Fermer le menu
Ouvrir le menu

Navigation














Partagez | 

 Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)

AuteurMessage
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Ven 10 Aoû - 16:54
Depuis quelques jours maintenant, je m'étais installé sur la plaine de l'espérance. En effet, étant habitué à ne pas toujours dormir avec un toit au-dessus de la tête, ça ne m'avait pas posé trop de problèmes d'élire domicile sur cette plaine. De plus, le coin était vraiment tranquille et sans danger si on ne cherchait pas soi-même les problèmes. Ainsi, durant mon séjour ici, j'avais pu observer des troupes de moucons se promener et manger dans las pâturages. En même temps, je n'avais pas grand chose d'autres à faire durant la journée, surtout que j'avais bien l'intention d'atteindre mon but cette fois-ci et de vérifier une bonne fois pour toute si la rumeur concernant ce lieu était plus qu'une rumeur ou non. Et oui, c'était bel et bien pour cela que je me trouvais ici. J'avais entendu dire que si je passais toute une semaine ici et que j'assistais à chaque lever et coucher de soleil durant ce temps, ça me porterait bonheur. En temps normal, bien sûr, je n'aurais jamais cherché à vérifier une bêtise pareille mais là, je n'avais plus vraiment le choix. Je commençais sérieusement à en avoir marre de me retrouver dans des histoires qui n'arrivaient qu'à moi !! Attirer les ennuis, c'était sympa au début - pas du tout en fait - mais bon, il y avait une limite à ne pas dépasser quand même ! Surtout que maintenant, j'en faisais même des cauchemars, alors qu'à la base, ce genre de truc ne me hantait pas du tout. Ce n'était plus le cas maintenant et il fallait que cela cesse. Le meilleur moyen de mettre fin à ma malchance qui me suivait depuis des années et des années était d'attirer le bonheur jusqu'à moi. Si un truc me portait bonheur, je n'aurais plus à craindre de mauvaises surprises.

Ce fut donc avec cette idée en tête que je m'étais rendu à la plaine de l'Espérance, et que j'y avais passé les trois premiers jours en observant chaque lever et coucher de soleil dans son entier. Autant d'ordinaire, je changeais souvent d'avis avant de me décider, autant là, j'avais pris ma décision assez facilement et m'étais aussitôt lancé. J'étais véritablement déterminé à y arriver: je tiendrais le restant de la semaine et ne louperais rien de ce que je devais voir. D'ailleurs, j'avais fini par en avoir mal aux yeux à force de m'empêcher de plisser les yeux pendant quelques minutes. J'avais bien trop peur de me faire avoir, encore une fois, au final pour y aller mollo. Je faisais tout ce qui était en mon pouvoir pour éviter que la malchance me frappe encore. Comment je faisais pour me réveiller avant l'aube afin d'assister quelques temps après au lever du soleil ? Ce n'était pas très compliqué en fait, je ne dormais pratiquement pas pour être sûr d'être au rendez-vous. Par contre, je me rattrapais la journée en me reposant. Je n'avais pas apporter grand chose à faire pour ce séjour de sept jours, mis à part ce que j'emportais d'habitude, c'était-à-dire, une tenue de rechange, quelques romans et mon stylo. Cette fois-ci, en plus du reste, j'avais apporté le premier chapitre du livre que je comptais bien vendre, mais la version brouillon. Il manquerait plus que je perde une précieuse partie de ce que j'avais mis des années à composer juste pour obtenir un peu de chance, surtout que ce serait un comble.

Ainsi, j'avais passé les trois premiers jours à le relire et à me rappeler de ce qui se passait ensuite pour vérifier que tout avait un lien avec la base même de l'histoire. C'était la première fois que j'écrivais quelque chose d'aussi long, j'étais donc d'autant plus stressé à l'idée que ça pourrait ne plaire à personne, ce qui serait mon pire cauchemar... Au matin du quatrième jour, je n'avais dormi que quelques heures avant de me réveiller et de m'asseoir pour observer le soleil se lever. Le spectacle terminé, je m'étais rendu compte que ça faisait un moment que je ne m'étais pas vraiment bougé. Et si je continuais comme ça, je finirais par rouiller, ce qui ne serait pas du tout une bonne chose avec tout ce qui se passait actuellement. Les guildes noirs, qui s'étaient faites discrètes pendant des années, s'étaient remises en marche, semblait-il. En tout cas, on en entendait plus parler là qu'avant. Depuis mon entrée à la guilde, j'avais estimé mes probabilités de tomber sur un mage noir à un peu plus de 0%, vu qu'on n'en parlait pas vraiment. Ce n'était plus le cas maintenant, et à tout moment, lors d'une mission, je pouvais tomber sur eux selon les modalités de celle-ci. Et il y avait les Regalias aussi. J'avais pratiquement rien compris à cet histoire d'artefacts, mais au ton employé par le maître quand il avait abordé le sujet, c'était des trucs méchamment importants et tout particulièrement dangereux en de mauvaises mains. A quoi ça ressemblait ? Qu'est-ce que ça faisait ? J'avais pas écouté cette partie du speech, bien trop compliqué à comprendre pour moi qui n'aimait pas me casser la tête...

Durant quelques heures donc, je me réveillais à l'aide d'un entraînement. Celui-ci n'avait rien de compliqué, il se composait simplement de séries de coups successifs dans le vide - puisque je n'avais pas d'adversaires à portée de main - à l'aide de mes poings, de mes pieds, et parfois de mes coudes et genoux. Mon père m'avait bien appris que chaque partie de mon corps pouvait me servir pour atteindre ma cible selon la façon dont je l'utilisais. Ainsi, un simple doigt par exemple pouvait faire très mal s'il visait un endroit non protégé par des muscles ou des os, comme les yeux ou la gorge. Néanmoins, ce n'était pas pour autant que je me battrais un jour sans me servir des meilleurs armes dont je disposais. Au début, ce que je faisais avait pour effet de me réveiller complètement, mais au bout d'un moment, je ne faisais que me fatiguer, si bien que je décidai de m'arrêter. Expirant à fond, je me rassis sur l'herbe pour récupérer. Quelle heure était-il ? Aucune idée, cette remise en forme m'avait fait perdre la notion du temps. Bien sûr, le soleil haut dans le ciel me permettait de savoir que j'avais encore du temps devant moi. En attendant, j'allais devoir me trouver une nouvelle occupation. Mais laquelle ?

Hmm... C'est quoi ce bruit ? Il semblait que je n'étais plus seul sur cette plaine. Comment je savais que ce n'était pas des moucons ou autre ? Parce que ce n'était pas un bruit qui n'avait aucun sens, c'était des voix que j'entendais. Je tournai donc la tête en direction du bruit et découvris deux silhouettes qui avançaient vers moi. Ne sachant pas qui ils étaient, je choisis de rester assis jusqu'à ce qu'ils arrivent. Je supposais qu'en restant assis avec un roman à la main - même si je faisais semblant de le lire là - me donnerait l'air suffisamment innocent pour que ces personnes, si tel était leur objectif de base, ne m'attaquent pas sans réfléchir un minimum avant. Quand ils arrivèrent à mon niveau, je levai mon regard vers eux, agitai le bras en l'air pour qu'on me voit bien, et dit:

"Hey ! Bonjour ! - j'ajoutai ensuite avec un petit sourire - Vous vous êtes perdus ?"

Oui, ma question était stupide. Quel imbécile était capable de se perdre sur une plaine alors qu'il lui suffisait de regarder autour de lui pour voir les montagnes d'un côté (Fiore centre), les montagnes d'un autre côté (Fiore Ouest), et les énormes nuages noirs derrière qui recouvraient constamment ma ville natale, Hydralia. En bref, selon l'endroit où l'on voulait aller, se repérer n'avait franchement rien de compliqué. Mais qu'en était-il de ces inconnus, pas forcément si inconnu que ça en fait, surtout le plus petit des deux... Où est-ce que j'avais bien pu le voir ?
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Sam 11 Aoû - 16:20
    « Comment on s’est retrouvé la… ? » Les sourcils froncés, le regard sévère, Alandro fusillait du regard la carte qu’il tenait devant lui, dans ses mains. Confus, le maître de Fairy Tail bougea le grand bout de papier dans tous les sens non sans incliner sa tête vers la gauche puis vers la droite. « Je veux dire, ça ne ressemble pas du tout aux marécages de la putréfaction, ça… » Continua à marmonner le jeune blond en regardant autour de lui. Toujours habillé de la même manière, le presque trentenaire portait sur son dos un grand sac lui donnant presque un petit côté Scout.

    Il y avait exactement deux jours, El Colonello s’était mis à l’idée de rencontrer quelques maîtres de guilde pour discuter de choses à l’importance capitale. Mais plutôt que de se rassembler quelque part au risque d’attiser la curiosité des guildes sombres, Pampers décida d’aller directement voir ses homologues, chez eux. Quelle brillante idée n’est-ce pas ? Accompagné de Yue qui n’acceptait pas de voir Bébé-chan partir tout seul à l’aventure, au vu des dangers qui le guettaient, les deux mages de la maison des Fées quittèrent Magnolia en direction de Lamia Scale, dont le siège se trouvait quelque part dans un désert au sud-ouest de la région Est. Après avoir traversé une plaine dans une diligence empruntée à l’écurie de leur ville, ils durent parcourir le reste du chemin à pied, n’ayant trouvé nulle part des chameaux, dromadaires ou lamas. Et ils avancèrent tout droit, en hâte, pour éviter de passer ne serait-ce qu’une seule nuit dans la froideur du pays du sable.

    Mais tout ne se passait pas comme ils avaient prévu. Après avoir rencontré quelques Ver des Sables qu’ils préfèrent fuir plutôt que d’affronter, et alors qu’ils avaient essentiellement avancé tout droit comme il était indiqué sur la carte qu’on lui avait donné, le guerrier au sourire angélique et le tireur d’élite aux allures de bébé se retrouvèrent au milieu d’une zone toute verte. Ce qui semblait être aux premiers abords un oasis devint une plaine dont la verdure s’étendait à perte de vue, sur des kilomètres à la ronde. Les seuls habitants étant des animaux calmes et dociles, impossible de leur demander le chemin. Les plaines de l’espérance étaient pour sur un endroit magnifique, à l’atmosphère unique. Et les rumeurs autour de celles-ci étaient devenues avec le temps une légende connue dans le Royaume de Fiore. Mais ce n’était pas vraiment là qu’ils voulaient aller…

    « Yue, la prochaine fois que l’envie me prend de voyager et d’aller Dieu sait où, attache moi à une corde et enferme moi dans la cave… » Soupira le jeune maître en regardant à nouveau la carte, avant d’essayer de se repérer grâce aux indicateurs naturels. La prochaine fois, il enverra simplement un courrier recommandé… Quelques coups de plumes, un message codé, une belle enveloppe et le tour était joué. Le pire dans l’histoire étant qu’il avait préparé la lettre et l’enveloppe.

    « J’espère que les autres feront pas de bêtise pendant notre absence… » L’ancien Agent du Conseil était d’un naturel pensif. La dernière fois qu’il avait quitté la région, sa ville et sa guilde, celle-ci fut attaquée par un type avec qui il partageait le même prénom. Ce qu’il craignait aujourd’hui, c’est que les membres de Fairy Tail – un peu foufou de nature et dont le penchant pour la destruction était indéfinissable – fassent sauter une ville. Au vu de leurs façons d’être, ce n’était pas impossible. Ethan et Aoyuki, si vous m’entendez…

    « Je devrais investir dans un moyen de transport plus moderne. Peut-être qu’un jour, on pourra communiquer instantanément d’un endroit à un autre en passant par une sorte de relais ou boîte. » Etait-il trop vieux pour ces c… choses ? Le bonhomme marchait tout droit, à moitié sûr que c’était par là le chemin à suivre. Mais son attention se dirigea vers un jeune homme qui, assit au loin, semblait tuer le temps de la plus intelligente des manières possibles : Ne rien faire. Yue et Alandro avaient beau s’approcher du jeune homme car il était sur le chemin, lui parler n’était pas son intention première. Mais quand ce dernier leva sa main et agita son bras dans tous les sens, les deux magiciens ne pouvaient plus vraiment l’ignorer. « Il est bizarre son chapeau… » Murmura Coronado à son compagnon avant de, finalement, s’avancer vers Tobias.

    « Bonjour ! Non non, pas perdu. » Le jeune maître s’arrêta un instant, son cerveau s’attelant à chercher une excuse à la vitesse de la lumière ; « On se baladait. Mais on ne peut pas rester longtemps ici, on a un message à transmettre à…. » Il s’arrêta, arqua un sourcil et se tourna vers son compagnon de route et d’infortune ; « Sinon on peut rentrer et envoyer un courrier. Le siège de Lamia Scale n’est vraiment pas à l’endroit le plus accessible… »
Yue Hikaru
Yami no SenshiYami no Senshi

avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 27/09/2011
Âge : 27
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Dark – Make / Création des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Dim 12 Aoû - 1:05
On dit souvent que les filles n’ont pas le sens de l’orientation… Et bien la preuve que les garçons c’est la même chose. Yue avait insisté lourdement pour accompagner Bébé-chan jusqu’au siège de Lamia Scale. Bien sûr, il faisait confiance au Maître, mais il avait décidé de venir avec lui, désirant veiller sur l’homme à l’apparence d’enfant. Ils avaient fait un long chemin pour arriver à leur destination, mais… Apparemment, ils avaient fait erreur. Le blondinet regardait la carte dans tous les sens pour savoir comment ils s’y étaient pris pour se retrouver au beau milieu de la Plaine de l’Espérance. Incroyable, n’est-ce pas ? Il ne valait mieux pas demander au gamin à la chevelure brune, il ne saurait que répondre si ce n’est un "Hein ?" tout innocent avec un large sourire en prime. El Colonello pensait tout haut, signalant que l’endroit où ils se trouvaient actuellement, ce n’était pas les Marécages de la Putréfaction. Non, c’est vrai. En tout cas, c’était un paysage fort plus plaisant à regarder et au moins, ils n’auraient pas à se salir et à sentir des odeurs nauséabondes. D’ailleurs, s’ils s’étaient retrouvés là-bas, le dénommé Hikaru n’aurait jamais laissé Alandro s’enliser dans cet amas de boue. Au risque de se retrouver bloqué sans pouvoir en sortir, sûrement pas !

C’était pour cela que le Guerrier des Ténèbres avait fait presque tout un foin pour rester avec lui durant tout le trajet. Au moins, il pourrait veiller sur lui en cas de problème. On était plus fort à deux qu’en étant tout seul. Même si l’adolescent voulait se débrouiller par lui-même, il savait que sa véritable force venait de ses amis, de tous ceux de Fairy Tail. Sans eux, il n’avait pas vraiment l’impression d’être un véritable mage. Maintenant qu’il se trouvait loin de la guilde, l’ambiance n’était pas du tout la même en compagnie du tireur d’élite. Oh, cela ne l’empêchait pas de s’amuser aussi, mais il gardait quand même un peu de sérieux avec lui pour ne pas paraître trop idiote à ses côtés. Il se retenait surtout de faire l’andouille pour ne pas se faire réprimander à tout bout de chant. Même si… Il n’écoutait pas souvent ce qu’on lui disait, étant plus têtu qu’une mule. Et au final, on lui donnait une claque derrière la tête ou on le réprimandait… Ou alors il se recevait une décharge de la part d’Ethan, si ce n’était pas quelqu’un d’autre qui l’envoyait valser plusieurs mètres avant de s’écraser par terre ou contre un objet quelconque. Le Maître s’adressa à son cadet, lui demandant que la prochaine fois si l’envie le prenait de voyager – si prochaine fois il y avait, bien entendu – il devait l’attacher et l’enfermer dans la cave. La réaction du concerné ne se fit pas attendre.


"Heiiiiiin ? Tu n’y penses même pas ? Jamais je ne ferais une chose pareille !"


Le jour où le mage pratiquant la Yami no Mahô accomplirait une telle prouesse, se serait parce qu’il aurait totalement pété les plombs ! Câliner le grand chef, ça passait encore. Le porter sous sa forme d’enfant et lui donner des surnoms, c’était correct. Mais oser faire du mal au dénommé Coronado… Hors de question ! D’ailleurs, vous aurez sûrement remarqué que Yue le tutoie. Ce n’était pas par manque de respect, bien au contraire, il a une très grande estime pour cet homme. C’est seulement une très grande marque d’affection. Il parle de manière familière comme s’il s’agissait d’un grand-frère, mais garde toujours un très grand respect en son encontre. Il ne se permettrait pas de s’exprimer d’une façon grossière, gardant une certaine notion de politesse avec quiconque. Bref, passons… Le gamin écoutait ce que racontait son aîné, ne répondant rien quand il l’entendait parler des autres membres de la guilde. Il se retenait de rire, faisant un large sourire qui montrait à quel point que le Maître s’induisait en erreur. Les autres qui ne faisaient aucune bêtise ? Voilà une belle chimère que faisait Bébé-chan ! Il y avait toujours quelque chose qui était cassé ou totalement démoli dans la taverne. Alors, penser qu’ils seraient sages comme des images… Pffffff… La bonne blague !

Le surnommé Yami no Senshi resserrait un peu plus son sac à dos et suivait le petit être qui se déplaçait parmi les herbes hautes. On aurait pu penser à une véritable jungle pour le blondinet. Comme s’y retrouvait-il d’ailleurs ? Ce n’était pas qu’avec le soleil qu’il arriverait à se situer. Peut-être qu’il devrait gagner un peu plus en hauteur, non ? Le petit brun n’osa pas le soulever pour le porter sur ses épaules, ne voulant pas l’agacer un peu plus qu’il ne l’était déjà. Essayer de retrouver son chemin, c’était déjà suffisamment pénible alors en plus venir le perturber dans ses réflexions… Il ne valait mieux pas finalement. Il aurait voulu l’aider de son mieux, mais n’étant pas un professionnel du repérage des différents lieux de Fiore, c’était peine perdue avec lui. Pas qu’il était mauvais en sens de l’orientation, c’est que… Ben en fait si, quelque part, il était carrément nul dans ce domaine ! Aujourd’hui en tout cas. Il avait une flemme d’enfer pour tenter de trouver le bon trajet à suivre alors il ne réfléchissait absolument pas. Il se contentait donc de suivre en prenant soin tout de même de garder une certaine vigilance au cas où on viendrait les surprendre. C’est alors qu’en avançant, ils s’aperçurent plus loin qu’une personne était assise et leur faisait des signes de la main. Le chef murmura quelque chose à son partenaire, ce dernier plissant les yeux, évitant de rire.


"Je suis sûr qu’il t’irait bien, Bébé-chan !"


Ces mots avaient été prononcés de manière à ce que seul Alandro puisse l’entendre. Le dénommé Hikaru tentait de rester le plus sérieux possible. Evidemment, le sourire qu’il arborait sur son faciès était pour le moins très… Idiot ! Plus que d’habitude. Pour éviter toute complication ou même vexer l’inconnu, il se mordait la main discrètement en faisant style qu’il regardait derrière lui pour contempler l’horizon. Une fois que les deux hommes s’étaient salués, il reprit vite son calme et en fit de même en affichant une expression beaucoup plus sincère, plus naturelle surtout. Quand leur interlocuteur demanda s’ils s’étaient perdus, le tireur d’élite disait que ce n’était pas le cas. Ne pas rigoler… Ne pas rigoler… Ne pas rigoler… Penser à quelque chose de désagréable… Ne pas pouvoir manger ce soir ! Noooooooon !!! Maintenant qu’il pensait nourriture, il sentait son estomac commencer à rechigner. C’est malin ça ! Mais il n’eut pas le temps de vraiment écouter son ventre qu’El Colonello se retournait vers lui pour lui dire ce qu’ils comptaient faire et ce n’était pas une si mauvaise idée d’ailleurs : retourner sur leurs pas ! Pourquoi se fatiguer alors que le Maître pouvait envoyer du courrier ? Quelle riche idée ! Même s’ils avaient vu un peu du pays, c’était plus sécurisant de rester sur place et de faire passer le message.

"Je suis de ton avis ! Mais avant…"

Un grognement assourdissant retentissait du bidon de l’adolescent. C’était l’heure de déjeuner ! Il devait impérativement reprendre des forces pour être au top de sa forme. Il scrutait la grande étendue verte et braqua ses prunelles bleues vers des animaux qui broutaient tranquillement. Il s’agissait de Moucon. Des espèces de gros moutons bien dodus qui avaient la réputation d’être très con. Un léger filet de bave coulait des lèvres du jeune homme qui salivait par avance d’une bonne viande bien cuite. La tentation était vraiment forte et il faisait de son mieux pour ne pas courir vers une de ces bestioles pour la chasser. Le problème, c’est que le Moucon fonçait droit devant lui jusqu’à ce qu’un obstacle l’arrête. Or, le mage des Ténèbres ne tenait pas à faire office de mur… En revanche, il pouvait en créer un s’il le voulait. Pratique la Zôken Mahô, pas vrai ? Mais était-ce vraiment raisonnable de se laisser tenter de cette manière ? En tout cas, il était prêt pour aller à la chasse… Il se tapissait dans l’herbe, tel un prédateur qui traquait sur sa proie. Seul le haut de sa tête dépassait et ses yeux étaient rivés sur l’animal qui n’avait absolument rien demandé. Une véritable jungle où la nourriture était la seule chance de salue pour ce drôle d’énergumène.

"Je suis prêt Master !"

Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Lun 13 Aoû - 0:12
Tranquillement installé sur l'herbe à ne rien faire en attendant le prochain coucher de soleil, j'avais commencé à entendre du bruit non loin de là où j'étais. Naturellement, j'avais tendu l'oreille et tenté de savoir ce qui était à l'origine de ces sons. En tournant la tête, j'avais alors vu deux personnes, un enfant blond et un adolescent brun, qui marchaient dans ma direction. Ne sachant pas s'ils me voulaient quelque chose ou si c'était un simple hasard qu'ils me croisent sur leur route, j'avais préféré me préparer à toute éventualité. Attrapant l'un de mes romans préférés que j'apportais toujours avec moi lorsque j'étais en voyage, je l'ouvris à une page - le milieu du livre, comme de par hasard - et fis semblant de le lire en attendant qu'ils arrivent à ma hauteur. Il était normal de se demander pourquoi je jouais une telle comédie juste parce qu'on s'approchait de moi. La raison était pourtant assez facile à deviner. Je ne connaissais pas leurs intentions, et si ça se trouvait, ils en avaient à mon encontre. Si tel était le cas, je ne savais pas si celles-ci étaient bonnes ou mauvaises. Tout ce que je savais, c'était que je ne devais pas me fier aux apparences. Les jeunes de nos jours étaient bien plus dangereux qu'ils ne l'étaient avant. Et ce n'était pas parce qu'ils ressemblaient à un jeune adolescent et à un enfant qu'ils étaient forcément ce qu'ils semblaient être. Après tout, de nombreux mages étaient capables de changer d'apparence sur commande, qui pouvait me garantir que ce n'était pas leur cas ?

Au fur et à mesure qu'ils approchaient en tout cas, je pus les détailler un peu plus, et ce qui me frappa en premier fut l'impression que des deux, c'était le petit blond qui dominait. Dans chaque groupe, il y avait le meneur et les suiveurs, qui avaient toujours d'excellentes raisons de suivre le leader. Dans celui-ci, le brun était le suiveur. A quoi je le voyais ? Il marchait un peu en retrait par rapport au blond, qui fut d'ailleurs le premier à répondre à mon salut. L'autre faisait une drôle de tête... Il se mordait la main pour une raison qui m'était inconnue et regardait derrière lui quelque chose que je ne voyais pas. Si ça se trouvait, il vérifiait juste qu'il n'y avait pas de témoins afin de pouvoir me dépouiller sans faire d'histoire. Enfin bref, il finit par se retourner et me salua silencieusement, je me concentrai alors sur le blondinet quand celui-ci répondit à ma question. Et oui, en les voyant comme ça sur cette plaine alors qu'il n'y avait rien ni personne - à part moi - dans les environs, j'avais supposé qu'ils avaient pu se perdre, ou plutôt, j'avais posé cette question en guise de prétexte pour leur adresser la parole. Je m'ennuyais beaucoup ici. Un peu de compagnie ne me ferait pas de mal, et m'aiderait à passer le temps bien plus rapidement que si je restais assis là à compter les moucons !! Et puis, discuter avec eux pourrait se révéler intéressant, non ? Au vu de l'énorme sac que portait l'enfant, ils avaient dû entreprendre un long voyage, et s'ils étaient bien perdus, comme je le pensais, ils devaient avoir des trucs intéressants à raconter. Dans le pire des cas, ils pourraient toujours me demander de les aider à rejoindre leur destination.

Et bien non, ce n'était pas ce qui allait se passer. D'après celui qui tenait la carte, ils n'étaient pas perdus. Hmm... Pourquoi l'autre avait l'air de lutter contre quelque chose alors ? Il tremblait légèrement, surtout au niveau du visage, comme lorsque l'on s'empêchait de rire de toutes ses forces. Mouais, je devais me tromper, car l'expression du brun était plus neutre que neutre. Et de là où j'étais, je ne pouvais pas jurer que je l'avais vu trembler. J'avais une bonne vue, mais pas une super vision capable de voir les micros détails du visage à l'oeil nu. J'étais encore humain. Sortant de mes réflexions, j'écoutai la suite de ce qu'on avait à me dire. Alors comme ça, ils se baladaient ? Cela se tenait comme excuse. Une petite promenade sur la plaine de l'espérance, il n'y avait rien de mieux, c'était clair. Il faisait toujours beau ici, contrairement à Hydralia, ma ville natale, ou la pluie ne cessait jamais. Dommage, ils ne pouvaient pas rester longtemps car ils avaient un truc à faire: un message à transmettre à quelqu'un. Qui ? Aucune idée, il ne l'avait pas dit, et de toutes les façons, j'étais un total inconnu pour lui, il n'avait pas que ça à faire non plus. En plus, il était fort probable que je ne connaisse pas la personne qui devait recevoir son message, tout comme il était possible que je ne revois plus jamais ces jeunes garçons.

Me faisant à cette idée, je n'écoutai que d'une oreille distraite ce qu'il dit à son compagnon de route. Je ne réagis que lorsque le nom de ma guilde fut prononcé. Comment connaissait-il Lamia Scale ? Bon d'accord, ma question était complètement débile sur ce coup-là. Tout le monde connaissait ma guilde dans Fiore, et pas uniquement les mages, donc ça n'avait rien d'étonnant ça. Ce qui m'intriguait vraiment, c'était la raison pour laquelle lui, un enfant, désirait envoyer un courrier au QG de ma guilde... Si ça se trouvait, ils étaient fans d'un mage de là-bas. C'était possible, non ? Quel fan n'aurait pas le courage de parcourir le royaume de Fiore pour envoyer un message à son idole ? Aucun. Et ces deux-là ne devaient pas faire exception. Ce qui me fit rire par contre, c'est quand il ajouta que le siège de ma guilde n'était pas l'endroit le plus accessible. Je savais bien qu'ils étaient perdus. Et, à en juger par la direction qu'ils s'apprêtaient à prendre, ils pouvaient s'estimer heureux de m'être tombés dessus... En continuant tout droit comme ils avaient prévu de le faire avant que je ne leur demande s'ils étaient perdus, ils se seraient retrouvés à l'opposé de Lamia Scale !! Là au moins, ils avaient eu la chance - certains en avaient, ce n'était pas un mythe - de tomber sur moi qui appartenait justement à cette guilde. Néanmoins, ce n'était pas pour autant que je les y conduirais. La petit blond me disait quelque chose. Le truc, c'était que je ne me souvenais plus de l'endroit où j'avais pu le voir... Et tant que je ne l'aurais pas identifié, il n'était pas question que je le mène là où il désirait aller.

Le brun prit alors la parole, approuvant la nouvelle décision de son camarade, avant de se préparer à quelque chose semblait-il. Un grognement, partant de son ventre, ou plutôt son estomac, m'apprit qu'il avait l'intention de manger avant de reprendre la route. Il avait faim en tout cas, et pas qu'un peu vu que j'avais moi-même entendu son estomac crier famine... Hmm, qu'est-ce qu'il regardait avec cette lueur dans le regard ? Les moucons ? Rôti de moucon sur la plaine de l'espérance. Cela sonnait plutôt bien. S'il tenait tant que ça à en manger, je ne l'en empêcherais pas. J'avais d'autres chats à fouetter. Par contre, je le trouvais bizarre: il se prenait pour un animal ou quoi ? Pourquoi se planquait-il dans l'herbe ? L'observant bien attentivement pour voir ce qu'il comptait faire, je sursautai quand il appela le petit blond Master !! Je me relevai d'un coup et fus debout en moins d'une seconde !! Pourquoi ? C'était un simple réflexe.

"Master ? - j'avais du mal à y croire, mais ça expliquait au moins pourquoi sa tête me disait quelque chose - Mais oui !! Vous êtes le maître de Fairy Tail, c'est ça ? - après avoir remis mon béret en place, je lui tendis la main, dans l'intention de serrer la sienne, et me présentai dans les règles - Tobias Grant, mage de Lamia Scale. Honoré de faire votre connaissance."

Maintenant que je l'avais reconnu, j'étais rassuré en quelque sorte. Je savais maintenant qu'ils n'avaient pas l'intention de me dépouiller ou autre. Fairy Tail était réputé pour tout détruire sur son passage mais n'avait pas du tout un mauvais fond. Cette guilde était juste très dynamique en fait, voire hyperactive... Quoiqu'il en soit, j'étais vraiment ravi de rencontrer enfin le maître de cette guilde. Je m'étais toujours dit qu'il faudrait que je rencontre un jour les personnes capables de rivaliser avec mon Master. Qui des deux étaient le plus puissant ? Je n'en savais rien du tout, je ne connaissais pas les capacités de l'enfant qui se tenait devait moi. D'ailleurs, maintenant que j'y pensais. Comment un enfant de son âge pouvait-il diriger une guilde ? Soit c'était le plus génie des génies et avait vraiment l'âge que son apparence suggérait, soit il avait adopté cette taille de son plein gré. J'espérais que la réponse était la seconde option, car il ne serait pas facile de respecter un enfant de son âge, aussi puissant qu'il soit. Au moins, je pouvais lui indiquer la route à suivre pour rejoindre le siège de ma guilde. Il ne serait donc pas obligé de rebrousser chemin pour ensuite envoyer un courrier. Ou alors, il pouvait carrément me remettre le message - écrit de préférence parce que je zapperais les trois quarts sinon - et je le livrerais à son destinataire pour lui.

"Si j'ai bien compris, vous avez un message pour ma guilde. Je pourrais peut-être vous aider à le transmettre. Qu'en pensez-vous ? - m'adressant alors à son compagnon de route, je lui posai une question - Au fait, je pourrais savoir à quoi tu joues ?"

En attendant leur réponse, je l'observais du coin de l'oeil et commençai à me demander quel genre de magie ils utilisaient...Telle était la question que je me posais actuellement. Celle du blond devait être maîtrisée à la perfection par celui-ci, et si ça se trouvait, il en utilisait plus d'une. Quant au brun, il était jeune, et je doutais qu'il soit lui aussi capable de changer d'apparence sur commande. Par contre, je n'avais aucun moyen de connaître son niveau, il pouvait être plus faible que moi comme il pouvait m'être supérieur. Cela ne m'étonnerait pas d'ailleurs, j'avais encore un long chemin à faire avant d'égaler les plus grands mages du Royaume.
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Mar 14 Aoû - 2:41
    Déléguer les tâches. En écoutant les conseils de certains de ses homologues, le maître de Fairy Tail en était venu à penser que, « déléguer les tâches » étaient les trois plus beaux mots de la langue Française. Pourquoi se fatiguer alors qu’il y avait un paquet d’individus, davantage motivés et plus volontaires que quiconque pour le faire à sa place ? Alandro, lui, ne le faisait pas ; Pas à cause d’un manque de confiance envers ses proches, mais plus par crainte de leur apporter des problèmes. Mais en se retrouvant dans une telle situation, le jeune maître commença à se poser des questions. Peut-être aurait-il dû envoyer Yue tout seul au casse-pipe. D’autant plus que le jeune homme était capable de se débrouiller mieux que beaucoup d’autres. « Si je te le demande, ce sera un ordre plus qu’une requête, Yue » Ajouta simplement le blondinet lorsque le Prince des ténèbres répondit par la négative à sa demande. L’ancien Agent était très attaché aux membres de sa guilde et son lien avec l’adolescent, arrivé très tôt dans cette grande famille, était très fort. Il ne détestait pas le fait que les autres lui tutoient. Mais Hikaru était bien le seul à pouvoir l’appeler Bébé-chan. Le seul à avoir ce courage, d’ailleurs.

    Il y avait une légende sur cette plaine. Une légende qui, chaque année, attirait des centaines de civils ou magiciens. Voir se lever sept couchers ou lever du soleil apportait chance ou bonheur, ou quelque chose allant dans ce sens. Coronado avait beau être quelqu’un de très terre à terre, il savait qu’il ne pouvait y avoir de fumée sans feu. Pour lui, cette légende n’était que l’éloge de la persévérance dont il pourrait citer dizaines et dizaines de citations. C’est pour cela que voir quelqu’un, assit ici en attendant le coucher du soleil ne l’étonnait pas. La seule chose qui le surprit fut le chapeau de cet illustre inconnu portait, à la forme exotique et bizarre. Son murmure et le ricanement de l’adolescent allaient effectivement dans ce sens. Ils s’approchèrent de lui, non sans remarquer la petite pincée de suspicion de l’amateur de roman. Ils se firent signe, comme il était coutume chez les personnes civilisées, avant que le ventre de Yue vienne se mêler et bloquer le début de conversation. Et comme attiré par la viande encore fraiche des moucons vivants, il se cacha dans les hautes herbes à l’image des prédateurs, pour s’élancer vers sa proie.

    « Fait toi plaisir Yue. Ça fait un moment qu’on n’a pas mangé, après tout. Je prépare les ustensiles. » Lança simplement le Master en posant son énorme sac par terre avant de commencer à fouiller à l’intérieur de celui-ci. Il n’eut le temps de sortir que quelques outils avant que l’homme au chapeau bizarre, surpris comme jamais, sursauta par réflexe. Alandro se tourna vers cet homme qui, sans crier garde, se mit à le saluer avec toute la politesse du monde. Le maître des fées attrapa la main de son interlocuteur avec sourire, par respect, alors qu’il aurait pu grincer les dents. Etait-il plus intelligent de cacher son identité que de le révéler ? De toute manière, Yue avait lâché le morceau sans le vouloir en l’appelant par son titre. Le presque trentenaire était pourtant quelqu’un d’humble. Quelqu’un qui préférait davantage qu’on l’appelle Aniki que Master. Mais ce n’étaient là que des titres et ne dépendait pas forcément de lui.

    « Enchanté, Tobias Grant. C’est un heureux hasard de tomber sur un membre de votre guilde ici. Je suis Alandro Coronado, de Fairy Tail. Et ce garçon se nomme Yue Hikaru » Fit El Colonello avec sourire, en désignant d’un petit regard le jeune homme derrière lui. Il continua à sortir de son sac à dos des ustensiles, allant d’un chaudron à des assiettes. La question de commencer cuisiner ne se posait pas, tout étant bon dans le moucon. Non sans quitter du regard l’homme au béret qui proposa finalement une très bonne idée. Le maître des fées s’arrêta dans ce qu’il faisait et se mit à réfléchir, en regardant du haut de sa cinquantaine de centimètres le membre de Lamia Scale. « C’est une idée, effectivement… » Marmonna le blondinet. Mais pouvait-il faire confiance à cet homme ? N’importe qui aurait pu dire qu’il appartenait à cette guilde après avoir entendu les mots du jeune maître. Et les menteurs n’étaient pas la plus rare des espèces dans ce Royaume. S’il ne faisait que se fier à son instinct, Alandro pourrait croire au bonhomme aux cheveux mi-longs. Ses yeux, sa voix, rien ne laissait penser qu’il jouait des mots. Mais l’histoire avait déjà prouvé que son sixième sens était loin d’être infaillible.

    « Tobias Grant, c’est ça ? Votre nom me dit vachement quelque chose… Voulez-vous partager un repas avec nous ? Peut-être pourrions-nous faire plus ample connaissance. » Et prouvez que vous n’êtes pas un pauvre menteur, en même temps.

    [Désolé pour le post, je n’ai pas été capable de faire beaucoup avancer les choses. J’avoue ne pas être très très inspiré…]
Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Mer 15 Aoû - 17:03
Si les Fées avaient l’intention d’attraper un seul moucon pour en faire leur déjeuner, elles se trompaient largement sur le sujet. Dès qu’ils ressentirent la présence des mages près d‘eux, leur mauvais caractère prit le dessus et ils chargèrent d’un même ensemble en ligne droite. Leur intelligence n’étant pas très élevée, ils se dirigèrent vers les trois mages sans distinguer le chasseur des deux autres.

================

Intervention Game Master: Charge d’une quinzaine de moucons [600 PM chacun].
Yue Hikaru
Yami no SenshiYami no Senshi

avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 27/09/2011
Âge : 27
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Dark – Make / Création des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Ven 17 Aoû - 0:24
Avant que les deux mages de Fairy Tail ne fassent la rencontre de Tobias, Alandro avait répondu à la réplique négative de Yue quand ce dernier parlait de l’attacher et de l’enfermer pour éviter qu’il fasse des voyages comme celui-ci. L’adolescent ne se serait jamais attendu à ce qu’il lui dise qu’il s’agissait d’un ordre et non d’une requête. Noooooooon !!!! Bébé-chan, c’est de la triche !!!! Il le savait en plus qu’il ne désobéissait jamais à un ordre quel qu’il soit. Cela déprimait un peu le pratiquant de la Zôken Mahô qui ne faisait plus aucun commentaire là-dessus. A quoi bon répliquer ? D’une part, se serait très impoli et d’autre part, il aurait tort. C’était comme ça et puis voilà. Il se contenta donc de rester silencieux et de continuer sa route avec le blondinet sans remuer les lèvres une seule fois. Faire la conversation sur ce genre de sujet, ce n’était pas tellement son fort, il fallait l’avouer. Il émit un bâillement et s’étira de tout son long pour ne pas que ses muscles s’endorment. Il avait besoin de se défouler un peu. Marcher à un rythme normal ne lui plaisait pas des masses. Mais courir aurait paru suspect s’ils avaient rencontré d’autres personnes en chemin. Et puis… Cela aurait été assez comique de voir le Maître courir avec ses petites jambes dans les hautes herbes. Rien qu’à cette idée, le gamin fit un sourire totalement stupide, pour ne pas dire qu’il affichait une tête d’abruti fini. Mais n’empêche… Si après il se cassait la figure… Ne pas se marrer… Ne pas se marrer… Ne pas se marrer…

Il n’eut pas trop l’occasion de le faire puisqu’ils rencontrèrent une personne assise en train de lire. La remarque qu’avait faite El Colonello aurait pu faire éclater de rire, mais comme dit précédemment, il mordait sa main pour éviter justement de le faire au risque de vexer l’inconnu au béret. D’ailleurs, ils n’avaient fait qu’un très bref échange dans la discussion. Comme c’était l’heure du repas, le dénommé Hikaru en avait profité pour repérer l’animal qui servirait de repas. Quoi de mieux qu’un Moucon ? Il s’était mis en position, mais attendait le feu vert de Bébé-chan pour éviter de faire une boulette qui risquait fort de le déplaire. En parlant de bêtise… En ayant dit "Master", cela avait mis la puce à l’oreille de l’inconnu qui se présenta de manière plus formelle en sachant l’identité du blondinet. Oups… Bavure ! Il n’avait pas fait exprès, cela lui avait échappé. Tant pis, ce n’était pas comme s’ils avaient rencontré un mage noir. Enfin, il l’espérait, mais apparemment, il s’agissait d’un membre de Lamia Scale qui se nommait Tobias Grant. Ce dernier s’était levé d’un coup pour venir serrer la main de Coronado, lui proposant de l’aider pour transmettre un message. Très aimable à lui, il fallait le reconnaître. Pourtant, on sentait que l’enfant restait assez méfiant. Quoi de plus normal, on pouvait tomber sur n’importe qui sans savoir sa véritable identité.

Pendant que le petit homme préparait tout ce qu’il fallait pour le repas après avoir donné son accord, à savoir les couverts et autres ustensiles pour faire cuir la viande, le prénommé Tobias lui demanda à quoi il jouait. Ben… Il allait chasser. Cela ne se voyait pas ? Il fallait être totalement aveugle pour ne pas se rendre compte qu’il zieutait les gros Moucons à la laine blanche qui broutaient paisiblement l’herbe grasse de la plaine. Et aussi, être totalement sourd pour ne pas entendre les grognements intempestifs de son estomac qui réclamait sa pitance toutes les minutes. Ses yeux bleus se tournèrent vers le curieux de service et émit un soupir. Il montra du doigt vers l’un des animaux qui se trouvaient à plusieurs centaines de mètres de là et posa son index sur sa bouche pour lui demander de faire silence. Après tout, c’était lui qui allait rapporter le déjeuner, pas lui. Même si cela ne lui plaisait pas vraiment de tuer des animaux, c’était une nécessité pour se nourrir. Les tueries gratuites, ce n’était pas son genre. Comme Alandro discutait encore avec cet étrange mage, cela lui permettait d’être plus concentré sur sa tâche de chasseur. Pourtant, les choses n’allaient pas se dérouler comme prévu et même loin de là. Vous allez comprendre pourquoi.

En effet, jamais le Soldat des Ténèbres n’aurait pensé une seule seconde que ce qui allait arriver tournerait au désastre. Il n’avait pas fait le moindre geste pour s’approcher de sa proie que le drame se produisit en l’espace de quelques instants. Les Moucons avaient repéré les trois garçons et c’était tous donné le mot, se tournant dans la direction des mages, commençant à taper le sol de leurs pattes. En à peine deux à trois minutes, une bonne quinzaine de Moucons leur fonçaient dessus sans chercher à savoir lequel d’entre eux serait le plus dangereux ou non. Celui que l’on surnomme Yami no Senshi plissa les yeux, se demandant s’il ne rêvait pas. Petit à petit, son visage se décomposa et bredouilla quelque chose sans grand succès. Il tourna la tête plusieurs fois vers les deux autres, ses prunelles écarquillées par la surprise.


"Je… Je crois qu’on a un problème là… Et un gros… UN TROUPEAU DE MOUCONS NOUS FONCE DESSUS !!!!"


Cette fois-ci, l’idée de vouloir manger s’était totalement envolée. Maintenant, il fallait survivre à un piétinement imminent d’un grand nombre de bestioles en furie. C’était parfaitement inutile de se cacher puisqu’ils avaient été repérés. Comment ils avaient réussi ? L’odeur ? Ou alors ils les avaient vus tout simple ? A moins d’avoir senti les ondes venant de Yue qui voulait se faire une joie de chasser l’un des leurs pour le bouffer. Pas étonnant, cela se remarquait à des kilomètres à la ronde, tellement c’était un goinfre en puissance ! Il voulait de l’exercice ? Il allait être servi ! Et sur un sacré plateau d’ailleurs ! Il avait prévenu Bébé-chan et le dénommé Grant de Lamia Scale du danger qui les guettait pour qu’ils puissent se protéger ou se défendre ou même attaquer s’ils en avaient envie. Ne voulant pas perdre une seconde du précieux temps qu’il restait avant l’impact, le petit brun se concentra, joignant ses mains pour se préparer à utiliser sa magie qu’est la Zôken Mahô. Il se mit alors à hurler le nom de sa technique sans une once d’hésitation, prévoyant le coup.

"Dark-Make Wall !"

Une grande fumée noire s’élevait dans les airs, s’étalant sur toute la longueur où se trouvaient les trois garçons. Cette émanation prenait forme d’un gigantesque mur totalement opaque, mais également épais pour résister au choc qu’il y aurait très prochainement. Ces animaux étaient tellement idiots qu’ils ne s’arrêtaient pas et allaient s’assommer contre la paroi qui leur faisait face. En espérant réellement que cela allait marcher. Après, il avait d’autres tours en réserve. La magie de création possédait un large panel de possibilité.
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Lun 20 Aoû - 20:22
Au moment où l'adolescent avait appelé le petit blond "Master", j'avais aussitôt compris qui il était: le maître de la guilde Fairy Tail. J'avais vraiment été content en comprenant cela, car depuis qu'il s'était arrêté devant moi je n'avais pas arrêté de me demander où j'avais bien pu le voir. C'était clair maintenant au moins, et en supposant qu'il était bien un adulte qui prenait la forme d'un enfant dans la vie de tous les jours, je ne pouvais me tromper. En effet, j'avais entendu dire que celui-ci était bien plus petit que les autres maîtres de guilde, et pourtant, ça ne l'empêchait pas de rivaliser avec les autres. Aussitôt après avoir appris sa véritable identité, je choisis de me présenter dans les règles et avec le respect que je devais à un homme possédant un tel statut. Il n'était pas de ceux que l'on pouvait ignorer ou mépriser, et dans tous les cas, on m'avait toujours appris à respecter les personnes que je côtoyais régulièrement comme ceux que je venais tout juste de rencontrer. Cet homme ne devait pas donc pas faire exception, tout comme son compagnon de route qui n'était pas encore adulte. Bien entendu, je ne m'adresserais sans doute pas à lui comme je parlerais à son master, mais ce n'était pas pour autant que je le traiterais comme s'il n'était qu'un gamin. Il devait faire parti de Fairy Tail lui aussi, et s'il était avec le blond, c'était à mon avis parce qu'il lui servait de garde du corps, en quelque sorte. Et oui, c'était le cas de la plupart des dirigeants de guilde, sortir accompagné d'une ou deux personnes. Après tout, avant de pouvoir affronter le boss, il fallait passer par ceux qui l'accompagnaient d'abord.

Tout en me présentant, je lui tendis ma main, il tendit alors la sienne et me la serra avec le sourire. Je supposais qu'en me la serrant ainsi, il me prouvait que je ne m'étais pas trompé en lui faisant part de mon hypothèse concernant son identité. Bon d'accord, sans le brun - dont je ne connaissais toujours pas le nom d'ailleurs - je n'aurais jamais su qui ils étaient et Alandro Coronado n'aurait sans doute jamais su que j'étais un membre de Lamia Scale. Bref, ils auraient été obligé de retourner chez eux et de faire transmettre leur message depuis là-bas. Or, vu que j'étais ici et qu'ils savaient maintenant qui j'étais, ils pouvaient me passer le message pour que je le transmette, non ? On pouvait dire qu'eux au moins, ils en avaient de la chance !! Ils m'étaient tombés dessus par le plus grand des hasards et pourraient donc accomplir leur mission, si on pouvait dire ça comme ça, bien plus rapidement. Il ne fallait pas oublier qu'ils s'étaient perdus à la base... J'appris au passage le nom de son acolyte actuel, qui n'avait pas daigné se présenter, préférant resté tapis dans l'herbe et jouer les prédateurs. C'était l'impression qu'il me donnait en tout cas. Autant son nom à lui ne me disait rien, autant celui de son Master m'était connu. J'avais beau zappé tout plein de trucs ou ne pas m'y intéresser tout simplement, j'avais quand même fait l'effort de retenir les noms des principaux patrons des guildes se trouvant à Fiore. Qui était donc véritable ce Yue Hikaru ? Je ne le saurais qu'en l'étudiant bien attentivement. Le tout, c'était de savoir de quel bois il était fait, mais aussi de savoir si au final, il accompagnait son maître parce qu'il était puissant ou parce qu'il était le plus jeune de sa guilde.

Tandis que l'un vidait son sac pour en sortir de quoi cuisiner et manger par la suite l'autre continuait de fixer ce que je pensais être un groupe de moucons broutant tranquillement. Tout en les observant tout d'eux sans pour autant les fixer, je fis une proposition au petit blond. A moi, elle me paraissait parfaitement censée, tenant compte du fait que je savais très bien où se trouvait Lamia Scale, et connaissais certainement le destinataire de ce message. En gros, il n'y avait aucune raison de refuser mon aide. Mais ça, c'était mon avis à moi. Je n'avais aucune idée de ce qu'il se passait dans leurs têtes à eux, bien que j'avais l'impression qu'ils ne pouvaient être aussi paranoïaques que moi, ou plutôt méfiants. De plus, si moi je l'étais, c'était parce que partout où j'allais, quelque chose ne tournait pas rond, ce n'était donc pas de la méfiance envers les gens, mais de la peur due aux situations dans lesquelles je savais que je finirais. En m'écoutant, Alandro avait arrêté ce qu'il faisait, c'était-à-dire, sortir des ustensiles nécessaires au repas qu'il comptait sûrement préparer pour lui et Yue. Et avant qu'il ne me réponde je pus voir le brun qui répondait à ma question en me montrant ce qu'il faisait. Il m'indiqua les moucons d'un signe du doigt et me fit signe de faire moins de bruit, ou alors il voulait carrément que je me taise, ce qui était tout à fait possible. Hmm... pour l'instant, je n'avais pas grand chose à dire de toutes les façons, j'attendais juste la réponse de son camarade à ma suggestion. Je n'étais pas pressé de toutes les façons, j'avais encore trois jours à passer ici avant de voir si la rumeur sur ces lieux étaient véridiques ou non.

La réponse arriva enfin. Il commença par me dire que mon nom lui disait quelque chose avant de m'inviter à partager un repas avec eux. Pourquoi pas ? Ils s'étaient arrêtés, non ? Manger comme ça devant moi sans, au minimum, me proposer de me joindre à eux aurait été impoli. Refuser une pareille invitation le serait aussi à mon avis, surtout qu'il cherchait à faire plus ample connaissance. Comment pourrais-je oser refuser de faire sa connaissance et celle de Yue Hikaru, que je cherchais justement à analyser. En effet, depuis quelques secondes maintenant, je me demandais quel genre de magie ces deux-là utilisaient lorsqu'ils se battaient.

"Un repas ? Bien sûr. Je commençais justement à avoir faim en plus. - du bruit se fit alors entendre, on aurait dit qu'une armée fonçait vers nous. C'était impossible bien sûr, on l'aurait vue à des kilomètres sinon. Cependant, même si ce n'était pas des hommes qui en étaient à l'origine, ce bruit n'était pas anodin. Choisissant de ne pas m'en faire, j'écoutai Yue qui nous annonça soudainement qu'il y avait un problème, je lui demandai alors en rigolant - Tu as perdu de vue les mouc-... !!!!?"

Bah non, ils n'étaient pas perdus du tout les moucons !! En vérité, ils nous fonçaient droit dessus !!! Cela ne finirait donc jamais, hein !? J'avais beau resté ici pour observer les lever et coucher du soleil, ma poisse était toujours présente, et le pire dans tout ça, c'était qu'à cause de moi, ces deux mages en faisaient maintenant les frais !! Non ! Je devais me reprendre et voir le bon côté des choses. Les moucons courraient vers nous. Nous étions des mages, et l'un d'entre nous dirigeait la plus puissante guilde de Fiore, nous n'avions donc rien à craindre. Et puis, le petit Hikaru avait prévu d'en capturer quelques uns pour le déjeuner, non ? Donc, si on y réfléchissait bien, c'était une chance. La nourriture fonçait droit dans la gueule du loup sans même s'en rendre compte. Seul hic, ils étaient beaucoup, et je doutais qu'à trois, on puisse tous les manger sans exploser. Que ferions-nous du superflu ? Je ne savais pas, mais eux avaient peut-être une idée. Les moucons courraient toujours droit sur nous, et j'en savais suffisamment sur eux - pour avoir déjà été poursuivie par plusieurs d'entre eux par le passé à cause d'un malentendu - pour savoir qu'ils ne s'arrêteraient pas tant qu'ils ne nous auraient pas fait subir ce qu'ils voulaient nous faire subir. D'ailleurs, je me demandais franchement pourquoi ils nous fonçaient dessus comme ça. On n'avait rien fait après tout. On avait juste prévu d'en faire rôtir un ou deux, c'était tout. Rien de bien grave en somme. Et même si c'était à cause de ça qu'ils voulaient nous fracasser, une questions subsistait: comment le savaient-ils ? Normalement, ils ne parlaient pas notre langue. Ensuite, vu l'endroit où ils se trouvaient quand on en avait parlé, il n'y avait aucune chance pour qu'ils nous aient entendu. Et enfin, depuis quand les futures victimes lançaient-elles l'offensive en premier ?

N'ayant pas envi de me faire écraser sans réagir et prenant toute cette histoire à la rigolade. C'était des moucons, non ? Ils ne pouvaient pas constituer un danger pour nous. J'avais un peu dramatisé tout à l'heure, ce serait l'affaire de quelques secondes seulement, et normalement, je ne devrais pas avoir besoin d'utiliser le Satan Soul. Je préférais l'éviter. Pourquoi ? Parce qu'il y avait des enfants ici !! Enfin un enfant plutôt !! Et je ne voulais pas l'effrayer en prenant la forme du démon Magoa. De nos jours, les jeunes étaient si fragiles... Ils leur suffisaient d'un rien pour hurler et s'évanouir. Je ne pouvais lui infliger des cauchemars pour le restant de ses jours. Quand j'étais petit, j'avais toujours fait ce même rêve - jusqu'à ce qu'on m'apprenne que ce n'en était pas - où j'étais kidnappé et transporté je ne savais où par des démons. Ayant été victime de ce traumatisme, je ne pouvais volontairement choisir d'infliger le même à Yue Hikaru. Son innocence, sa naïveté et sa gaieté devaient être préservées. Il n'était pas question que je les lui vole juste pour rendre la contre-attaque plus facile. Quitte à être blessé, au moins, j'assurerais son avenir !! Quel sens du sacrifice j'avais là... Et dire que personne n'en saurait rien. C'était triste. Tout en continuant mes délires, je décidai de foncer moi aussi vers mes nouvelles cibles.

"Banzaï !!!!!!"

Grosse erreur. Tout en criant, j'avais couru droit devant en direction de la horde de moucons afin de les attaquer durant leur course et les surprendre de cette façon. Malheureusement pour moi, Yue avait choisi ce moment précis pour lancer son attaque, enfin sa défense plutôt. Une fumée noire se matérialisa alors devant moi et alors que je m'apprêtais à passer au travers pour m'en prendre aux animaux, celle-ci eut l'excellente idée de se solidifier sans prévenir !! Résultat. Je venais de m'exploser le nez contre ce mur vraiment très sombre et particulièrement épais. L'impact me fit oublier qui j'étais pendant une seconde avant que je ne retrouve mes esprits et ne me mette à sentir la douleur, parce que ça faisait vraiment très mal de foncer dans un mur. Je me retournai alors vers celui qui avait fait apparaître ce mur, une petite larme au coin de l'oeil, et me plains aussitôt:

"Tu m'as fait mal... - j'avais vraiment mal au nez, et j'espérais qu'il n'était pas cassé d'ailleurs. Doutant qu'il les vainque tous rien qu'avec ce mur, je posai la question suivante en regardant tour à tour Alandro et Yue - Dites, on a besoin de combien de moucons pour le déjeuner ?"

Si je les avais regardé chacun leur tour, c'était parce que l'un avait été le premier à dire qu'il avait faim, mais on ne savait pas quelle quantité il désirait manger, quand à l'autre, si j'avais bien compris, c'était lui qui allait cuisiner. En connaissant le nombre de proies à utiliser pour la cuisson, on pourrait faire en sorte de ne pas tuer les autres, mais de les faire fuir, ou de les assommer s'ils ne voulaient vraiment pas fuir. Tuer des animaux quand ce n'était pas pour me nourrir me dérangeait, je trouvais ça cruel et inutile, et je supposais qu'ils étaient tout deux de mon avis. On avait donc tous le même objectif: se concentrer sur ceux qu'on mangerait et laisser la vie aux autres, à moins bien sûr qu'ils n'aient l'intention de tous les manger ou d'emporter des réserves pour leur guilde. Je m'éloignai alors de ces deux-là car je ne connaissais rien de leur façon de combattre, alors qu'eux devaient se connaître un minimum. Et puis, je n'avais pas envie de me prendre une de ses attaques par erreur, c'était déjà arrivé une fois et je ne comptais pas refaire une nouvelle fois la même bêtise, car je pourrais me prendre pire qu'un mur... De là où j'étais maintenant, je supposais que je serais hors de la portée de ses techniques, sans pour autant me retrouver sans moucons à combattre dans le cas où le mur de Yue n'aurait pas suffi. Serrant les poings, je venais de contourner son mur quand...
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Ven 24 Aoû - 23:34
    Un voyage qui partait en sucette, ce n’était pas la première fois pour le maître de la plus grande et légendaire guilde du Royaume. A l’instar de ses proches, il avait cette mauvaise habitude à s’enfoncer dans la fiente jusqu’au cou et à ne s’en sortir qu’en cassant tout sur son chemin. Mais là, c’était différent : Il était dans une situation qu’il ne pouvait résoudre avec la force de ses petits poings et la précision de son gros fusil. Se perdre dans la plaine de l’espérance, alors que son but était la guilde de Lamia Scale, c’était quand même sacrément ridicule. Si jamais les autres apprenaient cette mésaventure, le blondinet risquait d’entendre leurs rires moqueurs des jours durant. C’aurait été possible s’il était seul. Mais il n’était pas seul. Il avait là un inconnu au chapeau bizarre qui pouvait, potentiellement, parler de sa rencontre avec le mage de rang A avec tout le monde. Et il était lui-même accompagné d’une pipelette. Une pipelette en qui il faisait néanmoins confiance.

    Yue était un extraterrestre. Du moins, c’était ce qu’avait pensé la première fois qu’Alandro rencontra le petit bonhomme. Le guerrier des ténèbres n’était alors qu’un enfant mal nourri et lui, un soldat qui rentrait de temps en temps à la maison. Mais les assiettes vides et scintillantes qui trainaient sur la table autour de lui laissèrent une très grosse impression qui, aujourd’hui encore, lui faisait travailler les méninges : Hikaru avait-il un estomac, ou venait-il d’une autre étoile, dans une très lointaine galaxie, où les habitants avaient tous une queue de singe derrière leurs petits culs ? Le voir lorgner sur ces pauvres moucons fit sourire le jeune maître de Fairy Tail. Chaque jour était différent de la veille mais il y avait des personnes qui ne changeaient pas : Et celui qui l’appelait Bébé-chan faisait incontestablement partie de cette caste d’individu. Quoi qu’il souhaite quelques changements au sein de ses membres, si vous voyez ce que je veux dire.

    Alandro était donc en train de sortir ses ustensiles de cuisine et proposait au soi-disant mage de Lamia Scale de manger quand tout parti de travers. L’avertissement de Yue ne tomba pas dans les oreilles de sourds puisque les deux blonds se retournèrent vers le troupeau de bestiaux qui fonçaient sur eux. Que ces boules de laine chargent les trois mages était à la fois étrange et compréhensible. D’expérience, Coronado savait que c’étaient des créatures paisibles, bêtes comme leurs pieds, pas très malins et plutôt lâches. Mais la faim du ventre sur pattes de la guilde des fées était tellement forte qu’on pouvait la sentir à des mètres à la ronde. Qu’ils se sentent menacés n’était finalement pas si étonnant, mais leur réaction manquait carrément d’intelligence. Le bientôt trentenaire esquissa un gros sourire lorsqu’il s’imagina dans la tête de Yue. Ce dernier ne devait voir que des rôtis de moucons courir vers lui…

    La réaction du mage des ténèbres fut aussi rapide que son expression faciale était rigolote. Bien que ses mimiques et son surplus d’énergie lui donnent un petit air bêta, le talent de ce jeune homme était réel. L’ancien agent du Conseil ouvrit grand les yeux lorsque le bonhomme produisit son rempart, la vitesse à laquelle le mur apparut était effrayante de rapidité. Et faillit éclater de rire lorsque Tobias s’explosa le nez sur cette muraille magique. Ce dernier restait un grand point d’interrogation dans la tête du petit blond : Si sa présence sur les plaines de l’espérance ne faisait aucun doute, probablement pour enterrer la malchance qui devait le poursuivre depuis des années, la véracité de ses dires à propos de son identité restait floue. Mais pour l’heure, alors qu’il pouvait juste profiter de la maladresse de l’un, et des mimiques de l’autre, Alandro décida d’agir à son tour. Il ne s’inquiétait non pas de la sécurité des deux enfants, mais de celle de ces pauvres bêtes sans une once d’intelligence. Il posa donc ses ustensiles, se leva et s’avança lentement vers elles.

    « Evitez de les tuer… »
    Lança le garçon en vert en faisant la moue. Il disait ça par principe plus qu’autre chose, car il était persuadé qu’aucun de ses deux « sbires » n’allaient faire pleuvoir le sang. « Gardez en deux ou trois. Le reste, faites les fuir, ou assommez les avec tendresse et amour ! » Continua l’utilisateur du Gun’s Magic avant qu’une de ces créatures ne saute sur lui. Sans crier garde, le maître des fées agrippa son arme par le canon et donna un joli coup fusil dans la gueule de l’animal, qui s’envola avant d’atterrir par terre un peu plus loin. Il avait toujours rêvé d’utiliser son sniper de la sorte, au moins une fois dans sa vie. Du moins, autant que crier « OBJECTION » devant les membres du Conseil lors d’une audience ou de squatter la douche du nouveau manoir d’Ethan.

    Il tira ensuite en l’air, deux fois, espérant que la détonation fasse fuir le restant des petites bêtes tout en laine. « Sérieusement. Cette manière de foncer dans le tas et rentrer dans les autres, ça me rappelle quelqu’un… » Seulement quelqu'un ?
Game Master

avatar

Messages : 1585
Date d'inscription : 26/09/2011
Magie / Malédiction / CS : All Mighty
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Lun 3 Sep - 18:40
Les moucons chargèrent en premier le petit brun qui était la source de leur peur, puisqu'il était celui qui avait la plus grande aura de chasseur. Malheureusement pour eux, ils rencontrèrent un mur apparaissant en une fraction de seconde et ils se rentrèrent dedans les uns les autres. Les deux derniers esquivèrent le troupeau et choisirent l'autre cible qui venait de se montrer à découvert, Tobias. Ce dernier se recula juste à temps avant que les deux animaux se rencontrent pour s'assommer. En plus de la mort de l'un d'entre eux et des coups de fusils, le reste du troupeau s'enfuit avant de subir le même sort, vous laissant donc trois d'entre eux pour vous régaler.

Yue a soudainement une nouvelle idée pour sa Dark Make Magic !


=======================

Déverrouillage Technique : Yue peut désormais utiliser le Dark Make Knuckle.
Yue Hikaru
Yami no SenshiYami no Senshi

avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 27/09/2011
Âge : 27
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Dark – Make / Création des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Jeu 6 Sep - 14:07
Tout aurait pu bien se passer si les Moucons n'avaient pas eu la mauvaise idée de remarquer la présence des trois mages, pour ensuite leur foncer dessus sans chercher à comprendre. Ces animaux avaient chargé pour se défendre, c'était leur moyen de survie après tout. Et puis... Qu'est-ce qu'ils pouvaient être stupides ! Les deux autres garçons avaient été prévenus que l'attaque avait été lancée sans attendre. De ce fait, Yue avait réagi assez vite pour ne pas qu'il y ait de dégâts. D'ailleurs, Tobias avait rigolé avant le gamin ne termine sa phrase et il s'était arrêté net en remarquant le danger imminent. Bah... Il ne faisait pas trop cas des deux blonds, ils savaient se débrouiller, hein ? Et puis, avec sa magie de création, les espèces de grosses boules de laines sur pattes viendraient tout droit dans la gueule du loup, surtout si le loup en question, il s'agissait du petit brun... Rien que de penser à quelques Moucons bien cuit, il en salivait d'avance. Sans attendre, il créa un grand mur noir afin que les bestiaux ne viennent pas les blesser. Evidemment, pour le déjeuner, il y en aurait trop, mais se fracasser contre le mur, ça ne les tuerait pas d'un coup. Ils seraient assommés et pourraient fuir s'ils en avaient envie. Les autres, ils seront tout simplement mangés.

A aucun moment, le surnommé Yami no Senshi n’avait prévu que Grant ne se précipite sur la paroi ténébreuse en hurlant. De ce fait, il se le prit en plein dans le nez, limite s’il ne se l’était pas explosé au passage. Mais, pourquoi il avait fait ça ? Ce n’était pas prudent ! Et puis, il comptait vraiment foncer sur ce troupeau qui chargeait ? Il était tout bonnement inconscient ou tout simplement masochiste au point de vouloir se faire piétiner ? Là, il ne comprenait pas l’homme au béret. Il n’avait aucune magie à utiliser pour attaquer ou se défendre ? Dans ces cas-là, il valait mieux pour lui de rester en arrière. Lors de l’impact, il aurait pensé entendre rigoler Alandro, mais ce ne fut pas le cas. Pour une fois que ce n’était pas le Soldat des Ténèbres qui avait fait l’abruti à se cogner bêtement contre quelque chose. En effet, quand il devait faire le pitre pour une raison ou pour une autre, il n’était pas rare que quelqu’un l’aide à se retrouver encastré au sol ou même au plafond, si ce n’est pas contre un pilier ou un mur. Parfois, il y arrivait tout seul, comme un grand garçon. Allez savoir comment ! Alors, il s’estimait heureux de ne pas se prendre un coup aujourd’hui. Il tourna la tête vers Tobias et afficha un air un peu désolé sur son minois, ayant préféré que ce genre d’étourderie ne se produise pas.


"Excuse-moi ! Mais je ne pensais pas que tu voulais à ce point te faire écraser par les Moucons !"


Cette réponse montrait à quel point Hikaru était tellement naïf, mais jamais il n’aurait voulu que quelqu’un soit blessé. C’était pour cela qu’il avait exécuté aussi rapidement sa technique avant qu’une de ces bestioles ne réussisse à pénétrer la défense. Tobias ne sembla pas rester muet bien longtemps puisqu’il demanda aux fées combien d’animaux seraient nécessaires pour le repas. L’adolescent réfléchissait rapidement et se disait qu’au moins un chacun se serait satisfaisant et puis, si les deux autres ne finissaient pas, il se chargerait de manger les restes. Autant joindre l’utile à l’agréable hein ? Le tireur d’élite intervint à son tour et dégaina son fusil et il répondit par la même occasion à l’interrogation du mage de Lamia Scale. Bon, comme l’aurait deviné le petit brun, garder trois Moucons, le reste on les fait dégager sans leur faire du mal. Quelle merveilleuse idée ! El Colonello avait tiré, touchant un des animaux, tandis que le rempart créé par la Zôken Mahô fit son office, arrêtant tout le groupe, sauf deux qui se précipitaient sur Grant, ce dernier ayant contourné le mur. Non mais… Il était parfaitement débile ou quoi ? Il eut de la chance d’avoir des réflexes et de se retirer à temps, ce qui provoqua une collision entre ces deux boules de laines.

Les coups de fusils de Bébé-chan avaient effrayé les autres du troupeau, laissant trois d’entre eux sur place. Un tué par le Master de Fairy Tail, les deux autres assommés. Le bruit que produisaient les Moucons en galopant était tout simplement impressionnant. Cela faisait vibrer le sol, même l’herbe étouffait un peu le son de leurs pattes qui frappaient la terre avec violence. Yue fit disparaître la protection qui ne servait plus à rien, provoquant une grande fumée noire qui s’évaporait petit à petit. Finalement, il n’y a pas eu de problèmes avec ce troupeau et peut-être qu’ils réfléchiraient à deux fois avant de s’en prendre à des mages comme eux. Ah ah ah !!! C’était trop leur demander pour leur minuscule cerveau. Ils resteraient aussi bêtes que leurs pieds et puis voilà. Alors que le garçon s’apprêtait à récupérer les futurs rôtis, une idée lui traversa l’esprit en un éclair. Sans attendre, il voulait tester un nouveau truc pour sa magie et il exécuta les mêmes mouvements qu’il avait faits précédemment pour le gigantesque mur.


"Dark-Make Knuckle !"

Cette fois-ci, d’immenses poings ténébreux apparaissaient devant l’invocateur, se dirigeant droit vers les deux Moucons seulement assommés, les frappant d’un coup net. Cette fois-ci, ils avaient eu leur compte et ils seraient mangés. Cette nouvelle attaque pourrait à l’avenir être très pratique, surtout quand l’adversaire serait un peu trop loin pour l’atteindre. Tout fier de lui, il alla récupérer les trois bestioles pour les apporter au petit bonhomme qui avait commencé à préparer le campement. Yue se retourna vers son chef et lui demanda avec un air totalement innocent, avec une certaine curiosité tout de même, ce qu’avait voulu dire son Master. Quel sacré garnement !

"Tout à l’heure, tu as dit que cette manière de foncer te faisait penser à quelqu’un. De qui parlais-tu, Bébé-chan ?"

Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Sam 6 Oct - 14:11
Oui, j'avais fait l'idiot. J'avais même été très bête sur ce coup-là, mais bon, je l'avais fait pour une bonne raison, il ne fallait pas l'oublier ! Ce qui était dommage, c'était que personne n'en saurait rien, ils ne savaient pas que si j'avais foncé vers les moucons comme ça, sans magie, pour éviter des cauchemars au jeune Yue Hikaru. Et pourtant, c'était bien pour lui que je m'étais littéralement jeté dans le mur que celui-ci créa en l'espace d'un instant ! Il fallait croire que je m'étais fait du souci pour rien. Lors de l'impact, j'avais clairement senti qu'il serait sans doute impossible pour moi de détruire ce mur noir, et ce, même sous ma forme de démon. Cet enfant n'était pas n'importe qui, il était bien plus fort que moi. Pouvait-on parler de génie ? Pas forcément, si ça se trouvait, c'était juste moi qui avait du retard, ou alors, il avait travaillé la magie dès qu'il avait appris à marcher, ce qui était possible aussi. J'avais toujours su qu'il existait tout un tas de personnes supérieures à moi dans le royaume de Fiore, mais j'étais rarement tombé sur eux vu que les missions que j'effectuais étaient généralement adaptées à mon niveau, j'avais donc peu de chance de croiser des mecs de son calibre. C'était dommage, car je me disais que je pourrais mieux progresser en me confrontant à des personnes supérieures à moi, cela me forcerait à dépasser mes limites pour survivre.

Je m'étais plaint, plus ou moins, je lui avais surtout fait remarqué qu'il m'avait fait mal avec son mur immense qui avait eu le même effet sur moi que sur les moucons d'ailleurs. Hmm... Techniquement, je pouvais me dire que j'étais aussi stupide qu'eux, non ? Sans doute, mais contrairement à eux, je pouvais encore me rattraper et montrer à ces deux membres de Fairy Tail que je savais me débrouiller un minimum quand même ! Bah oui quoi, un peu plus et ils finiraient par croire que je mentais sur mon identité, et que je n'étais pas un membre de Lamia Scale. Or, je l'étais. Donc, je devais le leur prouver par mes actions. Agir comme un mage ! Cela voulait dire faire de la magie en général, mais je n'en avais pas vraiment besoin, et encore moins envie. Le corps-à-corps suffirait pour abattre quelques unes de ces bêtes sans cervelles, surtout que Yue utilisait la magie. En fait, il aurait largement pu tous se les faire tout seul avec une magie comme la sienne. Bien sûr que je supposais qu'il n'était pas qu'un fabricant de mur !! Ce serait bien trop restrictif comme pouvoir autrement. Tiens, je venais d'avoir la confirmation. Il pensait bel et bien que j'allais me faire écraser par ces moucons... Ah les jeunes de nos jours...si naïfs.

Afin de pouvoir redorer mon blason, j'avais besoin de savoir combien de cibles nous devions viser en priorité avant de chercher le moyen de faire fuir les autres. J'avais donc posé la question aux deux acolytes, et obtenu une réponse : deux ou trois. Je ris intérieurement en entendant le Maître de Yue parler de tendresse et d'amour, alors que juste après, il avait dégainé un fusil et éjecté avec un moucon qui l'avait approché de trop près. Joli vol plané, il fallait le reconnaître. M'éloignant de ses deux là, je contournais le mur de Yue pour attaquer les moucons de côté. Seul hic, on aurait dit que deux d'entre eux avaient anticipé ma manœuvre. En effet, alors que j'avançais vers eux, ils faisaient de même vers moi. Que faire quand la collision est proche ? Simple ! Il suffit de faire confiance à ses réflexes, ils ne nous trahissent jamais ! Et hop, voilà comment on esquive deux moucons qui nous foncent dessus, et voilà comment on les met KO sans même les toucher ! Vraiment stupides ces animaux, ils n'avaient pas prévu que je serais suffisamment rapide pour reculer à temps et les regarder se cogner.

"Et voilà le travail !"

Déclarai-je en remarquant que j'avais fait les deux tiers du boulot au final. Des coups de feu se firent entendre et forcèrent les bêtes à battre en retraite, laissant sur place trois de leurs compagnons sans chercher à les amener avec eux. La solidarité avait donc aussi ses limites chez les moucons... Enfin, juste après, Yue se servit de sa magie des ténèbres – utilisée d'une façon bien particulière – pour matérialiser des poings géants et achever les tas de laines que j'avais indirectement assommé. On pouvait dire qu'ils étaient morts maintenant, et donc prêts à être cuisinés puis mangés. Le dénommé Alandro avait effectué un commentaire un peu plus tôt, parlant des moucons, ou de moi j'étais pas sûr en fait, qui rentraient dans tout ce qui bougeait sans se poser de questions. A bien y réfléchir, il ne pouvait parler de moi vu que je n'étais rentré dans personne contrairement à ce qu'on s'apprêtait à manger, je pouvais donc m'exclure du sujet. Néanmoins, cela ne répondait pas à toute la question puisqu'il avait fait une comparaison avec une personne qu'il connaissait, ce qui n'avait pas échappé au brun qui demanda alors à son Maître de développer tout en lui apportant notre futur repas.

Maintenant que le combat, si on pouvait appeler cela un combat, était terminé, je pouvais rejoindre les membres de la guilde Fairy Tail et m'installer avec eux pour le repas comme Alandro me l'avait proposé. Celui-ci avait déjà sorti tous les ustensiles nécessaires avant même que la nourriture ne nous fonce dessus. Le déjeuner n'allait pas tarder à arriver et bientôt, nous aurions les estomacs remplis de rôtis. Avant que Yue n'ait sa réponse de la part de son maître, je me permis de faire remarquer quelque chose :

"Ne faisait-il pas allusion aux membres de votre guilde ? J'ai beau ne pas vraiment être au courant de tout ce qui se passe ici à Fiore, j'ai entendu parler des habitudes de Fairy Tail. Vous avez tendance à tout casser, non ?"

Bon d'accord, parler de ça devant le Master en personne n'était peut-être pas la meilleure chose à faire, surtout après qu'il m'ait gentiment invité à déjeuner avec eux. Mais comme je ne les connaissais pas, je savais pas trop ce que je pouvais dire ou pas, je cherchais donc avec ce genre de phrase à voir comment ils réagissaient afin de m'excuser après, si nécessaire, ou de continuer sur cette voie.




Dernière édition par Tobias Grant le Sam 27 Oct - 22:42, édité 1 fois
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Lun 15 Oct - 22:44
    Alandro n’aimait pas tuer. Quand il s’agissait d’un combat, le maître de Fairy Tail tentait toujours de mettre l’adversaire hors de combat, sans avoir à toucher à sa vie. Que ce soit un homme, une bestiole ou un mage noir. C’était probablement une manière un peu naïve de gérer les choses, mais il était à un stade de la vie où il était difficile d’opérer de changements à ce niveau-là. Combien de fois l’avait-on critiqué pour son incapacité à achever un adversaire quand il en avait encore le temps, durant ses années à l’armée ? C’était bien entendu différent lorsqu’il s’agissait de se nourrir ; La vie était ainsi faite.

    Le combat fut aussi bref que ridicule ; Les moucons étaient, comme tout le monde savait, pas très intelligents ni très réfléchis. A part suivre le chef de la meute comme des moutons et servir de nourriture à la quasi-totalité du bestiaire du Royaume de Fiore, ils ne servaient effectivement pas à grand-chose. Utiliser la magie contre eux était-il vraiment nécessaire ? Tobias aurait pu être un mage noir déguisé, mais Yue était peut-être trop candide pour voir le mauvais côté des gens, si mauvais côté il y avait. Même si, du peu qu’il en avait vu, le dénommé Tobias semblait avoir un bon fond. Un petit peu bizarre, un peu trop fonceur, mais pas mauvais. Ou bien un très bon comédien, ce qui n’était pas impossible non plus.

    Debout devant les pauvres animaux, le maître des fées posa ses deux mains contre elles et pria une bonne minute. Il murmura « reposez en paix, vous n’êtes pas mort pour rien » ou quelque chose qui y ressemblait puis attrapa l’oreille d’une bête qu’il traina ensuite jusqu’au chaudron. Et vint ensuite le moment que vous attendez tous et que l’on ne décrira pas, pour des raisons d’éthiques évidente. Tout ce qu’il faut savoir, c’est que pendant qu’il fit bouillir les morceaux « mangeables » des bestiaux, il enterra le reste de leurs corps pour que des charognards ne viennent pas récupérer ce qui ne leur appartenait pas.

    Alors qu’il assaisonnait son plat avec les épices qu’il trouvait dans son grand sac, Yue s’approcha du mini-maître pour lui poser une de ses habituelles questions, empruntes de candeur. Le petit blond se retourna les yeux grands ouverts, avant que le mage de Lamia Scale ne vienne répondre à la question. « Bah oui. Ethan, Aoyuki, Jake, Makoto, Fubuki, Shiro, Tao, Quatie, même toi des fois. Je ne sais pas si vous en avez conscience, mais vous avez tendance à donner du travail aux géographes de Fiore… » Ajouta l’ancien agent du Conseil, bien que la réponse de l’écrivain était tout aussi vraie que la sienne. « Donc vous avez tout à fait raison, Tobias. Aucun rapport avec le professionnalisme de Lamia Scale. Mais bon, y’a des choses qu’on ne change pas. » Continua le tireur d’élite en touillant une énorme cuillère dans le chaudron.

    « D’ailleurs, vous êtes plutôt agile ! Que faisiez-vous ici, au final ? Disperser un mauvais sort ? » Demanda finalement le jeune maître. Mais avant qu’une quelconque réponse ne sorte de la bouche du mage itinérant, celui qu’on surnommait « el Colonello » s’endormit. Il avait ses problèmes de sommeil depuis quelques années déjà ; Ses proches et ses amis connaissaient sa fâcheuse habitude à trouver le sommeil dans les plus improbables situations qui soient. Et la suite, comme vous pouvez l’imaginer, se déroula comme dans les mauvais films d’actions hollywoodiens. Le jeune garçon, debout pour cuisiner, bascula en avant, tête la première, dans le chaudron. Le premier contact entre son visage et l’eau bouillante le réveilla et le fit hurler de douleur : « AAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAH » cria le tireur d’élite en courant en rond autour de Yue et Tobias, la main sur le visage et les yeux larmoyants. Difficile de ne pas être attendri par cette scène pleine de candeur. Ou de ne pas être surpris par le fait que le maître d’une des plus grandes guildes du royaume était capable de pleurer, lui aussi.

    Après avoir avalé quelques centaines de mètres avec ses longues jambes de vingt-cinq centimètres – à une vitesse qui ferait pâlir de jalousie Makoto -, Alandro retourna auprès de Yue la main posée sur son nez. Il n’avait pas besoin de dire quoi que ce soit pour que son jeune ami le comprenne, leurs années de « vie en commun » pesait plus lourd que les mots. Un peu de tendresse, d’eau froide et le tour était joué. D’autant plus que l’odeur ambiante montrait que le plat était bientôt prêt. Et pour quelque chose préparé à l’arrache, ça sentait plutôt bon !

    [Désolé pour le retard et la simplicité de ce post]
Yue Hikaru
Yami no SenshiYami no Senshi

avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 27/09/2011
Âge : 27
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Dark – Make / Création des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Sam 20 Oct - 19:06
Yue s’était excusé pour avoir accidentellement fait mal au nez à Tobias. C’était la moindre des choses, mais il n’aurait jamais pensé qu’il fonce dans le tas de cette manière. Ne possédait-il pas une magie ? Pourquoi ne l’avait-il pas utilisé ? Etrange tout de même. Malgré tout, ce n’était pas ce qui préoccupait le plus le petit brun. Ce qui l’importait le plus, c’était de garder des Moucons de côté et de faire déguerpir les autres dont ils n’auraient pas besoin pour leur déjeuner. Finalement, le combat ne dura pas bien longtemps, mais c’était assez amusant de chasser de temps en temps. Au total, trois de ces bestioles ont été gardées pour les cuisiner après. Ce qui rendait heureux l’adolescent, c’était d’avoir enfin quelque chose à se mettre sous la dent. Mais il y avait autre chose : il venait de créer une autre technique qui serait bien utile par la suite. Il n’avait qu’une hâte, c’était de retourner à Magnolia pour la montrer à son meilleur ami Fubuki. Cela le mettait de très bonne humeur et il gardait un large sourire affiché sur ses lèvres. Il lui fallait vraiment peu de choses pour être joyeux et ce n’était pas un mal. A présent, il s’était retourné vers Alandro pour lui poser une question qui le taraudait un peu, curieux de savoir ce qu’allait répondre le Master.

Ce dernier s'occupait de faire la cuisine, chose que ne faisait pas tellement le porteur de clés. Ce n'était pas tellement son domaine, préférant chasser ou combattre des ennemis ou autres créatures en tuant le moins possible. Rien que d'achever ces pauvres animaux, cela ne lui faisait pas plaisir, mais pour se nourrir, il n'y avait pas trente-six solutions. Bref... Le tireur d'élite préparait dans sa marmite les morceaux de viandes, dont l'odeur de cuisson était agréable aux narines de l'estomac sur pattes. Il en salivait déjà et n'avait qu'une hâte c'était de passer à table. Enfin... Il n'y avait pas le mobilier nécessaire puisqu'ils faisaient un pique-nique, mais vous aurez compris l'idée. Alors que le Dark Maker avait posé sa question, le mage de Lamia Scale répondit en premier, comme quoi c'était la réputation de Fairy Tail qui démolissait tout sur son passage. Le gamin fixait le dénommé Grant, avant de reporter son attention sur Bébé-chan qui prit la suite de la conversation, affirmant les dires en citant quasiment tous les membres des fées. Mais bon, cela n'étonnait guère le concerné puisqu'il aimait beaucoup les bastons et au final, il n'avait pas tellement conscience de ce qu'il faisait quand il frappait avec ses armes en tout genre. Il faisait comme s'il était innocent, rougissant légèrement à cause de cette gêne qu'il ressentait.


"Ce… Ce n’est pas volontaire, hein ? Quand on se donne à fond pour quelque chose, on ne fait pas semblant."


El Colonello poursuivait, mais il interrogea à son tour l’homme au béret. Hikaru restait silencieux pour savoir ce qu’il allait bien répliquer par la suite. Les choses n’allaient pas toujours comme on le voudrait. Ne changeant pas de ses habitudes, le petit bonhomme aux fusils s’endormit immédiatement après, toujours dans les moments les plus improbables qu’il soit. En l’occurrence, au moment où il préparait le repas. Avant que quelqu’un puisse réagir, le visage de Coronado tomba dans la marmite et la douleur due à la brûlure le fit réveiller en hurlant, courant partout comme un fou. Le Soldat des Ténèbres ne savait que faire pour l’arrêter, ne voulant pas lui faire encore plus mal, se doutant que ça ne faisait pas du bien de s’ébouillanter, surtout en pleine figure. Il fouilla rapidement dans le sac et même dans ses besaces qu’il avait sur lui pour trouver de l’eau fraîche, ainsi qu’un onguent pour atténuer un peu cette souffrance. Il vit son Maître venir vers lui et commença à le soigner en faisant attention ne pas appuyer trop fort sur l’épiderme. Pauvre Alandro ! Le voir dans un tel état inquiétait encore plus son compagnon. Dans ces moments-là, il aurait bien voulu dire une ânerie pour qu’il fasse un sourire, mais en réfléchissant bien, ce n’était pas une bonne idée pour la peau qui serait un peu étirée. Donc du coup, ça accentuerait un peu plus le mal qu’éprouvait son grand-frère.

"Est-ce que ça va mieux Bébé-chan ? Tu me dis si je dois rajouter un peu plus de pommade."


Bien que l’utilisateur de la Zôken Mahô soit le plus jeune des deux, cela ne l’empêchait pas de caresser doucement la chevelure blonde de celui qu’il considérait comme son grand-frère. En étant sous cette apparence d’enfant, il pouvait se le permettre, mais pas quand il prenait sa forme adulte. C’était amusant de voir le lien qu’ils possèdent tous les deux. Il se permettait d’avoir des familiarités avec l’un des mages les plus puissants de Fiore sans craindre d’avoir des remontrances. Personne n’avait véritablement osé de faire comme Yue en fait. Chacun possédait un caractère particulier et il fallait avouer que l’adolescent sortait un peu du lot. Alors qu’il attendait une réponse positive ou négative de la part de son Master, la première option étant celle qu’il préférait, le jeune homme sentit que le contenu du chaudron devait être prêt à présent. Surexcité de pouvoir commencer à manger, il ne put s’empêcher de faire le fou en sautillant en poussant des petits cris de joie. Les repas étaient sacrés et son ventre grognait comme pas permis. On aurait dit qu’un monstre habitait dans l’estomac même du garnement tellement cela faisait du bruit. Il prit dans ses bras Alandro pour le faire installer à côté de lui, attendant que tout le monde soit servi pour commencer à s’empiffrer.
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Mar 30 Oct - 1:41
La partie de chasse s'était terminée très rapidement, mais alors vraiment très vite. Il fallait dire aussi qu'une horde de moucons étaient loin d'être suffisante pour se confronter à trois mages officiels, dont le Master de Fairy Tail en personne. Le déjeuner n'allait donc pas tarder à être prêt normalement. En attendant, le dénommé Yue avait posé une question à son compagnon de route. Personnellement, j'avais trouvé la réponse assez évidente. Après tout, la réputation de leur guilde n'était plus à faire, et il était dur d'oublier tout ce qui se disait sur elle et leurs membres : ils étaient tous trop enthousiastes. Enthousiastes ? Oui, c'était bien le mot que j'utilisais pour expliquer leur tendance à tout dévaster. En même temps, si leur but était réellement de tout détruire, cette guilde serait classée comme étant une guilde noire et non une guilde officielle. Donc, pour moi, c'était plus de l'enthousiasme qu'une passion pour le cassage de bâtiments. J'avais donc répondu au brun avant que son Maître ne le fasse et émis cette idée à voix haute. Le pire était sans doute ma question rhétorique à la fin. Je me demandais d'ailleurs si je n'avais pas franchi une ligne sur ce coup-là !! Ce serait vraiment dommage de les énerver juste avant que le repas ne soit servi, et même carrément stupide d'ailleurs !

Contrairement à ce que j'avais craint suite à mes propos, Alandro confirma ce que j'avais dit et énonça même une suite de noms – certainement des membres de sa guilde – que je ne connaissais pas en entier. Et oui, j'en connaissais certains tout de même. J'en connaissais un consciemment en tout cas, et c'était Ethan. Je ne l'avais jamais vu en personne, mais il avait des groupies à Lamia Scale. Résultat, je me souvenais que peu de temps avant le concert de celui-ci à Carmina, elles n'avaient pas arrêté de parler de lui et de nous montrer des photos de lui qu'elles espéraient lui faire signer. Autant dire que son nom, je ne pouvais plus l'oublier sous peine de me faire limite taper dessus !! Néanmoins, le jour où j'avais appris qu'il était le Dragon Slayer de Foudre en plus d'être une star, mon intérêt pour lui s'était renforcé, et depuis, je n'avais jamais oublié son nom : Ethan Rayne. L'autre, je le connaissais, mais je ne savais pas encore qui il était, ou plutôt, je n'avais pas de nom à placer sur son visage. J'éclatai de rire suite à la phrase du Master qui cuisinait en répondant à son acolyte. La répartie de Yue fut encore plus hilarante pour moi. J'arrivais pas à en croire mes oreilles : lui-même n'avait pas grand chose à dire pour sa défense.

Je cessai toutefois de rire lorsque le blond fit une comparaison avec ma guilde. Oui, on était très professionnel et on avait tendance à tout faire pour que notre travail n'influe pas sur la vie des innocents. D'ordinaire, les dommages collatéraux n'existaient pas chez nous. Enfin, il y avait des exceptions. Moi, par exemple, n'avais-je pas participé à la destruction d'un restaurant lors de mon combat avec ce Dragon Slayer de Glace, mage de la guilde d'Alandro et Yue au passage. Je me grattai donc la tête en l'écoutant, sans rien dire pour le moment. Il avait dû entendre parler de moi, à moins bien sûr que mon adversaire à Hargeon n'ait pas pris la peine d'expliquer le pourquoi du comment il s'était retrouvé en prison. Personnellement, j'avais subi un véritable interrogatoire en rentrant. Les combats étant presque une passion chez nous, je n'avais pas hésité à détailler chaque seconde de notre duel. Enfin bref. Une question me fut alors posée. Celle-ci suivit un petit compliment sur mon agilité. Il avait dû remarquer la manière dont j'avais esquivé les deux moucons qui m'avaient pris pour cible lorsque j'avais tenté de les prendre à revers. Qu'est-ce que je faisais ici ? Telle était sa question. Je m'apprêtai à lui répondre quand il s'endormit sans crier gare ! C'était une blague ou quoi !? Non mais qu'est-ce qu'ils avaient tous dans cette guilde à dormir n'importe où et n'importe quand ?! D'abord l'autre exhibitionniste et maintenant lui ! Ceci expliquait cela, c'était lui qui avait dû leur montrer le mauvais exemple. Le pointant du doigt, je me tournai vers l'adolescent et lui demandai, perplexe :

"Euh... Cela lui arrive souvent?"

Avant d'obtenir une réponse, il vit le Master de Fairy Tail tomber tête la première dans l'eau bouillante avant qu'il n'en ressorte en hurlant !! Juste après, j'ouvris de grands yeux et restai bouchée bée face à la scène qui se jouait devant moi. En effet, cet homme était en train de courir autour de nous à toute vitesse, la main sur le visage pour tenter d'atténuer la douleur ressentie. Ce qui me choqua plus que tout fut le fait de voir des larmes couler sur son visage. Ce n'était pas possible ! Il ne pouvait décemment pas diriger la plus puissante guilde de Fiore... Bon d'accord, n'importe qui aurait réagi de la même façon que lui en se brûlant le visage dans une eau aussi chaude, mais j'avais toujours supposé qu'une personne de son calibre devrait avoir une bien meilleure tolérance à la brûlure. J'étais si surpris que j'en arrivais à croire qu'il n'était pas celui qu'il prétendait être. Et oui, était-il vraiment le Master de Fairy Tail ou jouait-il simplement la comédie ? Je faillais tomber à la renverse lorsque celui-ci s'arrêta de courir et se plaça face à Yue pour que celui-ci lui passe de l'eau fraîche et de la pommade sur le visage, ou plus précisément sur les parties qui étaient entrées en contact avec l'eau du chaudron.

Non mais ils se foutaient de moi ou quoi ? Bébé-chan ? C'était quoi cette façon d'appeler le Master de sa guilde ? Est-ce qu'ils l'appelaient tous comme ça là-bas ? Est-ce que je m'étais montré trop respectueux envers lui ? Était-il vraiment le Master ou un simple membre qui aimait jouer au Master ? Suite à la course d'Alandro, ce fut au tour du traqueur (de moucons) de faire des siennes en sautillant tout en poussant des cris. Juste après, je tombai à la renverse en voyant l'adolescent prendre le blond dans ses bras pour le mettre à côté de lui. Sur le coup, j'avais vraiment eu l'image d'un jeune adolescent portant son petit frère pour le poser près de lui et le protéger en cas de danger. Je ne savais pas trop si c'était dû à cette apparence enfantine qu'il adoptait, mais il semblait évident que ses deux-là étaient très proches. J'étais complètement perdu suite à cette minute qui n'avait eu de cesse de me surprendre. Tout en me relevant, je demandai :

"Euh... ça va aller ? Vous n'avez pas trop mal ? - et voilà que je me mettais à m'inquiéter pour lui aussi. Juste après, cependant, j'ajoutai - Pour répondre à votre question. Je suis bien ici pour tenter d'obtenir un peu de bonheur. Cela va sans doute vous paraître bizarre, mais j'ai l'impression de n'attirer que les ennuis. A croire que c'est cette magie qui me porte malheur..."

Je parlais bien du Take Over, Satan Soul pour moi. Si ça se trouvait, le fait d'avoir assimilé une créature démoniaque m'avait maudit à tout jamais. Si tel était véritablement le cas, autant faire le maximum de choses possibles pour annuler ce mauvais sort avec un peu de bonheur, non ? Histoire de leur donner un petit exemple pour qu'ils puissent comprendre l'ampleur de ma malchance, je déclarai :

"Il n'y a pas si longtemps, j'ai juste réveillé un mec en couche-culotte pour savoir s'il avait faim, et une auberge a fini en poussière. Vous avez dû en entendre parler je suppose vu qu'il est de votre guilde. C'était le Dragon Slayer de Glace."

Je supposais qu'il n'y avait pas de meilleur exemple possible pour leur montrer à quel point j'attirais les ennuis. Et oui, j'avais réussi à asticoter un membre de Fairy Tail, chose à ne jamais faire ! SOUS AUCUN PRÉTEXTE !!! Quoiqu'il en soit, je me demandais bien comment ils allaient réagir, parce qu'à moins que le nudiste ne soit très malin, ils savaient forcément de quoi je parlais.
Haru Kuroda
Mage de Fairy TailMage de Fairy Tail

avatar

Messages : 248
Date d'inscription : 21/06/2012
Âge : 26
Guilde : Fairy Tail / Vagabond
Magie / Malédiction / CS : Saibô no Mahô
Magie / CS Secondaire : Gun's Magic

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang S
Renommée : Mage Itinérant
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Dim 4 Nov - 16:54
    La cuisine est un art. Un art qu’Alandro ne maîtrisait pas si mal. Lui qui avait passé près de huit ans à l’armée où sa vie se résumait à caserne et missions, entourés de mecs aussi doués qu’une jambe en bois, il avait dû apprendre à se débrouiller tout seul ! L’indépendance était ce qu’il s’était mis à rechercher lorsqu’il quitta Magnolia et Fairy Tail, après sa grosse dispute avec son père. S’il avait imaginé, ne serait-ce qu’un instant, qu’il allait devoir nourrir un troupeau d’idiots de chevaliers pendant des années, il aurait peut-être réfléchi à deux fois. Ses plats étaient donc appétissants, même s’ils n’étaient pas très variés. D’autant plus que, depuis qu’il était revenu dans sa guilde, il n’avait plus vraiment eu le temps de pratiquer. Son emploi du temps étant rempli par cette satanée paperasse. Une torture qu’il ne souhaiterait même pas à Lucifer, le maître de Grimoire Heart. Peut-être devrait-il embaucher une secrétaire sexy ? Et il utiliserait son temps à faire quelques missions, histoire de renflouer les caisses de la maison…

    Cette idée ne resta pas longtemps dans sa tête. Tout d’abord, parce que les membres de Fairy Tail auraient du mal à accepter cela ; Ensuite, Euphemia sa fiancée risquait de ne pas très bien prendre cette nouvelle. Et enfin, une fois sa tête tombée dans le chaudron encore bouillonnant, il avait d’autres choses à penser que ça…
    Après avoir couru tout autour des deux mages, à toute vitesse, le trentenaire aux allures d’enfant retourna près de Yue, les yeux larmoyants. Tout le monde à Magnolia savait qu’Alandro était proche de ses « frères et sœurs ». Il était toujours le premier à les défendre ou à s’inquiéter. Et je vous assure, quand les membres de votre guilde sont des boulets comme ceux-là, la vie n’avait rien de facile.

    « C’est bon, merci Yue ! » Répondit simplement El Colonello en se tapotant le visage, essayant de sourire malgré tout. La douleur était vivace, c’était évident ; Mais mystérieusement, les traces de brûlures commencèrent à s’évaporer. Il y a quelques quinze ans, ses amis lui demandèrent pourquoi il opta pour une magie aussi étrange et si peu destructrice. Aujourd’hui, il ne pouvait être qu’heureux de son choix.
    « Je vais bien, merci » Répondit-il ensuite au mage de Lamia Scale, dont l’étonnement pouvait se lire sur la moindre ride de son visage. Le blondinet retourna même au fourneau, manœuvrant la grosse cuillère pour finaliser son plat. Bien entendu, il regardait son interlocuteur blond lorsque ce dernier reprit la parole. « Je peux vous comprendre. Il y a une jolie légende qui se dit sur cette plaine. Vous êtes donc venu avec l’espoir que ce ne soit pas qu’un simple conte ! » Comme on le disait si souvent, il ne pouvait y avoir de fumée sans feu. Et pour être franc, cette fable était loin d’être bidon. L’ancien militaire était en effet déjà venu ici, quelques années auparavant. Parce qu’il avait besoin de courage et de « chance », il était resté assit ici plusieurs jours, observant les levers et couchers du soleil avec une ponctualité rare. Résultat, il était fiancé.

    « Cet endroit n’a pas de magie à proprement parler, je pense. Il vous donne juste le droit d’y croire. Ayez la foi et gardez courage. C’est ce qu’il y a de plus important » Conclu le tireur d’élite en se remettant au boulot, après que Tobias raconta sa petite mésaventure avec Aoyuki. Le dragon des glaces était un Slayer, après tout… Qu’il ne fasse pas de bêtises était pour ainsi dire impossible. Cette histoire à Hargeon avait fait grand bruit et la capitaine de la caserne de la ville avait pris soin de prévenir le maître des fées avec une lettre écrite dans les règles de l’art. Avec des noms d’oiseaux et pleins d’autres trucs comme ça. El Colonello esquissa un petit sourire du coin, tout en remplissant des grands bols de nourriture. Il donna le premier à Hikari, encore en train de sautiller partout et le second à Grant. Ce dernier semblait être un garçon très respectueux, il était donc étonnant qu’il ait été entraîné dans cette histoire.

    « Votre geôlière m’a à peu près tout raconté et elle ne s’est pas priée pour me remonter les bretelles. La prochaine fois que vous faites des bêtises, et j’espère qu’il y en aura pas, essayez de vous enfuir plus rapidement que ça ! Aoyuki est facilement irritable, mais c’est un garçon bien. J’espère que tu ne lui en tiendras pas rigueur » Cette histoire avait fait la une du journal régional. Un mage de Magnolia et un autre de Lamia Scale provoquant un boxon monstre dans le centre-ville d’Hargeon pour finalement être arrêté par les soldats de la ville. Les deux guildes durent reverser quelques grosses sommes pour réparer une auberge centenaire et les bâtiments alentours.

    « Quand on aura fini, Yue et moi rentrerons. J’ai cette lettre à transmettre à votre maître, je serais bien heureux si vous pouviez le faire pour nous. Si cela ne vous dérange pas, bien entendu. » Le tireur d’élite sortit une enveloppe chiffonnée de sa poche intérieure, sur laquelle il était écrit « pour le maître de L.S ». Un scellé de Fairy Tail était apposé dans le dos. Elle semblait être officielle et d’une importance capitale. Si quelqu’un apprenait qu’il n’y avait écrit que « oublie pas de me rembourser l’argent que je t’ai prêté la dernière fois ! » sur la lettre, il en tomberait probablement des nues. Puis, posant ses mains l’une contre l’autre, devant lui, il lança « Itadakimasu »
Yue Hikaru
Yami no SenshiYami no Senshi

avatar

Messages : 706
Date d'inscription : 27/09/2011
Âge : 27
Guilde : Fairy Tail
Magie / Malédiction / CS : Dark – Make / Création des Ténèbres

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 4.875
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Réputé
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Mar 13 Nov - 19:26
Yue était étonné de voir Tobias éclater de rire par rapport à ce que disait Bébé-chan, mais il ne disait rien, préférant observer en lançant une interrogation polie. Après, il n’était pas sûr que ce gars de Lamia Scale comprenne, mais ce n’était pas bien grave. Il écoutait la conversation d’une oreille attentive, bien que son estomac ne cessait pas pour autant de grogner de temps à autres. Son propriétaire faisait une grimace, fixant la marmite avec envie. Il aurait été capable de manger tout le contenu tellement il avait faim. Il n’allait pas le faire, évidemment. Il devait laisser la part aux deux mages qui se trouvaient avec lui. C’est alors qu’Alandro s’était endormi, sous la stupéfaction du dénommé Tobias. Ce dernier s’était adressé à Hikaru en lui demandant si cela lui arrivait souvent. Il n’eut pas tellement le temps de lui répondre puisque le pauvre master s’était retrouvé la tête dans le chaudron et avait hurlé de douleur, courant comme un fou partout autour du blond et du petit brun. Celui-ci ne s’était même plus préoccupé de leur invité, trop concentré pour chercher de quoi soigner le tireur d’élite qui souffrait. Lorsqu’il lui posa la question si ça allait, El Colonello lui répondit par l’affirmative. Ouf ! Tant mieux alors ! Cela le rassurait de savoir le chef des fées en meilleure santé.

Le porteur de clés retourna la tête vers Tobias et remarqua qu'il affichait une expression qui semblait être de l'ahurissement. Il ne comprenait vraiment pas pourquoi il réagissait comme ça. Qu'est-ce qu'il avait ? Il était malade ? En tout cas, l'heure était venue de prendre un délicieux repas. Tout le monde s'installait et se fit servir par les bons soins du cuisinier. Le Yami no Senshi salivait, ayant hâte de pouvoir manger le plus rapidement possible. Sauf que cela ne se déroulait pas comme il l'aurait voulu. Il devait attendre encore un peu, à son grand désespoir. Son ventre grognait encore, trop impatient de pouvoir commencer le festin. Pendant que les deux autres parlaient, le dénommé Grant mentionna une personne qui n'était pas inconnue des deux Fairy Tailiens ici présent. Ce qui mit la puce à l'oreille le Soldat des Ténèbres, c'est la désignation du Dragon Slayer de Glace. Il regarda tour à tour son Master et l'homme au béret. Il s'agissait d'Aoyuki Tatsuki, c'était sûr et certain ! Aucun doute là-dessus ! Le garçon n'était pas tout à fait au courant de cette histoire. Il y en avait tellement chaque jour dans la guilde qu'il était difficile de tout savoir. Le gamin ne se priva pas de s’exprimer avec toute l’innocence et toute la naïveté qu’il pouvait avoir dans sa voix.


"Mais c’est Aoyuki ! Si, si ! C’est bien lui ! Il dort souvent lui aussi ! Ah ah ah !!!"

Yue semblait intéressé par leur nouvel interlocuteur. Quelle magie possédait-il ? Il n’était pas au courant au final et il aurait aimé qu’on lui révèle. Il n’osait pas demander en définitive et ne broncha pas. Alandro reprit la parole, montrant à l’homme au béret une lettre qu’il devait donner à son Maître de guilde. Le porteur de clés n’avait aucune idée de ce que pouvait contenir ce papier officiel. Une fois que tous eu le plat entre les mains, il fit d’un ton enjoué un "Itadakimasu !" avant d’entamer comme un glouton le contenu de son assiette. Il n’écoutait plus du tout et ne se souciait plus de ce qu’il pouvait se passer autour de lui, beaucoup trop affamé pour vouloir réellement écouter les deux blonds en train de papoter. Il avait déjà terminé, ayant avalé tout le contenu de son plat et en profita pour se resservir, laissant toujours la part aux deux autres. Il n’était pas un égoïste, bien au contraire. Il y avait suffisamment pour trois personnes, même plus. Et comme Coronado savait pertinemment que l’appétit du Soldat des Ténèbres était semblable à celui d’un ogre, il avait prévu assez large. Donc, il continuait son repas, ayant un grand sourire affiché sur le visage, ravi de combler le trou béant de son estomac. Comme il se dépensait énormément, il fallait bien se nourrir en conséquence.

"Tu cuisines trop bien Bébé-chan ! Un vrai cordon-bleu !"





Spoiler:
 
Tobias Grant
El DiabloEl Diablo

avatar

Messages : 337
Date d'inscription : 09/07/2012
Âge : 24
Guilde : Lamia Scale
Magie / Malédiction / CS : Take Over - Satan Soul

- Caractéristiques du Mage -
P.M.: 5.660
Statut: Mage de Rang A
Renommée : Mage Célèbre
MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   Dim 18 Nov - 17:08
Ma rencontre avec ces deux membres de Fairy Tail n'aura été qu'une suite de surprises. Tout avait commencé lorsque j'avais appris que le blond à l'apparence enfantine était le Master en personne de cette guilde. Puis il y avait l'attitude plus ou moins étrange de l'adolescent brun qui l'accompagnait. Celui avait joué au prédateur, ce qui avait eu pour conséquence d'attirer toute une troupe de moucons jusqu'à nous. Néanmoins, la surprise fut de réaliser que ce jeune mage était bien plus fort que moi. Comme quoi, il ne fallait vraiment pas se fier aux apparences, hein !? Et enfin, la dernière surprise faillit me faire perdre connaissance tant je ne m'y étais pas attendu ! En effet, alors que j'allais répondre à l'une des questions du Master, celui-ci s'était tout simplement assoupi. Comme ça, sans prévenir. Résultat, il s'était retrouvé avec la tête dans le chaudron bouillant et s'était ensuite mis à pleurer en courant tout autour de Yue et moi !! Moi qui était habitué au sérieux de Lamia Scale, bien qu'on avait aussi notre petit lot de bêtises – on n'était pas des saints non plus – j'eus du mal à en croire mes yeux et mes oreilles quand j'entendis l'adolescent appeler le blond ''Bébé-chan'' !! Sur le coup, j'avais remis en doute l'identité de cet homme. Avec une telle attitude, il ne pouvait décemment pas être le leader de la guilde la plus puissante de Fiore. Et pourtant, j'étais forcé d'y croire puisque c'était la vérité.

Je m'étais également inquiété pour cet homme, sûrement à cause de l'apparence qu'il adoptait, et surtout parce qu'avec ce genre de brûlure, il était très facilement d'être défiguré. Les traces de brûlures ne disparaissaient pas facilement, et parfois pas du tout. Avec lui, ce fut différent, il n'y avait déjà plus aucune trace. Et bah ! Cette pommade était super efficace !! Je devrais peut-être lui demander où il se l'était procuré, ça pouvait toujours servir. M'affirmant qu'il allait bien, je ne pus que le croire sachant qu'il ne présentait plus aucune trace de sa chute dans le chaudron : c'était comme s'il ne s'était jamais endormi à l'intérieur. Je pus enfin répondre à sa question. Quant à lui, il me fit bien comprendre que je ne devais pas m'attendre à un miracle non plus, mais que je devais avoir confiance en ma bonne étoile. C'était plus ou moins ce que j'avais compris en tout cas. Par la suite, j'obtins la confirmation que le mec contre qui je m'étais battu à Hargeon était bel et bien un membre de Fairy Tail, ce qui signifiait que ces deux-là le connaissaient. Je m'étais d'ailleurs servi de cette histoire pour appuyer mes propos concernant la poisse qui me suivait partout où j'allais depuis des années maintenant.

Ainsi, alors qu'il nous servait à manger, ce que Yue avait l'air d'attendre depuis plus de 50ans, il me fit sourire en parlant de celle qui nous avait arrêté. Fuir plus rapidement ? Vu comme nous nous étions tapés dessus, c'était mission impossible ! Entre lui qui avait dépensé une énorme quantité de magie pour me mettre à terre et moi qui avait encaissé ses attaques qui m'avaient gelé jusqu'aux os, la seule chose qu'on aurait pu faire à la limite, c'était rejeter la faute sur l'autre et espérer qu'on nous croit. Yue semblait amusé par cette histoire, et d'après ses dires, l'autre exhibitionniste avait une véritable réputation de dormeur !!

« Ne vous en faites pas, je le laisserai dormir la prochaine fois. J'ai compris la leçon. Quand un Dragon dort, il faut le laisser dormir. - le Master me remit alors une enveloppe contenant le message qu'il cherchait à transmettre à mon Master. Je la posai alors sur mes genoux et lui répondis – Comptez sur moi, je la lui remettrai à mon retour. »

Ils allaient pouvoir rentrer chez eux tranquillement maintenant qu'ils n'avaient plus à chercher le QG de ma guilde. Après tout, c'était à cause de ça qu'ils s'étaient retrouvés perdus au milieu des plaines de l'Espérance, bien qu'ils ne l'avaient pas admis. Le déjeuner servi, je répétai ''Itadakimasu !'' juste après eux, et entamai moi aussi mon repas. Du coin de l'œil, je m'étais amusé à observer la vitesse à laquelle le brun absorbait sa nourriture, et j'avais bien dit absorber, car ce n'était plus manger à ce niveau-là. Quand on le voyait, si petit et fin, on avait du mal à croire qu'il mangeait deux fois, voire trois fois, plus que nous et plus vite surtout. Le repas fut si bon qu'aucun de nous ne prit réellement la peine de parler pendant toute sa durée : nous ne tenions pas à gâcher un tel déjeuner en vaines paroles. A un moment donné, je fus tenté de suggérer à l'adolescent de ralentir s'il ne voulait pas s'étrangler mais au final, en voulant lui parler, je fus celui qui faillit s'étouffer !! Plus de peur que de mal, je me remis très vite, et à cet instant, les éclats de rire commencèrent. C'était toujours comme ça en même temps. Lorsqu'une personne tombait devant nous, par exemple, on attendait de voir si celle-ci allait bien avant de se mettre à rire. Là, ça avait été pareil. Une fois sûrs que je n'allais pas mourir en ayant voulu parler la bouche pleine, ils s'étaient moqués de moi, et je m'étais joint à eux. Quel dommage que le temps passe si vite quand on s'amusait...

Et oui, le temps des au revoir arriva très vite, à cause d'un jeune glouton que n'importe quel cuisinier rêverait d'avoir en guise de client. Tous les deux se préparèrent au départ, surtout le Master qui devait ranger tous les ustensiles de cuisine qu'il avait sorti. Je me levai alors et leur serrai la main. J'éprouvai énormément de respect pour Alandro, cela allait de soi, et pour Yue qui m'avait prouvé une fois de plus qu'on pouvait tomber à tout moment sur des êtres sortant de l'ordinaire. Sans qu'il me le demande, je leur indiquai le chemin à suivre pour rentrer à Magnolia, soit à l'Est de notre position actuelle. Ils étaient arrivés perdus. Il valait donc mieux qu'ils repartent dans la bonne direction, car la prochaine fois, il ne tomberait peut-être pas sur un individu sympathique tranquillement installé au milieu de nulle part.

« A la prochaine ! »

Furent les derniers mots que je prononçai à leur encontre alors qu'ils reprenaient la route pour Magnolia.

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)   

Le Diable, le Colonel et le Guerrier au pays des moucons (Alandro et Yue)

Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fairy Tail RPG : Fiore no Oukoku :: 
 :: Fiore Centre :: Plaine de l'Espérance
-