Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 [Job Annexe] Thunder & Music Act 4

AuteurMessage
Ethan Rayne
Fondateur / RaiteiFondateur / Raitei

avatar

Messages : 2591
Date d'inscription : 14/10/2010
Âge : 29
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Lightning Dragon Slayer
Magie / CS Secondaire : Lightning Flames Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 6.330
Statut: Mage de Rang S+
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: [Job Annexe] Thunder & Music Act 4   Lun 25 Fév - 3:42
Spoiler:
 















That's Me

Un premier album composé uniquement par un artiste et pas un producteur ou quelques autres compositeurs, est un évènement important dans la vie d'un musicien. A plus forte raison lorsqu'il est chanteur. Pour ce premier album, j'avais annoncé quelque chose qui me correspondrait, qui me définirait. Je ne voulais pas chanter ce que je ressentais. Je voulais chanter ce que j'étais. Je voulais, à travers ces chansons, donner une vue d'ensemble de l'individu que j'étais, tant sur scène que dans les coulisses. Montrer toutes les facettes qui constituaient ma personnalité. De l'Ethan souriant et confiant à celui mélancolique qui restait en retrait. J'étais loin d'être un individu aux mille visages. Après tout, même si j'étais l'un des principaux stratèges de Fairy Tail, je n'en demeurais pas moins l'un de ses mages bourrins et parfois un brin trop facile à cerner. Mais comme tous les mages de ma guilde, j'avais mon histoire, mes secrets, mes blessures. Même si je ne parlerai pas de cela dans cet album, je voulais faire ressentir ce côté de moi, tous ces côtés de moi.

Dans le studio d'enregistrement de Carmina, de l'autre côté de la vitre où se trouvait le mage qui m'enregistrait, je me tenais face au micro, prêt à faire sauter le niveau de décibel. Je compris rapidement que celui chargé de l'enregistrement maîtrisait la magie Archive lorsque apparurent plusieurs écrans statistiques et de calibrage, idéaux pour ce genre d'opération. Il n'y avait pas à dire, voilà un mage qui avait réussi sa reconversion. Lui ayant d'ailleurs expliqué mon projet, il me demanda naturellement ce que je voulais exprimer dans le premier morceau que j'allais enregistrer. Ce fut avec une voix confiante que je m'exprimais à travers le micro pour lui parler, avant de commencer la chanson.


Juste... Le moi quotidien, la face publique.

It's my life by Bon Jovi on Grooveshark

Alors qu'il me faisait signe d'y aller, ainsi qu'au groupe derrière moi, nous laissions nos instruments cracher leur rock sans aucune retenue. A travers ce son plein de punch, j'essayais de transmettre ce que l'on pouvait voir de moi, chaque jour, l'image que je véhiculais. Il s'agissait d'un Ethan plein d'énergie, profitant de la vie et du rythme effréné de celle-ci, ne se souciant guère des imprévus, prenant les évènements comme ils venaient. En un sens, on pouvait dire que cette chanson était un hymne à la jeunesse, son insouciance, sa volonté de faire de chaque jour quelque chose qui nous forge des souvenirs éternels et que l'on regarderait avec nostalgie une fois plus vieux. Des souvenirs que l'on pourrait exhiber fièrement en disant "Vous voyez cela ? Et bien, c'est ma vie ! J'ai profité du moment présent, en ne perdant pas de temps, me disant que c'était maintenant ou jamais pour chaque chose que je désirais faire" ! En quelques sortes, c'était un peu un hymne aux musiciens, toujours sur les routes, à écumer les salles de concerts en jouant de leur passion pour gagner leur vie, n'ayant aucun regret. Voilà tout ce à quoi je pensais à chaque fois que je faisais vibrer la guitare. On pouvait sentir toute cette émotion dans la musique, dans les paroles et dans le mouvement d'acoustique.

Le dernier mouvement de corde marquant la fin du morceau, je jetais un oeil derrière moi en direction de mes équipiers saltimbanques, voyant un sourire s'afficher sur leur visage. Eux aussi avaient compris cette philosophie qui transpirait à travers ce morceau. Une seule prise était suffisante pour ce genre de musique, car après tout, lorsqu'un artiste exprime ce qu'il ressent, ce qu'il est, dans une chanson, il ne peut pas le faire en plusieurs morceaux à assembler. La mélodie vient d'une traite, d'un seul coup, et ne peut pas se soumettre au bon vouloir des recorders. Profitant du temps que mettait mon acolyte de l'autre côté de la vitre à réécouter le morceau pour régler les acoustiques de l'album, je buvais un peu pour me rafraîchir la gorge, essayant de prendre soin de mes cordes vocales pour le reste de la séance. Après tout, j'avais encore du pain sur la planche, et le prochain morceau promettait d'être aussi intense celui que nous venions d'interpréter. Me faisant signe que c'était okay, mon collègue me demanda alors la définition de la prochaine piste.


Le moi au sein de la guilde, le rôle que je me dois d'y jouer et la fierté que je ressens avec mes compagnons...

Live And Learn by Sonic Adventure 2 on Grooveshark

Je laissais alors couler naturellement la musique hors de moi, exprimant ce que je ressentais au cours de mes missions, de mes combats. L'adrénaline se répandant dans tout mon corps, me donnant cette sensation de vertige. La chaleur qui se déversait dans tous mes membres, endormant la douleur grâce au pouvoir de la volonté. La force que l'on cherchait au plus profond de soi pour réussir à trouver les ressources nécessaires afin de ne pas faillir, afin de ne pas flancher. Mais aussi, cet esprit de camaraderie, cette amitié qui donnait la puissance à tout mage digne de ce nom. Cette volonté de protéger ceux qui m'étaient chers. J'avais un rôle au sein de Fairy Tail : j'étais l'Ace, le fer de lance de la guilde. Même si Alandro était le Master, il ne pouvait se déplacer librement à cause de son rang, et j'étais, par conséquent, celui qui était chargé de faire connaître la force de la guilde avec le plus d'impact pour ceux qui nous regardaient. Mais plus que tout autre chose, j'étais un grand frère qui veillait sur les autres, n'hésitant pas à affronter le danger en me moquant de la violence de ce dernier, avançant toujours sans regarder derrière moi, sans flancher. Cette musique était comme ce rôle que j'incarnais pour tous les mages de Fairy Tail : quelque chose qui bouge, quelque chose qui donne la pêche, quelque chose qui donne envie de se dépasser. Rival pour certains, objectif à atteindre pour d'autres, je ne comptais pas me laisser dépasser de la sorte par mes amis et je continuais de m'entraîner pour devenir toujours meilleur, pour alléger le fardeau qu'ils devaient porter, afin de pouvoir en prendre plus pour moi et réduire leurs tourments.

Cette musique était quelque chose d'important, faisant se sentir vivant, montrant que l'on avait de l'importance pour certains, car justement, ils étaient importants pour nous. C'était une musique d'espoir et de fraternité, donnant l'image d'un dépassement de soi, de la réalisation de l'importance de la vie qui nous entourait, et du pouvoir que l'on devait trouver au fond de soi pour la protéger. Laissant sonner les derniers accords, je voyais le chargé de production qui me demandait de faire une petite pause, voyant que j'étais littéralement en nage après cette interprétation plutôt musclée. Hochant la tête pour agréer à sa demande, je déposais soigneusement ma guitare sur son reposoir avant de boire une pleine bouteille d'eau afin de me désaltérer. Je devais prendre soin de mon gosier afin d'éviter d'avoir la voix cassée.

M'indiquant, après quelques minutes à parler avec les musiciens, que nous étions prêts à reprendre, il me demanda ce que je voulais transmettre cette fois-ci. J'avais déjà montré ma face publique, mais aussi mon rôle de mage de Fairy Tail. Pour l'instant, l'ensemble des facettes de moi que j'avais montré étaient agréables et pouvaient se résumer au sourire que j'affichais, tant au public qu'à mes amis. Mais si je voulais vraiment être honnête avec mes fans, avec mon entourage, je devais montrer ce qui se cachait derrière le sourire de grand benêt que j'arborais généralement pour cacher mes doutes et mes tourments. Il y avait encore tellement à dire, tellement à montrer, tellement à chanter. Cette fois-ci, j'allais communiquer une facette de moi que peu de gens connaissaient. A dire vrai, c'était un aspect de ma personnalité que personne n'avait vraiment réalisé. Ce témoignage poignant allait sans doute être l'un des morceaux les plus touchants de l'album.


Cette fois-ci, ce sera le moi profond... Humain... En proie au doute, que seule une personne en ce monde peut sauver... Que seule une personne au monde peut comprendre... et de qui je peux tirer ma force pour ne pas me laisser submerger par ces émotions...

When I'm Gone by 3 Doors Down on Grooveshark

Je laissais mes doigts glisser sur la guitare, avec une fluidité qui démontrait une certaine symbiose musicale, comme si les paroles et la musique venaient naturellement à moi, comme si j'avais toujours su comment jouer ce morceau, depuis mes premiers jours en ce bas monde jusqu'à maintenant. On pouvait sentir tant dans les mots que dans les sonorités une grande mélancolie. Ce moi était sans aucun doute la facette la plus intime que je pouvais montrer... La plus vulnérable, la plus profondément enfouie. J'exposais au monde ces ténèbres rampant en moi, m'engloutissant lorsque je commençais à perdre espoir. Mais de la même manière, j'exposais aussi cet espoir qui empêchait cette obscurité de me faire baisser les bras. Love me when I'm gone... Natsumi... C'était son amour, sa présence, qui me poussait à aller de l'avant, à ne pas me laisser dévorer par mon chagrin, par les cicatrices du passé. Même si une partie de moi était "morte" lorsque Tesla m'avait abandonné, j'avais toujours la majeure partie de mon âme, brûlant du désir de vivre, ne laissant pas le vide causé par mon père l'abattre. Et ce qui donnait cette force à ce qui restait de moi, c'était l'Impératrice du Ciel. La petite blonde avait su trouver les mots, les actes, pour me pousser à me battre. Son amour était un moteur qui faisait briller mon âme et disparaître les ténèbres qui l'entouraient. Lorsque je me sentais abattu, un seul mot d'elle suffisait à me redonner des forces. Un seul sourire, un seul regard, et cette obscurité tapie au fond de moi laissait place à un désir combattif ardent, à une puissante volonté de vivre.

On pouvait sentir toute l'émotion, toute la force de ce moi profond que je venais de dévoiler pour cet album. Le pouce du producteur m'indiqua qu'il était ravi de voir un morceau d'une telle qualité dans la compilation, alors que je laissais les dernières notes s'échapper, retentissant pour s'affaiblir et disparaître. Je repris alors mon souffle pendant plusieurs inspirations profondes. Après tout, se livrer ainsi n'était pas quelque chose d'aisé. Et en parlant de se livrer, je ne comptais pas m'arrêter en si bon chemin. Je venais d'exposer la partie vulnérable de moi, la partie qui ne pouvait survivre que grâce à l'amour de celle que je considérais comme ma moitié. Mais bien évidemment, je ne pouvais me résoudre à reposer ainsi sur les épaules de Natsumi. Je n'aurais été rien d'autre qu'un parasite si cela ne fonctionnait que dans un sens. Il était temps d'exprimer ces sentiments qui brûlaient au fond de moi et qui me donnaient une puissance incommensurable, non pas en tant que mage, mais en tant qu'être humain.


Après le moi dépendant de l'autre... C'est au tour du moi sur qui cette personne peut se reposer... Du moi qui sera toujours là pour elle... Et qui sera capable de tout pour elle...

Whispers in the Dark by Skillet on Grooveshark

De la même manière que je pouvais compter sur Natsumi, elle pouvait compter sur moi pour porter ses fardeaux, alléger ses peines, et venir à son aide dès que le besoin s'en faisait ressentir. Lorsque les Ténèbres l'entoureraient, lorsque l'obscurité serait sur le point de la dévorer, alors, même au coeur de ce néant oppressant, elle pourra toujours entendre mes murmures, sentir ma présence. Jamais je ne l'abandonnerai, jamais je ne la trahirai, et jamais je n'aurais peur de faire quoi que ce soit pour elle. Et si elle prenait conscience de cela grâce à cette chanson, alors elle serait capable d'entendre ma voix n'importe quand, peu importe la distance nous séparant. Après tout, j'incarnais la Foudre... Disperser l'obscurité avec force pour celle que j'aimais était la moindre chose que je puisse faire pour honorer ce titre. Et plus cet amour envers la jeune mage était grand, plus la lumière qui jaillirait de moi pour disperser les Ténèbres qui l'entouraient serait puissante.

Cette chanson était parfaite pour illustrer tout cela. La puissance du rythme, le timbre de ma voix se faisant à la fois doux et fort, la violence des notes qui exprimait en même temps la puissance de ces sentiments. A n'en pas douter, cette chanson allait être l'une des oeuvres les plus représentatives de mon amour pour la jeune femme... Et ce morceau, je le chérissais du plus profond de mon âme, ayant laissé celle-ci parler. Peu importaient les difficultés, peu importaient les circonstances. Je serai toujours là pour Natsumi, prêt à utiliser toute cette force que l'amour que je ressens pour elle me donne, afin de disperser les Ténèbres qui l'assaillent.

Laissant la dernière note disparaître malgré sa violence, je voyais dans les yeux de mon agent briller une certaine admiration. Après tout, je venais d'avouer un sentiment extrêmement fort, une facette de moi que je n'avais jusque-là jamais montré, car c'était avant tout le moi amoureux, de manière inconditionnelle, qui venait de s'exprimer. Ce ne fut cependant qu'après une nouvelle pause qu'il fut établi qu'il ne manquait plus qu'une seule piste pour terminer l'album. Relisant la jaquette expérimentale, je me rendais compte, aux vues des titres, qu'il manquait bel et bien un titre... Mais également un thème, pourtant important, dans l'album.


Comment ai-je pu omettre cela. Voici le dernier morceau, la dernière piste. Le moi indépendant, cherchant à avancer et à progresser toujours plus loin. Le "moi" individuel, qui avance grâce à sa seule force. On pourrait dire le moi originel en quelques sortes...

Downfall by TRUSTcompany on Grooveshark

Cette fois-ci, la musique était beaucoup plus violente, beaucoup plus "sérieuse". On pouvait sentir un côté sombre, mais également plein de volonté. C'était une chanson pleine de fierté. Comment avais-je avancé lorsque Tesla m'avait abandonné ? Lorsque j'avais été seul ? J'avais commencé à cicatriser ces blessures de moi-même pour continuer à vivre. Même si je n'étais plus qu'un coquille vide, remplissant son rôle de messager de la Foudre, j'avais tout de même réussi à survivre de la sorte pendant des années. Je n'étais dès lors que le fils du Dragon de la Foudre, l'incarnation de la colère céleste elle-même, avançant seul sur sa voie, avant de rencontrer ses Nakamas d'aujourd'hui. Ce n'était pas une chanson pleine de colère ou autre sentiment néfaste. Non... Ce moi original, ce moi blessé qui s'était relevé... C'était une facette violente, mais sans être cruelle. Sa force provenait de sa profonde envie de survivre, de vivre. Ce n'était plus un quelconque sentiment qui me poussait à avancer et à rester en vie... Mais juste cet instinct qui faisait de moi un Dragon Slayer à part entière. En quelque sortes, j'avais refoulé mon individualité pour n'être rien de plus que le messager de la Foudre.

Étais-je pour autant insensible ? Bien sûr que non... Mais personne ne pouvait se douter que cette partie de moi existait toujours, ou qu'elle ait jamais existé. Après tout, j'affichais toujours un visage radieux, différent de celui que j'avais à l'époque. Si ce "moi" était encore présent, il ne se manifestait qu'en de très rares occasions, laissant cette facette de mon être méconnue d'un bon nombre de personnes m'étant proches. Lorsque je n'avais plus ce faciès de pitre ou de benêt, lorsque j'endossais mon rôle de Dragon Slayer, en me débarrassant de celui de mage de Fairy Tail, lorsque c'était la fierté d'être le Fils de Tesla qui guidait mes actions, alors on pouvait voir ce visage sérieux se dessiner sur mon visage, dénué de toute émotion autre que celle qui sied au Tonnerre : l'absence totale de pitié.

Lorsque la musique s'arrêta et que le personnel dans le studio m'indiqua du pouce que tout était bon, tant ces derniers que les musiciens finirent par lancer des applaudissements. Ils avaient apparemment pris autant de plaisir que moi à jouer pour cet album et à collaborer avec moi. Voilà une tâche bien ardue qui se terminait enfin ! Et pour fêter le tout, le producteur déboucha une bouteille de champagne, finissant même par nous affirmer qu'il y avait toutes les chances pour que l'album soit un franc succès. Rougissant et me sentant quelque peu gêné par toute cette attention et ces louanges, je devais avouer que j'avais toujours du mal à me faire à mon statut de star dans le monde de la musique. Sans doute que cela n'était pas là de s'améliorer si ma renommée continuait à prendre de plus en plus d'ampleur comme elle l'avait fait ces derniers temps...




_________________



Spoiler:
 
Game Master

avatar

Messages : 1586
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: [Job Annexe] Thunder & Music Act 4   Mer 20 Mar - 21:17
Congrat ! Ton album est un succès ! Tes fans ont adorés retrouver le bon vieil Ethan qu'ils connaissaient déjà, mais ils ont aussi aimé cette partie plus secrète de toi et tu as encore augmenté le public que tu touchais avec tes chansons ! Et ce malgré les quelques furies énervées de voir qu'il y avait une chanson dédiées à une femme autre qu'elles-mêmes.

=========================

JA réussi !

[Job Annexe] Thunder & Music Act 4

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Nord :: Carmina
-