Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)

Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Rin Silverlight

avatar

Messages : 23
Date d'inscription : 22/08/2012
Âge : 20
Guilde : Raven Tail
Magie / Malédiction / CS : Sound Magic / Magie du Son
Magie / CS Secondaire : Hadô no Mahô / Magie des Ondes [Verouillée]

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 1.400
Statut: Mage de Rang D
Renommée : Mage de Campagne
MessageSujet: Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)   Jeu 17 Jan - 17:16
Rappel du premier message :

Spoiler:
 

J'avais déjà entendu dire que Crocus était une ville magnifique – d'autres s'aventuraient même à dire qu'elle était la plus belle de tout Fiore. Des fleurs partout, de hauts et grands bâtiments, des enseignes bien aguichantes...

Mais pour ma part, je voyais exactement la même chose que partout ailleurs : des gens calmes ou affairés, pressés ou nonchalants... A vrai dire, peu importait leur attitude : le fait est qu'il y en avait des tonnes.

Les trottoirs étaient pleins d'une foule joyeuse ; les passants discutaient gaiement, s'échangeaient des sourires et des politesses. L'ambiance était en somme assez légère. Néanmoins, le bruit de fond résultant de ces innombrables conversations commençait doucement à me prendre la tête : je n'appréciais guère les rues effervescentes. Le fait de capter quelques paroles au hasard, à droite et à gauche, de devoir regarder devant soi pour ne percuter personne, d'éviter de s'arrêter pour ne pas gêner les gens de derrière...

La migraine montait lentement, mais sûrement.

Mais pourquoi endurer tout cela, me demanderez-vous ? Facile : on m'avait parlé – à moins qu'il ne s'agisse d'une conversation que j'avais interceptée dans la rue – d'une spécialité culinaire typique de Crocus. Et pas n'importe laquelle... Je n'avais pas saisi le nom exact, mais avais clairement entendu, dans la description du plat, « viande » et « grillé ».

De la viande grillée... Rien que d'y penser, j'oubliais la désagréable présence de tous ces gens.

Mais tout de même... J'étais entrée dans la ville il y avait déjà quelques bonnes heures, et n'avais rien remarqué qui pourrait concerner une telle recette. Voilà donc pourquoi je me retrouvais à déambuler dans les rues, sans véritable but, uniquement guidée par mon estomac – qui ne tarda pas à entreprendre une série de grognements éloquents.

Et ma tête commençait véritablement à me faire souffrir... Ce n'était pourtant pas la première fois que je me retrouvais en compagnie forcée d'un large nombre de citoyens ! C'était mauvais : je sentais déjà l'irritation s'ajouter au mal de crâne.

Et bien évidement, je n'avais pas prévu de payer une auberge, même pour m'y reposer quelques temps. Oh, mais que cela m'énervait ! Il ne manquerait plus que cette histoire de viande grillée soit un vulgaire mensonge... Une sale rumeur...

Je me figeai : je serais en train de me farcir tout cela sans aucune raison ? Ce n'était même pas la peine d'y pen...

Je ne pus poursuivre ma réflexion : l'ombre d'un passant, visiblement pressé, me percuta alors qu'il courrait dans la direction opposée à la mienne. Surprise, je reculai de quelques pas, et perdis l'équilibre en butant sur... Bon, je ne voyais rien, mais j'étais sûre d'avoir buté sur quelque chose !

Bref : je chutai sur le sol, et me retrouvai bientôt affalée sur le pavé, appuyée sur les coudes.

_Kerps... grognai-je en portant un main à mon front.

J'entendais le sang pulser à mes tempes, et je plissai les yeux sous le joug de cette désagréable douleur qui ne faisait qu'accentuer ma migraine.

Qui était cet empaffé qui venait de me faire tomber, que je lui en fiche une ?!

_Petite ? fit une voix. Tu n'as rien de cassé ?

« Petite » ?

Je levai la tête : une femme était penchée sur moi avec un regard compatissant.

_C'est vous qui m'êtes rentrée dedans ? lançai-je, acide.

Elle eut un regard surpris, et prétendit que je me trompais ; « C'est le jeune homme, là-bas », dit-elle. Avec un nouveau grognement, je me remis sur mes deux pieds sans m'aider de la main qu'elle me tendait.

_Tu ne t'es pas fait mal ? insista-t-elle cependant.

_Ça vous regarde ? Et arrêtez de me tutoyer.

_Allons ! fit une autre voix.

Et il y eut une grande tape dans mon dos. Son auteur continua, d'un ton bourru :

_Sois respectueuse envers les adultes, petite !

Un spasme fit trembler mon sourcil – l'investigateur de cette tape presque amicale, un grand homme, devait sans doute accompagner la femme.

Je pris un léger élan pour sauter, et lançai mon poing dans la mâchoire de « grand » ; encore plus surpris que je l'avais été en chutant sur le pavé, il se retrouva emporté par terre, à son tour. Des gens s'arrêtèrent, impressio... Ah non, étonnés.

Je résistai à l'envie de lui donner un coup de pied, mais fus bientôt attrapée par le col par un nouveau mâle. Ils me voulaient quoi à la fin, tous ? J'entendais des « Qu'est-ce qui se passe », des « Qui c'est cette gamine », des « Ces gens ont attaqué cette enfant » et autres hypothèses complètement débiles. Des passants se pressaient autour de nous pour comprendre la source de cette animation, et je donnai quelques autres coups.

Il y avait trop de femmes, trop d'hommes, qui criaient et cherchaient à m'immobiliser – ce n'était pas moi qui avais pas commencé, pourtant !

Excédée, j'attrapai mon cor, accroché dans mon dos, fis coulisser la ficelle qui le tenait pour le faire passer devant moi, et le portai à ma bouche. Sans même amplifier le son, je soufflai dedans avec une force relative ; la foule s'immobilisa de surprise, hormis les plus proches de moi, qui se bouchèrent les oreilles.

_Fermez-la un peu !! criai-je avec une grimace. J'ai mal à la tête !

Spoiler:
 

AuteurMessage
Shina/Ken Amnell
Mages du RêveMages du Rêve

avatar

Messages : 595
Date d'inscription : 15/04/2012
Âge : 28
Guilde : Quatro Cerberus
Magie / Malédiction / CS : Genjutsu / Illusions
Magie / CS Secondaire : Kage no Mahô / Magie des Ombres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.360
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)   Jeu 25 Juil - 1:25
Ken s'était exprimé de manière très calme et sereine. Le fait qu'Elena se mette en colère à cause de ses paroles ne le fit même pas sourciller. Si elle désirait se mettre en colère pour des peccadilles, c'était son problème. Une chose était sûre, elle n'appréciait visiblement pas les dragons slayers de seconde génération. Toutefois, il semblerait que cette nouvelle l'est également surpris. Se pourrait-il qu'elle ignorât totalement l'existence d'une autre génération de chasseurs de dragons? C'était une possibilité en tout cas. Toutefois, le plus intéressant fut lorsqu'Elena dévoila qu'elle connaissait un autre dragon slayer qui avait également perdu son dragon lors de la date fatidique. S'agissait-il de l'un de ceux que les jumeaux connaissaient déjà? À moins que ce dragon slayer soit un inconnu? Elena semblait toutefois convaincu que les dragons avaient disparu pour une bonne raison. C'était certes une possibilité. Ce n'était pas une idée partagée par Shina et Ken. Certes, ils envisageaient cette possibilité, mais la jugeaient peu probable. Après tout, les disparitions ont rarement lieu pour des raisons bénéfiques. L'expression des deux mages de Quatro Cerberus resta neutre tandis qu'Elena parlait encore et encore. Cela changea lorsqu'elle évoqua toute la souffrance qu'avaient pu subir les dragons slayers après le départ de leur dragon. Ils portèrent un regard lourd, avec une pointe de tristesse vers Elena.

Contrairement à ce que la jeune fille pouvait croire, les illusionnistes savaient ce que c'était. Après tout, ils avaient perdu leur mère alors qu'ils étaient encore très jeunes. La période de leur vie avec leur géniteur avait été particulièrement pénible. Surtout, après leur ''fusion'' beaucoup d'individus de leur village natal les considéraient comme étant des monstres. Les jumeaux laissèrent la discussion se poursuivre sans dire un mot. Lorsque Kalindra leur lança un regard désapprobateur, ils ne réagirent nullement. Ils se contentaient d'écouter pour le moment. C'était d'ailleurs intéressant, Elena prétendait rester membre de Tartaros afin de retrouver quelqu'un. Tout en cherchant à aider les victimes de Tartaros. Était-ce cependant la vérité? Cherchait-elle vraiment à nuire à Tartaros de l'intérieur? Si c'était vrai, elle devait probablement se trouver sur le fil du rasoir. Après tout, si la guilde noire découvrait la vérité, aucun doute que la dragon slayer serait rapidement éliminée. Que cela soit vrai ou non, Kalindra commença à parler et d'après ces paroles, il était clair qu'elle croyait Elena. Elle lui chuchota même quelque chose à l'oreille. Peut-être un secret ou bien annonçait-elle un plan pour l'aider à fuir. Peu importe de quoi il s'agissait, cela n'avait guère d'importance pour Shina et Ken. Si Elena voulait se sauver en courant, ils n'avaient aucune intention de la poursuivre. Quant à Nathanaël, comme il chuchota lui aussi quelque chose à Elena, il était probable que lui non plus n'avait pas envie de la capturer. Les mages de Quatro Cerberus restèrent dans le silence pendant un court moment, rassemblant leurs idées. Au bout de quelques secondes, Ken se décida à reprendre la parole et à dévoiler le fond de sa pensée.


-Appelle cette nouvelle génération des faux ou des imposteurs si cela t'enchante. Cela me laisse totalement indifférent. De toute façon, c'est l'idée de beaucoup d'individus, tu peux en être sûre. Après tout, certains préfèrent considérer que les dragons n'existent plus depuis longtemps. Ce qui est absurde selon moi. Autrement, contrairement à ce que tu crois, ma sœur et moi savons parfaitement ce que c'est que de perdre de la famille, de souffrir et d'être perçu comme étant des monstres.

On pouvait sentir dans la voix du jeune homme qu'il ne mentait pas.

-Pour ce qui est de t'arrêter, ça ne m'intéresse plus. Continue tes activités à Tartaros. Si tu dis vrai, donc que tu es différente, c'est pour le mieux. Toutefois, si tu as menti...

Alors que Ken prononçait ces paroles, Shina disparu réapparaissant derrière Elena pointant un pistolet vers l'arrière de la tête d'Elena. Tout cela grâce aux pouvoirs d'illusion de Ken.

-Disons que cela ne nous mettra pas en très bonne disposition.

Encore une fois, Ken ne mentait pas. Shina et lui étaient prêts à faire confiance à la dragon slayer pour cette fois. Cependant, si elle les trompait et qu'ils recroisaient sa route. Ils se feraient une joie de la vaincre et de faire tout leur possible pour lui trouver une cellule miteuse à la prison du conseil. Après ce petit avertissement, la borgne disparut de nouveau réapparaissant à côté de son frère. Ce dernier lâcha un léger sifflement, aussitôt Kiri tourna son regard vers son maître. Puis, tous trois s'éloignèrent marchant en direction opposée du groupe. Toutefois, ils s'arrêtèrent alors qu'ils se trouvaient à environ 10 mètres du groupe.

-Que les dragons aient disparu pour une bonne ou une mauvaise raison, il demeure que c'est anormal. Shina et moi sommes détectives à nos heures perdues. Nous évitons autant que possible de laisser nos sentiments ou nos convictions entraver notre jugement. Les dragons sont une race possédant un nombre de représentants très limité de nos jours. Alors qu'un aussi grand nombre disparaisse en même temps, c'est étrange. Qu'ils aient disparu pour une bonne ou une mauvaise raison, tu devrais te poser des questions. Pourquoi? Comment? Et bien d'autres questions encore.

C'était tout ce qu'il avait à ajouter. Le trio continua son chemin sans se retourner. Ken et Shina saluèrent du dos de la main sans se retourner. Ils avaient désormais de nouveaux éléments à leur enquête sur la disparition des dragons. Il faudrait qu'ils en parlent avec Ren.
Elena Frost

avatar

Messages : 359
Date d'inscription : 24/12/2012
Âge : 26
Guilde : Tartaros
Magie / Malédiction / CS : White Dragon Slayer

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 2.800
Statut: Mage de Rang B
Renommée : Mage Connue
MessageSujet: Re: Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)   Ven 26 Juil - 11:00





















Libre enfin


Bleu, c’était la couleur que je voyais en ce moment, celle du ciel. C’était vraiment beau. De plus les nuages qui volaient dans le ciel eux aussi apportaient une touche d’harmonie et de sérénité. Il n’y avait pas à dire, le ciel était vraiment apaisant, il allait me manquer. Je me rendis compte en le regardant que je ne profitais pas assez de la vie et regrettai de ne pas avoir pris le temps d’admirer le ciel plus souvent, trop préoccupée par mes entraînements. Quelle plaie franchement, tout ce travail pour finir en taule et dire que ma journée avait plutôt pas mal commencé. Néanmoins, je pense qu’il était temps de cesser de le regarder. C’est alors qu’au moment où je m’apprêtais à replonger mon regard dans celui des quatre autres personnes présentes qu’un oiseau passa dans le ciel. L’espace d’un instant c’était comme si le temps s’était arrêté, je n’entendais rien de plus que les battements d’ailes de l’oiseau et le vis comme au ralenti. Étrange n’est-ce pas ? Je fus d’abord surpris puis je souris. Je me disais que d’un côté, je m’étais bien amusée durant ces vingt et un ans. Je fermai les yeux et poussai un long soupir de satisfaction avant de sentir des mains sur les miennes. Ça y est, ils allaient m’arrêter.

Bizarrement, c’était des mains plutôt petites et menues, je me dis donc que ça ne pouvait être qu’une fille. C’est alors qu’en baissant la tête, je fus légèrement surprise de voir Kalindra me tenant les mains et affichant un doux sourire sur son visage. Depuis le début elle avait été très gentille avec moi et elle continuait jusqu’à la fin. Ses paroles me firent d’ailleurs chaud au cœur. Elle me dit qu’elle ne laissera jamais les autorités m’arrêter, que j’étais une honnête personne et qu’elle fera tout pour m’aider dans ma quête. Elle me demanda par la suite de rester bonne et de ne pas me laisser tenter par le mal. C’était vraiment charmant de sa part, je me contentai alors d’un merci quand elle s’approcha encore plus près de moi, de façon à me transmettre un message que moi seule entendrait. Oh ce n’était rien, elle me demandait de continuer mon super boulot d’espionne, la routi... Wait !!! Une quoi ? J’y crois pas, elle me prend pour une espionne ? Au solde de qui ? Je ne pus rien dire sur le coup mais sur mon visage on pouvait lire l’incompréhension. Décidément, j’aurais tout vu et l’imagination de cette fille était vraiment débordante. Une fois que la surprise fut passée, je voulais lui dire que je n’en étais pas une mais en regardant le sourire qu’il y avait sur son visage, je ne pouvais pas me résoudre à le faire disparaître. Je me contentai de lui sourire et de lui dire doucement que j’allais essayer de faire au mieux.

Néanmoins, ce n’était pas fini pour autant, c’était au tour de Nathanaël, jusque-là silencieux d’intervenir. À bien y repenser, il n’avait pas beaucoup parlé durant toute la durée de l’échange si ce n’est au début. Néanmoins, personne ne pourrait vraiment l’en blâmer. Les souffrances qu’il a endurées sont difficilement imaginables d’autant plus que ça ne doit pas être facile pour lui de se faire courser tous les jours avec la prime que Louis a mise sur sa tête. Toujours est-il qu’après que la mage de Lamia Scale m’ait lâchée Nathanaël vint à son tour assez proche de moi pour me parler sans y mêler les autres. Décidément parler à l’oreille d’une personne était devenu à la mode. Plus sérieusement, il me dit quelque chose d’assez sérieux ce qui changea l’expression de mon visage. Pendant qu’il parlait, mon visage souriant se couvrit peu à peu d’un mélange de surprise, de peur et de joie. Surprise parce qu’il m’expliquait les objectifs de Crime Sorcière tout en m’invitant à les rejoindre. J’avais longtemps envisagé de le faire mais j’avais peur. Cette même peur se lisait sur mon visage, celle de subir les foudres de mon master. Même s’il est vrai que je souhaite le terrasser et le livrer à la justice, il m’inspire crainte et respect et à l’heure actuelle, je ne suis pas en mesure ne serait-ce que de lui faire poser un genou au sol. Aussi, l’idée de le voir me pourchasser m’effraie. Pour finir, la joie était présente sur mon visage car je voyais que d’une certaine manière, Nathanaël m’avait pardonné et je dois dire que c’était génial que nous puissions repartir sur de nouvelles bases.  Je me contentai de lui dire que j’allais y réfléchir et qu’il serait préférable que nous nous revoyions pour en parler.

Avant de pouvoir quitter les lieux, il restait une personne qui devait parler, celle qui depuis le début semblait être la plus distante, la plus impassible, Ken. Il commença par me dire que ça lui était égal la manière dont j’appelais ces pseudos-pourfendeurs de dragons. Il ajouta que bien des gens pensaient eux-aussi qu’il ne s’agissait que d’imposteurs. Bien évidemment que ce ne sont que des pâles copies. Je me vois difficilement garder mon calme devant eux. Pour continuer, le jumeau dit que certains préfèrent considérer les dragons comme morts depuis longtemps mais ajouta que lui n’était pas d’accord avec cela. Je me posais de plus en plus de questions sur lui, je me disais aussi que je l’avais mal jugé. C’est d’ailleurs ce qu’il confirma en disant sur un ton sincère que lui et sa sœur comprenait la souffrance que c’est de perdre un être cher. À ces mots, je me dis qu’ils avaient eux aussi dû perdre leurs parents et c’est pour cela que je m’excusai à nouveau auprès d’eux.

Après ceci, il continua en disant qu’il ne souhaitait désormais plus m’arrêter ce qui donna lieu à un léger soupir de soulagement de ma part. J’allais pouvoir m’en aller, c’était sûr à présent. Il dit que si j’étais différente comme je le prétendais, ce serait pour le mieux et que par contre si je mentais. Il ne termina pas de suite sa phrase que je sentis un pistolet derrière ma tête. C’était sa sœur. Comment avait-elle fait ? Je ne l’avais ni vu ni entendu. Je n’ai pas non plus perçu de la magie ni rien. Encore plus étrange, je n’avais pas senti son odeur et je crois bien que si le pistolet n’avait pas touché ma tête, je n’aurais jamais su qu’elle se trouvait là. Pourquoi je ne sentais pas son odeur, je percevais celle de toute personne présente mais pas la sienne, pourquoi ça ? Toujours est-il que Ken finit enfin sa phrase en disant que ça ne les mettrait pas dans une bonne disposition. C’est à ce moment que Shina reparut à ses côtés. Il y avait un truc pas net. Si c’était de la téléportation j’aurais perçu une petite trace d’utilisation magique je me trompe ? Surtout au vu de notre proximité. Il est vrai que je peux me tromper mais je trouvais ça louche. De plus, elle ne s’était pas déplacée un peu vite pour une mage utilisant la téléportation ? Il y avait sûrement quelque chose là-dessous et je comptais bien percer ce mystère un jour mais pour l’heure, j’étais contente de voir que j’allais pouvoir m’en tirer et ce avant l’arrivée de chevaliers runiques.

Tandis que les jumeaux et leur lycaon s’éloignaient je remerciai à nouveau Kalindra pour ce qu’elle avait fait et précisai à Nathanaël que je souhaiterais vraiment en reparler avec lui un jour, tout en lui conseillant de ne pas traîner s’il ne voulait pas avoir affaire aux toutous du conseil. Ainsi alors que je m’apprêtai moi aussi à partir, Ken prit de nouveau la parole. Il fit un assez long monologue sur les dragons, ce qui me donnait à réfléchir. Il avait raison, pourquoi des créatures aussi majestueuses et puissantes que les dragons auraient disparu le même jour du même mois de la même année ? Et pourquoi cette date particulière ? Cela aurait-il un rapport avec le grand mage noir dont on parle dans les livres d’histoire ? Zeref ? Pendant que je réfléchissais à tout ça, j’entendis des cris de la population. Les habitants hurlaient de ne pas me laisser partir et sifflaient les trois mages officiels en leur disant qu’ils faisaient honte à leur guilde. Je me contentai de sourire et de remercier les jumeaux pour leurs informations avant de dire deux mots  à la population sur un ton ironique.



La prochaine fois, soyez plus rapides lorsque vous appellerez  les toutous du conseil d’accord ? Tcho !

Je m’en allai alors le sourire aux lèvres.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)   

Du grabuge à la Capitale Fleurie (Pv. Shina/Ken, Hayashi et Kalindra)

Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Crocus
-