il est tout aussi possible et même certain que les autres membres de la guilde Quatro Cerberus n’hésiteront pas une seule seconde pour m’arrêter. Encore un problème à résoudre. Je me demandais vraiment si je pourrais lui parler. Au bout d’un moment de réflexion, je décidai que j’espionnerais la guilde jusqu’à trouver un moment où il en serait éloigné pour l’aborder. Je me remis donc en route. Après quelques pas, une voix m’interpella :

« Que me vaut le plaisir de rencontrer des frères ou des sœurs dans un endroit aussi reculé ? »

Frères ? Sœurs ? Dès que j’entendis ces paroles, je me déplaçai vers la source du son tout en usant de mon odorat. Je sentis alors très distinctement l’odeur de trois autres dragons slayers dont une m’était on ne peut plus familière. Il s’agissait de celle de ma « jumelle », le dragon des ombres de Tartaros. Je me demandais ce qu’elle venait faire ici. M’aurait-elle par hasard suivi ? Je pensais pourtant avoir été plus que discrète. Je n’avais plus qu’à faire avec dans ce cas. Je me suis donc avancée jusqu’à atteindre le lieu d’où provenait la voix. En arrivant sur place, je vis à ma grande surprise celui que j’étais venu voir. Quelle aubaine. Je n’avais donc plus à me soucier de la façon dont je pourrais le voir en échappant à sa guilde.


Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] Mini_538224Ayacontente

Ohayo nii-san

Les deux autres chasseurs ne tardèrent pas à arriver. Je n’avais peur que d’une chose, ma sœur. Elle avait montré durant notre mission une face qui me faisait peur. Saurait-elle se contenir ? Je verrais bien.


HRP:
 
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

Sasaki Omura

Messages : 360
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 4 Mar - 10:38
Spoiler:
 
Un réveil haut en couleur, en pleine cambrousse. Des cimes noires se logeant dans ces iris terribles. Ces pointes semblaient crever le ciel, lui qui à cet effet laissait pleuvoir sa coulure vermeille. Ainsi aux aurores ne pouvait se lever qu'une aube rouge, comme le sang. Cette voûte céleste ensanglantée apaisait la fureur grondante d'une Bête qui faim. Ce Dragon Fou, à l'aura mortifère et l'esprit aliéné, lui qui fort de sa liberté nouvelle pouvait se déchaîner sur le paysage; et dévaseter les bonnes landes humaines. Aimant sa férocité, adorant sa cruauté, pouvoir enfin se livrer à pareilles exactions que le meurtre ou la nécrophagie était une jouissance éternelle. Chaque coup comme chaque bouchée de viande étant un pur plaisir divin. Son attente pour sortir de ce cachot de l'âme n'avait été que trop longue. Les années, elle ne les avait pas comptées. A dire vrai c'est qu'elle répugnait encore d'avoir dans la cervelle ce plomb humain nommé civisme. Chose qui la reboutai au point de faire exprès d'être profondément atardée alors qu'elle n'en était que meilleure chasseresse. Un prédateur si calculateur ne pouvait être elle, mais elle ne pouvait détruire l'Omura et ses restes, ce savoir si méticuleusement engrangé devait rester intact sinon croître. Baliverne pensait encore ce monstre. Sa pensée bornée de Bête ne pouvait aller dans le sens de l'humanisation, puisque engance d'un Dragon elle était, Dragon elle devait être. Ainsi s'humaniser avec ces modes de pensée, ses habits et toutes ces autres choses dont ces misérables vers de terre pouvaient se targuer, elle le haïssait. Seulement elle devait prendre son mal en patience. Un jour, oui un jour elle se libèreait de ces derniers fers. Pour étinceler dans la noirceur la plus totale, déployer des ailes infâmes et voler en toute liberté. Son regrêt allait encore lui faire maudire cette racasse de Dragon, ledit père Skyadrum. Pourquoi n'avait-elle pas comme lui un derme couvert d'écailles noires ? Ni d'ailes, ni de queue, et ne parlons pas de ces pitoyables griffes et crocs. Voilà le dégoût qu'il lui inspirait, son héritage n'était rien de plus que du flan. Son apparence humaine lui donnant l'envie de s'écorcher vive. Seulement elle étouffait tout ça, histoire d'engrosser une haine si grande qu'elle exploserait la face de ce sale reptile. Le tuer était une de ses prérogatives, après tout elle était aussi Pourfendeuse de Dragon, bien qu'elle préfère se démarquer de ce groupe en se disant Dragon pur et dur. Seulement ce qu'elle ne pouvait admettre c'est qu'elle n'était ni humaine ni animal, juste une détraquée brisée qui n'avait que sa vengeance contre tous pour perdurer. Ainsi elle aspirait à détruire tout astre prêonant plus haut qu'elle, ces raclures de vivants la toisant en arrogance. Même ce père, se repêtre de son sang et sa chair était son voeu le plus cher ...

Ainsi avait-elle cogité trop longtemps, du temps bêtement perdu à ressasser son mal être et ses sordides projets. La Dragonne bailla, elle semblait avoir beugé en regardant le ciel sulfureux. Enfin elle daigna se relever, s'épousetant sa tenue peu couvrante. Au moins cette peau de tissu laissait respirer son derme et n'endiguait pas le moins du monde ses mouvements grossiers. Et au lieu de bailler encore, n'allant pas étouffer sa belle bouche, elle rugit tel un lion. Combien de temps avait-elle passé dans cette forêt ? Quelques jours tout au plus, elle se moquait éperdument de la notion même de temporalité. Elle vivait avec les caprices de la Nature et marchait dans le soleil puis sous l'éclat de la lune. Un véritable sauvage qui se marginalise, ainsi elle ne pensait pas à retourner encore dans cette chambre. Cette créature velue qui osait la toucher, elle avait rêvé de le dévorer , de le réduire en bouillie. Oubliant ces tracas exécrables de la forteresse noire et toute cette cliche de chieur qui tremblaient à son nom, elle s'étira de tous ces membres. Au moins elle semblait aprécier d'être en forme et en bonne condition physique. La chasse par-ici n'était pas mauvaise, la brise adorable et il y avait même un point d'eau. En somme tout ce qu'il lui fallait, sauf que cette forêt était mal située. En plein coeur de Fiore Centre, les illuminées d'Era auraient vite fait de lancer la grande battue ou de raser la forêt. Tout ça pour prendre sa tête, stupide cloportes, aucun respect pour dame nature. Loin d etout ça, puisqu'elle s'était carapatée de cette cité il y a peu après y avoir semé le désordre, bien fait pour eux avec leur système abject. Ces deux comparses qu'elle avait du se coltiner, elle n'aimerait pas les revoir. Frost était une honte, une saleté de reptile humanisé, rien que de se remémorer sa face de lard, Lie avait déjà envie de l'étriper. Et l'autre, Ravenstone, la Dame de Fer était toute aussi décevante. Depuis quand il fallait une raison à un animal pour tuer ? Une bête n'est pas un homme, elle tue si elle veut et mange sans vergogne, c'est la loi de la survie du plus fort. Avec de tels patates avilies, elle avait du mal à penser la notion de famille même avec les enfants des autres Dragons. Bref elle porter en haine tout et n'aimait que tuer, détruire et se nourrir.

C'était pas compliqué à comprendre. Même elle qui semblait atardée pouvait concevoir la stupidité de l'état de nature. Elle cogitait trop même en faisant sa gymnastique, en même temps c'était ça ou fracasser toutce qui était dans sa mire. Et abattre tous les abres du coin n'était pas une option, déjà parce que ça promettait d'être ennuyant mais aussi cela rameuterait le populisme. Ici perdurait un mythe, bougres d'humains que trop rêveurs, les Dragons ne sont plus ici. Ainsi l'on croyait que dans cette forêt vivait un Dragon qui abattait des arbres. Lie savait que si un pareil bestiaux rôdait elle l'aurait déjà flairé. Et puis un mastodonte de ce calibre aurait forcément laissé des empreintes de pattes, ses dites ailes couchants les troncs elles devaient bien le faire voler. Et où ? Dans le ciel pardi. Seulement personne n'avait vu de lézard volant. Bref c'était encore du flan et ça l'énervait. Trop échaudée, elle senti remonter de ses tréffons une furieuse envie de pulvériser de l'humain et payoc land étant à côté, en parlant du bourg de Val. Elle s'en garda bien d'aller y semer le chaos, allant plutôt se tremper dans l'onde. Enlever ses habis fut un tel soulagement, alors se baigner dans cette eau claire et fraîche lui fit unbien fou. Elle pouvait y patoger des heure. Se moquant bien qu'un phacochère vienne s'abreuver, cela lui ferait un copieux repas. Et puis quand bien même un oeil et un intellect humain vienne la mater, elle s'en battait les roubignoles. N'ayant pas dans sa petite tête les concept de honte et pudeur. Par contre elle tuerait pour cause de haine pure et simple. Bref elle était aux anges dans sa marre et ferma les yeux. Pour écouter le souffle du vent et le poumont de la terre, de même que le murmure des arbres. « Y a pas à dire, c'est l'pied cet endroit. » Elle somnola après ça, une heure peut-être deux, loin de cette paranoïa de la fuite du temps elle pouvait aprécier à sa juste valeur chaque instant, si tenté est qu'il soit goulayant. Seulement une légèreté vint la titiller, rouvrant l'iris foudrayant sur un ciel plus bleu. Un appel qui était devenu murmure entre les feuillages, à croire qu'un guignol se baladait plus loin.

Y avait du mouvement dans l'air et des odeurs, quelles répugnates odeurs. Sa puait l'humain en pagaille mais aussi quelque chose de plus piquant. « Bordel Frost qui ramène ses gambettes ... Et euh, un parfum subtil de poulette ... Ce s'rait pas la choupinette de la mine, Ultia bidule ?! » Elle n'avait pas perçu les paroles de l'insurgé à son territoire, mais des odeurs horripilentes planaient et l'irraitaient. Si bien que quittant le bain prestement, pour se vêtir à nouveau, rien à carer d'être trempée, elle eut dans l'idée d'aller vérifier ce petit manège. Cet attroupement de gens était louche mais l'attirait à cause de l'odeur étrange. Ainsi bondissant haut, elel gagna les cimes, bondissant de branche en branche pour voyager plus silencieusement. Enfin une ouïe fine entendrait l'écorse craquer sous le pas enhardi. Elle gagna bien vite ledit lieu du troupeau. Mais quels adorables agneaux, la puante et exécrable Frost, un pétochard épiant en douce un jeune blanbec et ... Où était la gamine aux météores ?! Ce gringalet pourtant costaud portait l'odeur de cette fillette. C'est donc qu'il devait être son compagnon d'arme ou plus. Bref rien à cirer non plus, dommage elle aurait bien lavé son honneur, quoi que c'était l'Omura qui s'était faite dézinguée. La rose imbibant son corps pouvait bien choir et s'abattre sur ce malheureux poltron, le Dragon Fou n'attendait qu'un faux pas pour lui fondre dessus et lui ouvrir les entrailles. En fin de compte touts autant qu'ils étaient, ils lui inspiraient un profond dégoût. Elle se laissa donc chuter lourdement, brisant des fagots morts. Son pas piétinant les feuilles dévorées par le gel et jaunies au re-doux du proche hiver. Elle vint bousculer sans vergogne ce blafard qui restait caché. Lui confiant lea justification de cette bassesse brutale tout en lui faisant dos, quel affront. « Fais pas ta pédale et sors de l'ombre avant d'y finir. Frost tu ferais bien de garder ta sale face de rat voilée, t'attires que ennuis à chaque fois. Bref qu'est-ce que trois clampins foutent dans cette forêt ? Du tourisme, la zonne est dangereuse alors allez voir ailleurs avant de vous faire becter. Mais si vous êtes là pour le mythe miteux du dragon, vous êtes des imbéciles. Il n'y a pas de Dragon ici, enfin pas de gros mastoc ailé puisque pas d'odeur. Ces humains, z'ont que ça à foutre d'inventer des balivernes. J'vois pas ce que tu leurs trouves Frost, c'est que du gibier. » Pourquoi une telle harangue malsaine, elle aimerait chasser ces enquiquineurs sans se fouler. Elle avait envie de paresser aujourd'hui alors meuler la tronche de ces zigotos ne lui venait pas à l'idée. Quoi que Frost lui tapait tellement sur le système, un si alléchant morceau de viande et elle pouvait même pas en prendre un bout sans que le Maître des Abysses ne la menace. La belle affaire, lui aussi sentira la puissance de ses machoîres un jour ou l'autre. Mais avant elle essayait de se contrôler, ses mirettes closes pour ne foudroyre personne.

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 350584signature

Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 


Dernière édition par Sasaki Omura le Lun 1 Avr - 15:44, édité 1 fois
Ren Ikari
Admin / Le Lotus MélancoliqueAdmin / Le Lotus Mélancolique

Ren Ikari

Messages : 981
Date d'inscription : 18/05/2012
Âge : 27
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Sky Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Sky Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.520
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 4 Mar - 21:48
Le silence, ou plutôt, l’absence de réaction audible. Voilà ce que j’avais comme réponse, néanmoins, l’ouïe humaine n’aurait pu me renseigner sur les déplacements des trois Dragons Slayers présents dans la forêt autres que moi. En effet, j’entendais tout de même les déplacements de chacun d’entre eux, sans vraiment savoir où ils étaient, je n’avais qu’une vague intuition de leur direction à chacun et j’espérais qu’ils allaient faire le premier pas d’eux-mêmes sans que je les force. On disait que chaque personne était unique et avait des réactions différentes pour une même situation et les Pourfendeurs de Dragons n’échappaient pas à cette règle. Le premier s’était figé et je n’entendais plus rien venant de lui alors qu’il était juste derrière moi. Le deuxième était apparu juste devant moi, enlevant la capuche de son manteau d’anonymat pour révéler son identité: Elena Frost. La phrase qu’elle avait prononcé m’arrachait un sourire des plus francs, ainsi, je n’étais pas le seul à penser que nous formions une famille. Le dernier, ou plutôt la dernière, avait fait une entrée en scène des plus bestiales. Premièrement, elle ne se déplaçait pas sur terre, mais sur les branches que nous avions certainement tous pu entendre lors de son approche, ensuite, sa façon de parler était vraiment agressive, comme si nous n’étions absolument rien pour elle, ce qui j’espérais n’était pas le cas.

Maintenant que je les avais tous les trois en face de moi, je pouvais reconnaître les différentes têtes. Elena Frost, mage de Tartaros, elle était affiliée à la lumière et je l’avais déjà vu lors du Tournoi au Domus Flau, la pauvre avait vu son identité révélée suite à une attaque enflammée de son adversaire. Au final, elle avait réussi à fuir à mon plus grand bonheur, mais cela, je ne l’avouerais jamais devant les Chevaliers Runiques qui avaient tenté de l’arrêter. Ses cheveux roux flamboyants associés à sa poitrine fort généreuse étaient en quelque sorte sa signature physique, j’étais certain de la reconnaître uniquement grâce à ce détail. Second mage de Tartaros, connue sous le nom de Sasaki Omura, bien que personne ne soit vraiment certain de son véritable nom. Affiliée à l’ombre, elle était l’opposée d’Elena, aussi bien dans la magie que dans l’attitude, d’après ce que je pouvais observer. Ses cheveux étaient violets à la racine et se changeait en un doux blond, c’était vraiment particulier et je me demandais si elle les avait de naissance ou si elle les teignait par pur plaisir. Malgré son air agressif, elle n’en restait pas moins une sœur à mes yeux et, comme dans toute famille, il fallait savoir s’adapter à tous les caractères des membres. Le troisième et dernier était un homme cette fois-ci, équilibrant ainsi la balance entre sexes, doté d’une chevelure blanche et longue. Il semblait complètement perdu devant nous trois et je me doutais qu’il s’agissait de sa première rencontre avec d’autres Dragons Slayers. Moi-même lorsque j’avais appris l’existence d’Ethan par le Sorcerer, j’avais été grandement surpris de ne pas être le seul, alors apprendre qu’il en existait plusieurs dans le même cas, c’était quelque chose qui pouvait choquer n’importe qui. Il faudrait donc y aller en douceur avec lui, bien que l’attitude de notre sœur de l’ombre ne soit pas vraiment ce qu’il lui fallait pour se sentir plus à l’aise.

_ Ohayo Elena-nee. Tu ne peux pas savoir à quel point j’étais content de voir que tu as pu t’enfuir lors du Tournoi, j’ai observé ton combat avec le plus grand intérêt et je pense que tu aurais pu l’emporter.

J’essayais de me montrer le plus à l’aise possible, car après tout, je me considérais en compagnie de personnes qui faisaient partie de ma famille. Mais en réalité, je ne savais pas quelles étaient leurs intentions à chacun d’entre eux, ils pouvaient très bien être là pour mener une embuscade ou en pleine mission pour une sale besogne dont je préférais ne pas connaître les détails. Non, je devais leur faire confiance, sans compter qu’ils ne paraissaient pas être venus ensemble. Tout d’abord, mes deux sœurs ne donnaient pas l’impression d’avoir des échanges amicaux entre elles. De plus, elles n’étaient pas arrivées du même côté, mais cela pouvait tout aussi bien être pour m’encercler. Quoique… c’était impossible, Elena avait l’air gentille à mon égard, mais Sasaki, ou quel que soit son véritable nom, avait une attitude qui n’inspirait pas confiance. En fait, je n’aimais pas du tout le ton qu’elle prenait pour nous parler, ni sa manière de s’exprimer et j‘allais le lui faire comprendre à ma façon:

_ Je sais très bien qu’il n’y a pas de Dragon ici, je viens m’entrainer très souvent et je n’ai jamais senti la piste d’un seul de nos parents. Je ne m’attendais à ce qu’une de mes sœurs soit aussi brutale… quelles que soient tes raisons, je doute que ce soit un comportement à adopter lorsque l’on rencontre sa famille.

Le tout avait été dit avec un grand sourire, montrant ainsi que je n’avais aucune mauvaise intention à son égard, mais si elle croisait mon regard, elle devrait aussi comprendre que j’étais très sérieux dans mes paroles. Au final, j’allais finir par oublier le dernier présent sur cette scène qui commençait à ressembler à une querelle familiale. Je me débarrassais du regard sérieux que j’avais pour lui faire face avec un calme désarmant. Lorsqu’une personne était sous le choc ou perturbé par quelque chose, le calme dans son entourage était nécessaire pour lui permettre de lui remettre les idées en place. Et du calme, j’en avais, j’en étais même l’incarnation d’après certains Cerbères qui s’étonnaient toujours de ne jamais me voir en colère. En réalité, il valait mieux éviter de m’énerver, le calme avant la tempête n’était pas qu’une expression chez moi et les tornades se formaient très rapidement lorsque quelqu’un les forçait. Bref, je m’avançais vers lui pour lui montrer qu’il n’avait rien à craindre de nous, ou du moins d’Elena et de moi:

_ Quant à toi, je présume que c’est la première fois que tu rencontres d’autres Pourfendeurs de Dragons, en tout cas, je tirais la même tête lorsque je l’ai appris moi aussi. Je m’appelle Ren Ikari, mon élément est le Ciel et je suis membre de la guilde Quatro Cerberus, malgré l‘opposition de nos guildes respectives, je ne tenterais rien contre les membres de ma famille, vous avez vos propres raisons pour être là où vous en êtes. Et toi, comment t’appelles-tu ? Quel est ton élément ? Et appartiens-tu à une guilde ?

Avec toute la gentillesse et la franchise du monde, je lui tendais la main tout en tentant d’accrocher son regard et de lui insuffler le calme dont il avait besoin. Je sentais bien que j’avais dû énerver le Dragon de l’Ombre avec mes mots, mais si jamais elle tentait le moindre geste agressif envers moi, j’étais déjà sur mes gardes. Elle apprendrait donc à ses dépends que l’esquive et la contre-attaque étaient mes spécialités dans un combat. Toutefois, j’espérais tout de même qu’elle n’essaie rien à mon encontre, après tout, je ne savais pas quelle puissance elle pouvait développer, ni les capacités qu’elle possédait. En fait, il se pourrait bien qu’elle puisse être plus puissante que moi, après tout, le Ciel n’était pas fait pour être puissant, juste apaisant.

_________________



Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

Griffith Lightfield

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 30
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 11 Mar - 23:24
Tandis qu'il observait l'individu au centre de la clairière, le jeune mage qui ne comprenait toujours pas pourquoi cet homme avait l'odeur d'un dragon, fut témoin de l'entrée d'un nouvel arrivant... Et plus précisément, d'une nouvelle arrivante : une jeune femme, à la chevelure châtain et dont la beauté aurait pu rendre jalouse la plus belle des déesse, sortit de la forêt, à quelques dizaines de mètres seulement de Griffith et s'avança vers le garçon brun, saluant ce dernier d'un sourire radieux. Néanmoins, et alors que les deux protagonistes avaient entamé une conversation apparemment cordiale et plaisante, le mage à la chevelure blanche fut une nouvelle fois troublé : ses yeux péridots virèrent un instant au transparent alors qu'il était certains de reconnaître une nouvelle odeur de dragon émanant de cette femme...

Comment ?... Comment est-ce possible ? Je ne comprends pas..


Perdu dans ses pensées, son odorat se mit brusquement et, encore une fois en branle, tandis qu'il venait de reconnaître une troisième odeur de dragon, qui arrivait rapidement dans sa direction. Se retournant instinctivement pour faire face à tout éventuel danger, Sandstorm reçu un choc soudain et musclé au niveau de l'épaule, qui le déstabilisa : tombant sur le sol, Griffith paniqua un instant, avant de se relever, le plus rapidement possible. Ses yeux, qui trahissaient une inquiétude certaine, restèrent contemplatifs, lorsqu'ils observèrent l'auteur de l'agression... En effet, à quelques mètres de lui, marchant vers le centre de la majestueuse et verdoyante clairière, une nouvelle femme venait de faire son entrée en scène. Cette dernière, à la chevelure violine, s'approcha des deux autres énigmatiques personnages, s'exclamant avec une telle dureté dans les paroles, que Griffith resta sur place, complètement éberlué par cette sauvagerie gratuite... Malgré le fait qu'il ne connaissait absolument pas cette mystérieuse femme, le Dragon Slayer avait pu ressentir une aura sombre et puissante émanant de cette dernière... Elle lui faisait peur. Depuis quelle avait posé pied-à-terre, c'était d'ailleurs comme si une menace silencieuse s'était installé dans la zone, troublant la nature elle-même, qui semblait avoir arrêté ses innombrables bruissements, ses divers chuchotements...

Considérant ces trois nouvelles personnes qu'il n'avait encore jamais vu, il voulu partir loin d'ici, loin de tous problèmes pouvant compromettre l'expédition et les recherches qu'il devait mener pour Seventh Sama. Néanmoins, quelque chose troublait toujours son esprit embrumé : pourquoi ces individus avaient des odeurs de dragons ? C'était bien la première fois que le jeune homme à la chevelure blanche ressentait cela... De plus, il avait très bien distingué les références au grands sauriens dans les paroles du garçon et de la sinistre femme. Tous ses éléments tourbillonnaient à l'intérieur de son crâne, comme une tempête douloureuse et confuse, ne laissant que peu de place à la réflexion. Fermant les yeux et posant une main sur sa tête, tout en s'appuyant sur le tronc d'arbre à côté de lui, Griffith sentait la brume qui s'installait chaque seconde un peu plus, dans son cerveau, recouvrant, petit à petit, les derniers rayons de lumière... Oui, tout arriva trop vite pour le jeune Pourfendeur de Dragon qui ne savait absolument pas, par quoi commencer.

Tentant de se calmer et de remettre ses idées au clair, il ouvrit les yeux, tandis que, devant lui, le garçon brun était là, un sourire radieux sur le visage. A la fois surpris et apeuré par cette soudaine apparition, Griffith ouvrit inconsciemment la bouche, tout en reculant de plusieurs pas. Il s'était préparé à fuir, mais les paroles que prononça alors le garçon, semblèrent l'en dissuader :

Quant à toi, je présume que c'est la première fois que tu rencontres d'autres Pourfendeurs de Dragons, en tout cas, je tirais la même tête lorsque je l'ai appris moi aussi. Je m'appelle Ren Ikari, mon élément est le Ciel et je suis membre de la guilde Quatro Cerberus, malgré l'opposition de nos guildes respectives, je ne tenterais rien contre les membres de ma famille, vous avez vos propres raisons pour être là où vous en êtes. Et toi, comment t'appelles-tu ? Quel est ton élément ? Et appartiens-tu à une guilde ?


Ren... Ikari. Le nom de cet homme ne disait absolument rien à Griffith, mais ce qu'il venait de lui dire avait été comme un délicieux choc émotionnel, une caresse, à la fois tendre et douloureuse qui le paralysa, le figea sur place comme si un coup de tonnerre venait de fondre sur son âme : il y avait donc d'autres Dragons Slayers sur cette terre... Des hommes et des femmes utilisant la même magie que lui et qui, peut-être, pourraient lui indiquer un lieu ou même un indice pour trouver Sandlers, son père.

Tentant maladroitement de trouver ses mots, le jeune mage baissa les yeux... Il bégaya alors quelque chose d'incompréhensible, avant que le sourire rayonnant et surtout sincère de ce Ren, ne l'aide à trouver la force, l'énergie pour répondre à ce qu'il venait de lui demander :

Je... Je m'appelle Griffith... Griffith Lightfield. Je suis le Dragon Slayer du Désert. Ma Guilde ? Je... Je suis un mage solitaire.


Voyant la main de Ren se tendre à lui, Griffith marqua une courte pause et sembla hésiter un moment avant de continuer sur sa précédente lancée, braquant soudainement ses yeux péridots, pleins de détermination, pleins d'espoir, à l'intérieur de ceux de son interlocuteur :

Dites, Ren San... Je... Je cherche mon père Sandlers... Savez-vous où je peux le trouver ?




Dernière édition par Griffith Lightfield le Sam 13 Avr - 13:15, édité 1 fois
Elena Frost

Elena Frost

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 28
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyVen 29 Mar - 22:17





















Tension

La confiance. C'était une qualité qui faisait défaut dans notre guilde. Pouvait-on réellement se faire confiance? Non. Il fallait toujours se méfier car celui que tu prendrais pour ton allié se retournerait aisément contre toi. Cette méfiance était particulièrement présente entre Lie et moi. Nos idées, notre perception des choses, notre comportement, tout en nous était diamétralement opposé. En fait, nous étions à la fois de parfaits contraires mais aussi de parfaits compléments. Ce dernier point en revanche, je doute fort qu'elle en ait pris conscience. En fait, Lie ne semblait pas être douée de raison or, la personne qui avait été nommée seconde du master était bien plus sensée. Tout me portait à croire que ma camarade de guilde avait muté. Je pouvais très bien me tromper et la seule façon pour moi d'être fixée aurait été d'avoir une discussion franche avec elle mais bien sur, ce serait difficile. Enfin, toujours est-il que son arrivée était plus que remarquée. Un pas lourd et bruyant, un comportement brutal et une éloquence sans pareille. En bref, exactement comme pendant la mission. Sa façon de s'exprimer m'étonne toujours. Comment une créature aussi brutale, dénouée de raison, peut-elle s'exprimer avec autant d'éloquence? Un véritable mystère. En parlant de mots, ceux qu'elle avait prononcés reflétaient parfaitement son caractère de cochon. Et dire que je devais la supporter. Enfin, elle restait ma sœur et c'est le plus important donc je l'appréciais avec ses défauts et ses qualités. Pour en revenir à ces propos, elle avait traité mon second frère de pédale. Ouah c'était assez inattendu on va dire. Ensuite elle a continué en me demandant de voiler ma face de rat car j'attirais les ennuis. Elle pouvait bien parler, elle qui fonce dans le tas sans réfléchir comme un vulgaire animal sauvage. Ensuite elle montra clairement son dégoût des humains et celui de voir les autres et me dis qu'ils n'étaient que du gibier. Allons bon maintenant on mange les humains, je n'en avais pas pris conscience à vrai dire et cela me fit sourire. Je pris donc la parole pour lui répondre, le plus sereinement possible

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 139451Ayanormal

Toujours autant de tact Lie. Moi aussi je suis contente de te voir en ces lieux tu sais.

Je n'étais pas vraiment sincère mais sa présence ne me gênait pas plus que ça. Par contre une chose m'inquiétait, qu'elle se mette à attaquer physiquement les deux autres membres de notre famille. J’imagine qu'ils n'auraient aucun mal à se défendre mais cela plomberait l'ambiance et c'est peu de le dire. Concernant ces deux derniers justement. Celui que j'étais venu voir, Ren avait affiché un franc sourire après que je l'ai salué. C'était vraiment réjouissant. Il ne m'attaquait pas, mes craintes n'étaient donc pas fondées et à moins que je n'engage le combat, il n'allait pas m'attaquer et encore moins me livrer au conseil. Si on pouvait gérer ma sœur, on aurait pu discuter tranquillement. C'était donc à son tour de prendre la parole. Il commença par me souhaiter à son tour le bonjour en me donnant aussi un préfixe signifiant qu'il me considère comme une sœur, c'était la première fois qu'on me considérait de la sorte et j'étais très heureuse ce que je ne manquais pas de montrer avec un sourire moi aussi. Il enchaîna en disant qu'il était content que j'aie pu m'enfuir lors du tournoi et qu'il pense vraiment que j'aurais pu remporter mon combat. A ce moment, mon sourire s'intensifia. J'étais vraiment heureuse, surtout que personne ne me l'avait encore dit. Il était profondément gentil et surtout sincère. Je ne ressentais aucune émotion négative venant de lui et n'en éprouvait aucune. Je pensais lui proposer un combat un de ces jours mais à ce que je vois s'il avait effectivement lieu, j'éprouverais quelques difficultés à être sérieuse. Il s'adressa ensuite à ma sœur et malgré le mauvais comportement qu'elle avait eu, il parlait toujours sans aucune mauvaise intention venant de lui. Il lui répondit en disant qu'il savait bien qu'il n'y avait aucun dragon ici et qu'il ne s'attendait pas à voir autant d'agressivité venant d'un des membres de sa famille. Il n'avait pas tort. Je pense pouvoir dire sans me tromper que Lie était le dragon slayer le plus brutal et le plus agressif de tous mais je ne pense pas qu'elle ait toujours été comme cela. Encore une fois je devais plus la connaître. Il affichait toujours un sourire mais avait un regard sérieux. Ce dernier tomba lorsqu'il se tourna vers le troisième slayer présent ici. En sortant de l'ombre, je l'avais reconnu. Griffith Lightfield, membre des Oracion Seis. En lui parlant, Ren-nii montra un calme des plus surprenants. De lui n'émanaient que la paix et la confiance. Je n'avais jamais rien ressenti de tel. C'était donc cela quand on n’avait pas à se soucier de regarder constamment derrière soi? Lorsqu'on faisait confiance. J'avais décidément plus de choses à apprendre de lui que je ne le pensais. Il rassura notre frère en lui disant qu'il avait ressenti la même chose la première fois qu'il avait appris l'existence d'autres pourfendeurs de dragons. De plus, je pus apprendre qu'il était affilié au ciel. J'avais déjà quelques soupçons mais le ciel était très représentatif de son comportement, calme, serein. Je venais à présent à me demander si lui aussi, comme le ciel pouvait se déchaîner et montrer une puissance sans pareille. Il tendit la main au membre d'Oracion Seis afin de le calmer et c'était à présent à lui d'intervenir.

A ce propos, il semblait être le seul parmi nous à n'avoir encore jamais vu de dragon slayer. Il était d'ailleurs plus qu'étonné et le regardant, je me demandais ce qu'il pouvait ressentir. De la joie, de la peur, de la nostalgie? Le tout à la fois peut-être. Le coup brusque du Darkness's Fangs l'avait fait paniqué et on pouvait lire de l'inquiétude dans son regard. Il fallait le rassurer. A cet instant précis, il avait peur, peur de la bestialité de ma jumelle. Il semblait désemparé. Les évènements devaient s'enchaîner trop vite pour lui et croiser trois autres représentants de son espèce en même temps alors qu'on croit être le seul peut s'avérer vraiment perturbant. Griffith avait reculé au moment où Ren s'approchait et semblait toujours aussi apeuré. Cependant, le calme émanant de mon frère céleste faisait son effet. Difficile d'y résister après tout. Le second mâle était toujours figé mais plus calme, plus serein. Il essaya de dire quelque chose en baissant les yeux mais qui était incompréhensible avant de relever les yeux pour parler franchement. Il donna son nom et mentionna que son élément était le désert. Toutefois, il mentit au sujet de sa guilde. Le pourquoi, je le savais déjà. La peur, la méfiance. Il ne se sentait toujours pas à l'aise. Je n'aimais pas ça. Même si c'était justifié, il n'avait aucune raison de mentir. J'en étais sûre à présent, Ren n'avait aucune mauvaise intention à notre égard. Il ne nous livrerait pas au conseil à moins que l'on fasse quelque chose de vraiment grave en face de lui. Il était primordial qu'un climat de confiance totale s'installe entre nous si nous voulions faire plus ample connaissance. Le mensonge était à proscrire. Je ne savais pas si le pourfendeur céleste pensait la même chose mais une chose était sure, Lie pas du tout. Ma prochaine intervention allait sans nul doute la faire encore plus rager mais je m'en moque éperdument. Avant tout, le "dragon" du désert finit son allocution en demandant à Ren s'il savait quelque chose sur son père Sandlers. Lui aussi avait disparu à ce que je constatais et de trois. Je pense bien que c'est le cas aussi pour notre frère des cieux et sans aucun doute pour tous les autres chasseurs. Enfin bref, j'allais à présent intervenir. Je m'efforçais moi aussi de me montrer la plus calme possible. Je n'avais aucune mauvaise intention à l'égard des membres de ma famille bien que je sois légèrement méfiante à l'encontre de la seule autre chasseuse des lieux. M'approchant de celui qui venait de parler, et le regardant, je me mis donc à parler.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 139451Ayanormal

Puisqu'on en est aux présentations et qu'il n'y a que toi qui ne me connaisses pas. Je suis Elena Frost, le White Dragon Slayer, je suis affiliée à la lumière. Je suis membre de la guilde noire Tartaros.

Je marquais un léger temps de pause. Pourquoi j'avais donné ma guilde? Pour lui montrer qu'il n'avait pas besoin de mentir en ces lieux. Je repris à nouveau la parole.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 139451Ayanormal

Je voudrais à nouveau te demander ta guilde s'il te plaît. Tu n'as pas de raisons d'avoir peur, nous ne te voulons aucun mal. Tu peux nous faire confiance. Concernant Sandlers, je suppose qu'il a disparu le sept Juillet de l'an sept-cent soixante-dix-sept je me trompe?

A nouveau je me tus. Je lançais un léger coup d’œil vers Lie pour voir sa réaction avant de me tourner cette fois vers Ren. Je voulais aussi lui demander quelque chose.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 139451Ayanormal

Ren-nii, je voudrais savoir si ton parent t'avait laissé un quelconque indice avant de disparaître.

Le plus important n'était pas qu'il ait une réponse qui me permette de retrouver la piste de mon père mais simplement de voir s'il ressentait ce que je ressentais. Si je supposais bien, chacun de nous avait vécu une enfance à peu près similaire mais en grandissant, nous avons emprunté des chemins différents. Cela me fait penser que nous sommes donc voués à un avenir commun ou aussi un avenir similaire. Nous sommes une famille et nous devons donc par conséquent établir des liens solides, de confiance et d'amour fraternel. Entendre cela venant d'un mage noir est surement risible mais encore une fois, cela montre que cette appartenance aux ténèbres ne me correspond pas. Je ne suis pas faite pour cela mais si je ne m'en extirpe pas très vite, j'ai peur qu'elles finissent par m'attraper. J'ai un objectif mais pour le réaliser, il me faudrait du soutien et quoi de mieux qu'une famille pour nous aider. La confiance, aujourd'hui, j'allais apprendre à en faire preuve. Aujourd'hui, j'allais faire confiance.



HRP:
 






Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

Sasaki Omura

Messages : 360
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 1 Avr - 16:24
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 500211signat12
~ Une bien tordue répartie ~

Devant tant de sottises proférée, elle se retint d'exploser de rire. C'était pitoyable, ces pauvres demeurés se découvraient tels de pauvres enfants perdus sans leur géniteurs. Avaient-ils donc cru à un accident ? La dame ombrage recouvrit sa robe d'ébène de sa capuche noire. Voilant son faciès sous la petite pénombre offerte par les grands pins. S'éloignant de cette attroupement de pouacres horripilants pour aller se figer devant un vénérable tronc centenaire. Bien mortifiée, ses foudres virulentes logées en ces prunelles crevées était voilée mais bel et bien là. Elle serrait les dents, entre ses belles lèvres entre-ouvertes. Tant d'immondices croyances avaient été dégluties, elle n'en revenait pas d'être plus censée que ces lumières douées de raison. Ainsi laissa t'elle découler le temps des plaids et sanglots minables, pour griffer une innocente écorce. Leurs faisant encore là, toujours dos. Et l'autre pantoufle qui mentait sur son appartenance de guilde, n'importe quel benêt saurait cette information. Après tout leurs faces immondes de Dragon Slayer avaient et fichées. « Arrêtes de mentir Griff, tout le monde sais que t'es des Oracion Seis. Ton père t'as élevé comme un escargot ou un Dragon ? Pauvre pédale tss ! » Elle força sur sa serre qui brisa le derme frêle, enfonçant ses griffes dans le pauvre tronc. Pour en arracher un lambeau de chair dégoulinant de sève péguante. Elle essuya sa main, devenue tartine dorée, en la laissant glisser sur le corps de bois. Tout en en faisant le tour. Elle se réservait son subtil grognement évadé de sa gueule infernale. Revenant à flirter dans la Nature si chatoyante, reposante et silencieuse. Seulement, au détour de ce grand arbre elle retrouvait la vision exécrable de ces enquiquineurs. Il lui démangeait de les balayer avec la plus grande barbarie. N'en ayant que faire de blesser la belle forêt qui lui offrait gîte et couvert. Elle montrait les crocs, de même qu’infimement ses iris foudroyants noyés dans l'ombre, pouvaient être perçus. Elle aspirait à présent à renverser leur logique, déchirer la toile du mensonge et les voir se briser en miettes devant elle. ceci leurs ferait les dents, ils n'auraient pas du s'aventurer ici et provoquer sa hargne.

Ainsi quitta-elle son logis d’écorce et de feuillage, piétinant un arbrisseau et le brisant sous son pas lourd. Pour s'avancer en lumière et retirer à nouveau sa capuche. Très lentement, pour les laisser découvrir et se scandaliser devant ce regard si inquiétant. Par la présente avancée funeste, elle se mettait grotesquement en scène. Laissant revenir chez elle des dédains qui caractérisait l'Omura. Elle tendit ses bras devant elle et joint ses doigts avant de les craquer. Puis elle les écarta, comme pour battre de l'aile ici atrophiée, avec une grâce incompréhensible. « Un peu d'attention je vous prie, que je puisse vous faire démonstration de votre sottise. En premier lieu je souhaiterais, tout en restant calme, que la moule arrête de chialer. Je suis tant exaspérée de voir cela chez un fils de Dragon que j'ai déjà envie de l'exterminer. Aussi réfléchissez dont sur la raison qui vous pousse à recherchez des créatures qui vous ont délaissés. » Elle fit une pause, suspendant son discours avant de reprendre assez vite pour qu’aucun de ces minables ne vienne à l’interrompre. Rivant son regard méprisant sur la personne du plus doux à savoir Ren Ikari. « Qu'est-ce qu'un Dragon Slayer au juste ? Cette appellation c'est du toc, les parents ont foutus le camp et y a pas de Dragons à chasser, nulle part. On vous a jetés comme des déchets après vous avoir vendu du rêve, acceptez-le. Vous êtes seuls à errer dans un monde où nous n’avons pas notre place. Ces bâtards d’humains ont finis à force de persécution à tuer Lisette … Bravo, il faut les aimer, vous êtes trop con ! Bref vous avez aucun but à poursuivre, vu que chercher un lézard mort qui vous a baisé est vraiment très con. Alors vous vivez en humains et espérez trouver un but à votre existence parmi eux ? Je ne comprends pas, plutôt crever que devenir l’une de ces choses encore plus cruelle que je ne le suis ! » Elle avait bondit en arrière, pour les toiser depuis une branche. Qu'ils viennent se battre s'ils voulaient avoir raison. Ce qui ne l’empêcha pas de continuer, haussant le ton pour couvrir tout bruit à la manière d'un grondement orageux.

« Famille ? Tu veux parler de ton parent qui t'as abandonné, de tes semblables égarés et de ce que tu tiens absolument à te fabriquer ? Hiryû et Cobra sont des affligeants même si ces faux Dragons m’écœurent, des humains qui volent nos pouvoir, ce crime mérite la mort ! ... Elle replongea son regard dénué d’émotions dans celui de Ren, réfrénant sa colère pour paraitre plus posée. A quoi elle sert ta famille si ce n'est à te blesser encore et toujours plus ? Je ne comprends pas. La solitude est parfaite, ne t'abandonne pas et ne te juge pas, ici dans cette forêt je suis tranquille, alors pas besoin d'autres blafards qui mentent et se tirent sans prévenir. Et puis vous semblez foutrement plus humains que Dragons. » Elle l'avait dit, ayant brisé toute pensée de lien entre elle et ces pouacres. De toute façon, elle ne savait pas elle-même si elle était Dragon ou Ombre. Elle voulait juste avoir la paix et qu'on arrête de voloir la raisonner. Pour elle les Dragon Slayer étaient des Dragons ratés devenus humains. Elle pouvait revendiquer être de ces majestueuses créatures puisqu'elle s'était rapprochée au plus proche de sa magie. Elle avait embrassé les ténèbres qui l'avaient vu naitre et avait grandi avec elle. Mais elle ne souffla cette pensée, ces raisons humaines ne pourrait pareille aberration. Puis elle repis aussi vite son bombardement sadique, laissant éclater son rire cruel. « Ah c'est vrai, vous avez un truc pour comprendre, un cœur. Saleté qui rend faible et stupide, un Dragon n'en a pas besoin, juste d'être libre, seul et mu par un libre-arbitre inaliénable. Les animaux sont tellement plus intéressants que vous autres. Frères ou humains c'est pareil, vous pensez et vivez exactement pareil, vous n'êtes plus dignes d'être appelés Dragons. Vous vous êtes dénaturés tout seul, je trouve ça si drôle. C'est pour ça que je ne vous comprends pas, chasser et manger c'était tellement plus simple comme système, vivre seul sur une île, comme un sauvage, c'était beau ... »

Son rire dégoutant s'était effrité pour laisser place à une enivrante nostalgie. Elle qui n'avait pu vivre jusqu'à il y a une semaine, avait autrefois rêvé de la vie de Lisette, la bonne fille du Dragon qui l'avait crée (Lie) dans une boule de glaise obscure. La liberté et la vie sans fers était le rêve de cette créature cauchemardesque. Aussi se laissa t'elle chuter avec légèreté. un merveilleux saut de l'ange, où elle aurait aimé pouvoir planer de ces ailes inexistantes. Pour atterrir lourdement dans des branchages, dommage que Ren ne sois venu l'attraper au vol, elle l'aurait bien écrabouillé puis dévorait. Sa faim vorace et tenaillante revint au galop pour la harceler. Elle allait disjoncter et user de sa force pour ravager cette lande. Cependant elle resta à quatre pattes, ayant mal dans tout son corps, appréciant même cela. La douleur de vivre, elle l'avait tant désiré en son effroyable cachot millénaire. Si bien qu'au cœur de son nid, parsemé de débris de fagots et de caillasses. Où nul cratère n'était à déplorer, elle caressa la terre avec tendresse, comportement sensible et étrange il fallait l'avouer. Avant de se relever pour leur tourner le dos. Leur laissant libre choix de lui tomber dessus et d'attenter à sa vie qu'elle défendrait avec une faroucheté sans égal. Avant de relancer un petit regard par dessus son épaule, son iris plat ne témoignant aucune saveur à leur encontre. « Ainsi si je suis mon raisonnement, assez burlesque de constater qu’un Dragon Fou accepte la vérité et la comprend. Vous êtes de parfais abrutis, des noyés qui tentent de m'engloutir. Des Dragon humanisés qui vivent de chimères et se mentent à l'être eux-même. Si votre famille existe je n’y figure pas. Et par mon discours je viens de briser cette notion même, puisque vos parents vous ont reniés et laissés seuls dans la boue. Pour ma part je ne suis la fille que des ténèbres, Skyadrum était aussi un rêveur de pacotille. Il a brisé Lisette Vertorre pour en faire un Dragon. Et des ténèbres qu’elle a rejetées je suis née, avatar de violence et de cruauté, le véritable Dragon des Ombres. Appelez-moi Darkness’s Fangs ou Lie si vous voulez. Venez attenter à mon existence si cela vous chante mais ne venez pas me faire chier avec vos raisons humaines ! Votre famille et vous pouvez allez au diable, vos parents peuvent bien être clamsés que ça me ferait une belle jambe ! »

Elle serrait les poings avec une torsion telle qu'ils pourraient se briser. Puis elle entama une lente marche pour s'en aller plus loin. Pensant à aller s'adosser à un tronc coriace, croiser les bras sous sa poitrine et fermer à demi ces mirettes que trop écœurées. « Et je devais avoir une famille, ce serait l’être le moins stupide qui ait foulé cette terre, celui dont je compte suivre les pas … d’Acnologia ... Oui c’est là mon vœu, détruire le système de la civilisation humaine et exterminer cette humanité corrompue ! Après c’est une autre qui se chargera d’apporter la lumière et la sagesse à ces larves qui ne savent que détruire ...  » Elle était toute absorbée par sa pensée délirante, lui vendant du rêve. Qu’importe qu’on la démolisse, elle n’aurait pu se taire de faire la leçon à ces empaffés de cerveaux retournés. Pourtant, nul rire de détraqué ne s’éleva pour briser ce silence pesant. Elle adorait se silence, fermant les iris foudroyant pour apprécier la caresse du vent faisant balloter sa robe d’ébène. Peut-être allaient-ils comprendre toute la haine qui était-elle. Comprendre que Dragons et Hommes ne pouvaient vivre en paix et que sa voie n’était pas si absurde que ça. Des cendres d’un monde corrompu pourraient s’élever un ordre nouveau, de paix et d’amour entre toute créature qui soit. Mais l’énigme soulever sur sa finitude existentielle révélée, intrigua ses fantômes l’habitant. Aussi, se tenaient devant ce monstre, trois chimères. Ces anciennes vies. Elles aussi choquées. Mais étranglées au mutisme le plus pesant. La plus petite haïssait cette Bête mais était également désolée de lui avoir dépouillé son droit de vie. La plus sage, elle retenait un infâme sanglot pour avoir oublié l’existence de cette créature. Et la dernière, plus grande et presque similaire à Lie, n'avait rien à dire, trouvant que leur tourment se valait bien. Le Dragon Fou lui refusait de les voir ou de les entendre, mais elle comptait affronter la putride pluie acide des crachins populaires. Qu'il viennent et se préparent à trépasser ...

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 350584signature

Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 


Dernière édition par Sasaki Omura le Sam 6 Juil - 22:37, édité 1 fois
Ren Ikari
Admin / Le Lotus MélancoliqueAdmin / Le Lotus Mélancolique

Ren Ikari

Messages : 981
Date d'inscription : 18/05/2012
Âge : 27
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Sky Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Sky Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.520
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptySam 6 Avr - 0:00
C’était intéressant de voir les différentes réactions de mes sœurs et de mon frère, cela révélait également leur véritable nature, chaque détail était important pour parvenir à cerner la personnalité de chacun. Par exemple, Elena avait beau être une mage noire venant de Tartaros, elle n’en restait pas moins rayonnante de bonté en ce moment, très certainement parce que nous étions entre membres d’une même famille. Il était étrange de penser ainsi qu’ils étaient mes frères et sœurs alors que je ne les avais jamais rencontrés avant, pourtant, j’avais l’impression au fond de moi qu’il en était ainsi. Le calme plat qui émanait de moi devait faire son effet, puisque mon frère parvenait à reprendre doucement confiance en lui, il se présentait comme étant le Dragon Slayer du Désert nommé Griffith. C’était tout ce dont j’avais réellement besoin de savoir, la dernière question n’était qu’une simple curiosité de ma part et cela le mettait d’ailleurs mal à l’aise. Toutefois, il m’affirma qu’il n’était qu’un mage solitaire et j’entrevis l’espoir de rallier un de mes frères à la guilde. Sa réaction changea brusquement lorsqu’il planta ses yeux dorés dans les miens tout en me demandant si j’avais des informations sur son père Sandlers. Ce regard… Je l’avais déjà eu, lorsque j’avais moi-même questionné Ethan à ce sujet, il y avait tout l’espoir que nous avions en nous, toute cette foi qui nous permettait de croire à leur retour. J’avais peur de dire la vérité à Griffith, mais d’un autre côté, il devait savoir lui aussi et heureusement, Elena venait me porter secours en laissant sous-entendre que son parent s’était lui aussi volatilisé le même jour que les autres. Pourquoi ce jour précis ? Qu’avait-il de si particulier ? Je soupirais d’exaspération et de déception de ne trouver aucune réponse à mes questions, mais mon sourire était toujours intact, il le fallait, pour eux.

_ D’après ce que vous me dîtes, vous avez tous eu un père à vos côtés, ce fut différent pour moi, mais l’histoire est la même. Ma mère, Grandine, a l’air d’être la seule dragonne et elle est portée disparue depuis ce même jour. Je n’ai plus eu aucune nouvelle d’elle, ni aucun indice menant à elle.

J’avais toujours cette boule à la gorge lorsque j’en parlais et je me doutais que cela était devenu une habitude, je ne pouvais pas m’empêcher de penser qu’il y avait un espoir d’apprendre une bonne nouvelle lorsque je rencontrais un nouveau frère Dragon. Toutefois, seule la déception était au rendez-vous et je sentais qu’il en serait ainsi à chaque fois, malheureusement… Mes intuitions commençaient à se forger en véritables affirmations lorsque je remarquais que j’étais le seul à avoir eu une mère, ce qui expliquait sans doute pourquoi j’étais le possesseur de l’élément le plus salvateur de tous. En effet, bien que le Ciel savait se montrer intraitable lorsqu’il le devait, il était avant tout source de guérison et de bien-être, un état d’esprit qui me collait à la peau depuis ma tendre enfance et que j’utilisais pour être à l’aise avec mon entourage. C’était sans compter les répliques cinglantes de notre sœur des Ombres, d’abord, elle enfonçait un peu plus Griffith dans la gêne qui le pétrifiait déjà bien assez, le calme que je lui prodiguais ne suffirait sûrement pas à lui faire récupérer ses moyens. D’une manière assez théâtrale, elle se déplaçait et parlait pour attirer l’attention sur elle, mais ce n’était que lorsqu’elle plantait son regard dans le mien qu’elle était parvenue à me captiver. Son discours me surprenait, je n’aurais jamais pensé qu’un de mes frères ou de mes sœurs parvienne à déblatérer ce genre de propos et bien évidemment, un seul avait retenu mon attention.

"Chercher un lézard mort".

Elle venait d’insinuer que de toute façon, nos parents étaient morts après nous avoir vulgairement abandonnés. Elle avait prononcé les mots qui étaient interdits à mes oreilles, tous les Cerbères le savaient, chaque Dragon Slayer devait réagir de la même manière, et pourtant, c’était l’une d’entre nous qui parlait de cela comme d’une normalité. Mon regard se faisait plus dur, toutefois, je restais maître de mes émotions… dans une certaine mesure. Je voulais savoir pourtant elle venait de dire cela, pourquoi elle le pensait avec tant de convictions sans pour autant en souffrir. Le besoin de savoir, c’était tout ce qui me retenait encore, ce qui me donnait un soupçon de lucidité dans mes pensées. Elle avait reculé d’un bond, heureusement pour elle, bien que, malgré la distance, il me suffirait du temps d’un souffle pour la rejoindre et débuter les hostilités. Elle gardait le contact entre nos deux regards et si elle parvenait à voir les flammes de la colère retenues par la faible maîtrise de soi que je possédais, je n’arrivais pas à lire le tien, il n’y avait strictement rien… juste les ténèbres. Elle ne voyait, dans le terme famille, que les points négatifs en passant totalement à côté du bonheur qu’il y avait à trouver. Que ce soit Ethan, Aoyuki ou Rachel, même si les deux derniers n’étaient pas très enclins à discuter, je savais qu’il ne me ferait jamais aucun mal de leur propre chef.

La suite ne faisait qu’attiser le feu qui brûlait en moi. Ainsi donc, d’après sa conviction, nous ne devrions pas avoir de cœur et vivre aussi sauvage que les animaux qui s’entretuent. Être sans-cœur était pour elle être un Dragon ? Les souvenirs que j’avais avec Grandine contredisaient entièrement ce qu’elle venait d’affirmer. Jamais un Dragon ne se comportait de cette manière, eux aussi possédaient un cœur, malgré le fait qu’ils étaient toujours solitaires, chacun dans un endroit qu’il appréciait particulièrement pour ensuite trouver l’humain qui méritait le plus de recevoir l’enseignement draconique. Elle était en train de bafouer les souvenirs heureux que j’avais passés avec ma mère ! Ma colère ne faisait que grandir à son égard, je ne savais pas ce qui me retenait de ne pas lui sauter à la gorge pour la faire taire, peut-être était-ce ce cœur justement qui m’empêchait de blesser l’une de mes sœurs, aussi infecte soit-elle dans ses paroles. Puis, venait ce moment d’hésitation en moi au cœur même de sa tirade, cette façon de parler d’elle… c’était comme si elle était plusieurs et une seule à la fois. Se pourrait-il que son passé l’ait tellement traumatisée qu’elle ait décidé d’adopter un nouveau comportement, semblable à une nouvelle facette de sa personnalité qui avait depuis pris le dessus sur elle. L’être qui me parlait n’était donc pas réellement ma sœur, mais le fruit d’une douleur qu’elle n’avait pas su gérer par elle-même. Autrement dit, j’avais en face de moi un esprit totalement déjanté dans le corps, non repoussant il me fallait l’avouer, de ma sœur des Ombres. J’aurais pu alors lui pardonner tout ce qu’elle venait de dire, prétextant la folie de son esprit dérangé, toutefois, elle affirmait qu’elle préférerait amplement la compagnie de l’être le plus vil que le monde ait jamais connu: Acnologia lui-même. Ce nom ne faisait que m’irriter davantage, je serrais les poings avec force pour me contenir au maximum, néanmoins, Griffith et Elena pouvaient remarquer que je n’étais que partiellement le maître de moi-même.

Les vents s’étaient levés et tournoyaient autour de moi en y mettant de plus en plus de puissance, ils étaient prêts à se déverser entièrement sur la personne que ma colère avait ciblé. Je ne savais pas dans quel état ils étaient, s’ils étaient sur le point de craquer tout comme moi ou s’ils étaient détruits par les paroles acides de cette dénommée Lie. En tout cas, je savais ce que j’avais à faire, je n’avais plus à douter, tout était si clair dans mon esprit que l’hésitation elle-même m’avait abandonné, me libérant de son étreinte de son plein gré. Lie avait particulièrement insisté en me regardant, elle avait sans doute senti que je dégageais plus de puissance que les deux autres. Sa compréhension sur ma façon d’être était admirable et si futile à la fois. À son instar, j’avais également deux faces qui s’opposaient en moi, mais elles vivaient tout de même en harmonie sans me détruire de l’intérieur. D’un côté, il y avait le Ren que tout le monde connaissait, le souriant, aimable et serviable mage de soutien et guérisseur. Jamais personne ne l’avait vu se fâcher et lorsqu’il le faisait, il ne tenait pas plus d’un instant puisque ce n’était pas dans ses habitudes et il en riait souvent. De l’autre, on pouvait voir l’Ikari, la colère et les pulsions draconiennes de cette même personne. Il fallait être plus puissant que lui pour réussir à contrer l’un de ses assauts puisqu’il donnait toujours son maximum dans ses coups. Ren était à l’Ikari ce que le calme était avant la tempête et il valait mieux éviter de déclencher une pareille catastrophe. Un rictus déformait mon visage tandis qu’une aura fluide se répandait sur tout mon corps, signe que Vernier venait d’être activé sans aucune incantation de ma part, une chose que j’arrivais à faire de plus en plus souvent. Je prenais appui sur mes jambes, montrant clairement que j’allais foncer droit devant moi, ciblant cette femme adossée à un arbre, bien tranquillement installée. L’instant d’après, je me retrouvais face à elle, poing armé, et ce dernier se dirigeait droit devant sans aucune hésitation dans le mouvement jusqu’à atteindre sa cible. Les vents suivirent avec un temps de retard et il fut emporté au loin tandis que je restais figé dans cette position. Il ? Et bien oui, je ne comptais pas frapper ma sœur, j’avais donc cogné juste à coté d’elle et l’arbre n’avait absolument pas tenu le choc, volant comme si son poids n’existait plus pour atterrir dans un énorme fracas un peu plus loin. Mon regard se fit aussi dur que le tien lorsque je m’adressai à elle:

_ Je t’ai délibérément raté, mais saches que je n’aurais eu aucun mal à te toucher toi à la place de cet arbre. Et crois-moi, tu aurais volé de la même manière.

Je laissais un silence se poser, le temps de récupérer des dernières émotions qui m’avaient traversé et au moment de reprendre enfin la parole, ma voix se faisait plus douce. J’étais redevenu moi-même.

_ Pour commencer, personne ne t’a jamais forcé à rester avec nous, si tu veux partir, tu l’as dit toi-même, tu es libre. J’aime rencontrer mes frères et mes sœurs, mais s’ils ne veulent pas entamer de discussion, je ne les force en rien, même si tu es la première à réagir de manière aussi agressive. Ensuite, tu pourras faire tout ce que tu voudras, tu n’es pas un Dragon, tu n’es pas comme nos parents, tout simplement parce qu’eux n’auraient jamais agi de la sorte et qu’ils étaient suffisamment sages pour comprendre quel était leur rôle. Ils sont partis, certes, mais ils avaient leurs raisons et je continuerai de croire en eux, qu’importe ce que tu pourras me dire. Nous formons une famille que tu le veuilles ou non, tu es aussi humaine que nous que tu le veuilles ou non aussi et rien ne changera jamais ces réalités. Maintenant… je déteste combattre pour rien, mais s’il faut vraiment, je suis prêt à t’accueillir.

Reculant d’un pas, je gardais toutefois une position de combat, prêt à me lancer dans la bataille si jamais elle tentait de m’approcher, les vents répondaient à mon appel en même temps que la provocation que j’avais faite. Je n’avais pas menti dans mes propos et je sentais qu’elle avait été tenté de vérifier la différence entre nos deux puissances. Et bien soit, mais une chose était certaine, les deux autres allaient être étonnés de voir que je n’étais pas que le gentil Ren qu’ils avaient aperçu.

_________________



Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

Griffith Lightfield

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 30
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 14 Avr - 18:51
Le vieil homme capuchonné se pencha au-dessus du sol : le soleil frappait son être d'une chaleur à la fois difficile mais agréable. Son voyage l'avait amené à parcourir de grandes dunes sablonneuses, tantôt orangées et insupportablement chaudes, tantôt bleutés et étonnamment froides... Cependant, il parcourait désormais une petite plaine verdoyante, tranquille et harmonieuse. Une légère brise passait au travers de ses vêtements, lui caressant l'échine. Prit d'un frisson, il regarda alors en direction de la petite forêt, où, sur un bel arbre fleuri, chantait un couple d'oiseau qu'il n'avait encore jamais vu. Puis, sans raison particulière, le vent se leva, faisant tournoyer les feuilles dangereusement et poussant les quelques animaux à fuir vers un endroit plus sur... Le temps qui s'écoulait comme un ruisseau calme et tranquille venait soudainement de s'arrêter, de s'immobiliser. Un froid s'était abattu sur cette quiétude, un vent violent, sec et incroyablement glaciale, immobilisant tout sur son passage, rendant le paysage atrocement morne, mélancolique. Oui, s'il était possible de faire un dessin chimérique de l'esprit de Griffith Lightfield, c'est surement cette vision qu'aurait eu ce voyageur fou et égaré, qui, prit par une main noire et obscure, venait de disparaître, engloutit, en un instant, par un mal invisible... inattendu.

Immobile, le jeune Dragon du désert semblait complètement perdu, bouleversé par les paroles de la jeune femme à la chevelure violette. Ses yeux, grands ouverts et braqués en direction du sol, manifestaient de l'impact qu'avait eu les mots sur son esprit... Oui, son esprit venait être ébréché, comme un miroir que l'on brise en plusieurs dizaines de morceaux. Il n'avait pas compris l'ensemble des dires de cette femme, surtout avec les tournures que prenait ces phrases et la théâtralisation avec laquelle elle les amenaient, mais en quelques secondes, elle venait de meurtrir les souvenirs que le mage avait de Sandlers... Non, elle venait de souiller l'image même du roi du désert, l'icone qu'était son père et pour qui il s'accrochait encore à cette vie. Tandis que des larmes venaient d’apparaître à l'intérieur de ses deux yeux péridots, remplissant ces derniers d'un chagrin qu'il fallait évacuer, Griffith fut frappé, inconsciemment, par les souvenirs, par ces paysages métaphoriques qu'il connaissait tant : lui, dans le désert, encore tout petit, en position de combat face à un rocher qu'il tentera de briser d'un trop faible coup de poing. Lui, inspirant ses premiers grains de sable pour s’entraîner au souffle des dragons, grains qu'il régurgitera avant de sangloter de dégoût... Toutes ces images, toutes ces pensées avec à chaque fois, le même être, protecteur, bienveillant et surtout aimant : le roi du désert, son père, Sandlers !

Ne faisant pas attention à la soudaine action, à la brusque attaque de Ren Ikari, le Dragon du Ciel, face aux mots trop sombres et blessants de cette femme, Griffith ouvrit doucement les lèvres, laissant d'abord échapper un gémissement incompréhensible, avant de continuer, avec plus d'affirmation :

Lé...zard... mort... Lézard... mort ?


Quelque chose venait de se briser à l'intérieur de Griffith Lightfield, une chaine venait littéralement de rompre... Oui, pour la première fois de sa vie, la peur venait de quitter son corps... Désormais, le jeune mage ne voulait qu'une seule chose : combattre. Il voulait voir cette femme disparaître de son champs de vision, la voir disparaître de ce monde. Un paradoxe pour le Dragon Slayer du désert qu'il était et qui, malgré une enfance difficile, souvent chassé par les humains à cause de sa prédisposition à une magie oubliée, n'avait jamais développé un quelconque dégoût, ou autre animosité pour les hommes... La miséricorde, le pardon envers son prochain... Une des nombreuses valeurs que lui avait apprise Sandlers durant son entrainement de pourfendeur de dragon... Néanmoins, cette femme avait été trop loin !

La longue crinière blanche de Griffith se mit alors à danser, à tournoyer, comme si l'air, lui-même, entourait son être. Ses yeux, dont les pupilles noirs en formes de bâtons, venaient de se resserrer, avaient pris un caractère grave, draconiens, tandis que sa bouche ouverte, laissait entrevoir des dents serrées, ainsi que quatre impressionnantes canines... Se mettant ensuite en position de combat, le Dragon Dlayer fut brusquement entouré d'une barrière de sable, tournoyant autour de son corps comme un majestueux balet élémentaire. Une larme, coulant le long de sa joue, tomba alors sur le sol émeraude... C'est à ce moment précis qu'il bondit avec une vitesse incroyable sur celle qu'il considérait comme son adversaire : arrivant à plusieurs mètres de sa cible, le Dragon du Désert, toujours dans les airs, plaça son bras droit en arrière, avant de charger ce dernier en magie. Après quelques secondes qui parurent être une véritable éternité, le jeune mage serra un peu plus les dents avant de placer sa main en direction de la femme à la chevelure violine, avec force et sans aucune hésitation dans le geste :

Tu as été trop loin !!! Sabakuryu no... KAMUUUUU !!!!


Un jet de sable concentré et prêt à déchiqueter l'ennemi, se propulsa de sa main avec grande rapidité. N'attendant pas le résultat de sa première attaque, Griffith prit une soudaine et énorme inspiration, avant de placer ses mains derrière lui, comme pour trouver un équilibre :

Sabakuryu no... HÔKÔÔÔÔÔÔ !!!!


Retombant enfin au sol, sur un genou, le mage se releva doucement, l'air toujours aussi grave et déterminé. Haletant, il espérait que son attaque avait eu raison de cette femme insensée, de cette démente au coeur noir...

Elena Frost

Elena Frost

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 28
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 5 Mai - 19:33





















Colère !

Au fil du temps passé à Tartaros, je peux dire que j’avais appris à connaître chacun des membres de la guilde. En fait, j’y ai passé quasiment la totalité de ma vie et je fais partie des membres les plus anciens. Cependant, malgré tout cela, je ne comprenais toujours pas ma sœur. Je ne reconnaissais plus celle qui était arrivée à la guilde. D’une fille troublée mais assez humaine, elle est passée à une bête dénuée de bon sens et motivée uniquement par le désir de tuer. La vie en avait fait un monstre. J’imagine que ce caractère agressif et meurtrier qu’elle arborait était supposé inspirer la peur et le dégoût mais avant tout, pour moi, elle inspirait la pitié. Je voyais, non pas une bête assoiffée de sang mais bien un être fragile que la vie a tourmenté et qui était encore à la recherche d’un but, d’une raison de vivre. Ce que je dis peut paraître fleur bleu et pour certains vraiment stupide mais j’étais comme ça. Ainsi, j’avais appris à m’adapter à la vie avec elle et à comprendre ses actions, ses paroles. Cependant, ce n’était pas forcément le cas de tous. C’est d’ailleurs pourquoi la présente situation en venait à dégénérer. En effet, alors que Ren et moi nous efforcions de créer un climat de convivialité et de sécurité afin de mettre notre frère du sable le plus à l’aise possible, la fureur de Lie éclata. Elle commença par révéler brutalement l’appartenance de Griffith à la guilde Oracion Seis, chose que j’aurais préféré que lui-même accomplisse pour que la confiance s’installe par elle-même. Bien sur si ça n’avait été que cela, ça n’aurait pas vraiment posé problème. Déjà qu’elle avait fait preuve de très peu de tact, elle fit un tour autour de l’arbre où elle était et où elle venait d’arracher une petite partie du tronc avant de revenir nous montrer un visage agressif. Elle ne semblait vraiment pas ravie d’être en ces lieux et ce je ne sais pour quelle raison, d’autant plus que rien ne l’obligeait à rester parmi nous. Après sa légère mise en scène, elle s’avança vers la lumière pour dévoiler sa capuche et prendre la parole. La connaissant, je craignais déjà ce qu’elle allait dire et avait surtout peur de la réaction de mes deux autres frères ici présents. Elle commença ensuite une longue tirade où elle faisait part de ses ressentis envers nous les dragons slayers. Elle commença en parlant de Griffith qui selon ses dires, la répugnait. Ensuite, elle parla du terme de chasseur de dragons qui selon elle n’avait pas de sens vu qu’il n’y avait pas de dragons à chasser. Cependant, elle prononça des mots qui ne manquèrent pas de provoquer une rage intense en moi et je suis sûre en mes deux frères.

Elle traita nos parents de lézards morts et dit que le fait de les chercher alors qu’ils nous avaient –je cite- baisés –fin de citation- était vraiment con. J’étais vraiment en colère en entendant ces mots. Serrant mes poings et me mordant la lèvre, j’essayais de me calmer. Voulant la comprendre, je m’efforçais de me mettre à sa place même si cela était très difficile. Cela dit, elle avait évoqué le nom de Lisette, soit la première identité sous laquelle on entendit parler d’elle. Si mon intuition et ma logique étaient bonnes, ces différentes identités qu’elle prenait reflétaient ses changements de personnalité. Ce ne serait donc que des couches protectrices qu’elle se crée afin de se protéger du monde ? Je me le demandais. Toujours est-il que je continuais d’écouter sa tirade. A présent, elle avait bondi sur une branche avant de continuer à parler. Je venais de me rendre compte que depuis sa dernière phrase, elle s’adressait principalement à Ren. Je me dis que c’était sans doute parce qu’il semblait être le plus amical de nous quatre, ou alors elle avait déjà eu un différend avec ce dernier bien que cela m’étonnerait. Ainsi, après avoir commis cet affront de considérer les dragons comme de vulgaires lézards, elle parla de notre relation familiale. Comme je m’y attendais, elle ne se considérait pas comme notre sœur, préférant la solitude. Elle finit sa phrase en disant qu’on était plus humains que dragons. Cette phrase me fit intérieurement rire même si la colère était le sentiment le plus fort. Pourquoi cela me faisait rire ? Parce qu’elle, tout comme nous était d’abord humaine et ironiquement elle était ce qu’elle méprisait le plus. Se méprisait-elle ? Ce ne serait en vérité guère étonnant. Laissant éclater un rire des plus sadiques, elle revint avec son indéfectible conviction. Elle ne concevait pas que les dragons pouvaient faire preuve de compassion ? Pourtant, elle avait connu son père qui n’aurait en aucun cas accepté de l’élever si comme elle le dit, il méprisait au plus haut point les humains et ne tenait pas compte de leur cœur. Lie, paraissant pourtant si cultivée passait aisément à côté des plus simples détails. J’avais de plus en plus pitié pour elle et voulais de plus en plus lui faire entrevoir la vérité et l’aider du mieux que je pusse mais avant tout, je devais créer un sentiment de confiance entre elle et moi et ce n’était vraiment pas gagné. Elle reprit sa tirade après avoir violemment bondi au sol raclant la terre. Elle n’avait plus rien d’humain. Elle était redevenue un animal, au sens littéral du terme. Cette fois-ci, elle revendiqua clairement sa non-appartenance à notre famille et surtout, sa non-affinité avec Skyadrum, le dragon des ténèbres. Écoutant, attentivement ses dernières paroles, je finis par comprendre. La personne présente en face de nous n’était simplement que le concentré de toutes les peurs, de toutes les douleurs, de toute la noirceur de Lisette. Un simple mélange de malheur et de désespoir dont n’émanait que la colère et la tristesse.

Je baissais à présent la tête, mon visage affichant la compassion. Je ne pouvais m’empêcher de ressentir ce sentiment envers elle malgré toutes les infâmes paroles qu’elle avait prononcées. Je me mordais de nouveau les lèvres, rageant de ne rien pouvoir faire. J’étais si en colère que du sang commençait à couler de mes lèvres, tandis qu’elle finissait son discours. Elle termina sa tirade en évoquant le nom d’Acnologia comme étant le seul et unique dragon digne de porter ce nom. Une fois sa tirade terminée, elle partit s’adosser à un tronc d’arbre attendant je ne sais quoi. Je ne savais plus vraiment ce que je ressentais. En moi, se mélangeaient la colère, la tristesse, la joie et la compassion. Je devais faire le vide pour ne pas faire de gestes inconsidérés que je serais peut-être amenée à regretter. Cependant, la question était de savoir comment réagiraient mes deux frères. Si moi j’étais plus ou moins habituée au comportement de Lie et pas si brusquée par ses paroles, eux ne l’étaient pas du tout et pourraient être emplis de colère. A vrai dire, je m’inquiétais surtout pour Griffith. De ce que j’avais vu, il était en plein désarroi vu que c’était la première fois qu’il rencontrait d’autres pourfendeurs de dragons. Ren quant à lui semblait plus calme, plus apte à canaliser ses émotions et à garder son sang-froid. Cependant, je me trompais lourdement. Le regard de Ren se faisait de plus en plus dur et me faisait légèrement peur. Des vents tournoyaient de plus en plus fort autour de lui et on pouvait ressentir la colère qui émanait de lui. J’avais du mal à le reconnaître et tandis qu’une aura recouvrait son corps, je tremblais de peur. Oui j’avais peur de lui car je pouvais aisément ressentir la différence de niveau qu’il y avait entre nous. De ce que j’avais vu durant la mission, je dirais que Lie et moi étions sensiblement du même niveau même si elle avait une légère domination sur le plan de la puissance. Aussi, je me rendais compte que mon frère des cieux était capable de venir à bout de nous d’un claquement de doigts. Je tremblais vraiment, priant pour ne pas être à la place de ma sœur, priant pour qu’il fasse preuve de clémence envers elle. En une fraction de seconde, il se retrouvait au même niveau que Lie. Je n’avais pas réussi à entrevoir son déplacement. Toutefois, je me devais de réagir.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 616713Pff
Ren-nii, je t’en supplie ne fait pas ça !

Par chance, il avait loupé ma sœur. Ce n’était pas grâce à moi. Il ne l’avait jamais visé et ne pensait qu’à l’effrayer. Je tremblais encore plus, voyant que l’arbre s’était volatilisé, emporté au loin comme un vulgaire brin de paille. Tant de puissance, de la sueur coulait sur mon front. J’avais donc bel et bien raison, le ciel est calme et doux mais il peut se déchaîner à tout moment et sa fureur est sans égale. Malgré tout, je comprenais sa rage. J’aurais réagi de la même façon si j’avais été dans la même situation d’autant plus que moi aussi il me démangeait de coller mon poing dans la figure de cette démente. Ren finit en prononçant des paroles de sagesse, traduisant à peu de chose près les pensées qui m’avaient traversée. Il ajouta qu’il n’aimait pas se battre mais qu’il n’aurait pas hésité à le faire. A cet instant, j’osais croire qu’elle serait suffisamment intelligente pour se rendre compte que ce combat serait à sens unique et qu’elle n’aurait pas la moindre chance de le battre. Aussi, serait-il préférable pour elle de s’en aller comme mon frère le lui a calmement suggéré. Malheureusement, rien n’est loin d’être aussi facile. J’étais tellement absorbée par les évènements que j’en oubliais mon second frère. Lui qui était déjà si émotif laissa déferler sa colère. Il commença par une technique étrangement similaire à mon seijin kyuutai hormis le fait qu’à la place d’un rayon lumineux, déferla une vague de sable. Aussitôt, je me précipitais pour essayer de l’arrêter.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 616713Pff
Griffith-nii, calme-toi!

Comme avec Ren, cela ne servit à rien. Il continua avec une technique propre à tous les chasseurs de dragons, le souffle du dragon. La technique déferla avec rapidité vers Lie. Ren était aussi sur la trajectoire mais j’étais sûre qu’il n’aura aucun mal à esquiver cette technique. Une chose était claire, le dragon slayer des cieux était le plus fort en ces lieux. Nous autres avions une force sensiblement équivalente. Malgré tout, j’allais intervenir. Je ne voulais pas que les hostilités commencent et surtout je savais que Lie jetterait son dévolu sur Griffith en qualifiant son acte de « déclaration de guerre ». J’allais à présent contrer les attaques de mon frère des sables.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 616713Pff
HAKURYU NO SEIIJIN KYUTAI… NO HÔKÔ !

Je me suis servie de la particularité de mon hôkô pour l’orienter de façon à se placer perpendiculairement à ses deux attaques et j’avais fait de même avec ma première technique. Toutefois, il les avait lancées quelques secondes avant les miennes si bien que je ne pus que partiellement réduire leur puissance. Une partie arriva à destination mais souleva suffisamment de poussière pour m’empêcher de voir ce qui c’était passé. Je ne perdis pas de temps, je devais les calmer.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 450411260
YAMETE !!!! Écoutez, je sais parfaitement ce que vous ressentez. Mais calmez-vous. Ne la prenez pas au mot, laissez-la dire. Je vous en prie Griffith-nii, Ren-nii, ne l’attaquez plus ! S’il vous plaît.

A présent, je me tournais vers l’endroit où Lie était précédemment.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 273224Ayafche
Quant à toi Lie. Je n’ai qu’une chose à te dire. Arrête d’être lâche ! Tu fuis la réalité et tu te morfonds dans les ténèbres croyant que cela te permettra de devenir un véritable dragon. Tu te trompes ! Tu ne fais que te créer une couche protectrice pour éviter d’affronter le monde car il t’effraie. Tu ne sais pas comment réagir face à lui. Toutes tes personnalités ne sont que diverses couches de protection. Laisse-moi alors te dire une chose. Lie, Sasaki Omura, Lieselotte Werckmainster, il ne s’agit là que de la même personne. Il n’y a pas de différences entre vous. Vous êtes toutes les trois LISETTE VERTORRE, LA FILLE DE SKYADRUM !!!! Alors assume-le et et arrête ton cinéma de pauvre fille esseulée.

J’avais à présent fini mais je n’avais aucune idée de la manière dont elle allait réagir. Espérons seulement que nous n’ayons pas à nous affronter car cela ne lui causerait que du tort !


HRP:
 


Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

Sasaki Omura

Messages : 360
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 27 Mai - 16:01
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 500211signat12
~ La Démence ne tolère la Peur ~

L'immondice drapée d'une peau humaine jubilait d'avoir enragé nouveau commandeur céleste. Elle le sentait, sa puissance dépassait celle du Sky God. Si elle avait pu ressentir la peur, nul doute que ce Mad Ren l'aurait fait s'évanouir. Hélas l'ignoble bête n'était douée d'états d'âme, son coeur était de pierre ou plus exactement avait été dévoré jadis par les plus pures ténèbres. Celles de la haine, de la peur et la discorde de son être. Lie était ainsi une énigme impossible à percée à jour, toute comme son manteau d'obscurité. Mais lors de la frappe titanesque, qui arracha le grand pin et l'envoya valdinguer au loin; elle ne s'en eut paru. Elle devait être masochiste, à Carmina lors de sa résurection, elle s'était laissée battre pour tester la force deshommes tout en retrouvant la saveur de vivre. Petite jouissance qui se traduisait dans l'amour de la souffrance. Elle s'était ainsi rappelée que celui qui vit, souffre avant tout. Son regard imperturbable et étrangement calme resté planté dans ses prunelles orageuses. La tendance s'était alors grotesquement inversée, l'impensable chez ces caractères s'était abattue et révélé possible. Même si ce portrait loquace fut des plus éphémères. L'Omura se serait même éprise de cette romance, si elle avait pu reparaitre et posséder ce corps souillé. Elle se serait excusée, aurait également caresser avec empreinte de douceur fraternelle, la joue du jeune homme. Peut-être même qu'une lignée de larmes aurait été engendrée qui sait. Hélas Lie détenait le mental le plus puissant et ne pouvait être détrônée, et ce même si elle abdiquait. Et puis personne ne pourrait comprendre qui est qui si tour à tour ces différentes personnalités refaisaient surface. Seul l'animosité du regard ferait déclic. Mais une fois encore ils leur était impossible de revenir en lumière. Elles avaient faites leur temps, avaient échouées et étaient mortes chacunes à leur tour. Seul le fantôme du souvenir revenait de temps à autre, accablant de hantises exécrable l'affreuse bête qui les haïssait plus que tout. Surtout la plus petite, Vertorre.

Lie se permise de bailler tout en remettant sa capuche sur sa face abominable. Seules ces mèches violacées étaient belles, sauf pour celui qui assimillait cette étrange couleur à la teinture ébène des ténèbres qui avait pourri tout son être. Ele se laissa choir en position accroupie. Le belâtre laissa enfin évadait une bien inutile réplique. Redoublant ce qu'elle savait déjà, qu'il était au palier de puissance au-dessus et qu'il pourrait l'éstropier d'un claquement e doigt. Mais elle ne le redoutait, elle se battrait s'il le fallait et en voullait même. Sa démence et sa débilité n'avaient donc aucune limite ? Elle était ainsi, recherchant la bataille avec des êtres plus terribles, et la souffrance qu'elle en retirait la poussait à dépassait les faiblesse que le temps lui avait imposé. Sa bouille n'était dénotable, hormi ses joyaux de tonnerre rivé vers la terre retournée au déracinement du malheureux pin. Une de ses griffes labourra cela, gestuelle accompagnée d'un rire jaune. « Arrêtes j'vais m'faire dessus. S't'avais vraiment des couilles tu m'aurais tué. Mais vous autres humains êtes d'imbéciles sentimentaux. » Assurément qu'elle aurait reçut cette fois le vif courroux de ce sage dragon. Cependant c'est sans compter sur l'intervention navrante d'un petit garnement. Lui qui n'était sorti encorede son bac à sable, voulait jouer dans la cour des grands. Il lui faisait même plaisir en sucombant à la rage. Son sourire carnassier se riva vers ce nouvel assaillant. « Ah bah voilà, ça c'est plus un Dragon. C'est bien minus, continu, haïs-moi, viens me détruire ! » Avait-elle explosé d'un rire macabre tandis qu'elle s'évanouissait dans les airs. Un halo de ténèbres l'avait infimement baigné alors qu'elle avait répondu à Ren. Et voilà que son arcane de la perfide lâcheté la faisait s'esquiver à la fureur du Dragon du Désert. Ainsi donc elle avait échappé à son souffle terrible de particules de sable. Elle s'était écartée d'une bonne dizaine de mètres en arrière. Toute tapissée, sauf son odeur infecte, dans les fourets de l'épais bois. Elle reparue après quelques instants. Trouvant hillarant qu'Elena use de son souffle draconique pour bloquer son frère et appeler au cessé le feu.

Sa griffe vint à nouveau labourrer l'écorse d'un innocent spectateur. Adressant un regards des plus sournois à Ren, snobant complètement la jumelle éclatente. « T'sais Ren, j'crois qu'la vérité c'qu'un idéal. A mon sens, c'lui qui domine impose sa vérité et puis c'tout. T'as ta vérité et ton espérance, moi j'ma logique. Qui est dragon et qui est humain, perso j'm'en tape, c'pas ça qui va m'faire changer. » Elena s'avança en parlotte mais eut l'intelligence de rester en retrait. Nouvelle tafiole à la pensée du monstre qui revenait sur l'ère de batille. La belle parlait de lâcheter, mais un être de l'ombre l'est naturellement. Parcontre elle ne tilta rien du tout sur ce qui suivait. Elena et sa théorie fumeuse avait le don d'embrouiller cette aliénée. Fuir la réalité ? Lie la fracassait oui, tuant ci et là, s'y fondant pour y semer le chaos. Se morfondre dans les ténèbres ? Cette époque de gérémiades et de suppliques au cachot était révolue. L'enfant des ombres n'avait plus pleuré depuis fort fort longtemps. Parcontre elle se dit qu'ils devenaient véritablement agaçant à lui déblatérer tant de conneries. On pouvait pas la laisser suivre son évolution funeste et devenir un Dragon non ? Elle se tordit de rire,se pliant en deux avec les mains sur le ventre, alors que cette empafée sortait une nouvelle absurdité. Comme quoi elle avait peur, elle avoir peur, impossible. Le monde elle le détruisait, même Acnologia ne pourrait faire renaître en elle la plus indicible des torpeurs. Mais elle étrangla d'un coup sec sa jubilation, relevant les yeux pour enlever sa capuche et dévoiler un regards des plus impassibles. La brise battante, fit balotter ces mèches violacées aux pointes blondes. Elle avait pronvoncé un tabou. Evoqué le patronyme de la seconde, Lieselotte Werckmainster, était mal digéré chez elle. Surtout pour l'assimmiler à la même identité. Chose abérrente, une abîme séparait la pure angélique et la bête cauchemardesque. Elle eut le réflexe de froncer les sourcils comme pour lui réclamer de se la boucler. hélas le pire survint, on ne pouvait lui faire pire affront. Cette seule phrase suffit à la figer.

Cette appelation raisonna longuement dans son esprit, martelant son crâne. Le réveil du volcan était arrivé. Sa carcasse se mise à frémir, elle allait perdre complètement les pédales. Ses iris devirent des plus foudroyant. Plantés sauvagement dans le visage d'Elena. Rien n'existait plus à par elle. Oubliée la menace des deux autres, envollée sa raison, perdu son maigre contrôle de ses pulsions meurtrières. Un seul mot d'ordre, l'anéantissement d'Elena Frost. Après quelques secondes inquiétantes, son aura malfesante explosa. La baignant d'un pur halo de ténèbres. Une bête s'avançait, le pas lourd est furieux. Machinalement elle voguait vers la destruction de l'impotente. Pourtant elle fut vite stoppée dans sa manoeuvre. Comme retenue par des fers invisibles. Là encore avaient frappés ces spectres aimants. Trois corps la retenant, ne lui permettant plus d'avancer ou de blesser quiconque. Elle grognait en abattant son regard sur ses flancs et dans son dos. Elle donna l'impression de se débattre violement de sélérats la retenant. Que pouvaient-ils bien en penser ? S'ils voulaient l'exploser c'était le moment rêvé. « Vous m'faites chier sales putes ! J'vais éradiquer Frost et v'pourrez rien y faire ! » Elle ravala sa salive en inspirant lentement, sa poitrine se bombant. Elle ne pouvait pas bouger le plus petit orteil mais les flamèches sombres s'évadant de ses crocs annonçait son arcane. Là elle cracha son odieux souffle destructeur, Eiryû no Hôkô, en direction d'Elena. La dimension de cette colone de flammes factices et noires était bien supérieure aux autres souffles draconiques vus plus tôt. Sa rage s'embla s'être emparée d'elle et la rendait tant dangereuse qu'indomptable et instopable ...

Spoiler:
 

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 350584signature

Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 


Dernière édition par Sasaki Omura le Sam 6 Juil - 22:44, édité 4 fois
Ren Ikari
Admin / Le Lotus MélancoliqueAdmin / Le Lotus Mélancolique

Ren Ikari

Messages : 981
Date d'inscription : 18/05/2012
Âge : 27
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Sky Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Sky Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.520
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptySam 1 Juin - 21:26
Contre toute attente, la dénommée Lie n’avait absolument pas réagi, j’avais pourtant pas mal de puissance dans ce coup pour lui montrer l’étendue de ma puissance et d’après ce qui se dégageait d’elle, elle ne semblait pas être capable d’atteindre mon niveau. Néanmoins, je ne comprenais pas comment elle avait fait pour ne pas avoir le réflexe de se décaler ou alors d’afficher une mine incertaine juste après le coup. Son mental devait être d’acier, je le reconnaissais, pourtant, ce n’était pas pour autant que je n’avais pas fait mon petit effet, j’étais certain que j’avais dû marquer son esprit, aussi détraqué soit-il. Quoique… je n’en étais pas si certain en fin de compte, après tout, elle était en train de me bailler à la figure tout en remettant sa capuche pour se camoufler de nouveau. Elle se permettait même de rire pour inverser la tendance et montrer qu’elle ne me craignait pas, la réplique qui accompagnait son attitude reflétait bien sa pensée. En aucun cas, elle ne me pensait capable de lui faire du mal et, en un sens, elle avait bien raison, il s’agissait de ma sœur, je ne pouvais pas concevoir de la blesser de ma propre initiative. Un imbécile sentimental ? Certes, et je n’avais aucune honte à l’avouer, les sentiments étaient la base de la force de chaque individu, qu’ils nous plongent dans les ténèbres ou la lumière, ils étaient toujours ce qui nous permettait de nous surpasser. Mais en quoi être sentimental faisait de moi un imbécile ? Au contraire, je pouvais mieux comprendre ceux qui m’entouraient et je pouvais leur venir en aide, c’était aussi simple que cela dans mon esprit et elle ne semblait pas comprendre.

Malheureusement, les choses allaient prendre un tournant plus que complexe. En ayant déclenché la colère qui était en moi, j’avais perdu cette ambiance de calme qui régnait autour de moi et Griffith était celui qui en avait le plus besoin en ce moment. Il venait d’apprendre qu’il n’était pas le seul Pourfendeur de Dragons, que son père avait disparu en même temps que nos parents à tous et que l’une de nos sœurs les considérait comme morts alors qu’il gardait toujours en lui l’espoir de le revoir. Je pouvais largement imaginer à quel point son monde venait d’être bousculé, à quel point il devait être perdu, désemparé et surtout sans plus aucune accroche. Le calme que je lui avais prodigué semblait l’avoir grandement aidé, néanmoins, je l’avais relâché et toutes ses émotions devaient s’embrouiller pour n’en laisser qu’une seule: la haine. Une colère aveuglante envers la personne qui détruisait son espoir et ses rêves: Lie. N’écoutant que cette émotion qui semblait être seul maître de son esprit à présent, il lança deux techniques de son élément dans notre direction dont une était le souffle commun à tout Dragon et Dragon Slayer. Vernier était toujours activé sur mon corps, mais notre sœur des Ombres ne pourrait peut-être pas avoir le temps d’esquiver. Toutefois, j’avais oublié quelque chose, chaque Dragon Slayer avait une faculté qui lui était propre lié à son élément et il semblerait que celle des Ombres soit le fait de pouvoir ne faire qu’un avec son élément. Ainsi, sous mes yeux ébahis, je voyais Lie disparaître sous forme d’ombre avant de réapparaître plus loin tandis que j’esquivais la premier attaque de Griffith, dévoilant ma particularité qui était de voler. Le souffle était tout de même contré par un rayon de lumière pure et si je n’avais pas rêvé, ce dernier s’était courbé pour s’interposer, ce que je trouvais surprenant, ainsi donc, Elena était capable de changer la direction de son Hôkô si elle le désirait. J’en apprenais bien plus en cinq minutes passées avec eux qu’en feuilletant toutes les informations que je pouvais trouver. Elena semblait bouleversée par le fait que nous nous affrontions et nous priait de nous arrêter, bien évidemment, je voulais autant qu’elle que tout ceci s’arrête, néanmoins, avec Lie, je pensais que cela allait se poursuivre et j’avais bien raison:

_ T'sais Ren, j'crois qu'la vérité c'qu'un idéal. A mon sens, c'lui qui domine impose sa vérité et puis c'tout. T'as ta vérité et ton espérance, moi j'ma logique. Qui est dragon et qui est humain, perso j'm'en tape, c'pas ça qui va m'faire changer.
_ Autrement dit, je dois te vaincre pour réfuter ta vérité absurde, c’est bien cela ?

Je soutenais son regard sournois avec toute la volonté que j’avais, si elle voulait vraiment que je lui montre à quel point elle se trompait, je n’hésiterais à utiliser la voie du combat pour la libérer des ses illusions. Un mal pour un bien, ce n’était pas ce que je préférais, mais je savais que certaines situations l’exigeaient. Ses iris foudroyantes ne cessaient de me fixer et je tenais le temps qu’il fallait, il ne fallait pas que je plie sinon elle le prendrait comme une victoire sur le plan psychologique et cela ne m’était pas permis si je voulais lui montrer qui avait raison. Notre sœur de Lumière reprenait la parole et nos regards se séparaient enfin, les répliques qui suivaient faisaient réagir différemment Lie, mais au moins, cela l’occupait. Gardant une oreille attentive à leur conversation, je me dirigeais vers Griffith pour le prendre par les épaules et le forcer à me regarder dans les yeux avant de lui murmurer:

_ Elena a raison tu sais, de plus, si tu te lances dans un combat, tu ne feras que la satisfaire et je doute que ce soit ce que tu cherches.

Je ne savais pas trop quoi rajouter, des trois présents, il s’agissait du frère que je connaissais le moins. J’avais amplement deviné qu’Elena avait beau être une mage noire, elle avait un cœur en or aussi lumineux que l’était son élément et elle avait gagné toute ma confiance. Lie nous avait suffisamment démontré à quel point son esprit fonctionnant différemment des nôtres, elle cherchait à devenir ce que nous ne pourrions jamais être, sans compter qu’elle s’y prenait de la pire méthode possible. Mais Griffith restait une énigme pour moi, il ressemblait à un enfant perdu au milieu d’une foule, à chercher une main tendue vers lui pour lui permettre de retrouver son chemin. Toutefois, je ne savais que trop bien que la peur de l’inconnu pouvait pousser à la révolte, le geste que je venais d’avoir envers lui pouvait tout aussi bien le forcer au calme que le révolter contre moi. Dans le deuxième cas, au vu de l’espace quasi inexistant qu’il y avait entre nous, je me prendrais n’importe laquelle de ses attaques de plein fouet. Mais si cela lui permettait d’aller mieux par la suite, j’étais prêt à courir le risque, c’était pour cela que j’avais choisi une approche directe sans craindre un retour agressif, même s’il pouvait avoir lieu. J’avais visé juste, il semblait complètement bouleversé pour réagir après ses attaques dictées par l’émotion du moment. J’avais de la peine pour lui, mais quelque chose détournait mon attention et je me tournais subitement vers nos sœurs.

Elena venait de faire une révélation à laquelle je m’étais attendu, ainsi, Lie n’était bien qu’une personnalité de notre sœur dont le véritable nom était Lisette, un nom plus charmant que celui qu’elle se donnait. Le rire de l’esprit déjanté s’était tu au moment où Elena prononçait ce prénom, elle était en train de trembler et je supposais que la source était la rage. Elle ne semblait fonctionner qu’avec ce sentiment au fond d’elle après tout. À peine avait-elle fait un pas vers sa camarade de guilde qu’elle se figeait comme si des chaines invisibles la retenaient, elle était en proie à une véritable lutte intérieure et je restais de marbre devant ce spectacle, je ne savais même pas quoi faire. Lie avait fini par trouver le moyen d’attaquer sans bouger d’un pouce, elle inspirait à fond tout en faisant naître des flammèches noires entre ses dents et utilisait le souffle sur Elena. Ne préférant pas prendre de risques, j’avais moi-même inspiré juste après elle et ma tornade englobait intégralement ses ténèbres avant que tout ne disparaisse.

_ Ainsi, Lisette est toujours présente… Si je suis incapable de te blesser c’est parce que tu possèdes le corps de notre sœur, dans le cas inverse, je t’aurais sûrement atteint depuis le début. Il semblerait que nous venions de briser un de tes tabous en parlant de Lisette, mais tu as brisé l’un des nôtres en parlant de la mort de nos parents, alors nous sommes quittes. Et je te déconseille de tenter de blesser ma famille, les gens peuvent se montrer intraitables lorsque l’on touche à ce qui leur tient à cœur.

J’étais étonnamment calme pour le coup, ma respiration était régulière montrant ainsi que mes paroles n’étaient pas animées par la colère que j’étais parvenue à enfouir de nouveau au fond de moi. Quelque chose me retenait de lui faire payer son affront, elle n’était pas un être à part, elle était Lisette, ma sœur des Ombres, fille de Skyadrum. J’avais le cœur trop tendre, je me rappelais du tournoi et de la défaite que j’avais essuyée tout simplement parce que je préférais toujours la route de la sécurité. Néanmoins, c’était différent à l’instant, mon regard se faisait lourd de sens et Lie devait bien le sentir en le croisant. Si jamais elle approchait de trop près, je serais devant elle, si elle tentait quoique ce soit, je la contrerais. Je ne comptais pas me battre contre elle, respectant la volonté d’Elena qui ne voulait pas voir un tel spectacle, mais bloquer un adversaire n’était pas une forme d’affrontement, il ne s’agissait que de la défense. Quoi qu’il en soit, Lie était à présent prévenue, Griffith était juste derrière moi, Elena légèrement en avant, les protéger d’une attaque sournoise serait loin d’être impossible et ce malgré la spécificité du Dragon Slayer des Ombres. Le vent soufflait légèrement autour de nous et je n’en étais pas la cause, toutefois, j’y voyais le signe que ma mère m’accompagnait dans mes choix. Qu’allait faire Lie maintenant ?

_________________



Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

Griffith Lightfield

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 30
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyLun 10 Juin - 23:38
Tandis qu'il s'était remis debout, Griffith semblait complètement harassé, épuisé : soufflant bruyamment, la double attaque qu'il avait lancé précédemment pour éliminer cette femme aux paroles absurdes, avait puisée dans ses réserves intérieures, l'obligeant à se calmer pour récupérer... En effet, malgré son statut de Dragon Slayer, le prince du désert n'était absolument pas un combattant hors pairs, habitué à se battre de façon régulière... La maîtrise de son pouvoir était loin d'être excellente et lorsqu'il s'agissait d'avoir une quelconque réflexion lors de l'utilisation de ses attaques, le mage était complètement dépassé, utilisant souvent ses réserves d'énergies trop rapidement, voir maladroitement. Un problème, une difficulté préjudiciable pour Sandstorm, un point sur lequel le garçon devra travailler rigoureusement, avec constance, si ce dernier voudrait un jour se faire une réelle place dans ce monde et espérer retrouver son père... C'est en tout cas ce qu'il pensait : plus sa puissance et ses capacités de combats évoluerais, plus ses chances de vivre et trouver des réponses à ses nombreuses questions seraient possibles... Mais depuis quelques temps, sa situation avait changée : oui, Griffith avait eu la confiance de Kite Reyes, le Maître d'Oracion Seis, qui avait eu foi en lui en le prenant sous son aile. Grâce à cela, le Dragon Slayer était désormais entouré de combattants expérimentés, compétents, des mages pouvant lui apporter un soutien incontestable et, surtout, d'importants conseils sur l'utilisation de sa magie. Néanmoins, il avait ici fait une nouvelle fois preuve d'ignorance, attaquant aveuglement et de façon inconsciente un adversaire détestable en se laissant envahir par une émotion trop grande... Une erreur typique de novice, montrant une inexpérience alarmante pour un Pourfendeur de Dragons... Perdu dans ses pensées, le garçon à la chevelure blanche fut ramené à la raison par Ren Ikari, qui, avec un regard à la fois déterminé et tendre, le prit par les épaules tout en essayant de le raisonner sur les évènements :

Elena a raison tu sais, de plus, si tu te lances dans un combat, tu ne feras que la satisfaire et je doute que ce soit ce que tu cherches.


C'est alors que l'autre femme, la dénommée Elena, prit la parole, tentant apparemment de raisonner cette "Lie" et de la faire revenir à la raison. Calme, mais quelque peu anxieux, Griffith ne comprit pas grand-chose à ce qu'elle disait, ne retenant que quelques mots paraissant importants et plus précisément des noms : Sasaki Omura, Lieselotte Werckmainster, Lisette Vertorre... D'après ce que disait Elena, tous ces noms ne qualifieraient enfaite qu'une seule et unique personne... Cette... folle au coeur noir ?! Le mage à la chevelure blanche se mit à trembler et recula alors de quelques pas... une nouvelle frayeur s'empara de lui, tandis qu'il concevait la détresse psychologique, le mal qui rongeait l'esprit de cette femme, vraisemblablement dérangée... Les mots d'Elena semblèrent littéralement perturber la femme démon qui, brusquement, déchaîna sa colère en envoyant un puissant Hôkô noir sur sa vis-à-vis : la taille de l'attaque était incomparable à celle de Griffith. Bien plus impressionnant, le cyclone des ombres semblait être inarrêtable, à tel point que le prince du désert mit instinctivement ses mains devant sa tête avant de fermer les yeux... La puissance du souffle était prodigieux, mais brusquement, un second Hôkô, celui de Ren, vint bloquer le premier, produisant un incroyable choc, une déflagration qui faillit tout souffler aux alentours. La fumée se dissipa petit à petit, laissant apparaître, sur le sol, un gigantesque cratère de plusieurs dizaines de mètres...

Pendant un instant, le garçon voulu fuir, échapper à cette situation dans laquelle il s'était accidentellement retrouvé... Fuir loin de ce combat qui pouvait éclater à tout moment et à l'intérieur duquel cette Lie pouvait en finir avec lui, d'une seule bouchée... Cependant, une lutte intérieure et féroce avait commencée dans son esprit. Une lutte opposant sa nature craintive, effarouchée, à une certaine témérité, le poussant à rester ici et, à l'image d'Elena, à être présent pour ces deux mages qu'il ne connaissait pourtant que depuis quelques minutes... Une aura s'échappait de ces deux individus, une aura à la fois chaleureuse et affectueuse, qu'il avait déjà ressenti dans le passé... Ce n'était pas exactement la même, mais aucun doute là-dessus : l'émanation qui se dégageait de Ren et Elena était proche de celle qu'il ressentait lorsqu'il était avec son père...
Elena Frost

Elena Frost

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 28
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyJeu 27 Juin - 15:09





















Lie!

Je venais de dire à Lie tout ce que je pensais d’elle et je n’avais aucune peur en moi. Etait-ce parce que je savais que j’étais sous la protection de Ren ? Ou tout simplement car je m’estimais exactement au même niveau que cette créature sordide que j’avais en face de moi ? De ce que je sais, je n’avais jamais eu peur d’elle. Dès son arrivée à la guilde, j’avais essayé de sympathiser déjà car c’était ma sœur. Je dois avouer qu’avec Sasaki c’était plus aisé mais avec Lie par contre ça s’avérait bien plus dur, voire impossible. Enfin, bon la tension qui s’installait entre nous ne faisait que grandir de secondes en secondes et il était à présent évident qu’entre nous deux se produirait un combat intense et inévitable. Ce ne serait pas pour aujourd’hui, pour la simple et bonne raison que Ren se trouvait ici. C’était rassurant de le savoir à mes côtés. J’avais un peu l’impression d’être en compagnie de mon père, je me sentais en sécurité, avec une certaine chaleur agréable qui m’entourait et me réconfortait. A ce moment précis, je crois bien que rien n’aurait pu m’effrayer, même pas un assaut meurtrier et silencieux de ma sœur, comme elle savait si bien le faire. J’étais debout, le regard sérieux, en train de la fixer. J’attendais qu’elle réagisse, qu’elle fasse quelque chose. En fait, j’espérais voir à nouveau Sasaki ou une autre de ses personnalités qui aurait, par un heureux hasard, repris le dessus sur cette immonde créature que j’avais en face de moi. Oui c’était ça mon but à travers mes mots, atteindre la véritable fille de Skyadrum, celle qu’il a élevée. Celle qui l’aime et qui se considère encore comme une pourfendeuse de dragons. Ce n’était pas gagné mais je devais essayer. On avait que trop peu d’occasions de se retrouver entre frères et sœurs et je n’allais pas laisser la seconde de la guilde gâcher tout ça. Déjà, son affreux comportement et le ton sadique qu’elle employa après l’action préventive de Ren nuisaient à l’ambiance ensuite, les ondes négatives qu’elle dégageait nuisaient grandement à l’esprit de convivialité que mon frère céleste et moi essayions d’instaurer pour Griffith. Il fallait soit qu’elle redevienne elle-même, soit qu’elle s’en aille. On n’avait pas besoin d’un démon mais d’une sœur.

Darkness’s Fangs n’avait cessé de rire tandis que je parlais bien que mes paroles n’aient rien de drôle. Soudain, elle s’était figée, c’était après ma dernière phrase. Elle émanait de plus en plus de colère, de plus en plus de rage et ses yeux jaunes perçants fondirent dans les miens. Elle voulait me tuer, ça se voyait, ça se ressentait. Son envie de meurtre, de sang, était si grande qu’on pouvait le sentir sans même se forcer. Pourtant, malgré que je sache qu’elle est plus forte que moi, ne serait-ce que de peu, je ne craignais absolument pas ce qui allait se passer dans la suite des évènements. Non seulement j’étais capable de me défendre, mais je savais, au vu de son caractère, que le pourfendeur appartenant à Quatro Cerberus ne laisserait rien arriver. J’étais toujours debout, fixant cette démente et attendant son action. Pendant ce temps, Ren, qui avait esquivé les attaques de Griffith d’une manière pour le moins surprenante, était en train de calmer ce dernier. J’étais heureuse de voir d’ailleurs qu’aucun des deux ne ressentait de colère à présent mais aussi qu’ils avaient accepté de me laisser m’occuper de notre sœur à ma manière. J’avais confiance en notre frère céleste, il réussirait sans mal à réinstaurer le calme en celui des sables. Pour en revenir à Lie, elle s’était entourée du halo noir, symbole de sa magie. Elle s’apprêtait à attaquer et s’avançait vers moi avant de se stopper sans que je ne sache pourquoi. La personnalité malveillante de Lisette semblait retenue par des chaînes mais à ses mots j’eus une pensée qui me vint à l’esprit. Ayant prononcé une insulte adressée à des femmes, je me disais que c’était peut-être ses diverses personnalités qui la retenaient, l’empêchant de m’attaquer moi ou un de mes frères. C’était là un bon signe, ça signifiait que Lisette, Lieselotte et Sasaki étaient toujours là et n’avaient pas disparu comme le laissait croire Lie. Malheureusement, ce n’était pas suffisant. Elle inspira, bombant sa poitrine avant de relâcher sur moi son souffle draconique. Je ne bougeai pas d’un pouce. S’il fallait l’encaisser je l’encaisserais mais comme j’en avais le pressentiment, Ren usa à son tour du sien qui engloba celui de ma sœur avant de disparaître. Le choc de leurs deux attaques, en plus de laisser un trou assez impressionnant, engendra un souffle qui fit voler mes cheveux. A la fin du choc, le slayer céleste fit une dernière tirade. Il dit au démon qu’il ne la blessait pas à cause de Lisette et lui déconseilla de toucher à l’un de nous. A ces mots, je souris. J’étais heureuse mais je devais rester concentrée sur Lie. Si elle était à présent prisonnière, cela ne durerait peut-être pas. J’allais donc devoir user de mon tsume afin de maintenir sa paralysie. D’après les évaluations que j’avais faite, vu sa puissance et la mienne, le blocage devrait tenir entre deux et cinq minutes ce qui nous laissera largement le temps soit de nous en aller, soit de parler et de la convaincre bien que la seconde option me paraissait peu probable. Je me mis donc à avancer, tranquillement, préparant ma technique dans ma main.

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 139451Ayanormal

Ren-nii, je vais l’immobiliser. Ça devrait durer à peu près cinq minutes. Au pire, ce sera deux. Ça nous laissera le temps de nous en aller. Je ne pense pas qu’elle soit vraiment prompte à sympathiser avec nous.

J’ignorais ce qui allait se passer mais il fallait qu’on trouve une solution et je ne crois vraiment pas que Lie puisse adopter une attitude qui permettrait de l’inclure à notre discussion. Je me demandais aussi si Ren serait d’accord avec ce que je prévoyais et si je réussirais à la toucher. Quoi qu’il en soit, l’avenir nous le dira.






Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

Sasaki Omura

Messages : 360
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyMar 2 Juil - 18:09
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 500211signat12
~ Le couroux de la Bête ~

Le prince des vents n'eut besoin de les faire siffler pour faire peser sa menace. Au grand dam de son savoir, il pouvait bien disloqué radeau de la Méduse que les Ténèbres l'envoûtant ne s'en iraient. Depuis longtemps déjà, trop longtemps même, elle y baignait. S'y étant offerte par plaisir de vengeance. L'être sombre que la première avait engandré, la jumelle de la Lumière, avait seulement éventré ce que Lisette avait laissé en plan. Lie ne savait la vérité qui la fit martyre des ombres et Lisette ni aucune autre ne lui apprendrait l'ignoble dilème qui meutrit la petiote. Périr dévorée par la noirceur innocente ou lui survivre en la bannissant. Elle aurait dit qu'elle n'avait pas le choix, que la corruption l'entrainait en dégénéréssance. Que le père Skyadrum était lui-même en danger. Si le choix est une torture, l'ignorance devrait être une bénédiction. Voilà que l'éclatente Elena s'avançait d'entre le cratère provoqué par la salvation que lui tint son admirable frère. Comme Andromède enchaînée au rocher, Lie ne put rien contre l'avancée du désastre. Ici ce ne fut la montée des os, juste la main de Dieu conduite par cette irritable purificatrice. « Fermes-là Frost, j'vais t'arracher la langue ! Et toi Ren, si j'te dit qu'c'est juste un putain de souvenir qui me hante, tu d'vrais comprendre. Lisette est morte, alors fermez-là !! » Elena vit son entreprise cournnée de succès, le Dragon Fou était immobilisé. Les chimères du passé s'effacèrent dans le vent. Un râle remonta des entrailles de la possédée tentant veinement de lutter contre sa malédiction blanche. Elle ne put que lui cracher au visage en riant de son ignominie. Qu'elle la roue de coups ne changerait rien. Les noirs desseins de cette aliénée devenaient plus abjects, tournant vers la folie charnelle et la destruction mentale de cette irrésistible proie.

Extrait du Diary of Eden, The truthfull shadow. Voilà ce que délivrait l'entête de ce papier jaune froissé. Le brouillon d'un fragment d'une oeuvre romanesque. Chose impensable pour ceux ne connaissant que la virulente ombre évincée de l'instant. Pourtant, Elena pouvait en déduire la provenance. De la main de l'Omura avait découlé ses écoeurantes  mais riches envolées. Elle fut l'ombre de l'écrivain, n'ayant pu achever ce livre de peur de le souiller de ces doigts ensanglantés. Le papier plié s'eut évadé de son haut, probablement dévalé de l'emplacement de son coeur, témoin de sa discorde. Emporté par le vent, pour aller caresser la peau délicieuse de jumelle du Tartare. Allaient-ils se réunir pour lire enssemble ce torchon ? Ou bien, se livrerait-elle pour eux, oratrice à la voix enchanteresse ?

« Toute une nuit d'horreurs, d'abominables rejets gastriques entachant sa belle nuisette en dentelles blanche. La souillure du nectard de vie avait pénétré cette seconde peau pour ronger la première. Le Mal l'avait fait sienne. Au coeur de la tourmente la plus indigeste et insurmontable, le Démon avait frappé. Lui volant son cadavre, lui dévorant le coeur, engloutissant dans les ténèbres tout ce qu'elle fut et aurait put être. Telle une vierge qu'on dépucelle et qui le désire asolument, elle ne lui résista. Des crocs sombres lui avaient écorché des parcelles de peau, douce de bambin si frêle. Au tintement des os fracassés et broyés, elle s'eut désarticulée, tel un pantin. Il était le maître macabre jouant de sa démence, la faisant danser au bord du gouffre. Une tombe où le mort puissant gisait, noyée dans ces vomissures sans répit de la veille. Au petit matin, lorsque parut le premier rayon de l'aube, elle sembla figée. Allant se terrer dans le bois mort, toute vie avait dépérit à l'avênement du Malin. Sa force malfesante et son aura mortifère, avaient là agit. L'une plantant ces crocs pour labourer la terre et drainer l'énergie vitale de la nature; l'autre répendant un nuage de poison dégradant toute vie. Bientôt la brume maléfique écarlate planant sur le village se transforma en peste noire. La populace affolée, envoyaquelques expéditions pour retrouver la déchue, hélas rien y fit. L'on ne put que redouter sa venue implacable après avoir entendu tant d'abominables cris. Le soir venu, l'astre diurne devint noir. L'abominable apparition reparut alors. Dans un foulement lourd et un hénissement vorace, le cavalier des Enfers étant son funeste acolyte. Il vint à la déposer près de son ancienne demeure, une force obscure la balaya en un instant. Elle marcha pour en faire de même avec toute maisonette, se trainant telle une larve. De son égout doré sécoulait bave qui n'était d'or mais de sang. La belle et pure enfant n'était plus que l'ombre d'elle-même. Possédée par un monstre avide de carnage. Le sombre voeu de vengeance de cette délicieuse aurore avait conduit à cela. L'Humanité gouterait aux griffes de ce fléau, de cette écorcheuse de rêves et d'espoirs. Bientôt le murmure d'un comparse beliqueux la nommait, Lie ... »

« De la Lumière naissent les Ténèbres ... Je te confis cet ouvrage, tu dois le sauvegarder ! » Avait criée cette autre voix au timbre lacéré. Quand à savoir de qui il s'agissait, mystère. L'inertie infame entravant la bête n'était plus, sa fureur tendit à déferler. Son aura d'ébène explosa dans un grognement inhumain. Voilà qu'elle se jetait sur le phare de l'espérance. Elle était son opposé, l'affre de perdition dont la radience épouvantable aspirait à engloutir ces lumières. Pour l'heure elle n'en ciblait qu'une, sa cavale furieuse devint lourd sacage et voilà qu'elle comptait attenter à la vie de cette délicieuse enfant. Elle dont le crime avait été d'être douée d'une grande beauté et d'un culot fastidieux. Le halo sombre vint à se concentrer autour de l'abomination, ne se résorbant pas pour s'éteindre hélas, sa puissance était canalysée pour lui permettre de porter l'hérétique attenta. Elle fusa donc tel un javelot tonnerre, tournoyant avec le poing en avant pour porter la terrible estocade pourfendeuse de corps. Un Eiryû no Kenkaku revisité par l'enragée sans visage.

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 350584signature

Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Ren Ikari
Admin / Le Lotus MélancoliqueAdmin / Le Lotus Mélancolique

Ren Ikari

Messages : 981
Date d'inscription : 18/05/2012
Âge : 27
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Sky Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Sky Snow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.520
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Illustre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyMar 23 Juil - 0:13
La tension grimpait de plus en plus au sein de la forêt d’Iria. Ce que j’aurais voulu être une rencontre entre frères et sœurs s’était changé en une violente opposition entre nous et les Ombres. Le Ciel, la Lumière et le Désert étaient réunis en une parfaite harmonie, seules les ombres ténébreuses refusaient un tel rapprochement et s’obstinaient à vouloir les détruire de l’intérieur pour en tirer un contentement sans limites. En parlant d’eux, il semblerait que Griffith n’allait pas du tout prendre part à l’affrontement si jamais cela dégénérait, il fallait avouer qu’il ressemblait à un enfant à qui il fallait tout expliquer sur ce qui se déroulait. L’innocence qui se dégageait de lui me faisait comprendre qu’il était ainsi, même si je n’avais aucune certitude à son sujet. Quant à Elena, elle semblait avoir un peu plus confiance en elle depuis qu’elle avait remarqué l’écart de puissance entre Lie et moi et c’était exactement ce que je voulais. Depuis le tournoi je l’avais compris, j’étais le seul capable soutenir tous mes frères et sœurs quels qu’ils soient, je devais rester derrière eux pour les porter au sommet et les suivre en passant. Dans tous les cas, le Dragon Slayer de la Lumière s’était précipitée vers son opposée avant d’utiliser une technique qui n’appartenait pas du tout à mon répertoire. Ainsi donc, Elena avait deux spécificités, elle pouvait changer la direction de son Hôkô en cours et elle était capable de paralyser quelqu’un au toucher.

Malgré l’avantage que cela lui procurait, la rage de Lie semblait croître de plus en plus à notre égard, comme si elle ne comptait pas vouloir se calmer tant que nous étions face à elle. L’idée de partir était tentante, mais je voulais la comprendre, du moins, tenter de raisonner cette facette de sa personnalité, ce morceau d’elle qui avait pris le dessus et qui dirigeait le corps de ma sœur en ce moment même. Qu’il était frustrant d’être capable de tout guérir, mais de ne pas pouvoir ne serait-ce que soulager les maux d’un cœur brisé. Soudainement, quelque chose sortit des affaires de notre sœur des Ombres pour rejoindre Elena qui décida de lire ce qui était inscrit sur le papier. Cela ressemblait à un journal, mais je ne pouvais pas concevoir que ce soit Lie qui ait écrit ceci, la seule explication possible était que l’auteur était une autre personnalité de notre sœur, voire elle-même. Je n’étais pas quelqu’un qui m’intéressait particulièrement au lyrisme, mais je devais avouer que ce que lisait Elena me touchait. Il y avait pourtant de nombreux sous-entendus, je pouvais me tromper dans la traduction des paroles, néanmoins, l’émotion était présente et ne mentait pas. Alors que j’étais encore sous le choc d’une telle tirade, je ne remarquais pas tout de suite que Lie avait fini par se libérer de son entrave et qu’elle s’apprêtait à attaquer la plus proche d’entre nous. Je savais que je n’avais pas le temps de contrer son assaut cette fois-ci si bien que, réagissant par réflexe, je tendais la main vers ma sœur de lumière pour lui prodiguer un soutien de défense. J’espérais que cela suffise à lui permettre d’encaisser le Kenkaku ravageur et qu’elle soit capable de riposter comme elle le souhaitait. Mais cela ne suffisait pas, Lie devait payer pour s’en prendre à ma famille, je l’avais pourtant prévenue et elle avait fait fi de mes avertissements, si bien que je pouvais répliquer de la manière que je voulais. Je concentrais les vents dans ma main droite tout en formant un orbe dégageant une puissance magique élevée, puis, je prenais mon élan avant de m’élancer vers la source de mes soucis du moment tout en m’écriant:

_ Je t’avais prévenue de ne pas les toucher ! Tenryuu no Shoudou !!

L’impulsion du Dragon des Cieux était une technique basée sur la projection pure. Les vents ne cisaillaient pas la peau de ma cible comme à leur habitude, ici, ils devaient juste emporter l’adversaire le plus loin possible une fois que le contact avait eu lieu.  J’avais calculé mon angle d’arrivée, je ne voulais pas blesser Elena et j’étais particulièrement concentré sur le fait de n’atteindre qu’une seule et unique personne: Lie. Cette dernière fut projetée au loin et je me servis de ce moment de répit pour prendre la direction inverse en compagnie d’Elena et de Griffith. J’avais tellement de choses à leur dire, je voulais faire connaissance avec eux et apprendre à les connaître, sans compter que j’avais l’intention de révéler plusieurs choses à Griffith pour l’aider à comprendre sa nature de Dragon Slayer. Néanmoins, il était sûrement préférable que nous nous arrêtions… pour le moment évidemment, je comptais bien les revoir un jour lors d’une meilleure situation pour une discussion. Je me tournais vers eux, avec le grand sourire du grand frère bienveillant sur le visage:

_ Je crois qu’il est temps pour nous de nous quitter, je suis déçu à propos de Lie, mais c’est ainsi. En tout cas, même si vous êtes dans des guildes noires et que je suis un mage officiel, rien ne m’empêchera jamais de vous revoir en tant que frère. Sachez que je vous aiderai si jamais vous avez besoin d’aide un jour, je vous le promets.

J’étais le Ciel, je me devais de les aider lorsqu’ils avaient besoin d’aide, l’épisode des Régalias m’avait prouvé que je n’étais pas encore suffisamment compétent pour les aider. Je n’avais plus qu’à m’entrainer davantage, maîtriser tous les arts secrets que m’avait légué Grandine et servir de tremplin pour un frère ou une sœur dans le besoin. Je les laissais repartir chacun de leur côté avant de prendre mon envol pour rejoindre Val tout en réfléchissant à cette journée bien mouvementée. Je repensais à Lie, au final, même si Elena avait gagné de la confiance en ses capacités, même si Griffith avait réussi à se calmer par ma simple présence, même si aucun des deux n’était blessé, j’avais perdu contre elle. Ses paroles avaient été un véritable poison qui s’était répandu en moi, brisant mes défenses comme si elles n’existaient pas. Alors que j’étais censé être capable de garder mon sang-froid en toutes circonstances, j’avais laissé le Dragon en moi se déchainer contre elle, répondant à ses provocations travaillées. Certes, j’avais été le plus puissant parmi les Dragon Slayers rencontrés aujourd’hui, mais j’avais le sentiment d’avoir perdu la face contre Lie, elle était bien plus redoutable que je ne le pensais, tout simplement parce qu’elle frappait sur le plan psychologique avant d’achever son adversaire physiquement. La puissance ne faisait pas tout, ma mère m’avait souvent répété que je devais travailler bien plus mon esprit que mon physique; elle n’avait pas tort, comme à son habitude. Peut-être que notre prochaine rencontre sera plus calme que celle-ci, c’était ce que j’espérais du moins.

HRP:
 

_________________



Griffith Lightfield
SandstormSandstorm

Griffith Lightfield

Messages : 122
Date d'inscription : 18/01/2013
Âge : 30
Guilde : Oracion Seis
Magie / Malédiction / CS : Desert Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.240
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Connu
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyDim 28 Juil - 21:26
De nouveau, la terreur emprisonna l'intérieur du corps de Griffith, qui resta figé, complètement pétrifié par les nouveaux propos de cette femme à la chevelure violette... Cette dernière, paralysée par une étrange attaque que lui avait lancé Elena, semblait lutter contre elle-même, manifestant sa colère en lançant des insultes et tentant, apparemment, d'éliminer une chose invisible aux yeux des trois autres acteurs. C'était bien la première fois que le Prince du Désert voyait tel phénomène se produire devant ses yeux : une personne combattant une autre, où des autres, à l'intérieur d'un même corps... C'était tout bonnement incroyable, impensable et apparaissant dans son esprit comme bien trop complexe pour que toutes les pièces du puzzle n'arrivent à toutes s'imbriquer les unes aux autres... Serrant les dents, tandis qu'une goutte de sueur coulait le long de sa tempe, Sandstorm paraissait perturbé, comme incapable de savoir quoi faire dans cette situation... Cette "Lie" venait d'ailleurs de parler de souvenirs... Était-ce possible que quelque chose, dans son passé, ai pu la faire tomber dans cette espèce de sombre folie ? Cette simple pensée déclencha un véritable frisson dans le dos du garçon à la crinière blanche qui repensa alors à sa propre histoire, aux nombreuses difficultés qu'il avait rencontré durant son enfance, jusqu'à maintenant... En effet, après la disparition de son père Sandlers, le jeune Dragon Slayer avait souvent été la risée d'autres humains qui s'étaient ouvertement et gratuitement moqués de lui, lorsque ce n'était pas les coups qui pleuvaient directement sur son corps... Oui, toutes ces années avaient été très rudes pour Griffith, mais malgré ça, jamais son esprit ne s'émietta, ne vacilla dans une quelconque et sombre folie... Alors, quelles genre d'horreurs avait bien pu voir cette Lie ?

Perdu dans ses pensées, Griffith vit alors, avec effroi, la femme à la chevelure violette, pourtant bloquée quelques instants auparavant, tenter une attaque contre Elena, qui était positionnée non loin d'elle. Le mage d'Oracion Seis paniqua, incapable de faire, ou dire quoi que ce soit... Il voulait pourtant faire quelque chose, agir, même simplement crier, mais la force qu'il avait trouvé précédemment pour rester ici ne semblait cette fois-ci pas vouloir réapparaitre... Reculant machinalement de quelques pas, Sandstorm vit la puissante attaque partir vers Elena, tandis que le garçon brun, Ren Ikari, lança également une attaque, dirigée elle, vers Lie : le vent souffla puissamment autour d'eux, mais se concentra uniquement sur sa cible, pour venir la percuter et la projeter, avec une incroyable force. Sa puissance magique était tout bonnement impressionnante, inconcevable, si bien que Griffith resta un instant, ses yeux péridots, à la limite du transparent, grands ouverts, à regarder les dernières et fines particules de magie du Dragon céleste s'évaporer. Cependant, il était temps de partir, de profiter de la situation pour fuir loin de ce lieu : malgré sa nature craintive, le Prince du Désert prit le risque de suivre Ren et Elena pendant plusieurs centaines de mètres, courant rapidement à travers les arbres de la forêt et évitant, à plusieurs reprises, de tomber au sol maladroitement... Après avoir regardé à maintes reprises derrière eux pour voir si personne ne les suivait, Ren décida de s'arrêter dans une nouvelle prairie et, avec un chaleureux sourire sur le visage, s'adressa aux deux autres mages, dont Sandstorm, qui baissa les yeux pour regarder le sol, gêné :

Je crois qu'il est temps pour nous de nous quitter, je suis déçu à propos de Lie, mais c'est ainsi. En tout cas, même si vous êtes dans des guildes noires et que je suis un mage officiel, rien ne m'empêchera jamais de vous revoir en tant que frère. Sachez que je vous aiderai si jamais vous avez besoin d'aide un jour, je vous le promets.

Le silence resta de mise chez le Dragon Slayer d'Oracion Seis qui hésita un instant... Il aurait voulu parler, dire quelque chose à Ren... Mais rien ne vint, comme si le mur de témérité, d'appréhension, qui s'était construit à l'intérieur de son être pendant toutes ces années, était encore trop solide... Et comme lorsqu'il marchait seul, dans l'immensité désertique qui était son élément, le garçon à la crinière blanche s'était subrepticement éloigné, comme un simple et éphémère mirage, ne percevant bientôt que les ombres de ces êtres, ces mages qui, il l'espérait, recroiseraient un jour son chemin... Oui, car pour la première fois depuis de nombreuses années, Griffith avait le sentiment d'avoir rencontré des personnes importantes qui pourraient l'aider dans sa quête, l'aidant à obtenir des réponses sur les évènements de cette mystérieuse année X777... Une simple date, un simple souvenir et pourtant, un sentiment de détresse toujours présent ... S'accoudant sur un arbre pour reprendre sa respiration, le garçon ferma les yeux tout en déposant sa tête sur son bras, tandis que de petites larmes commencèrent à perler le long de ses joues. La douleur de cette éternelle blessure refit surface comme un monstre marin prêt à dévorer le premier navigateur égaré qu'il croiserait... Pourquoi pleurait-il à un moment pareil ? Était-ce vraiment à cause du seul souvenir de son père ? Ou était-ce, également, en rapport avec l'alarmante faiblesse dont il avait encore fait preuve aujourd'hui ?


___________________________________


Quelques heures plus tard, dans la forêt d'Iria...



A genoux devant son mystérieux interlocuteur qui était resté caché dans l'ombre, Griffith Lightfield continua le compte rendu de sa rencontre, parlant timidement et avec maladresse... Malgré la peur qui l'avait emprisonné, Sandstorm tenta de remettre les événements en ordre, essayant de se rappeler chaque parole, chaque nom qu'il avait pu entendre :

Ils étaient... ils étaient trois mages.. Euh, un était très gentil et.. une autre aussi. Ils s'appelaient Ren Ikari et Elena hum Frost je crois. Ils disposent tous les trois de la magie des Pourfendeurs de Dragons... Mais hum... mais je crois qu'ils sont d'éléments différents et...

La voix s'éleva dans l'ombre, une voix rauque, mais à l'intérieur de laquelle il était possible de percevoir un semblant de malice apparemment assumée :

Des Dragons Slayers dis-tu.. hihi... Tu étais donc partis pour chercher une possible présence de Dragon et voilà que tu tombes sur d'autres Pourfendeurs... Voilà quelque chose de très intéressant ! Mais dis-moi jeune Prince du Désert, n'as-tu pas parlé... de trois personnes ?

Griffith hésita un moment avant de poursuivre :

Oui.. Une certaine "Lie"... En fait... Je.. Je crois qu'elle portait plusieurs noms... C'était.. très étrange, elle a parlé de Sasaki Omura, Lieselotte Werck... Je ne sais plus, pardonnez... pardonnez-moi. Cette fille semblait complètement... folle et...

Sandstorm fut alors coupé dans sa phrase :

Oui, le Dragon Slayer de l'ombre... Un cas très intéressant, tu as pu le constater toi-même j'imagine... Et a-t-elle parlé d'autre chose ?

Hum.. Oh, oui ! Elle a mentionné le.. un nom... C'était hum.. Ecnola.. non, plutôt Acno...

L'interlocuteur sortit alors de la pénombre pour se dévoiler au grand jour... Il s'agissait de Seventh, cet artefact ensorcelé en forme de baguette, unique à Oracion Seis et qui, grâce à une mystérieuse magie, semblait disposer de sa propre conscience... Un allié de choix pour la Guilde Noire sur un grand nombre de point et surtout, un apport non négligeable en termes d'informations diverses :

Acnologia...

Oui, oui, c'était bien ça ! Acnologia... Hum... Dites, Seventh Sama... Qu'est-ce qu'Acnologia ?

Tu auras les informations à ce sujet bien assez tôt Griffith... Pour le moment, j'aimerais que tu évites de mentionner ce nom... Tu peux maintenant disposer, Kite Sama te contactera prochainement !

Bien, Seventh Sama.

Le Prince du Désert se releva, ses cheveux dansant au rythme de la légère brise, avant de se mettre en route vers une destination encore inconnue...

Ah au fait jeune homme, une dernière chose hihi... Méfie toi de ce Ren Ikari... Ses paroles, ainsi que ses grands sourires ne sont que poisons, assurément utilisés pour te pervertir l'esprit... Je te demanderais donc de prendre garde !

Griffith arrêta de marcher, troublé par les dernières paroles de l'artefact... puis, après quelques secondes, il répondit à ce dernier, tout en continuant son chemin :

Bien, Seventh Sama...
Sasaki Omura
Modo / Darkness's FangsModo / Darkness's Fangs

Sasaki Omura

Messages : 360
Date d'inscription : 18/08/2012
Âge : 27
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : Shadow Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 3.810
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] EmptyJeu 29 Aoû - 17:16
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 500211signat12
~ Victoire dans la Défaite ~

Le furieux assaut porta ses fruits néfastes, frappant de plein fouet la dragonne blanche qui se vit projetée à terre, possiblement inconsciente. Hélas, terminant à quatre pattes pour repaitre son regard de l'affreux massacre, Lie ne contait pas s'arrêter là. Sa soif de meurtre se lisait dans ses iris foudroyants et son aura pestiférée. Elle n'aspirait qu'à fracasser à l'extrême cette pauvre idiote qui avait encore là mal parlé. De ce tabassage, l'on devait la sauver. La providence fit qu'une douloureuse et coriace épine se plantait dans le pied de la bouchère. Le dragon céleste tout enhardi de colère, fit s'abattre à son tour son courroux. Elle l'avait oubliée, grossière erreur. De toute manière il était bien trop vif pour qu'elle puisse endiguer le moindre de ses assauts. Sa vélocité formidable du zéphir enragé, couplée à la puissance d'étonnante de son arcane, fit que l'aberration de soeur était châtiée. Sur le coup, elle ne comprit bigrement rien à ce qui lui arrivait. Il n'y eut qu'un vent bruyant et violent, suivit d'un flash lui calcinant les rétines et enfin l'impression désagréable d'être éjectée à grand coup de pompe dans le ventre. Voilà qu'elle se soulevait brutalement de terre pour prendre un brin d'altitude, tout juste quelques mètres au-dessus du sol, pas de quoi rendre jalouse les cimes géantes du bosquet. La force de répulsion de ce sortilège la transforma en véritable boulet de canon. Ainsi traversait-elle une floppée d'arbres avec une aisance déconcertante, la douleur elle se fit moins hilarante.

* P'tit Ren il a craqué, bwaha quel minable ! On s'reverra après l'massacre d'ta copine ... *

Enfin le fracas dernier, elle demeura fichée dans ce tronc quelques minutes, bien sonnée, au bord de l'évanouissement. Puis elle émergea, crachant une putride rosée sanglante aux débris d'écorce jonchant le sol. Victime de toussements rudes pour sa gorge, elle se dénicha du sépulcre forestier par la force. Là sa carcasse de zombie s'effondrait dans un lit terreux ravagé. Elle convulsait à peine, vomit ses tripes dans la poussière et se redressa avec grand mal. Il l'avait disloquée si facilement que s'en était rageant. En guise de répondant, son hurlement de rage pure retentit dans les bois, déchirant les cieux paisibles. Hélas le grondement de la bête s'éteignait avec sa vigueur écorchée. Elle n'avait de blessures apparentes, pourtant elle se tint l'abdomen houleux. Elle geint presque tel un animal à l'agonie, chaque pas étant une torture, chaque respiration un martyre. Son escapade de la forêt serait plus longue que prévue et d'autant plus pernicieuse. Elle retirerait quelques leçons de cette mésaventure si amère, que les Dragon Slayer ne méritaient pas leur titre et que cette famille serait difficile à exterminer. Suivre la voie d'Acnologia devint son protocole, désireuse de l'évolution ce monstre aux traits délicats aspirait à être tout autre que ce qui existait. En revanche, Ren Ikari lui donna une truculante envie de s'inspirer de son sortilège pour en produire un des plus dévastateurs et meurtriers. Dans son périple pour revenir en la forteresse du Tartare, la dame ombrage riait entre ses dents. Elle fantasmait à l'idée de faire à nouveau craquer ce pauvre garçon. Elle jubilerait de gagner encore à cette guerre de nerfs, ceci lui procurant un sentiment de puissance inégalable.

_________________



« Qu'ils me haïssent, pourvu qu'ils me craignent ! » (Caligula)
Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] 350584signature

Comment vaincre un vrai monstre ? Mais avec un vrai monstre, bien sûr ! :
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]   Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith] Empty

Une petite réunion de famille [PV Sasaki, Elena et Griffith]

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Forêt d'Iria
-